Version classiqueVersion mobile

Les campagnes de Touraine au XVIIIe siècle

 | 
Brigitte Maillard

Deuxième partie. La formation des richesses

Chapitre 10. La polyactivité rurale

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Sans doute ne peut-on réduire l’activité économique des campagnes à la production des grains ou des vins et chaque village abrite des artisans ; mais leur production se limite le plus souvent aux quelques objets que les paysans ne peuvent fabriquer eux-mêmes, faute d’un véritable savoir-faire qui est celui des artisans spécialisés comme les tonneliers. Sur la carte de l’industrie textile au xviiie siècle, au centre d’une zone formée par le Maine, l’Anjou, la Normandie, le Berry et le Poitou, la Touraine constitue un vide. Cette situation semble paradoxale ; la province n’est pas mal placée pour produire des matières premières comme laine et chanvre et elle offre un marché important pour des produits bon marché. Comment expliquer la rareté de la « manufacture » textile dans les campagnes tourangelles, alors qu’elle se développe dans les campagnes voisines ? La Touraine est-elle vraiment restée à l’écart du mouvement de proto-industrialisation ?

I - La « manufacture » textile

  • 1 P. BOIS, Paysans de l'Ouest, p. 256.
  • 2 A.D. I. et L., C 136, états des pièces marquées en 1785.

2Les statistiques de production textile ne prennent en compte que les pièces apportées aux bureaux de marque ; elles indiquent donc un minimum sûr. La part de l’autoconsommation, de la fabrication à façon pour un particulier et de la fraude ne peut être mesurée. De plus, les relevés faits aux bureaux de marque ne sont disponibles que pour quelques années au milieu et à la fin du siècle alors qu’après la publication du « code des manufactures » en 1780 les bureaux sont de moins en moins fréquentés et que les marchands achètent de plus en plus directement aux tisserands dans les campagnes1. Les fluctuations de l’activité des bureaux ne doivent pas tout à celles de la fabrication. En 1785, selon l’inspecteur des manufactures, le nombre de pièces marquées a augmenté de 4,8 % parce que les marchands les ont présentées « plus exactement » pour pouvoir bénéficier des franchises rétablies lors des foires de Tours2.

  • 3 A.D. I. et L., C 103.

3Le plus souvent les auteurs de rapports veulent par le rappel d’un brillant passé soit — et c’est le plus fréquent — attirer l’attention sur les difficultés de la manufacture, soit démontrer que la fabrication est d’une très grande utilité mais qu’elle a besoin du soutien des pouvoirs publics. Ainsi, un texte sur « les manufactures et les principaux objets de commerce de la ville de Tours » en 1744, note que les pièces de tissus en laine apportées pour être marquées à Tours sont environ 8 000, en baisse des deux tiers depuis vingt-cinq ans et que l’effectif des métiers battants n’atteint plus que 200 : ainsi, à Amboise, de 150 ils sont tombés à 503. Mais le tableau sur l’élection d’Amboise en 1747 indique 150 métiers pour une manufacture qui est dite aussi en décadence...

  • 4 A.D. I. et L., 3E1/451, minutes Lefebvre, inventaire du 20 janvier 1785. Chez un fermier des varenn (...)
  • 5 A.D. I. et L., C 105. Le mémoire déclare que 12 000 personnes, dont la moitié à la campagne, travai (...)
  • 6 A.M. Tours, HH 4, « Réflexions sur la situation des principales manufactures de France et particuli (...)
  • 7 A.D. I. et L., C 104, rapport de septembre 1754.

4La manufacture de soierie de Tours n’a guère de rayonnement dans les campagnes. À Luynes a existé une importante communauté de passementiers, mais les difficultés commerciales ont entraîné son déclin. Le travail de la soie est peu répandu même aux environs de la ville ; le « dévidage » se fait dans les paroisses situées dans un rayon de cinq lieues et emploie femmes et enfants4 ; mais leurs effectifs ne sont sûrement pas de 6 000 comme le prétendent les maîtres ouvriers en soie en 17545. Il est de règle de dénigrer cette main-d’œuvre : on reproche aux femmes de mal travailler et de fournir du fil trop gros car elles sont payées au poids. Les marchands fabricants se plaignent aussi du « défaut de subordination » des ouvriers, qu’ils accusent en outre de voler de la soie. Il est impossible d’étudier cette activité car elle n’est prise en compte nulle part ; elle a cependant l’intérêt de faire rentrer un peu d’argent et elle est « le fond sur lequel nombre de paroisses paient leurs impositions »6. De toute façon, la manufacture de soierie ne souffre pas d’un manque de main-d’œuvre mais de l’absence de débouchés7.

  • 8 A.N. F12 1241.
  • 9 A.D. I. et L., C 409. Déclaration des biens perdus dans l'incendie du bourg de Saint-Paterne en 176 (...)
  • 10 A.D. I. et L., E 116. Pour s'habiller à la mode, il passe commande à un tailleur de Tours.
  • 11 A.N. F12 1241.
  • 12 A.D. I. et L., C 156. Vers 1783, quelques fabricants du bourg ont demandé l'installation d'un burea (...)
  • 13 S RM 165, dr 10.
  • 14 A.D. I. et L., E 116. Inventaire de Mademoiselle de Maussabré.

5Dans les campagnes, le travail est libre, les métiers ne sont pas « réglés » et l’apprentissage pour la fabrication des tissus courants est rapide. La province se suffit pour les fibres, animales ou végétales, nécessaires aux médiocres fabrications destinées à la consommation locale et achète en Beauce, en Berry ou en Poitou les laines de bonne qualité car elle n’en produit qu’environ 50 000 livres par an8. Le matériel utilisé est peu coûteux : rudimentaire, il est toujours en bois. Un rouet vaut au maximum 2 lt, un métier à tisser l’étamine, qui est un tissu de bonne qualité, 20 lt9 ; ces outils ne sont donc pas hors de la portée financière des plus pauvres. Presque partout, les inventaires après décès montrent que dans les maisons les métiers à tisser sont rares mais on y trouve souvent un rouet, des fils de laine et de chanvre : toutes les femmes filaient et pouvaient vendre une partie de leur production. La fabrication des tissus à usage domestique est confiée à des artisans ; ces derniers travaillaient à façon les fibres fournies par les paysans. Les propriétaires qui reçoivent de leurs métayers de la laine ou du chanvre en « poupées » de filasse, font tisser draps, serviettes et nappes. Ainsi Louis de Maussabré fait souvent faire de la grosse toile, de la toile de brin ou de la serge10. Cette production n’entre donc pas en compte dans les statistiques. Dans les villages hors des zones de « manufacture » vivent donc quelques artisans, qui devenaient paysans au moment des grands travaux. Ils ont leur propre spécialité : ils sont bien désignés dans les rôles d’impôt ou sur les registres paroissiaux comme tessiers, filtoupiers, sergers ou tisserands. Ces hommes ont un ou deux métiers et travaillent avec un compagnon ou un apprenti. Les tâches sont très nombreuses : pour la préparation du fil et le tissage, il faut des « fileurs, cardeurs et peigneurs de laine, teinturiers, faiseurs de trames, apprêteurs, lustreurs, foulons, ouvriers travaillant sur le métier et autres »11. La confection du linge et des vêtements, leur réparation, le tricotage des bas, peuvent aussi procurer un salaire et sont à la portée de femmes peu qualifiées. Dans les villages non spécialisés, on travaille beaucoup plus le chanvre que la laine, et les tessiers sont toujours les plus nombreux. Les tisserands en toile ne produisent que pour la clientèle locale ; cette étoffe est vendue sur place et il n’en passe pas par les bureaux de marque de la province, même à Tours ; c’est seulement dans l’extrême nord, à Villebourg et à Saint-Christophe, que la production est achetée par les négociants qui l’expédient vers Angers ou Château-du-Loir12. Pour leur propre usage, les paysans font fabriquer des toiles ou des tissus de laine et chanvre mêlés, en particulier les droguets sur chaîne de chanvre : près de Chinon, les habitants « sont très légèrement [vêtus] même dans les froids rigoureux » et portent en toute saison « une culotte de toile grise, une veste quelquefois doublée de la même étoffe »13. Les garde-robes paysannes comportent des vêtements divers et nombreux mais tous vieux, usés et ternes ; les tissus sont la toile ou le droguet. Ils sont plus variés et plus colorés dans les garde-robes des notables14.

