Version classiqueVersion mobile

Les campagnes de Touraine au XVIIIe siècle

 | 
Brigitte Maillard

Troisième partie. Circulation et distribution des richesses

Chapitre 14. La réponse des marchés.
II - Les prix au temps de la monnaie stable

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

II - Les prix au temps de la monnaie stable

  • 1 Voir stat. n° 3 à 13 et graph. 5 à 12.

1La stabilité monétaire acquise en 1726 donne une lisibilité plus grande aux courbes des prix ; mais ces derniers étant les seules données chiffrées sérielles disponibles il reste toujours difficile d’expliquer leur signification économique et sociale. Les prix des principales céréales sont connus pour le marché de Tours de 1701 à 1790 et pour celui de Montrésor de 1750 à 1791. Certaines conditions régionales sont favorables à une augmentation des prix : essor démographique limité mais réel, faible accroissement de la production agricole, application de la politique physiocratique de liberté du commerce. Si l’on étudie le trend des prix du froment à partir des moyennes mobiles centrées calculées sur treize termes des débuts de la monnaie stable jusqu’à la fin des relevés, c’est-à-dire entre 1726 et 1789, la hausse générale se dessine clairement et peut être évaluée à 75 %. Cette évolution, qui ne contredit en rien celle qui est connue pour l’ensemble de la France depuis les travaux d’E. Labrousse, se décompose en trois grandes phases : entre 1726 et 1764 un démarrage lent et difficile en deux temps, puis une brutale progression pendant dix ans et enfin une sensible stabilisation qui connaît même une amorce de décrue ; mais l’interruption des relevés réguliers sur les marchés empêche que soit étudiée la suite de l’évolution au delà de 1790. La constatation de la hausse des prix ne doit pas faire oublier qu’elle est tardive (vers 1760 ils en sont encore au niveau de 1735, malgré l’ampleur des fluctuations connues par la courbe annuelle entre 1735 et 1755) et très limitée dans le temps : une décennie.

Évolution du prix des céréales à Montrésor entre 1750 et 1789

Évolution du prix des céréales à Montrésor entre 1750 et 1789

Évolution indicielle du prix du froment à Tours entre 1726 et 1789 (en livre t. par setier mesure de Tours ) (1771-1789 : base 100).

Évolution indicielle du prix du froment à Tours entre 1726 et 1789 (en livre t. par setier mesure de Tours ) (1771-1789 : base 100).

I - La hausse lente (1726-1764)

2Entre 1725 et 1764 s’observent sur la courbe des prix annuels trois cycles décennaux en « arceaux boiteux »que l’on retrouve sur celle de la tendance longue : à trois reprises (1725-1735, 1735-1745, 1745-1754) il se produit une croissance lente, suivie d’une retombée partielle ; en 30 ans ainsi se placent trois maxima et trois minima dont chacun est inférieur au suivant. De 1754 à 1762 on observe une phase de stabilité, légèrement croissante, des prix et c’est en 1762 que s’amorce l’accélération de la hausse.

1 - Le calme des prix

  • 2 En septembre 1732, le setier de seigle vaut 6 lt, un an plus tard il est à 9 lt ; en septembre 1734 (...)

3Après la cherté de 1724-25, la retombée est brutale. Commence alors un des deux épisodes de calme des prix qui apparaissent entre 1726 et 1789 ; il dure une décennie et est interrompu, sans conséquence, en 1730-31. La courbe des prix du setier de froment à Tours reste presque horizontale, que l’on se place dans le cadre de l’année civile ou dans celui de l’année-récolte, les prix ne variant presque pas d’un mois sur l’autre. Malgré quelques incidents climatiques graves comme l’hiver de 1729 qui est très froid, il n’y a aucune catastrophe semblable à celles qu’avait connues le début du siècle, même si la population subit de nombreuses maladies épidémiques. Seule l’année-récolte 1730-31 est marquée par une hausse ; nous ne savons rien des circonstances météorologiques, mais les inquiétudes sur l’état des récoltes ont dû commencer quand les promesses des moissons ont été mieux connues en juin : les prix passent de 10 1. 15 s. en moyenne au premier semestre de 1730 à 151. 10 s. au second, soit environ 50 % de hausse, et ils restent élevés de novembre 1730 à juillet 1731 ; mais entre les deux années-récolte 1728-29 et 1730-31, la hausse est de 33 % seulement. Dès le printemps de 1732, la retombée est rapide et totale : la hausse est effacée et les prix passent en dessous de 10 lt le setier. Les principaux événements de 1733 et 1735 ne sont pas dus à la guerre de succession de Pologne mais à deux graves crues de printemps. Les cultures spécialisées des varennes, les blés et les foins sont perdus. Seul le prix du seigle subit les conséquences des destructions opérées : à Tours, entre septembre 1732 et la saint-Michel 1733, il augmente de 50 %, puis retombe ; dans l’année 1734-1735, il croît de 60 %2 ; ceux du froment restent tout à fait stables. La demande régionale n’augmente sans doute globalement pas, la population croissant peu ; mais à cause de la cherté une tension se lit pour le seigle.

2 - Crises et désordre des prix dans la décennie 1740

  • 3 Voir stat. 6 et 7.

4Une période de turbulences se place entre 1737-38 et 1741-42 puis entre 1747-48 et 1751-523 et elle explique en partie l’orientation à la hausse prise par la courbe du mouvement long en 1742. En 1738 commence une nouvelle série de mauvaises récoltes ; elles se succèdent de 1738 à 1752, avec une accalmie de 1743 à 1746. Les poussées de prix sont couplées, les deux épisodes étant séparés par une très profonde retombée qui témoigne sans doute de l’abondance des récoltes (le setier de froment à Tours est à 8 1. 12s., un « plancher »jamais atteint depuis 1726). Les écarts cycliques les plus marqués sont modérés ; les prix ne doublent pas : entre 1736-37 et 1738-39 l’augmentation est de 70 %, entre 1745-46 et 1747-48 de 87 %. La cherté observée en 1747-48 et 1748-49 est redoublée et aggravée en 1751-52 et 1752-53 ; c’est la dernière grande poussée des prix avant la flambée de 1770 ; elle occupe l’année-récolte 1751-52 et le premier semestre de 1752-53. L’augmentation est brutale : entre les années récolte 1750-51 et 1751-52, le froment passe de 12 1. 9 s. à 23 1. 8 s., soit une hausse de 87,6 % ; cette dernière est moins forte que dans l’épisode précédent de cherté en 1747-48 mais elle se produit en une seule année. La récolte de 1753 a cependant suffi à amorcer la baisse et dès 1753-54, les prix sont inférieurs de 44 % à ceux de 1751-52 ; ils continuent ensuite de baisser : la courbe de longue durée des prix devient horizontale.

Écarts cycliques des prix du froment sur le marché de Tours

Écarts cycliques des prix du froment sur le marché de Tours
  • 4 O. MARCAULT, Le diocèse de Tours, t. Il, p. 234, lettre de l’archevêque de Tours au cardinal Fleury (...)
  • 5 Toute l’Europe est alors touchée par ce froid intense ; l’été fut très tardif ; la grippe pulmonair (...)

5En 1738, la récolte de grains est insuffisante. La disette est particulièrement grave dans les campagnes : « La plupart des habitants de la campagne n’avaient pour toute nourriture que des choux qu’ils faisaient cuire avec un peu de beurre, d’autres ont mangé des glands pendant quelques jours faute de légumes ». La récolte de 1739, « quoique assez bonne pour les blés, doit être regardée comme très mauvaise, n’y ayant eu ni vins, ni fruits, ce qui fait le principal revenu de ce pays »4, remarque intéressante qui montre de quels secteurs sont tirés les revenus monétaires. La misère est aggravée par les grands froids de l’hiver de 17405 et dans la vallée de la Vienne par une inondation catastrophique. Un répit est amené par la récolte de 1741, médiocre, et celle de 1742, convenable malgré un mois de juin trop sec : entre 1741-42 et 1743-44, les prix sont divisés par 2 et retombent très bas. Cette période 1738-1742 est difficile dans toute la France atlantique jusqu’alors relativement épargnée par les catastrophes et qui connaît en même temps poussées de mortalité et cherté. Entre 1743 et 1747, les prix passent par une phase de dépression malgré la reprise de la guerre en 1742 ; à 8 1. 12 s. en moyenne en 1743-44 et 1744-45, ils sont même au niveau le plus bas de la période comprise entre 1726 et 1789 ; on comprend les difficultés éprouvées par tous les vendeurs de céréales.

