Version classiqueVersion mobile

Mémoires affrontées

 | 
Valérie Sottocasa

Première partie. Rythme et respiration de l'engagement populaire : le temps de la violence

Chapitre 1. 1789 en montagne

Texte intégral

  • 1 Delon (abbé J. B.), Les Élections de 1789 en Gévaudan, Mende, Société des Lettres, Sciences et Art (...)

1La plupart des ouvrages qui existent sur la période révolutionnaire dans les départements du Midi languedocien s’accordent à signaler une sorte d’état de grâce dans les premiers moments de la Révolution. Certains d’entre eux évoquent cependant des dissensions au sein de la noblesse, en particulier en Gévaudan1 où existaient deux courants d’opinion incarnés, pour le plus libéral, par le marquis de Châteauneuf-Randon et, pour le plus conservateur, par le marquis d’Apchier. Les deux courants se rejoignent néanmoins lorsqu’il s’agit de critiquer le pouvoir temporel de l’évêque, qui détenait aussi le titre de comte du Gévaudan et exerçait une autorité non négligeable sur le pays. Nobles et bourgeois dénoncent le pouvoir jugé despotique Gévaudan qui, depuis 1614, était privé de représentants élus. Le clergé contribue à cette requête à travers les travaux du vicaire général de l’évêque de Mende, l’abbé de Saint-Siran ; ce dernier rédige en 1787 un long Mémoire dans lequel il défend l’autonomie politique du Gévaudan. L’aspiration à la reconnaissance des particularismes locaux est alors partagée rognés ou supprimés depuis près de deux siècles. Le Rouergue réclame tout aussi vigoureusement que le Gévaudan le rétablissement de ces privilèges anciens. Ces revendications politiques masquent des divergences d’opinion qui traversent les trois ordres de la société d’Ancien Régime.

2Le clergé, dans ces régions où la reconquête de l’Église tridentine a imprégné en profondeur la société rurale, est globalement conservateur. Cela n’empêche pas la présence en son sein d’hommes des Lumières. L’abbé de Saint-Siran, qui n’est pas un révolutionnaire dans l’âme et qui en fera la démonstration, est néanmoins l’auteur d’un « plan patriotique », dans lequel il réclame une modernisation de la vie politique et propose l’élection d’assemblées élus dans les paroisses. L’un des objectifs de ce plan est de donner aux sensations politiques. Le curé de Saint-Alban (Lozère) est l’auteur d’un Mémoire plus offensif; reprenant les thèmes richéristes, il dénonce la liberté religieuse pour les protestants. Ces vues trop avancées ne correspondent du diocèse de Mende ne les reprend pas. Néanmoins, la soumission des prêtres du Gévaudan à leur évêque a des limites : lors de l’élection des Le vote de la noblesse traduit à sa façon les dissensions internes de l’ordre en Gévaudan : le marquis d’Apchier est élu député, mais son cousin, le député élus sont également conservateurs de tempérament.

  • 2 Barrau (H. E. et F. de), L’Époque révolutionnaire en Rouergue. Étude historique, 1789-1801, Rodez, (...)
  • 3 Rouvière (F.), Histoire de la Révolution Française dans Le Gard, Nîmes, 1887.

3Partout s’impose l’image d’électeurs modérés ou conservateurs, ce qui est particulièrement vrai pour le clergé. En Rouergue2 comme dans la sénéchaussée de Nîmes3, les députés du clergé représentent l’évêque, mais aussi le bas clergé. La noblesse désigne des hommes éclairés mais modérés, à l’image du baron de Marguerittes dans la sénéchaussée de Nîmes. Cette circonscription se distingue néanmoins par l’élection de deux députés depuis de nombreuses années de représenter auprès de la Cour les intérêts des protestants français ; le second est un négociant, représentant de la bourgeoisie réformée nîmoise, Meynier de Salinelle. La sénéchaussée a connu la mobilisation précoce de tout un groupe de paroisses des Cévennes et de la Vaunage, régions majoritairement protestantes, en faveur du vote par tête et non par ordre pour l’élection des députés aux états généraux ; l’épisode ne semble pas avoir provoqué de tensions au sein de la population. Les cahiers de doléances de la région ne contiennent pas de récriminations particulières à l’encontre des protestants ni de dénonciation du récent édit de Tolérance promulgué en novembre 1787. Seul le cahier du clergé du diocèse de Mende se plaint de ce que les protestants outrepassent leurs droits en construisant des temples. Les Cévenols semblent, pour leur part, déçus par le contenu de l’édit qui s’en tient à accorder un état civil protestant mais non la liberté religieuse. Le cahier de doléances de la paroisse de Vialas (Lozère), entièrement protestante, revendique clairement cette liberté :

L’union d’un même peuple, l’entière liberté dans les différents cultes qu’il professe, ne contribuent pas peu à faire fleurir un État [...]. Et c’est pour la [la paix] cimenter à jamais entre nous, que cette communauté, à l’unisson des autres, supplie sa majesté de joindre, à la liberté des religions, l’admission et la participation aux emplois et charges publics de l’État, en faveur de ceux qui en ont été exclus, assurés que, dans l’exercice de ces charges et emplois, ils contribueront également au bonheur des peuples et à la prospérité du royaume.

