Version classiqueVersion mobile

Mémoires affrontées

 | 
Valérie Sottocasa

Deuxième partie. Montagnes, religion et mémoires à l'épreuve de la Révolution

Chapitre 10. La mémoire mise en scène : enjeux identitaires

Texte intégral

1La mémoire s’appuie sur le souvenir cultivé par les communautés de moments forts ou de sentiments diffus mais tenaces qui pèsent sur les mentalités et les consciences. Mais elle ne saurait être une simple résurgence : la « bagarre » de Nîmes ravive le souvenir de la Michelade, tout comme elle l’entretient et le régénère. À son tour, ce souvenir vient s’intégrer dans un ensemble d’éléments qui constituent la « mentalité révolutionnaire ». À ce titre, il devient déterminant, s’intégrant dans la dynamique qui conduit aux choix politiques. Le souvenir n’est pas seulement un élément de référence, ce qui le confinerait dans un passé révolu. Constitutif de l’identité des communautés confessionnelles, il est intimement lié au présent et au vécu et c’est à ce titre qu’il participe de la mentalité révolutionnaire. La Révolution ne rappelle pas les guerres de Religion, elle en devient un nouvel épisode, dans un entremêlement des temps caractéristique des périodes de crise. Conscients de cet état des choses, les chefs locaux de la contre-révolution vont naturellement intégrer ces souvenirs dans leurs discours, de manière à éclairer les enjeux politiques et peser sur les choix collectifs.

2C’est en ce sens que les autorités révolutionnaires entendent dénoncer la « manipulation » des esprits de la part du clergé réfractaire et des « aristocrates ». Cet argument, nous l’avons vu, n’est pas entièrement recevable : la mémoire populaire des guerres de Religion est ancrée dans l’esprit des deux communautés dont elle constitue une part déterminante de l’identité ; il ne s’agit pas d’une mémoire ravivée intentionnellement par le parti réactionnaire. Ce dernier, néanmoins, l’utilise amplement, tout comme le font, de leur côté, les protestants. C’est sur ce point que nous souhaiterions maintenant nous attarder, afin d’analyser la manière dont la mémoire populaire a été intégrée dans la dynamique révolutionnaire. Dans un second temps, nous observerons la manière dont la Révolution a pu à son tour devenir objet de mémoire, dans le cadre de cette dynamique de guerre de religion, et « rejouer » à nouveau au lendemain de la chute de l’Empire napoléonien. Enfin, nous aborderons l’impact de la Révolution, vécue comme un rejeu des crises religieuses, dans l’historiographie et les mentalités contemporaines.

Le retour du temps de la croisade

Le mythe du complot protestant

3L’adhésion des protestants à l’idéal révolutionnaire et au parti patriote est naturellement perçue, par les catholiques du Midi languedocien, comme l’expression d’une machination destinée à écraser l’Église catholique. La Révolution serait donc devenue, aux mains des protestants, un instrument destiné à servir un objectif aussi vieux que la Réforme elle-même : la destruction de l’Église romaine. Habités par cette angoisse profonde, les catholiques du Midi interprètent le retour des protestants dans la vie politique, l’élection de Jean-Paul Rabaut Saint-Étienne à la présidence de l’Assemblée nationale ainsi que les réformes mises en œuvre à travers la constitution civile du clergé, comme autant de signes révélant la réalité d’un complot anticatholique. La « bagarre » de Nîmes est le fruit d’une peur ravivée ; elle transforme elle-même la peur en réalité, chez des catholiques emportés dans la vieille spirale de l’angoisse des guerres de Religion. L’application de la constitution civile conforte les pires craintes : trop de points rapprochent ce texte de l’organisation de l’Église réformée. Tout cela alimente l’idée du complot protestant, qui se développe aussi à l’extérieur du Midi de la frontière religieuse mais trouve ici un écho hors du commun.

  • 1 . Les Français devenus protestants sans le savoir, ou le parallèle de la religion protestante et d (...)

4En 1792, paraît une brochure anonyme, imprimée à Paris et intitulée Les Français devenus protestants sans le savoir ou le parallèle de la religion protestante et de la nouvelle religion de France1 L’auteur développe l’idée que la constitution civile du clergé est l’œuvre des protestants qui ont « insidieusement » trompé les Français. Une comparaison point par point est menée afin de montrer à quel point la nouvelle Église constitutionnelle est proche de l’Église calviniste. Tout comme les pasteurs, les prêtres sont désormais élus par les fidèles, y compris par les non catholiques. La suppression des vœux monastiques correspond également à une ancienne aspiration de la Réforme. La confiscation des biens de l’Église et la suppression de ses privilèges ont été mises en œuvre dans les pays passés à la Réforme au xvie siècle ; la nationalisation des biens du clergé en France semble la réplique révolutionnaire exacte des confiscations intervenues dans les premiers temps de la Réforme. Ainsi les Français abusés seraient-ils devenus protestants à leur insu.

Document 4
Caricature de Rabaut Saint-Étienne

Document 4Caricature de Rabaut Saint-Étienne
  • 2 Les Coups de rabots. Extrait de l’ouvrage de Boyer-Brun, Histoire des caricatures de la révolte de (...)

5Le thème de la tromperie est repris dans une caricature probablement réalisée à la fin de 1791 ou au début de 1792. Elle représente Rabaut Saint-Étienne sous les traits d’un serpent à tête d’homme, rabotant la Constitution. Des copeaux s’échappent, sur lesquels des inscriptions mentionnent les intentions réelles des protestants. On peut y lire : « Massacre de Nîmes », « Massacre de Montauban », « Massacre d’Uzès », mais aussi « Destruction des prêtres », « Désarmement des Catholiques », « Bandes Noires » ou encore « Point de Roi ! » Prolongeant la queue du serpent, une phrase précise : « Je viens rampant comme le serpent, mais j’ai plus de venin que lui2 » (Document 4). L’image du serpent insiste sur la fourberie des protestants ; tout comme Rabaut Saint-Étienne, qui dissimule son corps de serpent sous les pans de sa robe de pasteur, ils manipulent les Français en se cachant sous le voile des idées des Lumières. Les intentions malignes des huguenots pervertissent la Révolution, tout comme le péché originel a perverti les hommes.

  • 3 Au lendemain des massacres de la Saint-Barthélemy, les cités protestantes du Midi s’unissent et se (...)

6La caricature recouvre une autre accusation, qui veut que les protestants soient les ennemis de la monarchie et cherchent, depuis toujours, à instaurer une république. Présente depuis l’époque des guerres de Religion, cette idée connaît un nouveau destin sous la Révolution3. Les derniers temps de la monarchie absolue n’ont cependant pas vu fleurir les thèses antimonarchistes au sein de la communauté protestante de France, tout au contraire. Au lendemain de la tentative d’assassinat de Louis xv par Damiens, le pasteur Paul Rabaut, père du futur constituant, adresse une lettre aux protestants du Languedoc dans laquelle il insiste sur leur attachement « à la personne sacrée du roi ». Il décrit « la consternation, l’horreur, la douleur profonde » dont ont été saisis les Réformés de la province. Il insiste sur le fait que le respect de l’autorité royale découle de la lecture des Évangiles, dont les protestants sont coutumiers, et dénonce « la doctrine diabolique qu’il est permis, en certains cas, d’assassiner les rois ». Ce témoignage de profond respect envers l’autorité royale est loin d’être isolé. Il n’empêche que le soupçon qui fait des protestants des républicains demeure vigoureux et resurgit dès les premiers temps de la Révolution.

  • 4 ADG, L 413, sd.

7Les discours prononcés à Jalès accusent les protestants de chercher à détruire à la fois l’Église catholique et la monarchie. L’ensemble est particulièrement cohérent aux yeux des catholiques du Midi dont la suprématie a été assurée, depuis la Révocation, par l’engagement politique de la monarchie contre les protestants. Au début de 1791, un pamphlet révolutionnaire circule dans les environs de Saint-Ambroix ; on y dénonce les rassemblements formés à Jalès ainsi que le discours répandu par ses chefs : « Nîmes accusée de vouloir devenir une république protestante et de se séparer du reste du royaume de France4. » La critique religieuse contenue dans la Réforme calviniste est de toute évidence étendue au politique, tant les liens entre religion et politique sont forts et marqués, dans le Midi de la frontière religieuse, par une violence traumatisante. L’adhésion quasi unanime des protestants de la région à la Révolution conforte le discours qui promeut l’amalgame entre protestantisme et républicanisme.

8Les Français devenus protestants sans le savoir...prennent la suite de tout une pensée réactionnaire qui, au cours du siècle des Lumières, revisite l’histoire de France à travers l’antagonisme confessionnel. En 1757, l’abbé de Caveirac prend position contre les défenseurs de la tolérance. Toute sa démonstration s’appuie sur l’idée d’un complot protestant pluriséculaire. Dès l’introduction de la Réforme, assure cet auteur, les protestants ont consciemment fait le choix de la violence afin de provoquer le conflit. Le massacre de Wassy (1er mars 1562) n’aurait pas entraîné la guerre s’il n’avait été le prétexte tant attendu par les protestants pour ouvrir les conflits. L’abbé de Caveirac accuse même les Réformés d’avoir « inspiré » la lance de Montgoméry qui tua accidentellement Henri II en 1559 ! La Saint-Barthélemy relève d’enjeux strictement politiques : Coligny ayant usurpé le pouvoir, il devenait nécessaire d’éliminer le parti, ennemi de la France, afin de restaurer l’autorité royale. La vision de l’histoire développée par Caveirac est figée dans une approche manichéenne déformée par le prisme de l’antagonisme confessionnel propre au Midi languedocien.

9L’auteur anonyme du pamphlet de 1792 ne s’écarte pas de cette logique d’affrontements, à laquelle la Révolution donne un sens concret. La Révolution est la preuve de la réalité du complot protestant. Mesuré à l’aune de plusieurs décennies de manœuvres, de rivalités et d’affrontements parfois sanglants, ce complot suscite une angoisse légitime auprès des populations qui se sentent prises dans un piège séculaire qui se referme à l’occasion de la Révolution. Ce sentiment est fort bien exploité par les chefs contre-révolutionnaires, notamment lors des rassemblements de Jalès.

Les camps de Jalès, en mémoire des guerres de Religion

10Le rassemblement organisé dans la plaine de Jalès en août 1790 résulte d’une réaction de peur, suscitée par les troubles de Nîmes. Plusieurs appels au rassemblement des catholiques se font entendre dans les jours qui suivent, donnant la mesure du traumatisme collectif engendré par le massacre qui a ensanglanté les rues de Nîmes. Une lettre anonyme, écrite d’Uzès le 14 juillet, souligne l’urgence d’une union de tous les catholiques du Midi, des Cévenols aux habitants du Vivarais, du Dauphiné et du Rouergue, pour faire face à la menace que les protestants font peser sur eux.

  • 5 AN, F/7/3667/1, police générale, Gard.

Cette réflexion est d’autant plus fondée, est-il écrit, qu’un cri général de vengeance se fait entendre [...]. Les protestants en plusieurs endroits ont l’imprudence d’appeler aristocrates les catholiques et « cébets » les paysans qui paraissent attachés à leurs seigneurs et à leurs curés, ces injures ne servent qu’à aigrir5...

11L’auteur signale que des camps se sont organisés dans les environs de Beaucaire et Saint-Ambroix, et que tout laisse craindre une recrudescence des troubles, dont les protestants restent, à ses yeux, les responsables. Si l’autorité ne les punit pas, les catholiques se vengeront.

  • 6 AN, F/7/3652/1, police générale, Ardèche, lettre anonyme du 2 octobre 1790.

12Au lendemain de la tenue du premier camp de Jalès, ce qui pouvait passer pour une mise en garde devient réalité. Les magistrats chargés d’enquêter sur les responsables du rassemblement subissent de fortes pressions populaires. Un juge de Largentière voit ses propriétés agricoles dévastées ; un soldat impliqué dans la « bagarre » de Nîmes échappe de peu à la mort ; quant aux juges de Villeneuve-de-Berg (Ardèche), ils refusent d’informer sur le camp car « on leur a fait signifier qu’à leur première démarche les montagnards viendraient mettre la ville et le pays à feu et à sang6 ! » La similitude entre cette mobilisation catholique et celle qui s’était mise en place un siècle plus tôt face aux Camisards est frappante. Il y a, à n’en pas douter, une mémoire des lieux qui ne joue pas seulement chez les protestants. Comme en 1703, les régions catholiques mobilisées se situent dans le canton de Génolhac, dans la plaine de Jalès ainsi que dans la région qui s’étend d’Uzès à Beaucaire. Il y a là une coïncidence qui ne doit rien au hasard mais témoigne d’une mémoire vivante de l’action des catholiques au moment de la révolte des Camisards.

13L’attitude des catholiques de la région reste motivée par une peur collective très forte à l’égard des protestants et des violences de religion qui semblent resurgir. Une lettre écrite de Montpellier en novembre 1790 mentionne des troupes descendues des Cévennes,

  • 7 AN, F/3677/1, police générale, Gard, lettre de Montaigu du 13 novembre 1790.

[qui] jettent l’épouvante partout où elles passent. Je sais, poursuit l’auteur, que les fanatiques de cette religion (il y en a dans toutes) voudraient faire passer les protestants pour être les seuls amis de la constitution7.

14C’est donc de manière particulièrement précoce que se structure dans les mentalités un antagonisme politique reposant exclusivement sur l’appartenance confessionnelle. Le caractère radical de cet antagonisme ne peut que rappeler celui qui a conduit aux guerres de Religion, ce qui explique la panique qui s’empare des catholiques au lendemain de la « bagarre » de Nîmes. Les récits des troubles alimentent les peurs :

  • 8 ADG, 1413, dossier sur les camps de Jalès et les troubles de Saint-Ambroix.

