Version classiqueVersion mobile

Mémoires affrontées

 | 
Valérie Sottocasa

Première partie. Rythme et respiration de l'engagement populaire : le temps de la violence

Chapitre 4. Au bord de la guerre civile (1792-1793)

Texte intégral

  • 1 Lewis (G.), The second Vendée..., op. cit., Oxford University Press, 1978, 250 p.
  • 2 Michelet (J.), Histoire de la Révolution Française, op. cit. ; Huard (R.), « L’histoire provincial (...)

1L’importance du refus de la constitution civile du clergé dans la formation de deux France, l’une patriote, l’autre réfractaire, a été affirmée par les contemporains de la Révolution puis par les historiens du xixe siècle. Au vu des cartes dressées par Timothy Tackett, il est tentant, et souvent justifié, d’établir une équation entre refus de la constitution civile du clergé et contre-révolution, et inversement. À l’échelle nationale, les recoupements sont incontestables. Le sont-ils lorsque l’on observe en détail la complexité des comportements politiques à l’échelle régionale ? Comment expliquer que le Midi qui s’insurge très précocement conte la politique religieuse de la Révolution et multiplie les contacts avec les princes émigrés ait échoué dans toutes ses tentatives insurrectionnelles ? Les comparaisons entre les marges méridionales du Massif central et les départements de l’Ouest sont nombreuses et précoces. Parmi les expressions utilisées, celle de « seconde Vendée » est la plus courante et a connu une longévité exceptionnelle1. Elle est employée par les autorités révolutionnaires tenaillées par la peur de voir se développer dans le Midi une guerre civile comparable à celle de la Vendée. Mais il est un point sur lequel il faut attirer l’attention, c’est l’antériorité de la contre-révolution méridionale, constatée par les députés de l’Assemblée Nationale puis par les historiens depuis Jules Michelet2. Récemment, Jean-Clément Martin soulignait à son tour cette précocité méridionale :

  • 3 Martin (J.-Cl.), Contre-Révolution, Révolution et nation en France, 1789-1799, Paris, Le Seuil, 19 (...)

Dans le Sud, la violence de la politisation semble être en avance sur celle qui va affecter tout le territoire, elle fait écho aux luttes anciennes entre catholiques et protestants, et donne à la contre-révolution un de ses terrains essentiels3...

2Notre objectif n’est pas de vérifier ce préalable depuis longtemps acquis, mais d’en comprendre les mécanismes, d’en observer le fonctionnement dans le détail et de porter un regard critique sur une appréhension souvent monolithique du « Midi ».

Précocité et ambiguïtés de la Contre-Révolution méridionale

Carte 7
Les foyers de la Contre-Révolution

Carte 7Les foyers de la Contre-Révolution

3La noblesse méridionale est bien représentée dans les cercles contre-révolutionnaires émigrés autour du comte d’Artois. Elle occupe une place importante au sein des penseurs de la contre-révolution, grâce à des hommes comme le comte d’Antraigues, né à Montpellier, élu député de la noblesse en 1789, ou l’abbé Maury, originaire de Valréas, dans le Comtat Venaissin ; tous deux avaient une ascendance huguenote, éteinte au lendemain de la Révocation. L’écrivain Rivarol, né à Bagnols-sur-Cèze, fut une plume célèbre de la contre-révolution ; Louis de Bonald, maire de Millau, en devient l’un des principaux théoriciens, préconisant l’établissement d’un régime nouveau, théocratique. La plupart de ces penseurs rejoignent les rangs de l’émigration dès 1791, excepté Louis de Bonald qui revient en Languedoc et y demeure la plupart du temps.

  • 4 Godechot (J.), La Révolution Française dans le Midi toulousain, op. cit., p. 101 sq. Une tentative (...)

4Les liens du Midi avec la Contre-Révolution ne se résument pas à ces têtes pensantes, quelle que soit leur importance. L’originalité de la région tient à ce que les classes roturières entrent très tôt dans la dynamique contre-révolutionnaire, du fait des contacts noués par François Froment avec le comte d’Artois dès l’hiver 1790. Jusque-là, les projets des émigrés se résumaient à l’enlèvement du roi et de sa famille et à la mobilisation des puissances étrangères contre l’Assemblée Nationale. Sur ces deux points, le comité de Turin n’avait connu que des échecs. L’enlèvement de la famille royale a tourné court à plusieurs reprises et se heurte à l’hostilité du roi et de la reine. Les puissances étrangères sollicitées ne répondent pas clairement aux demandes de soutien répétées de la part du comte d’Artois. Le roi de Sardaigne craint que la présence massive d’émigrés sur ses terres ne fournisse un prétexte à la France pour envahir la Savoie. L’empereur d’Autriche, Joseph II, puis son fils, Léopold II, montrent les mêmes réticences vis-à-vis des émigrés. La prudence s’impose aux yeux des monarques européens. Certes, des révolutions avaient pu être écrasées en Hollande (1787) ou en Belgique (1790), grâce à l’intervention de forces armées étrangères. Mais la France posait un tout autre problème et l’attitude ambiguë de Louis XVI sur le sujet ne facilitait pas l’action des émigrés. Dans ce contexte, il est facile de comprendre que la proposition de François Froment ait séduit le comte d’Artois qui entrevoyait la possibilité de passer à l’action sans être tributaire du roi ou des princes étrangers. C’est dans ce cadre que se structurent les premiers mouvements populaires contre-révolutionnaires, tant à Montauban qu’à Nîmes ou Castres4. Les camps de Jalès s’inscrivent dans cette dynamique.

La dynamique contre-révolutionnaire autour de Jalès (1790-1791)

5Le premier camp de Jalès, formé dans la dynamique des affrontements de Nîmes, ne débouche sur aucun projet insurrectionnel mais révèle une formidable capacité de mobilisation dans une région comprenant le sud du Vivarais, la partie orientale du Gard et une large part du haut Gévaudan. Les autorités révolutionnaires soulignent le danger potentiel que ce camp représente ; les membres du district de Largentière estiment que « cent cinquante drapeaux, entre trente et quarante mille hommes et plus de cent mille gardes nationaux » ont répondu à l’appel. Encore précise-t-on que, du fait des travaux agricoles importants en cette saison, les communes de la montagne n’ont envoyé que leurs officiers municipaux. Des propos alarmants, tenus par des curés réfractaires, sont rapportés : ils affirment

  • 5 AN, F/7/3652/1, troubles et insurrections en Ardèche entre 1790 et 1791. Les membres du comité est (...)

[qu’] on pourrait bien trouver dans cette partie cent mille hommes armés sans dépeupler le pays, et ces hommes fidèles, sobres et infatigables ne respirent que l’amour le plus pur pour le roi et la famille royale [...]. La devise de ces montagnards est la Religion et le Roi5.

  • 6 Voir supra, ch. II, p. 44.

6Outre la dynamique populaire mise en place, le camp de Jalès donne naissance à un comité, véritable moteur de la réaction nobiliaire dans la région. Réuni à l’initiative de Louis de Malbosc, maire de Berrias, commune située dans la plaine de Jalès, le comité avait placé à sa tête le comte du Roure, propriétaire du château de Bannes au cœur de la plaine de Jalès. Ce dernier étant absent, ce sont Malbosc et l’abbé Bastide de La Molette qui prennent la direction politique et militaire du comité. Louis de Malbosc avait joué un rôle important au cours de la révolte des « masques armés » qui avait vu, en 1782, les gens de la montagne s’insurger contre les manieurs d’argent et les intermédiaires de la fiscalité royale. Il semble qu’il ait d’une certaine manière encouragé la révolte tout en la modérant. L’abbé Bastide de La Molette, pour sa part, était un ancien militaire devenu chanoine d’Uzès et vicaire général de l’évêque, Mgr de Béthizy. Le curé de Chambonas, paroisse de la plaine de Jalès, le Lozérien Claude Allier, joue un rôle croissant au sein du comité. De même que son frère, Dominique, c’était un homme engagé, déterminé à prendre les armes et à pousser les fidèles catholiques à le suivre. L’abbé de Siran, que nous avons déjà rencontré en Lozère, de même que le chevalier de Borel, encore un Lozérien, complètent cet état-major royaliste auquel le comte d’Antraigues semble avoir occasionnellement prêté main-forte. Plusieurs témoignages incitent à penser que le comité de Jalès a noué des contacts avec celui de Turin : en octobre 1790, le comte de Polignac, émigré aux côtés du comte d’Artois, est arrêté à Joyeuse ; une fois libéré, il entre en contact avec les membres du comité de Jalès. C’est sans doute ce qui explique la condamnation sévère que l’Assemblée nationale prononce à l’encontre de ses membres, dès septembre 1790, condamnation qui contribue à la radicalisation politique du comité6.

  • 7 Voir supra, ch. II, p. 56.
  • 8 Jolivet (Ch.), La Révolution en Ardèche, 1788-1799, op. cit., p. 236-238.

7L’idée d’organiser une insurrection contre-révolutionnaire germe dans l’esprit des chefs du comité dès les premiers soubresauts populaires contre la constitution civile du clergé. Le Vivarais fait figure de base intérieure de la contre-révolution, des hommes sillonnent le pays, évoquant sans cesse une insurrection proche ainsi que le renversement du nouveau régime. Une incontestable nervosité de l’opinion publique se lit dans divers troubles qui agitent la région, à Sauve, à Alès et dans plusieurs villages de la plaine. Des lettres violemment antiprotestantes circulent. C’est dans ce contexte qu’éclatent les troubles d’Uzès, en février 1791, lors de l’inventaire de la cathédrale (13 février)7 L’insurrection des gardes catholiques de la ville, la prompte mobilisation des hommes des villages voisins, convainquent les membres du comité qu’il y a là une opportunité à saisir. Le 13 février au soir, une réunion se tient chez Louis de Malbosc, au cours de laquelle il est décidé de convoquer les légions catholiques qui se sont peu à peu formées dans le pays ; la date retenue est le 20 février. Le lendemain de la réunion, les rebelles d’Uzès, chassés par les patriotes, se dirigent vers Jalès et se cachent dans les bois qui entourent Saint-Ambroix. Aux Vans, les catholiques entreprennent de désarmer protestants et patriotes ; le 19, Saint-Ambroix est envahie par des légions rebelles dirigées par M. de Sauveplane. Les villages voisins sont rapidement sous leur contrôle ; un scénario identique se déroule dans le Vivarais méridional8.

8L’ampleur de la mobilisation impressionne les patriotes, mais s’avère sans lendemain. La contre-offensive, dirigée par le général d’Albignac, est rapide et efficace. Les troupes officielles encerclent Uzès dès le 22 février, puis se dirigent rapidement vers Saint-Ambroix et Barjac. Un affrontement entre fédérés rebelles et patriotes se déroule sur les hauteurs de Saint-Ambroix et tourne au désastre pour les royalistes. La plaine de Jalès est investie, Louis de Malbosc arrêté et emprisonné à Pont-Saint-Esprit. L’insurrection a tourné court et l’on peut s’interroger sur les causes de son échec. Il est probable que la rébellion des légions catholiques d’Uzès a pris de court le comité de Jalès ; en son sein, certains exaltés poussaient à l’action immédiate, à l’image de l’abbé de la Molette ou de Claude Allier, tous deux impatients d’en découdre avec les patriotes et convaincus d’une levée générale des populations catholiques derrière le comité.

  • 9 Peronnet (M.), « Les camps de Jalès. Révolution et Contre-Révolution sous le règne de Louis XVI (1 (...)

