Version classiqueVersion mobile

Défendre la France

 | 
Annie Crépin

Première partie. L’armée des Lumières (fin XVIIIe siècle-1789)

Chapitre I. La Nation et la société françaises devant le fait militaire à la fin de l’Ancien Régime

Texte intégral

L’armée et la milice

  • 1 Elles étaient ainsi nommées car elles se distinguaient de l’ost féodal dû au suzerain – et non au (...)
  • 2 S. Scott, The response of the royal army to the French Revolution : The role and development of th (...)
  • 3 W. Serman, J.-P. Bertaud, Nouvelle histoire militaire de la France, 1789-1919, Paris, Fayard, 1998 (...)

1À la veille de la Révolution, la défense du royaume était assurée par plus de 220 000 hommes. Outre les 7 000 hommes qui appartenaient à la Maison du Roi, les troupes réglées1 étaient constituées d’environ 160 000 hommes – en réalité 155 000 à 156 000 hommes2 – groupés en 177 régiments qui étaient essentiellement des régiments d’infanterie3.

  • 4 J. A. H. de Guibert (comte), Ecrits militaires (1772-1792), Préface du général Ménard, Guibert ou (...)

2Les soldats étaient recrutés par engagement volontaire pour une durée de huit ans. L’imagerie populaire et, au xxe siècle le cinéma, se sont emparés des conditions de ces engagements pour en donner une représentation qui relève du folklore ou de la légende. Il n’en reste pas moins qu’ils donnèrent lieu à des abus réels. Certes, un recrutement de type féodal et clientéliste persista longtemps, jusqu’au début de la Révolution. Ainsi, les officiers nobles enrôlaient les hommes de leur propre seigneurie. Mais le relatif progrès du niveau de vie, l’augmentation du nombre des agriculteurs aisés, la perte d’influence de la noblesse provinciale4, entraînèrent la nécessité du racolage, terme péjoratif auquel est associée l’image de jeunes gens attirés au cabaret, dont le consentement est arraché à coup de belles promesses… et de vin par des sergents recruteurs se faisant bateleurs d’estrade, espèces sonnantes et trébuchantes à la main.

3Les écrivains militaires eux-mêmes stigmatisent la débauche, l’ivrognerie et le libertinage qui sont, prétendent-ils, à l’origine des engagements. En fait, les commissaires du roi devant lesquels doivent comparaître les enrôlés tentent d’y mettre bon ordre et, à la fin de l’Ancien Régime, les représentants du pouvoir ont éradiqué les maux les plus criants. Mais la légende noire persiste et l’opprobre jeté sur ce recrutement rejaillit sur les recrues elles-mêmes. Ainsi l’état de soldat, contrairement à celui d’officier, n’était pas perçu comme un métier mais comme une condition qui suscitait dans l’opinion publique des réactions fort mitigées et qui était même entachée d’un certain discrédit.

  • 5 A. Corvisier, op. cit., p. 955 sq.

4Comme l’histoire de la France le montre à maintes reprises, c’est le choc suscité par la défaite, en l’occurrence celles de la guerre de Sept Ans, qui fut à l’origine de réformes, au demeurant non dénuées d’ambiguïtés. En effet, impulsées par Choiseul qui accéda au ministère en 1758, devint secrétaire d’État à la Guerre de 1761 à 1770, puis par le comte de Saint-Germain de 1775 à 1777, elles s’inscrivent dans un incontestable mouvement de réveil militaire5, et entraînent une accélération de la professionnalisation mais témoignent aussi de la réaction nobiliaire qui avait lieu dans la société française.

5Les victoires de Frédéric II intensifièrent le débat sur la tactique qui n’avait jamais cessé chez les écrivains militaires. De la réflexion sur la tactique idéale à mettre en œuvre, d’aucuns, que l’on pourrait appeler philosophes militaires, s’élevèrent à une réflexion sur l’armée idéale qui seule saurait la mettre en œuvre. Mais en même temps une imitation simpliste et mécanique de l’armée prussienne fit adopter une forme de discipline que l’on croyait être à l’origine de ses succès ; c’est ainsi que l’on introduisit les châtiments pratiqués dans cette armée tels les coups de plat de sabre censés transformer les hommes en automates, terme péjoratif qui remplace celui de manœuvriers. Cette discipline avilissante, selon les termes en vigueur dans l’opinion publique et pas seulement dans les salons, contribua aussi au discrédit de la condition de soldat.

  • 6 J.-P. Bertaud, Guerre et société en France de Louis xiv à Napoléon 1er, Paris, A. Colin, 1998, col (...)

6La vénalité des charges dans l’armée fut abolie à partir de 1776 puisque l’on attribuait les défaites de la guerre de Sept Ans à des officiers ne devant leur grade qu’à leur fortune6. Mais ce sont les nobles qui réclamèrent cette réforme et l’avancement ne s’ouvrit pas nécessairement au mérite, s’il se ferma à l’argent. Au contraire, il rejeta le talent de ceux qui, dans le tiers état, auraient pu prétendre à un grade d’officier. La possession des grades devint le monopole de plus en plus exclusif de la noblesse, rendu effectif, au terme d’une longue évolution, par l’édit de Ségur, ministre de la Guerre. Cet édit de 1781 exigea de celui qui voulait être officier quatre quartiers de noblesse. L’ordonnance du 17 mars 1788 aggrava encore ces dispositions. Désormais, l’« officier de fortune » bourgeois, parvenu au grade d’officier subalterne, pouvait craindre de ne jamais atteindre les grades supérieurs, le bas-officier – on dirait aujourd’hui sous-officier – pouvait légitimement penser qu’il ne serait jamais officier. La réaction nobiliaire exacerbée mit même aux prises noblesse pauvre, du moins la petite noblesse, et noblesse de cour qui se réserva les plus hauts grades.

7Cependant le comte de Saint-Germain avait institué des collèges militaires qui prépareraient les futurs officiers à entrer dans les écoles militairess créées dans la seconde moitié du xviiie siècle. C’était reconnaître la nécessité d’une certaine formation, même si celle-ci demeurait l’apanage de la noblesse. La petite noblesse jugea même que cette formation fondait mieux ainsi ses prétentions à jouer un rôle particulier dans la nation. Elle était en train de redécouvrir ce que, selon elle, aucun noble, fût-il courtisan, n’aurait dû oublier ; la raison d’être de la noblesse, voire son essence, résidait dans la vocation militaire.

  • 7 Idem, La Révolution armée…, op. cit., p. 37.

8En fait, l’armée royale était beaucoup moins coupée de la nation et de la société que les hommes des Lumières ne le dirent et que les hommes politiques de la Révolution – surtout ceux de la Constituante – ne le crurent. Grâce aux travaux récents d’historiens français et anglo-saxons, on perçoit mieux que, malgré tous les défauts réels de leur mode de recrutement, les troupes réglées n’étaient pas composées uniquement de « misérables » et de déracinés, tant s’en faut. Certes, parmi les couches sociales du tiers état qui envoyaient leurs fils à l’armée, les artisans étaient surreprésentés ; de même, les citadins, de même, les hommes originaires des provinces frontalières du Nord et de l’Est où l’état de soldat était beaucoup moins méprisé qu’ailleurs7. Dans les représentations des habitants de ces régions, la démarcation entre la nécessité de la défense locale et personnelle et l'obligation pour chaque individu de défendre le royaume tout entier était moins nette que dans les autres provinces. D’une façon générale, la France septentrionale fournissait beaucoup plus de recrues que l’Ouest et surtout que le Midi.

  • 8 A. Corvisier, Armées et Sociétés en Europe de 1494 à 1789, Paris, PUF, 1976, coll. « Sup. L’Histor (...)
  • 9 S. Scott, « L’armée de l’Ancien Régime à la veille de la Révolution », M. Biard, A. Crépin, B. Gai (...)
  • 10 A. Corvisier, L’Armée française de la fin du xviie…, op. cit., p. 953.
  • 11 J.-P. Bertaud, op. cit., p. 37.
  • 12 J. Chagniot, « Les faux-semblants du désarmement collectif dans la France des Lumières », A. Corvi (...)
  • 13 A. Corvisier, op. cit., p. 953.

9Mais c’est aussi par la vie quotidienne des troupes en temps de paix qu’un rapprochement – sinon une osmose – s’était établi avec les civils. Le processus « d’encasernement » n’était pas achevé8 et des contacts existaient, d’abord à cause de la nécessité de loger les gens de guerre mais aussi à l’occasion de travaux que les hommes accomplissaient pour compléter leur solde insuffisante9. « La vie militaire devenue quasiment publique constituait un spectacle courant même hors des habituelles villes de garnison10. » Toutefois, ces contacts n’existaient que dans certaines provinces, essentiellement celles qui ont été évoquées plus haut. Ils pouvaient d’ailleurs dégénérer à l’occasion, du fait des brutalités et des excès auxquels certains soldats se livraient, ce qui peut expliquer que les lieux publics leur furent interdits11. Par ailleurs, la troupe était employée comme force de répression12. D’où l’image contrastée du soldat, même dans ces provinces, qui n’excluait pas non plus une note de pitié devant la rudesse de la nouvelle discipline. Le déserteur trouvait toujours de l’aide13. Dans les autres provinces, la familiarité était beaucoup moins grande avec les réalités de la vie militaire. Mais le fait militaire, lui, n’était ignoré nulle part à cause de l’existence de la milice.

10Elle avait été créée par Louvois en 1688 sous le règne de Louis XIV.

  • 14 Idem, Armées et Sociétés en Europe…, op. cit., p. 41-42.

11Elle ne saurait être confondue avec les milices traditionnelles qui existèrent localement sur les frontières telles les milices béarnaises, boulonnaises et messines ou celles qui pouvaient n’exister que temporairement telle la milice du Languedoc créée en 1685 pour lutter contre un éventuel soulèvement protestant ou les milices bourgeoises du Briançonnais, Embrunois et Gapençais rassemblées pour la même fin14.

  • 15 Id., Dictionnaire d’art et d’histoire militaire, Paris, PUF, 1988, p. 576-579.
  • 16 J. Chagniot, op. cit., p. 83.
  • 17 J. Gebelin, Les milices provinciales de Nîmes d’après les archives nîmoises. Le tirage au sort à N (...)

12Jouant sur les ressorts du devoir de défense, elle n’était cependant qu’un palliatif. Troupe auxiliaire, elle était destinée à remplacer les régiments dans les places frontières et maritimes pendant que ceux-ci combattaient. Chaque paroisse était tenue de fournir un homme parmi les célibataires et les hommes mariés sans enfant, âgés de 20 à 40 ans, désignés à la pluralité des voix, puis par tirage au sort à partir de 169315. Supprimée en 1697, la milice fut rétablie en 1702, lors de la guerre de succession d’Espagne et devint alors une réserve de recrues qui servirent à compléter les troupes réglées. Les bataillons de miliciens constituèrent les seconds bataillons des régiments qui n’en comptaient qu’un seul. En 1706, on incorpora directement dans ces régiments les hommes tombés au sort, sans même qu’ils fussent passés au préalable dans les bataillons de milices. Dissoutes en 1714 au retour de la paix, les milices furent reconstituées en 1726 pour des raisons plus fiscales que militaires16. Elles retrouvèrent alors comme une seconde existence17.

  • 18 Idem., Histoire des milices provinciales…, op. cit., p. 238.