  • 15 Au contraire, dans les provinces voisines du Berry et du Poitou, cet usage est très répandu (AN. F1 (...)

6Pour se livrer à l’activité artisanale, les paysans doivent disposer de temps, ce qui est possible en hiver. Dans les vallées et sur les coteaux, le travail des vignes ou la culture des légumes occupe une grande partie de l’année ; les paysans ne peuvent être en même temps tisserands15. Les rôles de taille de la région d’Amboise montrent comment le travail est réparti. Dans les villages viticoles où le chanvre est produit dans les jardins, les fil— toupiers sont rarement mentionnés car les paysans, en particulier les femmes, préparent eux-mêmes le fil. Par contre le tissage est fait par des artisans spécialisés, qui ne sont pas paysans. Dans les plus gros bourgs viticoles, les artisans forment souvent entre le quart et le tiers des chefs de feux et parmi eux, les tessiers sont le groupe le plus nombreux. A Limeray, en 1735, les artisans sont 64, soit 29 % des chefs de feu ; le textile en occupe onze, dont huit texiers. Montlouis est un très gros bourg qui abrite 511 feux taillables, dont les chefs sont pour 32 % vignerons et pour 13 % artisans, mais le textile occupe plus d’individus (21, dont 12 tessiers) que la fabrication des tonneaux (17).

  • 16 A.N. F12 564. La production moyenne du premier semestre est de 4350 pièces, dont la valeur moyenne (...)

7Par contre, dans le sud de la province, l’activité textile est le fait d’artisans peu spécialisés qui deviennent paysans l’été. A Loudun, où battent 20 à 25 métiers, les artisans s’occupent aux travaux des champs pendant une moitié de l’année, en particulier dans les plaines céréalières du Poitou : la baisse du nombre des pièces passées au bureau de marque est très nette à chaque second trimestre. La valeur unitaire des tissus présentés aux bureaux est moins élevée au second semestre, comme si elle devait répondre à une demande plus populaire, celle des paysans qui disposent peut-être d’un peu d’argent après avoir vendu une partie de la récolte fraîchement battue16.

  • 17 Voir carte n° 11.
  • 18 A.D. I. et L., C337.

8La seule région où l’artisanat textile soit vraiment développé et ouvert à l’exportation se situe dans le nord17 à proximité du Maine, dans des zones où les cultures spécialisées sont peu importantes : le textile y est une véritable activité professionnelle et non un complément. L’auteur du rapport de 1747 écrit : « Quoique les manufactures de draperie de cette élection ne soient pas bien considérables, les plus fortes n’ayant pas plus de 30 métiers, cependant elles ne laissent pas de faire un grand bien dans les paroisses où elles sont établies et où elles emploient du monde tant pour la fabrication des étoffes que pour la préparation des matières qui entrent dans leur composition »18. Dans les relevés semestriels des pièces marquées à Tours entre 1770 et 1774, la seconde partie de l’année n’est pas du tout marquée par une diminution, bien au contraire ; c’est donc la preuve que les tisserands n’ont pas abandonné leur métier en été. La population comprend un effectif plus important d’artisans qui prouve l’existence d’une petite « manufacture » rurale, mais les productions destinées au commerce ne sont que des lainages ; les toiles de lin et de chanvre exportées par la généralité de Tours viennent toutes de l’Anjou et du Maine.

  • 19 A.D. I. et L., C 336, éd. Sourdeval, p. 88-89. Tours et Chinon ont une communauté de tessiers ; dan (...)
  • 20 A.D. I. et L., E 485.
  • 21 A.D. I. et L., id.

9 Il existe donc une répartition des tâches : la fabrication des tissus les plus précieux ou les travaux les plus difficiles, apprêt et teinture, se font dans les villes où sont établis les corps de métier jurés19, sauf à Richelieu, ville libre. Localement, des règlements établis par l’autorité seigneuriale s’imposent dans l’étendue de la juridiction : à Preuilly, pour exercer, il faut être reçu dans la communauté et acquitter des droits d’entrée (13 sous pour les sergetiers), mais il n’a été édicté aucun règlement de fabrication. À Cormery, Ligueil, Montrésor etc., les artisans sont « gouvernés par des règlements particuliers non autorisés »20. Dans les campagnes, les tissus écoulés sur place ne subissent aucun contrôle. Mais les pièces destinées à « l’exportation » doivent respecter les normes en vigueur car elles passent par les bureaux de marque : à Tours comme à Loudun il en existe deux, un pour la ville et un pour la campagne ; dans le nord, le bureau est situé à Saint-Christophe. L’instauration des métiers jurés est redoutée des artisans ruraux qui craignent d’avoir à payer des lettres de maîtrise21.

  • 22 SAVARY des BRULONS, Dictionnaire universel de commerce, supplément, p. 273-274.

10 La répartition géographique de la « manufacture » n’a pas changé au cours du xviiie siècle : la liste des villes, bourgs et villages à la fin du siècle22 est identique à celle que Savary des Brûlons donne en 1741 des lieux de fabrication. Quelques-unes des « manufactures rurales » sont isolées : ainsi Montrichard et Reugny dans l’élection d’Amboise, l’Ile-Bouchard et Azay-le-Rideau à l’ouest ; chacune n’a guère qu’une demi-douzaine de métiers. Elles sont plus concentrées à l’est de Loches où de gros villages abritent quelques dizaines de métiers ; Montrésor, Ecueillé ou Villeloin fabriquent, à partir de laines cardées du pays ou de Sologne, des tissus d’usage populaire qu’achètent des marchands de Tours ou du Berry. La « manufacture textile » n’est vraiment développée qu’au nord de Tours. Le quadrilatère entre Neuvy, Chemillé, Saint-Christophe et Saint-Paterne produit des étamines blanches ou de couleur ; à l’est on fabrique différentes sortes de serges et, un peu plus au sud, Neuillé-Pont-Pierre travaille chanvre et laine pour faire des droguets sur fil pour la clientèle pauvre. Les plus beaux draps, des « londres », sont tissés à Château-Renault. Les matières premières sont locales ou tirées des régions voisines, en particulier de Beauce. Toutes ces étoffes sont achetées par des négociants de Tours qui revendent les plus médiocres dans la province ou en France et expédient les meilleures en Italie, en Espagne ou dans les Iles.

11Les campagnes ont profité au cours du xviiie siècle du mouvement qui porte un certain nombre d’artisans du textile à quitter les villes pour s’établir dans le plat-pays et échapper aux métiers jurés ; il se produit alors une redistribution de l’activité. En 1750, il reste :

  • à Loches et Beaulieu : 15 maîtres drapiers,
  • à Richelieu : 20 maîtres sergers et 10 maîtres tisserands,
  • à Mirebeau : 5 sergers et 34 tisserands.
  • 23 T. MARKOVITCH, Les industries lainières de Colbert à la Révolution, p. 405. Les chiffres de 1789 vi (...)

12Les plaintes sur la diminution de l’activité sont, à l’instar de ce qui se passe pour la manufacture de la soie, incessantes ; mais les statistiques officielles disponibles permettent de juger de leur pertinence. D’après T. Markovitch, l’augmentation de la production dans la généralité de Tours a été forte au cours du xviiie siècle : il la chiffre à 232 % pour le nombre des pièces et à 380 % pour celle des longueurs23 ; ces chiffres ne distinguent pas la part de la Touraine.

