Version classiqueVersion mobile

Mémoires affrontées

 | 
Valérie Sottocasa

Deuxième partie. Montagnes, religion et mémoires à l'épreuve de la Révolution

Chapitre 9. Le poids de la mémoire des guerres de Religion

Texte intégral

  • 1 Nora (p.) (dir.), Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 7 vol., 1984-1992, vol. 1, « Entre mémoi (...)
  • 2 Charreyron (G.), Politique et religion. Protestants et catholiques en Velay, op. cit.

1La mémoire collective imprègne les mentalités et influence les choix les plus divers, cela n’est plus à démontrer. Aujourd’hui, commémorations et lieux de mémoire sont au cœur de nos réflexions. Les historiens ont eu une place de choix dans ce processus et ont donc été amenés à réfléchir sur les liens qui existent entre mémoire et histoire, ainsi que sur la manière de solliciter la mémoire, devenue objet d’histoire1. La Révolution occupe une place clé dans le patrimoine, l’identité et la mémoire nationale. Événement fondateur, elle est fréquemment interrogée par les historiens soucieux de comprendre la formation de l’échiquier politique contemporain. Ces interrogations ont conduit Paul Bois, dans le cadre d’une démarche historique régressive, à chercher dans la période révolutionnaire les racines des divisions politiques de la Sarthe sous la IVe République. Plus récemment, Gilles Charreyron a suivi ses traces pour comprendre les comportements politiques dans le Velay, qui comporte une communauté protestante solidement implantée2.

2À notre tour, nous avons décidé de suivre une démarche d’histoire régressive pour tenter de saisir la place et le rôle de la mémoire collective des guerres de Religion dans les attitudes et les partis pris politiques durant la Révolution. À l’origine de cette enquête, il y a le constat établi par l’étude des mouvements populaires : la frontière religieuse, ravivée, coïncide avec les divisions partisanes face à la Révolution. Quelle est la part de la mémoire des guerres de Religion, qui ont ensanglanté le pays entre le xvie et le début du xviiie siècle ? Au-delà de cette question en surgit une autre, qui porte sur le contenu des souvenirs collectifs transmis de génération en génération. Entre le double héritage, fait d’un sentiment complexe où se mêlent douleur et gloire, le jeu de la mémoire se révèle plus complexe que ce que l’héritage national laisserait à croire, tant du côté des protestants que des catholiques. Cette enquête « à rebours » commencera par l’étude de la mémoire des guerres de Religion conservée par les protestants et se poursuivra par celle que la communauté catholique a cultivée, au long des siècles, de ces mêmes affrontements.

Le jeu de la mémoire protestante

Les progrès de la tolérance au siècle des Lumières

3Si la révolte des Camisards est un traumatisme majeur pour la communauté réformée du Languedoc, le siècle des Lumières semble exempt des violences interconfessionnelles qui ont émaillé les siècles précédents. Attesté par les historiens, mais aussi par le dépouillement des archives de l’intendance, ce calme mérite d’être scruté attentivement. S’agit-il, de la part de la communauté réformée rejetée dans la proscription et menacée par une répression longtemps active, d’une forme de renonciation ? Cet apaisement est-il le fruit des progrès douloureux de la tolérance dans les faits, sinon dans les consciences ? Observé depuis la décennie révolutionnaire, il ne laisse pas d’étonner : alors que tout portait à croire que les vieilles haines étaient oubliées, la Révolution les fait ressurgir intactes, bien vivantes dans les cœurs et les esprits. Cette situation pour le moins paradoxale, s’inscrivant en contrepoint d’une vision linéaire de l’histoire, mérite que l’on s’y arrête.

41787 est la preuve que la communauté réformée n’a jamais abandonné le désir de faire valoir ses droits et de reconquérir la tolérance. Elle défend aussi une idée plus audacieuse, fille de la philosophie des Lumières, celle de la liberté de conscience. Cette évolution est le fruit d’une longue réflexion qui conduit à réclamer dans un premier temps le retour à un régime de tolérance. Il s’agit de montrer que la Révocation est le fruit d’une erreur d’appréciation de la part de Louis xiv et des hommes qui l’ont convaincu de l’extinction de la minorité réformée, grâce aux efforts déployés par l’Église catholique dans le cadre de la Contre-Réforme. Les échecs répétés auxquels sont confrontés les intellectuels protestants les conduisent, dans un second temps situé au milieu du siècle, à militer en faveur d’une véritable liberté de conscience, qui signifierait une reconnaissance du culte réformé public. L’état de l’opinion évolue : les penseurs des Lumières, nous l’avons vu, n’associent plus le protestantisme au fanatisme ; les réformés eux-mêmes ont soin de prendre leurs distances avec les Camisards. Les affaires judiciaires qui marquent les années 1760 (Rochette, Calas et Sirven) les placent nettement du côté des victimes. Néanmoins, les projets qui fleurissent dès cette époque n’aboutissent pas : les protestants refusent de dissocier la reconnaissance de leur état civil de celle de la liberté de culte. Il faut attendre, dans les années 1780, l’intervention de Jean-Paul Rabaut Saint-Etienne pour voir évoluer cette position. Le pasteur de Nîmes est convaincu qu’une reconnaissance partielle est plus utile que le maintien de la proscription. Invité à venir à Paris à la demande du marquis de Lafayette, qui l’a rencontré à Nîmes en 1785, Rabaut Saint-Étienne joue, aux côtés de Malesherbes, un rôle clé dans la rédaction de l’édit de novembre 1787, qui reconnaît aux protestants le droit de faire enregistrer leurs mariages et baptêmes auprès d’officiers royaux de justice et non plus auprès des prêtres catholiques.

  • 3 Dardier (Ch.), Paul Rabaut. Ses lettres à divers, Paris, 1891, « Lettre-Rapport de Rabaut Saint-Ét (...)

5Vigoureusement sollicité par ses coreligionnaires, Rabaut Saint-Étienne justifie son attitude et conseille la patience aux protestants. À ses yeux, l’édit de novembre 1787 n’est qu’une étape. Le 12 février de l’année suivante, il écrit aux membres du comité de Bordeaux, qui lui avaient accordé leur confiance et des crédits lui permettant de défendre les intérêts protestants à la cour, une longue lettre qui précise l’esprit dans lequel il a conduit les négociations. Il y prône la raison et la modération politique, tout en montrant qu’il est conscient des limites de la tolérance de fait instaurée par l’édit. « Si la cour a cédé, il faut bien que les protestants prennent leur mal en patience, et si l’édit avait été plus vaste, il est évident qu’il n’aurait pas passé » ; cela ne l’empêche pas de constater qu’il « ne fallait qu’un Ministère ou un règne dévot pour nous rejeter dans les proscriptions3 ! » D’importants combats restent à mener. Peu avant la publication de l’édit, Rabaut Saint-Étienne avait d’ailleurs fait part à Malesherbes de ce sentiment :

  • 4 Lettre du 27 octobre 1787, citée par Bost (H ), « Les arguments des protestants français... », in (...)

Le temps est venu où le Ministère ne peut plus se dispenser d’écouter la voix publique et l’opinion [...]. Mon respect pour le Prince me fait toujours voir avec peine que mille voix s’élèvent de partout pour lui demander des réformes4

6À l’intention des protestants de Bordeaux, il formule sa position de manière plus incisive et le ton se fait plus offensif. L’édit est utile, parce qu’il peut permettre d’enrayer le déclin de certaines communautés réformées dans le royaume et qu’il intègre à nouveau le protestantisme dans le sein de la nation. Là, insiste Rabaut Saint-Étienne, les protestants ont un rôle important à jouer en faveur des idées de liberté. Depuis la mort de Voltaire, les progrès de la raison sont à peu près nuls, estime-t-il. Les protestants, forts de leur expérience douloureuse de l’intolérance, seront les mieux placés pour défendre les idées nouvelles et promouvoir la modernisation de l’État.

Bien des gens de l’opinion desquels je fais grand cas, pensent que le protestantisme influera sur les opinions morales ; que ces principes de liberté dont on nous accuse, n’étant que l’élévation d’esprits dégagés de préjugés, ces principes exposés au profit de la chose publique seront adoptés, et que les protestants s’attireront un genre de considération préférable à celle que donnent les charges et les dignités.

7L’avantage moral acquis par les protestants compense donc largement le fait que l’édit ne leur reconnaît pas le libre accès aux charges publiques. L’imperfection même du texte doit les pousser à s’engager sur le chemin de la réflexion intellectuelle et morale qui seule permettra de réformer l’Etat. C’est à ce moment-là qu’ils seront amenés à jouer un rôle essentiel dans la régénération de la nation, qui fera d’eux ses « instituteurs ». Dans ce contexte, les protestants ont une très large avance sur les catholiques, du fait de l’expérience que leur a donnée la persécution, et cette avance les propulsera à la tête de la nation lorsque celle-ci s’ouvrira aux principes de liberté qu’ils promeuvent. Revenons à la lettre de Rabaut Saint-Étienne, qui prend des allures de manifeste :

  • 5 Dardier (Ch.), Paul Rabaut. Ses lettres à divers, op. cit., p. 406-408.

Je considère [...] que les protestants de France sont un peuple neuf qu’il est important de bien constituer, et qu’il faut profiter du moment [...], qu’il est impossible, de toute impossibilité que les vraies lumières naissent et s’établissent dans les universités catholiques encroûtées de préjugés et liées de mille entraves ; [...J que ce n’est plus par nos dogmes que nous devons ramener les hommes à notre religion et à notre morale, mais que c’est par notre morale que nous devons les amener à nos dogmes ; qu’il faut, après avoir formé un grand plan d’instruction morale depuis longtemps attendu, faire couler l’instruction jusqu’aux derniers individus ; que les ministres sont les organes et les filières naturelles par lesquelles elle doit passer. [...] Il s’établira une grande instruction uniforme qui, en la supposant telle qu’elle doit être, doit servir de modèle à la nation et la régénérer.
C’est ainsi que j’ai pensé que ne pouvant maîtriser les circonstances, il fallait en tirer le meilleur parti possible ; étudier nos rapports avec le siècle, avec notre gouvernement et les progrès de la raison que les protestants seuls peuvent accélérer ; donner l’essor à ce principe de liberté de penser, si longtemps contraint, qui nous appartient exclusivement ; [...] nous assurer enfin une supériorité honorable qu’il sera impossible de nous ravir, et qui nous vaudra l’avantage d’avoir perfectionné notre siècle5.

8Ce texte complexe présente plusieurs facettes. S’il encourage les protestants à la patience, il affirme également leur avance morale et intellectuelle sur les catholiques. Cette modernité est directement liée aux souffrances passées ; ayant éprouvé les rigueurs de la persécution, les protestants ont été amenés à réfléchir à la notion de tolérance et à son couronnement, la liberté de conscience, ainsi qu’aux moyens de l’imposer comme voie de régénération de la nation. La tolérance, imposée de fait par l’édit de 1787, est perçue par les intellectuels protestants comme une notion archaïque, dépassée, voire négative. Ils se réclament de valeurs plus « laïques » que sont la liberté de conscience et l’égalité civile dans un État définitivement placé au-dessus des différences religieuses. Ce sont là les idées défendues par Rabaut Saint-Étienne devant les députés de l’Assemblée nationale, lors des débats portant sur l’article x de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen :

  • 6 Opinion de M. Rabaut Saint-Étienne sur la motion suivante de M. le comte de Castellane: Nul homme (...)

Ce n’est même pas la tolérance que je réclame ; c’est la liberté. La tolérance ! le support ! le pardon ! la clémence ! idées souverainement injustes envers les dissidents, tant il est vrai que la différence de religion, que la différence d’opinion n’est pas un crime. La tolérance ! Je demande qu’il soit proscrit à son tour ; et il le sera, ce mot injuste, qui ne nous présente que comme des citoyens dignes de pitié, comme des coupables auxquels on pardonne6...

  • 7 Poujol (J.), « Le changement d’image des protestants pendant la Révolution », BSHPF, t. 135, octob (...)
  • 8 Cette idée a été formulée par Encrevê (A.), « Les protestants et la Révolution Française », Réform (...)

9Si le texte finalement adopté par l’Assemblée ne comble pas toutes les attentes de Rabaut Saint-Étienne, en ne mentionnant pas, notamment, la liberté de culte, il l’autorisait de fait. Dès les premiers temps de la Révolution, les protestants étaient reconnus comme des citoyens à part entière7 ; l’égalité d’accès à tous les emplois est instituée le 24 décembre 1789 ; les biens confisqués aux protestants qui avaient fui le royaume au lendemain de la Révocation sont restitués à leurs héritiers (décret du 10 juillet 1790) ; leurs descendants pourront par ailleurs bénéficier d’une loi de naturalisation adoptée en décembre 1790, s’ils reviennent s’établir en France. L’ensemble de ces mesures prouve que les revendications portées par les protestants depuis les années 1760 ont été entendues. On comprend, dans ces conditions, leur attachement à la Révolution, attachement qui frôle l’unanimité tant les exemples ont été rares de réformés combattant aux côtés de la contre-révolution royaliste8. Dans le Midi, où la polarisation politique est à la fois précoce et très marquée, la masse des gens du peuple, au sens très large, craignait par-dessus tout un retour à l’ordre religieux ancien. Compte tenu de la violence des incidents du printemps 1790, de nouvelles persécutions étaient à craindre, qui auraient réduit à néant les efforts et les espoirs du siècle des Lumières. Ce que redoutent les protestants n’est pas un simple retour à l’édit de 1787, mais à celui de 1685 si les éléments les plus réactionnaires, à la tête de la contre-révolution, venaient à l’emporter. Ils craignent, après les massacres de Nîmes et Montauban, une volonté de vengeance de la part du petit peuple catholique.

10On pourrait facilement opposer à cette atmosphère de qui-vive le fait que le xviiie siècle a été exempt de violence et que rien n’est venu, depuis la reddition des chefs camisards, alimenter les haines entre les deux communautés. De fait, les preuves d’un long apaisement sont nombreuses. Plusieurs monographies confirment l’impression laissée par les archives de police du xviiie siècle : les violences ont bel et bien laissé place à un consensus. Au moment de la Révolution, cette idée est illustrée par l’attitude particulièrement ouverte et tolérante de plusieurs membres du clergé, et non des moindres. L’évêque d’Alès, dont le diocèse a été créé à la suite de la Révocation pour mieux contrôler et convertir les protestants des Cévennes méridionales, plaide en faveur de la paix religieuse. Il s’adresse avec vigueur aux catholiques qui cherchent, au printemps 1790, à se venger des premiers différends entre les représentants des deux confessions :

  • 9 Réponse à M. l’évêque d’Alais à l’Adresse et à la Délibération des Catholiques d’Alais du 25 mars (...)

En plaignant ceux de vos frères que des préjugés héréditaires retiennent dans l’erreur, pensez aux vertus, aux qualités morales, aux talents qui distinguent un grand nombre d’entre eux [...]. Pensez que vous leur appartenez peut-être par les liens du sang, par une origine commune [...] par un commerce habituel [...]. N’oubliez pas qu’il en est parmi vous dont les pères ont défendu les mêmes opinions9.

