Version classiqueVersion mobile

Mémoires affrontées

 | 
Valérie Sottocasa

Première partie. Rythme et respiration de l'engagement populaire : le temps de la violence

Chapitre 6. Montagnes « rouges », montagnes « blanches » : l’enracinement des attitudes collectives (1793-1799)

Texte intégral

1L’échec de la rébellion royaliste conduite par Marc-Antoine Charrier laisse place à une répression parfois féroce. Les autorités révolutionnaires triomphent sans partage : les paysans enrôlés aux côtés des rebelles sont pourchassés dans les montagnes et les lieutenants de Charrier traqués sans relâche. Le mouvement royaliste semble définitivement décapité dans le Midi languedocien après l’exécution de Charrier à Rodez en juillet 1793. Les graphiques montrent l’effondrement de la protestation populaire, particulièrement marqué en 1794, quel qu’en soit le type. Tous les départements sont concernés dans des proportions à peu près identiques. Par la suite, la mobilisation reprend, mais elle accuse de forts contrastes reflétant des tempéraments régionaux bien marqués. Dans le Rouergue méridional et les Cévennes gardoises, le haut niveau de mobilisation des années 1791-1792 n’est jamais retrouvé. Dans les montagnes de l’Hérault ou du Tarn, en revanche, l’agitation est plus forte que jamais au lendemain de la Terreur. En Lozère, après un long silence en 1794, la protestation reprend et va crescendo jusqu’en 1799. Bien des indices montrent cependant que la nature des mouvements populaires a changé au lendemain de la Terreur. Ce sont ces mutations, tant quantitatives que qualitatives, que nous devons maintenant tenter de comprendre, en rendant compte de l’écho que rencontrent les grands événements nationaux dans le Midi, de la révolte fédéraliste à la chouannerie, ainsi que des mobilisations populaires propres aux montagnes du Languedoc.

Le mouvement patriote face à ses contradictions

Les patriotes à l’épreuve du fédéralisme

  • 1 Cet épisode est mentionné par la plupart des historiens de la Révolution dans le Midi ; Rouvière ( (...)

2Les archives que nous avons consultées montrent que l’insurrection fédéraliste ne suscite pas de réelle mobilisation dans la région que nous étudions. Le peuple patriote ne se soulève ni pour défendre les députés girondins menacés à Paris le 31 mai 1793, ni pour suivre les autorités du Gard ou de l’Hérault qui s’engagent dans la révolte contre le coup de force des montagnards à Paris1 L’impulsion vient des autorités départementales du Gard, alors que les patriotes nîmois sont en proie aux dissensions. Deux clubs patriotes coexistent en 1793. Le club des Amis de la Constitution, fondé en avril 1791 et rebaptisé « Société des Républicains Français » en 1792, recrute au sein des classes aisées, en majorité des protestants. En novembre 1791, un second club voit le jour sous le nom de « société populaire des Amis de la Constitution » ; plus démocratique dans son recrutement, ce club est composé d’artisans pour 80 % et exige un droit d’entrée plus modeste, d’un montant de 6 livres, payable par trimestre. Après les élections de décembre 1792, le procès du roi contribue à diviser les patriotes nîmois. Les « Républicains » appuient les Girondins, qui demandent l’appel au peuple sur la question de la condamnation du roi, alors que la société populaire approuve les Montagnards qui, dans leur majorité, ont voté la mort.

Carte 12
Attroupements favorables à la Révolution (1789-1799)

Carte 12Attroupements favorables à la Révolution (1789-1799)
  • 2 Duport (A.-M.), Terreur et Révolution à Nîmes en l’an II, 1793-1794, Paris, Jean Touzot, 1987, p. (...)

3Les questions économiques sont un autre sujet de discorde. Les difficultés en matière d’approvisionnement s’aggravent depuis les mauvaises récoltes de 1791 et 1792 et la dépréciation de l’assignat, poussant à une augmentation des prix. Les couches populaires urbaines réclament donc un maximum des prix et l’interdiction, pour les employeurs, de baisser les salaires malgré l’augmentation du nombre des chômeurs. Les administrateurs du département, majoritairement issus de la Société des Républicains, sont hostiles à cette logique économique et préconise plutôt une politique reposant sur la charité publique. Au printemps 1793, la pénurie qui se profile révèle l’insuffisance de ces mesures, donnant plus de poids aux revendications exprimées par la société populaire. Ces tensions n’existent pas seulement à Nîmes, mais dans la plupart des villes du Midi. À l’image de ce qui s’était fait à Marseille ou Bordeaux, les autorités départementales du Gard ordonnent, le 20 avril, la réquisition permanente de la garde nationale et de la gendarmerie ; la levée d’une force armée de 2°400 hommes est décrétée, au nom de la défense des propriétés privées et de la lutte contre l’anarchie que chercherait à répandre la société populaire2.

  • 3 Depuis le printemps et la montée des tensions sociales, en particulier dans la capitale, Girondins (...)
  • 4 En octobre 1791 se déroule le massacre dit de la Glacière à Avignon : à la suite de l’assassinat d (...)

4C’est dans ce contexte politiquement et socialement tendu que sont connues, le 11 juin, les nouvelles des journées du 31 mai et du 2 juin à Paris3. Des mesures rigoureuses sont prises à l’encontre des Jacobins et de la société populaire, dont la porte est murée. Les assemblées primaires sont invitées à désigner chacune deux députés qui devront siéger au sein d’une assemblée des communes du Gard, convoquée à Nîmes le 20 juin. 264 députés répondent à l’appel et adoptent une profession de foi dénonçant les jacobins, accusés de promouvoir l’anarchie et de chercher à instaurer un pouvoir tyrannique. Les massacres d’Avignon (octobre 1791) et ceux de Paris, au début de septembre 1792, alimentent les craintes4. Le comité désigné par les députés entreprend de lever une armée mais les volontaires sont peu nombreux : ni la profession de foi de l’assemblée, ni la personnalité de ses chefs ne suscitent d’adhésion populaire. Les difficultés économiques sont trop importantes pour que la défense de la propriété privée et de l’ordre public mobilise le peuple.

  • 5 L’armée levée par les Fédéralistes affronte les troupes du général Carteaux autour de la citadelle (...)
  • 6 Duport (A.-M.), « Le tribunal révolutionnaire du Gard, octobre 1793-thermidor an II », Bulletin d’ (...)

5Parmi les chefs du mouvement, les notables protestants sont nombreux. Profondément acquise aux idéaux de 1789, cette bourgeoisie éclairée reste majoritairement hostile à toute idée de loi agraire, au maximum des prix et des salaires ainsi qu’aux violences populaires. L’exécution du roi a également pu choquer une partie de ces notables qui considéraient que Louis XVI, grâce à l’édit de Tolérance de 1787, avait renoué les fils entre les réformés et la nation. C’est pourquoi les bourgeois protestants sont nombreux sur les listes des victimes du tribunal révolutionnaire chargé de juger les « fédéralistes5 ». Le Gard compte 135 victimes dont 87 catholiques, 47 protestants et 1 juif. À Nîmes, les réformés représentent plus de la moitié des condamnés à mort (27 sur 44). Incontestablement, les protestants sont surreprésentés parmi les victimes du tribunal dont 84 % des condamnations sanctionnent une participation au mouvement fédéraliste6.

  • 7 Poton (D.), « Cévenol, protestant et fédéraliste; Justin Beaux de Maguielles », 112e Congres Natio (...)
  • 8 Donnadieu (J.-P), « Des adhésions aux alliances: 1789. Attitudes fédéralistes en Languedoc ? », 11 (...)

6Diverses figures illustrent l’adhésion de la communauté réformée aux positions girondines et à l’insurrection fédéraliste. La famille Guizot, originaire de Saint-Géniès-de-Malgoirès, près de Nîmes, donne deux de ses fils à la révolte : Louis, né de l’union de Paul Guizot et d’une femme de couleur originaire de Saint-Domingue où Paul était parti faire fortune, et son cousin André, père d’un tout jeune enfant, François. Au Vigan, Quatrefages de la Roquette, dont le château avait subi les attaques des révoltés au printemps 1792, s’engage aux côtés des Guizot. Membre de l’assemblée des communes, il est épargné par le tribunal révolutionnaire. Justin Beaux de Maguielles, notable de Saint-Jean-du-Gard, fait partie du comité chargé de rédiger la profession de foi des fédéralistes gardois avant de recevoir la mission de parcourir les départements du Midi afin de coordonner la révolte7. Il n’est pas le seul notable de Saint-Jean-du-Gard à être impliqué dans la révolte : Élie Dumas, ancien pasteur de la ville, Jacques-Josué Cardonnet, maire de Saint-Jean, Jean-Louis Berthézène, ancien maire de la ville, Mazelet, ancien seigneur de Labaume, tous calvinistes, le sont également8. Un éclairage particulièrement intéressant est fourni par le journal manuscrit de ce notable de Saint-André-de-Valborgne, Henry-Isaac Boudon des Vernèdes, déjà cité. Les sentiments qu’il couche sur le papier reflètent ceux de la grande majorité des notables protestants « fédéralistes » :

  • 9 Journal de moi Henry-Isaac Boudon des Vernèdes du Mavoyer, manuscrit communiqué par Daniel Travier (...)

On craint de tomber dans le pillage et l’anarchie. [...] Nous risquons moins ayant toujours été bons patriotes et citoyens, mais le moindre ennemi peut nous occasionner des malheurs. Dieu veuille rétablir le calme et la tranquillité et que la loi qui garantit les propriétés soit respectée9.

  • 10 Duport (A.-M.), « Rabaut Saint-Étienne, girondin ? », in Les Rabaut du Désert à la Révolution, Act (...)
  • 11 Dupont (A.), Rabaut Saint-Étienne (1743-1793). Un protestant défenseur de la liberté religieuse, G (...)

7Enfin, on ne peut passer sous silence l’adhésion au parti girondin du plus célèbre des protestants nîmois, le pasteur Jean-Paul Rabaut Saint-Étienne. Membre de la Convention, il manifeste des idées sociales plus avancées que celles de la majorité des Girondins mais, comme eux, il dénie aux députés le droit de juger le roi et plaide l’appel au peuple. Il prend une part active dans le conflit qui oppose la Gironde à la Commune de Paris et aux Montagnards. Il est membre de la commission désignée par l’assemblée pour enquêter sur les agissements des chefs de la Commune, commission cassée le 31 mai à la demande des sections parisiennes. À la suite des événements du 2 juin, il doit fuir la capitale et se cache à Versailles, d’où il écrit à ses concitoyens du Gard que seul un soulèvement des départements peut, selon lui, sauver la République10. En juillet, les députés fugitifs sont déclarés traîtres à la patrie ; néanmoins, Rabaut Saint-Étienne et son frère, également député à la Convention, reviennent à Paris. Ils sont accueillis par une famille de catholiques nîmois, les Payssac. C’est par hasard que leur cachette est découverte, le 5 décembre, par Fabre d’Églantine. Rabaut Saint-Étienne est exécuté le jour même ; ses deux frères et son père sont emprisonnés11.

8Les répercussions populaires de la révolte fédéraliste dans le Midi sont difficiles à apprécier dans la mesure où elle n’a suscité aucun soulèvement. Quels ont été le poids de la Terreur et celui de la condamnation d’idées jugées trop libérales par un peuple confronté aux difficultés économiques plusieurs années durant ? Les sources n’apportent pas de réponse claire à ces questions. Il n’en reste pas moins que la division du mouvement patriote, dont la révolte fédéraliste est l’un des moments clé, se traduit par une chute de la mobilisation populaire en faveur de la révolution ; ce silence des courbes est l’expression d’un malaise au sein de l’opinion patriote autant que des pressions très fortes exercées sur elle par la Terreur. L’épisode fédéraliste ne conduit par pour autant la communauté réformée à déserter la scène politique, même si elle se tient désormais plus en retrait. L’exemple de Saint-Affrique montre une minorité protestante active qui s’empare des postes de pouvoir durant toute la période de la Terreur. D’autres engagements sont remarquables, en particulier lorsqu’il s’agit de pasteurs.

9L’engagement de ces derniers dans la vie publique ne va pas de soi : en 1791, le synode des Cévennes l’a condamné et a décidé que les pasteurs ne pourraient occuper aucun emploi civil. Cette interdiction n’est pas toujours facilement acceptée par un certain nombre d’entre eux, souvent issus de la jeune génération, et qui jugeaient au contraire que les protestants devaient activement soutenir la Révolution. Le pasteur de Meyrueis, Samuel, dit François ou encore Périer, proteste vigoureusement. Membre de l’administration départementale de la Lozère, il prend une part active dans la lutte contre les soulèvements royalistes et estime qu’il n’y a aucune incompatibilité entre le ministère et l’engagement révolutionnaire. À ses yeux, tout protestant doit servir une Révolution qui a rendu à la communauté réformée sa dignité et sa liberté.

  • 12 Lettre de Mende, 11 février 1793, au citoyen Gabriac (pasteur et officier municipal de Saint-Germa (...)

Je pense qu’un ministre du culte réformé, qu’un protestant quelconque qui n’est pas parfaitement dans le sens de la Révolution est un monstre politique, c’est un être contre-nature, car il a tout gagné, état civil, droits naturels, existence politique, liberté de conscience, tout ce qui peut et doit être le plus cher à l’Homme qui pense, tout est pour lui le fruit de la plus admirable des Révolutions. Si quelqu’un fait état de la perte de quelques biens temporels, de quelques prétendus droits [...] qu’il se rappelle que naguère nos pères ont sacrifié à la conservation de leur opinion religieuse leur fortune entière, leur famille, leur liberté, leur vie. Aussi, je pense que tout protestant doit être vrai républicain et bon patriote12...

  • 13 Rabaud (c), Lasource, député à la Législative et à la Convention, op. cit.

