Version classiqueVersion mobile

Défendre la France

 | 
Annie Crépin

Deuxième partie. La voie française vers une armée nationale (1791-1798)

Chapitre I. Le temps des volontaires

Texte intégral

Du devoir de défense au devoir du citoyen : le garde national précurseur du citoyen-soldat

  • 1 M. Bélissa, op. cit., p. 179.

1Le duc de Liancourt pensait que seule une lente révolution des mœurs et des esprits rendrait acceptable la conscription. Une révolution politique rapide, s’accompagnant d’une radicalisation des conceptions de la citoyenneté, jointe à la pression des circonstances, notamment d’un contexte militaire dramatique qui faisait peser une menace de mort sur la Révolution, entraîna les hommes politiques dans une voie que la plupart d’entre eux se refusaient d’emprunter en 1789. Ils n’y entrèrent pas d’emblée et la voie française vers une armée nationale ne résulta pas d’un projet préconçu. On se souviendra qu’encore en 1790, les Constituants avaient déclaré la paix au monde par un décret du 22 mai. Le débat qui précéda le décret fut bien autre chose qu’une « querelle de métaphysiciens ou un consensus sans conséquence sur l’idée de fraternité universelle1 ». La guerre de conquête semblait proscrite, même dans la pensée des écrivains militaires. Seule la guerre défensive était pensable. Cependant, l’Encyclopédie avait avancé l’idée qu’une guerre de ce type n’était pas nécessairement une guerre juste.

  • 2 J.-P. Marat, L’Ami du Peuple, n° 56, 24 novembre 1789, cité par M. Bélissa, op. cit., p. 167.

2Quand le débat se poursuivit en 1790 sur la nature des forces armées, cette question, ainsi que celle de leur nombre, fut couplée avec une interrogation sur la nature de la guerre. Les philosophes, y compris ceux qui jugeaient le service militaire des citoyens contraire à la liberté, estimaient en même temps que l’armée de métier était celle du despote et devenait immanquablement celle du conquérant. Même ceux des Constituants qui voulaient le maintien d’une armée de métier, pour les raisons que l’on sait, proclamèrent hautement qu’elle ne pourrait en aucun cas servir à la conquête et se justifièrent en disant que la paix perpétuelle telle que l’avait voulue l’abbé de Saint-Pierre était souhaitable mais lointaine et qu’il fallait donc organiser la défense. Certains mêmes se défendirent de souhaiter une force trop nombreuse qui apparaîtrait dès lors capable d’agression. C’était déjà la conception des militaires philosophes. Encore Marat reprocha-t-il aux Constituants de ne pas songer à réduire l’armée à 60 000 hommes2.

  • 3 M. Bélissa, op. cit., p. 184.

3Le décret du 22 mai 1790 était un compromis non dénué d’ambivalence et il divisa l’Assemblée3. Il fut aussi un texte fondateur dont l’opinion publique nationale comme internationale ne retint que la renonciation à la guerre de conquête et qui valut aux Constituants une réputation de pacifistes et d’universalistes. Or, un an plus tard, en juin 1791, ce sont les mêmes hommes qui décrètent une première levée de volontaires. On est encore en paix mais la fuite du roi laisse craindre une réaction armée des monarchies européennes.

  • 4 J.-P. Bertaud, La Révolution armée… op. cit., p. 49 sq.
  • 5 J.-L. Quoy-Bodin, L’armée et la franc-maçonnerie… op. cit, p. 36.
  • 6 M. Bélissa note cependant qu’elle vota par décret du 16 août 1790 le rétablissement de la discipli (...)
  • 7 J.-P. Bertaud, Guerre et Société en France… op. cit., p. 32.

4Les membres de l’Assemblée redoutaient en premier lieu l’insuffisance des effectifs de l’armée. Les réformes entreprises n’avaient pas suffi à apaiser les tensions qui la déchiraient et l’année 1790 fut jalonnée de mutineries et d’émeutes qui culminèrent par l’affaire de Nancy au mois d’août4. Devant ces révoltes durement réprimées par les officiers, même par ceux qui avaient affiché des idées libérales ou appartenaient à la franc-maçonnerie5, la Constituante resta passive. Elle assista en spectatrice au rétablissement ou aux tentatives de rétablissement de la discipline plus qu’elle ne dirigea le mouvement6. Trop aller dans ce sens aurait été renforcer l’armée permanente dont elle persistait à se méfier comme possible agent du rétablissement de l’absolutisme. Mais elle ne voulait pas non plus encourager délibérément la politisation des soldats et, maintenant, celle des sous-officiers qui participaient aux séances des sociétés des amis de la Constitution. Même la gauche de l’Assemblée craignait que ce mouvement ne fût une provocation fomentée en sous-main par les royalistes, par une sorte de « politique du pire7 ».

  • 8 A. Meynier, « L’armée en France sous la Révolution et le 1er Empire », Revue d’Etudes militaires, (...)
  • 9 S. Scott, The response of the Royal Army to the French Revolutionop. cit.

5La dissolution de l’armée se lit dans la chute des effectifs, ceux des officiers qui démissionnent, ceux des soldats qui désertent. Fixé à 150 000 hommes par la Constituante, l’effectif réel n’aurait été que de 124 000 hommes en août 1790, de 98 000 hommes en octobre8. Là encore, la décomposition atteignit son maximum en 1790. En 1791, malgré la poursuite des révoltes, il y eut une remontée qui entraîna un renouvellement ou plutôt qui l’accrut, accélérant le rapprochement des forces armées avec la nation. En effet, les nouvelles recrues, peut-être au nombre de 50 0009 provenaient d’une société où les luttes politiques étaient encore plus intenses qu’auparavant. Cette remontée n’était pas assez sensible cependant et les Constituants crurent nécessaire de faire appel à une force auxiliaire qu’ils puisèrent dans la Garde nationale.

