Version classiqueVersion mobile

Une guerre totale, Paraguay, 1864-1870

 | 
Luc Capdevila

Deuxième propos : Une archéologie du souvenir

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

15 - Le Paraguay aujourd'hui
(ONU, 2001)

Image

Semi-nomades, les paysans paraguayens ne sont pas attachés à la valeur symbolique de la matérialité des lieux. L'ethnologue Capucine Boidin a étudié les raisons qui conduisent les habitants des campagnes à abandonner leurs maisons lorsqu'elles sont trop vieilles, parce qu'ils migrent, ou dès lors que le principal occupant est décédé1. La maison est alors littéralement « laissée tomber » (ho'a), cédée au mort, les matériaux de construction récupérés, la nature tropicale réinvestissant la place. À terme, le lieu devient un taperekue, c'est-à-dire : « ce qui fut à travers du chemin »2. C'est ici l'expression d'un certain rapport au territoire et au temps émanant d'une culture qui se pense dans la nature, en évoluant dans un espace circulatoire connecté aux éléments. Dans les agglomérations les lieux changent vite également. Ils se transforment au fil des goûts, des moyens, des besoins, des contingences de l'époque et d'une grande fantaisie dans l'...

© Presses universitaires de Rennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search