  • 10 Delon (J.-B.), La Révolution en Lozère, op. cit., p. 43-45.
  • 11 Lettre de deux curés des Cévennes sur la validité des mariages protestants et sur leur existence l (...)

11À peu près à la même époque, un prêtre du diocèse de Mende, l’abbé Béraud, curé de Saint-Alban, professe une opinion très proche, qu’il développe dans un Mémoire rédigé à l’intention des électeurs de son diocèse, avant de le faire parvenir aux états généraux10. Dès la fin des années 1770, paraissaient des écrits favorables à l’instauration de la tolérance. En 1779, le curé de Saint-Cyr publie une lettre anonyme dans laquelle deux curés affectés dans les Cévennes dénoncent les méfaits de l’intolérance religieuse et civile à l’égard des protestants11 Les cahiers de doléances rédigés au printemps 1789 se font l’écho de ce consensus en faveur d’une situation de tolérance en ne soufflant mot, à l’exception du cahier de Vialas, dans les Cévennes, de la question de la différence des cultes. L’image générale qui se dessine, à la lecture des principaux ouvrages portant sur la région, est celle d’un pays qui panse ses plaies et met toute son énergie à éloigner le spectre des affrontements civils. Depuis de longues décennies, un consensus fragile s’est construit dans les Cévennes et sur leurs marges. Loin d’être un faux-semblant, cette paix de religion, qui ne se conçoit d’ailleurs que dans le cadre de la surveillance exercée à l’encontre de la minorité réformée, présente toutefois quelques failles.

Fragilités de la tolérance partagée

  • 12 ADH, C 6595, gouvernement militaire de Languedoc, affaires militaires du diocèse d’Alès, 1756 ; un (...)
  • 13 ADH, C 6681, plaintes et placets, diocèse d’Alès.
  • 14 Ibid., C 6682, plaintes et placets.
  • 15 Ibid., C 6586.

12Un bon exemple de cet état d’esprit nous est fourni par un incident qui éclate à Saint-Hippolyte-du-Fort en février 1756. À cette date, le royaume s’apprête à entrer en guerre, ce qui alourdit le poids de la milice. Lors du tirage au sort, près de quatre-vingts jeunes gens susceptibles d’être enrôlés s’enfuient dans la montagne : ils sont tous protestants et exigent que les jeunes catholiques participent aussi au tirage. Les deux communautés avaient en fait passé un accord : seuls les jeunes célibataires de confession protestante tiraient au sort ; en contrepartie, les jeunes gens mariés au Désert en étaient exemptés, ce qui revenait, localement, à reconnaître l’existence du culte réformé. Cet accord est si précieux aux yeux des habitants de Saint-Hippolyte, que « toute la ville, tant protestants que catholiques allaient et venaient continuellement pour parler à ces pauvres fuyards, et c’était ce qui les intimidait le plus12 ». Cette affaire révèle un consensus qui devait exister ailleurs, mais aussi les réticences de la part des plus jeunes qui, contrairement à leurs aînés, n’avaient pas connu les troubles de la guerre des Cévennes. N’ayant pas vécu dans leur chair les horreurs de la guerre civile, ils acceptent moins facilement de payer le prix de l’accord tacitement intervenu. Les jeunes sont les plus remuants partout. Nous avons pu constater les dégâts occasionnés par ceux d’Anduze au cours des années 1750 ; non loin de là, à Durfort, les jeunes forment une ligue destinée à empêcher les mariages entre jeunes filles de la paroisse et garçons d’autres villages13. À Valleraugue, une jeune fille destinée au couvent est enlevée par plusieurs jeunes gens, sous prétexte de la soustraire à une éducation catholique forcée14. Les troubles de la jeunesse ne sont pas, loin s’en faut, spécifiques aux communautés réformées ; plusieurs révoltes contre la milice sont signalées en Gévaudan (vers 1757-58), et surtout dans les régions de Saint-Pons, Olargues et La Salvetat15 qui renouent en 1793 avec cette hostilité traditionnelle au service des armées.

  • 16 Poujol (R.), Vébron, histoire d’un village cévenol, op. cit., p. 229.

13Les années 1750 trahissent une recrudescence sensible des tensions religieuses dans le Midi. Les arrestations se font plus nombreuses, de nouveaux bataillons de soldats sont envoyés en Cévennes et Gardonnenque. Les missionnaires catholiques redoublent de virulence à l’égard des réformés alors que les autorités semblent ne plus vouloir tolérer les assemblées tenues au Désert. En avril 1751, les nouveaux catholiques reçoivent l’ordre de faire baptiser leurs enfants à l’église dans un délai de quinze jours. Le succès obtenu est très inégal : dans les hautes Cévennes, le refus de la population est net. A Vébron, où le subdélégué de l’intendant estime que pas moins de cent onze enfants doivent recevoir le baptême, la population se coalise et refuse de se soumettre16. À Barre, où des troupes sont stationnées, l’opération rencontre plus de succès, de même que dans les régions les plus méridionales. À Saint-Germain-de-Calberte, l’opération est conduite d’une main de fer par un capitaine qui se targue d’avoir amené plus de trois cents enfants à l’église. Ce retour de l’oppression ne va pas sans susciter des tensions populaires : une foule assemblée au Désert est surprise par les militaires dans cette même paroisse. L’assistance tient tête aux soldats, parvient à libérer le pasteur et se montre même menaçante. L’intendant, M. de Saint-Priest, va jusqu’à évoquer le spectre d’une nouvelle révolte dans les Cévennes.

  • 17 Cabanel (P.) (dir.), Itinéraires protestants en Languedoc, op. cit., c. i, Cévennes, p. 295-296 ; (...)

14D’autres incidents se déroulent dans le bas pays, entre Gardonnenque et Uzège. Plusieurs curés sont menacés, les autorités locales annoncent la présence de plus de mille hommes réfugiés dans les bois et que doivent rejoindre des troupes venues des montagnes « pour contenir le monde dans le devoir », c’est-à-dire dans la stricte observation des ordres des consistoires protestants17. La montagne occupe une place de choix dans la résistance face à l’oppression religieuse. Ses habitants semblent non seulement plus fidèles, plus purs, mais ils représentent aussi la force qui va ramener ceux de la plaine, moins fermes dans leur foi, sur le droit chemin. La rumeur, largement relayée par les autorités militaires locales confirme que, malgré le calme de la région depuis plusieurs décennies, le spectre de l’insurrection camisarde hante toujours les esprits. D’ailleurs, lorsque le curé de Ners, paroisse située en bordure du Gardon, est assassiné, c’est en ces termes que le seigneur du lieu communique la nouvelle à l’intendant :

  • 18 Ibid, t. 2, p. 217.

C’est avec un véritable chagrin que je vous apprends le second tome de l’abbé du Chaila [...] je veux dire [...] qu’on a assassiné ce matin le prieur de Ners18.

15Même si cette allusion à la mort de l’abbé du Chaila en 1702 ne doit pas être prise à la lettre, elle donne un aperçu de l’état d’esprit qui règne dans le pays. Le calme ne fait guère illusion ; les autorités ne cessent de redouter une insurrection générale qui recevrait l’appui des montagnards.

  • 19 ADH, C 6590 ; les nouveaux convertis refusent de payer le logement des soldats et reçoivent l’appu (...)
  • 20 ADH, C 6682, plaintes et placets, diocèse d’Alès.
  • 21 Ibid., C 199, pièce 158 ; les jeunes commencent par exaspérer les bergers en se moquant d’eux: « D (...)

16Toujours en 1752, les autorités de Bédarieux dénoncent des pasteurs qui seraient à l’origine de l’agitation des nouveaux convertis19. En 1759, les régions de Sauve et Fraissinet-de-Fourques sont troublées à la suite de l’aggravation des mesures répressives prises à leur encontre. Le vicaire de Fraissinet est menacé à plusieurs reprises ; à Sauve, les assemblées illégales sont de plus en plus fréquentes et la jeunesse s’y rend armée20. D’autres troubles ont parfois précédé ceux qui marquent le durcissement politique du milieu du siècle, notamment à Anduze où les fêtes de Noël dégénèrent en 1728 en bataille rangée entre de jeunes nouveaux convertis et des bergers catholiques se rendant à la messe21.

  • 22 Poujol (R.), Vébron..., op. cit., p. 213.

17Au total, c’est fort peu de chose. Les protestants sont l’objet d’une oppression quotidienne qui ne leur laisse d’autre choix que de trouver un consensus viable. Mais le calme qui règne dans les Cévennes et sur leurs marges ne signifie nullement, à notre avis, que les combats et les humiliations aient été effacés des esprits, au nom du progrès des Lumières. Certes, des solidarités se nouent entre camps ennemis, qui se révéleront parfois solides. Ainsi, le curé de Vébron, en place au cours des années 1750, intercède-t-il à plusieurs reprises en faveur de ses paroissiens nouveaux convertis, dont il n’ignore rien de la foi calviniste22. Mais là encore, cela ne signifie pas pour autant que les souvenirs aient été oubliés, surtout par les plus jeunes, épargnés par les violences mais fascinés par les récits que font les aînés des combats glorieux menés par leurs ancêtres. Ces jeunes ressentent durement le poids de la répression et la précarité dans laquelle se trouve rejetée leur communauté. À la veille de la Révolution, le souvenir des heures fastes du protestantisme méridional est loin d’être perdu.

La mémoire populaire des guerres de Religion

18Retrouver les traces d’une mémoire collective, surtout populaire, c’est-à-dire orale, lorsque les témoins ont disparu depuis plus de deux siècles n’est évidemment pas chose facile ! Il faut interpréter les gestes, l’usage des lieux, les paroles lorsqu’elles sont parvenues jusqu’à nous par le truchement des autorités. II faut savoir lire entre les lignes, au risque d’une interprétation abusive de documents que l’on veut faire entrer de force dans un schéma explicatif. C’est pour éviter ces pièges que nous nous attacherons aux seuls documents contenant des allusions précises et formelles à une mémoire collective. Nous accorderons la priorité aux documents d’archives, mieux à même d’exprimer un sentiment populaire, mais sans négliger les documents plus littéraires, qui émanent souvent d’une élite soucieuse de construire un discours cohérent mais pas toujours conforme à la réalité vécue. Or, cette mémoire semble volontairement gommée par les élites, tant protestantes que catholiques, dans un souci d’apaisement et pour permettre à la communauté réformée de ne pas entièrement disparaître sous les effets de l’oppression. Néanmoins, divers témoignages montrent que la mémoire des guerres de Religion, et plus particulièrement du soulèvement des Cévennes, a été soigneusement conservée et transmise aux jeunes générations.

  • 23 23 .Journal de ma vie, Jacques Louis Ménétra, compagnon vitrier au xviiie siècle, présenté pat D. (...)

19L’un des premiers témoignages incontestables dont nous disposions est celui de Jacques Louis Ménétra, compagnon vitrier parisien que son tour de France conduit à traverser les Cévennes entre 1763 et 176423. Une première étape en pays protestant le conduit à Nîmes, où il travaille pour un maître de confession réformée avec lequel il entretient d’excellentes relations. Il se dirige ensuite vers les Cévennes et se rend à Saint-Hippolyte-du-Fort,

chez un bon protestant qui me faisait des récits des cruautés que les missionnaires avaient exercées dans cette malheureuse contrée avec la conversion à la dragonnade.

20Un soir, il se rend dans une auberge où il est apostrophé sans aménité par de jeunes protestants :

J’entrai et ils se mirent à dire : voilà un papiste. Je leur dis que si je ne l’étais je m’en ferais un honneur, qu’il y avait [autant] d’honnêtes hommes dans l’une comme dans l’autre maison. Mais on me dit Vous croyez à votre Saint Jérôme et Saint Augustin ce sont deux Jean Foutres !

21La querelle dégénère en bagarre ; la maréchaussée doit intervenir pour tirer Ménétra de ce mauvais pas, mais il refuse de dénoncer ceux qui l’ont assailli. L’affaire divise la famille dans laquelle loge et travaille le jeune homme : l’oncle lui présente ses excuses, mais son fds approuve l’attitude des agresseurs. Ménétra décide donc de quitter les lieux, qu’il trouve finalement peu accueillants. Or, ce jeune homme est loin d’être un catholique convaincu ; très critique envers l’Église, il est froissé par le qualificatif de « papiste » que lui jettent au visage les jeunes huguenots. Ses premiers contacts avec le pays protestant avaient été bons, il avait compati aux souffrances vécues par les réformés, lui si prompt à dénoncer l’obscurantisme religieux. Mais c’est à une mémoire « à vif » qu’il se heurte en Cévennes, où l’on n’a que faire de l’attitude critique de Ménétra à l’égard de l’Église catholique. Cultivée depuis trois générations, cette mémoire pousse les gens du peuple à un comportement plus revendicatif et belliqueux. Dans les classes aisées et citadines, le récit se veut instructif ; dans les Cévennes, il ne parvient pas à endiguer l’émotion : la mémoire reste vive et mobilisatrice.

  • 24 Les dialogues qui suivent sont extraits d’un dossier des AN, F/7/3657/1.

22Au moment de la Révolution, une nouvelle génération porte le flambeau de cette mémoire populaire. C’est à Saint-Affrique, au cours des incidents de février 1792, que nous en avons trouvé l’expression la plus forte. Ces troubles sont le pendant de ceux de juillet de l’année précédente : lors de l’arrivée du prêtre constitutionnel, les manifestations hostiles dans lesquelles les femmes occupent le premier rang sont sévèrement réprimées par les gardes nationales de communes protestantes, Millau en premier lieu. Les femmes sont les principales victimes de ces violences. En février de l’année suivante, la crainte de voir ces gardes nationaux revenir dans la cité provoque la mobilisation de la garde nationale dans plusieurs villages catholiques de la montagne. Leur arrivée à Saint-Affrique provoque des tensions et des accrochages verbaux dont les archives ont conservé la trace24. Les catholiques, armés et patrouillant dans les rues, appellent ouvertement au massacre des protestants. Des cris fusent : « Que ce soir on voulait détruire toutes les maisons des protestants » ; un maréchal-ferrant proclame : « Nous avons des fusils et des balles, c’est cette fois qu’il faut les finir ! », ce à quoi un charpentier ajoute : « Il fait ce soir clair de lune. Il faut attendre encore, mais dès que la nuit sera plus sombre, nous commencerons par les enfants et nous finirons par les pères ! » L’appel au massacre est clair, et ne peut que renvoyer au plus célèbre d’entre eux, celui de la Saint-Barthélemy, quoiqu’elle ne soit pas explicitement nommée. L’histoire de la région ne manque pas d’épisodes violents auxquels se référer.

