Version classiqueVersion mobile

Mémoires affrontées

 | 
Valérie Sottocasa

Deuxième partie. Montagnes, religion et mémoires à l'épreuve de la Révolution

Introduction

Texte intégral

1Le récit établi au cours de la première partie avait pour objectif de dresser un état des lieux. Différentes conclusions ont pu être établies ; conclusions d’étape, qui supposent une seconde phase de l’enquête au cours de laquelle on tentera d’établir des corrélations et de comprendre les ressorts des nombreux mouvements populaires rencontrés au cours de la première phase. Le tableau reconstitué a permis de dégager un certain nombre de caractères fortement accentués et ce sont ces pistes que nous nous proposons d’exploiter, tout particulièrement le primat de la question religieuse dans les comportements et les partis pris politiques. Cette démarche s’inscrit dans le cadre de l’histoire des mentalités, des cultures et des sensibilités religieuses. Notre propos est de poser quelques jalons permettant de comprendre la complexité des motivations psychologiques qui poussent un groupe social ou une communauté à se révolter contre l’ordre établi.

  • 1 Nous nous référons à Mandrou (R.), Introduction à La France Moderne (1500-1640). Essai de psycholo (...)
  • 2 Vovelle (M.), Idéologies et mentalités, op. cit. ; « Histoire des mentalités, histoire des résista (...)
  • 3 Paul Ricœur dans La Mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, s’est livré récemment à une (...)

2L’histoire des mentalités a été et est encore objet de controverses. Ouvert dans les années 1930 par des précurseurs tels que Lucien Febvre et Marc Bloch, ce nouveau champ historique a souffert de la concurrence de l’histoire économique et sociale, rapidement dominante, ainsi que des critiques dénonçant un concept imprécis et fourre-tout1. Néanmoins, plusieurs historiens se sont attachés à définir les outils propres à ce nouveau domaine de recherche qui décloisonne l’histoire en recourant largement à la sociologie, à la psychologie mais aussi à l’approche quantitative pour prendre en compte l’ensemble des conditions matérielles, culturelles et mentales qui influencent le cours de l’histoire. Au cours des années 1980, les travaux de Michel Vovelle ont relancé l’histoire des mentalités, en particulier en l’appliquant à l’étude de la période révolutionnaire2. L’un des principaux reproches formulés à l’égard de cette histoire était qu’elle se consacrait exclusivement au temps long, voire « immobile »3 L’attention portée par Michel Vovelle à la période révolutionnaire revalorise l’étude du temps court, de l’événementiel, tout en conservant une approche propre à l’histoire des mentalités. « Y a-t-il place dans les mentalités pour le temps court des ruptures brusques, et sous quelles formes ? » s’interroge M. Vovelle.

  • 4 Vovelle (M.), Idéologies et mentalités, op. cit., p. 275-276.

C’est autour de la Révolution Française que nous avons choisi d’articuler ce questionnement. [...] Aborder la Révolution sous l’angle des mentalités, c’était encourir le risque d’incompréhension de bien des côtés. Nous avons couru ce risque, car 1789 nous paraît un terrain d’expérimentation exceptionnel pour faire la part de ce qui revient au temps court, la flambée convulsive elle-même, qui bouleverse de fond en comble la vie des gens en imposant une lecture totalement renouvelée de la vie tout entière, et à l’inverse au temps moyennement long d’une évolution d’un demi-siècle [...] Césure majeure, la Révolution que l’on redécouvre aujourd’hui comme événement fondateur assume, à mon sens, un double aspect d’héritage et d’anticipation4.

