Version classiqueVersion mobile

Mémoires affrontées

 | 
Valérie Sottocasa

Première partie. Rythme et respiration de l'engagement populaire : le temps de la violence

Chapitre 2. Le choc de la Constitution civile du clergé en terre de frontière confessionnelle (1790-1791)

Texte intégral

1L’adhésion primitive des montagnes du Midi languedocien à la Révolution a toujours été ignorée du fait de la précocité et de la violence de leur ancrage dans la contre-révolution à partir des premiers mois de 1791. C’est à travers ce prisme que la région a été depuis décrite et identifiée. Dans ce cadre, les premiers frémissements en faveur de la Révolution se révèlent incongrus et c’est pourquoi les premiers engagements populaires ont généralement été gommés par l’historiographie. Or, leur signification nous paraît importante pour mieux interpréter la rupture provoquée par l’introduction de la Constitution civile du clergé au début de 1791. Faire abstraction de ces premiers moments conduits à une vision caricaturale de l’opposition qui s’est ensuite dessinée dans des régions que l’on présente comme archaïques et naturellement soumises aux autorités traditionnelles. La réalité se révèle plus complexe, y compris, et nous le verrons dans ce chapitre, dans les modalités mêmes de l’opposition populaire à la Révolution.

2La brutalité de la rupture suscitée par la mise en œuvre de la réforme de l’église n’en est pas moins forte. Elle révèle la place prépondérante de la question religieuse dans les mentalités des hommes et des femmes du Midi languedocien, terre de frontière religieuse. Comprendre la violence de la mobilisation populaire contre le serment de 1791 ne peut se faire sans revenir sur l’événement le plus traumatisant des premiers temps de la Révolution dans le Midi, la « bagarre » de Nîmes. Certes, la ville est située en dehors de l’aire géographique que nous avons choisi d’étudier, mais l’impact de cet événement dépasse très largement le cadre de la ville qui en a été le théâtre et traduit la complexité des liens qui l’unissent aux Cévennes ainsi qu’aux pays catholiques de la frontière cévenole.

Graphique 3
Les attroupements hostiles à la Révolution (tous départements)

Graphique 3Les attroupements hostiles à la Révolution (tous départements)

La « bagarre » de Nîmes (juin 1790) et ses répercussions

L’acuité de la question religieuse dans le Midi

3Pour comprendre la manière dont s’est nouée la crise qui secoue Nîmes au printemps 1790 et plus encore ses conséquences, il faut revenir sur la situation religieuse propre au Midi languedocien. L’originalité de cette région tient à l’importance de la minorité réformée, tout particulièrement dans les Cévennes, véritable bastion protestant qui s’est maintenu en dépit des épreuves liées à la révocation de l’édit de Nantes, à la répression contre les Camisards, puis au « Désert », longue période de proscription qui s’est étendue tout au long du xviiie siècle. En aval des Cévennes, la Gardonnenque et la Vaunage sont les principaux lieux où des communautés réformées ont pu maintenir leur intégrité. On rencontre là des paroisses entièrement protestantes ou ne comportant qu’une faible minorité catholique. Dans les villes et les zones de dissémination du protestantisme, la situation est différente. La noblesse s’est progressivement convertie au catholicisme au cours des règnes de Louis XIII et Louis XIV ; dans le même temps, la paysannerie était l’objet de toute l’attention de l’Église tridentine et de ses missionnaires. La Révocation a frappé durement cette catégorie sociale de la communauté réformée, à l’exception des bastions où le poids du nombre et la solidarité ont permis aux familles les plus humbles de rester fidèles à leurs convictions religieuses. Dans les villes, nous l’avons vu, la bourgeoisie protestante a conservé une influence prédominante grâce à l’essor du négoce et de l’industrie textile. Exclue des charges publiques, elle a massivement investi dans ces domaines d’activité, où elle était d’ailleurs présente depuis le règne de Louis XIII.

  • 1 . Rouvière (F.), Histoire de la Révolution dans le département du Gard, op. cit., t.1, p. 77.

4À la veille de la Révolution, la seule avancée notable a été apportée par l’édit de Tolérance de novembre 1787. Le texte autorise les protestants à ne plus passer par l’Église catholique pour leur état civil, mais ne règle pas la question de leur exclusion des fonctions publiques. Néanmoins, les relations entre les deux communautés ne sont pas ouvertement conflictuelles. On peut même aller jusqu’à dire que le consensus en faveur de la Révolution paraît nettement l’emporter sur les dissensions. C’est ainsi que le maire de Nîmes, le catholique baron de Marguerittes, approuve sans réserve la formation des « légions nîmoises » au lendemain de la révolution municipale de l’été 1789, alors que ces légions sont peuplées en majorité de protestants. Dans la plupart des villes confessionnellement mixtes, l’élection de protestants au sein des conseils municipaux ne provoque aucun trouble notable. Quelques signes trahissent cependant une réalité moins consensuelle : dès le mois d’octobre 1789, il s’est formé à Nîmes une garde nationale parallèle entièrement recrutée au sein des couches populaires catholiques. Cela ne va pas sans créer des tensions et des réticences, y compris aux yeux du maire, pourtant catholique convaincu. Lorsque ces troupes demandent à prêter le serment civique, ce qui peut être compris comme une reconnaissance de leur existence légale, le maire hésite, repousse la cérémonie. Le chef des troupes catholiques, François Froment, décide d’employer la manière forte : il fait fermer les portes de l’hôtel de ville et force le conseil à recevoir le serment de ses légions1. Cet incident trahit l’existence de tensions confessionnelles à Nîmes, où certains voient avec appréhension les communes protestantes de la Gardonnenque et de la Vaunage créer des gardes nationales et organiser des camps destinés à structurer leur union. La fédération de la Gardonnenque est de loin l’exemple le plus remarquable.

5Dans le même temps, une personnalité protestante nîmoise s’impose peu à peu à Paris, tant dans les débats que par ses travaux dans le cadre des commissions : il s’agit de Rabaut Saint-Étienne. Ce jeune pasteur élu député en 1789 est, depuis 1765, le porte-parole de la communauté réformée en France. Homme modéré et profondément légaliste, il a été chargé de préparer l’édit de Tolérance auprès de Malesherbes qui, avec Lafayette, l’a invité à s’installer à Paris. Il devient alors l’interlocuteur protestant de la Cour et du gouvernement. Il participe ensuite activement aux débats préparatoires à la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Ses interventions ont été particulièrement remarquées lorsqu’il s’est agi de définir le contenu de l’article X ; Jean-Paul Rabaut Saint-Etienne voulait qu’y soit clairement inscrit le respect de la liberté religieuse, mais seule la liberté d’opinion, y compris sur les questions religieuses, est finalement garantie. Incontestablement, Rabaut Saint-Étienne est un personnage important au sein de l’Assemblée nationale ; en mars, il en est d’ailleurs élu président. Le peintre David choisit de le placer au centre du tableau sur lequel est représenté le serment du Jeu de paume, tenant entre ses bras l’abbé Grégoire d’un côté et le chartreux Dom Gerle de l’autre. Ce religieux est l’auteur d’une motion déposée le 12 avril et visant à maintenir le catholicisme dans son statut de religion d’État. Les débats à l’Assemblée portent alors sur les réformes religieuses, qui soulèvent une opposition croissante au sein des députés les plus conservateurs. Dom Gerle, dont les sympathies politiques allaient par ailleurs aux Jacobins, espérait ôter aux adversaires des réformes leur argument le plus mobilisateur selon lequel le parti des philosophes cherchait à détruire la religion catholique.

6Ce débat dépasse rapidement le cercle de l’Assemblée nationale et rencontre de vifs échos dans l’ensemble du royaume. Des adresses de soutien à la motion sont rédigées en province et envoyées à l’Assemblée nationale, souvent dans la précipitation. Ces adresses proviennent surtout des régions méridionales marquées par la présence d’une minorité protestante solidement implantée. Dans l’analyse des thèmes dominants de ces adresses, Timothy Tackett montre que leurs rédacteurs voient dans les réformes proposées une attaque en règle contre les principes fondamentaux de l’Eglise post-tridentine ; à leurs yeux, cela ne pouvait être que l’œuvre des protestants et, dans le Languedoc méditerranéen, du pasteur Rabaut Saint-Étienne. L’Assemblée nationale rejette la motion Dom Gerle le 19 avril, ce que les catholiques nîmois ne peuvent savoir lorsqu’ils entreprennent de rédiger une adresse sur cette question, le 20, à l’initiative de François Froment ; près de trois mille personnes signent ce texte, déposé dans la maison de Froment, qui servira de modèle aux adresses de toute la région.

