Version classiqueVersion mobile

Les campagnes de Touraine au XVIIIe siècle

 | 
Brigitte Maillard

Deuxième partie. La formation des richesses

Chapitre 11. Progrès contre tradition ?

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 G. BOUCHARD, Le village immobile. Sennely-en Sologne au xviiie siècle.

1La réputation de passivité des Tourangeaux n’est plus à faire au xviiie siècle : ce « sommeil léthargique dans lequel (ils) sont accroupis (sic) et qui a pour eux un charme inexprimable » entraîne-t-il une inertie économique totale ? La Touraine est-elle vraiment une province « immobile »1 malgré les efforts déployés par des administrateurs « éclairés » agissant dans le sens du progrès et pour la liberté ?

I - Vins ou grains ?

2La province fut, dès les années 1720, touchée par les mesures de limitation de la viticulture, car si la vente des vins est bien reconnue comme une ressource essentielle, il ne s’agit pas d’une denrée de première nécessité et le gouvernement, quel qu’il soit, craint toute diminution de la production des grains.

1 - Les mesures contre l’extension de la vigne

  • 2 A.N. H 1 520.

3La généralité de Tours a été au premier rang des zones dans lesquelles, au début du xviiie siècle, le gouvernement entendit empêcher l’extension de la vigne. Dès janvier 1725 elle fit en effet l’objet d’un arrêt du Conseil prohibant toute nouvelle plantation de vigne sous peine d’amende ; la mesure fut progressivement étendue, puis généralisée à l’ensemble du royaume en juin 1731. En 1725, un autre arrêt du Conseil interdit aux seuls vins de Loire la libre exportation vers les colonies, permise à tous les vins depuis les lettres patentes de 1717. Les intendants de Tours ont dû être fort embarrassés : d’un côté, ils étaient pleinement conscients de l’importance économique de la viticulture en Touraine et Anjou mais d’un autre, ils ne pouvaient pas désobéir aux ordres du gouvernement et n’étaient pas sans partager son souci d’assurer aux populations l’approvisionnement en grains en quantité suffisante et au meilleur prix. Une ordonnance d’Hérault en mars 1725, une de Pommereu en février 1728 montrent qu’ils ont au moins fait publier l’arrêt. En 1734, l’intendant Lesseville suggère de faire arracher la vigne plantée depuis 1720 pour la remplacer par des pâturages mais simultanément il demande la réduction des droits sur le vin exporté vers Nantes2.

  • 3 A.D. I. et L„ C 92, dont 5 arpents 11 chaînées à Fondettes (élection de Tours) et 3 arpents 12 cha (...)
  • 4 A.D. I. et L..C91.
  • 5 M. LACHIVER, (Vin, Vigne et Vignerons en région parisienne du xvie au xixesiècle, p. 334.
  • 6 A.D. I. et L, C 91. Il y manque les avis de Laval et Mayenne où il n’y a pas de vigne ; pour l’éle (...)

4L’arrêt de 1731 fut-il appliqué avant 1751, date à laquelle l’intendant Magnanville semble vraiment s’inquiéter de l’extension des vignobles et vouloir relancer les poursuites ? Dans l’hiver 1752 la maréchaussée dresse des procès-verbaux de contravention dans l’élection d’Amboise ; des vignes sont arrachées dans celle de Tours. Selon l’intendant, malgré les sanctions prises l’efficacité de la loi est faible : « on n’a pu extirper la fureur des nouvelles plantations » ; en conséquence, main-d’œuvre et bois sont de plus en plus coûteux. Les états pour 1755 et 1756 contredisent de telles assertions : en 1754 et 1755, on a planté dans l’élection de Tours 14 arpents 52 chaînées, dont 20 % en replantation, et en 1755 et 1756 dans celle d’Amboise, 7 arpents3. Magnanville, approuvé par Machault, prône une application souple de l’arrêt : s’il est prouvé que le terrain est incapable de porter des blés ou s’il est enclavé au milieu des vignes, les ceps ne doivent pas être arrachés. En avril 1753, Trudaine transmet des instructions émanant de Séchelles qui conseille de ne plus insister sur l’exécution de l’arrêt de 1731 : « je suis très persuadé qu’on ne peut mieux faire que de laisser au propriétaire la plus grande liberté de cultiver son terrain de la manière qu’il estime devoir lui être la plus avantageuse » ; le mot de liberté est lâché4. Pourtant quelques mois plus tard, Magnanville envoie aux subdélégués une circulaire où il dénonce le danger de la transformation des labours en vignobles si « l’on gardait plus longtemps le silence sur les plantations ». Il faut attendre un nouvel intendant, Lescalopier nommé en 1756, pour que ce principe de la liberté soit appliqué en Touraine. L’enquête demandée la même année par le Contrôleur général Laverdy5 sur la situation du vignoble, fut sérieusement exécutée en Touraine ; tous les subdélégués ont répondu. L’intendant a envoyé à M. de Moras un rapport constitué d’extraits de ces rapports6 ; les avis sur les effets obtenus par les arrêts du conseil et sur leur opportunité ne sont pas unanimes.

2 - L’échec de la prohibition

  • 7 L’abondance des « morceaux » rend impossible le calcul du total des terres plantées.

5Trois situations se présentent : selon les subdélégués de Tours et de Loudun la superficie plantée en vigne reste stable ; leur collègue de Chinon a constaté non l’accroissement des surfaces mais des progrès dans la mise en valeur des vignes existantes et une progression de la production : celle-ci a été de 10 % pour une extension d’environ 2 %. Dans les trois autres élections au contraire, de nombreuses plantations ont été opérées : dans celle d’Amboise, le vignoble a augmenté d’un quart ou d’un tiers entre 1731 et 1756, en particulier dans la plaine ; il s’est aussi beaucoup étendu dans le Lochois et dans les régions limitrophes, de Romorantin à Blois. Le phénomène a été plus limité en Richelais : dix à douze paroisses sont concernées et on y vise la production d’eau-de-vie ; d’après l’état des plantations réalisées entre 1731 et 1753, sur 74 paroisses, 14 ont vu seulement des replantations après arrachage et 43 (58 %) n’en ont connu aucune ; ailleurs quelques surfaces dépassent 5 arpents (à Panzoult, Sazilly, Luzé, Champigny-sur-Veude7).

6Les subdélégués prennent aussi position pour ou contre la liberté de planter. À Amboise, Richelieu et Tours, l’hostilité est nette ; elle existe moins nettement à Loches. Le subdélégué de Loudun estime au contraire « qu’on doit laisser la liberté de planter, car dans sa circonscription, il y a bien des terres en friche qui produiraient du très bon vin [...] on n’a jamais vu dans le pays un bon économe planter en vignes des terres propres à porter du grain ». À Chinon, appuyé sur les observations de différents notables, le subdélégué Bouin de Noiré exprime une position très nuancée : « il serait à propos de faire seulement défense de planter ailleurs que dans les terrains maigres et incapables de produire des grains à mi ou tiers de récolte », ce qui suppose qu’une surveillance puisse être exercée.

  • 8 A.D. I. et L., C 9., lettre du 13 mars 1752 au garde des sceaux.

7Les arguments employés pour ou contre la liberté et, au delà, le développement de la viticulture se recoupent souvent. Tous les subdélégués reconnaissent que le vin n’est pas indispensable à la vie mais que si le rapport financier de la vigne est aléatoire il est le plus souvent intéressant. Les conséquences néfastes de la viticulture touchent quatre domaines : le vin fait concurrence au grain qui « est absolument nécessaire à la subsistance du peuple [...] on se passe plus aisément de vin » ; la vigne occupe des sols dans la vallée auprès de Tours et d’Amboise, d’où elle doit être absolument proscrite. Le travail de la vigne est exigeant en main-d’œuvre, donc en enlève à la culture des grains et fait augmenter son prix. L’intendant Magnanville déclare même : « Ce genre de travail pour lequel on est toujours courbé abaisse et dégrade l’espèce des hommes [...] et l’abondance même [du vin] entretient la fainéantise »8. Le profit du vin échappe aux paysans puisque la plupart des vignes appartiennent à des citadins qui en retirent tout le gain. Enfin — c’est le thème le plus souvent évoqué — le bois devient rare et de plus en plus cher que ce soit pour la fabrication des tonneaux ou la distillation de l’eau-de-vie. Dans l’élection de Richelieu où les « chaudières » sont passées de quatre à trente, la coupe des bois de M. de Richelieu est désormais épuisée et le bois renchérit. Il arrive que les tonneaux, dont souvent la mauvaise qualité est pourtant dénoncée, vaillent plus cher que le vin qui est alors plus à charge qu’à profit, comme en 1720 ; dans les années 1780, ces plaintes reviennent sans cesse. La dénonciation de l’ivrognerie n’apparaît pas ici.

  • 9 J. MEYER, La noblesse bretonne au xviie siècle, p. 758 ; les propriétaires de vignoble du pays nan (...)

8Les défenseurs de la vigne retournent certains de ces arguments : cette culture offre un bon débouché à la main-d’œuvre, en particulier aux journaliers, et elle permet de lutter contre l’oisiveté, toujours jugée dangereuse. Elle est « peuplante » puisque si 100 arpents de terre en céréales occupent deux ménages, 100 arpents de vigne font travailler 25 closiers et leur famille. La vigne est la seule occupation possible de certains sols : dans l’élection de Chinon « les cinq sixièmes sont plantées dans des terres maigres ou sur des coteaux où le froment ne pourrait venir » et il serait dommage de ne pas profiter des facilités d’expédition qu’offrent les voies d’eau. On peut faire confiance au bon sens des paysans qui ne plantent pas dans les terres bonnes pour les grains. Enfin, le développement de la vigne est tout à l’avantage de l’Etat : des paysans plus nombreux font des contribuables multipliés et le commerce du vin rapporte d’innombrables taxes9. Dans une lettre toute en nuances, Restru subdélégué de Tours écrit à propos du vignoble de côtes :

  • 10 A.D. I. et L., id., lettre du 11 novembre 1756.

« Le roi, le propriétaire et le cultivateur y trouvent leur compte. Le roi par la taille et les droits d’aides ; il n’est personne qui ne soit forcé de convenir que le meilleur arpent de terres labourables ne produit jamais tant au roi qu’un arpent de vigne ; le propriétaire y trouve son compte parce qu’il vend ordinairement son vin un prix raisonnable, le cultivateur y trouve son compte parce que les façons lui sont payées plus chèrement et le mettent plus à portée de remplir sa contribution aux impôts ; et il n’y a pas de genre de cultures qui donnent plus de travail que celui de la vigne et qui emploient plus de personnes dans l’hiver ; combien de gens seraient oisifs s’ils n’avaient point ou très peu de vignes à travailler »10.