10Les exemples de pasteurs engagés en politique ne manquent pas, en effet. Hormis Rabaut Saint-Étienne, d’autres pasteurs ont été députés à l’Assemblée nationale ou bien ont joué un rôle actif dans la vie politique locale. Rappelons l’intervention du pasteur de Camarés dans la gestion des tensions qui éclatent à Saint-Affrique en février 1792. Dans le Tarn, le pasteur Lasource est élu député à la Législative. Réélu à la Convention, il s’oppose de plus en plus fréquemment aux Montagnards et condamne les violences populaires commises au lendemain du 10 août. Décrété d’arrestation le 2 juin 1793, il parvient à fuir Paris, mais n’échappe pas à la guillotine13. Comme tant d’autres, cet exemple montre que rares furent les pasteurs à s’engager dans la Terreur aux côtés des Montagnards. Ceux qui franchirent ce pas furent condamnés par les instances dirigeantes des Églises réformées, mais aussi par la majorité des fidèles. Le pasteur Molines, de Ganges, assume au moment de la Terreur d’importantes responsabilités publiques. Devenu président de la société populaire, il renonce à l’exercice de son ministère en frimaire an II. Samuel François lui-même disait de Molines :

  • 14 Lettre publiée par Robert (D.), Textes et documents relatifs à l’histoire des Églises réformées de (...)

Il s’annonçait publiquement [...] pour le Marat du Midi. Il faisait imprimer des prétendus rêves dans lesquels Marat lui-même [...] lui donnait des leçons14 !

  • 15 Cabanel (P.) (dir.), Itinéraires protestants en Languedoc, vol. 2, « Espace gardois », Montpellier (...)

11Sans multiplier les exemples, nous constatons que si le corps pastoral ne s’est pas engagé en tant que tel, nombreux sont les pasteurs qui trouvent naturellement leur place au sein du mouvement révolutionnaire. Dans leur grande majorité, ils sont modérés, plutôt Girondins que Montagnards, et condamnent la Terreur. Leurs positions reflètent celles de la bourgeoisie réformée languedocienne : lorsque le pasteur Molines reprend son ministère, dans les derniers temps de la Révolution à Valleraugue, il est rejeté sans ménagement par la bourgeoisie locale ; seuls les fidèles des milieux les plus modestes assistent à ses prêches15.

Terreur et déchristianisation

12Le pasteur de Ganges a pleinement adhéré aux idées qui conduisent à l’abandon des cultes chrétiens. Au cours d’une cérémonie publique, et après avoir fait l’éloge de Marat, il invite le curé constitutionnel, Aubac, à renoncer avec lui à ses fonctions :

  • 16 Discours cité par Rouquette (abbé), Histoire de la ville de Ganges, op. cit., p. 256.

Citoyen, il n’est rien sous le ciel de plus auguste que cette assemblée : elle te propose, elle me propose de cesser d’être des hommes de secte et de devenir des hommes de la nature ; d’oublier ces logogriphes ténébreux qui ont divisé le genre humain et de leur substituer la morale universelle qui le réunit [...] Ne sois plus prêtre, je cesse d’être ministre. [...] Adorons ensemble le Dieu de la Raison, de la Vérité et de la Nature16.

  • 17 Poujol (J.) et Cabanel (P.), « Tout protestant doit être vrai républicain... », op. cit. ; les aut (...)
  • 18 Ibid., p. 665-667.

13De fait, les abdications sont nombreuses au sein du corps pastoral mais, comme le remarque Jacques Poujol, la rupture est moins douloureuse pour un pasteur que pour un curé catholique17. De plus, les pasteurs ont bénéficié d’une plus grande souplesse de la part des représentants en mission que leurs homologues catholiques. Dans le principe, l’arrêté pris par le représentant Borie le 16 prairial an II (4 juin 1794) s’applique aux curés comme aux pasteurs, tenus de s’éloigner de vingt lieues de leur ancienne paroisse d’exercice. Néanmoins, ceux qui étaient mariés (et les pasteurs l’étaient généralement) bénéficiaient d’aménagements de la loi18.

  • 19 Rouviere (F.), Histoire de la Révolution Française dans le département du Gard, op. cit., vol. 4, (...)

14L’abdication des pasteurs n’a pas suscité les mêmes réactions populaires que celle des curés. A notre connaissance, la politique déchristianisatrice a été à l’origine d’une seule émeute en milieu protestant, à Saint-Jean-du-Gard. L’épisode est mal connu : mentionné par François Rouvière et Michel Vovelle, il n’apparaît pas dans les archives judiciaires que nous avons dépouillées, ni dans les délibérations municipales de la ville19. Voici ce que l’on en sait : en janvier 1794, le représentant Châteauneuf-Randon serait venu en personne mettre en œuvre la déchristianisation à Saint-Jean-du-Gard, paroisse entièrement protestante ; faisant preuve de brutalité et de maladresse, il aurait provoqué la colère du peuple qui aurait entrepris de punir les patriotes responsables de la destruction des objets du culte, livrés aux flammes. Cet incident montre les réticences de la communauté réformée à l’égard de la déchristianisation, mais les renseignements que nous possédons sont insuffisants pour permettre une analyse du contenu de la contestation populaire. Le journal de Henry-Isaac Boudon des Vernèdes condamne explicitement la Terreur et les vagues d’arrestations et d’exécutions qui ont perduré jusqu’à la chute de Robespierre. L’opinion populaire a sans doute partagé avec les couches plus aisées la condamnation de ce régime, mais le silence des sources rend difficile l’étude des mentalités face à cette nouvelle campagne contre la religion en terre protestante. Par ailleurs, les pasteurs semblent avoir très vite repris les habitudes contractées durant la période du « Désert » et être restés auprès des fidèles, ce qui a sans aucun doute atténué les effets de la déchristianisation. Dans leur ensemble, les communautés réformées n’ont pas plus soutenu le mouvement qu’elles ne s’y sont opposées, à quelques exceptions près.

  • 20 ADA, 58 L 18, procédure contre les terroristes Bourgougnou, Sarrus et Anglade, papiers du comité d (...)
  • 21 Raylet (abbé L.), Procès-verbaux de la Société des Amis de la Constitution de Saint-Affrique, op. (...)
  • 22 ADA, 58 L 18, procédure contre les terroristes...

15C’est Saint-Affrique qui est en cause, ce qui ne saurait étonner outre mesure. Durant la Terreur, les membres de la Bande Noire reprennent le pouvoir à Saint-Affrique et renouent avec les comportements violents qu’ils avaient adoptés à la fin de 1792. Le régime permet à certains de s’enrichir grâce aux réquisitions faites au nom des besoins militaires20. Ces malversations s’accompagnent d’abus de pouvoir caractérisés : emprisonnements arbitraires, faux, fraudes électorales sont dénoncés au lendemain de la Terreur par la société populaire. Parmi les reproches les plus graves qui sont alors formulés, les « terroristes » sont accusés d’avoir divisé les patriotes en traquant les plus modérés d’entre eux. Ce sont, pour la plupart, des notables protestants qui s’étaient ouvertement opposés aux agissements de la Bande Noire. À n’en pas douter, la Terreur réactive la fracture ouverte par les violences de 1792 au sein des patriotes de Saint-Affrique. Les divisions que l’on constate alors ne répondent à aucune logique simpliste, ni idéologique, ni sociale. En effet, le mouvement fédéraliste semble n’avoir eu aucun impact dans le Rouergue méridional : la scission du mouvement patriote ne recoupe pas l’opposition entre Girondins et Montagnards. D’ailleurs, les notables envoyés à la prison de la Force, à Paris, sont relâchés sans difficulté par le comité de sûreté générale21. La division des patriotes ne correspond pas non plus à une fracture sociale : les chefs de la Bande Noire puis les responsables de la Terreur se recrutent au sein des familles réformées les plus riches de la cité. Certes, la Terreur rencontre auprès des classes populaires un soutien important, mais cela est également vrai pour le courant modéré. Enfin, les clivages idéologiques ne recoupent pas les différences de culte. Les protestants sont très divisés face à la Terreur. Si le culte réformé a été épargné, les fidèles n’ont pas apprécié l’autoritarisme excessif auquel ils ont dû se plier en évacuant la salle qui leur servait de temple pour occuper contre leur gré l’église catholique dont l’autel a été brisé22.

  • 23 Ibid., 88 I 127, canton externe de Saint-Affrique, police correctionnelle, pièces de procédure.

16Les catholiques ont néanmoins essuyé l’essentiel des violences antireligieuses liées à la vague déchristianisatrice de l’an II. Ces actes sont d’autant plus remarquables que, comme le souligne Michel Vovelle, ils ont été plutôt rares dans les départements du Midi. L’action la plus éclatante se déroule dans la cathédrale de Vabres, ancien siège épiscopal situé non loin de Saint-Affrique. En frimaire an ii (janvier 1794), une troupe de Saint-Affrique, guidée par le général Lamarque (chargé de maintenir l’ordre dans la région et de pourchasser les complices de Charrier), surgit à Vabres en fin d’après-midi. Lamarque est entouré des principaux membres de la municipalité de Saint-Affrique, Sarrus, Bourgougnou et Guiraud. La troupe visite plusieurs maisons réputées « fanatiques ». Une femme est contrainte de se mettre à genoux dans l’église et de demander pardon à la République et à la « Montagne » ; elle n’échappe pas pour autant au fouet. La cathédrale constitue le principal objectif de la troupe, au sein de laquelle, selon des témoins, les protestants sont nettement majoritaires. L’église est investie, le mobilier et plusieurs statues sont renversés, les reliques conservées dans un coffre jetées à terre. Lamarque grimpe ensuite sur l’autel et détruit tout autour de lui à grands coups de sabre, imité par Sarrus et Bourgougnou. Le tabernacle est brisé et les hosties répandues à terre, ce qui provoque l’indignation de plusieurs témoins. Une femme s’avance dans l’église et entreprend de les ramasser, car toucher les hosties consacrées est un acte sacrilège à ses yeux23. Lamarque s’empare d’elle, la traîne sur les marches du parvis, relève ses jupes et lui donne plusieurs coups de fouet. Son mari, qui cherche à s’interposer, est roué de coups de bâton. Tous deux sont contraints de se prosterner devant les dévastateurs de la cathédrale et de leur demander pardon.

  • 24 Calvin (J.), Traité des reliques ou advertissements très utiles du grand profit qui reviendrait à (...)

17D’autres violences contre les églises ont été commises par les mêmes hommes dans les environs de Saint-Affrique, mais les populations ne sont pas toujours aussi soumises : à Broquiès, les déchristianisateurs conduits par Guiraud viennent fermer l’église mais une foule les attend et les chasse hors de la paroisse. À Montfranc, un attroupement populaire affronte les mêmes adversaires. Quoi qu’il en soit, c’est bien Vabres qui a concentré la fureur des déchristianisateurs. On retrouve ici un schéma géographique et religieux déjà analysé ailleurs : Vabres est un bourg bien moins important que Saint-Affrique mais qui a abrité un siège épiscopal des siècles durant. La petite ville a toujours été un poste avancé du catholicisme au cœur du pays réformé, ce qui a exacerbé la rivalité entre les deux cités. Détruire ou dégrader l’église épiscopale et humilier les fidèles, d’autant plus attachés aux rites catholiques que les protestants sont à leurs portes, permet aux patriotes de Saint-Affrique régler de très vieux comptes et de frapper la religion populaire, si tenace depuis des siècles. L’acharnement à dénoncer les reliques et à les détruire relève d’une approche toute calviniste des rites catholiques24.

18Les actes de vandalisme auxquels se livrent les sans-culottes de Saint-Affrique dans la cathédrale de Vabres s’inscrivent dans un double dynamique, national et local. L’épisode prend place dans le contexte de la vague déchristianisatrice qui touche l’ensemble du territoire français, tout en s’inscrivant dans le cadre d’antagonismes complexes qui opposent depuis longtemps Vabres à Saint-Affrique et les catholiques aux protestants dans cette partie méridionale du Rouergue. L’épisode met les patriotes protestants mal à l’aise : la société populaire, qui n’hésite pas à dénoncer le comportement de plusieurs « terroristes » après la chute de Robespierre, ne dit mot de la dévastation de la cathédrale, preuve que celle-ci s’inscrit dans le cadre d’un passé encore mal assumé de part et d’autre de la frontière confessionnelle. Côté catholique, des patriotes convaincus sont choqués par le comportement des protestants de Saint-Affrique ; lors d’une émeute frumentaire qui se déroule en pleine Terreur, un juge de paix de Vabres, Alvergnes, dénonce tout à la fois les protestants et leur richesse comme l’ensemble des inégalités sociales. Il réclame une loi agraire tout en défendant les droits de l’Église catholique. Ces propos peuvent apparaître déroutants ; on ne peut que conjecturer que, dans le cadre d’une hostilité de fond aux protestants, ce citoyen aux idées sociales avancées dénonce la concentration des richesses entre les mains d’une oligarchie au sein de laquelle les réformés étaient bien représentés. La défense de la tradition catholique, dans ce contexte, peut parfaitement cohabiter avec la contestation des inégalités sociales. Les tensions confessionnelles compliquent considérablement les options politiques, tant du côté des protestants que des catholiques patriotes.

  • 25 Delon (abbé J.-B.), La Révolution en Lozère, op. cit., p. 252-254 ; voir supra, ch. iii, p. 76.

19Quoique rares, des actes iconoclastes ont également pu être repérés en haute Lozère catholique. Les ornements de la cathédrale de Mende sont livrés aux flammes le 8 décembre 1793, dans le cadre d’une grande cérémonie purificatrice organisée par la société populaire. À Saint-Chély, les statues sont traînées dans les rues, la corde au cou, avant d’être brûlées sur la place publique. À Sainte-Énimie, dans les gorges du Tarn, des soldats parodient une procession25. Ces troubles éclatent dans des lieux âprement disputés entre patriotes et partisans de la religion traditionnelle : à Mende, les révolutionnaires ont souffert à plusieurs reprises de leur position très minoritaire. Les gorges du Tarn, à la frontière des Cévennes protestantes, constituent un refuge pour bon nombre de prêtres réfractaires et de royalistes. Saint-Chély est un bastion isolé du patriotisme au cœur de montagnes profondément réactionnaires. Les actes iconoclastes sont rarement le fait des patriotes locaux, mais souvent de volontaires venus de l’extérieur et guidés par une poignée de patriotes du lieu. La Terreur et la déchristianisation font apparaître des tensions au sein du mouvement populaire révolutionnaire, suscitant un malaise qui peut expliquer en partie le recul très net du niveau de la mobilisation. Cela ne signifie pas pour autant que toute dynamique populaire a disparu, loin s’en faut, mais plutôt que la mobilisation populaire connaît une évolution dans ses formes et ses supports au lendemain de la Terreur.