  • 24 T. MARKOVITCH, op. cit., p. 399-400. La production totale de lainages est dans la généralité, selon (...)

13Selon l’enquête de 1692, avec 8 000 pièces de lainages elle est la première province productrice dans la généralité ; les principaux centres sont alors les villes d’Amboise (1 350 pièces) et Tours (1 150 pièces) ainsi que le bourg de Château-Renault (1 000 pièces) ; la production reste néanmoins une des plus faibles de France24. Les deux dernières guerres du règne de Louis XIV ont fait souffrir la manufacture textile. Apparaît bien l’importance croissante de la campagne : les 28 fabricants de Loudun produisaient 400 pièces en 1692 mais dès 1704 il est précisé que la part de la ville est de 200 à 250 pièces et celle de la campagne de 300. À la même date, la production de Tours où il reste huit ouvriers drapiers, est presque nulle (200 pièces), dans la campagne environnante elle serait de 1700 à 1800 pièces. Le nord de la province représente le secteur le plus actif (2 800 pièces) qui s’étend en Maine puisqu’à Mondoubleau et Saint-Calais, on fait des « tourangelles ». Il faut donc nuancer fortement l’idée d’un déclin global de la production, en particulier pour les tissus peu coûteux : ces derniers sont désormais fabriqués dans les campagnes, tandis que les villes ont subi un net déclin.

14La première moitié du xviiie siècle a connu une très forte hausse de la production lainière en Touraine, bien qu’elle soit désormais distancée par le Maine : la première produit en moyenne 13955 pièces entre 1753 et 1755, contre 16420 en 1749 pour le second. Les « états » de la production et de la valeur des étoffes fabriquées dans la généralité de Tours fournissent les statistiques par semestre pour les centres de fabrication (la part de Tours est minime) entre la fin de 1752 et le début de 1759. Des records sont atteints en 1756 avec 14 529 pièces de lainages divers et elle ne descend pas en-dessous de 13 700 les autres années.

15À la fin de la période observée les débuts de la guerre de Sept Ans n’ont encore que peu d’effet sur la production : la baisse n’est que de 3,6 %. La hiérarchie entre les centres de production reste identique au cours de ces sept années mais les écarts se resserrent : la manufacture d’Amboise perd 38 % entre 1753 et 1759, cette diminution ayant débuté avant le déclenchement de la guerre ; les artisans de Château-Renault et Reugny qui fabriquent les mêmes étoffes sont moins touchés. Des baisses de 15 à 25 % affectent Loudun ou Preuilly, mais ce sont des centres de faible importance : à Loches et Loudun on compte moins de 50 métiers en 1746. Au contraire, la production de serges à Rouziers et Nouzilly augmente de 61 % ; dans les autres villages du nord de la province, on enregistre une stabilité ou une faible augmentation. Les serges valent environ 85 lt la pièce, les « londres » en moyenne 230 lt ; ce sont donc bien les étoffes les plus chères qui connaissent les plus grosses difficultés de vente. Cette évolution profite surtout au nord de la Touraine, où est produite presque la moitié des lainages en 1759.

Production de lainages par région en 1753 et 1759

Production de lainages par région en 1753 et 1759
  • 25 Le mémoire de 1762-1766 note que la fabrication des « pinchinats qui étaient fort en vogue » a cess (...)
  • 26 Le mémoire de 1762-1766 donne 2 460 000 lt ; mais il prend en compte les serges trémières qui, prod (...)

16Selon le rapport de 1762-1766, plus de 630 métiers à laine (auxquels il faut ajouter ceux de la campagne autour de Tours) battent en zone rurale (et 110 dans la ville d’Amboise25) ; Tours ne fabrique plus mais assure les derniers apprêts à une partie importante de la production rurale. La valeur des étoffes est estimée à 1,56 millions de lt26, soit 19,6 % de la production manufacturière de la province. Le rapport regroupe, sans les détailler, les centres selon leur production, non selon leur localisation, et indique la valeur atteinte par les tissus après finition et teinture :

  • campagne de Tours : production : petits draps, droguets, serges et petites étamine ; valeur : 400 000 lt
  • Amboise : 110 métiers ; production : serges façon Londres, draps blancs et de couleur ; 2 000 pièces par an ; valeur : 500 000 lt,
  • Loches, Beaulieu, Montrichard, Montrésor, Villeloin, Ecueillé : 60 métiers ; fabrication : petits draps de couleur, « serges drapées » ; valeur : 100 000 lt
  • Château-Renault, Reugny, Marray, Louestault, Beaumont-la-Ronce, Rouziers : 120 métiers ; production : serges façon Londres en blanc et en couleur, serges trémières, serges croisées ; valeur : 200 000 lt
  • Neuvy, Saint-Christophe, Saint-Paterne, le Lude27, Chinon, Richelieu : 250 métiers ; production : étamines en blanc et en couleur ; valeur : 300 000 lt
  • Neuillé-Pont-Pierre, Ecueillé : 100 métiers ; production : droguet sur fil ; valeur : 60 000 lt.
  • 28 Amboise est aussi le seul lieu de fabrication de drap pour les troupes.

17Dans la manufacture d’Amboise, tout le tissage se fait en ville mais le filage est assuré par les paysannes dans un rayon de 3 à 4 kilomètres autour de la ville28. Toutes les autres manufactures sont dans les campagnes et fournissent des étoffes d’assez bonne qualité mais destinées à la satisfaction des besoins locaux ; seules les étamines de couleur sont exportées hors de France. La production se compose pour moitié de serges, pour un quart de petits draps et pour le reste d’étamines.

  • 29 L'élection de Tours paie plus de 80 % du vingtième d'industrie à cause de la soierie.
  • 30 Malgré cette diversité de productions, ni le Maine ni l'Anjou, Choletais excepté, n'ont réussi à fr (...)

18Cette faiblesse de l’activité manufacturière est confirmée à la même date par le montant du vingtième « d’industrie », dont le secteur textile paie la plus grande part : il représente 2 % du vingtième des biens-fonds29. La médiocrité de l’industrie textile éclate dans la comparaison avec celle des autres provinces de la généralité. La Touraine présente une gamme de tissus très limitée ; la soierie l’emporte de peu en valeur sur les toiles du Maine. La production de textile de cette dernière province est supérieure à celle de la Touraine et est moins sensible aux crises, car ses étoffes sont de qualités et de prix très variés et s’exportent bien ; certaines des fabrications de l’Anjou sont plus à la mode (indiennes, mouchoirs choletais), tandis que la soie est, au moins pour la clientèle tourangelle, un produit coûteux30.

Valeur de la production commercialisée des textiles dans les trois provinces de la généralité vers 1760 (en millions de livres tournois)

Valeur de la production commercialisée des textiles dans les trois provinces de la généralité vers 1760 (en millions de livres tournois)
  • 31 La production d'Amboise est exclue, les chiffres n'étant pas disponibles pour la seconde période.
  • 32 Cet affaiblissement de la manufacture se traduit par une forte diminution des mentions d'artisans d (...)

19Entre 1770 et 1774 une baisse de 7 % se produit dans la production enregistrée ; c’est la conséquence de la hausse du prix des grains : « presque toutes ces étoffes sont pour le bas peuple qui n’est pas en état de changer souvent de vêtements ». L’augmentation des prix de la laine a provoqué celle des étamines qui s’exportent moins bien. Entre les chiffres moyens de 1757-1759 et ceux de 1771-1774, la contraction est de 24,5 %31. Pourtant les manufactures du nord de la Touraine ont renforcé leur position : elles produisent désormais 58,7 % du total contre 54,4 % en 1753 grâce au développement de la fabrication des tissus de qualité moyenne, peut-être pour répondre à un accroissement de la demande populaire. Il s’est produit une redistribution entre 1770 et 1774 : en 1773 la production de serges à Rouziers et Nouzilly (1 098 pièces) est de 228 % supérieure à celle de 1753. Par contre, la production d’étamines de Saint-Christophe et de Saint-Paterne a baissé de 52 %32, il en va de même dans les villages voisins de Neuvy et Chemillé.

