Version classiqueVersion mobile

Les campagnes de Touraine au XVIIIe siècle

 | 
Brigitte Maillard

Conclusion

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 G. LEFEBVRE La Grande Peur de 1789, p. 192-193.
  • 2 P. BOIS, « Révolution et contre-révolution », Histoire des pays de la Loire, p. 346. L’archevêque d (...)

1Pendant la période révolutionnaire la Touraine ne se départit pas souvent de son calme. La « grande peur »venant du Maine et du Vendômois toucha d’abord la région au nord de la Loire, atteignit Tours et Amboise, puis Loches qui fut gagné à partir de Tours mais aussi du Poitou ; elle ne provoqua pas de graves troubles. La carte dressée par G. Lefebvre montre bien que cette panique suivit les routes reliant les villes et les principaux axes des relations commerciales1. La Touraine fut la seule province de la généralité de Tours à rester presque à l’abri des troubles qui embrasèrent Maine et Anjou ; le coup de main des Vendéens sur Chinon en juin 1793 fut l’occasion d’une belle panique mais resta sans conséquences. Le clergé lui-même ne manifesta pas une grande hostilité aux premiers actes de la Révolution puisque 59 % des curés et vicaires prêtèrent le serment constitutionnel2.

2Pourtant, sur les trois principales demandes exprimées dans les cahiers de doléances, deux n’ont pas reçu de réponse satisfaisante et la troisième n’a été qu’incomplètement exaucée. Dans les cahiers ruraux, au style sans uniformité mais au ton plus souvent plaintif que revendicatif, sont partout dénoncées, comme il a déjà été dit, l’emprise de la propriété « foraine », la lourdeur des impôts royaux et dans une moindre mesure, l’iniquité des droits féodaux et seigneuriaux ; ces derniers sont particulièrement attaqués en Lochois et dans la région d’Amboise où la fermeture des forêts et l’interdiction du droit de chasse sont mal supportées. Ces textes expriment envers les bourgeois de Tours et les « ordres privilégiés »défiance et ressentiment. Les paysans, qui généralement demandaient non la suppression mais la possibilité du rachat des droits seigneuriaux, obtinrent partiellement satisfaction en août 1789. Par contre, la vente des biens nationaux ne fit que renforcer la propriété non-paysanne et si l’impôt changea de nom, son poids ne fut pas allégé.

  • 3 E. MIREAUX, (Une province au temps du grand roi. La Brie, p. 312-341

3Par nature même, les cahiers de doléances donnent une vision misérabiliste des campagnes qu’il est facile d’accepter. L’étude de la société rurale faite à partir des rôles de taille d’Amboise montre qu’il existe une grande diversité de situations professionnelles et matérielles et que les paysans démunis sont nombreux, ce que confirment l’importance de l’endettement paysan et la modicité des actifs contenus dans les inventaires après décès. Mais il existe une « élite »de laboureurs, capables par exemple de prendre en charge les grosses exploitations ecclésiastiques, même si leur puissance est à cent coudées en dessous de celle des grands fermiers de Beauce, de « France »ou de Brie3.

  • 4 J.-M. GOUESSE, « La femme et la formation du couple en France à l’époque moderne », Actes du colloq (...)

4En dehors de la disparition des droits seigneuriaux, les réformes décidées en août 1789 puis les modifications successives apportées au droit de la famille ne provoquèrent pas de grands changements dans les campagnes où l’on pratiquait déjà le partage égalitaire des successions; selon les règles de la coutume de Touraine, les filles étaient traitées à l’égal des garçons dans les partages successoraux et leur dot n’affaiblissait pas le patrimoine puisqu’elles en devaient le rapport à la succession avant le partage4. D’ailleurs les cahiers de doléances contiennent très peu de remarques sur ce thème, si ce n’est la constatation de la difficulté d’assurer la subsistance à de nombreux enfants. La vie familiale et sociale que les campagnes connaissaient était déjà profondément marquée par l’individualisme et la précocité des ruptures dans l’existence. Les gens âgés souhaitaient vivre de façon indépendante et prenaient des dispositions en conséquence. Quand un paysan, homme ou femme, se sentait trop vieux ou « caduc », il « achetait »en quelque sorte, par la cession de ses biens, la pension viagère que lui versaient ses enfants et dont il faisait établir une liste détaillée dans l’acte notarié « d’abandon de biens ». Dans le cadre de groupes humains qui n’imposent le plus souvent ni contraintes ni pratiques communautaires, le partage des tâches utiles pour faire face aux nécessités de l’existence donne à chaque membre une réelle autonomie à l’intérieur d’unités de vie réduites à la famille conjugale.

