Version classiqueVersion mobile

Les campagnes de Touraine au XVIIIe siècle

 | 
Brigitte Maillard

Troisième partie. Circulation et distribution des richesses

Chapitre 13. La réponse des marchés.
I - Les prix au temps de l'instabilité monétaire

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

I - Les prix au temps de l’instabilité monétaire

  • 1 J.-Y. GRENIER, (Séries économiques françaises (xvie-xviiie siècles), p. 642.

1Mener l’étude des prix des denrées agricoles et de leur évolution en Touraine au xviiie siècle, peut paraître une gageure si l’on en cherche les sources soit dans les inventaires-sommaires des Archives départementales (aucun dossier indiqué ne comporte plus que des bribes de relevés) soit dans les répertoires des séries économiques1. Dans aucun des deux ouvrages d’E. Labrousse étudiant l’économie française au xviiie siècle, la Touraine n’apparaît dans les chapitres traitant des sources d’étude ou des différentes denrées agricoles. Cependant les données sur les cours des grains existent bien dans la série des archives judiciaires, qui restent à découvrir en grande partie.

I - Les données

1 - Les mercuriales

  • 2 A.N. F20 105.
  • 3 . A.D. I. et L., 3F12 A. CHAUVEAU, Dictionnaire géographique, historique et statistique du départem (...)

2La généralité de Tours a sa place dans le tableau qui, conservé aux Archives nationales2, donne les prix moyens du froment pour la période 1756-1790 ; ce document était certainement connu depuis longtemps puisque dans un « dictionnaire » d’Indre-et-Loire3 rédigé au début du xixe siècle et resté manuscrit figurent non les prix de la généralité mais les prix nationaux. La moyenne des prix de la généralité n’a pas grand sens car l’économie des trois provinces présente trop de différentes pour qu’elles soient traitées comme un tout ; il faut au moins distinguer le Maine des deux autres.

Évolution indicielle des prix du froment à Tours, dans la généralité de Tours et en France entre 1771 et 1790 (1771-1790 : indice 100)

Évolution indicielle des prix du froment à Tours, dans la généralité de Tours et en France entre 1771 et 1790 (1771-1790 : indice 100)
  • 4 4. A.D. I. et L., E 290, G 84, G 86, G 400, G 464, H 394.
  • 5 A.D. I. et L., C 62, C 63, C 66.
  • 6 A.D. I. et L., C 337.
  • 7 A.D. I. et L.,C 336.

3Quelques renseignements épars peuvent être trouvés dans les archives ecclésiastiques ou seigneuriales4 ou dans celles de l’intendance (relevés de prix pour les rations des militaires en quartier5, enquêtes faites au milieu du siècle6) ou encore dans le rapport sur la généralité en 1762-17667. Mais tout cela n’est que bribes.

  • 8 A.D. I. et L., G 464, prix des céréales de 1743 à 1759 au marché de Saint-Christophe.
  • 9 Voir tableaux statistiques n° 1 à 11.

4Les relevés des prix des blés pour la fixation des rentes seigneuriales prouvent que tous les marchés, du plus grand comme celui de Tours au plus petit comme celui de Saint-Christophe8, ont été surveillés et que les prix y ont été relevés. Les institutions judiciaires, royales ou seigneuriales, étant chargées de tâches de police économique, c’est bien leurs archives qui conservent les mercuriales. La recherche menée a permis de retrouver trois séries de prix : deux sont constituées des relevés accomplis par une justice seigneuriale sur un marché rural et la troisième est celle des prix du marché de Tours notés par la police de cette ville9.

  • 10 A.D. I. et L„ B duché-pairie de Montbazon, mercuriales. Le setier mesure de Montbazon vaut 12, 66 b (...)
  • 11 A.D. 1. et L..C95.
  • 12 E. LABROUSSE, Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au xviii siècle, p. 27.

5Dans les fonds judiciaires du duché-pairie de Montbazon10, sont conservés plusieurs cahiers consacrés aux relevés des prix des grains vendus dans ce bourg. Le duc de Rohan, seigneur du lieu, avait un droit de minage de 1/5e de boisseau sur tous les grains vendus au marché ; en 1775, ce droit affermé rapportait 181 lt par an11. Montbazon est au xviiie siècle un marché très important pour l’approvisionnement de Tours ; situé sur l’Indre, il peut recevoir des bateaux mais cette rivière ne draine pas de zone grande productrice de blés et il s’alimente en partie à Richelieu, et par là en Poitou. Ces relevés ont le très grand avantage de commencer dès 1669, peut-être en conséquence de l’ordonnance de 1667 qui décrète que des registres de prix seront tenus dans toutes les localités où a lieu un marché12. Ils sont accompagnés par des fiches portant les « haute et basse valeur » entre deux Saint-Michel, depuis 1629. Malheureusement tout s’interrompt en 1715. C’est le seul document sériel actuellement connu pour la Touraine qui remonte aussi loin dans le temps. Les prix sont notés par le « greffier civil, criminel et de police, eaux et forêts et voirie dud. duché », qui signe à la fin, tout comme les deux prud’hommes qui font leur déclaration tous les mardis, jour du marché, devant le juge bailli ; ils sont, au début, un boulanger et un « minager » puis ils sont désignés comme étant deux marchands de blé. Ils relèvent effectivement chaque semaine, en sous par boisseau, les prix du froment, du méteil (parfois appelé « moindre froment »), du seigle, de l’orge, de la baillarge et de l’avoine ; le prix du pain ne paraît pas. Les lacunes sont rares et limitées.

  • 13 A.C. Montrésor, 4F2 (en dépôt aux A.D. I. et L.).
  • 14 A.D. 1. et L., C 95. On peut donc estimer que les transactions portent sur 60 000 pochées par an, a (...)
  • 15 A.D. I. et L., C 99, A.G. du 10 avril 1789.
  • 16 A.D. I. et L., C 337.

6La seconde série de prix d’origine seigneuriale concerne le marché de Montrésor, aux marges sud-est de la province, près du Berry, dans la vallée de l’Indrois. Le prix des principaux grains vendus est noté dans un petit registre13 qui couvre la période 1750-1790 et qui est arrêté officiellement chaque année ; en début de période au moins, les prix n’y sont pas inscrits chaque semaine mais plutôt en fin de mois, le greffier indiquant que les prix ont été les mêmes pour les marchés successifs ; par la suite des différences d’écriture prouvent que le relevé, dont nous ignorons les auteurs, est bien hebdomadaire. Parfois le marché n’est pas approvisionné, c’est la seule cause de lacune. Pendant toute la période, est noté le prix, en sous par boisseau, du froment, du seigle, de l’orge et de l’avoine ; celui du méteil disparaît en 1762 et celui de la mouture en 1765 ; il n’y a aucun prix de pain, sans doute n’en est-il pas vendu. Le droit de minage dans les halles et les greniers se monte à deux deniers par pochée et rapporte, en 1775, 50 à 60 lt par an au duc de Saint-Aignan seigneur du lieu14. Montrésor, où se tiennent aussi cinq foires par an, donne l’exemple d’un vrai marché rural, dans une zone isolée ; il apparaît toutefois comme un des marchés importants du xviiie siècle. En avril 1789 encore les habitants de Chissay15 le mettent au rang des gros marchés de l’est de la région, avec Ecueillé, Bléré et Amboise ; effectivement, en relation avec le premier, il s’approvisionne en Berry et sert en partie « d’entrepôt » pour les places de Bléré et d’Amboise16. Les transports se font surtout par route, peu sur l’Indre.

  • 17 A.D. I. et L., B plumitifs d’audiences du lieutenant général de police de Tours. Ces registres couv (...)
  • 18 A.D. I. et L, 3E6/nc, minutes Archambault de Beaune, 1772.

7Les mercuriales de Tours sont de loin les plus continues et les plus longues. Le prix des céréales et de la livre de pain figure, pour tout le xviiie siècle, dans les plumitifs des audiences du lieutenant de police17 qui renferment, à partir de 1701 et presque sans lacune, la transcription des déclarations faites, après enquête au marché du samedi, par les jurés-priseurs. Les quantités traitées sont certainement très importantes car le marché sert à l’approvisionnement d’une partie de la population de la ville mais aussi de la campagne ; les témoignages sont multiples d’achats faits par les paysans en tout temps, temps de crise mais aussi temps ordinaire18. Les prix pratiqués à la ville intéressent doublement les campagnes : elles y vendent, directement ou par l’intermédiaire de marchands, elles y achètent aussi.