9Malgré son échec, ce « second camp » de Jalès constitue une étape importante dans la structuration du mouvement contre-révolutionnaire dans le Midi. Il contribue à façonner, à Paris comme dans la région, l’image d’un Midi contre-révolutionnaire et participe donc de la polarisation croissante de l’opinion publique. À Paris, le Comité des rapports enquête : ses conclusions renforcent l’image d’un Midi en proie aux divisions religieuses et aux violences politiques. Côté royaliste, Jalès devient le symbole de la résistance à la Révolution : le Journal des Mécontents appelle tous ceux qui refusent le nouveau régime à rejoindre Jalès dès le début du mois de mars9. De fait, les désordres deviennent progressivement endémiques dans une région comprise entre Bannes, Saint-Ambroix et les Vans, la question religieuse restant au cœur des manifestations hostiles à la Révolution. Le comte de Saillans, présent à Alès, est accusé par les autorités patriotes d’entraîner des troupes sans autorisation. La question du serment contribue à agiter les paroisses catholiques dans les villages de la région de Génolhac et cette agitation religieuse se double de troubles nettement politiques. Le 1er août, jour de fête votive à Robiac, une farandole se forme derrière des soldats du régiment des chasseurs du Roussillon, dont le commandant est M. de Saillans ; l’attroupement se lance à la poursuite des patriotes de la commune et notamment du maire, un protestant. Deux semaines plus tard, des troubles comparables se déroulent à Meyrannes, une commune voisine.

10La fuite du roi et le départ d’un nombre croissant d’émigrés pour l’étranger contribuent à accroître les tensions. La levée des impôts s’avère difficile et le manque de numéraire aggrave la situation. De nouvelles intempéries, enfin, viennent frapper le Midi languedocien au cours de l’automne 1791 : des inondations dévastatrices touchent la plupart des vallées cévenoles au milieu du mois de novembre et des tempêtes endommagent les semailles. L’exaspération contre les mesures répressives qui touchent les prêtres réfractaires est à son comble. C’est dans ce contexte difficile que des rumeurs commencent à courir et à affirmer que des inconnus recrutent des hommes au service des princes émigrés. Les échos de ces nouveaux préparatifs résonnent dans tout le Languedoc et suscitent de nouvelles initiatives de la part des opposants à la Révolution. Jean-Louis Solier est l’un d’eux : réfugié dans la montagne de la Séranne, aux confins de l’Hérault et du Gard, il entend bien participer au mouvement contre-révolutionnaire qui prend forme.

Jean-Louis Solier: naissance d’un proscrit

11Le prieur de Colognac, dans le Gard, avait dirigé ses pas vers les villages catholiques de la région de Ganges dès la fin de l’été 1791. À l’automne, les autorités révolutionnaires signalent ce prêtre déjà âgé qui semble s’être engagé sur la voie de la résistance clandestine. En décembre et janvier, son nom revient de plus en plus fréquemment sous la plume des patriotes du canton de Ganges, inquiets des actions qu’il entreprend. Le prêtre organise, dans la nuit du 15 au 16 janvier 1792, une assemblée secrète dans le but de coordonner la réaction contre-révolutionnaire dans les montagnes catholiques ; les autorités de Ganges y voient un « complot contre la Constitution » et découvrent en effet les indices d’une mobilisation. Entre vingt et soixante personnes semblent avoir été convoquées à cette assemblée nocturne par des circulaires envoyées en grand secret la veille du jour fixé pour la réunion. Le lieu est remarquablement choisi : Saint-Jean-de-Buèges est un village isolé, éloigné de toute voie de communication, perdu dans la montagne. Plusieurs participants ont dû recourir aux services d’un guide pour y parvenir. Si plusieurs d’entre eux venaient des villages voisins, connus pour leur attachement à la religion catholique, d’autres arrivaient de Montpellier, du Vigan, de Sumène ou encore de Nant, en Aveyron. Les participants sont qualifiés de « commissaires » car leur rôle consistait à prendre les ordres des princes émigrés et à organiser une levée militaire destinée à renforcer un nouveau camp de Jalès. Les organisateurs de l’assemblée appartiennent aux anciennes classes dirigeantes, catholiques et hostiles à toute réforme religieuse. Outre Jean-Louis Solier, qui semble avoir tenu un rôle de premier plan dans l’organisation de l’assemblée, on trouve également le maire de Saint-Jean-de-Buèges, Roquefage, un notaire de Pompignan, Péridier, le commissaire de roi près le tribunal du Vigan, Lonjon de Lagrange, un notaire et feudiste de Nant, ci-devant gentilhomme verrier, ou encore le vicaire de Saint-Jean-de-Buèges. Ces hommes représentent une classe aisée, privilégiée, certes, mais somme toute modeste et ayant beaucoup à perdre face à l’accession de la bourgeoisie protestante aux fonctions politiques.

12Cette assemblée est un échec : les participants sont rapidement recherchés et démasqués par les forces de l’ordre. Néanmoins, elle a d’importants effets sur l’opinion publique. Dans les paroisses catholiques des environs de Ganges, on exagère le nombre des participants et leur autorité ; une histoire est répétée dans de nombreux villages, signe qu’elle a impressionné les esprits. On raconte en effet qu’un des commissaires présents cette nuit-là aurait allumé sa pipe avec un assignat de cent sous, ce qui prouve, aux yeux des paysans, non seulement sa richesse, mais surtout l’aide financière dont il bénéficie de la part des émigrés, ces derniers étant supposés fort riches. Les patriotes accordent également une grande importance à l’assemblée, car elle laisse supposer que la Contre-Révolution sera bientôt triomphante dans le pays ; leur sentiment est celui d’un grand isolement : en dehors de Ganges, les villages catholiques se rallient à la cause défendue par Jean-Louis Solier. Aux portes mêmes de la ville, la commune de La Roque est très hostile à la Révolution ; convaincue d’avoir aidé à l’organisation de l’assemblée, la municipalité est cassée en février et la commune réunie à celle de Ganges. Cela n’enlève rien au sentiment d’insécurité partagé par les patriotes de la région, qui font figure de naufragés isolés sur une île. Les autorités du Gard alertent celles de l’Hérault sur la persistance d’un complot contre-révolutionnaire dans les montagnes situées aux confins des deux départements :

  • 10 ADH, L 5058, correspondance passive de Saint-Pons.

Nous venons de recevoir l’avis que des hommes mal intentionnés se disant commissaires d’une ligue contre-révolutionnaire [...] parcourent les communes du département du Gard pour s’enquérir de l’esprit qui y règne, calculer le nombre de patriotes et celui des malveillants et s’assurer ainsi de la force sur laquelle ils peuvent compter pour l’exécution de leurs sinistres projets10.

13Des mesures répressives sont immédiatement mises en œuvre. Les communes suspectes sont surveillées, de même que les représentants des anciennes classes dirigeantes. Jean-Louis Solier est activement recherché : il commence alors la vie de proscrit qui sera la sienne jusqu’à son arrestation en 1801. L’assemblée de Saint-Jean-de-Buèges met en lumière l’émergence de ce prêtre déjà âgé parmi les personnalités dirigeantes de la Contre-Révolution dans le Midi. Par ailleurs, et du fait de son action, la vallée de la Buèges s’impose aux yeux des contemporains comme un des pôles du refus et de la résistance paysans face à la Révolution. Cette vallée perdue au cœur de la montagne de la Séranne vient s’agréger à un espace de plus en plus réticent, parcouru par des proscrits de toute nature, des cargaisons d’armes et de poudre, et cela aux marges des Cévennes patriotes et protestantes. Un fil invisible se tend peu à peu entre les différents pôles actifs de la contre-révolution, reliant la région de Jalès aux gorges du Tarn et au Rouergue méridional, dessinant les contours d’une « marche » entre les plaines urbanisées et contrôlées par les autorités patriotes et les Cévennes dont les convictions révolutionnaires vont s’affirmant. La solidité de ce réseau contre-révolutionnaire en cours d’élaboration allait être vérifiée plus rapidement que prévu à l’occasion des événements de Mende, connus sous le nom de « bagarre » de Mende, en février 1792.

Des rébellions sans lendemain

La « bagarre » de Mende (février 1792)

14Les montagnes de la Lozère font figure, dès 1791, de refuge pour les chefs de la Contre-Révolution méridionale. Située aux confins de la Lozère et de l’Ardèche, Villefort concentre tout ce que le pays compte de royalistes déterminés à en découdre avec des patriotes qui, localement, sont minoritaires et ont perdu tout crédit du fait de la question religieuse. Mende, au cœur du Gévaudan catholique, est devenu un autre pôle de la résistance à la Révolution. Ici aussi, la réforme de l’Église mécontente la population, ce qui fait le lit de la contre-révolution. Les patriotes mendois sont trop peu nombreux pour peser sur les élections. Les postes de commandement sont, dès lors, occupés par des hommes hostiles au nouveau régime. Le maire, Jourdan-Combettes, le commandant de la garde nationale, le chevalier de Borel, le procureur général syndic du département, Jean-Joseph Rivière, ainsi que la majorité des membres des administrations élues, tous sont de plus en plus hostiles au cours pris par la Révolution. Ils reçoivent le soutien d’une très large majorité de la population, hérissée contre une politique religieuse attribuée au rôle néfaste des protestants au sein de l’Assemblée nationale. L’évêque constitutionnel de Mende fait les frais de cette opposition, d’autant que les autorités locales ferment les yeux.

  • 11 .AN, F/7/3681/13 (6e dossier).

15Les patriotes qui, d’après Châteauneuf-Randon, ne sont pas plus d’une cinquantaine, multiplient les demandes de troupes, appuyés par l’évêque constitutionnel ainsi que par le procureur syndic du district de Florac, François Delapierre dit Dalzan. Ils finissent par obtenir gain de cause : trois compagnies du 27e ci-devant Lyonnais arrivent à Mende le samedi 25 février 1792. Les soldats sont accueillis par la garde nationale qui, aux cris de « Vive la nation, vive la loi, vive le roi » lancés par les soldats, répond « Vive le roi tout seul et au diable la nation ! » À la place du serment requis, le commandant Borel et ses hommes jurent de « ne reconnaître que le roi seul, de n’obéir qu’au roi seul11. » La troupe était attendue de pied ferme par les autorités et la population de Mende. Dès le 23 février, les gardes nationales avaient été épurées et réorganisées par Borel et Jourdan-Combette. Une assemblée de citoyens actifs avait été convoquée dans le but d’élire les nouveaux officiers ; les patriotes ayant été tenus à l’écart, les résultats sont conformes aux vœux des organisateurs : tous les officiers sont nobles et leurs sentiments antirévolutionnaires bien établis. Plusieurs familles de la petite noblesse, dont celle des Mirandol, dont on a vu le rôle actif en 1789, affichent désormais ouvertement leur soutien à la contre-révolution. Si l’on ajoute à cela le fait que de nombreux membres du clergé réfractaire, souvent issus eux-mêmes de la noblesse, ont trouvé refuge à Mende, on comprend pourquoi Châteauneuf-Randon caractérise la ville de « petit Coblentz ».

16Le rôle de la noblesse et du haut clergé ne doit pas masquer le formidable élan populaire qui dresse le peuple de Mende contre la Révolution. Si la question religieuse explique très largement cette protestation collective, d’autres thèmes jouent un rôle important. Dans le contexte économique difficile qui caractérise la fin de 1791 et l’hiver 1792, les problèmes frumentaires restent mobilisateurs. L’arrivée de troupes que la ville doit nourrir aggrave les inquiétudes déjà vives de la population. L’attachement à la personne du roi est un autre élément qui explique l’hostilité populaire croissante. La nouvelle de sa fuite avait déclenché des manifestations de joie; son emprisonnement suscite la désapprobation populaire et contribue à alimenter le rejet du nouveau régime. Toutes les conditions sont réunies pour que l’arrivée des troupes appelées par les patriotes suscite une rébellion générale.

  • 12 Jeune notaire de Nasbinals, il avait été élu député aux états généraux en 1789 (voir ch. l).
  • 13 AN, F/7/3681/13 (6e dossier).

