Version classiqueVersion mobile

Une guerre totale, Paraguay, 1864-1870

 | 
Luc Capdevila

Troisième propos : Paroles d'archive

Présentation. Le maréchal et les consuls

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L'ouverture d'un consulat par la France impériale, en 1854 à Asunción, faisait suite à la signature, l'année précédente, du traité franco-paraguayen d'amitié, de commerce et de navigation. Le gouvernement de Carlos Antonio López entendait nouer des rapports bilatéraux avec les puissances européennes et nord-américaines, afin de normaliser ses propres relations avec les États voisins de la Plata. Don Carlos pensait trouver également en Europe les ressources nécessaires au développement du Paraguay. Aussi, quelques mois après l'ouverture simultanée des consulats français et britannique, les premières vagues d'immigrants originaires de ces deux pays débarquaient au port d'Asunción. Malgré la politique d'ouverture du président López, les relations avec les Européens ne cessèrent de connaître des tensions. La Grande-Bretagne ferma son poste en 1859 à la suite d'un différend grave concernant l'un de ses ressortissants, confiant la protection des sujets britanniques à la représentation fra...

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search