On y parla de prêtres égorgés sur l’autel, d’hosties foulées au pied [...] on dit que les catholiques sont désarmés, que les protestants immolent chaque jour de nouvelles victimes8 !

  • 9 Ibid.

15Aussi se prépare-t-on à résister à l’ennemi avec la même détermination que celle dont firent preuve les catholiques confrontés aux Camisards. Dans les environs de Jalès, les gens affirment que si des protestants osaient se montrer dans le pays, « ils y seraient égorgés ! » De fait, les patrouilles effectuées par les gardes nationaux d’Alès, parmi lesquels on compte de nombreux protestants, suscitent sur leur passage cris de haine et provocations9. Le comportement des catholiques de la région traduit bien un sentiment complexe où se mêlent la peur et la volonté d’en découdre, alimenté par une mémoire qui, nous l’avons constaté, rapportent tout autant défaites et humiliations que victoires et vengeances. Le peuple catholique est massivement convaincu que, dès la levée des mesures répressives à l’encontre des protestants, ces derniers reprendront la lutte séculaire et chercheront à se venger. L’ensemble de la vie politique est interprété à travers ce prisme déformant ; la « bagarre » de Nîmes vient réveiller des peurs anciennes et parfois enfouies. Les comportements collectifs se structurent très vite autour de ce sentiment dont s’emparent les chefs de la contre-révolution. Jalès est le nouveau bastion à partir duquel va s’organiser la résistance catholique face au pays huguenot. Au moment où se met en place la réforme de l’Église catholique, la partition politique du Midi est déjà bien structurée.

16Bien évidemment, la constitution civile du clergé renforce la crainte de voir aboutir le « complot » protestant dénoncé par les chefs royalistes et redouté par les populations. Ce complot, dont les racines plongent aux origines de la Réforme en France, ne peut tendre qu’à l’extermination des catholiques. Cette angoisse très forte se traduit par de nombreux récits de massacres commis par les protestants de la région, colportés par la rumeur dans tout le pays catholique. En février 1791, Uzès est le théâtre d’une insurrection royaliste avortée ; les rumeurs qui entourent ces troubles font état de populations catholiques atrocement massacrées et torturées. Une lettre écrite dans les jours qui suivent cette « bagarre » rapporte des faits d’une très grande violence qui ne reposent sur aucune réalité.

  • 10 AN, F/7/3677/1, police générale, Gard, lettre du 22 février 1791.

Des hommes gagés à demi nus et souillés de sang, des femmes ensanglantées, criant qu’on avait égorgé leurs enfants dans leurs bras se présentaient [...] et assuraient qu’ils étaient échappés par miracle au massacre des catholiques d’Uzès10...

17D’autres rumeurs affirment que des catholiques auraient été crucifiés par les protestants se livrant au pillage des églises.

  • 11 ADG, L421, lettre du curé Olezon du 9 janvier 1792.

18Dans ce panorama sanglant et désolé, l’espoir reste entretenu par les chefs de Jalès qui clament que le moment est venu de se venger. Les Cévennes catholiques représentent pour eux à la fois un refuge et une base solide. Au cours de l’été, des bandes d’hommes armés convergent en direction de la région de Génolhac et Saint-Florent-sur-Auzonnet. Là, on commémore ouvertement les épisodes les plus sanglants des guerres de Religion, tout particulièrement la Saint-Barthélemy, dont le souvenir est fêté à Saint-Cécile-d’Andorge en août 179111

19En juillet 1792, le comte de Saillans sillonne les mêmes régions et fait à nouveau de Jalès le cœur de l’insurrection royaliste projetée. Les recruteurs de la future armée contre-révolutionnaire parcourent la région de Génolhac et de Villefort. C’est d’ailleurs aux « braves légionnaires de SaintFlorent, Robiac, Peyremale, Portes, Malbosc, Aujac, Villefort, Saint-Ambroix... » que Saillans adresse un discours vibrant les engageant à se lancer dans la résistance contre-révolutionnaire :

  • 12 Ibid., L 416.

Colonne inébranlable de la monarchie et [...] de la religion ! O vous tous qui, rassemblés le 18 août dans la plaine de Jalès avez humilié le protestantisme et relevé les restes infortunés des catholiques échappés du trop mémorable massacre de Nîmes12 !

  • 13 Bercé (Y.-M.), Histoire des croquants, Paris, Le Seuil, 1986, p. 277.

20L’essentiel des arguments mis en avant par le comte relève du domaine du religieux. Il présente le combat des royalistes dans le Midi comme une lutte des catholiques contre les protestants, coupables de chercher à détruire la religion à travers la constitution civile du clergé, mais également responsables d’un complot visant à manipuler le roi. On retrouve là le thème ancien du roi trompé par de mauvais ministres, dont Yves-Marie Bercé a étudié les échos populaires13.

21Dernier argument utilisé, la puissance financière, mal acquise, des protestants :

  • 14 ADG, L 416, discours de Saillans aux « Braves légionnaires... »

Ils prodiguent les revenus de l’État pour solder une infinité de brigands de leur secte qu’ils ont fait venir de toutes les provinces pour accroître le nombre de ceux de la capitale dans la vue d’intimider le roi14.

  • 15 Ibid., L 421, f° 114-115.

22Cette idée court depuis longtemps dans les paroisses catholiques de la région de Saint-Ambroix. En 1791, le juge de paix rapporte qu’il se dit partout que « l’or des protestants était le Dieu qui les animait15. » Le rapport des protestants à l’argent revient trop souvent dans les discours pour ne pas retenir l’attention. Les catholiques critiquent le fait que les Églises réformées, à travers Calvin notamment, ne condamnent ni l’usure ni d’autres formes de profit. Ils dénoncent également la richesse de la minorité protestante qui lui confère de fait un pouvoir que seules les mesures de proscription imposées par la Révocation permettaient de limiter. La Révolution ayant brisé cet équilibre, plus rien ne s’oppose à ce que la minorité réformée domine socialement et politiquement ; cette situation de monopole lui permet également, selon les chefs royalistes, de détourner l’argent de l’État à son profit.

  • 16 Illustrations satiriques, sn, sd, (vers 1792 ?), Bibliothèque municipale de Toulouse, Réserve, D. (...)

23À la même époque, circule dans le Midi languedocien une caricature figurant un criquet doté d’ailes de papillon, avec la légende suivante : « Lés Parpaillots, lés Igounaus an maï dé crédit qué nous aus16... » (Document 5). Reprenant un sobriquet utilisé depuis longtemps pour désigner les protestants, le papillon (parpaillot en occitan), la caricature met l’accent sur un sentiment d’inversion injuste des valeurs et des équilibres sociaux. Les huguenots (terme resté péjoratif à l’époque), minoritaires, considérés comme des ennemis de la monarchie et de Dieu, ont plus de pouvoir et d’argent que la majorité catholique : c’est bien un signe de la perversion du nouveau régime. Ce sentiment d’inversion des valeurs, proche de celui de la fin d’un monde, est très fort au sein des populations catholiques ; il est exacerbé dans les régions de frontière religieuse où les discours des chefs de Jalès rencontrent beaucoup d’échos.

Document 5
Caricature du criquet

Document 5Caricature du criquet
  • 17 ADG, L 1°837, police générale, district du Vigan, troubles de la Lozère.

24Au-delà de la région de Génolhac et Saint-Ambroix, l’ensemble des paroisses catholiques des Cévennes s’engage sur la voie de la résistance à la Révolution, pour des raisons purement religieuses. Lors de la déroute de l’armée levée par le comte de Saillans en juillet 1792, les rebelles sont nombreux à trouver refuge dans les montagnes proches de Saint-Martial, Blandas ou Lanuéjols, paroisses catholiques en bordure des Cévennes protestantes. En 1793, alors que l’armée chrétienne du Midi vient à son tour d’échouer, la région devient un asile pour les hommes qui ont suivi Charrier17. Dans les années qui suivent, le « brigandage » royaliste se concentre dans les montagnes catholiques, alors que les terres protestantes sont soigneusement évitées. Au lendemain des différentes tentatives insurrectionnelles du Midi, les autorités révolutionnaires ont pris conscience de l’importance des différences religieuses et du souvenir des affrontements confessionnels passés. Les administrateurs du district d’Alès écrivent en 1795 une lettre désabusée, dans laquelle ils reconnaissent le poids de la mémoire des violences fratricides qui ont frappé la région.

  • 18 Ibid., L 413.

Les citoyens de ces contrées du Midi sont depuis longtemps divisés dans leurs opinions religieuses ; les opinions religieuses agissent sur l’imagination, l’imagination est le foyer du fanatisme ; le fanatisme est aveugle ; c’est son bandeau que l’on a placé sur les yeux d’un nombre, hélas ! trop grand de bons citoyens, et leurs mains ont été armées contre la Constitution et ses défenseurs, sous le faux prétexte de venger la religion outragée.
Aussitôt cette distinction de Catholiques et de Protestants, presqu’oubliée depuis longtemps dans les égards de la vie civile, a été rétablie dans son opposition la plus marquée [...]. Le souvenir des anciennes fureurs, malheureusement trop réciproques, des deux partis, a été réveillé18...

  • 19 Ibid., L 421, lettre du 26 décembre 1790.

25Les camps de Jalès, après la « bagarre » de Nîmes, prennent ouvertement appui sur les inimitiés religieuses séculaires. Le jeu des haines et des peurs permet de mobiliser un ensemble de paroisses qui conservent le souvenir de rassemblements anciens contre les huguenots. La coïncidence entre la géographie des paroisses soulevées contre les Camisards en 1703 et celle des communes rebelles à la Révolution à partir de 1790 reflète cette continuité forte de la mémoire populaire des guerres de Religion, qui devient un ressort essentiel pour comprendre la mobilisation catholique régionale au cours de la Révolution. Les protestants partagent les mêmes inquiétudes, la même culture : une lettre écrite de Saint-Jean-du-Gard en décembre 1790 explique la formation d’un parti contre-révolutionnaire dans le Gard par « la détestable ambition de parvenir à ses fins sanguinaires en renouvelant les noires fureurs de la Ligue et les horribles massacres de la Saint-Barthélemy19 ! » C’est donc très précocement que l’on prend conscience, de part et d’autre de la ligne de démarcation confessionnelle, de l’importance de la question religieuse et surtout du poids du souvenir des anciennes violences sur les esprits et les comportements face à la Révolution. Si l’opinion publique est plus complexe dans les villes, dès que l’on aborde les Cévennes et l’intérieur des montagnes, la situation paraît plus tranchée et se polarise autour de la question religieuse.

Mende et le souvenir de Mathieu Merle

  • 20 Voir supra, ch. v, p. 134.

26Les affrontements, pour l’essentiel, se déroulent aux confins des régions montagneuses qui ne perçoivent souvent que les échos de combats rapportés par les vaincus venus chercher refuge. Ce rôle confronte les montagnes à l’angoissante circulation des rumeurs de massacres, d’églises incendiées, de prêtres persécutés. Cela génère un sentiment de peur exacerbé qui pousse à des actions collectives violentes, de part et d’autre. Les protestants craignent de voir un régime de persécution se rétablir, nécessairement plus violent car nourri de nouvelles rancœurs. La guerre des châteaux puise là sans doute une bonne part de sa dynamique. L’exécution sommaire de Giberne de la Martinerie20, ce lieutenant de Saillans abattu aux environs de Cassagnas, dans les hautes Cévennes, reflète également la crainte des populations protestantes de voir la réaction l’emporter et ruiner les espoirs nés de la tolérance et de la liberté retrouvée. Les uns craignent une nouvelle Saint-Barthélemy, les autres une nouvelle Michelade.

27Au lendemain de l’insurrection avortée des catholiques d’Uzès, la rumeur rapporte, dans les paroisses catholiques de la montagne, que les gardes nationaux protestants appelaient au massacre des catholiques. Ils auraient hurlé dans les rues de la ville :

Tue, tue les catholiques [...] il ne faut pas laisser exister jusques aux femmes et aux enfants !

28On affirmait aussi que des jeunes filles patriotes encourageaient ces soldats, leurs tabliers pleins de cartouches, en disant :

  • 21 ADG, L 421, f° 246.

C’est le moment d’en voir la fin, tue, tue, il ne faut pas en laisser un seul21 !

  • 22 AN, F/7/3681/13, 6e dossier.

29Que la réalité ait été beaucoup plus pacifique importe peu : les esprits étaient tout à la fois alarmés et échauffés par les rumeurs de massacres et les appels à l’extermination qui renvoyaient aux souvenirs de violences passées mais bien réelles. Ainsi, lorsque les autorités de Mende font appel aux troupes patriotes en février 1792, il n’est pas très difficile de réveiller les peurs anciennes au sein de la population catholique, tant en ville que dans les villages alentours. Le chevalier de Borel, chef de la garde nationale mais royaliste convaincu, fait circuler des lettres affirmant que ces troupes ne sont que les avant-coureurs des « protestants [qui] devaient descendre de leurs montagnes22. »

30Aussitôt, dans les campagnes, il n’est plus question que « de la croisade que l’on prépare en faveur de la religion catholique » afin de résister à l’offensive protestante. Plusieurs prêtres appellent les fidèles à se mobiliser : dans la paroisse du Buisson, le curé réfractaire lit en chaire une lettre alarmante en provenance de Mende et conclut :

  • 23 Ibid., 8e dossier, « bagarre » de Mende, dépositions de témoins.

Les huguenots devaient venir saccager Mende avec d’autres brigands des environs, qu’il fallait y porter secours ou bien devenir huguenots23 !

  • 24 Puaux (F.), « Le Pape Clément XI et les Camisards », BSHPF, 1915, t. 63, p. 580-582 ; Bernat (C.),(...)