20Pour les années 1780 selon l’inspecteur des manufactures Huet de Vaudour dans un tableau dressé en 1785, 12 826 pièces d’étoffes, soit 838 664 aunes, ont été marquées à Tours ; mais dans les manufactures de l’est de la province, la part des tissus de médiocre qualité a beaucoup augmenté et une bonne partie est vendue dans la région, en Poitou, Berry et Beauce sans passer par le bureau de marque. Au début de 1781, les fabricants d’étoffe de laine sont 341 en Touraine, dont 256 hors des villes.

  • 33 A.D. I. et L.,C114.
  • 34 R. SCHMIDT, « La crise industrielle de 1788 en France », RH, 1908, n° 1, p. 78-94.
  • 35 A.D. I. et L., C 136. Le succès de ces tissus est dû en partie à leurs « couleurs à la mode ».
  • 36 A.N. F20 199.

21 De plus, le niveau de production n’avoisine celui du milieu du xviiie siècle, perdu au cours de la décennie 1760, qu’en l’an III. La guerre d’indépendance américaine a dû provoquer des difficultés d’exportation : en 1783, la manufacture d’Amboise33 ne produit plus que 2 106 pièces. En 1785, il reste dans la province 25 000 ouvriers du textile (soierie mise àpart) répartis dans 30 ou 40 petites villes et bourgs. Les appréciations portées sur la production sont très péjoratives : elle est partout grossière et la baisse de qualité est imputée à la suppression des règlements, qui entraîne la liberté totale ; la responsabilité du traité de commerce avec l’Angleterre est invoquée34. La manufacture est « tombée » à Ecueillé par exemple ; la production d’étamines à Richelieu ou à Azay-le-Rideau a beaucoup diminué. Ailleurs, à Amboise, Loches, Montrésor, Villeloin ou Preuilly, la production se maintient grâce à la fabrication de « moltons espèces de calmouks dont la consommation a de la faveur... pour l’habillement des artisans et du bas peuple »35. Entre 1786 et 1789, le nombre de pièces marquées à Tours a baissé de 30,5 % car depuis trois ans faute de clientèle, « ces fabriques décadencent (sic) et tombent ». Le tableau dressé en l’an viii est encore plus sombre : toutes les manufactures ont disparu, « le génie de la destruction a étendu son voile funeste »36. La belle période de l’industrie lainière en Touraine date donc des années antérieures à la guerre de Sept Ans, dont les effets néfastes ont été prolongés par la hausse des prix des grains à partir de 1765. Ces différents événements ont réduit les ventes à l’extérieur et à l’intérieur. Les efforts d’innovation ont tous échoué et dans ce secteur comme dans d’autres, les autorités ont mis leur espoir dans le rétablissement des foires franches de Tours, qui n’eut guère d’effets, et dans la suppression de la douane d’Ingrandes.

22 Sur le long terme, entre 1692 et la fin des années 1770, la croissance du nombre des métiers a été d’environ 20 % et celle des pièces fabriquées de 30 % ; le développement de la productivité pour chaque métier est réel mais l’augmentation de la production reste faible.

II - Autres productions traditionnelles

  • 37 A.D. I. et L., C 336, éd. Chevalier, p. 161.

23 Un des atouts de la Touraine est constitué par l’abondance des cours d’eau à pente rapide sur lesquels sont installés des moulins à utilisation variée. Ainsi en va-t-il pour la vallée de l’Indre où de multiples moulins profitaient du débit soutenu de la rivière et des nombreux sites disponibles. La plupart des moulins à papier de Touraine étaient groupés dans l’élection de Loches, entre Reignac et Truyes ; mais la production restait très insuffisante37. Les moulins à tan sont plutôt concentrés au nord de la Loire.

1 - La tannerie

24Le travail du cuir est, avec le textile, l’autre activité manufacturière traditionnelle en Touraine. Les différentes enquêtes menées entre 1735 et 1745 montrent qu’elle existe partout mais qu’elle est plus rare dans le sud-ouest (région de Loudun et de Richelieu) et qu’elle est concentrée dans les villes et les bourgs.

Répartition des maîtres tanneurs au milieu du xviiie siècle

Répartition des maîtres tanneurs au milieu du xviiie siècle
  • 38 A. D. I. et L., C 105.

25Les tanneurs sont installés surtout dans des villages du Lochois et au nord ou à l’ouest de Tours. Au nord, le centre le plus important est le bourg de Château-Renault, centre ancien qui en abrite 6, comme Tours. Les cuirs ne sont pas tannés à l’orge car la production locale est insuffisante et ce procédé de fabrication est peu estimé. La majorité des tanneries se trouve donc à proximité d’une forêt ou d’une zone riche en taillis : après avoir écorcé les branches de chêne, on en fait des fagots. Seule la région d’Amboise ne peut s’approvisionner sur place en tan car la majorité des bois appartient au roi et « on ne les pèle jamais ». Aucun recensement des moulins à tan n’a été fait mais il en existe, en particulier dans les zones boisées, au moins un ou deux sur chaque petite rivière, comme la Bresme ou la Roumer au nord-ouest de Tours ; en 1771, dans un rayon de 4 lieues au nord de Tours, sont signalés un moulin pour chamoiseur à la Membrolle et un à tan à Beaumont-la-Ronce ; il n’y en a aucun sur la Brenne ni sur la Branle38 ; deux sont établis à Château-Renault. L’approvisionnement en matières premières est rendu difficile par les faiblesses de l’élevage. La qualité des cuirs est médiocre et ils sont utilisés sur place par les cordonniers ; quelques mégissiers de Chinon ou du Lochois font des expéditions vers le Poitou et le Berry.

  • 39 Mémoire de Miromesnil, éd. Boulay de la Meurthe, p. 173-174.
  • 40 AN. F12 1241, Mémoire du corps de ville de Tours, 1785.
  • 41 E. LAVISSE, Histoire de France, t. IX, p. 77.
  • 42 L'assemblée provinciale de Touraine recopie en septembre 1787 le mémoire du corps de ville de Tours (...)
  • 43 L. HUTEAU et R. CHANGEUX, Il était une fois... Château-Renault, p. 53 et 55.