  • 4 Cité par Mazoyer (L.), « La question protestante dans les cahiers des États Généraux », BSHPF, 193 (...)

4D’autres paroisses protestantes expriment des revendications similaires, en particulier dans les Cévennes gardoises ou dans la Vaunage, mais la prudent4. Elles préfèrent jouer une carte politique et revendiquer une représentation particulière aux états généraux, se référant à l’époque, pourtant fort ancienne (jusqu’au début du xvie siècle), où les Cévennes étaient une entité fiscale autonome. C’est donc à travers le réveil des particularismes Languedoc, comme dans de nombreuses provinces du royaume. Le cadre étroit de ce débat, qui reste limité aux classes les plus aisées de la société, est rapidement débordé lors des mobilisations populaires du printemps.

Un printemps révolutionnaire

  • 5 Michel Vovelle rend à plusieurs reprises hommage au « pionnier de l’histoire des mentalités » en p (...)

5On connaît mieux aujourd’hui l’importance et la complexité des contestations populaires prérévolutionnaires. Plusieurs études nationales ou régionales ont pris la suite des travaux de Georges Lefebvre, étonnants de modernité5. L’image qui s’en dégage est celle d’une mobilisation populaire sur l’ensemble du territoire, et exprimant encore plus clairement que les cahiers de doléances l’autonomie des revendications paysannes. Les troubles qui secouent la France dès la fin de l’année 1788 traduisent les effets de la crise économique de la fin du xviiie siècle. La récession est prix des grains affecte ces régions qui devaient impérativement recourir aux importations pour nourrir leur population. Cette dépendance alimentaire explique que la plupart des villes aient pris très tôt des mesures pour limiter les effets de la pénurie : ouverture de souscriptions pour acheter des grains, création de greniers d’abondance, vente à perte pour limiter la hausse des prix. Des associations patriotiques voient le jour dans plusieurs villes du Languedoc dès la fin de l’hiver, à Montpellier, Nîmes, Lodève... Mais ces mesures ne peuvent empêcher la hausse des prix, hausse brutale qui atteint 20 % en quatre mois. La crise industrielle vient aggraver les conditions de vie en provoquant sous-emploi et tassement des salaires. La paysannerie méridionale est affectée directement par ces deux crises car peu de paysans ont assez de terre pour être économiquement indépendants ; la plupart ont recours au travail artisanal.

  • 6 Les Cévennes de la montagne à l’homme, sous la dit. de Philippe Joutard, Toulouse, Privat, 1979, p (...)
  • 7 lbid., p. 155.

6Le Languedoc a bénéficié d’une vitalité soutenue des industries textiles tout au long du xviiie siècle, mais le mouvement s’essouffle vers 1780, à la suite de la fermeture du marché espagnol (1778) et de la concurrence anglaise, initiée par le traité de commerce franco-anglais de 1786. La crise met en lumière l’importance du secteur industriel dans l’ensemble du Languedoc. Nîmes est la capitale du textile languedocien. Noblesse et bourgeoisie ont investi des capitaux considérables dans les manufactures et dans le négoce, s’ouvrant à des marchés parfois lointains. La bourgeoisie, tout particulièrement dans sa composante protestante, connaît une (Beaucaire est la première foire du royaume à la fin du xviiie siècle) a entraîné dans son sillage des cités plus modestes ainsi que l’arrière-pays montagneux. La production de la laine est une activité ancienne, développée mégisseries de Millau. En Cévennes, le mûrier a connu un développement rapide qui a donné à l’économie cévenole une prospérité sans précédent. Le gouvernement royal ainsi que les États du Languedoc ont soutenu et encouragé la plantation des mûriers et la construction des magnaneries6. À la fin du siècle, le diocèse d’Alès, qui recouvre les Cévennes, est passé du cinquième au premier rang pour la filature de la soie. Si le tissage est essentiellement métiers à tisser et des marchands-fabricants distribuent le travail dans les campagnes environnantes. Anduze, Ganges, Le Vigan, Saint-Hippolyte-du-Fort ou Sumène ont connu une croissance rapide. Ganges est particulièrement métiers fonctionnent dans le bourg et sa région, induisant de nombreuses activités complémentaires. Un bonnetier de Ganges a même ouvert un comptoir de vente à Saint-Pétersbourg en 17837 ! On trouve des filatures jusque dans de modestes villages cévenols comme Saint-Martin-de-Boubaux ou Sainte-Croix-Vallée-Française. L’industrie de la soie s’est ensuite développée aux dépens de celle de la laine, gagnant toutes les Cévennes. À Florac, deux à trois cents fileurs travaillent pour cette industrie.

