Version classiqueVersion mobile

Mémoires affrontées

 | 
Valérie Sottocasa

Première partie. Rythme et respiration de l'engagement populaire : le temps de la violence

Chapitre 5. La contre-offensive patriote

Texte intégral

  • 1 Ado (A.), Paysans en Révolution, op. cit., p. 280.

1Dans l’ensemble du royaume, la fin de l’année 1791 et le début de 1792 voient une radicalisation du mouvement populaire. Pour Anatoli Ado, ce mouvement culmine au printemps et à l’été 17921 Les difficultés économiques et l’agitation royaliste suscitent une inquiétude générale dans les campagnes ; le nord de la France est le théâtre de vastes mobilisations populaires contre la vie chère qui contraignent l’Assemblée nationale à légiférer sur la question de la libre circulation des grains, ouvertement contestée. Le printemps suivant voit une généralisation des troubles frumentaires, véritable répétition de la « guerre des farines » de 1775. Ces tensions se retrouvent à l’échelle locale dans les communes du Midi languedocien. Les mouvements royalistes ont contribué à exaspérer les patriotes ; les mobilisations populaires contre la constitution civile du clergé constituent une menace contre la Révolution à laquelle les protestants sont particulièrement sensibles. Si l’on ajoute à cela les difficultés frumentaires auxquelles le Midi est confronté, on retrouve l’ensemble des facteurs de la radicalisation politique dont Anatoli Ado a dessiné la trame pour l’ensemble du royaume.

2Il est néanmoins un élément qui fait l’originalité du Midi, celui de la frontière confessionnelle. Ce facteur a-t-il joué dans le déclenchement des troubles méridionaux ? Suivant quelles modalités et dans quelle mesure ? Les événements les plus connus éclatent dans la partie occidentale du Gard, au printemps 1792, dans un espace très protestant. Mais, en réalité, les attaques contre les châteaux sont bien plus précoces encore dans les hautes Cévennes, où elles commencent dès la fin de 1791. La concentration de ces mouvements populaires patriotes dans une zone entièrement protestante permet-elle de dégager une originalité du Midi ? Quelle part relative constituent prisonniers. Mais Charrier est seul. Après la victoire, il prend la décision de renvoyer ses hommes, refusant de livrer d’autres combats dont il sait l’issue incertaine : les princes émigrés n’avaient envoyé ni commandant ni soutien matériel, et aucun soulèvement n’avait été déclenché dans les départements voisins. Charrier demande à ses lieutenants de se disperser et gagne la ferme de Pré-Grand dans laquelle il a fait aménager un souterrain. Il s’y enferme avec sa femme, enceinte de leur second enfant. La répression est déclenchée dès le 2 juin et Charrier est découvert par les gendarmes de l’Aveyron le 4 au matin. Transféré à Rodez, il y est interrogé sans relâche pendant plusieurs semaines et exécuté le 17 juillet 1793.

3La répression engagée est à la hauteur des angoisses infligées aux patriotes par l’Armée Chrétienne du Midi. Les hommes de Laval et La Malène, faits prisonniers sur le Causse, étaient arrivés à Florac dans la soirée du 29 mai ; ils sont traduits devant le tribunal du département, installé dans cette ville, les 1er et 2 juin, et condamnés à la peine capitale. Trente-neuf prisonniers sont guillotinés le 11 juin, jour de foire à Florac, sept autres le sont à Mende trois jours plus tard. L’exécution est spectaculaire, conformément aux instructions du procureur Dalzan : cherchant à extirper le fanatisme des montagnes catholiques, il voulait frapper les esprits. Il applique la loi du 19 mars 1793 avec une extrême rigueur et ne tient pas compte d’un article ajouté le 10 mai, limitant la peine de mort aux seuls chefs des insurrections. Or, parmi les victimes, nous avons pu noter la présence de gens modestes, bergers ou domestiques, qui auraient dû bénéficier de la clémence du tribunal. Châteauneuf-Randon devait lui-même condamné la sévérité excessive des peines prononcées.

4Les insurrections royalistes dans le Midi ont donc systématiquement avorté malgré l’hostilité marquée des populations catholiques à la Révolution et la précocité des mobilisations populaires contre-révolutionnaires. Comment expliquer ces échecs répétés, alors que les départements de l’Ouest se préparaient à entrer dans une véritable guerre civile ? Sans prétendre apporter de réponse définitive, il est possible d’avancer certaines pistes. La précocité même de la Contre-Révolution méridionale a sans doute joué en sa défaveur. Il paraît clair que l’insurrection populaire du Midi, et plus encore celle des montagnes, n’occupaient qu’une place très secondaire dans les projets des Princes émigrés. L’improvisation et l’indiscipline marquent les insurrections des camps de Jalès et, dans une moindre mesure, celle de Marc-Antoine Charrier. La mobilisation populaire précède souvent la mise en œuvre des complots royalistes, ce qui introduit une ambiguïté fondamentale dans ces mouvements : relèvent-ils des émotions populaires ou d’un vrai dessein politique ? Les deux formes de mouvements ne sont pas similaires, chacun a sa logique propre et ses modalités. La noblesse est globalement absente des soulèvements populaires, en particulier en 1793 ; le camp qui s’organise à Rieutort-de-Randon attend des émissaires des princes, accorder aux facteurs politique, économique et religieux, alors que ce dernier a toujours été gommé par l’historiographie ?

Graphique 4
Les mouvements favorables à la Révolution

Graphique 4Les mouvements favorables à la Révolution

La guerre aux aristocrates

La guerre des tours dans les hautes Cévennes (décembre 1791)

  • 2 Voir supra, le graphique 3, chapitre II, p. 38.
  • 3 L’abbé Delon (J.-B.), dans La Révolution en Lozère, op. cit., rattache cet épisode à l’émeute de M (...)

5Depuis la bourrasque soulevée par le serment de 1791, la Lozère est un département en proie à des tensions politiques très fortes. La Contre-Révolution cherche à s’appuyer sur le mécontentement populaire et à en faire le fondement de son action dans le Midi. Les patriotes ont le sentiment aigu de leur infériorité et de leur insécurité, particulièrement au cœur des hautes terres catholiques où la mission des représentants de l’autorité nationale s’avère particulièrement pénible. Les graphiques traduisent un climat de harcèlement2. La coïncidence entre la montée des violences contre les patriotes et les autorités révolutionnaires et la contestation du serment n’a rien d’étonnant. Le serment doit être prêté devant les élus municipaux. Chargés de son application, ils sont tout naturellement accusés d’être responsables et du serment et de la politique répressive mise en œuvre contre les réfractaires ou plus généralement de l’ensemble des attaques menées contre l’Église romaine et ses représentants. Le climat d’insécurité qui règne dans la région est sans aucun doute à l’origine de la première insurrection patriote dans les montagnes du Midi languedocien. Elle se déroule dans les hautes Cévennes à la fin de l’année 1791. Paradoxalement, l’épisode a peu retenu l’attention des historiens de la région, y compris les plus contemporains d’entre eux3. Pour notre part, il nous semble que les attroupements qui se forment dans la région en décembre 1791 doivent être considérés dans le cadre d’un contexte régional tendu et dans la perspective d’une politisation accrue des communautés rurales des montagnes.

  • 4 AN, F/7/3681/13 (rapport du procureur syndic général du département, J.-J. Rivière).

6Les troubles contre les châteaux débutent le 15 décembre 1791 dans les communes de Saint-Germain-de-Calberte et Saint-Martin-de-Lansuscle. Un attroupement composé d’une soixantaine d’hommes des deux paroisses se rend dans plusieurs domaines appartenant à des familles nobles pour y détruire les marques de féodalité. Des tours du château de Polastron, propriété du comte de Saillans, sont arasées ; le même scénario se déroule dans deux autres domaines nobles4. Les revendications économiques semblent inexistantes : les propriétaires sont taxés de manière à payer à boire et à manger aux attroupés, ce qui ne participe aucunement de la contestation économique du régime féodal ! Les autorités locales affichent une attitude plutôt ambiguë à travers laquelle se devine leur approbation des actions menées par les émeutiers. Certains élus sont présents à leurs côtés, mais surtout il s’avère impossible pour les propriétaires attaqués de porter plainte auprès des autorités, ce qui contribue à étouffer l’affaire. Une semaine plus tard, de nouvelles actions contre les châteaux sont menées par un attroupement plus nombreux et mieux armé. En chemin, la troupe rencontre un administrateur du district de Florac qui tente de la dissuader de mener des actions violentes, mais ne signale les faits au directoire du district que deux jours plus tard, laissant aux attroupés tout loisir d’abattre plusieurs tours.

  • 5 Ibid., 30 décembre 1791.

7De fait, les troubles durent près d’une dizaine de jours, du 15 au 24 décembre, et s’étendent sur plusieurs communes, gagnant Saint-Étienne-Vallée-Française peu avant Noël. Là, le comportement plus ferme des autorités freine l’ardeur des attroupés qui renoncent à s’attaquer aux châteaux de la commune. Les signes de féodalité, tours, girouettes, armoiries ont été la cible des violences. Les papiers terriers, en revanche, n’intéressent pas les émeutiers, ce qui distingue cet épisode cévenol des « jacqueries » identifiées par Anatoli Ado. Les cibles choisies par les attroupés et l’acharnement dont ils font preuve contre les domaines appartenant au comte de Saillans ne laissent aucun doute sur leurs motivations politiques. On ne doit pas pour autant négliger le poids des facteurs économiques. Une lettre des administrateurs du département dénonce vigoureusement ces attroupements au ministre de l’Intérieur, mais elle signale aussi « l’affreuse misère qui afflige le département, le manque total de subsistances, la rareté et le haut prix des grains qui augmente d’une manière effrayante et amène des événements fâcheux5. » La réponse du ministre est sans ambiguïté : il faut défendre la propriété privée. Les émeutiers sont déférés en janvier devant le tribunal criminel de Florac.

  • 6 Joutard (Ph.) (dir.), Les Cévennes de la montagne à l’homme, op. cit., p. 101-102 ; également cité (...)

8Ce nouvel épisode de la guerre menée par les paysans contre les châteaux et la féodalité recouvre en Cévennes une réalité complexe. La part de la contestation antiféodale reste forte. Les gestes des émeutiers obéissent à un rituel bien connu : tours décapitées, blasons et armoiries martelés, girouettes arrachées. Mais la politisation du mouvement est indéniable. Les Cévennes sont en effet restées à l’écart des grandes vagues de protestations populaires contre la seigneurie, les redevances féodales ou les problèmes d’accaparement des communaux par les seigneurs au cours des dernières décennies de l’Ancien Régime. Elles n’étaient pas soumises à une emprise seigneuriale comparable à celle que l’on observe dans le reste des campagnes languedociennes. La noblesse est localement peu présente et l’on ne compte qu’une baronnie représentée aux États de Languedoc, celle de Florac. À la fin du xviie siècle, l’intendant Lamoignon de Basville, dressant un tableau économique et social de la région, ne signale qu’un seul noble d’importance, François de Pelet-Salgas, à Vébron. Les autres membres de la noblesse ont des revenus modestes (inférieurs à 3°000 livres), ce que traduit cruellement le dicton : « Trois dans un œuf : M. de la Coquille, M. du Jaune et M. du Blanc6. »

  • 7 Les Cévennes de la montagne à l’homme, op. cit. ; Donnadieu (J.-P.), « Vœux du tiers état et récla (...)

9Sans avoir perdu toute influence, la noblesse cévenole semble s’être épuisée dans les guerres de religion. La situation est très différente en haut Gévaudan où de grands domaines subsistent tout au long de l’Ancien Régime. Le poids de la seigneurie n’est pas inexistant dans les Cévennes, mais il est loin de constituer la préoccupation majeure des sociétés villageoises, comme en témoignent du reste les cahiers de doléances. Dans leur grande majorité, les paysans cévenols sont propriétaires et ils ont su, depuis plus de deux siècles, combiner étroitement agriculture vivrière et artisanat7. Plus qu’une menace économique, les aristocrates représentent, au moment de la Révolution, un péril politique du fait de leur implication dans la Contre-Révolution méridionale. Les propriétés du comte de Saillans font l’objet d’attaques répétées ; le comte lui-même est menacé alors qu’il a trouvé refuge dans une maison de Saint-Martin-de-Lansuscle. Le grand feu de joie allumé le 24 décembre au soir dans le village témoigne du sentiment que justice a enfin été rendue. Le Mémoire écrit par François Delapierre dit Dalzan exprime la même pensée lorsqu’il déplore que les tribunaux condamnent les attroupements patriotes alors que dans le haut Gévaudan, à Mende en particulier, les royalistes complotent ouvertement contre la Révolution. Les événements survenus à Mende au mois de février suivant ne pouvaient que conforter cette opinion et pousser les patriotes à s’engager plus avant dans la Révolution en exerçant une justice plus expéditive, certes, mais aussi, à leurs yeux, plus efficace contre les aristocrates.

