Version classiqueVersion mobile

Mémoires affrontées

 | 
Valérie Sottocasa

Première partie. Rythme et respiration de l'engagement populaire : le temps de la violence

Conclusion

Texte intégral

1Nous avons voulu, dans cette première partie, retrouver les gestes et les engagements, redonner vie aux sursauts de colère, aux cris de ralliement, aux violences collectives qui traduisent les formes et le contenu de la protestation populaire. L’étude quantitative des mouvements populaires permet de dégager l’idée d’une très vive mobilisation dans les montagnes du Languedoc, alors que ces régions sont souvent considérées comme archaïques, isolées et à l’écart de toute modernité. De ce point de vue, la décennie révolutionnaire tranche avec l’ensemble du xviiie siècle, où le calme l’a emporté dès lors que l’incendie de la guerre des Camisards s’est éteint. La rupture se situe en 1791. Comme dans le reste du royaume, la politique religieuse de l’Assemblée Constituante divise violemment l’opinion publique. La particularité des montagnes réside dans la violence du choc et dans la force du refus exprimé. Plus de 80 % des prêtres refusent de se soumettre au serment, avec le soutien de la très grande majorité des fidèles.

2Néanmoins, les montagnes ne forment pas un espace homogène. La haute Lozère catholique, l’Aubrac aveyronnais, les gorges du Tarn et les grands Causses se dressent unanimement contre le serment, conservant tout au long de la période révolutionnaire un encadrement clérical dense. Une autre zone se dessine autour des Cévennes, terre de violents contrastes où s’opposent montagnes protestantes et enclaves catholiques. La présence des deux communautés confessionnelles dans cet espace frontalier, situé sur leur ligne historique de partage, a contribué à durcir la position des uns et des autres. Zone de transition, les piémonts sont parcourus par tout un ensemble de proscrits qui y cherchent refuge ou tentent de tirer parti de la détermination des fidèles pour recruter des troupes au service de la contre- révolution. Le prêtre Jean-Baptiste Pialat, le comte de Saillans, plus tard Jean-Louis Solier, font de cette frontière intérieure le théâtre de leurs quêtes et de leurs pérégrinations. Un quatrième espace, enfin, se distingue autour des montagnes héraultaises. Ici, le dépaysement est complet dans les premiers temps de la Révolution. La Constitution civile du clergé ne paraît pas en contradiction avec la foi et les pratiques et suscite une adhésion tranquille du clergé et des fidèles. On pourrait être tenté d’y voir une déchristianisation précoce, une soumission plus grande à l’État ou encore l’influence des villes proches, si la suite des événements ne venait tout contredire. La levée en masse, la déchristianisation et la Terreur font voler en éclat l’adhésion populaire à la Révolution. La réaction thermidorienne et le brigandage revêtent ici une brutalité marquée.

3Après les silences de l’année 1794, la protestation populaire reprend de la vigueur au lendemain de la chute de Robespierre, tout en ayant changé de nature. Dans les premières années de la Révolution, les mouvements populaires s’inscrivent dans la continuité de ceux qui ont marqué la fin de l’Ancien Régime, tout en intégrant la dimension du débat suscité par la Révolution. Les communautés d’habitants marchent souvent ensemble, hommes, femmes, notables locaux manifestant leur colère et le refus d’une situation de fait. Au lendemain de la Terreur, la participation des femmes tend à décroître, de même que celle des édiles. Les manifestations hostiles à la Révolution sont désormais le fait des hommes, plus particulièrement des jeunes conscrits réfractaires, des déserteurs et, parfois, des « brigands » royaux. Cette évolution ne traduit pas, à notre avis, un appauvrissement de la protestation populaire, mais sa politisation accrue. Les sociétés populaires d’un côté, les royalistes de l’autre, ont doté ces mouvements d’un contenu politique au sens partisan du terme. La lutte contre la politique religieuse du nouveau régime n’est plus seulement l’expression de la défense de l’intégrité de la communauté, elle devient un élément de l’opposition au régime et une idéologie.

4La Révolution constitue bien une rupture, mais les multiples fils du passé se nouent au cours d’une crise où les identités, donc la survie des communautés, sont remises en cause. Quel est le poids du milieu montagnard, celui du passé dans une région gorgée d’histoire et tant de sang a été versé au cours des nombreuses guerres fratricides entre protestants et catholiques ? Nous tenterons, dans une seconde partie, de mieux comprendre le poids des mentalités propres à ces peuples des montagnes méridionales et celui de la mémoire qu’ils ont gardée de cette longue suite d’affrontements sanglants.

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search