Version classiqueVersion mobile

Mémoires affrontées

 | 
Valérie Sottocasa

Introduction

Texte intégral

1Si l’on connaît bien aujourd’hui les résistances des hommes du bocage vendéen ou des chouans de Bretagne face à la Révolution, on ignore tout ou presque du refus opposé par les hautes terres du sud du Massif central, ou bien l’on sait vaguement que ces montagnes ont été réfractaires par fidélité religieuse. Ces silences n’ont pas toujours eu cours ; au xixe siècle, une abondante production historique avait cherché à enraciner la mémoire de cette opposition à la Révolution, émanant le plus souvent de prêtres ou d’érudits proches du courant clérical. Et puis l’oubli, peu à peu, a gagné du terrain, effaçant les vieilles histoires au fur et à mesure que les hauts pays se vidaient de leurs hommes et que la modernité gagnait les hauts plateaux des grands Causses ou de la Margeride, les reliefs acérés des Cévennes ou les monts de Lacaune.

  • 1 Lewis (G.), The Second Vendée. The Continuity of Counter-revolution in the Department of the Gard, (...)
  • 2 Michelet (J.), Histoire de la Révolution Française, Paris, Laffont, « Bouquins », 1979 [18 57-1863 (...)
  • 3 Lefebvre (G.), Les Thermidoriens, Paris, A. Colin, 1951, p. 128.

2Les silences qui pèsent sur cette histoire ne sont pas, somme toute, totalement illégitimes. Aucune guerre n’a vu le jour ici, alors que la Vendée est le théâtre d’événements dramatiques qui ont traumatisé la région mais aussi la nation tout entière. On ne trouve rien de tel dans le Midi, où les autorités révolutionnaires ont longtemps redouté la naissance d’une « seconde Vendée ». Ce thème a été abordé par plusieurs historiens anglo-saxons au cours des années 1970. Gwynne Lewis expliquait, dans son étude sur la Contre-Révolution dans le Gard intitulée La Seconde Vendée1 que, pour être moins connue, l’opposition à la Révolution avait été ici tout aussi significative que dans l’Ouest. De fait, plusieurs historiens ont noté la précocité et la continuité des violences politiques dans le Midi. Michelet évoque les fureurs de Montauban et de Nîmes, aux mois de mai et juin 1790, et les explique en recourant à l’argument traditionnel du tempérament échauffé des méridionaux2! Georges Lefèbvre, dans son histoire des Thermidoriens, signale également les violences exceptionnelles qui frappent les contrées du Midi au lendemain de la chute de Robespierre3. Malgré tout, le Midi est resté une sorte de périphérie à l’écart des grands travaux historiographiques, situation que n’a nullement modifiée la commémoration du bicentenaire de la Révolution française.

  • 4 Jones (P. M.), Politics and rural Society. The Southern Massif central, 1750-1880, Cambridge, 1985
  • 5 Johnson (H. C.), The Midi in Révolution. A study of Régional Political Diversity (1789-1793), Prin (...)
  • 6 Signalons deux mémoires de maîtrise : Boubal (C.), L’Affaire Charrier (26 mai-1er juin 1793). Un m (...)

3Il convient cependant de noter les travaux d’historiens anglo-saxons, relativement nombreux dans les années quatre-vingt. Outre G. Lewis déjà mentionné, Peter M. Jones4 a mis en évidence un retard du processus de politisation dans les sociétés rurales du sud du Massif central qui, à ses yeux, n’intervient pas avant la fin du xixe siècle. Son analyse, prise dans un cadre chronologique large (1750-1880), a le mérite de révéler l’importance d’un épicentre contre-révolutionnaire dans le Midi sans toutefois placer cette période au cœur de sa problématique. Hubert C. Johnson, pour sa part, a étudié la Révolution dans huit départements allant de la Haute-Garonne à l’Isère en passant par les Bouches-du-Rhône5. Ses dépouillements, centrés sur les mouvements populaires, privilégient cependant les espaces urbanisés et ne tiennent pas compte du caractère montagneux de la région ; la contre-révolution y est mentionnée, mais pas expliquée. Au-delà des années quatre-vingt, la production historique locale retombe et l’opposition à la Révolution est à nouveau considérée comme folklorique6. L’histoire de la Vendée ou de la contre-révolution bretonne a joué un rôle d’écran, reléguant au second plan d’autres modèles d’opposition moins marquants.