  • 11 A.D. I. et L.,C 93.
  • 12 A.D. I. et L., C 83, état des récoltes 1761-1765.

9Sans être révoqué, l’arrêt de 1731 est peu à peu oublié ; les poursuites cessent totalement après 1759. L’intendant s’informe en novembre 1767 de l’état de la législation et il lui est conseillé de « fermer les yeux » sur les nouvelles plantations11. Cette liberté de planter a-t-elle vraiment favorisé le développement de la vigne ? Le laxisme n’est pas responsable des difficultés connues par les viticulteurs entre 1760 et 1765, période qui prouve bien que le problème est la mévente. En effet, sauf en 1762 les vendanges sont médiocres ou inférieures à « l’année commune » ; pourtant le vin ne se vend pas, les cours restent bas alors que les futailles sont hors de prix ; il faut donc faire de l’eau-de-vie pour libérer des tonneaux12. Les mêmes problèmes de commercialisation se retrouvent entre 1779 et 1786, mais il est vrai que les récoltes sont alors abondantes et de médiocre qualité ; il est difficile de compenser la baisse des prix par l’augmentation des ventes.

3 - Ya-t-il crise de la viticulture dans les années 1780 ?

  • 13 E. LABROUSSE, (La crise de l’économie française à la fin de l’Ancien Régime et au début de la Révo (...)
  • 14 A.D. I. et L., C 337.
  • 15 A.D. I. et L., H 391. Dans sa métairie de La Haye-Bodin à Saint-Cyr, où les vignes couvrent 13 arp (...)
  • 16 A.N. F12 641, Mémoire à Monsieur de Colonia, daté du 23 juin 1781, pour obtenir le rétablissement (...)

10La Touraine n’a pas pu échapper à la fin de l’Ancien Régime aux problèmes dus aux vendanges pléthoriques : « L’abondance envahit l’Anjou, le Maine, en 1779 et 1780 » ; dans ces mêmes provinces, la récolte est surabondante en 1781 et abondante en 178213. Mais on ne trouve guère d’indications sur les prix dans les documents qui rapportent les difficultés éprouvées dans les années 1780 ; de toute façon on n’a jamais vu de révolte de grande ampleur due à la cherté du vin. Les quelques données disponibles sur l’évolution du prix du vin en Touraine viennent des relevés faits pour fixer le coût des rations pour les militaires ; ils sont disponibles entre 1744 et 1746 ainsi que de 1784 à 1787. Dans la première période, le prix est presque le même dans toutes les régions, quoique un peu plus faible en Chinonais, et il augmente en 1746. Mais dans les années 1780 les niveaux atteints sont très dissemblables et les évolutions contradictoires : le vin est plus cher à Tours, où il vaut 3 s. 6 d. contre 2 s. 3 d. à la période précédente et à Chinon (en moyenne 4 s. 6 d. la pinte contre 2 s. 6 d. en 1746). Par contre, il a baissé à Loudun et à Amboise où la ration coûte en moyenne seulement 1 s. 8 d. (contre 2 s. 4 d. entre 1744 et 1746, date à laquelle l’élection avait subi de fortes grêles, particulièrement en 174514). Pourtant, après deux années de vendanges de médiocres qualité et quantité en 1777 et 177815 l’abondance est revenue en 1779 ; la récolte est forte en 1785 et moyenne en 1786 ; celle de 1787 est mauvaise. L’évolution des prix est-elle due à la demande des troupes à Chinon et à la consommation croissante de Tours pourtant en déclin démographique, et ce malgré des prix élevés dus au poids des octrois ? En 1781, les échevins de Tours estiment que si les exportations vers Nantes représentent 4 500 à 5 000 pièces (ou poinçons), la ville boit 17 000 poinçons, dont une moitié est constituée par la récolte des habitants propriétaires ; la seconde partie est vendue au cabaret ou « à la piolle ». La consommation directe est taxée à hauteur de 10 lt par poinçon et la vente, de 26 1. 5 s. (dont 51. 10 s. de gros), soit 2,5 fois plus, si bien que le vin est trop cher16.

  • 17 A.D. I. et L., C 28.

11Le corps de ville de Tours dans sa demande pressante pour la suppression de la douane d’Ingrandes semble attribuer les problèmes du commerce du vin aux difficultés de vente et non à une sous-consommation. Le problème est complexe car les plaintes sur la mévente sont émises quel que soit l’état des récoltes. Ainsi, en 1761, la production est partout en Touraine supérieure à « l’année commune », le prix est bas mais le vin ne se vend pas ; l’année suivante, la récolte est médiocre mais le commerce ne repart pas ; en 1763, la situation est identique et le vin doit être brûlé en eau-de-vie. En 1765, alors que la guerre est finie et que le commerce international a pu reprendre, la mévente continue bien que les stocks ne soient pas importants. Un faible sursaut des prix se fait sentir en 1766, la récolte précédente ayant été mauvaise. Les cours remontent vraiment en 1767 : la récolte est manquée17 dans toute la France et le marché est vraiment à court de vin si bien que les ventes reprennent. Le principal handicap pour la masse des vins de Touraine est donc qu’ils ne disposent pas d’un marché populaire proche et vaste, capable de se satisfaire de leur médiocrité ; les Tourangeaux n’ont pas pu tirer profit de l’augmentation de la soif des Parisiens :

  • 18 A.N. F12 461, Mémoire à M. de Colonia.

« ... la consommation intérieure [i.e. de la province] est nulle au moyen du dépeuplement. L’éloignement de Paris met ses vins dans le cas de ne pouvoir soutenir la concurrence avec les vins qui se recueillent au dessus du canal d’Orléans et dans l’Orléanais. Les prix à ce moyen sont absolument détériorés, à peine le vin peut-il se vendre vingt livres le poinçon et ce prix ne rendant pas les frais de culture la vigne se néglige. Les vins de Tours ne pourront jamais atteindre à la qualité et aux prix des vins de Bordeaux. Les gens aisés continueront dans la Bretagne, la Normandie, la Picardie à consommer des vins de Bordeaux. Le peuple consommera ceux de Tours : ces deux vignobles ne peuvent se nuire par la différence des qualités »18.

  • 19 Ces chiffres peuvent être recoupés avec ceux qu’indique A. Young : dans la région de Tours, il est (...)
  • 20 Selon Le cours complet d’agriculture (t. X, p. 140-141), le rapport de la vigne n’est pas aussi ma (...)

12Pourtant la culture de la vigne s’est maintenue en Touraine. Est-elle vraiment « plus à charge qu’à profit » ? Les échevins de Tours, qui sont tous propriétaires de vignes, présentent en 1785 un tableau des coûts et revenus des vignobles, solidement argumenté mais nécessairement pessimiste puisqu’il accompagne la demande de suppression des taxes à l’entrée en Bretagne. Selon eux, un arpent (qui fait le double de celui de Paris) en vigne ordinaire vaut 800 lt ; mais la plantation et les soins apportés avant le début de la production coûtent 1 587 1. 10 s., soit deux fois la valeur du fonds. Les frais annuels de production, y compris les tonneaux et les intérêts des fonds et avances, s’élèvent à 246 1. 10 s. (dont 102 lt pour les travaux ordinaires de culture) ; il faut y ajouter les impôts. Le rendement moyen à l’arpent est de 5 pièces ou poinçons qui, au prix de 25 lt, donnent 125 lt ; la perte est donc de 121 lt par an et par arpent19. Les vins de qualité qui sont les seuls à s’exporter valent moitié plus cher mais paient presque 20 lt de droits par poinçon à l’entrée en Bretagne, alors que ceux de Bordeaux n’acquittent que 9 1. 7s. 6 d. s’ils sont consommés sur place et 2 1. 5 s. 7 d. s’ils sont réexportés. « Une grande propriété en vignes est une cause assurée de ruine [...] Une propriété de quinze arpents de vignes suffit pour anéantir une fortune médiocre »20.

13En ce cas, pourquoi s’obstiner ? Sans doute de vastes superficies ne sont pas aptes à porter d’autres cultures, mais surtout « les maisons de vigne ont pour l’ordinaire un manoir propre à procurer l’agrément. Le délassement est un besoin, la récolte de vin un plaisir et on conserve par habitude, par goût, un genre de bien qui appauvrit insensiblement et dont on ne trouve pas la vente ». Ce sont donc essentiellement des raisons de convenance sociale, et non financière, qui expliquent le maintien de l’exploitation de la vigne. Cette connotation positive de la viticulture ne suffit toutefois pas à expliquer la survie du vignoble tourangeau ; malgré toutes les vicissitudes, les vignerons ont bien dû réussir à survivre et les propriétaires à tirer profit de leurs propriétés. L’importance des rentrées fiscales dues à la viticulture a sans doute expliqué qu’ait cessé, dans la seconde moitié du siècle, la lutte contre le développement du vignoble ; les efforts ont alors porté plutôt sur la mise en culture de nouvelles surfaces grâce à différentes mesures d’encouragement.

II - L’extension du territoire cultivé

  • 21 A.D. 1. et L., C 86, lettre de Benoît de la Grandière datée du 4 janvier 1785.

14Pour de nombreux Tourangeaux, l’insuffisance de la production céréalière est due en partie au dépeuplement des campagnes qui, provoqué par l’impôt, a entraîné l’abandon de nombreuses terres : « Presque tous ces terrains incultes quoique couverts de bruyères et ajoncs d’épine et faux bois ont été autrefois cultivés. On trouve encore dans un nombre infini d’endroits des traces de sillons, des vestiges d’habitations »21. Au xviiie siècle pourtant, l’ager a. pu progresser, en particulier grâce à la remise en état des terres abandonnées pendant les années difficiles de la fin du xviie siècle et aux actions de défrichement. À cause de ses vastes superficies en landes et en zones inondables, la Touraine devait être intéressée au premier chef par la politique élaborée dans les années 1760 pour encourager l’extension du territoire cultivé ; s’il était exact que sa production de céréales ne suffisait pas à nourrir sa population, les autorités ne pouvaient qu’approuver les entreprises destinées à faire augmenter les zones cultivées, à défaut de faire croître les rendements.