23En face, les protestants, ou plutôt les protestantes, ne restent pas muettes. Loin de se barricader dans leurs maisons, les femmes sont dans les rues, où elles occupent le terrain. Une jeune fille annonce triomphalement, dès les premiers désordres : « On doit venir de Milhau pour fermer les portes des églises, ce ne sera pas pour fouetter comme les autres fois, mais uniquement pour fermer les portes des églises ». D’autres sont moins modérés ; un homme s’exclame : « Nous attendons quatre cents personnes de Montauban qui viendront tuer tous les catholiques ! » Au cours d’une altercation, une protestante annonce que bientôt les rues seront couvertes du sang des catholiques. Puis s’engage ce dialogue où le passé prend la parole. Une catholique lance :

« Vous disiez qu’il fallait nous pendre ?
— On nous a bien pendus nous autres, rétorque une protestante, nous pouvons bien pendre les autres !
— Ce n’est pas nous qui l’avons fait, se défend la première.
—C’est égal, s’entend-elle répondre, autrefois, quand vous alliez à l’église, vous étiez armés, actuellement, nous le sommes aussi, dans dix ou quinze jours, vous verrés (sic) ce qui vous arrivera !
—Aujourd’hui, renchérit une jeune fille, nous avons beau jeu, autrefois, nous pleurions, actuellement c’est à votre tour. Quelque sausse (sic) se prépare, lorsque les protestants des Cévennes et ceux de Milhau arriveront avec leurs sabres aiguisés il faudra que la tête des catholiques saute »

  • 25 Crouzet (D.), Les Guerriers de Dieu.... op. cit.
  • 26 AN, F/7/3657/1.

24Le soin avec lequel ces échanges verbaux ont été consignés par les commissaires du département chargés de l’enquête montre à quel point ils pouvaient choquer des observateurs extérieurs et d’un milieu social probablement plus aisé. Les deux enquêteurs rapportent avec beaucoup de précision les termes employés : ils craignent de n’être pas crédibles s’ils n’administrent pas la preuve que la cité semble avoir brutalement sombré dans une nouvelle guerre de religion. Du coup, nous avons là un rare témoignage sur les mentalités et les représentations propres à chaque camp. Les catholiques en appellent à l’extermination purificatrice (il faut commencer par les enfants), ce qui n’est pas sans rappeler les comportements analysés par Denis Crouzet au moment des guerres de Religion25. Les protestants, malgré leur situation d’infériorité numérique, semblent sûrs de leur fait : aux soutiens traditionnels sur lesquels ils pensent pouvoir compter s’ajoute la nouvelle légitimité révolutionnaire. Des solidarités anciennes vont pouvoir rejouer : les réformés de Millau, bien entendu, mais aussi ceux de Montauban et enfin des Cévennes, répondront aux appels à l’aide de Saint-Affrique, comme ils l’ont fait par le passé. Un autre élément est mentionné par les protestants de la cité, directement lié à leur aisance financière. Le commis d’un industriel du textile, membre de l’une des plus puissantes familles protestantes de la cité, les Rachou, répond à un homme qui lui affirme que les protestants seront toujours moins nombreux que les catholiques, « que la richesse des protestants suffirait pour se faire des amis et massacrer les catholiques. » La demoiselle Girbal, qui appartient à une autre famille de notables réformés, affirme de son côté : « nous avons de l’argent et il nous servira pour faire périr tous les aristocrates26 ! »

  • 27 Joutard (Ph.), La Légende des Camisards, op. cit. ; Cabanel (P.) (dir.), Itinéraires protestants e (...)

25Conscients de leurs forces, mais surtout du fait qu’ils sont du côté des autorités après avoir été rejetés dans la clandestinité et la proscription pendant tout un siècle, les protestants se sentent inclus dans un réseau de solidarités dont les fondements remontent aux guerres de Religion, au cours desquelles les Cévennes ont occupé une place sans cesse croissante. Deux épisodes les ont placées au centre de la géographie politique de la Réforme méridionale : la révolte des Camisards après les guerres de Rohan, mais les premiers conflits religieux ont également compté dans le processus. La guerre des Camisards n’a pas touché directement le Rouergue. Les élites urbaines ont refusé d’entrer dans la révolte, et les tentatives d’étendre le soulèvement à cette contrée se sont soldées par des échecs27. On ne peut donc pas prétendre que le soutien des protestants du Rouergue ait joué un rôle dans la révolte des Camisards, ces derniers ne pouvant que déplorer l’inaction de leurs frères. Mais les descendants de ces huguenots timorés ont à l’évidence gommée cet épisode peu glorieux de leur mémoire. Il est également possible que le souvenir de ce qui pouvait apparaître comme une « lâcheté » ait fouetté le courage des jeunes protestants de Saint-Affrique confrontés au défi de la Révolution. Ce rappel de l’histoire héroïque des Cévenols aurait alors pour fonction de racheter le passé, les jeunes générations se proclamant de la même trempe que les Camisards dont les descendants incarnent la force armée au service de la cause protestante : on connaît leur détermination, on les imagine prêts à verser leur sang comme ils l’ont déjà fait dans le passé. Celui-ci ne se limite pas à la guerre des Cévennes. Les guerres de Rohan (1621-1629), mais aussi celles du xvie siècle, ont très largement contribué à bâtir l’image des Cévennes en bastion imprenable de la Réforme méridionale.

  • 28 Vic (Dom) et Vayssette (Dom), Histoire générale de Languedoc, Toulouse, 1745, t. v ; Menard (L.), (...)
  • 29 Amiaud-Bellavaud (G.), Un Chef huguenot : le capitaine Mathieu Merle, Uzès, 1952, p. 111.

26Les guerres du xvie siècle ont été ponctuées par des sièges de villes, plus particulièrement celles qui commandent la province de Languedoc. Les hautes terres, gagnées à la Réforme au début des années 1560, occupent une place secondaire dans les affrontements qui se déroulent surtout dans les plaines. Néanmoins, elles sont mentionnées de plus en plus régulièrement à partir de 1560 par les témoins et les historiens28. Les Cévennes font figure de refuge dans les temps de défaite pour les protestants, mais aussi de réservoirs d’hommes : les montagnards sont de solides combattants dont la foi paraît à toute épreuve. À la fin des années 1570, le Gévaudan devient à son tour un enjeu stratégique important : la terre de Peyre, située dans le nord du pays, est passée à la Réforme après la conversion du vicomte ; Marvejols peut enfin, à travers les guerres de Religion, espérer supplanter définitivement sa rivale, Mende, siège de l’évêché et du pouvoir comtal également détenu par l’évêque depuis le xive siècle. Plusieurs offensives sont conduites dans le haut Gévaudan, mais la mort du vicomte de Peyre lors de la Saint-Barthélemy parisienne y met un terme provisoire. Il appartient au capitaine Mathieu Merle de relever le flambeau huguenot dans le Gévaudan. Recrutant des troupes dans les Cévennes, il passe à l’attaque de plusieurs cités fortifiées, faisant tomber Mende au cours de la nuit de Noël 1579 après s’être emparé de Malzieu29. La prise de Mende est restée dans toutes les mémoires : Merle et ses hommes ont mis à profit le vacarme des cloches de la ville sonnant la messe de minuit, pour escalader les remparts, éliminer les rares gardes laissés en place et prendre le contrôle de la cité. Cet exploit vaut à Merle la reconnaissance des princes Henri de Condé et Henri de Navarre : les protestants ont alors la maîtrise du Gévaudan, les membres des États, tous catholiques, ont dû se réfugier à Saugues dans la précipitation. Le comte d’Apchier y échafaude des plans pour la contre-offensive catholique. Le Gévaudan revient au parti catholique à la suite de négociations conduites par Henri de Navarre, mais les Cévenols font désormais figure de soldats redoutables. La campagne de Mathieu Merle ne sera pas aisément oubliée.

  • 30 Sauzet (R.), Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc. Le diocèse de Nîmes au xvii-si (...)

27La paix de religion obtenue à la suite de la publication de l’édit de Nantes est accueillie dans les Cévennes comme dans l’ensemble du royaume avec soulagement. Néanmoins, son application souffre ici d’une lecture partielle de plusieurs articles, notamment ceux qui portent sur la restitution des églises au clergé catholique. Dans une majorité de paroisses, le culte catholique a disparu ; dans les cités de la montagne, il est minoritaire. Les protestants répugnent à rendre des édifices durement conquis après trente-cinq années de guerres civiles. Les évêques constatent souvent que les bâtiments sont en ruine ou confisqués, que le clergé est absent dans un grand nombre de paroisses et que le culte catholique tarde à renaître de ses cendres dans des montagnes entièrement converties à la nouvelle religion. Au moment où l’édit de Nantes est signé, un nouvel évêque arrive à la tête du diocèse de Nîmes, dont le ressort s’étend aux Cévennes (le diocèse d’Alès ne devait être créé qu’au lendemain de la Révocation)30. Pénétré de l’esprit de la Contre-Réforme défini lors du concile de Trente (1545-1563), Mgr Pierre de Valernod entame les premières visites pastorales dans la partie montagneuse de son diocèse en 1611 ; dix ans plus tard, il renouvelle cet exercice qui peut se révéler périlleux. Les Cévennes, en effet, sont loin d’être rentrées dans la norme. Bastion huguenot d’où le culte catholique a presque entièrement été banni, le pays reste insoumis et connaît plusieurs bouffées de violences destinées à mettre en échec la restauration du catholicisme. Aux alentours de 1620, les tensions confessionnelles connaissent un durcissement sensible. À l’échelle du royaume, la cohabitation entre les deux confessions pose de nouveaux problèmes que le roi décide de régler autoritairement en imposant l’édit de Nantes dans le vicomté de Béarn où le culte catholique, interdit par Jeanne d’Albret, n’avait toujours pas été restauré. Cette opération militaire suscite la crainte de la minorité protestante de voir le roi revenir sur la paix instaurée en 1598 et sur l’état de tolérance que l’édit de Nantes avait su établir. Plusieurs assemblées politiques protestantes hésitent sur la politique à adopter, avant de suivre le duc de Rohan et son frère Soubise sur la voie de la résistance armée. Cette décision motive une seconde opération militaire, commandée par Louis XIII, qui ouvre une nouvelle période de conflits religieux dans le Midi.

Le rôle clé de guerres oubliées : le duc de Rohan dans les Cévennes (1621-1629)

  • 31 Mémoires du duc de Rohan, La Haye, 1696, 2 vol. ; Joly (H.), Histoire particulière des plus mémora (...)

28Le scénario militaire change radicalement au cours des guerres de Rohan, qui s’ouvrent très classiquement au printemps 1621 par une série de sièges remportés par les armées du roi. Une à une, les villes fortifiées détenues par les protestants dans le Sud-Ouest tombent aux mains du roi qui parvient rapidement, en août 1621, sous les remparts de Montauban. Cette ville occupe une position clé, commandant le passage entre haut Languedoc et Guyenne, ce qui fait son importance aux yeux des réformés du Midi. Le duc de Rohan se charge de sa défense et propose une stratégie originale : contrairement à l’habitude, il ne s’enferme pas dans la cité pour y attendre l’ennemi de pied ferme et prendre la tête de la défense. Il met en place l’organisation défensive, partage les rôles entre soldats et civils, groupés en compagnies, et quitte la ville, soucieux de conserver la plus grande liberté de mouvement, ce qui lui permet de lever de nouvelles troupes, en particulier dans les Cévennes31. Cette stratégie se révèle payante : près de quatre mille hommes sont recrutés dans les Cévennes, mille deux cents d’entre eux envoyés à Montauban. Ce secours inespéré sauve la cité des troupes royales qui doivent également faire face à la peste et décident de lever le siège. Aux portes des Cévennes, Montmorency est repoussé par Rohan et ses troupes. Le siège de Montpellier, l’année suivante, se déroule comme celui de Montauban : même si les Cévenols ont eu plus de mal à se laisser convaincre de s’enfermer dans la ville pour résister, leur aide permet de briser le siège. La paix est signée en 1622 sans que le parti huguenot ait pu être totalement défait par les armées du roi qui se sont heurtées en Languedoc à une résistance farouche.

29L’année suivante, Rohan précise sa stratégie, de plus en plus novatrice par rapport aux pratiques militaires habituelles. Le duc pense en termes de routes et de déplacements, et non de sièges. Pour tenir face aux armées du roi, plus nombreuses et mieux exercées, il faut les attirer sur un terrain où elles sont mal à l’aise : la course en montagne. Les Cévennes deviennent une base arrière où les soldats rebelles peuvent se reposer, se ravitailler et renouveler leurs rangs. Il faut conserver ouverte la route de la montagne, qui est à l’abri des armées royales et permet de communiquer entre La Rochelle, le Languedoc et la vallée du Rhône. Cette route est gardée par un chapelet de petites cités lovées au pied des Cévennes : Alès, Anduze, Saint-Jean-du-Gard, Saint-Hippolyte-du-fort, Ganges, Millau et Castres, pour citer les principales. À partir de ce bastion fortifié que sont devenues les Cévennes, Rohan harcèle les troupes royales, peu adaptées à la guérilla de montagne que le duc développe peu à peu.

  • 32 Lettres adressées à Louis Tronson, Bibliothèque Mazarine, manuscrit 2°127.

30Réellement novatrice, cette stratégie est percée à jour par plusieurs espions envoyés dans le Midi par le gouvernement royal. Leurs lettres, adressées à Louis Tronson, secrétaire du cabinet du roi, couvrent les années 1623 à 162632. M. de Barjac est le premier à souligner le rôle stratégique des cités fortifiées des Cévennes. Il indique l’importance qu’il y aurait à contrôler « la lizière des Sévennes » afin d’intercepter les vivres importés de Gévaudan et couper les armées de Rohan de leurs sources d’approvisionnement. Plusieurs lettres tentent d’expliquer le rôle joué par les montagnes dans la rébellion. Toutes insistent sur le caractère indépendant des habitants, sur l’insuffisance de l’encadrement politique et religieux. Le clergé est le grand fautif : trop de prêtres ne résident pas et, dans bon nombre de paroisses, le culte catholique est suspendu depuis le xvie siècle, au point « qu’ils en ont point de mémoire ». Quant aux autres ecclésiastiques, quoique présents, ils sont si ignorants qu’ils desservent plutôt la cause catholique. Enfin, les rapports soulignent que les Cévenols ont un tempérament naturellement belliqueux :

Les Sévennes sont un lieu favorable à la rébellion à cause de l’éloignement des villes capitales et épiscopales où se rend la justice, il est tout plein de vices et susceptible de rébellion et violences.

31Un autre rapport précise :

ledit pays est un pays de montagnes et peuplé d’un fort grand nombre de soldats qu’il recèle en grande quantité, de mauvais garçons qui s’attacherons (sic) sans doute au Sr de Rohan.

  • 33 Cazenoves (A. de), « Campagnes de Rohan en Languedoc (1621-1629) », Annales du Midi, t. 14-15, 190 (...)

32Dès 1623, un des espions précise que les Cévennes sont susceptibles de fournir dix mille hommes, tous armés, au duc rebelle. C’est pourquoi, d’après l’auteur, les armées du roi devraient s’attaquer aux montagnes plutôt qu’aux villes de la plaine. Aux yeux de ces observateurs, les Cévennes occupent désormais une place centrale dans la rébellion33.

  • 34 Sauzet (R.), Les Cévennes catholiques. Histoire d’une fidélité, Paris. Perrin, 2002, p. 76.