10Or, au début du printemps 1792, un incident majeur éclate dans le Gard, qui devait mettre le feu aux poudres. Dans un contexte national et local très tendu, la patrie en danger a entrepris de lever des volontaires pour défendre la Révolution aux frontières (la guerre menace) mais plus encore au sein même du royaume. Dans le Gard, le nombre de volontaires requis s’élève à 2 240 hommes ; or, ce sont plus de cinq mille hommes qui se font inscrire sur les registres d’enrôlement, preuve de l’enthousiasme patriote et de la volonté du peuple d’en découdre avec les contre-révolutionnaires. Les communes protestantes répondent massivement à l’appel. Au début du mois de mars, plusieurs bataillons de ces volontaires sont dirigés sur Villeneuve-lès-Avignon, afin d’embarquer sur le Rhône et de gagner Arles, secouée par de terribles émeutes en février. Le 25 mars, les soldats sont prêts et embarquent lorsque survient la catastrophe : un bateau lâche ses amarres, se brise et coule, entraînant dans la mort soixante-neuf jeunes volontaires, tous issus du Gard.

  • 8 Rouvière (F.), Histoire de la Révolution Française dans le Gard, op. cit., vol. 2, p. 186 sq. ; Ad (...)

11Ce drame a des répercussions considérables. La société populaire de Nîmes décide de prendre le deuil pour tout un mois ; elle organise une collecte pour venir en aide aux familles des victimes. Un service funèbre est célébré le 3 avril dans la cathédrale de Nîmes. De leur côté, les autorités ouvrent une enquête pour déterminer les causes de la mort des jeunes volontaires. En ce qui concerne les familles et les proches, il ne peut y avoir aucun doute : ce sont les aristocrates qui sont responsables du drame. Le peuple crie vengeance et manifeste sa volonté d’en finir avec la menace royaliste qui pèse sur le pays depuis le début de 1791 et l’introduction du serment pour les membres du clergé catholique. La colère embrase le pays protestant, Vaunage, Gardonnenque et basses Cévennes. Un mouvement populaire aussi violent que bref conduit des attroupements patriotes à détruire les châteaux, symboles de la Contre-Révolution méridionale et d’un ordre ancien que l’on veut définitivement faire disparaître. Aux yeux de la plupart des historiens, de François Rouvière à Anatoli Ado, il s’agit là d’une jacquerie antiféodale, répondant avant tout à des motivations économiques8. Il nous a paru nécessaire de reprendre dans le détail le fil des événements afin de mesurer l’importance des facteurs politiques et religieux en jeu dans la mobilisation populaire.

La guerre des châteaux (avril 1792)

Carte 10
La guerre des châteaux dans les Cévennes gardoises, avril 1792

Carte 10La guerre des châteaux dans les Cévennes gardoises, avril 1792
  • 9 Duport (A.-M.), Journées révolutionnaires à Nîmes, Nîmes, Jacqueline Chambon, 1988, p. 70.
  • 10 Pic (R.), « Le protestantisme à Aubais, xvie-xviiie siècle », BSHPF, t. 140, avril-juin 1994, p. 2 (...)

12Le mouvement débute dans le district de Sommières le dimanche 1er avril 1792. Dès lors, les attaques contre les châteaux se succèdent à un rythme très rapide dans toute la région : en l’espace d’une semaine, une quarantaine de châteaux sont attaqués et incendiés. Plusieurs épicentres se distinguent, autour de Sommières, Lasalle, le Vigan et Alès. Le mouvement déborde les frontières du Gard en direction de l’Hérault ; il mord sur la frontière méridionale de la Lozère avant de trouver des échos, dans la seconde moitié du mois d’avril, dans la partie orientale du Gard. L’Ardèche a été touchée dès le mois de mars au cours d’une première vague : engagé dans les environs de Villeneuve-de-Berg, le mouvement se poursuit vers Entraygues et Thueyts et culmine dans la région de Bannes et Saint-André-de-Cruzères, à la frontière avec le Gard. Il s’épuise aux portes de la région protestante et ne suscite pas ici de mobilisation de grande ampleur. Il faut attendre que se répande la nouvelle de la noyade dans le Rhône des jeunes volontaires pour voir la furie populaire se tourner contre les châteaux. On peut donc penser qu’il y a une césure entre le mouvement ardéchois, qui se rattache aisément à ce qu’Anatoli Ado identifie comme la cinquième jacquerie paysanne, et la mobilisation des communes gardoises. Le 12 mars, le château d’Aubais avait déjà subi les assauts d’une troupe de jeunes gens qui, à l’image des attroupements de l’Ardèche, voulaient s’en prendre aux châteaux ; leur initiative reste isolée et ne parvient pas à rallier les foules. Il en va tout autrement le 1er avril : une troupe de six cents hommes d’après les estimations de la municipalité (mille cinq cents selon le directoire du département9) vient assaillir le château du marquis d’Aubais, Charles de Baschi. Les bâtiments étaient occupés, avant 1789, par le gendre de ce dernier, le marquis d’Urre, qui semble avoir mené la vie dure aux protestants d’Aubais10. Ces derniers forment près de la moitié de la population du bourg, mais donnent à la Société populaire cent un de ses cent trois adhérents ! Lorsque la nuit tombe, ce 1er avril, il ne reste plus du château d’Aubais que les quatre murs et les restes fumants du mobilier incendié. C’est donc bien la nouvelle de la noyade des jeunes volontaires qui déclenche la furie populaire et donne son ampleur politique au mouvement.

  • 11 ADG, L 1470, procès-verbal de la municipalité de Lasalle des 4 et 5 avril 1792.

13Tout le district de Sommières est gagné en quelques heures : dans la nuit du 1er au 2, les châteaux de Gallargues sont la proie des flammes ; les inscriptions seigneuriales avaient déjà été martelées en mars, celles du château de Montpezat le sont dans la nuit du 1er au 2. Le 2 avril, une troupe forte de deux mille hommes dévaste le château de M. Laroque ; le soir, c’est au tour du château de Pondres. Simultanément, des châteaux et demeures aristocratiques sont fouillés dans la commune de Lasalle, située dans les Cévennes gardoises. On recherche très activement l’ancien prieur de Colognac, Jean-Louis Solier, dont la maison est visitée, de même que celle de l’abbé de Tourtoulon dont nous avons déjà évoqué la mort tragique dans l’été qui suit la guerre des châteaux. La famille de Tourtoulon possède plusieurs métairies, fouillées par les attroupés à la recherche de contre-révolutionnaires, mais sans être pillées. Les châteaux des environs de Lasalle, en revanche, sont systématiquement livrés aux flammes entre le 2 et le 4 avril : il s’agit du château d’Algues, propriété des Tourtoulon, d’une maison appartenant à la famille Solier ainsi que de plusieurs bâtisses appartenant à d’anciens membres de la noblesse. Averties par la rumeur, les autorités municipales n’arrivent sur les lieux pour constater les dégâts. Une seule fois, elles parviennent à rencontrer quelques-uns des incendiaires : ils se disent « Marseillais » et refusent d’entendre les appels au calme. Ces étrangers, si tant est qu’ils existent réellement, ne constituent pas le gros de la troupe, malgré les affirmations de la municipalité qui souhaite détourner de ses administrés la colère de la justice. Elle est néanmoins contrainte de reconnaître que plusieurs gardes nationaux se sont joints aux attroupés. Ceux-ci justifient d’ailleurs leur action en affirmant venger « la mort de leurs frères noyés ». Les biens des fermiers sont systématiquement protégés par les émeutiers qui choisissent, lorsque du blé est saisi, de le faire porter à la maison commune afin de le distribuer aux pauvres11.

14Les incidents survenus à Lasalle se reproduisent ailleurs. Lorsque l’onde atteint un bourg ou une petite ville, les incendies se déclenchent en rafale, touchant plusieurs châteaux dans un laps de temps très court. L’impression laissée par la lecture des comptes rendus des autorités locales suggère qu’une troupe relativement importante se forme dans la localité et se dirige sur l’objectif principal. Les effectifs évoqués sont proches de six ou sept cents hommes, mais il est fort probable qu’ils aient été souvent supérieurs, au moins dans la première partie de l’opération. En effet, il faut une troupe nombreuse, déterminée et outillée pour venir à bout d’un château en quelques heures. Or, le plus souvent, les émeutiers ne laissent derrière eux que des ruines fumantes, après avoir détruit le toit, les portes, le mobilier dans sa totalité et parfois abattu quelques murs. Dans un second temps, la troupe semble se diviser afin de se déployer en direction des autres châteaux ou propriétés nobles. Tout est fait pour que le bâtiment soit inutilisable, qu’il ne puisse plus servir de refuge aux aristocrates. Souvent, des gardes sont laissés sur place afin d’empêcher quiconque d’arrêter l’incendie et de sauver le mobilier. Ce sont ces sentinelles que les autorités rencontrent et interrogent. Les hommes affirment ne faire que leur devoir de patriotes et venger les jeunes volontaires.

  • 12 Ibid., lettres des municipalités de Sauve, 4-6 avril, Durfort, 4 avril, Canaules, 5 avril ; extrai (...)
  • 13 Ibid., L 1838, procès-verbal des municipalités de Mondardier et Rogues ; L 429, district du Vigan, (...)

15L’absence de vol est une des caractéristiques de ces attaques. Le château de Vibrac, propriété de Charles-Joseph Cadole, est assailli le 4 avril par un attroupement venu de Sauve et qui a déjà détruit plusieurs châteaux, dont celui du seigneur de Sauve, situé à Valfons, celui de Florian et enfin celui de Vibrac, dont toutes les pièces sont saccagées, les trois tours abattues, les vases de porcelaine, les meubles, les portes, les fenêtres jetés dans la cour et brisés12. Aucun objet ne semble avoir été emporté. L’histoire se répète à l’identique dans le château de Saint-Bonnet, situé non loin de Lasalle. Une troupe de trois cents hommes armés et déterminés survient, tambour battant. Elle reste silencieuse face au maire qui tente de calmer ses ardeurs incendiaires, atteint le château et le détruit de fond en comble. Sur le Causse de Blandas, les châteaux de Montdardier et de Rogues sont attaqués par une troupe de plus de mille hommes au soir du 5 avril. Déterminés à passer outre les gardes nationaux postés sur leur chemin, ces hommes ne se laissent pas décontenancer par la présence de vingt-cinq dragons, appelés pour l’occasion. Ils hurlent « Vive Marseille » en guise de cri de ralliement, prétendent avoir reçu l’ordre d’incendier le château. Ce dernier est entièrement vidé de son mobilier et incendié. Averti, le châtelain de Rogues, M. de Ginestoux, charge ses meubles sur deux charrettes qu’il envoie au Vigan, non sans avoir obtenu une escorte de sept dragons. Le 7 avril au soir, son château est néanmoins incendié par la même troupe qui a détruit celui de Montdardier. Les meubles ont été saisis sur la route, rapportés au château et jetés dans le bûcher afin que rien ne puisse échapper aux flammes13.

  • 14 Ibid., L 421 (district d’Alès), lettre de la municipalité d’Anduze du 6 avril 1792.
  • 15 Ibid., procès-verbal de la municipalité du 4 avril.
  • 16 Ibid., L 426 et L 1470.
  • 17 Ibid., L 429 ; Quatrefages est l’un des rares seigneurs protestants, dont le patriotisme est avéré (...)

16La Gardonnenque est également touchée par la fièvre incendiaire. Les paysans de la commune d’Anduze s’attroupent dans les premiers jours du mois d’avril et détruisent plusieurs propriétés aristocratiques malgré la mobilisation de la garde nationale. Des revendications économiques se font jour ici de manière plus nette que dans les troubles précédents. Le refus des droits seigneuriaux est un levier important de l’action populaire et les papiers terriers constituent la cible principale des émeutiers14. À Saint-Jean-du-Gard, les propriétés de l’ancien seigneur sont attaquées par des attroupements, en particulier les acquisitions récentes réalisées sur la vente des biens communaux15. Dans la commune de Saint-Roman-de-Codières, un attroupement attaque plusieurs métairies et exige que le seigneur de Montredon livre ses titres féodaux, brûlés en public16. Le Sieur de Quatrefages est également contraint de livrer ses titres pour son fief d’Arphy et d’Aulas ainsi que pour le prieuré du Vigan, afin d’échapper aux menaces d’incendie17. La mère du seigneur de Mandagout, Mme d’Albignac, doit céder de même face à un attroupement considérable qui brûle ses papiers sur la place du village, devant des officiers municipaux impuissants.

  • 18 Ibid., procès-verbal du Vigan (6 avril).

17Au cours du mois d’avril, la nature des mouvements contre les châteaux évolue : les revendications politiques se doublent de revendications économiques et sociales de plus en plus radicales, mais qui ne sont pas exclusivement tournées contre le régime féodal. Au Vigan, des propriétés nobles sont entièrement ravagées au début du mois ; dans un second temps, l’attroupement réclame que la ville verse une contribution d’un montant de cent mille livres destinée aux pauvres ; on exige ensuite que le blé soit taxé et que les riches soient forcés de contribuer18. Dans la région de Quissac, des attroupements rançonnent plusieurs maisons. Le seigneur de Blandas est menacé car on le soupçonne de vendre son blé en dehors de la commune. Pour autant, les émeutiers ne sont pas tous issus des classes défavorisées, loin s’en faut. Les documents mentionnent souvent la présence de gardes nationaux et de citoyens connus. Dans les environs d’Alès, un attroupement de près de mille hommes se livre à l’incendie de plusieurs propriétés seigneuriales. Les autorités expliquent qu’elles sont dans l’incapacité de réprimer ce mouvement, puisque la majeure partie des gardes nationaux de la ville se trouvent à sa tête. Ces hommes annoncent publiquement qu’ils veulent

  • 19 Ibid., L 421, lettre de Perrot, procureur syndic du district d’Alès (6 avril 1792).

exterminer tous les nobles, les ecclésiastiques et leurs soudoyés [...], qu’ils [...] se plaignent de la lenteur de l’Assemblée nationale et de toutes les administrations de n’avoir pas agi contre les conspirateurs avec des forces et des sévérités plus que barbares, tant leurs têtes sont échauffées19...

