Version classiqueVersion mobile

Les campagnes de Touraine au XVIIIe siècle

 | 
Brigitte Maillard

Troisième partie. Circulation et distribution des richesses

Chapitre 12. Espaces économiques

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Mais cette exception est tout à fait notable puisqu’il s’agit de l’auteur du rapport sur la général (...)

1Tous les contemporains, à une exception près1 s’accordent, s’ils connaissent un peu la Touraine, pour juger que malgré ses apparences de richesse, la province ne peut se suffire à elle-même et ne peut assurer sa subsistance quotidienne. Le problème du commerce est donc crucial pour elle mais la présence de la Loire peut être un atout.

I - Les courants commerciaux

1 - Circulation des grains

  • 2 Lettre de Miromesnil au Contrôleur général, datée du 17 mai 1700, citée par A. de BOISLISLE, Corres (...)

2La province a la chance de se trouver au point de rencontre de deux courants de commerce et d’échanges ; elle se situe entre deux régions ordinairement excédentaires en céréales : au sud le Poitou et le Berry, au nord- est la Beauce dont les franges méridionales sont assez éloignées de Paris pour échapper un peu à sa boulimie. En année moyenne, ces deux zones peuvent servir de grenier à blé pour la Touraine ; il y a là un commerce interrégional qui ne met pas en branle d’énormes quantités de grains et peut donc se faire par route. C’est même une obligation pour les blés beaucerons, faute de cours d’eau convenables ; les charrois suivent un axe nord-sud et sont facilités par les grands travaux routiers accomplis au xviiie siècle. Ce trafic anime des marchés dont l’importance est surtout locale. Plus au sud de la province, les axes principaux sont constitués par le réseau de la Loire et de ses affluents de rive gauche, Cher, Indre, Vienne, orientés selon une diagonale sud-est, nord-ouest. Ces rivières et leurs propres affluents comme la Creuse ou la Gartempe sont jalonnés de ports dont la seule activité est d’expédier des denrées agricoles, grains et dans une moindre mesure vins. La Loire est animée d’un trafic à double sens : elle porte à la descente comme à la remontée des bateaux chargés de blés ; dans les périodes d’abondance, ils descendent vers Nantes ; dans les temps de disette, ils remontent vers Orléans puis Paris mais aussi, volontairement ou sous la contrainte, les villes riveraines du fleuve. Sur les affluents de la Loire le trafic se fait dans un seul sens, d’amont en aval : remplis de grains dans les différents ports, les bateaux se retrouvent sur la Loire, aux confins de la Touraine et de l’Anjou. Ces blés viennent en grande partie du Berry et du Poitou : ils sont stockés dans des magasins au bord des rivières et sont expédiés « du côté de Saumur et le long de la rivière de Loire où il se fait des entrepôts dans lesquels les marchands de Paris et d’Orléans font apporter les blés qu’ils achètent en Poitou »2.

  • 3 A.D. I. et L., C 337, marchés de l’élection de Saumur.

3Les négociants de Chinon sont en rapport avec ceux de Saumur, grosse ville d’entrepôt elle aussi3 ; les grains leur arrivent par la Vienne en provenance des marchés de l’Ile-Bouchard et Sainte-Maure, par la Creuse et par la route de Loudun. Ils drainent ainsi la production d’une zone qui peut exporter car ses habitants ne consomment pas le froment qui y est produit.

  • 4 A.D. I. et L., C 99, lettre de l’intendant d’Aine à Necker, datée du 8 mai 1789.

Saumur et Chinon « sont le centre d’un commerce de grains et d’eau-de-vie très considérable. Plusieurs négociants qui y font leur résidence y attirent par la voie des correspondants qu’ils ont non seulement dans l’Anjou et la Touraine, mais encore dans le Poitou et le Berry, tout le superflu des grains de ces provinces, ils en tiennent des magasins considérables dans leurs villes et dans les environs et si d’autres villes... sont obligées de faire des approvisionnements d’une certaine conséquence, ce n’est qu’aux négociants de Saumur et de Chinon qu’elles peuvent s’adresser »4.

  • 5 Voir carte n°12.
  • 6 A.D. I. et L., C 95, lettre du subdélégué d’Amboise, en date du 4 novembre 1772.

4La géographie du commerce des blés à l’intérieur de la province peut aussi apparaître à travers la carte des émeutes de subsistances qui se sont déroulées au xviiie siècle, soit sur les marchés principaux, soit au bord des rivières sur les lieux d’embarquement des grains destinés à « l’exportation » hors de la province5. Les troubles ont éclaté là où le commerce se voit parce qu’il fait appel à des moyens de transport comme charrettes et bateaux ; portant le plus souvent sur de faibles quantités, les déplacements sont fréquents et à courte distance et se multiplient lors des disettes. Les bateaux ne sont jamais si nombreux que dans les années de famine et l’angoisse de manquer est exacerbée par l’augmentation du trafic ; le peuple qui pense qu’on lui vole sa nourriture intervient souvent par la violence. Sauf lors des disettes où son artère nourricière est bien la Loire, Tours est approvisionné par terre puisque le fleuve ne traverse en Touraine, en amont et en aval de la ville, aucune région grosse productrice de grains : les céréales viennent par différents relais des marchés situés au sud de la Loire ou des exploitations des plateaux du Nord. Amboise est dans la même situation mais peut accueillir des marchands venant du Blésois ou de la « petite Beauce » : « ils ont différents bestiaux qui portent les blés [...] soit aux marchés des environs, soit aux bateaux qu’ils ont soin d’avoir sur les rivières pour envoyer ailleurs »6. Les désordres sont plus rares dans la partie septentrionale qui est pourtant plus isolée et plus difficile à approvisionner ; la population n’est pas excitée par le passage de gros transports de grains. Les rares troubles notés dans cette région se déroulent en 1778 dans des paroisses proches de la route Tours-le Mans dont s’achèvent les travaux et qui débloque la région. La région de Chinon est seule à avoir été épargnée mais ce marché reçoit facilement des grains du Poitou.

  • 7 A.D. I. et L., C 94, lettre datée du 25 août 1765 et écrite à Liancourt. À Tours, lesetier de frome (...)
  • 8 A.D.I.et L.,C 99.

5Dans les villes-marchés traversées par les rivières, la demande émanant des marchands qui cherchent à remplir des bateaux fait augmenter les prix ; l’intendant Du Cluzel affirme au Contrôleur général, en août 1765, que les villes de sa généralité où les grains sont les plus chers sont Angers, Amboise, Saumur, Chinon et Tours, villes « où le commerce se fait sur la Loire avec celle de Nantes entrepôt général pour les embarquements avec le plus d’activité. Il est de l’ordre des choses qu’elles se ressentent les premières de la cherté du blé »7. Les provinces riveraines de la Loire entrent en concurrence dans les années de disette et les intendants échangent alors des lettres dépourvues d’aménité ; en avril 1789, d’Aine écrit à son collègue d’Orléans : « il serait plus que temps que (votre généralité) cesse d’épuiser la mienne [...] vos négociants ont ravi [...] les produits abondants de la récolte de 1787 [...] Il n’est pas surprenant qu’un peuple voit avec douleur passer à des voisins ce qui lui reste de subsistances », à quoi Chevilly répond : « il ne serait pas juste que nous perdissions le fruit de notre précaution et que les municipalités de Tours et d’Amboise en profitassent à notre préjudice ayant eu surtout bien plus de facilités que nous pour s’assurer des grains »8.

  • 9 En 1810, la Touraine possède 798 moulins à eau contre 52 à vent, alors que l’Anjou voisin est doté (...)
  • 10 A.N. G7 1651.
  • 11 B.N., f. fçs 17428, lettre du 4 mai 1694.

6Comme les récoltes, les transports sont tributaires des conditions atmosphériques et il existe souvent une coïncidence entre les années de disette et de difficultés de transport dues aux crues ou aux étiages très bas, mais aussi au froid et au gel. Lors des hivers rigoureux, comme ceux de 1709 ou de 1789, lorsque les rivières sont prises par les glaces, les transports fluviaux sont arrêtés mais, plus grave encore, les moulins à eau ne peuvent plus tourner ; or la Touraine a très peu de moulins à vent9. En 1789, la farine manqua pour cette raison. Les transports terrestres deviennent aussi périlleux et tout concourt à la disette de grains et de farines. L’absence de passage rassure les populations ; parfois même, en gelant, la rivière immobilise des bateaux dont les mariniers préfèrent vendre la cargaison : le 14 janvier 1709, l’intendant Turgot écrit que les bateaux de grains étant bloqués par la Loire gelée « ce n’est pas un mal qu’en attendant il s’en vende dans le pays où il est cher et où on en a besoin »10. Plus grosse de conséquences pour l’ordre public est la sécheresse qui ralentit la navigation, en particulier à la remontée : le peuple suit alors les bateaux qui restent longtemps exposés à sa vue et les attaque facilement comme cela se passa en juillet 169411. La sécheresse ralentit aussi les moulins : à l’été 1739, les boulangers de Chinon manquent de farine pour cette raison.