13À partir de 1765, les hommes furent appelés pour six ans parmi les célibataires et veufs sans enfants qui étaient âgés de 18 à 40 ans, éventuellement parmi ceux qui étaient mariés mais n’avaient pas d’enfants. Ils étaient exercés quelques jours par an en temps de paix et ce sont les paroisses qui subvenaient à leurs frais d’équipement et d’armement. En temps de guerre, s’ils remplaçaient les soldats dans des tâches secondaires et auxiliaires, ils pouvaient aussi être appelés à combattre et étaient alors soldés par le Roi. Certaines unités, uniquement composées de soldats provinciaux, se conduisirent fort vaillamment, notamment lors de la campagne de Bohême en 1742. Même les plus sceptiques quant à l’efficacité des miliciens, reconnurent la belle tenue des grenadiers royaux, devenus quasiment une unité d’élite, malgré une défaillance collective pendant la guerre de Sept Ans18.

  • 19 A. Latreille, L’œuvre militaire de la Révolution. Armée et Nation à la fin de l’Ancien Régime, Cha (...)

14Les milices furent aussi touchées par le mouvement de réformes qui avait concerné l’armée depuis le ministère Choiseul. Monteynard, secrétaire d’État à la Guerre de 1771 à 1774, les transforma en régiments provinciaux. Ce n’est pas seulement leur appellation qu’il aurait voulu changer mais leur formation et leur encadrement19. Il tenta même de leur donner une organisation plus militaire. Cependant, le comte de Saint-Germain les supprima en décembre 1775 mais Montbarrey rappela les 105 bataillons de miliciens en janvier 1778. Les milices eurent ensuite une existence languissante jusqu’en 1789 et, à partir de 1783, on ne les réunit plus sauf les grenadiers royaux trois semaines par an ; encore ne le furent-ils plus en réalité.

15Ce sont les intendants qui, dans chaque généralité, répartissaient le nombre d’hommes à tirer. Il existait de nombreux cas d’exemptions médicales, par exemple le défaut de taille, familiales pour les fils uniques, sociales pour les domestiques de la noblesse et du clergé et économiques, à partir de 1729 pour ceux qui achetaient des maîtrises de métier, à partir de 1754 pour les fils de laboureurs qui disposaient de plus de quatre charrues et pour ceux qui payaient vingt livres de capitation et à partir de 1766 cinquante livres de taille.

  • 20 J. Gebelin, op. cit.

16Bien qu’elle ne découlât nullement de la volonté d’instaurer un service obligatoire et fût seulement un expédient commode pour la monarchie, lui permettant d’avoir une réserve, qui, en temps de paix, ne grevait pas le Trésor et, en temps de guerre, rendait les troupes royales disponibles pour le combat, voire augmentait le nombre de combattants20, l’instauration de la milice annonce la conscription par certains traits : haute main accordée à l’intendant et non à l’administration militaire dans l’organisation des levées et tirage au sort. Aussi, le rejet de la population et les conduites de fuite, à tous les sens du terme, que suscita la milice sont donc également très significatifs.

  • 21 G. Best, op. cit., p. 20.
  • 22 A. Corvisier, Armée et Société en Europe…, op. cit., p. 71.
  • 23 J.-P. Bertaud, op. cit., p. 36.
  • 24 W. Serman, J.-P. Bertaud, op. cit., p. 16.
  • 25 Ibidem, p. 17 sq.
  • 26 A. Meynier, « L’armée en France sous le Consulat et l’Empire », Revue d’études militaires, 21e ann (...)

17Elle fut pour les Français une première expérience de service obligatoire. Si l’historien G. Best juge qu’en France un homme seulement sur 145 était concerné par le « fait militaire » alors qu’un homme sur 60 l’était en Prusse, un homme sur 96 en Autriche et un homme sur 120 en Russie, il songe à l’armée royale21. La milice élève cette proportion, bien que tous les miliciens ne fussent pas des combattants, même en temps de guerre ; en 1694, furent levés 70 000 miliciens, en 1697, 57 000, 60 000 par l’ordonnance de 1726, mais, pendant la guerre de succession d’Espagne, leur nombre atteignit 250 000 et 145 000 pendant la guerre de succession d’Autriche. « À la fin du xviiie siècle, on comptait 600 000 miliciables dans le royaume, dont on tirait 14 000 miliciens par an22. » J.P. Bertaud évalue à 75 000 hommes le total des membres de la milice dans les dernières années de l’Ancien Régime23, à tout le moins 55 000 hommes24 qu’il comptabilise dans les 220 000 hommes qui assurent la défense du royaume. En somme, pour lui, c’est 1 homme sur 169, si on ne considère que les troupes réglées, 1 homme sur 120, si on tient compte de la milice, qui est touché25. A. Meynier, qui évalue la proportion des soldats de métier à 1 homme pour 166 habitants, avance même qu’en tenant compte des miliciables, cette proportion s’élève à 1 homme pour 8326.

18La milice ne suscita pas toujours l’aversion des Français comme on l’a vu à propos de la guerre de succession d’Espagne. Mais ce qui dressa la population contre l’institution, ce sont les formes injustes et inégalitaires de sa mise en pratique qui semblaient aggraver les privilèges, voire créer des privilégiés au sein même du tiers état ; cela paraissait particulièrement inacceptable en temps de paix.

  • 27 A. Latreille, op. cit., p. 39.
  • 28 Chevalier des Pommelles, lieutenant-colonel du cinquième régiment d’état-major, Tableau de la popu (...)

19Inégalité de la répartition : le pouvoir royal déterminait tout d’abord le nombre d’hommes à lever par chaque généralité, en fonction de sa population. Cette répartition présentait de fortes disparités, d’autant que les chiffres n’avaient pas été modifiés depuis 1726 et ne correspondaient plus à l’évolution de la population dans chacune d’entre elles27. À la fin de l’Ancien Régime, le chevalier des Pommelles qui voulut maintenir l’institution en la rénovant, et même en la réhabilitant, dénonçait déjà ce système vicieux28.

  • 29 J. Chagniot, « Les faux-semblants du désarmement… », op. cit., p. 19.
  • 30 J. Gebelin, Les milices provinciales de Nîmes…, op. cit.

20Inégalité entre les villes et les campagnes au sein de chaque généralité : depuis les troubles que le tirage au sort avait suscités dans les premières en 1743, le pouvoir avait quasiment renoncé à le leur imposer. À l’instar de Paris, beaucoup de villes payaient une taxe ou fournissaient des volontaires29, en fait, des hommes « achetés ». Dans d’autres villes telles Nîmes30, c’est l’intendant qui décidait quelles corporations lèveraient des « volontaires » et lesquelles se soumettraient au tirage.

  • 31 P. Roux, « Le recrutement de la milice royale au xviiie siècle : L’exemple du bataillon d’Albi (17 (...)
  • 32 Ibidem. On observera de nouveau cette attitude lors des enrôlements de la Révolution et de l’Empir (...)

21Nous touchons là un autre élément qui rendait l’institution impopulaire. L’action des intendants et des subdélégués, auxquels les premiers abandonnaient les tâches les plus ingrates de l’organisation de la milice, paraissait marquée du sceau de l’arbitraire. Il faut convenir aussi que les exemptions, sauf celles qui concernaient l’état physique du miliciable, étaient imprécises. La liste ne cessait de s’étendre mais demeurait floue, ce qui autorisait une grande marge de manœuvre aux administrateurs. Ils en jouaient, par exemple à propos de la notion très élastique des offices publics ou des services publics31. Ainsi à Albi, les postillons, tout comme les employés aux gabelles ou les ouvriers des fabriques de monnaie, de salpêtre ou de tabac, se retrouvaient exemptés de milice. Les médecins et les maîtres d’école l’étaient également. De toutes façons, la domesticité de la noblesse et du clergé et les membres de ces ordres eux-mêmes échappaient à la milice. Ce fut une occasion pour les privilégiés d’étendre leur patronage et leur clientélisme, comme P. Roux le montre dans le cas du Languedoc32.

22Le privilège de l’argent semble redoubler ou s’ajouter à celui de la naissance. Les notables cherchant à « protéger », mais jamais gratuitement, quelques-uns des miliciables, la charge retombe essentiellement sur la communauté rurale. Elle fait peser sur elle une obligation collective comme plus tard la conscription napoléonienne : la communauté doit en effet impérativement remplacer celui qui s’est dérobé, d’où la recherche du fuyard par les autres miliciables, qui donne lieu à la délation et peut tourner « à la chasse à l’homme ». Mais les manifestations de solidarité collective que l’institution suscite parfois sont en général dirigées contre elle.

  • 33 J. Gebelin, Les milices provinciales de Nîmes…, op. cit., p. 12.

23Initialement, les miliciables ou leurs familles se cotisent pour verser un dédommagement à celui d’entre eux qui accepte le mauvais sort. Bientôt, avec le produit de cette contribution, ils achètent un remplaçant qui accepte de partir à la place de celui qui a tiré un billet noir, ou un substituant recruté avant tout tirage au sort. Cette pratique, dénommée « tirer au chapeau », est en principe interdite par les autorités en 1733. En fait, elles la mettent à la charge des paroisses, et non plus des seuls célibataires, ou plutôt ferment les yeux devant elle. De même, le volontariat, interdit en 1726, est admis en 1729. Quant au remplacement – toléré enfin dans d’étroites limites en 1774 – il existait en réalité depuis fort longtemps. À juste titre, J. Gébelin conclut : « Presque toujours, l’Ancien Régime a exigé du milicien le service personnel et défendu au milicien de se faire remplacer, presque jamais, il n’a été obéi33. » La communauté villageoise ne dédaigne pas non plus de recourir à des pratiques encore plus illégales qui annoncent les fraudes des administrations municipales lors des réquisitions de la Révolution et des levées d’hommes du Directoire, du Consulat et de l’Empire. Par exemple, les syndics de paroisses chargés de l’établissement des listes inscrivent délibérément des inaptes ou des absents.

24Pourtant, en temps de paix, les contraintes induites par le tirage à la milice pouvaient paraître faibles puisqu’elles consistaient à se rendre à l’assemblée annuelle et qu’elles étaient même devenues inexistantes dans les dernières années de l’Ancien Régime. Mais la perte des journées de travail lors des réunions, l’interdiction de déménager ou du moins l’obligation de demander l’autorisation de s’éloigner de sa paroisse et, surtout, l’incertitude qui pesait sur tout célibataire de 18 à 40 ans tant qu’il n’était pas tombé au sort ou n’avait pas tiré un bon billet conduisirent parfois, si les formes d’insoumission ne suffisaient pas, à des formes de résistance ouverte, prélude de celle que suscita la conscription. L’éventail des exemptions resserra le cercle des miliciables : pour un milicien, il fallut trouver au moins quatre hommes susceptibles de tirer au sort.

  • 34 A. Latreille, op. cit., p. 35.

25Ainsi aboutit-on à une situation paradoxale : ceux qui se retrouvèrent chargés de la défense de la nation – puisque la milice en était une forme – étaient ceux qui avaient le moins d’intérêt à cette défense. C’étaient les membres les plus misérables du tiers état qui devenaient miliciens, soit parce qu’en fin de compte ils n’avaient pu échapper au sort ni se faire remplacer, soit parce que, pour assurer leur survie, ils s’étaient faits remplaçants ou substituants. On comprend mieux pourquoi Monteynard avait voulu, mais en vain, en faire des « soldats provinciaux » honorés34.Toutefois, d’une certaine façon, leur condition les rapprochait de celle du soldat, telle du moins qu’elle était perçue par les préjugés du temps. En somme, l’opinion publique éprouvait une grande répulsion envers le service obligatoire, vécu à travers l’existence de l’impopulaire milice.