Cherté à Tours entre 1737 et 1742 (en livres t. par setier de froment mesure de Tours)

Cherté à Tours entre 1737 et 1742 (en livres t. par setier de froment mesure de Tours)

6Le calme des prix à un niveau modéré, observé depuis 1726-27, s’est donc achevé en 1738-39 ; l’effet psychologique de cette hausse a dû être d’autant plus fort que le souvenir des chertés s’était estompé pendant la longue période précédente. L’afflux habituel des pauvres vers les villes se produit en 1739 sans que se développent de désordres. Autour de 1740 l’ouest de la province a été plus troublé, surtout au printemps de 1739. À ce moment-là entre en vigueur l’arrêt du conseil d’État en date du 19 mai 1739 confiant à la maréchaussée la connaissance « des séditions, émotions et attroupements qui pourraient survenir à l’occasion des blés et autres grains »; en 1740 et 1741, elle traite deux dossiers de vol et de « sédition et pillage »de blé.

  • 6 Sauf indications contraires, ces dossiers ont fourni toute la documentation des paragraphes suivant (...)

7À partir de 1746, les archives sont mieux fournies grâce aux dossiers des « états pour le militaire »ou des « états des récoltes »6. La succession de printemps pluvieux et froids en 1746, 1747 et 1748 provoque une récolte médiocre puis deux mauvaises, pour presque toutes les productions. De plus les relations internationales deviennent plus tendues et la guerre qui a repris en 1744 a des conséquences fiscales. En 1747 les récoltes (seigle, « potages ») destinées à la consommation régionale sont inférieures à « l’année commune »mais surtout il y a sous-production pour toutes les denrées qui font l’objet d’un commerce important : le froment a été atteint par le « noir », la vigne a coulé et promet entre le quart et la moitié d’une récolte normale ; mais le Richelais essuie sans doute la troisième mauvaise année consécutive pour la production d’eau-de-vie qui est un bon objet de commerce ; les stocks sont faibles (on peut donc espérer un relèvement des cours). Plus grave est la disette de fruits et en particulier de noix dans les élections d’Amboise, Chinon, Loudun et Richelieu.

  • 7 A.D. I. et L., C 100.
  • 8 Ce traitement privilégié est peut-être dû à l’intervention de l’archevêque qui demanda ces secours. (...)

8Le printemps de 1748 connaît une « soudure »très difficile ; la récolte de 1747 est épuisée longtemps avant que soit faite la moisson suivante. Le prix du froment monte à des niveaux élevés, mais encore inférieurs à ceux des années autour de 1740. D’après la répartition du riz distribué alors7, les quatre élections proprement tourangelles ont le plus souffert8. Les subdélégués brossent pour la récolte de 1748 à peu près le même tableau et donnent l’impression que tous les accidents climatiques possibles se sont accumulés. La récolte s’annonçait bien mais brouillards et pluies de fin mars-début avril abîmèrent les gros blés dans toutes les élections et gênèrent les semailles de menus ; au printemps, la grêle toucha les vignes et au début de juillet, les pluies provoquèrent des inondations. Puis vint une forte chaleur qui grilla menus et légumes dont la récolte est précieuse dans les vallées. Les récoltes furent donc mauvaises pour toutes les productions sauf les seigles des varennes. Le bilan général est celui d’une récolte qui produit le double, ou un peu plus, de la semence. De plus, en Richelais et dans les provinces proches où la Touraine s’approvisionne, une épizootie touche particulièrement bœufs et veaux qui deviennent rares sur les marchés.

Cherté à Tours entre 1747 et 1753 (en livres t. par setier de froment mesure de Tours)

Cherté à Tours entre 1747 et 1753 (en livres t. par setier de froment mesure de Tours)
  • 9 A.D. I. et L., C 94, lettre de Du Cluzel datée du 5 mars 1766.
  • 10 A.D. I. et L., E 73, f° 85 r°.
  • 11 A.M. Tours, BB 76 n°66, P 50 v° et 51 r°.
  • 12 A.D. I. et L., C 63, lettre de décembre 1752.

9Tous les témoignages sur la récolte de 1751 s’accordent : elle est « presque totalement manquée »et « la disette de blé fut telle que l’on fut obligé de [...] distribuer du riz dans la campagne et de fournir même au laboureur jusqu’à la semence qui lui manquait »9. Les récits sont identiques dans toute la province ; le curé de Savigny parle « d’une cherté et une misère très grandes ». Cuisnier écrit dans son livre de comptes : « L’année 1751 a été une des plus mauvaises qu’on ait vues. La récolte manqua totalement. Il n’y eut ni blé ni menus grains ni pois ni fèves très peu de vin et de mauvaise qualité. On fut obligé de faire venir des blés de Hollande et pays étrangers »10. Le corps de ville de Tours prit le 9 octobre 1751 des mesures pour assurer l’approvisionnement11. Pendant l’hiver et le printemps 1752, le setier de froment reste proche des 25 lt à Tours. La disette paraît avoir été plus grave encore dans le Maine. La récolte de 1752 est un peu moins mauvaise, sauf pour le foin et surtout l’avoine qui sont partout aussi chers en été qu’en hiver, « à cause des intempéries du printemps »12 ; c’est pourquoi le prix des rations pour l’armée est très élevé.

  • 13 A.D. I. et L., G 491. Le fermier donne la valeur globale des différentes denrées qu’il perçoit mais (...)

10Les comptes présentés par le fermier de la prévôté de Restigné qui appartient au chapitre Saint-Martin, disponibles pour la période entre 1751 et 1755, offrent des chiffres précieux même si les quantités concernées sont minimes ; les fluctuations de la récolte de seigle peuvent être calculées13. Le fermier de Restigné a pu prélever les quantités qui figurent dans le tableau ci-après.

Produit en nature et en argent de la ferme des dîmes de Restigné entre 1751 et 1755

Produit en nature et en argent de la ferme des dîmes de Restigné entre 1751 et 1755

11Le prélèvement entre 1751 et 1754 est donc multipliée par 5,5 et le prix divisé par 3,5. L’ampleur des fluctuations des prix est donc moins forte que celle des quantités et dans ce cas la hausse de la production semble compenser, et au delà, la baisse des prix.

12Les récoltes de 1756 subissent les conséquences de la catastrophe des crues de l’automne 1755 qui s’aggravent dans l’hiver. Les grands ponts de Tours, endommagés, sont un temps interdits à la circulation et donc aux approvisionnements venant du nord de la province. Le résultat est dramatique dans les varennes en particulier : perte des récoltes de grands blés, destruction de nombreuses provisions de paille, foin et bois, dégâts aux bâtiments ; les conséquences en sont visibles sur la courbe de la mercuriale en juillet 1756. Dans les trois élections traversées par Loire et Cher, les sols furent détériorés pour longtemps.

3 - L’accalmie sur le front des prix et des troubles

  • 14 AD. 1. et L., R.P. Villaines.
  • 15 A.D. I. et L., C 41, « don gratuit »de 1758.
  • 16 A.D. I. et L., C 401, lettre de l’intendant Lescalopier à M. de Boullongne, à propos d’un rapport d (...)
  • 17 A.D. I. et L., C 63, lettre de l’intendant au maréchal de Belle-Ile, datée du 5 février 1760.
  • 18 S. KAPLAN, (Le pain, le peuple et le Roi, p. 77-81.