Nouvelles formes de mobilisation au lendemain de la Terreur

  • 26 Baylet (abbé L.), Procès-verbaux..., op. cit., p. 214.

20Les mouvements populaires ne sont que l’une des facettes de la mobilisation en faveur de la Révolution. Les nombreuses cérémonies républicaines, les fêtes et commémorations diverses, le respect du calendrier révolutionnaire, le changement de nom de la commune ou encore le choix de prénoms révolutionnaires sont autant de moyens d’exprimer collectivement ou individuellement l’attachement aux nouvelles valeurs. Les choix méthodologiques qui ont présidé à cette enquête ne permettent pas de rendre compte des formes de mobilisation légales et encadrées par les autorités, mais seulement des émeutes qui expriment toujours une rébellion vis-à-vis de l’ordre établi. Durant la Terreur, le régime autoritaire instauré muselle la protestation populaire, même si celle-ci va dans le sens de la Révolution. L’identité politique des patriotes se trouble au gré des épurations successives : il est toujours possible de devenir « l’aristocrate » de plus révolutionnaire que soi. L’agent Guiraud, déchristianisateur actif s’il en fut du district de Saint-Affrique, se retrouve emprisonné à Paris, dans la prison de la Force, pour « modérantisme »26 ! Au lendemain de la Terreur, la politique de bascule des thermidoriens aggrave le malaise dans le camp patriote. Les poursuites engagées contre les « terroristes » décapitent souvent le mouvement sans-culotte, mais sans le faire disparaître. La permanence des difficultés économiques devient le principal levier de l’action populaire patriote qui témoigne d’un attachement fort à la politique économique dirigiste mise en place au cours de la Terreur.

  • 27 ADG, L 426.

21Ce sont les Cévennes méridionales qui connaissent les mobilisations les plus imposantes. La question frumentaire est omniprésente depuis l’hiver 1792; des émotions populaires ont éclaté sur les marchés de Lodève (février 1792) et de Saint-Hippolyte-du-Fort (décembre 1792)27. Ces émeutes sont typiques des mobilisations populaires liées à la cherté des grains et de l’alimentation en général. Les femmes occupent le devant de la scène ; elles exigent, rapidement secondées par les hommes, le plafonnement des prix et la réglementation des marchés. En 1793, ces manifestations ne cessent pas et concernent la plupart des cités des Cévennes ; ici, la production des grains est insuffisante pour satisfaire la demande locale et il faut recourir aux importations. La dépréciation continue de l’assignat aggrave les difficultés d’approvisionnement.

  • 28 Ibid., L 1013, police générale, district d’Alès.
  • 29 Ibid., vendémiaire an IV (11 et 13 octobre 1795).
  • 30 Ibid., L 426 et 1470, 13 fructidor an IV (30 août 1795), 28 vendémiaire an IV (20 octobre 1795).
  • 31 Ibid., L 426, 23 et 26 vendémiaire an IV (15 et 18 octobre). ADH, L 899, fP131, 1er vendémiaire (2 (...)

22La question frumentaire reste au premier plan des préoccupations populaires jusqu’en 1795. L’abandon de la réglementation et la montée des prix nourrissent l’inquiétude générale. L’aggravation de la misère du petit peuple des villes et des bourgs se traduit tout d’abord par une recrudescence des vols dans les fermes isolées. « On y va de nuit, à main armée avec des masques » constatent les officiers municipaux de Saint-Jean-du-Gard, une région très touchée par cette poussée de la délinquance rurale. Ils constatent amèrement que même les honnêtes gens approuvent ces actes. Vers le milieu du mois d’août, le peuple de Saint-Jean murmure contre le gouvernement « qui ne lui donne pas de quoi vivre28. » Les autorités de Saint-Hippolyte-du-Fort, du Vigan ou d’Alès font les mêmes constats. Les campagnes d’Anduze sont troublées par une troupe d’hommes et de femmes qui visitent les fermes isolées et contraignent les paysans à vendre leurs grains à bas prix (octobre 1795)29. La région de Sauve est pareillement agitée tout au long de l’été et de l’automne. Les émeutiers sont rarement armés et comptent de nombreuses femmes dans leurs rangs, surtout des veuves30. Le district de Saint-Hippolyte n’est pas épargné par les troubles frumentaires ; en septembre et octobre, des rassemblements atteignant parfois plus de cent personnes sillonnent les campagnes, multipliant les incursions dans le département de l’Hérault. Les métairies appartenant à la nation sont particulièrement visées par cette troupe nombreuse qui commence par exiger du grain à un prix nettement inférieur au marché, puis finit par réquisitionner les productions sans payer quoi que ce soit31.

  • 32 Lefebvre (G.), Les Thermidoriens, Paris, A. Colin, 1951, p. 96.

23Cet acharnement à piller les propriétés nationales n’est pas un hasard. La volonté populaire est de prendre par la force ce que le gouvernement devrait donner de droit : de quoi survivre. Ces mouvements populaires contestent l’abandon par les thermidoriens de la politique économique volontariste mise en œuvre par les Jacobins. À plusieurs reprises, les émeutiers saisissent le blé en affirmant aux fermiers que la République leur en donne le droit. En réalité, l’économie a rapidement été libéralisée ; depuis le 4 nivôse an III (24 décembre 1794), le maximum des prix est supprimé. Des mesures transitoires permettaient aux communes de réglementer l’approvisionnement de leur marché, mais seules les grandes villes en avaient les moyens. À la fin de l’été 1795, alors que l’on venait d’engranger les récoltes, la plupart des marchés restaient désespérément vides et les grains excessivement chers. Les producteurs avaient obtenu le droit de vendre à domicile, ce qui leur permettait de fixer librement les prix32.

24Cette situation suscite l’opposition de toute une partie de l’opinion patriote, y compris au sein des autorités. Le juge de paix de Claret, à la frontière entre l’Hérault et le Gard, dresse, à l’intention des autorités du département, un bilan très sombre de la situation économique dans son canton. D’après les enquêtes qu’il a menées, les troubles sont le fait des catégories les plus humbles, manouvriers, artisans et employés ; les veuves sont également toujours aux premiers rangs. Face au comportement des producteurs aisés, qui stockent les grains, il ne peut que constater le désespoir des classes les plus défavorisées :

  • 33 ADH, L 897, lettre de J.-L. Bruguière, juge de paix du canton de Claret aux administrateurs du dép (...)

J’ai fait jusqu’à ce jour l’impossible pour calmer les murmures du peuple, effrayé de ne pas trouver de subsistance trois mois après la récolte ; je lui ai fait espérer, et j’espère moi-même, avec confiance, que la nouvelle administration municipale du canton s’occupera efficacement d’approvisionner ses administrés et bannira de son territoire les horreurs de la famine33.

  • 34 ADG, L 426 (26 vendémiaire an iv-18 octobre 1795).

25Cet exemple de solidarité entre les autorités et les classes les plus humbles de la société n’est pas isolé. Une série de troubles agitent les campagnes de Lasalle, dans les Cévennes gardoises, au cours du printemps 1795. La commune est jacobine et a été à la pointe de la mobilisation populaire patriote depuis la « guerre » des châteaux du printemps 1792. La municipalité jacobine est accusée de favoriser les troubles au printemps 1795 : le représentant Girot-Pouzol décide donc de destituer neuf élus et de surveiller les jacobins les plus en vue. Ces mesures ne calment pas les revendications, bien au contraire : au cours de l’été, une bande de jeunes patriotes sème le désordre, s’attaquant particulièrement aux nouveaux représentants des autorités. En octobre, la lecture d’un arrêté pris par les responsables du district de Saint-Hippolyte-du-Fort contre les attroupements qui troublent les campagnes, suscite des cris de colère parmi la foule assemblée. Des volontaires se joignent à elle en criant : « À bas les royalistes, vive les Républicains, vive la Montagne ! » Les officiers municipaux sont chassés sous les huées de la foule qui scande : « Vive les sans-culottes, vive la Montagne et vive la campagne34 ! »

26La dérive libérale et réactionnaire de la Convention thermidorienne est mal acceptée et le combat reste d’actualité. Les Cévennes méridionales constituent une poche de résistance à la libéralisation économique, ce qui confirme l’ancrage patriote et jacobin des communautés cévenoles. Certes, la Terreur a divisé et affaibli le mouvement patriote, mais son caractère populaire s’en trouve conforté. Ce n’est donc pas un hasard si la Terreur Blanche qui vise les anciens « terroristes » se développe avec une violence particulière dans les contrées méridionales. Les épreuves consécutives à la crise religieuse et aux soulèvements royalistes ont durci les partis pris des uns et des autres, les doublant d’une forte dimension religieuse et identitaire. Face à une mobilisation patriote qui ne désarme pas, les partisans de la Contre-Révolution retrouvent, au lendemain de la chute de Robespierre, une combativité accrue qui culmine au cours de ce que l’on a appelé la première Terreur blanche en 1795.

Identités d’un Midi « blanc »

Carte 13
Attroupements hostiles à la Révolution (1789-1799)

Carte 13Attroupements hostiles à la Révolution (1789-1799)

La Terreur blanche dans le Midi

  • 35 Lefebvre (G.), Les Thermidoriens, op. cit., ch. v, p. 56.

27Les régions méridionales sont gagnées par une flambée réactionnaire violente et précoce, dont Georges Lefebvre a constaté le caractère brutal. Il explique le développement de cette « contre Terreur » par la présence de bastions jacobins solides, en particulier à Toulon, où les ouvriers de l’arsenal se sont rapidement mobilisés pour défendre les acquis sociaux de la période jacobine35. Ce constat peut être étendu au Languedoc. Les graphiques que nous avons élaborés révèlent, à travers l’identité des victimes des mouvements hostiles à la Révolution, que les patriotes ont été la cible d’une majorité des émeutes recensées. La période qui suit la chute de Robespierre connaît une aggravation des attaques contre les patriotes en général et les autorités révolutionnaires en particulier. Les anciens « terroristes » font les frais de l’exaspération populaire en fédérant de nombreuses causes de rancœur. Ce n’est pas là un fait nouveau en soi : dès 1790, les autorités incarnant le nouveau régime ont été la cible des attroupements contre-révolutionnaires. Acquéreurs de biens nationaux, prêtres constitutionnels, dirigeants révolutionnaires, gardes nationaux et patriotes constituent plus de 69 % des victimes de l’ensemble des mouvements populaires recensés. À partir de 1795, ce trait s’accentue : les mouvements patriotes sont désormais plus rares, alors que ceux qui ont pu apparaître comme les responsables ou les soutiens de la Terreur sont victimes d’un vaste mouvement réactionnaire connu sous l’appellation de « première Terreur blanche » qui préfigure ainsi l’épisode paroxystique de 1815.

28Le contexte est celui d’une véritable réaction politique contre les Jacobins, dans le cadre de difficultés économiques qui perdurent et sont aggravées par les réquisitions militaires. La guerre suscite des levées militaires impopulaires, qui viennent renforcer les mécontentements. On aurait tort de croire que la réaction caractérise d’abord les régions les plus anciennement hostiles à la Révolution. Il n’y a pas de continuité mécanique entre l’hostilité au serment et la réaction royaliste postérieure à la Terreur. Certes, en Lozère catholique, les patriotes concentrent les violences réactionnaires au lendemain de la chute de Robespierre ; toutes catégories confondues, ils forment plus de 80 % des victimes des mouvements populaires. Dans le Gard, en revanche, ils ont été relativement épargnés, ne représentant « que » 50,5 % des victimes ; paradoxalement, c’est dans l’Hérault que la Terreur Blanche se déclenche de manière très précoce et violente, alors que ce département avait plutôt bien accueilli la constitution civile du clergé.

  • 36 Fournier (Georges), Démocratie et vie municipale en Languedoc du milieu du xviiie siècle au début (...)

29Les communautés de la montagne sont les premières à manifester leur désaccord avec la levée en masse décrétée en février 1793. À partir de cette date, les montagnes deviennent de plus en plus réfractaires. La déchristianisation est également très mal vécue par des communautés qui avaient souvent accepté les réformes, mais n’étaient en aucun cas disposées à accepter la suppression du culte catholique. La résistance se développe en dehors des cantons réputés « fanatiques » d’Angles, aux confins du Tarn, ou de Ganges, aux confins des Cévennes gardoises. Le Lodévois et le Saint-Ponnais sont gagnés par une résistance populaire croissante. Au cours de la Terreur, la participation électorale connaît un recul marqué dans ces régions patriotes ainsi que dans le canton de Ganges, plus divisé politiquement36. La déchristianisation joue ici un rôle important dans la désaffection populaire à l’égard des enjeux électoraux.

  • 37 ADH, L 946, Acte du représentant Boisset, 28 frimaire an II.

30Au cours de frimaire an II, une cérémonie publique rassemble près de cinq cents citoyens de Lodève qui déclarent renoncer à tout autre culte que celui de la Raison. Les églises de la ville sont dépouillées de leurs ornements et transformées, pour certaines, en temples de la Raison. Cette décision provoque la colère d’une partie de la population. Une foule mécontente clame sa désapprobation, le 26 frimaire (16 décembre 1793), devant la salle de réunion de la société populaire. Des femmes, des enfants, quelques prêtres et plusieurs citoyens « déguisés » en patriotes, selon le représentant en mission Boisset, réclament que la religion traditionnelle soit respectée et que les églises soient rouvertes. Plus de deux cents jeunes réquisitionnaires de la région sont présents et appuient vigoureusement ces revendications. « Ils ont proclamé, précise Boisset, qu’il fallait restaurer les églises dégradées et refuser le culte de la Raison et de la philosophie37. » Le procureur de la commune rejette la responsabilité de cette manifestation sur les ennemis de la Révolution :

  • 38 Ibid., L 4°720 et L 4°728.

La Raison et la philosophie avaient fait des progrès trop rapides dans la commune de Lodève pour ne pas irriter le fanatisme et l’aristocratie : les monstres que nous croyions frappés de mort n’étaient que terrassés, ils viennent de se relever38.

31L’ennemi clairement désigné devait être abattu : la chasse aux prêtres réfractaires s’intensifie et les jeunes réquisitionnaires, que l’on avait maintenus sur place pour aider aux travaux agricoles, sont envoyés sur le front des Pyrénées. Trois cents hommes de Montpellier sont dépêchés à Lodève pour y garantir l’ordre.