Entre un monde idéal sans guerre et la guerre « rationnelle ». Philosophes et « militaires philosophes »

26La nation, ou du moins ses penseurs, ne restait nullement indifférente devant une telle situation. Au-delà de la condition du soldat et de celle du milicien, c’est la défense elle-même, les formes qu’elle devait revêtir, son contenu et son sens qui suscitèrent un débat. Celui-ci devait influer à son tour sur le sort des défenseurs ainsi que sur leur place et leurs liens avec la société.

  • 35 « Les faux semblants du désarmement collectif de la France des Lumières ». Nous avons vu que c’est (...)
  • 36 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers par une société de gen (...)
  • 37 M. Belissa, Fraternité universelle et intérêt national (1713-1795) Les cosmopolitiques du droit de (...)
  • 38 A. Corvisier, l’Armée française de la fin du xviie…, op. cit., p. 955.
  • 39 M. Bélissa, op. cit., p. 57 et p. 117 sq.

27Il se déroule dans un contexte de diffusion des Lumières mais aussi de réveil national, d’où les paradoxes et les contradictions de tous ceux qui proposèrent une image de l’armée idéale, alors même qu’ils prétendaient tenir la guerre pour une survivance des temps barbares. Au xviiie siècle, la menace d’invasion s’est éloignée, ainsi les réalités de la guerre s’estompent pour la France de l’intérieur35. Dans un tel contexte, la guerre n’est plus perçue que comme un fléau. L’article Guerre de Jaucourt dans l’Encyclopédie36 brosse un tableau très sombre des maux qu’elle entraîne. Elle ne saurait être porteuse de « valeurs », l’art militaire lui-même fait l’objet d’un jugement fort mitigé et, par une sorte de retournement, les vertus guerrières deviennent autant de vices. Le guerrier n’est plus qu’un homme de sang, l’héroïsme et le dépassement de soi exigés par le combat apparaissent maintenant aux yeux des tenants des Lumières comme une apologie de la barbarie37. Le soldat, dont Voltaire stigmatise les vices38, est encore plus décrié que le guerrier dont le destin semble moins trivial. Aux yeux de ces hommes, l’obéissance passive qu’on exige de lui est contradictoire avec la liberté personnelle de l’individu. Celui qui travaille, et surtout celui qui produit, semble plus utile que celui qui combat. Enfin, l’armée permanente, instrument de l’absolutisme, est dangereuse pour la liberté de la nation39.

  • 40 Chevalier des Pommelles, op. cit.
  • 41 H. Mettrier, L’Impôt et la milice chez J.-J. Rousseau et Mably, Thèse pour le doctorat es sciences (...)
  • 42 Encyclopédie… op. cit., article Milice, tome x, p. 505 et p. 765.

28La milice ne trouve pas davantage grâce à leurs yeux. Même ceux qui souhaitent son maintien s’élèvent contre les abus qui entachent le déroulement de ses opérations. Ainsi, dit le chevalier des Pommelles, le peuple ne perçoit la milice qu’à travers l’injustice et les inégalités – en fait les privilèges – dont elle est le théâtre40. Mais d’autres condamnent les principes mêmes sur lesquels elle est fondée, les philosophes, au nom de la liberté qu’ils évoquaient déjà à l’appui de leur critique d’une armée permanente, les économistes, au nom de la bonne marche de l’économie et de la prospérité qu’elle entraverait. Il est vrai que, parmi les premiers, il en est tels Rousseau qui seraient adeptes du service obligatoire et personnel. Or Rousseau a des mots très durs envers la milice composée, selon lui, de ce qu’il y a de plus bas et de plus abject, des paysans abrutis comparables à des mercenaires et qui sont les moins intéressés à la conservation de la Patrie41. Mais s’il porte un tel jugement, c’est précisément parce qu’il estime que la milice caricature ce que devrait être le service obligatoire. Reflet de ces arguments idéologiques et économiques, l’Encyclopédie, par la plume du chevalier de Jaucourt, propose que chaque paroisse achète des hommes pour finalement se demander « si le bien des campagnes, la culture des terres et la population ne sont pas préférables à la gloire de mettre sur pied de nombreuses armées à l’exemple de Xerxès42 ».

  • 43 A. Corvisier, l’Armée française de la fin du xviie…, op. cit., p. 955.
  • 44 Le rôle des « soldats de la bourgeoisie » était double et une partie de leurs tâches en faisait de (...)
  • 45 A. Corvisier, Ibidem, p. 259-288.
  • 46 A. Corvisier, « Service et sacrifice », Les hommes, la guerre et la mort…, op. cit., p. 216.

29Pourtant, le traumatisme de Rossbach a suscité un réveil national qui est aussi un réveil militaire, lui-même précédé, dès 1720-1730, par un réveil de la pensée militaire43. D’ailleurs, le vieux fonds guerrier resurgissait à l’occasion et rendait capables de sursauts combattants les membres d’institutions telles celle des gardes-côtes et celle des milices bourgeoises dont l’origine militaire – du moins pour les secondes – semblait être oubliée. Elles existaient avant la milice proprement dite et ne sauraient être confondues avec elle44. Par exemple, les gardes-côtes luttèrent en Normandie contre les descentes anglaises en 1758 pendant la guerre de Sept Ans45. Il est vrai que le devoir de défense n’avait jamais été refusé quand il s’exerçait dans un rayon d’action restreint et en temps de guerre. En temps de paix, le rôle des gardes-côtes était fort limité46.

30D’autre part, mais seulement chez les penseurs, notamment ceux d’entre eux qui étaient professionnels de la guerre et officiers, une réflexion s’élabore qui témoigne davantage du développement de l’esprit militaire que de l’esprit guerrier. Elle n’est nullement le signe d’une culture de guerre, encore moins d’un regain de bellicisme, et ne s'oriente pas nécessairement vers une militarisation de la société, en tout cas de l’ensemble de celle-ci. Malgré leur souhait de consolidation de la paix, les tenants de ce courant de pensée envisagent les nécessités d’une guerre défensive. Cependant, alors que nombre d’entre eux ne le prônent pas, le service obligatoire apparaît à l’horizon de leurs préoccupations et ils pressentent l’avènement de guerres nouvelles ; guerres nouvelles qui seront aussi totales parce qu’elles impliqueront une nation entière, alors qu’en même temps ils se félicitent de ce que les guerres limitées de leur époque évitent les effusions de sang, et que, par la transmutation du guerrier en militaire, ils tentent de concilier les valeurs guerrières anciennes et les valeurs nouvelles apparues à l’époque des Lumières.

  • 47 R. Mas, « L’Essai général de tactique (1770) de Guibert ou le rationalisme des Lumières face à la (...)

31La pensée de Guibert est au cœur de ces contradictions. Jacques Antoine Hypolite [sic] de Guibert est fils d’un officier, qui deviendra gouverneur des Invalides. Il entre dans l’armée à treize ans. Initié très jeune aux questions de tactique, il participe à la guerre de Sept Ans dans l’état-major du duc de Broglie, puis fait la campagne de Corse avant de devenir, en 1775, le collaborateur du comte de Saint-Germain, alors ministre de la Guerre. Il joue un rôle décisif dans l’élaboration du règlement de 1776 et devient maréchal de camp en 1786. Ami des philosophes et des encyclopédistes, familier des salons, il est le plus représentatif de ces « militaires philosophes ». En 1770, paraît anonymement à Amsterdam un livre qu’il avait commencé à rédiger avant son départ pour la Corse, L’Essai général de tactique, précédé par un Discours préliminaire sur l’état actuel de la politique et de la science militaire en Europe avec le plan d’un ouvrage intitulé : La France politique et militaire, publié en France en 177347.

32Comme le nom de l’ouvrage l’indique, la réflexion de Guibert prend sa source dans le débat qui s’élève parmi les théoriciens militaires du xviiie siècle à propos des mérites respectifs de l’ordre mince et de l’ordre profond en colonnes. Ceux-ci renvoient à l’opposition entre la puissance du feu et la puissance du choc. L’impossibilité d’assurer la supériorité décisive de l’un sur l’autre était liée à l’état des techniques, bien que l’utilisation du canon de Gribeauval induisit un nouvel état de choses. Guibert, plutôt adepte de l’ordre mince et de la supériorité du feu sur le choc, loue cependant Frédéric II d’avoir démontré par ses victoires que cette opposition pouvait être surmontée.

  • 48 A. Crépin, La conscription en débat ou le triple apprentissage de la nation, de la citoyenneté, de (...)

« Pour que les colonnes d’attaque formées selon l’ordre profond ne se fassent pas décimer par le feu adverse, Frédéric II les avait transformées en lignes minces. Cela supposait des colonnes manœuvrières que le Roi de Prusse avait obtenues par la docilité de ses soldats48. »

  • 49 J. A. H. de Guibert (comte), op. cit., p. 74.
  • 50 A. Ehrenberg, Le corps militaire. Politique et pédagogie en démocratie, Paris, Aubier, 1983, coll. (...)

33Le règlement de 1776 tentait précisément de combiner les avantages de l’ordre mince et de l’ordre profond49 en donnant cependant, selon J. Chagniot, la primauté à l’ordre mince. Une guerre rationnelle pouvait donc être menée mais, pour que cette tactique nouvelle déployât toutes ses virtualités, il fallait que les combattants fassent preuve à la fois d’obéissance et d’initiative et il semblait à Guibert que, de ces deux termes, Frédéric II n’avait retenu que le premier. Selon lui, au contraire, il devrait exister désormais chez le soldat, devenu l’homme de la Raison, un lien intrinsèque entre l’obéissance – qui ne serait en rien passive – et l’autonomie50.

  • 51 J. A. H. comte de Guibert, op. cit., p. 78 sq.
  • 52 Ibidem., p. 56 sq.

34Ce lien, c’est la vertu qui devrait l’assurer, et c’est elle qui sera exigée du citoyen vingt ans ans plus tard pour qu’il puisse jouer effectivement un rôle dans la nation. Ainsi la citoyenneté est-elle inventée sur le champ de bataille – du moins celui des théoriciens militaires – avant de l’être dans la cité. Il est très significatif qu’en critiquant l’armée prussienne, Guibert déplore justement qu’elle ne soit pas une armée citoyenne51. En effet, il regrette que les armées de l’Europe soient composées de misérables et que la profession de soldat soit méprisée et abandonnée à la classe la plus vile et la plus misérable52. En Prusse même, seul le génie du prince « soutient l’édifice ». Ainsi le propos de Guibert s’élargit-il : il souhaite que ces combattants de la Raison soient des soldats-citoyens, attachés à leur Patrie.

35La pensée de Guibert n’est pas exempte de profondes contradictions. Certes, il n’admet qu’une guerre défensive. Mais cette guerre, précisément parce qu’elle est rationnelle dans ses buts et sa méthode, doit aboutir à une stratégie offensive qui sera, dans un bref laps de temps, la plus destructrice possible. Il envisage même une réaction extrême d’un peuple injustement attaqué :

  • 53 Ibid., p. 67 sq.