3Cette perspective a marqué notre démarche. Choc majeur, la Révolution provoque une crise sans précédent, contraignant chacun à prendre parti. La constitution civile du clergé, on l’a vu, ébranle en profondeur les consciences, jusque dans les paroisses les plus reculées. Sommés de choisir entre adhésion et refus, clergé et fidèles ne peuvent rester indifférents aux débats politiques nationaux. La radicalisation de la politique religieuse, l’introduction du calendrier révolutionnaire et, dans une moindre mesure, le changement de nom des communes, sont autant de ruptures qui font s’entrechoquer temps long et temps court, habitudes séculaires et volonté de changer le monde, et mettent à rude épreuve les sensibilités collectives. La violence même de la rupture, réelle ou proclamée, pose la question du rapport au passé et à l’identité collective. La Révolution, dans son appel au peuple comme dans sa volonté de forger un « homme nouveau », cherche à abolir le temps et les frontières culturelles. Dans quelle mesure y est-elle parvenue ? Quelles furent les résistances qui s’y opposèrent et comment en rendre compte ? Réponses à une crise morale et culturelle forte, les résistances sont très révélatrices des mentalités et de la conception du monde de ceux dont la Révolution menace l’identité, et pas les intérêts matériels.

  • 5 Vovelle (M.), La Mentalité révolutionnaire, Paris, Messidor, Éditions sociales, 1985, p. 16; du mê (...)
  • 6 Ricœur (P.), « L’écriture de l’histoire et la représentation du passé », Annales. Histoire, Scienc (...)
  • 7 Joutard (Ph.), La Légende des Camisards, op. cit.
  • 8 Joutard (Ph.), « Mémoire. Une passion française: l’histoire », in Bruguière (A.) et Revel (J.) (di (...)

4La seconde étape de notre enquête visera donc à mesurer le poids des différents éléments qui façonnent les sensibilités collectives. Or, dans le tableau que nous venons de brosser, une donnée majeure du paysage politique et religieux s’est imposée, celle de la frontière confessionnelle. Communautés catholique et protestante ont rapidement opté pour des partis pris opposés face à la Révolution, ce qui soulève de nombreuses questions, notamment celle du rôle de la mémoire comme support de la construction de l’identité collective. À plusieurs reprises, Michel Vovelle a souligné l’importance de la fracture confessionnelle pour la compréhension de la Révolution dans le Midi languedocien. Il compare la Révolution, traumatisme majeur dans les villages, à la guerre des Camisards, pour ce qui est des traces laissées par ces affrontements dans les mémoires collectives5. Paul Ricœur souligne également le rôle que joue la mémoire dans la construction de l’identité collective6. Ce chantier a été ouvert par Philippe Joutard qui a su rendre à la guerre des Camisards toute la place qu’elle occupe dans la construction de l’identité cévenole7, processus qu’il compare ailleurs au rôle de la guerre civile en Vendée durant la Révolution8.

  • 9 Martin (J.-C), La Vendée de la Mémoire (1800-1980), Paris, Le Seuil, 1989, 298 p. ; Belloin (G.), (...)

5La Révolution, événement-référence à partir duquel une identité collective se construit, a indubitablement marqué les mémoires. Les travaux de Jean-Clément Martin sur la Vendée ont largement contribué à faire prendre la mesure du poids de cette mémoire et à éclairer sa nature souvent complexe9. Gérard Cholvy et Patrick Cabanel ont souligné à plusieurs reprises le rôle stimulant du traumatisme révolutionnaire dans le réveil religieux du xixe siècle dans le sud du Massif central. En revanche, le rôle de la mémoire des traumatismes antérieurs dans les comportements et les partis pris collectifs durant la Révolution ne nous semble pas avoir été suffisamment étudié. Si l’on admet aujourd’hui combien le souvenir de la Révolution Française a soulevé d’échos jusqu’à la période actuelle, pourquoi ne pas envisager que des conflits antérieurs aient joué un rôle comparable au moment de la Révolution ? C’est la voie que nous avons choisi d’explorer, dans le cadre d’une démarche résolument régressive, conduisant de la Révolution aux différentes guerres de religion qui ont, avant elle, violemment secoué les montagnes méridionales autour de l’épicentre cévenol.