  • 5 Les journaliers migrent sans doute plus loin, mais les départs restent exceptionnels : malgré l’ouv (...)

5Les patrimoines sont alors sans cesse divisés ; la micropropriété paysanne prolifère, puis disparaît. La valeur économique du lot de chacun devient vite insignifiante et rend impossible pour un couple l’installation et la vie indépendante ; la reconstitution de la propriété par l’accumulation des héritages est plus difficile à cause de la légère baisse de la mortalité. La solution n’est pas trouvée dans l’association et les formes de vie communautaires ne sont pas recherchées ; la famille de type nucléaire l’emporte très largement. Le recours à l’achat ou à la location de parcelles permet progressivement parfois de reconstituer une exploitation viable et adaptable en fonction des besoins du ménage mais le plus souvent l’exploitation de ces terres n’est que l’une des multiples activités exercées. La faiblesse de la propriété paysanne explique les multiples déplacements des ménages, qui sont moins le fait des journaliers que des laboureurs à la recherche d’une exploitation5. Tout en étant enracinées dans leur région, ces familles sont ouvertes sur leur milieu géographique et social.

  • 6 G. REVERDY, Atlas historique des routes de France, p. 76-77 (reproduction de la carte des grandes r (...)
  • 7 G. ARBELLOT, « La grande mutation des routes en France au milieu du xviiie siècle », AESC, 1973, n° (...)
  • 8 Elles ont cependant permis une plus rapide transmission des nouvelles et le travail de l’Intendant (...)

6Cette micro-mobilité ne doit pas grand chose au développement des routes royales, construites avec le travail ou l’argent des paysans ; celles-ci ouvrent les axes nord-sud qui manquaient dans le centre de la province et, associées au réseau fluvial, elles assurent une espèce de quadrillage de voies de communication susceptible de faciliter les échanges. Pendant longtemps le cœur de la province avait été ignoré par la grand route venant de Paris, puisque la vieille route de poste vers l’Espagne traversait la Loire à Amboise et gagnait Poitiers en passant par Bléré, Loches et La Haye6. Au xviiie siècle, dans la généralité de Tours, au contraire de ce qu’ils firent dans le reste de la France, les ingénieurs des Ponts et Chaussées ne reprirent pas la route de poste et construisirent en direction de l’Espagne une toute nouvelle chaussée qui venant de Château-Renault traverse la province en passant par Tours. Le réseau ayant été complété vers Le Mans et Loches, Tours devint un véritable carrefour de communication où se croisaient la voie d’eau et les routes terrestres; ses échanges avec Château-Renault ou Montbazon, et donc son approvisionnement en grains, furent sans doute facilités. On ne peut cependant pas dire qu’ainsi la Touraine fut tirée d’un isolement qu’elle ne connaissait en fait pas7 ; elle fut mise en relation plus aisée avec les provinces voisines, mais celles-ci ne faisaient pas partie du même ensemble administratif qu’elle8 et étaient plutôt ses rivales lors des années difficiles pour l’achat de grains.

  • 9 A.D. I. et L., C 894. Des paroisses rurales comme celle de Sublaines se plaignent aussi des conséqu (...)

7Ces routes traversent en étrangères une province qui se trouve simplement sur le passage de la route d’Espagne et dont l’économie ne peut alimenter une grande activité commerciale %: A. Young a vu en Touraine les plus belles routes de France, mais elles étaient vides... Elles n’ont sans doute même pas provoqué un très fort accroissement de l’errance, le faible effectif des vagabonds et mendiants arrêtés par la maréchaussée en témoigne car il ne tient pas uniquement à la médiocrité des moyens de répression. La Loire n’a pas joué un rôle important pour le développement de la province puisque les rapports commerciaux sont restés tout à fait traditionnels ; la principale denrée marchande, le vin, qui subit les fortes variations de la demande, s’écoule mal. Les métiers du transport sont d’ailleurs peu représentés dans la population tourangelle ; les villages qui abritent de grosses communautés de voituriers par eau sont localisés aux confins du Blésois ou de l’Anjou, et Tours elle-même tire moins de ressources de la présence du fleuve que Blois ou Orléans. Les échanges avec Nantes restent particulièrement médiocres ; Tours ne vit s’installer ni raffinerie de sucre ni indiennerie. Les chantiers routiers ignorent les voies secondaires, les plus utiles pour les paysans, et ont sans doute même eu des effets négatifs pour l’est de la province en bouleversant les courants d’échanges traditionnels9. L’existence des principales villes n’en fut pas transformée et leurs activités, qui assuraient à peine leur maintien, ne connurent aucun développement. Leurs habitants restent attirés par la propriété foncière où ils trouvent profit et considération sociale, sans compter l’agrément des séjours à la campagne qui leur permet de croire qu’ils vivent selon les façons à la mode. Les risques des placements financiers sont presque toujours limités aux constitutions de rente.