6On se souvient que la formation de la Garde nationale avait été évoquée lors du débat de décembre 1789 sur l’armée et que, lorsqu’il s’était poursuivi, des théoriciens tels Guibert lui avaient consacré une partie de leur réflexion. Lorsque l’appellation de Garde nationale fut utilisée pour dénommer cette force, nul, même Dubois-Crancé, ne songeait à lui assigner un rôle militaire au sens strict du terme. Le rôle qu’on voulait lui faire jouer était civil et concernait essentiellement la sécurité intérieure et le maintien de l’ordre. Tout au plus était-il civique. Pourtant, le fait que la place de la Garde nationale dans la nation ait été étudiée à propos d’une loi militaire est significatif d’une ambivalence qui devait se poursuivre tout au long de l’histoire de l’institution.

  • 10 Archives parlementaires, Tome X, séance du 12 décembre 1789, p. 17 sq.
  • 11 Ibidem, Annexe à la séance du 12 décembre 1789.
  • 12 J. A. H. Comte de Guibert, op. cit.
  • 13 Ibidem, p. 261-262.

7Si Dubois-Crancé tenait à ce que chaque garde ait son fusil et son sabre, il n’avait pas envisagé qu’il en fasse usage ou subisse un entraînement un tant soit peu militaire. Les gardes s’assembleraient annuellement pour recevoir les jeunes gens qui recevraient à cette occasion la qualité de citoyens10. Custine, quant à lui, pensait que, sauf à Paris et à Lyon, il ne devait pas y avoir de milices municipales chargées de la police, sinon, la coupure serait accentuée avec l’armée, coupure qu’il redoutait11. Guibert rappelle que la force publique, qui donne son titre à l’ouvrage cité plus haut12, n’est pas seulement dirigée contre les ennemis extérieurs mais aussi contre les troubles et désordres intérieurs. Elle doit donc se subdiviser en deux forces indépendantes l’une de l’autre, celle du dedans ayant pour premier objet la conservation de la liberté publique et pour second but le maintien des lois13. Elle doit servir de contrepoids à l’armée permanente, la force du dehors dont Guibert avoue lui-même qu’elle peut devenir dangereuse pour la liberté publique.

  • 14 Ibid., p. 265 sq.

8Pour cette force du dedans, cette « milice universelle », qu’il dénomme aussi milice nationale, tout citoyen – actif ou non actif – de 16 à 50 ans doit être disponible, sauf les membres du clergé et de l’armée. Dans chaque municipalité, il existera une ou plusieurs compagnies, rassemblées en bataillons dans les villes. Cependant il faut non seulement que cette milice représente la charge la plus légère possible pour la nation mais qu’en outre elle ne « nuise » point à l’armée en apparaissant comme une force concurrente14. Ainsi chacun pourra avoir un uniforme sans que cela ne devienne une obligation. Surtout, comme cette force ne pourra ni ne devra jamais être employée contre les ennemis du dehors, elle n’aura pas besoin d’être instruite ni exercée, sauf pour quelques exercices de cible trois ou quatre fois par an. Il n’y existera ni hiérarchie de grades ni récompenses militaires.

  • 15 Ibid., p. 267.

« Il s’agit que cette masse formidable existe et qu’elle ait le sentiment de la liberté. La force de la milice est l’amour qu’on lui inspirera pour la liberté15. »

  • 16 Ibid., p. 269.
  • 17 M. Bélissa, op. cit., p. 210-211.

9Même le rôle qu’elle doit jouer en matière de maintien de l’ordre est soigneusement délimité, les mots de liberté publique étant au demeurant assez vagues. Elle doit dépendre de l’Assemblée nationale et les municipalités ne peuvent s’appuyer sur elle que dans le cas où les forces de police ne seraient pas disponibles. Ces autres forces de l’ordre étant la police permanente et soldée dans les grandes villes, et une garde citoyenne, que Guibert distingue de la milice nationale, dans les autres villes. Il le dit ouvertement : « La milice nationale ne doit pas laisser aux citoyens un prétexte ou un droit d’être armés16. » Robespierre est un des seuls, dans un discours élaboré en décembre 1790 mais prononcé seulement en avril 1791, à demander qu’une force publique citoyenne, celle des gardes nationales, se substitue progressivement à l’armée permanente17.

10En fait, avant même que ces considérations théoriques n’aient été exposées, la réalité les avait dépassées. Des gardes nationales avaient été créées dans tout le royaume à l’initiative des citoyens, bien qu’elles n’aient nullement été réclamées par les cahiers de doléances. Pendant l’été 1789, amplifiant un mouvement amorcé dès le début de l’année, des gardes nationales s’étaient formées spontanément dans les villes à l'imitation de ce qui s’était passé à Paris le 13 juillet où une milice bourgeoise avait été instaurée. L’ancienne dénomination masquait en fait une réalité nouvelle, celle d’une force destinée à la fois à lutter contre une éventuelle tentative des partisans du retour à l’absolutisme et contre les troubles populaires. C’est ainsi que la garde nationale de Paris avait participé à la prise de la Bastille. Lors de la grande peur qui intensifia la hantise des « brigands aristocratiques », les communautés rurales formèrent elles aussi des gardes nationales qui se multiplièrent pendant la révolution municipale.

  • 18 R. Dupuy, article Gardes nationales, A. Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution Fr (...)

11Il serait cependant réducteur de ne voir dans la Garde nationale qu’un instrument au service du nouvel ordre bourgeois, fût-il révolutionnaire. Elle témoigne aussi de la manifestation d’un droit – que Guibert semblait redouter – celui du citoyen qui s’arme pour défendre sa patrie, entendue non au sens de territoire mais au sens de lieu fondateur de la liberté et de l’égalité nouvelles. Dans cette perspective, le garde national est une des figures dans lesquelles peut s’incarner le citoyen soldat. Le signe précurseur de la formation des gardes nationales n'est-il pas l’armement du tiers état de Rennes contre les manœuvres de la noblesse, le 27 janvier 1789, à l’instigation des étudiants18 ?

  • 19 J.-P. Jessenne, « Nationales, communautaires, bourgeoises ? Les gardes communales de la France du (...)
  • 20 G. Bodinier, « L’armée de la Révolution et ses transformations », Histoire militaire de la France… (...)