6Les sources que nous avons mobilisées pour cette enquête « à rebours » sont moins homogènes et surtout n’ont fait l’objet ni d’un dépouillement exhaustif ni d’un traitement quantitatif. Les séries révolutionnaires restent le fonds essentiel sur lequel repose cette seconde phase de notre enquête, mais l’angle d’approche est différent, privilégiant l’étude des discours, des regards et des représentations. D’autres sources sont venues les compléter : les visites pastorales entamées au début du xviie siècle ont fait l’objet de dépouillements partiels, portant essentiellement sur les Cévennes. La série C (intendance du Languedoc) a été dépouillée, de même que la série H aux Archives nationales (correspondance des intendants du Languedoc). Nous avons lu avec profit les lettres adressées à Louis Tronson, secrétaire du roi, entre 1624 et 1626, lors des guerres du duc de Rohan. Les événements de 1815 ont été étudiés grâce à la série 1 M dans les départements et la série F/7 aux Archives nationales. Enfin, nous avons consulté aux archives diocésaines de Mende les résultats de l’enquête sur la Révolution lancée par Mgr Foulquier en 1852. Malgré leur caractère disparate, ces sources nous ont permis de diversifier notre approche et de tenter de saisir les sensibilités collectives et de vérifier notre hypothèse : dans le sud du Massif central, la Révolution Française renvoie à d’anciennes fractures que la tolérance lentement mise en œuvre au siècle des Lumières n’a que superficiellement effacées.

7Dans un premier temps, nous étudierons les spécificités du milieu montagnard à travers le regard des autorités révolutionnaires et les discours des populations. Nous centrerons ensuite notre réflexion sur les sensibilités religieuses, avant de nous consacrer à l’étude du rôle de la mémoire des guerres de religion dans les comportements populaires pendant la Révolution. Nous nous demanderons enfin dans quelle mesure la Révolution a pu, à son tour, s’emparer de cette mémoire et la transformer à travers le retour des violences religieuses qui marquent le Midi en 1815.

Notes

1 Nous nous référons à Mandrou (R.), Introduction à La France Moderne (1500-1640). Essai de psychologie historique, nouv. éd., Albin Michel, 1998, et aux analyses contenues dans la préface (Pierre Goubert) comme dans la postface (Monique Cottret, Philippe Joutard, Jean Lecuir) ; les relations entre Lucien Fèbvre et Robert Mandrou y sont largement évoquées et, à travers elles, l’émergence de la notion « d’histoire des mentalités », p. 469-505: Mandrou (R.), « L’histoire des mentalités », Encyclopœdia Universalis, article rédigé en 1968.

2 Vovelle (M.), Idéologies et mentalités, op. cit. ; « Histoire des mentalités, histoire des résistances ou les prisons de longue durée », Le Monde Alpin et Rhodanien, 1980, n° 1-2, p. 139-156.

3 Paul Ricœur dans La Mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, s’est livré récemment à une critique vigoureuse de la notion de mentalité appliquée à l’histoire, notion qu’il juge « inutile et nuisible », p. 238, 252, 268 et 271.

4 Vovelle (M.), Idéologies et mentalités, op. cit., p. 275-276.

5 Vovelle (M.), La Mentalité révolutionnaire, Paris, Messidor, Éditions sociales, 1985, p. 16; du même auteur, La Découverte de la politique. Géopolitique de la Révolution Française, Paris, La Découverte, 1993, p. 281

6 Ricœur (P.), « L’écriture de l’histoire et la représentation du passé », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 55e année, juillet-août 2000, p. 731-742.

7 Joutard (Ph.), La Légende des Camisards, op. cit.

8 Joutard (Ph.), « Mémoire. Une passion française: l’histoire », in Bruguière (A.) et Revel (J.) (dir.). Histoire de la France. Choix culturels et mémoire, Paris, Le Seuil, « Points », 2000, p. 301-394.

9 Martin (J.-C), La Vendée de la Mémoire (1800-1980), Paris, Le Seuil, 1989, 298 p. ; Belloin (G.), Entendez-vous dans vos mémoires... ? Les Français et leur Révolution, Paris, La Découverte, 1988, 267 p.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search