31La thématique de la croisade n’est pas nouvelle dans les montagnes catholiques. Au temps de la guerre des Camisards, une rumeur affirmait que le Pape aurait donné l’autorisation d’armer les curés pour lutter contre l’hérésie, et qu’il aurait accordé l’absolution de leurs péchés à ceux qui s’enrôleraient dans la « Sainte milice » contre les Camisards24. Mende a toujours été un bastion catholique dressé face aux Cévennes protestantes. Au xvie siècle, la cité épiscopale a dû tenir tête au baron de Peyre, passé à la Réforme et dont les terres étaient situées au nord de la ville, ainsi qu’à Marvejols, où les protestants étaient nombreux. Citadelle du catholicisme, Mende est assiégée à plusieurs reprises par les troupes huguenotes et tombe devant Mathieu Merle. Durant l’occupation protestante, les cloches de la ville sont réduites au silence.

  • 25 AN, F/7/3°681/13, 8e dossier, dépositions de témoins.
  • 26 Delon (J.-B), La Révolution en Lozère, op. cit., p. 178.

32Au temps de la Révolution, la ville déploie la même résistance acharnée face aux idées nouvelles et à l’anticatholicisme des patriotes. Encore une fois, les cloches ont été réduites au silence, mais elles résonnent à nouveau en février 1792 pour appeler la population aux armes contre les troupes révolutionnaires. Dans les rues de la ville, il se disait que « lorsque la cloche sonnerait à nouveau, les démocrates mourraient de beau feu25. » Un an plus tard, Marc-Antoine Charrier entre en vainqueur dans la cité désertée par les autorités patriotes. Une femme salue ainsi la victoire : « Malgré Luther, l’Église sera triomphante26 ! » Au cours de la grand-messe célébrée à cette occasion, Claude Allier promet le paradis à tous ceux qui s’engageront dans l’Armée chrétienne du Midi, l.’idéal de croisade est bien présent, non seulement dans les discours des chefs, mais aussi dans l’esprit des fidèles. I1 ne fait aucun doute, à leurs yeux, qu’un nouvel épisode des guerres de Religion a été ouvert par la Révolution.

33Ainsi, deux discours se structurent dans le Midi confronté à la résurgence de conflits fratricides épousant les contours des anciennes guerres de Religion. Les autorités patriotes refusent, dans un premier temps, de reconnaître que le passé intervient dans une Révolution qui se fait au nom du peuple et s’inscrit dans une modernité hautement affirmée. Le peuple, paré de toutes les vertus, ne saurait s’opposer à la Révolution qui cherche à le libérer, si ce n’est sous l’effet d’une manipulation orchestrée par les anciens maîtres de la France. Peut-on pour autant se satisfaire de l’argument réduisant la contre-révolution populaire à une manipulation ? Certainement pas. Nous pensons avoir montré à quel point la mémoire des violences de religion imprégnait l’identité des deux communautés. Après quelques résistances, les patriotes eux-mêmes se rendent à l’évidence et reconnaissent le poids de cette mémoire sur les mentalités et les comportements. Pour les catholiques comme pour les protestants, la charge affective qui marque les débuts de la Révolution est considérable car de l’issue du combat découlera, à leurs yeux, la survie ou la mort de l’une ou de l’autre des confessions. Après un siècle d’apaisement, la Révolution réveille les haines mais davantage encore les peurs. La mémoire, de ce fait, entre pleinement dans le présent. Elle devient un ressort de la mobilisation, une grille de lecture pour les événements traumatiques auxquels sont confrontés les contemporains de la Révolution. Celle-ci est-elle à son tour devenue, dans les mémoires, un nouvel épisode des guerres de Religion ? Et comment cet héritage a-t-il été reçu et assumé au lendemain de la tourmente ?

1815 : le dernier avatar des guerres de Religion ?

  • 27 Pie VII est élu en 1800 ; ancien évêque d’Imola, il avait prêché la résistance face aux troupes fr (...)
  • 28 Ibid., p. 276-278.
  • 29 Les sources que nous avons utilisées concernent les troubles des années 1815-1820 dans les départe (...)

34La signature du Concordat en 1801 et sa proclamation l’année suivante semblent avoir apaisé les tensions entre les deux communautés confessionnelles. Ayant pris acte de l’incapacité de la Révolution à réformer l’Église, le Premier consul, Bonaparte, décide de restaurer la religion catholique en France et de mettre un terme aux divisions instaurées par la constitution civile du clergé. Le Pape Pie VII27, de son côté, est favorable à l’ouverture de négociations tout en étant ferme sur leur contenu. Après un an de tractations, le texte signé entre la Papauté et l’État français ouvre la voie à une véritable restauration religieuse, même si des réticences s’expriment dans les régions où les conflits religieux ont été les plus vifs. Le culte protestant est réorganisé à son tour par les articles organiques de 180228 ; la mise en place des consistoires privilégie les citoyens les plus imposés qui étaient également, nous avons pu le constater, les plus modérés vis-à-vis des mouvements populaires. L’apaisement, sensible durant l’Empire, ne résiste cependant pas aux troubles politiques liés à la chute et surtout au retour de l’Empereur en 181529. Encore une fois, le Gard, les Cévennes méridionales et la région de Saint-Affrique se révèlent les plus sensibles.

Les troubles dans le Gard et les Cévennes

  • 30 Registre du consistoire de Nîmes, cité par Robert (D.), Les Églises réformées de France, op. cit.,(...)
  • 31 Daudet (E.), La Terreur blanche. Épisodes et souvenirs de la réaction dans le Midi en 1815, d’aprè (...)

35Les premiers signes de tensions se manifestent dès 1814. A cette date, l’Empire est chancelant, les armées alliées envahissent la France ; en avril, la déchéance de Napoléon est proclamée à la suite de la chute de Paris. La restauration de la monarchie ne provoque cependant aucun trouble notable ; comme bon nombre de Français, les protestants aspirent au retour à la paix. Il n’en reste pas moins que la méfiance se réinstalle entre protestants et catholiques dans le Midi. Les premiers redoutent qu’une volonté de vengeance ne l’emporte au sein des classes populaires catholiques. Les premières rumeurs en ce sens apparaissent en avril 181430. Au début de 1815, les bruits d’un retour de l’Empereur aggravent les tensions et nourrissent les perspectives de nouveaux affrontements. En mars, le duc d’Angoulême, neveu du roi, lance un appel à la mobilisation pour s’opposer au retour de Napoléon, mais ce dernier est à Paris le 8 avril. Les troupes enrôlées dans l’armée royale sont brutalement démobilisées et renvoyées dans leurs foyers. Ces mouvements de troupes sont l’occasion des premières échauffourées dans le Gard. Le 11 avril, une bande de ces soldats démobilisés s’approche du village protestant d’Arpaillargues, situé dans les garrigues au nord de Nîmes. La rumeur colporte que ces hommes s’étaient livrés à des pillages et des viols dans la région de Valence, particulièrement dans les villages protestants. Les habitants d’Arpaillargues, bien décidés à se défendre, attendent en armes les soldats qui approchent. Inévitablement, dans l’atmosphère tendue, des coups de fusils partent et déclenchent une panique au cours de laquelle quatre soldats sont tués31.

  • 32 ADG, 1 M 520, lettre de Saint-Hippolyte-du-Fort du 26 mars 1815 ; lettre du maire de Sauve au préf (...)
  • 33 . Ibid., 1 M 520, lettre du 29 juin ; le soulèvement royaliste du canton de Génolhac est également (...)
  • 34 Ibid., 1 M 520, lettres des 29 et 10 juin 1815, dossier « Cent Jours. Réaction des diverses commun (...)

36Dans la dynamique des Cent jours (mars-juillet 1815), le général patriote Gilly lance une mobilisation pour contrer les efforts royalistes : son appel est surtout entendu dans les communes protestantes de la Gardonnenque et de la Vaunage. Dans les régions de Saint-Hippolyte-duFort et de Sauve, l’annonce du retour de Napoléon provoque des débordements : des farandoles célèbrent la nouvelle alors que l’on contraint des familles royalistes à quitter les lieux32. Partout, des affrontements opposent bonapartistes et royalistes. Dans la région de Saint-Ambroix et Saint-Florent, une contre-mobilisation catholique s’organise aussitôt : les hommes qui s’attroupent au nom du roi portent un ruban vert, couleur du comte d’Artois. En juin, la région est en rébellion ouverte contre les autorités33. Le 29 de ce mois, un attroupement se forme à Uzès pour obtenir la libération de plusieurs soldats royalistes, surnommés « miquelets » ; le drapeau tricolore est arraché par la foule et remplacé par un drapeau blanc et le peuple sillonne les rues en criant : « Il faut se tenir prêt au cas où ceux de la Gardonnenque marchent sur Uzès34 ! » Un scénario identique se déroule à Alès : la ville est en insurrection contre les autorités le 1er et 2 juillet.

  • 35 Daudet (E.), La Terreur blanche, op. cit., p. 104.
  • 36 ADG, 1 M 535, liste des Nîmois ayant fui la Terreur ; la mention des professions montre qu’il s’ag (...)

37À Nîmes et dans la Vaunage, des temples sont fermés, des scènes de violences se déroulent à l’encontre de femmes protestantes publiquement humiliées. Plusieurs sont dénudées et battues à l’aide de planches cloutées en forme de fleur de lys35. Entre le 25 et le 28 juin, la nouvelle de la défaite de Waterloo provoque une nouvelle série de troubles dans la région. On signale des incidents violents à Montpellier, au Vigan ou encore à Mende, où la population envahit la préfecture et se saisit des armes qui y étaient entreposées, avec l’aide des paysans venus des villages voisins. On l’aura remarqué, tout se déroule suivant un scénario désormais bien rodé et éprouvé tout au long de la Révolution. Les régions autrefois patriotes sont devenues bonapartistes et font face à l’opposition royaliste des paroisses catholiques des confins des Cévennes. La Gardonnenque et la Vaunage se sont rapidement engagées aux côtés du général Gilly ; une fois la défaite de l’Empereur annoncée, les Cévennes retrouvent leur rôle de refuge au service des patriotes menacés par les troupes royalistes. Celles-ci se déchaînent au cours de ce que l’on a coutume d’appeler la Terreur blanche et qui constitue dans le Midi le second épisode de violences réactionnaires. L’essentiel se concentre au cours du mois d’août et culmine au moment de la Saint-Barthélemy. Les protestants en sont les principales victimes, surtout plus lorsqu’ils ont publiquement montré leur attachement à l’Empire. Le général Gilly lui-même se voit contraint de gagner les Cévennes, d’où il espère animer la résistance36. Une fois encore, la montagne protestante semble toute désignée pour former la base arrière de la résistance ; les autorités royalistes de Nîmes font état de rumeurs annonçant la descente des Cévenols sur les points stratégiques du département, comme au temps de la « bagarre » de Nîmes ou, mieux encore, des guerres de Rohan.

38La « menace » cévenole persiste tout au long de l’été et de l’automne. Dans la région de Génolhac, pays catholiques et pays protestants s’observent, armes à la main, dans un climat de tension extrême. Dans les départements voisins, les Cévennes sont regardées avec la même appréhension. Le préfet de l’Aveyron s’inquiète de mouvements de troupes venues de l’Est ; en novembre, il avoue que

  • 37 AN, F/7/3823, rapports hebdomadaires des départements, octobre-décembre 1815.

le voisinage des Cévennes donne quelque inquiétude sur la tranquillité de la partie du [département] qui touche cette frontière [...] cette lizière est d’une surveillance très difficile37.

  • 38 Robert (D.), Églises réformées de France, op. cit.. Textes et documents sur les Églises..., rappor (...)

39Néanmoins, les hautes Cévennes restent calmes, ce qui n’empêche pas le sous-préfet de Florac de constater l’hostilité des communes de la partie protestante de la Lozère à l’égard de la monarchie. Ces dernières, affirmet-il, « étaient toujours sous les armes, toujours prêtes à se joindre aux révoltés du Gard pour marcher contre les royalistes38 »

  • 39 Bernis (R., comte de), Précis de ce qui s’est passé en 1815 dans le département du Gard et de la L (...)
  • 40 Lauze de Peret, Éclaircissements historiques en réponse aux calomnies dont les protestants sont l’ (...)
  • 41 Arbaud-Jouques (marquis de), Troubles et agitations du Gard, Paris, 1818.

40Aux yeux de nombreux témoins, la Terreur blanche de 1815 relève d’une logique de guerre de religion. Pourtant, les représentants de l’autorité ne le reconnaissent pas tous : le comte René de Bernis nie toute influence des divisions confessionnelles sur les antagonismes politiques. Afin d’étoffer son argumentation, il remonte à la « bagarre » de Nîmes en juin 1790 dont il entreprend de démontrer le caractère exclusivement politique39. D’autres témoins ne partagent pas ce point de vue. C’est le cas de l’avocat Lauze de Péret, fils d’un conventionnel guillotiné en 1793 pour fédéralisme40. Quoique catholique et royaliste modéré, il décide de prendre la plume pour défendre les protestants contre le marquis d’Arbaud-Jouques, préfet du Gard de 1815 à 1817. Ce dernier justifiait les violences commises à l’encontre de la communauté réformée en développant l’idée que les protestants étaient tous bonapartistes et auraient provoqué les catholiques durant les Cent Jours, tout comme ils l’auraient fait durant la Révolution41

41Lauze de Péret dénonce à l’inverse les effets d’une haine soigneusement entretenue. Il dénonce le Journal du Gard, dont le 1er numéro date du 5 août 1815 et qui déclare : « protestant ou révolutionnaire, c’est synonyme ! ». Ou encore, le 12 août :

  • 42 Cité par Lauze de Peret, op. cit., p. 72.