  • 19 Des indications subsistent pour 1675 et 1676 ; l’évolution en 1676 est celle d’une « année-récolte (...)
  • 20 Ainsi du 14 novembre 1733 au 15 mai 1734, du 11 décembre 1734 au 9 juillet 1735.

8Les relevés débutent le samedi 8 octobre 170119 mais une feuille volante permet de remonter au 28 mai 1701, donc de connaître l’année-récolte 1701-1702. Ensuite, la continuité est presque parfaite ; la présentation s’améliore et s’adapte aux conditions du marché. Au début du xviiie siècle, figurent deux rubriques, celles du « froment le meilleur » et du seigle ; le prix de trois qualités de pain apparaît sporadiquement puis régulièrement et soigneusement à partir de février 1709. Dans la période 1733-1742, les plumitifs sont des petits cahiers dont quelques-uns sont perdus20 mais les prix sont dans une phase de stabilité. La lacune des originaux pour la période d’août 1742 à mai 1745 peut être palliée par une copie fiable. À partir du 30 juillet 1763 les renseignements sont vraiment abondants ; les prix sont donnés pour :

  • trois qualités de froment, dont la moyenne donne le prix pour la fixation du prix du pain, en lt par setier21,
  • passe méteil, méteil, seigle, orge22, avoine (jusqu’en 1770), en lt par setier,
  • quatre qualités de pain (en deniers par livre pour un pain de 12 livres) : deux pains blancs, le pain bis et le pain noir.

9Assurer l’approvisionnement et la tranquillité du marché est un des soucis primordiaux des autorités ; or le système de relevé des prix fait souvent l’objet de contestations d’origine variée. En application de l’arrêt du Parlement de Paris en date du 18 août 1761, le lieutenant général de police ordonne le 10 février 1763 que

  • 23 A.D. I. et L., 3E6/nc, minutes Archambault de Beaune. Texte imprimé de l’arrêt du parlement joint a (...)

« conformément au susdit Arrêt, il sera par nous procédé le samedi de chaque semaine à la taxe du prix du Pain, sur les trois premières montres du meilleur blé-froment, qui nous seront représentées par les prud’hommes et qui différeront néanmoins de prix les unes des autres, sans que la première desdites puisse être rejetée, comme il était d’usage ci-devant, auxquelles montres lesdits prud’hommes joindront les noms, qualités et demeures desdits acheteurs des blés »23.

  • 24 À cette date, le poids du pain reste stable et le prix est modifié en fonction d’un tarif ; il y a (...)
  • 25 A.D. I. et L., C 96, mémoire anonyme et sans date sur la taxation du pain à Tours (postérieur à 176 (...)

10Le procédé paraît donc simple et repose sur le travail des jurés prud’hommes. L’arrêt de règlement du 25 janvier 1681 prévoyait que le rapport du prix du froment serait fait par les jurés bourgeois en présence des jurés maîtres boulangers et permettrait de fixer le prix de la livre de pain24. Des contestations s’élevèrent à propos du choix des « montres » ou échantillons et l’on affirma qu’il ne fallait pas prendre en compte le plus beau froment qui ne servait qu’aux pâtissiers ; l’arrêt de 1761 vint repréciser la procédure. Le marché ouvre à midi et ferme à 15 heures mais les prud’hommes doivent faire leur tournée avant 14 heures ; ainsi les relevés opérés au tout début du marché ne peuvent prendre en compte une éventuelle baisse ultérieure. Ces hommes sont deux, « d’état honnête », nommés pour deux ans dans une « assemblée ordinaire » du corps de ville ; ils prêtent serment devant le lieutenant général de police auquel ils font leur rapport chaque samedi en présence des jurés boulangers. Les officiers de police appliquent le tarif qui fixe le prix du pain selon les variations du prix du froment calculé sur la moyenne arithmétique du cours des trois qualités de froment présentées sur le marché. Si ce prix croît de 16 s. 8 d. par setier, celui du pain augmente de 1 sou par miche de 12 livres25 ; à Tours, les variations de prix sont immédiatement répercutées, alors qu’à Angers elles doivent être confirmées pendant trois marchés successifs, la taxe se faisant sur la moyenne des prix pratiqués pendant tout le marché.

  • 26 A.D. I. et L., C 98, lettre de Huet de Vaudour à Du Cluzel, datée du 15 mars 1783.
  • 27 AD. I. et L., 3E6/nc, minutes Archambault de Beaune, P.V. du 4 juillet 1771.

11À l’inverse, les boulangers, contre lesquels on sent toujours une sourde hostilité — « les boulangers en se gouvernant en honnêtes gens, ce qui est fort rare »26 — sont convaincus que les prud’hommes cherchent à leur nuire en établissant un prix moyen du froment inférieur à la réalité, ce qui entraîne une taxe du pain trop basse. Ils se pourvoient en appel contre l’ordonnance de police de 1763 qui oblige à prendre des « montres » à des prix différents. Au temps de la réglementation du commerce, les boulangers de Tours sont contraints d’acheter hors du marché et payent donc leurs grains plus cher, mais ils doivent respecter le prix fixé pour le pain et subissent la concurrence des « forains », nombreux à venir vendre en ville. En 1771, les jurés boulangers demandent à leur notaire de dresser un procès-verbal du fonctionnement du marché pour démontrer que les prud’hommes contreviennent à l’ordonnance de police de 1763 quand ils refusent de tenir compte des achats inférieurs à un setier ou faits par des domestiques. Selon les plaignants, beaucoup de clients s’adressent à différents vendeurs, à chaque fois pour de petites quantités — « et ces cas n’arrivent que lorsqu’il s’agit du meilleur et du plus cher blé dont la montre se trouve par là mise à l’écart au détriment de la communauté en leur enlevant une augmentation qui leur serait due »27 — ou font leurs achats après le départ des prud’hommes. Le procès-verbal du notaire prouve par différents exemples que les prix pratiqués entre 12 et 13 heures ne sont pas élevés mais qu’ils ne sont pas uniformes. On peut penser que les prud’hommes, émanation du corps de ville, font tout pour freiner l’augmentation du prix du pain en ne prenant pas en compte la meilleure qualité de blé mais que, sous peine de voir les boulangers déserter le marché et par conséquent d’avoir à affronter les conséquences de la pénurie, ils ne peuvent retarder trop longtemps cette hausse. Si les méthodes de relevé sont restées les mêmes au long de la période, le prix déclaré a été sans doute effectivement sous-estimé, mais d’une façon constante si bien que l’ampleur des variations ne s’en trouve pas affectée.

  • 28 Tous les chiffres ayant servi à établir les différents graphiques sont fournis en pièces justificat (...)

12Les fluctuations des prix des blés peuvent donc être reconstituées grâce aux trois séries de prix retrouvées qui concernent toutes les céréales. Pour la seconde moitié du xviiie siècle, les données pour Tours et Montrésor peuvent être comparées et recoupées. Les valeurs utilisées concernent uniquement les prix ; il est impossible de mettre en rapport les fluctuations de ces derniers avec celles de la production, des quantités mises sur le marché28, de la demande ; on peut penser que la hausse des prix signifie la pénurie, réelle ou provoquée, de cette denrée de base. Pour le vin, denrée principale des « exportations » de la Touraine, aucune série longue de prix n’a pu être reconstituée ; le marché du vin obéit à d’autres règles que celui du blé et les remarques des contemporains montrent qu’ils sont conscients que la demande joue de façon très variable : abondance et bas prix ne signifient pas toujours en Touraine vente et profit. Dans ces années où le plus souvent la qualité est faible, le coût du transport entraîne un prix de revient trop élevé.

2 - Les estimations de récolte

  • 29 A.M. Tours, BB 74, n° 64. La ville achète 10 000 setiers de grain en septembre 1738.

13Pour tenter de confronter évolution des prix et niveau de production, il faut faire appel à des sources disparates. Pour les deux premières décennies du xviiie siècle, un tableau rapide de l’état des récoltes peut être brossé grâce à la correspondance des contrôleurs généraux, de lettres conservées dans des dossiers des Archives Nationales, de notes des curés dans leurs registres paroissiaux, de délibérations des corps de ville ; mais les papiers de l’Intendance ont totalement disparu. Se place ensuite un grand vide, de 1720 à 1746 ; à peine peut-on trouver quelques notations dans les registres des curés ou des corps de ville, en particulier à Tours où lors des mauvaises années la ville procède à des achats de grains ou de riz en collaboration avec l’intendant29. Nous sommes beaucoup mieux renseignés, quoique de façon inégale, pour la seconde moitié du siècle : à partir de 1747 les archives de l’Intendance, qui reflètent surtout les préoccupations des administrateurs, contiennent de nombreux dossiers sur la production agricole ; il existe cependant entre 1777 à 1780 une lacune que rien n’explique. Les dossiers parisiens sont, eux, presque vides.