  • 10 F. FURET et J. OZOUF, Lire et écrire ; l’alphabétisation des français de Calvin à Jules Ferry, p. 6 (...)
  • 11 A Bléré, les hommes ayant signé leur acte de mariage sont 21 % et les femmes, 17 %. Mais à Saint- B (...)
  • 12 R. CHARTIER, M.-M. COMPÈRE et D. JULIA, L'éducation en France du xvie au xviiie siècle, p. 17 et 43 (...)
  • 13 Pourtant en décembre 1752, une assemblée générale de ce gros bourg artisanal qui comptait 379 feux (...)

8Dans les campagnes, le vide scolaire est patent %: les écoles de campagne sont très rares et quand elles existent, elles ont une vie précaire. En témoigne le très fort taux d’analphabétisme des campagnes tourangelles %: à la fin du xviiie siècle, d’après l’enquête de Maggiolo, en Touraine, 20 à 30 % des hommes et moins de 20 % des femmes sont capables de signer leur acte de mariage10. Mais cette moyenne cache des taux encore plus faibles pour les paroisses rurales, en particulier si elles ne sont pas viticoles %: toutes les monographies ont mis en évidence des fréquences relatives qui atteignent à peine 20 % pour les garçons et 10 % pour les filles et les dépassent de peu dans les communautés viticoles, plus ouvertes au commerce11. Cette situation s’est maintenue longtemps %: au début du xixe siècle, si l’on en croit la carte du baron Dupin sur la scolarisation des jeunes garçons, l’Indre-et-Loire est à l’avant-dernière place... Les jeunes acquièrent les techniques de travail, d’ailleurs peu complexes, par l’observation et l’imitation ; la formation et l’éducation sont assurées par la famille et le groupe social, qui favorisent donc la « reproduction ». Dans tous les gros villages qui sont nombreux en Touraine, quelques individus, notaires ou officiers seigneuriaux, suffisent à répondre aux besoins en écriture ou en lecture et permettent la diffusion des nouvelles mais n’assurent pas la pénétration des idées neuves. Les paysans ne ressentent pas le besoin de l’école ; comme dans beaucoup d’autres paroisses rurales12, les problèmes religieux et « intellectuels »occupent peu de place dans les cahiers de doléances ; dans les paroisses au nord de la Loire la demande d’une création n’est formulée que par les habitants de deux gros bourgs, Luynes et Château-Renault13 ; c’est dans le district de Preuilly qu’elle est la plus fréquente %: cinq communautés sur 22 souhaitent voir l’instruction se répandre.

9Les décennies 1770 et 1780 ont sans doute été plus difficiles pour certains paysans que le début du xviiie siècle, qui a pourtant connu les malheurs de la fin du règne de Louis XIV; à cette dernière date, les bons locataires, stables et payant bien, sont difficiles à trouver et les propriétaires doivent faire des concessions. Au contraire, à l’autre bout du siècle, l’augmentation de la rente foncière prouve que les paysans ont dû subir la volonté des propriétaires; l’essor démographique qui reprend légèrement après les mauvaises années de la décennie 1740 amène, quelque trente ans plus tard, de plus nombreux couples à rechercher des exploitations en location alors que l’effectif de celles-ci ne change guère. Quelques propriétaires laïques comme Choiseul ont tenté la politique qui consistait à diviser les grands domaines pour répondre à la demande et à en tirer un plus grand profit, procédé qui n’était pas sans risque étant donné la faiblesse des moyens des paysans et qui poussait encore à l’accentuation de l’individualisme. Quant aux propriétaires ecclésiastiques qui détenaient les plus vastes domaines, ils n’ont pas adopté le même type de gestion et ont préféré, en cas de difficulté, utiliser le faire-valoir direct. La croissance du profit tiré de la terre par les propriétaires se fait grâce à la violente hausse des prix, qui attire l’attention sur la décennie 1765-1774, et n’est pas la conséquence d’une politique de progrès agronomique; toutes les formes de fermage ont permis d’en tirer un parti d’autant plus élevé que les pratiques occultes d’augmentation des loyers se sont développées. Cette évolution est aussi sans doute à l’origine d’une hausse du prix de la terre et d’une « réaction seigneuriale »; cette dernière a provoqué une remise en ordre des titres seigneuriaux destinée à permettre la perception plus attentive de certains droits seigneuriaux, comme les lods et ventes, qui avaient retrouvé une valeur financière réelle.