1 - Les défrichements

  • 22 TURBILLY, Mémoire sur les défrichements, p. 151. Il tenta aussi de développer l’élevage des mouton (...)
  • 23 A. SAUVY et J. HECHT, « La population agricole française au xviiie siècle et l’expérience du marqu (...)
  • 24 Ce traité figure, avec les œuvres de Patullo, dans la bibliothèque du château de Véretz (E 153). E (...)
  • 25 F. LEBRUN, « Agronomie et démographie en Anjou au xviiie siècle. À propos du marquis de Turbilly » (...)

15Le marquis de Turbilly, dont le Mémoire sur les défrichements venait d’emporter un grand succès22, était un voisin et les expériences qu’il disait avoir faites23 pouvaient servir d’exemple pour la mise en valeur des landes tourangelles. Participant activement aux délibérations du bureau angevin de la Société d’agriculture fondée en février 1761, il a sans doute rencontré des collègues tourangeaux24. Au fond, peu importe que son œuvre ait été beaucoup plus limitée qu’il ne l’a écrit25, puisqu’il a été écouté du contrôleur général Bertin et qu’il a pu faire prévaloir ses vues.

  • 26 A. BOURDE, op. cit., t. II, p. 1122. La Touraine avait déjà bénéficié de telles mesures : en 1751, (...)
  • 27 A.D. I. et L., C 86, déclaration le 10 mai 1781 pour 8 chaînées à Saint-Denis-Hors, près d’Amboise.

16Les moyens adoptés par le gouvernement pour encourager les défrichements sont originaux : les dégrèvements d’impôt26 sont une pratique peu habituelle de la part d’un gouvernement sans cesse à court d’argent ! Ces incitations fiscales pouvaient être efficaces dans une province où la taille était lourde et mal répartie. La déclaration du 13 août 1766 complète l’arrêt du 16 avril 1761 et précise les conditions à respecter ; les intentions de défrichement doivent être déclarées au greffe de l’élection ou du bailliage dont dépend la paroisse concernée. Les difficultés de déplacement en Touraine n’étaient pas telles qu’elles puissent vraiment constituer un obstacle majeur à cette démarche ; l’intérêt financier a dû être suffisamment puissant pour que les défrichements non officiels soient restés peu nombreux ; on note ainsi des déclarations pour de très petites surfaces, parfois moins de 10 chaînées27. Seules les récapitulations par élection et pour l’ensemble de la généralité de Tours ont été conservées. Mais si l’étendue des parcelles concernées et leur localisation sont bien indiquées, il est très rare que soit notée la qualité du déclarant.

  • 28 Les auteurs des documents disent en effet avoir converti toutes les surfaces en « arpent de Paris  (...)
  • 29 Il se peut aussi qu’on ait commencé par défricher des terres jadis cultivées puis retournées à la (...)

17Le mouvement commence de façon remarquable puisque dans la généralité, pour la période d’août 1766 à décembre 1767, il concerne 15 561 arpents mesure des Eaux et Forêts28 ; en réalité, ce chiffre englobe les surfaces qui défrichées depuis 1761 ont pu bénéficier de la loi de 1766. Dès l’année suivante le total déclaré est inférieur à 2 500 arpents ; de 1761 à 1784, la moyenne annuelle est d’environ 2 600 arpents29, dont 21 % au cours de la période qui va jusqu’en août 1774 pour la Touraine où les étendues déclarées se répartissent très inégalement ; cette géographie des défrichements correspond en partie à celle des landes.

Répartition des défrichements déclarés (étendues) dans les élections de Touraine

Répartition des défrichements déclarés (étendues) dans les élections de Touraine

18Les surfaces déclarées fluctuent de façon très importante d’une année à l’autre mais elles diminuent rapidement : d’environ 850 arpents, mesure de Touraine, entre 1766-67 et 1769-70, elles passent à 320 pour les dernières années connues (1781-82 à 1783-84). Le nombre de déclarations s’abaisse chaque année et, sauf dans l’élection de Tours, elles dépassent rarement la vingtaine. Les étendues déclinent proportionnellement moins : en fin de période, la moyenne des superficies déclarées en 1783-84 est de 4,2 arpents dans l’élection de Tours contre 4,6 en 1777-78 ; en 1783-84 encore, elle est de plus de 7 arpents dans les élections de Chinon et Amboise.

19Sur l’état récapitulatif de 1777-1778, le greffier de l’élection de Tours a noté la qualité des déclarants. Ils sont 68 pour un total de 611 arpents, soit une moyenne de 4,6 arpents mesure de Tours ; mais si l’on ôte la plus grosse parcelle (100 arpents), elle tombe à 3,15 arpents. Dans 56 déclarations, la superficie visée est inférieure à 5 arpents ; un laboureur de Langeais annonce vouloir défricher 100 arpents, un marchand de Druye 18, un marchand fermier de Langeais 15, un tessier de Saint-Paterne 12,75, un « bourgeois » de Montreuil 11,25.

Répartition sociale des auteurs de déclaration de défrichement en 1777-78

Répartition sociale des auteurs de déclaration de défrichement en 1777-78
  • 30 A.D. I. et L., C 86. En 1777-1778, selon le greffier de l’élection d’Amboise, madame Dupin, seigneu (...)
  • 31 G. DEBIEN, (En haut-Poitou, défricheurs au travail xve-xviiie siècles, p. 49 à 93.

20Ces individus sont de groupes sociaux différents de ceux que F. Lebrun a pu observer pour 1768, soit dix ans plus tôt, dans la sénéchaussée d’Angers ; l’écart chronologique peut avoir une importance. Les nobles angevins paraissent beaucoup plus actifs que leurs voisins, au contraire des « bourgeois », officiers et membres des professions libérales (29,4 % des défricheurs tourangeaux contre 10,5 % seulement en Anjou). Les paysans aisés forment le tiers du groupe en Touraine contre la moitié en Anjou ; les « laboureurs » sont de loin les plus nombreux, puisqu’ils font un quart des déclarants ; toutefois les journaliers ne sont pas totalement absents (ils sont 6), au contraire de ceux de la sénéchaussée d’Angers ; enfin les artisans ruraux sont proportionnellement deux fois plus nombreux dans la région de Tours. Seulement douze déclarants habitent Tours (dont trois à Saint- Pierre-des-Corps) ; la majorité est donc rurale et parmi elle les paysans de tout niveau forment un groupe important30. Ces défricheurs ressemblent donc plutôt, par leur statut social et par la médiocrité de leurs projets, à ceux du haut-Poitou31 qu’à leurs voisins angevins.

  • 32 A.D. I. et L., Série E supplément, Inventaire sommaire, p. 145.
  • 33 A. BOURDE, op. cit., t. II, p. 527-528.

21La plupart des entreprises ne sont pas menées par de petits paysans. Les moyens à mettre en œuvre pour un véritable défrichement dépassent les possibilités de ces derniers ; le coût est accru par les dépenses nécessaires pour établir une clôture destinée à empêcher la vaine pâture. Dans l’hiver 1789 le curé de Sache qui fait défricher et clore trois quartiers de terre en bruyères (50 ares) passe les marchés à 9 sous par chaînée, 12 sous par toise de fossé et 5 sous par « cent d’épines » et il évalue en plus le coût de l’épierrage à au moins 40 lt32. La méthode de l’écobuage préconisée par Turbilly demande des moyens puissants et le plus souvent le défrichement n’est opéré que par un brûlis ; celui-ci fait disparaître la végétation en surface et ne s’accompagne pas d’un essartage, il laisse donc le sol dans un état si médiocre qu’il ne peut servir qu’à une culture temporaire33.

  • 34 Il manque les résultats de l’année 1778-79, mais les surfaces concernées sont sans doute peu diffé (...)

Le bilan global peut être dressé dans la période allant de 1761 à 178434.

Le bilan global peut être dressé dans la période allant de 1761 à 178434.
  • 35 En 1777-78 par exemple, 116 arpents à Luynes.
  • 36 A.D. I. et L., L 199, cahier de doléances de Villandry. Les défrichements « ont été accordés sans (...)

22L’augmentation de la surface cultivée n’existe vraiment que dans l’élection de Tours. Là, des défrichements ont été réalisés un peu partout, dans la banlieue urbaine (Saint-Pierre-des-Corps) ou dans la vallée de la Loire (Savonnières), mais surtout sur les plateaux35. Quelques paroisses ont sans doute vu un vaste recul de leurs landes : dans le cahier de doléances de 1789, les habitants de Villandry se plaignent que les pâtureaux aient tant diminué que l’élevage est devenu plus difficile et que les récoltes ont diminué faute d’engrais36.

  • 37 F. LEBRUN, (Les hommes et la mort en Anjou aux xviie et xviiie siècles, p. 95.
  • 38 II s’inscrit ainsi en faux contre les avis du bureau de Tours de la Société d’agriculture qui crai (...)
  • 39 A. BOURDE, op. cit., 1.1, p. 528. Turbilly lui-même pensait qu’il fallait ménager ces terres puisq (...)

23Le total déclaré d’environ 12 000 arpents (soit 8 000 hectares et 1 % du territoire) peut paraître élevé ; il est très proche de celui observé en Anjou37. C’est quatre fois moins qu’en Bretagne, mais deux fois plus que la moyenne française. En admettant même que toutes les superficies ont effectivement été mises en valeur, le gain reste faible ; l’image que les esprits éclairés ont de leur province n’en est pas modifiée : Benoist de la Grandière affirme en 1785 qu’il reste encore un quart de terrains incultes propres au défrichement38 qu’il vaudrait mieux, selon lui, mettre en bois. Le subdélégué de Saumur émet en 1784 un avis pessimiste sur l’effet des défrichements qu’il a eu le temps d’observer : « les terres défrichées ne rapportent que pendant cinq à six ans au plus »39 ; il émet de façon simple la loi des « rendements décroissants ».

  • 40 A.D. I. et L., G 39, plainte du chapitre Saint-Gatien contre les habitants d’Huismes, datée du 25 (...)
  • 41 A.D. I. et L..G70.
  • 42 A.D. I. et L-, G 69. En 1565, pour mettre fin aux dégâts commis par les habitants, un « triage » o (...)