33On comprend sans peine que ces valeureux montagnards soient restés dans les mémoires. Montauban n’est pas le seul théâtre où ils se sont illustrés. La lecture des Mémoires du duc de Rohan laisse l’impression de soldats toujours en course, allant à marches forcées de Castres à Alès, de Meyrueis au Vigan, de Saint-Affrique à Anduze. Leur atout majeur est leur vitesse de déplacement, qui permet au duc de tenir tête aux troupes royales en alignant trois à quatre mille hommes tout au plus. Autre trait frappant : la rapidité avec laquelle Rohan parvient à lever des troupes pour faire face aux attaques des armées royales, preuve du dévouement des Cévenols au service de la cause, mais aussi de la capacité du duc à mobiliser les énergies. Les arguments qu’il met en avant sont toujours liés à la défense de la liberté de conscience. Or, ces arguments se révèlent plus mobilisateurs auprès des classes populaires que des élites urbaines. Le soutien des Cévenols n’est donc pas seulement quantitatif, il est aussi moral et politique. Alors que la guerre reprend en 1627, Rohan instaure une sorte de milice dans les paroisses des Cévennes : chacune devait fournir des hommes en proportion de sa population, ainsi qu’une contribution financière à l’effort de guerre. Dans les paroisses mixtes, les catholiques sont associés à cet effort militaire et soumis aux mêmes obligations34. Les Cévennes tout entières sont transformées en une véritable forteresse d’où sont organisées les expéditions destinées à sauver les communautés extérieures menacées par les troupes royales.

  • 35 Mémoires du duc de Rohan, op. cit., vol. 2, p. 144 ; Germain (A.), Relation du siège de Saint-Affr (...)

34Au printemps 1628, le château de Meyrueis suscite une bataille particulièrement âpre entre les troupes du duc et celles du roi. Dans le même temps, le duc d’Épernon et le prince de Condé décident de mettre le siège sous les remparts de Saint-Affrique. Rohan ne pouvait se permettre de laisser des troupes nombreuses en garnison dans les cités huguenotes : Saint-Affrique est donc relativement dégarnie lorsque six mille soldats royaux en dressent le siège. Selon l’habitude instaurée par Rohan, la ville est organisée militairement : soldats et civils ont formé sept compagnies de cinquante hommes chacune, mais le déséquilibre des forces en présence est dramatique. Le duc de Rohan relate rapidement l’épisode dans ses Mémoires, mais un document plus détaillé, rédigé par un témoin de l’événement, M. Germain, nous permet d’en connaître le déroulement au cœur même de la cité35. La population tout entière résiste aux attaques de l’armée royale : les femmes et les jeunes filles montrent à cette occasion un courage confinant à l’héroïsme. Se moquant des boulets et des décharges de fusils, elles se coiffent de chapeaux et se montrent sur les remparts pour faire croire à l’ennemi que le nombre des défenseurs est plus important qu’il ne l’est en réalité ; certaines descendent sur le champ de bataille pour prendre les armes des soldats morts, car on en manque cruellement à l’intérieur des murs. Malgré le courage de la population, des courriers font parvenir au duc de Rohan de pressants appels à l’aide. Rohan les reçoit au moment où le siège de Meyrueis s’achève et où ses troupes, victorieuses mais très éprouvées, commencent à se débander. 11 parvient à rappeler les hommes, à mobiliser trois cornettes de cavalerie et huit cents hommes de pied, dont une majorité de Cévenols. Ces soldats gagnent Saint-Affrique en quelques heures, parviennent à entrer dans la cité assiégée et la défendent si bien que le duc d’Epernon se résout à lever le siège.

  • 36 Mémoires du duc de Rohan, Divers discours politiques, Fonds de la bibliothèque de Montauban, Bibli (...)

35Cet épisode est un des moments de gloire dans l’histoire de la cité, du moins aux yeux des protestants. On y trouve les principaux éléments liés à l’histoire du protestantisme méridional : le combat de David contre Goliath, la valeur des huguenots, soutenus par une ferveur sans faille (des prières et des cantiques accompagnent en permanence les combattants), le courage des plus faibles, femmes et filles, qui donnent l’exemple aux hommes. Le caractère populaire des guerres de Rohan est confirmé lors du siège de Saint-Affrique, même si à cette occasion les notables et le peuple ont été unis face à l’adversité. Enfin, les Cévenols font figure de héros libérateurs. Plus que jamais, ils incarnent la résistance face à l’oppression (ou à sa menace). Dans l’un des discours politiques qui accompagnent une version manuscrite des Mémoires du duc de Rohan, ce dernier justifie ainsi la guerre : « [elle] n’était qu’une juste défense de la liberté de nos consciences36... » Dans les derniers temps de son combat, alors que La Rochelle a été prise par les troupes du cardinal de Richelieu (octobre 1628) et qu’Alès menace de tomber, le duc lance un appel vibrant aux Cévenols :

  • 37 Lettre du duc de Rohan aux communautés des Cévennes, du 6 juin 1629, citée pat Cazenoves (A. de), (...)

Il faut que ce qu’il y a de plus vigoureux accoure à moi : il s’agit de votre vie et de votre liberté à jamais. Je serai à votre tête et je vous ferai connaître par le fait le désir que j’ai de vous conserver [...] Le rendez-vous est à Alais, marchez jour et nuit37...

36Alès tombe néanmoins le 17 juin 1629. Rohan se décide à accepter un édit de grâce, accordé le 28 juin. Si le parti huguenot a indéniablement perdu la guerre, il n’est pas entièrement défait, et Rohan lance au prince de Condé une supplique qui peut fort bien apparaître comme une mise en garde à propos des Cévennes :

  • 38 Cazenoves (A. de), « Campagnes de Rohan en Languedoc... », op. cit., t. 15, p. 57.

En ceste guerre, vous n’y avez pas mal fait vos affaires à ce qu’on m’a dit ; c’est ce qui me donne quelque assurance que vous laisserez en repos ces pauvres Cévennes, vu qu’il y a plus de coups à recevoir que de pistoles38 !

37Au cours des guerres de Rohan, la place des Cévennes dans la géographie politique du protestantisme méridional a profondément évolué. Les montagnes ne sont plus seulement un réservoir d’hommes qui peut, en cas de difficulté, servir de refuge. Elles sont passées au premier plan du fait de la stratégie adoptée par le duc de Rohan, mais surtout du comportement héroïque de leurs habitants. Elles acquièrent au cours de ces guerres une réputation de bastion imprenable. Elles font figure de sanctuaire de la religion réformée, les Cévenols apparaissant comme des champions de la foi. Les guerres de Rohan ont pourtant été reléguées au second, voire au troisième plan dans l’histoire des conflits religieux et de la mémoire que l’on en conserve aujourd’hui. Les Camisards occupent le devant de la scène, les guerres du xvie siècle, guerres originelles, viennent ensuite. Les contemporains de la Révolution n’avaient sans doute pas le même angle de vue. Alors que la révolte des Camisards restait entachée de l’empreinte du « fanatisme », unanimement dénoncé à la fin du xviiie siècle comme l’un des principaux fléaux de la société, les guerres de Rohan pouvaient apparaître comme une heure de gloire dans l’histoire protestante, celle d’une minorité luttant pour imposer la liberté de conscience. Il n’est pas impossible que les femmes de Saint-Affrique, qui prennent si hardiment la parole en février 1792, aient en mémoire le courage de leurs ancêtres lors du siège de 1628. L’appel aux Cévenols, en tout cas, ne peut s’appuyer que sur cet épisode de l’histoire locale. En partie effacées par la puissance du traumatisme lié à la révolte des Camisards, les guerres de Rohan nous semblent constituer un épisode clé dans la structuration de l’identité de la communauté réformée en Languedoc.

38Les documents concernant les violences populaires à Saint-Affrique en 1792 convainquent de la pertinence d’une réflexion sur la mémoire protestante des guerres de Religion et ses expressions au cours de la Révolution. Il s’agit d’une mémoire vive, comme en témoigne la mésaventure relatée par Ménétra. Elle se structure au cours des principaux épisodes de la lutte des protestants pour la reconnaissance de leur culte, les guerres de Rohan y occupant une place centrale. Cette mémoire populaire privilégie les Cévennes, qui font figure de montagnes sacrées, source inépuisable de soldats au service de la foi réformée. Les guerres de Rohan ont révélé les Cévennes à elles-mêmes et à la communauté tout entière. La mémoire protestante des guerres de Religion n’est pas, à l’échelle locale, une mémoire composée seulement de souffrance et d’oppression, même si ces derniers traits expliquent en partie l’adhésion massive des protestants à la Révolution. La communauté réformée méridionale garde aussi en mémoire les heures de gloire ; elle se sent l’héritière des soldats de Rohan et des Camisards luttant pour défendre une certaine conception de la liberté. C’est là une mémoire rebelle, bien éloignée de l’image du peuple vaincu et opprimé. Cette lutte pour la liberté, les jeunes générations plongées dans la Révolution s’en proclament les dépositaires. Il nous reste maintenant à analyser le jeu de la mémoire catholique de ces affrontements passés. Vainqueurs devant l’histoire, les catholiques cultivent-ils les seuls souvenirs glorieux de guerres remportées, ou les contours de la psychologie collective de cette communauté confrontée au bastion cévenol se révèlent-ils plus complexes ?

Le jeu de la mémoire catholique

39Si l’expression de la mémoire populaire protestante est difficile à saisir dans les archives, il n’en est pas de même pour les catholiques dont les actes et les discours semblent saturés de mémoire. À bien des titres, la référence aux guerres de Religion est un des principaux moteurs de la résistance populaire à la Révolution. La précocité et la brutalité avec laquelle cette mémoire s’exprime, dès 1790, attestent d’une continuité, celle d’une angoisse propre aux catholiques du Midi qui savent que leur domination ne tient qu’à la volonté de l’État. L’édit de novembre 1787 a troublé bien des consciences et suscité des protestations de la part du clergé, mais il n’en a rien été du côté du peuple. Il en va différemment lors du débat autour de la motion de dom Gerle, en avril 1790. Les adresses envoyées à l’Assemblée nationales pour soutenir la motion proviennent, comme le constate Michel Vovelie, du Midi de la frontière religieuse :

  • 39 Vovelle (M.), La Découverte de la politique..., op. cit., p. 162-163.

Dans le Midi du contact confessionnel, [...] la vieille cassure a rejoué, réveillant le souvenir des guerres de Religion et tout un imaginaire d’hostilité séculaire39.

40De fait, les violences surgissent tôt et brutalement dans la région de Nîmes, alors que rien ne laissait entrevoir une telle explosion. Il nous faut donc vérifier l’hypothèse d’un rejeu de la mémoire et préciser le contenu des souvenirs collectifs qui deviennent le moteur de la mobilisation populaire dès les premiers temps de la Révolution.

La « bagarre » de Nîmes, révélateur d’une angoisse collective

  • 40 Wood (J. N.), « Protestant-Catholic Relations and the Roots of the First Popular Counter-revolutio (...)

41L’un des premiers à avoir mis l’accent sur l’importance de la question religieuse et de la mémoire collective des guerres de Religion est un historien britannique, J. N. Wood40. Ce qui caractérise Nîmes, selon lui, est l’imbrication étroite de la politique et de la religion dans un contexte d’affrontement confessionnel pluriséculaire. Il constate que, paradoxalement, la sécularisation des thèmes religieux traditionnels au cours du siècle des Lumières a conduit ici à mêler plus étroitement religion et politique. En 1790, la formation de partis politiques recoupe grossièrement le contour des communautés confessionnelles. Des antagonismes ancestraux ont donc fourni le ressort de la mobilisation populaire au début de la Révolution.

  • 41 Sauzet (R.), « Religion et rapports de production dans !a région nîmoise au xviie siècle ». Chroni (...)

42La vie de la cité dans la seconde moitié du xviiie siècle est émaillée d’incidents sans gravité entre les deux communautés mais, à la veille de la Révolution, les tensions économiques et sociales se durcissent. Comme dans la plupart des cités du Midi abritant une minorité réformée, l’industrie textile nîmoise, qui alimente une grande part du marché du travail, est dominée par la bourgeoisie huguenote. Dès la seconde moitié du xviie siècle, les patrons protestants ont répondu aux mesures de discrimination politique dont ils étaient victimes par une solidarité accrue entre les différentes classes de la société réformée. Préférant, surtout en temps de crise, embaucher des ouvriers protestants, ils leur versaient un salaire souvent supérieur. Le chômage et la misère sont plus importants au sein des milieux populaires catholiques, d’autant que ces derniers sont souvent issus d’une immigration rurale récente, dans laquelle les maux du déracinement et de l’analphabétisme étaient plus fortement accusés. Le dimorphisme religieux recoupe donc, dans les villes de la région, les antagonismes sociaux, les catholiques souffrant d’une domination économique et culturelle marquée, qu’elle soit réelle ou imaginée41.

  • 42 Sauzet (R.), Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc, op. cit., p. 390.

43L’infériorité numérique de la communauté catholique a longtemps été la règle dans le diocèse de Nîmes : les trois quarts de la population étaient protestants à la fin du xvie siècle. Si, dans l’ensemble du royaume, le xviie siècle est marqué par un tassement puis par un déclin numérique de la communauté réformée, dans le Languedoc la situation se révèle bien différente. L’étude de Robert Sauzet révèle la vitalité régionale de l’Église réformée42. Sans la répression de l’État, la propagande catholique reste ici inefficace. Les conversions obtenues par les missionnaires installés dans le diocèse, tout particulièrement en Cévennes, sont insignifiantes au regard des moyens déployés. Au Vigan, où a été fondée la première mission en 1629, les Capucins enregistrent en moyenne six conversions par an. À Sommières, les Récollets obtiennent à grand-peine la conversion de vingt-deux protestants en une dizaine d’années (1662-1671). Seule la Révocation parvient à entamer la puissance de la communauté réformée en Languedoc, celle-ci conservant néanmoins une supériorité économique indéniable. Cette situation tranche avec le reste du royaume ; ne pas la prendre en compte conduit à rendre incompréhensibles les grands traits de mentalité propres à la communauté catholique, notamment un sentiment paradoxal d’infériorité. Les protestants n’ont été exclus des postes de pouvoir et de commandement que par la violence de l’État, mais ils comptent dans leurs rangs une élite riche, compétente et lettrée qui n’aspire qu’à retrouver sa place au sein de la société. Toute une classe moyennement aisée de la communauté catholique était parvenue à se hisser, au cours du xviiie siècle, aux postes de commande du fait de la Révocation ; comment ces familles pouvaient-elles ne pas redouter le retour des protestants dans la vie publique ? Comment les classes populaires dans leur ensemble pouvaient-elles ne pas craindre que les protestants cherchent à se venger d’un long siècle de proscription ?