13Pendant une large décennie, entre 1753-54 et 1764-65, le prix moyen du froment à Tours est tout juste à 13 lt, il passe de 13 1. 6 s. à la fin de la décennie 1750 à 12 1. 8 s. entre 1760-61 et 1764-65 ; l’écart entre minimum et maximum cycliques est de 39 %. La courbe des prix annuels connaît une période de calme relatif qui n’est pas sans rappeler les années qui suivent la stabilisation de la livre tournois et qui dure une décennie entre 1754-55 et 1764-65 malgré quelques poussées de fièvre saisonnières comme en 1758 ; la brutale hausse qui se place entre juin 1751 et juin 1753 ne semble pas avoir provoqué d’agitation sur les marchés, alors qu’au printemps de 1758 se déroulent de graves troubles dans l’extrême sud de la Touraine, aux confins du Poitou. Depuis 1755, le prix du blé augmente régulièrement (la hausse est de 30 % à Tours entre 1755 et 1758) et connaît une brutale pointe sans suite à la fin d’avril 1758 ; les prix montent de 19,6 % entre 1757-58 et 1758-59 ; mais cette hausse ne s’inscrit pas dans un contexte de vraie cherté. Les causes en sont claires : les inondations de l’automne 1755 et de l’hiver 1756 ont causé des dommages durables dans les varennes, tandis que l’année 1758 vit le 17 avril les plus fortes gelées connues de mémoire d’homme à l’époque14. On ne recueillit de vin nulle part en Touraine ; à Montlouis, Bléré, Saint-Ouen, les habitants ne firent aucune récolte et il fallut replanter une grande partie des ceps tués par le froid15. La disette de vin fit cesser le commerce et entraîna la consommation de « boissons aigres et corrompues », auxquelles on imputa la multiplication des épidémies durant l’automne et l’hiver16. Les foins furent à nouveau gâtés par la sécheresse en 1759 puis de nouvelles inondations en 1759-1760, en particulier dans l’élection de Chinon ; ces événements ont « forcé tous les habitants de ces cantons de nourrir leurs bestiaux à l’étable »17. La vendange fut alors abondante (par exemple en Loudunais) mais se vendit mal. Au début de la décennie 1760 quelques intempéries firent souffrir les prés et la vigne, mais pas les céréales : en 1761, la récolte de celles-ci est bonne puisqu’elle atteint et dépasse presque partout le niveau de « l’année moyenne ». Les « états des récoltes »fournis par les subdélégués et complets entre 1761 et 1765 montrent que les années qui précèdent 1763-1764 passent pour avoir été bonnes ; elles connaissent en effet des prix bas. Ce fait a pu encourager le gouvernement à prendre les mesures véritablement révolutionnaires18 de la libéralisation du commerce des grains. Mis à part celui de Tours particulièrement critique et pessimiste puisque, selon lui, sur les cinq années 1761-1765 pas une n’atteint « l’année commune », les cinq autres subdélégués ont de très nettes convergences d’appréciation sur les récoltes.

Avis sur « l’état des récoltes »entre 1761 et 1763

Avis sur « l’état des récoltes »entre 1761 et 1763

4 - Le mouvement cyclique de 1726 à 1764

14L’année-récolte telle qu’elle est parfois décrite avec sa baisse des prix après la récolte et sa montée, plus ou moins précoce, au printemps en fonction des estimations de récolte, n’existe que très rarement au xviiie siècle. Très souvent, dans ces circonstances, la récolte ne provoque aucune diminution des prix et c’est même plutôt à ce moment qu’ils augmentent : entre 1727 et 1788, dans 31 cas, soit un sur deux, les prix du second semestre de l’année civile sont plus élevés que ceux du premier et ils baissent un peu dans le second semestre de l’année-récolte. Par exemple en 1762 et 1763, le froment augmente en juillet puis reste stable, diminue en janvier et février 1763 et re-augmente en juillet et août. Dans un tiers des années étudiées, le prix est en septembre inférieur à celui d’août, mais dans 63 % des cas, il remonte en octobre et dans 16 %, il reste stable : la récolte ne provoque donc aucun effondrement des coûts et les achats de semences pèsent sur les prix à l’automne.

15Dans les années de relative pénurie qu’a connues la période, c’est souvent à partir du moment où se fait la récolte que la hausse se produit : de juin 1751 à février 1752, elle atteint 86 % (de 13 1. 10 s. le prix monte à 25 1. 3 s.) ; de juin à novembre 1765, elle est de 44 % (le prix passe de 14 1. 8 s. à 20 1. 15 s.). Dans d’autres cas, si la hausse est déjà commencée avant la récolte, celle-ci n’apporte aucun soulagement : ainsi la progression commencée en mars 1737 se continue avec régularité jusqu’en mai 1739 et si juillet 1739 renverse la tendance, un an plus tard juillet 1740 la relance.

16Les accidents majeurs de la courbe avant 1764 se situent dans la période de 1738 à 1741, puis de 1747 à 1752 ; à chaque fois la courbe présente deux pointes successives ; mais sur la courbe des indices, les poussées de 1748 et surtout de 1752 sont les plus nettes, si bien que la cherté de 1739- 1741 paraît en Touraine moins forte que celles de 1748 et de 1752. Le prix du setier de froment sur le marché de Tours évolue comme suit :

Prix du froment sur le marché de Tours entre 1746 et 1752

Prix du froment sur le marché de Tours entre 1746 et 1752

17Dans le cadre de l’année-récolte, la progression est encore plus forte puisque elle se produit surtout à partir de juillet 1751.

Évolution des prix par année-récolte entre 1745-46 et 1751-52

Évolution des prix par année-récolte entre 1745-46 et 1751-52

18Entre 1743-44 et 1764-65, à chaque retombée consécutive à une cherté, le niveau des prix reste supérieur à celui du creux précédent, sauf en 1754-55, comme si le mouvement de hausse de longue durée était déjà amorcé. De plus l’amplitude de l’augmentation cyclique s’est accrue : elle est de 70,6 % entre 1736-37 et 1738-39 et de 88 % entre 1750-51 et 1751-52. Cette évolution ne cesse pas et elle culmine avec la cherté de 1769-70 puisque entre 1764-65 et 1769-70, l’augmentation cyclique atteint 102,7 %.

II - Les bons prix (1765-1773) ?

  • 19 Sur la courbe du mouvement long calculé d’après les moyennes mobiles, le point d’inflexion est situ (...)

19La hausse de longue durée des prix démarre à Tours dès 1762, mais la courbe part d’un niveau bas et la véritable croissance débute en 1765. La seconde moitié de la décennie 1760 est occupée par une phase exceptionnelle d’augmentation : elle est de 67,8 % par rapport au début de la période ; mais la courbe des prix annuels ne connaît aucune régularité et reste hérissée de pics accentués. Les prix atteignent en 1772 un niveau élevé : entre 1761-62 et 1772-73 la progression est de 126,5 % ; puis la courbe prend une faible pente descendante à partir de la récolte de 1775 avant d’amorcer un léger redressement. Jusqu’en 1772 le « pari »des physiocrates peut paraître gagné : les cours augmentent fortement et presque régulièrement19 ; mais le coût social est élevé : de 1768 à 1774, des troubles graves agitent toute la province. La période de hausse réelle est brève : l’année 1773 casse le rythme. Le mouvement long s’infléchit et l’établissement du cycle interdécennal de baisse décrit par E. Labrousse se produit plus nettement même que pour l’ensemble français : en 1774, puis en 1779 et 1780, les prix du minimum cyclique sont inférieurs à ceux des deux minima précédents. Avant que ne se produise la grande poussée de 1789, la courbe connaît donc un creux net puis une remontée qui se situe en 1784 et 1785 mais qui reste incomplète. Après la baisse de 1787, c’est en 1789 que se produit la véritable envolée ; les niveaux de 1770 ou 1772 sont alors dépassés : le prix du froment à Tours en 1788-89 est supérieur de 12 % à celui de 1770-71. Ainsi apparaissent des fluctuations grossièrement décennales : de 1764 à 1774, la courbe dessine un dôme, de 1775 à 1790 une cuvette dont le bord droit est violemment redressé.

20Cette évolution est-elle le résultat de la politique économique du gouvernement et du développement du commerce dans le temps qui voit les physiocrates et leurs proches au pouvoir, ou bien retrouve-t-on à ce moment crucial la relation établie entre l’évolution des prix et le niveau des récoltes de céréales ?

1 - L’envolée

21Entre 1765-66 et 1776-77, en moyenne annuelle les prix restent à un niveau élevé et presque stable ; seules les années 1767 et 1771 connaissent une légère retombée. La courbe se présente en escalier : elle passe par un premier maximum en 1766-67, puis par un deuxième en 1769-70 et enfin en connaît un troisième en 1772-73. Ainsi, le minimum cyclique apparaît mal jusqu’à ce que la courbe retrouve des allures plus traditionnelles.

  • 20 A.D. I. et L., C 94, lettre du 5 mars 1766.
  • 21 AM. Tours, DD 23.
  • 22 A.D. I. et L., E supplément, Inventaire sommaire, R.P. Villaines 1766, p. 208.