  • 8 Thiers (R.), Évolution démographique, économique et sociale de Saint-Affrique (Aveyron) de 1779 à (...)

7Le Rouergue méridional connaît une imbrication comparable des activités aux confins du Causse du Larzac, en offre un bon exemple. L’élevage ovin pratiqué sur le Causse fournit une laine abondante que travaillent les artisans et négociants de Saint-Affrique et des bourgs environnants, ainsi que les manufactures de Lodève. La qualité des tissus produits par ces dernières nuit à la commercialisation des draps grossiers fabriqués en Rouergue, jusqu’à ses ateliers des techniques de travail plus élaborées. La famille Grand relance l’industrie textile de la cité et entraîne dans son sillage les principaux En 1789, l’industrie drapière emploie directement 4 800 ouvriers, et indirectement plus de 4 000 personnes. L’agriculture fournit une main d’œuvre abondante et bon marché. Elle a conservé des structures archaïques et reste peu productive. La croissance démographique qui s’amorce au cours du second xviiie siècle encourage les migrations rurales vers les petits centres urbains et Saint-Affrique en a largement bénéficié. Les ouvriers représentent population est marquée par une misère endémique, aggravée par le contexte de crise économique qui conduit au ralentissement de la production industrielle et artisanale8.

  • 9 Laroze (J.), Saint-Félix-de-Sorgues, 3 vol., Millau, 1987 et Nîmes, 1991.

8Ces considérations sont valables pour d’autres bourgs des environs. Jean Laroze, auteur d’une monographie sur Saint-Félix-de-Sorgues, note que la situation économique se dégrade dans la seconde moitié du siècle, ce qui conduit à une poussée de la délinquance. Des bandes de brigands font leur apparition dans le pays au moment où disparaissent les manufactures de Saint-Félix9. Dans l’ensemble des bourgs industrialisés du Rouergue méridional, ouvriers ; si les premiers se recrutent presque exclusivement au sein des familles réformées, les seconds, surtout lorsqu’ils sont issus des campagnes, sont massivement catholiques. À Saint-Affrique, mais plus encore à Millau, ce constat mérite quelques nuances. On trouve en effet dans ces deux cités un prolétariat protestant, qui est loin cependant de constituer la majorité des effectifs. À Millau, le dynamisme de l’industrie de la mégisserie a limité les effets de la crise économique ; une bourgeoisie catholique aisée s’est, par ailleurs, toujours maintenue. La frontière religieuse recoupe ici moins strictement le contour des antagonismes sociaux. Il n’en reste pas moins que les protestants sont plus nombreux au sein du patronat que parmi les ouvriers et surtout les paysans. En effet, tout au long des xviie et xviiie siècles, des missionnaires catholiques ont parcouru les hautes terres et réussi à détacher de la Réforme les plus humbles ou les plus isolés, protestante de sa base populaire, tout particulièrement paysanne.

  • 10 Godechot (J-). La Révolution Française dans le Midi toulousain, Toulouse, Privat, 1986 ; Laurent ( (...)
  • 11 Archives départementales de l’Hérault [ADH], C 6692, Plaintes et Placets.

9C’est dans ce contexte économique et social qu’éclatent les troubles du printemps 1789. Ces grands mouvements populaires sont désormais bien connus à l’échelle du royaume, où le Languedoc fait figure d’une région restée très calme10. Les émotions les plus importantes éclatent dans les villes de la plaine littorale. Les archives de l’intendance du Languedoc contiennent cependant plusieurs dossiers concernant des troubles populaires dès le 26 janvier 1789 : des femmes arrêtent deux charrettes transportant du blé, croyant qu’un négociant de la ville l’exportait « furtivement »11. Il s’agit d’un exemple classique d’émeute frumentaire cherchant à entraver la circulation des grains. La pénurie est réelle, ce qui conduit l’intendant à juger les séditieux avec la plus grande clémence.

  • 12 Ibid., C 5439 et 5428.
  • 13 Ibid., C 2927.
  • 14 Ibid., C 5439.