12Certes on en revient à l’acception première de milice bourgeoise en en écartant les citoyens passifs par le décret du 12 juin 1790 qui officialise la pratique de bien des municipalités. Toutefois, la réalité est plus mouvante et la barrière qu’on dressait devant les citoyens passifs moins hermétiques que dans les textes. Celui du 6 décembre 1790 est au demeurant plus souple en garantissant le maintien dans la Garde nationale de tous ceux qui servaient déjà dans ses rangs depuis les commencements de la Révolution. Par ailleurs, d’aucuns ne désespèrent pas de lui assigner une tâche militaire, d’autant que son organisation s’y prêtait19. L’instruction du 1er janvier 1791 prescrit de la faire manœuvrer en bataillons. Elle devenait « un organisme en somme bâtard qui n’est pas l’armée mais qui a une hiérarchie de type militaire, qui associe les fonctions de défense et de police20 ».

  • 21 Archives parlementaires, tome xx, cité par F. Devenne, « Création et évolution de la Garde Nationa (...)
  • 22 G. Bodinier, « La Révolution et l’armée », Histoire militaire de la France…, op. cit., chap. viii, (...)

13Lorsque dès novembre 1790, s’ouvre un débat sur la restructuration de la Garde nationale, à l’occasion duquel Robespierre prononce le discours évoqué plus haut et qui aboutira à la loi du 29 septembre 1791, Rabaut-Saint-Etienne, en présentant le rapport des comités militaire et de constitution, affirme que la Garde nationale peut être amenée à défendre les frontières mais n’est pas un corps militaire. « Le Français, toujours soldat parce qu’il est citoyen, ne remplit pas habituellement les fonctions militaires21. » Cette distinction, sous cette forme résumée, annonce les contradictions des Français devant le service militaire. Les hommes politiques de la Révolution vont s’y heurter quand le cours de celle-ci les amène à inventer une voie nouvelle vers une armée nationale. L’ombre de la guerre qui se profile va infléchir considérablement les conceptions qui étaient alors celles d’une très grande majorité de Français et de la plupart de leurs représentants. Bien que la Garde nationale ait été rattachée au ministère de l’Intérieur le 27 avril 179122, deux mois plus tard, les Constituants appellent aux armes les gardes nationaux.

Mythes et réalités du volontariat

  • 23 B. Ciotti, Du volontaire au conscrit. Les levées d’hommes dans le Puy-de-Dôme pendant la Révolutio (...)
  • 24 Archives nationales, AD XVIII B, Constituante, tome 63, séance du 11 juin 1791.

14Dès le 11 juin 1791, les Constituants, inquiets de la menace que pouvait représenter l’armée des émigrés aux frontières de la France décrètent une « conscription » dans la proportion d’un sur vingt parmi les gardes nationaux des départements, qui était en réalité un appel aux volontaires. Ils avaient été devancés par les initiatives de certains départements, notamment le Puy-de-Dôme où les patriotes locaux demandèrent en février et obtinrent en mars l’ouverture de registres d’inscription, et la Gironde au mois de mai23. Les hommes appelés par la Constituante élisaient leurs officiers mais attendaient, pour ce faire, les ordres de l’Assemblée et ne seraient payés que lorsque les besoins de l’État l’exigeraient ; ils n’entreraient en mouvement que lorsque la guerre éclaterait24.

  • 25 Ibidem, tome 65, séance du 21 juin 1791.

15La fuite du roi incite l’Assemblée à accélérer la mise en œuvre du projet. Le 21 juin, un nouveau décret ordonne en premier lieu la mise en activité de la Garde nationale de tout le royaume, en second lieu la levée du plus grand nombre possible d’hommes dans les départements des frontières de l’Est et celle de 2 000 à 3 000 hommes dans les autres. Le décret confirmait que ces volontaires éliraient leurs officiers et recevraient une solde de 15 sols par jour beaucoup plus élevée que la solde versée aux soldats de l’armée royale25.

  • 26 Ibid., tome 69, séance du 22 juillet 1791 et tome 71, séance du 4 août 1791.
  • 27 A. Crépin, Levées d’hommes et esprit public en Seine-et-Marne de la Révolution à la fin de l’Empir (...)
  • 28 B. Ciotti, op. cit., tome I, p. 50.

16Progressivement au cours de l’été 1791, alors que la déclaration de Pillnitz renforçait la crainte que la guerre n’éclate très vite, les Constituants précisèrent les modalités de cette première levée d’hommes par les décret du 22 juillet et 4 août 179126. Beaucoup de départements – mais pas tous – se virent assigner un nombre précis de bataillons. Dans bien des cas, le total des hommes qu’il fallait rassembler n’atteindrait pas le chiffre de 3 000 voire de 2000 qui avait été demandé initialement27. Le 17 août, les effectifs à lever se montèrent définitivement à 101 000 hommes répartis en 175 bataillons de 574 hommes chacun28.

  • 29 J.-P. Bertaud, Valmy, la démocratie en armées, Paris, Julliard, 1970, coll. « Archives », p. 192.

17Pressée par le problème des effectifs, la Constituante n’avait en aucune façon entendu instituer une armée nouvelle qui se substituerait à l’armée royale. Sur les champs de bataille, cette force auxiliaire serait placée sous les ordres des généraux de l’armée de ligne29. Elle n’était pas encore par elle-même une armée nationale, au sens que prendra ultérieurement ce terme, ni démocratique, comme le montrent les modalités de sa constitution. Utilisée comme un palliatif, elle était aussi contrôlable par l’Assemblée, du moins les Constituants en jugeaient-ils ainsi. D’abord, parce qu’elle se recrutait parmi les citoyens actifs ou fils de citoyens actifs qu’étaient en principe les gardes nationaux. Paradoxalement, les Constituants rejoignaient ainsi la conception du citoyen-soldat propriétaire, chère aux tenants du service obligatoire.

  • 30 A. Crépin, op. cit., p. 145.

18Ensuite, parce que l’unité de base de cette formation était le bataillon, groupe relativement restreint qui pouvait être mieux surveillé30. Jusqu’au départ du département dont il était originaire, chaque bataillon demeurait sous l’emprise totale du pouvoir civil. Ce sont les directoires des départements et des districts qui eurent la haute main sur l’enrôlement des volontaires de 1791, sur la constitution des unités et, d’une manière générale, sur l’organisation de la levée. C’était inaugurer à partir d’une force restreinte l’entrée en vigueur du principe de suprématie du pouvoir civil sur le pouvoir militaire qui devait s’étendre ensuite à l’ensemble des forces armées et ne devait jamais se démentir, même pendant la période du despotisme napoléonien.