17Le jour même, des troubles éclatent. Dans la soirée, les soldats arrosent leur arrivée dans plusieurs cabarets et des rixes éclatent. Cinq ou six soldats sont blessés, ce qui suscite chez leurs camarades une volonté de vengeance. Les autorités de la ville exagèrent la menace ; le chevalier de Borel est suspecté d’avoir fait partir des courriers dans la nuit pour alerter les paroisses des environs de Mende ; il y affirmait que « les protestants devaient descendre de leurs montagnes » pour saccager Mende, qui avait besoin de renforts. Les campagnes se mobilisent rapidement, alors que les bourgs voisins organisent des patrouilles destinées à intercepter d’éventuels courriers envoyés par les patriotes en direction de la seule ville favorable à la Révolution en haute Lozère, Marvejols. À Mende même, le tocsin résonne dès le dimanche matin ; Borel, secondé par Marc-Antoine Charrier12, fait confectionner des bonnets et des cocardes de couleur rouge portant une croix blanche au milieu. Ces bonnets sont distribués aux partisans de la contre-révolution, en signe de ralliement à « la croisade que l’on prépare en faveur de la religion catholique13 ». Les tensions sont avivées par l’annonce de l’arrivée d’une troupe de quatre cents paysans armés de faux, de haches ou de baïonnettes, venus défendre Mende. Dans l’enceinte de la ville, Borel appelle aux armes toute la population : hommes, femmes et enfants répondent à son appel ; la ville se trouve en état d’insurrection. Dans la journée, on fabrique des canons, on rassemble de la poudre et des armes, on enrôle des hommes pour Coblence. À Villefort et à Langogne, on mobilise également au nom du roi et de la religion. Des courriers sont envoyés dans les campagnes pour proposer de prendre en charge les jeunes gens sans travail grâce à l’argent des émigrés.

18Confrontés à une situation explosive, les officiers des trois régiments préfèrent éviter l’affrontement. Les patriotes de Mende ont déserté la ville et se sont réfugiés à Marvejols. Les soldats choisissent de suivre leur exemple et de quitter une ville dont la population menace de les massacrer. Décidés à gagner Saint-Flour, ils abordent les contreforts de la Margeride mais sont contraints de rebrousser chemin à cause de l’hostilité de la population qui s’est armée pour leur faire face. Ils gagnent alors Marvejols, où on leur avait assuré qu’ils seraient bien accueillis ; ils y entrent dans un état de fatigue et de frustration extrêmes. On imagine quels récits circulent alors à propos de la situation de Mende et de l’état d’esprit de la population. La montagne catholique semble se trouver à la veille d’une insurrection générale contre les patriotes. La réaction des autorités fidèles à la Révolution s’organise donc rapidement. Les patriotes de Marvejols lancent des appels à l’aide en direction des départements voisins, brossant un tableau des plus alarmistes de la situation en Lozère. La résistance s’organise autour des trois pôles patriotes du département : Marvejols, Saint-Chély-d’Apcher et Florac. L’Assemblée nationale est alertée par une adresse rédigée par le conseil général de la Lozère réfugié à Marvejols et dénonçant « les scènes d’horreur et de carnage » dont Mende aurait été le théâtre.

  • 14 Ibid.

Depuis deux ans, les guerres intestines couvaient dans le sein de ces montagnes et préparaient des orages affreux. La frénésie féodale de concert avec le fanatisme alimentaient presque depuis l’époque de la Révolution le feu de la discorde. La coalition de plus de deux cents curés qui ont refusé de prêter le serment [...] deux cents autres prêtres, anciens chanoines, domiciliés ou étrangers, des émigrants chassés des départements du Gard et de l’Hérault décrétés en état d’accusation [...] les insultes faites dans la ville de Mende aux assemblées électorales [...] le refus de payer les impôts [...] tous ces motifs nous annonçaient une commotion dans le département. En effet, le 25 février dernier, trois compagnies du 27e régiment, envoyées sur les réquisitions de l’administration, excitèrent dans Mende la rage des mal intentionnés qui, ne pouvant tolérer des surveillants, donnèrent l’essor à leur fureur homicide [...]. La troupe est reçue en prisonnière au milieu d’une double haie de sabres, de fusils et de baïonnettes. [...] Les patriotes sont maltraités, désarmés, mis au fer ou en fuite ; le tocsin sonne, quatre mille paysans des campagnes, également convoqués, viennent se joindre à l’étendard du fanatisme. La troupe [...] est ignominieusement chassée et menacée d’être chargée à huit heures si elle ne part pas à sept14.

  • 15 Ibid., (7e dossier, troubles de Florac du 13 mars 1792).
  • 16 L’évêque réfractaire de la Lozère commet l’imprudence de suivre la route la plus fréquentée en dir (...)

19Au début du mois de mars, Châteauneuf-Randon, président du conseil général de la Lozère, convoque tous les membres de cette administration à Marvejols et s’y rend lui-même, accompagné d’une solide escorte que lui avait attribuée le général d’Albignac. Venant de Montpellier, il fait halte à Florac, où il est accueilli en sauveur et d’où il commence à organiser la répression contre les rebelles. L’inquiétude gagne les autorités de Mende qui dépêchent deux commissaires au-devant de Châteauneuf-Randon. Les deux hommes sont accueillis avec la plus grande méfiance et sont consignés dans leur auberge. La nouvelle de leur arrivée suscite rapidement une émotion populaire : une foule s’attroupe devant l’auberge et menace de les massacrer15. Leur évacuation en direction de Marvejols se fait dans un climat de très haute tension, mais les violences sont évitées grâce à la fermeté du chef de l’administration départementale. Ayant atteint Marvejols le 15 mars, ce dernier convoque une assemblée extraordinaire qui prononce une condamnation sans appel à l’encontre des chefs de la rébellion me doise. Par un décret du 18 mars, l’Assemblée nationale approuve cette position, pousse à une répression exemplaire et refuse d’entendre les protestations des autorités de Mende. Des troupes venues des départements limitrophes marchent sur la ville, contraignant les chefs des rebelles à prendre la fuite. Le comte de Saillans regagne Coblence ; l’abbé de Bruges, qui s’était mis à la tête de la troupe des paysans armés, est arrêté alors qu’il se dirigeait vers Clermont; Mgr de Castellane est également arrêté sur la route de Metz16. Le chevalier de Borel, quant à lui, parvient à gagner Chambéry, où il est rejoint par Saillans.

20La « bagarre » de Mende débouche donc sur un échec, mais la situation ne permet ni de décourager les royalistes, ni de rassurer les patriotes. Cet épisode confirme le caractère populaire de la résistance à la Révolution, ainsi que la capacité des communes de la montagne à mobiliser rapidement des troupes au service de la contre-révolution. Non seulement les paroisses les plus proches de Mende ont envoyé des renforts, mais la mobilisation s’est étendue jusqu’aux gorges du Tarn où l’on se préparait à venir sauver les habitants de Mende menacés par le « péril » protestant. Il ne fait aucun doute que la force du réseau royaliste repose sur l’alliance de la Contre-Révolution et d’une population fermement décidée à défendre les principes de la religion catholique traditionnelle. Rien n’entame cette détermination ; tout au contraire, les lois contre les prêtres réfractaires et l’afflux de proscrits réfugiés dans les montagnes confirment la volonté de résistance populaire. La rébellion de Mende permet d’éprouver la vigueur de cet état d’esprit. L’obstacle à lever pour les royalistes consiste désormais à convaincre les émigrés de soutenir activement la Contre-Révolution populaire méridionale. Il paraît évident, en effet, que le comité réuni à Coblence ne misait pas réellement sur l’insurrection populaire à l’intérieur des frontières et ne se pressait pas d’envoyer sur place des émissaires dignes d’inspirer le respect et d’incarner l’autorité de la famille royale. Le comte de Saillans n’a pas une envergure suffisante pour assumer cette fonction et ne fait pas figure de chef au cours de la rébellion de Mende. C’est pourtant à lui que revient la tâche de reprendre le flambeau de la Contre-Révolution dans une plaine de Jalès devenue emblématique.

Le troisième camp de Jalès (juillet 1792)

  • 17 Godechot (J-), La Contre-Révolution, PUF, collection « Quadrige », 1984 [1961], p. 251 ; Jolivet ( (...)
  • 18 Arrêté le 22 février à la suite de l’affaire d’Uzès, Louis de Malbosc avait été emprisonné à Pont- (...)

21La stratégie mise en œuvre par les royalistes méridionaux fonctionne : le troisième camp de Jalès est convoqué sur ordre des princes émigrés qui entendent donner au Vivarais méridional une place de premier ordre dans la contre-révolution17. La mort de M. de Malbosc18 avait laissé le comité de Jalès sans chef : c’est désormais Claude Allier, prieur de Chambonnas, qui en prend la tête. Son autorité est incontestable : non seulement il a le charisme d’un chef, mais il est personnellement accrédité par les princes émigrés qui lui ont délivré des lettres lors de sa venue à Coblence en février 1792. À son retour, il établit son quartier général à Saint-André-de-Cruzières, commune située à la frontière du Gard et de l’Ardèche, de la plaine et de la montagne. Sa mission consiste à préparer les troupes de la future offensive contre-révolutionnaire, prévue pour l’été 1792. Les princes désignent le Prince de Conway pour prendre la tête de l’insurrection intérieure ; le comte de Saillans est chargé de le seconder du fait de sa connaissance de la région. Les deux hommes gagnent Chambéry où ils attendent le moment favorable pour déclencher la rébellion. À la fin du mois d’avril, Saillans est dans le Vivarais et les recrutements effectués par Allier s’accélèrent. Plusieurs incidents éclatent autour de Jalès et du château de Bannes, occupé par une garnison.

  • 19 AN, F/7/3652/1, police générale de l’Ardèche.

22Le 4 juin, les soldats arrêtent trois hommes qui étaient à la tête d’un attroupement venu insulter la garnison ; aussitôt, des troubles éclatent à Saint-Ambroix et aux Vans contre les patriotes. Mi-juin, un nouvel attroupement vient provoquer les soldats en criant sous les murs du château : « Vive le roi, vive le comte d’Artois, merde pour la nation, les patriotes à la lanterne19 ! » Le but recherché est de pousser la garnison à sortir du fort de Bannes, de manière à s’emparer de celui-ci. L’échec de l’opération n’entame en rien l’ardeur des recruteurs ; mais ces derniers attirent plus facilement les jeunes artisans que les paysans, plus réticents à l’idée de s’engager dans une opération armée contre les autorités. À fin du mois de juin et au début de juillet, les campagnes sont parcourues par des patrouilles constituées de rebelles qui harcèlent les patriotes et les représentants des autorités. Tout annonce l’imminence d’un soulèvement. Dans la nuit du 2 au 3 juillet, le tocsin sonne dans de nombreux villages de la montagne, aux abords de la plaine de Jalès et jusqu’à Villefort. Le 3, une proclamation du comte de Saillans galvanise les troupes : il y annonce l’arrivée imminente des armées recrutées par le comte d’Artois et le renversement prochain de la Révolution, et met en garde les habitants contre des protestants désignés comme les principaux responsables des désordres.

  • 20 AN, D/xxix bis/13, dossier 174, p. 20-21 ; F/7/3652/1, police générale de l’Ardèche ; ADG, L416.

Oh vous, le plus ferme appui de la monarchie et la colonne inébranlable de la religion qui, rassemblés le 18 août dans la plaine de Jalès, avez humilié le protestantisme et relevé le courage des restes infortunés des catholiques échappés du trop mémorable massacre de Nîmes. [...] Jusques à quand souffrirez-vous le despotisme protestant ? [...] Gardez-vous de cette horde de citoyens pervers [les patriotes] devenus le jouet de la scélératesse des brigands de la capitale, et qui sont vendus aux protestants20...

23Saillans affirme aussi qu’il détient toute l’autorité nécessaire pour déclencher les opérations, ce qui n’est pas tout à fait exact. Si dans le Vivarais les chefs royalistes s’évertuaient à lever des hommes et à les maintenir sous les armes à une époque de l’année où les gros travaux agricoles sollicitaient tous les bras, à Coblence les avis étaient partagés. Les rescapés de la « bagarre » de Mende, conscients que leur échec tenait à l’impréparation du soulèvement et à l’absence de coordination avec les émigrés, préconisaient la patience. Ils avaient d’ailleurs convaincu le comte de Conway de rester à Chambéry et de renoncer à rejoindre Saillans dans l’immédiat. Sollicités par ce dernier, les princes ne désavouent pas Conway. Saillans est pris entre deux feux: conscient de la nécessaire coordination avec les émigrés, il est sous la pression des hommes mobilisés et de Claude Allier qui le pousse à agir sans tarder en fixant la date de l’insurrection avant le début des moissons. Le prêtre lui assure que pas moins de vingt mille hommes attendent le signal de la rébellion. Saillans fixe donc le jour de l’insurrection au 8 juillet et lance les opérations par l’attaque du fort de Bannes, dans la plaine de Jalès. La garnison, peu nombreuse et à court de vivres, cède rapidement, ce qui donne à Saillans le contrôle de la plaine et des paroisses au contact des Cévennes. Mille deux cents hommes se trouvent alors sur le pied de guerre derrière lui. Le drapeau blanc est hissé sur le fort de Bannes et la garnison de Saint-Ambroix est attaquée.