44Ces questions n’auraient aucun sens ailleurs que dans le Midi languedocien, où un sentiment d’infériorité habite les mentalités catholiques. Cette angoisse sourde plonge ses racines au cœur des guerres de Religion et des massacres qui les ont émaillées. Elle seule permet de comprendre le caractère disproportionné du drame de la « bagarre » de Nîmes, au printemps 1790. Cette affaire n’est, somme toute, qu’un conflit opposant deux factions politiques autour des élections locales, comme il y en a eu dans nombre de villes du royaume. Mais ces rivalités tournent au massacre ; des colonnes entières de Cévenols descendent des montagnes pendant que des troupes nombreuses de paysans catholiques des environs de Nîmes convergent également vers la cité. Le bilan de trois cents morts paraît disproportionné si l’on s’en tient à un simple conflit entre gardes nationales rivales, y compris si l’on tient compte des tensions économiques et sociales qui viennent s’y ajouter. Cette mobilisation populaire massive est le résultat d’un regard manichéen porté par les habitants sur l’histoire de leur pays : le conflit qui oppose les deux communautés confessionnelles ne peut conduire qu’à deux possibilités, la survie ou l’extermination de l’une par l’autre. C’est pourquoi la Révolution réveille dans les esprits des catholiques, qui se sentent menacés depuis la proclamation de l’édit de 1787, le souvenir de massacres anciens perpétrés au temps des guerres de Religion.

45La « bagarre » de Nîmes plonge de fait le pays dans un état de choc qui réveille le souvenir de la « Michelade » de 1567. Si la plupart des documents l’évoquent de manière implicite, une femme interrogée par les juges qui cherchent à établir les responsabilités au lendemain des troubles la mentionne on ne peut plus clairement. Depuis quelque temps, affirme-t-elle, les protestants menaçaient les catholiques de « recommencer une Michelade ». L’affaire aurait été préparée de longue date : la rapidité de la mobilisation des gardes nationaux de la Gardonnenque et des Cévennes le prouverait amplement :

  • 43 AN, F/7/3677/1, plainte adressée au ministre.

Il y en avait qui étaient partis la veille [le dimanche 13 juin] à quatre heures de l’après-midi et surtout du lieu de Saint-Jean [du Gard] où la généralle (sic) fut battue à cette même heure. Ce fut à l’aide de ces gens, divisés par bandes, qu’on fut aux couvents et à nombre de maisons catholiques commettre les plus grandes atrocités. Cinq capucins furent massacrés, leur maison pillée et tout le mobilier mis en pièce jusques aux portes et aux volets. [...] La plupart des vases sacrés furent pillés, plus de trois cents catholiques massacrés jusque dans leurs maisons43.

  • 44 Vic (Dom) et Vayssetth (Dom), Histoire générale de Languedoc, op. cit., t. V, p. 276.
  • 45 Menard (L.), Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Nîmes, op. cit., t. v, L (...)

46Le récit résonne comme un écho du massacre de la Michelade. Ce dernier est familier en Languedoc ; les historiens et chroniqueurs locaux y font abondamment allusion lorsqu’ils abordent la période des guerres de Religion. L’Histoire générale de Languedoc lui consacre un long passage, illustré d’une gravure de style néoclassique représentant un puits, au centre d’une cour ; des personnages vêtus à la romaine sont entourés de cadavres qu’ils traînent jusqu’au puits dans lequel ils les jettent (Document 2). L’amoncellement des corps crée une atmosphère d’apocalypse : le massacre, dans sa version « moderne », mise au goût du jour, n’a rien perdu de sa charge émotionnelle44. Léon Ménard, l’historien de Nîmes, qui rédige sa chronique également au milieu du xviiie siècle, a choisi de faire figurer une gravure d’époque pour illustrer le chapitre qu’il consacre aux guerres de Religion et à la Michelade (Document 3). La même impression de violence autour d’un carnage sans pitié se dégage de cette estampe beaucoup plus réaliste45. L’histoire de la Michelade semble familière à toutes les classes de la société. Par sa violence, elle est devenue le symbole des guerres fratricides qui se sont soldées, à de nombreuses reprises, par le massacre de catholiques.

Document 2
La Michelade (dessin du xviiie siècle)

Document 2La Michelade (dessin du xviiie siècle)

Document 3
La Michelade (gravure du xvie siècle)

Document 3La Michelade (gravure du xvie siècle)

47Dans les faits, de nombreux parallèles peuvent être établis entre la Michelade et la « bagarre » de 1790. Depuis que le culte réformé est devenu majoritaire à Nîmes, en 1560, les violences n’ont cessé de se répéter, en particulier les actes iconoclastes. La cathédrale et les couvents de la ville sont le point de mire de la colère populaire huguenote. Comme partout, les différents édits de tolérance ne parviennent à instaurer qu’une paix précaire et ne satisfont aucune des deux parties. En 1567, le parti huguenot gagne bon nombre de villes en Languedoc et projette de renverser les catholiques au pouvoir à Nîmes. C’est dans ce contexte que se déroule la « Michelade ». Selon Léon Ménard, trois chefs protestants se mettent à la tête de la conspiration et fixent le jour du massacre à la foire de la Saint-Michel, le 29 septembre. Les victimes désignées sont l’évêque, les prêtres et les principaux notables catholiques. Vers midi, des attroupements de protestants se forment dans les rues de la ville, dont les portes sont fermées. Affolés, les notables catholiques se dirigent vers le palais épiscopal pour y trouver refuge, certains préférant se barricader chez eux. Mais les maisons sont forcées, de même que l’évêché. Les catholiques faits prisonniers sont enfermés dans la cour de l’évêché puis masacrés à la nuit tombée et leurs cadavres entassés dans le puits situé au centre de la cour du palais épiscopal. Des bandes armées parcourent les rues en hurlant « tue, tue les papistes ! », aggravant le bilan du massacre. Dans les campagnes, en particulier en Vaunage, des familles catholiques sont exécutées. Il faut, le 1er octobre, que le consistoire de Nîmes ordonne de cesser les massacres pour que le calme revienne peu à peu dans la ville et ses environs. Mais durant plusieurs semaines des opérations sont menées contre les membres les plus en vue de la communauté catholique et les églises : la cathédrale est entièrement démolie, le palais épiscopal rasé. Ménard rapporte des propos qu’il attribue aux chefs du parti protestant : « Si la guerre reprenait, il faudrait tuer tous les catholiques, qu’ils ne laisseraient mémoire de catholiques ! »

48Les points communs entre les deux épisodes sont aisés à établir. Il s’agit, aux yeux des catholiques et à plus de deux siècles de distance, d’un complot protestant visant à les exterminer. La réalité et l’horreur parallèles des deux massacres sont frappantes ; si les tueries étaient relativement courantes au xvie siècle, ces épisodes restent rares au début de la Révolution, jusqu’aux guerres civiles de la Vendée. Le choc n’en est que plus fort, bouleversant des populations qui se croient revenues au temps des guerres de Religion. Car personne ne songe à interpréter autrement les affrontements de 1790 : la politique n’est qu’un prétexte visant à déguiser la soif de vengeance des huguenots. La « bagarre » de Nîmes n’oppose pas des patriotes et des royalistes, mais des protestants et des catholiques. Les deux événements suscitent, à deux siècles de distance, un traumatisme d’une égale puissance, entretenant dans le sang et la mémoire collective une angoisse très forte dans le cœur des catholiques. La proximité des Cévennes, bastion huguenot inentamé, ne peut rendre la menace que plus réelle : que le pouvoir change de mains, que cesse l’alliance sacrée du trône et de l’autel, et le sort de la communauté catholique en Languedoc est en jeu. Cet état d’esprit est incompréhensible si l’on ne se place pas du point de vue de l’histoire régionale car, sur le plan national, ce sont bien les protestants qui ont eu à souffrir des massacres et de l’oppression. Mais l’histoire religieuse du Languedoc n’est pas à l’image de celle du royaume et les mentalités populaires se nourrissent d’une mémoire dans laquelle les violences l’emportent sur la tolérance.

Au lendemain des guerres de Religion : des catholiques minoritaires

  • 46 Redon (H.), La Réforme en Rouergue, thèse de la faculté de théologie protestante de Montauban, 190 (...)

49La situation des diocèses du Languedoc au lendemain des guerres de Religion n’est guère brillante. Dans la plupart des cités, les combats ont été rudes, les protestants sont souvent en situation de force, des églises et des couvents ont été détruits ou convertis en temples calvinistes et le clergé paroissial a déserté les lieux. L’application de l’édit de Nantes est partout difficile. Le retour du clergé catholique et ses prétentions sur les lieux de culte suscitent souvent des tensions très vives, provoquant parfois des mouvements populaires aux accents iconoclastes. C’est le cas à Millau, où le culte catholique est difficilement rétabli en 1601 ; en 1614, un missionnaire jésuite défie le pasteur, ce qui provoque la colère de la foule qui se précipite dans l’église et la saccage entièrement. L’affaire est jugée suffisamment grave pour être portée devant le Parlement de Paris. Les principaux meneurs de l’émeute populaire sont condamnés à mort, mais les commissaires venus les arrêter sont chassés de la ville par un attroupement : une foule armée et masquée les poursuit jusqu’à Creyssels. Là, les représentants de la loi décident d’exécuter les coupables en effigie, sentence qu’ils ne peuvent appliquer du fait d’un troisième soulèvement populaire46. Vingt ans après la proclamation de l’édit de Nantes, la communauté réformée conserve sa position dominante dans le Rouergue méridional ; elle n’a rien perdu de sa vitalité, en particulier au sein des classes populaires, bien plus radicales que les élites au pouvoir.

  • 47 Sauzet (R.), Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc, op. cit., p. 59.

50La situation du diocèse de Nîmes est largement comparable47. Pierre de Valernod, nommé sur le siège épiscopal en 1 598, est un évêque réformateur, décidé à implanter la Réforme catholique dans le Midi. Dès 1602, il entame une première visite pastorale dans la région de Sommières. En 1607, il se dirige vers Meyrueis. Quatre ans plus tard, il affronte les Cévennes. Le bilan dressé à cette occasion n’est guère brillant : sur soixante-six églises inspectées, vingt-deux sont en ruine, vingt-quatre en mauvais état, cinq servent au culte réformé. Les seuls édifices réparés ou en cours de réparation sont situés dans des paroisses catholiques ou mixtes. Les réticences des fidèles calvinistes sont palpables : l’évêque, au cours de sa visite, se heurte à l’hostilité de plusieurs communautés. Il s’attache, néanmoins, à son œuvre de restauration du culte catholique : la visite qu’il organise en Cévennes en 1620 révèle des progrès réels dans la reconstruction des bâtiments, le retour des prêtres dans bon nombre de paroisses, l’implantation de missions chargées de la conversion des protestants.

  • 48 François Gomar (Bruges, 1563-Dordrecht, 1641) est au centre d’un débat sur la grâce et affirme des (...)

51Ces efforts sont ruinés par le retour des tensions à partir de l’affaire du Béarn (octobre 1620), qui intervient dans un contexte de durcissement dogmatique sensible au sein des Églises calvinistes. En octobre 1620, le synode national des Églises réformées de France se tient à Alès ; il s’aligne sur les positions gomaristes adoptées l’année précédente par le synode de Dordrecht48. Les catholiques sont inquiets de ce raidissement des positions protestantes qui rend plus illusoire encore tout espoir de rapprochement entre les deux confessions. Les pasteurs se font le relais de ces positions, ce qui se traduit par une recrudescence des troubles au sein des classes populaires. Particulièrement menacés, les notables catholiques nîmois commencent à quitter la ville, malgré les propos rassurants des consuls ; en juillet 1621, les autorités urbaines sont dépassées par la montée de l’intransigeance : le village catholique de Marguerittes, situé aux portes de Nîmes, est saccagé ; les notables catholiques sont autorisés à quitter la cité et le culte catholique y est aboli.

  • 49 Les premières visites dans les Cévennes datent de 1603 ; pour les autres archiprêtrés, il faut att (...)

52Dans les Cévennes, les églises récemment restaurées sont mises à sac ; les croix érigées par les missionnaires concentrent la fureur populaire. Nous avons dépouillé les comptes rendus des visites pastorales effectuées dans la partie cévenole du diocèse de Mende, afin de comparer les comportements dans les hautes Cévennes aux résultats obtenus par Robert Sauzet pour la partie méridionale de ces montagnes49. Dans les enclaves catholiques des hautes Cévennes, les bâtiments du culte sont généralement en bon état (dans les années 1630), mais les visiteurs déplorent l’absentéisme et les négligences des curés sans que cela soit cependant la règle générale. Dans la partie purement protestante du diocèse, le tableau est bien différent, même si l’on doit tenir compte du caractère partial de la source. A lire les récits des tourments infligés aux prêtres, on a le sentiment que ce sont des hommes envoyés « au front » et plongés au cœur d’un pays ennemi. Même si ces prêtres exagèrent leurs difficultés, celles-ci n’en sont pas moins réelles et ont marqué les esprits des contemporains. N’oublions pas que ce clergé est originaire du diocèse, ce qui revient à dire que les prêtres sont issus de familles catholiques du haut Gévaudan ; le récit de leurs tourments y était donc largement relayé, alimentant pour une part l’imaginaire populaire.

  • 50 Mazel (E.), Monographie de Nant en Aveyron et son ancienne abbaye. Rodez, 1913 ; l’auteur rapporte (...)

53Ce trait est d’autant plus accusé que les paroisses protestantes et catholiques sont géographiquement proches. Cette situation est courante en bordure des Cévennes, voire au cœur des montagnes. C’est ainsi que Saint-Affrique s’est trouvé en compétition directe avec Vabre, bourg érigé en évêché depuis le Moyen Âge et tête de pont de la résistance catholique dans le Rouergue méridional tôt acquis à la Réforme. Nant, aux confins de l’Aveyron et de la Lozère, s’est progressivement affronté à Saint-Jean-du-Bruel, village reconquis au catholicisme50 ; Ganges la protestante trouve à sa porte le très catholique village de La Roque ; Millau est au contact direct des villages catholiques situés au débouché des gorges du Tarn ; à l’entrée des gorges, Florac est en butte à l’hostilité séculaire d’Ispagnac et Sainte-Énimie, bastions catholiques depuis les guerres de Religion du xvie siècle. Au cœur même des Cévennes, cette situation de front se retrouve dans la région de Rousses et Vébron, qui doivent vivre aux côtés de la paroisse catholique de Fraissinet-de-Fourques. Ce sont là, et la liste est loin d’être exhaustive, les points les plus marqués par les violences interconfessionnelles. La proximité de « l’autre » renforce l’animosité, entretient les haines, nourrit l’angoisse.

54En 1635, le curé de Fraissinet-de-Fourques rédige un mémoire sur les tourments infligés aux catholiques depuis le début des guerres de Rohan par les protestants de Meyrueis, Rousses et Vébron.

  • 51 ADL., G 975, plainte déposée par le curé Richard, février 1635.