  • 31 J.-P. Bertaud, La Révolution arméeop. cit., p. 65 sq.

19Enfin, l’élection des officiers par leurs hommes représentait une innovation certaine qui fut cependant soigneusement encadrée et contrôlée. En premier lieu, le décret du 4 août précisa que l’un des deux lieutenants-colonels – grade le plus élevé du bataillon – était tenu d’avoir servi en qualité de capitaine dans l’armée royale ; les autres officiers devaient aussi en principe lui avoir appartenu. Précaution destinée à l’évidence à écarter les incompétents, mais quand on aura dit que ces officiers, s’ils n’étaient pas issus des troupes réglées, devaient avoir été alors auparavant officiers de la Garde nationale, on aura compris qu’il s’agissait de notables. En second lieu, le déroulement des élections et leurs résultats dans nombre de départements confirment qu’au moins en ce qui concerne l’encadrement des volontaires, les intentions – ou les arrière-pensées des Constituants – furent pleinement satisfaites ; ils voulaient une levée bourgeoise, elle eut ce caractère par l’origine de ses officiers31.

20Cette levée de 1791, parfois méconnue des historiens car elle eut lieu encore en période de paix, a une portée immense. La façon dont elle se réalisa fit naître des mythes qui devaient se perpétuer et infléchir le débat qui ne cessa pas tout au long du xixe siècle à propos de l’armée idéale. Le premier de ces mythes oppose le volontaire, dont l’enrôlement dû au seul patriotisme serait totalement « pur », car libre de toute considération matérielle et financière, au « mercenaire ». Cette expression péjorative finit par rejaillir sur le soldat professionnel car, si celui-ci aussi était un engagé volontaire, il faisait de son enrôlement un métier à tout le moins un moyen de gagner sa vie.

  • 32 A. Crépin, op. cit., p. 217 sq.
  • 33 Arch. nat., AD XVIII B, Constituante, tome 63, séance du 4 juin 1791.

21Le déroulement de la levée de 1791 prouve la fausseté de ce mythe32. La Constituante souhaitait une levée bourgeoise. C’est pourquoi chaque volontaire était tenu de s’habiller, de s’équiper et de s’armer à ses frais, ce qui représentait une forte somme et ce qui peut aussi expliquer pourquoi la solde touchée ultérieurement serait élevée. C’était oublier que, même parmi les citoyens actifs, beaucoup se trouvaient à un niveau de fortune modeste. C’était oublier aussi que, dans un contexte de crise économique, les plus sincères patriotes, surtout ceux qui appartenaient aux métiers les plus touchés, pouvaient également être attirés par la solde. La meilleure preuve en est que le recrutement des bataillons de 1791 tarit celui des auxiliaires organisé presqu’au même moment par un décret du 4 juin devenu loi le 12 juin33.

  • 34 A. Crépin, op. cit, p. 239.

22Certes, les deux levées interféraient fâcheusement l’une avec l’autre, mais ni les autorités civiles qui avaient la responsabilité de les organiser toutes les deux ni surtout les recrues ne s’y trompèrent. En Seine-et-Marne par exemple, ceux qui s’étaient d’abord engagés dans cette armée auxiliaire « désertèrent » en masse au profit des bataillons de volontaires. Les autorités admirent qu’il aurait été difficile à ceux-ci de ne pas préférer la solde qui leur était accordée aux trois sols par jour versés aux auxiliaires. Mais il n'est pas aisé non plus de distinguer de façon trop poussée les motivations des jeunes gens et il serait même artificiel de le faire. Les auxiliaires restaient chez eux tant que la guerre n’était pas déclarée. Les volontaires se rendaient aux frontières et, pour un patriote, cette circonstance pouvait aussi guider son choix34.

  • 35 Ibidem, p. 214 sq.

23La méconnaissance de ces réalités de la part de la Constituante faillit compromettre les résultats de cette première levée et retarda le départ des volontaires dans certains départements. Il s’avéra que les enrôlés étaient dans l’incapacité de se procurer des armes et un équipement. Ce sont les autorités locales, les directoires des départements et des districts qui surmontèrent ces obstacles, redoutables dès 1791. Outre le rôle politique qui leur avait été assigné, elles eurent à se charger de l’organisation matérielle de la levée, armant, équipant, habillant elles-mêmes les volontaires, censés les rembourser ultérieurement quand ils toucheraient leur solde. En Seine-et-Marne, le département décida de son propre chef de verser de façon anticipée une solde aux enrôlés qui n’auraient dû la recevoir qu’après l’arrivée de leurs bataillons sous les drapeaux35. Ainsi on notera que les intentions de la Constituante, en ce qui concerne la composition sociale des bataillons de 1791, furent dépassées, quand on regarde l’origine sociale des hommes eux-mêmes.

  • 36 B. Ciotti, op. cit., tome i, p. 90.

24Un second mythe apparut, corollaire du premier, auquel les volontaires de 1791 donnèrent parfois corps par leur comportement. L’enrôlement volontaire n’était certes pas un engagement professionnel. Aussi bien, celui qui répondait à l’appel pouvait-il estimer qu’il n’était que provisoire, d’autant qu’une des modalités du décret du 28 décembre 1791, devenu loi le 3 février 1792, semblait donner aux volontaires le droit de se libérer au terme officiel de la campagne, c’est-à-dire le 1er décembre suivant36. Ambivalence dont ne manquèrent pas de se saisir ultérieurement bien des enrôlés de 1791, surtout à partir de décembre 1792, quand la campagne fut considérée comme terminée, en dépit des objurgations de la Convention.

Une France plurielle devant le volontariat

  • 37 Arch. nat. AD XVIII B, Législative, tome 97, séance du 5 mai 1792.
  • 38 Ibidem, séance du 28 mai 1792.
  • 39 Ibid., tome 98, séances des 7 et 8 juin 1792.
  • 40 Ibid., tome 99, séance du 20 juillet 1792.