18Le caractère politique de la guerre des châteaux apparaît clairement à travers les rares explications données par les émeutiers et consignées par les autorités. Il s’agit bien d’exercer une pression politique sur l’Assemblée nationale afin de la pousser à aller plus vite et plus loin dans sa lutte contre les aristocrates. Les revendications économiques et sociales ne sont pas absentes de ces mouvements mais, de notre point de vue, elles n’en constituent pas le fondement. Les difficultés frumentaires, les incertitudes économiques et la colère provoquée par le maintien du régime féodal économique expliquent l’importance de ces revendications. Le moteur est néanmoins politique, ce qu’illustrent parfaitement les premiers mouvements populaires contre les châteaux. Or ce sont eux qui sont au cœur de la contestation et qui réunissent les foules les plus nombreuses. Par ailleurs, la géographie de ces mouvements est significative : les communes les plus engagées sont situées dans l’espace protestant, et plus particulièrement sur une ligne de frontière entre le haut et le bas pays, frontière le long de laquelle circulent, nous l’avons vu, les contre-révolutionnaires, les troupes recrutées pour fournir le camp de Jalès, la poudre et les armes destinées à la Contre-Révolution. La proximité physique de « l’ennemi » accroît la sensation de danger et, dans la confusion de la situation politique, pousse les patriotes à entrer dans l’action. La valeur « pédagogique » de ces mouvements ne doit pas être négligée : alors que les catholiques ne cessent de se mobiliser contre les prêtres assermentés, que des tentatives contre-révolutionnaires ont eu lieu à Jalès, à Uzès et à Mende, les patriotes gardois entendent montrer leur propre capacité à se mobiliser et à frapper la Contre-Révolution. Les événements qui marquent le début du mois d’avril à Lasalle illustrent parfaitement cette volonté pédagogique ou démonstrative : seuls les biens des aristocrates sont détruits ; aucun acte crapuleux ne vient parasiter l’action collective ; enfin, la région de Lasalle a vu naître Jean-Louis Solier, dont le rôle dans l’organisation des forces réactionnaires est désormais bien connu.

Les échos de l’offensive patriotique

19À plus d’un titre, les mouvements gardois sont un exemple, voire un modèle, pour les patriotes des départements voisins. Les châteaux situés dans l’Hérault, à la frontière du Gard, sont les premiers menacés. Les localités visées sont tout d’abord des villages catholiques, connus pour leur refus de la constitution civile du clergé. Boisseron a mauvaise réputation : la troupe qui incendie le château de Pondres (commune de Villevielle, Gard), affirme que le château aurait déjà été livré aux flammes s’il ne s’était situé dans le département de l’Hérault. Confrontées à ces menaces et inquiètes de la tournure des événements dans le Gard, les autorités de l’Hérault décident d’envoyer un commissaire surveiller la frontière entre les deux départements. Jean-Antoine Bancal développe une activité incessante, parcourant les communes frontalières, s’adressant aux habitants pour les exhorter au calme et pour leur demander de faire disparaître « préventivement » les marques de féodalité telles que tours, créneaux, girouettes ou armoiries. Il organise un système de courriers destiné à maintenir en permanence le contact entre tous les villages adossés à la frontière avec le Gard.

  • 20 ADH, L 711, l’apport de Jean-Antoine Bancal sur les troubles d’avril 1791 dans le département.

20Le 5 avril, Bancal se déplace vers le nord, suivant l’onde de propagation des incendies de châteaux dans le Gard, qui gagne désormais les terres blanches de Sauve, Quissac et Pompignan. Apprenant qu’un attroupement se dirige sur Le Claret, il tente de le devancer, car il a appris que deux prêtres réfractaires se cachent dans une ferme. Sa course pour devancer les incendiaires échoue : la maison du maire de Pompignan, Péridier, vient d’être livrée aux flammes lorsqu’il parvient aux abords du village et rencontre la troupe patriote. Poursuivant malgré tout la mission qui lui a été confiée, Bancal se rend à Ganges où il développe son système de courriers permanents entre les diverses localités. Ne ménageant pas sa peine, il se rend de village en village, exhorte la population à obéir aux lois, en particulier les prêtres réfractaires. Plusieurs d’entre eux acceptent de prêter le serment (au Claret, à Saint-Jean-de-Buèges, Pégairolles et Saint-Beauzille). Leur conversion est dictée par l’urgence de la situation et la nécessité de protéger les populations. Dans leur quasi-totalité, ces prêtres se rétractent dans les semaines qui suivent. L’extraordinaire énergie déployée par Jean-Antoine Bancal a permis de limiter les violences, mais non de les éviter20.

  • 21 Ibid., L 3205, comptes rendus de la municipalité de Ganges sur les troubles contre les châteaux.

21C’est dans les environs de Ganges, ville à la fois patriote et protestante, que se concentrent les attaques contre les châteaux. Ganges avait affiché une grande sérénité face aux rumeurs venues du Gard. Celle-ci cède au matin du 4 avril. Le château de Ginestoux, situé sur le territoire de la commune de Moulés et Baucels, est menacé d’incendie par une bande arrivée du Gard la veille, sous le prétexte que son propriétaire, le comte de Visséc, étant absent depuis près d’un an, devait être un émigré. Le 4 au matin, le château est en flammes, ce qui semble être le signal pour les troubles dans la région de Ganges. Un attroupement se forme dans la cité et se dirige immédiatement en direction de Laroque, aux portes de la ville. L’objectif est de punir le village pour son incivisme avéré. Jean-Louis Solier a trouvé refuge dans le château où il a animé au cours de l’hiver la résistance, à la barbe des patriotes de Ganges. D’autres habitants prennent la direction des châteaux de Roquedur et Saint-Julien-de-la-Nef. Les membres de la municipalité ne savent plus où diriger leurs pas : alors qu’ils sont sur la route de Saint-Julien, ils apprennent que le château du Mercou, appartenant à M. d’Assas, est en flammes21. Si des hommes venus du Gard sont d’abord désignés pour leur rôle dans le déclenchement des hostilités, les citoyens de Ganges ont rapidement pris en main la direction des opérations, ciblant les lieux suspects d’abriter les chefs locaux de la Contre-Révolution. Le 6 avril, le château de Laroque est incendié. Le malaise des autorités est palpable : prises entre un patriotisme vindicatif et une hostilité tenace de la part des villages catholiques qui entourent Ganges, elles ont une marge de manœuvre étroite. Ici, comme dans le Gard, la répression mise en œuvre à l’encontre des fauteurs de troubles est très modérée. Cela explique en partie l’ampleur du mouvement.

22Les incidents qui éclatent dans les hautes Cévennes illustrent cette évolution dans la position des autorités. Les émeutes de décembre 1791 ont été sévèrement punies, malgré l’attitude compréhensive du procureur du directoire de Florac. Au printemps suivant, presque toutes les Cévennes protestantes sont gagnées par la contestation anti-nobiliaire. Dans les cantons du Pompidou, de Sainte-Croix-Vallée-Française et Saint-Germain-de-Calberte, des propriétés nobles sont la cible de plusieurs attroupements incendiaires. Les hommes qui attaquent les châteaux pensent imposer aux municipalités réticentes l’application stricte des lois contre la noblesse. Au Pompidou, les autorités communales reçoivent la lettre suivante :

  • 22 AN, F/7/3681/13, 23 avril 1792.

Avis à messieurs le Maire et les officiers municipaux que s’ils ne font pas abattre les tours de leur communauté en bas des flancs et les tours carrées nous y viendrons mettre le feu et nous commencerons par la sienne. Exécutez l’arrêt, car si vous ne le faites pas vous êtes perdus. Aristocrates, prenez garde à vous22...

23Des troubles contre les maisons nobles de Sainte-Croix, particulièrement le château de Molezon, provoquent l’arrivée de commissaires du district de Florac qui concluent ainsi leur enquête :

  • 23 Ibid., délibération du directoire du district de Florac du 28 avril (souligné dans le texte).

Les citoyens du canton de Sainte-Croix, égarés par des mal intentionnés, se portaient à des attentats contre les personnes et les propriétés sous prétexte de patriotisme et d’exécution des lois ; les soi-disant amis de la Constitution entraînaient à démolir les tours [...]. Que pour porter les citoyens à des actions prohibées, de faux patriotes leur font entendre que les lois qui ont supprimé la noblesse héréditaire et la féodalité ont ordonné la démolition des tours des châteaux, et que dans les communes où la municipalité ne fait pas exécuter la loi, il faut s’attrouper pour aller l’exécuter23.

24À la fin du mois d’avril, les troubles se répandent dans l’ensemble du district de Florac en se concentrant sur les propriétés du comte de Saillans, en particulier le domaine de Polastron, situé dans la commune de Saint-Germain-de-Calberte.

25Entre décembre 1791 et avril 1792, le ton des émeutiers s’est incontestablement durci, le discours repose sur des arguments politiques mieux élaborés, le rôle des membres des clubs patriotes apparaît plus clairement. Les autorités élues dénoncent, à juste titre, la volonté affirmée de faire justice soi-même : le droit ne repose plus seulement entre les mains des élus mais aussi dans celles du peuple qui se juge investi de l’autorité naturelle en cas de défaillance de l’administration. La radicalisation du mouvement populaire est évidente. Face à cette évolution, les autorités affichent un réel malaise : comment, dans le contexte tendu du mois d’avril (la guerre est déclarée le 20), pouvait-on s’attacher à poursuivre les patriotes, même trop zélés ? Alors que les émeutiers du mois de décembre ont été déférés devant les tribunaux dans les semaines qui ont suivi les incidents, l’impunité est presque totale pour ceux du mois d’avril.

  • 24 Ibid., procès-verbaux des municipalités du Collet-de-Dèze et de Saint-Étienne-Vallée-Française (12 (...)

26En octobre, une nouvelle poussée anti-seigneuriale se développe dans les communes cévenoles les plus méridionales (Saint-Martin-de-Boubaux, le Collet-de-Dèze et Saint-Étienne-Vallée-Française) : moins nombreux, ces attroupements sont mieux armés et très déterminés. Les émeutiers de Saint-Étienne, venus des campagnes environnantes, affirment qu’ils sont là « pour mettre le bon ordre, la municipalité n’ayant pas rempli son devoir, ils venaient par eux-mêmes faire exécuter la loi24. » L’autorité populaire s’est maintenant substituée à l’autorité élue ; il est devenu inutile d’attendre la nuit pour attaquer les propriétés seigneuriales. Les événements de l’été dans la capitale sont bien connus et cela modifie le sens de l’action populaire, légitimant progressivement une action directe en dehors du cadre de la légalité. Force est de constater que les Cévenols sont loin d’être les montagnards ignorants que l’on s’est longtemps plu à décrire : la guerre des tours révèle la politisation précoce de paysans attentifs aux événements locaux mais aussi nationaux.

Le malaise croissant des autorités

27Face aux émeutiers, les autorités municipales sont souvent impuissantes. Les attroupements nombreux et armés ne se laissent pas détourner par le discours d’une poignée d’élus, même lorsqu’ils s’attachent à porter leur écharpe, comme dans le cas des troubles de Ganges. Ce sont donc les autorités départementales qui prennent en charge le retour à l’ordre. Des commissaires sont envoyés sur place, chargés de rétablir l’ordre ou de mener une enquête pour établir la chaîne des responsabilités dans les événements. Les commissaires sont également chargés d’une mission « pédagogique » auprès des populations auxquelles ils doivent expliquer les lois et préciser les bornes de la légalité. Les rapports établis à la suite de ces missions sont généralement fournis et très détaillés, permettant non seulement de rétablir la trame des événements, mais aussi d’analyser le comportement des autorités locales et parfois de préciser les revendications des émeutiers.

  • 25 ADG, L 59, délibération du directoire du département ; L 158 et 415.
  • 26 Ibid., L 429, rapport des commissaires envoyés dans le district du Vigan, 27 avril 1792 ; lettre d (...)