  • 14 Dans ce domaine, il semble que le rôle de l’élevage soit trop souvent négligé : en l’absence d’acti (...)
  • 15 Cet obstacle des conditions naturelles a pu être en partie vaincu au xixe siècle ; mais elles prenn (...)

10La petite exploitation semble avoir empêché le développement d’une agriculture à bons rendements en céréales commercialisables et à forte productivité, alors que les principes même de « l’agriculture à la flamande »étaient connus, par exemple en Chinonais qui, habité pourtant par une population mieux nourrie qu’ailleurs, a été la région la plus touchée par les graves épidémies des années 1775-1783, preuve que les problèmes d’hygiène et de qualité de l’eau gardent toute leur force mortifère. Dans le cadre de structures « éclatées », les paysans ont réussi à subvenir à la plus grande partie de leurs besoins grâce à leur « industrie »et à vivre en auto-subsistance14 mais non en autarcie. On ne peut cependant pas négliger en Touraine le handicap des conditions naturelles réellement défavorables et qui ne pouvait être vaincu dans les conditions techniques du xviiie siècle15. La vie est difficile pendant tout le xviiie siècle %: toute « rémission »dans la conjoncture économique et démographique entraîne l’augmentation de la population alors que les structures sociales restent traditionnelles. Cependant des idées et des comportements nouveaux se diffusent. Si les paysans expriment envers les « bourgeois »et les « privilégiés »défiance et ressentiment, ils savent aussi que dans la ville réside aussi leur principal défenseur, l’intendant ; en Touraine, la tâche prioritaire de ce dernier — toutes personnalités confondues - n’est plus d’abord d’obtenir le paiement de l’impôt mais, dans l’obéissance au roi et malgré des moyens financiers très limités, d’apporter protection et secours aux ruraux tout en tentant d’ouvrir la voie au progrès agricole.

  • 16 En mars 1789 l’Assemblée de la noblesse de Touraine déclare aussi accepter l’égalité devant l’impôt (...)
  • 17 Les comportements démographiques, le fonctionnement des communautés d’habitants et des paroisses, l (...)

11Lorsque pour répondre à l’enquête lancée par la commission intermédiaire de l’assemblée provinciale, les habitants de la paroisse Saint-Jean de Langeais rédigent un long texte, ils affirment que « la justice et l’égalité exigent à l’envie que l’assiette [des impôts] ait pour base des proportions [établies] sur les facultés individuelles ». L’impôt du vingtième a pu leur servir d’exemple pour l’impôt tel qu’ils le souhaitaient. L’action réformatrice de l’intendant et de ses subdélégués qui sont encore trop mal connus, a suscité espoirs et idées. Dans les esprits, les idées de justice et d’égalité, même si cette dernière est entendue d’abord comme égalité devant l’impôt16, font des progrès. La dernière décennie du xviiie siècle connaît des taux de natalité dont le bas niveau ne peut s’expliquer uniquement par les conséquences des événements révolutionnaires ; la diminution du nombre des naissances a commencé avant 1789 %: le « modèle »de la famille conjugale réduite s’affirme encore plus nettement. Tout au long du xviiie siècle, les modalités de l’évolution démographique, de la vie familiale et de la production économique semblent se reproduire à l’identique ; en réalité, les campagnes sont le théâtre d’innombrables transformations, endogènes et souvent à peine perceptibles. Dépourvus de vrais moyens d’action, en dehors de la violence, sur les conditions économiques et financières de leur existence, les paysans transforment, de façon de plus en plus volontaire, leurs conduites et leurs comportements17.