24On peut se demander si les « grignotages » clandestins sur les landes et les forêts dont se plaignent sans cesse certains propriétaires mais qui se font aussi aux dépens de communs, n’ont pas permis la mise en culture d’étendues beaucoup plus importantes que les opérations officielles. Les défrichements « spontanés » sont une tradition, sans doute peu vivante au xviiie siècle car les conditions favorables, économiques et démographiques, ne sont pas réunies. Mais de nombreuses petites actions ont abouti à la réduction des communaux ; les habitants riverains ont peu à peu multiplié les « anticipations » sur les terres incultes en reculant insidieusement les haies et ils ont défriché des parcelles boisées ou des landes ; les victimes en sont les communautés ou les seigneurs qui ne perçoivent aucun fermage ou cens40. Grâce à une interprétation spécieuse, la législation encourageant le défrichement des terres incultes a favorisé les « anticipations » sur les friches dont certaines font partie de communs, les habitants soutenant alors « qu’ils étaient autorisés à s’emparer et défricher tout terrain inculte depuis vingt ans »41. En 1768, le chapitre Saint-Gatien entreprend de faire faire un arpentage des « usages indûment défrichés et mis en culture » à Saint-Branchs et Sorigny pour éviter que les habitants, alertés par le recul de leurs communs, ne réclament à ses dépens de rentrer en possession de la superficie que le partage de 1565 leur avait accordée42. Le calcul montra que les terres ainsi défrichées occupaient la moitié des communs et que même le grand chemin de Saint-Branchs à Sainte-Maure avait été détourné. Après condamnation des contrevenants, un compromis fut trouvé en 1778 : les terres défrichées et les bâtiments construits sur les communs seraient loués au profit de la communauté, avec priorité aux défricheurs.

2 - Les projets de dessèchement

  • 43 A.D. I. et L., C 264, requête présentée par les adversaires du projet du sieur Toutaint des Guiber (...)
  • 44 De DIENNE, Histoire des dessèchements des lacs et marais en France avant 1789, p. 3. La Touraine n (...)

25De vastes communaux étaient constitués par des marais, en particulier dans la basse vallée de la Vienne dont le fond « est divisé en prairies, terres labourables et marais » ; le sol « est une varenne grasse et très fertile, mais désolée par les crues de la Vienne »43 ; ces terrains sont détrempés par des eaux qui s’écoulent difficilement44 et leur superficie varie d’une année sur l’autre en fonction des crues et des étiages de la rivière. Ces zones forment les communaux des paroisses riveraines. En s’appuyant sur la législation édictée en 1764 des « entrepreneurs » de dessèchements montèrent des projets qui inquiétèrent les différents usagers.

  • 45 A.D. I. et L., C 264. Les paroisses de la Roche-Clermault, Seuilly, Cravant et Panzoult ne devaien (...)
  • 46 A.D. I. et L., C 336, éd. Chevalier, p. 145.

26Toutaint des Guiberts, né à Marans en Poitou et donc familier des paysages mouillés, jette son dévolu sur ces marais dits « communaux de Parilly » ; il constitue une « compagnie d’agriculteurs ruraux » (sic) et présente au conseil du roi une requête pour obtenir la concession des « marais et communs submergés » qui s’étendent sur 1 200 arpents dans une zone d’environ 20 kilomètres de long, entre Saint-Germain et Panzoult. S’inscrivant en faux contre les affirmations des riverains sur la qualité des sols, la compagnie conteste aussi leurs prétentions sur ces communs. Toutaint demande la concession contre le paiement de 10 sous par arpent, pour en opérer le dessèchement en quatre ans ; il s’engage à creuser différents canaux, en particulier dans la zone la plus large, en aval de Chinon là où la Vienne s’écarte du coteau de la rive gauche, et à construire les ponts nécessaires. Les habitants recevraient alors gratuitement, les uns le tiers, les autres le quart des zones desséchées, à charge pour eux d’assurer l’entretien des différents canaux et digues45. Aussitôt le corps de ville de Chinon affirme son opposition, imité rapidement par les habitants des quatre paroisses les plus touchées et par le chapitre de Candes. Sur ordre du gouvernement, l’intendant fait ouvrir une enquête en avril 1765. La décision finale fut sans doute prise en 1766 mais n’a pas laissé de traces écrites. Le mémoire sur la généralité en 1762-1766 évoque l’échec du projet : « Les environs de Chinon et la paroisse de Clermault, en suivant le cours de la Vienne, sont encore sujets aux inondations. On y compte plus de 2 000 arpents sous les eaux la plus grande partie de l’année. Une compagnie s’est proposée depuis peu pour les dessécher, mais elle a éprouvé tant de difficultés avant même d’entamer aucune opération, qu’elle a été contrainte de renoncer »46.

  • 47 L. HERPIN, (La propriété et la gestion des communaux de Parilly à la fin de l’Ancien Régime, p. 471 (...)
  • 48 A.C. Chinon, HH 1, affiche imprimée. Le projet de Monestrole devait toucher 575 arpents, dont 350 (...)
  • 49 A.M. Chinon, HH 1. Mémoire daté du 13 mai 1774 (cf. texte n° 9).
  • 50 Selon L. Herpin, un autre projet fut présenté en 1776 par un habitant de la région, Poirier des Bo (...)

27Le projet est relancé un peu plus tard, en 1773, par le comte de Monestrole47. Reprenant les arguments de Toutaint des Guiberts, il présente une requête au conseil du roi qui répond favorablement en décembre 1773 ; la superficie concernée est plus restreinte48. Mais rien, si ce n’est un début d’arpentage, n’est véritablement entrepris. En effet, le projet suscite à nouveau une opposition très violente : les assemblées de paroisse se multiplient ; les seigneurs nobles et ecclésiastiques protestent. Une requête collective est présentée ; elle émane non seulement de « plus de quatre cents familles de paysans, cultivateurs des terres [...] usagers dans les prés communs à eux appartenant » habitants des villages concernés, mais aussi de puissants seigneurs, comme l’abbesse de Fontevraud, le chapitre de Candes, le chevalier Dupetit-Thouars49. Le conseil du roi refuse la concession en août 177550. L’union dans l’opposition des communautés d’habitants et des grands propriétaires fut une des causes déterminantes de l’échec final de ces projets pourtant conformes aux vœux des agronomes et non négligeables à l’échelle de la Touraine ; les habitants ont eu la chance de pouvoir compter sur l’appui de personnages haut placés.

  • 51 A. BOURDE, op. cit., t. III, p. 1451.
  • 52 F. LEBRUN, op. cit., p. 113-114.
  • 53 La partie de l’élection de Loudun située aux confins de l’Anjou et du Poitou eût pu profiter du de (...)

28Tous les plans de dessèchement établis au xviiie siècle concernaient donc l’ouest de la province. D’une toute autre ampleur que les projets de défrichements, ils ne pouvaient que heurter de très nombreux intérêts, en particulier ceux des communautés et des particuliers qui disposaient de droits d’usage51. Au même moment d’ailleurs, échouaient en Anjou les tentatives de défrichement des très vastes communs de Beaufort ; là encore les habitants étaient farouchement hostiles à ce projet que ne soutenait pas non plus, par crainte des troubles, Monsieur, frère du roi, seigneur du comté de Beaufort52. Ainsi se maintint, en l’absence de la production de fourrages artificiels, l’équilibre traditionnel entre culture et élevage53.

III - Attaques et défense des usages communautaires

  • 54 A.D. I. et L., E 732.

29La remise en cause des droits d’usage communautaires ne date pas de la seconde moitié du xviiie siècle ; depuis longtemps, la recherche d’un plus grand profit et d’une meilleure utilisation des terres a poussé différents propriétaires à vouloir rentrer dans la possession intégrale de leurs biens ; dans ce but, ils utilisent les moyens qui leur permettent de faire cesser certains droits ou bien, pour sortir de l’indivision, ils concèdent définitivement aux paysans une partie des terrains considérés comme des communs. La politique du gouvernement à partir de 1760 a pu encourager ces propriétaires à faire valoir leurs droits particuliers. Dans les troubles anti-seigneuriaux connus, la plupart du temps l’affrontement oppose des communautés rurales et le seigneur au sujet des droits d’usage : quand le seigneur use de son pouvoir de police pour modifier à son profit les conditions de fonctionnement de la vie rurale, les paysans se rebiffent. Leur opposition se manifeste soit par un procès, soit par des actes de violence plus expéditifs, soit par les deux. Il reste trace de procédures menées aux xvie et xviie siècles, qui se sont terminées par des transactions qui servent encore de preuves au xviiie : en 1763 les habitants de Perrusson sont condamnés à payer au seigneur le droit de fautrage selon les termes de la transaction de 159354.

1 - Pour ou contre la clôture des prés ?

  • 55 Aucune paroisse de Touraine ne semble avoir demandé le partage des communaux par application du dr (...)
  • 56 A.BOURDE, op .cit.,t.III, p. 1403.

30La multiplication des critiques contre les pratiques communautaires qui portent atteinte à la propriété individuelle et à la liberté n’est pas demeurée sans écho en Touraine malgré la faiblesse du mouvement agronomique. Dans cette région marquée par l’individualisme, elles pouvaient trouver une oreille favorable auprès des principaux propriétaires d’autant plus attachés à obtenir l’entière jouissance de leurs prés que ceux-ci étaient rares. Les provinces visées par les édits permettant la restriction des usages communautaires et le partage des communaux55 sont géographiquement à l’opposé du Val de Loire : Bourgogne, Lorraine, Barrois, Béarn, etc. ; Touraine, Maine, Anjou, Bretagne, riches en landes et en communaux, ont échappé à cette politique ; elles n’ont pas non plus été concernées par la législation sur les clôtures, ces dernières faisant déjà partie du paysage agraire56.

31Le débat sur les clôtures et la vaine pâture a sans doute été mené à la Société d’agriculture, mais nous n’en avons pas gardé de traces. Dans les bureaux de l’intendant il a été en partie suscité par les lettres du Contrôleur général ; l’intendant a répondu mais seules demeurent des enquêtes sur l’état de l’élevage et les moyens de le développer. La discussion a continué même après l’abandon du projet de texte législatif applicable dans le ressort du Parlement de Paris. En effet est présent en permanence le souci de l’amélioration de l’élevage.