7Cet épisode suit de peu les élections municipales, qui ont eu lieu le 28 mars à Nîmes dans un climat tendu. Protestants et catholiques n’étaient pas parvenus à dresser une liste commune et ont donc présenté deux listes rivales. Imperceptiblement, les données religieuses prennent le pas sur les opinions politiques. La mobilisation massive des électeurs catholiques dans les campagnes permet à la liste catholique de l’emporter, et au baron de Marguerittes de conserver le fauteuil de maire. De leur côté, les protestants se retrouvent en position de force au sein de la Société des Amis de la Constitution, fondée le 11 avril. La Société noue des contacts avec les patriotes de la région, en particulier ceux de la Vaunage et de la Gardonnenque ; elle demande son affiliation au club patriote de Montpellier, lui-même affilié aux Jacobins de Paris. De nouvelles élections doivent avoir lieu dans le courant du mois de juin : il s’agit d’élire l’administration départementale au suffrage restreint. Ce dernier favorise les électeurs les plus aisés en écartant les citoyens modestes. Dans le contexte nîmois, cela signifie que les protestants ont toutes les chances d’emporter une majorité de sièges.

  • 2 Le 13 février 1790, un décret de l’Assemblée nationale supprime les vœux monastiques. Les moines e (...)
  • 3 Couvre-chef.

8C’est au cœur de cette campagne électorale sensiblement tendue que tombe la nouvelle de la « bagarre » de Montauban. La municipalité de cette ville avait choisi de procéder à l’inventaire des couvents, imposé par l’Assemblée nationale2, le 10 mai. Le jour paraît particulièrement mal choisi, car c’est aussi celui de la fête des rogations. Le peuple catholique de la ville se rend en masse aux processions organisées par l’Église, et ne peut retenir sa colère devant le spectacle des officiers municipaux se livrant à l’inventaire des biens des couvents, sachant que ces derniers devaient disparaître et leurs biens être mis en vente au titre des biens nationaux. Les processions dégénèrent rapidement en émeutes qui font cinq morts parmi les gardes nationaux et provoquent l’exode de nombreuses familles protestantes menacées par les émeutiers. L’événement, rapidement connu à Nîmes, galvanise les troupes recrutées par Froment. Ce dernier les avait dotées d’un uniforme vert, couleur du comte d’Artois, émigré à Turin pour y organiser la contre-révolution. Les légionnaires étaient nombreux à arborer une cocarde blanche accrochée à leur « pouf3 » rouge. Les incidents se multiplient entre ces troupes et la garde nationale, foncièrement patriote et majoritairement composée de recrues protestantes.

9À partir du 4 juin, l’assemblée électorale chargée d’élire les membres de l’administration départementale se réunit à l’évêché. François Froment est décidé à faire pression sur les électeurs, d’autant plus qu’il est désormais reconnu au sein du mouvement contre-révolutionnaire. Dans le courant de l’hiver, il s’est rendu à Turin et y a rencontré le comte d’Artois, auquel il a pu exposer ses arguments. Il apporte au mouvement contre-révolutionnaire, resté exclusivement nobiliaire, un soutien populaire nourri par le sentiment antiprotestant répandu au sein du peuple catholique méridional. Au printemps, paraît un pamphlet intitulé Pierre Romain aux catholiques de Nismes qui donne le ton sur lequel s’engage désormais le débat politique :

  • 4 Rouvière (F.), op. cit., t. 1, p. 79.

[les protestants] vous demandent d’être participants des avantages dont vous jouissez, mais vous ne les y aurez pas plutôt associés qu’ils ne penseront plus qu’à vous en dépouiller [...], vous souffrirez qu’ils soient protestants, ils ne vous pardonneront plus d’être catholiques [...] Vipères ingrates que l’engourdissement de leur force mettait hors d’état de vous nuire, réchauffées par vos bienfaits, elles ne revivent que pour vous donner la mort. Ce sont vos ennemis-nés... Vos pères ont échappé par miracle de leurs mains sanguinaires ; ne vous ont-ils pas raconté les excès de cruauté qu’ils ont exercés contre vos aïeuls4 ?

10L’emphase du ton, la violence des images, réveillent des souvenirs qui faisaient la trame de la culture populaire locale, nourrie de légendes et de récits faisant la part belle aux atrocités commises au temps des guerres de religion. L’extraordinaire violence populaire qui explose au cours de la bagarre de Nîmes, du 13 au 15 juin, ne peut être le fruit d’une manipulation ou d’un complot aristocratiques. On a invoqué l’ampleur de la crise économique qui sévit en Languedoc dans les dernières années de l’Ancien Régime, et les tensions sociales que cette crise a pu aviver entre les ouvriers catholiques et la bourgeoisie protestante. Cela est indéniable, mais le Languedoc est loin d’être la seule région concernée par cette crise, ni même la plus touchée, et cela ne suffit pas à expliquer les violences extrêmes qui secouent la ville de Nîmes en ces journées de juin 1790.

L’affrontement sanglant (14 et 15 juin) et ses échos

11Dès le 4 juin, gardes nationaux et « poufs rouges » se bousculent devant le palais épiscopal sous prétexte de monter la garde. Dans les jours qui suivent, les incidents entre les deux troupes rivales ne cessent de se multiplier jusqu’à ce que, le dimanche 13, les légions de François Froment exigent que les gardes nationaux évacuent la place. Une discussion s’engage entre les commandants, les hommes s’invectivent ; lorsque deux coups de fusil retentissent sur la place, chacun croit que l’autre l’attaque. La situation dégénère rapidement ; il y a plusieurs morts, ce qui donne le signal de l’émeute. Les gens se rassemblent dans les rues, courent à la recherche d’armes. La maison de François Froment a été transformée en un véritable arsenal ; elle devient très vite le quartier général des rebelles. Alors que la violence s’est donné libre cours dans les rues de la ville toute la journée, Froment entreprend d’appeler à l’aide les paysans des environs de Nîmes. Des émissaires partent dans la campagne, le tocsin résonne dans les villages, où l’on entreprend de s’armer pour venir écraser les ennemis de l’Église catholique. Les patriotes n’ignorent rien de ces manœuvres, car ils ont leur propre réseau qu’ils sollicitent dans l’urgence. Le 14 juin au matin, les gardes nationales de la Vaunage et de la Gardonnenque entrent dans Nîmes où elles affrontent les hommes de Froment et les paysans venus leur prêter main-forte. Le 15 au matin, les troupes venues de Montpellier finissent par avoir raison des rebelles ; la ville découvre l’ampleur des massacres. Le corps d’un aubergiste allié des « poufs rouges » est retrouvé décapité, sa tête exposée sur une pique. Plusieurs couvents ont été dévastés, des moines massacrés, on décompte près de trois cents morts.

  • 5 Texte cité par Poton (D.) « Le 14 juillet 1790 à Saint-Jean de Gardonnenque en Cévennes », Protest (...)

12Outre le traumatisme qu’elle représente, la « bagarre » de Nîmes se solde par une défaite du parti de Froment, qui entraîne dans sa chute les membres catholiques de l’autorité municipale. La municipalité est suspendue, les responsables des désordres emprisonnés. Les élections confirment l’arrivée au sein des nouveaux organes administratifs de représentants de la bourgeoisie protestante. Le club patriote de la ville affirme sa prépondérance politique. Dans l’arrière-pays protestant, les fédérations de gardes nationales se renforcent, en particulier celle de la Gardonnenque, fondée dès le mois de février 1790 et dont le rôle a été décisif au cours des événements de Nîmes. Le sentiment général, surtout du point de vue des catholiques, est que leur parti a été écrasé par les protestants. Est-ce à dire que s’installe dès cette date une atmosphère de guerre civile dans la région ? Nous ne le pensons pas. Les réformes en cours suscitent, nous l’avons vu précédemment, une véritable adhésion populaire. L’idéal de concorde reste très présent ; il est magnifiquement mis en scène à Saint-Jean-du-Gard lors de la fête de la Fédération du 14 juillet 1790. Après le discours du maire, la population, catholique et protestante réunis, se retrouve dans l’église pour y entendre le Te Deum en présence du prêtre et du pasteur qui s’embrassent fraternellement5. La « bagarre » de Nîmes ébranle néanmoins l’opinion catholique : la question religieuse devient de nouveau prépondérante. Les convictions des patriotes sont bousculées ; le retour des protestants aux postes de pouvoir inquiète les petites gens, surtout dans de telles circonstances. Quant au parti de Froment, il est décidé à se réorganiser.