  • 30 A.D. I. et L., C 337.

14Si les mémoires dits de Colbert de Croissy et de Miromesnil n’essaient à aucun moment de quantifier, au contraire le Tableau sur la généralité en 1762-176630 tente de le faire, avec parfois une précision exagérée ; son auteur a certainement disposé des dossiers de l’intendance. Mais la période étudiée présente le défaut majeur de se placer à un moment particulier, et dans l’histoire de la production et dans l’histoire de la politique commerciale. L’intendant de Tours avoue, plusieurs fois, son incapacité à chiffrer la production faute de données. Les producteurs et les marchands ne font pas de déclaration sur leur activité. Il n’est pas non plus possible de drainent de vastes zones et les « lettres de voiture » des bateliers qui permettraient d’identifier les différentes cargaisons, leur importance, leur origine, sont très rares dans les minutiers tourangeaux. Comment chiffrer l’autoconsommation des producteurs et des propriétaires ? Seules des circonstances exceptionnelles permettent d’exiger, sans être assuré de l’efficacité de la mesure, une déclaration des quantités que les particuliers détiennent. Dans un tel cas comment vérifier la sincérité des dépositions ? Comment estimer la part de dissimulation et de fraude ?

  • 31 A.D. I. et L., C 62 (1747-1751), C 63 (1752-1754), C 50 (1775, uniquement pour foin, paille et avoi (...)

15Deux types de sources fournissent à partir de 1747, des renseignements sur les récoltes, leur niveau, leur qualité et les prix. Il y a d’abord les « états du produit des récoltes en tout genre de 17... en l’élection de [...] pour le militaire » ; ils ont été conservés pour la période 1747-1754, puis pour 1784-1789 (sauf 1788)31. Ces tableaux sont dressés par les subdélégués et donnent des renseignements sur les récoltes de céréales, en particulier sur les « menus », les foins et fourrages dont l’abondance et le bas prix peuvent déterminer le séjour en « quartiers d’hiver » de troupes montées : la ration d’un cheval coûte plus cher que celle d’un homme (en 1744, dans l’élection de Tours, la première s’élève à 15 s. 4 d., la seconde à 8 s. 11 d. par jour). Les déclarations n’ont pas un but fiscal et il n’est pas nécessaire d’indiquer des prix très bas. On peut donc faire confiance à ces « états » ; de plus, les commentaires qui, rédigés par les subdélégués, les accompagnent sont souvent très intéressants, par exemple pour le Lochois ou le Richelais.

  • 32 E. LABROUSSE, (La crise de l’économie française à la fin de l’Ancien Régime et au début de la Révol (...)
  • 33 A.D. I. et L. C 83. Cette période correspond à celle qu’étudie le Mémoire sur la généralité de Tour (...)
  • 34 A.D. I. et L., C 83, lettre de L’Averdy du 1er juin 1764. Tous les documents évoqués dans les ligne (...)
  • 35 Ce cadre géographique est cohérent pour toutes les élections, sauf celle de Chinon.

16L’autre type de document disponible, les « états des récoltes », sont bien connus depuis qu’E. Labrousse en a fait une analyse et une critique serrées32. Malheureusement, pour la Touraine ils n’ont été conservés que pour la période 1761-176533 et comprennent seulement les rapports annuels rédigés par les six subdélégués et les synthèses réalisées par les services de l’intendance. Ces tableaux font partie du système mis en place en 1759 par Silhouette et conservé par Bertin. Le Contrôleur général adresse les formulaires à remplir en juin et en demande le retour pour la première quinzaine d’août34. Les subdélégués les remplissent et les renvoient à l’intendant ; ils donnent, pour leur subdélégation35, des appréciations sur les « apparences » des récoltes de toutes les céréales (gros et menus blés), les légumes, les fourrages et pailles, les vins, les fruits et enfin les « denrées particulières » ; cette dernière rubrique n’est pas souvent remplie. Ils y ajoutent, après s’être informés dans différentes paroisses, des développements présentés sous quatre rubriques :

  • Article I. Sur ce qui reste des précédentes récoltes.
  • Article II. Etat actuel des bestiaux.
  • Article III. Causes contraires au succès des récoltes.
  • Article IV. Objets des ressources du pays, diminution ou augmentation sur le prix des denrées.
  • 36 A.D. I. et L., C 83.
  • 37 A.D. I. et L., C 82.

17La conformité avec la réalité dépend en partie de la date de rédaction du rapport ; plus elle est tardive plus les indications sont exactes. Les subdélégués s’efforcent à la précision mais aucune production n’est chiffrée : celui de Chinon écrit en 1762, dans la rubrique I qu’il reste « un tiers environ de froments, un quart de méteils, très peu de seigles, un quart d’avoines, demi-quart d’orges... Il reste un peu de foin, point de paille, un quart des vins [...] Il y a encore un peu de noix. »36. Les jugements sont portés par rapport à « l’année moyenne » mais celle-ci n’est jamais définie : année normale, année favorable, année couvrant la consommation ? Les subdélégués sont surtout soucieux d’indiquer si la subsistance des populations peut ou non être assurée : en 1761, le subdélégué de Chinon note que « l’on ne prévoit pas que les habitants de cette Election aient besoin de recourir ailleurs pour leur nourriture et celle des bestiaux ». En certains cas ils préparent peut-être les autorités à leurs demandes d’assistance : selon celui de Richelieu, en 1762, les récoltes ayant été très mauvaises, « beaucoup de gens... seront obligés de mendier » ; l’année précédente il avait évoqué des difficultés d’un tout autre genre, le prix du froment étant tombé très bas : « Le menu peuple vivra aisément mais les fermiers et bourgeois auront bien de la peine à payer les impôts et les prix des baux ». L’état des récoltes est un souci permanent pour l’intendant qui l’évoque dans de très nombreux courriers avec les autorités gouvernementales, en fournissant des évaluations sur les récoltes, les réserves, etc. ; ainsi 1785, l’année de la grande sécheresse, fait l’objet d’une abondante correspondance37.

  • 38 A.D. I. et L., C 82, élections de Richelieu et Amboise en 1766 ; élections de Richelieu, Amboise, L (...)
  • 39 A.D. 1. et L., C 84, élection d’Amboise.

18Les rapports rédigés par les officiers des élections après leurs chevauchées ont, à quelques exceptions près38, disparu. Les demandes de remise d’impôt pour « vimères », ou calamités agricoles, permettent aux paroisses d’évaluer leurs pertes et d’en expliquer les causes39. Enfin, la chronique des catastrophes peut être en partie établie à partir des registres paroissiaux ; mais vivant au jour le jour ces difficultés au milieu des fidèles et prompts à s’émouvoir du malheur de ces derniers, les curés manquent de recul pour les juger et souvent les prix qu’ils notent sont des prix maximum dont rien n’indique qu’ils aient duré. Le principal défaut de toutes ces sources, très ponctuelles et discontinues, est en outre de ne concerner que les années de crise ; les années normales n’apparaissent donc jamais, si ce n’est dans la courbe des prix.

19Les mercuriales mises au jour permettent de retracer pour une longue période l’évolution des prix des principales denrées alimentaires. Les travaux d’E. Labrousse ont replacé cette histoire dans le contexte général, tandis que des études régionales comme celles de P. Goubert pour le Beauvaisis du xviie siècle ou de G. Frèche pour le Languedoc occidental donnent des résultats pour des provinces qui peuvent être considérées comme de bons exemples pour la France du Nord ou du Sud ; mais le cas des provinces de l’Ouest intérieur est moins bien connu, alors qu’elles ne semblent pas avoir à répondre à une forte demande, celle de Paris ou du grand commerce atlantique. Mais les belles séries de prix retrouvées ne doivent pas faire oublier les silences presque complets sur les autres facteurs à prendre en compte pour tenter de comprendre l’évolution des prix, un des révélateurs de l’état des marchés, du niveau des productions et des fluctuations de la demande ou du pouvoir d’achat des populations concernées défini en fonction du prix des grains et du montant des revenus. Étudiés seuls les prix sont incapables de révéler le fonctionnement réel du marché.

II - Les enseignements de la mercuriale de Montbazon (1665- 1707)

  • 40 P. GOUBERT, Béarnais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, p. 375-377 et p. 396-399. P. Goubert a pu éta (...)
  • 41 Voir graphiques 3 (1 et 2).