7Le trafic des grains sur les cours d’eau de Touraine est donc bien supérieur aux quantités que peuvent fournir les récoltes de la région qui est surtout le théâtre d’échanges qui lui échappent.

2 - Faiblesse des « exportations » de vin

  • 12 Archives des Affaires Étrangères, rapport de 1744.
  • 13 SRM, 165 dr 10, rapport du docteur Dupichard sur l’épidémie de 1782 à Mosnes.
  • 14 A.D. I. et L., C 41, plaintes à propos de l’imposition du don gratuit de 1758.
  • 15 A.D. I. et L., id„ lettre du maire de Loches datée du 5 mars 1759.

8En Touraine, la consommation locale de vin occupe une large place, surtout à la fin du xviiie siècle quand le vin abondant et de médiocre qualité se vend mal. Tous les rapports insistent sur ce fait : la province est « très abondante en vins qui sont de médiocre qualité et qui n’ont pas par conséquent une grande consommation extérieure »12. Les autorités administratives et médicales se plaignent fréquemment que les paysans soient les principaux buveurs de leurs vins : à Mosnes, dans la région d’Amboise, il est « léger [..] se boit aisément ; le cultivateur en fait un ample usage [...] (c’est) sa principale occupation »13. Le docteur Dupichard dénonce l’usage du vin comme véritable panacée lors des épidémies. Chacun, ou presque, produisant son vin, les cabarets sont rares dans les bourgs et villages : en 1758, il n’y en aurait par exemple que trois à Saint-Epain (environ 280 feux), deux à Genillé (400 feux en 1740) et aucun à Charnizay ou à la Celle-Guenand (environ 240 feux)14 ; mais les lieux de consommation clandestine, que découvrent ou non les commis des aides, sont nombreux. Bien des propriétaires urbains font entrer leur vin en ville pour le boire ou, s’il n’est pas trop mauvais, le faire vendre. À Loches, en 1759, « plus des deux tiers des habitants sont de petits marchands et artisans [...] le vin qu’ils recueillent provient en plus grande partie de treilles et en général est de si mince qualité qu’il ne sert qu’à leur consommation »15. Le mémoire de 1762-1766 se contente d’indiquer que les vins les plus médiocres, en particulier les blancs du Cher ou de la Vienne, « se consomment dans le pays ».

  • 16 Les exportations de vin rouge de Chinon étaient récentes : selon un rapport de 1756, elles débutent (...)
  • 17 Le rapport de 1746 donne des valeurs plus élevées mais ne précise pas la mesure de capacité employé (...)

9Le marché de ces vins comprend d’abord les régions proches de la Touraine, qui est avec l’Anjou la province viticole la plus septentrionale dans la moitié occidentale de la France ; elle pourrait donc écouler une partie de sa production de vin rouge, de qualité faible et de bas prix, chez ses voisins du Maine ou de la Bretagne. Mais les communications sont difficiles : aucun cours d’eau ne relie la Touraine au Maine qui s’approvisionne plutôt en Anjou grâce à la Mayenne, à la Sarthe et au Loir. Quant à la Bretagne protégée par la douane d’Ingrandes, elle préfère acheter en Bordelais qui fournit ainsi le fret de retour aux bateaux bretons. La Normandie pourrait aussi être un débouché : la voie fluviale puis maritime permettrait de l’atteindre aisément, mais les cargaisons devraient passer par la Bretagne. De plus dans toutes ces régions proches de la Touraine, les pommiers à cidre font des progrès au cours du siècle. Restent les envois vers Paris : selon le mémoire de 1762-1766 on y vend presque uniquement des vins rouges de qualité courante, estimés 20 lt la pièce pour les vins de la Loire et de la Vienne16 et 30 lt pour ceux du Cher appréciés parce que hauts en couleur : la « côte » de Loire y écoule en moyenne 15 000 pièces, celle du Cher 6 000 et celle de la Vienne 1 500. Les envois vers Nantes portent sur des quantités plus faibles : 12 000 pièces de vin blanc dont les 9 000, à 35 lt la pièce, produites chaque année par Vouvray et Rochecorbon ; les côtes du Cher, pour leur part, expédient 2 000 pièces de vin rouge à 30 lt. Ainsi Nantes reçoit 14 000 pièces de vin de Touraine quand Paris en absorbe 22 500, soit 61,5 % en volume mais seulement 48,4 % en valeur17.

10Dans son Cours d’agriculture, Rozier résume ainsi la situation :

  • 18 ROZIER, Cours complet d’agriculture, t. X, p. 141-142. Mais les événements internationaux récents o (...)

« Le prix du bon vin rouge de ce département se soutient, parce qu’il suffit à peine pour la consommation de ses habitants les plus aisés. Paris est le débouché des petits vins du même territoire. Ceux-ci proviennent de vignes plantées en cépages de très mauvais produit pour la qualité, mais qui donnent d’abondantes récoltes. On remarque, dans cette contrée, les cantons de Vouvray et de Rochecorbon, dont le vin blanc tient du sol une qualité qui le fait rechercher des étrangers, entr’autres des Hollandais »18.

11La célébrité des blancs de Vouvray a fait oublier que la vallée de la Loire produit avant tout du vin rouge. Les ventes à l’extérieur de la province sont constituées pour deux tiers du volume par du vin rouge qui ne représente que 55 % en valeur, soit 930 000 lt. Ce chiffre est faible ; ces expéditions forment néanmoins 79,5 % de la valeur des « productions superflues de l’agriculture » et 12,5 % du total des exportations de la province.

  • 19 A.N. F12 641.
  • 20 A.N. F12 1241.
  • 21 A. PARDAILHE-GALABRUN, Naissance de l’intime, p. 299. Selon les inventaires après décès, dans les c (...)

12Il est donc clair que la Touraine n’a pu profiter de l’augmentation du marché intérieur et extérieur, malgré la conjonction de conditions physiques et commerciales favorables, au moins dans les trois élections traversées par les principaux cours d’eau : abondance des coteaux, douceur et ensoleillement du climat, présence de voies navigables, proximité de provinces non viticoles... Pourtant, les Tourangeaux se sont battus pour ouvrir de nouveaux débouchés à leurs vins ; mais leurs efforts n’ont pas porté sur l’amélioration de leur qualité, ils ont plutôt tenté d’obtenir une baisse des prix de vente par une réduction de la fiscalité. Dans les demandes pour le rétablissement des foires franches de Tours, les vins ne sont jamais oubliés19. Dès 1780, l’intendant demande que lors du rétablissement des foires franches, les vins et eaux-de-vie bénéficient comme les autres marchandises de l’exemption des droits de traites et péages quelle que soit leur destination ; il ne visait nullement les droits d’aides ni les octrois perçus à l’entrée de la ville, dont il pensait au contraire qu’ils ne pourraient que croître puisque la consommation augmenterait et qu’ainsi serait compensé, et au delà, le manque à gagner sur les traites. De nombreux physiocrates dénoncent les taxes sur le vin, impôt qui « détruit le débit et la valeur de la production » et empêche de développer cette culture la « plus favorable à la population et à la multiplication des bestiaux ». Une franchise est rétablie en 1782 mais non pour les vins. Le corps de ville et les négociants reviennent à la charge après le premier échec et rédigent le 25 août 1785 un très long rapport, intitulé « Eclaircissements sur le commerce de la ville de Tours et de la province de Touraine, sur les obstacles que ce commerce éprouve et sur les encouragements qu’il serait important de lui accorder »20. Le texte, polémique, consacre de longues pages aux vins « une des productions les plus précieuses de la France [...] mine plus abondante que celle du Pérou ». Mais dans une province trop éloignée de Paris pour que ses vins puissent y concurrencer ceux du Blésois et de l’Orléanais21, « outre les impôts multipliés et excessifs dont les vignobles et le vin ont été surchargés, la barrière des traites a empêché toute communication, toute exportation par la Loire » ; ces droits atteignent alors 65 1. 14 s. 4 d. pour un tonneau de deux pipes, alors que la denrée elle-même vaut « à prix commun » 60 à 65 lt le tonneau ; ils doublent donc le prix de la marchandise dont le coût est encore accru par les frais de transport. L’unique responsable de cet état de fait reste bien l’égoïsme breton :

« Le motif a été l’obstination de la province de Bretagne à rester province étrangère, à se refuser au reculement de la barrière des traites jusqu’à la mer. Son intérêt a été de se conserver, sans concurrence, le débit de ses productions, et l’entrée facile et presque sans droits, par la contrebande, des productions que la mer lui voiture.
« Il fallait s’indemniser de ces pertes par les droits établis sur ce qu’elle pourrait tirer de l’intérieur ; de là l’énormité de ces droits ; mais ce sont les provinces supérieures en production qui ont été punies. La prohibition a été nulle pour la Bretagne : elle a tiré de son fonds, ou par la contrebande, tout ce qui lui manquait, et l’intérieur lui a fourni le moins qu’il a pu.
« Au moins pouvait-on permettre le passage de ce qui n’eût pas été destiné pour elle ; mais le passage des vins pouvait lui en procurer en fraude et sans droits ; il a mieux valu l’interdire en élevant des droits au dessus de la valeur des vins, ce qui était la même chose que d’en interdire le commerce directement. ».