  • 6 Le comité comprend des nobles, tels le comte du Roure ou M. de La Bastide, chevalier de l’ordre de (...)

13Au lendemain de la fête de la Fédération, des royalistes du Vivarais méridional, aux confins du Gard et de l’Ardèche, décident de réunir une assemblée sous prétexte de renouveler le serment civique. Cet acte n’était pas anodin, mais empreint d’un caractère sacré que les nombreux serments des débuts de la Révolution n’avaient pas altéré. Aussi les délégués des paroisses contactés par le maire de Berrias, Louis de Malbosc, répondent-ils massivement à la convocation fixant le rassemblement au 18 août. Plus de cent quatre-vingt communes envoient des représentants. Quatre-vingt mille hommes convergent du Gard, de la Lozère, de l’Ardèche et de la Haute-Loire vers la plaine de Jalès. La convocation reçue par les maires était fort brève, de sorte que parmi tous ces hommes rassemblés, beaucoup croient faire acte de patriotisme ; des communes protestantes ont également envoyé des députés. Une fois la messe dite solennellement et le serment renouvelé collectivement, beaucoup de délégués regagnent leurs paroisses. Mais la journée ne s’est pas déroulée aussi sereinement que veulent le faire croire beaucoup de témoins interrogés par la suite. Les délégués protestants font l’objet d’interpellations parfois agressives ; des rumeurs circulent dans le camp, les prêches de plusieurs prêtres enflamment les esprits à l’évocation des massacres de Nîmes. Cela ne suffit pas à convaincre des paysans venus renouveler un serment civique d’entrer dans une guerre civile. En revanche, les délégations les plus engagées dans la réaction s’attardent après la cérémonie du serment ; le ton monte vite, plusieurs voix réclament vengeance contre les protestants. Parmi les responsables du camp, un comité réduit est formé sous l’autorité de Louis de Malbosc6. Son premier souci est de ramener le calme dans les esprits : il était inutile de se lancer dans des actions mal préparées, vouées à l’échec. Le comité propose de nommer quinze commissaires chargés de se rendre à Montpellier afin d’y prendre tous les renseignements sur les événements de Nîmes. Cette décision permet de lever le camp sans désordre.

14Un rassemblement aussi important ne pouvait passer inaperçu ; les rumeurs qui y ont circulé sont répétées dans la région, poussant les patriotes à dénoncer une tentative de contre-révolution alors qu’il paraît évident que si le comité était animé par des sentiments hostiles, il n’avait pour autant préparé aucun plan d’action. Des adresses alarmistes sont envoyées à l’Assemblée nationale. Le comité de Jalès est accusé d’avoir noué des liens avec des puissances étrangères hostiles et de chercher à allumer une guerre civile. L’Assemblée nationale ne tarde pas à condamner sévèrement les membres du comité ; le 7 septembre, un décret déclare le camp inconstitutionnel et ordonne des poursuites judiciaires contre ses participants. Ce décret provoque une nouvelle fermentation des esprits, les troubles contre les autorités patriotes se multiplient, les membres du comité affichent de plus en plus ouvertement leurs opinions contre-révolutionnaires. À l’automne paraît une brochure intitulée Manifeste de 50 000 Français armés four la cause de la religion et de la royauté qui traduit l’état d’esprit de nombreux catholiques de la région. Son contenu stigmatise une situation jugée intolérable par les défenseurs de l’Ancien Régime religieux et politique :

  • 7 Archives nationales [AN] D/I/101 ; Jolivet (Ch.), La Révolution en Ardèche, 1788-1795, Aubenas, 19 (...)

Armés des décrets mêmes qui devraient nous servir d’égide, les protestants prétendent nous imposer leurs lois. Les départements, les districts, beaucoup de municipalités ne sont peuplés que de leurs créatures. A eux les grades, les emplois, les honneurs. Les catholiques se voient repoussés de partout [...] les protestants nous insultent ouvertement, le sang coule [...], les tribunaux sont sourds à nos cris. Opprimés, on accuse nos prêtres d’être oppresseurs [...]. Attaqués dans ce que nous avons de plus cher, le désespoir nous met les armes à la main et la nécessité d’une juste défense fait de nous des soldats7.

15Ce manifeste exploite le désarroi qu’introduit dans le pays le retour des protestants dans la vie politique. Leur exclusion des charges publiques avait constitué un des points forts de la reconquête catholique à partir des années 1660, car, du fait de leur forte présence au sein des élites urbaines, les protestants détenaient souvent, alors, le pouvoir municipal. La Révolution introduit une rupture qui ne peut que générer des rancœurs, et pas seulement des conflits de personnes. Des querelles existaient sans aucun doute, mais elles n’auraient pas suffi à mobiliser en masse l’opinion catholique. Le retour des protestants aux postes de pouvoir est vécu comme une menace, bien sûr, mais surtout comme le renversement de valeurs et de règles anciennement établies. L’inversion des normes politiques et sociales génère le malaise et la peur donne naissance à des rumeurs et des phantasmes collectifs, que l’intransigeance de l’Assemblée n’a pu que renforcer. Les discours antiprotestants entendus çà et là au cours du camp de Jalès n’étaient pas parvenus à entraîner plusieurs milliers d’hommes qui prêtaient pourtant à ces propos une oreille attentive et favorable. Les mesures répressives de l’Assemblée donnent à ces discours un caractère prophétique et dramatique. Le rassemblement de Jalès a largement contribué à la division partisane de l’opinion. Il devient de plus en plus difficile d’être à la fois bon catholique et bon patriote, surtout sur les marges du bastion cévenol. Chaque parti creuse, à coups de discours, de manifestes ou de dénonciations, un fossé qui s’élargit au rythme d’un manichéisme grandissant, alimenté par des peurs mutuelles. C’est dans ce contexte que l’on demande aux prêtres de se soumettre au serment, en janvier 1791.

Le choc de la Constitution civile (1791)

Le serment des ecclésiastiques

  • 8 Tackett (T.), La Révolution, l’Église, la France, op. cit., p 19 ; Van Kley (D. K.), Les Origines (...)

16L’importance des mesures prise par l’Assemblée nationale pour réformer et régénérer l’Église de France n’est plus à démontrer. Parmi les nombreux ouvrages consacrés à cette question, celui de Timothy Tackett a fait date et a constitué pour nous un modèle de travail et de réflexion8. Notre approche est toutefois différente, puisque nous ne saisissons le problème du serment qu’à partir du moment où il provoque une mobilisation de la population et donne lieu à un rapport de police ou à une action auprès de la justice. Cette approche est partielle et doit, dans la mesure du possible, être complétée par des études d’ensemble sur le comportement du clergé face au serment de 1791 et à ceux qui lui ont succédé. Ce serment n’est que l’un des aspects de la politique religieuse de l’Assemblée mais, à la différence des autres décrets, aucune paroisse du royaume, aussi reculée fût-elle, n’a pu l’ignorer et s’y soustraire. Les cahiers de doléances avaient exprimé une volonté de réforme vis-à-vis de l’Église, en particulier sur la question des dîmes et de leur utilisation ou sur le traitement des prêtres.

17Mais l’Assemblée constituante ne s’est pas laissé guider par ces cahiers, innovant bien plus radicalement en refondant l’Église sur des bases nouvelles, inspirées de la réforme administrative, ou bien en instituant l’élection de tous les membres du clergé séculier. Le rejet de la motion Dom Gerle contient à lui seul un bouleversement en profondeur de la place de l’Église dans l’État. Le serment en lui-même est bien plus qu’une réforme. C’est l’obligation, pour les prêtres, de se prononcer publiquement sur l’ensemble de la politique religieuse révolutionnaire.