  • 57 « Voyage en Touraine en1729 », MSAT, t. XI, p.182

32Deux positions s’affirment à partir de raisons qui se placent sur des plans différents. Le débat ne peut concerner que les terres situées dans le fond des principales vallées, seules à porter de vraies prairies. Selon du Cluzel en 1769, Loire et Cher sont bordés de vastes prairies sur environ 35 lieues de long et un quart de lieue de large ; en 1729, un voyageur décrit « cette belle et magnifique prairie qui s’étend depuis Mont-Louis jusqu’à 8 lieues plus bas que Tours ; elle en a dix de longueur et une demie environ de large »57. Hors des vallées, les bons herbages n’occupent que des superficies très limitées. Selon les uns, qui représentent surtout les propriétaires, l’ouverture des prés après la première coupe provoque un gâchis tel que, loin de disposer des abondantes ressources en foin que la nature semble lui offrir, la Touraine en manque dans les saisons où elle en aurait le plus besoin. L’exemple des prairies de la vallée de l’Indre est développé : la vaine pâture y réduit de moitié la quantité de foin disponible pour le propriétaire ou son locataire. Au lieu de 200 quintaux, on ne récolte que 100 quintaux si la seconde herbe est abandonnée, ce qui laisse supposer que le regain produit autant que la première coupe ; cette herbe est consommée par toutes sortes d’animaux (moutons, vaches, ânes et même oies) dans une saison où il ne serait pas difficile de les nourrir d’une autre manière. Alors que les conditions naturelles sont tout à fait favorables à la production d’un foin abondant et de bonne qualité, il reste « sec, peu substantiel, approchant le plus des pâturages d’Arabie (sic) ». La vaine pâture empêche que le paysan cherche à améliorer les sols et que le propriétaire tente « des entreprises aussi lucratives pour lui même que favorables à la société », en semant par exemple du trèfle. D’autres écrits, anonymes eux aussi, arrivent à la même conclusion en partant de prémisses différentes : le foin est trop rare en Touraine ; il faut donc l’économiser au maximum. La perte dans les prés ouverts à la vaine pâture est estimée aux trois quarts des foins, car ils sont « toujours en proie à une prodigieuse quantité de bestiaux qui en couvrent la surface ; l’herbe y est aussi sans cesse dévorée avant d’avoir pris le plus faible accroissement ». Ces textes rejoignent donc non seulement les prises de position physiocratiques pour la liberté de la clôture des terres et pour une pleine et entière propriété privée, mais aussi celles du gouvernement au temps de Bertin et d’Ormesson.

33En juillet 1769, du Cluzel répond à la lettre du Contrôleur général qui lui demandait quels étaient, dans sa généralité, les usages à propos du parcours ; en effet, le roi se propose d’accorder à tous ses sujets « la faculté [...] de disposer de leurs héritages à leur gré et de les fermer toutefois qu’ils le jugeraient convenable ». L’intendant note qu’effectivement la vaine pâture dans les prairies qui bordent les grandes rivières suscite des protestations. Mais il s’étend peu sur ce point et il envisage de façon beaucoup plus détaillée les conséquences économiques et surtout sociales de l’éventuelle suppression d’un « usage si ancien et si respectable ». Il développe une théorie à contre-courant de la mode ; selon lui, cette servitude fait véritablement partie de la propriété et le propriétaire du bien n’est pas fondé à en réclamer la suppression puisqu’il n’a jamais joui réellement de ce droit ; cet usage est au contraire une propriété pour « l’habitant de la campagne » qu’on ne peut « dépouiller d’un bien que la coutume lui déférait et qui le dédommageait au moins de la dépendance où le tient sa misère ». Fin connaisseur de sa circonscription, il affirme que les prairies du Cher et de la Loire sont infiniment divisées en petites pièces de forme irrégulière et que la multiplication des clôtures entraînerait une grande perte de superficie. L’intendant met en avant les problèmes sociaux : si l’on prive les plus pauvres des ressources de l’élevage, les inconvénients seront supérieurs aux avantages ; or « l’intérêt du plus grand nombre [...] les journaliers et les locataires » doit toujours l’emporter. Il attire l’attention sur le cas particulier des vignerons qui ne peuvent vivre uniquement du travail de la vigne et qui élèvent deux ou trois vaches à moitié croît grâce aux prairies qui s’étendent dans les vallées au pied des coteaux chargés de vigne. Du Cluzel n’est pas sans souhaiter le développement d’une agriculture plus productrice et il le montre par sa politique, mais il est aussi conscient des difficultés quotidiennes de ses administrés. Le rapport de synthèse, qu’un commis parisien rédige, juge très sévèrement cette attitude, selon lui unique en France ; du Cluzel commet une grossière erreur en ne reconnaissant pas qu’un « abus ancien est toujours un abus » ; les locataires ont le même intérêt que les propriétaires, c’est-à-dire obtenir la plus grande production possible. Parmi les pauvres, seul le cas des journaliers doit être considéré, mais ils ont tout à gagner du développement de l’agriculture ; leur sort est entièrement lié à celui des exploitants dont ils reçoivent leur salaire.

  • 58 Pourtant alors qu’il était intendant en Béarn puis à Limoges, d’Aine avait été un actif partisan du (...)
  • 59 A.D. I. et L., G 52, rapport daté du 15 août 1702 sur le bois de Plantes, près de Tours.

34Lorsque Calonne relance le débat en 1787, la position de l’intendant de Tours, d’Aine, est plus modérée que celle de son prédécesseur : certes le droit de parcours « paraît odieux par sa nature en ce qu’il attaque le droit de propriété » mais d’Aine prend position contre son abolition ; la liberté de clore existe déjà pour les terres cultivées, ce qui rend inutile une loi l’autorisant. Sur le pacage dans les « grandes prairies » après la fenaison, il va aussi loin que son prédécesseur : un propriétaire ne peut réclamer un droit qu’il n’a jamais eu et la possession immémoriale des paroisses vaut titre ; il est faux de dire qu’en supprimant la vaine pâture, on peut espérer récolter un tiers de foin en plus, qu’on préservera aussi la qualité des sols et de l’herbe et que dans les haies, on trouvera des épines et du bois dont le prix augmente sans cesse. En réalité, ces prairies des grandes vallées sont desséchées en été, leurs sols sont sableux car soumis aux crues ; les trois quarts ne produisent pas de regain, mais un pâturage médiocre qui permet néanmoins d’économiser en partie les fourrages. L’intendant constate que les paroisses qui jouissent de ces droits de vaine pâture — (mais il ne mentionne pas la présence de vastes communaux dans une grande partie de celles-ci58) — sont à la fois celles qui ont les plus gros troupeaux, celles qui pratiquent la culture la plus productive grâce à l’abondance des fumiers et celles qui comptent le plus grand nombre de familles de journaliers ; ces derniers quoique sans terre vivent grâce à l’élevage. Comme son lointain prédécesseur Turgot qui l’écrivait au tout début du siècle59, il lie ainsi étroitement forte densité de population et abondance du bétail. De plus, le moment choisi pour opérer une pareille réforme ne lui semble vraiment pas opportun : les dégâts causés par la sécheresse de 1785 sont encore bien visibles. Loin d’être avantageuse aux propriétaires, la suppression du droit de vaine pâture entraînerait des pertes pour tous. Les considérations sociales l’emportent ici aussi, mais elles sont soutenues par la démonstration de l’erreur économique à ne pas commettre.

2 - Protection des prés et de l’herbe

  • 60 A.D. I. et L., B bailliage présidial de Tours, procédures criminelles, 1742-1745. Il faut un monito (...)

35En fait dans le ressort des bailliages de Tours et de Chinon, le développement des clôtures entraîne depuis longtemps des gestes d’hostilité. Des propriétaires, pour la plupart nobles ou ecclésiastiques, ont recours aux moyens que leur donne la coutume de Touraine pour interdire la dépaissance collective sur leurs prés ; ils les font déclarer guémeaux et pour plus de sûreté les font enclore, puisque seuls les prés clos sont bien exempts de servitudes. Le grand prieur de Marmoutier, qui entend profiter de la hausse des prix du foin, porte plainte en août 1742 pour dégradation dans les « prés montants » sis à Noizay, au bord de la Cisse60 ; ces derniers (environ 33 arpents) étant guémeaux, il les avait fait enclore et avait ordonné la confiscation par huissier des bestiaux qui y brouteraient. Or dans ce village vit un groupe important de vignerons qui ont besoin de pacages pour élever les nombreux bestiaux qu’ils tiennent par des baux à cheptel : il y aurait « plus de deux cents chevaux et bêtes à cornes ». Une troupe d’habitants s’oppose par la force à cette « mise en fourrière » ; les fossés sont aussitôt comblés et les barrières forcées, si bien que la prairie est à nouveau ouverte. Les témoignages sont unanimes à affirmer que « la prairie a toujours été ouverte [...] la première herbe enlevée », que les bestiaux du canton y pacageaient, que la seconde herbe n’a jamais été affermée et que les voitures des charretiers ou les mulets des meuniers la traversaient sans cesse. En 1746, l’affaire n’est pas encore réglée. 1785 est une année difficile, à cause de la sécheresse, qui n’est pourtant jamais évoquée dans les textes ; les contraventions aux règlements ruraux se multiplient dans le bailliage de Chinon, mais pas, semble-t-il, dans les bailliages de Tours et de Loches.

  • 61 A.D. I. et L., B bailliage de Chinon procédures criminelles 1776.

36Des événements violents mettent aux prises en Véron, la famille de Rasilly et les habitants des trois villages ; ils se placent en mai 1776, alors que la période de forte augmentation des prix agricoles s’achève à peine. L’affaire débute comme de simples troubles de l’ordre public61 : le premier acte judiciaire porte en en-tête « Contravention aux règlements de police » (sous-entendu : seigneuriaux). En tant que seigneurs des lieux le marquis de Rasilly, brigadier des armées du roi, ancien capitaine aux gardes, et son frère le comte de Rasilly, capitaine des vaisseaux du roi, ont fait interdire dans les paroisses d’Avoine, Beaumont et Savigny de ramasser l’herbe dans les blés à cause des dégâts qui y sont commis et qui provoquent les plaintes des fermiers des dîmes et terrages. Les paysans n’ont pas obéi car l’herbe est à cette saison essentielle pour l’élevage, une de leurs principales activités ; cette défense va de plus contre « l’usage du pays de temps immémorial qui jusqu’à présent n’a jamais été interrompu » ; certains « en ont pris occasion pour engager une rumeur et soulever la majeure partie de la population ». Les Rasilly ont envoyé leurs gardes saisir les tabliers des femmes qui cueillaient l’herbe défendue. Les habitants se disent prêts à aller « consulter » à Chinon « contre ce grand j.f. (sic) de marquis » ou à convoquer les quatre paroisses voisines pour « lui foutre une raclée » ; ils ne croient pas à la raison invoquée mais plutôt au désir de protéger le gibier. Au cours des événements qui suivent, en particulier le dimanche 16 mai à l’issue de la messe paroissiale de Beaumont, on atteint une grande violence verbale et les habitants ne craignent pas de s’en prendre directement au seigneur lui- même. Il a fait usage de son droit de police mais a attaqué un droit communautaire traditionnel pour faire respecter des droits seigneuriaux parmi les plus haïs, le droit de lever dîme et champart ou, si l’on en croit la population, le droit de chasse. Une fois la sentence d’incompétence de la maréchaussée rendue, il semble qu’aucune suite n’a été donnée. Il s’agit ici d’un conflit entre deux traditions et non d’une conséquence des mesures d’inspiration physiocratique.