  • 7 L’importance de cet événement et la vitalité de la mémoire qui en a été conservée ont été étudiées (...)
  • 8 Tackett (T.), La Révolution, l’Église, la France. Le serment de 1791, Princeton University Press, (...)

4Un second « écran » s’est également interposé : dans les montagnes du Languedoc, l’événement traumatique par excellence n’est pas la Révolution mais la guerre des Camisards7. L’histoire de la persécution dont furent victimes les protestants et du soulèvement des Cévennes entre 1702 et 1704 a rejeté au second plan les hautes terres catholiques, crispées sur leur attachement à l’Église romaine. Or l’impression laissée par l’historiographie est vite démentie par l’abondance des archives sur l’opposition populaire à la Révolution, ce qui a été à l’origine d’une première enquête sur la Lozère. Ce département de montagne, que l’on présente volontiers comme étant à l’écart des progrès de la modernité, a été le théâtre de la seule tentative d’insurrection armée dans le Midi, sur un modèle proche de celui de la Vendée. Le haut niveau de la mobilisation populaire et sa précocité suscitent des questions. Timothy Tackett, dans son étude intitulée La Révolution, l’Église, la France8, avait déjà repéré le refus du clergé lozérien face au serment de 1791. Une telle opposition, massive, populaire et néanmoins incapable de donner naissance à une véritable contre-révolution mérite sans aucun doute que l’on s’attache à en comprendre les fondements et la dynamique.

5Les premiers résultats nous ont permis de dessiner le portrait d’un département certes très hostile à la Révolution, mais avant tout opposé à la réforme religieuse introduite par la constitution civile du clergé. Ils ont également révélé une région coupée en deux, adoptant des choix politiques très tranchés : si les hautes terres catholiques sont bien engagées dans la résistance à la Révolution, les Cévennes affichent très tôt leur patriotisme et le prouvent par un engagement politique dénué d’ambiguïté. Cette partition des comportements politiques recoupe cette autre frontière qui oppose catholiques et protestants depuis l’implantation de la Réforme dans le Midi. Le chevauchement de ces deux véritables lignes de démarcation ne pouvait relever d’une coïncidence. En effet, l’histoire de ces montagnes a été marquée par une succession, unique dans l’histoire du royaume, de guerres de religion dont le cycle ne semble s’être achevé qu’avec la répression mise en œuvre contre les Camisards et les paysans cévenols à l’époque de Louis xiv et poursuivie au cours du siècle des Lumières.

  • 9 Lemaître (N.), « Y a-t-il une spécificité de la religion des montagnes ? », La montagne à l’époque (...)

6À ce stade de la réflexion, les questions se faisaient plus nombreuses que ce que le laissaient entrevoir les différents essais d’histoire de la Révolution que nous avions pu lire. La montagne, tout d’abord, ne paraissait plus être restée à l’écart des grands bouleversements politiques de la période. Au contraire, elle était entrée à une date particulièrement précoce dans le débat politique. Comment apprécier la nature précise des engagements populaires ? Comment décomposer les attitudes contre-révolutionnaires chez les uns, patriotes chez les autres en autant de partis pris complexes, reflétant des traits de mentalité affirmés mais aussi nuancés ? En quoi les sociétés de montagnes avaient-elles pu manifester leur spécificité au cours de la crise révolutionnaire ? Y a-t-il, pour reprendre la question posée par Nicole Lemaître, une « spécificité » de la religion des montagnes9 ?

7Une autre série de questions était soulevée par la coïncidence entre frontière religieuse et choix politiques. Comment la Révolution avait-elle pu réveiller les passions religieuses qui rappelaient les temps révolus des guerres de Religion ? Cela signifiait-il que la mémoire populaire avait conservé intact le souvenir des affrontements fratricides ? Dans ce cas, comment établir un rapport clair entre Révolution et guerres de Religion ? Avant toute chose, il fallait étendre l’espace étudié de manière à observer les réactions des communautés tout au long de la frontière confessionnelle qui, d’est en ouest, prend en écharpe la bordure méridionale du Massif central. Il fallait également déterminer une méthode de travail susceptible de rendre compte des engagements politiques dans les milieux populaires au cours de la Révolution.

  • 10 Mouvements populaires et conscience sociale, xvie-xvie ?siècles, Actes du colloque de Paris, 24 au (...)
  • 11 Vovelle (M.), Idéologies et mentalités, Paris, Gallimard, 1992 [1982].
  • 12 Nous avons respecté la consigne qui ne retenait que les actions menées « par un groupe d’au moins (...)