« Terrible dans sa colère, il portera à son ennemi la flamme et le fer […] Et qu’on n’appelle pas barbarie, violation des prétendues lois de la guerre, ces représailles fondées sur les lois de la nature […] Il périra jusqu’au dernier s’il le faut53. »

36En somme, il pressent et semble parfois appeler de ses vœux, tout en le redoutant, l’avènement d’une guerre nouvelle, fort différente de celle de l’Ancien Régime.

  • 54 Ibid., p. 57 sq.

« Mais supposons qu’il s’élevât en Europe un peuple qui joignit, à des vertus austères et à une milice nationale, un plan fixe d’agrandissement, qui ne fût pas réduit à poser les armes par des calculs de finance. On verrait ce peuple subjuguer ses voisins et renverser nos faibles constitutions comme l’aquilin plie de frêles roseaux. Ce peuple ne s’élèvera pas parce qu’il ne reste en Europe aucune nation à la fois puissante et neuve54. »

37En lisant ces pages, on se souviendra que Bonaparte fut lecteur de Guibert.

  • 55 Ibid., p. 51 sq.
  • 56 R. Mas, op. cit.

38S’il souhaite une régénération de l’armée, il pense qu’elle ne peut avoir lieu sans la régénération de la nation qu’il désire profondément tout en désespérant qu’elle ait lieu un jour. Il avait conçu l’Essai général de tactique comme une partie d’un ouvrage plus vaste consacré à l’analyse des différentes constitutions politiques et militaires des états de l’Europe. De toutes façons, il avait mis en exergue de son ouvrage la dédicace A ma Patrie et affirmé qu’il entendait réfuter le préjugé qui accusait la philosophie d’éteindre le patriotisme55. Ce sont les institutions politiques et sociales, poursuit-il, qui commandent les institutions militaires et la dégradation de celles-là – et celle consécutive de l’art militaire – explique la dégradation de celles-ci. Il n’est de « bonne » guerre que liée à une « bonne » politique56.

  • 57 J. H. A. comte de Guibert, op. cit., p. 81 sq.

« Si une nation étant dégradée à ce point, le nom de Patrie n’y est plus qu’un mot vide de sens, si ses défenseurs ne sont plus que des mercenaires avilis, misérables, mal constitués, indifférents aux succès et aux revers […] c’est encore la faute du gouvernement57

39Il ajoute :

  • 58 Ibidem, p. 64.

« C’est de même la faiblesse de nos gouvernements qui rend nos constitutions militaires si imparfaites et si ruineuses. C’est elle qui, ne pouvant faire des armées citoyennes, les fait si nombreuses […] C’est elle qui, ne pouvant compter sur le courage et la fidélité des peuples […] fait acheter au dehors des milices stipendiaires58. »

  • 59 Ibid., p. 51 sq.
  • 60 Ibid., p. 54.
  • 61 A. Corvisier, L’Armée de la fin du xviie siècle…, op. cit., p. 955.

40Les Anciens étaient fort supérieurs aux contemporains car un rapport étroit liait leurs constitutions militaires à leurs constitutions politiques59 dont le fondement était la formation des citoyens et l’éducation guerrière de la jeunesse. On retrouve dans ces propos, bien qu’il se défende d’une admiration aveugle pour l’Antiquité60, un thème propre à l’époque de Guibert mais qui réapparaitra dans le débat idéologique auquel donnera lieu le vote des lois militaires. Les philosophes n’étaient si critiques envers le soldat de l’Ancien Régime que parce qu’ils songeaient, en l’idéalisant, au légionnaire romain61.

  • 62 J. A. H. comte de Guibert, op. cit., p. 82 sq.
  • 63 Ibidem, p. 88 sq.
  • 64 Ibid., p. 107 sq.
  • 65 Ibid., p. 81 sq.
  • 66 Ibid., p. 105.

41Aucun de ces objets, la citoyenneté et la place qu’y occupe le devoir de défense, ne semble plus intéresser les gouvernements modernes, regrette Guibert. Pourtant, selon lui, les succès militaires dépendent, plus qu’on ne le pense, de la politique qu’ils mènent et encore plus de leurs mœurs62. Il ajoute d’ailleurs que bien des rapports entre constitution militaire et constitution politique seraient inutiles si la France était régénérée. Mais, parce que cette régénération totale est presque impossible, il faut réfléchir à ces rapports63. En attendant une révolution… des esprits et des mœurs64, il faut travailler du moins à leur transformation, il faut travailler sur les mœurs, les lois, les opinions, il faut que la profession de soldat soit désormais honorée65. Le progrès des arts et des sciences qui a contribué aux progrès de la tactique doit contribuer aussi à rendre plus instruits les hommes chargés de la mettre en œuvre. Il n’a que mépris, en effet, pour les exercices que l’on fait faire au soldat et qu’il qualifie de « misérable routine66 ».

  • 67 Ibid., p. 107 sq.

42Cette instruction est nécessaire si on ne veut pas que le royaume entier devienne une école de guerre67. En effet, Guibert souhaite des soldats-citoyens, c’est-à-dire des professionnels qui seraient en même temps des patriotes conscients de leurs devoirs et éclairés, il ne prône pas pour autant des citoyens-soldats, c’est-à dire des hommes astreints au service obligatoire, même s’ils ne font pas métier de la défense. Encore moins songe-t-il à un service personnel que chaque citoyen serait tenu d’accomplir. L’instruction nécessaire ne peut être dispensée qu’à un petit nombre d’hommes. D’ailleurs, comme beaucoup de ces théoriciens qui s’interrogent sur l’armée idéale, il juge que les troupes réglées sont trop nombreuses ; le chevalier des Pommelles étendra cette réflexion à la milice. Surtout, une armée de métier peut seule éviter le basculement dans une forme de guerre inexpiable. On voit par là que le caractère professionnel d’une armée n’est pas nécessairement incompatible avec son caractère national. Guibert et d’autres souhaitent l’avènement d’une armée nationale dont la composition ne repose pas forcément sur l’implication de tous les citoyens.

  • 68 Ibid., p. 47 sq.
  • 69 A. Ehrenberg, op. cit., p. 37.

43En même temps et de façon très ambivalente, il semble juger que seule une milice nationale, qui, elle, repose sur le concours du plus grand nombre, peut garantir l’indépendance d’un peuple68. C’est pourquoi A. Ehrenberg juge que L’Essai tactique contient par avance tout le discours de la « Nation en armes69. »

Du soldat-citoyen au citoyen-soldat. L’idéal du service obligatoire

  • 70 Le titre complet est Le soldat citoyen ou vues patriotiques sur la manière la plus avantageuse de (...)
  • 71 Ibidem, p. 109.
  • 72 Ibid., p. 7.
  • 73 Ibid., p. 19.

44La même ambiguïté est décelable chez Joseph Servan, futur ministre girondin de la Guerre, maréchal de camp de la monarchie finissante puis général en chef d’une armée de la Révolution, dont l’ouvrage, achevé, dit-il, dès 1771 mais publié en 1780 à Neufchâtel, est intitulé significativement Le soldat citoyen70. Lui aussi n’échappe pas au paradoxe de ces militaires philosophes : « Au moins, si la guerre est un fléau devenu nécessaire, tâchons de réparer les maux qu’elle fait71. » Chez lui aussi apparaît la nostalgie de l’armée romaine. On sait quel mythe s’est formé à ce sujet chez les penseurs. Les ouvrages qui ont examiné l’histoire militaire des Anciens n’ont pas vu – déplore-t-il – que, si cet art militaire était perfectionné, ses instruments étaient encore plus parfaits. Les instruments dont il s’agit étaient des combattants peu nombreux mais imprégnés de l’amour de la Patrie et formés essentiellement dans le but de la défendre72. À quoi servent des troupes nombreuses en France, en effet, si les recrues continuent d’être enrôlées par force et par ruse et mal préparées au combat, si la discipline inspire plus de peur envers les officiers qu’envers les ennemis, si l’on ne sait pas se servir du mobile puissant de l’amour de la Patrie pour insuffler courage et vertu aux soldats73 ?

« La véritable constitution d’un royaume a toujours consisté dans l’obligation que chaque sujet contracte, en naissant, de servir sa Patrie […] On croit que le meilleur et le plus juste des moyens pour suppléer à l’insuffisance des enrôlement libres serait l’obligation du service militaire pour tous les citoyens sans distinction d’état depuis l’âge de 18 ans jusqu’à celui de 40 ans. »

45Toutefois, Servan précise que ce service obligatoire ne serait pas nécessairement personnel.

  • 74 Ibid., p. 70 et p. 75.

« Dans cette espèce d’armée, chaque citoyen serait obligé à huit ans de service comme officier ou comme soldat, ou par lui ou par un avoué qui servirait pour lui et dont il répondrait, sans que ce service de l’avoué le dispensât […] de remplir son obligation particulière comme citoyen si le cas l’exigeait74. »

  • 75 Ibid., p. 19.

46Comme Guibert, il perçoit qu’une « révolution » serait nécessaire, qu’il attend, sans trop y croire, de la « volonté absolue d’un roi puissant qui veut le bien75. »

  • 76 Ibid., p. 66.
  • 77 Ibid., p. 116 sq.
  • 78 Ibid., p. 163.
  • 79 Ibid., p. 235 sq.
  • 80 Ibid., p. 333.

47Aussi préconise-t-il plutôt des transformations du mode de recrutement visant à redonner à l’institution militaire toute sa dignité et à l’enrôlement la véritable nature d’un contrat authentique entre le souverain et des citoyens éclairés. Chaque province serait le vivier d’une seule légion qui acquerrait ainsi sa cohésion et les enrôlements pratiqués par les officiers et soldats de la légion se feraient sous l’égide des officiers municipaux. Au lieu d’être confinées aux frontières, les compagnies seraient exercées dans leur province d’origine. « Une très grande partie du peuple français n’a jamais vu six compagnies ensemble76. » Il s’effraie donc de la vie militaire. Même si Servan songe un instant à faire des enfants trouvés de futurs soldats, il pense que c’est du sein de la classe des cultivateurs que doivent être tirées les recrues. Bien plus, l’État devrait donner des terres à ceux qui en sont dépourvus et qui s’engageraient à le défendre pour une durée de huit ans. Ces soldats laboureurs seraient regroupés au sein de manoirs ou de hameaux militaires77 au centre desquels des hôtels militaires assureraient leur formation et celle de leurs enfants. Ainsi, les militaires ne seraient plus isolés de leurs concitoyens par une vie de garnison que Servan juge – comme tous les auteurs préoccupés de ces questions – amollissante et « énervant » les soldats par l’oisiveté qu’elle leur impose, impropre de toutes façons à les exercer au combat et les conduisant bien souvent à effrayer les civils78. Au contraire, dès le temps de paix, les travaux des champs, et les travaux publics79 auxquels ils s’adonneraient en outre, les rendraient sains, vigoureux, industrieux et, de plus, utiles à la société. Ils ne s’enrôleraient plus par vénalité puisque leur subsistance serait assurée. Pour rendre les troupes manœuvrières, car lui aussi est un admirateur du roi de Prusse, du moins de sa tactique80, il n’y aurait plus besoin de cette discipline qui avilit le soldat et ne fait pas appel à son sentiment de l’honneur, celui-ci se confondant désormais avec l’amour de la Patrie.

  • 81 Ibid., p. 50.