26Si l’on en croit le mémoire de Miromesnil, la tannerie a été en Touraine une industrie florissante et a fait vivre jusqu’à 400 familles, dont une quarantaine à Loches et Beaulieu ; certaines même ont connu une belle fortune. Les cuirs de Touraine avaient alors bonne réputation et s’exportaient bien. Mais à la date du mémoire, le nombre des maîtres tanneurs était déjà très réduit : 54 dans toute la province ; le malheur des temps, la diminution de consommation de viande en sont les causes39. Le rapport de 1762-1766 reprend ces affirmations et parle pour la première moitié xviiie siècle non d’une reprise, mais d’une stagnation de l’activité. Comme partout en France la diminution est constante. En 1735, quatre maîtres tanneurs exerçaient à Montrichard et à Amboise, alors qu’il y en avait eu jusqu’à 11 ; en 1752, ils étaient 5, puis étaient passés en 1759 à 10 ; mais en 1788 ils n’étaient plus que 4. La baisse est plus forte à Château-Renault : de 6 entre 1734 et 1759, l’effectif tombe à 1 en 1788 ; de 28 celui des ouvriers chute à 1. Les raisons invoquées sont les gros coûts de production, mais surtout la multiplicité et la lourdeur des taxes ; il faudrait y ajouter la concurrence, anglaise notamment. Les droits, modérés dans la première moitié du siècle, se multiplient ensuite : en 1759, est instituée une taxe de 3 sous par livre sur la vente des cuirs ; en 1781, on en ajoute une de 10 sous par livre sur celle de chaque livre-poids des cuirs apprêtés. « Mais le plus grand mal est résulté de la rigueur de la perception, des vexations auxquelles les tanneurs ont été exposés pour mettre en forme, déformer, marquer, démarquer, décontremarquer les cuirs. Toutes ces entraves ont diminué la fabrication au point que, depuis 1759, date de l’impôt, la fabrication a diminué en Touraine de plus de moitié ». Une réduction de 16 deniers par livre est accordée sur les taxes pour les cuirs exportés mais ne touche pas les ventes en France40; la franchise obtenue pour les foires de Tours ne concerne pas les cuirs. L’institution d’une régie41 n’a rien changé au problème d’après les plaintes multipliées à la fin de l’époque42. Le cahier de doléances de Château-Renault attribue la chute de la manufacture à la trop forte pression fiscale et émet un vœu modéré en demandant le retour à l’abonnement des droits, interdit sans doute en 178143.

2 - La métallurgie

  • 44 La part de la Touraine dans la production française est donc nulle (selon H. et B. BOURGIN, L'indus (...)

27Au xviiie siècle, il ne reste pas grand chose en Touraine de la sidérurgie qui fut pourtant une activité très répandue, si on en croit les innombrables restes de scories, en particulier dans le nord de la province. Une seule forge digne de ce nom, bien que toute petite, existe à Preuilly dans l’élection de Loches ; la qualité du produit est bonne mais la production est très faible, 110 000 livres de fonte et 75 000 de fer, entièrement consommés dans le pays. Le défaut principal de la forge est le manque d’eau, qu’il serait facile mais coûteux de pallier en transférant la forge sur la rivière de Claise44.

  • 45 A.D. I. et L., C 143 ; réponse du subdélégué de Preuilly à l'enquête sur les forges en France.

« Elle est située sur un petit ruisseau formé par des fontaines ; elle ne produit, année réduite, que 100 milliers de fer qui n’est propre qu’à former des ustensiles d’agriculture dont l’exportation est si petite qu’elle ne mérite aucune attention. On tirerait de cette forge un produit bien plus considérable, si son établissement était fait sur la rivière de Claise [...] le rapport annuel de cette forge n’est donc pour le présent que d’environ 15 000 livres, non compris les frais »45.

  • 46 A.D. I. et L, C 336, éd. Chevalier, p. 158. F. DORNIC, Le fer contre la forêt, p. 23 à 55.
  • 47 Le rapport de 1698 ne consacre aucune place à la sidérurgie.

28Selon le rapport de 1762-1766, le Maine compte 11 forges et l’Anjou une seule, à Château-la-Vallière dans les confins tourangeaux46 où production et qualité ne sont guère plus fortes (300 milliers de fer) qu’à Preuilly47 ; la Touraine ne peut s’y approvisionner pour couvrir les besoins de l’outillage agricole. Dans ce domaine pourtant des initiatives originales ont été prises dans la seconde moitié du xviiie siècle.

III - Des tentatives d’innovation

29Au temps où les idées de liberté du commerce et de l’industrie ont de chauds partisans, des essais ont pour but d’implanter quelques fabrications dans la campagne pour profiter de la main-d’œuvre disponible. Même si le marché local n’était pas très développé, la fabrication d’objets de consommation courante pouvait prospérer.

  • 48 A.D. I. et L.,C 131.

30Des fabricants tentent de lancer l’utilisation de nouvelles techniques, qui échappent à tout contrôle puisque les règlements les ignorent ; ils arguent aussi des difficultés de vente pour justifier leurs « contraventions ». En 1753, un fabricant en toile de Saint-Christophe dit avoir inventé des procédés de teinture du fil pour faire des étoffes rayées, à carreaux, à damier ; il les vend aux gens du pays, non en pièces mais en coupons, sans passer par le bureau de marque de Château-du-Loir puisque « ces tissus ne sont pas compris dans le règlement du 28 avril 1748 ». L’inspecteur des manufactures du lieu, Aubry, ordonne qu’on leur applique les règles du contrôle et de la marque48.

1 - Des manufactures d’indiennes

  • 49 S. CHASSAGNE, La manufacture de toiles imprimées de Tournemine-lès-Angers, p. 107, n. 144.
  • 50 A.D. I. et L., 4E47/2, R.P. Cerelles 1766-1767. Le 19 mai 1766, est baptisée à Cérelles « Marie Vic (...)
  • 51 Auger ne semble pas avoir demandé d'aide au puissant seigneur de la paroisse, Charles de Malon, et (...)
  • 52 A.D. I. et L., C 884.

31Au printemps de 1768, J. Auger, un ancien négociant désireux de rester « utile » se propose de « faire revivre, augmenter et perfectionner » la manufacture d’indiennes fondée peu auparavant dans la paroisse de Cerelles49, « lieu qui l’a vu naître ». Cette manufacture, établie au château de la Bédouere, existe depuis au moins 1766. Elle est dirigée par des Anglais, les Cuau Beaufort ; ils emploient un compatriote, Guillaume Inward, « teinturier et blanchisseur », du « peuple des Quakers », originaire du Hampshire ; comment était-il arrivé dans ce tout petit village de Touraine ? Un imprimeur français y travaille aussi ; l’entrepreneur en est Charles Pignolet50. Auger demande une marque distinctive, l’exemption de la milice et de la corvée pour les travailleurs et celle de la capitation et du vingtième pour lui-même51. L’intendant semble favorable à cet établissement qui donnerait du travail à la main-d’œuvre rurale ; Trudaine de Montigny est disposé à lui faire attribuer le titre de « manufacture royale » et les exemptions demandées pour les ouvriers « à raison de un pour dix »52.

  • 53 A.D. I. et L., C 131.
  • 54 E. COORNAERT, Les corporations en France avant 1789, p. 166.
  • 55 Il s'agit sans doute du couvent des augustines fermé en mai 1750 sur ordre de Monseigneur de Chapt (...)
  • 56 S. CHASSAGNE, op. cit., p. 271. À Angers, un ouvrier imprimeur pouvait recevoir 30 sous par jour la (...)

32Au même moment, une semblable requête était formulée par Paulet, entrepreneur de la manufacture de « mouchoirs teints sur fil à l’imitation de ceux des Indes »53, installée depuis 1764 dans le gros bourg de Sainte-Maure ; Paulet obtint satisfaction en septembre 1768 malgré les réticences de Trudaine de Montigny, qui reste très « réservé » sur la pertinence d’une pratique contraire aux principes qui sont les siens54. Parmi les facteurs favorables à son installation à Sainte-Maure, l’entrepreneur avait pris en compte l’existence des bâtiments d’un ancien couvent55, l’abondance des eaux et le bon marché des vivres. Il proposait des salaires élevés, au moins aux hommes disposant d’une bonne qualification56 qu’il ne pouvait cependant recruter dans la campagne. L’intendant de Tours avait émis sur l’importance réelle de l’entreprise des réserves qu’un rapport de l’inspecteur des manufactures Aubry confirma ; il finit par donner un avis favorable dans l’espoir de voir cette activité se développer. Toutefois, Paulet n’obtint pas du Conseil les 150 000 lt qu’il demandait pour pallier la défection de son principal bailleur de fonds ; il avait vu très grand dans le projet qu’avait soutenu, et promis de financer, l’intendant du duc de Rohan seigneur du lieu ; après d’énormes travaux, la manufacture aurait employé en 1766 jusqu’à 300 ouvriers pour une production quotidienne dépassant soixante douzaines de mouchoirs. Faute de recevoir les capitaux promis, elle ne put soutenir ce rythme ; lors de sa visite en août 1768, Aubry n’y vit que « huit ou dix ouvriers ». Les habitants de Sainte-Maure insistaient cependant sur l’intérêt d’une telle manufacture « qui donne à travailler et à gagner aux grands, aux petits, aux pauvres et aux aisés » dans un endroit « dont le sol est mauvais, et éloigné de tous moyens ». Le rapport sur la généralité de 1762-1766 ne fait aucune allusion à la manufacture de Sainte-Maure ; peut-être fait-elle partie de ces activités qui ne « méritent pas attention ». Le sort ultérieur de ces deux manufactures est totalement inconnu ; il est très probable qu’elles ont disparu faute de capitaux et de débouchés suffisants malgré l’engouement du temps pour les « indiennes ». Dans ces deux projets on retrouve le souci d’employer la main d’œuvre rurale sur place.