20Avant 1726, date de la stabilisation monétaire, on ne peut lire la courbe des prix sans précaution : leur compréhension est brouillée par les innombrables mutations monétaires (opérées dans les deux sens) de la livre tournois et la hausse des prix peut n’être qu’une réaction en réponse à une dévaluation de la monnaie. Pour éliminer ce facteur de turbulences et établir la valeur « réelle » des grains au-delà de la valeur relative donnée par les prix « nominaux », il faut se fonder sur une donnée stable. L’étude sera faite grâce à une table de conversion monétaire destinée à éliminer l’influence des variations de la livre tournois, qui a été établie selon la méthode indiquée par P. Goubert40, à partir des prix nominaux du grain (connus à partir de 1629) et de la valeur de la livre tournois, calculée par rapport à celle terminé pour la période 1629-1656 d’après la valeur de cette monnaie calculée par rapport au franc-or lors de chaque mutation monétaire selon la table fournie par N. de Wailly. Cependant il faut garder le contact avec la réalité et ne pas oublier que les prix nominaux sont ceux que subissent de plein fouet les petits vendeurs et acheteurs de grains et dont les variations peuvent provoquer des réactions brutales. De plus les conséquences des mutations monétaires parviennent sans doute avec retard sur le petit marché de Montbazon : ainsi celles qui entrent en application au début de septembre n’ont probablement de conséquences qu’après la Saint-Michel. L’étude des fluctuations des prix sur la courte durée et la comparaison entre les cours du blé à Tours et à Montbazon seront faites à partir des prix nominaux car les prix de Tours ne sont connus qu’à partir de 1700 et il n’est donc pas possible de retracer une évolution au xviie siècle. Les prix seront étudiés dans le cadre de l’année civile et d’une année-récolte allant du 1er août au 31 juillet, car l’année viticole ne semble pas interférer ; elles présentent la même allure mais celle de l’année-récolte connaît des amplitudes accrues : les hausses comme les baisses de prix sont plus fortes41.

1 - Les chertés

  • 42 F. LEBRUN, (Les hommes et la mort en Anjou aux xviie et xviiie siècles, p. 132-134.

21Une première approche peut se faire grâce aux prix maxima transcrits par le greffier, qui n’indique pas combien de temps durent ces flambées, entre 1630-31 et 1708-09 ; la grande inconnue concerne la « crise de l’Avènement » dont les chiffres sont perdus ; or, selon F. Lebrun elle est la plus grave crise que connaisse l’Anjou aux xviie et xviiie siècles (les prix agricoles quadruplent) et donc sans doute la Touraine puisque dans ses lettres l’intendant ne fait pas de différence entre les trois provinces de sa généralité où, selon lui, les paysans souffrent davantage encore que les citadins42. Pour les autres crises la hiérarchie met au premier rang celle de 1630-31 : l’indice corrigé atteint 264, puis viennent 1693-94 (indice corrigé 231,5) et 1708-09 (219,5) ; l’année 1651-52 connaît l’indice 182,5 et enfin 1643, l’indice 139. Les trente premières années du gouvernement personnel de Louis XIV sont marquées par une atonie des prix. Commencée vers 1665 au temps de Colbert, une longue période de bas prix et de calme monétaire est à peine interrompue par une petite poussée des prix entre 1676 et 1678 ; ils plongent à de très bas niveaux puisqu’en 1688 leur niveau est inférieur à 10 sous (8 et 9 sous, indices 40 et 41). C’est le temps du pain bon marché et du calme social, tandis que les détenteurs de rentes foncières connaissent le marasme.

22Deuxième par la gravité, la crise de 1693 n’est annoncée par aucun signe précurseur et ne connaît pas de redondance. En valeur nominale les prix atteignent alors leur maximum connu du xviie siècle : le record est de 58 sous le boisseau de froment le 11 mai ; pour avril et mai la moyenne est de 48 s. 3 d. et dans l’année de 40 s. 3 d. (indice corrigé : 175). Seigle et orge atteignent tous deux 41 sous le boisseau ; l’orge, céréale la plus populaire, connaît par rapport à l’année précédente une hausse de 105 %, contre 64 % pour le seigle et 93 % pour le froment. Même l’avoine dont le prix croît de 87,5 % est emportée par le mouvement. Dès 1694-95 les prix maxima retombent en dessous de l’indice 100 et plongent même très bas entre 1705-06 et 1707-08. La flambée de 1708-09 n’en paraît que plus violente : le 6 mai 1709, avec 62 sous le boisseau, le record du 11 mai 1693 est dépassé ; l’indice corrigé des prix maxima passe de 52 à 219,5 et celui des prix « moyens » de 44 à 146,5, alors que la monnaie connaît une série de violentes turbulences.

Chertés à Montbazon : 1692-1695 et 1708-1714 (prix moyens mensuels par boisseau du froment et du seigle)

Chertés à Montbazon : 1692-1695 et 1708-1714 (prix moyens mensuels par boisseau du froment et du seigle)

2 - Les fluctuations cycliques

23Le calcul de la moyenne mensuelle des prix nominaux du froment relevés au marché à partir de 1669 permet d’établir une courbe pour le froment uniquement ; mais la lacune d’enregistrement de 1699 gêne le calcul des moyennes mobiles. Jusqu’en avril 1677, la courbe est presque plate ; de 1669 à 1672, elle connaît une petite hausse de la fin du printemps à l’automne, soit le temps que la nouvelle récolte arrive sur le marché et que les éventuels achats en vue des semailles soient faits. L’année 1673-74 est presque schématique : prix bas après la récolte, hausse progressive au printemps, maximum en juin et retombée régulière à partir de juillet. En temps de bas prix cycliques, les fluctuations saisonnières se voient très peu. Ainsi dans la période qui s’étend jusqu’à juin 1677 (en ayant commencé sans doute en 1667-68), la variabilité des prix entre minimum et maximum est faible : en 1675-76, temps de minimum cyclique, ils sont respectivement à 10 s. et 12 s. 6 d., soit un écart de 25 %. Le même phénomène s’observe quand on retrouve des bas prix cycliques au début du xviiie siècle. De l’été 1677 à l’été 1687, soit une large décennie, les mouvements des prix nominaux sont plus amples : les prix annuels moyens qui étaient auparavant inférieurs à 15 sous dépassent en permanence cette valeur et connaissent une nette poussée en 1677-78 et 1678-79 ; mais la retombée qui est progressive les ramène en dessous des niveaux précédents : entre l’été de 1687 et celui de 1691, le prix du boisseau oscille autour du niveau très bas de 10 sous. Dans les années de hauts prix cycliques, maximum et minimum se placent respectivement à 24 s. 2 d. et 19 s. 1 d., soit un écart de 26 % avec les bas prix cycliques de l’année antérieure. La progression entre les deux maxima et entre les deux minima est la même, 91 à 92 %.

  • 43 M. LACHIVER, (Les années de misère. La famine au temps du grand roi, p. 96 et sq.
  • 44 A.N. G7 1632, lettre de l’intendant Miromesnil, datée du 15 juin 1693.

24La deuxième augmentation cyclique, de 1691 à 1694, provoque une hausse entre les maxima de 445,5 %, entre les minima de 182,5 % ; mais la progression des prix est étalée sur plusieurs années. La France est à nouveau plongée dans la guerre ; réquisitions, augmentation des impôts, difficultés économiques en sont les conséquences. De plus, entre 1687 et 1710, le climat connaît une phase particulièrement humide et froide, comme le démontrent les travaux de M. Lachiver43. En 1692 la récolte, médiocre, est suivie d’une hausse qui s’accélère à l’hiver ; en effet le printemps ayant été froid et l’été mouillé, le blé a épié tard et mal. Les grains sont « rouillés » par la pluie et le froid ; ramassés humides, ils ne sont pas de bonne conservation et fournissent de très mauvaises semences. Les fruits et légumes qui sont habituellement un secours important sont verts ou abîmés ; les vendanges mauvaises en quantité et en qualité ne peuvent fournir aucun secours financier. Les pluies continuelles de septembre et le gel très précoce d’octobre 1692 empêchent de faire labours et semailles ; la récolte de 1693 s’annonce mal. Les prix sont à la hausse pendant toute l’année 1692 et l’hiver suivant. Le printemps de 1693 est pourri et les semailles des« menus » sont gênées par la pluie ; or dans la généralité les « mars » offrent bien des secours quand les gros blés sont insuffisants. Ces derniers épient mal et tard ; les maladies cryptogamiques les envahissent. La moisson est tardive, la récolte dramatiquement faible. Toutes les réserves sont épuisées. La hausse des prix s’aggrave encore et le temps de la « soudure » commence dès mars 1694 ; les prix culminent en mai 1694 ; en un an le prix nominal du froment a augmenté de 319 %. Dès mai 1693, les villes sont le théâtre de graves troubles : au moins par trois fois à Tours et à deux reprises à Amboise, la foule a arrêté ou voulu arrêter des bateaux chargés de grains ; « dans les villages [...] beaucoup de peuples souffrent infiniment et ont besoin de secours, aussi se jettent-ils dans les villes n’ayant de blé chez eux ni d’argent pour en acheter des gros laboureurs ou des bourgeois qui les tiennent en grenier »44.