« L’honneur, cette divinité de notre ancienne chevalerie qui peut être encore un si grand mobile parmi nous, n’est autre chose mais sous un autre nom que l’amour de la Patrie des Anciens81. »

  • 82 J. Gebelin, Histoire des milices provinciales…, op. cit., p. 237 sq.
  • 83 J.-P. Bois, Maurice de Saxe, Paris, Fayard, 1992, p. 190 sq.

48Les penseurs militaires étaient donc partagés quant au service obligatoire et surtout quant à la valeur morale et technique des recrues levées par un tel système82, même si Puységur y était nettement favorable comme Maurice de Saxe dont la pensée novatrice formulée dès 1726 ne fut rendue publique qu’en 175783.

  • 84 H. Mettrier, op. cit., p. 98.
  • 85 J.-J. Rousseau, Considérations sur le gouvernement de la Pologne et sur sa réformation projetée da (...)

49L’idéal du service obligatoire et personnel apparaît donc plus nettement chez certains philosophes, Rousseau et Mably, qui regrettent cependant qu’il soit inapplicable dans l’état actuel de la France et qu’en fait il ne soit envisageable que dans de petites républiques84. Tout en condamnant les guerres offensives, ils réfléchissent aux moyens, à la fois les plus justes et les plus efficaces, d’assurer la défense. Rousseau stigmatise l’armée permanente qui, selon lui, devient nécessairement conquérante85 et asservit les citoyens. Mably critique, lui aussi, la séparation des fonctions civiles et des fonctions militaires :

  • 86 Mably, Entretiens de Phocion sur le rapport de la morale avec la politique traduits du grec de Nic (...)

« Depuis que notre Gouvernement, pour favoriser la paresse et la lâcheté, a permis de séparer les fonctions civiles des militaires, nous n’avons ni citoyens, ni soldats86. »

50Il ajoute :

  • 87 Id., Remarques, p. 230-231.

« Tout État où le citoyen ne veut pas prendre la peine d’être soldat doit enfin être gouverné par des soldats ou par ceux qui ont l’art de se rendre les maîtres des armées87. »

51Mably préconise donc :

  • 88 Id., Œuvres complètes, tome xii, De la législation ou Principes des lois, livre iii, chap. III, Nî (...)

« Que les lois ne séparent jamais les fonctions militaires des fonctions civiles […] Des troupes mercenaires ne conviennent qu’au pouvoir arbitraire et ne peuvent s’associer avec la liberté. Pour avoir séparé la qualité de soldat de celle de citoyen, combien vos pères […] n’ont-ils pas éprouvé de malheurs88 ? »

52Les armées régulières sont constituées d’hommes qui s’engagent parce qu’ils sont poussés par la misère, déplore Rousseau qui condamne par avance le remplacement exercé par des citoyens assez riches pour en acheter d’autres.

  • 89 J.-J. Rousseau, p. 384.

« Tout citoyen doit être soldat par devoir, nul ne doit l’être par métier. Tel fut le système militaire des Romains, tel est aujourd’hui celui des Suisses, tel doit être celui de tout état libre89. »

  • 90 H. Mettrier, op. cit., p. 185.
  • 91 Ibidem., p. 182.
  • 92 Ibid., p. 183 sq.

53Mais le service militaire universel ne pourra être adopté que le jour où tous les habitants d’un pays seront libres, où tous seront citoyens et se trouveront heureux, et c’est alors qu’ils devront être requis pour la défense de ce bonheur90. « Ils devront », disent Mably et Rousseau, cependant ils ne veulent pas de la contrainte et c’est pourquoi ils ont des mots très durs pour la milice royale91 qui, en outre, écrase les paysans. En fait, leurs arguments sont entachés d’une contradiction que l’on retrouvera tout au long du débat français concernant la conscription et le service personnel obligatoire. Celui-ci, pour Rousseau et Mably, doit aussi être spontané. Selon eux, la loi impose moins un devoir aux citoyens qu’elle ne leur reconnaît un droit92. Tout de même conscients de l’opposition qui peut exister avec la liberté – autre droit du citoyen, voire fondement de tous ses droits – ils pensent qu’elle peut être résolue par l’existence, dans la conscience de chaque citoyen, de la vertu qui est par ailleurs efficiente sur le champ de bataille. Pour eux, le citoyen plus que tout autre, possède les vertus militaires d’une façon innée.

  • 93 Mably, Œuvres complètes, tome xii, De la législation…, op. cit., Nîmes, Gaude, 1791, livre iii, ch (...)

« Vous m’objecterez sans doute que des soldats, levés tous les ans et suivant le besoin, n’auront jamais les mœurs, l’esprit et la discipline qu’ils doivent avoir […] Je le nie hardiment. Les milices de citoyens auront une discipline et un courage supérieur à la discipline et au courage de vos soldats mercenaires, si les lois s’entendent à les faire aimer leurs devoirs93. »

  • 94 H. Mettrier, op. cit., p. 90.

54Mais cette vertu est incompatible avec la poursuite de l’intérêt personnel et Rousseau demande au citoyen le sacrifice complet de lui-même94. Il n’est pas étonnant, dès lors, qu’au même titre que Rome, Lacédémone soit invoquée par Mably comme exemple de la cité idéale où la paix même offre l’image de la guerre.

  • 95 Mably, Entretiens de Phocion…, op. cit., 4e entretien, p. 135.

« Que notre République soit donc militaire, que tout citoyen soit destiné à défendre sa Patrie ; que chaque jour, il soit exercé à manier ses armes ; que, dans la ville, il contracte l’habitude de la discipline nécessaire dans un camp95. »

  • 96 Chevalier des Pommelles, op. cit.
  • 97 Ibidem, p. 24.

55Il revint à un écrivain militaire qui était en même temps un démographe, le chevalier des Pommelles, de préciser, à l’aube de la Révolution, les moyens d’organiser un service obligatoire et personnel96. Ce sont des considérations techniques qui se trouvent à l’origine de sa réflexion : il constate l’insuffisance des enrôlements volontaires dont les motivations, par ailleurs, sont trop souvent vicieuses97. Or le royaume peut avoir besoin de se défendre, il faut donc constituer par conscription une armée de réserve à côté des troupes de ligne. Nous commettrions une faute grave en politique, dit-il, si nous augmentions pendant la paix l’effectif des troupes réglées.

  • 98 Ibid., p. 39.

« Gardons-nous de nous laisser entraîner par cette maladie contagieuse (selon les mots de Montesquieu) qui semble vouloir métamorphoser toute l’Europe en soldats, nous n’aurions plus que des soldats et nous serions épuisés lorsque nous aurions à nous défendre. Une journée de travail est une perte précieuse98. »

  • 99 Ibid., p. 39.

56Mais ne pas être en état de repousser une agression peut avoir de lourdes conséquences qui donneraient le résultat inverse de ce que souhaitent les « amis du genre humain » : une nation humiliée cherche un vengeur et se donne un maître, dit-il en citant Mably99.

57Cette armée de réserve peut être la milice mais une milice dont la constitution et la composition doivent être épurées des abus qui la déshonorent et la dénaturent et que des Pommelles ne songe pas un instant à nier.

  • 100 Ibid., p. 5.

« Depuis dix ans, nous nous sommes uniquement occupés des milices, nous avons parcouru trois fois le royaume pour connaître la nature des abus et, enfin, nous avons fait tous les sacrifices nécessaires pour rassembler les matériaux de notre travail, trop heureux s’il peut être utile à la nation100. »

58Il faut donc revenir aux principes fondateurs de la milice qu’il juge indispensable, même si elle n’a jamais fonctionné comme elle l’aurait dû. C’est le sentiment de leur faiblesse individuelle qui a déterminé les hommes à former des sociétés mais, pour que chacun puisse acquérir le droit de réclamer le secours de ses co-associés, il est nécessaire que lui-même ait consenti à dévouer toutes ses forces à la cause commune. Sans le pacte passé entre tous les membres d’une société et qui est fondateur de celle-ci, il ne peut exister aucune association politique :

  • 101 Ibid., p. 2.

« Il faut que tous les êtres qui la composent vivent et meurent solidairement, conséquemment tout citoyen doit également le service militaire dans les milices bourgeoises et les troupes provinciales101. »

  • 102 Ibid., p. 35.

59« Le service militaire est un tribut sacré que tout citoyen doit à sa patrie et dont rien ne peut l’affranchir102. » Il se lance ensuite dans un long historique remontant au Moyen âge pour conclure :

  • 103 Ibid., p. 21.

« Nous avons démontré que l’obligation du service militaire imposée à tout citoyen français est la première de toutes les charges publiques qui ait été reconnue et consentie par la nation, lors de son établissement dans les Gaules ; cette obligation se trouve tellement confirmée et sanctionnée par tous les capitulaires qu’elle doit être regardée comme une loi constitutive et fondamentale de l’État103. »

  • 104 Ibid., p. 40.
  • 105 Ibid., p. 4.
  • 106 Ibid., p. 45 sq.

60Mais, outre que les injustices qui la rendent détestable au peuple doivent être éradiquées, elle ne doit point porter atteinte à la liberté personnelle des individus ni à la prospérité du royaume ni même aux besoins économiques fondamentaux. En effet, si le chevalier des Pommelles déplore les « préjugés » que les philosophes entretiennent à l’égard de la milice104, il tient compte de leurs objections. Seuls les célibataires en âge et en état de porter les armes seraient astreints à la milice105 dont la répartition s’établissant proportionnellement sur eux seuls et non sur l’ensemble de la population obéirait à des règles rigoureuses. L’équité serait numérique et sociale. Il donne d’ailleurs, à la suite de son mémoire, un tableau de la population de toutes les généralités en précisant que le premier objet de ses recherches sur la population a été d’apprécier le nombre d’hommes susceptibles de servir dans les milices avant qu’il ne s’intéressât à la population elle-même106.

61Il faut pouvoir rassembler promptement les troupes provinciales quand éclate la guerre mais sans mettre la moindre entrave à leur liberté en temps de paix.

  • 107 Ibid., p. 19.

« Le milicien pendant la paix n’est pas tout à fait un soldat, il a seulement contracté l’obligation de se présenter comme tel lorsqu’il sera convoqué […] Il faut donc absolument pendant la paix concilier les égards dus à la liberté de chaque milicien avec la nécessité de pouvoir regrouper tous les soldats dispersés qui composent cette armée nationale. Un pas de trop, en sacrifiant l’individu à l’ordre public, deviendrait un abus d’autorité ; un pas de moins, en ne remplissant pas le but politique de l’institution des milices, laisserait tout dans le chaos107. »

  • 108 Ibid., p. 40.

62Dans sa volonté de montrer que l’assujettissement à la milice n’est pas un asservissement, il invoque l’exemple suisse et… anglais où tout le monde est sujet au service militaire et il se donne le luxe de s’appuyer sur Rousseau qu’on ne peut soupçonner d’être favorable à rien de ce qui est contraire aux droits de l’Homme108 ; mais le Rousseau qu’il invoque est celui du citoyen-soldat, non celui de la milice de la France de l’Ancien Régime. Il en arrive, en effet, comme tous les penseurs que nous avons évoqués, à dire que l’organisation militaire, qui semble à première vue n’intéresser que le département de la Guerre, est une question essentiellement politique.

63Si l’organisation qu’il propose est adoptée, les intendants n’auront plus besoin de lever un nombre d’hommes plus important qu’il n’est réellement nécessaire, ce qui ajoute l’arbitraire à l'inégalité.