2 - Les arts du feu

33Plus inattendues sont les deux tentatives concernant la sidérurgie, entreprises ambitieuses qui prennent place dans le programme de développement de cette industrie en France et dont une au moins doit être au service de l’agriculture.

  • 57 A.D. I. et L., C 143.

34Monts, au sud de Tours, abrite pendant quelques années une manufacture de fil de fer, aux moulins du Ripault sur l’Indre57 :

  • 58 En réalité, la tréfilerie de Coat-an-Noz en Bretagne existe aussi puisque c'est en 1779 que l'établ (...)
  • 59 A.N. F12 1241, mémoire du corps de ville de Tours, 1785.

« Cet établissement est le seul dans tout le couchant de la France58 ; on ne tirait ci-devant les fils de fer que de l’Allemagne et de la Franche-Comté. Les premiers entrepreneurs de cet établissement en ont été victimes par les frais énormes de construction à faire sur la rivière d’Indre. D’autres les ont remplacés et paraissent joindre l’intelligence au plus grand zèle ; mais quel courage n’auraient-ils pas si le Conseil leur accordait, du moins pendant les foires, la franchise accordée par les lettres patentes de 1782 [...] Quoi de plus intéressant pour l’État que de naturaliser en France les ouvrages que l’on est obligé de tirer de l’étranger [...] un établissement semblable, qui occupe peut-être cent chefs de famille, suffit pour vivifier tous les environs du lieu où il est situé »59.

  • 60 A.D. I. et L., C 143. Parmi les associés de la Chèze, figurent un marchand-fabricant en soie, un né (...)
  • 61 On ne trouve aucun « spécialiste » venu du Maine tout proche où la tradition sidérurgique est ancie (...)
  • 62 R. PLANÇON, Monts au xviiie siècle, p. 128.
  • 63 R. Plançon note d'après les actes de mariage que les ouvriers forains ne se sont pas mêlés aux habi (...)

35Lorsque ce texte est rédigé, la tréfilerie du Ripault est déjà en fâcheuse situation. Fondée en 1772 dans la vallée de l’Indre, elle produisait des fers ronds et carrés dont le principal acheteur était la marine (arsenaux de Brest et Rochefort). La matière première arrivait du Berry sous forme de « martinets de fer ronds et de verge ». La manufacture utilisait du bois et du charbon de terre ; elle était aussi tributaire du débit de l’Indre et avait une activité réduite en été. La manufacture avait obtenu, grâce à la protection du duc de Rohan seigneur de Montbazon, le titre de « manufacture royale ». Mais très vite, la situation financière de l’entrepreneur, Paul Moulin, se trouva obérée : la vente des fers était gênée par les droits de douane payables à l’entrée en Bretagne ; l’intervention de la France dans la guerre d’indépendance américaine multiplia les difficultés financières. Ses créanciers vendirent à Monsieur de la Chèze l’entreprise qui semblait en bon état, bien équipée et dont la production pouvait rivaliser avec les produits étrangers, selon le rapport de Huet de Vaudour60. Mais rien n’y fit et en 1786 la manufacture fut transformée en poudrerie qui put utiliser le salpêtre abondamment produit par la Touraine. Si les ouvriers qualifiés (74 ouvriers en 1784, « tireurs de fer » et « martiniers ») vinrent de l’est de la France (Franche-Comté, Lorraine et Alsace)61, charretiers, charpentiers, cloutiers étaient tourangeaux62. La manufacture a pu ainsi fournir des ressources non négligeables à quelques habitants ; les salaires y étaient moins aléatoires et plus élevés (environ 1 lt par jour) que les revenus agricoles. Le curé de Monts déclare que « le nombre de ses paroissiens de la dépendance de Candé était augmenté d’un cinquième depuis l’établissement de ladite manufacture et [...] il attribuait cette augmentation au travail que la manufacture avait procuré aux habitants et aux moyens de s’établir et de se soutenir avec leurs familles avec plus d’aisance qu’auparavant »63.

  • 64 Cette création est postérieure à 1772, puisque dans l'enquête sur les forges en 1772, il n'en appar (...)
  • 65 A.D. I. et L., C 143.
  • 66 A.D. I. et L., L 262. C'est donc un peu abusivement que A. Young note « Vu l'aciérie d'Amboise, cré (...)
  • 67 R. TRESSE, « Le développement de la fabrication des faux en France de 1785 à 1827 », AESC, 1955, n° (...)
  • 68 A.D. I. et L., Lm 262 ; enquête sur les manufactures an VI.

36Une autre entreprise métallurgique existait à la fin de l’Ancien Régime, tout près d’Amboise64 ; c’était une manufacture d’acier installée d’abord dans les dépendances de Chanteloup, puis au lieu de la Noyraye, dans la paroisse de Saint-Denis-hors, pour profiter de la force hydraulique de la Loire et du bois de la forêt d’Amboise65. Elle serait née d’une initiative de Choiseul66 qui encouragea un habitant de la Charité-sur-Loire, le sieur Sanche, à transférer ses activités à Amboise ; financièrement, elle prit la forme d’une société par actions autorisée par lettres patentes en 1772. Les aciers servaient à la fabrication de « limes, ressorts pour voiture, instruments aratoires » mais aussi à la coutellerie et la taillanderie ; il fallait que la France n’eût plus besoin d’importer d’Angleterre les « aciers fondus » utilisés pour la fabrication des faux dont les agronomes recommandaient l’usage67. En 1787, l’établissement employait 150 ouvriers métallurgistes. La production était jugée de bonne qualité et digne des aciers anglais selon le baron de Dietrich qui inspecta la manufacture en août 1786. Mais celle-ci semble avoir éprouvé de grosses difficultés pour se faire payer les primes promises et pour obtenir les moyens de réaliser le transfert de ses moulins au bord de la Loire ; en l’an VI toute cette activité est considérée comme disparue depuis deux ans68.

  • 69 P. AUDIN, M. DAVEAU et al., Touraine, p. 172.
  • 70 En 1745, Jean Loiseau se voit refuser l'autorisation d'installer une autre fabrique à Saint-Christo (...)

37Parmi les « arts du feu » la poterie est la branche qui pouvait trouver des débouchés sur place. Une manufacture de faïence et de porcelaine est créée vers 1730 à Saint-Christophe. En 1738 elle se développe : les frères Epron et Etienne Guerche s’associent et deux fabriques fonctionnent désormais. Elles produisent de la porcelaine fine qui ne va pas au feu et que l’intendant juge moins bonne et plus chère que celle de Nevers, et une qualité plus grossière (« caillou », « culs noirs ou culs bruns »69) allant au feu, qui paraît meilleure70. En 1745 un des frères Epron vient s’installer à Tours. Les deux « manufactures » de Saint-Christophe et de Tours sont les seules à produire de la faïence en Touraine à la fin du xviiie siècle.