25Pendant l’année 1792, le nombre des levées augmente en même temps que s’accélère le rythme des appels après la déclaration de guerre. La loi du 6 mai ordonne l’augmentation des effectifs des bataillons dans les départements qui n’en avaient pas -ou peu donné- l’année précédente37. La loi du 31 mai appelle à la formation de cinquante-quatre compagnies franches, troupes légères regroupant volontaires, recrues étrangères et soldats de ligne38. Par le décret des 7 et 8 juin, pris sous l’impulsion de Servan, alors ministre de la Guerre, la Législative décide de lever 20 000 gardes nationaux fédérés pour protéger Paris39. Le roi mit son veto à ce décret, veto qui fut tourné par certains départements. Enfin, après la proclamation de la Patrie en danger le 11 juillet, la loi du 22 juillet, sur décret du 20 juillet40, leva ceux qu’on appelle « les volontaires de 1792 », 33 600 gardes nationaux qui constitueraient quarante-deux bataillons de volontaires. Avec l’autorisation de l’Assemblée, des généraux levèrent des hommes, la moitié des compagnies de gardes nationales, dans des départements proches des armées.

  • 41 Ibid., tome 93, séance du 24 janvier 1792.
  • 42 A. Crépin, op. cit., tome i, p. 245 sq.

26En même temps, la Législative ne se désintéressait pas du recrutement de l’armée royale. Un décret du 24 janvier, devenu loi le lendemain41 fut pris en ce sens. La loi du 25 janvier était novatrice dans la mesure où elle fit véritablement entrer dans la pratique la suprématie du pouvoir civil sur le pouvoir militaire en ce qui touchait le recrutement des troupes de ligne elles-mêmes, suprématie qui était restée jusque-là à l’état de principe. Elle était aussi une loi paradoxale car elle rappelait qu’il était hors de question que s’opère une fusion entre l’armée et les bataillons de volontaires, tout en les rapprochant par certaines modalités d’enrôlement. Comme lors de la levée des volontaires de l’été 1791, les gardes nationaux désireux d’entrer dans les troupes de ligne s’assembleraient au chef-lieu de leur canton en application de la loi. Comme l’année précédente, un commissaire choisi dans l’administration du district – qui pouvait être le même – les inviterait à voler à la défense de la patrie et de la liberté et à s’inscrire sur un registre. Souvent, son discours fut semblable à celui qui avait été prononcé six mois auparavant. Mais ce registre serait ouvert pour les troupes de ligne au lieu de l’être pour les bataillons de volontaires42. Cette loi accentua la remontée des effectifs et leur renouvellement. Elle fit « une victime indirecte », l’armée auxiliaire, qui avait déjà subi la concurrence victorieuse de l’appel des volontaires de 1791. À peine née, elle était condamnée. De fait, il n’y avait pas de place pour elle dans la configuration des forces armées en train de s’esquisser. À l’inverse, on pourrait voir de nouvelles preuves de rapprochement entre volontaires et lignards dans la composition des compagnies franches dont, en outre, les recrues recevaient une prime d’engagement et dans lesquelles le temps que l’on passait était fixé. Enfin, la loi du 22 juillet, à l’origine des bataillons de 1792, appelait en même temps 50 000 hommes à entrer dans l’armée de ligne.

27Pour les 33 600 gardes nationaux appelés par cette loi à former quarante- deux nouveaux bataillons, la Législative maintint comme la Constituante le principe du volontariat. Servan, redevenu ministre de la Guerre après le 10 août, n’y changea pas grand-chose. Les limites du volontariat apparurent alors plus nettement en dépit de la persistance des mythes qui conduisit les membres de la Législative – comme ceux de la la Constituante auparavant – à s’aveugler sur les obstacles matériels grandissants qui pesaient lourdement sur le résultat des appels.

  • 43 J.-P. Bertaud, Guerre et Société en France… op. cit, p. 34.

28En effet, la barrière entre citoyens actifs et passifs avait volé en éclats étant donné la radicalisation de la situation politique. Il n’y eut d’ailleurs plus moyen de refuser le droit de vote à celui qui prenait les armes pour défendre la Patrie. Le droit de voter et le devoir de s’armer furent encore plus intrinsèquement liés. La guerre précipita l’avènement du suffrage universel43. Ainsi moins que jamais – contrairement à ce que prétendait l’Assemblée – les volontaires furent capables d’assumer les frais de leur engagement. La levée de 1792, si on s’en tient à l’appel de juillet, fut encore moins « bourgeoise » que celle de 1791. Il est certain que, pour beaucoup de volontaires de 1792, le devoir de s’armer devenait aussi un des droits du citoyen avant de devenir son droit suprême. En même temps, ce principe était confronté à de très rudes contraintes économiques et sociales qui expliquent un déroulement des opérations beaucoup plus complexe que la légende dorée ne le laisse entendre.

29L’élan que Victor Hugo retrace avec lyrisme dans Les soldats de l’an II, confondant d’ailleurs les requis de 1793 et les volontaires au sens strict du terme, fut mesuré, même après la déclaration de la Patrie en danger. Il fut beaucoup plus vigoureux à partir de septembre quand la menace d’invasion devint tangible. Surtout, on vit se développer des pratiques qui mettent à mal l’image du « pur » volontaire ou qui montrent plutôt combien cette image est simpliste. Les volontaires de 1792, bien davantage que ceux de 1791, laissaient derrière eux une famille. Tantôt les communautés organisèrent sous leur pression des collectes et des souscriptions dont le montant pouvait être versé aux volontaires eux-mêmes. Nombre d’entre eux ne partirent qu’à cette condition. Tantôt, et même le plus souvent, ils n’acceptèrent de partir qu’à condition que des secours soient distribués à leurs proches. L’action des municipalités en ce sens était approuvée par les autorités des districts et des départements, beaucoup plus réalistes que l’Assemblée nationale, et qui constataient de toutes façons que les problèmes d’armement, d’équipement, d’habillement de ces hommes étaient encore plus cruciaux qu’en 1791.

  • 44 A. Crépin, op. cit., tome I, p. 271 sq.