  • 109 Ibid., p. 21.

« Mais pour parer aux vexations qui ont résulté de cette manière violente et des pratiques de procurer à l’État des défenseurs, il est donc nécessaire d’établir […] une forme d’administration qui mette les administrateurs dans l’heureuse impuissance d’abuser de leur autorité109. »

  • 110 Ibid., p. 43.

64Les opérations du tirage au sort pourraient être, dans ce système, moins coûteuses pour l’État et occasionner moins de dépenses aux miliciables, quand ils se déplacent pour le tirage et vont au cabaret. Ils resteraient libres de leurs mouvements et de leur domiciliation, à condition de la faire connaître à l’administration, et continueraient à être des producteurs. Ainsi aurait-on la certitude d’avoir une armée de citoyens prête à marcher ; elle n’enlèverait au commerce et à l’agriculture les bras qui leur manquent que dans l’instant où tout doit céder à la nécessité de se défendre. C’est le seul système défensif qui se concilie avec les intérêts politiques et les finances du royaume110.

  • 111 Ibid., p. 37.
  • 112 Ibid., p. 35.

65Des Pommelles s’élève avec vigueur contre la proposition de convertir l’obligation personnelle de servir dans la milice en un impôt qui serait utilisé pour acheter des hommes. Il refuse le remplacement car les remplaçants qui seraient alors admis ne seraient pas des agriculteurs sains et robustes mais des citadins déracinés et énervés par une vie de mollesse111. Au demeurant, le peuple est habitué au tirage et, si on le supprimait, il faudrait le rétablir dès la première campagne et, en outre, user alors des moyens indignes comme « la presse »112. Il admet cependant des atténuations pour son système. Même les citoyens qui appartiennent aux catégories soumises au tirage pourront se faire représenter par un homme engagé volontairement.

  • 113 Ibid., p. 43.

« Il est très différent de supprimer par une loi une obligation du service militaire et de la remplacer par une imposition ou de la laisser subsister et de permettre des exceptions, sous des conditions sagement combinées113. »

66Comme Guibert, le chevalier des Pommelles affirme :

  • 114 Ibid., p. 33.

« La gloire de la nation, sa sûreté, son influence politique exigent une révolution de cette partie. Mais ce que les ordonnances les mieux conçues n’auraient jamais pu faire, les circonstances et l’opinion peuvent l’espérer114. »

  • 115 J.-F. Lambert, inspecteur des apprentis, Sur l’avilissement de la milice française, Au champ de Ma (...)

67La plupart de ces auteurs, quelles que soient les solutions qu’ils avancent, désirent passionnément une régénération de la condition du combattant et une réhabilitation du fait militaire. Ils veulent tirer l’armée de « l’avilissement » dans lequel elle est plongée. Ce terme constitue même le titre d’un ouvrage de J.-F. Lambert, paru en 1772, dans lequel l’auteur traite en fait des troupes réglées et non de la milice provinciale115. Les réformes de la monarchie finissante paraissent à ces hommes insuffisantes à cet égard voire contradictoires avec le but qu’ils se proposent. Ainsi Servan avance-t-il :

  • 116 J. Servan, op. cit., p. 32 et p. 38.

« Depuis la paix de 1763, on tenta de corriger quelques vices de notre constitution militaire mais il faut convenir que les remèdes furent trop violents ou trop mal employés116. »

  • 117 Ibidem., p. 35.

68Et de s’en prendre, de façon virulente, à l’introduction de la discipline prussienne : « Ainsi, après que tout a été tenté, tout reste encore à faire117. »

  • 118 J.-L. Quoy-Bodin, L’Armée et la franc-maçonnerie au déclin de la monarchie, sous la Révolution et (...)
  • 119 J. Chagniot, « Les rapports entre l’armée et la société à la fin de l’Ancien Régime », Histoire mi (...)
  • 120 Ouvrage anonyme paru en 1790, Paris, Jacob et Sion, cité par J-.L. Quoy-Bodin, « Ethique de la gue (...)

69Cette régénération doit aller de pair avec celle de la société toute entière et en être le reflet. Les loges militaires, créées par les officiers francs-maçons à la recherche d’une éthique qui serait militaire et non plus guerrière118, se préoccupent ainsi de réconcilier l’honneur et l’utilité sociale119. « Tels qu’ils sont, les militaires épouvantent les philosophes et les amis de la liberté, tels qu’ils devraient être, ils en seraient le soutien120. » Il faut donc rendre le soldat utile et bienfaisant, objectif qui fait la fortune de l’image – on peut même parler de mythe – du soldat laboureur, développé par d’autres auteurs. En temps de guerre, le soldat est le défenseur de la liberté et de la prospérité de l’ensemble de la société. Or on ne veut pas reconnaître en lui, le citoyen utile, déplorait déjà J.-F. Lambert qui ajoutait :

  • 121 J.-F. Lambert, op. cit., p. 71.

« Le moyen le plus sûr d’étayer sur des fondements inébranlables la bravoure française, c’est d’allier la gloire qui en résulte au bien public qu’elle doit avoir pour objet121. »

70Si le soldat français sort de l’ignominie et du mépris dans lesquels on le tient,

  • 122 Ibidem.

« [...] il ne se ferait plus un jeu de verser le sang des malheureux : l’humanité lui ferait connaître les limites des droits de la guerre […] enfin le soldat français réunirait au titre de guerrier intrépide, celui de l’ami de l’humanité122. »

  • 123 Ouvrage anonyme, op. cit., p. 173.

71Une fois de plus, ces perspectives n’allaient pas sans contradictions, notamment chez la noblesse d’épée qui fut à l’origine du développement de la maçonnerie dans l’armée : outre que la conciliation entre les vertus maçonniques et les devoirs du combattant pouvait paraître difficile sur un champ de bataille123, ces loges maçonniques ne freinèrent nullement la réaction nobiliaire. En outre, leur composition ne subvertit nullement la hiérarchie sociale fondée sur la naissance.

  • 124 Voir aussi les travaux de P.-Y. Beaurepaire, en particulier, La République universelle des francs- (...)
  • 125 A. Corvisier, L’armée française de la fin du xviie…, op. cit., p. 955.

72Bientôt la régénération de l’armée124 devient un préalable et, par un renversement de perspective, c’est l’armée qui est considérée comme le modèle de la société à venir et non l’inverse. Avec un siècle d’avance, c’est déjà le thème de « l’arche sainte ». Après Rossbach, l’esprit militaire s’oppose à l’esprit bourgeois125. On le pressent à travers le projet de constitution – ou de reconstitution – d’une noblesse militaire, projet qui a la faveur de la petite noblesse.

73L’œuvre du chevalier d’Arcq, La noblesse militaire ou le patriote français, qui date de 1756, résume parfaitement ce projet et le paradoxe fondamental qui le sous-tend. En effet, celui-ci s’inscrit aussi dans la réaction nobiliaire. Le chevalier d’Arcq répond à l’abbé Coyer qui venait d’écrire la même année La noblesse commerçante. Dès les commencements de l’ouvrage, le ton est donné :

  • 126 Ph. A. de Sainte-Foy, chevalier d’Arcq, La Noblesse militaire ou le Patriote Français, Barbier, 17 (...)

« Un Auteur estimable, Philosophe et citoyen mais citoyen prévenu contre les vrais ressorts de la saine politique, propose aujourd’hui de rendre la Noblesse commerçante126. »

  • 127 Ibidem, p. 1.

74« Noblesse militaire : depuis quand ces deux mots ne sont plus synonymes parmi nous ?127 » Dans la préface on sent les contradictions du projet dont l’auteur prétend pourtant s’inscrire dans l’esprit du temps :

  • 128 Ibid., préface, p. IV.

« Citoyen zélé, sujet fidèle, je ne sais point distinguer au fonds de mon cœur le Prince d’avec la patrie ni l’intérêt particulier de l’intérêt de l’État128. »

  • 129 Ibid., p. 200.

75Pour le chevalier d’Arcq, en effet, il est un ordre naturel du monde, de la société, du gouvernement. L’inégalité des rangs et des fonctions fonde le gouvernement monarchique. L’égalité des citoyens en élévation produit le gouvernement républicain, l’égalité des citoyens en avilissement, le despotisme. L’Angleterre est, certes, une nation commerçante mais précisément la forme de son gouvernement est à la fois monarchique et républicaine. Or c’est la forme purement monarchique de l’État qui a les préférences de l’auteur. « L’État n’est sain qu’autant que tous ses membres travaillent utilement et conformément à leur destination naturelle129. » La destination « naturelle » de la noblesse est

  • 130 Ibid., p. 38 sq.

« [...] de soutenir la gloire et les intérêts du Prince et de la nation, de verser tout son sang pour défendre ceux dont le travail journalier contribue à sa subsistance et à son bien-être et de rendre la justice aux Citoyens […] portion du pouvoir souverain que le monarque lui confie. […] par conséquent, on ne peut la rendre commerçante sans blesser l’inégalité harmonique des rangs : par conséquent, on ne peut la rendre commerçante sans vicier l’État130 ».

  • 131 Ibid., p. 105.

76En effet, si la noblesse s’adonne au commerce, qui défendra la patrie ? Ce seront les roturiers qu’il faudra nécessairement anoblir. « Quelle absurde Révolution [sic]131 ! »

77Tout en fustigeant le luxe, le chevalier d’Arcq ne veut pas condamner le commerce que le souverain doit soutenir dans une certaine mesure. En fait, son mépris éclate souvent à propos des ressorts qui animent les commerçants :

  • 132 Ibid., p. 49 sq.

« Mais quels sont les hommes que donne le commerce ? Des Calculateurs [sic] dont l’unique but est de s’enrichir en procurant à leurs concitoyens tout ce qui peut amollir le courage, des hommes toujours prêts à se transplanter dans d’autres climats, pour peu qu’ils trouvent leur intérêt à s’expatrier, des hommes qui savent tout entreprendre pour accroître l’opulence, le faste, le luxe de leur pays, et rien pour conserver sa liberté132. »

  • 133 Ibid., p. 91.

78Le luxe n’a ceci de bon que lorsqu’il remet un roturier à sa place en le poussant à dissiper les biens acquis par son père : « Dans l’ordre naturel, ses enfants n’étaient pas faits pour les posséder et la prodigalité les rend à leur véritable condition133. »

79D’autres ressorts animent les militaires, qui n’existent que chez la noblesse.

  • 134 Ibid., p. 60.

« Le but du Commerce en général est l’intérêt, la considération n’y est, pour ainsi dire, qu’en sous-ordre. Au contraire le but de l’honneur n’est autre chose que la considération à laquelle on immole continuellement l’intérêt134. »

80Le chevalier d’Arcq a une vision très traditionnelle du sens de l’honneur.

  • 135 Ibid., p. 63 sq.

« Encore une fois, les Militaires sacrifient continuellement à la gloire leur fortune, leurs commodités, leur repos et jusqu’à leur vie ; privations, travaux, fatigues, veilles, étude, dangers, rien ne leur coûte lorsqu’il s’agit d’acquérir de la gloire […] Or quel est cet amour de la Gloire ? Pense-t-on qu’il puisse être séparé de l’amour de soi-même ? Pense-t-on que le Patriotisme seul anime ceux qui courent après la gloire ? […] Trop heureux l’État où l’amour de soi-même, où l’intérêt particulier, conduit les Citoyens au bien général. C’est ainsi que l’amour de la Gloire en soutenant le Throne [sic] maintient la Monarchie et cet amour analysé est ou le désir de s’attacher de la considération […] ou la crainte qui fait agir comme l’amour de la patrie, comme les sentiments d’honneur que l’on suppose toujours dans la Noblesse et que souvent elle y remplace135 […] »

81Il conclut :

  • 136 Ibid., p. 136.