  • 62 A.D. I. et L., B bailliage de Chinon, procédures criminelles 1779.

37Ces réactions ne visent pas uniquement de grands propriétaires ou des seigneurs puissants ; des plaintes pour destruction de fossés ou de haies établis autour de prés guémeaux figurent dans les archives des bailliages. Les incidents sont plus nombreux dans la région de Chinon, où les prés sont plus étendus. Par exemple, le 2 août 1779, un paysan propriétaire d’une vaste parcelle de pré (3,5 arpents) à la Chapelle-Blanche, dépose plainte à la suite de la destruction, par deux fois, des fossés qu’il a fait creuser autour de son pré qu’il dit être guémeau62.

3 - Mise en défens des forêts

  • 63 AD. I. et L., H 45 et 46. La transaction de 1638 a été conclue après un procès qui a coûté 4 852 lt (...)

38Les droits d’usage des paysans dans les forêts ont été victimes de l’attention portée au bois par les autorités et les propriétaires qui en rappellent la rareté et la cherté. Certains propriétaires veulent remettre en état et étendre leurs forêts : en 1724, les religieux de Bourgueil en Anjou demandent l’autorisation d’ensemencer en chênes 750 arpents de landes ; mais les habitants y ont depuis une transaction passée en 1638 différents droits de pacage et de cueillette et ils détruisent les fossés établis63.

  • 64 M. DEVEZE, La vie de la forêt française au xvie siècle, p. 258 ; une partie de la forêt de Chinon f (...)
  • 65 J. CHEVTCHENKO, Naître, vivre et mourir à Saint-Benoit-du-lac-mort aux xviie et xviiie siècles, p. (...)

39Dans la forêt de Chinon dont le roi est en grande partie seigneur, les officiers des Eaux et Forêts s’emploient à réduire progressivement les droits des habitants : il faut éviter l’extension des landes64. En 1691, dans une déclaration seigneuriale, les habitants affirment que « lesdits usages étaient plus amples avant » ; à plusieurs reprises au cours du xviiie siècle, les gardes interdisent le pacage dans différents cantons de la forêt et font saisir les bêtes qu’ils y trouvent ; ils ont aussi à lutter contre les incendies volontaires et à réprimer de nombreux délits de pacage dans les parties de la forêt protégées par l’ordonnance des Eaux et Forêts65. Un long procès engagé entre la maîtrise de Chinon et les habitants de Saint-Benoît, de Cheillé et de Rivarennes, connut d’innombrables rebondissements, les habitants retrouvant en 1768 leurs droits de pacage et de panage, puis les reperdant à la suite des appels et contre-appels ; enfin en 1771, ils obtiennent définitivement gain de cause, grâce à un jugement de la Table de Marbre qui les rétablit dans la possession de leurs droits traditionnels.

  • 66 M. DEVEZE, op. cit., p. 259 ; parmi les forêts du nord de la Touraine, celle de Beaumont a pu se ma (...)
  • 67 A.D. I. et L., C 350, mémoire de 1757.

40La défense de la forêt inspire les mêmes réactions au comte de Beaumont, un des seigneurs grands propriétaires de forêt en Touraine66. C’est contre les abus qu’il entend lutter, sans vouloir toutefois restreindre les traditionnels droits de pacage et de panage. Mais les déprédations commises par les « faiseurs de balais » qui coupent les bouleaux et par les bergers qui incendient les sous-bois, nuisent non seulement aux intérêts du seigneur mais aussi à ceux de la plupart des cultivateurs, car « les gens qui désolent les bois sont des misérables qui par leur pauvreté apparente ne portent presque aucune des charges de l’État, cultivent peu ou point du tout la terre, ne s’occupent que de brigandages, ce qui rend ces misérables réellement plus à l’aise que les bons travailleurs ». C’est pourquoi il cherche à obtenir le concours des communautés d’habitants pour organiser et surveiller les brûlis mais aussi agir en justice67.

  • 68 A.D. I. et L., G 64 et 68.
  • 69 A.D. I. et L, H 271.

41Enfin, le troisième grand propriétaire de bois, le clergé, éprouve aussi de nombreuses difficultés pour faire cesser les dégradations. Le chapitre Saint-Gatien avait fait créer un bois dans la paroisse de Saint-Branchs pour remplacer celui qui avait été défriché ; il avait récupéré, pour les faire ensemencer en chênes, des landes sur lesquelles les paysans exerçaient des droits de pacage en refusant de payer des redevances. Il se plaint pendant toute la seconde moitié du xviiie siècle de subir d’innombrables vols68. L’histoire du bois de Plante dans les paroisses de Saint-Pierre-des-Corps et de la Ville-aux-Dames est significative. Le chapitre cathédral, seigneur du lieu, excédé de constater d’innombrables mésus, veut faire reconnaître que cette terre a été désolée par le pacage abusif et les dégradations volontaires et qu’elle mérite une autre utilisation. Les descriptions faites par les chanoines et celles des habitants ne semblent pas concerner le même terrain : pour les premiers, il n’a plus rien d’un bois et il n’offre qu’un pacage misérable à un petit nombre de bêtes étiques ; pour les autres, il permet de nourrir toute l’année un grand nombre d’animaux, richesse des habitants qui acquittent ainsi de lourds impôts et permettent d’approvisionner la ville. Les paysans affirment leurs droits sur tout le terrain en produisant comme preuve les quittances de 240 lt de droits d’amortissement payés en 1694. Les chanoines veulent défricher ces 365 arpents « du meilleur fond pour y faire croître des herbages » ; ils en donneraient aux habitants un quart, bien suffisant pour le petit nombre de bêtes qui ont le droit d’y pénétrer, et leur laisseraient en plus la vaine pâture sur le reste. En 1700, ils présentent une requête en ce sens et reçoivent le soutien du corps de ville ; les habitants concernés protestent et le rapport rédigé par l’intendant Miromesnil conclut en leur faveur. En 1717, le chapitre obtient cependant l’autorisation de défricher les trois quarts du terrain. En 1722, après de nouvelles contestations, un arrêt du Parlement confirme la décision de 1717 mais accorde un tiers, et non plus un quart, du terrain aux habitants qui devront continuer à payer les redevances habituelles sur les 145 arpents 32 chaînées qu’ils reçoivent. L’archevêque de Tours adopte la même solution en 1758 pour un autre terrain, appelé aussi bois de Plante mais situé dans la paroisse de Berthenay ; les habitants en usent comme s’ils en étaient totalement maîtres et le prélat préfère, après d’innombrables contestations, leur abandonner une partie du terrain afin de pouvoir enclore le reste et le mettre ainsi à l’abri69.

4 - Défense des communaux

  • 70 Rapport de Colbert de Croissy, éd. Sourdeval, p. 34 et p. 91.
  • 71 A.D. I. et L., 3E20/140, minutes Arvers ; acte non daté et rédigé sur un papier portant les comptes (...)

42La généralité n’a pas fait l’objet d’un édit permettant le partage des communaux et on ne trouve pas de trace d’une telle opération réalisée sur demande du seigneur ou de la communauté. La question a été débattue sous la Révolution : des communes comme la Chapelle-aux-Naux ont préféré, aux dépens des journaliers sans terre, garder leurs communaux indivis et les réserver au pacage des bêtes des métairies ou des « colonages » pour permettre aux exploitants de disposer d’abondants fumiers. Par d’autres voies les seigneurs tentent de les soustraire aux habitants des communautés. Ce n’est pas une nouveauté : les usurpations de communaux ont été nombreuses au cours du xviie siècle. Le rapport de Colbert de Croissy en cite plusieurs cas, sans omettre de nommer les responsables qui sont tous de grands seigneurs nobles : près de Tours, le marquis de Villandry ou le seigneur de Fourchault à Vallières ; en Loudunois, le duc de Roannois sous prétexte de dessèchement, s’est emparé de communs dans 15 à 20 paroisses70. Au début du xviiie siècle, les habitants de la Roche-Clermault dénoncent les usurpations de leur seigneur, qui ne leur a laissé que 40 arpents de communs dans le marais de Bréviand71.

  • 72 L. HERPIN, op. cit, p. 172 et sq. Les auteurs des deux projets de dessèchement élaborés dans les an (...)

43Dans la basse vallée de la Loire, dans le Véron, le problème a été posé dans la seconde moitié du xviiie siècle pour les « communaux de la Canche » : les habitants de Savigny s’appuient sur un usage vieux de cinq siècles pour affirmer leurs droits. Mais la propriété éminente de ces marais suscite de nombreuses contestations : Dupetit-Thouars y prétend comme nouveau propriétaire du fief d’Orval en Véron, et lance un procès contre les usagers des communs dont font partie les habitants de la paroisse de Savigny mais aussi l’abbesse de Fontevraud ; l’affaire s’éternise de procès en procès et elle se termine en 1789 par la défaite du chevalier Dupetit-Thouars. Au cours de ces procédures, les représentants du roi sont aussi intervenus pour affirmer les droits de ce dernier en tant que propriétaire du comté de Chinon et pour contester les prétentions tant des habitants de Savigny que de Dupetit-Thouars72.