  • 71 C'est en 1766, qu'est fondée à Bourges la manufacture royale d'indiennes, de Lesage et Cie, qui per (...)
  • 72 F. DORNIC, L'industrie textile dans le Maine et ses débouchés internationaux (1650-1815).
  • 73 H. SEE, « Le commerce des toiles dans le bas-Maine », Mélanges Hayem, 10e série.
  • 74 S. CHASSAGNE, op. cit. ; l'Anjou produisait aussi de grandes quantités de toiles qui se vendaient e (...)
  • 75 A.D. I. et L., C 13, protestation contre la cote fixée pour le vingtième, 1778.

38Malgré leur caractère novateur ces créations ont eu une existence éphémère et il est difficile de parler de « proto-industrialisation » dans les campagnes de Touraine à la fin du xviiie siècle, si ce n’est dans les zones au contact du Maine. Les activités traditionnelles n’ont pas évolué et leur production a diminué. Pourtant la province ne présente aucun handicap naturel majeur ; au contraire, elle bénéficie d’un vaste réseau fluvial qui, d’une part, peut lui fournir de l’eau en abondance et qui, d’autre part, facilite les relations avec Nantes ; mais l’industrie textile ne se tourne pas vers la fabrication d’indiennes, tandis que des manufactures de « toiles peintes » sont fondées à Orléans, Bourges71 ou Angers. En fait, la volonté et les moyens ont toujours manqué ; il n’y avait pas dans la province d’hommes dont les ressources financières et l’envergure commerciale fussent proches de celles d’un G. Veron au Mans72, d’un Pousteau-Duplessix à Laval73 ou encore des frères Danton à Angers74. La participation de la noblesse aux affaires est nulle ; le duc de Rohan accorde sa protection sans courir de grands risques, Choiseul fait de même alors que sa politique vise à rétablir la puissance navale de la France. Les petits nobles manquent d’argent mais aussi de compétences ; le marquis de Sancé, propriétaire de la forge de Preuilly à la fin du xviiie siècle, ne semble y voir qu’un pis aller pour utiliser ses bois75. Les notables de la province, comme les échevins de Tours ou les membres de la commission intermédiaire de Touraine, ne se désintéressent pas des problèmes économiques mais ils sont obnubilés par les difficultés de la soierie et du commerce : selon eux si la Touraine ne peut exporter les denrées qu’elle produit en excédent, la responsabilité en incombe uniquement aux droits de traite payés à l’entrée de la Bretagne, qui pèsent d’autant plus lourd que les produits sont de médiocre valeur. Mais jamais les conséquences de la pauvreté de la population ne sont évoquées alors que le marché de consommation constitué par les paysans est très restreint et fragile. Les différentes autorités, intendants ou inspecteurs des manufactures, ont multiplié les efforts pour soutenir les activités existantes ou naissantes. Malgré la bonne connaissance que ces hommes avaient des difficultés des campagnes, ils restaient méfiants envers le développement des activités non agricoles car ils craignaient sans cesse la pénurie de main-d’œuvre ; Voglie dénonce en 1762 les progrès du luxe qui entraînent le manque de « bras pour l’agriculture ». Ils ont concentré presque toute leur énergie à défendre la manufacture de soierie tourangelle sans pouvoir empêcher son irréversible déclin ; la peur des troubles sociaux mais aussi l’attention portée aux pauvres y sont sans doute pour quelque chose. Le marquis d’Argenson a des mots très durs, mais lucides, pour juger cette politique :

  • 76 Marquis D'ARGENSON, Journal et mémoires, t. VI, p. 52.

« J’ai passé par Tours avant-hier. On m’a dit que la moitié des métiers était à bas, et que tous ceux de velours, de damas et autres soieries se ruinaient [... ] J’ai suivi ce que le conseil veut faire depuis longtemps pour Tours, et j’ai toujours vu que ce n’était qu’un squelette qu’on voulait orner et faire mouvoir. [...] mais de vouloir d’une province destituée d’hommes et d’argent en composer une capitale riche par le commerce, sans qu’il y ait d’habitants riches, c’est une folie »76.

  • 77 P. BOIS, op. cit., p. 263. C. PETITFRERE, Les Vendéens d'Anjou, p. 347-348.

39L’industrie textile est peu pratiquée par les paysans et en dehors des vallées et des zones de viticulture commerciale, il n’existe pas de ces minorités nombreuses d’artisans en contact avec les marchands par lesquels la campagne s’ouvre aux échanges avec la ville et aux idées nouvelles, alors que dans le reste de la généralité ces relations, qui n’ont pas été univoques, ont joué un rôle essentiel dans l’évolution politique77.

Notes

1 P. BOIS, Paysans de l'Ouest, p. 256.

2 A.D. I. et L., C 136, états des pièces marquées en 1785.

3 A.D. I. et L., C 103.

4 A.D. I. et L., 3E1/451, minutes Lefebvre, inventaire du 20 janvier 1785. Chez un fermier des varennes de la Riche, un « moulin à filer la soie avec ses guindres » et des bassines de cuivre rouge sont estimés 24 lt.

5 A.D. I. et L., C 105. Le mémoire déclare que 12 000 personnes, dont la moitié à la campagne, travaillent au moulinage.

6 A.M. Tours, HH 4, « Réflexions sur la situation des principales manufactures de France et particulièrement celle de Tours », mémoire anonyme, de 1758 ou 1759 ; l'auteur affirme que « le commerce est l'intérêt capital de la Nation ».

7 A.D. I. et L., C 104, rapport de septembre 1754.

8 A.N. F12 1241.

9 A.D. I. et L., C 409. Déclaration des biens perdus dans l'incendie du bourg de Saint-Paterne en 1768 (les valeurs sont sans doute calculées au plus fort). Ce chiffre est la moitié de celui des métiers utilisés en pays de Caux, qui sont à 40 lt.

10 A.D. I. et L., E 116. Pour s'habiller à la mode, il passe commande à un tailleur de Tours.

11 A.N. F12 1241.

12 A.D. I. et L., C 156. Vers 1783, quelques fabricants du bourg ont demandé l'installation d'un bureau de marque pour ne plus avoir à se rendre à Château-du-Loir, difficile d'accès, et pouvoir vendre aux marchands de Tours.

13 S RM 165, dr 10.

14 A.D. I. et L., E 116. Inventaire de Mademoiselle de Maussabré.

15 Au contraire, dans les provinces voisines du Berry et du Poitou, cet usage est très répandu (AN. F12 650. Le dossier ne contient aucun renseignement sur la généralité de Tours).

16 A.N. F12 564. La production moyenne du premier semestre est de 4350 pièces, dont la valeur moyenne est de 93 l. 18 s. ; elle est au second semestre de 4619 pièces de 87 l. 3 s. en valeur moyenne.

17 Voir carte n° 11.

18 A.D. I. et L., C337.

19 A.D. I. et L., C 336, éd. Sourdeval, p. 88-89. Tours et Chinon ont une communauté de tessiers ; dans les autres villes, seul le travail de la laine est représenté.

20 A.D. I. et L., E 485.

21 A.D. I. et L., id.

22 SAVARY des BRULONS, Dictionnaire universel de commerce, supplément, p. 273-274.

23 T. MARKOVITCH, Les industries lainières de Colbert à la Révolution, p. 405. Les chiffres de 1789 viennent de l'enquête de l'an III.

24 T. MARKOVITCH, op. cit., p. 399-400. La production totale de lainages est dans la généralité, selon le rapport de 1692, de 17880 pièces. La Touraine compte 540 métiers pour 281 fabricants ; chaque artisan fait donc 28 à 29 pièces par an. Le Maine fournit 5 300 pièces.