[les protestants seraient comme des] crocodiles pleurant, dont les plaintes n’ont pour cause que le regret et la rage de n’avoir plus de victimes à dévorer42 !

  • 43 Ibid., p. 75.
  • 44 Daudet (E.), La Terreur blanche..., op. cit., p. 120 ; Riou (M.), « La Terreur blanche dans le dép (...)

42Si ce journal affirme que les incidents d’Arpaillargues auraient fait trois cents victimes du côté des « miquelets », c’est dans le dessein, selon Lauze de Péret, de raviver les haines confessionnelles alors que la Saint-Barthélemy approche. « Il n’est pas difficile, ajoute-t-il, de trouver encore dans le Midi beaucoup d’hommes du xvie siècle43. » D’autres observateurs dénoncent le retour en force du fanatisme, en particulier à Nîmes. Dès le début des troubles, le peuple catholique se dote d’un chef surnommé « Trestaillons », ce qui signifie qu’il coupe en trois morceaux les opposants à la monarchie, plus particulièrement les protestants. En août, surgit dans les rangs du peuple catholique d’Uzès un chef du même acabit, surnommé « Quatre taillons ». Ces hommes tiennent des propos d’une très grande violence, annonçant publiquement leur intention de se laver les mains dans le sang des protestants, puis d’en faire du boudin. Leurs actes sont parfois à la hauteur des menaces proférées : « Quatre taillons », à la tête d’un attroupement, massacre six bonapartistes détenus dans les prisons de la ville et fait régner une telle terreur dans Uzès à la veille de la Saint-Barthélemy que les autorités doivent faire appel aux troupes autrichiennes pour garantir la sécurité des habitants44.

43C’est dans ce contexte que, selon E. M. Masse, un chroniqueur protestant, les Cévenols entreprennent de s’armer afin, si nécessaire, de se porter au secours de leurs coreligionnaires menacés dans les villes. Des troupes venues des communes de la Gardonnenque et de la Vaunage se présentent devant les autorités de Nîmes et leur tiennent le discours suivant :

  • 45 Masse (E-M.), Les Protestants de Nîmes et leurs persécuteurs, op. cit., p. 29.

Nous ne voulons que la paix et ne songeons point à venger nos frères ; mais si de nouveaux dangers menacent, les habitants des Cévennes ne baiseront plus la tête devant leurs bourreaux. Armés par le désespoir nous descendrons de nos montagnes si le salut de nos frères le demande : malheur aux catholiques de Nîmes si le sang d’un seul protestant coule dans leurs murs45 !

44Ce discours renvoie à la « bagarre » de Nîmes de 1790 mais également à des périodes plus anciennes au cours desquelles les Cévenols ont toujours aidé le plat pays aux prises avec l’ennemi. Des guerres de Religion à 1815, une très forte continuité s’impose dans les comportements et les représentations.

45Les tensions religieuses restent vives en 1815 et il se trouve désormais peu d’observateurs pour dénier toute influence à la différence des cultes. Contrairement aux hommes des Lumières, ceux qui entrent dans le xixe siècle avec la lourde expérience de la Révolution prêtent aux arguments confessionnels un poids et un rôle qu’on ne leur reconnaissait plus en 1789. Les témoignages s’accordent à montrer la haine vivace que se vouent les deux partis au lendemain des troubles de 1815. Ces haines anciennes ont ravivé de vieux réflexes populaires autant chez les catholiques, qui ont retrouvé la traditionnelle protection de l’autorité monarchique, que chez les protestants. Guizot, futur ministre de Louis-Philippe, donne de cette situation un compte rendu complet et lucide en 1817 :

  • 46 Lettre de François Guizot au prélet d’Argout, nommé en 1817, citée par Robert (D.), Les Églises ré (...)

[Dans le Gard] des deux religions il restait surtout la haine [...] Si les basses classes ne se haïssaient pas, elles ne seraient pas aussi dévotes [...] La vérité est impossible à trouver et, quand on l’aurait trouvée, il serait impossible de la faire entendre et admettre aux deux partis [...]. Les catholiques sont très étonnés que l’autorité ait voulu les empêcher d’écraser leurs adversaires ; ils ont cru d’abord, au fond, qu’elle approuvait. Il faut [...] ne croire ni les uns ni les autres sur les torts passés ; voir et juger par soi-même et non par les préventions locales, la conduite des uns et des autres46...

46Dans cette lettre adressée au nouveau préfet du Gard, un catholique affirmé par ailleurs, François Guizot tente de trouver une solution politique aux troubles qui divisent le département. Il met en avant les divisions confessionnelles qui l’emportent sur toute autre opinion, en particulier au sein des classes populaires. Sans la haine, affirme clairement Guizot, les deux confessions se trouveraient privées d’une bonne part de leur substance. Le peuple, dans le Gard, alimente sa foi en puisant dans la longue histoire des violences interconfessionnelles. La haine de l’autre permet de s’identifier clairement ; elle repose sur la mémoire que les deux communautés ont conservée des conflits fratricides, la violence passée justifiant la violence présente, dans le cadre d’un cycle séculaire de vengeances réciproques. Aussi Guizot estime-t-il qu’un regard extérieur est indispensable si l’on veut sortir de ce cercle vicieux. C’est la conclusion à laquelle aboutit, de son côté, le préfet de l’Aveyron, confronté en 1815 à un déchaînement de violences qui font basculer Saint-Affrique dans une nouvelle guerre civile.

La Terreur blanche à Saint-Affrique

  • 47 ADA, 1 M 809, procès-verbal dressé par le maire, Jean-Baptiste Roques, les 19 et 20 août 1815 ; da (...)

47Le 12 août, le temple de Nîmes a été dévasté par le peuple catholique. Moins d’une semaine plus tard, celui de Saint-Affrique est l’objet d’une attaque similaire. Dans la nuit du 18 au 19, un attroupement considérable s’assemble devant le temple. Des hommes escaladent le bâtiment dans le but d’enlever les cloches, mais l’arrivée d’un orage les contraint à descendre avec le seul battant. Le temple est désormais muet. Alertées, les autorités municipales constatent le fait mais n’entreprennent rien contre les attroupés. Le lendemain soir, un rassemblement plus nombreux encore revient sur les lieux et entreprend d’enfoncer les portes du temple. Averti par la rumeur, le maire se rend sur place et s’interpose. Si la foule n’ose s’en prendre à lui, quelques hommes décidés escaladent le mur, fracturent une fenêtre et pénètrent à l’intérieur. Le temple est ouvert, envahi par le peuple en colère qui brise tout. La dévastation dure toute la nuit et s’achève par un grand bûcher autour duquel tournent des farandoles47.

48Sommées de fournir des explications, les autorités locales arguent de leur impuissance face à la foule déchaînée ; sans les justifier, elles trouvent le fondement des violences catholiques dans le comportement des protestants durant la Révolution ou les Cent Jours. Le maire condamne des faits auxquels il a véritablement tenté de s’opposer, comme l’atteste le consistoire, mais il n’en comprend pas moins leur raison :

  • 48 Ibid., procès-verbal du maire.

On trouvera les causes de ces désordres, je crois les découvrir, dans les propos provocateurs des protestants [...], dans le souvenir des excès qui furent commis en 1793 dans nos églises. Croyés-vous, me disaient ces factieux, que nous puissions oublier le clocher de notre église abattu, nos autels renversés, nos vases sacrés profanés, les ornements de nos prêtres devenus la proie des flammes après avoir servi de travestissement aux êtres les plus vils et les plus misérables ? Non, non ! toutes ces horreurs crient vengeance48 !

  • 49 Ibid., lettre du sous-préfet, Jacques Constant Saint-Estève, 20 août.
  • 50 Ibid., rapport du lieutenant de gendarmerie, 20 août.

49Tout comme le maire, le sous-préfet rend compte des troubles mais affirme que ceux-ci vont servir la cause des protestants qui ne manquent aucune occasion de crier à la persécution49 ! Le rapport rédigé par le lieutenant de la gendarmerie fait état des mêmes divisions de l’opinion entre protestants et catholiques ; les troubles ne se sont pas cantonnés à la ville mais ont eu des échos à Vabres et Camarès50. Les habitants de Vabres n’ont jamais pardonné aux révolutionnaires de Saint-Affrique la dévastation de leur cathédrale ni l’achat de l’évêché par un protestant, au titre de bien national.

50Les suites judiciaires de l’affaire contribuent à aggraver la tension. Le sous-préfet et le procureur du roi à Saint-Affrique mettent toute leur énergie à éviter des poursuites aux émeutiers. Ils estiment que cela ne pourrait conduire qu’à un regain de violences et, de surcroît, à une injustice. Tous deux jugent en effet que la foule a commis une faute du point de vue légal, mais qu’elle est dans son droit du point de vue moral et religieux. Lorsque le consistoire demande un remboursement des frais occasionnés par la dévastation du temple, le sous-préfet oppose un refus indigné :

  • 51 Ibid., réponse du sous-préfet à la demande faite par le consistoire le 20 août, datée du 27.

Je n’imagine pas jusqu’à quel point le catholicisme peut admettre que les catholiques s’éboursillent (sic) pour restaurer un temple hérétique [...]. Dans des temps qui ne sont pas très éloignés de nous, les catholiques donnèrent un bel exemple dans une occasion du même genre, le vandalisme avait dévasté leurs églises, un mobilier riche, fruit de la piété des siècles, était devenu la proie soit du gouvernement révolutionnaire, soit de quelques individus qui ont commencé par là des fortunes aujourd’hui devenues considérables ; [...] au sortir de la tourmente et dès qu’il fut possible aux catholiques de rentrer dans leurs églises, ils ne s’occupèrent point de chercher les auteurs de ces dévastations. Ils ne présentèrent point de pétition pour qu’on fût tenu de restaurer leurs églises malgré leur misère qu’on avait aggravée51.

51Le procureur du roi va plus loin ; il ne se contente pas d’évoquer les troubles de la Terreur, les violences de la bande noire ou l’enrichissement rapide des familles Bourgougnou et Sarrus, il fait appel à la mémoire longue pour expliquer, sinon justifier, le comportement des catholiques de Saint-Affrique.

  • 52 Ibid., rapport du procureur du roi à Saint-Affrique, du 8 octobre 1815.

Des Mémoires du temps nous ont conservé la tradition et la preuve que la ville de Saint-Affrique avait été livrée aux horreurs de la guerre civile et qu’à différentes époques les catholiques en furent chassés par les calvinistes qui pillèrent et brûlèrent leurs maisons et leurs églises, massacrèrent leurs prêtres & ces faits sont malheureusement transmis des pères aux enfants et ils ont jeté une ligne de démarcation bien prononcée entre les fidèles des deux cultes. La Révolution trouva les esprits dans cette disposition et les opinions politiques réunies à la différence des opinions religieuses excitèrent encore une forte division parmi les habitants de cette ville. Les protestants embrassèrent les systèmes de la Révolution avec un empressement et une énergie remarquables. Ils se livrèrent envers les catholiques à des excès ou à des horreurs qu’on ne se rappelle qu’avec effroi. Les femmes outragées et fouettées publiquement, les hommes assassinés [...] par une bande d’hommes qui se disaient Bande Noire [...]. Le retour de l’usurpateur réveille des haines qui paraissaient éteintes et l’on voit réapparaître dans Saint-Affrique avec les couleurs tricolores les mêmes hommes qui avaient si terriblement marqué en 1793. Ils affectent la même audace, les mêmes intentions, les mêmes sentiments...
Leurs principes [il s’agit des protestants] sont trop enracinés, ils sont une émanation de leurs ancêtres, ils tiennent à leur éducation, à leur religion et l’histoire nous apprend que les protestants sont les ennemis irréconciliables du trône et de l’autel. Sans doute il ne faut pas trop les opprimer, les tourmenter, mais il faut les surveiller et les contenir afin d’éviter de leur part de nouvelles conspirations et de nouveaux désordres52.

  • 53 Ibid., lettre du préfet de l’Aveyron au sous-préfet de Saint-Affrique, septembre 1815.
  • 54 Ibid., 1 M 809, 810, 812 et 816.
  • 55 Ibid., 1 M 816 ; de telles lettres circulaient également dans le Gard et le Tarn. Ce département n (...)

52Le procureur est l’héritier de préjugés anciens selon lesquels les protestants seraient, par essence, opposés au système monarchique. Mais l’intérêt principal de son rapport n’est pas là. Il tient dans l’attention particulière qu’il accorde à la mémoire populaire des guerres de Religion pour expliquer les comportements durant la Révolution. Aux yeux des autorités royalistes de Saint-Affrique, non seulement les protestants sont dangereux, mais la ville ne peut échapper à l’engrenage de violences héritées des guerres de Religion et perpétuées par la mémoire collective, sauf si un pouvoir fort sait intervenir en faveur des catholiques. Confronté à ces analyses, le préfet n’est pas d’emblée convaincu. Il récuse le poids de la mémoire des guerres du passé, affirmant « qu’il ne connaissait point cette ligne de démarcation et qu’il ne voulait connaître que des Français53 ! » Les faits vont avoir raison de ses convictions. Les troubles se poursuivent à Saint-Affrique, empêchant la réouverture du temple. D’anciens membres de la Bande noire, en particulier Daniel Bougougnou et l’ancien prêtre défroqué Jean-Jacques Anglade, recommencent à se montrer dans les rues de la cité. Ils organisent des réunions secrètes de nuit, ce qui inquiète les autorités. La jeunesse, divisée en deux camps protestant et catholique, prend l’habitude, à partir de l’automne 1815, de se promener armée dans les rues ; les provocations lancées de part et d’autre dégénèrent en rixes fréquentes54. Au cours de l’hiver 1816, une rumeur court le pays, selon laquelle l’impératrice Marie-Louise s’apprêterait à rejoindre Paris à la tête d’une armée ; on aurait vu des soldats converger en direction du Tarn. Une lettre, enfin, venant d’Angleterre, condamnerait les persécutions contre les protestants, leur offrant le refuge « comme lors de la Révocation de l’édit de Nantes55. »

53Confrontées à cette agitation chronique, les autorités ont tenté d’établir un consensus autour d’un conseil de notables choisis avec soin dans les deux confessions. Un an plus tard, l’échec de ce conseil est patent et le préfet se résout à demander l’aide de forces armées pour ramener l’ordre dans la région. Il écrit au ministre de l’Intérieur en mars 1816 :

Des considérations locales rendent Saint-Affrique le point de mon département où il est le plus difficile de maintenir réellement l’ordre. Ces considérations sont surtout l’extrême effervescence des têtes et la différence de religion. Cette ville a beaucoup plus de rapport avec les villes du Gard qu’avec celles de l’Aveyron.