32Cette affaire éclaire le climat de tensions qui règne durant la Terreur dans une région pourtant relativement favorable à la Révolution. Officiellement, les autorités pointent du doigt la présence de femmes et d’enfants certes issus de la communauté, mais de sa frange la plus ignorante et la plus influençable : il s’agit de sauvegarder la légitimité populaire de la déchristianisation. En réalité, la conduite des autorités dément ces affirmations : les jeunes soldats sont issus des campagnes proches de Lodève et ne sont pas des étrangers ; la rigueur de l’arrêté les concernant et l’importance de la force armée déployée sur place ne trompent pas sur la gravité de la situation telle que la perçoivent les responsables politiques.

  • 39 Ibid., L 5295, procès-verbal de la municipalité de Riols, 4e sans-culottide an II (20 septembre 17 (...)
  • 40 Voir supra, ch. iv, p. 104-109.

33L’évolution de l’opinion publique à Lodève se retrouve dans le Saint-Ponnais. À la fin de l’été 1794, les officiers municipaux de Riols, commune située à quelques kilomètres de Saint-Pons, sont occupés à régler la question des fourrages livrés à l’armée lorsqu’un attroupement d’hommes et de femmes les assaille, réclamant à grands cris les clés de l’église. Les élus sont maltraités, le curé constitutionnel est traîné de force jusqu’à l’église ; effrayé, il refuse de dire la messe mais y est finalement contraint par les fidèles attroupés qui hurlent « nous le voulons, nous le voulons, nous sommes les maîtres, nous sommes libres, nous voulons la messe39 ! » Dans les deux exemples de Lodève et Riols se mêlent des revendications économiques, religieuses et politiques; les facteurs déclencheurs sont néanmoins la déchristianisation et les réquisitions militaires. Le refus de la conscription se généralise dans les montagnes héraultaises, après s’être violemment manifesté dans les hautes terres du Gévaudan40. Il prend les allures d’une résistance diffuse mais non moins déterminée à l’encontre d’une politique assimilée à la milice de l’Ancien Régime et très mal perçue dans des communautés en proie aux difficultés économiques.

  • 41 ADH, L 1896 ; L 947, (émeutes dans le canton de Lunas).
  • 42 AN, BB/18/365, extrait du registre des ordonnances de l’arrondissement de Saint-Pons, an V.

34Les premières manifestations hostiles datent de l’été 1793. Elles s’intensifient à l’automne, dans les montagnes situées aux confins des départements de l’Hérault, du Tarn et de l’Aveyron41. Dans le canton de La Salvetat, l’insoumission ne cesse de se développer avec l’évidente complicité des autorités locales. En l’an v, une enquête révèle que de nombreux certificats de mariage sont des faux42. Les autorités municipales d’Angles et de Fraisses, situées dans la montagne aux confins du Tarn, sont également accusées de cacher de jeunes conscrits revenus dans leur famille sans autorisation. Les communes récusent cette dénonciation, produisant une liste de jeunes conscrits réquisitionnés pour les travaux des champs. Plusieurs villages de la montagne sont secoués par des troubles frumentaires au cours de 1795. À cette date, les sources de mécontentement se superposent et se mêlent inextricablement, gagnant des régions jusque-là réputées patriotes, à l’exemple de Saint-Pons. C’est dans ce contexte difficile que se développe la flambée de violence de l’an V.

  • 43 Corvol (A.), « Les arbres de la liberté : origines et transformations », Actes du 114e congrès nat (...)
  • 44 ADH, L 1041 et L 1042.

35Si l’ensemble de la région est concerné, l’Hérault est le département le plus touché par cette poussée populaire hostile à la Révolution et à ses symboles. Une vague d’attentats contre les arbres de la liberté ouvre cette période de troubles. Leur géographie est calquée sur celle de l’insoumission militaire. Dresser un arbre dans les premiers temps de la Révolution pouvait être signe de renouveau et se faire dans la liesse populaire ; l’abattre au lendemain de la Terreur exprime la volonté de rayer du paysage le symbole du culte de la Raison, le concurrent du clocher abattu ou de la croix renversée43. Les communes de Lunas, du Poujol-sur-Orb ou de Pégayrolles, constamment signalées par les autorités du département comme des lieux où le refus de la conscription militaire est très marqué, voient leurs arbres de la liberté régulièrement attaqués. Autour de Ganges, dans les communes catholiques de la montagne, les conscrits réfractaires se déchaînent contre ces arbres, abattus ou brûlés à plusieurs reprises44.

  • 45 ADG, L 1013.
  • 46 ADL, L 586 (Saint-Chély) ; II L 245, pièce 168 (Serverette, 25 floréal an II-14 mai 1794)

36Les autres départements ne sont pas épargnés par les attaques contre ces symboles de la Révolution. Dans le Gard, des arbres sont coupés ou détruits dans les communes les plus hostiles, notamment dans les Cévennes catholiques entre Génolhac et Saint-Florent-sur-Auzonnet45. En Lozère, les arbres républicains sont visés dès les premiers troubles contre la levée militaire de février 1793 et l’hostilité ne désarme plus46. La géographie des troubles ne reflète cependant pas exactement celle du mécontentement populaire : en effet, dans de nombreuses communes de la Margeride, où l’insoumission est très forte, aucun arbre de la liberté n’a jamais été planté. Par ailleurs, les arbres ne sont pas les seuls à souffrir du mécontentement populaire : les dirigeants locaux de la Terreur, appelés « pierrots » ou « terroristes », sont victimes de la vindicte populaire.

37Le sursaut protestataire auquel on assiste à partir de 1795 est dû à la conjonction de plusieurs mécontentements et à la réunion d’un ensemble hétéroclite de proscrits dans les bois et les montagnes. Les prêtres réfractaires sont rejoints par les jeunes conscrits, mais aussi par les royalistes rescapés de la répression des mouvements insurrectionnels de 1793 et enfin par les déserteurs, qui gagnent les bois avec armes et bagages. De nombreuses solidarités unissent ces proscrits aux villageois. Liens de la foi, lorsqu’il s’agit du curé de la paroisse, liens du sang, lorsque les proscrits sont de jeunes gens refusant de se rendre sur le front ; enfin, il ne faut pas sous-estimer les haines et les rancœurs qui se sont accumulées au cours de la Terreur. Tout cela explique la cristallisation des mécontentements sur la personne des anciens « terroristes ». Les villes sont au cœur de cette «Terreur blanche », même si les montagnes deviennent de redoutables bases arrière où s’organisent les bandes et se montent les expéditions punitives.

  • 47 ADH, L 946 et L 4728.
  • 48 Ibid., L 946 ; L 881 et 882 (Attentats contre des républicains, an IV-an VIII).

38À Lodève, au printemps 1795, une vague d’attentats touche les Jacobins et plusieurs acquéreurs de biens nationaux. En mai, une manifestation est lancée par une troupe d’enfants coiffés d’un bonnet rouge, couleur de la rébellion ; la troupe est rapidement renforcée par l’arrivée de jeunes adultes qui multiplient les désordres dans les rues de la cité. En août, les Jacobins reprennent l’offensive, forment des attroupements et placardent partout des affiches proclamant « Vive la Montagne47 ! » Au cours de l’hiver, les responsables des levées militaires sont la cible de nouvelles agressions. L’arbre de la liberté de Lodève devient un enjeu central des luttes : plusieurs fois arraché, il est triomphalement replanté par les Jacobins qui décident de baptiser la place « place de la Liberté48 ». Quelque temps après, un jeune républicain est pourchassé par un attroupement et massacré aux abords du village de Soubès, situé à faible distance de Lodève. Les élections de germinal an V accentuent les tensions. Les assemblées primaires tenues au début de germinal sont perturbées par une troupe armée qui parcourt les campagnes des environs de Lodève et trouble également la ville, menaçant les anciens « pierrots ». La cité n’est pas dépourvue de Jacobins qui se présentent à la municipalité pour garantir l’ordre et le bon déroulement des élections. Deux partis sont donc en présence, se manifestant par des attroupements armés qui s’affrontent régulièrement.

  • 49 Ibid., L 958 (lettres du 10 vendémiaire an IV et du 4 frimaire an IV-2 octobre et 25 novembre 1795 (...)

39La composition sociale du parti réactionnaire est connue grâce aux arrestations qui suivent cette période de troubles à Lodève. Trois anciens seigneurs sont à la tête de l’agitation : Louis Desfollier, ancien seigneur de La Blaquière ; les Peyrolles, anciens seigneurs de Soubès ; et le fils Grandsaigne, issu d’une famille de la noblesse de Millau possessionnée dans la région. Les frères Rouch, de Saint-Pons, tentent de coordonner la réaction royaliste dans la région. Des familles de paysans aisés du Lodévois ont également envoyé plusieurs de leurs fils dans cette bande, qui a su recruter de très nombreux artisans du textile. Des notables, enfin, complètent ce tableau : un orfèvre, un écrivain, un aubergiste — maillon indispensable de la sociabilité populaire — un ancien brigadier de gendarmerie, l’ancien président de l’administration municipale, etc. Les jeunes sont en très grande majorité, toutes catégories sociales confondues. Ce parti « réactionnaire » s’appuie donc sur une assise sociale large et représentative de la société lodévoise. À l’exception des nobles, son recrutement n’est pas très différent de celui du parti Jacobin. Des patriotes rejetés lors de la Terreur se retrouvent en effet dans ses rangs et ne sont pas les moins déterminés à réduire à néant les Jacobins. Ce parti, enfin, développe ses ramifications dans toute la partie montagneuse de l’Hérault, en particulier dans la région de Saint-Pons où les conflits ne sont pas moins importants lors des élections de germinal an V. De manière générale, les troubles ne cessent plus à partir de cette date49.

40À Bédarieux, la situation se double d’une dimension confessionnelle. L’engagement du pasteur Ducros durant la Terreur fait de lui une cible privilégiée des royalistes. Depuis l’automne 1795, des bandes rivales de jeunes gens se sont constituées et se retrouvent dans des cafés où s’organisent les expéditions punitives de part et d’autre. Au printemps 1796, la cité est au bord de la guerre civile, depuis qu’un jeune soldat patriote a été assassiné par les jeunes royalistes. Ne sachant dans quel camp se trouve réellement l’autorité, les gendarmes n’osent intervenir, ce qui favorise le développement de violences dont les Jacobins sont les victimes privilégiées. Plusieurs choisissent de quitter la ville en l’an V. Au printemps, des placards menaçants sont affichés sur leurs maisons et leurs lieux de réunion. L’un d’eux proclame :

  • 50 Ibid., L 917.

Citoyen Lauras, par le dernier jugement rendu contre toi et tous ceux qui viennent à ton domicile, tu es condamné à mort et tous ceux qui viennent dans ta maison pour y faire des complots énormes et sanguinaires sont condamnés aussi à mort [...] Vive le roi! Signé : le Desterminateur dé teroistes (sic) et des patriotes de 8950.

41Le pasteur est menacé avec tous ceux qui avaient été à la tête de la Terreur locale. L’amalgame entre patriotes et protestants est net dans cette ville mixte sur le plan confessionnel :

Les patriotes et les protestants en particulier ne cessent d’être voués aux fureurs du fanatisme et du royalisme réunis,

  • 51 Ibid., lettre non datée niais probablement écrite vers septembre 1797 (thermidor/vendémiaire an v)

42écrivent des citoyens de Bédarieux au député Rabaut, membre du Conseil des Anciens51.

  • 52 ADG, L 1013.
  • 53 Ibid, L 421, L 436 ; AN, BB/18/318.

43Ce constat est partagé par de nombreux patriotes des communes situées dans les Cévennes catholiques du canton de Génolhac. La chute de Robespierre y ranime les ardeurs contre-révolutionnaires qui se sont manifestées ici dès le printemps 1790 et la « bagarre » de Nîmes. Les communes les plus agitées sont celles qui ont manifesté les sentiments les plus hostiles à l’application de la constitution civile du clergé. Au printemps 1795, les patriotes de Sénéchas, de Portes, Robiac ou Laval sont quotidiennement menacés. À Aujac, des hommes attroupés prennent l’habitude de demander à ceux qu’ils rencontrent dans les rues : « Es-tu un pierrot52 ? » Les officiers municipaux de Brissac, Rousson ou encore Meyrannes sont roués de coups à plusieurs reprises ; plusieurs n’osent plus paraître dans les rues. Tout comme dans l’Hérault, les anciens des insurrections de Jalès prennent naturellement la tête des troubles53.

  • 54 En juillet 1795, des violences populaires sont dirigées contre les anciens « terroristes » de Cast (...)

44Le Tarn, notamment dans les monts de Lacaune et la région de Castres, n’échappe pas plus à la violence de la réaction royaliste. La révolte fédéraliste a divisé les patriotes de Castres, le chef-lieu. La Terreur aggrave ces dissensions, ce qui favorise la précocité de la réaction royaliste qui se manifeste dès le mois de juillet 1795. Les chefs du mouvement sont restés cachés dans les montagnes depuis 1793 ; ils savent pouvoir compter sur le soutien des populations rurales qui ont désormais une part grandissante de leurs enfants réfugiés dans les bois pour échapper à la conscription. Refus de la constitution civile, antagonismes confessionnels, rejet de toute forme de milice et du régime de la Terreur constituent un terreau fertile sur lequel lève la contestation populaire. Les anciens « terroristes » sont régulièrement menacés ou brutalisés ; les acquéreurs de biens nationaux, surtout de première origine, sont désignés à la vindicte populaire. L’arrestation de jeunes conscrits réfractaires soulève les communautés de la montagne et les place, de facto, dans la mouvance royaliste. C’est pourquoi l’insécurité est très forte dans les environs de Castres et de Lacaune54.

  • 55 ADT, L 276 ; AN, F/7/3691 /1 (octobre 1796) ; Combes (A.), Histoire de la ville de Castres et de s (...)