  • 22 Veron de FORBONNAIS, (Recherches et considérations sur les finances de la France...
  • 23 A.N. F20 744.

13Ce raisonnement n’est pas nouveau ; au milieu du siècle, Forbonnais écrivait déjà que « la Bretagne gagne considérablement à rester dans l’état où elle est à cause de ses vins et eaux de vie. Plus on a chargé les vins et eaux de vie d’Anjou, plus les péages et les droits infinis perçus sur la Loire ont renchéri les denrées des provinces des Cinq Grandes Fermes et plus celles de Bretagne ont eu d’avantage »22. Mais sans amélioration de la qualité le simple coût du transport pèse encore trop lourd sur une marchandise volumineuse et de faible valeur23

  • 24 R. DION estime, quant à lui, que la suppression de la douane d’Ingrandes aurait rapidement entraîné (...)

14Selon le mémoire de 1785, la viticulture dépérit : son produit est « au dessous de zéro » ; seuls Vouvray et Joué échappent au marasme mais leurs exportations qui atteignent 5 000 poinçons pourraient tripler. Le roi y perd considérablement : selon un calcul déjà effectué en 1774, cent arpents de terre labourable lui rapportent en impôts directs 150 lt ; cent arpents en vigne produiraient en impôts de toute espèce 11 347 1. 6 s. 8d., sans compter ce que paieraient les artisans nécessaires à la production et au commerce du vin. La paix est revenue et un nouveau bail doit être conclu avec la Ferme ; les conditions sont donc favorables. S’il n’est pas possible d’obtenir une franchise pour toute l’année, qu’au moins le conseil l’accorde aux vins à destination des colonies, comme il l’a fait en juillet 1784 pour les eaux-de-vie. L’obstination des Tourangeaux, alliés aux habitants de toute la vallée entre Orléans et Ingrandes, fut récompensée par l’arrêt du conseil du 7 décembre 1785 exemptant de droits de traites leurs vins exportés à destination des colonies. Mais il était bien tard24 !

II - Les marchés aux grains

  • 25 Voir carte n° 4, p. 38.

15Il existe deux sortes de marchés25 : les marchés de consommation, c’est- à-dire ceux des villes comme Tours, Amboise ou Loches qui absorbent les grains, et les marchés de gros bourgs, comme Preuilly, Bléré, Montbazon, qui concentrent les grains pour les expédier une fois les besoins locaux satisfaits. Seule Chinon participe de façon régulière à un vrai commerce interrégional. Les marchés de Tours et des autres villes de la province sont approvisionnés par des paysans qui viennent apporter leurs surplus et par des marchands qui ont acheté sur d’autres marchés puisque, sauf entre 1763 et 1771, il leur est interdit d’acheter dans les granges.

1 - Des marchés organisés en réseau provincial

  • 26 A.D.I. et L., C 337.

16Dans tous les marchés, les grains font l’objet des principales transactions26. La carte de la répartition montre qu’à deux exceptions près ces marchés sont tous au sud de la Loire. Ils se tiennent dans les principaux bourgs et les villes, alors que les foires peuvent se dérouler dans de tout petits villages. À la fin du xviie siècle, il y en a deux par semaine, le mercredi et le samedi, à Tours, Amboise, Montrichard et Preuilly ; à Luynes ils ont lieu le lundi et le mercredi ; en Berry, les marchés tout proches de Châtillon et Buzançais sont le mardi et le vendredi. Quatorze autres lieux, y compris Chinon, ont un marché par semaine. Peu de changements se produisent au cours du xviiie siècle : quelques marchés semblent avoir disparu, comme celui de Beaulieu-lès-Loches, Palluau, Luynes ou Véretz.

  • 27 A.D. I. et L., C 95, lettre de Raboteau, subdélégué de Preuilly, datée du 17 mars 1771, où il donne (...)
  • 28 A.D. I. et L., C 337, rapport du subdélégué de Richelieu.

17La rareté des marchés au nord de la Loire est la conséquence de l’isolement géographique ; celui de Saint-Christophe n’est destiné qu’à la consommation locale alors que Château-Renault tout proche de la « petite Beauce » est plus actif. Dans le sud de la province, autour de Preuilly, ils sont trop nombreux si on y comprend ceux du Poitou tout proche : ils « se nuisent et se détruisent », si bien que les marchés de La Guerche et de la Roche-Posay n’ont pas lieu27. Celui de l’Ile-Bouchard souffre aussi de la trop grande proximité de ceux de Sainte-Maure et de Chinon. Entre deux marchés, une distance d’au moins quatre lieues semble souhaitable mais elle doit être moindre dans les zones sans voie d’eau, la proximité étant avantageuse pour les paysans qui peuvent y venir facilement : environ quatre lieues séparent les marchés de Loudun, Richelieu et Monts qui sont aux trois sommets d’un triangle équilatéral, et le dernier est à mi-chemin entre Mirebeau et les deux autres : « [...] la position de ce marché entre Richelieu et Mirebeau le rend fort utile aux laboureurs qui souvent ne pourraient voiturer leurs grains à l’un ou à l’autre de ces deux marchés »28. Le marché de Richelieu est très fréquenté parce qu’il jouit de l’exemption de tous les droits pour les blés et le vin.

18Chaque jour de la semaine se tient un marché quelque part, le mardi (4 marchés) et le jeudi (5) sont les jours les moins fréquents et le samedi le plus courant (9 marchés), juste devant le lundi et le mercredi (8). Cette répartition hebdomadaire ne doit rien au hasard car certains marchés sont interdépendants : celui qui en approvisionne un autre se tient nécessairement la veille ou l’avant-veille. Le samedi Amboise vend des grains qui ont été achetés le vendredi à Bléré, qui a fait une partie de ses approvisionnements le jeudi à Montrésor et Ecueillé. Ligueil loin au sud (marché le lundi), Montbazon au sud, Château-Renault au nord (marchés le mardi) envoient des grains pour celui du mercredi à Tours ; mais Ligueil approvisionne aussi Cormery, qui expédie à son tour vers Loches et Tours. Il existe ainsi tout un réseau croisé d’échanges de grains, qui permet une concentration des grains en deux étapes, ils sont moins denses dans le sud-ouest de la province où des marchés comme ceux de Mirebeau et Loudun sont davantage tournés vers Chinon, Poitiers ou Saumur. On comprend aussi que des troubles sur un marché ont leurs suites le lendemain ou surlendemain sur un autre.

2 - Contraintes légales

19À quelques exceptions près (l’abbaye de Marmoutier détient des stocks importants de grains qu’elle doit certainement vendre) la Touraine ne participe pas au grand commerce des grains. C’est dans le cadre régional et local que s’opèrent la surveillance du commerce local et provincial, des marchés et des boulangers, mais aussi le contrôle de la qualité des farines et du pain. Il faut que les grains et le pain soient abondants, à bas prix et mangeables : on crie facilement à l’empoisonnement dont on impute la responsabilité aux marchands et aux boulangers, surtout en temps de disette quand ils sont accusés de vouloir se débarrasser à bon prix de grains « immondes ».

  • 29 N. DELAMARE, Traité de la police, t. II.

20Les règles du commerce des grains29 les plus importantes localement concernent l’obligation faite aux marchands et négociants de déclarer leur activité, et surtout l’interdiction pour les boulangers de Tours d’acheter du grain sur le marché de la ville. Mais elles ne sont guère évoquées en dehors des temps de crise, c’est pourquoi on les trouve rappelées surtout par les procès-verbaux et jugements émanant du lieutenant de police pour Tours et de la maréchaussée pour le plat-pays. La population très vigilante sur ce sujet agit parfois par elle-même ; elle se veut « légaliste » et a recours aux autorités de police qu’elle prétend aider dans le maintien de l’ordre, si bien que des officiers tiennent souvent sur les marchés des rôles très différents.

  • 30 S. KAPLAN, Le pain, le peuple et le Roi, p. 71. La police de Paris n’applique jamais une politique (...)

21La réglementation du commerce des grains est surtout destinée à assurer l’approvisionnement des villes, les campagnes étant considérées comme des lieux de production et les ruraux comme des fournisseurs et non des consommateurs. Elle répond aux vœux de la partie la plus humble de la population ; les propriétaires fonciers et autres détenteurs de stocks ne peuvent avoir le même avis. Les règles du commerce permettent de surveiller les conditions des transactions sur les marchés mais non d’intervenir dans leur approvisionnement qui reste libre ou d’imposer une taxation du prix des grains ou de la farine30. Les marchands ne peuvent être contraints à apporter du grain et les boulangers du pain, et c’est un de leurs moyens de pression. Un contrôle existe : c’est celui du prix du pain qui est surveillé et n’évolue pas librement ; il est fixé par rapport à celui du blé en application d’un tarif précis, qui fait l’objet d’une grande publicité (il a été imprimé et il est sans cesse rappelé) ; les autorités ne peuvent l’établir en fonction du prix qu’elles estiment supportable par la population.

  • 31 Lettre de Miromesnil au Contrôleur général, en date du 17 mai 1700, cité par A. de BOILISLE, op. ci (...)
  • 32 S. KAPLAN, op. cit., p. 69.