25 Le mémoire de 1762-1766 note que la fabrication des « pinchinats qui étaient fort en vogue » a cessé depuis peu. Les pinchinats sont des draps épais de laine non croisée, leur solidité faisait leur réputation.

26 Le mémoire de 1762-1766 donne 2 460 000 lt ; mais il prend en compte les serges trémières qui, produites en Maine et en Languedoc, sont apportées en blanc à Tours pour recevoir les derniers apprêts et la teinture (valeur 800 000 lt).

27 Cette paroisse n'est pas en Touraine. Dans cette liste ne figure pas Azay-le-Rideau qui passait pour faire des étamines de bonne qualité.

28 Amboise est aussi le seul lieu de fabrication de drap pour les troupes.

29 L'élection de Tours paie plus de 80 % du vingtième d'industrie à cause de la soierie.

30 Malgré cette diversité de productions, ni le Maine ni l'Anjou, Choletais excepté, n'ont réussi à franchir l'étape de la « révolution industrielle » et à conserver une industrie textile.

31 La production d'Amboise est exclue, les chiffres n'étant pas disponibles pour la seconde période.

32 Cet affaiblissement de la manufacture se traduit par une forte diminution des mentions d'artisans du textile dans les registres paroissiaux.

33 A.D. I. et L.,C114.

34 R. SCHMIDT, « La crise industrielle de 1788 en France », RH, 1908, n° 1, p. 78-94.

35 A.D. I. et L., C 136. Le succès de ces tissus est dû en partie à leurs « couleurs à la mode ».

36 A.N. F20 199.

37 A.D. I. et L., C 336, éd. Chevalier, p. 161.

38 A. D. I. et L., C 105.

39 Mémoire de Miromesnil, éd. Boulay de la Meurthe, p. 173-174.

40 AN. F12 1241, Mémoire du corps de ville de Tours, 1785.

41 E. LAVISSE, Histoire de France, t. IX, p. 77.

42 L'assemblée provinciale de Touraine recopie en septembre 1787 le mémoire du corps de ville de Tours en y ajoutant quelques commentaires sur les vexations que les négociants endurent de la part des commis de la régie des cuirs.

43 L. HUTEAU et R. CHANGEUX, Il était une fois... Château-Renault, p. 53 et 55.

44 La part de la Touraine dans la production française est donc nulle (selon H. et B. BOURGIN, L'industrie sidérurgique en France au début de la Révolution, la Touraine comporterait 0,01 % des « unités de site » françaises).

45 A.D. I. et L., C 143 ; réponse du subdélégué de Preuilly à l'enquête sur les forges en France.

46 A.D. I. et L, C 336, éd. Chevalier, p. 158. F. DORNIC, Le fer contre la forêt, p. 23 à 55.

47 Le rapport de 1698 ne consacre aucune place à la sidérurgie.

48 A.D. I. et L.,C 131.

49 S. CHASSAGNE, La manufacture de toiles imprimées de Tournemine-lès-Angers, p. 107, n. 144.

50 A.D. I. et L., 4E47/2, R.P. Cerelles 1766-1767. Le 19 mai 1766, est baptisée à Cérelles « Marie Victoire Adélaïde née du dix-sept fille de Guillaume Inward originaire de la province hamshier roiaume d'Angleterre du peuple appelé quakers teinturier et blanchisseur de la manufacture d'indienne, et de Rebecca Lardner of Wansworth en Surry sa légitime épouse » ; les parrains et marraine sont le directeur de la manufacture et son épouse, l'entrepreneur est témoin. En octobre 1767, naît et meurt une fille de Pierre Samson, imprimeur de la manufacture d'indienne, dont la femme meurt en avril 1768. Au-delà aucun acte ne mentionne leur présence.

51 Auger ne semble pas avoir demandé d'aide au puissant seigneur de la paroisse, Charles de Malon, et à sa femme née Taschereau de Baudry.

52 A.D. I. et L., C 884.

53 A.D. I. et L., C 131.

54 E. COORNAERT, Les corporations en France avant 1789, p. 166.

55 Il s'agit sans doute du couvent des augustines fermé en mai 1750 sur ordre de Monseigneur de Chapt de Rastignac.

56 S. CHASSAGNE, op. cit., p. 271. À Angers, un ouvrier imprimeur pouvait recevoir 30 sous par jour la première année de travail, 40 la troisième année.

57 A.D. I. et L., C 143.

58 En réalité, la tréfilerie de Coat-an-Noz en Bretagne existe aussi puisque c'est en 1779 que l'établissement est reconnu par le Conseil du roi (cf. J.-Y. ANDRIEUX, « La sidérurgie préindustrielle : une image de la Bretagne économique et sociale à la fin de l'Ancien Régime », La Bretagne, une province à l'aube de la Révolution, p. 67).

59 A.N. F12 1241, mémoire du corps de ville de Tours, 1785.

60 A.D. I. et L., C 143. Parmi les associés de la Chèze, figurent un marchand-fabricant en soie, un négociant en fil de fer et le lieutenant général de police de Tours, Valentin Loiseau.

61 On ne trouve aucun « spécialiste » venu du Maine tout proche où la tradition sidérurgique est ancienne, ou du Nivernais en relations faciles avec la Touraine grâce à la Loire.

62 R. PLANÇON, Monts au xviiie siècle, p. 128.

63 R. Plançon note d'après les actes de mariage que les ouvriers forains ne se sont pas mêlés aux habitants de Monts.

64 Cette création est postérieure à 1772, puisque dans l'enquête sur les forges en 1772, il n'en apparaît aucune dans les élections de Chinon, Loudun, Richelieu et Amboise.

65 A.D. I. et L., C 143.

66 A.D. I. et L., L 262. C'est donc un peu abusivement que A. Young note « Vu l'aciérie d'Amboise, créée par le duc de Choiseul » (Voyages en France, t.I, p. 167).

67 R. TRESSE, « Le développement de la fabrication des faux en France de 1785 à 1827 », AESC, 1955, n° 3, p. 341-344. Les paysans restaient fidèles à la faucille.

68 A.D. I. et L., Lm 262 ; enquête sur les manufactures an VI.

69 P. AUDIN, M. DAVEAU et al., Touraine, p. 172.

70 En 1745, Jean Loiseau se voit refuser l'autorisation d'installer une autre fabrique à Saint-Christophe. Après cet échec, il serait parti s'installer dans le Maine, à Malicorne.

71 C'est en 1766, qu'est fondée à Bourges la manufacture royale d'indiennes, de Lesage et Cie, qui permit le développement dans les campagnes de filatures protégées par le duc de. Béthune-Charost ; le nord de la Touraine où l'épouse du duc possédait de vastes terres n'eut pas la même chance (Les indiennes du Val de Loire, catalogue d'exposition 1991, p. 15).

72 F. DORNIC, L'industrie textile dans le Maine et ses débouchés internationaux (1650-1815).

73 H. SEE, « Le commerce des toiles dans le bas-Maine », Mélanges Hayem, 10e série.

74 S. CHASSAGNE, op. cit. ; l'Anjou produisait aussi de grandes quantités de toiles qui se vendaient en Bretagne.

75 A.D. I. et L., C 13, protestation contre la cote fixée pour le vingtième, 1778.

76 Marquis D'ARGENSON, Journal et mémoires, t. VI, p. 52.

77 P. BOIS, op. cit., p. 263. C. PETITFRERE, Les Vendéens d'Anjou, p. 347-348.

Table des illustrations

Titre Production de lainages par région en 1753 et 1759
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17131/img-1.png
Fichier image/png, 124k
Titre Valeur de la production commercialisée des textiles dans les trois provinces de la généralité vers 1760 (en millions de livres tournois)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17131/img-2.png
Fichier image/png, 173k
Titre Répartition des maîtres tanneurs au milieu du xviiie siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17131/img-3.png
Fichier image/png, 164k

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search