54Seule une force armée peut ramener l’ordre dans le pays, encore faut-il la choisir avec le plus grand soin. Une seule solution peut prévaloir :

  • 56 ADA, 1 M 816, lettre du préfet, M. le comte d’Estournel, au ministre de l’Intérieur, mars 1816.

Il faut à Saint-Affrique une force étrangère et sans souvenir56.

55L’expression n’est pas anodine. Elle révèle la place de la mémoire dans les mentalités et les comportements collectifs. Cette mémoire, dont chacun s’accorde désormais à reconnaître la vitalité, semble peser comme une chape de plomb, condamnant catholiques et protestants à se haïr et s’entredéchirer pour l’éternité. Incontestablement, la Révolution a constitué un tournant dans la prise en compte de cette mémoire et de son rôle. Elle en a révélé la formidable vitalité alors que le xviiie siècle pouvait penser que la tolérance allait s’imposer aux hommes modernes.

  • 57 ADH, 1 M 868.
  • 58 Ibid., 1 M 883.
  • 59 AN, F/7/3823, rapports de police, département du Tarn.
  • 60 Ibid., département de l’Ardèche.

56Si le Gard et la région de Saint-Affrique accusent des tensions aussi violentes, l’ensemble de la bordure méridionale du Massif central est concerné par le retour des troubles en 1815. L’Hérault n’échappe pas à la règle. L’opposition entre partisans de l’Empereur et royalistes recouvre les mêmes divisions constatées au moment de la Révolution. La cité protestante de Ganges affiche son bonapartisme alors que le village de Laroque et les paroisses de la vallée de la Buèges applaudissent au rétablissement de la monarchie. Confrontés à des troubles et des menaces, des citoyens de Ganges, dont une majorité de protestants, affirment que « la diversité des opinions religieuses a toujours rendu les orages politiques plus dangereux dans ces contrées57 » Les troubles ne sont cependant pas comparables à ceux qui secouent alors Nîmes ou Saint-Affrique, mais ils relèvent de la même dynamique : la confession détermine les engagements politiques. Les rapports de police envoyés régulièrement au Ministère de l’Intérieur signalent l’attachement des protestants de la région aux idées de la Révolution et à l’Empereur. Il en va de même à Bédarieux58 comme à Lacaune59, dans le Tarn. L’Ardèche n’échappe pas à la règle : les protestants, qui forment un tiers des habitants du département sont persuadés, selon la police, « que de nouvelles persécutions les menaçaient et qu’une Saint-Barthélemy était ordonnée60 ! »

57Trop longtemps enfouie dans les profondeurs de l’inconscient ou refoulée par les hommes des Lumières, niée par les élites intellectuelles, la mémoire des guerres de Religion est restée vive au sein des classes populaires. La Révolution révèle sa vigueur : de vieilles haines, des peurs collectives anciennes s’expriment au grand jour jusqu’à proposer une grille de lecture du monde et de son évolution. La Révolution, rupture majeure, traumatisme profond, est interprétée en fonction de schémas hérités d’antagonismes anciens. La mémoire populaire n’est plus, dès lors, « passive » ; elle n’est pas « subie » par des sociétés condamnées à vivre enfermées dans le passé, comme le laisse croire le jugement de François Guizot qui estime que ses contemporains sont en fait des hommes du xvie siècle. Le souvenir des guerres de Religion est au contraire un élément actif déterminant les engagements politiques, se glissant sans difficulté majeure dans les nouveaux habits politiques et philosophiques, fournissant aux populations confrontées à l’angoisse d’un monde en mutation un outil efficace d’interprétation de l’histoire.

Une mémoire identitaire jusqu’à l’anachronisme ?

  • 61 Sur cette question, nous nous référons aux travaux de Martin (J.-Cl.), La Vendée de la mémoire (18 (...)

58Dans les décennies qui suivent la Révolution, la mémoire populaire des guerres de Religion n’est plus seulement évoquée, elle est progressivement revendiquée suivant un processus d’identification et de commémoration mis en œuvre à partir du milieu du xixe siècle. Il n’est pas dans notre propos de mener une étude exhaustive de l’historiographie révolutionnaire dans cette période ni d’étudier la manière dont les générations suivantes se sont transmis les héritages révolutionnaires61. Nous chercherons simplement à montrer comment la Révolution s’inscrit dans une mémoire beaucoup plus ancienne tout en la révélant.

Les commémorations : une mémoire revendiquée

  • 62 Martin (J.-C.), La Vendée de la mémoire, op. cit.

59Le Sud du Massif central n’a pas connu de guerre civile comparable à la tragédie dont la Vendée a été la victime. Les régions de l’Ouest, confrontées à une répression massive et brutale, ont été si durablement traumatisées que la Révolution y est devenue créatrice d’une identité collective62. La logique qui se met en place dans les hautes terres du Midi est, nous l’avons montré, différente, du fait de l’antériorité et de la puissance des violences de religion. La Révolution n’en est pas moins créatrice de mémoire : le sang versé pour la religion a donné naissance, chez les catholiques, à de nombreux martyrs que la piété commandait de ne pas oublier. Il est significatif qu’à la veille de la disparition des derniers témoins de la Révolution encore en vie, l’évêque de Mende ait lancé une vaste enquête, mobilisant l’ensemble du clergé paroissial. Cette enquête, que nous avons déjà sollicitée, prend place dans le cadre des conférences ecclésiastiques organisées par Mer Achille Foulquier, évêque de 1849 à 1873. Huit questions doivent guider les curés dans leur reconstitution de l’histoire religieuse de la Révolution dans la paroisse dont ils ont la charge. En voici la liste :

  1. La paroisse a-t-elle donné des martyrs pendant la Révolution de 1789 ?
  2. La paroisse a-t-elle compté des confesseurs de la foi ?
  3. Donner le nom des prêtres fidèles qui ont refusé le serment impie.
  4. Dévouement des prêtres qui n’ont pas abandonné la paroisse.
  5. Conduite de la paroisse durant ce mauvais temps.
  6. Dévouements dans ce temps d’orage.
  7. Existe-t-il dans la paroisse des traditions dignes de confiance relatives à des faits considérés comme miraculeux ?
  8. Renseignements sur la paroisse où l’on est né ou les paroisses où l’on a habité, sur ce qui s’est passé durant la Révolution63.
  • 64 Voir supra, ch. viii.
  • 65 Les graves troubles populaires lors de l’installation du curé constitutionnel en juillet 1791 à Is (...)

60Dans leurs réponses, les curés ont largement fait appel à la mémoire orale collective, qui constitue souvent leur principale source. Les anecdotes rapportées sont très riches sur les mentalités, tant à l’époque de la Révolution que pour celle où les réponses ont été rédigées. On mesure par là l’importance des manifestations divines, durant la crise révolutionnaire, aux yeux des fidèles, ce qui est très éclairant quant aux croyances et formes de la piété populaire64. La confrontation systématique des relations écrites par les curés en 1852 et des événements mentionnés dans les archives montre que, sur les faits du moins, la mémoire collective tend rarement à exagérer. Les paroissiens conservent souvent un souvenir précis des prêtres réfractaires et plus encore de ceux qui furent exécutés pour leur foi, mais ce sont les récits liés à la vie quotidienne qui l’emportent dans les mémoires. Il arrive même que les relations des curés de 1852 soient en deçà de la réalité révélée par les archives65.

  • 66 Voir des cas à Florac, au Collet-de-Dève et à Saint-Andéol-de-Clerguemort, ch. III, p. 68.

61Il n’est pas rare que des curés en charge de paroisses mixtes mentionnent des gestes de solidarité entre catholiques et protestants durant la Révolution66. Les protestants, néanmoins, sont plutôt montrés sous un jour négatif dans l’enquête de 1852. Le curé d’Auxillac, paroisse du nord de la Lozère, dénonce surtout les actes iconoclastes de patriotes qu’il assimile à des protestants. Il évoque

ces dévastateurs de temples et d’autels [...] animés contre la religion [...] hordes de brigands venus de l’Aveyron et surtout des Cévennes.

62Le curé de Fraissinet-de-Fourques dénonce les protestants de Rousses dans les mêmes termes : ils auraient maintenu sur la paroisse catholique une pression de tous les instants, venant chaque décadi observer si les habitants respectaient bien le calendrier révolutionnaire.

  • 67 Cabanel (P.), « Révolution et commémoration en pays de frontière religieuse : le cas de la Lozère  (...)

63Ce vaste travail aboutit à fixer par écrit la mémoire orale de la Révolution, à travers une sorte d’inventaire des faits où chacun trouve sa place, qu’il soit martyr, prêtre réfractaire ou simple fidèle, homme, femme ou enfant ayant contribué à lutter contre la destruction de l’Église catholique. Au milieu du siècle, une fois les faits mieux connus, l’Église manifeste une volonté marquée de commémoration. En 1858, deux descendantes de « martyrs » de la Malène guillotinés à Florac pour avoir soutenu la rébellion de Marc-Antoine Charrier, décident de faire ériger une chapelle en leur mémoire. L’idée est saluée par l’évêque, qui décide de procéder à une cérémonie spectaculaire. Les 6 et 7 août 1859, à Florac, les restes de vingt « martyrs » sont exhumés de la fosse commune dans laquelle ils avaient été jetés, et transportés en grande pompe dans la chapelle construite à La Malène, en bordure du Tarn. La procession traverse le Causse Méjan avec un cérémonial impressionnant : dans chaque paroisse, le curé accueille le cortège en habit de chœur et l’accompagne sur toute la traversée du territoire dont il a la charge. Le dimanche 7 août, l’évêque reçoit les restes des martyrs et leur donne une nouvelle sépulture, inaugurant une plaque commémorative dédiée aux « combattants de Dieu »67. Cette cérémonie s’intègre dans une restauration plus générale des pèlerinages. Plusieurs sanctuaires sont reconstruits, de nouvelles dévotions voient le jour et rencontrent un très vif succès. La Révolution, vécue comme une crise religieuse de première importance, ravive la foi, contribue au renouvellement des pratiques populaires. Elle devient une étape essentielle de l’histoire de l’Église dans ces terres de frontière confessionnelle et contribue à nourrir l’identité de la communauté catholique.

  • 68 Joutard (Ph.), La Légende des Camisards, op. cit., p. 213.
  • 69 Peyrat (N.), Histoire des pasteurs du Désert, Valence, Marc Aurel, 1842.
  • 70 Stevenson (R.-L.), Journal de route en Cévennes, première édition intégrale il partir du manuscrit (...)
  • 71 Joutard (Ph.), La Légende des Camisards, op. cit., p. 298.

64Les protestants, de leur côté, accordent une place croissante au combat des Camisards dans la constitution de leur propre histoire. On ne trouve pas chez eux, cependant, une volonté aussi nettement affirmée de recenser les faits significatifs et de créer des « lieux de mémoire », comme on le constate chez les catholiques. Dans les milieux populaires, la guerre des Cévennes est très tôt reconnue comme un épisode essentiel des guerres de Religion. Pour les élites, la condamnation de la révolte persiste au cours du xixe siècle, et les Camisards sont toujours regardés comme des « fanatiques ». Il faut attendre les années 1860 pour voir cet état d’esprit évoluer. Les condamnations de l’insurrection camisarde s’estompent, laissant place à la célébration de la « légende » des Camisards68. Les travaux du pasteur ariégeois Napoléon Peyrat sur les pasteurs de l’époque du Désert contribuent, dès 1842, à mieux faire connaître la période69. L’écrivain écossais Robert-Louis Stevenson la nimbe d’une aura romantique lorsqu’il publie le récit de son voyage avec un âne dans les Cévennes, en 187870. En 1883, la première assemblée provinciale de la Société de l’Histoire du Protestantisme Français se tient à Nîmes et dans les Cévennes. Deux ans plus tard, la commémoration de la révocation de l’édit de Nantes rassemble deux mille personnes à Saint-Roman-de-Tousques, dans les Cévennes. En 1887, l’édit de Tolérance est commémoré au Plan de Fontmort, sur le lieu de combats entre les Camisards et les troupes royales. En 1910, enfin, est fondé le Musée du Désert, à Mialet, dans l’ancienne maison du chef camisard Roland. Une assemblée annuelle y rassemble une foule de plus en plus nombreuse : la guerre des Cévennes devient peu à peu l’événement structurant de l’histoire du protestantisme français, au point d’occulter les autres épisodes de lutte, ce qui conduit Philippe Joutard à évoquer l’idée de la « camisardisation » du passé cévenol : l’évolution est confirmée par les enquêtes orales réalisées par cet historien dans les années 197071.