28Les visites obéissent à un rituel bien réglé : les commissaires sont accueillis par la municipalité au grand complet et en écharpe, ainsi que par la population assemblée sur la place publique. Les décrets de l’Assemblée nationale, du département ou du district sont lus en public et commentés. Enfin, le procès-verbal rédigé par la municipalité au moment des faits est soigneusement étudié et souvent critiqué, en particulier à propos du nombre et de l’identité des émeutiers. Dans la plupart des communes, les commissaires parviennent à établir la participation des gardes nationaux aux côtés des incendiaires. Les commissaires envoyés dans le district du Vigan affirment sans hésiter que le château de Montdardier aurait pu être sauvé si la municipalité n’avait pas laissé faire l’attroupement, mené par un homme venu de Ganges et appelé Caizergues. Or, ce dernier est adjudant-major de la garde nationale de Ganges25 ! Le passage des commissaires dans les communes de la montagne est souvent l’occasion de régler des problèmes plus anciens : le maire d’Esparon déplore publiquement que la paroisse ait été supprimée, ce qui contraint les fidèles à de longues marches pour se rendre à leur nouvelle église paroissiale. Le maire de Dourbies essuie les reproches vigoureux des commissaires qui menacent de supprimer sa paroisse et de la transférer à Trèves si les troubles contre le curé constitutionnel ne cessent pas dans les quinze jours. La municipalité d’Alzon, également convoquée alors qu’aucun trouble contre les châteaux ne s’y est déroulé, entend un discours identique26.

  • 27 Ibid., L 421, f° 231, rapport sur l’esprit public...

29Les commissaires envoyés dans le district d’Alès ont une mission plus délicate, qui consiste à établir un rapport sur l’esprit public dans ce district soumis à de vives tensions politiques du fait de la proximité de Jalès et de la présence d’une forte communauté catholique dans le canton de Génolhac. La « guerre des châteaux » a été peu virulente dans le district, aussi la mission des commissaires est-elle surtout destinée à ramener la paix dans des montagnes troublées par le refus de la constitution civile du clergé. Durant neuf jours, les deux commissaires, escortés par des soldats et une vingtaine de gardes nationaux, sillonnent les routes et chemins de montagne sous une pluie torrentielle. Au terme de la première journée, ils parviennent à Génolhac où ils trouvent un peuple « extraordinairement fanatisé par les prêtres et les aristocrates qui résident dans cette commune27°». Ils ont fait étape à Saint-Martin-de-Valgalgues, Saint-Andéol-de-Trouillac, Portes, Chamborigaud et Sénéchas, qu’ils ont eu les plus grandes peines à atteindre. La seconde journée se poursuit au même rythme : Concoules, Ponteils, Malons, Aujac, Robiac puis Castillon sont visités. Dans cette dernière commune, les commissaires apprennent que leur venue a suscité des troubles contre les patriotes du village, menacés de représailles s’ils se rendaient à leur convocation. À Meyrannes, l’étape suivante, les esprits ne sont pas mieux disposés et les commissaires parviennent harassés à Saint-Ambroix. La troisième journée est consacrée aux villages de la vallée de Saint-Florent-sur-Auzonnet, où l’état d’esprit à l’égard de la Révolution n’est guère meilleur. La dernière partie de la mission est consacrée aux gros villages protestants de la Gardonnenque où ont eu lieu les seuls incidents violents contre les châteaux du district.

30La lecture du rapport est extrêmement enrichissante, du fait du contact établi entre les communautés catholiques de la montagne et les représentants de l’autorité révolutionnaire. Accompagnés d’une escorte nombreuse, les commissaires ne se déplacent pas pour entendre les doléances de ces communes, mais ils y sont souvent contraints et se font l’écho d’un esprit public dont ils donnent une sorte d’instantané, au lendemain des troubles contre la constitution civile du clergé et du second camp de Jalès. À leurs yeux, les communautés s’ordonnent en deux catégories, les « fanatiques » et les « patriotes ». Les premières doivent être à la fois sermonnées et converties par l’explication pédagogique de la loi. Les secondes doivent être encouragées mais aussi rappelées à l’ordre. Ce rapport permet donc d’établir une esquisse de la géographie politique précise de ce district particulièrement sensible et divisé. La ligne de fracture est particulièrement nette entre la « montagne », catholique et réfractaire, et les villes et les collines de la Gardonnenque, protestantes et patriotes. La zone de contact entre ces deux espaces confessionnels et politiques passe par Barjac, Saint-Ambroix, Alès : ces cités sont le théâtre d’affrontements récurrents entre patriotes et réfractaires. Les montagnes sont le théâtre de soulèvements contre-révolutionnaires au nom de la défense de la religion, alors que les collines de la Gardonnenque concentrent les attaques contre les biens des aristocrates. Le district d’Alès est une sorte d’image réduite de la situation dans l’ensemble du département du Gard et, au-delà, de la bordure méridionale du Massif central.

  • 28 Ado (Anatoli), Paysans en Révolution, op. cit., p. 269 (note 46).

31Ainsi la poussée anti-féodale qui marque les Cévennes et leurs marges méridionales au printemps 1792 contribue-t-elle à polariser l’opinion politique dans les montagnes. Les chiffres témoignent de la fureur populaire : plus de cinquante châteaux ou propriétés seigneuriales sont attaqués entre le 1er et le 25 avril dans le Gard et les environs de Ganges, mais l’essentiel est fait au cours de quatre journées qui concentrent les violences. Pas moins de trente-six propriétés sont dévastées entre le 4 et le 7. Par ailleurs, la carte que nous avons élaborée montre, à l’image du district d’Alès, que la flambée antiféodale, du moins au moment de sa concentration maximale au début d’avril, se déroule dans les communes réformées. Anatoli Ado estime que « l’insurrection [...] ne s’est pas compliquée d’un aspect religieux28 » mais il semble qu’une étude plus détaillée révèle une adéquation entre la géographie religieuse et celle des insurrections contre les châteaux, ce qui ne saurait relever du hasard. En Lozère ou dans l’Hérault, seules les parties protestantes de ces départements connaissent des flambées anti-aristocra-tiques. Il ne s’agit pas d’un mouvement confessionnel, en ce sens que les revendications exprimées ne relèvent pas du domaine religieux ; la guerre des châteaux n’est pas l’expression directe d’un antagonisme entre catholiques et protestants. Néanmoins, elle constitue une réponse politique ferme du peuple patriote protestant aux insurrections catholiques contre la Révolution. Opinion politique et appartenance confessionnelle sont plus que jamais liées et la guerre des châteaux constitue une étape importante dans la prise de conscience politique des populations du Midi. Elle est à la fois un élément catalyseur et révélateur de cette maturation politique et contribue à donner corps à un mouvement populaire puissant qui dessine une identité politique collective.

32Les premières réactions des autorités sont négatives tout en traduisant un malaise réel. Les Girondins au pouvoir sont confrontés simultanément à la poussée du mouvement populaire et aux défaites militaires qui assombrissent les premiers temps de la guerre. Aussi ne peuvent-ils faire l’économie d’une réflexion autour de la question des droits seigneuriaux. Malgré leur attachement aux droits liés à la propriété privée, les députés adoptent, le 18 juin 1792, une nouvelle loi abolissant les droits féodaux « casuels », plaçant ainsi la question paysanne au premier rang des préoccupations politiques. Par ailleurs, les lois répressives à l’encontre des « ennemis » de la Révolution sont durcies. Au cours de l’été, de nouvelles avancées sont réalisées dans le domaine de la législation agraire, jusqu’aux décrets des 25 et 28 août 1792 qui portent un coup sévère au régime seigneurial en contraignant les seigneurs à produire le titre primitif justifiant la perception des droits non abolis par les lois précédentes. Le mouvement populaire méridional s’intègre donc à la dynamique nationale, tout en marquant de sensibles différences, reflet du jeu de la fracture confessionnelle et de ses répercussions sur l’opinion publique. La guerre des châteaux apporte la démonstration de la capacité de mobilisation du peuple patriote face aux forces de la contre-révolution ; elle est une étape clé de la radicalisation du mouvement populaire dans le Midi.

Les mouvements populaires pré-terroristes

La montée de la violence révolutionnaire

33L’agitation révolutionnaire ne disparaît pas avec la fin des violences contre les châteaux ; elle change progressivement de nature en changeant de supports. Les acteurs ne sont plus tout à fait les mêmes et l’on ne retrouve que rarement les gros rassemblements qui unissent toute une communauté contre le château. La guerre contribue à dramatiser la vie politique, faisant passer au premier plan la lutte contre les ennemis de l’intérieur. La mobilisation du printemps laisse entrevoir une légitimité nouvelle de la violence populaire qui peut servir la cause de la Révolution en sortant des cadres de la légalité fixés par l’Assemblée nationale. La notion de justice populaire, qui plonge ses racines dans les profondeurs des mentalités, trouve une vigueur nouvelle à la suite de l’insurrection méridionale contre les châteaux. Exerçant désormais une surveillance attentive et pointilleuse sur les autorités élues, le peuple patriote n’hésite plus à appliquer sa propre justice, souvent plus radicale, à l’encontre des « ennemis » de la Révolution.

  • 29 ADL, L 121, lettre de la municipalité de Pradelles.
  • 30 AN, F/7/3681/14.
  • 31 Ibid., procès-verbal de la municipalité de Génolhac (8 août 1792).
  • 32 Ibid., dépositions du maire et du gardien de la prison ; ADL, lettre du 6 novembre 1792 ; Archives (...)

34En Lozère, où la réaction a gagné une majeure partie des communes catholiques, les patriotes font parfois preuve d’agressivité. Les volontaires sont à la pointe de ces mouvements. En juillet 1792, une vingtaine de gardes nationaux de Langogne organisent une expédition punitive contre le village de Pradelles, situé en Haute-Loire, à la frontière des deux départements. La maison de la famille d’un religieux bénédictin est entièrement dévastée29. À Langogne même, ces volontaires se portent à de graves violences contre les prêtres ainsi que plusieurs membres de la municipalité, qu’ils accusent d’avoir participé aux troubles de Jalès30. En août, des volontaires de Vialas et du Collet-de-Dèze sèment le désordre à Génolhac où la population est accusée d’avoir soutenu le comte de Saillans31. Mende est également le théâtre de troubles : en septembre, des volontaires en garnison dans la ville entreprennent de s’attaquer aux cloches des églises et des couvents. Les familles de prêtres ou d’émigrés sont violentées ; un homme, accusé d’avoir vendu de la viande avariée aux soldats, est arraché de la prison par une troupe de volontaires en partance pour Florac et massacré en chemin32. Au Malzieu, des volontaires arrêtent de leur propre chef un prêtre réfractaire et un ci-devant noble ; plusieurs maisons sont pillées sous le prétexte qu’elles appartiennent à des royalistes.

  • 33 AN, F/7/3681/14, procès verbal de la gendarmerie, 9 août 1792.

35Ces mouvements patriotes sont différents de ceux que nous avons identifiés lors de la « guerre des châteaux ». Le nombre des participants est réduit (entre quinze et quarante personnes) et ce ne sont que des volontaires. En Lozère, ils sont presque toujours issus de communes cévenoles. Parallèlement, on constate une désaffection progressive des citoyens lors des élections : les autorités élues n’incarnent plus vraiment les valeurs et la légalité révolutionnaires. Le peuple patriote est de plus en plus convaincu d’être investi d’une autorité « naturelle » qui fait de lui le gardien de la Révolution. Un incident incarne parfaitement cet état d’esprit : l’exécution sommaire de l’un des lieutenants de Saillans dans les Cévennes. Giberne de la Martinerie est arrêté dans sa propriété de Saint-Germain-de-Calberte peu après le troisième camp de Jalès (début juillet 1792) ; il y est détenu quelque temps, avant d’être transféré à Florac pour y être jugé. Ce transfert ne va pas sans risques : les gendarmes n’ignorent pas que les patriotes locaux veulent s’emparer du prisonnier afin de lui faire subir un jugement plus expéditif. Les soldats chargés de le convoyer tentent de tromper la vigilance de la population en modifiant leur itinéraire au dernier moment. Le 9 août, le prisonnier quitte Saint-Germain-de-Calberte entouré par vingt-cinq gardes nationaux. Ayant appris que des gens s’attroupaient sur le chemin principal, l’escorte décide d’en emprunter un autre, plus accidenté. C’est peine perdue : tous les chemins ont été placés sous surveillance. Une troupe armée arrête les soldats, les somme de s’écarter du prisonnier et, sourde à toutes les exhortations, abat Giberne de la Martinerie33.

  • 34 AN, F/7/3677/1 ; ADG, L 421, f° 437; L 416; M. de Grigny, Mme de Gaillard, deux hommes nommés Milh (...)
  • 35 ADG, L 415, 11 août 1792.

36Ce n’est pas le seul exemple d’exécution sommaire. Rappelons le massacre du jeune abbé de Tourtoulon à Saint-Hippolyte-du-Fort, en juillet 1792. À Alès, le 14 juillet de la même année, soit une semaine après la fin de l’insurrection du comte de Saillans, une foule en armes se rend à la prison, en enfonce les portes et massacre deux prisonniers dont les têtes sont ensuite promenées dans les rues au bout de piques. Exaltée par ce premier succès, la foule saccage plusieurs maisons appartenant à des familles réputées aristocrates. Des renforts venus des cités voisines ne parviennent pas à ramener l’ordre dans la ville avant deux jours. Deux nouvelles victimes sont massacrées et leurs têtes exhibées sur des piques34. Au cours du mois d’août, des rebelles réfugiés dans les bois sont traqués par les patriotes ; plusieurs arrestations ont lieu dans les environs de Robiac : trois prisonniers sont massacrés sur place35. Ces exemples trahissent une radicalisation des manifestations patriotes ainsi que le recours de plus en plus fréquent à une justice populaire sommaire et violente. Comme le remarque Michel Vovelle,

  • 36 Vovelle (M.), La Mentalité révolutionnaire, Paris, Messidor, 1985, p. 84-88.

la Révolution représente à la fois un paroxysme en continuité avec les formes anciennes de la violence, et une rupture décisive. Au-delà de la condamnation théorique des Lumières, elle introduit une réflexion renouvelée sur la subversion brutale comme moyen de changer le monde [...]. En 1790, la bourgeoisie révolutionnaire tente de répudier la violence populaire spontanée qui lui avait donné le pouvoir [...] mais cette tentative se heurte à la pression même des nécessités révolutionnaires, qui conduit jusqu’en 1792 et 1793 à une escalade de la violence36...