Notes

1 G. LEFEBVRE La Grande Peur de 1789, p. 192-193.

2 P. BOIS, « Révolution et contre-révolution », Histoire des pays de la Loire, p. 346. L’archevêque de Tours, Mgr de Conzié, refusa le serment et émigra.

3 E. MIREAUX, (Une province au temps du grand roi. La Brie, p. 312-341

4 J.-M. GOUESSE, « La femme et la formation du couple en France à l’époque moderne », Actes du colloque de l’association des historiens modernistes 1984, bulletin n° 9, 1985, p. 5-28.

5 Les journaliers migrent sans doute plus loin, mais les départs restent exceptionnels : malgré l’ouverture de la route d’Espagne et en dépit des difficultés économiques de Tours, on trouve moins d’une trentaine d’habitants de cette ville qui se soient mariés à Bordeaux entre 1737 et 1791 (J.P.POUSSOU, Bordeaux et te Sud-Ouest au xviiie siècle, carte 13). Il manque une étude sur l’immigration à Nantes qui a sans doute accueilli davantage de Tourangeaux.

6 G. REVERDY, Atlas historique des routes de France, p. 76-77 (reproduction de la carte des grandes routes de la généralité de Tours par Poictevin). En 1712, la route garde le souvenir des travaux de réparations des chaussées et des ponts réalisés à l’occasion du passage du « roi d’Espagne ».

7 G. ARBELLOT, « La grande mutation des routes en France au milieu du xviiie siècle », AESC, 1973, n° 3, cartes 5 et 6. De 5 jours en 1765, la durée du trajet Paris-Tours passe à 2 en 1780.

8 Elles ont cependant permis une plus rapide transmission des nouvelles et le travail de l’Intendant a dû s’en trouver facilité.

9 A.D. I. et L., C 894. Des paroisses rurales comme celle de Sublaines se plaignent aussi des conséquences du détournement du trafic « qui porte un grand préjudice à l’exportation des grains ».

10 F. FURET et J. OZOUF, Lire et écrire ; l’alphabétisation des français de Calvin à Jules Ferry, p. 60 ; les renseignements manquent pour la période 1686-1690. En 1793, 75 à 85 % des cartes de civisme ont pu être signées (cf. A. BLUM, « L’alphabétisation aux xviiie et xixe siècles : l’illusion parisienne% ? », Population, 1985, n° 6, p. 945). Les villes ont sans doute été plus largement prises en compte que dans d’autres départements.

11 A Bléré, les hommes ayant signé leur acte de mariage sont 21 % et les femmes, 17 %. Mais à Saint- Benoît, les fréquences sont respectivement de 10,5 et 2,5 ; en Chinonais, dans deux villages elles sont de 10 à 15 pour les hommes et de 3 pour les femmes pour lesquelles elles baissent au cours du siècle ; à Seuilly où a peut-être existé un maître d’école, elles atteignent 17,5 et 10,5. Langeais (507 feux en 1789) à une école et envisage, en 1787, d’ouvrir une école de latin (A.D.I. L., C 893)

12 R. CHARTIER, M.-M. COMPÈRE et D. JULIA, L'éducation en France du xvie au xviiie siècle, p. 17 et 43. Selon le baron Dupin, on compte un garçon scolarisé pour 249 habitants.

13 Pourtant en décembre 1752, une assemblée générale de ce gros bourg artisanal qui comptait 379 feux en 1740, avait décidé de créer une petite école considérée comme « indispensable »par les habitants « intéressés par rapport à leurs enfants » ; le maître devait recevoir 150 lt par an, payées par les habitants « au marc la livre de la taille ».

14 Dans ce domaine, il semble que le rôle de l’élevage soit trop souvent négligé : en l’absence d’activités artisanales, c’est la vente des produits animaux qui fournit l’argent liquide.

15 Cet obstacle des conditions naturelles a pu être en partie vaincu au xixe siècle ; mais elles prennent actuellement leur revanche : depuis quelques années le département d’Indre-et-Loire est l’une des régions françaises les plus touchées par le retour à la friche.

16 En mars 1789 l’Assemblée de la noblesse de Touraine déclare aussi accepter l’égalité devant l’impôt à condition que ses privilèges sociaux soient respectés.

17 Les comportements démographiques, le fonctionnement des communautés d’habitants et des paroisses, les structures sociales font l’objet de chapitres qui peuvent être lus dans la version intégrale de la thèse.

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search