65L’engagement massif des protestants du Midi en faveur de la Révolution s’inscrirait alors dans la continuité d’un combat mené au nom de la liberté depuis les premières guerres de Religion. La reconnaissance tardive des Camisards cache le fait que la culture populaire semble ne jamais avoir oublié, encore moins dénigré, cet épisode clé, comme l’indiquent les dialogues heureusement conservés grâce à l’étonnement indigné des commissaires envoyés rétablir l’ordre à Saint-Affrique en 1792. Le retournement du regard au sein des élites ne bouleverse pas moins la perception de l’histoire des protestants français et cévenols en premier lieu en plaçant la guerre des Camisards au cœur de la construction identitaire collective par le biais des récits, des commémorations et des ouvrages historiques. Du côté des catholiques comme des protestants, la construction de l’identité collective épouse les contours de la mémoire des guerres de Religion, ce que semble confirmer la production historiographique au moins jusqu’à la Première Guerre mondiale.

Historiographie et littérature : l’affrontement perpétué

  • 72 Foulquier (abbé A.), Notes biographiques sur le clergé des paroisses..., op. cit., Mende, 1910, 4 (...)
  • 73 Ibid., 1.1, p. 44.
  • 74 Ibid., p. 136-137.

66Longtemps, l’histoire de la Révolution s’est révélée très militante, ici comme ailleurs. Les prêtres du xixe siècle ont été nombreux à mettre leur érudition au service de l’histoire de leur paroisse ou de leur diocèse. Ce sont, certes, des œuvres d’historiens reposant parfois sur des sources aujourd’hui disparues, mais ce sont surtout des travaux d’apologistes dévoués à l’Église catholique et par conséquent attachés à démontrer le caractère pervers de la Révolution Française. Dans le diocèse de Mende, de nombreux travaux s’inscrivent dans la dynamique lancée par les Conférences ecclésiastiques de 1852. L’abbé Achille Foulquier entreprend d’écrire l’histoire de toutes les paroisses du diocèse depuis leurs origines jusqu’à la fin du xixe siècle72. Son œuvre constitue une mine de renseignements sur les paroisses et leurs prêtres, mais son objectif principal consistait bien à démontrer que la Révolution a été l’ennemie de l’Église et de Dieu, un Dieu qui se manifeste à chaque page à travers le récit de miracles ou d’interventions dans la vie quotidienne du clergé et des fidèles. Lorsque l’abbé Foulquier aborde les villages « martyrs » de La Malène et Laval, dans les gorges du Tarn, le récit atteint une dimension mystique. Ainsi est évoquée la mort atroce du général révolutionnaire responsable de l’incendie des deux paroisses en octobre 1793 : il est dévoré par la vermine, signe manifeste de la punition divine. Le ton est le même pour décrire la terrible sanction infligée par Dieu à la paroisse de Barjac. L’abbé Antoine Gély, prêtre réfractaire, y est dénoncé par une mendiante et arrêté par quatre patriotes. La femme aurait été lapidée par les habitants du village, les patriotes périssent dans d’atroces souffrances et la commune tout entière est victime d’un glissement de terrain le 25 mai 1856. Consciente de sa faute, la communauté élève une statue monumentale à la Vierge Marie qui est à l’origine d’un nouveau pèlerinage73. Le massacre de l’évêque réfractaire du diocèse de Mende, Mgr Castellane, donna lieu, d’après l’auteur, à des manifestations divines. Au moment même où il expiait, l’évêque apparut à une jeune fille de Chanac, où était situé le château dans lequel il avait trouvé refuge : Dieu cherche ainsi à consoler les fidèles de la mort du bon évêque74 ! La Révolution, épreuve infligée par Dieu, a donc un sens : elle conforte les fidèles dans leur foi, ravive leur détermination à servir Dieu, régénère l’Église en suscitant les vocations parmi les descendants des « martyrs » ou de leurs proches.

  • 75 Cholvy (G.), « Une chrétienté au xixe siècle : la Lozère. », Cévennes et Gévaudan, Actes du XLVIe (...)
  • 76 Saurel (F.), Histoire religieuse du département de l’Hérault pendant la Révolution, op. cit. ; du (...)
  • 77 Sarran (abbé E.), L’Abbé Pialat, confesseur de la foi dans les Cévennes, op. cit.

67En Lozère, comme dans la plupart des départements que nous avons étudiés, le clergé érudit du xixe siècle a fait porter l’essentiel de ses travaux sur la période révolutionnaire. Contrairement aux royalistes, notamment dans l’Ouest, les prêtres ne présentent pas la période qui précède la Révolution comme un âge d’or. Leur réflexion est centrée sur la crise révolutionnaire, vécue comme une épreuve divine destinée à affermir la foi dans les montagnes. L’âge d’or se situerait plutôt après la Révolution, alors que les vocations sont plus nombreuses que jamais75. Il n’en reste pas moins que leurs écrits sont tous antirévolutionnaires, certains allant jusqu’à passer sous silence la Révolution dans leur essai d’histoire locale ou paroissiale, mais le cas est plus rare. Le chanoine Fernand Saurel s’est, quant à lui, attaché à l’étude de la Révolution dans l’Hérault. Parmi les premiers, il a entrepris de faire le récit des aventures des « brigands » royaux, dont Jean-Louis Solier. Sous sa plume, les « brigands » deviennent de preux chevaliers au service de la foi76. Citons aussi l’œuvre de l’abbé Sarran, éditeur du journal de l’abbé Jean-Baptiste Pialat77. Ce dernier, jeune chanoine réfractaire d’Alès qui entama dès 1791 une vie de proscrit dans les Cévennes, est donné en modèle de piété et de fermeté aux fidèles du xixe siècle.

  • 78 DELON (J.-B.), La Révolution en Lozère, op. cit.
  • 79 Jolivet (Ch.), La Révolution en Ardèche, 1788-1795, op. cit.

68Parmi les prêtres érudits, deux personnalités se détachent, du fait de l’inscription universitaire de leurs travaux. Il s’agit de l’abbé Jean-Baptiste Delon, auteur d’une histoire de La Révolution en Lozère, thèse soutenue devant la faculté des Lettres de Clermont-Ferrand en 1922 et pour laquelle l’auteur a obtenu un prix de l’Académie Française en 192478, et de l’abbé Charles Jolivet, docteur ès Lettres, auteur d’une histoire de la Révolution en Ardèche parue en 193079. Tous deux élaborent un travail de recherche dans les Archives et utilisent un ton moins inspiré que celui de leurs prédécesseurs. Mais ces efforts parviennent mal à cacher les sentiments vigoureusement antirévolutionnaires de l’abbé Delon qui mentionne sans commentaire les interventions de Dieu dans la vie quotidienne du clergé et des fidèles au cœur de la tourmente. Sa description des patriotes tend à les rapprocher de bêtes sauvages et malfaisantes ; leur idéologie, si elle est dénoncée, n’est jamais analysée. En revanche, les protestants ne font pas l’objet d’une dénonciation aussi vigoureuse ; l’abbé Delon n’accorde pas grande importance à la frontière confessionnelle qui divise le département, du moins dans le cadre de ses recherches. À ses yeux, la Révolution a précipité la France dans un épisode de barbarie sans précédent. Charles Jolivet, pour sa part, s’efforce de produire un récit distancié des faits, même si les violences de la Terreur sont fortement dénoncées.

  • 80 Rouquette (abbé J.), Histoire de Ganges, op. cit.
  • 81 Grange (abbé H.), Une Région protestante de la France. Introduction, développement, état actuel du (...)
  • 82 Goiffon (abbé), Monographies paroissiales. Paroisses de l’archiprêtré du Vigan, Nîmes, Lacour, 199 (...)
  • 83 Raylet (abbé L.), Procès-verbaux de la société des Amis de la Constitution de Saint-Affrique, op. (...)

69Depuis le début du xxe siècle, les prêtres érudits ont abandonné progressivement le ton inspiré qui avait marqué la production historique cléricale. Le caractère militant de leurs travaux tend à s’estomper au profit d’ambitions plus « scientifiques ». L’histoire de Ganges, publiée en 1904 par l’abbé Rouquette, conserve un caractère engagé mais renonce à s’appuyer sur des manifestations surnaturelles pour soutenir sa dénonciation de la Révolution80. Abordant l’histoire du protestantisme dans le Midi, l’abbé Grange adopte une démarche quantitative et non militante81. Il en va de même pour l’abbé Goiffon, qui entreprend de publier l’histoire des paroisses du diocèse du Gard dans un travail très fouillé82. L’épisode révolutionnaire est gommé ; l’approche se veut résolument historique, même si les opinions de l’auteur face aux troubles de la Réforme puis de la Révolution ne sont pas bien difficiles à discerner. Il n’en reste pas moins que le contenu de ce travail ne peut être comparé à celui, similaire dans ses objectifs, que publie l’abbé Foulquier quelques années plus tard. Cette valorisation d’une approche strictement historique, dont le travail de l’abbé Jolivet est un excellent témoignage, se vérifie dans le dépouillement des archives de la société populaire de Saint-Affrique par l’abbé Louis Raylet. Les commentaires annexes sont proscrits ; l’auteur s’efface devant son objet, abandonnant toute forme de militantisme83.

  • 84 Barrau (H., E. et E de), L’Époque révolutionnaire en Rouergue. Étude historique (1789-1801), op. c (...)
  • 85 Combes (A.), Histoire de la ville de Castres et de ses environs pendant la Révolution Française, o (...)
  • 86 Daudet (E.), Histoire des conspirations royalistes du Midi sous la Révolution (1790-1793), op. cit

70Les laïcs ont parfois eu du mal à adopter un tel détachement. Ils sont minoritaires dans cette production littéraire et presque toujours hostile à la Révolution. Le meilleur exemple est sans doute celui des frères de Barrau, auteurs d’une volumineuse histoire de L’Époque révolutionnaire en Rouergue84. S’ils revendiquent leur fidélité à la royauté et ne font aucun mystère de leur engagement catholique, ils affirment leur attachement aux « principes de 1789 » mais en condamnent les violences et les « dérives ». Leurs travaux sont marqués par les événements récents qui viennent de toucher la France catholique à travers la séparation des Églises et de l’État. Ce traumatisme n’est pas sans rappeler, à leurs yeux, celui de la constitution civile du clergé. Si l’on ajoute que leur famille eut à souffrir de la Révolution dans ses biens et ses membres, particulièrement les ecclésiastiques, on comprend mieux le caractère militant de leurs travaux. D’autres œuvres obéissent aux mêmes impératifs. Tel est le cas de la monographie rédigée par Anacharsis Combe, en 1875, sur Castres pendant la Révolution Française85. L’auteur exprime ouvertement son hostilité à la Révolution, du moins à partir de la constitution civile du clergé et surtout de la Terreur. Ernest Daudet, auteur d’une histoire plus ciblée de la réaction royaliste dans le Midi, affiche les mêmes opinions86. Son travail, qui fait parfois la part belle à l’imagination, s’inscrit dans une lignée contre-révolutionnaire très nette.

  • 87 Rouvière (F.), Histoire de U Révolution dans le Gard, op. cit.

71Face à cette offensive historiographique catholique longtemps hostile, les historiens régionaux favorables à la Révolution sont moins nombreux et apparaissent tardivement, à l’exception toutefois de François Rouvière. Cet historien — protestant — est l’auteur d’une monumentale Histoire de la Révolution dans le Gard, publiée en 188787. Son travail est le fruit de recherches minutieuses, accompagnées de nombreux documents cités en annexes. Ses sympathies ne vont ni aux sans-culottes, ni aux émeutiers qui attaquent les châteaux au début du mois d’avril 1792 ; en homme modéré, il se fait le défenseur des Girondins et condamne les violences de la Terreur. Son récit s’achève d’ailleurs en 1794, la chute de Robespierre mettant un terme, à ses yeux, à l’épisode proprement révolutionnaire. Rouvière rejette vigoureusement toute explication religieuse des affrontements politiques dans le Gard. A l’époque où il publie son étude, de telles explications relèvent du seul discours catholique et réactionnaire. Il accorde en revanche une grande attention aux revendications populaires ainsi qu’au mouvement des idées.

  • 88 André (L.), Essai sur l’histoire de la Révolution en Lozère, Marvejols, 1894.
  • 89 Entre adhésion et refus : la Révolution en Lozère, 1789-1989, Actes du colloque de Mende, 4 août 1 (...)

72En Lozère, le courant favorable à la Révolution est incarné par Louis André, Conservateur des Archives départementales et auteur d’un Essai sur l’histoire de la Révolution en Lozère, paru en 1894 et dont les objectifs et la teneur sont proches de ceux de François Rouvière88. Dans l’ensemble, ces historiens restent trop peu nombreux pour venir contrebalancer l’influence du courant clérical et transformer l’image de hautes terres qui restent marquées par leur caractère archaïque et leur hostilité résolue à la modernité. C’est ce qui explique sans doute le manque de travaux universitaires sur la question tout au long du xxe siècle. Ces pays reculés et tournés vers le passé n’intéressent que quelques historiens liés à cette terre. D’où le double caractère des travaux publiés au cours des années 1960-1970, leur rareté et, pour certains, leur militantisme. Il faut attendre que se fasse sentir la dynamique du bicentenaire pour voir se mettre en place des approches différentes89.