37Plus critique sur le poids des « nécessités » dans l’escalade de la violence, Patrice Gueniffey, dans une étude récente sur la Terreur, pose lui aussi la question des éléments de continuité ou de rupture dans l’expression de la violence populaire. Elle se rattache, selon lui, à une volonté très ancienne de punir les gouvernants jugés responsables de la situation. Malgré des éléments de continuité évidents, la violence populaire est également modifiée en profondeur par la Révolution :

  • 37 Gueniffey (P.), La politique de la Terreur. Essai sur la violence révolutionnaire. 1789-1794, Pari (...)

Pourtant, cette poussée de violence « archaïque » rencontre et accompagne un nouveau type de violence proprement révolutionnaire, invoquée ou utilisée comme moyen étranger à la sphère du droit mais légitimée par les complots attribués à la Contre-Révolution. [...]. En cela, elle trouve ses origines à la fois dans l’Ancien Régime et dans la Révolution37.

38Rien ne saurait mieux illustrer cette complexité de la violence populaire révolutionnaire que l’apparition dans plusieurs villes du Midi de groupes patriotes activistes se désignant sous le nom de « pouvoirs exécutifs ». Il s’agit en général de bandes se formant en dehors de toute légalité, sans lien avec les sociétés populaires, et s’érigeant en bras armé de la justice populaire. Sur la composition de ces bandes, nous ne possédons que rarement des détails précis, en dehors du cas de Saint-Affrique que nous allons développer. Elles apparaissent généralement entre la fin de 1791 et le printemps 1792. Les rapports des autorités ne mentionnent pas de lien avec les troupes d’incendiaires de châteaux, dont les bandes auraient pu chercher à prolonger l’action. Certains éléments peuvent cependant alimenter la réflexion. L’action des « pouvoirs exécutifs » se concentre sur la chasse aux ennemis de la nation, aristocrates, prêtres réfractaires ou personnages suspects d’avoir joué un rôle dans la rébellion orchestrée par le comte de Saillans. Les revendications économiques sont, en apparence du moins, reléguées au second plan. L’objet de la violence populaire a sensiblement évolué : on ne se contente plus, comme lors de la « guerre » contre les châteaux, de s’attaquer aux biens et aux symboles. Ce sont désormais les personnes qui subissent pressions et violences, comme dans le cas des exécutions sommaires qui apparaissent à peu près à la même époque. Autre différence : alors que les attroupés du printemps réclamaient l’application des lois contre la noblesse et le régime féodal, les « pouvoirs exécutifs » cherchent ouvertement à dépasser les lois existantes et à imposer une légalité de la rue contre la légalité issue du pouvoir représentatif.

  • 38 AN, F/7/3677/1, lettres des 3 et 6 avril 1792.

39Quant aux lieux où se développent ces « pouvoirs exécutifs », ils ne correspondent pas à ceux où s’est déroulée la « guerre » contre les châteaux. Les bandes patriotes sont signalées exclusivement dans les villes. L’une des premières est mentionnée à Alès, où elle serait apparue au cours de l’été 1791 ; elle se manifeste en attaquant les prêtres réfractaires réfugiés dans la cité. L’un d’eux, sommé de quitter la ville dans les plus brefs délais, demande au chef de cette bande composée d’une cinquantaine d’hommes armés s’il est mandaté par la municipalité. Il lui est répondu « qu’ils étaient le pouvoir exécutif et qu’ils parlaient et agissaient de leur propre autorité38. » Au moment où s’organise ce « pouvoir exécutif » à Alès, une bande du même type prend forme à Montpellier. Le rapport du procureur syndic général de l’Hérault retrace sa genèse :

  • 39 Ibid.

Au commencement, ce prétendu pouvoir exécutif n’était qu’une assemblée de patriotes qui protégeaient les curés constitutionnels dans leurs fonctions, pour les mettre à l’abri des insultes qu’ils essuyaient journellement. On ne peut se dissimuler que les paroisses seraient sans pasteurs et que plusieurs d’entre eux auraient été exposés à perdre la vie, un d’eux a même été empoisonné. Mais il se glissa parmi ces patriotes un grand nombre de mauvais sujets qui commirent quelques excès contre les citoyens39.

  • 40 Ibid ; ADG, L 415.

40Les semaines suivantes voient s’aggraver les violences, au point qu’une pétition est signée contre cette bande par des citoyens dénonçant les pressions exercées lors de la tenue des assemblées primaires et des élections municipales. Néanmoins, une partie de la municipalité semble protéger ces patriotes zélés, qui nouent des liens avec les jacobins. Certaines familles protestantes semblent impliquées aux côtés du « pouvoir exécutif »40. Une bande du même type est signalée à Nîmes au printemps 1792, une autre à Castres. Les archives ne mentionnent plus de « pouvoirs exécutifs » après 1792, à l’exception de la « Bande Noire » de Saint-Affrique qui développe un activisme à tous égards exceptionnel.

La Bande Noire de Saint-Affrique

41Nous avons déjà eu à évoquer cette petite cité du Rouergue méridional, agitée par des troubles violents lors de l’installation du prêtre constitutionnel en juillet 1791. Ces incidents, en particulier l’intervention musclée des gardes nationaux de Millau et Camarès, traumatisent durablement la population catholique de la ville. Plus que les violences, ce sont les humiliations infligées aux femmes catholiques et à leurs familles qui marquent les mémoires. Expression d’une tension extrême de l’opinion publique, les incidents ne cessent d’opposer patriotes et « royalistes », protestants et catholiques.

La spirale des affrontements confessionnel41

  • 41 AN, F/7/3657/1 (très gros dossier comportant une enquête sur les troubles du mois d’août 1791 et s (...)

42Comme souvent, les jeunes, organisés en bandes rivales, exaspèrent les oppositions. En octobre 1791, les deux partis en viennent aux mains ; deux patriotes sont arrêtés et déférés devant le tribunal de Millau pour y être jugés. Élargis par le tribunal, ils sont raccompagnés à Saint-Affrique par un détachement composé d’une vingtaine de gardes nationaux, le 4 février 1792 au matin. Le lendemain, dimanche, doit avoir lieu l’élection du juge de paix, ce qui exacerbe les tensions entre partisans et adversaires de la Révolution. Alors qu’elles travaillent dans les champs, plusieurs personnes aperçoivent à travers un brouillard épais le détachement des gardes nationaux de Millau. L’alerte est donnée aussitôt dans la cité, où l’on pense que les patriotes de Millau viennent renouveler les violences de l’été passé. Les jeunes catholiques sont les premiers à réclamer des armes, alors que la municipalité qui, rappelons-le, est composée de catholiques et de protestants, envoie une députation au-devant des soldats pour s’enquérir des raisons de leur présence. Le maire, l’ancien abbé Le Rat, et deux officiers municipaux protestants (dont le pasteur de Camarès, Bernard), s’avancent sur le chemin, parlementent avec les gardes de Millau et leur demandent de se retirer afin d’éviter de nouveaux troubles. Les soldats hésitent, car ils ont la responsabilité des prisonniers ; finalement, il est décidé que les gardes iront jusqu’aux portes de la ville, qu’ils ne franchiront pas, et qu’ils remettront leurs prisonniers aux autorités locales.

43Pendant que se déroule cette négociation, la tension est montée dans les rues de la cité. Deux femmes, cachées non loin des soldats, les auraient entendus dire qu’ils comptaient bien reprendre les choses là où ils les avaient laissées l’été dernier, et punir à nouveau les femmes catholiques. Affolées, elles accourent en ville et rapportent plus ou moins fidèlement ces propos, ce qui met le feu aux poudres. Des groupes de jeunes catholiques s’emparent des armes déposées à la mairie et arpentent les rues. Des pierres sont lancées sur les fenêtres des protestants, contre lesquels on profère des menaces. L’un des chefs de la bande menace de passer une protestante par la baïonnette et crie bien fort : « Que ce soir, on voulait détruire toutes les maisons des Protestants ! » Un de ses compagnons ajoute : « Nous avons des balles et des fusils, c’est cette fois qu’il faut les finir ! » Les femmes ne sont pas en reste : l’une d’elle crie : « Qu’on fasse vite, qu’on aille tuer tous les protestants. » L’approche de la nuit provoque une recrudescence de l’agitation et les propos se font de plus en plus violents. Le pasteur Bernard est bousculé par une troupe composée en partie par des jeunes gens de la famille du maire ; un garçon protestant est agressé par une troupe conduite par le fils d’un officier municipal, Hermet. L’un de ces jeunes arpente les rues de la ville en criant : « Ce soir, il fait clair de lune, il faudra attendre encore, mais dès que la nuit sera plus sombre, nous commencerons par les enfants et nous finirons par les pères ! »

44Les protestants semblent avoir choisi de s’enfermer dans leurs maisons, mais plusieurs témoins assurent avoir entendu les plus jeunes se targuer de faire venir les gardes nationaux de Millau pour rétablir l’ordre à Saint-Affrique ; certains dialogues entre femmes catholiques et protestantes sont significatifs du climat de haine qui règne entre les deux communautés. Plusieurs témoins assurent même que le pasteur Bernard aurait été aperçu filant à cheval en direction de Camarès, où il serait allé chercher des secours. Dans ce contexte, la municipalité, contre l’avis de ses membres protestants, décide de faire appel aux gardes nationales des villages environnants. Des courriers partent en direction de Vabres, Saint-Izaire, Gozon, Saint-Rome-de-Tarn, Saint-Rome-de-Cernon, Roquefort, Tournemire, Saint-Félix-de-Sorgues, Salles-Curan, Montjaux et Ségonzac. Le lendemain à l’aube, les premiers gardes nationaux entrent dans Saint-Affrique. Ils sont salués par des cris hostiles aux patriotes ; certains citoyens arborent des insignes de la contre-révolution, « poufs » rouges qui rappellent les « cébets » de Nîmes, ruban rouge ou encore cocarde de la même couleur. Certains veulent aller incendier la salle du club patriote, mais les officiers municipaux s’interposent. Le soir, une grande farandole rassemble plus de deux cents hommes. Le maire et plusieurs officiers municipaux, arborant eux aussi les signes de la rébellion, s’affichent à sa tête.

Carte 11
La solidarité catholique autour de Saint-Affrique

Carte 11La solidarité catholique autour de Saint-Affrique

45Les gardes nationaux venus prêter main-forte aux catholiques sont logés dans les maisons des protestants, ce qui rappelle fâcheusement les pratiques du temps des dragonnades. Tous ces soldats ne sont pas, loin s’en faut, d’ardents contre-révolutionnaires. Plusieurs s’interrogent sur les raisons de leur présence à Saint-Affrique. Certains pensent qu’ils y ont été appelés par la nation et la loi. Du reste, plusieurs détachements prennent la décision de quitter les lieux dès le dimanche soir. Le lundi, jour de foire, se déroule dans le calme, ce qui pousse l’ensemble des gardes nationales encore présentes à rentrer chez elles. Les patriotes ont cependant fait l’objet de menaces précises : le dimanche soir, des soldats se réunissent et réclament des mesures d’urgence pour organiser la réquisition des denrées. Ils demandent également que le prix des céréales soit plafonné, que tous les greniers particuliers soient inspectés. Ces revendications ont fort peu à voir avec les discours contre-révolutionnaires habituels. La question religieuse ne semble même pas avoir été sérieusement abordée. Les incidents de février auraient pu paraître insignifiants, fruit d’une « panique » populaire, si le contexte politique n’avait été aussi tendu. Déformés par le prisme politique, ces événements sont interprétés comme une manifestation inquiétante d’un état d’esprit contre-révolutionnaire. La mobilisation des gardes nationales d’une dizaine de villages inquiète considérablement les autorités du département, qui chargent deux commissaires de mener l’enquête dès le 16 février. Il va sans dire que les patriotes donnent une version très alarmiste de ces deux journées où aucune violence réelle n’a pourtant été à déplorer, version qui n’est que le reflet de la peur qu’ils ressentent dans un pays où se structure une Contre-Révolution populaire prenant appui sur le rejet massif de la réforme de l’Église. Après une longue enquête, les commissaires venus de Rodez concluent à la culpabilité des membres de la municipalité, qui est suspendue et provisoirement remplacée par les membres du directoire du district. En mars, le maire et les officiers municipaux sont jugés à Rodez où sont également convoqués les responsables des gardes nationales venues prêter main-forte aux catholiques. La suspension de la municipalité est confirmée et la question renvoyée au ministère de l’intérieur.

  • 42 AN, F/7/3657/1, dossier 3, lettre de la municipalité de Millau, 8 avril 1792.
  • 43 Ibid., dossier 1.
  • 44 ADA, 1 L 752.