22En 1764 et 1765 agissent, peut-être en sens inverse, les effets de la paix, la réforme de la législation sur le commerce des grains et le retour des mauvaises années. La hausse commence vraiment après la récolte en septembre 1765, sur de nombreux marchés20 ; elle n’est pas très violente malgré le caractère « révolutionnaire »de la nouvelle législation. Elle atteint, entre 1764-65 et 1765-66, plus de 57 % en un an ; le tournant se place à la fin de juillet puis en octobre 1765 à Tours ; il est un peu plus précoce à Montrésor. C’est donc le signe que la récolte de 1765 est jugée comme insuffisante ; elle marque bien la rupture : la hausse reste modérée en hiver et au printemps mais entre le 29 juin et le 20 juillet elle est de 20 %. Les prix ne baissent pas après la récolte et connaissent autour de 20 lt le setier une réelle stabilité qui dure à l’automne de 1766 malgré la plus médiocre récolte de la période21, vendanges mises à part22 ; sans doute les réserves sont- elles encore abondantes. La récolte de 1768 marque une nouvelle étape de hausse : le 27 juillet le niveau de 22 lt le setier est franchi, et la suite montre que c’est pour longtemps ; il en va de même à Montrésor où le prix du boisseau de froment dépasse durablement 40 sous. La montée suivante se fait en deux phases : d’abord dans l’hiver de 1769 et les prix ne redescendent plus en dessous de 24 lt, puis au printemps de 1770 ; entre le 21 avril et le 7 juillet le setier de froment à Tours passe de 25 1. 4 s. à 32 1. 8 s., soit une progression de 28,6 %. Le point culminant de la courbe des prix est atteint en 1770. À Montrésor la poussée est à la fois plus étalée dans le temps et plus accentuée : entre novembre 1769 et juin 1770 le prix du froment augmente régulièrement et progresse de 65 %, le boisseau est à plus de 60 sous entre le 7 mai et le 17 juillet ; sur les deux marchés étudiés les prix sont à leur apogée au tout début de juillet mais à Tours la hausse, qui est de 25,5 %, a démarré en avril 1770 et culmine en juillet. Sur le marché rural de Montrésor l’orge a connu la plus forte augmentation : si un boisseau de seigle vaut en 1764 64,3 % d’un boisseau de froment et 69,4 en 1770, l’orge atteint respectivement 55 % et 67,7 % ; il n’y a donc plus guère de différence entre seigle et orge.

  • 23 À Montrésor, la hausse est encore plus violente : entre 1764 et 1770, elle atteint 155,4 % pour le (...)

23Entre 1764 et 1770, à Tours la hausse est de 84,2 % mais elle est de 133 % si on choisit comme point de départ 1761, temps de minimum cyclique. Dans le cadre des années-récolte, l’augmentation entre 1764-65 et 1769-70 atteint 102,4 % et 119,6 % à partir du minimum cyclique de 1761-6223.

Cherté à Tours entre 1768 et 1773 (en livres t. par setier de froment mesure de Tours)

Cherté à Tours entre 1768 et 1773 (en livres t. par setier de froment mesure de Tours)

2 - Le retour des mauvaises récoltes ?

  • 24 A.D. I. et L., id., p. 208 : « L’an 1767, les vignes ont gelé les 17, 18 et 19 d’avril, de sorte qu (...)
  • 25 A.D. I. et L., C 82, rapports des officiers des élections, en date d’août 1767.
  • 26 A.D. I. et L., C 84, remise de taille pour « vimères et autres accidents », état de 1768.
  • 27 « Journal d’un habitant de Tours », BSAT, T. 10, p. 182.
  • 28 A.D. I. et L., C 28, lettre au contrôleur général, en date du 17 août 1768.
  • 29 A.D. I. et L., 3F153.
  • 30 A.D. I. et L., C 96, lettre au contrôleur général, datée du 11 juillet 1770 : « L’époque de la réco (...)

24Ce mouvement des prix peut être mis en relation avec une série de mauvaises récoltes. Les conséquences sont particulièrement graves pour la vigne : les gels tardifs se répètent en 176724 1768, 1769, 1770, 1773 et 1775, accompagnés de grêle en 176725 1769, 1774 et 1775, si bien que de 1767 à 1773 les vendanges sont médiocres en quantité mais aussi en qualité, le commerce stagne. En 1767, l’élection d’Amboise souffre particulièrement : elle reçoit de fortes « gratifications »sous forme de diminutions des tailles, soit en 1767 21,8 % du total accordé à la généralité26 ; en deux ans, 1767 et 1768, la région bénéficie de plus de 26 000 lt de remise. 1768 est une très mauvaise année. Les vignes qui, en particulier à Vernou, Vouvray et Rochecorbon27, ont subi le 12 mai un gel suivi d’un grand « vent de galerne » avec grêle, ont produit à peine un poinçon par arpent en moyenne28 ; le prix du vin quadruple ; les « menus »n’ont donné que « double semence ». Partout on constate la misère et « le découragement des cultivateurs ». À l’automne de cette même année, les pluies continuelles rendent presque impossibles les semailles des gros blés29. L’année 1770 cumula tous les « vimères »; à cause des inondations répétées la récolte fut très tardive dans toute la province30 par suite de « l’intempérie de la saison », de la rigueur et longueur anormales de l’hiver (il gèle encore le 3 mai) ; les inquiétudes dépassèrent la réalité, puisque entre le 7 juillet et le 7 septembre quand on a vraiment pris la mesure de la récolte les prix ont baissé d’un tiers. Ce sont les paysans qui achetèrent en majorité les grains que l’intendant fit venir. La répétition des mauvaises récoltes, vendanges et moissons, provoque aussi la baisse de l’offre en travail pour les journaliers, à un moment où les générations relativement épargnées par la mortalité depuis 1750 arrivent en grand nombre à l’âge du travail. La Touraine entre dans une phase de forte agitation sociale à partir de 1768.

Prix annuels des céréales à Montrésor entre 1750 et 1789

Prix annuels des céréales à Montrésor entre 1750 et 1789
  • 31 A.D. I. et L., 3F153. Quelques gelées se produisent en avril.
  • 32 A.D. I. et L., C 95, lettre du 20 octobre 1772.
  • 33 « Journal d’un habitant de Tours », loc. cit., p. 189 : « voici la 7e année que le malheur est sur (...)
  • 34 A.D. I. et L., C 95, lettre du subdélégué de Chinon, datée du 5 novembre 1773.
  • 35 A.D. I. et L., C 98, lettre de l’intendant au contrôleur général Terray.
  • 36 A.D. I. et L., R.P. Beaumont-en-Véron, 1774 (fin du registre).

25Après ce sommet l’année 1771 apporte un répit31, les prix ont retrouvé le niveau de 1767-68 et restent stables. Selon le subdélégué de Richelieu, la récolte de 1772 n’est pas vraiment mauvaise32 mais les réserves sont épuisées et les prix remontent dès l’hiver ; entre juin 1772 et juin 1773, ils sont aussi élevés qu’au printemps de 1770, sans que la récolte de 1772 les fasse baisser. On constate donc entre 1770 et 1773 la redondance dans le phénomène de hausse des prix déjà observé antérieurement. En 1773, un coup de gel le 6 mai fait que pour la septième année consécutive, les vignes donnent un vin faible en quantité et en qualité33 ; mais la récolte de grains est d’une « abondance assez générale »34, tout en étant de médiocre qualité. On retrouve un printemps trop humide et brumeux en 1774 ; les rivières débordent encore ; les froments et les seigles sont étouffés par les herbes, les épis sont rares35 Le 4 août, l’ouest de la province est dévasté par un énorme orage de grêle dont les deux nuées remontent la vallée de la Loire et de la Vienne36. En 1774 les prix, qui avaient nettement baissé au printemps, repartent à la hausse à l’été et retrouvent pendant l’année 1775 les niveaux observés en 1766-67 ; les esprits sont « échauffés ». Dans la plupart de ces années, le rythme des prix ne connaît qu’exceptionnellement, par exemple en 1773, une baisse après les moissons, signe que le marché reste tendu.

  • 37 A.D. I. et L., E dépôt, AC. Rilly ICI.

26Extraits de la comptabilité du curé de la petite paroisse de Rilly, dans le sud-ouest de la province, pour les années 1772-1775 et 1780-178937, des chiffres précis corroborent ces impressions de grande médiocrité des récoltes. Ses ressources venaient en partie des biens de la cure, en parue d’un « gros »en diverses céréales et enfin de dîmes qu’il levait lui-même en céréales panifiables et vin ; l’avoine apparaît en 1780. Pour étudier les variadons de la production, il faut additionner le produit des trois « gros blés », car la répartition entre eux varie d’une année sur l’autre. Les quantités sont indiquées en boisseaux mesure d’Artannes, « droit de colon, bat et métives prélevés », ce qui semble indiquer qu’il s’agit du revenu net. Ces chiffres ne permettent pas de calculer des rendements mais de juger de l’évolution des récoltes.

Évolution des revenus nets en nature de la cure de Rilly entre 1772 et 1775

Évolution des revenus nets en nature de la cure de Rilly entre 1772 et 1775
  • 38 La création des dépôts de mendicité destinés à l’enfermement des vagabonds valides date de 1767 et (...)
  • 39 Voir carte n° 12.