Carte 4.
Le refus de la Constitution civile du clergé

Carte 4.Le refus de la Constitution civile du clergé
  • 9 Tackett (T.), op. cit., p. 39.

18Dans ce cadre, les prêtres du Midi ne pouvaient, au moment de se déterminer, faire abstraction de la présence de la communauté protestante, d’autant plus que les réformes introduites par l’Assemblée rappelaient certains principes calvinistes. L’élection des prêtres par les fidèles reposait, certes, sur une tradition ancienne de l’Église catholique : jusqu’au Concordat de Bologne, en 1516, les chapitres élisaient l’évêque de leur diocèse ; dans les premiers temps de la chrétienté, les prêtres étaient également élus par les fidèles. Mais ces pratiques avaient été abandonnées au profit d’une hiérarchie renforcée par le concile de Trente. Dans le Midi, terre de frontière confessionnelle, la Réforme tridentine a imprégné de son esprit une Église qui se vit comme une force de combat. Le serment provoque un malaise : il interdit toute temporisation, toute adaptation progressive de la Constitution civile du clergé aux mentalités populaires. Les députés sont parfaitement conscients du caractère brutal du serment. Cette solution radicale est imposée par les membres des comités des recherches et des rapports, qui représentent la gauche de l’Assemblée, afin de clarifier la situation et de « stabiliser l’opinion publique9 ». Ils étaient certains de l’approbation d’une très grande majorité du clergé dont les députés avaient fait basculer le sort de la Révolution lors de leur ralliement au tiers état, le 19 juin 1789. La nation devait donc ressortir unie et renforcée de l’épreuve du serment.

19On sait à quel point cette opinion était fondée sur une méconnaissance profonde de la diversité de la France et du sentiment religieux. Le décret qui rend le serment obligatoire pour tous les prêtres en charge d’une paroisse ainsi que pour les évêques en poste dans un diocèse, est voté le 27 novembre 1790, malgré les réserves du Comité ecclésiastique. Le roi donne son accord le 3 janvier et le texte du décret est expédié aux administrations départementales, chargées de le faire parvenir aux communes. Le serment devait être prêté à l’issue de la messe dominicale, en présence des autorités municipales et des fidèles, dans un délai d’une semaine suivant la réception du décret. Ceux qui refusaient de s’y soumettre devaient être remplacés et se voyaient privés de leur traitement. Le serment est donc une mesure radicale, destinée à contraindre les prêtres à se déterminer publiquement sur les réformes religieuses. Or, plusieurs éléments sont venus assombrir le climat politique. Le rejet de la motion Dom Gerle, en avril, a suscité pour la première fois une scission au sein de l’assemblée ; en juillet, l’évêque de Clermont a été le premier à apporter des restrictions au serment prononcé lors de la fête de la Fédération, précisant qu’il en excepterait « tout ce qui regarde les choses spirituelles ». Dans le Midi, les événements de Montauban et de Nîmes ont révélé des tensions profondément enracinées dans les mentalités populaires. L’attitude des prêtres des montagnes languedociennes face au serment est le reflet de la complexité de la situation religieuse.

  • 10 Ibid., p. 56 et, pour les départements concernés par notre étude, p. 354 (Aveyron), p. 372 (Gard), (...)
  • 11 L’étude d’Anne Delègue-Quitterie, Le Clergé lozérien sous la Révolution : 1789-1795, op. cit., la (...)

20Dans le cadre de son enquête, Timothy Tackett donne des chiffres qui permettent de situer les départements du Midi dans l’ensemble du royaume10. À l’été 1791, un peu plus de la moitié du clergé paroissial s’est soumise au serment en France, mais les départements du sud du Massif central se révèlent parmi les plus réfractaires : la Lozère détient une sorte de record en la matière, puisque 16 % seulement du clergé a prêté le serment au printemps 1791. Pour plus de la moitié, ces « assermentés » se sont rétractés à la suite de la lettre pastorale de l’évêque de Mende, Mgr de Castellane, publiée en janvier11. Au total, à peine 10 % des prêtres en fonction en 1791 se sont soumis au serment dans ce diocèse, ce qui place la Lozère au troisième rang dans le camp du refus, derrière le Morbihan et le Rhin (9 %), devant le Nord (15 %). Le clergé de l’Aveyron rejette assez massivement le serment, 24 % seulement du clergé paroissial s’y étant conformé au printemps 1791. Ce chiffre cache néanmoins de grosses disparités entre districts : ceux de Millau et Saint-Affrique affichent des taux très bas (6 % et 7 % d’assermentés seulement). Ce sont les deux seuls districts du département à compter de fortes communautés protestantes.

21Le Gard affiche des taux plus élevés, allant de 28 % à 35 % de prêtres assermentés. Là aussi, les disparités sont fortes entre la partie orientale du département, assez réfractaire, et la partie cévenole où la proportion de prêtres assermentés peut atteindre 68 % (district de Saint-Hippolyte-du-Fort). Le clergé héraultais est sans doute le plus favorable au serment : 44 %des prêtres s’y soumettent. Les montagnes de la partie occidentale du département, qui correspondait à l’ancien diocèse de Saint-Pons, ont adhéré de manière enthousiaste : 80 % des prêtres sont assermentés ! En revanche, dans les monts de Lacaune tout proches, les réticences ont été très marquées : 17 % des prêtres du district de Castres ont prêté le serment et seulement 6 % dans celui de Lacaune. Là encore, la présence d’une minorité protestante semble significative, alors que le Saint-Ponnais ne compte aucun protestant.

22L’attitude du clergé face au serment nous renseigne sur l’état d’esprit de ses membres, pas sur l’opinion publique. Pour cela, l’étude des mouvements populaires est précieuse : ces « émotions » collectives constituent souvent un moment privilégié au cours duquel s’expriment les partis pris populaires. Les graphiques que nous avons réalisés montrent clairement l’opposition soulevée par le serment, permettent d’en établir le rythme au cours de la décennie révolutionnaire et indiquent sans conteste que le serment ne relève pas du choix des seuls membres du clergé mais qu’il implique toute la communauté.

Une mobilisation populaire précoce

  • 12 1791 concentre 16 % des émeutes survenues durant la Révolution ; 79 % d’entre elles sont des mouve (...)

23Les émeutes relatives au serment des ecclésiastiques ont été répertoriées dans les attroupements hostiles à la Révolution. Les fidèles interviennent généralement pour exprimer leur rejet de la Constitution civile du clergé, l’inverse étant beaucoup plus rare. L’année 1791 constitue un tournant dans la mobilisation populaire. Jusque-là très mesurée, elle connaît une flambée significative due essentiellement à des manifestations hostiles à Révolution12. Cette hostilité se polarise très largement sur le refus de la Constitution civile du clergé : 46 % des attroupements dirigés contre la politique religieuse de la Révolution se déroulent durant la seule année 1791.

24Ces chiffres donnent une juste idée du choc provoqué par le serment et de ses conséquences sur les options politiques des populations des montagnes confrontées au débat national. Ils confirment l’idée, déjà émise par Timothy Tackett, que l’attitude des prêtres face au serment relève davantage d’une décision collective que d’un choix strictement individuel. Reste à comprendre les raisons qui motivent ces choix, les relations qui se sont établies entre prêtres et fidèles lors de ce que l’on peut qualifier de « crise » du serment, ainsi que les différents comportements à l’intérieur de la région que nous avons choisi d’étudier.

Le Rouergue méridional ouvre le feu

25Le décret du 27 novembre parvient à l’administration départementale de l’Aveyron le 3 janvier 1791. Dans les deux semaines qui suivent, les municipalités commencent à recevoir le texte et, pour certaines d’entre elles, à le rendre public. Les premiers troubles sont signalés le 18 janvier par la municipalité de Saint-Jean-du-Bruel, rejointe par d’autres communes qui avouent que la publication du décret suscite des « murmures » alarmants. C’est à Millau qu’éclate l’une des toutes premières émeutes contre l’application du décret, le 25 janvier 1791. La ville avait été jusque-là préservée des troubles et la division confessionnelle n’avait suscité aucune tension notable entre des citoyens qui semblaient globalement favorables à la Révolution. La municipalité élue en 1790 avait porté à sa tête Louis de Bonald ; un seul protestant figurait en son sein. En juillet 1790, M. de Bonald ayant été élu à la tête de l’administration départementale, M. de Bourzès, un catholique et patriote convaincu, l’avait remplacé dans le fauteuil de maire. Alors que Louis de Bonald ne cache pas ses réticences vis-à-vis de la politique religieuse de l’Assemblée nationale, les patriotes de Millau multiplient les manifestations au cours desquelles la garde nationale, qui compte un grand nombre de protestants, occupe une place importante.