22Dans les temps de cherté, pour faire baisser les prix et casser une éventuelle spéculation, la solution est dans le recours à des approvisionnements extérieurs qui permettent de faire cesser l’effet de pénurie et la hausse des prix sur le marché, tout en évitant que les marchands ne prennent peur et ne renferment leurs grains, réaction qu’a connue l’intendant Miromesnil en 1700 : pour faire appliquer une circulaire du Contrôleur général qui a demandé une enquête sur les entrées et sorties de grains alors que le grain n’est pas très cher, il a écrit dans toutes les subdélégations et « l’effroi s’est mis dans le commerce des blés, en sorte que les marchands n’ont pas voulu paraître ni venir dans les marchés où les juges de police ont demandé leurs noms et les observations marquées dans la table, chacun voulant garder son secret »31. Le dilemme est permanent : autoriser le commerce intérieur et extérieur pour permettre l’approvisionnement des marchés même si les prix doivent monter, ou bien interdire, au risque d’effrayer le marché en laissant présager une pénurie32. La réglementation du commerce est une des solutions ; ses conséquences sont parfois dénoncées non par les acheteurs qui réclament une application stricte, mais par ceux qui s’en estiment victimes. En 1742, alors que le grain est cher depuis 1738, les boulangers de Tours jugent que le prix du pain est inférieur au coût de fabrication ; la liste de leurs plaintes est longue : il leur est interdit d’acheter sur le marché de Tours et ils doivent donc aller s’approvisionner dans les villages situés au sud de la ville, comme Cormery, Bléré ou Sainte-Maure, où le grain est cher ; de plus c’est un facteur de perte de temps et d’augmentation des prix puisqu’il faut payer le transport ; le tarif néglige l’évolution du coût du combustible, de la main-d’œuvre... Les meuniers de Tours travaillant uniquement pour les « bourgeois », les boulangers doivent donc s’adresser à ceux de la vallée de l’Indre mais pour des raisons techniques, les pertes y sont élevées ; ils se plaignent d’être victimes de la malhonnêteté des meuniers. Ils subissent aussi la concurrence des boulangers « forains », nombreux à venir de la vallée de l’Indre pour vendre au marché de Tours.

  • 33 A.D. I. et L., G 20, mémoire de mai 1761.

23Le commerce des grains est gêné à Tours par un fait matériel, l’absence de marché couvert ou de halle aux grains alors que les autres marchés de la province, comme celui de Cormery, en sont équipés. Une halle dotée de greniers rendrait service à « tous ceux qui font le commerce des blés et sont obligés de les voiturer chaque jour de marché » et permettrait « lorsqu’on verra l’abondance assurée [de] dispenser les boulangers de s’approvisionner dans les marchés éloignés et fixer à leur égard des heures où ils pourront acheter [...] les boulangers affranchis en ce cas de la dépense que ces voyages leur occasionnent nécessairement baisseront la main sur le prix du pain »33. Avant 1763, les marchands et paysans qui ont apporté des grains n’ont pas le droit de remporter ceux qu’ils n’ont pas vendus, ni de les stocker chez un particulier ; ils sont donc obligés de tout céder en diminuant les prix en fin de marché, ce qui contribue à la baisse des cours et de leurs profits. Quand il pleut, de peur que le grain exposé aux intempéries ne soit gâté et se vende mal ou à bas prix, les producteurs ne viennent pas et

  • 34 A.D. I. et L., C 98, mémoire de Huet de Vaudour à Du Cluzel, daté du 15 mars 1783.

« les vendeurs sont dans le cas en pareille circonstance de faire la loi au public. Je suis étonné que dans la capitale d’une province il n’y ait point de halle, pour la vente publique des grains. C’est un premier établissement essentiel, pour y attirer l’abondance et la facilité de sa subsistance. C’est le moyen que la police puisse y voir et examiner tout ce qui s’y passe, y veiller, y mettre ordre et instruire le Gouvernement et Votre Grandeur des abus qui peuvent se commettre dans ce commerce »34.

3 - La clientèle

  • 35 A.D. I. et L., B audiences du lieutenant de police de Tours, 1770.

24Deux types de clientèles fréquentent les marchés : les marchands et boulangers (sauf à Tours pour ces derniers au temps du contrôle) d’une part et de l’autre, les simples particuliers citadins ou ruraux qui ont peu de réserves et s’approvisionnent à la petite semaine ; les citadins en nombre croissant, mais non les ruraux, achètent du pain. Même les communautés religieuses ont peu de stocks car de plus en plus souvent, elles afferment en argent dîmes et métairies. Les particuliers qui dans leur grenier en ville ont des grains pour leur consommation personnelle sont une minorité comme le montrent les déclarations faites à Tours, sur ordonnance du lieutenant de police du 5 mai 177035, par tous ceux qui détiennent des grains, quelles que soient leur origine et leur destination. Cinq communautés religieuses, 24 particuliers de Tours et trois de Saint-Symphorien, la font ; le greffe reçoit 34 déclarations seulement ; s’y ajoutent plusieurs dénonciations qui provoquent des perquisitions. Parmi les particuliers concernés, 18 sont officiers, notaires, bourgeois..., aucun membre de la manufacture de soie n’apparaît. Les grains stockés à Tours ou en campagne viennent de différentes propriétés ; seuls cinq individus déclarent en avoir acheté. Ces provisions, surtout du froment, sont destinées à la consommation domestique et ne dépassent pas 144 boisseaux (mais la récolte à venir n’est pas loin). Six particuliers et le receveur du chapitre Saint-Martin disent avoir vendu des grains à des meuniers ou des boulangers.

  • 36 A.D.I.etL.,3E6/nc, minutes Archambault de Beaune, P.-V.du 4 juillet1772.

25La grande majorité des habitants de Tours achète donc des grains ou du pain ; mais à côté d’eux, sur le marché, les gens de la campagne sont nombreux : le 4 juillet 177236, sur douze acheteurs nommément désignés, sept viennent de paroisses extérieures, parfois assez éloignées comme Monts dans la vallée de l’Indre, peut-être parce que les marchés ruraux sont alors mal approvisionnés ; tous ne prennent d’ailleurs que de faibles quantités, de 3 à 12 boisseaux. À cette date, sans doute les provisions sont-elles totalement épuisées, sauf pour ceux qui disposant de stocks attendent que les prix montent encore.

  • 37 A.D. I. et L., 3E4/nc, minutes Hubert, inventaire du 16 janvier 1758.

26Les inventaires après décès montrent l’état le plus habituel des provisions de grains aux différents moments de l’année chez les paysans. À la fin de l’été, chez les laboureurs, dans les zones où le froment est cultivé, il en existe quelques boisseaux destinés aux semailles et à la vente ; au printemps, ce grain n’est plus indiqué mais il reste du seigle et de l’orge, des fèves et des pois de toute nature. Chez les journaliers comme chez les vignerons ou closiers, n’est jamais mentionné du froment, rarement du seigle ou de la « mouture » mais souvent des haricots ; il n’y a en fin d’année-récolte, chez les journaliers surtout, aucune provision. Au contraire, dans l’énumération des « dettes passives », figurent souvent des sommes dues à un autre paysan pour achats de blé ou au boulanger : ainsi, pour ce closier de Saint- Avertin dont l’inventaire est fait le 16 janvier 1758, donc bien avant la fin de l’année-récolte, le notaire indique un actif de 175 1. 11 s. et un passif de 94 lt, dont 54 lt pour du blé ; les seules réserves qui aient été inventoriées sont du bois et du chanvre (16 lt au total)37.

  • 38 A.D. I. et L., C 95, lettre du 29 septembre 1779.
  • 39 H.L. ROOT, « Politiques frumentaires et violence collective en Europe au xviiie siècle », AESC, 199 (...)

27Tous ces ruraux pauvres viennent donc acheter, et non vendre, sur les marchés. Comme ils s’approvisionnent en grains ils subissent de plein fouet l’augmentation de ceux-ci tandis que les acheteurs de pain sont un peu mieux protégés, le prix en étant surveillé. Turgot ayant eu le projet d’étendre à la France la méthode de fixation du prix du pain en usage à Paris, l’intendant de Tours lui répond « qu’elle n’apporterait pas de soulagement aux campagnes, puisque l’habitant qui achète le blé pour le convertir lui-même en pain s’aperçoit plutôt de la cherté du blé que de celle du pain »38. De plus, les paysans consomment les grains les moins chers, atteints par les plus fortes fluctuations de prix. En temps habituel, beaucoup de paysans vivent tant bien que mal grâce aux légumes de leur jardin, aux grains qu’ils ont récoltés et qu’ils peuvent avoir reçus comme salaire ; mais en temps de pénurie, ils affluent sur les marchés des villes jusqu’à ce que, les prix dépassant leurs possibilités financières limitées aussi par la baisse des besoins en main-d’œuvre, ils soient contraints à avoir recours à toute sorte d’aliments de substitution. Les intendants sont très conscients qu’il faut assurer le maintien de l’ordre dans les villes en les approvisionnant39 mais que dans toute la mesure du possible cette politique ne doit pas être menée aux dépens des paysans qui ont parfois plus besoin des secours que les citadins. En 1770, lors de la grande cherté, Du Cluzel écrit à Terray :

  • 40 A.D. I. et L., C 96, lettre de Du Cluzel à Terray, datée du 11 juillet 1770.