  • 21 La liste figure dans un procès-verbal dressé le 14 juillet par le directoire du département de l’A (...)

24La réaction des autorités ne tarde pas : dès le 10 juillet, des troupes se mettent en marche vers la plaine de Jalès, depuis le Gard, l’Ardèche et plusieurs autres départements du Midi. Plus de deux mille soldats se lancent à la poursuite des troupes de Saillans. Ce dernier est arrêté alors qu’il tente de gagner les montagnes au-dessus de Villefort, le 12 juillet. Il est conduit aux Vans où la population attroupée l’exécute sommairement ainsi que quelques-uns de ses compagnons également faits prisonniers. Les papiers saisis sur sa personne permettent de connaître les détails du projet d’insurrection, mais aussi les noms des principaux chefs. Les membres du comité de Jalès y apparaissent en bonne place, tout comme Jean-Louis Solier, en tant que « député de la coalition de Montpellier ». Les autorités de nombreuses communes situées à la frontière des Cévennes protestantes sont également compromises21. Les rebelles sont poursuivis avec acharnement par les troupes patriotes qui n’hésitent pas à incendier la commune de Saint-André-de-Cruzières afin d’écraser toute velléité de résistance. La violence du peuple patriote à l’encontre des responsables de l’insurrection, aux Vans puis à Alès, où deux royalistes sont impitoyablement massacrés en juillet, témoigne de la volonté populaire d’en finir avec le péril royaliste et d’exorciser les peurs générées par les menaces d’une guerre civile.

  • 22 Riou (M.), « Le partage des biens communaux en Ardèche », « Le Vivarais dans la Révolution », Revu (...)

25L’échec du troisième et dernier camp contre-révolutionnaire de Jalès est dû à cette dynamique populaire patriote autant qu’à la force des armes. Il est dû, également, aux erreurs et aux ambiguïtés du mouvement royaliste. Non seulement les forces populaires ont été largement surestimées, mais l’engagement même du monde rural est moins évident qu’on aurait pu le penser au regard du refus massif des réformes religieuses. Le discours antiprotestant de Saillans reste très mobilisateur, mais qu’en est-il du programme présenté dans la proclamation du 3 juillet ? Prévoyant de restaurer intégralement l’ancien régime, Saillans prétendait confier aux juges des tribunaux en fonction en 1788 le soin de rendre leurs biens aux propriétaires spoliés. Certes, la paysannerie ardéchoise a globalement été écartée de la vente des biens nationaux, accaparés, ici comme dans l’ensemble du royaume, par la bourgeoisie et la noblesse22. Cela pouvait-il suffire à convaincre les paysans de mettre leur vie en péril au service des anciens seigneurs ? Les âpres conflits autour des bois et des communaux n’avaient pas été oubliés et, quelle que soit sa portée, l’argument religieux ne pouvait effacer la mémoire des abus seigneuriaux. Serait-ce là la raison pour laquelle nous avons constaté qu’à Saint-André-de-Cruzières les laboureurs se rangent plutôt du côté des modérés que des rebelles, alors que les jeunes artisans, frappés par le chômage et la dévaluation des assignats, s’enrôlent au service de Claude Allier ? Il est, de toute manière, incontestable que la mobilisation populaire est restée très en deçà des espérances du prieur de Chambonnas. L’échec du comte de Saillans fait retomber l’agitation contre-révolutionnaire dans la plaine de Jalès ainsi que dans le Gard. Dans l’ensemble de la région, il faut attendre les élections du mois de décembre pour voir de nouvelles tensions diviser les communautés et provoquer des troubles.

  • 23 ADA, 1 L 750.
  • 24 ADT, L. 89 (les communes de Brassac, Castelnau-de-Brassac, Lacaze, Saint-Pierre-de-Trévizy, Murat, (...)
  • 25 ADH, L 946, émeutes de Lodève, février 1792 ; AN, F/7/3691/1 (émeute de Castres, 21 juillet 1792)  (...)
  • 26 Ado (A.), Paysans en Révolution, op. cit., p. 283.

26Ceux-ci éclatent surtout dans le Rouergue méridional, autour de Millau, mais aussi dans le Tarn. Ici, la confrontation ente les patriotes et le reste de la population est permanente et les enjeux électoraux de décembre 1792 l’ont à l’évidence avivée. Les patriotes accusent leurs opposants d’avoir contribué à lever des hommes pour le camp de Jalès, ce qui déclenche souvent des incidents entre les deux partis. Aux portes de Millau, les villages des gorges du Tarn nourrissent une hostilité latente à l’égard de la Révolution ; les élections de 1792 doivent permettre aux opposants de mettre la main sur les fonctions municipales, ce qui explique les troubles qui éclatent à Compeyre, Aguessac et Rivière23. Les mêmes circonstances poussent les autorités départementales du Tarn à suspendre la plupart des municipalités élues en décembre 179224. Somme toute, cela représente peu de chose au regard de l’importance de l’agitation suscitée par la publication du décret sur le serment des prêtres en 1791. Les échecs répétés des tentatives contre-révolutionnaires, l’arrestation des principaux chefs et la fuite des autres, les difficultés économiques et frumentaires, tout cela pousse à une certaine passivité. L’essentiel de l’agitation est dû, alors, aux troubles frumentaires qui agitent les villes de Lodève, Castres et Saint-Hippolyte-du-Fort ainsi que de nombreuses communes rurales25. Comme dans l’ensemble du royaume, la situation économique est précaire et relance l’action paysanne, véritable « guerre des grains », selon Anatoli Ado, dont l’ampleur serait comparable à la guerre des farines de 177526. Ces difficultés subsistent jusqu’au printemps 1793. Néanmoins, ce ne sont pas les problèmes frumentaires qui sont à l’origine d’une nouvelle insurrection contre-révolutionnaire dans le Midi, mais la levée en masse des 300 000 volontaires chargés de défendre la patrie en danger.

L’échec de l’insurrection royaliste du Midi

Les réticences populaires face aux levées de « volontaires »

  • 27 Godechot (J.), Les Révolutions, 1770-1799, PUF, coll. « Nouvelle Clio », 1963.

27Dès le milieu de l’année 1791, l’État fait appel à des volontaires pour renforcer les rangs de l’armée ; les patriotes français connaissent le sort qui a été réservé aux révolutions de Suisse et de Hollande, écrasées par des armées étrangères appelées par les tenants de l’Ancien Régime27. Dans les milieux protestants, le sort de ces deux pays calvinistes qui avaient accueilli les réfugiés français après la révocation de l’édit de Nantes, ne pouvait laisser indifférent : les levées de volontaires rencontrent un vif succès dans les communes protestantes de la bordure méridionale du Massif central. Dans le Gard, il faut réfréner l’enthousiasme des jeunes gens afin de ne pas dépeupler certaines communes. Dans l’Hérault, y compris dans la partie occidentale et catholique, les registres de volontaires se remplissent sans difficulté. Globalement, les levées de 1791 et 1792 s’effectuent sans désordre du fait de la mobilisation des régions patriotes. En revanche, les relations entre ces volontaires et les populations n’ont pas toujours été pacifiques.

  • 28 AN, F/7/3681/14 (août 1792).
  • 29 ADL, L 205 ; archives municipales de Mende, délibérations du 25 septembre et du 25 octobre 1792.
  • 30 AN, F/7/3691/1 (7 octobre 1792).

28À partir de la déclaration de guerre (20 avril 1792), les mouvements de troupes se font plus nombreux ; les déplacements des volontaires dans certaines régions hostiles à la Révolution donnent lieu à des accrochages. Des volontaires originaires des paroisses protestantes de Vialas et du Collet-de-Dèze, traversant Génolhac, s’attaquent à plusieurs maisons, notamment celles d’un prêtre réfractaire et de diverses personnes connues pour leur « incivisme »28. À Langogne, des désordres comparables éclatent à la même époque, poussant la municipalité à faire appel à la garde nationale de Villefort : le rôle joué par cette ville dans l’agitation contre-révolutionnaire est connu, ce qui conduit les deux camps à durcir leurs positions. À Mende, en octobre, des volontaires originaires en grande partie des Cévennes s’attaquent aux cloches des couvents puis massacrent un royaliste qu’ils tirent de sa prison29. Dans les montagnes, les levées décrétées au lendemain des premières défaites militaires ne suscitent aucun enthousiasme et les registres ne sont pas remplis. Dans les monts de Lacaune, les réticences de la population sont si vives qu’un détachement de la garde nationale de Mazamet est envoyé pour procéder au recrutement : à Boissezon, les gardes sont repoussés à coups de pierres par une foule excédée et déterminée30. Sur les hautes terres de l’Aubrac et de la Margeride, aucun trouble ne marque les différentes levées, mais on constate aisément que les communes de la montagne ne fournissent pratiquement aucun volontaire ; tous viennent des Cévennes ou des rares villes patriotes du département.

  • 31 Martin (J.-Cl.), Contre-Révolution, Révolution et nation en France (1789-1799), op. cit., p. 159sq
  • 32 Forrest (A.), Déserteurs et insoumis sous la Révolution et l’Empire, Perrin, 1988, p. 39 sq.
  • 33 .Ibid., p. 41-44, carte p. 88

29Le contexte militaire difficile du début de 1793 contraint le gouvernement à renforcer l’armée et à lever plus de volontaires. Le décret du 24 février 1793 fixe pour chaque département un quota d’hommes à fournir impérativement aux armées. Si l’appel aux volontaires reste le fondement de la démarche de la Convention, la loi autorise à recourir à une forme plus autoritaire de recrutement. Elle reste cependant très vague quant aux modalités et en laisse la responsabilité à chaque commune. Cette disposition est source de nombreux conflits qui s’ajoutent, dans les montagnes, au refus global de toute forme de conscription militaire. Le pays tout entier connaît des troubles plus ou moins graves suscités par la levée dite des « 300 000 hommes ». Jean-Clément Martin signale des émeutes à Grenoble, dans le Nord, la Picardie, l’Alsace, la région de Clermont-Ferrand, le Puy de Dôme ou le Cantal31. Allan Forrest cite des exemples de rébellions qui éclatent aux quatre coins de la France, du Nord à l’Ariège32. Les départements de l’Ouest se placent bientôt en tête de l’opposition populaire à la levée militaire et basculent dans une guerre civile qui concentre toutes les inquiétudes et toutes les attentions. Le Midi passe alors au second plan, mais on aurait tort de négliger l’ampleur de la protestation populaire qui devait laisser des traces profondes dans les mentalités et s’inscrire sur une très longue durée. La carte de l’insoumission réalisée par Allan Forrest montre que les niveaux les plus élevés sont atteints dans les départements du sud du Massif central et dans la Gironde. En Aveyron, Lozère et Cantal, le taux d’insoumission et de désertion pour les années 1799-1805 atteint 50 à 59 % des conscrits. Apparu en 1793, le refus de la conscription se maintient par la suite à un niveau particulièrement élevé, alors que le problème est résolu dans la plupart des autres régions françaises33. Par ailleurs, cette forme de contestation gagne certaines régions du Midi jusque-là patriotes. La levée des 300 000 hommes apparaît comme une rupture majeure dont nous devons envisager la complexité.

Un nouveau front de refus: les oppositions à la levée des 300 000 hommes

  • 34 Laroze (J.), Saint-Félix-de-Sorgues à l’heure révolutionnaire, op. cit. ; Raylet (abbé L.), Les Pr (...)