« Songera-t-on encore à introduire la Noblesse dans le commerce ? Songera-t-on encore à violer, pour ainsi dire, les constitutions de la Monarchie Française, en tolérant que les Gentilshommes puissent devenir Marchands sans se dégrader et sans perdre leurs privilèges136 ? »

82Certes, le chevalier d’Arcq n’idéalise pas la noblesse de son temps. Il fustige la vénélité des grades et sa critique du désintérêt de certains nobles envers leur fonction transparaît dans certaines recommandations qui rejoignent celles de Guibert :

  • 137 Ibid., p. 85 sq.

« Noblesse Française, voulez-vous être riche ? Quittez ce luxe qui vous dégrade […] Qu’un gentilhomme ose être grand, il sera riche […] les militaires ne doivent paraître qu’à la Cour qu’avec l’habit qui les distingue du reste des sujets […] Pourquoi rougiraient-ils de le porter à vos [ceux du roi] yeux ? Pourquoi rougiriez-vous de les en voir décorés ? Il est l’uniforme de la gloire et de l’honneur137. »

83Aussi admet-il qu’un noble puisse perdre sa noblesse à titre personnel de même qu’un roturier qui se sera montré soldat courageux puisse devenir noble, sans que ce titre devienne héréditaire. Il faut que tous les gentilshommes entrent dans l’armée et que le roi les y encourage. La noblesse pauvre évitera ainsi l’indigence dont l’abbé Coyer voulait la faire sortir par le commerce.

84Le problème est que de telles intentions se retournent contre leurs auteurs. La réaction nobiliaire, dirigée initialement contre les anoblis et les nobles présentés au roi, ne met pas fin au monopole que ceux-ci avaient sur les hauts grades et se fait sans que la petite noblesse y trouve son avantage. Surtout, cette réaction s’accomplit au détriment du tiers état, achevant de dresser ses élites contre la société d’ordres et ruinant en définitive un projet miné par ses contradictions.

  • 138 J.-L. Quoy-Bodin, L’Armée et la franc-maçonnerie…, op. cit., p. 34.

« Les ordonnances de 1781 et celle de 1788 empêchent toute reconstitution d’une société fondée non sur l’argent mais sur le mérite et dont l’armée aurait été le modèle et l’exemple138. »

85Par un nouveau paradoxe, c’est la Révolution et ce sont les roturiers qui réaliseront les levées de volontaires et la levée en masse dont le chevalier d’Arcq a la vision prémonitoire quand commence la Guerre de Sept Ans et qu’il semble souhaiter sans d’ailleurs – par une autre contradiction – vouloir les réserver aux nobles :

  • 139 Ph. A. de Sainte-Foy, chevalier d’Arcq, op. cit., p. 207-209.

« Mais j’entends encore les murmures de la nation, des milliers de voix s’écrient aux armes. O Français ! O mes chers compatriotes […] je vous reconnais ! […] Le Roi est offensé, la Nation est insultée ; je vous vois dépouiller ces vains ornements, étendards de la volupté que vous ne vous permettez que dans le frein du repos. Biens, plaisirs, amis, parents, vous quittez tout pour courir à la gloire, enfin vous êtes des hommes […] Nation trop fière de ses forces maritimes, de l’étendue de son commerce ! Vois notre noblesse impatiente d’aller punir ton audace […] France ! Vois tes enfants s’assembler sur les côtes pour voler à la vengeance. Ils sont ton appui le plus sûr. Ils ne tromperont jamais ton attente. Le dernier de tes citoyens te défendrait encore contre le monde entier armé pour ta ruine : s’il ne se flattait pas de vaincre, du moins il saurait mourir et son dernier regard ne verra jamais l’étranger dans ton sein. Tous tes enfants font des Bayard, des Turenne. Ils ne veulent point de richesses, s’il leur en coûte l’honneur ; ils ne veulent point de biens, s’ils ne sont attachés à la gloire139. »

86Enfin, il évoque un thème qui court en filigrane dans tous les débats propres à l’histoire militaire des Français.

  • 140 Ibid., p. 202 sq.

« Veut-on voir encore une fois les avantages d’un peuple belliqueux sur une nation commerçante ? Parcourons l’histoire de Rome et de Carthage. Cherchons le point où commença la ruine de cette dernière République […] La profession des armes y était confondue avec les autres professions et peut-être y était-elle encore au-dessous de toutes puisque la défense de l’État était abandonnée aux mercenaires et ce fut la principale cause de sa ruine140. »

  • 141 F. Cardini, La culture de la guerre xe-xviiie siècle, Florence, 1982, traduction française, Paris, (...)

87D’une façon générale, dans ce balancement entre Athènes et Sparte141, que l’opposition entre Rome et Carthage peut aussi bien figurer et qui est à l’arrière plan de l’œuvre des penseurs, c’est Sparte qui l’emporte – souvent à travers les traits d’une république romaine idéalisée – au risque de provoquer un conflit avec la liberté chère aux Lumières. On l’a vu chez Rousseau et Mably. On le voit chez Guibert, Servan, le chevalier des Pommelles dont on soulignera qu’ils appartiennent à la petite noblesse et qui ne sont pas avares de diatribes contre le luxe amollissant, pourtant introduit par le progrès de la civilisation qu’ils saluent par ailleurs. Le mythe du soldat laboureur y trouve aussi un autre de ses fondements.

  • 142 J. A. H. comte de Guibert, op. cit., p. 107.

« Ce sont les peuples laboureurs qui sont les plus guerriers. Qu’on se rappelle les Romains dans leurs beaux jours, qu’on voie les Suisses. Lorsqu’un pays entier est militaire, au premier signal tous ses habitants sont ses défenseurs142. »

  • 143 A. Ehrenberg, op. cit., p. 40 et p. 46.

88Guibert juge les guerres à la fois funestes et utiles parce qu’elles obligent la vertu du citoyen à se déployer toute entière. La guerre est l’école du peuple et le modèle de formation du citoyen, la guerre est un laboratoire des procédures d’éducation à la citoyenneté143. Même en temps de paix, le camp sera l’avant-garde de la cité nouvelle.

  • 144 J. A. H. comte de Guibert, op. cit., p. 106.

« Il faut que le roi qui, en France, peut tout, où ses mœurs déterminent les mœurs politiques, veuille ramener ses courtisans à une vie agissante et militaire. Bientôt, on verra disparaître la mollesse, le libertinage, la débauche obscure et ruineuse et tous les petits vices qui dégradent les grands seigneurs. Bientôt à la génération actuelle succédera une génération propre à la guerre et à la gloire […] La bourgeoisie ne regardera plus l’état du soldat comme un opprobre144. »

  • 145 Ibidem, p. 72 sq.
  • 146 J. Servan, op. cit., p. 249-250.

89Guibert se défend, nous l’avons vu, de vouloir transformer la nation entière en camp permanent mais il a la nostalgie des États antiques dans lesquels toute la jeunesse recevait une éducation guerrière, où la nation était préparée par ses mœurs à former une milice vigoureuse145. Même tonalité chez Servan qui souhaite que, dans les hameaux militaires qu’il veut créer, les officiers se mêlent aux soldats pour mener une « vie guerrière et agreste ». Certes, ces officiers sont très braves à la guerre mais « Rien ne ressemble point [sic] à un militaire que nos officiers pendant la paix146. » Des Pommelles est encore plus incisif.

  • 147 Chevalier des Pommelles, op. cit., p. 33.

« Au lieu de continuer à anéantir l’esprit militaire, il faut le faire renaître et combiner la constitution civile avec la constitution militaire, il faut rendre aux Français leur premier caractère qui fit trembler tant de fois les Romains ; alors non seulement tous les étrangers voudront vivre sous nos lois et nous respecteront mais nous reprendrons dans la balance de l’Europe la place que la nature nous a assignée et aucune puissance n’osera nous attaque147. »

Notes

1 Elles étaient ainsi nommées car elles se distinguaient de l’ost féodal dû au suzerain – et non au souverain – et des bandes de mercenaires fournies par les entrepreneurs de guerre pour une circonstance donnée. Voir A. Martel, « Le métier militaire en France (1688-1954) », B. Boëne (dir.), Actes du colloque de Coëtquidan, La spécificité militaire, 1988, Paris, A. Colin, 1990, p. 12-21.

2 S. Scott, The response of the royal army to the French Revolution : The role and development of the line army, 1787-1793, Oxford, Clarendon press, 1978.

3 W. Serman, J.-P. Bertaud, Nouvelle histoire militaire de la France, 1789-1919, Paris, Fayard, 1998, p. 17.

4 J. A. H. de Guibert (comte), Ecrits militaires (1772-1792), Préface du général Ménard, Guibert ou la Révolution de l’armée, Paris, Copernic, 1976, p. 33.

5 A. Corvisier, op. cit., p. 955 sq.

6 J.-P. Bertaud, Guerre et société en France de Louis xiv à Napoléon 1er, Paris, A. Colin, 1998, coll. « U ».

7 Idem, La Révolution armée…, op. cit., p. 37.

8 A. Corvisier, Armées et Sociétés en Europe de 1494 à 1789, Paris, PUF, 1976, coll. « Sup. L’Historien », p. 138.

9 S. Scott, « L’armée de l’Ancien Régime à la veille de la Révolution », M. Biard, A. Crépin, B. Gainot (dir.), Mélanges J.- P. Bertaud, La plume et le sabre, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 199-203.

10 A. Corvisier, L’Armée française de la fin du xviie…, op. cit., p. 953.

11 J.-P. Bertaud, op. cit., p. 37.

12 J. Chagniot, « Les faux-semblants du désarmement collectif dans la France des Lumières », A. Corvisier (dir.), Histoire militaire de la France, Paris, PUF, 1992, tome ii, chap. premier, p. 7.

13 A. Corvisier, op. cit., p. 953.

14 Idem, Armées et Sociétés en Europe…, op. cit., p. 41-42.

15 Id., Dictionnaire d’art et d’histoire militaire, Paris, PUF, 1988, p. 576-579.

Id., Armées et Sociétés en Europe…, op. cit.

Id., L’Armée française de la fin du xviie…, op. cit.

G. Bodinier, article Milices, F. Bluche (dir.), Dictionnaire du Grand Siècle, Paris, Fayard, 1990, p. 1028-1029.

J. Chagniot, article Milice provinciale, L. Bély (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, PUF, 1996, p. 831.

J. Gebelin, Histoire des milices provinciales (1688-1791) Le tirage au sort sous l’Ancien Régime, Paris, Hachette, 1882.

P. Laporte, La milice d’Auvergne, Thèse pour le doctorat d’État, Faculté de droit de l’Université de Paris, 1954.

16 J. Chagniot, op. cit., p. 83.

17 J. Gebelin, Les milices provinciales de Nîmes d’après les archives nîmoises. Le tirage au sort à Nîmes au xviiie siècle, Nîmes, Librairie ancienne A. Catelain, 1886.