30Signe d’une solidarité collective, l’action des communautés villageoises manifeste aussi les prémisses d’un effort de guerre qui allait mobiliser la nation toute entière, voire les transformations de la guerre, elle-même en train de devenir totale comme le redoutait Guibert44. Il faut reconnaître aussi qu’à côté de cette solidarité communautaire indéniable, d’autres pratiques relèvent de « l’achat » des hommes et sont peu – ou pas – éloignées de ce qu’on a pu observer lors des levées de la milice et du racolage des troupes de la royauté. Un commissaire du district de Melun jette un jour cru sur les arrangements qui se font en marge des opérations dans un département qui a pourtant bien répondu à l’appel qui lui était lancé. Il se rend dans un canton où aucun volontaire ne se présente.

  • 45 Archives municipales, Melun, 1 h 1 Liasse 4, Conscription, Lettre du commissaire Chalumeau, 20 aoû (...)

« J’ai fini par annoncer à la jeunesse que nous égayerions son départ, qu’il y aurait le vin de l’étrier, que nous avions résolu de lui composer un viatique de bonne qualité, que nous allions tous troquer de portefeuille avec ceux qui aimeraient leur Patrie et qui voleraient à sa défense. Quelques assignats à la main ont assez bien terminé ma péroraison45. »

31Quelques hommes s’enrôlent mais résilient leur engagement le lendemain et le commissaire ajoute :

  • 46 Ibidem., Lettre du commissaire Chalumeau, 21 août 1792.

« J’augure que Messieurs les commissaires de canton n’auront pas de brillants succès, que ceux des municipalités n’en auront pas ou que très peu. Dans notre Ancien Régime, l’armée française ne se recrutait qu’au cabaret. L’Angleterre, quoique pays libre et très patriote, ne recrute son armée qu’à la taverne […] en Prusse, les soldats ne se font qu’à main armée. Si chez nous, dans ces derniers temps, le dévouement à la Patrie nous a donné de nombreux bataillons, ce sont les départements du Nord où, toutes les villes étant de fortes garnisons, les exercices militaires faisaient un spectacle pour le peuple auquel chacun prenait part dès l’enfance. Dans nos départements du milieu et surtout ceux environnant Paris, il y a peu de prise pour exciter l’ardeur46. »

32Certes, il écrit à la fin du mois d’août et l’ardeur se ranime en septembre dans le département. Il n’en reste pas moins qu’on a aussi dû procéder parfois au tirage au sort : il est vrai qu’un contingent avait été fixé par districts et par cantons, même s’il indiquait le chiffre de recrues qu’il était souhaitable – et non obligatoire – d’atteindre.

  • 47 Il s’agit du décret du 27 août devenu loi le 28 août 1792. Voir Arch. nat., AD XVIII B, Législativ (...)
  • 48 A. Crépin, op. cit., tome i, p. 303 sq.
  • 49 Ibidem, tome i, p. 317.

33Encore le tirage au sort a-t-il évité, quand il était utilisé, des démarches encore plus éloignées du volontariat. En septembre, quand on demande 30 000 nouveaux volontaires aux départements environnant Paris47, certains forcent les jeunes gens de leur âge à s’engager avec eux. « Nous ne partons qui si tous partent », tel fut le cri général qui s’éleva en Seine et Marne48. Les employés des administrations des districts et du département, les compagnons meuniers et boulangers, les ouvriers des fabriques de pique, que leur activité pouvait paraître mettre à l’abri, avouèrent ensuite qu’ils s’étaient enrôlés sous la contrainte et les chefs des administrations eurent recours à l’intervention du ministre de l’Intérieur pour les faire revenir. Il fallut opposer les lettres du ministre à un groupe de volontaires qui était entré en armes à Melun pour faire repartir aux armées les employés revenus à leur poste49.

34Ces arrangements coexistent parfaitement avec l’indéniable mouvement « épique » qui précipita des hommes vers les estrades tricolores pour partir sauver leur patrie menacée et que, seul, la légende dorée a retenu. C’est qu’à l’appel des volontaires, la réponse des Français fut diverse aussi bien au point de vue chronologique que géographique et sociologique.

  • 50 A. Crépin, Ph. Boulanger, Le soldat-citoyen Une histoire de la conscription, n° 8019, février 2001

35La France est déjà plurielle devant la première levée de 1791 et elle le demeurera au point qu’on pourrait quasiment superposer une carte des comportements face à cette levée avec une carte des attitudes devant la conscription, même si certains départements passent du camp de l’adhésion à celui du refus, au fil des recrutements. On retrouve aussi des traits qui avaient été notés à propos de l’origine régionale et du milieu social des enrôlés des troupes royales. On se souvient que la Constituante avait fixé pour chaque département le nombre de bataillons à fournir. Certains dépassent ce chiffre, d’autres ne l’atteignirent pas, dix autres ne furent même pas sollicités50. Le critère du nombre doit être couplé avec celui de la rapidité avec laquelle ont été exécutées les opérations pour pouvoir apprécier l’attitude des populations. Il ne fallut que trois mois à certains départements – en dépit des difficultés de l’organisation matérielle – mais d’autres mirent beaucoup plus longtemps – six à sept mois – pour donner parfois, il est vrai, un plus grand nombre d’hommes qu’il leur avait été prescrit.

  • 51 A. Crépin, La conscription en débat, op. cit., p. 108 sq.
  • 52 Ibidem, et Le soldat-citoyenop. cit.

36D’ores et déjà se profile une France de l’apathie qui sera celle du refus, le Massif Central et ses bordures (mais le Cantal, l’Aveyron, le Tarn, l’Ardèche, la Lozère, la Haute-Loire et le Lot ne participent pas à la levée) et, en général, les départements de montagnes. Au contraire, la France de l’adhésion, voire de l’enthousiasme, est celle des frontières du Nord-Est. L’ardeur des départements ardennais, vosgiens et lorrains – plus que celle des départements alsaciens – ne se démentira jamais, si le Nord et le Pas de Calais basculent très vite dans le camp des régions difficiles51. Cette France est aussi celle d’un Est plus éloigné des frontières qui est au cœur de l’Étatnation, c’est-à-dire le Bassin parisien – mais pas totalement – et surtout l’Île-de-France. Il est une troisième France, celle de l’acceptation mesurée ou sans empressement : une grande partie des départements de l’intérieur et l’Ouest dont certaines zones firent même preuve d’une inertie qui va se muer en rejet. Les départements du Midi ont une attitude contrastée. Le Midi provençal – les Bouches du Rhône entre autres – et languedocien – notamment le Gard – donnent beaucoup d’hommes mais ne sont pas suivis par les départements alpins, précisément pays de montagnes. De même, si la région lyonnaise se mobilise rapidement, ce n’est pas le cas des Hautes- Alpes. Enfin, c’est au sein même du Midi aquitain et pyrénéen que des oppositions marquées sont observables ; là encore, Dordogne, Gers, Lot et Garonne n’ont pas été sollicités. Si les départements de montagnes donnent peu et lentement, la Gironde et la Haute-Garonne donnent beaucoup mais on remarquera le rôle incitatif que Bordeaux et Toulouse jouent à cet égard52, et, d’une façon générale les villes, et les grandes villes encore plus que les petites villes.