10En avril, les troubles frumentaires se multiplient, en particulier dans le Gévaudan par lequel transitent de grandes quantités de blé en provenance de l’Auvergne et à destination du bas Languedoc. Début avril, Chanac, Mende, Florac, Serverette et Villefort sont secoués par des troubles de ce type12. D’autres mouvements populaires agitent la région de Saint-Ambroix et Uzès (Gard)13, ainsi que le diocèse de Castres (Murat, Lacaune) et la région de Lodève14. Les montagnes paraissent plus fragiles. Si, dans les villes, les autorités ont des facilités pour mobiliser des capitaux et acheter des grains, dans les montagnes les officiers municipaux n’ont souvent d’autre solution que de céder aux revendications populaires : retenir les grains sur place et réglementer les prix. Les hautes terres ne sont donc en aucun cas à l’écart des grands mouvements sociaux et politiques qui agitent le royaume dans les premiers mois de 1789. Le réveil des particularismes locaux dans l’ensemble du Languedoc et particulièrement en Gévaudan, Cévennes, Rouergue, se combine avec la rédaction des cahiers de doléances et la mobilisation populaire contre la misère, ce qui confère à cette mobilisation une indéniable dynamique.

Les échos de la « Grande Peur »

  • 15 Laurent (R.), Gavignaud (G.), La Révolution Française dans le Languedoc méditerranéen, op. cit. p. (...)

11Les événements parisiens ne sont connus que tardivement, par la correspondance que les députés entretiennent avec les notables locaux. On apprend à Nîmes, le 19 juillet, le renvoi de Necker ; la nouvelle alarme vivement les bourgeois protestants qui, avec Rabaut Saint-Étienne, mettaient tous leurs espoirs dans la réalisation des grands projets des Constituants. Ils obtiennent la création d’un Conseil permanent, composé de 25 notables, ainsi que d’une « Légion nîmoise » où s’inscrivent massivement des citoyens protestants. Le nouveau conseil double le conseil politique de la ville, exclusivement catholique puisque les protestants ne pouvaient occuper aucune charge publique jusque-là. Néanmoins, il ne semble pas y avoir entre les deux conseils de rivalité ou d’hostilité, puisque le conseil politique, présidé par le maire, le baron de Marguerittes, soutient publiquement les députés de l’Assemblée nationale le 20 juillet et condamne « les agents forcenés du despotisme aristocratique ». Dès le 21, les bases sont jetées pour former des fédérations entre les différentes 27 juillet, au moment où l’on apprend partout le rappel du ministre. Cela permet à M. de Bonald, maire de la ville, de faire une déclaration vibrante de patriotisme, au nom de « l’esprit de concorde et de fraternité »15.

  • 16 Lefebvre(G.), La Grande Peur de 1789, Paris, Armand Colin, 1988 [1932], carte p. 193, p. 206.

12Si l’annonce de la prise de la Bastille ne provoque aucun trouble dans le Languedoc, les échos de la Grande Peur y résonnent à la fin du mois de juillet. Suivons ici le récit et les analyses de Georges Lefebvre16. La Peur ne se développe pas dans le Bas-Languedoc, mais progresse le long des montagnes, rejoint Mende à deux reprises et circule rapidement dans les Cévennes à partir d’un épicentre, Saint-Jean-du-Gard, où elle est relancée et réactivée. De là, elle rejoint les Causses et la région de Millau, déjà touchés par un courant venu du Lot. La Peur a été précédée de troubles, souvent sans gravité, mais qui témoignent d’un état d’esprit et d’une sensibilité particuliers en ce mois de juillet. La crise économique et la peur de manquer de grains ont introduit le trouble dans bon nombre de communautés, et cela ne cesse pas à la fin du printemps. Au cours du mois de juillet, et même au-delà, l’inquiétude populaire se manifeste à plusieurs reprises.

  • 17 ADH, C.2927.
  • 18 Ibid. (lettres des 11 et 13 août 1789).

13À Mende, en juin, une émeute s’oppose au départ de plusieurs charrettes de blé hors de la ville. La rumeur courte que les propriétaires du Gévaudan ont fait des exportations considérables de grains. En juillet, les alarmes se reproduisent, car si le blé est présent en quantité suffisante, les prix ne cessent d’augmenter. Le subdélégué le déplore et craint des troubles « dans un temps où le peuple se croit tout permis ». Il ne s’inquiète pas sans raison, car le 15 juillet éclate une « sédition » à Saint-Chély-d’Apcher, à cause de la hausse des prix et de l’inquiétude suscitée par des gelées tardives, intervenues fin juin, qui menacent de compromettre la récolte ou, pour le moins, de retarder encore la moisson17. Ce retard engendre des tensions très vives. À Sauve, au pied des Cévennes, les grains sont achetés alors que le blé est encore sur pied, à un prix très élevé, ce qui aggrave l’inquiétude populaire. Cette atmosphère de spéculation entretient l’angoisse collective. Les campagnes sillonnées par des négociants inconnus sont parcourues de rumeurs qui alimentent les peurs et instaurent un climat tendu dans lequel la violence peut se déchaîner à tout moment. Les montagnes sont particulièrement les grains sont très clairsemés. Dans les plaines autour d’Uzès, on murmure que le blé est acheté par des étrangers18.