44La défense des communaux entraîne un conflit violent en 1783, dans la même région que celle qui a vu contester les droits de police des frères Rasilly, mais de l’autre côté de la Loire, autour de la paroisse de Saint-Patrice. Là encore, en détruisant des clôtures les paysans cherchent à sauvegarder les droits qui leur permettent de pratiquer l’élevage. Le début de la Vallée d’Anjou fait des cultures intensives associées à un élevage important ; aux confins de l’Anjou, les communautés d’habitants sont plus grandes, plus peuplées (le nombre des feux y dépasse les 350) qu’en amont et elles comptent davantage de vignerons au fur et à mesure qu’on se rapproche de Bourgueil. L’attaque et la destruction des fossés établis autour des landes de Saint-Patrice ne forment pas un cas isolé ; les seigneurs ne sont pas les seuls auteurs de ces « enclosures » ni les seules victimes des destructions. L’action prend ici une forme violente et anarchique, mais ailleurs, par exemple pour protester contre les projets de dessèchement et d’aménagement des marais de Parilly, l’opposition a été organisée et a utilisé les moyens du droit, peut-être parce que les intéressés n’étaient pas seulement des paysans.

  • 73 A.D. I. et L., B Marquisat de Rochecot, 1783-1785. Bailliage et sénéchaussée (sic). Actes divers (à (...)
  • 74 A.D. I. et L., B bailliage de Chinon, procédures criminelles 1785 (I).
  • 75 Un tailleur de pierre va se confesser au curé de Saint-Patrice, qui « a refusé de recevoir sa décla (...)

45L’instruction de l’affaire à propos des fossés du marquisat de Rochecot à Saint-Patrice a duré plusieurs mois ; elle débute en décembre 1783 et n’est pas encore achevée en août 1785, date à partir de laquelle nous en perdons la trace. Elle permet aussi de juger de la complexité du système judiciaire ; elle est entamée par la justice du marquisat73, puis en juillet 1784, elle est transférée à celle des Eaux et Forêts de Chinon74 et les pièces rédigées dans le cadre de cette seconde partie font l’objet d’une copie conservée parmi les dossiers du bailliage. Il semble que des fossés, creusés sur ordre du marquis de Rochecot, avaient déjà été détruits au moins à deux reprises, en 1781 et 1782. Le marquis dépose une première plainte en décembre 1783, car il est au courant des « menaces lancées par certains quidams ou quidames (sic) de combler les fossés qu’il fait faire pour la clôture de ses bois et de ses domaines et d’incendier les bois taillis dépendant de lad. seigneurie » au canton des basses Varennes à Ingrandes ; mais il ne s’agit encore que de menaces. Le seigneur dépose une deuxième plainte le 26 mai 1784 car le passage à l’acte a eu lieu. En mars 1784, les fossés récemment creusés autour de 150 arpents de landes et de bois ont été détruits au coursd’une opération bien montée et connue dans tout le voisinage. Des habitants sont passés dans les maisons recruter de la main-d’œuvre : « Vous savez que ce sacré gueux de Rochecot veut nous faire crever de faim » aurait dit un bêcheur. Lors de l’enquête un des hommes arrêtés déclare avoir agi à « la sollicitation des principaux habitants d’Ingrandes », dont le syndic qui lui aurait demandé de prévenir les habitants75. Une seule raison est unanimement invoquée : les landes encloses sont prises sur les communaux. Cette action est donc d’abord un acte de défense soutenu par une majorité de la population.

  • 76 A.D. I. et L., G 41. La transaction de 1642 a permis au seigneur d’incorporer à sa réserve 12 arpe (...)
  • 77 A.D. I. et L., Série E supplément, Inventaire sommaire, p. 114-115. Il n’y a pas trace dans les ar (...)
  • 78 A.D. 1. et L., B bailliage de Chinon, procédures criminelles 1753. Le blessé meurt le 12 mai. Le p (...)

46Toutes les communautés défendent âprement les communs ; ces actions sont une des rares manifestations de leur existence et les amènent parfois à s’affronter durement. Des conflits très violents ont opposé des paroisses voisines. Tous les événements connus se sont évidemment déroulés dans l’ouest de la province, et en particulier sur les landes du Ruchard et dans la vallée de la Loire. Les conflits sont nombreux et rudes dans la châtellenie d’Huismes où ils s’ajoutent aux contestations qui opposent les habitants au chapitre Saint-Gatien de Tours, seigneur de la paroisse76. Les uns mettent aux prises les paroisses de Rigny, Huismes et la Chapelle, les autres Rigny, Rivarennes et Bréhémont ; en fait Rigny se trouve opposée à ses voisins des deux côtés. Les habitants d’Huismes sont particulièrement attentifs à défendre leurs droits : les bestiaux des deux autres paroisses ne peuvent venir sur les prés, les landes ne sont accessibles qu’à quelques bovins ; en 1703, Rigny et Huismes parviennent à un accord puisqu’ils consentent à laisser mutuellement les bestiaux pacager sur les communs des deux paroisses. Les contestations entre Rivarennes et Bréhémont provoquent de véritables combats, et, ironie du sort, elles entraînent les deux paroisses dans des procès coûteux qui les obligent à vendre une partie desdits communs77. Les deux paroisses sont séparées par l’Indre mais les limites ne sont pas précises et les déplacements du cours de la rivière compliquent la situation. Rivarennes dont le territoire s’étend en partie sur le plateau de la forêt de Chinon est mieux pourvue en pâturages que Bréhémont, située dans le fond de la vallée et dont le territoire est presque totalement livré à une culture intensive. Les deux paroisses prétendent avoir des droits sur un petit commun, le commun du Vinet, situé sur le territoire de Rivarennes mais aux confins de Bréhémont. En 1752, l’assemblée de Rivarennes décide de poursuivre Bréhémont en justice et charge les deux soldats de milice de la paroisse de monter une garde armée dans le commun. Au printemps de 1753, des incidents très violents éclatent : une véritable bataille rangée se déroule et fait six blessés, dont un à mort78. Rivarennes obtient néanmoins que la propriété du commun contesté lui soit reconnue par le tribunal des Eaux et Forêts ; mais l’affaire, relancée par un appel de Bréhémont, dura encore plus de 20 ans.

  • 79 A.D. I. et L., Série E supplément, Inventaire sommaire, p. 196. Villaines choisit d’aller en appel (...)

47D’autres conflits sont issus de la concession par le seigneur d’une paroisse de droits d’usage aux habitants d’une autre. Ainsi le seigneur des Roches Tranchellion avait donné aux habitants de Villaines des droits au pacage et au bois de chauffage sur une partie des landes du Ruchard située dans la paroisse d’Avon ; ils en usaient et payaient régulièrement les redevances. A la suite d’une contestation élevée par Avon, la justice de la baronnie de l’Ile-Bouchard, en janvier 1699, confirme les droits de Villaines. De procès en procès, les habitants utilisent habilement toutes les ressources que leur donne la diversité des instances devant lesquelles ils peuvent se pourvoir et choisissent à bon escient leur syndic : un notaire représente Avon en 1717 et la défend au mieux puisque la communauté obtient que soit mis « en réserve le quart des landes du Ruchard au profit de la fabrique et autres destinations »79.

48Ces actions montrent la résistance des équilibres traditionnels et la volonté partagée à différents niveaux dans la société rurale de les maintenir ; en ce domaine on ne peut opposer seigneurs et grands propriétaires favorables au « progrès » et paysans accrochés à leur routine.

Notes

1 G. BOUCHARD, Le village immobile. Sennely-en Sologne au xviiie siècle.

2 A.N. H 1 520.

3 A.D. I. et L„ C 92, dont 5 arpents 11 chaînées à Fondettes (élection de Tours) et 3 arpents 12 chaînées à Saint-Georges (élection d Amboise).

4 A.D. I. et L..C91.

5 M. LACHIVER, (Vin, Vigne et Vignerons en région parisienne du xvie au xixesiècle, p. 334.

6 A.D. I. et L, C 91. Il y manque les avis de Laval et Mayenne où il n’y a pas de vigne ; pour l’élection de Tours la réponse du subdélégué a été conservée ailleurs.

7 L’abondance des « morceaux » rend impossible le calcul du total des terres plantées.

8 A.D. I. et L., C 9., lettre du 13 mars 1752 au garde des sceaux.

9 J. MEYER, La noblesse bretonne au xviie siècle, p. 758 ; les propriétaires de vignoble du pays nantais développent la même argumentation. Selon eux, 100 journaux de vigne produisent deux fois plus d’impositions que 300 journaux de terre ; la vigne produit tous les ans. La vigne demande trois fois plus de main-d’œuvre que les céréales.

10 A.D. I. et L., id., lettre du 11 novembre 1756.

11 A.D. I. et L.,C 93.

12 A.D. I. et L., C 83, état des récoltes 1761-1765.

13 E. LABROUSSE, (La crise de l’économie française à la fin de l’Ancien Régime et au début de la Révolution, p. 289 et 349.

14 A.D. I. et L., C 337.

15 A.D. I. et L., H 391. Dans sa métairie de La Haye-Bodin à Saint-Cyr, où les vignes couvrent 13 arpents 26 chainées, l’abbaye de Marmoutier fait les récoltes suivantes :1778 80 poinçons 1779 102 poinçons1780 64 poinçons 1781 128 poinçons 1782 103 poinçons

16 A.N. F12 641, Mémoire à Monsieur de Colonia, daté du 23 juin 1781, pour obtenir le rétablissement des foires franches.

17 A.D. I. et L., C 28.

18 A.N. F12 461, Mémoire à M. de Colonia.

19 Ces chiffres peuvent être recoupés avec ceux qu’indique A. Young : dans la région de Tours, il estime le produit « de cinq à trente pièces par arpent ; moyenne, dix ; prix moyen, 15 lt ». Il s’agit donc de chiffres caractéristiques des années d’abondance : le prix est vraiment bas, les productions sont élevées (cf. A. YOUNG, Voyages en France, éd. H. Sée, t. II, p. 690).

20 Selon Le cours complet d’agriculture (t. X, p. 140-141), le rapport de la vigne n’est pas aussi mauvais : Rozier estime, pour les vins de première qualité, le produit net à 29 % du produit brut, en comprenant dans les dépenses les « avances annuelles », leur intérêt et les impôts mais pas les intérêts du capital foncier. A. Bourde reprend les indications de Rozier (cf. A. BOURDE, Agronomes et agronomie au xviiiesiècle, t. II, p. 694).

21 A.D. 1. et L., C 86, lettre de Benoît de la Grandière datée du 4 janvier 1785.

22 TURBILLY, Mémoire sur les défrichements, p. 151. Il tenta aussi de développer l’élevage des moutons en en faisant venir du bas Poitou, mesure tout à fait à la portée des Tourangeaux (cité par 23.F. LEBRUN, L’histoire vue de l’Anjou, p. 184).