  • 13 AN, F/7/3657/1 (dossier 5) ; les sources sont très nombreuses sur cette émeute et souvent contradi (...)

26La situation ne devient explosive qu’au moment de la réception du décret sur le serment des prêtres. Ne laissant pas même le temps à la municipalité d’en rendre le contenu public, un attroupement se forme devant le palais de justice, littéralement assiégé par des femmes qui réclament qu’on leur livre le texte officiel. L’intervention du curé de la ville permet de dissiper pacifiquement cet attroupement, mais dès le début de l’après-midi une assemblée de deux cents citoyens actifs se retrouve dans l’église des Pénitents et rédige une pétition demandant à la municipalité de suspendre l’exécution du décret, car « ce serment est contraire à la foi13 ». Le conseil municipal adhère à cette motion et décide d’écrire au département, afin que les élus locaux interviennent auprès de l’Assemblée nationale et lui représentent les conséquences funestes qu’entraînerait l’application rigoureuse du décret du 27 novembre. L’ensemble de ces démarches ne suffit pas à rassurer l’opinion publique : un second attroupement de femmes se forme devant la mairie et exige le texte du décret afin de pouvoir le brûler. Les femmes connaissent le patriotisme du maire et restent défiantes :

M. Le maire l’a reçu, nous le scavons et il nous le cache, il nous trahit [...] nous voulons conserver notre Religion, la Religion de Jésus-Christ, nous voulons notre clergé,

27crient-elles sur la place de la mairie, dont les portes restent closes. Au moment où une délégation des citoyens rassemblés dans l’église des Pénitents survient et se fait ouvrir les portes de l’hôtel de il le, un groupe de femmes s’engouffre à la suite et parvient jusqu’au bureau du maire, violemment pris à partie. Les troubles menaçant de dégénérer en cas d’intervention de la garde nationale, le maire décide de se plier aux revendications de la foule : échevelé, bousculé, il sort sur la place, monte sur le piédestal de la croix pour mieux se faire entendre et donne sa démission en compagnie du seul élu protestant, également pris à partie.

28Les autorités sont très divisées sur cette affaire dont les patriotes s’emparent rapidement pour mieux dénoncer l’influence néfaste de M. de Bonald et des aristocrates dans la région. Les membres du conseil du district condamnent la violence des femmes, mais ils soulignent aussi l’attitude provocante du maire et de son adjoint :

  • 14 Mémoire du directoire du district en réponse à l’adresse du club des patriotes de Rodez, AN,F/7/36 (...)

M. Le maire répondit avec hauteur, qu’il a été bien fâché que la loi ne lui eût pas été encore envoyée, qu’il l’aurait déjà mise à exécution, et que lorsqu’elle lui serait parvenue, il la ferait publier lui-même, dans tous les quartiers de la ville, marchant l’épée à la main devant le crieur public. Un officier municipal calviniste ajouta, et si M. Le maire ne le faisait pas, je le ferais moi-même, un pistolet à chaque main 14 !

29Les membres du district n’ignorent pas l’importance de la division des esprits au sein de la ville, ni le rôle joué par les différences confessionnelles :

  • 15 ADA, 1 L 747.

Comment proclamer la loi martiale [...] dans une ville mi-partie où les deux tiers des citoyens actifs étaient en mouvement à cause de la religion.
[...] Nous aurions vu se renouveler dans nos murs les scènes sanglantes qui ont souillé les villes de Montauban et de Nîmes15.

30Néanmoins, ce que condamnent avant tout les modérés élus à la tête du district, c’est bien le mépris des patriotes à l’égard des croyances et des valeurs du peuple. La faute politique du maire tient à son comportement, selon eux, et non à ses idées ; au « ton d’arrogance et de fierté [qui] sied mal à des magistrats qui tiennent du peuple le droit de lui parler. » Ces propos recouvrent en fait un antagonisme naissant entre les magistrats élus, d’une part, et de l’autre les clubs patriotes, ces derniers estimant être les dépositaires de la volonté populaire. Dans le cas de l’émeute de Millau, le maire se fait l’interprète du club patriote de la ville, qui est à l’origine de l’adresse envoyée à l’Assemblée nationale. On le voit, ce sont deux sensibilités qui s’opposent, mais aussi deux légitimités. Les autorités du département ayant refusé la démission du maire, et l’Assemblée nationale ayant confirmé M. de Bourzès dans ses fonctions, Louis de Bonald choisit de démissionner. Le consensus qui régnait dans les premiers temps de la Révolution vient de se briser sur la Constitution civile du clergé.

  • 16 Ibid.

31À partir de cette date, deux partis antagonistes cherchent à affirmer leur emprise sur la ville. Les partisans de M. de Bonald se réunissent au sein du club des Amis de l’Ordre et de la paix ; l’assistance y est assez bigarrée, comprenant une bonne part de la noblesse locale, des notables catholiques, mais aussi de nombreux artisans, agriculteurs et travailleurs de terre. Les patriotes dénoncent des manœuvres destinées à acheter le concours des classes populaires, mais on trouve en fait parmi les membres de ce club de nombreux représentants des couches moyennes, attachés à une certaine image de la religion et de ses prêtres, inquiets de changements dont ils n’avaient pas prévu l’ampleur ; déçus, peut-être, par des réformes agraires favorisant trop peu l’accès à la propriété de la petite paysannerie. Du côté des patriotes, le club des Amis de la Constitution s’étoffe rapidement. Inévitablement, les incidents entre les adhérents des deux sociétés rivales se multiplient. Les membres de la municipalité sont l’objet d’agressions verbales répétées de la part des patriotes les plus exaltés qui ne pardonnent pas l’humiliation infligée à M. de Bourzès. Les gardes nationaux sont souvent à la tête de ces manifestations. L’élection de l’évêque constitutionnel du département, en mai 1791 à Rodez, contribue encore à la radicalisation des comportements. Cette élection n’a pas été aisée. Sur sept cents électeurs, cent vingt à peine ont pris part au vote, ce qui augure mal de l’épiscopat du nouvel évêque, patriote exalté et ancien curé de Laguiole, Deberthier. De retour à Millau, les gardes nationaux qui ont assisté à l’élection décident d’en découdre avec les « aristocrates » du club des Amis de l’Ordre. Ces menaces provoquent un attroupement où les femmes sont toujours aussi nombreuses, n’hésitant pas à faire face aux gardes nationaux. L’attroupement s’étoffe, les tensions s’aggravent, la foule se dirige vers le club des Amis de l’Ordre que l’on dit attaqué par les patriotes et les premiers coups sont échangés dans ce climat tendu qui dégénère rapidement. La maison qui abritait le club est envahie et en partie dévastée, sous le prétexte que l’on y a découvert des armes. Ces troubles durent près de deux jours et justifient la proclamation de la loi martiale par les autorités. Ils apparaissent comme la réponse aux troubles du 25 janvier précédant. Ceux-ci avaient conduit à la démission et à la fuite du maire ; ceux du 22 mai provoquent la dispersion des membres du club des Amis de l’Ordre16.

  • 17 AN, F/7/3657/1 (dossier 6).