45À Castres, les royalistes doivent compter avec des Jacobins vigilants. Le contrôle de la ville devient l’enjeu des rivalités entre les deux partis. La préparation des élections de l’an V cristallise les violences, tout comme dans les cités héraultaises : la jeunesse s’organise en bandes rivales portant ostensiblement une ganse, blanche pour la rébellion ou jaune pour les patriotes. En mai 1797, l’effervescence ne cesse de croître. Chaque occasion est saisie par les deux partis pour des démonstrations de force55. La fête de la Saint-Jean se révèle dangereuse pour certains patriotes. Une troupe d’hommes porteurs de grosses ganses blanches menace même de jeter un cordonnier dans le feu en criant : « Vive le roi, à bas la République, à mort les protestants ! » Non seulement l’été ne ramène pas le calme, mais l’exaspération est à son comble au début du mois de septembre. Royalistes et patriotes ont formé des troupes armées dont le signe de ralliement reste la ganse, blanche ou jaune. Les affrontements culminent au cours de la seconde semaine de septembre, contraignant l’administration départementale à quitter la ville pour se réfugier à Albi. Les élections, qui avaient conduit les royalistes à la victoire dans un climat de grande violence, sont cassées. L’armée est appelée pour ramener l’ordre et Castres perd son titre de chef-lieu du département à cause de l’insécurité que connaît la ville. Cet épisode connu sous le nom de « semaine sanglante » illustre parfaitement le climat dans lequel se développe, dans le Midi, la première Terreur blanche. Celle-ci conduit, sans réelle rupture, aux troubles de Toulouse en 1799, au cours desquels échoue une nouvelle tentative d’insurrection royaliste.

46Encore une fois, le Midi se distingue par la précocité des affrontements politiques : une véritable Terreur blanche marque la période thermidorienne et illustre la puissance des antagonismes. Ces derniers sont complexes, car ils se nourrissent tout autant des anciennes haines confessionnelles que des traumatismes politiques récents ou des difficultés économiques dont les régions du Midi se relèvent mal. La réaction royaliste est encadrée par les opposants de la première heure, petits notables ruraux engagés très tôt aux côtés des seigneurs et des membres de l’aristocratie locale. Au lendemain de la Terreur, le mouvement royaliste reçoit un appui populaire indéniable ; les mouvements de protestation sont moins nombreux mais sans doute mieux encadrés que dans les premiers temps de la Révolution. Les populations rurales et, dans une moindre mesure, urbaines, ont souffert du régime de la Terreur, non seulement parce qu’il a instauré une réglementation économique contraignante cumulée aux réquisitions militaires, mais aussi parce qu’il a considérablement alourdi le contrôle des villes sur les campagnes. Les levées militaires ont achevé de jeter dans l’opposition une majorité de familles paysannes qui refusent de payer le prix fort pour la sauvegarde d’une Révolution dont elles ne perçoivent plus les avantages. Dans le même temps, les patriotes perdent un appui populaire précieux, du fait des effets combinés de la crise économique, des réquisitions militaires et de la déchristianisation, largement incomprise dans les montagnes, y compris dans les localités patriotes. Le mouvement populaire subit une mutation profonde au cours de la Terreur. Qu’il soit favorable ou hostile à la Révolution, il a perdu de sa spontanéité, paraît davantage encadré et guidé par des impératifs politiques nationaux. Les graphiques illustrent clairement le déclin de l’engagement populaire, dont toutes les manifestations ne disparaissent pas pour autant. Le Midi devient en effet le théâtre des exploits des « brigands » royalistes qui, au nom du roi et de la religion, font peser sur les patriotes le joug d’une violence brutale. Mais cette mutation de la protestation populaire ne va pas de soi, ce qu’illustrent les relations souvent ambiguës que la population entretient avec les « brigands ».

« Brigands » et « chauffeurs » royaux

47Le « brigandage » royaliste apparaît dès 1793, au lendemain de l’échec de Marc-Antoine Charrier, alors que tout espoir de Contre-Révolution semble éteint. L’heure n’est plus aux grands complots, mais au harcèlement des autorités patriotes. Le terme de « brigand » est l’un des plus galvaudés de l’époque pour désigner les rebelles, à l’exception des aristocrates. Si Saillans ou Charrier ne sont pas perçus comme des « brigands », leurs lieutenants le sont sans conteste. Dominique Allier, le frère du prieur de Chambonas Claude Allier, est l’archétype du « brigand » royal, à forte dimension politique. Les « brigands » sont d’abord des hommes battus, traqués, errant de bois en cavernes, dormant rarement deux nuits au même endroit. On devient « brigand » par nécessité, devant la violence de la répression patriote, ou par conviction politique. Dans les deux cas, les conditions de survie sont très difficiles et rares sont ceux qui parviennent à échapper aux autorités qui les traquent. Ils se cachent dans les bois, les montagnes et les gorges, refuges naturels pour des proscrits, mais l’appui des populations reste indispensable. C’est pourquoi on les rencontre dans les régions traditionnellement hostiles à la Révolution et difficiles d’accès. Ils vivent au sein de bandes qui rassemblent de quelques individus à près d’une centaine d’hommes, dans le cas de Dominique Allier ou Jean-Louis Solier. Ils se font reconnaître par le caractère politique de leurs actions, qui visent toujours les patriotes. Si les moyens employés relèvent de la délin­quance, les fins sont bien politiques.

Carte 14
Les brigands dans le sud du Massif central

Carte 14Les brigands dans le sud du Massif central
  • 56 ADL, 245 II L, pièce 178.
  • 57 ADG, L 1897 et L 429.

48Les autorités repèrent des bandes de « brigands » dès l’été 1793, mais c’est à partir de l’automne que le phénomène devient endémique dans les montagnes. Des bandes font leur apparition dans le Gévaudan : en vendémiaire an II (octobre 1793), cinq hommes s’attaquent au juge de paix du canton du Buisson, l’accusent d’être patriote puis pillent et saccagent sa maison56. Plus au sud, des « brigands » installent leur repaire sur le Causse Méjan, vaste étendue désolée au nord de Meyrueis, et multiplient les expéditions en direction des villes patriotes des Cévennes. Une bande est conduite par un homme de Lanuéjols, village catholique du Causse ; une autre rassemble des recrues de Charrier et s’attaque aux patriotes du Vigan et de ses environs57. Aux confins des Cévennes, la montagne de l’Espérou est un refuge quasi inexpugnable qui permet de passer aisément du Gard à la Lozère ou à l’Aveyron.

  • 58 Conférences ecclésiastiques de 1852, paroisse de Hures ; Delon (abbé J.-B.), La Révolution en Lozè (...)

49Le Rouergue méridional offre très tôt un abri sûr aux rebelles rescapés de l’armée de Charrier. Les gorges du Tarn sont alors quasiment impénétrables ; aucune route ne permet de les parcourir ; les rares chemins mènent des villages nichés au fond des gorges vers les hauteurs des Causses. Les parois rocheuses calcaires offrent des abris très difficiles d’accès ; la plupart des grottes ne sont connues que des bergers et de quelques habitants. Or ces derniers ont manifesté très tôt leur attachement à la religion traditionnelle et ont payé leurs convictions au prix fort. Les villages de Laval-du-Tarn et de La Malène ont donné nombre des leurs à la rébellion et ont été sanctionnés durement par le tribunal révolutionnaire. Plusieurs communes du Rouergue méridional ont également répondu en masse à l’appel de Charrier ; leurs chefs ont réussi à échapper à la répression et trouvent refuge dans les gorges du Tarn. Les premières bandes sont donc constituées d’hommes issus des communes des gorges ainsi que de rebelles originaires du Rouergue. Jean-Baptiste Fages, natif de La Malène, frère d’un rebelle guillotiné à Florac en juin 1793, est le chef de la première « bande » organisée. Les hommes se retrouvent lors des expéditions punitives contre les patriotes et, le reste du temps, réintègrent leurs foyers et cultivent leurs champs. Le lieutenant de Fages est un jeune déserteur natif de Hures, sur le Causse Méjean, connu sous le sobriquet de « Ferratou ». Tous deux sont arrêtés en février 1794 ; Fages périt sur l’échafaud alors que Ferratou parvient à s’échapper. À la tête de la bande, il est repris au mois de juin suivant et fusillé à Meyrueis58.

  • 59 ADA, 3 L 56, police, district de Millau, octobre 1793.

50À cette date, d’autres bandes ont rejoint les gorges du Tarn. L’une d’elle opère dans la région de Peyreleau, au débouché des gorges. Tout comme la bande de Fages, elle cherche d’abord à confisquer des armes aux patriotes et non à les brutaliser. La maison du commissaire de Peyreleau est fouillée de fond en comble jusqu’à ce que l’on découvre des fusils dissimulés sous les lattes du plancher. Aucune dégradation n’est commise. Peu de temps après, le village de Mostuejouls est investi par une bande d’une cinquantaine d’hommes. Les maisons des patriotes sont systématiquement fouillées, des armes et de l’argent saisis. Là encore, il ne semble pas y avoir eu de violence contre les personnes ni contre les biens, à l’exception de l’argent. Le village du Rozier, au débouché des gorges du Tarn, est fouillé de la même manière, des armes sont emportées59. Ces offensives se concentrent dans les premiers jours d’octobre 1793, ce qui laisse à penser que les rebelles, dont on ignore le nombre, préparent une nouvelle insurrection.

  • 60 Ibid., lettre de Randon du Landres, 12 octobre 1793.

51Inquiètes, les autorités du Rouergue méridional décident de fouiller les gorges pour débusquer les rebelles. Le commissaire du district de Millau, Randon du Landres, un protestant de Saint-Jean-du-Bruel, prend la tête d’une troupe de volontaires pour fouiller les villages des gorges du Tarn. Sa mission échoue, alors que les rumeurs font état d’une troupe de plus de dix mille rebelles censés se rassembler sur l’Aubrac60. De leur côté, les autorités de Millau et Saint-Affrique prennent des mesures d’urgence : les prêtres réfractaires sont arrêtés ; les familles qui leur donnaient asile sont également emprisonnées, les officiers municipaux trop modérés démis de leur charge et parfois incarcérés. Des volontaires sont rassemblés afin de donner la chasse aux brigands signalés sur le plateau du Lévézou : les villages sont fouillés systématiquement, mais les patriotes ont toujours un temps de retard sur les « brigands » qui quittent les lieux avant leur arrivée.

  • 61 Ibid., 1 L 755, compte rendu du commandant Sarrus.

52Le 13 octobre, les troupes de Millau et de Saint-Affrique se retrouvent à Arvieu, où les brigands ont pillé les maisons des patriotes mais sont parvenus à prendre la fuite avant l’arrivée des soldats61. La course poursuite reprend en direction de la forêt des Palanges, vers le nord. Le 14 octobre au matin, les patriotes aperçoivent un attroupement composé de sept cents hommes; les rebelles semblent maintenant décidés à livrer bataille. L’affrontement fait plusieurs victimes, tant du côté des « brigands » que des patriotes. Le chevalier d’Arvieu est fait prisonnier, les bois sont fouillés de fond en comble. Les patriotes y découvrent les traces du séjour des rebelles : des guérites ont été dressées, des « baraques » construites à l’aide de branchages ont accueilli les hommes et contiennent encore des armes, abandonnées par les fuyards. Certaines, plus luxueuses, attestent de la présence de nobles. Des papiers abandonnés prouvent la présence de Raymond de Montjaux. L’idée d’un nouveau complot royaliste s’impose à tous. En réalité, il n’est pas certain que les rebelles aient eu les moyens et la volonté politique de ranimer le projet d’une insurrection royaliste ; en revanche, ils entendent harceler les patriotes de manière à déstabiliser les autorités et à miner le régime. Chassés du camp qu’ils avaient établi dans le bois des Palanges, les « brigands » se réfugient dans les gorges du Tarn qui deviennent le point de ralliement des ennemis de la Révolution.

  • 62 Ibid., 3 L 56.

53Les autorités locales, conscientes de la proximité du danger mais aussi de leur impuissance, se décident à faire appel à d’autres forces armées : une compagnie de l’Ardèche, commandée par le général Louis, patrouille sur le plateau du Lévézou, bientôt rejointe par un bataillon de l’Hérault. Dans ces conditions, les arrestations sont nombreuses et plusieurs anciens compagnons de Charrier sont guillotinés62. Le représentant en mission Taillefer, député du Lot, est également sollicité ; il s’est rendu célèbre pour avoir créé, dans ce département, une des premières armées révolutionnaires. Il délègue une partie de ses pouvoirs à Cléophas Périé, envoyé en Aveyron. Ce dernier arrive à Rodez au cœur de la battue contre les brigands. Il met en application la loi des suspects, organise les comités de surveillance et fait appel à l’armée révolutionnaire du Lot.

54Composée de mille huit cents soldats, cette armée entre dans Rodez derrière le commandant Viton le 17 octobre 1793. Ce dernier se comporte en Aveyron comme en zone occupée ; les soldats vivent sur le pays et se substituent aux instances judiciaires sans en référer aux autorités civiles. L’armée s’établit ensuite à Séverac, brûlant les maisons de tous ceux que l’on considère comme suspects. Viton ordonne aux soldats d’incendier la forêt de Bonnecombe, où l’on pense que les « brigands » ont trouvé refuge, mais les fortes pluies du mois de novembre font échouer la mission, au soulagement de tous. La forêt constituait pour les habitants une ressource importante. Ce n’est que partie remise dans l’esprit de Viton, qui lance aux habitants de l’Aveyron un avertissement sans frais :

  • 63 Texte cité par Barrau (H., E. et F de), L’Époque révolutionnaire en Rouergue, op. cit. p. 216.

Mais, citoyens de l’Aveyron, soyez avertis que la première fois qu’il s’élèvera le moindre mouvement séditieux parmi vous, les communes entières seront détruites de fond en comble, sans distinction des innocents et des coupables. [...] souvenez-vous que la vengeance nationale sera si terrible que le souvenir en restera éternellement gravé dans la mémoire de vos descendants63 !

55Violences et menaces contre la population civile ne permettent pas, cependant, de venir à bout des « brigands » toujours réfugiés dans les gorges du Tarn. Une brigade de l’armée du Lot reçoit l’ordre, en brumaire an II (novembre 1793), de monter une expédition destinée à en finir. Les soldats entreprennent de fouiller les gorges avec l’aide d’un des rebelles arrêté. Une partie des soldats est postée au sommet des parois rocheuses, l’autre fouille les grottes et les maisons isolées susceptibles d’accueillir les « brigands ». Ces derniers ont tout le temps de prendre la fuite.