23 A. SAUVY et J. HECHT, « La population agricole française au xviiie siècle et l’expérience du marquis de Turbilly », Population, 1965, n° 2. En 15 ans il aurait totalement bouleversé l’économie de son héritage ; mais il mourut ruiné en 1776 et ses terres vendues retournèrent à la lande, à tel point qu’A. Young eut du mal à trouver ce domaine.

24 Ce traité figure, avec les œuvres de Patullo, dans la bibliothèque du château de Véretz (E 153). Est-il dans d’autres bibliothèques de Tourangeaux « éclairés » ?

25 F. LEBRUN, « Agronomie et démographie en Anjou au xviiie siècle. À propos du marquis de Turbilly », Revue du Bas-Poitou, 1967, p. 16-21.

26 A. BOURDE, op. cit., t. II, p. 1122. La Touraine avait déjà bénéficié de telles mesures : en 1751, une exemption de tout impôt royal pour six ans avait été accordée aux terres défrichées dans le duché de Luynes.

27 A.D. I. et L., C 86, déclaration le 10 mai 1781 pour 8 chaînées à Saint-Denis-Hors, près d’Amboise.

28 Les auteurs des documents disent en effet avoir converti toutes les surfaces en « arpent de Paris » : le coefficient multiplicateur employé est de 1,2. En réalité, il s’agit de l’arpent des Eaux et Forêts puisque l’arpent de Tours est deux fois plus grand que l’arpent de Paris stricto sensu. Le greffier de l’élection de Tours en fait la démonstration sur l’état récapitulatif de 1783-1784 : pour convertir les surfaces déclarées en arpents de Paris, il faut multiplier par 1,98.

29 Il se peut aussi qu’on ait commencé par défricher des terres jadis cultivées puis retournées à la friche, car elles sont moins difficiles à remettre en exploitation.

30 A.D. I. et L., C 86. En 1777-1778, selon le greffier de l’élection d’Amboise, madame Dupin, seigneur de Chenonceau, fait une déclaration pour 19,25 arpents.

31 G. DEBIEN, (En haut-Poitou, défricheurs au travail xve-xviiie siècles, p. 49 à 93.

32 A.D. I. et L., Série E supplément, Inventaire sommaire, p. 145.

33 A. BOURDE, op. cit., t. II, p. 527-528.

34 Il manque les résultats de l’année 1778-79, mais les surfaces concernées sont sans doute peu différentes de celles des années antérieures ou postérieures.

35 En 1777-78 par exemple, 116 arpents à Luynes.

36 A.D. I. et L., L 199, cahier de doléances de Villandry. Les défrichements « ont été accordés sans mesure »

37 F. LEBRUN, (Les hommes et la mort en Anjou aux xviie et xviiie siècles, p. 95.

38 II s’inscrit ainsi en faux contre les avis du bureau de Tours de la Société d’agriculture qui craignait que des terres cultivées ne fussent abandonnées au profit des terres nouvellement défrichées.

39 A. BOURDE, op. cit., 1.1, p. 528. Turbilly lui-même pensait qu’il fallait ménager ces terres puisqu’il interdisait d’ensemencer plus de cinq ans de suite les terres nouvellement défrichées.

40 A.D. I. et L., G 39, plainte du chapitre Saint-Gatien contre les habitants d’Huismes, datée du 25 avril 1640. Les habitants nient avoir coupé des arbres mais les chanoines veulent pour preuve de la réalité du défrichement que le curé n’omet pas de percevoir la dîme novale. Les contestations reprennent en 1688 et durent au xviie siècle.

41 A.D. I. et L..G70.

42 A.D. I. et L-, G 69. En 1565, pour mettre fin aux dégâts commis par les habitants, un « triage » opéré dans la forêt Saint-Maurice avait donné aux villageois 221 arpents 63 chainées, sur les 652 arpents 94 chainées.

43 A.D. I. et L., C 264, requête présentée par les adversaires du projet du sieur Toutaint des Guiberts.

44 De DIENNE, Histoire des dessèchements des lacs et marais en France avant 1789, p. 3. La Touraine n’y est pas citée, les surfaces concernées étant restreintes.

45 A.D. I. et L., C 264. Les paroisses de la Roche-Clermault, Seuilly, Cravant et Panzoult ne devaient avoir qu’un quart des terres car les travaux à réaliser étaient très onéreux et ce commun marécageux ne leur étant en réalité d’aucune utilité, elles trouvaient de toute façon leur avantage dans ce partage.

46 A.D. I. et L., C 336, éd. Chevalier, p. 145.

47 L. HERPIN, (La propriété et la gestion des communaux de Parilly à la fin de l’Ancien Régime, p. 471 à 541.

48 A.C. Chinon, HH 1, affiche imprimée. Le projet de Monestrole devait toucher 575 arpents, dont 350 à Saint-Louans, Cinais et Thizay

49 A.M. Chinon, HH 1. Mémoire daté du 13 mai 1774 (cf. texte n° 9).

50 Selon L. Herpin, un autre projet fut présenté en 1776 par un habitant de la région, Poirier des Bournais, qui offrait de payer au roi 10 lt par arpent ; mais la réponse fut à nouveau négative.

51 A. BOURDE, op. cit., t. III, p. 1451.

52 F. LEBRUN, op. cit., p. 113-114.

53 La partie de l’élection de Loudun située aux confins de l’Anjou et du Poitou eût pu profiter du dessèchement des marais de la vallée de la Dive, pour lequel de nombreux plans furent établis ; mais le plus intéressant eût été le creusement d’un canal aboutissant au Thouet, pour rompre l’isolement de la région de Loudun et faciliter les expéditions de grains vers Chinon (A.D. I. et L., C 264). Le canal commencé avant 1789 fut terminé sous Louis-Philippe.

54 A.D. I. et L., E 732.

55 Aucune paroisse de Touraine ne semble avoir demandé le partage des communaux par application du droit de triage ou avec attribution individuelle de lopins pris dans les deux tiers laissés aux habitants de la communauté (cf. A.N. H1 1492 : cette liasse ne contient aucun dossier concernant la Touraine).

56 A.BOURDE, op .cit.,t.III, p. 1403.

57 « Voyage en Touraine en1729 », MSAT, t. XI, p.182

58 Pourtant alors qu’il était intendant en Béarn puis à Limoges, d’Aine avait été un actif partisan du partage des communaux.

59 A.D. I. et L., G 52, rapport daté du 15 août 1702 sur le bois de Plantes, près de Tours.

60 A.D. I. et L., B bailliage présidial de Tours, procédures criminelles, 1742-1745. Il faut un monitoire en septembre 1743 pour que des dépositions de paysans puissent être recueillies.

61 A.D. I. et L., B bailliage de Chinon procédures criminelles 1776.

62 A.D. I. et L., B bailliage de Chinon, procédures criminelles 1779.

63 AD. I. et L., H 45 et 46. La transaction de 1638 a été conclue après un procès qui a coûté 4 852 lt aux habitants de Bourgueil.

64 M. DEVEZE, La vie de la forêt française au xvie siècle, p. 258 ; une partie de la forêt de Chinon forme, à la suite des dégradations opérées par les habitants riverains, les landes du Ruchard.

65 J. CHEVTCHENKO, Naître, vivre et mourir à Saint-Benoit-du-lac-mort aux xviie et xviiie siècles, p. 72 à 77. Entre 1766 et 1770, sept saisies au moins sont opérées aux dépens des habitants de Saint- Benoît.

66 M. DEVEZE, op. cit., p. 259 ; parmi les forêts du nord de la Touraine, celle de Beaumont a pu se maintenir tandis que les bois de Nouzilly et de Corneau ne sont plus que des résidus.

67 A.D. I. et L., C 350, mémoire de 1757.

68 A.D. I. et L., G 64 et 68.

69 A.D. I. et L, H 271.

70 Rapport de Colbert de Croissy, éd. Sourdeval, p. 34 et p. 91.

71 A.D. I. et L., 3E20/140, minutes Arvers ; acte non daté et rédigé sur un papier portant les comptes du notaire en 1702.

72 L. HERPIN, op. cit, p. 172 et sq. Les auteurs des deux projets de dessèchement élaborés dans les années 1760 et 1770 considèrent que les habitants ont usurpé ces communs.

73 A.D. I. et L., B Marquisat de Rochecot, 1783-1785. Bailliage et sénéchaussée (sic). Actes divers (à l’extraordinaire).

74 A.D. I. et L., B bailliage de Chinon, procédures criminelles 1785 (I).

75 Un tailleur de pierre va se confesser au curé de Saint-Patrice, qui « a refusé de recevoir sa déclaration en lui disant : Tu ne l’as pas vu, c’est trop peu de chose ».

76 A.D. I. et L., G 41. La transaction de 1642 a permis au seigneur d’incorporer à sa réserve 12 arpents de prés tandis que Huismes en reçoit 25 pour lesquels elle s’engage à payer le cens. Mais les habitants ont réussi à réintégrer les 12 arpents dans leurs communs : en 1688, ils sont donc condamnés à payer la valeur de l’herbe qu’ils ont récoltée depuis 12 ans et à rétablir les fossés qui ont été comblés ; en 1691, la sentence du parlement n’est toujours pas exécutée.

77 A.D. I. et L., Série E supplément, Inventaire sommaire, p. 114-115. Il n’y a pas trace dans les archives communales des violences qui se sont déroulées au printemps de 1753.

78 A.D. 1. et L., B bailliage de Chinon, procédures criminelles 1753. Le blessé meurt le 12 mai. Le procès aurait dû être instruit par les Eaux et Forêts qui n’en gardent pas de trace ; seules restent les plaintes de Bréhémont au bailliage.

79 A.D. I. et L., Série E supplément, Inventaire sommaire, p. 196. Villaines choisit d’aller en appel mais n’obtint pas gain de cause. En 1836 encore est jugé un procès entre Villaines et les deux propriétaires des landes du Ruchard.

Table des illustrations

Titre Répartition des défrichements déclarés (étendues) dans les élections de Touraine
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17132/img-1.png
Fichier image/png, 123k
Titre Répartition sociale des auteurs de déclaration de défrichement en 1777-78
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17132/img-2.png
Fichier image/png, 232k
Titre Le bilan global peut être dressé dans la période allant de 1761 à 178434.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17132/img-3.png
Fichier image/png, 247k

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search