271765 et 1766 connaissent dans le sud et l’est de la Touraine, à Bléré, à Montrésor, à Sainte-Maure, une agitation sporadique. En 1765-1766 le peuple trouve encore des ressources dans les productions de « menus »et de légumes mais en 1768 commence pour la maréchaussée une période d’intense activité : outre la lutte contre mendicité et vagabondage38, elle doit assurer le maintien de l’ordre sur les marchés et dans les lieux de commerce des grains. Elle exerce parallèlement une grande activité judiciaire puisqu’elle est totalement compétente en matière d’émeutes de subsistances. La géographie des troubles apparaît clairement39 ; le plus souvent ils se déroulent dans le sud et l’est de la province alors que la région de Chinon agitée, lors des années précédentes, est épargnée. Sont particulièrement « sensibles »les marchés du sud de la Touraine au contact du Poitou : ceux de La Haye et de la Roche-Posay sur la Creuse, de Sainte-Maure sur la route d’Espagne, et de Mirebeau plus à l’ouest ; la seconde zone d’agitation est celle des marchés situés à l’est, Bléré, Amboise et Cormery, qui sont interdépendants. En 1773 et 1774, puis en 1778, le relais est brièvement pris par le nord de la Touraine : en 1773, un grenier de blé est pillé à Château- Renault ; en mars 1778, deux paroisses voisines, à une vingtaine de kilomètres de Tours, connaissent presque à la même date un « arrêt »violent de charrettes chargées de grains. Entre 1765 et 1774, peu d’années calmes ! Pourtant la Touraine est à l’écart de l’agitation politique nationale ; la réforme des Parlements entraîne l’installation d’un Conseil supérieur à Blois, et non à Tours ; la présence de deux exilés de marque, le duc de Choiseul et un peu plus tard le duc d’Aiguillon, ne perturbe pas la vie de la province.

28La chronologie montre qu’il n’y a pas exacte coïncidence entre les trois éléments à prendre en compte : hausse des prix, développement des troubles, orientations de la politique commerciale du gouvernement. Les désordres les plus graves commencent seulement en 1768 alors que la libéralisation du commerce intérieur remonte à 1763 et ils se poursuivent jusqu’en 1774 alors que l’abbé Terray rétablit les règles de marché en 1771, ce qui n’empêche pas la hausse des prix en 1772. Mais le Contrôleur général ne touche pas, au moins en apparence, à ce qui inquiète le plus les populations, la liberté des échanges intérieurs. L’année 1774 est vraiment l’année de tous les périls en Touraine ; en février-mars, une brutale flambée d’agitation touche en même temps Tours et les paroisses rurales à trois lieues à la ronde, Saint-Christophe au nord et Bléré au sud. Les moyens traditionnels du maintien de l’ordre ne suffisent plus et il faut faire appel à l’armée, recours qui devient ensuite une habitude. Mais en 1775, sous le ministère de Turgot qui revient à la liberté du marché, la Touraine échappe à la contagion de « la guerre des farines ».

Les troubles de subsistances dans la seconde moitié du xviiie siècle

Les troubles de subsistances dans la seconde moitié du xviiie siècle
  • 40 LA. TILLY, « La révolte frumentaire, forme de conflit politique en France », AESC, n° 3, 1972, p. 7 (...)
  • 41 S. KAPLAN, op. cit., p. 22.

29Ces troubles de marché ne peuvent être tout à fait réduits aux deux catégories distinguées par L.A. Tilly40 ; des émeutes de marché ont pu se produire dans des bourgs et des « entraves »dans des villes comme Tours ou Chinon. L’ordre public dans les campagnes ne fut jamais véritablement mis en danger malgré les faibles moyens de répression. Aucune menée révolutionnaire ne peut être détectée. Les émeutiers ne sont nullement organisés ; sous l’effet de l’exaspération, ils s’en prennent aux convois de grains et donc aux marchands, malgré la protection que les autorités essaient de leur accorder. Il n’y a jamais d’allusion à un complot ou autre « pacte de famine »et les approvisionnements faits par l’intendant n’ont pas été suspectés d’être à but spéculatif au profit d’une « compagnie »; les villes qui ne comprennent pas toujours la volonté de l’intendant de ne pas leur réserver tous les secours41 ne sont pas soupçonnées d’affamer les campagnes.

III - Le calme de la période 1773-1788

30De 1765-66 à 1772-73 les prix ont été dans une phase ascendante qui les a amenés au maximum connu au xviiie siècle avant 1789 ; à partir de 1773-4 ils subissent jusqu’en 1779-80 une baisse qui ne leur fait cependant pas perdre toute la progression enregistrée depuis 1765-66 puisque les prix restent supérieurs de 24 % à ceux de 1764-65 ; mais la décélération est forte. Enfin se dessine une nouvelle phase d’environ 7 ans, de 1781-82 à 1787-88, qui amène les prix à un niveau légèrement supérieur, avant la flambée de 1789. Si les prix ne trouvent pas de vraie stabilité l’amplitude des oscillations à la hausse comme à la baisse est inférieure à celles qui ont été enregistrées avant 1760 ; le mouvement de croissance de la décennie 1760 a porté les prix à un niveau nettement supérieur aux cours antérieurs et à partir de 1775 la courbe des prix de l’année-récolte comme de l’année civile est moins mouvementée que dans la période 1720-1755. Pourtant cette période a connu une série d’hivers très durs (1775, 1780, 1784, 1789 pour les plus froids) et surtout la très grande sécheresse de 1785.

  • 42 J.-P. DESAIVE et al., Médecins, climat et épidémies à la fin du xviii siècle, p. 54.
  • 43 A.D. I. et L., C 403.

311780-81 permet de rompre avec la baisse des prix et la hausse reprend au milieu de 1781 et s’accélère en 1782. L’année 1780 voit commencer la série des vendanges de gros volume mais de mauvaise qualité qui ne trouvent pas à se vendre. En 1781 l’été fut chaud, comme les étés précédents depuis 1778, et permit des vendanges très précoces dans toute la France42 ; mais le vin, abondant, ne fut pas de bonne qualité ; les autres récoltes furent médiocres en quantité et qualité43 à cause des fréquents orages et averses de grêle dans les élections d’Amboise, Chinon et Loches : c’est « à ce vimère [que l’on doit] la mince récolte de l’an dernier »écrit le subdélégué de Richelieu le 10 mai 1782 ; il note aussi que Poitou et Aunis ont été beaucoup plus touchés que sa région et que les habitants et les blatiers de ces contrées viennent s’approvisionner dans son secteur, inversant ainsi les courants traditionnels du commerce du blé. Le public en conclut que les « blés de Beauce et du Berry » ont manqué et qu’on ne peut en attendre aucun secours et la population s’inquiète. En deux ans les prix regagnent 47 %, retrouvant les niveaux de 1768-69. Les années suivantes paraissent calmes malgré les intempéries.

  • 44 A.D. I. et L..C67.
  • 45 A.N., F12 1241.
  • 46 La température moyenne fut de 21° à Chinon.

32Les hivers de 1783, 1784 et 1785 sont parmi les plus catastrophiques. Cependant les prix qui avaient commencé à baisser à l’automne 1782 continuent de le faire jusqu’en décembre 1783, puis restent stables jusqu’en juin 1784 malgré l’hiver terrible. Les prix du froment montent avec la récolte de 1784 mais retrouvent juste le niveau de 1782-83. Les orges et avoines, que le froid avait empêché de semer, sont peu abondantes, le foin médiocre ; la disette d’aliments provoque la mort de nombreux ovins et la baisse du prix du bétail vendu en masse44. Les difficultés de l’élevage s’aggravent en 1785, l’année de la grande sécheresse. Huet de Vaudour écrit dès le 22 avril 1785 : « Depuis quarante ans on n’a pas éprouvé en ce pays-ci un hiver aussi long et rigoureux à tous égards ; la misère est générale, l’intempérie de l’air a été si variée que depuis quatre mois une sécheresse extrême a rendu la terre stérile et répandu des maladies très vives, inflammatoires qui font périr en peu de jours considérablement du monde dans les campagnes et à Tours surtout »45. Chaleur et sécheresse se conjuguent46 et provoquent la disette de foin et de fourrage, de « menus », mais aussi de paille. Il faut vendre beaucoup de bêtes qui manquent ensuite pour le travail de la terre. Si la vendange fut « d’une grande et extrême abondance »au point qu’on manqua de fûts, encore une fois la qualité n’y était pas...

  • 47 A.D. I. et L., E dépôt, A.C. Rilly ICI.