  • 64 ADA, 71 L 36, procédures du tribunal criminel, dossier de La Malène.

56Le récit de l’expédition permet d’en apprendre davantage sur la vie quotidienne des proscrits. Les effets retrouvés dans les cavernes indiquent que des hommes d’une condition sociale élevée y résident : une flûte, un octavin, des draps, des chemises de rechange, tout cela dénote des habitudes étrangères aux milieux paysans. L’expédition met à jour un véritable réseau de grottes aux fonctions spécialisées, les unes servant d’habitation, les autres d’armurerie, d’autres encore de greniers. L’organisation collective des « brigands » ne fait aucun doute, de même que la complicité des habitants. Trente personnes de La Malène sont arrêtées et emprisonnées à Séverac64. Le village avait déjà payé un lourd tribut à la Révolution : quelle famille ne comptait dans ses rangs un « martyr » guillotiné à Florac en juin 1793 ? Comment, dans ce cas, ne pas comprendre la solidarité qui unit, dans la résistance, les populations aux « brigands » ? Ces derniers ne l’ignorent pas : les gorges du Tarn ont accueilli presque tous les grands chefs de la Contre-Révolution méridionale, des frères Allier à Jean-Louis Solier. De fait, les forces armées patriotes ne sont jamais parvenues à éradiquer le « brigandage » royaliste de la région. Au lendemain de la chute de Robespierre, il reprend de plus belle, donnant naissance à une véritable chouannerie méridionale.

Une chouannerie méridionale

57Au cours de la période thermidorienne, les « brigands » sont de plus en plus couramment désignés sous le terme de « chouans », preuve de l’impact national des guerres de Vendée dont on craignait l’extension dans le Midi. Les expéditions des « chouans » sont toujours destinées à harceler les autorités patriotes. En elles-mêmes, elles ne peuvent pas ébranler l’ordre républicain, mais elles créent un climat délétère, marqué par une insécurité endémique obsédante. Cette « chouannerie » se développe dans toute la région que nous étudions, à l’exception des Cévennes. Dans certaines zones de montagne, les « brigands » règnent en maîtres : les bandes se sont considérablement étoffées grâce aux conscriptions successives qui apportent leurs moissons de jeunes réfractaires ou déserteurs. Ces derniers, qui rejoignent avec armes et bagages les rebelles réfugiés dans les bois, sont de loin les recrues les plus précieuses et les plus nombreuses. Ce sont eux qui garantissent la connivence, ou du moins le silence, de la population. Ce soutien reste néanmoins timide. Si l’arrestation d’un prêtre réfractaire ou d’un jeune conscrit déserteur suscite souvent des mouvements populaires destinés à les arracher des mains de la gendarmerie, aucun attroupement ne s’est formé, à notre connaissance, pour délivrer des brigands, à l’exception de Jean-Louis Solier.

  • 65 AN, F/7/3681/14.
  • 66 ADL, L 126, pièce 1.
  • 67 Ibid. ; Delon J-B-), La Révolution en Lozère, op. cit., p. 294.

58Dans les gorges du Tarn, les villageois apportent sans doute une aide plus active, mais dans l’ensemble le soutien populaire est passif. Dans l’Aubrac lozérien, aux environs de Prinsuejols et du Buisson, une bande conduite par un ancien capucin s’est formée à la fin de l’an ii. En messidor, cette bande commet trois assassinats : deux gendarmes et un agent national sont tués65. Alors que le capucin et plusieurs déserteurs sont recherchés par la police, la population les couvre de son silence et certains, plus hardis, leur fournissent des victuailles. En germinal an v (mars 1795), une autre bande commet plus de onze agressions contre des juges de paix ou des gendarmes et profite de la même complicité passive de la part de la population. Dans la région de Saint-Chély, des brigands terrorisent les autorités et les patriotes durant plus de trois ans : personne n’ose dénoncer ces « assommeurs » par crainte de représailles66. D’autres bandes sont signalées dans les environs de Recoules-d’Aubrac et de Sainte-Colombe, dans le nord du Gévaudan. Du côté de Villefort, Dominique Allier règne sans partage sur les « brigands » de la région. Composée d’une quarantaine d’hommes, sa bande est souvent renforcée par des conscrits réfractaires ou de jeunes déserteurs. Particulièrement active en l’an V, elle a élu domicile dans les bois frontaliers de l’Ardèche et de la Lozère, ce qui lui assure une relative impunité. La troupe rançonne les acquéreurs de biens nationaux et terrorise les patriotes ; le 20 brumaire an VI (10 novembre 1797), elle se livre à une manifestation de force spectaculaire dans les rues de Villefort. Une quarantaine d’hommes encerclent la maison d’un patriote, beau-frère du conventionnel Barrot, avant de la piller puis de défiler deux par deux, dans le plus grand silence, les armes à la main, en un simulacre de parade militaire67.

  • 68 AN, BB/18/471, lettre du juge Valette au ministre de la justice.
  • 69 Ibid., lettre de Marvejols du 21 nivôse an vi (10 janvier 1798).
  • 70 Ibid., BB/18/472 (23 ventôse an IV-13 mars 1796).

59En haute Lozère, les « brigands » donnent l’impression d’agir à découvert et dans une impunité quasi totale. À Mende même, les agressions contre les autorités et les patriotes ne se comptent plus en l’an v68. Au Malzieu, les « brigands » choisissent un jour de foire pour tenter d’assassiner le fils du commissaire du district69. Au cœur de l’Aubrac, le canton d’Aumont est le théâtre de violences identiques de la part d’une bande qui terrorise « les républicains70 ». Dans le district de Marvejols, M. de Noyant est à la tête d’une bande qui se nomme elle-même les « compagnies de chouans ».

  • 71 Ibid., BB/18/471, 6 floréal an iv (25 avril 1796).
  • 72 Ibid., BB/18/472, 14 fructidor an vii (31 juillet 1799).

60La complicité ou la soumission de la population peuvent avoir plusieurs sources : la peur, devant une violence somme toute aussi forte que celle qui a été déployée durant la Terreur, et la soumission aux anciens maîtres, revenus depuis peu et dont on ne sait s’ils ne reprendront pas bientôt le pouvoir ; le cri « Au nom du roi » accompagne la plupart des attentats commis par les « brigands ». Ces derniers, par ailleurs, ne frappent que les patriotes, ce qui justifie la passivité de populations auxquelles on ne peut demander de secourir les hommes qui ont chassé les curés et fermé les églises. Il arrive cependant que les paysans s’insurgent contre les violences, même commises au nom du roi. Dans la commune de Sainte-Colombe, en Aubrac lozérien, une bande multiplie les assassinats ; deux de ses membres sont arrêtés et incarcérés dans les prisons d’Aumont dont les habitants, ulcérés, fracassent la porte puis massacrent l’un des deux hommes. À Marvejols, un « brigand » incarcéré est littéralement écharpé par la population71. Un autre, à la tête d’une bande particulièrement violente dans les environs de Villefort, échappe de peu à la mort lors d’un attroupement populaire ; les autorités décident de le transférer à Mende afin de pouvoir le juger, mais des hommes poursuivent les gendarmes qui le convoient et abattent le « brigand » à coups de fusil72. Quoique spectaculaires, ces réactions sont rares, mais ce serait une erreur que de ne pas les prendre en compte. Les réticences à l’égard des « brigands » étaient certainement plus fortes que ne le laissent penser les rapports des autorités de l’époque. Les « brigands » royaux semblent avoir, dans la plupart des régions que nous étudions, monopolisé la contestation et son expression, au moins entre l’an ii et l’an V.

  • 73 Ibid., F/7/3681/15 (dossier « brigands », an iv-1818) ; ADL, 245 II L (pièce 274), 30 fructidor an (...)
  • 74 ADL, 245 II L (pièce 269), floréal an Vil-avril 1799.

61À partir de 1796-1797, l’offensive populaire reprend, en particulier en haute Lozère catholique. De nombreux prêtres réfractaires exilés sont rentrés et les fidèles sont bien décidés à ne plus les laisser emmener par les gendarmes. Ces derniers sont assez fréquemment agressés lorsqu’ils surviennent dans les villages pour procéder à des arrestations dont on ne comprend plus les fondements. Les attroupements destinés à protéger les jeunes gens soumis à la conscription militaire sont également fréquents. Néanmoins, la nature de la mobilisation populaire a changé. Face aux gendarmes, les villageois sont désormais armés et organisés. Les femmes sont beaucoup moins présentes ; ce sont les hommes qui préparent l’attroupement, conçu comme une expédition quasi militaire. Les jeunes déserteurs, dont une majorité se contentait de revenir dans la maison familiale, sont plus actifs. Ils se liguent parfois entre plusieurs paroisses pour tenir tête aux gendarmes. Dans la commune de Rocles, trois gendarmes convoient deux déserteurs lorsqu’ils sont assaillis par une soixantaine de jeunes armés. L’enlèvement des déserteurs a été préparé la veille par les jeunes de Fontfroide, Saint-Flour-de-Fontfroide et Alenc73. Le canton de Serverette est l’un des plus insoumis du département. Plusieurs attroupements s’opposent à la gendarmerie venue arrêter des jeunes conscrits réfractaires ou déserteurs74. Il n’est pas rare que des « brigands » s’associent à ces mouvements de résistance ; incontestablement, la présence de nombreux jeunes déserteurs constitue, sous le Directoire et le Consulat, un lien entre la résistance populaire et le brigandage politique.

62Les prêtres réfractaires constituent un autre lien, et non des moindres. Les autorités dénoncent fréquemment leur présence aux côtés des « brigands », quand ils ne sont pas à leur tête, phénomène rare mais très remarqué. De ce point de vue, l’exemple le plus notable est celui de Jean-Louis Solier, prêtre réfractaire des Cévennes, devenu pour les autorités le « brigand » Sans Peur. Sensé avoir tenu en échec des forces de police considérables à la tête d’une bande de près de quatre-vingts hommes, Jean-Louis Solier constitue un mystère.

L’extraordinaire destin de Jean-Louis Solier, dit « Sans Peur »

Carte 15
L’espace d’un réfractaire dans les Cévennes : Jean-Louis Solier

Carte 15L’espace d’un réfractaire dans les Cévennes : Jean-Louis Solier
  • 75 Durand-Tullou (A.), Chassin Du Guerny (Y.), L’Abbé Jean-Louis Solier..., op. cit.
  • 76 Saurel (F.), Épisodes de chouannerie dans l’Hérault et autres départements du Midi sous la Républi (...)

63Lorsque nous avons laissé Jean-Louis Solier, il tentait de lever des troupes dans la vallée de la Buèges et les villages proches de la montagne de la Séranne, au service du comte de Saillans. Après l’échec de ses manœuvres, en février 1792, le prieur de Colognac entre dans la clandestinité. Les autorités dénoncent sa présence aux côtés des rebelles de Mende, en février, puis de Charrier, en mai 1793. Il semble qu’il ait également participé à l’insurrection du comte de Saillans, début juillet 179275. Il disparaît ensuite pour ne réapparaître qu’après Thermidor, dans la montagne de la Séranne et la vallée de la Buèges. De plus en plus souvent désigné comme « brigand » par les autorités, Solier est un homme extrêmement mobile, trouvant refuge dans les régions catholiques des Cévennes, de Ganges à Saint-Martial, Notre-Dame-de-la-Rouvière et Saint-André de Majencoules. On le rencontre également dans les environs du Vigan, où il échappe à plusieurs reprises à des patrouilles76. Le parcours de ce prêtre devenu « brigand » est l’incarnation de l’opposition populaire à la Révolution dans les montagnes du Languedoc. Issu d’une famille huguenote convertie après la Révocation, il partage avec les catholiques cévenols une foi inébranlable et farouche, qui se mue en catholicisme de combat lorsque les circonstances mettent l’Église en péril. Avant le serment, il entretient avec les protestants des relations pacifiques. Ceux-ci ne l’ont pas oublié : Jean-Louis Solier doit par deux fois son salut à des familles protestantes.

  • 77 Chamson (A.), Sans Peur et les brigands aux visages noirs, Paris, Tallandier, 1977, p. 73, 76 ; l’ (...)

64Ayant choisi la résistance, Solier se retrouve aux côtés des proscrits et fréquente les frères Allier. À la mort de Claude, il représente encore un personnage de second rang ; trois ans plus tard, sa réputation est telle qu’il est devenu l’obsession des autorités. C’est au cours de la Terreur qu’il aurait gagné son surnom de « Sans Peur ». L’écrivain André Chamson prétend que le prêtre est réfugié dans la maison de Mme de Bez lorsque des gendarmes viennent perquisitionner. Sans se départir de son calme, Mme de Bez donne l’ordre à un serviteur déjà âgé, qu’elle appelle Jean, de guider les gendarmes dans toute la maison. Ce serviteur, c’était Solier, qui s’acquitte de sa tâche avec le plus grand sang-froid ! Un autre épisode contribue à construire sa légende : durant la Terreur, les brigands qu’il commandait arrêtent un commissaire du département du Gard. Jouant son va-tout, ce dernier tire prestement son pistolet et l’appuie sur la tempe de Solier. Celui-ci ordonne à l’homme de descendre de cheval et de se rendre. Le commissaire appuie sur la détente, mais le coup fait long feu : Solier n’a pas cillé. C’est à partir de ce jour que pour ses hommes et pour les autorités, il devient « Sans Peur »77. On ne tarde pas à lui attribuer la responsabilité des nombreux actes de violence commis dans la région comprise entre Ganges et Le Vigan.

  • 78 ADH, L 5764, comité de surveillance, lettre de Molines, commissaire du département et ancien paste (...)
  • 79 Ibid., L 1°896, lettre de Laurens, 4 floréal an ii (23 avril 1794) sur l’insécurité dans les monta (...)