« [...] le détail [du grain vendu au peuple] est prodigieux parce qu’il a presque tout été enlevé par des gens de la campagne [...] les plus grosses parties sont de cinq à six boisseaux que les gens de la campagne viennent chercher sur le bateau les larmes aux yeux, quand leurs facultés le leur permettent »40.

  • 41 A.D. I. et L., C 99, lettre de l’intendant d’Aine à Montaran, datée du 29 avril 1789.

28Parce qu’il serait difficile de les distribuer dans les campagnes, les grains procurés par l’intendant sont mis en vente sur les marchés des villes mais non réservés aux seuls citadins. Parfois ces derniers réagissent violemment au moment des chertés contre les étrangers ; ainsi, au printemps 1789 des femmes de Tours veulent empêcher Girard, négociant en grains qui assure l’approvisionnement de la ville, de vendre du blé aux gens de la campagne et donnent la chasse à des habitants d’Amboise venus acheter du pain à Tours où il est moins cher. Cette réaction est alors générale : « le peuple qui sent aujourd’hui trop vivement ses besoins [est aigri] contre tout étranger à la banlieue ou à la paroisse qui vient à ses marchés »41.

4 - Difficultés

  • 42 A.D. I. et L., C 96, lettre du 15 mai 1770.

29Le fonctionnement des marchés est donc compliqué par les importantes fluctuations que subissent production mais aussi demande en grains. Ainsi en 1770, l’intendant note à plusieurs reprises la très forte augmentation des transactions sur le marché de Tours : « toutes les provisions des petits cultivateurs se trouvant maintenant épuisées, ils se fournissent au marché » ; lorsque « chacun se fournit dans son canton », on vend en ville en moyenne 50 setiers, mais « il faut les porter en ce moment à 200 setiers ou 24 000 boisseaux de Paris »42, c’est-à-dire qu’il faut multiplier par 4 les quantités mises sur le marché pour que soit assurée la subsistance de 35 000 personnes. En mars 1789, le négociant Girard s’engage à livrer chaque semaine 10 setiers de grains le mercredi et 30 le samedi, plus 100 setiers de farine moitié seigle moitié froment, mais c’est tout à fait insuffisant car le processus d’approvisionnement est inversé : les petits marchés ne peuvent plus alimenter Tours qui, au contraire, doit pallier leur carence :

  • 43 A.D. I. et L., C 99. A Tours 1 fourniture vaut 21 setiers, soit 252 boisseaux.

« les petits marchés des environs n’étant plus aussi garnis qu’ils ont coutume de l’être les consommateurs se rendent à Tours et notamment on vient acheter à Tours de Bléré, Amboise et des environs, ainsi les besoins du marché de Tours peuvent être évalués un quart en sus de l’état ordinaire ce qui le porterait à 36 fournitures par semaine »43.

  • 44 A.D. I. et L., C 94.
  • 45 A.D. I. et L., C 94, lettre de Tournyer, subdélégué d’Amboise, datée du 18 juin 1768.

30Le fonctionnement ordinaire du marché, que tente d’assurer une collaboration entre les différentes autorités, donne prise à de nombreuses critiques, en particulier sur sa trop grande brièveté : les particuliers n’ont pas le temps d’acheter. De plus, ils se heurtent à la concurrence des marchands et revendeurs alors que théoriquement ils doivent être servis les premiers : « les lois de police exigent que l’habitant soit approvisionné avant que les grains soient enlevés par les marchands étrangers »44. Le public a parfois le sentiment d’être dépouillé : à Bléré45 le 17 juin 1768, l’émeute a été déclenchée par la pénurie sur le marché où l’on se plaint que les marchands achètent dès le matin et au prix fort tous les grains disponibles ; à Tours, les marchands s’approvisionnent dès le début du marché, à midi, aux dépens des particuliers.

31Les incidents ont été particulièrement nombreux lors de l’essai de déréglementation, entre 1763 et 1771. Certaines pratiques peuvent laisser croire au peuple que les autorités n’ont plus de moyens pour faire garnir les marchés : on ne peut pas contraindre marchands et blatiers à apporter des blés, ni forcer les greniers, toutes mesures qui seraient contraires à la loi et à l’intérêt général car elles provoqueraient la peur chez les marchands. À cette date les paysans sont autorisés à vendre sur place à qui ils veulent et beaucoup de marchands vont acheter dans les granges et greniers, avant le battage et même parfois avant la récolte. Les blatiers peuvent aussi se grouper et acheter en gros pour revendre quand ils veulent et au prix qu’ils veulent.

  • 46 A.D. I. et L., B audiences du lieutenant de police, 7 mars 1789.

32C’est en 1789 que les « effets pervers » de l’application des « règles du marché » seules survivantes de l’ancienne législation se sont fait le plus gravement sentir. Les problèmes pratiques sont alors multiples, sans parler de l’échauffement des esprits. Dans l’hiver de 1789, le froid rend les transports extrêmement difficiles ; dans ces conditions obliger paysans et marchands à venir sur les marchés revient à multiplier les risques. Les solutions adoptées peuvent se révéler pires que le mal : un marché à Saint-Sympho- rien au nord de Tours est établi pour pallier les conséquences de la rupture du pont de Tours, mais les meuniers d’Amboise y multiplient les achats et le vident au détriment des habitants de Tours46.

III - La tentative de déréglementation du commerce et ses suites

1 - L’expérience de la liberté du commerce

  • 47 A.D. I. et L, C 94, brouillon de réponse de Du Cluzel au Contrôleur général, juillet 1764.

33La liberté du commerce intérieur, décidée en 1763, a reçu l’approbation de tous les vendeurs car elle a surtout supprimé les contraintes d’approvisionnement des marchés. Elle n’était pas sans inquiéter les autorités : « Quant aux préventions qui pourraient subsister encore contre la liberté d’emmagasiner des grains et d’en faire commerce, je ne crois pas qu’elles puissent résider ailleurs que dans l’esprit du peuple, qui n’a porté jusqu’à présent son jugement contre le commerce que relativement aux défenses qu’on avait faites et qu’il regardait comme des lois qu’on ne pouvait enfreindre qu’à son préjudice »47 ; l’intendant dit, sans grande conviction, espérer que grâce à l’action des « gens éclairés », les préjugés seront détruits. Il veut faire connaître la nouvelle réglementation par voie d’affiche et de publication et se soucie surtout d’informer le peuple. Si de nombreux physiocrates pensent que la production agricole de la France est, en année moyenne, suffisante pour couvrir ses besoins, il répète souvent que ce n’est pas le cas de sa généralité et en particulier de la Touraine ; il peut donc à bon droit, pour expliquer les fluctuations de prix, invoquer les mauvaises récoltes et pas seulement la spéculation.

  • 48 A.D. I. et L., id., mémoire du corps de ville de Tours au Contrôleur général, fin 1765.
  • 49 F. BRIZAY, (Le corps municipal de Tours de 1724 à 1789, chap. III.
  • 50 A.D. I. et L., id, lettre du 3 mars 1765.

34Tout en y mettant les formes, les échevins de Tours font connaître leur opposition et expriment le même avis que l’intendant. Ils « reconnaissent la sagesse des édits et déclarations qui ont permis l’exportation des blés hors du royaume, ils sentent tout l’avantage qui résulte de la liberté du commerce accordée par les édits » mais, selon eux, la Touraine « se trouve dans des circonstances particulières » : elle ne produit pas de quoi se nourrir, elle n’a pas de stocks et elle voit sa « rivière couverte de bateaux de bleds destinés pour Nantes et de là selon les apparences pour l’étranger »48. Ces échevins ne sont pas négociants49 et ne trouvent aucun intérêt personnel dans la nouvelle législation ; ils redoutent les troubles de l’ordre public dus au peuple qui « murmure ». Les subdélégués, les officiers seigneuriaux, les syndics signalent de nombreuses « émotions » ; aucun n’a abandonné le souci de l’approvisionnement local et tous semblent souvent regretter les règles anciennes de police. En septembre 1765, Jahan, subdélégué de Richelieu, demande une réglementation des marchés : « Je crois qu’il serait de votre prudence de mettre ordre [à l’augmentation des prix] ; et pour en arrêter le cours, ce serait d’empêcher les passages ou en faisant mettre une police sur les grains »50. Le 5 mai 1770, les officiers de police de Tours font arrêter deux bateaux de farine à destination de Nantes et vendent la cargaison à la population ; Terray réagit vivement à cette conduite qui ne semble pas isolée dans la généralité ; il dénonce les risques qu’elle fait courir au commerce et donc à l’approvisionnement, et stigmatise le comportement des officiers de police : ils « ont voulu complaire au peuple et ils l’ont enhardi, au lieu de le contenir selon le devoir de leur charge ». Pourtant l’attitude des autorités locales n’est pas systématiquement hostile ; sans doute la nouvelle loi qui est véritablement révolutionnaire n’est-elle pas été bien comprise et comme les mauvaises récoltes reviennent, les troubles reprennent. L’arrêt du parlement de Paris d’août 1770 qui ne fut pas cassé, puis un arrêt du Conseil le 23 décembre 1770 et enfin un édit en janvier 1771, rétablirent en partie un contrôle des marchés ; mais cherté et agitation sur les marchés durèrent.