46Le printemps est très agité dans la région qui est cependant épargnée par le mouvement contre les châteaux qui marque le Gard. À Millau, les désordres sont permanents : début avril, plusieurs attroupements attaquent les maisons où logent des prêtres réfractaires. Le 2, la population exige que ceux-ci soient définitivement expulsés. Sous la pression, le directoire du district prend un décret en ce sens, mais il est jugé illégal par le ministère de l’intérieur, au nom de la liberté des cultes. Outrepassant les bornes de la loi, le peuple envahit la maison commune le 15 avril, exigeant que le décret illégal soit maintenu42. Les autorités élues ont le plus grand mal à faire respecter la loi ; par le biais des sociétés populaires, l’idée que le peuple est le véritable gardien des valeurs de la Révolution se développe. Multipliant les pétitions et les dénonciations publiques, les clubs monopolisent progressivement la parole patriote. Le directoire du district de Saint-Affrique dénonce cette dérive : « Ce n’est pas dans le club des soi-disant amis de la Constitution que réside l’opinion publique43 ! » Les incidents ne cessent pas pour autant. Dans le district de Saint-Affrique, les prêtres sont la cible de nombreuses violences. Le curé de Saugane, vicaire dans la paroisse depuis plus de trente ans, est accablé d’injures à cause de son refus de prêter le serment à la constitution civile du clergé ; tous les dimanches du mois d’avril, des hommes attaquent sa maison, enfonçant la porte, arrachant les tuiles du toit, délogeant les fidèles venus l’écouter. À la fin du mois, le vieux prêtre se résigne à quitter la paroisse44.

47À Saint-Affrique, les tensions restent si fortes que les autorités départementales envoient sur place quatre compagnies de volontaires. Censés faire respecter l’ordre, ces derniers deviennent vite l’enjeu des affrontements opposant patriotes et « aristocrates ». Le rétablissement de la municipalité par le Ministre de l’intérieur, le 25 juillet 1792, semble sonner le glas de tout espoir de paix civile. Les jeunes catholiques font courir le bruit d’un coup de force imminent des aristocrates contre les patriotes. Le 28 juillet, des volontaires sont attaqués par une troupe armée conduite par Nayrac, l’un des chefs du mouvement de février, fils d’un officier municipal suspendu en mars. Les jeunes gens se rassemblent devant la maison d’un protestant, officier municipal patriote. Aussitôt, de jeunes patriotes s’attroupent derrière Alexandre Sarrus, issu d’une puissante famille huguenote de la ville et officier dans l’armée. Il parvient à désarmer le chef de la bande adverse et le conduit à la maison commune. Mais le maire prend la défense du prisonnier, du moins est-ce le sentiment de la troupe conduite par Sarrus, qui décide de prendre en charge la lutte contre le fanatisme et le royalisme dans le district et la ville de Saint-Affrique. C’est dans ce contexte que la Bande Noire prend naissance.

Un nerf de bœuf, un habit noir et un chapeau à large bord...

  • 45 Ibid., 1 L 752 et 1 L 754, extrait des registres de délibérations de la commune de Saint-Victor.

48Les premiers jours du mois d’août 1792 sont en effet marqués par l’apparition d’une bande de jeunes patriotes qui s’attaque aux prêtres réfractaires et aux représentants des autorités locales jugés trop timorés ou favorables aux royalistes. Les quatre compagnies de volontaires appelées à la suite des troubles de février sont sur le départ. Néanmoins, plusieurs soldats prennent une part active dans les violences qui se déroulent alors. Des maisons sont fouillées et des armes confisquées en toute illégalité. Le maire du village de Saint-Victor est la cible de plusieurs agressions et l’on menace de lui couper la tête pour la planter au sommet d’une pique. Plusieurs notables et officiers municipaux subissent de graves dégâts matériels dans leurs propriétés. Deux femmes sont traînées sur la place publique et fouettées. C’est à cette date que les autorités dénoncent l’existence d’un « soi-disant pouvoir exécutif45 ». Dès lors, les agressions se font de plus en plus fréquentes.

  • 46 Ibid., 1 L 753, rapport des commissaires Ser et Daudé.
  • 47 Ibid., 1 L 754, rapport des commissaires Rous et Delpech.
  • 48 Ibid., 71 L 46, procédures du tribunal criminel.

49Le 14 août au soir, l’ancien commissaire du roi à Saint-Affrique est agressé par un groupe de jeunes gens déterminés à le rosser. La garde nationale parvient à le dégager de leurs mains et à favoriser sa fuite. Peine perdue : l’homme est rattrapé alors qu’il atteint les bois et roué de coups de bâtons46. Trois jours plus tard, c’est au tour d’un meunier de subir les attaques nocturnes de la bande désormais connue sous le nom de « pouvoir exécutif ». Les volontaires et les jeunes patriotes se déploient dans un rayon assez large autour de Saint-Affrique : Saint-Victor est un village situé au-dessus des gorges du Tarn, à une quinzaine de kilomètres. Versols et La Peyre sont une autre cible de la bande qui s’attaque au curé constitutionnel, dont la maison est pillée, ainsi qu’à l’homme qui lui a donné refuge : il semble que tous les prêtres, qu’ils soient réfractaires ou constitutionnels, s’attirent l’inimitié du « pouvoir exécutif ». C’est ensuite au tour de Saint-Jean-d’Alcapiès de recevoir les visites de la bande qui fouille les maisons, réquisitionne les armes et pille les provisions47. En septembre, les volontaires quittent Saint-Affrique, ce qui ne met aucunement fin aux désordres. Ces derniers s’aggravent au contraire48. Le 19 septembre, Jacques Barbe est attaqué par le « pouvoir exécutif » ; quelques jours plus tard, alors qu’il est de permanence à la maison commune, il voit arriver Pierre Grand, porteur d’un billet anonyme sur lequel on peut lire :

  • 49 -Ibid., 1 L 754, enquête des commissaires Ser et Daudé.

Le Pouvoir Exécutif N° 1 et 2 avertit la municipalité de ne plus laisser entrer le sieur Barbe à la maison commune, qui a transgressé les lois et que s’il y entre, le Pouvoir Exécutif fera son devoir depuis le n° 1-2 jusqu’au n°3349.

  • 50 Ibid., 1 L 753, extrait du registre de délibérations du directoire du district du 24 septembre 179 (...)

50À cette date, le « pouvoir exécutif » est solidement structuré. Il semble que le groupe se soit réuni pour la première fois à la fin du mois de juillet. La participation des volontaires en garnison à Saint-Affrique joue un rôle majeur dans l’organisation du mouvement et la manière dont sont montées les expéditions « punitives ». À partir de septembre, ces dernières obéissent à un rituel de plus en plus strict. Le 21 septembre, à la nuit tombée, le groupe s’organise de manière quasi-définitive et reçoit le nom de « Bande Noire »50. Le témoignage de l’une de ses recrues permet de connaître le rituel d’intégration dans le groupe. Un soir, le jeune homme reçoit la visite d’un membre de la bande qui lui propose de rejoindre ses rangs, lui faisant valoir « qu’elle n’était établie que pour le maintien de la société appelée par le club pour punir les malveillants et les voleurs. » Le jeune Vernhet accepte et va se faire inscrire à la Société des Amis de la République. Intégré dans la bande, il reçoit « un gros bâton fait en triangle, on lui déclara qu’il devait acheter un ruban aux trois couleurs pour le mettre au dit bâton, avec lequel il pouvait aller partout sans avoir besoin de passeport, et que son numéro serait 89 [...] et que sur ledit bâton était écrit en gros caractères : Vivre libre ou mourir »

51En recoupant les témoignages, on peut se faire une idée plus complète de la composition de la bande et de son mode de fonctionnement. Exclusivement masculine, la Bande Noire accorde une grande importance au costume : le noir est imposé, couleur de la nuit dans laquelle se déroulent les expéditions. Tous portent un chapeau à larges bords qui servent à cacher les visages plus efficacement que la chevelure rabattue, d’abord utilisée. Armés, les membres de la bande portent le sabre, plus souvent un bâton, toujours triangulaire, ainsi qu’un nerf de bœuf. Assez rapidement, les sabres sont abandonnés au profit de ces deux dernières armes. Le but n’est pas de tuer, mais de rosser, si possible sans laisser de trace, d’où le recours au nerf de bœuf. Les coups sont distribués dans le silence le plus complet : aucun témoignage ne mentionne de cris ou de huées, caractéristiques des émotions populaires. La discipline est très forte au sein du groupe, sur le modèle de la garde nationale. Le fils d’une puissante famille protestante de la cité, Daniel Bourgougnou, est appelé « maire et capitaine du pouvoir exécutif ». Les chiffres occupent une place importante dans le rituel : lors de leur intégration, les hommes reçoivent un numéro qui leur tient lieu de matricule durant leurs activités au sein de la bande. Les « crimes » et les punitions sont également codifiés par des numéros. Le rituel est nettement judiciaire : la bande se réunit dans un moulin situé aux portes de la ville pour juger le comportement de ses concitoyens. Le « coupable » est averti à l’avance de la sanction qui va lui être infligée : des membres désignés à cet effet se rendent à son domicile pour lui donner lecture de la sentence. D’autres sont affectés à la « punition », qui se déroule de nuit, dans le silence. Anonymat, habits noirs, code secret, silence et violence des coups, tout est fait pour impressionner et terroriser, plus que pour blesser ou tuer. Le but de la bande est de semer la terreur parmi les ennemis de la Révolution, non de les éliminer.

  • 51 Ibid., 1 L 754, gros dossier contenant les interrogatoires des témoins.

52Quelques témoignages extraits de l’enquête menée par les commissaires Ser et Daudé, envoyés par l’administration du département, permettent de comprendre comment la Bande Noire a instauré un véritable climat de terreur à Saint-Affrique à partir de l’été 179251. Barthélémy Capdenat est le premier à venir témoigner. Au début du mois d’octobre, vers 9 Heures du soir, il entend frapper à sa porte. Il ouvre et aperçoit une trentaine d’hommes portant de grands chapeaux noirs ou leurs cheveux épars, attachés en partie sur le devant du visage. Six hommes se détachent du groupe et entrent ; l’un d’eux tire une feuille de sa poche et lit : « Je suis ici de la part du Pouvoir Exécutif par lequel vous avez été condamné à recevoir une bastonnade » Le « condamné » demande pour quelles raisons il doit être puni, ce à quoi Daniel Bourgougnou lui rétorque : « si vous n’avés rien fait, vous l’avés pensé ! » À ces mots, tous se précipitent dans la maison et le rouent de coups de bâton. Le lendemain, cependant, il a la surprise de voir revenir ces hommes qui lui demandent de garder le silence sur ce qui s’est déroulé la veille, et lui offrent pour cela une bouteille de vin.

53Un tisserand qui rentrait chez lui vers 9 heures du soir rencontre un attroupement qui le roue de coups. Il parvient à s’échapper, mais tombe sur un second groupe. On le force alors à passer entre deux rangées d’hommes, chacun lui donnant au passage un coup de nerf de bœuf. Cécile Devic est seule lorsque la bande vient frapper à sa porte ; elle affirme que son mari est absent, puis court le prévenir. Mais la bande revient dans la nuit, se fait ouvrir la porte, se précipite dans la chambre en criant : « c’est maintenant qu’il faut venir tuer les hugueneaux (sic) ! ».

54Au cours du mois d’octobre, le comportement de la bande se modifie sensiblement. Les violences sont plus nombreuses, les blessures plus graves, des actes délictueux sont plus régulièrement mentionnés par les témoins. Une femme âgée d’une soixantaine d’années raconte qu’elle a reçu la visite du « pouvoir exécutif » ; les hommes exigent des armes et de l’argent, mais ils se contentent finalement d’un assignat de 5 livres. Dans la même maison, la porte d’une chambre où vit une femme seule est enfoncée, et cette femme violée. Trois plaintes pour viol sont retenues par le juge qui établit l’acte d’accusation. Plusieurs citoyens se voient contraints de céder des terres ou des maisons à certains membres de la bande. Cette brusque aggravation des violences commises par la Bande Noire est liée à la démission de la municipalité dirigée par l’ancien abbé Le Rat, le 5 octobre 1792. Dans la perspective de nouvelles élections, les pressions et les actes d’intimidations se multiplient.

  • 52 Ibid., 58 L 18, dossier contre Bourgougnou et Sarrus constitué en frimaire an III.

55L’élection de la nouvelle municipalité a lieu le 21 octobre. Plusieurs notables patriotes avouent qu’ils ont été contraints par la force de se rendre aux urnes, sous la menace de représailles, alors que les citoyens connus pour leurs opinions modérées ou contraires ne peuvent participer au vote. De fait, la nouvelle municipalité est une émanation de la Bande Noire. Bourgougnou devient maire et Étienne Sarrus, son second, devient procureur de la commune ; les officiers municipaux sont tous membres de la bande. Mais il est difficile de cacher les conditions déplorables dans lesquelles se sont déroulées ces élections : alors que la ville compte plus de six cents citoyens actifs, le maire n’a été élu qu’avec quarante et un suffrages ! Seuls soixante citoyens ont pris part au vote52. Il s’agit donc bien d’une prise du pouvoir par la terreur.