Évolution du prix annuel du froment et du seigle à Montbazon entre 1670 et 1714 par année civile et année récolte

Évolution du prix annuel du froment et du seigle à Montbazon entre 1670 et 1714 par année civile et année récolte

25Mais il s’agit d’une crise au sens d’événement bref et la retombée est très rapide ; en mai 1695, le prix n’est plus que 29 % de celui de mai 1694 et est inférieur d’un tiers à celui de mai 1693. Dès l’hiver 1696 les bas niveaux de l’automne 1691 sont retrouvés.

Évolution des prix du froment à Montbazon entre 1691 et 1695

Évolution des prix du froment à Montbazon entre 1691 et 1695

26Après cette phase dramatique, la courbe des prix ne devient pas plate mais est agitée de la même « houle » que dans la période précédente : à une phase de bas prix succèdent un gonflement de la courbe puis une retombée à des niveaux inférieurs aux précédents ; dans la phase d’environ 13 ans entre 1695 et 1708, le mouvement long des prix est orienté à la baisse.

  • 45 A.N. G7 523, lettre du 2 juillet 1697. Sauf indications contraires, toutes les lettres citées ultér (...)
  • 46 R.P. la Chapelle-aux-Naux, 1698. Il gèle du 3 au 6 mai.
  • 47 A.N. G7 524, lettres des 17 et 28 février, des 12 et 16 mai 1698.
  • 48 Id. Lettre du 22 décembre 1698.

27Les toutes dernières années du xviie siècle connaissent de graves inondations et des printemps pourris. À l’été de 1697, alors que la récolte ne s’annonce pas très bonne à cause en particulier de pluies continuelles, la crue subite de la Loire le 2 juillet gâche l’herbe des prés bonne à faucher ; les prix augmentent45. Les inondations reprennent en février 10.698 : le 17, Loire et Cher débordent en même temps, ce qui est un phénomène rare, et les eaux ne se retirent que le 28 février ; les varennes sont ensablées mais les levées bien qu’endommagées tiennent bon. Le printemps, très tardif, connaît encore des gelées dans les premiers jours de mai46, à un moment délicat pour la vigne et les arbres fruitiers (en particulier les noyers) ; si la récolte des gros blés est médiocre, celle des menus est tout à fait convenable47. À la fin de juillet, le setier de froment vaut à Tours 12 lt et celui de seigle 9 lt ; la récolte n’est pas suivie d’une baisse des prix : c’est, selon certains, la conséquence des achats opérés chez les paysans par des marchands parisiens, à des prix qui peuvent dépasser de 4 ou 5 lt ceux du marché48. Le mois de juin 1700 connaît une pluviosité excessive qui fait couler la vigne, provoque le « noir » dans les froments et le méteil et cause des inondations qui gâchent le prés ; ces circonstances défavorables interrompent la baisse des prix ; août connaît une brutale hausse, que l’intendant chiffre à 20 %. Seuls les seigle, « menus » et noix, « grand secours pour les peuples », permirent de ne pas connaître une nouvelle catastrophe. La moyenne des prix par année civile à Montbazon montre une augmentation de 40 % entre 1696 et 1698. Les années 1696-1699 furent agitées. Ces malheurs empêchèrent de goûter la paix retrouvée.

  • 49 A.N. G7 526, lettre de Robert de la Chartre à l’intendant.
  • 50 A.N. G7 1651, réponse de l’intendant au subdélégué d’Angers en date du 3 avril 1708.

281701 amorce un changement ; l’évolution jusqu’à 1707-08 se fait en deux étapes. Les prix se stabilisent à un niveau relativement élevé, puis baissent nettement entre 1704-05 et 1705-06 et restent stables pendant trois ans ; les prix nominaux sont au même niveau que celui enregistré avant la flambée de 1693-94. Il semble se produire une amélioration climatique : après un printemps 1703 très mouillé qui voit les cours d’eau déborder (le 3 juillet, en un jour, la Loire est montée de six pieds et les levées ont été presque submergées49), vient une série de bonnes récoltes. Dans cette phase de bas prix cycliques, les variations saisonnières sont extrêmement faibles : sur la courbe, on détecte à peine les différents temps de l’année-récolte. Malgré la guerre, les fluctuations monétaires et l’augmentation de la demande intérieure due à une forte récupération démographique après la mortalité de 1693, les prix baissent : à Tours en 1707, le setier de froment est à 6 lt, soit un prix inférieur de moitié au moins à celui de 1701. Les récoltes de 1705 à 1707 remplissent greniers et caves. Dans ces bonnes années les journaliers trouvent aisément à s’employer et bénéficient d’un pain à bas prix ; mais blé et vins se vendent mal, au grand dam des marchands et des laboureurs et cette mévente rend difficile le paiement des impôts50 : les prix sont « très bas et très onéreux à tous les laboureurs et propriétaires.

III - Cherté entre 1709 et 1714

  • 51 P. GOUBERT, op. cit., p. 399.

29L’extrême fin du règne de Louis XIV est marquée par une affolante succession de manipulations monétaires. Dévaluations et réévaluations se succèdent à un rythme accéléré ; les dévaluations de 1709, 1715 ou 1718 sont sévères et selon P. Goubert, les valeurs indiquées par N. de Wailly sont marquées de la plus grande incertitude51, qui se répercute sur le calcul des prix. À Tours, la manufacture de soierie éprouve de nettes difficultés mais les négociants semblent plus gênés par la pénurie de monnaie métallique que par les fluctuations de la livre tournois. S’y ajoute une série de catastrophes climatiques qui, en Touraine, ne peuvent se résumer au froid de l’hiver 1709. Comment les marchés de province comme celui de Tours, dont les aires d’approvisionnement et de vente sont limitées, ont- ils réagi aux différentes mutations monétaires mais aussi aux bouleversements de la vie intérieure liés à la guerre, au moins jusqu’en 1713 ? Quelle est l’évolution des salaires et du pouvoir d’achat de ceux qui s’approvisionnent sur les marchés ?

1 - Deux chertés successives

  • 52 Voir fig. n° 2 et 7, stat. 5.

30Les deux courbes disponibles ont la même allure. La cherté apparaît d’autant plus brutalement qu’elle se produit dans une conjoncture « déprimée », signe que l’abondance est, au moins localement, réelle52.

31Le « grand hiver » a marqué les corps et les esprits au point de devenir par la suite la référence en matière de mauvaise année. C’est bien entre 1707-08 et 1708-09 que se place la plus forte poussée des prix qui atteint 146 %, preuve que la mercuriale anticipe sur la mauvaise récolte attendue pour l’été de 1709 ; entre les prix moyens de 1708-09 et 1709-10 la hausse n’est que de 63 %. Pour l’acheteur, le boisseau de froment augmente d’une année sur l’autre de 313 %, celui de l’orge de 543 %, et le seigle se fait rare. De plus, après un petit répit, la cherté reprend en 1712-13 et ne cesse pas l’année suivante. La rupture avec la tendance à la baisse est provoquée par la récolte de 1708 qui atteint le tiers de « l’année commune », comme en Poitou. Sur la courbe de Tours on lit très bien la succession des catastrophes ; l’augmentation des prix commence doucement et c’est le premier marché de février 1709 qui voit l’envolée des prix : le setier a dépassé les 10 lt en octobre, le 1er février il est à 12 lt... Les difficultés de transport et de fabrication de la farine puis l’annonce de la perte des récoltes font leur effet, le 2 mars le cours est à 14 1. 5 s. et le 4 mai à 35 lt puis le prix retombe car on attend la récolte des « menus » ; mais le 15 juin il atteint 28 1. 10 s. : les inondations ravagent les varennes. En juillet la récolte procure un court répit, en septembre les prix sont encore plus élevés car les achats en vue des semailles augmentent la demande. Entre juin et décembre 1708, l’augmentation a été de 57,5 % mais entre janvier et septembre 1709, les cours connaissent un doublement (la hausse est de 194,5 %). En février 1710, la courbe s’infléchit mais ne retombe pas totalement avant janvier 1711 où elle retrouve à peu près les mêmes niveaux qu’en janvier 1709. Toutefois la retombée inter-cyclique est incomplète ; elle est interrompue par un phénomène qui se reproduit tout au long du xviiie siècle : un redoublement de la cherté, qui se place en 1713-14. La poussée de 1709 est particulièrement brutale à Montbazon : entre mai 1708 et septembre 1709 le prix du boisseau de froment est multiplié par 5,7, contre 3,5 entre avril 1692 et mai 1694. La moyenne annuelle quadruple.