30À l’exception des Cévennes, l’ensemble des régions montagneuses du Languedoc et du Rouergue sont secouées par des troubles contre le décret de février 1793. Dans la plupart des cas, il y a coïncidence entre deux refus, constitution civile du clergé et conscription, mais cette règle est loin d’être systématique. Dans les districts de Millau et Saint-Affrique, l’opposition entre patriotes et opposants à la conscription fait rejouer la fracture entre protestants et catholiques. Le décret est connu le 3 mars, ses modalités d’application sont fixées le 9 et les opérations du recrutement commencent le lundi 11. Dans le canton de Saint-Félix-de-Sorgues, ce sont deux protestants, Daniel Jugla et son cousin Frayssines, qui sont chargés de procéder à la levée. Jugla est issu d’une famille puissante mais il a été constamment écarté par les électeurs de toute fonction politique. Le dimanche même, il affronte un ancien notable catholique, Antoine Coulet, pour le poste de juge de paix ; ce dernier obtient 249 des 277 suffrages exprimés. Faute de pouvoir exercer une quelconque influence au sein des administrations élues, Jugla devient l’un des membres les plus actifs de la Société des Amis de la Constitution de Saint-Affrique. Il est également l’un des principaux acquéreurs de biens nationaux dans sa commune. Il incarne sans nul doute les patriotes protestants les plus radicaux34. Sa désignation par les autorités du district de Saint-Affrique comme commissaire chargé du bon déroulement de la levée suscite des inquiétudes dans les villages catholiques du canton.

  • 35 ADA, 71 L 34, procédure du tribunal criminel, procès-verbal de D. Jugla.
  • 36 Ibid.

31L’arrivée de Jugla et Frayssines à Saint-Paul-les-Fonts, le 12 mars au matin, provoque donc une agitation qui tourne rapidement à l’émeute. Une quarantaine de jeunes gens forment une farandole et viennent chanter et crier devant l’auberge où sont installés les deux commissaires. Ils sont rapidement rejoints par une « cohue tumultueuse » qui enfonce la porte de l’auberge, roue le maire de coups de bâtons puis se déchaîne contre les deux responsables de la levée militaire35. Frayssines est conduit sans ménagement au pied de l’arbre de la liberté, où l’on exige qu’il lise le décret. Mais des cris l’interrompent, affirmant qu’il s’agit « d’un papier fabriqué par les protestants de Saint-Affrique36 ! ». Celui qui lance ces accusations est un jeune abbé, fils de l’une des plus puissantes familles paysannes du Causse. Il est secondé par plusieurs jeunes gens, domestiques dans la propriété familiale. Les autres ne sont pas si sûrs de leur bon droit : après avoir rossé les deux commissaires, ils laissent échapper le premier et entraînent l’autre dans un cabaret pour lui offrir à boire ! En bon patriote, Daniel Jugla met l’accent sur le lien entre l’insubordination des jeunes de Saint-Paul et la contre-révolution ; il dénonce la manipulation des esprits par le clergé réfractaire et les notables catholiques. Mais il n’insiste pas sur l’une des revendications exprimées lors de cette émeute et qui réclamait que les patriotes partent les premiers à la guerre.

  • 37 ADA, 71 L 32.
  • 38 Ibid., troubles à Saint-Juéry (13 mars), Pousthomy (15 mars). Notre-Dame-de-L’Orient (15 mars), Mo (...)

32Cet incident n’est que le premier d’une série qui trouble durablement le district de Saint-Affrique. Le 16 mars, Saint-Félix-de-Sorgues organise la levée dans une atmosphère tendue. La commune a choisi la désignation des volontaires comme mode de recrutement : sur onze « volontaires » que doit fournir la commune, sept sont des jeunes gens patriotes favorables au tirage au sort qu’ils estimaient plus équitable. Une émeute perturbe le recrutement à Saint-Victor, canton de Saint-Rome-de-Tarn ; l’enquête met en lumière le rôle déterminant de plusieurs jeunes gens employés comme domestiques chez l’ancien maire, cultivateur important de la commune37. Le canton de Saint-Sernin-sur-Rance est également troublé lors de l’organisation des levées38. Partout, les jeunes sont à la tête de la contestation, mais ils ont le soutien actif de la population masculine. Les paysans et les domestiques des domaines ruraux sont les plus actifs ; le tirage au sort, imposé par le département au vu des troubles suscités par le procédé de la désignation comme mode de recrutement des volontaires, rappelle l’ancienne milice, unanimement détestée dans le monde rural. L’idée du citoyen-soldat n’est pas assimilée par les populations rurales.

  • 39 ADA, 3 L 125, tribunal du district de Millau (troubles du 14 au 20 mars 1793).
  • 40 Sur ces événements, voir les études de Barrau (H., E. et E de), L’Époque révolutionnaire en Rouerg (...)

33Le district de Millau n’est pas épargné par les troubles, qui deviennent récurrents dans les gorges du Tarn39. Toutefois, les incidents les plus graves éclatent dans le district voisin de Séverac-le-Château, secoué par une véritable insurrection populaire et contre-révolutionnaire à partir du 14 mars. Les troubles débutent ici suivant le même scénario que dans les autres paroisses hostiles au recrutement militaire. Les jeunes s’attroupent, protestent et refusent de procéder au tirage au sort. La résistance, tout d’abord diffuse, s’organise rapidement et plusieurs notables de Séverac décident de saisir l’opportunité qui leur est offerte et de s’appuyer sur le mécontentement populaire pour donner corps au mouvement royaliste dans le district. Cet état-major improvisé choisit comme point de ralliement le village de Lapanouse, situé aux portes de Séverac, bourg patriote. C’est presque à l’identique la situation de Ganges et de la vallée de la Buèges ou de Florac au débouché des gorges du Tarn. L’appel lancé par les royalistes est largement entendu : quatre mille hommes se rassemblent sur la colline qui domine Séverac et s’apprêtent à donner l’assaut. Mais les patriotes de la région s’organisent rapidement ; les gardes nationaux de Millau sont les premiers à répondre à l’appel, ceux de Saint-Affrique suivent dans la foulée; huit cents soldats font face aux rebelles au matin du 21 mars. Malgré le déséquilibre numérique, les gardes nationaux ont rapidement l’avantage ; les rebelles fuient, la région est ratissée par des patrouilles plusieurs jours durant, les maisons des chefs du camp de Lapanouse sont incendiées. En fait, les royalistes de la région, de même que les prêtres réfractaires qui ont rejoint le mouvement, n’ont pas réussi à prendre en main l’insurrection, qui reste avant tout une révolte paysanne40.

  • 41 ADL, II L 245, pièce 35 (procès-verbal des commissaires Sommer et Martin).

34Ces caractères se retrouvent dans les révoltes qui éclatent en Margeride, une région restée jusque-là à l’écart des violences populaires mais farouchement opposée à la politique religieuse de la Révolution. La Lozère doit fournir 2 082 hommes, dont 32 pour le canton de Rieutort-de-Randon en Margeride. Le décret y est publié le 10 mars et suscite l’hostilité immédiate de toute la commune. Devant les menaces, les commissaires chargés de veiller au bon déroulement des opérations demandent aux élus municipaux de prêter le serment civique, mais les intéressés préfèrent démissionner en bloc, affirmant publiquement « qu’ils préfèrent mieux être hachés en petits morceaux que de prêter le serment41. » Dans les jours qui suivent, de nombreuses pressions sont exercées par les jeunes gens sur le procureur de la commune, chargé par les commissaires de désigner six personnes capables de remplacer la municipalité avant l’organisation d’élections. Le juge de paix est l’objet de menaces répétées de la part des jeunes attroupés qui réclament que leur soit livrée la liste des membres de la garde nationale et des hommes soumis à la conscription. Des hurlements saluent la découverte de la liste :

  • 42 Ibid.

Nous ne voulons point de maire ni d’officiers municipaux, ni fournir aucun homme ; que ceux qui avaient mangé le bien des émigrés fussent combattre les ennemis [...] que tous ceux qui avaient des charges fissent leur démission dans les vingt-quatre heures à peine d’avoir la tête tranchée42 !

Carte 8
Le refus de la conscription en Lozère

Carte 8Le refus de la conscription en Lozère

35La menace est prise au sérieux : personne n’accepte de remplacer les élus sortants.

36Dès le 13 mars, des échos de cette insubordination parviennent dans les villages voisins. Les jeunes de Rieutort ont formé de petits groupes de sept à huit personnes, chargés de mobiliser les hommes du pays. Le 14, un commissaire du district se rend à Estables-de-Randon et s’apprête à faire prêter le serment aux officiers municipaux lorsque le tocsin sonne dans le village. Le commissaire est entouré par un groupe de jeunes qui bat le tambour et réclame à grands cris la liste des hommes soumis à la levée. Très vite, l’attroupement grossit, contraignant à la fuite le commissaire et son secrétaire. Ces derniers sont convaincus qu’un complot a été ourdi dans le canton, car ils ont appris que la veille au soir plus de six cents hommes se sont regroupés afin de résister à la levée les armes à la main. Ils rapportent les propos les plus significatifs qu’ils ont entendus dans les communes de « la haute montagne », dont voici un exemple :

  • 43 Ibid.

Nous aimons mieux mourir dans nos chaumières s’il le faut que d’aller nous faire égorger à l’armée ; que puisque la nation [...] avait fait mourir le roi et avait par conséquent incité les puissances voisines contre nous, qu’ils se tirassent eux-mêmes d’affaire43.

  • 44 Ibid., procès-verbal des gendarmes de Serverette, 22 mars 1793.

37Le danger est jugé suffisamment sérieux pour justifier l’envoi d’une force armée dans le canton le 16 mars. La troupe parvient péniblement à se frayer un chemin dans une épaisse couche de neige. Elle entre dans un village mort, déserté par les membres de la municipalité et la plupart des hommes. N’ayant aucun logement à leur disposition, les soldats se réfugient dans l’église mais ne parviennent pas à trouver la moindre nourriture : tout a été emporté dans les bois où se forme un camp. On y rapporte que trois hommes vont bientôt apparaître pour venir commander la rébellion et apporter de l’argent. En attendant, les jeunes de Rieutort et d’Estables sillonnent le pays, entraînant à leur suite d’autres hommes concernés par la levée. L’accueil qui leur est réservé n’est pas toujours favorable : à Saint-Amans, les femmes les chassent à coups de pierres ! Mais à Saint-Alban, trois cents hommes leur emboîtent le pas ; à Badaroux, la moitié des jeunes rejoint le camp des rebelles. Mais encore une fois, ces paysans ne parviennent pas à tenir tête à la troupe et se dispersent avant même de livrer combat. Faute de chefs, le mouvement de résistance retombe ; la levée est organisée sous haute surveillance le 24 mars. La mobilisation des paysans de la Margeride a cependant montré l’étendue des solidarités entre les villages de la montagne. L’argument le plus efficace des jeunes de Rieutort n’est pas politique mais s’appuie sur cette solidarité traditionnelle : ils avancent que les hommes de Saint-Alban ne peuvent refuser de les suivre, « que c’était cause commune, qu’il fallait qu’ils soient assez nombreux et assez forts pour résister44. »

38Des dissensions ne sont pas moins perceptibles entre générations, les adultes préférant nettement la résistance passive à l’action armée ; les faits leur donnent raison, d’autant plus que les patriotes sont peu représentés en Margeride. Il n’en reste pas moins qu’aux portes de Mende, en l’espace de moins d’une semaine, quelque deux mille jeunes sont parvenus à se mobiliser autour d’arguments nettement contre-révolutionnaires. Il n’est pas question pour ces hommes et pour leurs familles de payer pour la « faute » commise par l’Assemblée nationale. Cela n’est pas le fruit d’un discours imposé par un quelconque réseau royaliste qui agirait dans l’ombre, et que, du reste, les rebelles appellent en vain de leurs vœux ! Le refus de la Révolution s’enracine, dépassant le cadre strictement religieux dans lequel il évoluait jusque-là pour revêtir une dimension réellement politique. La Margeride n’est pas seule à se dresser contre le décret du 24 février ; plusieurs communes du nord de l’Aubrac se rebellent contre les commissaires venus l’appliquer entre le 15 et le 21 mars. Si l’Aubrac a déjà connu des soulèvements populaires à l’occasion de l’application de la constitution civile du clergé, la Margeride se manifeste pour la première fois, à l’occasion de la levée des 300°000 hommes, dans le paysage contre-révolutionnaire méridional.