  • 19 Ibid., C 6692, Plaintes et Placets.
  • 20 Ibid., C 2927.

14Des troubles fragmentaires se développent dans les montagnes tout au long du mois de juillet, donnant parfois naissance à des épisodes contestataires accompagnées d’un mouvement antifiscal diffus. Meyrueis (Lozère) est le théâtre d’affaires mettant en scène des bergers qui s’attaquent aux employés des fermes du tabac, mais aussi des moissonneurs venus du Massif central qui s’en prennent à un notaire et à plusieurs habitants qu’ils laissent ensanglantés sur la place publique19. Des troubles similaires éclatent à Saugues (Haute-Loire), à Langogne (Lozère) mais aussi dans le diocèse de Castres où l’on voit apparaître une ébauche de refus de l’impôt20. Comment s’étonner que la Grande Peur de la fin du mois de juillet se diffuse en direction des Cévennes et des hautes terres ? Tous les signes répertoriés par Georges Lefebvre se retrouvent ici : la peur de manquer de grains, l’inquiétude les spéculateurs, l’agitation grandissante dans les bourgs des montagnes... et l’attente d’une moisson qui tarde et qu’on sent menacée. La peur résonne donc dans les montagnes ; il est vrai que c’est un écho assourdi, vite étouffé ; sans doute parce que la densité est trop faible dans le haut pays, que les bourgs y sont plus rares et les mas plus isolés.

  • 21 Ibid., C 6692, lettre du 5 août 1789.
  • 22 Journal manuscrit de Henry-Isaac Boudon Des Vernedes, commencé en 1790. Les paroisses citées sont (...)
  • 23 Cadix (G.), Saint-Jean-du-Gard pendant la grande Révolution de 1789 à 1795, Anduze, Imprimerie du (...)

15Les premiers bruits de la Grande Peur touchent les Cévennes aux alentours du 29 juillet : les nouvelles arrivent des Vans(Ardèche), gagnent la région de Saint-Florent-sur-Auzonnet, puis Branoux le 30 au matin. Des patrouilles sont immédiatement mises sur pied avant que l’on se rende compte, au bout de quelques jours, que l’alarme reposait sur une fausse rumeur21. Dans la région de Saint-Jean-du-Gard, les réactions sont d’une tout autre ampleur. Le livre de raison de Henry-Isaac Boudon des Vernèdes, habitant de Masvoyer, à Saint-André-de-Valborgne, permet de reconstituer l’émotion qui secoue la communauté, le samedi 1er août22. On annonce en effet l’arrivée d’une troupe de Piémontais forte de plusieurs milliers d’hommes. Ces derniers sont accusés d’avoir mis à feu et à sang la paroisse de Saint-Jean-du-Gard, après avoir ravagé le Vivarais. Les femmes et les enfants se mettent à hurler, l’évacuation des hameaux et du bourg est organisée et la population se retrouve en partie réfugiée dans les bois, pendant que les hommes patrouillent dans les montagnes. À Saint-Jean-du-Gard, la Peur déclenche une immense panique, et des renforts venus de toutes les Cévennes viennent prêter main-forte. On remarque ce jour-là, à la tête d’une des troupes, une jeune fille de Soudorgues appelée Marianne Cabanis, armée et encadrée de ses deux frères. Elle fut l’héroïne de la journée, et son prénom, mais c’est sans doute le fruit du hasard, devait connaître une gloire toute républicaine23!

16Pourquoi la Peur a-t-elle éveillé un tel écho dans les Cévennes ? Le pays était sans aucun doute très attentif aux événements parisiens ; les protestants avaient tout à gagner à ce que l’Assemblée nationale poursuive ses travaux et applique les réformes projetées. Dans les hautes terres catholiques, seule la ville de Mende paraît sérieusement concernée. Ailleurs, et jusqu’aux confins rouergats, la Peur s’est essentiellement développée en pays protestant, en terre catholique. De vastes espaces comme les Causses, l’Aubrac ou la Margeride sont restés à l’écart des courants de la Peur, alors que les Cévennes semblent en avoir amplifié les effets. Ce phénomène ne saurait être le fruit du hasard. La proximité des plaines et des villes ne paraît pas une explication satisfaisante, puisque la Peur ne s’y est pas développée. Nous retiendrons donc, pour notre part, le fait que les Cévenols, massivement protestants, la cour sur les représentants de la nation, et la fin de tous les espoirs de voir la liberté religieuse régner en France, ce que l’édit de 1787 ne leur avait pas accordé. Signalons par ailleurs que les attroupements provoqués par la Peur n’ont pas donné lieu dans le pays à des attaques contre les privilégiés, alors que ce fut le cas dans plusieurs régions françaises, et notamment dans la Provence voisine. Le poids du prélèvement seigneurial était suffisamment modéré pour ne pas constituer un levier à même de soulever les paysans au cours de l’été 1789. Les Cévennes avaient d’autres revendications prioritaires, peu à peu aux idées nouvelles.