32Les affrontements rebondissent inévitablement lors de l’élection des curés constitutionnels chargés de remplacer les « insermentés ». Les pressions sont telles que bon nombre d’électeurs renoncent à répondre à la convocation : sur cinquante-cinq inscrits, dix-sept seulement sont présents le jour de l’élection (19 juin). Le public, en revanche, est nombreux à se presser dans les tribunes et à prendre parti, huant toute forme de restriction apportée par les électeurs à propos des questions spirituelles. L’assemblée ne parvient pas à pourvoir tous les postes laissés vacants et est reconduite le lendemain : les pressions exercées sur les électeurs sont d’autant plus fortes que la garde nationale intervient à plusieurs reprises. Au cours de l’été et de l’automne, les conflits ne cessent pas, bien au contraire. Les femmes catholiques assistent ostensiblement aux messes des prêtres réfractaires alors que les patriotes harcèlent les « aristocrates » ou réputés tels. En octobre, la municipalité ayant démissionné en bloc, le département juge que la ville est « en état d’insurrection permanente17 ». De fait, deux « légalités » s’affrontent : celle, populaire, de la Société des Amis de la Constitution et celle qui est issue des urnes. Les commissaires dépêchés par les autorités du département ne cachent pas qu’ils attribuent cette situation à la division confessionnelle qui marque la cité :

  • 18 Ibid., Réponse du directoire du département à la municipalité et au district de Millau, 21 octobre (...)

Les protestants, tous patriotes, et quelques-uns à l’excès ne négligent aucun moyen de tourmenter les autres [...] Ils se rendent à la messe du curé constitutionnel ; cherchent à tourmenter ceux qui ne pensent pas comme eux et décrient par là même la cause des prêtres conformistes18.

  • 19 ADA, 1 L 747.

33Les soldats envoyés sur place pour rétablir l’ordre soutiennent assez rapidement le parti patriote et prennent part, dès le mois de décembre, aux expéditions montées contre les élus connus pour leurs opinions modérées ; les marguilliers sont déposés et remplacés de manière autoritaire, de même que les officiers de la confrérie du Saint-Sacrement19.

  • 20 Laroze (j.), Saint-Félix-de-Sorgues à l’heure révolutionnaire, Nîmes, Lacour, 1997, p. 122 sq.

34L’exemple de Millau est loin d’être isolé : de fait, l’ensemble des communautés du Rouergue méridional connaissent des tensions liées à l’application du décret du 27 novembre. Dès la réception du texte du décret, des troubles, « murmures » ou « émotions populaires » trahissent l’hostilité des populations catholiques à l’égard de la Constitution civile du clergé. Début mars, ce sont les communes de Brusques, de Saint-Félix-de-Sorgues et de Saint-Affrique qui signalent des troubles importants. Les femmes sont toujours à la tête de ces manifestations, soutenues plus ouvertement qu’à Millau par les membres du clergé hostiles au serment, et souvent par une partie des élus municipaux. Le maire de Saint-Félix-de-Sorgues n’est pas totalement étranger aux manifestations de colère qui agitent sa commune ; dès la réception du texte officiel, il veille à ce que les catholiques soient dûment prévenus : parmi les femmes qui sont à la tête des troubles, bon nombre appartiennent à sa famille proche20.

  • 21 ADA, 1 L 753 (lettre de la Société des Amis de la Constitution).
  • 22 Ibid., 6 L 285 (tableaux concernant les prestations de serment des prêtres du district de Saint-Af (...)

35Attardons-nous maintenant sur les troubles qui agitent Saint-Affrique, car nous suivrons tout au long de notre étude les incidents qui émaillent le cours de la vie politique dans la petite cité rouergate. Les élections de 1790 ont permis aux protestants de s’emparer de trois postes sur six au sein de l’équipe municipale, le siège du maire étant occupé par un ecclésiastique, l’abbé Le Rat. Aucune tension n’a troublé la ville lors de la publication du décret sur le serment, sans doute parce que le maire affirmait haut et fort que personne ne serait « assez audacieux dans cette ville pour venir remplacer le curé21 ». Ce dernier, l’abbé Béraud, est un prêtre relativement jeune qui s’est beaucoup impliqué dans la vie d’une paroisse longtemps laissée à l’abandon. Refusant de se soumettre au serment, il est remplacé par un « jureur » qui arrive à la fin du mois de juillet 179122. La Société des Amis de la Constitution, fondée en mai en grande partie à l’initiative des protestants de la cité, l’accueille en son sein, à sa demande. L’irritation des catholiques à son endroit ne pouvait que s’en trouver exacerbée. Elle explose le dimanche 31 juillet, jour de l’installation du nouveau curé dans sa paroisse.

36À cette occasion, le maire et son adjoint ont quitté ostensiblement la ville, en compagnie de l’abbé Béraud. La municipalité chargée de procéder à l’inventaire de l’église et d’installer le curé est donc représenté par les trois élus protestants et par deux officiers municipaux catholiques. Ces derniers assistent à la messe le dos tourné à l’autel et coiffés de leurs chapeaux. À la fin de la cérémonie, le prêtre conduit une procession autour de l’église et de la croix située sur la place : seuls les élus protestants suivent cette procession, ce qui ne manque pas de sel lorsque l’on connaît l’aversion des calvinistes pour les croix et les processions ! Durant la journée, la présence massive de la garde nationale permet de contenir la colère des fidèles catholiques. À l’heure des vêpres, un attroupement de femmes se masse devant l’église alors qu’à l’intérieur les bénitiers ont été remplis de détritus. Les officiers municipaux sont divisés quant à l’attitude à adopter. Les élus protestants veulent appeler des renforts pour veiller à l’ordre public, alors que les autres s’y opposent. La nuit est troublée par une farandole et des cris hostiles au curé ; le club des patriotes est la cible de nouveaux désordres au matin. Inquiets de la tournure prise par les événements, les trois élus protestants lancent un appel au secours en direction de Millau, Camarès et Saint-Rome-de-Cernon. Le 1er août devait être célébré le service funèbre à la mémoire de Mirabeau et tout portait à croire que les désordres redoubleraient. Au matin, deux cents gardes nationaux entrent dans Saint-Affrique. Une fois la cérémonie achevée, le détachement de Saint-Rome -de-Cernon quitte la ville, alors que ceux de Millau et de Camarès prolongent leur séjour. Sous prétexte de punir les auteurs des désordres de la veille, les gardes nationaux se livrent à des actes de violence contre les femmes catholiques les plus acharnées à décrier le curé constitutionnel. Certaines sont fouettées publiquement, d’autres sont dénudées, plongées dans la rivière, promenées sur un âne. Ces violences ne cessent que le 4, lors de l’arrivée de deux commissaires envoyés par les autorités départementales pour enquêter sur les désordres.

37Que ce soit à Millau ou à Saint-Affrique, l’épreuve du serment conduit à une bipolarisation à outrance de l’opinion, rendant tout compromis impossible. Le consensus qui avait prévalu en faveur de la Révolution est désormais brisé. Deux hypothèses peuvent être envisagées pour expliquer la violence de la rupture : l’épreuve du serment a pu faire voler en éclats l’entente instaurée au début de la Révolution ; elle a pu aussi révéler des tensions déjà présentes dans les régions de frontière confessionnelle. Toujours est-il que le Rouergue méridional conserve à partir de cette date un climat politique et social tendu, marqué par une bipolarisation croissante. Si cette région est la première à connaître des troubles lors de la publication du texte du serment, la plupart des lieux où protestants et catholiques cohabitent font preuve d’une sensibilité exacerbée face aux questions touchant à la religion. Les Cévennes catholiques réagissent très vigoureusement face à l’intrusion de prêtres constitutionnels qui sont volontiers assimilés à des calvinistes.

Le serment ou l’ombre de Calvin sur les Cévennes catholiques

  • 23 Hugues(C.), Les Révolutionnaires de Saint-Geniès-de-Malgoirès, archives privées communiquées par M (...)
  • 24 Rouvière (F.), La Révolution dans le département du Gard, op. cit., vol. 1, p. 283.
  • 25 Tackett (T.), « Women and men in Sommières and the ecclesiastical oath of 1791 », Pratiques religi (...)
  • 26 Lettre publiée par François Rouvière, op. cit.