En l’an 1622, le Ministre de Meyrueis [...] vint accompagné de cent soldats rebelles de la RPR dans l’église rompre le grand autel disant que c’était là où les ânes mangeaient, les fonts baptismaux et l’eau bénite, fit brûler les images et tirer des coups de mousquet au crucifix. Tout cela faict envoya aux maisons des catholiques douze à quinze soldats le bâton à la main pour les contraindre à venir à son presche, les commandant de piller et brusler leurs maisons en cas qu’ils ne voulussent pas venir (on leur fit promettre de n’obéir qu’à Rohan). Les pauvres catholiques ne revinrent à l’église qu’après la paix de 1623 et jusqu’en 1628 auquel temps M. Jean des Emars, Ministre de Vébron, vint à sa paroisse accompagné de soldats pour profaner, abattre et ruiner son église [...] Il fit apostasier les catholiques51.

  • 52 Ibid., plainte déposée par le curé de Vébron en 1634.

55Le curé de Vébron, où les catholiques sont minoritaires, n’a pas la vie plus facile : en 1606, son oncle, déjà curé du lieu, est emprisonné par les protestants ; lui-même subit un sort identique et reste enfermé dans un cachot durant tout un mois. Sa maison est brûlée, ses livres incendiés, ses meubles détruits. En 1628, curé et paroissiens subissent de nouvelles violences : le prêtre est chassé de la paroisse, ses ouailles conduites au temple protestant à coups de bâtons. En 1631, puis en 1634, alors qu’il a pu revenir dans sa paroisse à la faveur de la paix, sa maison est incendiée et lui-même brutalisé ; il renonce alors et résigne la cure52.

56Les récits de ces deux prêtres exerçant au cœur des Cévennes pendant les guerres de Rohan et à leur lendemain confirment que les réformés n’ont pas abandonné le projet de purger leur montagne de toute présence catholique et que la fin des hostilités n’a pas apporté l’apaisement attendu. La plupart des plaintes sont déposées au milieu des années 1630, ce qui indique que les catholiques cherchent indubitablement à se ressaisir, voire à passer à l’offensive. Ce sont là les effets de l’introduction progressive des décrets du concile de Trente et de l’action des missionnaires qui commencent à s’installer dans le pays protestant. De leur côté, les prêtres se sentent indéniablement mieux soutenus par leur hiérarchie et par les autorités civiles, ce qui les pousse à dénoncer les protestants qui ne se conforment pas strictement aux lois, du moins à leurs yeux. Aussi les plaintes affluent-elles à l’évêché au cours des années 1630. Les actes iconoclastes sont beaucoup plus rares et les massacres appartiennent désormais au passé, mais les relations entre les deux communautés confessionnelles restent tendues.

  • 53 Ibid., plaintes enregistrées en 1635.

57Dans les hautes Cévennes, les interdits ne sont pas respectés par les protestants ; la présence de prêtres catholiques est toujours mal tolérée, surtout dans les paroisses qui comptent peu ou pas de catholiques. Plusieurs curés sont agressés, certains doivent abandonner leur paroisse (au Collet-de-Dèze et à Cassagnas) ; le prieur de Molezon est enlevé et séquestré par le seigneur de Gabriac au commencement des guerres de Rohan ; son église et le prieuré sont abattus en 162853. Les paroissiens de Notre-Dame-de-Valfrancesque refusent de rendre l’église au culte catholique ; un attroupement de femmes éloigne les envoyés de l’intendant venus faire exécuter la décision. Le curé de Saint-Laurent-de-Trèves est enlevé pendant la messe par des hommes d’armes envoyés par le seigneur ; ce dernier le rançonne, lève la dîme à sa place et confisque tous ses biens. Le curé de Florac n’est guère mieux loti : les protestants ont confisqué le produit de l’aumône pour les pauvres et font payer aux catholiques les gages du pasteur. En 1629, les cordes des cloches de l’église sont coupées et le clocher fermé à clé. Par la suite, le produit des dîmes est confisqué à son tour par la communauté réformée.

  • 54 Nous renvoyons sur ces questions aux analyses d’Alain Corbin pour le xixesiècle dans Les Cloches d (...)

58Les questions économiques interviennent donc pour une part non négligeable dans les conflits opposant les protestants aux prêtres. Derrière le refus de payer la dîme ou le détournement du produit des aumônes se dessine la trame d’une lutte dont les pauvres sont l’enjeu. Les conversions au catholicisme obtenues aux marges des Cévennes concernent généralement les membres les plus fragiles de la société, femmes isolées, mendiants ou familles très pauvres. Les missionnaires s’adressent en priorité aux plus démunis, maniant un discours aux accents apocalyptiques, dévoilant pour la foule les affres de l’enfer réservé aux hérétiques. Des conflits d’influence particulièrement âpres se nouent autour de la maîtrise des hôpitaux et des aumônes. La conversion de dizaines d’hommes et de femmes guettés par la faim et la misère justifie ces combats autour de questions faussement matérielles. La lutte autour des cloches et des clochers traduit la volonté de réduire l’autre au silence, d’interdire au curé d’appeler ses ouailles pour la messe. Dans les paroisses où les catholiques sont minoritaires, ce silence peut mettre en péril l’existence même de la communauté. Tout comme la croix marque la reconquête catholique du territoire, la cloche manifeste la présence de l’Église romaine dans l’espace sonore54.

  • 55 ADL, G 975

59Les plantations de croix sont donc insupportables aux communautés réformées qui voient en elles, à juste titre, le symbole d’une avancée de l’Église de Rome en terre calviniste. La Contre-Réforme, par ailleurs, développe un fort courant christocentrique qui place la croix au centre des dévotions : elle est le symbole de la renaissance catholique et de sa volonté de reconquête des âmes. Les croix cristallisent donc les tensions interconfessionnelles. Le prieur de Saint-Frézal-de-Ventalon essuie la colère des protestants de sa paroisse lorsqu’il fait élever une croix dans le cimetière. La croix est abattue dans la nuit et jetée dans une fontaine55. Les capucins de Florac sont constamment soumis à rude pression de la part du pasteur et des fidèles réformés qui troublent leurs prêches et intimident les catholiques.

60Les tensions restent donc vives au lendemain des guerres de Rohan. Les protestants ne manifestent pas un état d’esprit de vaincus, quand bien même le « parti » a objectivement perdu la guerre. Les Cévenols restent offensifs, combattant vigoureusement les artisans de la Contre-Réforme que sont les missionnaires et, à un moindre degré, les curés. Il y a là plus qu’une simple résistance. Certains affrontements témoignent d’une volonté affirmée de chasser les catholiques des Cévennes. Ces derniers vivent donc dans une insécurité objective, même si les affrontements sanglants ont disparu. Leur situation matérielle et spirituelle reste précaire, surtout dans les paroisses isolées en pays réformé. Après une accalmie qui caractérise dans l’ensemble du Languedoc, Cévennes comprises, les années 1640-1650, des tensions sont à nouveau perceptibles au milieu du siècle. Elles vont aggraver le sentiment de haine qui divise les deux communautés confessionnelles en Cévennes et sur leurs marges, conduisant au retour des violences populaires durant la guerre des Camisards.

La mémoire catholique de la guerre des Cévennes (1702-1704)

  • 56 Durant la Fronde (1648-1652), seuls les protestants de Bordeaux se sont liés aux parlementaires re (...)
  • 57 À cette époque, Frutgères était le chef lieu de la paroisse catholique du Pont de Montvert.
  • 58 ADL, G 975, 976,989.

61La fin des années 1650 est marquée par une nouvelle flambée de violence dans les hautes Cévennes et dans le diocèse de Nîmes. Le contexte national n’y est pas étranger. La monarchie a traversé une crise importante qui a vu la remise en cause de la centralisation absolutiste par les Parlements puis par la haute noblesse. Durant les troubles, la communauté réformée est restée fidèle à la royauté56. De ce fait, Mazarin épargne ceux qu’il appelle le « petit troupeau ». La politique de reconquête catholique marque le pas. Dans les Cévennes, les protestants se montrent de nouveau offensifs ; la recrudescence des actes d’hostilité à l’encontre des prêtres est le fruit de la consolidation de la position globale des réformés ; on ne décèle chez eux aucun sentiment d’infériorité, du moins à cette date. Les lieux traditionnellement menacés subissent les premières manifestations du retour à l’offensive de la part des protestants. En juillet 1656, le curé de Frutgères57 est battu à plusieurs reprises par la jeunesse réformée ; un dimanche, une troupe solidement armée vient interrompre la messe ; pierres et balles pleuvent sur l’église et le presbytère. Un autre dimanche, un nouvel attroupement armé envahit l’église pendant l’eucharistie et tire des coups de fusil à l’intérieur du bâtiment58.

  • 59 Ibid., G 720, visite pastorale effectuée par Nicolas Dangles.

62L’archiprêtre des Cévennes, mandaté par l’évêque de Mende, effectue une visite pastorale en 165659. Le bilan dressé est loin d’être positif : la plupart des églises sont en mauvais état, certaines en ruine comme Notre-Dame-de-Molezon, entièrement détruite par les « fanatiques », terme employé par Nicolas Dangles dès 1656. Si le curé de Sainte-Croix-Vallée-Française officie dans une église en bon état, de même que celui de Saint-Germain-de-Calberte, les autres sont confrontés à des situations bien plus difficiles. Notre-Dame-de-Valfrancesque n’est pas couverte et la pluie entre dans la nef ; le presbytère de Barre a été détruit, le toit de l’église est en partie effondré. L’église et le presbytère de Vébron ne sont pas en meilleur état, situation que l’on retrouve au Pompidou, à Cassagnas, Saint-André-de-Lancize et Saint-Martin-de-Boubaux. La plupart des curés en fonction dans ces paroisses ont renoncé à résider et il arrive même que les catholiques, privés de prêtres, aillent « misérablement au prêche » (protestant), affirme Nicolas Dangles.

63Cette situation le révolte et le pousse à rédiger, en septembre, un Mémoire adressé à l’évêque et dénonçant les « abus » des protestants. Il y insiste sur les violences exercées à l’encontre du curé de Frutgères, contraint d’entendre en confession une vieille femme mourante au milieu de la rue, les protestants lui refusant l’entrée de la maison ! L’image qu’il donne des catholiques cévenols est celle d’une communauté désespérée et soumise à de nombreuses pressions de la part des réformés. Certes, la nature même de la source pousse à la plus grande prudence, mais si l’exagération est probable, le visiteur n’a pu inventer de toutes pièces les églises détruites, les biens spoliés, les violences exercées contre les prêtres.

64Néanmoins, il faut se méfier du sentiment que suscitent les plaintes des curés et les rapports de Nicolas Dangles. Leur lecture donnerait à penser que les Cévennes sont à feu et à sang, ce qui est faux. L’absence de violences mortelles l’atteste ; les actes les plus graves relèvent de l’iconoclasme. Il n’empêche que si l’on doit se garder de trop accorder au discours alarmiste tenu par les prêtres, il ne faut pas sous-estimer les sentiments de frustration, d’humiliation et d’insécurité que partagent les catholiques des Cévennes et de leurs marges, marqués par le caractère minoritaire de leur Église. En butte au dynamisme et au prosélytisme de la communauté réformée, ils sont souvent mal protégés par des élites plus médiocres et moins fournies que dans le camp protestant. C’est pourquoi la peur nous paraît un élément essentiel pour comprendre les mentalités catholiques dans ces montagnes. La révocation de l’édit de Nantes a mis un terme à la menace protestante, mais l’inquiétude demeure face à une communauté qui plie l’échiné mais ne se convertit pas sincèrement et menace rapidement de renaître de ses cendres. Il nous semble que l’ancienneté et la permanence de ce sentiment de peur sont importantes pour comprendre les comportements durant la guerre des Camisards, et en particulier la résurgence de massacres civils entre les deux communautés confessionnelles.

  • 60 Nous nous sommes particulièrement appuyée sur la somme rédigée par Bosc (H.), La Guerre des Cévenn (...)
  • 61 Ibid., t. II, p. 566.

65Compte tenu du nombre et de la qualité des travaux portant sur la guerre des Camisards, il ne nous a pas paru utile de reprendre le dépouillement des dossiers concernant les troubles des Cévennes aux archives départementales et nationales60. En revanche, nous avons accordé beaucoup d’importance aux témoignages des contemporains. Notre objectif n’étant pas de réécrire l’histoire de l’insurrection, nous avons cherché à mesurer son impact sur les esprits afin de comprendre comment les générations successives s’étaient transmis le souvenir des violences, laissant ainsi une empreinte indélébile sur les mentalités. En toute logique, la répression mise en œuvre contre les protestants dans les Cévennes aurait dû créer un sentiment de victoire et de supériorité dans l’esprit des catholiques. Le « Grand Brûlement » entrepris dans les hautes Cévennes à partir du mois d’octobre 1703 devait réduire à néant trente et une paroisses parmi les plus rebelles61. Cela ne saurait effacer des esprits les violences traumatisantes qui ont marqué le début de l’insurrection.

  • 62 L’ouvreleul (J-B-), Histoire du fanatisme renouvelé, op. cit., 1704.
  • 63 Bosc (H.), La Guerre des Cévennes, op. cit., vol. I, p. 190.

66L’un des premiers témoignages, celui du père Jean-Baptiste L’Ouvreleul, paraît dès 1703, avant d’être revu et augmenté par son auteur dans la seconde édition datée de 170462. Le récit de la guerre est construit à partir des scènes auxquelles l’auteur a assisté ainsi que des témoignages écrits et oraux qu’il a collectés et, affirme-t-il, vérifiés. Engagé et militant, le père L’Ouvreleul manifeste cependant un constant souci de rester au plus près de la réalité, ce que lui reconnaît l’historien protestant Antoine Court. L’ouvrage insiste sur la part des violences populaires dans le déroulement de la guerre, qu’elles aient été commises par les protestants ou par les catholiques. Le danger de l’hérésie, affirme l’auteur, consiste à conduire les peuples à l’exaltation la plus dangereuse. Si l’acte de violence inaugural est bien l’assassinat de l’abbé du Chaila au Pont-de-Montvert dans la nuit du 24 juillet 1702, L’Ouvreleul insiste sur la montée de la violence qui précède cet assassinat ainsi que sur les succès du prophétisme. Le meurtre du Pont-de-Montvert ouvre un cycle de violences sanglantes, perpétrées contre les prêtres et les fidèles catholiques. Le premier à souffrir de ce retour des guerres civiles est le curé de Frutgères, encore une fois la cible de la vindicte protestante. Il est massacré, son église pillée et brûlée, ainsi que le presbytère. Les jeunes protestants attroupés savaient que ce curé jouait un rôle actif dans la répression63. Leurs violences rappellent celles qui ont été commises cinquante ans plus tôt au même endroit.

  • 64 L’ouvreleul G.-B.), Le Fanatisme renouvelé, op. cit., p. 34.

67Des actes iconoclastes marquent l’ensemble des Cévennes, tout comme pendant les guerres de Religion et, dans une moindre mesure, celles de Rohan. À partir des détails donnés par L’Ouvreleul, on peut penser que la quasi-totalité des églises des Cévennes, puis de la Vaunage et de la Gardonnenque, sont détruites par les rebelles dont c’est le premier acte de guerre. Dans un tiers des cas, environ, les presbytères subissent le même sort. Plusieurs prêtres, enfin, sont battus, parfois jusqu’à la mort ; certains sont même torturés. Celui de Saint-André-de-Lancize a le nez et les lèvres coupés avant d’être exécuté64. Le massacre de ce prêtre provoque la fuite de la plupart de ses collègues en fonction dans les Cévennes, dont l’auteur de la relation.