8L’importance et la nature des troubles qui agitent alors les hautes terres ont conduit à privilégier une étude des mouvements populaires inspirée de la démarche mise en œuvre lors du colloque Mouvements populaires et conscience sociale, organisé par Jean Nicolas à Paris en mai 198410. Cette approche permettait non seulement de mesurer le niveau de la mobilisation populaire, d’en saisir la diversité, mais également d’approcher les sensibilités qui constituent le moteur des émotions collectives. À ce titre, les travaux de Michel Vovelle, ses réflexions sur l’histoire des mentalités et des comportements, l’approche quantitative qu’il a mise en avant, ont largement imprégné notre démarche11 Les troubles ont été l’objet de toutes les attentions de la part d’autorités révolutionnaires soucieuses de surveiller l’opinion et de contenir les menaces contre-révolutionnaires. Les archives de police et de justice des dépôts départementaux et du Caran ont fourni de nombreux renseignements sur les différentes formes de la protestation populaire et sont venues alimenter une base de données informatique inspirée du modèle établi lors du colloque de Paris12.

  • 13 Type I : mouvements révolutionnaires (Grande Peur ; guerre des châteaux et violences antiseigneuri (...)

9Nous avons élaboré une fiche informatique destinée à collecter et à traiter les données fournies par les archives sur la nature des mouvements, l’identité des acteurs, les modalités de leur action, les victimes, la réaction des autorités... Trois types d’émeutes ont été définis : les mouvements favorables à la Révolution, ceux qui lui sont hostiles, et ceux qui ne prennent pas clairement parti mais expriment un mécontentement collectif significatif de tensions sociales ou culturelles. Chaque type a été décliné en plusieurs catégories permettant d’affiner l’analyse de la nature du mouvement13. Une seconde partie de la fiche a été consacrée aux discours : ceux que tiennent les autorités sont les plus nombreux mais il n’est pas rare de voir retranscrites tout ou partie des paroles prononcées par les attroupés. On peut alors analyser les termes choisis par les protagonistes, étudier les représentations exprimées, saisir l’évolution sémantique de certains termes particulièrement utilisés au cours de la période, tels que ceux de « brigand » ou de « fanatique ». La fiche de saisie informatique devait donc nous permettre de mener une étude quantitative des manifestations populaires mais également une étude des sensibilités à travers les représentations, les gestes, les rituels. Ce travail a autorisé la confection d’un ensemble de cartes et de graphiques destinés à rendre lisibles les résultats obtenus.

10À partir d’une première plongée dans les mouvements populaires en Lozère pendant la Révolution, nous avons décidé d’étendre les recherches à l’ensemble de la région traversée par la frontière confessionnelle, toujours dans le cadre des montagnes. Cinq départements ont donc retenu notre attention : la partie cévenole du Card (trois districts : Alès, Le Vigan et Saint-Hippolyte-du-Fort) est au cœur de cette « frontière intérieure ». Le Rouergue méridional (districts de Millau et Saint-Affrique) en Aveyron et la région des monts de Lacaune (districts de Lacaune et Castres) dans le Tarn, constituent le prolongement du bastion cévenol, de même que la région de Ganges et Bédarieux dans l’Hérault. Nous avons également dépouillé les sources concernant les districts de Lodève et Saint-Pons dans ce même département, du fait de leur caractère montagneux et de leur proximité avec les hautes terres du Tarn, de l’Aveyron et du Gard. Si l’on y ajoute la plaine de Jalès, située dans la partie méridionale de l’Ardèche, aux confins des Cévennes, on obtient un espace relativement cohérent, englobant les Cévennes et leurs marges sur la bordure méridionale du Massif central.

11Le cadre ainsi déterminé, les dépouillements ont été centrés sur la décennie révolutionnaire (1789-1799) de manière à obtenir l’image la plus précise possible des mouvements populaires. Près de 850 émeutes ont été recensées ; pour la plupart, elles traduisent un parti pris politique vis-à-vis de la Révolution, ce qui confirme l’idée que les montagnes n’étaient pas, alors, des isolats coupés de l’actualité. Les premières cartes issues de la base de données confirmaient également l’importance de la frontière confessionnelle dans les choix politiques. Cela soulevait la question du rôle de la mémoire des conflits confessionnels dans les choix collectifs au moment de la Révolution : comment mesurer l’impact de cette mémoire ? Comment apprécier son poids, ses contenus ? Il fallait pour cela repérer les sources qui en appellent clairement au souvenir des guerres de Religion et les interpréter avant de remonter progressivement le fil du passé afin d’apprécier son rôle au cœur de la participation populaire à la Révolution.