Espoirs paysans et montée des revendications (1789-1790)

17Si la Grande Peur n’a pas débouché sur une jacquerie antiféodale dans les montagnes du Languedoc, elle a, comme partout ailleurs, accéléré le processus d’organisation des municipalités et accentué l’importance des nouvelles venues de Paris. Le contenu des réformes entreprises par l’Assemblée nationale se diffuse, non sans comporter des erreurs ou des déformations qui vont toujours dans le sens d’un démantèlement du régime féodal. « La nuit du 5 août sera de tous les temps mémorable à cause des arrêtés de l’Assemblée nationale », écrit dans son journal Henry-Isaac Boudon des Vernèdes, avant de poursuivre : «le 11 n’en est pas moins remarquable par la suppression de la dîme » attendue par toutes les communautés cévenoles.

  • 24 Delon (abbé J. B.), La Révolution en Lozère, Mende, Société de Lettres, Sciences et Arts de la Loz (...)
  • 25 Archives départementales de l’Aveyron [ADA], 78 L 49, procédures du tribunal criminel du départeme (...)
  • 26 Ibid.

18Le régime féodal est clairement dénoncé à travers un certain nombre de manifestations populaires qui se déroulent entre la fin de 1789 et le début de 1790. Les personnes sont rarement visées, mais les terres, les bois, tout ce qui avait été injustement, du point de vue paysan, soustrait à la de novembre 1789. Cent ans auparavant, ces jardins relevaient de l’espace commun mais avaient été peu à peu spoliés par des nobles et des seigneurs24. En Rouergue, ce sont les bois de la commanderie de Saint-Felix-de-Sorgues qui sont l’objet de dégradations répétées. Le sort de la commanderie est incertain, et les paysans entendent rétablir des droits collectifs progressivement rognés25. En Gévaudan, les bois de la Dômerie d’Aubrac, tout comme ceux de l’abbaye de Mercoire, subissent le même sort26. De ce point de vue, les communautés montagnardes participent d’un vaste mouvement national clairement identifié par Anatoli Ado dans le cadre de ce qu’il appelle la « seconde jacquerie paysanne » :

  • 27 ADO (A.), Paysans en Révolution. Terre, pouvoir et jacquerie, 1789-1794, SER, 1996 [1987], p. 159 (...)

dès les premiers mois de la Révolution, les paysans entreprirent le rétablissement des droits d’usage collectifs. Il semble qu’à cette époque, le mouvement concernait moins l’exploitation des terres que la volonté des paysans d’étendre au maximum le territoire soumis aux droits d’usage communautaires27.

  • 28 Archives départementales du Gard [ADG], L 429, lettre d’avril 1790.

19Des propriétés seigneuriales font également l’objet d’attaques et de dégradations ; on signale plusieurs troubles antiseigneuriaux dans la commune de Lanuéjols (Gard)28 ainsi que dans celle de Roquedur, avec pour cible le château de François d’Assas dont le jardin et le potager sont saccagés à plusieurs reprises. Un placard menaçant a même été affiché, faisant clairement référence aux réformes engagées par les députés à Paris :

  • 29 Ibid., L 1837, plainte du 23 juillet 1790.

D’Assas, notre patience à été grande et votre malice extrême, car nous avons parlé et fait parlé et vous n’avés pas voulu écouté. Ne voies [tu] pas la danse qui commence et ne pourra passer qu’après que vous nous aurés payé ce que vous nous avés volé ou vous et vos biens périrons de nos men (sic)29.

  • 30 Rouvrière (F.), Histoire de la Révolution Française dans le Gard, op. cit., t 1, p. 220-221 et 250
  • 31 ADH, L 6219.
  • 32 Archives départementales de la Lozère [ADL], L 481 (délibérations municipales de Villefort) et 20 (...)