18 Idem., Histoire des milices provinciales…, op. cit., p. 238.

19 A. Latreille, L’œuvre militaire de la Révolution. Armée et Nation à la fin de l’Ancien Régime, Chapelot, Paris, 1914.

20 J. Gebelin, op. cit.

21 G. Best, op. cit., p. 20.

22 A. Corvisier, Armée et Société en Europe…, op. cit., p. 71.

Dans L’Armée française de la fin du xviie…, op. cit., il estime que, sur un million de soldats levés de 1700 à 1760, 300 000 provinrent de la milice.

23 J.-P. Bertaud, op. cit., p. 36.

24 W. Serman, J.-P. Bertaud, op. cit., p. 16.

25 Ibidem, p. 17 sq.

26 A. Meynier, « L’armée en France sous le Consulat et l’Empire », Revue d’études militaires, 21e année, n° 6, 1er juillet 1933, p. 20.

27 A. Latreille, op. cit., p. 39.

28 Chevalier des Pommelles, lieutenant-colonel du cinquième régiment d’état-major, Tableau de la population de toutes les provinces de France et de la proportion, sous tous les rapports, des naissances, des morts et des mariages depuis dix ans d’après les registres de chaque généralité, accompagné de notes et observations. Mémoire sur les milices, leur création, leur vicissitude et leur état actuel. Examen de la question sur la prestation du service militaire en nature ou sur sa conversion en une imposition générale, Paris, 1789, p. 12.

29 J. Chagniot, « Les faux-semblants du désarmement… », op. cit., p. 19.

30 J. Gebelin, Les milices provinciales de Nîmes…, op. cit.

31 P. Roux, « Le recrutement de la milice royale au xviiie siècle : L’exemple du bataillon d’Albi (1740-1771) », Annales du Midi, tome 108, n° 216, octobre-décembre 1996, p. 461467.

32 Ibidem. On observera de nouveau cette attitude lors des enrôlements de la Révolution et de l’Empire.

33 J. Gebelin, Les milices provinciales de Nîmes…, op. cit., p. 12.

34 A. Latreille, op. cit., p. 35.

35 « Les faux semblants du désarmement collectif de la France des Lumières ». Nous avons vu que c’est le titre que J. Chagniot donne au chapitre premier du tome ii de L’Histoire militaire de la France…, op. cit.

36 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers par une société de gens de lettres, mis en ordre par Diderot et d’Alembert, tome vii, MDCCLVII, p. 995 sq.

37 M. Belissa, Fraternité universelle et intérêt national (1713-1795) Les cosmopolitiques du droit des gens, Paris, Kimé, 1998, p. 57.

38 A. Corvisier, l’Armée française de la fin du xviie…, op. cit., p. 955.

39 M. Bélissa, op. cit., p. 57 et p. 117 sq.

40 Chevalier des Pommelles, op. cit.

41 H. Mettrier, L’Impôt et la milice chez J.-J. Rousseau et Mably, Thèse pour le doctorat es sciences politiques et économiques, Paris, 1901, Larose, p. 184.

42 Encyclopédie… op. cit., article Milice, tome x, p. 505 et p. 765.

43 A. Corvisier, l’Armée française de la fin du xviie…, op. cit., p. 955.

44 Le rôle des « soldats de la bourgeoisie » était double et une partie de leurs tâches en faisait des auxiliaires de l’armée royale : garde des places en remplacement de celle-ci quand elle combattait, convoi de prisonniers, voire surveillance… de la milice royale. Au xviiie, dans la plus grande partie de la France, les milices bourgeoises n’eurent pas l’occasion d’accomplir ce rôle, au point que J. Chagniot, « Les faux-semblants du désarmement collectif… », op. cit., p. 16 sq., parle de déclin voire de décrépitude pour la plupart d’entre elles. Mais aux frontières du Nord et de l’Est, quand elles en eurent l’occasion, elles le tinrent effectivement, ce qui, selon A. Corvisier, n’autorise donc pas à le juger comme une simple survivance, A. Corvisier, « Quelques aspects sociaux des milices bourgeoises au xviiie », Les hommes, la guerre et la mort, Paris, Economica, 1985, p. 221257, notamment p. 229 sq.

45 A. Corvisier, Ibidem, p. 259-288.

J. Chagniot, Ibidem, p. 16.

46 A. Corvisier, « Service et sacrifice », Les hommes, la guerre et la mort…, op. cit., p. 216.

47 R. Mas, « L’Essai général de tactique (1770) de Guibert ou le rationalisme des Lumières face à la guerre », P. Viallaneix et J. Ehrard (dir.), Colloque La bataille, l’armée, la gloire, Clermont-Ferrand, 1985, tome i, p. 118-134.

48 A. Crépin, La conscription en débat ou le triple apprentissage de la nation, de la citoyenneté, de la République (1798-1889), Arras, Artois Presses Université, 1998, p. 17.

49 J. A. H. de Guibert (comte), op. cit., p. 74.

50 A. Ehrenberg, Le corps militaire. Politique et pédagogie en démocratie, Paris, Aubier, 1983, coll. Résonances.

51 J. A. H. comte de Guibert, op. cit., p. 78 sq.

52 Ibidem., p. 56 sq.

53 Ibid., p. 67 sq.

54 Ibid., p. 57 sq.

55 Ibid., p. 51 sq.

56 R. Mas, op. cit.

57 J. H. A. comte de Guibert, op. cit., p. 81 sq.

58 Ibidem, p. 64.

59 Ibid., p. 51 sq.

60 Ibid., p. 54.

61 A. Corvisier, L’Armée de la fin du xviie siècle…, op. cit., p. 955.

62 J. A. H. comte de Guibert, op. cit., p. 82 sq.

63 Ibidem, p. 88 sq.

64 Ibid., p. 107 sq.

65 Ibid., p. 81 sq.

66 Ibid., p. 105.

67 Ibid., p. 107 sq.

68 Ibid., p. 47 sq.

69 A. Ehrenberg, op. cit., p. 37.

70 Le titre complet est Le soldat citoyen ou vues patriotiques sur la manière la plus avantageuse de pourvoir à la défense du royaume, Dans le pays de la liberté, Neufchâtel, 1780.

71 Ibidem, p. 109.

72 Ibid., p. 7.

73 Ibid., p. 19.

74 Ibid., p. 70 et p. 75.

75 Ibid., p. 19.

76 Ibid., p. 66.

77 Ibid., p. 116 sq.

78 Ibid., p. 163.

79 Ibid., p. 235 sq.

80 Ibid., p. 333.

81 Ibid., p. 50.

82 J. Gebelin, Histoire des milices provinciales…, op. cit., p. 237 sq.

83 J.-P. Bois, Maurice de Saxe, Paris, Fayard, 1992, p. 190 sq.

84 H. Mettrier, op. cit., p. 98.

85 J.-J. Rousseau, Considérations sur le gouvernement de la Pologne et sur sa réformation projetée dans le Contrat social, Rouen, Veuve Pierre Dumesnil, 1772, chap. 12, p. 384.

86 Mably, Entretiens de Phocion sur le rapport de la morale avec la politique traduits du grec de Nicoclès avec des remarques, Zurich, Heidegger et Cie, 1763, p. 135-136.

87 Id., Remarques, p. 230-231.

88 Id., Œuvres complètes, tome xii, De la législation ou Principes des lois, livre iii, chap. III, Nîmes, Gaude, 1791, p. 292-293.

Diderot disait déjà : « Il faudrait que, dans chaque condition, le citoyen eût deux habits, l’habit de son état et l’habit militaire. », cité par J.-P. Bertaud, La Révolution armée…, op. cit., p. 57.

89 J.-J. Rousseau, p. 384.

90 H. Mettrier, op. cit., p. 185.

91 Ibidem., p. 182.

92 Ibid., p. 183 sq.

93 Mably, Œuvres complètes, tome xii, De la législation…, op. cit., Nîmes, Gaude, 1791, livre iii, chap. III, p. 293-294.

94 H. Mettrier, op. cit., p. 90.

95 Mably, Entretiens de Phocion…, op. cit., 4e entretien, p. 135.

96 Chevalier des Pommelles, op. cit.

97 Ibidem, p. 24.

98 Ibid., p. 39.

99 Ibid., p. 39.

100 Ibid., p. 5.

101 Ibid., p. 2.

102 Ibid., p. 35.

103 Ibid., p. 21.

104 Ibid., p. 40.

105 Ibid., p. 4.

106 Ibid., p. 45 sq.

107 Ibid., p. 19.

108 Ibid., p. 40.

109 Ibid., p. 21.

110 Ibid., p. 43.

111 Ibid., p. 37.

112 Ibid., p. 35.

113 Ibid., p. 43.

114 Ibid., p. 33.

115 J.-F. Lambert, inspecteur des apprentis, Sur l’avilissement de la milice française, Au champ de Mars, 1772.

116 J. Servan, op. cit., p. 32 et p. 38.

117 Ibidem., p. 35.

118 J.-L. Quoy-Bodin, L’Armée et la franc-maçonnerie au déclin de la monarchie, sous la Révolution et l’Empire, Economica, 1987, préface d’A. Corvisier.

119 J. Chagniot, « Les rapports entre l’armée et la société à la fin de l’Ancien Régime », Histoire militaire de la France…, op. cit., tome ii, chap. V, p. 120.

120 Ouvrage anonyme paru en 1790, Paris, Jacob et Sion, cité par J-.L. Quoy-Bodin, « Ethique de la guerre et mystique de la paix dans les loges militaires (xviiie-xxe siècles) », Revue Historique, tome 543, juillet-décembre 1982, p. 170.

121 J.-F. Lambert, op. cit., p. 71.

122 Ibidem.

123 Ouvrage anonyme, op. cit., p. 173.

124 Voir aussi les travaux de P.-Y. Beaurepaire, en particulier, La République universelle des francs-maçons de Newton à Metternich, Éditions Ouest-France, Rennes, 1999.

125 A. Corvisier, L’armée française de la fin du xviie…, op. cit., p. 955.

126 Ph. A. de Sainte-Foy, chevalier d’Arcq, La Noblesse militaire ou le Patriote Français, Barbier, 1756, p. 2.

127 Ibidem, p. 1.

128 Ibid., préface, p. IV.

129 Ibid., p. 200.

130 Ibid., p. 38 sq.

131 Ibid., p. 105.

132 Ibid., p. 49 sq.

133 Ibid., p. 91.

134 Ibid., p. 60.

135 Ibid., p. 63 sq.

136 Ibid., p. 136.

137 Ibid., p. 85 sq.

138 J.-L. Quoy-Bodin, L’Armée et la franc-maçonnerie…, op. cit., p. 34.

R. Blaufarb, The French Army 1750-1820 Careers, Talent, Merit, Manchester and New York, Manchester University press, 2002.

139 Ph. A. de Sainte-Foy, chevalier d’Arcq, op. cit., p. 207-209.

140 Ibid., p. 202 sq.

141 F. Cardini, La culture de la guerre xe-xviiie siècle, Florence, 1982, traduction française, Paris, Gallimard, 1992, coll. « Bibliothèque des Histoires », p. 399-400.

142 J. A. H. comte de Guibert, op. cit., p. 107.

143 A. Ehrenberg, op. cit., p. 40 et p. 46.

144 J. A. H. comte de Guibert, op. cit., p. 106.

145 Ibidem, p. 72 sq.

146 J. Servan, op. cit., p. 249-250.

147 Chevalier des Pommelles, op. cit., p. 33.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search