  • 65 Ibid., t. I, p. 35, 83-84 ; le récit des violences constatées par l’auteur est confirmé par Bosc ( (...)

68Les violences civiles concentrent toute l’attention du père L’Ouvreleul : la première mention est le massacre de plusieurs catholiques de Molezon, dont une jeune fille et sa mère. Ces expéditions meurtrières n’épargnent pas les plaines, en particulier celle de Jalès : des quatre-vingts maisons que compte Groupières, sept sont épargnées par les Camisards ; l’église est incendiée, le tabernacle profané. Plusieurs habitants sont massacrés, certains torturés. La troupe gagne ensuite le village de Rivière, incendié à son tour, puis rallie les Cévennes en brûlant les églises placées sur son chemin. Plusieurs châteaux connaissent le même sort, en particulier dans la région de Chamborigaud et Génolhac. Des atrocités sont commises contre les populations catholiques accusées, à juste titre, de participer à la répression aux côtés des armées du roi. Un habitant de Génolhac est brûlé vif ; une femme qui tentait de fuir avec ses cinq enfants est rattrapée par les Camisards ; ses enfants sont martyrisés sous ses yeux, puis tous sont poignardés, jetés sur un lit et brûlés. Le caractère odieux de ces meurtres serait, d’après L’Ouvreleul, à l’origine de la formation d’une ligue catholique unissant les villages de la région de Chamborigaud et Sénéchas. Plus de quatre cents hommes se groupent pour défendre leurs villages les armes à la main65.

69Un massacre surpasse en violence tous ceux qui l’ont précédé, celui de Fraissinet-de-Fourques. Cette enclave catholique au cœur des hautes Cévennes avait déjà eu à souffrir des pressions et violences exercées par les protestants de Rousses, Vébron ou Meyrueis, en particulier au cours des guerres de Rohan. Le 20 février 1703, une troupe de Camisards, renforcée par des hommes venus de Vébron, attaque le village. La communauté s’était organisée pour se défendre et avait formé une garde bourgeoise, qui refuse de se rendre à l’injonction des Camisards. Ces derniers investissent le village auquel ils mettent le feu après avoir massacré une quarantaine de personnes. Hommes, femmes, enfants et vieillards sont mis à mort sans distinction. Une femme enceinte aurait été éventrée et le fœtus brandi au bout d’une pique.

  • 66 Court (A.), Histoire des troubles des Cévennes, op. cit., t. I. p. 236-237 ; Bosc (H.), La Guerre (...)
  • 67 Bosc (H.), La Guerre des Cévennes, op. cit., 1.1, p. 495.
  • 68 L’ouvreleul (J.-B.), Le fanatisme renouvelé, op. cit., 1.1, p. 97.

70L’épisode est confirmé par Antoine Court, qui parle d’une « boucherie » et de « barbarie » à propos de ce massacre66. Ce dernier s’inscrit dans une inimitié de longue durée entre les catholiques de Fraissinet et les paroisses protestantes environnantes. Au moment de la révocation de l’édit de Nantes, les catholiques avaient saisi l’occasion de se venger des pressions et violences dont ils avaient été victimes. Leur curé s’est trouvé alors à la tête de ceux qui ont traqué les assemblées du Désert ; les hommes de Fraissinet n’ont pas hésité, à plusieurs reprises, à se lancer eux-mêmes à la poursuite des protestants, ce qui a contribué, bien évidemment, à concentrer sur le village des haines qu’il n’était pas nécessaire de raviver. À la fin des années 1980, Henri Bosc pouvait constater que la mémoire populaire conservait un souvenir très vif de cet épisode sanglant de la guerre des Camisards. Une paysanne qu’il interrogeait à ce sujet lui répondit : « ceux de Bèze sont venus par là67 ! » D’autres exécutions de civils catholiques ponctuent l’histoire de la révolte des Camisards et laissent de profondes traces dans les mémoires. La région de Ganges ainsi que les villages catholiques de la vallée de la Buèges ont été la cible d’une expédition meurtrière de la part des Camisards en mars 1703. Mais devant l’insistance des protestants de Ganges pour que les catholiques soient épargnés, les rebelles se contentent de brûler les églises de la vallée68.

  • 69 Crouzet (D.), Les Guerriers de Dieu.... op. cit., 1.1, p. 493.

71Dans les premiers mois de la révolte, les Cévennes sont donc emportées par un cycle de violences où catholiques et protestants sont tour à tour victimes et bourreaux. La fureur des Camisards n’est pas sans rappeler, parfois, celle des « guerriers de Dieu » s’acharnant sur les corps des huguenots et que Denis Crouzet a montrés à l’œuvre dans le xvie siècle69. Le rôle joué par l’inspiration prophétique dans la révolte puis dans la conduite des combats est certainement à l’origine de l’évolution de la violence huguenote. Cette évolution ne fait d’ailleurs pas l’unanimité au sein de la communauté réformée ; elle explique sans doute pour une part le refus des élites de soutenir l’insurrection cévenole. Ces massacres ont incontestablement frappé les imaginations par leur sauvagerie. Ils sont la preuve que, malgré la concentration de troupes royales, les protestants constituent toujours une menace pour les communautés catholiques des Cévennes et de leur piémont. C’est pourquoi ces dernières entreprennent de se liguer pour se défendre, mais aussi pour participer à l’éradication de la Réforme. Cette mobilisation catholique prend sa source dans la région de Génolhac, située à la frontière du pays protestant. À nos yeux, elle occupe une place essentielle dans la mémoire collective des catholiques de cette région. Elle permet en effet de transmettre aux générations futures une autre légende que celle qui s’en tient à la litanie des églises détruites et des villages attaqués.

La résistance catholique dans les Cévennes

72Dès le début du soulèvement Camisard, des milices bourgeoises sont organisées par les autorités dans les villes et les bourgs catholiques, avec la mission de seconder les armées royales. Malgré ce cadre officiel, les populations catholiques s’engagent tardivement dans l’action ; les populations rurales, en particulier, se savent inférieures en nombre. On reste étonné cependant face à la passivité des communautés catholiques lors de la destruction massive des églises paroissiales et des presbytères dans les premiers temps de la révolte. Ce n’est qu’à partir de janvier 1703 que le père L’ouvreleul mentionne la formation de la ligue catholique de Génolhac, sans que cette union se traduise d’ailleurs par une véritable prise d’armes.

  • 70 L’ouvreleul (J.-B.), Le Fanatisme renouvelé, op. cit., t. II, p. 17.

73En juin, il signale que des paysans catholiques du Rouergue se sont opposé les armes à la main à des expéditions de Camisards dans le Vabrais70. C’est en octobre 1703 que le pas décisif est franchi par des catholiques de la région de Génolhac : le maréchal de Montrevel les autorise à s’attrouper pour défendre leurs villages. Ceux de Saint-Florent sont les premiers à s’organiser : les troupes catholiques de la région porteront le nom de Saint-Florentins. L’entrée des populations catholiques dans le conflit change radicalement sa tonalité, lui conférant des accents de guerre civile. Le père L’Ouvreleul témoigne de l’importance de cette nouvelle donne en consacrant à l’action des catholiques un volume entier de son histoire du Fanatisme renouvelé.

  • 71 Bernat (C.), Une Révolte et sa contre-révolte. L’action des catholiques pendant la guerre des Céve (...)
  • 72 Ibid., p. 101 sq.

74Plus récemment, Chrystel Bernât a su éclairer d’un jour nouveau un phénomène qui restait assez confus71. Plusieurs mouvements catholiques voient le jour et fonctionnent suivant des règles différentes. Ceux que l’on appelle les « partisans » s’enrôlent individuellement au service du roi et sont généralement issus des paroisses situées au sud du Gardon. Les « cadets de la Croix » sont originaires des plaines de la partie orientale du Gard ; leur action se distingue par la pratique systématique des pillages à l’encontre des nouveaux convertis de leur région. Les Saint-Florentins nous intéressent davantage, tant par leur origine géographique (les Cévennes catholiques) que par leurs affrontements directs avec les troupes de Camisards72.

  • 73 L’ouvreleul (J-B.), Le Fanatisme renouvelé, op. cit., t. II, p. 90 ; Bosc (H.), La Guerre des Céve (...)

75Situées à la frontière du bastion huguenot, les paroisses qui fournissent des hommes aux Saint-Florentins comportent souvent une minorité protestante. C’est le cas pour Génolhac, Chamborigaud, Saint-Ambroix, etc. L’objectif des Saint-Florentins, que L’Ouvreleul appelle également « Camisards blancs », n’est pas uniquement défensif : une volonté punitive s’affiche clairement à l’encontre des nouveaux convertis, soupçonnés de favoriser les actions des Camisards. Leurs expéditions visent les villages protestants situés à la frontière du pays catholique. L’action la plus violente se déroule à Branoux, à la fin d’octobre 1703. Dans la nuit du 29 au 30, de nombreux nouveaux convertis sont massacrés et le village pillé73. D’autres communautés protestantes subissent un sort identique. Les violences redoublent au cours de janvier 1704. Les expéditions catholiques contre le Collet-de-Dèze et ses environs se multiplient, causant la mort de plus de soixante-dix personnes. À la tête des catholiques, le curé de Saint-Florent et un moine capucin de Barjac semblent avoir encouragé les massacres. La région de Génolhac est soumise à rude pression au cours de l’hiver 1704. Le maréchal de Villars lève des troupes pour effectuer des battues en direction des hautes Cévennes et l’empressement des catholiques de la région à se ranger à ses côtés ne laisse aucun doute quant à leur détermination. La révolte protestante a laissé la place à une véritable guerre civile entre protestants et catholiques.

76En avril 1704, le village de Branoux est frappé à nouveau : alors que les troupes de Villars ont investi le village, les nouveaux convertis refusent de dénoncer les Camisards. Villars décide donc de livrer la communauté aux Saint-Florentins, qui massacrent la population et incendient le village. L’Ouvreleul, qui condamne ces excès de violence, témoigne :

  • 74 L’ouvreleul (J.-B.), Op. cit., t. III, p. 43.

On ne peut se représenter à quels excès alla le dégât que firent ces troupes [...] elle ne laissèrent sur pied que cinq ou six maisons d’anciens catholiques74...

77Il y a près de deux cents morts, ce qui marque le début d’une escalade des violences contre les populations civiles, auxquelles les Saint-Florentins sont désormais constamment associés dans la région. Une véritable terreur s’instaure à l’encontre des protestants ; les Camisards répondent par des expéditions plus nombreuses contre les paroisses catholiques des environs de Génolhac. Cette spirale est dénoncée par Antoine Court. À ses yeux, la guerre civile ouvre les portes à la barbarie, fruit d’une volonté partagée d’exterminer ceux qui sont de l’autre confession.

  • 75 Court (A.), Histoire des troubles des Cévennes, op. cit., t. II, p. 248-249 ; Lefèvre et l’Ermite (...)

Que d’horreurs ! Et quel affreux acharnement de part & d’autre ! Le siècle ne rougira-t-il pas que les uns et les autres aient pu trouver des Apologistes ? On ne fait nul quartier, écrivait-on dans ces temps-là. Si le Fèvre, l’Hermite & ceux qu’ils commandent brûlent des contrées entières & passent au fil de l’épée les Nouveaux Convertis, Cavalier & les autres chefs Camisards brûlent & saccagent de leur côté & font main basse par représailles, sur tous les prêtres et anciens Catholiques qu’ils rencontrent. On ne saurait parler de ces choses sans horreur ; le païs qui sert de théâtre à cette guerre intestine est devenu un désert affreux75 !

78Il semble évident que la frontière confessionnelle aiguillonne les haines. La mobilisation catholique est particulièrement importante dans les régions de Génolhac et Saint-Florent, qui sont aux confins du bastion huguenot cévenol. Les deux communautés sont emportées par une surenchère violente dans laquelle la peur et la haine jouent un rôle clé. Des prédictions apocalyptiques circulent dans les rangs catholiques ; un notaire catholique du Bleymard (Mont Lozère) publie des prédictions tirées de Nostradamus, annonçant l’anéantissement de l’Église catholique par les Camisards, désignés sous le nom de « l’ennemi noir ». La prédiction précise les souffrances que le peuple catholique devra endurer :

  • 76 Cité par L’Ouvreleul (J.-B.), Le Fanatisme renouvelé, op. cit., t. iII, p. 97.

Pleurs, cris et plaints, hurlement, effrayeur/Cœur tremblotant, serré, blême, transi/Quand l’ennemi noir sera le majeur/Sang épancher, frofraim à nul merci76.

79Ces vers illustrent l’état d’esprit qui régne au sein des masses catholiques. La peur panique de voir l’ennemi héréditaire triompher s’accompagne de la certitude que ce triomphe ne pourrait s’accomplir sans l’anéantissement de l’Église et le sacrifice des fidèles.

80La situation est en de nombreux points comparables à celle qui prévalait au xvie siècle, à la différence que cent cinquante ans se sont écoulés, accumulant les haines et le souvenir des massacres et des souffrances infligés de part et d’autre. Chaque sursaut de violence réduit l’espace que l’on pouvait laisser à la tolérance ou à une coexistence pacifique. Ces affrontements religieux sont inscrits dans l’histoire des populations du Midi, ils constituent une part grandissante de leur identité au point de devenir une grille de lecture à travers laquelle sont appréhendés tous les événements importants. La Révolution ne pouvait échapper à cette logique manichéenne dès l’instant où la question religieuse devenait un point essentiel de son programme politique.

81L’histoire des guerres de Religion dans les montagnes du Languedoc montre l’originalité d’une région où l’équilibre entre protestants et catholiques ne reflète pas la situation générale du royaume. La minorité protestante connaît partout un net déclin dans la seconde moitié du xviie siècle, alors que dans le Midi elle occupe continûment une place dominante, tant du point de vue démographique que politique, économique ou encore culturel. La politique répressive mise en œuvre à partir des années 1660 ne suffit pas à inverser la situation d’infériorité dans laquelle se trouvent les catholiques des Cévennes et de leurs marges.

82Le déroulement même des guerres de Religion a considérablement pesé sur les mentalités, les façonnant parfois de manière paradoxale. L’historiographie ne présente pas, habituellement, les catholiques sous le jour d’une minorité religieuse, position qui paraît absurde à l’échelle nationale, mais prend un tout autre sens à l’échelle locale, du moins avant les mesures répressives instaurées par Louis xiv. L’étude des sensibilités politiques et religieuses des deux communautés ne peut être menée à l’échelle de l’histoire nationale. Celle-ci ne permet pas de rendre compte du sentiment paradoxal de supériorité qui habite une communauté protestante cévenole fière de ses faits d’armes durant les guerres de Religion. Cette fierté explique en partie l’engagement des Cévennes dans une guerre contre le roi, en l’absence de chefs militaires issus des classes privilégiées ou de la bourgeoisie. Puisant dans le souvenir des guerres de Rohan, les Cévenols utilisent contre les armées du roi la stratégie inventée par le duc deux générations plus tôt, misant sur la rapidité des déplacements de bandes dispersées plutôt que sur l’affrontement en règle sur un champ de bataille. La fierté des protestants se nourrit également de la mémoire d’une résistance opiniâtre face aux lois répressives et à l’Église catholique. La montagne est en dissidence depuis l’application de l’édit de Nantes jusqu’à celui de 1787.