20La passivité des autorités municipale ne peut qu’encourager les attroupés à poursuivre leur lutte contre les «°abus » de la féodalité. En juillet, un autre château appartenant à d’Assas, au Mercou, est saccagé. En octobre, une troupe de jeunes gens de Saint-Hippolyte-du-Fort (Gard) entreprend de briser armoiries et créneaux des maisons des anciens seigneurs. En novembre, les habitants de Lasalle (Gard) détruisent les signes visibles de la féodalité: tours, créneaux, girouettes ou blasons30. Le château de Pégayrolles, situé au nord de Lodève, est victime de dégradations similaires31. Les communaux font aussi l’objet d’âpres conflits. Peu importe l’ancienneté de l’appropriation, les droits collectifs ne sont jamais oubliés et sont revendiqués au moment de la Révolution. Les habitants de Saint-Étienne-du-Valdonnez (Lozère) entreprennent d’aller collectivement reprendre possession de communaux dont deux paysans se seraient abusivement emparés, selon eux, en 1766. Non seulement les officiers municipaux sont associés à cette démarche, mais les responsables du mouvement se rendent spontanément en prison pour y être interrogés après que les propriétaires l’Assemblée nationale, signe révélateur de l’état d’esprit légaliste dans lequel est effectuée cette « reconquête » de l’ancien terrain communal32. À Mende, en octobre 1789, les droits de l’évêque sur des prés situés sur les berges du Lot sont âprement contestés par la population, emmenée par Randon de Mirandol, un noble libéral de la ville. Ce dernier finit par avoir gain de cause et les prés sont affermés par la municipalité au bénéfice de... Randon de Mirandol !

21Mende est régulièrement agitée par des mouvements populaires au cours des premiers mois de la Révolution. Des troubles frumentaires ont secoué la ville au printemps 1789, le problème de l’approvisionnement n’est toujours pas résolu un an plus tard. Le peuple accuse les privilégiés et les riches de spéculer, l’évêque et son entourage se retrouvant une fois encore en première ligne. Au début du mois de juin 1790, des attroupements se forment pour contester tout à la fois les droits que l’on devait acquitter sur la consommation, l’équivalent (un droit qui remplace les aides levées dans le reste du royaume) et la vente de blé à l’extérieur de la ville. Un jeune boucher, Raynal, se met à la tête du mouvement ; il organise l’assaut de la maison d’un marchand, avocat lié au chapitre cathédral ; il conduit ce dernier en prison et négocie sa mise en liberté contre la somme de 300 livres. Nantis de cet argent, Raynal et ses amis vont le déposer à la mairie pour qu’il soit distribué aux pauvres. Mobilisée, la garde nationale parvient à dissiper l’attroupement, mais refuse d’arrêter Raynal. Ce dernier devient de plus en plus menaçant ; il décide de se passer de la municipalité et de distribuer lui-même l’argent aux pauvres ; il finit par s’autoproclamer maire de la ville et commandant de la garde nationale au nom du peuple. Durant plusieurs jours, le mouvement populaire maintient son emprise sur la ville avant que Raynal et ses principaux amis, dont quatre femmes, ne soient arrêtés. L’insurrection de la population de Mende comporte une dénonciation évidente de la puissance économique et politique de l’évêque mais aussi une dimension sociale et contestataire plus large. En ces premiers temps de la Révolution, le champ des possibles paraît très étendu, ce qui laisse aux gens du peuple l’espoir d’une plus grande justice sociale.

22On aurait tort de penser que le peuple des montagnes serait resté, par ignorance ou par soumission à l’égard de ses maîtres traditionnels, à l’écart des troubles politiques qui secouent le royaume ainsi que des grands débats qui les nourrissent. Certes, le pays n’a pas connu de grande rébellion, ni ces insurrections en chaîne contre les châteaux qui ont marqué la Provence, le Quercy, le Bassin Parisien ou la Franche-Comté. Mais la mobilisation populaire existe, elle révèle un peuple attentif aux grands événements nationaux et déterminé à prendre part aux bouleversements en cours. Si le mouvement antiféodal a été peu marqué, c’est surtout du fait de la très faible emprise du régime seigneurial dans les montagnes. Néanmoins, l’année 1790 est marquée par l’espoir de voir triompher une réforme agraire venue de la base, un espoir que les cahiers de doléances exprimaient déjà au printemps 1789. Qu’elle soit catholique ou réformée, la paysannerie des montagnes du Languedoc aspire à un nouvel ordre des choses et participe à ce puissant mouvement paysan dont nous avons pu établir la force et l’autonomie.

Notes

1 Delon (abbé J. B.), Les Élections de 1789 en Gévaudan, Mende, Société des Lettres, Sciences et Arts de la Lozère, rééd. 1989, p. 27.