Identité sociale des membres de la Bande Noire

  • 53 Ibid., 71 L 46, procédures du tribunal criminel.
  • 54 Ibid., 1 L 754.
  • 55 Raylet (abbé L.), Procès-verbaux de la société des Amis de la Constitution de Saint-Affrique, Rode (...)
  • 56 ADA, 4 E 216-7 ; les recherches que nous avons menées ne sont pas exhaustives. Elles ont été compl (...)

56Les dossiers conservant les traces des agissements de la Bande Noire sont particulièrement fournis, ce qui contraste d’ailleurs avec le silence qui a depuis recouvert tout l’épisode. Le nom des membres les plus actifs figure dans l’acte d’accusation dressé par le juge53, ainsi que dans le rapport des commissaires envoyés par le département54. Nous avons recoupé la liste de ces noms avec celle de la municipalité élue en octobre 1792, avec les noms des adhérents de la Société des Amis de la Constitution de Saint-Affrique55 et enfin avec les registres de l’état civil des protestants, notamment celui qui a été ouvert en application de l’Édit de tolérance de novembre 178756.

  • 57 Thiers (R.), Évolution démographique, économique et sociale de Saint-Affrique (Aveyron) de 1779 à (...)

57Les deux principaux chefs de la Bande Noire sont Daniel Bourgougnou et Étienne Sarrus. Ils sont nés en 1765 et 1764, au sein de familles protestantes aisées, dont la fortune s’est réalisée grâce à l’activité lainière. Les deux familles achèvent de s’enrichir au cours de la décennie révolutionnaire, arrivant en tête des plus grosses fortunes de la cité57. La vente des biens nationaux fournit des renseignements complémentaires intéressants : il y a peu de biens vendus à Saint-Affrique même, car les biens ecclésiastiques et les biens nobles y étaient en petit nombre. Dans les environs, en revanche, les terres de l’abbaye de Nonenque représentaient un ensemble important : elles ont été achetées par des membres des familles protestantes Rachou et Girbal, à l’aisance ancienne. Parmi les principaux acquéreurs figure aussi la famille Mazarin, l’une des rares familles de la petite noblesse locale, ainsi que les Bourgougnou, qui rachètent l’évêché de Vabres en seconde main. Les diverses sources confirment que les deux chefs de la Bande Noire appartenaient au cercle des plus grosses fortunes protestantes de la cité, mais toutes les familles huguenotes aisées n’ont pas été impliquées. Les plus anciennes fortunes, les Mazarin, les Grand, pour ne citer que ces deux exemples, ont toujours condamné les excès tout en s’impliquant de manière croissante dans les responsabilités politiques à l’échelle locale.

58La société populaire est l’un des principaux lieux où s’exprime cet engagement des familles protestantes. Lors de sa fondation, le 8 mai 1791, la société des Amis de la Constitution compte certes une majorité de protestants, mais aussi bon nombre de catholiques, dont l’ancien abbé Le Rat. La société se divise à la suite des troubles de juillet 1791 et plus encore de février 1792. À cette date, elle condamne ouvertement la municipalité et exclut progressivement les membres jugés réactionnaires, tous catholiques. Les épurations, de plus en plus fréquentes, font que la société ne compte bientôt plus que des membres protestants. Les organes dirigeants sont désormais aux mains d’une poignée d’hommes qui seront des membres actifs de la Bande Noire en 1792. Dès la fondation du club, Étienne Sarrus fait partie du comité de police ; au comité économique, les protestants dominent sans partage mais un seul d’entre eux fait partie de la Bande Noire. Au printemps, Bourgougnou fait son apparition au sein du comité directeur de la société. La déclaration de guerre, les événements parisiens de l’été, tout concourt à donner un écho grandissant au discours radical des membres de la Bande Noire. Au sein de la société populaire, les épurations se poursuivent mais ce sont désormais les patriotes et protestants modérés qui en font les frais.

59Les événements nationaux, tout comme les tensions locales, poussent à une radicalisation des patriotes mais contribuent également à les diviser selon un processus complexe. On ne saurait dire, en effet, que les familles de notables sont choquées et hostiles au mouvement dans leur ensemble : si les Grand, les Mazarin, les Crébassa n’ont jamais été impliquées dans la Bande Noire, les Sarrus et les Bourgougnou le sont, alors que ces familles occupent un rang élevé au sein de la notabilité réformée de Saint-Affrique. Tous les membres de la bande sont protestants mais la communauté est globalement réticente face aux violences commises. Progressivement, les protestants ont investi les principaux postes de pouvoir dans la cité et le district : les membres de cette administration condamnent sans appel le « Pouvoir Exécutif » et engagent une action en justice peu après les élections frauduleuses d’octobre destinées à remplacer la municipalité Le Rat. Pour autant, la société populaire reste étrangement silencieuse sur les « crimes » commis par la bande, alors que plusieurs pages de ses registres sont consacrées à dénoncer les violences contre-révolutionnaires dès juillet 1791. Les familles huguenotes qui dirigent Saint-Affrique tiennent à mettre un terme aux excès, mais leur malaise est perceptible, illustration de l’ambiguïté des relations qui existent entre la Bande Noire, la communauté réformée et les patriotes de la ville.

  • 58 ADA, 1 L 752 et 753 (enquêtes des commissaires Ser et Daudé) ; 71 L 46 (mandats d’arrêts délivrés (...)
  • 59 Soboul (A.), Mouvement populaire et gouvernement révolutionnaire en l’an II, 1793-1794, Paris, Fla (...)
  • 60 ADA, 58 L 18, Comité de surveillance, procédures contre des « terroristes ».

60Tous les échelons de la société sont représentés au sein de la Bande Noire : les élites fournissent les chefs, le gros des troupes est constitué de négociants, artisans et entrepreneurs parfois modestes, mais économiquement à l’aise. Les ouvriers de l’industrie textile sont également représentés, de même que les paysans, quoique minoritaires (un métayer et un brassier sont mentionnés)58. Hétérogénéité sociale, absence des éléments les plus pauvres de la société urbaine, violence du discours politique, culte de la fraternité, bien des caractéristiques identifiées à propos des sans-culottes parisiens peuvent être attribuées aux membres de la Bande Noire59. Leur comportement politique puise ses sources dans la conviction que le peuple, qu’ils pensent incarner, est source de toute véritable légalité. Cette certitude les conduit à un certain nombre de dérives violentes et d’actes crapuleux commis par des membres importants de la Bande Noire. Nous avons déjà signalé trois agressions contre des femmes ; il faut y ajouter des violences contre certains propriétaires dont on obtient des terres ou des immeubles cédés sous la pression. La famille de Daniel Bourgougnou a singulièrement accru sa fortune au cours de la Révolution. Un procès est intenté à l’ancien maire en frimaire an III par le comité révolutionnaire60. Il est accusé d’avoir réquisitionné à son profit et en invoquant les besoins de la guerre des hommes, des chevaux et des terres. L’étude de la contribution à l’emprunt forcé de 1793 corrobore ces accusations. Sans négliger cet aspect des faits, ni son poids sur la vie quotidienne à Saint-Affrique durant la Terreur, il n’en reste pas moins que l’idéologie est le principal moteur des actions de la Bande Noire. Alors que les revendications économiques occupent une place croissante au sein du mouvement sans-culotte parisien, les questions politiques et religieuses restent au premier plan à Saint-Affrique, reflet de l’originalité politique de ce Midi de la frontière religieuse.

La paix impossible

  • 61 .Ibid., 1 L 754, déposition d’Élisabeth Boyer.
  • 62 D’après les recherches que nous avons menées, cette famille Grand n’est pas directement liée à la (...)
  • 63 AN, F/7/3657/1 et ADA, 1 L 754, enquête des commissaires Rous et Delpech.

61Les commissaires du département, Ser et Daudé, obtiennent rapidement la suspension de la municipalité Bourgougnou et la nomination d’administrateurs provisoires parmi lesquels se trouvent Grand, membre du directoire du district, Grand-Pilandes, industriel, Aurejac, homme de loi, et Mazarin. Trois compagnies de volontaires du Tarn sont placées en garnison dans la ville ; le juge de paix entame une action en justice sur la base de l’enquête menée par les commissaires. Ces derniers quittent la cité, espérant y avoir achevé leur mission de pacification. Mais la reprise des incidents à la fin du mois de novembre met un terme aux espoirs de paix et de concorde. Prenant fait et cause pour les victimes de la Bande Noire, les volontaires du Tarn aspirent à agir plus radicalement que la justice. Des groupes composés de catholiques et de volontaires parcourent les rues de nuit, en criant « qu’il fallait tuer tous les protestants », ou bien encore « qu’ils voulaient égorger tous ces F... G... de protestants qui étaient tous de la Bande Noire61 ! » Une femme qui héberge le curé constitutionnel de la paroisse reçoit la visite d’un groupe de ces hommes qui la menace ; quelques jours plus tard, ses terres sont endommagées. Une protestante, épouse de l’un des anciens membres de la Bande Noire, Pierre Grand, maréchal-ferrant62, se retrouve un soir entourée par une quinzaine de jeunes hommes, dont la plupart ont joué un rôle actif dans les troubles de février 1792 ; ils la contraignent à s’agenouiller, crient qu’ils vont la tuer. Deux garçons tirent leurs sabres, mais l’intervention de plusieurs voisins les contraint à quitter les lieux63. En rassurant les victimes de la Bande Noire et en leur certifiant que justice leur serait rendue, les commissaires Ser et Daudé ont involontairement poussé les catholiques, victimes de la bande et désormais exclus du pouvoir local, à hâter l’heure de la vengeance.

62Le premier objectif est le club des Amis de la Constitution ; le second est Jacques Sarrus, frère d’Étienne, ancien procureur de la municipalité instaurée par la Bande Noire. L’homme fait l’objet d’une traque sans pitié au cours de la dernière semaine de novembre. Sa maison est pillée, toutes celles qui pourraient lui servir de refuge sont visitées et surveillées. Mais n’imaginons pas les anciens chefs du « Pouvoir Exécutif » en fuyards apeurés : Sarrus et ses amis ont de nombreux alliés au sein de la population et les menaces proférées contre les protestants élargissent le cercle de ceux qui sont prêts à prendre leur défense le cas échéant. Au cours d’une altercation qui l’oppose à un officier des volontaires du Tarn, Sarrus lance à voix très forte :

  • 64 ADA, 1 L 754, interrogatoires conduits par les commissaires Rous et Delpech.

Je suis le chef de la Bande Noire [...] La Bande Noire n’a fait que ce qu’ils méritaient et moi j’en suis le chef et le suis F... pour exterminer tous [...] les volontaires du département du Tarn et tous les citoyens de la ville qui voudront encore les soutenir64 !

63Cette déclaration donne lieu à un affrontement généralisé entre les volontaires présents et les alliés de Sarrus.

64Quelques heures plus tard, la salle du club patriote est réduite en cendres par les soldats furieux et humiliés. Il ne reste rien des gradins de la salle des séances, de la tribune, des cadres et fenêtres, des livres qui étaient conservés dans ces lieux. Le mobilier est entassé dans un grand bûcher sur la place. Cette action a des échos dans toute la région. Plusieurs patriotes de Saint-Affrique, dont Bourgougnou, sont à Millau dès le lendemain ; on parle de former des colonnes armées pour aller punir les contre-révolutionnaires. Le département réagit avec célérité : deux commissaires arrivent à Saint-Affrique dès le 1er décembre ; les volontaires du Tarn sont renvoyés et remplacés par un détachement de gardes nationaux de Rodez et l’enquête débute aussitôt. Plusieurs volontaires du Tarn viennent spontanément témoigner et se dénoncer, affirmant qu’ils ont été abusés par certains officiers qui désignaient la salle du club patriote comme le repaire de la Bande Noire. Tous les témoignages montrent l’importance de la question religieuse dans le déclenchement des incidents impliquant les volontaires. Ces derniers, originaires du Tarn, étaient sans doute sensibilisés aux affrontements qui opposaient protestants et catholiques, leur département étant lui aussi marqué par la différence des opinions religieuses.

  • 65 Ibid., 1 L 748. Procès verbal du capitaine de gendarmerie Thibault.
  • 66 Ibid., 1 L 750 et 751 ; Trémouilles, Salmiech, La Capelle et Carcenac sont particulièrement éprouv (...)
  • 67 Ibid., 1 L 749 et 3 L 56 (police; tribunal du district de Millau).