  • 14 Bois (P.), Paysans de l’Ouest. Des structures économiques et sociales aux options politiques depui (...)
  • 15 Charreyron (G.), Politique et religion. Protestants et catholiques en Velay, Clermont-Ferrand, Ins (...)

12Plusieurs historiens ont déjà suivi la piste d’une histoire régressive mais, à notre connaissance, la Révolution n’en a jamais été le point de départ. Pour comprendre les structures des options politiques dans la Sarthe sous la IVe République, Paul Bois a entrepris de remonter le passé jusqu’à la Révolution. À la suite d’André Siegfried, il soulève la question du poids du 18passé sur les comportements politiques : « La véritable explication du présent ne serait-ce pas dans le passé qu’il la faudrait chercher14 ? » Son étude révèle le poids des choix effectués au moment de la Révolution sur les tempéraments politiques sur la longue durée. À sa suite, d’autres historiens ont suivi cette piste qui fait de la Révolution un événement fondateur où s’invente le politique15. Ne pouvait-on pas appliquer à ce moment-clé de notre histoire une démarche régressive comparable ? L’aventure peut sembler iconoclaste, tant la Révolution est associée en France à l’image d’une rupture fondatrice de modernité. Mais dans le cas particulier du sud du Massif central, l’écheveau des fils reliant la Révolution au passé est très dense et demandait à être débrouillé. Ce travail constitue le second temps de notre étude en proposant de réfléchir aux liens entre politique et religion dans le cadre du temps long par une démarche régressive menant de la Révolution aux guerres de religion qui ont scandé l’histoire des hautes terres du sud depuis le xvie siècle.

13Mémoire des guerres, mémoire des lieux et des communautés : les sources et la méthode sollicitées ne pouvaient être les mêmes. Nous n’avons pas cherché à reconstituer l’histoire des conflits religieux, dont certains — la guerre des Camisards par exemple — sont bien connus. À partir des souvenirs mentionnés par les contemporains de la Révolution, nous avons essayé de comprendre l’empreinte laissée sur les mentalités par les violences fratricides qui ont marqué le Midi durant près de trois siècles. Entreprise délicate, d’une part du fait de la fragilité des traces écrites laissées par une mémoire avant tout orale, d’autre part à cause de la condamnation très claire par les élites de la résurgence de souvenirs douloureux que l’on pensait enfouis dans le passé. Les « hommes de 1789 » cherchent à créer un monde neuf et n’acceptent pas volontiers de devoir prendre en compte les pesanteurs du passé, d’autant plus lorsqu’il s’agit des guerres de Religion que l’on attribuait au fanatisme le plus archaïque. Ces forces contradictoires ont pesé sur la lecture des événements, sur la représentation que l’on s’est faite à l’époque de toute forme de protestation populaire mobilisant les sentiments religieux. Or ceux-ci se sont vite révélés décisifs dans l’expression de l’adhésion ou du refus des milieux populaires vis-à-vis de la Révolution.

14C’est donc une réalité complexe qui s’impose, dans laquelle s’entre mêlent différents temps, dessinant le contour de sensibilités contrastées mises à l’épreuve par la violence de la rupture révolutionnaire. Nous avons, pour mieux cerner ces questions, adopté un plan en deux parties. La première, plutôt descriptive, est destinée à connaître le fil des événements et le jeu de l’opinion publique durant la Révolution dans les montagnes du Languedoc. La seconde est consacrée à une analyse des sensibilités, de la culture et des mentalités populaires saisies à travers les violences révolutionnaires et le souvenir des affrontements fratricides antérieurs. Les notions abordées dans le cours de cette seconde partie suscitent, aujourd’hui encore, de nombreux débats, dont les différentes facettes seront prises en compte au fil de la réflexion que nous avons menée et des résultats auxquels nous avons abouti. Néanmoins, le travail que nous présentons maintenant se veut avant tout une contribution à la compréhension de l’une des périodes les plus riches mais aussi les plus troublées de notre histoire à travers l’étude des violences populaires dans un Midi traumatisé par une succession de guerres de Religion.