  • 45 ADT, L 89, soulèvement du 16 mars 1793.

39Tout comme l’Aubrac, les monts de Lacaune renouent à cette occasion avec une agitation contre-révolutionnaire qui s’est mise en place face aux réformes religieuses. Le pays se braque contre la levée avec une grande violence. Encore une fois, c’est la région de Lacaune, Murat, Brassac et Castelnau-de-Brassac qui est à la pointe de la contestation45. Le 21 mars, jour du tirage au sort à Lacaune, un attroupement se forme derrière un jeune tisserand, un forgeron et un ouvrier agricole. Les jeunes sont secondés par un mendiant connu dans la région, qui aurait été payé à l’occasion par un royaliste pour courir la montagne et pousser à la rébellion. L’enquête menée par le juge de paix, cependant, ne permet pas de démontrer l’existence d’un véritable encadrement royaliste. Les paysans représentent la très grande majorité des hommes opposés à la levée. Ce ne sont pas les plus défavorisés qui ont participé activement au mouvement, mais des métayers ou des laboureurs. Les pères de famille sont nombreux : la mobilisation n’est pas le fruit d’un mouvement catégoriel, mais du refus collectif de ce qui pouvait rappeler la milice dans un contexte économique et politique tendu.

  • 46 Ibid., 69 II L 30, procédures du tribunal criminel, interrogatoires du 28 mars 1793.

40Tout comme dans le Rouergue ou en Margeride, le rassemblement de quelque six cents hommes qui marche sur Lacaune le 21 mars renonce finalement à affronter la troupe appelée en renfort par les patriotes d’une ville qui compte encore 52 % de protestants au début du xixe siècle. Les autorités dénoncent un complot royaliste : un commissaire chargé de l’enquête évoque une « trame odieuse pour mettre toute notre montagne à feu lors du recrutement, comme dans le département de la Vendée [...] Le prévenu est un mendiant, faisant l’imbécile, poussé par les aristocrates qui voulaient profiter de cette circonstance pour susciter la guerre civile46 ». Mais la réalité ne correspond pas à ce tableau ; les royalistes ont cruellement fait défaut aux insurgés qui ont dû se résoudre à déposer les armes faute d’encadrement militaire et politique, dans les monts de Lacaune comme en Margeride. Les montagnes du Midi n’ont visiblement pas de place dans les projets contre-révolutionnaires des émigrés et des chefs royalistes de la France. Sans doute la faible densité seigneuriale et noble dans la région explique-t-elle en partie cette attitude.

  • 47 AN, F/7/3678/1 ; Allaire (R.), Histoire de la ville de Bédarieux, Nîmes, Lacour, 1990 [1911], p. 1 (...)
  • 48 ADH, L 897 et L 5060 (Angles).
  • 49 Ibid, L 917 ; AN, F/7/3691/1 (police générale, Tarn).
  • 50 ADH, L 6060.

41En dernier lieu, ce sont les montagnes occidentales de l’Hérault qui entrent dans le mouvement d’opposition à la conscription. Ici, aucun lien ne peut être établi entre la question religieuse et la levée militaire : l’Hérault s’est affirmé favorable à la constitution civile du clergé, à l’exception des régions de Ganges et Bédarieux qui ne sont pas à la pointe du mouvement de refus du recrutement. Ce sont les cantons montagneux situés aux confins de l’Hérault et du Tarn qui entrent en rébellion, mais selon un scénario différent de celui que nous avons observé jusqu’à présent. Le tirage au sort ne suscite aucune insurrection, mais provoque une rupture insidieuse dans les esprits. De rares incidents éclatent à Bédarieux47, à Vacquières, dans le canton du Claret et dans les montagnes aux environs d’Angles48. En revanche, un phénomène de longue durée se met en place à partir d’avril 1793 autour du refus de la conscription, qui se traduit par un niveau élevé d’insoumission et de désertion. Les jeunes ne restent pas isolés : réfugiés dans les bois, ils bénéficient du soutien de la population qui les cache et les nourrit. Dans les premiers jours d’avril, un rassemblement de jeunes réfractaires est signalé dans les montagnes du canton de Saint-Gervais. L’armée est envoyée, mais, ralentis par la pluie et le froid, les soldats parviennent difficilement jusqu’au village, qu’ils trouvent quasiment désert. Seuls un vieux prêtre réfractaire et quelques jeunes gens sont arrêtés49. Peu après, des mouvements suspects sont signalés dans les environs d’Angles. Après enquête, une liste de « gens suspects de la montagne récalcitrante » est établie. Elle comporte vingt-cinq noms : plusieurs notables y côtoient de nombreux métayers et des déserteurs, ainsi que les maires de plusieurs communes du canton ; la famille Azaïs, qui compte un prêtre réfractaire de plus en plus actif dans la Contre-Révolution, est également montrée du doigt. Une vaste opération militaire est montée pour arrêter ces suspects, mais elle aboutit devant un château vide, sensé être le repère des royalistes de la région50.

42Plus à l’est, les royalistes de Claret semblent comploter avec ceux de Pompignan ; le Gard et l’Hérault organisent une opération militaire qui se solde par un maigre résultat : six jeunes de Saint-Bauzille-de-Putois sont arrêtés, cinq sont relâchés immédiatement. Dans les cantons des Causses ou de la montagne, le mauvais gré se développe, poussant les jeunes à l’insoumission plus qu’à la rébellion, créant une insécurité endémique qui contraint les autorités à maintenir sur place des effectifs militaires importants et à multiplier les expéditions punitives. Cela ne pouvait que renforcer la solidarité des familles et des communautés et créer de vestes espaces où la loi est ouvertement et collectivement bafouée. Confrontées à cette situation, les autorités sont tenaillées par la peur d’un complot qui naîtrait de la collusion entre les jeunes insoumis et les chefs locaux de la contre-révolution. C’est en Lozère que le complot tant redouté éclate.

La guerre « manquée » de Marc-Antoine Charrier (mai 1793)

43Les différentes tentatives de camps contre-révolutionnaires n’avaient conduit qu’à des échecs, mais les problèmes soulevés par le recrutement forcé de volontaires pour l’armée n’étaient pas résolus et l’insoumission ne cessait de s’étendre dans les montagnes. Des régions jusque-là patriotes, comme la partie septentrionale de l’Hérault, entraient en dissidence ; les lois de la République étaient inapplicables dans une majeure partie du Gévaudan et de l’Aubrac aveyronnais. Les bois étaient habités par des bandes de jeunes gens bien décidés à résister à la conscription, avec le soutien des populations civiles. Les mouvements insurrectionnels qui s’étaient déclenchés en Margeride, dans les monts de Lacaune et ailleurs n’étaient pas concertés et ne faisaient partie d’aucun plan d’insurrection générale. Mais ils n’en fragilisaient pas moins les autorités patriotes, dont le discrédit s’aggravait auprès de gens du peuple rejetant clairement toute forme de conscription militaire.

  • 51 Des portraits de Charrier ont été brossés par la plupart des historiens du mouvement royaliste ou (...)

44Dans un tel contexte, Marc-Antoine Charrier va être l’homme de la situation. Né en 1755, il est le fils d’un avocat de Nasbinals qui occupait aussi la charge de notaire. D’abord destiné à la carrière des armes, pour laquelle il avait une véritable passion, Marc-Antoine est rappelé à Nasbinals pour reprendre la charge paternelle lorsque son frère aîné choisit de servir l’Église51. En 1789, il est élu député du Tiers-État aux côtés de Rivière, qui occupait les fonctions de lieutenant principal du bailliage de Gévaudan et affichait une totale loyauté envers l’évêque, également comte du Gévaudan. Les deux députés sont donc plutôt conservateurs, particulièrement attachés à faire respecter les droits de l’Église. Le cours pris par les événements à Paris suscite l’indignation de Marc-Antoine Charrier, qui se retrouve dans les rangs de ceux qui défendent le château de Versailles en octobre, face aux assauts du peuple de Paris. Son séjour dans la capitale lui permet de nouer des contacts avec le parti royaliste ; à la fin de son mandat, il veut gagner Coblence et se mettre au service des princes émigrés. Ces derniers parviennent à le convaincre qu’il sera plus utile dans les montagnes du Midi. Il rejoint alors le comité de Jalès ainsi que les royalistes de Mende, ce qui lui vaut, après la « bagarre » de février 1792, un décret d’arrestation lancé contre lui en avril de la même année. Charrier entame alors une vie de proscrit. Fin 1792, il gagne Chambéry et en revient porteur d’une lettre de mission signée du comte d’Artois. Avec l’aide des frères Allier, des royalistes aveyronnais et du comte de Noyant, il entreprend de recruter des hommes dans le cadre d’un nouveau plan d’insurrection dans le Midi.

  • 52 L’Espagne et la France à l’époque de la Révolution Française (1793-1807), Actes du Colloque de Per (...)
  • 53 Petit (Cl.), « Les brigands de Mandailles : de la Contre-Révolution au brigandage », Brigands en R (...)

45L’entrée en guerre de l’Espagne le 7 mars 1793 donne une force nouvelle au complot. Le 15 avril, le lieutenant général espagnol Ricardos enfonce les lignes de défense françaises et envahit le haut Vallespir52. Charrier reçoit la mission de déclencher une insurrection dans les montagnes afin de contraindre les armées républicaines à se diviser et faciliter ainsi la victoire espagnole. Ce projet exigeait une solide coordination entre les royalistes de l’intérieur, les émigrés et les Espagnols. Quant aux troupes des rebelles, elles se trouvaient dans les bois, rejetées dans la clandestinité par la répression : les dangers de la guerre avaient conduit au durcissement des mesures prises contre les jeunes conscrits réfractaires et les déserteurs. C’est au sein de ce vivier que les « lieutenants » de Charrier entreprennent de recruter l’Armée Chrétienne du Midi. Des émissaires partent dans les campagnes de l’Aubrac, de la Margeride et jusqu’aux villages des gorges du Tarn pour rallier les paysans : les paroisses catholiques de haute Lozère répondent massivement à l’appel. Dans l’Aubrac aveyronnais, cent cinquante hommes prennent les armes dans la région de Castelnau et de Mandailles, qui avait été le théâtre d’une rébellion contre la levée des 300 000 hommes53. Les paroisses de Laval et La Malène, nichées dans les gorges du Tarn, envoient cent vingt hommes rejoindre Charrier. Au total, la Lozère fournit plus de deux mille hommes, des paysans dans leur grande majorité, à l’Armée Chrétienne du Midi.

  • 54 ADL, II L 245/1 et L 120 (dépositions liées à l’affaire Charrier).

46Plusieurs témoignages consignés dans les procédures judiciaires permettent de comprendre l’état d’esprit de ces hommes au moment de rejoindre Charrier, de même que leurs origines géographiques et sociales. Les recrutements s’accélèrent à partir du 20 mai. Le 24, la rumeur d’un soulèvement royaliste se fait entendre dans le bourg de Chanac, fief de l’ancien évêque de Mende, Mgr de Castellane, massacré à Versailles en septembre 1792. La confusion règne au sein de la population, selon le témoignage de Gabriel Nègre, notaire public du lieu, car, dit-il, « depuis la Révolution, il s’est tenu tant de propos semblables qui se sont vérifiés faux, qu’on n’aurait pas eu un moment de tranquillité si on eut voulu y croire54. » La rumeur ne cesse cependant de croître et, dans la nuit du 26, la garde nationale de Chanac est réquisitionnée par les autorités du district. Le lendemain, l’ancien prêtre de la paroisse survient à la tête d’une troupe en armes qui force un patriote à couper l’arbre de la liberté et contraint le maire à lire une proclamation de Charrier ordonnant, au nom du roi, de rejoindre les rangs de l’Armée Chrétienne du Midi sous peine de mort et de confiscation des biens. La levée s’organise rapidement, grâce aux nombreux volontaires et aux pressions exercées par les représentants de Charrier. Ces pressions sont mises en avant par la plupart des suspects arrêtés et interrogés après la débandade de l’Armée Chrétienne, mais elles ne peuvent expliquer à elles seules le ralliement de près de deux mille hommes. Certains paysans affirment n’avoir pas compris les raisons pour lesquelles on les enrôlait ; des témoins affirment même avoir été convaincus de participer à une chasse aux prêtres réfractaires ! Sans doute cherchent-ils ainsi à se dédouaner face aux autorités patriotes.