Cherté à Tours entre 1708 et 1715 (prix moyen en livres t. par setier mesure de Tours)

Cherté à Tours entre 1708 et 1715 (prix moyen en livres t. par setier mesure de Tours)

Chertés de 1709 et de 1713 à Tours et Montbazon

Chertés de 1709 et de 1713 à Tours et Montbazon

32Par année-récolte les fluctuations sont un peu différentes mais les prix restent très proches et les acheteurs ne peuvent ressentir la différence.

Évolution des prix par année-récolte entre 1707-08 et 1713-14 à Tours et Montbazon

Évolution des prix par année-récolte entre 1707-08 et 1713-14 à Tours et Montbazon

33La crise de 1713 a moins retenu l’attention que la précédente car des événements aussi spectaculaires que le « grand hiver » ne se sont pas reproduits mais à Tours elle dure plus longtemps et venant après celle de 1709 elle a des effets sociaux graves : la population est vraiment épuisée et la reprise démographique est faible. La poussée des prix est un peu moins forte mais plus étalée qu’en 1709, puisque le niveau de juin 1711 n’est retrouvé qu’en mars 1715 ; d’avril 1713 à mars 1714 le setier de froment vaut au moins 25 lt., niveau de peu inférieur aux maxima atteints en 1709. En 1712 la hausse des prix commence après la récolte : fin septembre le setier de froment est à plus de 20 lt. L’augmentation s’aggrave à partir de janvier et le maximum, atteint en août, dépasse de 50 % le niveau de janvier ; la récolte de 1713 n’apporte qu’un très relatif soulagement, puisque les prix restent élevés, à 28 ou 29 lt... À Montbazon, si le « record » de 1709 est à 62 sous le boisseau le 6 mai alors qu’on attend la récolte des « menus », celui de 1713 est à 57 sous le 16 août, donc après la moisson. L’annonce d’une bonne récolte en 1714 et le retour complet de la paix provoquent une chute brutale des cours au printemps de 1714 : les greniers libèrent leurs stocks qui, pour ne pas subir une trop grande dépréciation, doivent être vendus avant l’arrivée de la récolte sur le marché ; en six mois, de juin à décembre 1714 les prix sont divisés par 2 ; à Montbazon en un mois, entre le 7 juin et le 12 juillet, le prix baisse de 32 %.

  • 53 Cette durée de 7 ans correspond à un demi-cycle de 13 ans.

34La courbe construite pour Montbazon à partir d’un indice de base calculé sur la période 1701-170753, temps de faibles prix, fait alterner entre 1670 et 1714 cuvettes et dômes selon un rythme d’environ 12 ans, qui justifie le choix d’une moyenne mobile centrée de treize termes ; entre 1670 et 1675 l’indice baisse, de 1676 à 1689 se suivent deux petites poussées séparées par une retombée, toutes trois peu nettes puisque nous sommes en temps de bas prix cycliques ; de 1691 à 1703, se produisent une forte augmentation puis une retombée hésitante. Les dénivellations sont peu marquées avant 1693 ; ensuite, les poussées s’aggravent mais entre les deux la retombée se fait aux niveaux antérieurs ; il n’y a donc pas de véritable montée des prix sur la longue durée ; il s’agit d’accidents liés aux intempéries et aux conséquences des guerres qui coïncident souvent, et sans doute au jeu de la spéculation, plus visible d’ailleurs à la fin de la crise suivante. Les données cessant en 1714 il n’est pas possible de voir comment se fait la retombée après les deux poussées très rapprochées de 1709-10 et 1712-1714.

35De 1701 à 1714, les courbes des prix sur les marchés de Tours et de Montbazon (pour un setier pesant 216 livres mesure de Tours) sont très proches. Sauf en 1707 et en 1709, le froment, à la Saint-Michel, est toujours plus cher à Tours.

36Dans les temps de minimum cyclique comme entre 1701 et 1708, les fluctuations sont plus atténuées à Montbazon : ainsi, entre 1701 et 1703, la variation orientée à la baisse a une ampleur de 14 % à Montbazon et de 30 % à Tours ; en temps de maximum cyclique, c’est le contraire.

Prix du froment au marché de la Saint-Michel à Tours et à Montbazon, entre 1701 et 1714

Prix du froment au marché de la Saint-Michel à Tours et à Montbazon, entre 1701 et 1714

37Les variations dans l’importance de la demande expliquent ces différences de comportement : dans les temps d’abondance et de bas prix, les besoins diminuent plus à Montbazon qu’à Tours ; dans les moments de cherté, quand les marchés d’approvisionnement sont sollicités de partout comme en 1709, la hausse devient très forte.

2 - Le « malheur des temps » de 1709 à 1715

  • 54 Mais le chômage règne à Tours.
  • 55 A.D. I. et L., H 19, comptes de l’abbaye de Baugerais : « la grêle a perdu tous les blés en 1708 », (...)

38Jusqu’au printemps de 1708 les prix nominaux baissent ; les malheurs de la guerre sont peut-être plus supportables pour le peuple54. La « soudure » s’annonce facile en avril 1708 : les greniers sont pleins. Mais pluies et grêle au printemps et en début d’été55 gâchent les espoirs et les prix connaissent un sursaut en juillet. La récolte terminée, il s’avère que la production au quart de celle d’une année normale peut simplement couvrir les besoins en semences pour l’année suivante. Ainsi trois bonnes années successives n’ont pas permis de constituer des réserves suffisantes pour faire face à une mauvaise récolte. Bien que l’exportation reste autorisée, il est vain d’attendre des secours du Loudunois ou du Poitou qui ont aussi connu de très mauvaises récoltes de gros blés. Celles d’orge et de légumes sont assez bonnes pour empêcher la situation alimentaire de devenir grave, mais dans l’immédiat celles des fruits dont la vente donnerait des ressources financières ont été gâchées.

  • 56 A.N. G7 1651. « Avis sur la récolte », rapport anonyme rédigé en août 1708. Lettres des 4 et 17 nov (...)
  • 57 A.N. G7 528 et 1651. Ces deux dossiers conservent une abondante correspondance entre l’intendant Ch (...)

39Le vin, de qualité médiocre, doit être brûlé en eau-de-vie et rapporte un peu d’argent. Selon l’intendant, l’année n’est pas catastrophique et rien ne justifie certains troubles en juillet 1708 ; il souhaite cependant, en attendant le printemps et malgré les recommandations du Contrôleur général, ne plus avoir à donner d’autorisations d’exporter56. Sa prudence est tout à fait justifiée car le lendemain même du jour, 5 janvier 1709, où il écrit ce courrier, commence le « grand hiver » de 170957.

  • 58 Il décrit là un phénomène observé ailleurs ; mais il faut noter que les caves troglodytiques sont r (...)

40Les événements sont bien connus ; de nombreux curés en ont laissé une description apocalyptique dans leurs registres paroissiaux. Les différentes sources sont unanimes et montrent que la catastrophe présente en Touraine, comme en Anjou, des traits originaux car elle est due à la conjonction de deux fléaux : le froid comme ailleurs en France, sauf en Bretagne, et les inondations. L’alternance répétée de gel et de dégel causa la perte des semences de gros blés mais le froid multiplia des dégâts plus longs à réparer : vigne et arbres fruitiers, noyers tout spécialement, gelèrent. « Les vins gelèrent dans les plus profondes caves [...] tous les noyers gelèrent jusqu’à les couper par le pied » écrit le curé de la Chapelle-aux-Naux58. Fleuve et rivières furent pris par les glaces ; les bateaux furent bloqués, ce qui ne fut pas considéré comme « nuisible au pays » puisque les « exportations » sont impossibles, mais les moulins s’arrêtèrent.