2 Barrau (H. E. et F. de), L’Époque révolutionnaire en Rouergue. Étude historique, 1789-1801, Rodez, 3 fasc., 1911-1914.

3 Rouvière (F.), Histoire de la Révolution Française dans Le Gard, Nîmes, 1887.

4 Cité par Mazoyer (L.), « La question protestante dans les cahiers des États Généraux », BSHPF, 1931, p. 41-73. Les paroisses citées sont: Montignargues, Vialas, Bourdic, Chamborigaud, Brignon, Saint-Dionisy, Castelnau, Saint-Géniès de Malgoirès, La Rouvière, Fons-Outre Gardon, Saint-Bauzély, Domessargues.

5 Michel Vovelle rend à plusieurs reprises hommage au « pionnier de l’histoire des mentalités » en particulier pour son étude de La Grande peur de 1789; voir La Mentalité révolutionnaire, Paris, 1985, p. 57 sq., ainsi que Combats pour la Révolution Française, Paris, 1993, p. 33 sq. Anatoli ADO exprime la même reconnaissance envers les travaux de G. Lefebvre, tant pour la place qu’il a su donner à l’étude de la Révolution paysanne dans une historiographie française jusqu’alors peu Révolution. Terre, pouvoir et jacquerie, 1789-1794, Moscou, 1987, Paris, 1996, p. 15-16.

6 Les Cévennes de la montagne à l’homme, sous la dit. de Philippe Joutard, Toulouse, Privat, 1979, p. 153.

7 lbid., p. 155.

8 Thiers (R.), Évolution démographique, économique et sociale de Saint-Affrique (Aveyron) de 1779 à 1830, DES, Université de Toulouse, 1961, mémoire dactylographié.

9 Laroze (J.), Saint-Félix-de-Sorgues, 3 vol., Millau, 1987 et Nîmes, 1991.

10 Godechot (J-). La Révolution Française dans le Midi toulousain, Toulouse, Privat, 1986 ; Laurent (R.), Gavignaud (G.), La Révolution Française dam le Languedoc méditerranéen, Toulouse, Privat, 1987; Frayssenge (J.) et Lemaitre (N.), « Les émotions populaires en Rouergue au xviiie siècle », Mouvements populaires et conscience sociale, op. cit., p. 371-381 ; Frayssenge (J.), « La contestation du régime seigneurial en Rouergue : les révoltes paysannes de 1789-1792 », Congrès national des Sociétés savantes, Clermont-Ferrand, 1992.

11 Archives départementales de l’Hérault [ADH], C 6692, Plaintes et Placets.

12 Ibid., C 5439 et 5428.

13 Ibid., C 2927.

14 Ibid., C 5439.

15 Laurent (R.), Gavignaud (G.), La Révolution Française dans le Languedoc méditerranéen, op. cit. p. 41-42.

16 Lefebvre(G.), La Grande Peur de 1789, Paris, Armand Colin, 1988 [1932], carte p. 193, p. 206.

17 ADH, C.2927.

18 Ibid. (lettres des 11 et 13 août 1789).

19 Ibid., C 6692, Plaintes et Placets.

20 Ibid., C 2927.

21 Ibid., C 6692, lettre du 5 août 1789.

22 Journal manuscrit de Henry-Isaac Boudon Des Vernedes, commencé en 1790. Les paroisses citées sont Mas Boyer, sur la route entre Saumane et Saint-André-de-Valborgne, Saint-Jean-du-Gard, Saint-Marcel-de-Fontfouillouse, Saint-Roman-de-Tousque, Moissac, Sainte-Croix-Vallée-Française et certainement Saint-Martin-de-Corconac, c’est-à-dire les paroisses protestantes situées de part et d’autre de la corniche des Cévennes, au nord-ouest de Saint-Jean-du-Gard.

23 Cadix (G.), Saint-Jean-du-Gard pendant la grande Révolution de 1789 à 1795, Anduze, Imprimerie du Languedoc, 1960.

24 Delon (abbé J. B.), La Révolution en Lozère, Mende, Société de Lettres, Sciences et Arts de la Lozèez, 1989 [1922], p. 76.

25 Archives départementales de l’Aveyron [ADA], 78 L 49, procédures du tribunal criminel du département.

26 Ibid.

27 ADO (A.), Paysans en Révolution. Terre, pouvoir et jacquerie, 1789-1794, SER, 1996 [1987], p. 159 «220-221.

28 Archives départementales du Gard [ADG], L 429, lettre d’avril 1790.

29 Ibid., L 1837, plainte du 23 juillet 1790.

30 Rouvrière (F.), Histoire de la Révolution Française dans le Gard, op. cit., t 1, p. 220-221 et 250.

31 ADH, L 6219.

32 Archives départementales de la Lozère [ADL], L 481 (délibérations municipales de Villefort) et 20 B 12, (affaire de Saint-Étienne).

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search