Carte 9
Origines des 133 condamnés à mort à la suite de la rébellion de Charrier, mai 1793

Carte 9Origines des 133 condamnés à mort à la suite de la rébellion de Charrier, mai 1793

47Vraies ou fausses, ces ignorances n’ont pas été partagées par les hommes de Laval et de La Malène qui, le 29 mai, gravissent les pentes qui conduisent sur le Causse de Sauveterre pour rejoindre Charrier. Le maire de Laval en tête, les notables derrière lui, la troupe part en toute connaissance de cause se placer au service de la contre-révolution. Débouchant sur le Causse, elle aperçoit une troupe armée arborant la cocarde blanche et dirigée par un chef en qui ils croient reconnaître Charrier. Sans plus d’hésitation, les rebelles rejoignent ceux qu’ils croient être des amis mais qui sont en réalité des soldats patriotes dirigés par le capitaine Gardés, un protestant de Saint-Julien d’Arpaon. Ces hommes étaient partis la veille à la rencontre de Charrier que l’on disait se diriger sur Florac. Apercevant les hommes de La Malène et de Laval, Gardés décide de les attirer par la ruse et fait confectionner à la hâte des cocardes blanches. Le plan réussit au-delà de ses espérances : au fur et à mesure que les rebelles s’avancent pour saluer celui qu’ils prennent pour Charrier, ils sont rapidement et silencieusement maîtrisés. Un coup de fusil tiré par mégarde dans les rangs des gardes nationaux révèle aux royalistes leur erreur, mais quarante-neuf hommes restent aux mains des patriotes et sont ramenés à Florac où ils sont jugés d’après la loi du 19 mars 1793. La Convention avait décrété que tout individu pris les armes à la main ou porteur d’une cocarde blanche serait déclaré hors-la-loi et exécuté dans les vingt-quatre heures.

  • 55 Ibid., L 134.
  • 56 Boubal (Ch.), L’Affaire Charrier (26mai-1er juin 1793), op. cit., p. 101-110.
  • 57 ADL, L 134 (liste des 133 rebelles condamnés à mort à Mende le 2 juin 1793 ; 33 prêtres en font pa (...)
  • 58 Porcer (D.), « La noblesse languedocienne en 1789 : définition d’un groupe social, esquisse numéri (...)

48L’extrait du registre du tribunal comporte la liste des quarante-neuf accusés et indique leur profession55. Les notables figurent en tête : le maire de Laval, deux notaires de La Malène, un huissier du tribunal du district de Meyrueis. Deux voituriers, sept tisserands, un « garçon tailleur », un aubergiste ainsi que neuf « trafiquants » complètent la liste des commerçants et artisans enrôlés dans le mouvement. La paysannerie représente une bonne moitié des inculpés (travailleurs de terre, bergers et domestiques : les plus humbles et les plus jeunes sont les mieux représentés). Cette image sociale des troupes qui se sont mobilisées au service de Charrier est confirmée par l’étude menée par Christophe Boubal56. À partir d’un échantillon constitué par près de trois cents personnes interrogées par la justice, cet auteur montre que plus de la moitié est issue du monde paysan. Les domestiques sont bien représentés (un tiers des rebelles arrêtés) ; les artisans de condition modeste forment le troisième groupe social. Les notables ne représentent que 5 % des hommes de Charrier alors que les prêtres sont assez nombreux dans son entourage57. La noblesse est représentée par le comte de Noyant, le comte de Moré de Charaix, le chevalier de la Salle et le chevalier de Borel. La noblesse n’était ni très nombreuse ni très puissante en Gévaudan et l’émigration a éclairci ses rangs58. Pour ce qui est de l’origine géographique des rebelles, la liste des condamnés à mort à Mende le 2 juin 1793 permet de retrouver les noms de trente-neuf paroisses. Seules la Margeride et les Cévennes, pour des raisons très différentes, n’ont fourni aucun homme à l’insurrection. Les paroisses les plus représentées sont situées dans l’Aubrac, dans la vallée du Lot et les gorges du Tarn. La géographie de la rébellion de Charrier ne coïncide donc pas exactement avec celle des insurrections contre la levée des 300°000 hommes. En revanche, elle recoupe de manière plus précise la géographie des rébellions contre la politique religieuse de la Révolution. Cela permet de dessiner un espace où les populations se mobilisent plus facilement, étant davantage au contact des patriotes dont les actes les touchent et les heurtent directement.

  • 59 Cité par Delon (abbé J.-B.), La Révolution en Lozère, op. cit., p. 178.

49Ainsi constituées, les troupes levées par Marc-Antoine Charrier affrontent les patriotes à Rieutort-de-Randon dans la nuit du 25 mai 1793. Il s’agit en fait de soldats envoyés à l’assaut du château du comte de Noyant, que l’on suspectait d’être un repaire des rebelles. Les patriotes font halte à Rieutort, prévoyant d’entrer dans Nasbinals au lever du jour le dimanche 26, afin de surprendre la population et d’arrêter les royalistes de l’entourage de Charrier. L’apprenant, les rebelles poussent leur chef à entrer en action ; les deux frères Allier sont parmi les plus impatients. Charrier est plus réservé ; il ne veut pas répéter les erreurs de Saillans et préfère attendre le feu vert de Coblence. Un courrier venait en effet de lui apprendre que l’opération était repoussée de six semaines. Mais la nouvelle du pillage du château du comte de Noyant et de la menace pesant sur Nasbinals met le feu aux poudres. Sollicité par ses lieutenants, Charrier cède et décide de marcher à leur tête. Les hommes les plus fiables sont convoqués à minuit au pont de Marchastel : ils sont une centaine à donner l’assaut contre les patriotes qui cèdent rapidement. La nouvelle de cette rapide victoire se diffuse immédiatement, accélérant la mobilisation des hommes dans les campagnes. C’est donc une troupe nombreuse qui se dirige le 26 au matin vers Nasbinals, les patriotes prisonniers marchant en tête de la colonne. Forte de mille cinq cents hommes, la troupe rebelle prend la direction de Marvejols dont elle obtient la reddition sans combat. Les partisans de Charrier affluent toute la matinée, marquée par la messe en plein air célébrée par Claude Allier et par des violences commises contre plusieurs maisons patriotes de la ville. L’arbre de la liberté est abattu. Des compagnies paroissiales affluent durant toute la journée ; l’une d’elles, ayant à sa tête Jean-Louis Solier, est saluée par les cris de joie des femmes de Chanac qui chantent « Malgré Luther, l’Église sera triomphante59 ! »

50L’objectif suivant est la prise de Mende, dont les habitants étaient ouvertement favorables à la contre-révolution. L’annonce des victoires de l’Armée Chrétienne plonge la ville dans la plus grande effervescence, contraignant les autorités à se replier sur Florac, dernier havre patriote dans le département depuis la chute de Marvejols. Au soir du 27 mai, Charrier arrive aux portes de Mende qui s’ouvrent devant lui et son armée dans l’enthousiasme général. Il promet au peuple de marcher sur les Cévennes et de raser Florac. Les maisons des patriotes sont pillées, de même que l’évêché et la salle de la Société populaire. La cathédrale est purifiée par les prêtres qui accompagnent l’Armée Chrétienne, les prisonniers politiques sont libérés.

51Les autorités commençaient cependant à organiser une contre-offensive. Dès le 27, des troupes mobilisées dans l’Aveyron, l’Ardèche, le Cantal et la partie cévenole de la Lozère convergent en direction de Mende. Mille cinq cents hommes quittent Florac le 28 mai au soir, sous le commandement du général Louis. C’est un détachement de cette troupe qui surprend les rebelles de Laval et La Malène sur le Causse de Sauveterre. Les patriotes ne savent pas très bien où se trouve Charrier, tant les rumeurs sont confuses. Le 29 mai, un détachement de rebelles commandés par l’abbé Avit met en déroute des gardes nationaux venus de Florac et qui approchent de Mende ; dans le même temps, les gardes nationaux de l’Aveyron se rendent facilement maîtres de Marvejols que Charrier a laissée dégarnie de troupes. Dans la foulée, les patriotes prennent Chanac, ce qui déclenche une réaction immédiate parmi les habitants du bourg qui avaient rejoint Charrier : une contre-offensive est montée pour délivrer Chanac, mais les hommes tombent dans une embuscade et laissent une centaine de morts sur le champ de bataille. Depuis la prise de Mende, les effectifs de l’armée rebelle fondent rapidement: ceux qui ont marché sous les pressions s’en vont, d’autres considèrent que la bataille est gagnée et décident de rentrer chez eux.

52Le gros des troupes reste cependant mobilisé et bien décidé à en découdre avec les patriotes : la bataille se déroule à Chanac le 1er juin et tourne en faveur des rebelles qui n’esquivent pas l’affrontement malgré un équipement largement improvisé et globalement défectueux. Après trois heures de combat, les soldats défaits prennent la fuite, d’autres se constituent prisonniers. Mais Charrier est seul. Après la victoire, il prend la décision de renvoyer ses hommes, refusant de livrer d’autres combats dont il sait l’issue incertaine : les princes émigrés n’avaient envoyé ni commandant ni soutien matériel, et aucun soulèvement n’avait été déclenché dans les départements voisins. Charrier demande à ses lieutenants de se disperser et gagne la ferme de Pré-Grand dans laquelle il a fait aménager un souterrain. Il s’y enferme avec sa femme, enceinte de leur second enfant. La répression est déclenchée dès le 2 juin et Charrier est découvert par les gendarmes de l’Aveyron le 4 au matin. Transféré à Rodez, il y est interrogé sans relâche pendant plusieurs semaines et exécuté le 17 juillet 1793.

53La répression engagée est à la hauteur des angoisses infligées aux patriotes par l’Armée Chrétienne du Midi. Les hommes de Laval et La Malène, faits prisonniers sur le Causse, étaient arrivés à Florac dans la soirée du 29 mai ; ils sont traduits devant le tribunal du département, installé dans cette ville, les 1er et 2 juin, et condamnés à la peine capitale. Trente-neuf prisonniers sont guillotinés le 11 juin, jour de foire à Florac, sept autres le sont à Mende trois jours plus tard. L’exécution est spectaculaire, conformément aux instructions du procureur Dalzan : cherchant à extirper le fanatisme des montagnes catholiques, il voulait frapper les esprits. Il applique la loi du 19 mars 1793 avec une extrême rigueur et ne tient pas compte d’un article ajouté le 10 mai, limitant la peine de mort aux seuls chefs des insurrections. Or, parmi les victimes, nous avons pu noter la présence de gens modestes, bergers ou domestiques, qui auraient dû bénéficier de la clémence du tribunal. Châteauneuf-Randon devait lui-même condamné la sévérité excessive des peines prononcées.