  • 90 L’Aubrac. Étude ethnologique, linguistique, agronomique et économique d’un établissement humain, 6 (...)
  • 91 Joutard (Ph.), La Légende des Camisards, op. cit.
  • 92 Pelen (J-N.), « Le légendaire et l’identité communautaire en Cévennes du xviiie au xxe siècle », L (...)
  • 93 Claverie (E.), Lamaison (P.), L’Impossible mariage, op. cit.
  • 94 Durand-Tullou (A.), Le Pays des asphodèles, Paris, 1989 ; du même auteur, Le Loup du Causse. La lé (...)
  • 95 Cholvy (G.), « Une chrétienté au xixe siècle : la Lozère », op. cit. ; Cabanel (P.), Les Cadets de (...)
  • 96 Maurice (Ph.), La Famille en Gévaudan au xve siècle (1380-1483), Publications de la Sorbonne, 1998

73Auparavant, la plupart des travaux publiés sur la région l’ont été dans les revues d’histoire locale et ont suivi l’évolution de l’historiographie nationale sans, toutefois, donner lieu à de véritables synthèses. L’initiative la plus originale concerne la Lozère : les années 1970 ont vu se développer un courant historique empruntant largement à l’ethnographie. C’est en 1971 que débute la série des six volumes qu’une équipe du CNRS consacre à l’Aubrac90. L’approche est résolument ethnologique et cherche à dresser le portrait d’une civilisation montagnarde en voie de disparition. Au même moment, Philippe Joutard publie son enquête sur la mémoire populaire de la guerre des Camisards en mettant en évidence le rôle clé de cette mémoire dans la construction d’une identité collective91. Historiens, ethnologues et sociologues se consacrent dès lors à l’étude du folklore, des légendes et des croyances en Cévennes et en Gévaudan92. Cette orientation nouvelle est magistralement confirmée par le travail d’Élisabeth Claverie et Pierre Lamaison sur la violence en Gévaudan à partir de l’étude d’une paroisse de Margeride, Ribennes93. Plus récemment, les travaux d’Adrienne Durand-Tullou94 sont venus compléter cette approche ethnologique. L’importance des enjeux religieux, enfin, a été mise en évidence par les travaux de Gérard Cholvy puis de Patrick Cabanel qui, à vingt ans de distance, campent le portrait d’une « chrétienté » presque hors du temps, toujours structurée par la famille qu’incarne, dans ces hautes terres du Sud, « l’oustal », la « maison » disposant de ses règles propres imposées à l’ensemble de la société montagnarde95. Dernière en date, l’étude de Philippe Maurice sur La Famille en Gévaudan participe de la double démarche de l’histoire religieuse et de l’ethnologie. Portant sur la fin du Moyen Âge, elle ouvre de nouvelles perspectives pour la compréhension de la conversion massive des Cévennes à la Réforme tout en confirmant l’importance des cadres familiaux96.

  • 97 Chamson (A.), Sans Peur, Pion, Tallandier, 1977.
  • 98 Senart (Ph.), « La montagne blanche ou une Vendée cévenole », Revue des Deux Mondes, 1979, p. 103- (...)

74Incontestablement, le renouvellement historiographique lié à l’apport de l’ethnologie et de la sociologie a permis de sortir d’une histoire polémique et militante héritée du xixe siècle. Néanmoins, les années 1970 ont été marquées par une querelle qui montre à quel point, dans ces terres de frontières confessionnelles, il est difficile d’abandonner tout à fait une histoire militante. En 1977, le romancier protestant André Chamson publie une biographie romancée de Jean-Louis Solier, dit Sans Peur97. Le roman montre un homme courageux, luttant presque seul contre la Révolution, mais également criminel et incapable de comprendre les grands changements qui ont marqué son époque. Le roman s’appuie sur une mémoire populaire exclusivement protestante qui attribue à Sans Peur plusieurs crimes, dont certains sont véritablement odieux. Le roman relance la polémique : Philippe Sénart, critique littéraire issu d’une famille de la droite catholique du Vigan, dans les Cévennes, propose du « prêtre brigand » un tout autre visage. « Je n’ai jamais entendu appeler ce bandit, dans mon enfance cévenole, que le saint abbé Solier » écrit-il dans la Revue des Deux Mondes en 197998. Il dénonce le point de vue partial, selon lui, du protestant André Chamson :

  • 99 Ibid., p. 105-106.

Pour M. André Chamson, l’irruption de ce saint catholique et royaliste dans la libre République de la Montagne, où il avait érigé son temple et installé ses prophètes, ne pouvait être qu’une violation de Paradis. Mais le huguenot rebelle devrait comprendre celui qui n’avait prêté serment à la constitution civile du clergé que « sous réserve du spirituel ». [...] Réfractaires au monde moderne, dédaigneux de ses pompes et de ses œuvres, ces catholiques, en quoi différaient-ils des protestants qu’ils avaient combattus ? Le Cévenol, parpaillot ou papiste, camisard ou miquelet, rouge ou blanc, se reconnaît dans sa singularité, profondément, ataviquement, historiquement hostile à tout ordre établi99.

75Ce débat entre l’académicien et le critique littéraire de la Revue des Deux Mondes témoigne de la vitalité de la mémoire populaire à la fin des années 1970. Les souvenirs des deux communautés confessionnelles dans les Cévennes sont toujours aussi radicalement antagonistes. Jean-Louis Solier est un bandit pour le protestant, un saint pour le catholique mais, de part et d’autre, on a conservé intact le souvenir de son engagement. Au-delà même des écrits militants du xixe siècle, la Révolution reste un épisode majeur qui a révélé, voire fondé, les tempéraments politiques contemporains. Si le combat se poursuit à travers la production historiographique, au moins en partie, c’est parce que les comportements hérités de cette période conservent longtemps toute leur vitalité et, de ce fait, ne relèvent nullement d’un passé qui serait révolu. Jusqu’à nos jours, les antagonismes religieux conservent une expression politique indéniable.

76Les études sur l’histoire des idées politiques et des votes au xixe siècle montrent la permanence d’un lien très fort entre politique et religion qui, souvent, transcende les antagonismes sociaux.

  • 100 Cholvy (G.), « Religion et politique en Languedoc méditerranéen à l’époque contemporaine », Droite (...)

Quand on étudie le tempérament politique d’une région, il nous paraît fort important de connaître aussi exactement que possible l’histoire religieuse durant la période révolutionnaire [...]. Tout un capital de traditions est né alors100

  • 101 Cholvy (G.), « Résistance populaire et clandestinité sous la Révolution Française : la bordure ori (...)
  • 102 Faury (J.), Cléricalisme et anticléricalisme dans le Tarn (1848-1900), op. cit.

77écrit Gérard Cholvy. Cet auteur constate que la résistance populaire à la Révolution est le fruit de la mémoire collective des affrontements religieux dans la région, mais qu’elle est aussi à l’origine des « deux Frances politiques » du xixe siècle, chacune étant porteuse d’un capital de traditions différent101. Jean Faury constate que dans le Tarn l’empreinte religieuse est déterminante dans les choix politiques. C’est particulièrement vrai pour l’arrondissement de Castres, où réside la majeure partie des protestants, fer de lance de l’anticléricalisme dans le département102. À l’échelle nationale, André Encrevé a étudié l’attitude des protestants face au plébiscite de décembre 1851 qui suit le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte. Dans les régions de frontière religieuse, le vote protestant est avant tout anticatholique : la Terreur blanche est encore dans les mémoires et des troubles éclatent dans les régions traditionnellement agitées (Saint-Ambroix/Génolhac, Vaunage et Uzège pour le Gard).

  • 103 La Croix de la Lozère, 11 avril 1906, cité par Cabanel (P.), Les Cadets de Dieu. Familles, migrati (...)
  • 104 Sur les attitudes politiques des protestants cévenols, Cabanel (P.), Histoire des Cévennes, PUF, « (...)
  • 105 Cabanel (P.), Les Protestants et la République de 1870 à nos jours, Bruxelles, Complexe, 2000.

78Confrontés au retour de la République et au progrès des idées laïques à la fin du xixe siècle, les catholiques vivent une nouvelle épreuve. Alors que les inventaires de 1906 se déroulent dans le calme en Cévennes protestantes, dans le haut pays catholique les troubles manifestent l’opposition des fidèles face à ce que La Croix de la Lozère n’hésite pas à qualifier de « dragonnades contre les catholiques103 ! » De fait, ces « dragonnades » à l’envers sont la réplique exacte des mobilisations suscitées par l’application de la constitution civile du clergé ou par la déchristianisation. Les émeutes qui opposent à l’État les catholiques des montagnes s’inscrivent dans une longue histoire où les haines de religion ont leur part. Néanmoins, la révolte cède peu à peu le pas à d’autres formes d’expression politique. Dès le lendemain de la crise révolutionnaire, les montagnes catholiques affichent leur attachement à l’Église. Les familles lui donnent une part importante de leurs enfants ; grâce à ce renouveau, les diocèses alimentent congrégations et missions étrangères. Le rayonnement en ce domaine de la Lozère ou de l’Aveyron dément les jugements tranchés sur l’archaïsme et le caractère arriéré de ces hauts pays et de leurs habitants qui, en un sens, ont contribué au rayonnement culturel de la France contemporaine. Le vote, par ailleurs, est un autre moyen d’exprimer le refus d’une certaine forme de modernité. Depuis la fondation de la IIIe République, les Cévennes protestantes votent massivement à gauche, alors que les terres catholiques restent ancrées dans un vote conservateur nettement marqué à droite104. Dans les Cévennes méridionales, les migrations récentes commencent à influer sur les comportements électoraux, mais en Lozère ils continuent à privilégier des options séculaires105. Cette mémoire n’est pas folklorique : elle reste profondément identitaire et détermine les choix et les comportements dans les domaines essentiels de la vie en société.

79Ce dernier chapitre, sans doute trop rapide, avait pour objectif de prolonger la réflexion au-delà de la période révolutionnaire. Une fois vérifié le rôle joué par la mémoire des guerres de Religion dans les comportements, les choix collectifs mais également les discours, il convenait de se demander jusqu’à quel point cette mémoire avait à son tour été modifiée par l’épisode révolutionnaire. Nous nous étions jusque-là attachées à montrer que la Révolution pouvait avoir réactivé de vieux antagonismes. Considérée à juste titre comme un moment fondateur de notre histoire nationale, elle pouvait aussi être abordée comme le fruit du passé, dans le cadre d’une continuité culturelle forte qui ne signifie pas nécessairement une réalité figée : la Révolution modernise la vieille fracture confessionnelle, elle contribue à en révéler le caractère opératoire, ce qui s’impose à tous lors du retour des violences religieuses en 1815. Dans les milieux populaires, cette réalité n’a jamais été niée. Elle est désormais considérée comme un moteur de la politisation, en particulier du côté des catholiques qui mettent en branle une dynamique commémorative. La résistance impose un devoir de mémoire, ses héritiers doivent se révéler dignes du sacrifice des anciens. Ainsi se fige la géographie politique des montagnes du Languedoc, autour de moments choisis. La résistance à la Révolution est l’événement référent de la communauté catholique, tout comme la guerre des Camisards l’est pour la communauté protestante. Forgées par les guerres de Religion, ces identités politiques sont restées déterminantes jusqu’à nos jours.

Notes

1 . Les Français devenus protestants sans le savoir, ou le parallèle de la religion protestante et de la nouvelle-religion de France, s.l., s.d., Fonds ancien de la Bibliothèque municipale de Toulouse, Br. Fa C 1534.

2 Les Coups de rabots. Extrait de l’ouvrage de Boyer-Brun, Histoire des caricatures de la révolte des Français, Paris, 1792, t. I

3 Au lendemain des massacres de la Saint-Barthélemy, les cités protestantes du Midi s’unissent et se dotent d’une constitution politique reposant sur un système électif ; les autorités militaires sont étroitement surveillées par des députés issus indifféremment de la noblesse ou du tiers-état. Les assemblées détiennent la réalité du pouvoir au point que Jean-Auguste de Thou, Président au Parlement de Paris, caractérise cette organisation politique de « nouvelle espèce de république ». Sous le règne de Louis XIII, les assemblées politiques choisissent le « Protecteur militaire », Henri de Rohan, et s’engagent dans la résistance armée après l’affaire du Béarn. Les villes, unies au sein d’une nouvelle ligue politique, élaborent un plan de défense générale et aboutissent à la création d’une véritable confédération dans les Cévennes. Les assemblées élues ont toujours la haute main sur les décisions politiques ; Henri de Rohan doit justifier ses choix et ses partis pris auprès des députés et des autorités urbaines. Par la suite, alors que progressivement la haute noblesse se convertit au catholicisme, le « parti » huguenot affiche un soutien sans faille à l’égard de la monarchie, soutien remarqué par Mazarin. Lorsque Louis XIV révoque l’édit de Nantes, les protestants ne contestent pas le régime, mais les fondements de la Révocation. Durant la longue période du « Désert », les pasteurs tout comme les notables protestants affichent toujours le même attachement à la personne du rot et à la monarchie. À ce sujet, nous renvoyons aux ouvrages généraux sur les protestants de France, ainsi qu’à Mercier (Ch.), « Les théories politiques des calvinistes en France au cours des guerres de religion », BSHPF, t. 83, 1934, p. 225-260 et 381-415.

4 ADG, L 413, sd.

5 AN, F/7/3667/1, police générale, Gard.

6 AN, F/7/3652/1, police générale, Ardèche, lettre anonyme du 2 octobre 1790.

7 AN, F/3677/1, police générale, Gard, lettre de Montaigu du 13 novembre 1790.

8 ADG, 1413, dossier sur les camps de Jalès et les troubles de Saint-Ambroix.

9 Ibid.

10 AN, F/7/3677/1, police générale, Gard, lettre du 22 février 1791.

11 ADG, L421, lettre du curé Olezon du 9 janvier 1792.

12 Ibid., L 416.

13 Bercé (Y.-M.), Histoire des croquants, Paris, Le Seuil, 1986, p. 277.

14 ADG, L 416, discours de Saillans aux « Braves légionnaires... »

15 Ibid., L 421, f° 114-115.

16 Illustrations satiriques, sn, sd, (vers 1792 ?), Bibliothèque municipale de Toulouse, Réserve, D. XVIII.248 ; « Les parpaillots, les huguenots ont plus de crédit que nous autres… »

17 ADG, L 1°837, police générale, district du Vigan, troubles de la Lozère.

18 Ibid., L 413.

19 Ibid., L 421, lettre du 26 décembre 1790.

20 Voir supra, ch. v, p. 134.

21 ADG, L 421, f° 246.

22 AN, F/7/3681/13, 6e dossier.

23 Ibid., 8e dossier, « bagarre » de Mende, dépositions de témoins.

24 Puaux (F.), « Le Pape Clément XI et les Camisards », BSHPF, 1915, t. 63, p. 580-582 ; Bernat (C.), Une révolte et sa contre-révolte, op. cit., p. 190-191 ; il semble qu’il y ait bien eu une bulle pontificale, mais le texte n’a jamais pu en être retrouvé.