65Dans cette partie des Cévennes, où plusieurs paroisses sont restées catholiques, l’insoumission et l’insécurité sont très fortes : des rassemblements de prêtres réfractaires et de conscrits insoumis sont fréquemment dénoncés dans la montagne de la Séranne, autour de Sumène, sur le Causse de Blandas et autour de Pompignan. Au lendemain de la Terreur, des brigands commettent de nombreux attentats contre les arbres de la liberté et les patriotes. Leur chef n’est pas Solier, mais un certain Laffon, arrêté en nivôse an iv78. C’est alors que Solier apparaît dans les rapports des autorités comme « brigand » royal. À ses côtés se trouvent un homme nommé Caizergues, déjà présent lors de l’affaire de l’assemblée de Saint-Jean-de-Buèges en 1792, et un ancien maître d’armes de Ganges, Louis Ferret, dit « Belle Roze ». La première action d’éclat attribuée à Sans peur est l’assassinat de Jean-Baptiste Ricard, garde national de Saint-Jean-de-Buèges. Chargé de traquer les prêtres réfractaires, les émigrés et les déserteurs réfugiés sur la montagne de la Séranne, l’homme tombe sur Sans peur et son second. La confrontation dégénère ; les deux « brigands » ayant été plus rapides, Ricard est tué et ses deux compagnons blessés. Ne pouvant laisser ce crime impuni, les patriotes se mobilisent ; trente hommes se lancent à la recherche de Sans peur et Belle Roze, sans succès79.

  • 80 ADH, L 908, correspondance militaire.

66L’année suivante, le prêtre « brigand » fait à nouveau parler de lui, toujours dans les environs de Ganges. L’insécurité est devenue endémique dans la montagne de la Séranne où proscrits et émigrés de tout genre trouvent refuge et bénéficient de la complicité de la population. Le nombre inquiétant des attentats perpétrés contre les républicains dans la région de Ganges, Alzon et Saint-Martial fait craindre aux autorités que les royalistes tentent de mettre en œuvre une nouvelle insurrection, dont Sans Peur serait à nouveau le coordonnateur. L’exemple de la Vendée est dans tous les esprits. En floréal an iv (avril 1796), Châteauneuf-Randon, général, commandant en chef des 9e et 10e divisions militaires, lance la chasse à l’homme avec la détermination qui lui est habituelle80. Jean-Louis Solier l’inquiète au plus haut point :

  • 81 Ibid.

Il a fui sur la frontière du département de l’Hérault, il dit la messe dans les champs pour faire ensuite des recrues. Dans les campagnes, le fanatisme et le royalisme l’emportent, il faut désarmer les campagnes81.

67En juin, Châteauneuf-Randon désigne le chef d’escadron Rutteau pour coordonner la lutte contre les rebelles et particulièrement Solier. Rutteau reçoit le titre de « Commandant les parties frontalières des départements du Gard, de la Lozère, l’Aveyron et l’Hérault », ce qui indique l’importance cruciale des frontières intérieures que les montagnes rendaient pratiquement incontrôlables. Rutteau entretient une correspondance nourrie avec Châteauneuf-Randon, ce qui nous permet de reconstituer assez précisément la chasse à l’homme, très vite concentrée sur Sans Peur.

68En messidor, Rutteau constate que les manœuvres des troupes ont repoussé les « brigands » sur les confins du département de l’Hérault, dans les communes de Brissac, Laroque, Saint-Bauzille-de-Putois et Saint-Jean-de-Buèges. Malgré plusieurs opérations militaires d’envergure, les rebelles échappent à la traque. Rutteau parvient à soudoyer trois mendiants et à les envoyer rejoindre la bande de Sans Peur. Le seul renseignement qu’ils parviennent à livrer est la description détaillée du chef et de son second :

Il [Sans Peur] est âgé de soixante ans ou environ, cheveux gris, figure ronde, taille 5 pieds 2 pouces ou environ, vêtu d’une veste à poche couleur gris foncé, un gilet par dessus, d’assés gros souliers, toujours armé d’un fusil à deux coups et de deux pistolets à la ceinture.

69Son second est plus jeune :

  • 82 Ibid., L 968, correspondance du 21 prairial an iv (4 juin 1796).

Belle Roze est un homme [...] âgé de 36 ou 40 ans, un air brusque et hardy, taille 5 pieds 3 pouces ou environ, armé comme Sans Peur82.

  • 83 Ibid., L 1941, correspondance du 1er messidor an iv (19 juin 1796).
  • 84 Ibid., L 968, lettre de Rutteau à Châteauneuf-Randon du 21 thermidor an iv (8 août 1796).
  • 85 Ibid., lettre du 1er fructidor (18 août).

70Munis de ce signalement, les soldats décident de fouiller les gorges du Tarn et de la Jonte, au pied de la montagne de l’Espérou, et d’occuper les villages de la vallée de la Buèges. L’objectif est de déployer les troupes de manière à prendre la bande de Sans Peur en tenailles83. Les troupes mobilisées sont nombreuses et parcourent inlassablement les montagnes, mais elles échouent : Sans Peur échappe aux mailles du filet. Au cours de l’été, les rafles permettent d’arrêter de nombreux déserteurs. Durement interrogé, l’un d’eux avoue que Sans Peur doit se rendre à Saint-Bauzille où doit avoir lieu la fête du village84. Le 1er fructidor (18 août), le village est cerné, gendarmes et soldats patrouillent dans les rues, sans succès : le traquenard a été éventé. Sur une rumeur qui affirme que Sans Peur est parti vers Ganges, la troupe s’engage à sa poursuite. Une patrouille rencontre deux hommes qui lui paraissent suspects : l’un d’eux passe prestement sous le ventre d’un cheval et bondit dans la rivière, n’hésitant à faire un saut de dix mètres ! Plus de doute, il ne peut s’agir que de Belle Roze. Sans Peur profite du trouble pour s’enfuir et se réfugie au presbytère avant de disparaître : Rutteau doit avouer un nouvel échec à Châteauneuf-Randon85.

  • 86 ADG, L 429 ; ADH, L 899 (troubles dans le canton de Ganges, 28 pluviôse an v-16 février 1797) ; Du (...)

71Il n’abandonne pas pour autant la chasse à l’homme. Sans Peur et Belle Roze sont aperçus dans les environs du Vigan, où Solier bénéficie de solides amitiés. La région du Causse du Blandas est connue pour ses sentiments contre-révolutionnaires. Sans Peur fréquente les maisons nobles et sa présence coïncide avec une recrudescence de l’agitation royaliste au Vigan, comme partout ailleurs, du reste. Belle Roze semble particulièrement arrogant ; alors qu’il est pris à partie par deux jeunes patriotes, il se jette sur eux et leur fait mordre la poussière. Mais on est ici en terre patriote : un attroupement se forme pour défendre les jeunes gens, le « brigand » est roué de coups et laissé mort sur place86. Sans Peur quitte le Vigan et reprend sa vie de proscrit. On signale sa présence en Lozère, dans l’Hérault, ou sur la route menant de Millau à Beaucaire à la tête d’une bande de plus de soixante hommes. On connaît l’importance de la foire de Beaucaire dans l’activité économique du Midi : les autorités sont inquiètes de la présence de cette bande nombreuse et mobilisent des troupes importantes pour surveiller les accès à la foire. Là encore, les recherches ne donnent rien.

  • 87 ADH, L 968 ; ces lettres sont reproduites en annexes par Durand-Tullou (A.), chassin Du

72En juillet 1798, Sans Peur se manifeste pour la première fois, à la suite d’un arrêté pris contre lui ; il écrit deux lettres, l’une à la municipalité de Ganges, l’autre aux administrateurs de l’Hérault87. Il y dément formellement les accusations portées contre lui, donnant un ensemble de détails précis et mettant le doigt sur les carences des accusations patriotes : l’absence de preuve formelle.

Quoy, l’on m’accuse d’être à la tête d’une troupe nombreuse de brigands et de voleurs qui pillent les campagnes et assassinent les passants sur le grand chemin, mais où sont les preuves ? Quelle serait la honte des administrateurs, s’ils en étaient susceptibles, si je leur donnais la preuve la plus complète du contraire ? [...] Je pourrais citer les communes entières chez qui j’ai resté exerçant mon ministère !...] elles vous diraient qu’elles m’ont vu toujours seul et paisible [...] Comment aurais-je pu former une troupe aussi nombreuse à la tête de laquelle j’eusse pu exercer les violences et les horreurs dont on m’accuse ? [...] Vous avez éprouvé vous-même [il s’agit de Ducros] que je ne suis pas un assassin, je n’ignorais pas ce que vous avés contre moi, je vous rencontre sur le chemin de
Sumène à Ganges, vous étiez éloigné de toute habitation. Je pouvais me venger. Je respectai votre vie et la fis respecter...

73Ces propos ne prouvent pas l’innocence de Solier, mais ils introduisent un doute quant à la réalité des crimes qui lui sont attribués. Alors qu’il était sensé se trouver à la tête d’une troupe forte de quarante hommes au moins, Sans Peur n’a jamais été pris, ni même aperçu de manière formelle par les forces de l’ordre, à l’inverse de Belle Roze, qui n’avait pourtant rien d’un enfant de chœur ! La plupart des « brigands » dont nous avons évoqué les exploits ont été pris au bout de quelques années.

74La spécificité de Sans Peur consiste à se cantonner dans un espace somme toute réduit, situé à la frontière des pays protestant et catholique, mais aussi entre montagne et plaine. Il reste caché dans le canton de Ganges, dans les environs du Vigan ou à Meyrueis qui comptaient une minorité protestante engagée aux côtés de la République. Comment expliquer cet attachement à un espace qui lui était tout autant hostile qu’accueillant ? Pourquoi ne s’est-il jamais replié sur les zones plus sûres des gorges du Tarn ou de la haute Lozère catholique, comme l’ont fait les autres grandes figures du « brigandage » royaliste dans la région ? Il serait hasardeux de répondre à ces questions, mais du moins permettent-elles d’éclairer la personnalité de Jean-Louis Solier, Cévenol attaché à son pays et à ses racines. La résistance du vieux prêtre, âgé de soixante-quatre ans lorsqu’il écrit ces lettres, ne dément pas le caractère flamboyant du montagnard. Durant huit ans, il endure des conditions de vie particulièrement pénibles, mais n’a rien perdu de sa fougue lorsqu’il dénonce la fausse liberté dont se pare, à ses yeux, la Révolution :

  • 88 ADH, L 968.

Que reproche-t-on à l’ancien gouvernement ? Le plus affreux despotisme et le plus odieux, mais a-t-on vu sous aucun règne des actes de despotisme pareil à celui de Robespierre et de ses agents ? [...] Nous sommes libres et nous pouvons aller d’un canton à l’autre sans passeport ! En quel affreux esclavage ne nous ont pas tenus ces détestables clubs ou ces sociétés populaires, cet infernal comité de surveillance, ces sanguinaires tribunaux révolutionnaires88.

75Le contenu et le ton de la lettre montrent assez quelles étaient les qualités d’orateur de Jean-Louis Solier et son opposition farouche à la Révolution. « Brigand » ou pas, il était dangereux aux yeux des autorités, ses sermons pouvant faire basculer nombre de fidèles dans la résistance. Son courage et son engagement en ont fait une légende vivante. Aux yeux de tous, il incarne la résistance à la Révolution dans le Midi de la frontière religieuse. La force de son verbe, le courage qui ne lui fait jamais défaut, la détermination qui lui permit de résister à de longues années d’une vie de proscrit, en font un personnage hors du commun. L’adulation des uns, la haine des autres ont permis à sa légende de franchir les siècles. Il faut se résoudre à accepter l’épais brouillard qui entoure la fin de sa vie : nul ne sait où se trouve sa tombe, et les pièces de son procès, après son arrestation en 1801, ont pour la plupart disparu. Son cas était si délicat que trois tribunaux eurent à le juger sans parvenir à apporter des preuves décisives de son activité de brigand ; si ces preuves avaient été fournies, les autorités n’auraient pas manqué de leur donner une grande publicité. Mais pour l’historien, peu importe. Sans Peur incarne à sa manière l’âme de la résistance à la Révolution dans les montagnes aux marges des Cévennes.

76Point d’orgue de la résistance à la Révolution dans les montagnes catholiques, le brigandage en constitue un tournant de par sa nature même. Les graphiques montrent que cette résistance est brisée par la Terreur, au même titre que les mouvements patriotes. Au lendemain de la chute de Robespierre, le mouvement patriote se concentre dans la flambée, toute relative d’ailleurs, des émeutes frumentaires. Il s’agit d’un « recentrage » sur les revendications fondamentales du peuple des villes et des bourgs autour du maximum des prix pour des denrées de première nécessité. Ces manifestations sont l’expression d’un véritable jacobinisme et constituent le lien entre les deux temps du mouvement patriote, de part et d’autre de la Terreur. La déchristianisation, en revanche, n’a pas suscité de véritable adhésion populaire dans ces terres de frontière confessionnelle.

77De son côté, le mouvement contestataire s’est durci, voire militarisé. La contre-révolution absorbe peu à peu la protestation populaire. L’armée chrétienne de Charrier est une étape significative de cette évolution : en s’engageant dans ses rangs, les paysans des Causses, des gorges du Tarn ou de l’Aubrac savent qu’ils participent à une insurrection contre-révolutionnaire et non plus seulement à une révolte populaire. La politisation du mouvement est une réalité indéniable mais ne peut être lue à sens unique : en rejoignant Charrier, les paysans n’abandonnent pas leurs revendications propres. Les chefs de la contre-révolution le savent, et leur mouvement s’attache à épouser les contours de la protestation populaire, particulièrement sur la question religieuse. Au lendemain de la Terreur, le brigandage royaliste prend le relais de cette protestation : les violences connues sous le nom de « Terreur blanche » culminent lors de la préparation des élections de l’an V, autre preuve de la politisation des affrontements. Pour autant, on ne peut confondre brigandage et protestation populaire. Les paysans des montagnes ne se sont jamais parfaitement reconnus dans le combat des « brigands », même si l’ennemi est commun. Moins diffus, plus encadré et politisé, le mouvement populaire traduit l’enracinement des populations dans le refus de la Révolution. Parallèlement, les bastions patriotes se précisent et s’affirment durablement dans le paysage politique.

Notes

1 Cet épisode est mentionné par la plupart des historiens de la Révolution dans le Midi ; Rouvière (f.), Histoire de la Révolution Française dans le département du Gard, op. cit., t. 3, ch. v, (l’auteur ne cache pas sa sympathie à l’égard de ce mouvement) ; Barrau (E., H. et F de), L’Époque révolutionnaire en Rouergue, op. cit., ch. v; Delon (J.-B.), La Révolution en Lozère, op. cit., p. 203 ; duport (A.-M.), « Le fédéralisme gardois, de la théorie à la pratique (janvier-juillet 1793) », Actes du congrès du CTHS, Montpellier, 1985, p. 173-189 ; dans le même ouvrage, Laurent (r.) et Gavignaud (G.), « Clubs et sociétés populaires en Bas-Languedoc (1790-1795) », p. 205-242.