Carte 1
Situation générale

Carte 1Situation générale

Carte 2
Répartition des paroisses protestantes

Carte 2Répartition des paroisses protestantes

Graphique 1
Nombre d’attroupements, tous types confondus.

Graphique 1Nombre d’attroupements, tous types confondus.

Carte 3
Nombre total d’attroupements (1789-1799)

Carte 3Nombre total d’attroupements (1789-1799)

Graphique 2
Nombre total d’attroupements par types

Graphique 2Nombre total d’attroupements par types

Notes

1 Lewis (G.), The Second Vendée. The Continuity of Counter-revolution in the Department of the Gard, 1789-1815, Oxford, Clarendon Press, 1978.

2 Michelet (J.), Histoire de la Révolution Française, Paris, Laffont, « Bouquins », 1979 [18 57-1863], 2 vol.

3 Lefebvre (G.), Les Thermidoriens, Paris, A. Colin, 1951, p. 128.

4 Jones (P. M.), Politics and rural Society. The Southern Massif central, 1750-1880, Cambridge, 1985.

5 Johnson (H. C.), The Midi in Révolution. A study of Régional Political Diversity (1789-1793), Princeton, 1986.

6 Signalons deux mémoires de maîtrise : Boubal (C.), L’Affaire Charrier (26 mai-1er juin 1793). Un mouvement contre révolutionnaire dans le Sud-Est du Massif central, Université Paris I, 1984 ; Delegue-Quiterie (A.), Le Clergé lozérien sous la Révolution : 1789-1795, Université Paris iv, 1989.

7 L’importance de cet événement et la vitalité de la mémoire qui en a été conservée ont été étudiées par Philippe Joutard, La Légende des Camisards. Une sensibilité au passé, Paris, Gallimard, 1977.

8 Tackett (T.), La Révolution, l’Église, la France. Le serment de 1791, Princeton University Press, 1985, Paris, Le Cerf, 1986.

9 Lemaître (N.), « Y a-t-il une spécificité de la religion des montagnes ? », La montagne à l’époque moderne. Actes du colloque de 1998, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1998, p. 135-158.

10 Mouvements populaires et conscience sociale, xvie-xvie ?siècles, Actes du colloque de Paris, 24 au 26 mai 1984, Paris, Imago, 1985.

11 Vovelle (M.), Idéologies et mentalités, Paris, Gallimard, 1992 [1982].

12 Nous avons respecté la consigne qui ne retenait que les actions menées « par un groupe d’au moins quatre individus n’appartenant pas à la même famille », Mouvements populaires et conscience sociale, op. cit., p. 761-767.

13 Type I : mouvements révolutionnaires (Grande Peur ; guerre des châteaux et violences antiseigneuriales ; mouvements populaires patriotes ; divers, dont les actions catégorielles faisant intervenir des gardes nationaux ou des volontaires). Type II : mouvements populaires contre-révolutionnaires (engagements liés à la Contre-révolution aristocratique ; attroupements contre les patriotes ou les autorités révolutionnaires ; émeutes liées au refus de la constitution civile du clergé ; refus de la conscription et désordres commis par les déserteurs ou les conscrits réfractaires ; brigandage royaliste). Type III : autres formes de manifestations (émeutes frumentaires ; refus d’acquitter les impôts ; troubles liés à l’usage des bois ou au partage des communaux ; autres formes de conflits tels que charivaris, rixes de cabaret, etc.)

14 Bois (P.), Paysans de l’Ouest. Des structures économiques et sociales aux options politiques depuis l’époque révolutionnaire dans la Sarthe, Paris, Flammarion, 1970, p. 30.

15 Charreyron (G.), Politique et religion. Protestants et catholiques en Velay, Clermont-Ferrand, Institut d’Études du Massif central, 1990.

Table des illustrations

Titre Carte 1Situation générale
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17154/img-1.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Carte 2Répartition des paroisses protestantes
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17154/img-2.png
Fichier image/png, 941k
Titre Graphique 1Nombre d’attroupements, tous types confondus.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17154/img-3.png
Fichier image/png, 227k
Titre Carte 3Nombre total d’attroupements (1789-1799)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17154/img-4.png
Fichier image/png, 596k
Titre Graphique 2Nombre total d’attroupements par types
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17154/img-5.png
Fichier image/png, 329k

© Presses universitaires de Rennes, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search