Entre 1780 et 1789, le curé de Rilly a reçu47 :

Entre 1780 et 1789, le curé de Rilly a reçu47 :

33Entre 1772 et 1775 et entre 1780 et 1787, les récoltes moyennes passent de 403,5 boisseaux de gros blés à 723 et celles de vin de 20,75 barriques à 29,5 ; la baisse de l’orge est compensée par l’apparition de l’avoine. Les années entre 1780 et 1787 sont bien celles des « gros épis »et des tonneaux débordants : les bonnes récoltes se succèdent à un rythme bisannuel (1780, 1782, 1784, 1786 et 1787) ; les greniers sont pleins au début de 1788. Moins favorable est la surproduction du vin qui ne trouve pas d’acheteurs et encombre les caves.

34Une fois la cherté de 1775 passée, le règne de Louis XVI connut pendant plus de 10 ans le calme sur le « front »des prix en Touraine : en année civile comme en année-récolte, dans un premier temps ils oscillent entre 15 et 21 lt le setier de froment à Tours ; après la petite fièvre de 1782-83, ils grimpèrent d’un cran et restèrent à un niveau supérieur (20 à 25 lt) tout en gardant leur calme. Les prix du froment se mirent à baisser au printemps de 1786 et retrouvèrent au printemps de 1787 les niveaux antérieurs à la cherté de 1783 ; entre le printemps de 1786 (25 lt par setier) et celui de 1788 (18 lt), ils diminuèrent de 28 % malgré des conditions météorologiques peu favorables à l’automne de 1787. La demande locale connaît sans doute les conséquences de la diminution de la population due aux fortes épidémies des années 1779-1783 qui ont touché de nombreux adultes ; c’est sans doute le facteur de stabilité le plus important. La courbe de l’agitation sociale connaît un relatif retour au calme, même si une inquiétude latente sourd à différents moments sans grande manifestation, si ce n’est en 1778 dans le nord de la province ou 1782. Les difficultés éprouvées par le gouvernement ne doivent pas focaliser toute l’attention. La retombée des prix, alors que se produit à retardement la hausse des salaires nominaux assure des conditions d’existence meilleures à une partie de la population.

IV - La crise de 1788-89

1- Mauvaise récolte et crise politique

  • 48 A.D. I. et L., C 736, registre de la commission intermédiaire de l’Assemblée provinciale de Tourain (...)
  • 49 A.D. I. et L., C 883, lettre de l’intendant datée du 28 juillet 1788.
  • 50 A.D. I. et L., C 98, lettre de l’intendant aux subdélégués, datée du 12 décembre 1788.
  • 51 51-Il a succédé à Du Cluzel en 1783.
  • 52 A.D. I. et L., C 323. L’intendant passant l’hiver à Paris, c’est le subdélégué général, Genty, qui (...)
  • 53 A.D. I. et L., C 883.

35En 1788, les inquiétudes ne se font pas jour avant la moisson : les prix à Tours restent presque stables avant l’été. Les inondations de printemps et les orages de juin et du 13 juillet48 expliquent « des récoltes peu avantageuses quant à celles du froment et du seigle mais assez généralement abondantes en blé de mars, orge et avoine »49, la consommation par le peuple de ces dernières denrées permettant de réduire celle de froment et de seigle. Ont bien réussi les productions source de revenu financier comme chanvres et lins, noix, fruits ; l’élevage s’est rétabli et le prix des bêtes a baissé. Entre la fin de juillet et le début de septembre la hausse des prix est de 17 %. L’automne de 1788 est sec et refroidi par le vent du Nord ; beaucoup de paysans attendent pour semer50. Si, à cette date, les autorités du gouvernement central ont cru les affirmations de l’intendant de Tours d’Aine51, elles n’ont pas dû s’inquiéter avant décembre ; il écrit le 14 décembre 1788 à Necker que la situation « ne donne point lieu d’y prévoir en général de disette ni même d’enchérissement très marqué »52,alors qu’un froid intense règne depuis le 24 novembre. Quelque inquiétude pointe toutefois dans la circulaire qu’il envoie aux subdélégués le 12 décembre 1788, parce qu’il a déjà beaucoup neigé ; autorisé à aller passer l’hiver à Paris il leur demande de porter la plus grande attention à la question des subsistances « eu égard à la rigueur de la saison actuelle »53. Mais en février 1789, on continue à penser qu’il y aura assez de grains et on juge que le dégel se passe dans de bonnes conditions.

  • 54 A.D. I. et L., C 98 ; lettre datée du 14 mars 1789.
  • 55 A.D. I. et L., C 99 ; réponses des subdélégués à la circulaire du 11 mai 1789.

36Jusqu’à la fin d’avril 1789 se succèdent « trois faux dégels qui, heureusement, n’ont pas fait fondre la neige, les blés auraient été entièrement perdus »; ce n’est pas une répétition de 1709. La rupture du pont de Tours aggrave les difficultés d’approvisionnement en coupant les relations entre le nord et le sud de la province ; mais au début de l’année, selon l’intendant, bien que les prix montent il n’est pas encore question de vraie disette ; le seul problème est que les marchés ne sont plus garnis faute de transports54. Au début de mai, le temps se rétablit et les chaleurs font même craindre la sécheresse. À la mi-mai, les subdélégués dressent un tableau de la situation qui concorde pour toute la province : les récoltes s’annoncent convenables pour les grains, pour les foins et les légumes qui restent une grande ressource. Le dommage est beaucoup plus grand pour les fruits et la vigne : les noyers et les amandiers sont morts et il ne faut rien attendre de la vigne. Parmi les animaux on ne note pas de mortalité considérable, sauf pour les moutons où les pertes atteignent parfois 50 % ; mais les bêtes ont beaucoup souffert du manque de fourrage55. Les pluies reprennent en juin et retardent encore les moissons, si bien que dans une atmosphère de grande agitation le mois de juillet voit les prix continuer à grimper et de graves violences se développer. Le record des prix fut atteint à Tours le 18 juillet, le setier de froment étant à 40 1. 16 s., et il n’y a ni seigle ni méteil ; le pain noir atteint 43 d. par livre. Ce niveau est exceptionnel : dans les semaines précédentes le setier a oscillé entre 33 et 35 lt. et dans les jours suivants on enregistre une forte baisse grâce à la mise en vente de grains par la ville. Sur les marchés, il n’existe pas de pénurie totale ; dans ces deux années, le curé de Rilly reçut en moyenne 497,5 boisseaux de gros blés alors qu’entre 1772 et 1775 il en avait perçu 403,5 ; par contre, il ne put rien avoir en avoine et en vin.

Cherté à Tours en 1788 et 1789(en livres t. par setier de froment mesure de Tours)

Cherté à Tours en 1788 et 1789(en livres t. par setier de froment mesure de Tours)

Chertés à Montrésor entre 1768 et 1771 et en 1788-89 (en sous par boisseau de froment)

Chertés à Montrésor entre 1768 et 1771 et en 1788-89 (en sous par boisseau de froment)

37Étant donné son importance politique, il faut replacer la cherté de 1789 dans l’ensemble du xviiie siècle. La Touraine a connu entre 1765-66 et 1772-73 trois poussées qui avaient amené les prix nominaux à un niveau équivalent à celui qu’on avait connu en 1709 et en 1713 ; mais ils partaient de plus haut et la hausse s’était étalée sur 7 ans ; elle a donc été beaucoup moins forte que les flambées de prix de la fin du règne de Louis XIV. La crise de 1789 ne peut pas non plus être mise sur le même pied que celles- ci : l’écart le plus important constaté dans l’année-récolte 1788-89 se place entre le marché du 31 octobre 1788 et celui du 18 juillet 1789, or la hausse atteint 84 %. C’est seulement si l’on fait le calcul à partir des moyennes mensuelles, que l’on observe effectivement un doublement du prix entre juillet 1788 et juillet 1789. À Montrésor, le calendrier de la hausse est le même mais son amplitude est supérieure : entre mai 1788 et juillet 1789, elle atteint 159,5 %, contre 110,5 à Tours. La demande est d’autant plus forte qu’il faut approvisionner Tours qui ne ressent les effets de la pénurie que lorsque les grains sont partout rares.

  • 56 À Tours, à partir de juin, les conditions du marché sont modifiées par les ventes de grains organis (...)