25 AN, F/7/3°681/13, 8e dossier, dépositions de témoins.

26 Delon (J.-B), La Révolution en Lozère, op. cit., p. 178.

27 Pie VII est élu en 1800 ; ancien évêque d’Imola, il avait prêché la résistance face aux troupes françaises mais ne jugeait pas la démocratie absolument incompatible avec les valeurs catholiques ; Cousin (B.), Cubells (M.), Moulinas (R.), La Pique et la croix, op. cit., p. 257.

28 Ibid., p. 276-278.

29 Les sources que nous avons utilisées concernent les troubles des années 1815-1820 dans les départements du Gard, de la Lozère, de l’Aveyron et de l’Hérault (série 1 M) ; aux Archives nationales.les rapports des préfets ont été consultés pour ces départements (série F/7) ; les sources imprimées, enfin, ont également été mises à contribution. Dans le Gard, des reclassements intervenus depuis quelques années ont conduit à la dispersion des dossiers étudiés par Robert (D.), Les Églises réformées de France (1800-1830), PUF, 1961 ainsi que par Riou (J.-P.), « La Terreur blanche dans le département du Gard. Aspects économiques et sociaux », Économie et société en Languedoc Roussillon de 1789 à nos jours. Actes du colloque de Montpellier (25 au 26 septembre 1976), Montpellier, 1978, p. 371-399.

30 Registre du consistoire de Nîmes, cité par Robert (D.), Les Églises réformées de France, op. cit., p. 270.

31 Daudet (E.), La Terreur blanche. Épisodes et souvenirs de la réaction dans le Midi en 1815, d’après des souvenirs contemporains et des documents inédits, Paris, A. Quentin, 1878, 402 p. ; robert (D.), Les Églises réformées de France, op. cit., p. 274-275 ; du même auteur, « Une pièce (1820 ?) concernant les événements d’Arpaillargues du 11 avril 1815 », BSHPF, t. 61, janvier-mars 1965, p. 63-68.

32 ADG, 1 M 520, lettre de Saint-Hippolyte-du-Fort du 26 mars 1815 ; lettre du maire de Sauve au préfet du Gard du 28 mars 1815.

33 . Ibid., 1 M 520, lettre du 29 juin ; le soulèvement royaliste du canton de Génolhac est également évoqué dans les papiers du Général Gilly, 1 M 532, papier du 20 mai 1815.

34 Ibid., 1 M 520, lettres des 29 et 10 juin 1815, dossier « Cent Jours. Réaction des diverses communes ».

35 Daudet (E.), La Terreur blanche, op. cit., p. 104.

36 ADG, 1 M 535, liste des Nîmois ayant fui la Terreur ; la mention des professions montre qu’il s’agit de familles aisées, accompagnées de leurs domestiques, ainsi que de quelques artisans ; Daudet (E.), op. cit., p. 9, raconte le départ de Gilly de la citadelle de Nîmes, entouré d’une centaine de Cévenols armés qui parcourent les boulevards de Nîmes au grand galop, déchargeant leurs fusils et poussant de grands cris.

37 AN, F/7/3823, rapports hebdomadaires des départements, octobre-décembre 1815.

38 Robert (D.), Églises réformées de France, op. cit.. Textes et documents sur les Églises..., rapport du sous-préfet de Florac, document n° 101, p. 295.

39 Bernis (R., comte de), Précis de ce qui s’est passé en 1815 dans le département du Gard et de la Lozère, Nîmes, 1818, 78 p., Bibliothèque municipale de Nîmes, Fonds Liotard, 62 231.

40 Lauze de Peret, Éclaircissements historiques en réponse aux calomnies dont les protestants sont l’objet..., Nîmes, 1819, Bibliothèque municipale de Nîmes, Fonds ancien, 92 442.

41 Arbaud-Jouques (marquis de), Troubles et agitations du Gard, Paris, 1818.

42 Cité par Lauze de Peret, op. cit., p. 72.

43 Ibid., p. 75.

44 Daudet (E.), La Terreur blanche..., op. cit., p. 120 ; Riou (M.), « La Terreur blanche dans le département du Gard... », op. cit., p. 133 ; ces violences sont également rapportées par un auteur protestant, Masse (E-m.), Les Protestants de Nîmes et leurs persécuteurs, Nîmes, 1819.

45 Masse (E-M.), Les Protestants de Nîmes et leurs persécuteurs, op. cit., p. 29.

46 Lettre de François Guizot au prélet d’Argout, nommé en 1817, citée par Robert (D.), Les Églises réformées en France, op. cit., p. 299.

47 ADA, 1 M 809, procès-verbal dressé par le maire, Jean-Baptiste Roques, les 19 et 20 août 1815 ; dans le même dossier se trouve un extrait des registres du consistoire de Saint-Affrique du 21 août.

48 Ibid., procès-verbal du maire.

49 Ibid., lettre du sous-préfet, Jacques Constant Saint-Estève, 20 août.

50 Ibid., rapport du lieutenant de gendarmerie, 20 août.

51 Ibid., réponse du sous-préfet à la demande faite par le consistoire le 20 août, datée du 27.

52 Ibid., rapport du procureur du roi à Saint-Affrique, du 8 octobre 1815.

53 Ibid., lettre du préfet de l’Aveyron au sous-préfet de Saint-Affrique, septembre 1815.

54 Ibid., 1 M 809, 810, 812 et 816.

55 Ibid., 1 M 816 ; de telles lettres circulaient également dans le Gard et le Tarn. Ce département n’a pas connu de Terreur blanche au même titre que le Gard, mais on retrouve en 1815 une géographie politique comparable ; voir Cazals (R.) (dir.), Histoire de Castres, Mazamet, la montagne, Toulouse, Privât, 1992, p. 196-198.

56 ADA, 1 M 816, lettre du préfet, M. le comte d’Estournel, au ministre de l’Intérieur, mars 1816.

57 ADH, 1 M 868.

58 Ibid., 1 M 883.

59 AN, F/7/3823, rapports de police, département du Tarn.

60 Ibid., département de l’Ardèche.

61 Sur cette question, nous nous référons aux travaux de Martin (J.-Cl.), La Vendée de la mémoire (1800-1980), op. cit., et de Joutard (Ph.), La Légende des Camisards, op. cit., 3e partie ; Belloin (G.), Entendez-vous dans vos mémoires... ?, op. cit.

62 Martin (J.-C.), La Vendée de la mémoire, op. cit.

63 Conférences ecclésiastiques de 1852 ; toutes les réponses des paroisses ne figurent pas dans le dossier : l’abbé Delon en mentionne qui ne s’y trouvent plus.

64 Voir supra, ch. viii.

65 Les graves troubles populaires lors de l’installation du curé constitutionnel en juillet 1791 à Ispagnac sont à peine mentionnés dans le récit du curé en 1852.

66 Voir des cas à Florac, au Collet-de-Dève et à Saint-Andéol-de-Clerguemort, ch. III, p. 68.

67 Cabanel (P.), « Révolution et commémoration en pays de frontière religieuse : le cas de la Lozère », Actes du LVIIIe congrès de la Fédération Historique du Languedoc méditerranéen et du Roussillon, 6 au 8 juin 1986, Largentière, 1987, p. 195-213.

68 Joutard (Ph.), La Légende des Camisards, op. cit., p. 213.

69 Peyrat (N.), Histoire des pasteurs du Désert, Valence, Marc Aurel, 1842.

70 Stevenson (R.-L.), Journal de route en Cévennes, première édition intégrale il partir du manuscrit de l’auteur, Toulouse, Privat/Club Cévenol, 1978.

71 Joutard (Ph.), La Légende des Camisards, op. cit., p. 298.

72 Foulquier (abbé A.), Notes biographiques sur le clergé des paroisses..., op. cit., Mende, 1910, 4 vol.

73 Ibid., 1.1, p. 44.

74 Ibid., p. 136-137.

75 Cholvy (G.), « Une chrétienté au xixe siècle : la Lozère. », Cévennes et Gévaudan, Actes du XLVIe congrès de la Fédération Historique du Languedoc Méditerranéen et du Roussillon, Mende, 16 au 17 juin 1973, Mende, 1974, p. 365-382

76 Saurel (F.), Histoire religieuse du département de l’Hérault pendant la Révolution, op. cit. ; du même auteur, Épisodes de chouannerie, op. cit.

77 Sarran (abbé E.), L’Abbé Pialat, confesseur de la foi dans les Cévennes, op. cit.

78 DELON (J.-B.), La Révolution en Lozère, op. cit.

79 Jolivet (Ch.), La Révolution en Ardèche, 1788-1795, op. cit.

80 Rouquette (abbé J.), Histoire de Ganges, op. cit.

81 Grange (abbé H.), Une Région protestante de la France. Introduction, développement, état actuel du protestantisme dans le diocèse de Nîmes, Rome, 1904.

82 Goiffon (abbé), Monographies paroissiales. Paroisses de l’archiprêtré du Vigan, Nîmes, Lacour, 1994 [1900]

83 Raylet (abbé L.), Procès-verbaux de la société des Amis de la Constitution de Saint-Affrique, op. cit.

84 Barrau (H., E. et E de), L’Époque révolutionnaire en Rouergue. Étude historique (1789-1801), op. cit.

85 Combes (A.), Histoire de la ville de Castres et de ses environs pendant la Révolution Française, op. cit.

86 Daudet (E.), Histoire des conspirations royalistes du Midi sous la Révolution (1790-1793), op. cit.

87 Rouvière (F.), Histoire de U Révolution dans le Gard, op. cit.

88 André (L.), Essai sur l’histoire de la Révolution en Lozère, Marvejols, 1894.

89 Entre adhésion et refus : la Révolution en Lozère, 1789-1989, Actes du colloque de Mende, 4 août 1989, Mende, Conseil Général, Marvejols, 1990.

90 L’Aubrac. Étude ethnologique, linguistique, agronomique et économique d’un établissement humain, 6vol., Éditions du CNRS, 1971-1977 ; le tome ii est consacré à l’ethnologie historique.

91 Joutard (Ph.), La Légende des Camisards, op. cit.

92 Pelen (J-N.), « Le légendaire et l’identité communautaire en Cévennes du xviiie au xxe siècle », Le Monde Alpin et Rhodanien, « Croyances, récits et pratiques de tradition », 1982, t. 1-4, p. 127-141 ; du même auteur, Le Conte populaire en Cévennes, Payot, 1994 [1983] ; Pourcher (Y.), Les Maîtres de granit. Les notables en Lozère du xviiie siècle à nos jours, Paris, Olivier Orban, 1987 ; voir en particulier les analyses que l’auteur consacre aux loups, animal mythique dans le Gévaudan comme dans les Cévennes, et le numéro spécial de Causses et Cévennes, La bête des Cévennes et autres loups, 1991 /1.

93 Claverie (E.), Lamaison (P.), L’Impossible mariage, op. cit.

94 Durand-Tullou (A.), Le Pays des asphodèles, Paris, 1989 ; du même auteur, Le Loup du Causse. La légende d’un compagnon de Rohan (1594-1638), Payot, 1994, ainsi que Le Diable et le bon dieu en Occitanie, Payot, 1996.

95 Cholvy (G.), « Une chrétienté au xixe siècle : la Lozère », op. cit. ; Cabanel (P.), Les Cadets de Dieu..., op. cit.

96 Maurice (Ph.), La Famille en Gévaudan au xve siècle (1380-1483), Publications de la Sorbonne, 1998.

97 Chamson (A.), Sans Peur, Pion, Tallandier, 1977.

98 Senart (Ph.), « La montagne blanche ou une Vendée cévenole », Revue des Deux Mondes, 1979, p. 103-112 et 306-319.

99 Ibid., p. 105-106.

100 Cholvy (G.), « Religion et politique en Languedoc méditerranéen à l’époque contemporaine », Droite et Gauche de 1789 à nos jours, Montpellier, 1975, p. 33-74 ; Id., Géographie religieuse de l’Hérault contemporain, PUF, 1968.

101 Cholvy (G.), « Résistance populaire et clandestinité sous la Révolution Française : la bordure orientale et méridionale du Massif central face à la persécution religieuse », Histoire et clandestinité du Moyen Age à la Première Guerre mondiale, Actes du colloque de Privas, mai 1977, Albi, 1979, p. 175-190.

102 Faury (J.), Cléricalisme et anticléricalisme dans le Tarn (1848-1900), op. cit.

103 La Croix de la Lozère, 11 avril 1906, cité par Cabanel (P.), Les Cadets de Dieu. Familles, migrations et vocations religieuses..., op. cit., vol. 2, p. 535.

104 Sur les attitudes politiques des protestants cévenols, Cabanel (P.), Histoire des Cévennes, PUF, « Que sais-je ? », 2e éd., 2000, p. 91-94 ; sur le comportement des catholiques cévenols, Sauzet (R.), Les Cévennes catholiques, op. cit., ch. xi.

105 Cabanel (P.), Les Protestants et la République de 1870 à nos jours, Bruxelles, Complexe, 2000.

Table des illustrations

Titre Document 4Caricature de Rabaut Saint-Étienne
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17168/img-1.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Document 5Caricature du criquet
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17168/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search