41Au dégel les paysans, persuadés que les semences avaient péri totalement, voulurent semer des « menus » ; le Contrôleur général, souhaitant attendre qu’on fût sûr de cette perte, s’y opposa et interdit de « remuer » les terres avant le 20 avril. Ce n’est même que le 30 qu’il donna l’autorisation de semer partout, y compris dans la sole des « gros blés », pois, fèves, vesces mais aussi orge, avoine, sarrasin et autres « menus ». C’était bien tard et d’abondantes pluies froides entravèrent le développement de la végétation. Tout le monde attendait avec impatience ces récoltes quand se produisit la seconde catastrophe de l’année 1709 : à la suite de pluies continuelles, la Loire et les autres cours d’eau débordèrent le 6 juin et en six heures, toutes les varennes se trouvèrent sous plus de huit pieds d’eau. Récoltes de secours détruites, bestiaux noyés, maisons abattues, odeur pestilentielle... furent quelques-unes des conséquences de cette crue que les officiers du présidial de Tours n’hésitent pas, dans une lettre au Contrôleur général, à qualifier « d’accident encore plus fâcheux que ne l’avait été celui de la gelée ». Les eaux ne se retirèrent qu’au bout de trois semaines et encore une fois les paysans semèrent, mais seulement des « mils, naveaux et rabbes » ; joints à la production fournie par les coteaux, ils permirent de nourrir tant bien que mal la population. Il était inutile de compter sur les récoltes de fruits ou les vendanges pour trouver quelques ressources. La province ne disposait même pas de réserves en grains suffisantes pour aller jusqu’à la récolte suivante alors que, dans le contexte dramatique des événements militaires et des révoltes urbaines, elle devait fournir pour l’armée quinze sacs de grains panifiables par paroisse. Pourtant la courbe des prix pendant la fin de 1709 et le début de 1710 est plutôt orientée à la baisse, ce qui montre qu’un minimum d’approvisionnement est quand même assuré.

  • 59 A.N. G7 529 et 530. Ces deux dossiers contiennent la correspondance de l’intendant Chauvelin, puis (...)

42Les années 1709-1715 ont été particulièrement « mouillées » et les inondations se répètent à différentes saisons ; après celles de juin 1709 les pluies de novembre 1710 et février 171159 provoquèrent de nouvelles crues qui compromirent les récoltes, « la plus grande et meilleure partie de nos terres ayant été inondées et sablées » ; mais les dégâts ont sans doute été plus grands en Anjou. Juin 1712 connut un nouvel épisode d’inondations en Touraine et en Anjou, avec les conséquences ordinaires, foins gâchés, grains et légumes perdus ; les prix montèrent à partir du printemps de 1712 : au cours de l’année-récolte 1712-13, la progression est de 74,5 %. La récolte de 1713 n’arrangea rien, comme en témoignent les troubles à Amboise et à Tours en juillet et en septembre. Le curé de la Chapelle-aux-Naux note que l’année a été « bien stérile et les blés ont été bien chers. Les prix restent élevés jusqu’en décembre de 1713 ; seule la récolte de 1714 apporte un réel soulagement : en août les prix sont inférieurs de 45,5 % à ceux du même mois en 1713 ; à l’automne de 1715, ils sont le tiers de ce qu’ils étaient à la même saison en 1713 ; le retour de la paix et la diminution de la demande due à la baisse démographique engendrée par de très nombreuses épidémies sont en partie responsables de cette baisse.

  • 60 E. LABROUSSE, (Esquisse du mouvement des prix et des revenus au xviiie siècle, p. 523.

43Les scènes de pillage de bateaux survenues au cours de la décennie 1690 se répètent dans les dernières années du règne de Louis XIV, lors de la grande cherté de 1709 mais aussi de celle de 1713-14. Le chômage atteint gravement Tours ainsi que les campagnes où manœuvriers et petits paysans ne trouvent pas de travail saisonnier et ne peuvent faire quelques réserves pour l’hiver60 puisque la faiblesse des récoltes entraîne la baisse des besoins en travail et la hausse de l’offre de main-d’œuvre. Pour tous ceux qui achetaient leurs grains ou leur pain, il y eut une phase difficile à franchir entre 1709 et 1715. Malgré la vigilance de l’intendant, à l’instar de ce qui s’est passé en 1693 puis en 1698 ou 1699 la foule bloqua à plusieurs reprises des bateaux qui remontaient ou descendaient la Loire ; le 30 mars 1709 la cargaison de quatre d’entre eux est vendue à 20 s. le boisseau alors que le prix à Tours est de 30 sous. Les coupables, ou tout au moins ceux qui furent arrêtés, étaient des citadins mais la participation des ruraux n’est pas niable. La famine est réelle : en juin, l’intendant Turgot envoie à Versailles un échantillon de racine d’asphodèle que l’on mélange avec du blé pour faire du pain.

  • 61 Ces troupes en profitent pour se livrer à un faux-saunage éhonté et accroissent donc les désordres

44La Touraine semble plus calme que l’Anjou mais la sécurité n’y règne pas. Le 29 avril 1709, une émeute éclate à Ligueil, marché du sud de la province, très agité au long du xviiie siècle. Le présidial de Tours, alors compétent pour juger ce type de délits, prononce de sévères condamnations contre les fauteurs de troubles. Le lieutenant criminel attribue la situation à l’avidité des marchands et à l’égoïsme des gens de la campagne qui se sont attroupés et empêchent le départ des blés ». La dureté des condamnations et le cantonnement, à Tours et à 4 lieues à la ronde, de trois compagnies du régiment de Ligondez61 permettent le retour au calme dans la ville et le rétablissement de la liberté du commerce dans les campagnes. Mais les troubles durent jusqu’en 1714, preuve d’un malaise persistant. Au printemps 1713, de nombreux pauvres affluent des campagnes vers les villes. La fin du règne de Louis XIV a donc vu se produire de graves émeutes dues à la disette et la cherté ; les causes fiscales passant au second plan sans disparaître totalement.

III - De la paix à la stabilisation monétaire

  • 62 Voit graph. 6.

45La longue période de forte pression fiscale et de cherté, qui dure au moins six ans entre 1709 et 1715, a effacé pour ceux qui achètent grain ou pain les effets bénéfiques des bas prix du début du siècle. 1714 voit le retour de la paix et des récoltes convenables : dès le printemps, la situation s’améliore ; la récolte des menus de 1715 est « passablement bonne », malgré de nouvelles inondations des varennes en 1715 (puis en 1716) mais pour autant la stabilité de la monnaie et des prix ne règne pas62. De 1714 à 1719, malgré une alerte en 1718, la correspondance de l’intendant avec le Contrôleur général ne fait pas état de soucis pour l’approvisionnement de la région : la situation étant normale, l’intendant ne s’occupe pas d’assurer des secours. En 1717-18, les prix du froment retombent au niveau très bas de 1706-07 et 1707-08.

46De juin 1718 à juin 1726, la courbe des prix mensuels présente un aspect irrégulier ; entre 1715-16 et 1717-18 on observe un minimum cyclique qui s’étale sur trois ans et qui ramène le prix en 1717-18 au niveau de 1705-06, suivi d’un maximum en 1724-25 qui est après ceux de 1709-10 et 1713-14 le plus important de la première moitié du xviiie siècle. Mais ce gonflement cyclique n’interrompt pas la tendance longue qui est à la baisse jusqu’en 1736-37 sur la courbe des moyennes annuelles dans le cadre de l’année-récolte. De plus la livre tournois est fortement réévaluée en 1723 et 1724. La pointe des prix à l’été 1725 est nette (le froment atteint 25 livres au setier en juillet) mais brève.

47Quand, en 1726, est fixée pour la livre une nouvelle valeur qui devait rester longtemps stable, les prix des grains ont retrouvé de bas niveaux qui semblent bien être proches de ceux du « temps de Colbert » : ces prix sont très voisins de ceux des années 1703 ou 1704 ; or à Montbazon, ces derniers sont du même niveau que ceux observés entre 1669 et 1671 ou entre 1680 et 1687. Sur le long terme il ne s’est donc pas produit d’augmentation ; les prix nominaux sont restés les mêmes et les prix réels ont baissé puisque la livre tournois a perdu, entre 1666 et 1726, 45,7 % de sa valeur (mais 64 % si on se place entre 1666 et juillet 1723). La courbe des moyennes mobiles de 13 termes, calculées sur les prix nominaux, pour cette période apparaît comme presque horizontale, et même orientée à la baisse malgré deux petites bosses qui correspondent aux deux crises de 1709 et 1713, jusqu’en 1733 qui voit commencer le rebroussement de la tendance.

Évolution par année-récolte du prix du froment à Tours entre 1702 et 1789 (en livres t. par setier de Tours)

Évolution par année-récolte du prix du froment à Tours entre 1702 et 1789 (en livres t. par setier de Tours)

Notes

1 J.-Y. GRENIER, (Séries économiques françaises (xvie-xviiie siècles), p. 642.

2 A.N. F20 105.

3 . A.D. I. et L., 3F12 A. CHAUVEAU, Dictionnaire géographique, historique et statistique du département d’Indre-et-Loire, p. 258.