38En valeur nominale, en 1789, les prix ne dépassent pas en moyenne les niveaux atteints en 1709 ou 1713. Les prix n’ont pas doublé entre juin 1788 et juillet 178956 ; entre 1787-1788 période de minimum cyclique et 1788-1789, temps de maximum cyclique, la hausse est de 56,4 %, soit beaucoup moins que vers 1750 ou 1770. Le malheur de 1789 vint non d’une moisson très mauvaise mais de deux récoltes médiocres successives en 1788 et 1789, dans un temps de fermentation politique.

Minima et maxima cycliques entre 1765 et 1789 pour les prix du froment (en lt/setier)

Minima et maxima cycliques entre 1765 et 1789 pour les prix du froment (en lt/setier)

39Les prix du seigle mais surtout de l’orge ont connu des fluctuations plus importantes encore : entre mai 1788 et mai 1789 à Tours le prix du seigle croît de 80,5 % et celui de l’orge de 156 % ; l’orge est donc par rapport au seigle dans la même position que celui-ci par rapport au froment. En conséquence de ces disparités, le prix du pain connaît aussi des fluctuations en fonction de sa nature : le pain noir augmente proportionnellement plus que le blanc. Entre 1726 et 1789, le prix a varié pour celui-ci entre 16 d. la livre (en 1745) et 54 d., soit de 237 %, pour celui-là, entre 9 et 38 d., soit de 322 %. En valeur absolue l’écart se creuse, en valeur relative il se réduit : en temps de bas prix le pain blanc vaut 77,5 % de plus que le pain noir et 42 % seulement en temps de cherté. Ces hausses du prix des denrées les moins chères touchent particulièrement le peuple.

2 - L’agitation populaire et les perturbations du commerce

  • 57 A.D. I. et L„ C 98, lettre du 15 mars 1789.
  • 58 A.N. H 1453, lettre de Bezenval à Villedeuil, datée du 20 avril 1789.

40Une certaine agitation est signalée au début de mars à Tours, à Amboise et à Château-Renault ; de graves incidents ont déjà eu lieu à Saint-Symphorien sur le marché établi après la rupture du pont de Tours, à Saint- Pierre-des-Corps où le peuple a menacé Girard, le négociant qui en accord avec le corps de ville travaille à l’approvisionnement de Tours. Sur le marché de cette ville le 8 mars, « la fermentation est portée au plus haut degré »à cause de la cherté. Mais Genty, le subdélégué général, fait aussitôt appel à la troupe pour éviter d’avoir à « répéter les exemples de sévérité de 1773 (sic) que je ne me rappelle qu’avec douleur »57. À la mi-avril, à Amboise, deux révoltes « d’une violence alarmante »sont provoquées par le passage de bateaux chargés de grains et six d’entre eux doivent être protégés par la troupe. L’exaspération de la population grandit avec le retard pris par les secours attendus58. Différentes autorités, en particulier d’Escrimes prévôt général de la maréchaussée, pensent que l’augmentation forte et brutale des prix est due à ce que « des malveillants ont formé quelque complot criminel pour faire diversion dans ce pays-ci »et elles dénoncent aussi l’inaction des forces de police et des magistrats.

  • 59 A.D. I. et L„ C 99, lettre du 26 mars 1789.
  • 60 A.D. I. et L., C 98, lettre du prévôt général de la maréchaussée, datée du 28 mars 1789.
  • 61 G. LEFEBVRE, Études orléanaises, t. II, p. 12.

41Dans les campagnes, les « révoltes continuelles des petits marchés »occupent en permanence la maréchaussée qui est débordée, car elle ne peut compter sur l’aide des « officiers des sièges », tous réunis à Tours pour rédiger leurs cahiers de doléances et désigner leurs députés59. À Château-Renault, un début de « fermentation »se produit ; à Sainte-Maure ou à Ecueillé, la maréchaussée ne peut rien faire. À Tours où l’intendant est enfin de retour, les bruits les plus fous circulent sur les « quantités prodigieuses de grains que les propriétaires ne vendent qu’aux meuniers qui font de concert avec eux un monopole hideux »60 et qui suffiraient à approvisionner les marchés. Les arrêts de bateaux se multiplient au printemps. Le 29 mars, le peuple s’émeut à la vue d’un convoi qui remonte la Loire ; allant au devant de ses réactions, le lieutenant de police fait vendre les grains, afin d’éviter qu’ils ne soient volés. Le 1er avril, un autre convoi échappe de justesse à ce sort. En avril, deux bateaux sont pillés à Amboise malgré la présence d’un détachement du régiment d’Anjou, de 40 invalides et de la maréchaussée. En mai, des grains destinés à Orléans sont arrêtés à Saumur, à Tours et à Amboise61. Le nord de la province ne semble pourtant pas touché par la contagion des révoltes qui éclatent, en mars puis en mai, à Vendôme et à Montoire.

  • 62 En 1790, les troubles de ce type continuent à être nombreux et ils se déroulent dans toute la provi (...)
  • 63 A.D. I. et L„ C 99, lettre du subdélégué de Chinon, datée du 29 juillet 1789.
  • 64 G. LEFEBVRE, La grande peur de 1789.

42À l’été, à cause du mauvais temps et des « enlèvements », les prix augmentent encore et avec l’atmosphère d’exaltation qui règne, les événements prennent un tour dramatique à Tours en juillet, quand Girard, le négociant déjà évoqué, est massacré par la foule62. Dans la province, les « arrêts de blé »se multiplient ; ils sont le fait du peuple mais aussi d’officiers de justice qui les couvrent de leur autorité, comme à La Haye et à Ligueil à la fin de juin ; ainsi, à Richelieu le 20 juillet, la population s’inquiète de la « quantité de blatiers »de Touraine présents dans un marché bien garni. À Chinon où « la jeunesse a pris la cocarde »et où le marché est mal approvisionné, les « citoyens envoient des détachements dans les campagnes pour enlever le blé et le faire voiturer à Chinon »63. Ces conditions expliquent en partie la géographie des troubles de la « grande peur »en Touraine64.

  • 65 M. PUZELAT, Les soulèvements populaires à Tours de 1635 à 1648.
  • 66 Lettre de l’intendant Miromesnil au Contrôleur général, datée du 24 février 1691, citée par A. de B (...)

43Malgré le calme légendaire des Tourangeaux, la province a vécu quelques brutales explosions de colère populaire au xviiie siècle. Les révoltes qu’elle avait connues au milieu du siècle précédent s’étaient déroulées uniquement en ville65, quelques « émotions », liées à la cherté et à la pénurie, avaient éclaté en 169166 mais on ignore tout de ce qui avait pu se passer à ce moment dans les campagnes. Au xviiie siècle, en Touraine comme dans bien des régions françaises, les seuls problèmes qui puissent émouvoir les habitants, tant ruraux que citadins, sont ceux des subsistances ; pénurie et cherté provoquent des réactions populaires qui n’épargnent pas les campagnes. Mais dans quelle mesure témoignent-ils d’une intégration plus poussée dans les circuits économiques ? L’importance de la propriété non paysanne, la multiplicité des propriétaires, urbains ou non, entraînent le versement de nombreux loyers en nature ou en argent. Les premiers permettent l’autoconsommation même si les grains sont sans doute en partie vendus puisqu’on constate qu’en ville les stocks de grains sont faibles et que les habitants préfèrent acheter du pain. Quand la rente foncière est en argent le paysan doit vendre une partie de sa récolte pour trouver les sommes nécessaires ; le développement du bail à ferme en argent entraîne celui du commerce des céréales et des différents métiers du commerce et de la transformation des grains.

Notes

1 Voir stat. n° 3 à 13 et graph. 5 à 12.

2 En septembre 1732, le setier de seigle vaut 6 lt, un an plus tard il est à 9 lt ; en septembre 1734 il vaut 41. 10 s. et un an après, 71. 4 s. ; la mercuriale n’est pas complète pour les mois suivants, mais on y voit l’irrégularité de la présence du seigle.

3 Voir stat. 6 et 7.

4 O. MARCAULT, Le diocèse de Tours, t. Il, p. 234, lettre de l’archevêque de Tours au cardinal Fleury, en date du 21 mars 1740.

5 Toute l’Europe est alors touchée par ce froid intense ; l’été fut très tardif ; la grippe pulmonaire fit des ravages et en 1741 s’ajoutèrent les conséquences de la guerre.

6 Sauf indications contraires, ces dossiers ont fourni toute la documentation des paragraphes suivants.

7 A.D. I. et L., C 100.

8 Ce traitement privilégié est peut-être dû à l’intervention de l’archevêque qui demanda ces secours. Le secours resta faible : une livre de riz pour 4 feux.