38La « bagarre » de Nîmes a laissé de profondes empreintes dans les esprits : les protestants ont montré leur capacité à mobiliser dans un laps de temps très court les gardes nationales d’une aire géographique vaste. Les violences qui se sont déroulées dans les rues de la ville aggravent incontestablement les inquiétudes soulevées par la réforme de l’Église. Des rumeurs parcourent l’arrière-pays, relatant des actes iconoclastes auxquels se seraient livrées les troupes protestantes non seulement à Nîmes, mais aussi dans la Vaunage23. Dans ce contexte, des troubles éclatent à l’époque de la publication du décret, le texte n’étant cependant pas directement à leur origine, contrairement à ceux qui ont secoué le Rouergue méridional. À Alès, un ancien religieux devenu secrétaire du district, patriote engagé, suscite de forts murmures de la part d’une foule qui lui reproche d’avoir assisté à l’assemblée des protestants24. À Sommières, la publication des bans de mariages protestants, le 30 janvier, donne lieu à des désordres contre le vice-président du tribunal du district, accusé d’avoir contraint le curé à prêter le serment à la Constitution civile du clergé25. À cette date, les évêques des anciens diocèses de Nîmes, Alès et Uzès se prononcent publiquement contre le serment « rendu sous la présidence d’un juif et la motion d’un protestant » selon Mgr de Béthisy, ancien évêque d’Uzès26.

39Le 6 février, les prêtres d’Alès sont sommés de prêter le serment devant la municipalité ; celle-ci est composée de trois catholiques fervents, dont le maire ; trois élus sont réputés athées, et six protestants. C’est ce qui pousse l’abbé Jean-Baptiste Pialat, vicaire de la cathédrale, à tenir un discours très dur sur le serment :

  • 27 Sarran (abbé), L’Abbé Pialat, confesseur de la foi dans les Cévennes, Nîmes, Lacour, 1997 [1898], (...)

Le corps législatif, de sa propre autorité, sans aucun concours de l’Église, chassait tous les évêques de leurs diocèses, tous les prêtres de leurs paroisses, s’ils ne prêtaient pas le serment exigé, et mettait à leur place des intrus nommés par des laïques seulement, des protestants, juifs, mahométans, apostats et mauvais catholiques, chose inouïe dans l’Église de Dieu27.

40Rappelons que le diocèse d’Alès avait vu le jour au lendemain de la révocation de l’édit de Nantes dans l’objectif de mieux encadrer les nouveaux convertis des paroisses cévenoles. La violence du ton de l’abbé Pialat lui vaut un décret d’arrestation ; mais il devient un modèle pour nombre de prêtres hostiles au serment dans les Cévennes. Le curé du Vigan se réfère explicitement au sermon de Pialat pour justifier son refus de se soumettre.

41Dans toute la région, catholiques et patriotes s’opposent dans une logique qui relève de l’affrontement confessionnel, ce que constate amèrement un responsable local :

  • 28 Mémoire adressé au ministre de l’Intérieur, cité par Rouvière (F.), op. cit., p. 294.

Peu à peu s’est formé dans toute la contrée une grande division entre les amis et les ennemis de la Révolution, qui ne sont plus, aux yeux du peuple égaré que des protestants et des catholiques28 !

  • 29 AN, F/7/5677/1, Précis historique des événements qui se sont passés dans les départements de l’Ard (...)

42C’est dans ce contexte tendu qu’éclate la « bagarre » d’Uzès, le 13 février 1791, alors que les autorités procèdent à l’inventaire de la cathédrale. Les gardes nationaux chargés de veiller au bon déroulement de l’inspection se mutinent et décident de se barricader dans l’évêché, soutenus par une foule qui injurie les membres de l’administration du district. Cet événement survient alors que les responsables du comité de Jalès organisent la tenue d’un nouveau camp, dont l’objectif est clairement contre-révolutionnaire. L’insurrection d’Uzès intervient trop tôt, dans l’impréparation la plus totale. La mobilisation de trois cents gardes nationaux nîmois permet de rétablir l’ordre sans effusion de sang29.

  • 30 ADG, L 421.f°363.

43Néanmoins, la région reste plongée dans une atmosphère de guerre civile. Des rumeurs affirment que les protestants auraient crucifié un catholique, ce qui provoque de violentes réactions dans la région : les protestants de Saint-Ambroix sont désarmés, leurs maisons marquées d’une croix blanche, comme au temps des guerres de religion, ce qui pousse des familles entières à quitter le bourg pour se réfugier à Alès ou dans les Cévennes. La maison d’un pasteur est entièrement saccagée et des troupes de plusieurs centaines d’hommes, tous rebelles, se regroupent dans les bois et se disent « fédérés ». Les troupes de ligne, envoyées dans le pays après la révolte d’Uzès, affichent rapidement des opinions contre-révolutionnaires qui aggravent encore la situation politique. En juin, des troubles éclatent pour empêcher la tenue de l’assemblée électorale chargée de désigner les députés à l’Assemblée législative et la suspension du vote est fêtée comme une victoire populaire. Une farandole s’organise rapidement et le tambour qui ouvre la danse tient un oignon entre ses dents30. Les hommes de François Froment, en effet, avaient reçu le surnom de « cébets », terme qui signifie en occitan « mangeurs d’oignons » et désignait les couches populaires catholiques. Les « cébets » sont devenus le symbole de la contre-révolution méridionale populaire.

  • 31 Les chiffres sur lesquels reposent ces analyses sont extraits de Rouvière (F.), La Révolution dans (...)
  • 32 Paroisses de Soustelle, Saint-Paul-Lacoste, Lamelouze, Colognac, Cros, Lasalle, Monoblet, Saumane, (...)

44Dans ces conditions, le serment devient un test primordial pour juger de la situation politique dans les Cévennes. La région connaît très peu de troubles à l’occasion des prestations de serment, mais la situation y apparaît très contrastée31. Dans le district de Saint-Hippolyte-du-Fort, une majorité de prêtres se soumet au serment (23 assermentés contre 13 réfractaires), y compris dans les paroisses catholiques de Conqueyrac ou Saint-Roman-de-Codières. Dans les paroisses protestantes, la soumission l’emporte dans quatorze communes, mais neuf curés font le choix inverse32. Dans le district du Vigan, les prêtres des paroisses catholiques sont plus unanimes contre le serment : le bloc catholique apparaît soudé face à l’épreuve, tirant sa force de la continuité géographique qui dessine ici une véritable « Cévenne catholique » autour de Notre-Dame-de-la-Rouvière, Trèves ou Lanuéjols. Les quelques prêtres qui ont accepté le serment se rétractent rapidement. Dans les paroisses protestantes, l’adhésion au serment est plus nuancée que dans le district de Saint-Hippolyte-du-Fort, mais les prêtres assermentés maintiennent leur choix et plusieurs vont jusqu’à l’abdication en 1793. Dans le district d’Alès, enfin, les réfractaires, 16 curés et 12 vicaires, sont majoritaires, face à 22 curés et 2 vicaires assermentés. Là encore, les prêtres qui se soumettent au serment sont en place dans des paroisses protestantes : Saint-Jean-du-Gard comptait 90 % de protestants, Anduze 87 %. En revanche, les réfractaires sont en fonction dans le canton catholique de Génolhac : les communes de Robiac, Saint-Florent-sur-Auzonnet, Sainte-Cécile-d’Andorge, Saint-Jean-de-Valeriscle ou Sénéchas se distinguent ensuite par leur agitation populaire contre la politique religieuse de la Révolution. Dans les paroisses mixtes comme Génolhac (40 % de la population est calviniste), Saint-Ambroix (33 %), Chamborigaud (25 %) et, bien entendu, Alès, qui compte un tiers de protestants dans sa population, prêtres et fidèles catholiques s’engagent massivement dans la voie d’un refus sans concession des réformes religieuses imposées par l’Assemblée nationale.

45Cette première approche de la question religieuse soulevée par les réformes de l’Assemblée nous permet de confirmer l’importance du serment dans la mise en place d’une fracture irrémédiable au sein de l’opinion publique. Les départements du sud du Massif central illustrent avec une netteté particulière le caractère abrupt et violent du débat provoqué par le décret du 27 novembre 1790. Le serment cristallise les oppositions, contraint toutes les communautés du royaume à prendre part au débat, ce que Timothy Tackett souligne dans son étude :

  • 33 Tackett (T.), La Révolution, l’Église, la France, op. cit., p. 9 et 19.

Ce fut l’un des événements très particuliers qui ont en eux le pouvoir de très profondément bouleverser le paysage historique, de faire émerger les traits d’une nouvelle topographie politique et mentale depuis longtemps latente, et peut-être même de créer ultérieurement de nouvelles fractures [...] Cet événement toucha même les villages les plus petits et les plus isolés et fit vivre clairement et sans ambiguïté aux hommes et aux femmes les plus simples, l’expérience révolutionnaire33.