2 Duport (A.-M.), Terreur et Révolution à Nîmes en l’an II, 1793-1794, Paris, Jean Touzot, 1987, p. 72.

3 Depuis le printemps et la montée des tensions sociales, en particulier dans la capitale, Girondins et Montagnards s’opposent avec une virulence croissante au sein de l’Assemblée nationale. Peu à peu, les Jacobins parviennent à prendre pied dans les principales institutions exécutives et judiciaires, mettant en œuvre la politique contre les « suspects ». Les agressions contre les Jacobins dans plusieurs villes de province, notamment Marseille et Bordeaux, convainquent les Montagnards de l’urgence d’une action populaire contre les Girondins. Une première manifestation est organisée le 31 mai, sans parvenir à expulser les « modérés » de l’Assemblée ; le 2 juin, à la demande des sections parisiennes, 29 députés et 2 ministres sont décrétés d’arrestation. Cette épuration permet aux Montagnards de prendre le contrôle de l’Assemblée nationale.

4 En octobre 1791 se déroule le massacre dit de la Glacière à Avignon : à la suite de l’assassinat d’un patriote, les Jacobins de la ville envahissent les prisons du palais des Papes et massacrent les prisonniers, accusés d’être des aristocrates. Des massacres analogues se sont produits à Paris le 2 septembre et les jours suivants.

5 L’armée levée par les Fédéralistes affronte les troupes du général Carteaux autour de la citadelle de Pont-Saint-Eprit ; le 14 juillet, la citadelle se rend et les Fédérés évacuent la ville. Cette retraite sonne le glas de la révolte fédéraliste dans le Midi.

6 Duport (A.-M.), « Le tribunal révolutionnaire du Gard, octobre 1793-thermidor an II », Bulletin d’Histoire de la Révolution Française, 1984-1985, p. 85-99.

7 Poton (D.), « Cévenol, protestant et fédéraliste; Justin Beaux de Maguielles », 112e Congres National des Sociétés savantes, Lyon, 1987, t. III, p. 307-316.

8 Donnadieu (J.-P), « Des adhésions aux alliances: 1789. Attitudes fédéralistes en Languedoc ? », 110e congrès des Sociétés savantes, Montpellier, 1985, t. II, p. 145-158 ; Cadix (G.), Saint-Jean-du-Gard pendant la grande Révolution de 1789 à 1795, Anduze, Imprimerie du Languedoc, 1960 ; Daumet (E.), Jacques-Josué Cardonnet (1774-1793), Vals-les-Bains, 1899.

9 Journal de moi Henry-Isaac Boudon des Vernèdes du Mavoyer, manuscrit communiqué par Daniel Travier, conservateur du musée des Vallées cévenoles, Saint-Jean-du-Gard.

10 Duport (A.-M.), « Rabaut Saint-Étienne, girondin ? », in Les Rabaut du Désert à la Révolution, Actes du colloque de Nîmes, Montpellier, Presses du Languedoc, 1987, p. 114-115.

11 Dupont (A.), Rabaut Saint-Étienne (1743-1793). Un protestant défenseur de la liberté religieuse, Genève, Labor et Fides, 1989 [1946].

12 Lettre de Mende, 11 février 1793, au citoyen Gabriac (pasteur et officier municipal de Saint-Germain-de-Calberte), Bibliothèque de la Société d’Histoire du Protestantisme français, Affaires locales, manuscrit 447/10; texte cité par Poujol (j.) et Cabanel (P.), « Tout protestant doit être vrai républicain... Pasteurs et fidèles du synode des Hautes-Cévennes pendant la Révolution ( 1789-1799) », BSHPF, t. 135, octobre-décembre 1989, p. 670.

13 Rabaud (c), Lasource, député à la Législative et à la Convention, op. cit.

14 Lettre publiée par Robert (D.), Textes et documents relatifs à l’histoire des Églises réformées de France (1800-1830), Paris, Genève, Droz, 1962, p. 209 ; Rouquette (abbé), Histoire de la ville de Ganges, Nîmes, Lacour, 1997 [1904]

15 Cabanel (P.) (dir.), Itinéraires protestants en Languedoc, vol. 2, « Espace gardois », Montpellier, Presses du Languedoc, 2000, p. 35.

16 Discours cité par Rouquette (abbé), Histoire de la ville de Ganges, op. cit., p. 256.

17 Poujol (J.) et Cabanel (P.), « Tout protestant doit être vrai républicain... », op. cit. ; les auteurs signalent que le district de Florac n’a pas été concerné par les mesures prises par le représentant en mission Borie du fait d’un vide juridique qui favorisa le maintien des pasteurs dans leur paroisse.

18 Ibid., p. 665-667.

19 Rouviere (F.), Histoire de la Révolution Française dans le département du Gard, op. cit., vol. 4, p. 104 ; Vovelle (M.), La Révolution contre l’Église. De la Raison à l’Être suprême, Bruxelles, Complexe, 1988, p. 243.

20 ADA, 58 L 18, procédure contre les terroristes Bourgougnou, Sarrus et Anglade, papiers du comité de Surveillance de Saint-Affrique (an II-an III) ; Thiers (R.), Évolution démographique, économique et sociale de Saint-Affrique (Aveyron), op. cit., p. 161 sq.

21 Raylet (abbé L.), Procès-verbaux de la Société des Amis de la Constitution de Saint-Affrique, op. cit., p. 218.

22 ADA, 58 L 18, procédure contre les terroristes...

23 Ibid., 88 I 127, canton externe de Saint-Affrique, police correctionnelle, pièces de procédure.

24 Calvin (J.), Traité des reliques ou advertissements très utiles du grand profit qui reviendrait à la chrétienté s’il se faisait inventaire de tous les Corps Saincts et Reliques, Genève, 1543.

25 Delon (abbé J.-B.), La Révolution en Lozère, op. cit., p. 252-254 ; voir supra, ch. iii, p. 76.

26 Baylet (abbé L.), Procès-verbaux..., op. cit., p. 214.

27 ADG, L 426.

28 Ibid., L 1013, police générale, district d’Alès.

29 Ibid., vendémiaire an IV (11 et 13 octobre 1795).

30 Ibid., L 426 et 1470, 13 fructidor an IV (30 août 1795), 28 vendémiaire an IV (20 octobre 1795).

31 Ibid., L 426, 23 et 26 vendémiaire an IV (15 et 18 octobre). ADH, L 899, fP131, 1er vendémiaire (22 septembre) ; L 960, mémoire sur la question de l’esprit public ; émeutes frumentaires dans le canton de Claret (frimaire an IV-novembre/décembre 1795 et 14 pluviôse an IV-29 décembre 1795).

32 Lefebvre (G.), Les Thermidoriens, Paris, A. Colin, 1951, p. 96.

33 ADH, L 897, lettre de J.-L. Bruguière, juge de paix du canton de Claret aux administrateurs du département, 2 frimaire an IV (23 novembre 1795).

34 ADG, L 426 (26 vendémiaire an iv-18 octobre 1795).

35 Lefebvre (G.), Les Thermidoriens, op. cit., ch. v, p. 56.

36 Fournier (Georges), Démocratie et vie municipale en Languedoc du milieu du xviiie siècle au début du xixe, Toulouse, Les Amis des Archives de la Haute-Garonne, 1994, 2 vol., t. 2, p. 195.

37 ADH, L 946, Acte du représentant Boisset, 28 frimaire an II.

38 Ibid., L 4°720 et L 4°728.

39 Ibid., L 5295, procès-verbal de la municipalité de Riols, 4e sans-culottide an II (20 septembre 1794).

40 Voir supra, ch. iv, p. 104-109.

41 ADH, L 1896 ; L 947, (émeutes dans le canton de Lunas).

42 AN, BB/18/365, extrait du registre des ordonnances de l’arrondissement de Saint-Pons, an V.

43 Corvol (A.), « Les arbres de la liberté : origines et transformations », Actes du 114e congrès national des Sociétés Savantes, Paris, 1989, p. 283-298.

44 ADH, L 1041 et L 1042.

45 ADG, L 1013.

46 ADL, L 586 (Saint-Chély) ; II L 245, pièce 168 (Serverette, 25 floréal an II-14 mai 1794)

47 ADH, L 946 et L 4728.

48 Ibid., L 946 ; L 881 et 882 (Attentats contre des républicains, an IV-an VIII).

49 Ibid., L 958 (lettres du 10 vendémiaire an IV et du 4 frimaire an IV-2 octobre et 25 novembre 1795, lettres de germinal et floréal an VI-avril-mai 1796 ; L 946 (lettre du 1er pluviôse an V-20 janvier 1797) ; L 881, jugement du 8 germinal an VI-28 mars 1798).

50 Ibid., L 917.

51 Ibid., lettre non datée niais probablement écrite vers septembre 1797 (thermidor/vendémiaire an v).

52 ADG, L 1013.

53 Ibid, L 421, L 436 ; AN, BB/18/318.

54 En juillet 1795, des violences populaires sont dirigées contre les anciens « terroristes » de Castres, AN, F/7/3691/1 ; des troubles sont signalés aux Camazes (décembre 1795, janvier 1796), ADT, L 278 ; plusieurs troubles éclatent à Lacaune en février 1796, ibid., L 285 et AN, F/7/3°691/1.

55 ADT, L 276 ; AN, F/7/3691 /1 (octobre 1796) ; Combes (A.), Histoire de la ville de Castres et de ses environs pendant la Révolution Française, Castres, 1977 [1875], fait le récit de ces troubles et plus particulièrement de ceux de septembre, connus sous le nom de « semaine sanglante » ; l’auteur cache mal ses opinions hostiles aux Jacobins.

56 ADL, 245 II L, pièce 178.

57 ADG, L 1897 et L 429.

58 Conférences ecclésiastiques de 1852, paroisse de Hures ; Delon (abbé J.-B.), La Révolution en Lozère, op. cit., p. 236, 283-286.

59 ADA, 3 L 56, police, district de Millau, octobre 1793.

60 Ibid., lettre de Randon du Landres, 12 octobre 1793.

61 Ibid., 1 L 755, compte rendu du commandant Sarrus.

62 Ibid., 3 L 56.

63 Texte cité par Barrau (H., E. et F de), L’Époque révolutionnaire en Rouergue, op. cit. p. 216.

64 ADA, 71 L 36, procédures du tribunal criminel, dossier de La Malène.

65 AN, F/7/3681/14.

66 ADL, L 126, pièce 1.

67 Ibid. ; Delon J-B-), La Révolution en Lozère, op. cit., p. 294.

68 AN, BB/18/471, lettre du juge Valette au ministre de la justice.

69 Ibid., lettre de Marvejols du 21 nivôse an vi (10 janvier 1798).

70 Ibid., BB/18/472 (23 ventôse an IV-13 mars 1796).

71 Ibid., BB/18/471, 6 floréal an iv (25 avril 1796).

72 Ibid., BB/18/472, 14 fructidor an vii (31 juillet 1799).

73 Ibid., F/7/3681/15 (dossier « brigands », an iv-1818) ; ADL, 245 II L (pièce 274), 30 fructidor an vi-16 septembre 1798.

74 ADL, 245 II L (pièce 269), floréal an Vil-avril 1799.

75 Durand-Tullou (A.), Chassin Du Guerny (Y.), L’Abbé Jean-Louis Solier..., op. cit.

76 Saurel (F.), Épisodes de chouannerie dans l’Hérault et autres départements du Midi sous la République et le Consulat, op. cit.y p. 15.

77 Chamson (A.), Sans Peur et les brigands aux visages noirs, Paris, Tallandier, 1977, p. 73, 76 ; l’auteur a travaillé à partir des archives nationales, départementales et privées, recueillant également la mémoire orale dans la région du Vigan et de Lasalle.

78 ADH, L 5764, comité de surveillance, lettre de Molines, commissaire du département et ancien pasteur de Ganges; L 899, papiers du directoire du département (émeutes dans le canton de Ganges, 1790-an viii).

79 Ibid., L 1°896, lettre de Laurens, 4 floréal an ii (23 avril 1794) sur l’insécurité dans les montagnes; L 8884 (le crime est attribué à Sans Peur, mais aucune preuve tangible ne vient étayer l’accusation, les témoignages étant assez flous) ; Durand-Tullou (A.), Chassin Du Guerny (Y.), L’Abbé Jean-Louis Solier..., op. cit., p. 71 ; les références de cet ouvrage n’ont pas toujours pu être retrouvées aux archives de l’Hérault et semblent comporter quelques inexactitudes.

80 ADH, L 908, correspondance militaire.

81 Ibid.

82 Ibid., L 968, correspondance du 21 prairial an iv (4 juin 1796).

83 Ibid., L 1941, correspondance du 1er messidor an iv (19 juin 1796).

84 Ibid., L 968, lettre de Rutteau à Châteauneuf-Randon du 21 thermidor an iv (8 août 1796).

85 Ibid., lettre du 1er fructidor (18 août).

86 ADG, L 429 ; ADH, L 899 (troubles dans le canton de Ganges, 28 pluviôse an v-16 février 1797) ; Durand-Tullou (A.),Chassin Du Guerny (Y.), l’Abbé Jean-Louis Solier..., op. cit., p. 123-130.

87 ADH, L 968 ; ces lettres sont reproduites en annexes par Durand-Tullou (A.), chassin Du

Guerny (Y.), L’Abbé Jean-Louis Solier.... op. cit., p. 305-309.

88 ADH, L 968.

Table des illustrations

Titre Carte 12Attroupements favorables à la Révolution (1789-1799)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17161/img-1.png
Fichier image/png, 486k
Titre Carte 13Attroupements hostiles à la Révolution (1789-1799)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17161/img-2.png
Fichier image/png, 526k
Titre Carte 14Les brigands dans le sud du Massif central
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17161/img-3.png
Fichier image/png, 951k
Titre Carte 15L’espace d’un réfractaire dans les Cévennes : Jean-Louis Solier
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17161/img-4.png
Fichier image/png, 1,3M

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search