9 A.D. I. et L., C 94, lettre de Du Cluzel datée du 5 mars 1766.

10 A.D. I. et L., E 73, f° 85 r°.

11 A.M. Tours, BB 76 n°66, P 50 v° et 51 r°.

12 A.D. I. et L., C 63, lettre de décembre 1752.

13 A.D. I. et L., G 491. Le fermier donne la valeur globale des différentes denrées qu’il perçoit mais on peut calculer le prix du seigle.

14 AD. 1. et L., R.P. Villaines.

15 A.D. I. et L., C 41, « don gratuit »de 1758.

16 A.D. I. et L., C 401, lettre de l’intendant Lescalopier à M. de Boullongne, à propos d’un rapport du docteur Dupichard

17 A.D. I. et L., C 63, lettre de l’intendant au maréchal de Belle-Ile, datée du 5 février 1760.

18 S. KAPLAN, (Le pain, le peuple et le Roi, p. 77-81.

19 Sur la courbe du mouvement long calculé d’après les moyennes mobiles, le point d’inflexion est situé en 1759, soit un peu plus tôt que dans l’ensemble de la France. Pour le marché de Tours, voir stat. 8

20 A.D. I. et L., C 94, lettre du 5 mars 1766.

21 AM. Tours, DD 23.

22 A.D. I. et L., E supplément, Inventaire sommaire, R.P. Villaines 1766, p. 208.

23 À Montrésor, la hausse est encore plus violente : entre 1764 et 1770, elle atteint 155,4 % pour le froment, 175,7 % pour le seigle et 215,5 % pour l’orge, la céréale de consommation populaire. Le calcul dans le cadre des années-récolte atténue la hausse pour les deux premiers grains, l’aggrave pour le troisième.

24 A.D. I. et L., id., p. 208 : « L’an 1767, les vignes ont gelé les 17, 18 et 19 d’avril, de sorte qu’il a été recueilli très peu de vin, et, au commencement de juillet de la même année, la grêle a perdu entièrement la récolte dans cette paroisse ».

25 A.D. I. et L., C 82, rapports des officiers des élections, en date d’août 1767.

26 A.D. I. et L., C 84, remise de taille pour « vimères et autres accidents », état de 1768.

27 « Journal d’un habitant de Tours », BSAT, T. 10, p. 182.

28 A.D. I. et L., C 28, lettre au contrôleur général, en date du 17 août 1768.

29 A.D. I. et L., 3F153.

30 A.D. I. et L., C 96, lettre au contrôleur général, datée du 11 juillet 1770 : « L’époque de la récolte qui s’éloigne par l’intempérie de la saison me cause les plus vives inquiétudes ».

31 A.D. I. et L., 3F153. Quelques gelées se produisent en avril.

32 A.D. I. et L., C 95, lettre du 20 octobre 1772.

33 « Journal d’un habitant de Tours », loc. cit., p. 189 : « voici la 7e année que le malheur est sur les vignes ».

34 A.D. I. et L., C 95, lettre du subdélégué de Chinon, datée du 5 novembre 1773.

35 A.D. I. et L., C 98, lettre de l’intendant au contrôleur général Terray.

36 A.D. I. et L., R.P. Beaumont-en-Véron, 1774 (fin du registre).

37 A.D. I. et L., E dépôt, AC. Rilly ICI.

38 La création des dépôts de mendicité destinés à l’enfermement des vagabonds valides date de 1767 et en 1768 le nombre des arrestations de mendiants augmente fortement, à cause de l’application de cette législation et de l’aggravation de la misère.

39 Voir carte n° 12.

40 LA. TILLY, « La révolte frumentaire, forme de conflit politique en France », AESC, n° 3, 1972, p. 731-757.

41 S. KAPLAN, op. cit., p. 22.

42 J.-P. DESAIVE et al., Médecins, climat et épidémies à la fin du xviii siècle, p. 54.

43 A.D. I. et L., C 403.

44 A.D. I. et L..C67.

45 A.N., F12 1241.

46 La température moyenne fut de 21° à Chinon.

47 A.D. I. et L., E dépôt, A.C. Rilly ICI.

48 A.D. I. et L., C 736, registre de la commission intermédiaire de l’Assemblée provinciale de Touraine, P 42 à P 60.

49 A.D. I. et L., C 883, lettre de l’intendant datée du 28 juillet 1788.

50 A.D. I. et L., C 98, lettre de l’intendant aux subdélégués, datée du 12 décembre 1788.

51 51-Il a succédé à Du Cluzel en 1783.

52 A.D. I. et L., C 323. L’intendant passant l’hiver à Paris, c’est le subdélégué général, Genty, qui assure l’intérim ; depuis longtemps en place, il connaît bien mieux les dossiers que d’Aine.

53 A.D. I. et L., C 883.

54 A.D. I. et L., C 98 ; lettre datée du 14 mars 1789.

55 A.D. I. et L., C 99 ; réponses des subdélégués à la circulaire du 11 mai 1789.

56 À Tours, à partir de juin, les conditions du marché sont modifiées par les ventes de grains organisées par la municipalité. Voir stat. 9.

57 A.D. I. et L„ C 98, lettre du 15 mars 1789.

58 A.N. H 1453, lettre de Bezenval à Villedeuil, datée du 20 avril 1789.

59 A.D. I. et L„ C 99, lettre du 26 mars 1789.

60 A.D. I. et L., C 98, lettre du prévôt général de la maréchaussée, datée du 28 mars 1789.

61 G. LEFEBVRE, Études orléanaises, t. II, p. 12.

62 En 1790, les troubles de ce type continuent à être nombreux et ils se déroulent dans toute la province où l’on note de nombreux « arrêts », des pillages ou des taxations de prix ; l’agitation est presque permanente à Tours (cf. A.N. H 1453).

63 A.D. I. et L„ C 99, lettre du subdélégué de Chinon, datée du 29 juillet 1789.

64 G. LEFEBVRE, La grande peur de 1789.

65 M. PUZELAT, Les soulèvements populaires à Tours de 1635 à 1648.

66 Lettre de l’intendant Miromesnil au Contrôleur général, datée du 24 février 1691, citée par A. de BOISLISLE, Correspondance des Contrôleurs généraux, 1.1, p. 906.

Table des illustrations

Titre Évolution du prix des céréales à Montrésor entre 1750 et 1789
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17136/img-1.png
Fichier image/png, 297k
Titre Évolution indicielle du prix du froment à Tours entre 1726 et 1789 (en livre t. par setier mesure de Tours ) (1771-1789 : base 100).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17136/img-2.png
Fichier image/png, 225k
Titre Écarts cycliques des prix du froment sur le marché de Tours
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17136/img-3.png
Fichier image/png, 120k
Titre Cherté à Tours entre 1737 et 1742 (en livres t. par setier de froment mesure de Tours)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17136/img-4.png
Fichier image/png, 106k
Titre Cherté à Tours entre 1747 et 1753 (en livres t. par setier de froment mesure de Tours)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17136/img-5.png
Fichier image/png, 93k
Titre Produit en nature et en argent de la ferme des dîmes de Restigné entre 1751 et 1755
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17136/img-6.png
Fichier image/png, 129k
Titre Avis sur « l’état des récoltes »entre 1761 et 1763
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17136/img-7.png
Fichier image/png, 135k
Titre Prix du froment sur le marché de Tours entre 1746 et 1752
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17136/img-8.png
Fichier image/png, 144k
Titre Évolution des prix par année-récolte entre 1745-46 et 1751-52
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17136/img-9.png
Fichier image/png, 153k
Titre Cherté à Tours entre 1768 et 1773 (en livres t. par setier de froment mesure de Tours)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17136/img-10.png
Fichier image/png, 102k
Titre Prix annuels des céréales à Montrésor entre 1750 et 1789
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17136/img-11.png
Fichier image/png, 439k
Titre Évolution des revenus nets en nature de la cure de Rilly entre 1772 et 1775
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17136/img-12.png
Fichier image/png, 151k
Titre Les troubles de subsistances dans la seconde moitié du xviiie siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17136/img-13.png
Fichier image/png, 974k
Titre Entre 1780 et 1789, le curé de Rilly a reçu47 :
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17136/img-14.png
Fichier image/png, 239k
Titre Cherté à Tours en 1788 et 1789(en livres t. par setier de froment mesure de Tours)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17136/img-15.png
Fichier image/png, 134k
Titre Chertés à Montrésor entre 1768 et 1771 et en 1788-89 (en sous par boisseau de froment)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17136/img-16.png
Fichier image/png, 156k
Titre Minima et maxima cycliques entre 1765 et 1789 pour les prix du froment (en lt/setier)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17136/img-17.png
Fichier image/png, 142k

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search