83Face à cette « minorité » localement majoritaire, les communautés catholiques campent le long d’un front sur lequel leur sort est précaire, malgré les solides garanties apportées par le pouvoir politique. Le souvenir laissé par les guerres de Religion est peuplé de défaites et de moments particulièrement difficiles, lorsque leur Église a été bannie et les fidèles persécutés. Par-dessus tout, la présence du bastion huguenot renforce leur sentiment de se tenir sur un poste avancé en terrain ennemi, où le seul avantage est celui que confère la politique discriminante conduite par l’État en leur faveur. C’est pourquoi la peur et l’angoisse, accompagnées d’un désir de vengeance, habitent les catholiques tout au long de la période. Ils gardent en mémoire les récits de leurs défaites parfois sanglantes, à l’image de la « Michelade », ainsi que le sentiment qu’ils ne sont rien sans le soutien inconditionnel d’un État intolérant. La paix retrouvée au xviiie siècle ne repose que sur l’application rigoureuse de lois discriminantes. Si une tolérance timide se manifeste dans la seconde moitié du siècle, elle ne se conçoit que dans le cadre d’un maintien, en faveur des catholiques, de l’oppression de l’État. Les réformes introduites par la Révolution brisent les conditions de l’équilibre confessionnel aux yeux des catholiques, rouvrant une période d’incertitude et d’inquiétude qui ravive les souvenirs mal enfouis des violences passées. Ceux-ci ressurgissent brutalement, et conduisent à une lecture religieuse de la Révolution devenue, aux yeux des deux communautés, un nouvel épisode des guerres de Religion.

Notes

1 Nora (p.) (dir.), Les Lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 7 vol., 1984-1992, vol. 1, « Entre mémoire et histoire », p. XVII-XLII ; Le Goff (J-), Histoire et mémoire, Paris, Gallimard, 1988 ; Ricœur (P.), La Mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Le Seuil, 2000 ; nous renvoyons surtout aux travaux de Joutard (P.), La Légende des Camisards, op. cit., et de Martin (j.-C.), La Vendée de la mémoire, 1800-1980, Le Seuil, 1989, qui ont inspiré notre démarche.

2 Charreyron (G.), Politique et religion. Protestants et catholiques en Velay, op. cit.

3 Dardier (Ch.), Paul Rabaut. Ses lettres à divers, Paris, 1891, « Lettre-Rapport de Rabaut Saint-Étienne », t. 2, p. 393-410.

4 Lettre du 27 octobre 1787, citée par Bost (H ), « Les arguments des protestants français... », in Saupin (G.) (dir.), La Tolérance, Actes du colloque international de Nantes, Rennes, PUR, 1999, p. 232.

5 Dardier (Ch.), Paul Rabaut. Ses lettres à divers, op. cit., p. 406-408.

6 Opinion de M. Rabaut Saint-Étienne sur la motion suivante de M. le comte de Castellane: Nul homme ne peut être troublé sur ses opinions, ni troublé dans l’exercice de sa religion, Paris, 1789, cité par Negroni (B. de). Intolérances. Protestants et catholiques en France, op. cit., p. 214.

7 Poujol (J.), « Le changement d’image des protestants pendant la Révolution », BSHPF, t. 135, octobre-novembre-décembre 1989, p. 501-543.

8 Cette idée a été formulée par Encrevê (A.), « Les protestants et la Révolution Française », Réformes et Révolutions. Aux origines de la démocratie moderne, présenté par P. Viallaneix, Montpellier, Réformes/Presses du Languedoc, 1990, p. 102-128.

9 Réponse à M. l’évêque d’Alais à l’Adresse et à la Délibération des Catholiques d’Alais du 25 mars 1790, Paris, 11 avril 1790, ciré par Poujol (J.), « Le changement d’image des protestants... », op. cit., p. 520.

10 Delon (J.-B.), La Révolution en Lozère, op. cit., p. 43-45.

11 Lettre de deux curés des Cévennes sur la validité des mariages protestants et sur leur existence légale en France, Londres, 1779, cité par cité par Negroni (B. de), Intolérances. Protestants et catholiques en France, op. cit., p. 191.

12 ADH, C 6595, gouvernement militaire de Languedoc, affaires militaires du diocèse d’Alès, 1756 ; un récit de cette affaire est donné par ADGE (P.), « L’affaire de la milice (février 1756) », Les Cahiers du Haut-Vidourle. Histoire et Ethnologie, n° 2, juin 1996, p. 16-31.

13 ADH, C 6681, plaintes et placets, diocèse d’Alès.

14 Ibid., C 6682, plaintes et placets.

15 Ibid., C 6586.

16 Poujol (R.), Vébron, histoire d’un village cévenol, op. cit., p. 229.

17 Cabanel (P.) (dir.), Itinéraires protestants en Languedoc, op. cit., c. i, Cévennes, p. 295-296 ; t. 2, Espaces gardois, p. 216.

18 Ibid, t. 2, p. 217.

19 ADH, C 6590 ; les nouveaux convertis refusent de payer le logement des soldats et reçoivent l’appui du maire de la ville qui invoque la misère des familles d’artisans qui, ayant à peine de quoi se nourrir, ne peuvent faire face aux dépenses occasionnées par le logement des gens de guerre.

20 ADH, C 6682, plaintes et placets, diocèse d’Alès.

21 Ibid., C 199, pièce 158 ; les jeunes commencent par exaspérer les bergers en se moquant d’eux: « D où vient cette F... gavotaille? De la messe, d’entendre les F... sottises que leur disent les capel-Um et de dire leurs F... chapelets ! »

22 Poujol (R.), Vébron..., op. cit., p. 213.

23 23 .Journal de ma vie, Jacques Louis Ménétra, compagnon vitrier au xviiie siècle, présenté pat D. Roche, Paris, Éditions Montalba, 1982, p. 120-121.

24 Les dialogues qui suivent sont extraits d’un dossier des AN, F/7/3657/1.

25 Crouzet (D.), Les Guerriers de Dieu.... op. cit.

26 AN, F/7/3657/1.

27 Joutard (Ph.), La Légende des Camisards, op. cit. ; Cabanel (P.) (dir.), Itinéraires protestants en Languedoc, op. cit., t. 3, Hérault, Rouergue, Aude et Roussillon, p. 193, « Les camisards en Rouergue » par P. Rolland.

28 Vic (Dom) et Vayssette (Dom), Histoire générale de Languedoc, Toulouse, 1745, t. v ; Menard (L.), Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Nîmes, Paris, 1750-1758, 7 vol. ; Mémoires d’un calviniste de Millau, publié par J. Rigal, Rodez, 1911.

29 Amiaud-Bellavaud (G.), Un Chef huguenot : le capitaine Mathieu Merle, Uzès, 1952, p. 111.

30 Sauzet (R.), Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc. Le diocèse de Nîmes au xvii-siècle, Fleurus, 1979.

31 Mémoires du duc de Rohan, La Haye, 1696, 2 vol. ; Joly (H.), Histoire particulière des plus mémorables choses qui se sont passées au siège de Montauban et de l’acheminement d’iceluy, texte présenté par J. Garrisson, Toulouse, Privât, 2002.

32 Lettres adressées à Louis Tronson, Bibliothèque Mazarine, manuscrit 2°127.

33 Cazenoves (A. de), « Campagnes de Rohan en Languedoc (1621-1629) », Annales du Midi, t. 14-15, 1902-1903, p. 329-349 ; p. 5-57 et 168-204.

34 Sauzet (R.), Les Cévennes catholiques. Histoire d’une fidélité, Paris. Perrin, 2002, p. 76.

35 Mémoires du duc de Rohan, op. cit., vol. 2, p. 144 ; Germain (A.), Relation du siège de Saint-Affrique fait en 1628 par le prince de Condé et le duc d’Épernon, imprimé d’après le manuscrit d’Aubais, Mémoires de l’académie des Sciences et Lettres de Montpellier, Montpellier, 1874, 44 p. ; voir aussi BSHPF, t. XXV, 1876, p. 49-60.

36 Mémoires du duc de Rohan, Divers discours politiques, Fonds de la bibliothèque de Montauban, Bibliothèque de l’Arsenal (Toulouse), manuscrit 1042, p. 285.

37 Lettre du duc de Rohan aux communautés des Cévennes, du 6 juin 1629, citée pat Cazenoves (A. de), « Campagnes de Rohan... », op. cit., t. 15, p. 177.

38 Cazenoves (A. de), « Campagnes de Rohan en Languedoc... », op. cit., t. 15, p. 57.

39 Vovelle (M.), La Découverte de la politique..., op. cit., p. 162-163.

40 Wood (J. N.), « Protestant-Catholic Relations and the Roots of the First Popular Counter-revolutionnary Movement in France », Journal of Modem History, 1971, vol. 43, p. 245-275.

41 Sauzet (R.), « Religion et rapports de production dans !a région nîmoise au xviie siècle ». Chroniques des frères ennemis. Catholiques et protestants à Nîmes du xvie au xviie siècle, Caen, Paradigme, 1992, p. 133-139.

42 Sauzet (R.), Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc, op. cit., p. 390.

43 AN, F/7/3677/1, plainte adressée au ministre.

44 Vic (Dom) et Vayssetth (Dom), Histoire générale de Languedoc, op. cit., t. V, p. 276.

45 Menard (L.), Histoire civile, ecclésiastique et littéraire de la ville de Nîmes, op. cit., t. v, Livre XIV, p. 10.

46 Redon (H.), La Réforme en Rouergue, thèse de la faculté de théologie protestante de Montauban, 1905, p. 170-177. On peut compléter cet ouvrage écrit par un protestant, mais dont la valeur et la modernité de la pensée sont incontestables, par l’ouvrage D’artieres (J.), Millau à travers les siècles, Millau, 1943 ; l’auteur ne cache sa sympathie pour les catholiques, de même que Gaujal (M. A. F., baron de), Études historiques sur le Rouergue, Rodez, 1858-1859, 4 vol.

47 Sauzet (R.), Contre-Réforme et Réforme catholique en Bas-Languedoc, op. cit., p. 59.

48 François Gomar (Bruges, 1563-Dordrecht, 1641) est au centre d’un débat sur la grâce et affirme des positions calvinistes strictement orthodoxes, adoptées lors du concile de Dordrecht (novembre 1618-mai 1619).

49 Les premières visites dans les Cévennes datent de 1603 ; pour les autres archiprêtrés, il faut attendre le milieu des années 1620 ; nous avons dépouillé les registres suivants aux ADL: G 719 (archiprê-tré de Barjac), G 720 (Cévennes), G 721 (Javols) et G 722 (Saugues) ; nous avons également consulté les liasses de la série G concernant les troubles religieux lors des guerres de Rohan.

50 Mazel (E.), Monographie de Nant en Aveyron et son ancienne abbaye. Rodez, 1913 ; l’auteur rapporte des témoignages collectés lors de la rédaction de son livre, affirmant: « C’est de là [les guerres de Religion] que vient l’origine des haines entre Nant et Saint Jean, lesquelles, après avoir ensanglanté notre pays se perpétuèrent jusqu’à nos jours mais que nous voyons disparaître peu à peu. », p. 171.

51 ADL., G 975, plainte déposée par le curé Richard, février 1635.

52 Ibid., plainte déposée par le curé de Vébron en 1634.

53 Ibid., plaintes enregistrées en 1635.

54 Nous renvoyons sur ces questions aux analyses d’Alain Corbin pour le xixesiècle dans Les Cloches de la terre, op. cit.

55 ADL, G 975

56 Durant la Fronde (1648-1652), seuls les protestants de Bordeaux se sont liés aux parlementaires rebelles.

57 À cette époque, Frutgères était le chef lieu de la paroisse catholique du Pont de Montvert.

58 ADL, G 975, 976,989.

59 Ibid., G 720, visite pastorale effectuée par Nicolas Dangles.

60 Nous nous sommes particulièrement appuyée sur la somme rédigée par Bosc (H.), La Guerre des Cévennes, 1702-1710, op. cit.

61 Ibid., t. II, p. 566.

62 L’ouvreleul (J-B-), Histoire du fanatisme renouvelé, op. cit., 1704.

63 Bosc (H.), La Guerre des Cévennes, op. cit., vol. I, p. 190.

64 L’ouvreleul G.-B.), Le Fanatisme renouvelé, op. cit., p. 34.

65 Ibid., t. I, p. 35, 83-84 ; le récit des violences constatées par l’auteur est confirmé par Bosc (H.), La Guerre des Cévennes, op. cit., t. I, p. 177-179 et 397-407.

66 Court (A.), Histoire des troubles des Cévennes, op. cit., t. I. p. 236-237 ; Bosc (H.), La Guerre des Cévennes, op. cit, 1.1, p. 492 ; un témoignage contemporain est également fourni par Salvaire (É., sieur de Cissalières), Relation sommaire des désordres commis par les Camisards dans les Cévennes, manuscrit édité par les Presses du Languedoc, Montpellier, 1997, p. 128 ; d’après les calculs effectués par Poujol (R.), Vébron, village Cévenol, op. cit., p. 163, le village aurait perdu 18,4% de sa population.

67 Bosc (H.), La Guerre des Cévennes, op. cit., 1.1, p. 495.

68 L’ouvreleul (J.-B.), Le fanatisme renouvelé, op. cit., 1.1, p. 97.

69 Crouzet (D.), Les Guerriers de Dieu.... op. cit., 1.1, p. 493.

70 L’ouvreleul (J.-B.), Le Fanatisme renouvelé, op. cit., t. II, p. 17.

71 Bernat (C.), Une Révolte et sa contre-révolte. L’action des catholiques pendant la guerre des Cévennes, 1702-1707, mémoire de maîtrise, Université de Toulouse-Le Mirail, 1997.

72 Ibid., p. 101 sq.

73 L’ouvreleul (J-B.), Le Fanatisme renouvelé, op. cit., t. II, p. 90 ; Bosc (H.), La Guerre des Cévennes, op. cit., t. II, p. 437.

74 L’ouvreleul (J.-B.), Op. cit., t. III, p. 43.

75 Court (A.), Histoire des troubles des Cévennes, op. cit., t. II, p. 248-249 ; Lefèvre et l’Ermite étaient deux chefs de bande catholiques.

76 Cité par L’Ouvreleul (J.-B.), Le Fanatisme renouvelé, op. cit., t. iII, p. 97.

Table des illustrations

Titre Document 2La Michelade (dessin du xviiie siècle)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17167/img-1.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Document 3La Michelade (gravure du xvie siècle)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17167/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search