2 - Le retour à un contrôle limité

  • 51 54. Cette pratique est répandue dans la généralité de Tours tout comme en Bretagne (cf. J. LETACONN (...)
  • 52 A.D. I. et L., C 95, circulaire de Terray, avril (?) 1771.
  • 53 S. KAPLAN, op. cit., p. 341.

35Sous l’administration de Terray le retour à la législation antérieure est loin d’être total. La libre circulation intérieure n’est pas interdite mais des règles strictes pour les ventes sont édictées : tout doit se faire sur les marchés et les marchands doivent se déclarer ; le commerce est interdit aux officiers, aux fermiers et receveurs, aux laboureurs et aux meuniers ; il est prohibé de vendre sur échantillon51. « Tout achat suivant la loi est interdit aux fermiers hors le cas des semences », ils ne peuvent donc acheter pour revendre ; cette mesure s’applique même aux menus grains puisque ceux-ci sont, en Touraine, « utiles à la fabrication du pain ». La même interdiction est faite aux meuniers, qui peuvent cependant la contourner en achetant du grain pour le revendre sous forme de farine52. Seuls les habitants les plus pauvres sont autorisés à s’approvisionner à la petite mesure pour leur usage directement chez des fermiers. L’idée que le contrôleur général se fait des « fermiers et laboureurs » correspond sans doute à la situation en Ile-de- France53, mais non à celle de la Touraine : ces gros paysans qu’il accuse d’être responsables des pénuries et chertés y sont fort rares. Son réquisitoire est sévère :

  • 54 A.D.I.et L.,C id., lettre de Terray à Du Cluzel, datée du 18 septembre 1773

« La liberté du commerce des grains a paru nécessaire pour encourager l’agriculture et mettre les fermiers et laboureurs à portée de tirer de leurs denrées un produit proportionné au travail, aux fermages et aux impositions qu’ils doivent acquitter. S’ils se conduisaient de manière à remplir uniquement cet objet personne n’aurait à se plaindre, mais ils s’éloignent beaucoup de ce but. Les plus riches d’entre eux ne sont guidés que par leur intérêt personnel ; enrichis pour la plupart par le haut prix auquel les grains ont été portés depuis plusieurs années et n’ayant en quelque sorte aucun besoin d’argent, ils sont devenus plus avides, ils resserrent les grains cet objet de première nécessité sans lequel nul ne peut subsister, ou du moins ils ne veulent vendre qu’à des prix exorbitants ; ils négligent de fournir les marchés et enlèvent souvent eux mêmes sous prétexte d’en avoir besoin pour leurs semences, les blés que les propriétaires y portent. L’abus s’étend encore plus loin, ils vont dans les campagnes et ils achètent des laboureurs moins aisés les grains dont ils sont obligés de se défaire pour acquitter leurs charges »54.

  • 55 S. KAPLAN, op. cit., p. 345.

36Dans les lettres de Terray éclate sa méfiance envers les nombreux acteurs du commerce des grains ; il n’a pas plus confiance dans les autorités de police dont le « zèle [...] est souvent indiscret » et il envisage même en septembre 1772 « de soustraire à l’autorité des juges ordinaires le commerce des grains » ; il estime en effet que la récolte est à cette date tout à fait suffisante et que rien ne peut justifier la hausse des prix, si ce n’est des « exportations frauduleuses » par terre et surtout par mer. Si le contrôleur général adopte cette attitude, comment le peuple pourrait-il penser de façon plus sensée ? L’opinion de Du Cluzel est plus nuancée : directement au contact de la réalité, il doit ménager ceux qui travaillent avec lui au maintien de l’ordre mais aussi les négociants en grains ; son avis et celui des subdélégués sont intéressants car tous ont sans doute une plus grande liberté d’action que dans les régions grosses productrices de grains où comptent les intérêts des producteurs et des marchands mais aussi ceux des grands propriétaires, nombreux en particulier dans les parlements qui agissent contre l’interdiction d’exporter55. À Tours, l’intendant est en accord avec les autorités et ses subdélégués sont rarement en conflit avec les juges locaux.

  • 56 A.D. I. et L., C 95.

37En octobre 1773, en réponse à un long questionnaire de Terray, Du Cluzel56 répète qu’il est d’accord sur le principe de la liberté du commerce intérieur : « rien ne peut être plus utile aux provinces qui manquent de grains que la facilité qu’ont les autres de leur en fournir et toutes les entraves qu’on y mettra feront naître le monopole par l’intérêt qu’on aura à éluder la loi » ; il désapprouve les limitations apportées à la liberté du commerce local « ayant donné lieu à des abus au lieu de les prévenir ». Mais appuyé sur les témoignages de ses subdélégués, il expose les difficultés rencontrées par les laboureurs pour le transport des grains. Il reconnaît ouvertement que l’on n’a pas « tenu trop strictement la main à l’observation des formalités prescrites par l’arrêt du Conseil du 23 décembre 1770 ». La réglementation de 1771 vise surtout l’activité des marchands, des blatiers et des meuniers et conforte l’opinion commune qui les considère comme responsables de l’augmentation des prix ; Du Cluzel prend leur défense et juge qu’ils sont trop surveillés et trop facilement soumis à la vindicte du peuple pour pratiquer « le monopole ». Par contre, il rejoint l’avis de Terray sur certains paysans et propriétaires à qui « l’augmentation des grains a sûrement donné [...] la facilité de les garder ». Les fermiers, les marchands et négociants semblent « n’être pas contents des dispositions de l’article VI des lettres patentes du 11 janvier 1771 » selon l’expression du subdélégué de Preuilly, chacun trouvait en effet son avantage dans des transactions faites sur les lieux de production. Ils réagissent donc par la force d’inertie ; il est vrai que les instructions de Terray n’exigent pas une application « à la rigueur » : « le laboureur se persuade que les dispositions de la loi sur le commerce des grains qui lui est interdit et la défense de vendre ailleurs qu’au marché ne sont que comminatoires, ce qui le porte à se livrer comme par le passé à des ventes clandestines » ; seuls peuvent être autorisés à vendre sur place les « propriétaires de bonne foi qui n’ont pas de chevaux chez eux ».

  • 57 A.D. I. et L., C 97, rapport du subdélégué général, à Du Cluzel en date du 11 mai 1772.

38Les autorités locales paraissent surtout préoccupées de maintenir le calme ; quand des incidents se produisent, si le retour à l’ordre est rapide, le juge local ne poursuit pas : ainsi à la Roche-Posay, à l’été 1772, le bailli voyant la tranquillité revenue après l’attaque menée contre un blatier se contente d’avertir le subdélégué de Preuilly. La situation est parfois compliquée par les rivalités entre les instances concernées. En mai 1772, à La Haye, les autorités de justice locales « acharnées contre les marchands » jugent que ceux-ci sont en contravention avec la loi, ce qui relève bien de leur compétence, mais l’émeute soulevée par ces actions est de celle de la maréchaussée et tel qui est accusateur devant les uns, est accusé devant les autres : « tout le monde est reprochable dans cette affaire » ; la maréchaussée ne voit donc qu’une issue, que les deux affaires soient jointes et renvoyées devant l’intendant57.

3 –À partir de 1776 : le temps des hésitations

  • 58 E. FAURE, La Disgrâce de Turgot, p. 210-211.

39Les marchands retrouvent leur liberté d’action quand l’édit du 13 septembre 1774, préparé par Turgot, supprime à nouveau les règles du marché sans toutefois rétablir la liberté d’exportation58. Ce régime dure à peine deux ans, pendant lesquels en Touraine mais aussi dans toute la généralité, le calme règne malgré la forte augmentation des prix enregistrée de juillet 1775 à juillet 1776. La « guerre des farines » de 1775 n’a aucun écho connu dans la région, alors qu’en février 1774 l’alerte a été chaude.

  • 59 A.D. I. et L., C 98, lettre du subdélégué à l’intendant, datée du 9 juin 1782.

40Que la législation fasse un nouveau retour vers la réglementation en août 1776 importe finalement peu aux acheteurs ; ce qui compte c’est l’approvisionnement du marché et les quelques incidents notables remarqués avant 1788 naissent de la concurrence entre particuliers et marchands lorsque les grains paraissent en quantités insuffisantes : en juin 1782 à Bléré, puis à Amboise les femmes qui s’agitent se plaignent non de payer trop cher mais de ne pas trouver à acheter59. De toute façon, à aucun moment de la période considérée, la loi n’a autorisé à forcer les greniers et à contraindre les marchands à apporter du grain sur le marché ! Quand la cherté pousse les détenteurs de grains à spéculer à la hausse, on ne peut qu’employer des moyens détournés et faire approvisionner les marchés secrètement pour faire diminuer les prix et provoquer la crainte de la baisse. Mais comment cette solution aurait-elle des effets lorsque les grains sont à la fois abondants et chers, comme en novembre 1782 quand l’intendant propose cette solution aux subdélégués...