65La nouvelle enquête révèle plus encore que la précédente la coïncidence entre politique et religion dans toute la région. Plusieurs « Pouvoirs Exécutifs » ont vu le jour dans le district de Saint-Affrique, tous dans des communes comptant une forte minorité réformée, à l’exception de celle de Roquefort. En revanche, les communes victimes des expéditions punitives menées par ces bandes sont catholiques, les cibles étant généralement des églises, des curés, des officiers municipaux. La cloche de l’église de Valhauzy est enlevée par une troupe conduite par Daniel Bourgougnou, malgré les protestations de la population ; les curés d’Ouyre, Versols et La Peyre subissent des violences assez graves. Plusieurs communes sont taxées. Contre toute attente, Millau ne voit l’apparition d’aucun « Pouvoir exécutif ». Néanmoins, la ville est le théâtre de nombreux incidents directement liés aux événements nationaux et aux tensions locales. La nouvelle de l’insurrection parisienne du 10 août est connue le 17 à Millau: elle provoque un regain d’agitation contre les prêtres réfractaires et les aristocrates. Un attroupement se forme dans les rues de la ville, arborant de gros bâtons triangulaires ainsi que des armes. On entend crier dans les rues : « À nous les sans-culottes, à nous le Pouvoir Exécutif65 ! » La chasse aux réfractaires et aux aristocrates se poursuit à Millau durant l’automne. En octobre, une troupe de paysans armés se rassemble derrière le seigneur de Carcenac, Barrau ; cette insurrection contre-révolutionnaire provoque la mobilisation de la gendarmerie et de la garde nationale qui investissent plusieurs villages réputés hostiles à la Révolution et terrorisent les populations. Le château de la famille Sadous, à laquelle appartient le prêtre réfractaire de Millau, est incendié en octobre66. De proche en proche, le district est gagné par les violences. Les communes catholiques des gorges du Tarn connaissent des troubles lors des élections de décembre ; Nant et Saint-Jean-du-Bruel sont aspirés peu à peu dans une spirale de violence et d’affrontements suscités par le serment des prêtres au printemps 179167.

66En 1792, le Midi est au bord de la guerre civile ; deux partis se sont précocement structurés sur la base d’une mobilisation populaire où se mêlent étroitement politique et religion. Le premier à se manifester est le parti hostile aux réformes religieuses : les affrontements de Nîmes, les camps de Jalès, la bagarre de Mende et l’insurrection de Marc-Antoine Charrier suscitent une inquiétude profonde parmi les patriotes, particulièrement les protestants. Ces derniers ont beaucoup à perdre en cas de victoire du parti réactionnaire et aristocratique, la Révolution leur ayant rendu la liberté de conscience après un siècle de proscription et de répression. La force du mouvement patriote et la coïncidence de la mobilisation avec la géographie du protestantisme attestent de l’inquiétude qui marque toutes les classes de la société réformée.

67L’originalité du Midi tient à l’ampleur et à la précocité de la mobilisation populaire, qu’elle soit hostile ou favorable à la Révolution. Chaque étape du processus de politisation voit l’identité religieuse s’affirmer comme un élément de différenciation politique. De toute évidence, la mobilisation populaire contre le serment est catholique. La guerre contre les châteaux est un phénomène plus complexe mais elle est bien l’expression d’une poussée patriote populaire ancrée en territoire protestant. De part et d’autre, les événements nationaux sont parfaitement connus et occupent une place essentielle dans le processus de politisation populaire, ce qui tend à écarter l’idée de montagnes méridionales ignorantes, archaïques et restées à l’écart du processus de modernisation politique attesté à la fin du xviiie siècle. Les événements parisiens, tout particulièrement la journée du 10 août, provoquent une radicalisation très nette du mouvement populaire patriote que l’on peut caractériser de pré-terroriste. La Bande Noire de Saint-Affrique en est une expression caractéristique. Certes, il s’agit là d’un mouvement exceptionnel et paroxystique, mais non pas isolé : d’autres « pouvoirs exécutifs » voient le jour dans d’autres villes et villages du sud du Massif central. Dans la plupart des cas, ces patriotes radicaux se recrutent au sein de la communauté réformée. La dimension religieuse est une composante essentielle de la violence des affrontements dans un Midi très tôt divisé face à la Révolution.

68C’est dans ce contexte troublé que s’instaure la Terreur. Le nouveau régime se traduit par un effondrement de la mobilisation populaire, de part et d’autre. Est-ce à dire que les antagonismes locaux sont désormais étouffés par une nouvelle donne politique imposée par Paris et dictée par des impératifs nationaux ? Comment la Terreur est-elle investie par les tensions politiques locales, en quoi modifie-t-elle la nature et les formes de l’engagement populaire déjà fortement structuré dans le Midi de la frontière confessionnelle ?

Notes

1 Ado (A.), Paysans en Révolution, op. cit., p. 280.

2 Voir supra, le graphique 3, chapitre II, p. 38.

3 L’abbé Delon (J.-B.), dans La Révolution en Lozère, op. cit., rattache cet épisode à l’émeute de Mende qui se déroule en juin 1790, ne sachant trop que faire de la « guerre des tours » dont il n’a pas perçu la spécificité politique; plus récemment, Jacques Poujol, « Les protestants des Hautes-Cévennes pendant la Révolution », in Entre adhésion et refus: la Révolution en Lozère, Actes du colloque de Mende du 4 août 1989, Mende, 1990, p. 28-33, n’y accorde guère d’importance.

4 AN, F/7/3681/13 (rapport du procureur syndic général du département, J.-J. Rivière).

5 Ibid., 30 décembre 1791.

6 Joutard (Ph.) (dir.), Les Cévennes de la montagne à l’homme, op. cit., p. 101-102 ; également cité par chabrol (J.-P.), La Cévenne au village. Barre-des-Cévennes sous l’Ancien Régime (1560-1830), Aix-en-Provence, Édisud, 1983, p. 67.

7 Les Cévennes de la montagne à l’homme, op. cit. ; Donnadieu (J.-P.), « Vœux du tiers état et réclamations particulières du pays des Cévennes sur son admission et ses doléances aux états généraux (...) par M. Beaux de Maguielle », Causses et Cévennes, n° 1, 94e année, 1989, p. 264-268 ; Moreil (F.), Édition critique des Mémoires de Basville, Paris, CTHS, 1985.

8 Rouvière (F.), Histoire de la Révolution Française dans le Gard, op. cit., vol. 2, p. 186 sq. ; Ado (A.), Paysans en Révolution, op. cit., p. 269.

9 Duport (A.-M.), Journées révolutionnaires à Nîmes, Nîmes, Jacqueline Chambon, 1988, p. 70.

10 Pic (R.), « Le protestantisme à Aubais, xvie-xviiie siècle », BSHPF, t. 140, avril-juin 1994, p. 237-275.

11 ADG, L 1470, procès-verbal de la municipalité de Lasalle des 4 et 5 avril 1792.

12 Ibid., lettres des municipalités de Sauve, 4-6 avril, Durfort, 4 avril, Canaules, 5 avril ; extrait des registres de délibérations de Saint-Bonnet ; procès-verbal de la municipalité de Saint-Roman, 10 avril ; lettre de Saint-Félix-de-Paillères, 4 avril.

13 Ibid., L 1838, procès-verbal des municipalités de Mondardier et Rogues ; L 429, district du Vigan, château de Rogues.

14 Ibid., L 421 (district d’Alès), lettre de la municipalité d’Anduze du 6 avril 1792.

15 Ibid., procès-verbal de la municipalité du 4 avril.

16 Ibid., L 426 et L 1470.

17 Ibid., L 429 ; Quatrefages est l’un des rares seigneurs protestants, dont le patriotisme est avéré, à subir une attaque de ce type. Ses propriétés sont néanmoins épargnées.

18 Ibid., procès-verbal du Vigan (6 avril).

19 Ibid., L 421, lettre de Perrot, procureur syndic du district d’Alès (6 avril 1792).

20 ADH, L 711, l’apport de Jean-Antoine Bancal sur les troubles d’avril 1791 dans le département.

21 Ibid., L 3205, comptes rendus de la municipalité de Ganges sur les troubles contre les châteaux.

22 AN, F/7/3681/13, 23 avril 1792.

23 Ibid., délibération du directoire du district de Florac du 28 avril (souligné dans le texte).

24 Ibid., procès-verbaux des municipalités du Collet-de-Dèze et de Saint-Étienne-Vallée-Française (12 octobre).

25 ADG, L 59, délibération du directoire du département ; L 158 et 415.

26 Ibid., L 429, rapport des commissaires envoyés dans le district du Vigan, 27 avril 1792 ; lettre du 24 juin 1792.

27 Ibid., L 421, f° 231, rapport sur l’esprit public...

28 Ado (Anatoli), Paysans en Révolution, op. cit., p. 269 (note 46).

29 ADL, L 121, lettre de la municipalité de Pradelles.

30 AN, F/7/3681/14.

31 Ibid., procès-verbal de la municipalité de Génolhac (8 août 1792).

32 Ibid., dépositions du maire et du gardien de la prison ; ADL, lettre du 6 novembre 1792 ; Archives municipales de Mende, délibérations du 25 septembre et du 25 octobre 1792.

33 AN, F/7/3681/14, procès verbal de la gendarmerie, 9 août 1792.

34 AN, F/7/3677/1 ; ADG, L 421, f° 437; L 416; M. de Grigny, Mme de Gaillard, deux hommes nommés Milhaud et Roure, sont les victimes de ces violences populaires.

35 ADG, L 415, 11 août 1792.

36 Vovelle (M.), La Mentalité révolutionnaire, Paris, Messidor, 1985, p. 84-88.

37 Gueniffey (P.), La politique de la Terreur. Essai sur la violence révolutionnaire. 1789-1794, Paris, Fayard, 2000, p. 78-80.

38 AN, F/7/3677/1, lettres des 3 et 6 avril 1792.

39 Ibid.

40 Ibid ; ADG, L 415.

41 AN, F/7/3657/1 (très gros dossier comportant une enquête sur les troubles du mois d’août 1791 et sur ceux de février 1792 ; de très nombreux témoignages ont été collectés par les commissaires envoyés sur place dès le 17 février par le directoire du département). Peu d’ouvrages consacrés à Saint-Affrique ou au Rouergue font état de ces troubles, et de la Bande Noire de manière plus générale, à l’exception d’un travail réalisé par des enseignants du lycée de Saint-Affrique et leurs élèves, Saint-Affrique dans la période révolutionnaire, mémoire dactylographié, 1989, 187 p. ; Barrau (H., E. et F. de), L’Époque révolutionnaire en Rouergue, op. cit., mentionnent également ces troubles, p. 108 sq.

42 AN, F/7/3657/1, dossier 3, lettre de la municipalité de Millau, 8 avril 1792.

43 Ibid., dossier 1.

44 ADA, 1 L 752.

45 Ibid., 1 L 752 et 1 L 754, extrait des registres de délibérations de la commune de Saint-Victor.

46 Ibid., 1 L 753, rapport des commissaires Ser et Daudé.

47 Ibid., 1 L 754, rapport des commissaires Rous et Delpech.

48 Ibid., 71 L 46, procédures du tribunal criminel.

49 -Ibid., 1 L 754, enquête des commissaires Ser et Daudé.

50 Ibid., 1 L 753, extrait du registre de délibérations du directoire du district du 24 septembre 1792.

51 Ibid., 1 L 754, gros dossier contenant les interrogatoires des témoins.

52 Ibid., 58 L 18, dossier contre Bourgougnou et Sarrus constitué en frimaire an III.

53 Ibid., 71 L 46, procédures du tribunal criminel.

54 Ibid., 1 L 754.

55 Raylet (abbé L.), Procès-verbaux de la société des Amis de la Constitution de Saint-Affrique, Rodez, P. Carrière, 1942, 219 p.

56 ADA, 4 E 216-7 ; les recherches que nous avons menées ne sont pas exhaustives. Elles ont été complétées grâce au travail des enseignants et des élèves du lycée de Saint-Affrique, Saint-Affrique dans la période révolutionnaire, op. cit.

57 Thiers (R.), Évolution démographique, économique et sociale de Saint-Affrique (Aveyron) de 1779 à 1830, op. cit.

58 ADA, 1 L 752 et 753 (enquêtes des commissaires Ser et Daudé) ; 71 L 46 (mandats d’arrêts délivrés par le juge Galtier le 30 novembre 1792).

59 Soboul (A.), Mouvement populaire et gouvernement révolutionnaire en l’an II, 1793-1794, Paris, Flammarion, 1973; Id., Les Sans-culottes, Paris, Le Seuil, collection « Points Histoire », 1968 ; Higounet (P.), « Sans-culottes », in Furet (F.) et Ozouf (M.) (dir.), Dictionnaire critique de la Révolution Française. Acteurs, Paris, Flammarion, 1992, p. 425-435.

60 ADA, 58 L 18, Comité de surveillance, procédures contre des « terroristes ».

61 .Ibid., 1 L 754, déposition d’Élisabeth Boyer.

62 D’après les recherches que nous avons menées, cette famille Grand n’est pas directement liée à la famille d’industriels dont un des représentants est membre du directoire du district.

63 AN, F/7/3657/1 et ADA, 1 L 754, enquête des commissaires Rous et Delpech.

64 ADA, 1 L 754, interrogatoires conduits par les commissaires Rous et Delpech.

65 Ibid., 1 L 748. Procès verbal du capitaine de gendarmerie Thibault.

66 Ibid., 1 L 750 et 751 ; Trémouilles, Salmiech, La Capelle et Carcenac sont particulièrement éprouvés.

67 Ibid., 1 L 749 et 3 L 56 (police; tribunal du district de Millau).

Table des illustrations

Titre Graphique 4Les mouvements favorables à la Révolution
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17160/img-1.png
Fichier image/png, 275k
Titre Carte 10La guerre des châteaux dans les Cévennes gardoises, avril 1792
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17160/img-2.png
Fichier image/png, 786k
Titre Carte 11La solidarité catholique autour de Saint-Affrique
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17160/img-3.png
Fichier image/png, 549k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search