  • 53 J.-P. Bertaud, Valmy… op. cit., p. 199.

37En effet, parmi les volontaires de 1791 les citadins sont surreprésentés par rapport aux ruraux et, même lorsqu’ils étaient ruraux, ils furent artisans plutôt que paysans53. Ce sont des hommes de l’échoppe et de la boutique, proches en cela des hommes des troupes de ligne mais aussi de ceux auxquels songera le mouvement sans-culotte quand, deux ans plus tard, il imposera la levée en masse. En revanche, surtout au niveau de l’encadrement, la bourgeoisie est présente, surtout la bourgeoisie intellectuelle des professions libérales.

  • 54 Ibidem, Il évoque une « respiration de la levée » qui s’amplifie peu à peu dans « Enquête sur les (...)
  • 55 A. Crépin, Ph. Boulanger, Le soldat-citoyen… op. cit.
  • 56 A. Crépin, La conscription en débat… op. cit.

38Les levées de 1792 confirment ces tendances et cette diversité chronologique et spatiale. L’élan est très progressif54. Encore mesuré en août, en effet, le « souffle de la guerre » n’atteint son maximum d’intensité qu’en septembre mais, même à cette date, il touche à peine certains départements ou alors seulement à partir de novembre et de décembre55. Certes, ceux du Sud-Ouest qui sont plus lents à répondre ont parfois beaucoup donné l’année précédente et, à l’inverse, il en est auquel rien n’avait été demandé en 1791 et qui recrutent en 1792. Mais les comportements se fixent pour le long terme. Il est un autre fait, observable dès 1791, que 1792 corrobore : l’existence de contrastes marqués non pas seulement entre départements mais à l’intérieur de ceux-ci au niveau des cantons où l’on retrouve la différence entre cantons ruraux et cantons urbains56.

  • 57 J.-P. Bertaud, « Enquête sur les volontaires de 1792 » op. cit., p. 160.

39Au sein de ce « remuement de pauvreté vaillante » que représenta le mouvement des volontaires de 1792, selon les termes de Jaurès, les ruraux furent cette fois plus nombreux, et, parmi eux, les agriculteurs, et, d’une façon générale, le niveau social des enrôlés fut plus modeste, même celui de l’encadrement par ailleurs moins expérimenté sur le plan militaire. Il est vrai que les élections des officiers se déroulent au cours d’une période de radicalisation politique où les pressions des notables sont beaucoup moins fortes. Quand les élections ont lieu en septembre et octobre, c’est quelquefois au sein des sociétés populaires et non plus devant les municipalités57. Ces facteurs rendent compte de l’acuité grandissante des difficultés matérielles. On remarquera enfin que le monde paysan – la majorité des Français – commençait à répondre aux appels mais très diversement suivant les régions et surtout qu’il demeurait libre d’y répondre ou non.

  • 58 Le harcèlement opéré sur les arrières des troupes prussiennes par les paysans donne corps à cette (...)

40Quoi qu’il en soit, ce sont des forces hétérogènes, régiments de ligne au nombre de vingt, volontaires de 1791 – ceux-ci moins nombreux que ceux-là puisqu’ils constituaient seize bataillons – et volontaires de 1792 placés dans la réserve, qui l’emportèrent contre toute attente à Valmy, le 20 septembre. Coïncidant avec la naissance de la République et la sauvant, le combat eut une résonance énorme. Ce n’est pas cependant dans l’immédiat qu’il donna naissance à un mythe. Mais ensuite ce mythe devait infléchir les débats du xixe siècle. Il fut celui d’une nation toute entière et spontanément dressée contre l’envahisseur sans que les combattants qui la représentaient aient reçu une instruction préalable. La victoire devait nécessairement advenir parce que la cause qu’ils défendaient était juste. C’était oublier que les volontaires de 1791 levés en pleine paix, sinon ceux de 1792, avaient reçu une formation de quelques mois, de courte durée certes mais indéniable. C’était aussi se montrer imprégné de l’image du Français bon guerrier et rechignant à être militaire. C’était aller enfin dans le sens de ceux qui se considéraient comme des « partisans », selon l’acception actuelle du terme58.

41Il est vrai que, parmi les contre-mythes que Valmy suscita presque immédiatement aussi, il en est un qui, faisant de la bataille la victoire des seules troupes de l’ancienne monarchie, instruites et encadrées par le régime qui venait d’être emporté, oublie le profond renouvellement de celles-ci depuis 1789 et leur rapprochement avec la nation. Un homme sur trois n’y était entré que depuis cette date. Ceux qui avaient déserté pour des raisons politiques étaient remplacés par des hommes tout aussi politisés qu’eux, témoins et acteurs de la radicalisation intérieure. Le corps des officiers lui-même était en pleine mutation du fait de l’émigration d’une partie des nobles.

42En somme, là où les uns ne voyaient que le triomphe des seuls soldats de métier, les autres finirent par voir le seul triomphe des citoyens. En réalité, Valmy fut l’œuvre de soldats-citoyens et, en la personne des volontaires, de l’une des incarnations possibles du citoyen-soldat.