54Les insurrections royalistes dans le Midi ont donc systématiquement avorté malgré l’hostilité marquée des populations catholiques à la Révolution et la précocité des mobilisations populaires contre-révolutionnaires. Comment expliquer ces échecs répétés, alors que les départements de l’Ouest se préparaient à entrer dans une véritable guerre civile ? Sans prétendre apporter de réponse définitive, il est possible d’avancer certaines pistes. La précocité même de la Contre-Révolution méridionale a sans doute joué en sa défaveur. Il paraît clair que l’insurrection populaire du Midi, et plus encore celle des montagnes, n’occupaient qu’une place très secondaire dans les projets des Princes émigrés. L’improvisation et l’indiscipline marquent les insurrections des camps de Jalès et, dans une moindre mesure, celle de Marc-Antoine Charrier. La mobilisation populaire précède souvent la mise en œuvre des complots royalistes, ce qui introduit une ambiguïté fondamentale dans ces mouvements : relèvent-ils des émotions populaires ou d’un vrai dessein politique ? Les deux formes de mouvements ne sont pas similaires, chacun a sa logique propre et ses modalités. La noblesse est globalement absente des soulèvements populaires, en particulier en 1793 ; le camp qui s’organise à Rieutort-de-Randon attend des émissaires des princes, mais ceux-ci n’existent que dans l’imagination des jeunes révoltés. Celui de Lapanouse, dans l’Aveyron, parvient à rallier les chefs locaux de la contre-révolution, mais les paysans ne sont pas des soldats entraînés et renoncent à affronter les troupes dans la plupart des cas. Les autorités patriotes dénoncent sans relâche la main de royalistes accusés de pervertir le peuple et de le manipuler, ce qui se révèle faux dans la réalité. L’exemple du rôle joué par les frères Allier dans les insurrections contre-révolutionnaires autorise même à remettre en question la qualité de l’engagement de nombreux chefs dans le mouvement royaliste : certes, les deux frères vont chercher auprès des princes émigrés l’autorité qui leur donnera leur légitimité, mais ils se révèlent incapables de se plier à une stratégie imposée d’en haut.

55À leur suite, les paysans et artisans qui s’enrôlent aux côtés de Saillans, de Borel ou de Charrier ne se sentent aucunement liés à un projet politique national qui structurerait un parti politique royaliste. Ce qui ne signifie nullement que les paysans engagés dans un mouvement de protestation contre la Révolution sont dépourvus de toute conscience politique : les mots d’ordre qui rallient les jeunes des monts de Lacaune, du Rouergue ou de Margeride sont clairement royalistes. Partout est remise en cause la légitimité de l’Assemblée nationale à cause de l’exécution du roi, jugée criminelle, voire blasphématoire. Le rejet de la conscription relève autant du refus traditionnel de toute forme de milice que de la condamnation du cours récent des événements et de la confiscation de la parole et du pouvoir par une poignée de patriotes localement très minoritaires. De fait, les insurrections de 1792 et 1793 contribuent à une politisation croissante du mécontentement populaire, même si ce dernier s’exprime dans le cadre de formes anciennes de protestation. Il existe, nous semble-t-il, une dimension politique indéniable dans cette opposition à la Révolution qui est aussi une réponse à la radicalisation des patriotes. Confrontés à un espace montagnard toujours plus ancré dans la dissidence, voire dans la rébellion, ces derniers constatent l’incapacité du discours révolutionnaire à désarmer les ennemis de la Révolution. Les tentatives répétées d’insurrections royalistes laissent place au sentiment d’un péril imminent, nécessitant une contre-offensive patriote.

Notes

1 Lewis (G.), The second Vendée..., op. cit., Oxford University Press, 1978, 250 p.

2 Michelet (J.), Histoire de la Révolution Française, op. cit. ; Huard (R.), « L’histoire provinciale de la Révolution en construction. Les historiens républicains et le Midi révolutionnaire », in Huard (R.) (dir.), Pratiques politiques en province à l’époque de la Révolution Française, Montpellier, 1988, p. 353-374.

3 Martin (J.-Cl.), Contre-Révolution, Révolution et nation en France, 1789-1799, Paris, Le Seuil, 1998, p. 85.

4 Godechot (J.), La Révolution Française dans le Midi toulousain, op. cit., p. 101 sq. Une tentative de soulèvement a lieu dans le quartier du Parlement à Toulouse, sans succès.

5 AN, F/7/3652/1, troubles et insurrections en Ardèche entre 1790 et 1791. Les membres du comité estiment que 20 000 hommes son présents et 170 communes représentées ; cf. Bon-Pascal (G.), Berrias et eles camps de Jalès, Alès, 1989, p. 83.

6 Voir supra, ch. II, p. 44.

7 Voir supra, ch. II, p. 56.

8 Jolivet (Ch.), La Révolution en Ardèche, 1788-1799, op. cit., p. 236-238.

9 Peronnet (M.), « Les camps de Jalès. Révolution et Contre-Révolution sous le règne de Louis XVI (1789-1792) », in Pratiques politiques en province à l’époque de la Révolution Française, op. cit., p. 323-341.

10 ADH, L 5058, correspondance passive de Saint-Pons.

11 .AN, F/7/3681/13 (6e dossier).

12 Jeune notaire de Nasbinals, il avait été élu député aux états généraux en 1789 (voir ch. l).

13 AN, F/7/3681/13 (6e dossier).

14 Ibid.

15 Ibid., (7e dossier, troubles de Florac du 13 mars 1792).

16 L’évêque réfractaire de la Lozère commet l’imprudence de suivre la route la plus fréquentée en direction du Rhin ; jouant de malchance, il est reconnu par le curé constitutionnel de Dormans (Marne). Arrêté, il est conduit dans les prisons d’Orléans. Transféré à Paris en septembre 1792, il est massacré par le peuple à l’entrée de Versailles le 9 septembre et son corps est atrocement mutilé par la foule. Voir le récit qu’en donne l’abbé Delon, La Révolution en Lozère, op. cit., p. 207-209.

17 Godechot (J-), La Contre-Révolution, PUF, collection « Quadrige », 1984 [1961], p. 251 ; Jolivet (Ch.), La Révolution en Ardèche, op. cit., p. 356.

18 Arrêté le 22 février à la suite de l’affaire d’Uzès, Louis de Malbosc avait été emprisonné à Pont-Saint-Esprit et retrouvé mort deux semaines plus tard dans le Rhône. Les autorités affirmèrent que le prisonnier s’était tué en tentant de s’évader par la fenêtre de sa prison ; ses parents et amis affirmèrent qu’il avait été secrètement exécuté. Voir Jolivet (Ch.), La Révolution en Ardèche, op. cit., p. 251.

19 AN, F/7/3652/1, police générale de l’Ardèche.

20 AN, D/xxix bis/13, dossier 174, p. 20-21 ; F/7/3652/1, police générale de l’Ardèche ; ADG, L416.

21 La liste figure dans un procès-verbal dressé le 14 juillet par le directoire du département de l’Ardèche et que nous avons retrouvé dans les archives départementales de l’Hérault, L 966.

22 Riou (M.), « Le partage des biens communaux en Ardèche », « Le Vivarais dans la Révolution », Revue du Vivarais, janvier-juin 1989, t. XCIII, p. 189-202 ; dans le même numéro, Teyssier (E.), « La vente des biens nationaux à travers le cas des Bernardi. Spéculation et ascension sociale », p. 85-96.

23 ADA, 1 L 750.

24 ADT, L. 89 (les communes de Brassac, Castelnau-de-Brassac, Lacaze, Saint-Pierre-de-Trévizy, Murat, La Crouzette, sont concernées par les troubles).

25 ADH, L 946, émeutes de Lodève, février 1792 ; AN, F/7/3691/1 (émeute de Castres, 21 juillet 1792) ; ADG, L 421 et 426 (émeutes de Sauve, Quissac, Lasalle et Saint-Ambroix, avril 1792 ; Saint-Hippolyte-du-Fort, décembre 1792).

26 Ado (A.), Paysans en Révolution, op. cit., p. 283.

27 Godechot (J.), Les Révolutions, 1770-1799, PUF, coll. « Nouvelle Clio », 1963.

28 AN, F/7/3681/14 (août 1792).

29 ADL, L 205 ; archives municipales de Mende, délibérations du 25 septembre et du 25 octobre 1792.

30 AN, F/7/3691/1 (7 octobre 1792).

31 Martin (J.-Cl.), Contre-Révolution, Révolution et nation en France (1789-1799), op. cit., p. 159sq.

32 Forrest (A.), Déserteurs et insoumis sous la Révolution et l’Empire, Perrin, 1988, p. 39 sq.

33 .Ibid., p. 41-44, carte p. 88

34 Laroze (J.), Saint-Félix-de-Sorgues à l’heure révolutionnaire, op. cit. ; Raylet (abbé L.), Les Procès-verbaux de la Société des Amis de la Constitution de Saint-Affrique, Rodez, 1942.

35 ADA, 71 L 34, procédure du tribunal criminel, procès-verbal de D. Jugla.

36 Ibid.

37 ADA, 71 L 32.

38 Ibid., troubles à Saint-Juéry (13 mars), Pousthomy (15 mars). Notre-Dame-de-L’Orient (15 mars), Montfranc (16 mars).

39 ADA, 3 L 125, tribunal du district de Millau (troubles du 14 au 20 mars 1793).

40 Sur ces événements, voir les études de Barrau (H., E. et E de), L’Époque révolutionnaire en Rouergue, op. cit., p. 129 sq. ; Petit (Cl.), « Le recrutement des 300°000 hommes en Aveyron (février-mars 1793) », Guerre et paix en Rouergue, xie-xixe siècle, Millau, Société des Lettres, Sciences et Arts de l’Aveyron, 1999, p. 209-233.

41 ADL, II L 245, pièce 35 (procès-verbal des commissaires Sommer et Martin).

42 Ibid.

43 Ibid.

44 Ibid., procès-verbal des gendarmes de Serverette, 22 mars 1793.

45 ADT, L 89, soulèvement du 16 mars 1793.

46 Ibid., 69 II L 30, procédures du tribunal criminel, interrogatoires du 28 mars 1793.

47 AN, F/7/3678/1 ; Allaire (R.), Histoire de la ville de Bédarieux, Nîmes, Lacour, 1990 [1911], p. 149.

48 ADH, L 897 et L 5060 (Angles).

49 Ibid, L 917 ; AN, F/7/3691/1 (police générale, Tarn).

50 ADH, L 6060.

51 Des portraits de Charrier ont été brossés par la plupart des historiens du mouvement royaliste ou de la Révolution en Gévaudan et Rouergue. Daudet (E.), Histoire des conspirations royalistes du Midi sous la Révolution (1790-1793), Paris, 1880, p. 221sq; Barrau (H., E. et F. de), L’Époque révolutionnaire en Rouergue, op. cit., p. 143 sq. ; delon (abbé j.-b.), La Révolution en Lozère, op. cit., p. 165sq. ; Buffière(F.) (dir.), Lozériens connus ou à connaître, Toulouse, chez l’auteur, 1992; Buffière (F.), Ce « tant rude » Gévaudan, Mende, 1985, vol. 2, p. 1243; Boubal (Ch.), L’Affaire Charrier (26 mai-1er juin 1793). op. cit. ; Falguière (Ch.), La Chouannerie en Aveyron, mémoire de maîtrise, Université Toulouse-Le Mirail, 1967.

52 L’Espagne et la France à l’époque de la Révolution Française (1793-1807), Actes du Colloque de Perpignan, 1er au 3 octobre 1992, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 1993.

53 Petit (Cl.), « Les brigands de Mandailles : de la Contre-Révolution au brigandage », Brigands en Rouergue, ixe -xixe siècle, Actes du Colloque de Rodez, 12 juin 1993, Rodez, Société des Lettres, Sciences et Arts de IAveyron, 1993, p. 143-175.

54 ADL, II L 245/1 et L 120 (dépositions liées à l’affaire Charrier).

55 Ibid., L 134.

56 Boubal (Ch.), L’Affaire Charrier (26mai-1er juin 1793), op. cit., p. 101-110.

57 ADL, L 134 (liste des 133 rebelles condamnés à mort à Mende le 2 juin 1793 ; 33 prêtres en font partie).

58 Porcer (D.), « La noblesse languedocienne en 1789 : définition d’un groupe social, esquisse numérique », Bulletin d’Histoire de la Révolution Française, années 1984-1985, p. 47-55.

59 Cité par Delon (abbé J.-B.), La Révolution en Lozère, op. cit., p. 178.

Table des illustrations

Titre Carte 7Les foyers de la Contre-Révolution
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17159/img-1.png
Fichier image/png, 720k
Titre Carte 8Le refus de la conscription en Lozère
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17159/img-2.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Carte 9Origines des 133 condamnés à mort à la suite de la rébellion de Charrier, mai 1793
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17159/img-3.png
Fichier image/png, 896k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search