  • 60 A.D. I. et L., C 99, lettre du 18 avril 1789.
  • 61 Id, lettre à l’intendant, du 22 avril 1789.

41Bien que l’obligation d’acheter sur les marchés ou dans les halles ait été rappelée en novembre 1788 par le conseil d’État, de nombreuses autorités locales ne croient pas, au printemps de 1789, pouvoir éviter d’accorder des dérogations. Il est impossible aux négociants importants, comme ceux de Chinon ou Saumur, de s’approvisionner uniquement sur les marchés locaux trop mal garnis ; d’autre part les achats qu’ils font ne peuvent que provoquer les accusations d’accaparement. Il faut donc autoriser les transactions dans les greniers, quand « les causes en sont légitimes ». Mais on ne doit pas empêcher les marchands de venir s’approvisionner au marché, ce qui serait contraire à la loi et les détournerait du commerce. La gravité de la situation amène aussi à accepter des atteintes à la propriété et à la liberté : Necker autorise les officiers de police à « ne pas s’en tenir à inviter les laboureurs à garnir les marchés, ils peuvent si l’on ne défère pas à leur invitation employer la voie coactive pour y contraindre et ils ne doivent pas craindre [...] de se compromettre en employant ce moyen »60. Les échevins de Tours vont plus loin : « Le besoin et la disette réelle sont des ennemis cruels, ils existent, nous devons nous regarder comme en pays ennemi, toute loi cesse en pareil cas »61.

IV - Les marchands de grains

  • 62 A.D. I. et L., 3E6/nc, minutes Archambault, P.-V. du 15 juin 1771.0
  • 63 La situation des trois autres n’est pas connue.

42Au temps de la réglementation du commerce, avant 1763, les villes sont approvisionnées par des marchands qui viennent des autres marchés et par des paysans, quand ils ont des surplus à écouler. Entre 1763 et 1771, période de liberté du commerce, ces derniers n’ont plus à se déplacer, ce sont les marchands qui assurent le transport des granges vers les marchés. Après le rétablissement des règles du marché, ils restent plus nombreux que les paysans à les approvisionner : le 4 juillet 1772, à Tours, alors que la récolte est à peine commencée, les vendeurs qui sont interrogés à la demande des jurés boulangers62 sont onze, dont 3 marchands et 1 blatier, 1 meunier, 1 métayer et 1 fermier, 1 veuve63 ; 4 sont de la zone au nord de la Loire, dont deux de Saint-Antoine-du-Rocher et 7 viennent du sud, dont deux de la banlieue de Tours.

1 - La situation en 1771

  • 64 Arrêt du conseil d’État du roi du 23 décembre 1770, art. II, cité par G. AFANASSIEV, Le commerce de (...)
  • 65 A.D. I. et L., C 95 : « déclaration par les particuliers qui font commerce de grains et farines con (...)

43Les marchands doivent se déclarer auprès des greffes du bailliage dont ils dépendent ; ces démarches faites en application de l’édit de 177164 et relevées par les subdélégués65, permettent de juger de leur effectif et de leur zone d’activité, mais non des quantités de grains qu’ils traitent : cette indication aurait été très difficile à obtenir. Se sont déclarés :

  • au bailliage de Tours : 62 « négociants »
  • au bailliage de Chinon : 35 marchands et négociants
  • au bailliage de Langeais : 13 « marchands de blé »
  • au bailliage de Loches : 16 « marchands de blé »
  • au bailliage de Loudun : 23 « marchands de blé ».

Les marchands de grains en 1771

Les marchands de grains en 1771

44C’est un minimum : certains n’ont pas pris la peine de faire leur déclaration, c’est ce qui explique qu’il semble n’y avoir aucun marchand de grains domicilié au nord de la Loire alors que le 15 juin 1771, il s’en trouvait au moins deux sur le marché de Tours ; dans la région d’Amboise, seuls les plus importants ont fait la démarche. Huit marchands ou négociants habitent à Chinon dont l’importance se confirme, contre trois seulement à Tours. Leur concentration dans les vallées, en particulier celle de l’Indre, est évidente : entre Cormery à l’amont et Artannes en aval, il s’en trouve 16, sans compter ceux qui résident dans les villages autour ; la nécessité d’approvisionner Tours explique cette densité (on retrouve le même phénomène dans la répartition des moulins). En dehors des vallées, les marchands de blé sont localisés surtout sur le plateau de la Champeigne tourangelle et au nord-ouest de Loudun.

2 - « Blatiers » et négociants

  • 66 Les subdélégués notent que le commerce local de froment a diminué depuis la cherté car les achats s (...)

45Le vocabulaire n’est pas précis mais il existe deux niveaux d’activité. Les petits marchands, les « blatiers », travaillent seuls, conduisent eux-mêmes leur équipage, n’ont pas de magasin et commercent dans un rayon d’au maximum 40 km ; ils achètent dans un marché, auprès de bourgeois ou de paysans, pour revendre au marché suivant ; ils ne traitent que de petites quantités, 10 à 12 « fournitures » par an à l’Ile-Bouchard. Ils sont souvent polyvalents et font, selon l’occasion, commerce de grains divers, de légumes secs, de vins et eaux-de-vie, de noix et autres denrées. Dotés d’un faible capital ils ne paraissent pas capables d’accaparer les grains et de spéculer sur une vaste échelle : ils font du « détail ». Ils forment la majorité des marchands de grains dans la région de Richelieu, de Loudun et d’Azay-le-Rideau, ainsi que de Loches (où ils sont 12, et un « marchand coquetier », sur 16)66. Quelques-uns prennent un peu plus d’importance quand ils agissent « par commission ».

  • 67 A.D. I. et L., C 95, lettre de Tournyer, subdélégué d’Amboise, en date du 4 novembre 1772.
  • 68 A.D. I. et L., id., lettre du contrôleur général Terray, à propos de l’arrêt du 23 décembre 1770.

46Les marchands et négociants ont une autre envergure, non pas tellement ceux qui approvisionnent Tours mais ceux qui participent au grand commerce, en particulier à Chinon. Ils appartiennent à des milieux sociaux divers et tel conseiller du roi au grenier à sel de Chinon, qui se nomme Mathurin Boureau de la Chabossière, n’hésite pas à faire commerce pour lui et pour un négociant de Saumur. Le subdélégué d’Amboise signale l’importance des meuniers : dans une même famille, sont marchands de grains le fermier général de la terre de Pocé en même temps meunier, son frère meunier du faubourg du bout-des-ponts d’Amboise, et « j’ai même ouï dire que M. leur frère curé de Limeray, y entrait pour quelque chose, sans avoir cependant de preuve ; ils ont un autre frère à Orléans qui est leur correspondant et ils étendent leur commerce depuis cette grande ville jusqu’à Nantes »67. Pourtant le commerce des grains est interdit aux meuniers, ou tout au moins n’ont-ils le droit que de vendre les grains de leurs propres domaines ou des farines de leur fabrication68. C’est la seule société de quelque importance dont la trace soit restée. Figurent parmi les huit autres marchands de blé, trois meuniers, un à Montrichard et deux à Bléré.

  • 69 J.-F. Mollandin débuta comme marchand droguiste, puis devint négociant ; pendant longtemps délégué (...)
  • 70 Les marchands de grain partagent leur mauvaise réputation avec les meuniers et les boulangers.

47Les achats réalisés pour l’expédition hors de la province sont surtout le fait des marchands de Chinon ; parmi les 32 négociants relevés un tiers a un magasin, en ville ou à la campagne ; la moitié en a plusieurs dispersés dans la région. La plupart sont dits marchands ou négociants, mais deux sont négociants en gros et quatre travaillent aussi par commission. Le volume financier traité par les cinq plus actifs serait compris entre 10 000 et 40 000 lt. Parmi les huit plus importants qui résident à Chinon, Jean-François Mollandin69 qui « achète en gros sur la place de Chinon pour Nantes et l’Anjou [est] un très gros négociant et très utile au pays dans les cas de disette. On ne peut arbitrer au juste l’étendue de ses spéculations ». À plusieurs reprises en effet, par l’intermédiaire du subdélégué de Chinon, l’intendant est entré en relations avec cet « homme très prudent », pour lui demander d’assurer l’approvisionnement de Tours, ce qui n’a pas été sans soulever bien des difficultés70 :

« ce fut lui qui en 1770 dans le moment d’une extrême cherté fit passer des grains à Tours et dans une grande partie de ma généralité pendant cinq mois. Il le délivra à un prix toujours inférieur à ceux du marché ; je m’étais adressé à lui sur la réputation que toute la province lui accordait et lui accorde encore. Je finirai, M., en insistant comme je le dois sur la nécessité de ne point dégoûter les commerçants surtout honnêtes dans un pays qui ne récolte pas ce qui est nécessaire à sa subsistance. Ce ménagement est d’autant plus nécessaire que le peuple a le tort de voir de mauvais œil ceux qui y pourvoient et que par cette raison le nombre des commerçants est infiniment rare ».

  • 71 A.D. I. et L., C 99, procès-verbal de l’assemblée de la paroisse de Chissay, le 10 avril 1789 ; les (...)