Notes

1 M. Bélissa, op. cit., p. 179.

2 J.-P. Marat, L’Ami du Peuple, n° 56, 24 novembre 1789, cité par M. Bélissa, op. cit., p. 167.

3 M. Bélissa, op. cit., p. 184.

4 J.-P. Bertaud, La Révolution armée… op. cit., p. 49 sq.

5 J.-L. Quoy-Bodin, L’armée et la franc-maçonnerie… op. cit, p. 36.

6 M. Bélissa note cependant qu’elle vota par décret du 16 août 1790 le rétablissement de la discipline à l’armée et que, le 21 août, elle institua des tribunaux militaires (en cherchant, on l’a vu, à donner des garanties aux accusés), M. Bélissa, op. cit., p. 198.

7 J.-P. Bertaud, Guerre et Société en France… op. cit., p. 32.

8 A. Meynier, « L’armée en France sous la Révolution et le 1er Empire », Revue d’Etudes militaires, 19e année, n° 5, 1er juin 1931, p. 5-20.

9 S. Scott, The response of the Royal Army to the French Revolutionop. cit.

10 Archives parlementaires, Tome X, séance du 12 décembre 1789, p. 17 sq.

11 Ibidem, Annexe à la séance du 12 décembre 1789.

12 J. A. H. Comte de Guibert, op. cit.

13 Ibidem, p. 261-262.

14 Ibid., p. 265 sq.

15 Ibid., p. 267.

16 Ibid., p. 269.

17 M. Bélissa, op. cit., p. 210-211.

18 R. Dupuy, article Gardes nationales, A. Soboul (dir.), Dictionnaire historique de la Révolution Française, PUF, 1989, p. 489 sq.

19 J.-P. Jessenne, « Nationales, communautaires, bourgeoises ? Les gardes communales de la France du Nord en 1790 », Mélanges Bertaud…, op. cit., p. 205-216.

20 G. Bodinier, « L’armée de la Révolution et ses transformations », Histoire militaire de la France…, op. cit., chap. x, p. 235.

21 Archives parlementaires, tome xx, cité par F. Devenne, « Création et évolution de la Garde Nationale (1789-1792) », Annales Historiques de la Révolution Française, n° 283, janvier-mars 1991, p. 49-66.

22 G. Bodinier, « La Révolution et l’armée », Histoire militaire de la France…, op. cit., chap. viii, p. 212.

23 B. Ciotti, Du volontaire au conscrit. Les levées d’hommes dans le Puy-de-Dôme pendant la Révolution Française, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, tome i, p. 48-49.

24 Archives nationales, AD XVIII B, Constituante, tome 63, séance du 11 juin 1791.

25 Ibidem, tome 65, séance du 21 juin 1791.

26 Ibid., tome 69, séance du 22 juillet 1791 et tome 71, séance du 4 août 1791.

27 A. Crépin, Levées d’hommes et esprit public en Seine-et-Marne de la Révolution à la fin de l’Empire 1791-1815, Thèse sous la direction du professeur M. Vovelle, 1990, livre I, p. 145.

28 B. Ciotti, op. cit., tome I, p. 50.

29 J.-P. Bertaud, Valmy, la démocratie en armées, Paris, Julliard, 1970, coll. « Archives », p. 192.

30 A. Crépin, op. cit., p. 145.

31 J.-P. Bertaud, La Révolution arméeop. cit., p. 65 sq.

32 A. Crépin, op. cit., p. 217 sq.

33 Arch. nat., AD XVIII B, Constituante, tome 63, séance du 4 juin 1791.

34 A. Crépin, op. cit, p. 239.

35 Ibidem, p. 214 sq.

36 B. Ciotti, op. cit., tome i, p. 90.

37 Arch. nat. AD XVIII B, Législative, tome 97, séance du 5 mai 1792.

38 Ibidem, séance du 28 mai 1792.

39 Ibid., tome 98, séances des 7 et 8 juin 1792.

40 Ibid., tome 99, séance du 20 juillet 1792.

41 Ibid., tome 93, séance du 24 janvier 1792.

42 A. Crépin, op. cit., tome i, p. 245 sq.

43 J.-P. Bertaud, Guerre et Société en France… op. cit, p. 34.

44 A. Crépin, op. cit., tome I, p. 271 sq.

Id. « La guerre et le nord de la France sous la Révolution et l’Empire : Levée d’hommes et conscription dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais », St. Curveilliers et D. Clauzel (dir.), 1er colloque de Calais, 1993, Les champs relationnels en Europe du Nord et du Nord-Ouest, des origines à la fin du Premier Empire, Imprimerie Cache, Balinghem, 1994, p. 285-309.

45 Archives municipales, Melun, 1 h 1 Liasse 4, Conscription, Lettre du commissaire Chalumeau, 20 août 1792.

46 Ibidem., Lettre du commissaire Chalumeau, 21 août 1792.

47 Il s’agit du décret du 27 août devenu loi le 28 août 1792. Voir Arch. nat., AD XVIII B, Législative, tome 102, séance du 27 août 1792.

48 A. Crépin, op. cit., tome i, p. 303 sq.

49 Ibidem, tome i, p. 317.

50 A. Crépin, Ph. Boulanger, Le soldat-citoyen Une histoire de la conscription, n° 8019, février 2001,

La Documentation photographique.

J.-P. Bertaud, « Enquête sur les volontaires de 1792 », Annales Historiques de la Révolution Française., n° 272, avril-juin 1988, p. 151-169.

51 A. Crépin, La conscription en débat, op. cit., p. 108 sq.

52 Ibidem, et Le soldat-citoyenop. cit.

53 J.-P. Bertaud, Valmy… op. cit., p. 199.

54 Ibidem, Il évoque une « respiration de la levée » qui s’amplifie peu à peu dans « Enquête sur les volontaires de 1792 », op. cit., p. 155.

55 A. Crépin, Ph. Boulanger, Le soldat-citoyen… op. cit.

56 A. Crépin, La conscription en débat… op. cit.

A. Forrest, « La formation des attitudes villageoises envers le service militaire », P. Viallaneix et J. Ehrard (dir.), Colloque international de Clermont-Ferrand, La bataille, l’armée, la gloire, Clermont-Ferrand, 1985, tome i, p. 173-181.

57 J.-P. Bertaud, « Enquête sur les volontaires de 1792 » op. cit., p. 160.

58 Le harcèlement opéré sur les arrières des troupes prussiennes par les paysans donne corps à cette conception.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search