4 4. A.D. I. et L., E 290, G 84, G 86, G 400, G 464, H 394.

5 A.D. I. et L., C 62, C 63, C 66.

6 A.D. I. et L., C 337.

7 A.D. I. et L.,C 336.

8 A.D. I. et L., G 464, prix des céréales de 1743 à 1759 au marché de Saint-Christophe.

9 Voir tableaux statistiques n° 1 à 11.

10 A.D. I. et L„ B duché-pairie de Montbazon, mercuriales. Le setier mesure de Montbazon vaut 12, 66 boisseaux de Tours ; les deux mesures sont donc très proches.

11 A.D. 1. et L..C95.

12 E. LABROUSSE, Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au xviii siècle, p. 27.

13 A.C. Montrésor, 4F2 (en dépôt aux A.D. I. et L.).

14 A.D. 1. et L., C 95. On peut donc estimer que les transactions portent sur 60 000 pochées par an, au marché et ailleurs.

15 A.D. I. et L., C 99, A.G. du 10 avril 1789.

16 A.D. I. et L., C 337.

17 A.D. I. et L., B plumitifs d’audiences du lieutenant général de police de Tours. Ces registres couvrent des périodes de durée variable (de 1,5 à 6 ans) et ne commencent pas, sauf au début de la période, le 1er janvier ; les déclarations des prix sont repérables par leur date.

18 A.D. I. et L, 3E6/nc, minutes Archambault de Beaune, 1772.

19 Des indications subsistent pour 1675 et 1676 ; l’évolution en 1676 est celle d’une « année-récolte type ».

20 Ainsi du 14 novembre 1733 au 15 mai 1734, du 11 décembre 1734 au 9 juillet 1735.

21 Le setier de Tours contient 12 boisseaux, le boisseau de Tours pèse 216 livres, contre 240 à Paris.

22 Le prix de la « mouture », mélange destiné à la consommation populaire, ne figure qu’en 1789.

23 A.D. I. et L., 3E6/nc, minutes Archambault de Beaune. Texte imprimé de l’arrêt du parlement joint au P.V. du 15 juin 1771.

24 À cette date, le poids du pain reste stable et le prix est modifié en fonction d’un tarif ; il y a taxe du pain mais non du grain dont le prix est libre.

25 A.D. I. et L., C 96, mémoire anonyme et sans date sur la taxation du pain à Tours (postérieur à 1763).

26 A.D. I. et L., C 98, lettre de Huet de Vaudour à Du Cluzel, datée du 15 mars 1783.

27 AD. I. et L., 3E6/nc, minutes Archambault de Beaune, P.V. du 4 juillet 1771.

28 Tous les chiffres ayant servi à établir les différents graphiques sont fournis en pièces justificatives au chapitre des « données statistiques », du tableau n° 28 au n° 43.

29 A.M. Tours, BB 74, n° 64. La ville achète 10 000 setiers de grain en septembre 1738.

30 A.D. I. et L., C 337.

31 A.D. I. et L., C 62 (1747-1751), C 63 (1752-1754), C 50 (1775, uniquement pour foin, paille et avoine), C 67 (1784-1787 et 1789).

32 E. LABROUSSE, (La crise de l’économie française à la fin de l’Ancien Régime et au début de la Révolution, chap. II Id., Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au xviiie siècle, t. 1, livre I.

33 A.D. I. et L. C 83. Cette période correspond à celle qu’étudie le Mémoire sur la généralité de Tours de 1762 à 1766.

34 A.D. I. et L., C 83, lettre de L’Averdy du 1er juin 1764. Tous les documents évoqués dans les lignes suivantes sont compris dans cette liasse.

35 Ce cadre géographique est cohérent pour toutes les élections, sauf celle de Chinon.

36 A.D. I. et L., C 83.

37 A.D. I. et L., C 82.

38 A.D. I. et L., C 82, élections de Richelieu et Amboise en 1766 ; élections de Richelieu, Amboise, Loches et Tours en 1767.

39 A.D. 1. et L., C 84, élection d’Amboise.

40 P. GOUBERT, Béarnais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, p. 375-377 et p. 396-399. P. Goubert a pu établir sa série à partir de 1601, mais la différence n’est pas très grande car la période 1601-1629 n’a connu que deux mutations monétaires (en 1602 et 1615 ; la livre en 1629 a la même valeur qu’en 1615).

41 Voir graphiques 3 (1 et 2).

42 F. LEBRUN, (Les hommes et la mort en Anjou aux xviie et xviiie siècles, p. 132-134.

43 M. LACHIVER, (Les années de misère. La famine au temps du grand roi, p. 96 et sq.

44 A.N. G7 1632, lettre de l’intendant Miromesnil, datée du 15 juin 1693.

45 A.N. G7 523, lettre du 2 juillet 1697. Sauf indications contraires, toutes les lettres citées ultérieurement viennent de la correspondance entre l’intendant de Tours, ici Miromesnil, et le Contrôleur général des finances.

46 R.P. la Chapelle-aux-Naux, 1698. Il gèle du 3 au 6 mai.

47 A.N. G7 524, lettres des 17 et 28 février, des 12 et 16 mai 1698.

48 Id. Lettre du 22 décembre 1698.

49 A.N. G7 526, lettre de Robert de la Chartre à l’intendant.

50 A.N. G7 1651, réponse de l’intendant au subdélégué d’Angers en date du 3 avril 1708.

51 P. GOUBERT, op. cit., p. 399.

52 Voir fig. n° 2 et 7, stat. 5.

53 Cette durée de 7 ans correspond à un demi-cycle de 13 ans.

54 Mais le chômage règne à Tours.

55 A.D. I. et L., H 19, comptes de l’abbaye de Baugerais : « la grêle a perdu tous les blés en 1708 », cité par P. REBIERE, La crise de 1709-1710 en Touraine et l’attitude des pouvoirs publics, p. 32.

56 A.N. G7 1651. « Avis sur la récolte », rapport anonyme rédigé en août 1708. Lettres des 4 et 17 novembre 1708.

57 A.N. G7 528 et 1651. Ces deux dossiers conservent une abondante correspondance entre l’intendant Chauvelin et le contrôleur général Desmaretz.

58 Il décrit là un phénomène observé ailleurs ; mais il faut noter que les caves troglodytiques sont réputées pour avoir un régime homothermique, que seul un froid exceptionnel peut perturber.

59 A.N. G7 529 et 530. Ces deux dossiers contiennent la correspondance de l’intendant Chauvelin, puis Legendre avec le contrôleur général, entre 1711 et 1715.

60 E. LABROUSSE, (Esquisse du mouvement des prix et des revenus au xviiie siècle, p. 523.

61 Ces troupes en profitent pour se livrer à un faux-saunage éhonté et accroissent donc les désordres

62 Voit graph. 6.

Table des illustrations

Titre Évolution indicielle des prix du froment à Tours, dans la généralité de Tours et en France entre 1771 et 1790 (1771-1790 : indice 100)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17135/img-1.png
Fichier image/png, 232k
Titre Chertés à Montbazon : 1692-1695 et 1708-1714 (prix moyens mensuels par boisseau du froment et du seigle)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17135/img-2.png
Fichier image/png, 363k
Titre Évolution du prix annuel du froment et du seigle à Montbazon entre 1670 et 1714 par année civile et année récolte
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17135/img-3.png
Fichier image/png, 254k
Titre Évolution des prix du froment à Montbazon entre 1691 et 1695
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17135/img-4.png
Fichier image/png, 123k
Titre Cherté à Tours entre 1708 et 1715 (prix moyen en livres t. par setier mesure de Tours)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17135/img-5.png
Fichier image/png, 105k
Titre Chertés de 1709 et de 1713 à Tours et Montbazon
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17135/img-6.png
Fichier image/png, 150k
Titre Évolution des prix par année-récolte entre 1707-08 et 1713-14 à Tours et Montbazon
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17135/img-7.png
Fichier image/png, 159k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17135/img-8.png
Fichier image/png, 90k
Titre Prix du froment au marché de la Saint-Michel à Tours et à Montbazon, entre 1701 et 1714
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17135/img-9.png
Fichier image/png, 206k
Titre Évolution par année-récolte du prix du froment à Tours entre 1702 et 1789 (en livres t. par setier de Tours)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17135/img-10.png
Fichier image/png, 137k

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search