48En 1789, ce métier devint très risqué : « les marchands, blatiers, boulangers et meuniers qui en font commerce pour l’amener à ces marchés de Montrichard ne peuvent plus en acheter sans exposer leur vie par les révoltes qui s’y font »71 ; à Tours en juillet, le négociant Girard, qui travaillait avec le Corps de ville fut massacré par la foule.

Notes

1 Mais cette exception est tout à fait notable puisqu’il s’agit de l’auteur du rapport sur la généralité en 1762-1766.

2 Lettre de Miromesnil au Contrôleur général, datée du 17 mai 1700, citée par A. de BOISLISLE, Correspondance des Contrôleurs généraux, t. II, p. 38.

3 A.D. I. et L., C 337, marchés de l’élection de Saumur.

4 A.D. I. et L., C 99, lettre de l’intendant d’Aine à Necker, datée du 8 mai 1789.

5 Voir carte n°12.

6 A.D. I. et L., C 95, lettre du subdélégué d’Amboise, en date du 4 novembre 1772.

7 A.D. I. et L., C 94, lettre datée du 25 août 1765 et écrite à Liancourt. À Tours, lesetier de froment de première qualité passe de 12 1. 12 s. le 29/9/1764 à 17 1. 5 s. le 24/8/1765.

8 A.D.I.et L.,C 99.

9 En 1810, la Touraine possède 798 moulins à eau contre 52 à vent, alors que l’Anjou voisin est doté de 613 moulins à eau et 912 à vent (A.N. F20 560).

10 A.N. G7 1651.

11 B.N., f. fçs 17428, lettre du 4 mai 1694.

12 Archives des Affaires Étrangères, rapport de 1744.

13 SRM, 165 dr 10, rapport du docteur Dupichard sur l’épidémie de 1782 à Mosnes.

14 A.D. I. et L., C 41, plaintes à propos de l’imposition du don gratuit de 1758.

15 A.D. I. et L., id„ lettre du maire de Loches datée du 5 mars 1759.

16 Les exportations de vin rouge de Chinon étaient récentes : selon un rapport de 1756, elles débutent vers 1743, « les marchands de vin de Paris ayant reconnu la bonne qualité des vins de l’élection de Chinon et l’augmentation de la jauge ont fait des achats considérables » (cf. A.D. I. et L., C 91).

17 Le rapport de 1746 donne des valeurs plus élevées mais ne précise pas la mesure de capacité employée ; les bons vins blancs de Vouvray et Rochecorbon se vendent de 60 à 100 lt, il en va de même pour les rouges de Joué ; les productions de Vernou, Saint-Avertin et Vallières vendues à Paris atteignent 30 à 40 lt ; les autres vins consommés seulement en Touraine valent 20 à 30 lt

18 ROZIER, Cours complet d’agriculture, t. X, p. 141-142. Mais les événements internationaux récents ont provoqué une baisse des exportations que Rozier ne mentionne pas.

19 A.N. F12 641.

20 A.N. F12 1241.

21 A. PARDAILHE-GALABRUN, Naissance de l’intime, p. 299. Selon les inventaires après décès, dans les caves parisiennes, les vins d’Orléans sont abondants, ceux de Touraine et d’Anjou rares.

22 Veron de FORBONNAIS, (Recherches et considérations sur les finances de la France...

23 A.N. F20 744.

24 R. DION estime, quant à lui, que la suppression de la douane d’Ingrandes aurait rapidement entraîné la dégradation du seul vignoble de qualité tourangeau.

25 Voir carte n° 4, p. 38.

26 A.D.I. et L., C 337.

27 A.D. I. et L., C 95, lettre de Raboteau, subdélégué de Preuilly, datée du 17 mars 1771, où il donne un avis défavorable sur la demande de Barrou pour la création d’un marché.

28 A.D. I. et L., C 337, rapport du subdélégué de Richelieu.

29 N. DELAMARE, Traité de la police, t. II.

30 S. KAPLAN, Le pain, le peuple et le Roi, p. 71. La police de Paris n’applique jamais une politique de taxation systématique aux grains et à la farine ; les résultats en seraient catastrophiques.

31 Lettre de Miromesnil au Contrôleur général, en date du 17 mai 1700, cité par A. de BOILISLE, op. cit., t.II,p.38.

32 S. KAPLAN, op. cit., p. 69.

33 A.D. I. et L., G 20, mémoire de mai 1761.

34 A.D. I. et L., C 98, mémoire de Huet de Vaudour à Du Cluzel, daté du 15 mars 1783.

35 A.D. I. et L., B audiences du lieutenant de police de Tours, 1770.

36 A.D.I.etL.,3E6/nc, minutes Archambault de Beaune, P.-V.du 4 juillet1772.

37 A.D. I. et L., 3E4/nc, minutes Hubert, inventaire du 16 janvier 1758.

38 A.D. I. et L., C 95, lettre du 29 septembre 1779.

39 H.L. ROOT, « Politiques frumentaires et violence collective en Europe au xviiie siècle », AESC, 1990, n° 1, p. 170.

40 A.D. I. et L., C 96, lettre de Du Cluzel à Terray, datée du 11 juillet 1770.

41 A.D. I. et L., C 99, lettre de l’intendant d’Aine à Montaran, datée du 29 avril 1789.

42 A.D. I. et L., C 96, lettre du 15 mai 1770.

43 A.D. I. et L., C 99. A Tours 1 fourniture vaut 21 setiers, soit 252 boisseaux.

44 A.D. I. et L., C 94.

45 A.D. I. et L., C 94, lettre de Tournyer, subdélégué d’Amboise, datée du 18 juin 1768.

46 A.D. I. et L., B audiences du lieutenant de police, 7 mars 1789.

47 A.D. I. et L, C 94, brouillon de réponse de Du Cluzel au Contrôleur général, juillet 1764.

48 A.D. I. et L., id., mémoire du corps de ville de Tours au Contrôleur général, fin 1765.

49 F. BRIZAY, (Le corps municipal de Tours de 1724 à 1789, chap. III.

50 A.D. I. et L., id, lettre du 3 mars 1765.

51 54. Cette pratique est répandue dans la généralité de Tours tout comme en Bretagne (cf. J. LETACONNOUX, Les subsistances et le commerce des grains en Bretagne au xviie siècle, p. 88-89). Dans les deux provinces les difficultés de transport, en hiver en particulier, peuvent expliquer ces usages.

52 A.D. I. et L., C 95, circulaire de Terray, avril (?) 1771.

53 S. KAPLAN, op. cit., p. 341.

54 A.D.I.et L.,C id., lettre de Terray à Du Cluzel, datée du 18 septembre 1773

55 S. KAPLAN, op. cit., p. 345.

56 A.D. I. et L., C 95.

57 A.D. I. et L., C 97, rapport du subdélégué général, à Du Cluzel en date du 11 mai 1772.

58 E. FAURE, La Disgrâce de Turgot, p. 210-211.

59 A.D. I. et L., C 98, lettre du subdélégué à l’intendant, datée du 9 juin 1782.

60 A.D. I. et L., C 99, lettre du 18 avril 1789.

61 Id, lettre à l’intendant, du 22 avril 1789.

62 A.D. I. et L., 3E6/nc, minutes Archambault, P.-V. du 15 juin 1771.0

63 La situation des trois autres n’est pas connue.

64 Arrêt du conseil d’État du roi du 23 décembre 1770, art. II, cité par G. AFANASSIEV, Le commerce des céréales en France au xviiie siècle, p. 182.

65 A.D. I. et L., C 95 : « déclaration par les particuliers qui font commerce de grains et farines conformément à l’arrêt de nos seigneurs de la cour de parlement de Paris du 29 août 1770, enregistré au bailliage de Chinon le 6 septembre suivant » ; les autres subdélégués parlent des lettres patentes du 11 janvier 1771. Voir carte n° 11.

66 Les subdélégués notent que le commerce local de froment a diminué depuis la cherté car les achats se sont reportés sur le seigle et surtout l’orge ou l’avoine, moins coûteuses.

67 A.D. I. et L., C 95, lettre de Tournyer, subdélégué d’Amboise, en date du 4 novembre 1772.

68 A.D. I. et L., id., lettre du contrôleur général Terray, à propos de l’arrêt du 23 décembre 1770.

69 J.-F. Mollandin débuta comme marchand droguiste, puis devint négociant ; pendant longtemps délégué des marchands de Chinon à « la communauté des marchands fréquentant la rivière de Loire... », il fut aussi, après la réforme des municipalités, échevin de Chinon. Mais il ne quitta jamais la marchandise (cf. B. VIGOUROUX, La municipalité de Chinon au xviiie siècle, p. 194-195).

70 Les marchands de grain partagent leur mauvaise réputation avec les meuniers et les boulangers.

71 A.D. I. et L., C 99, procès-verbal de l’assemblée de la paroisse de Chissay, le 10 avril 1789 ; les habitants se plaignent de ne plus pouvoir se procurer de grains, le marché de Montrichard étant vide.

Table des illustrations

Titre Les marchands de grains en 1771
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17134/img-1.png
Fichier image/png, 814k

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search