46En quoi le Midi de la frontière confessionnelle se distingue-t-il ? Un premier élément de réponse se trouve dans la précocité des affrontements déclenchés par la question religieuse et marqués par la « bagarre » de Nîmes. Cet événement brise l’idée à laquelle se raccrochaient les élites révolutionnaires, aussi bien catholiques que protestantes, selon laquelle les vieilles haines confessionnelles étaient désormais dépassées au siècle des Lumières et du combat pour la Liberté et les droits du peuple. Louis de Bonald multiplie les déclarations en ce sens, au cours des premiers mois de la Révolution, et rien ne permet de contester sa sincérité. Les classes populaires elles-mêmes semblent avoir relégué au second plan les questions religieuses et participent pleinement aux premiers mouvements en faveur de la destruction du régime féodal. Mais cette unanimité relative est venue trébucher sur les premières réformes concernant le clergé séculier. L’intérêt particulier marqué dans les régions de frontière confessionnelles pour la motion Dom Gerle montre à quel point les sensibilités religieuses y sont exacerbées. La géographie du serment ainsi que celle des premières mobilisations populaires montrent que cette épreuve provoque une polarisation extrême dans le Midi, créant une fracture qui paraît très vite insurmontable. La crise qui se noue en 1791 et 1792, si elle était prévisible, ne dessine pas moins une véritable ligne de démarcation entre les partisans et les opposants à la réforme de l’Église. Dans l’espoir de voir cette politique suspendue, les catholiques prennent le chemin de la contestation ; ils y retrouvent les chefs de la contre-révolution. Comment politique et religion ont-elles progressivement fusionné dans le Midi ? En quoi cela a-t-il donné à la contre-révolution méridionale ses caractères propres ? C’est ce qu’il nous faut maintenant aborder.

Notes

1 . Rouvière (F.), Histoire de la Révolution dans le département du Gard, op. cit., t.1, p. 77.

2 Le 13 février 1790, un décret de l’Assemblée nationale supprime les vœux monastiques. Les moines et moniales pouvaient décider de poursuivre la vie en communauté et devaient être rassemblés dans des maisons choisies par les départements. Dès le mois d’avril, les municipalités reçoivent l’ordre de procéder à l’inventaire des couvents et de s’enquérir du nombre des réguliers désirant rester fidèles à leurs vœux ; voir cousin (B.), cubells (M.), moulinas (R.), La Pique et la croix. Histoire religieuse de la Révolution Française, Paris, Centurion, 1989, p. 96-97.

3 Couvre-chef.

4 Rouvière (F.), op. cit., t. 1, p. 79.

5 Texte cité par Poton (D.) « Le 14 juillet 1790 à Saint-Jean de Gardonnenque en Cévennes », Protestantisme et Révolution, Centre d’histoire de la Réforme et des protestantismes, Université Montpellier-iii, Sauramps, Montpellier, 1990, p. 123-136 (les catholiques ne représentaient pas même 10 % de la population du bourg à cette date).

6 Le comité comprend des nobles, tels le comte du Roure ou M. de La Bastide, chevalier de l’ordre de Saint-Louis. Les membres du clergé sont bien représentés : l’abbé Bastide de La Molette, ancien militaire devenu vicaire général de l’évêque d’Uzès, le curé de Chambonas, Claude Allier, accompagné de son frère, Dominique ; venus de la Lozère, on trouve l’abbé de Saint-Siran, vicaire général de l’évêque de Mende, et le chevalier de Borel, commandant de la garde nationale de Mende ; voir infra, ch. iv, p. 88.

7 Archives nationales [AN] D/I/101 ; Jolivet (Ch.), La Révolution en Ardèche, 1788-1795, Aubenas, 1988 [1930], p. 227-229.

8 Tackett (T.), La Révolution, l’Église, la France, op. cit., p 19 ; Van Kley (D. K.), Les Origines religieuses de la Révolution Française. 1560-1791, Le Seuil, 2002, ch. vi.

9 Tackett (T.), op. cit., p. 39.

10 Ibid., p. 56 et, pour les départements concernés par notre étude, p. 354 (Aveyron), p. 372 (Gard), p. 376 (Hérault), p. 389 (Lozère) et p. 420 (Tarn).

11 L’étude d’Anne Delègue-Quitterie, Le Clergé lozérien sous la Révolution : 1789-1795, op. cit., la permet d’affiner l’approche globale de T. Tackett ; les tableaux présentés (p. ix et x) manquent néanmoins de clarté et permettent malaisément de distinguer entre les différents serments.

12 1791 concentre 16 % des émeutes survenues durant la Révolution ; 79 % d’entre elles sont des mouvements hostiles dont près des deux tiers sont dirigés contre l’application de la Constitution civile du clergé.

13 AN, F/7/3657/1 (dossier 5) ; les sources sont très nombreuses sur cette émeute et souvent contradictoires. Aux archives départementales de l’Aveyron, plusieurs dossiers et adresses livrent leur version des faits : voir 1 L 747 (extrait des délibérations du directoire du district de Millau du25 janvier). Ce dossier contient également le Mémoire rédigé par le directoire du département, que l’on retrouve aux Archives nationales (F/7/3657/1, dossier 3).

14 Mémoire du directoire du district en réponse à l’adresse du club des patriotes de Rodez, AN,F/7/3657/1 (souligné dans le texte).

15 ADA, 1 L 747.

16 Ibid.

17 AN, F/7/3657/1 (dossier 6).

18 Ibid., Réponse du directoire du département à la municipalité et au district de Millau, 21 octobre 1791.

19 ADA, 1 L 747.

20 Laroze (j.), Saint-Félix-de-Sorgues à l’heure révolutionnaire, Nîmes, Lacour, 1997, p. 122 sq.

21 ADA, 1 L 753 (lettre de la Société des Amis de la Constitution).

22 Ibid., 6 L 285 (tableaux concernant les prestations de serment des prêtres du district de Saint-Affrique).

23 Hugues(C.), Les Révolutionnaires de Saint-Geniès-de-Malgoirès, archives privées communiquées par Michel Jas.

24 Rouvière (F.), La Révolution dans le département du Gard, op. cit., vol. 1, p. 283.

25 Tackett (T.), « Women and men in Sommières and the ecclesiastical oath of 1791 », Pratiques religieuses dans l’Europe révolutionnaire (1770-1820), Actes du colloque de Chantilly, 27 au 29 novembre 1986, Paris, CNRS, 1988, p. 351-360. Dans son analyse, T. Tackett privilégie les explications économiques et politiques, estimant que le conflit confessionnel joue un rôle secondaire dans les événements.

26 Lettre publiée par François Rouvière, op. cit.

27 Sarran (abbé), L’Abbé Pialat, confesseur de la foi dans les Cévennes, Nîmes, Lacour, 1997 [1898], p. 32.

28 Mémoire adressé au ministre de l’Intérieur, cité par Rouvière (F.), op. cit., p. 294.

29 AN, F/7/5677/1, Précis historique des événements qui se sont passés dans les départements de l’Ardèche et du Gard...

30 ADG, L 421.f°363.

31 Les chiffres sur lesquels reposent ces analyses sont extraits de Rouvière (F.), La Révolution dans le Gard, op. cit., annexes du vol. 1, p. 518-529; Robert (D.), Les Églises réformées de France (1800-1830), Paris, PUF, 1961, donne en annexe des précisions sur les paroisses protestantes ; Goiffon (abbé), Monographies paroissiales. Paroisses de l’archiprêtré du Vigan, Nîmes, 1900, nous a permis de compléter ces données pour les paroisses catholiques de ce district.

32 Paroisses de Soustelle, Saint-Paul-Lacoste, Lamelouze, Colognac, Cros, Lasalle, Monoblet, Saumane, Sauve, Saint-Bonnet, Saint-Martin-de-Corconac et Saint-Martin de Saussenac.

33 Tackett (T.), La Révolution, l’Église, la France, op. cit., p. 9 et 19.

Table des illustrations

Titre Graphique 3Les attroupements hostiles à la Révolution (tous départements)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17157/img-1.png
Fichier image/png, 318k
Titre Carte 4.Le refus de la Constitution civile du clergé
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17157/img-2.png
Fichier image/png, 854k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search