Version classiqueVersion mobile

Les campagnes de Touraine au XVIIIe siècle

 | 
Brigitte Maillard

Deuxième partie. La formation des richesses

Chapitre VIII. « Une partie si importante »1 : l’élevage

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 A. YOUNG, Voyages en France, p. 1108.
  • 2 A.D. I. et L., C 101, « Mémoires et notes utiles à l’agriculture du Sieur Richard de Buttray » ; Ri (...)

« De la petite culture
« Dans les provinces où l’on manque de laboureurs assez riches pour cultiver les terres avec des chevaux, les propriétaires ou les fermiers qui font valoir les terres sont obligés de les faire cultiver par des paysans qu’on nomme métayers auxquels ils fournissent des bœufs pour les labours. Les frais qu’exige cette culture ne sont pas moins considérables que ceux de la culture qui se fait avec les chevaux, mais au défaut de l’argent ou des richesses qui manquent dans ces provinces c’est la terre elle-même qui subvient aux frais ».
Richard de Butré2

  • 3 A. BOURDE, Agronomes et agronomie au xviiie siècle, t.I, p. 350.
  • 4 A.D. I. et L., C 41, lettre du curé de Saint-Martin-de-Bossay contre le « don gratuit », datée du 1 (...)

1Presque partout en Touraine les bêtes de labour sont des bœufs ; la province est donc, selon les physiocrates dont fait parue le tourangeau Richard de Butré, un pays de « petite culture ». Les agronomes ou Turgot sont moins critiques : Duhamel de Monceau estime les bœufs bien préférables aux chevaux, tout comme ânes et mulets pour les terres légères3. Les animaux sont d’abord une force de travail et une source d’engrais ; les autres productions sont secondes, mais non secondaires et les propriétaires des exploitations louées demandent à en recevoir une partie ; le souci de l’élevage est omniprésent : dans les baux lui sont consacrées des clauses précises. La multiplicité des baux à cheptel prouve que la propriété des bêtes échappe en bonne part aux paysans. La Touraine ne figure jamais dans la liste des zones qui exportent du bétail ou des produits comme beurre, fromage ou laine ; pour ces denrées pas plus que pour les céréales, la Touraine ne fait partie de la zone d’approvisionnement immédiat de Paris. Le commerce n’est pas totalement absent mais il n’est pas source de gros profits : le Mémoire sur la généralité en 1762-1766 ne fait pas figurer les denrées d’origine animale parmi les exportations de la Touraine. Pourtant l’élevage fournit un revenu essentiel aux plus pauvres, en particulier grâce à la pratique du bail à cheptel qui leur permet de percevoir la moitié du profit des animaux alors qu’ils sont incapables de faire l’avance du capital ; l’élevage des volailles procure l’argent pour « s’acquitter de leurs impôts par les œufs et quelques volailles qu’ils portent au marché »4 ou qu’ils vendent aux marchands cocassiers. À de nombreuses occasions, l’intendant et ses subdélégués rédigent des rapports qui prouvent, ainsi en 1785, que l’élevage est une de leurs préoccupations ; s’il n’est pas spéculatif, il reste indispensable au fonctionnement de l’économie agraire.

I - Le cheptel en l’an X et en 1840

  • 5 Statistique de la France. Statistique agricole du royaume, 1841. N’y figurent pas les régions de Lo (...)

2Les enquêtes agricoles de la Révolution ne donnent que des résultats partiels ; la date de 1840 s’impose car avant cette enquête, il n’existe pas de tableau général indiquant quel est l’effectif des différents troupeaux ; les chiffres concernent l’Indre-et-Loire5.

Le bétail en Indre-et-Loire en 1840

Le bétail en Indre-et-Loire en 1840
  • 6 En 1840, la valeur moyenne d’un bœuf est estimée à 183 francs et d’un cheval à 187 ; mais un mulet (...)

3La faiblesse de l’élevage est patente. L’animal le plus répandu est le mouton mais on en compte moins d’un (0,9) par hectare de terres emblavées. Ensuite viennent les bêtes de travail, bœufs et chevaux dont chaque paire devrait travailler 18 hectares, mais il faut rajouter une partie des mulets6 et des vaches, car celles-ci sont quelquefois utilisées pour le labour. La force de travail est insuffisante, ce qui explique en partie le maintien de la jachère les paysans ne disposant pas des attelages suffisants pour donner les façons nécessaires à toutes les terres à emblaver. Par ailleurs, les cochons sont très peu nombreux : 6 pour 100 hectares et 12 pour 100 habitants. Ces moyennes cachent de grandes disparités régionales.

Répartition des différents troupeaux (en %) selon les districts d’Indre-et-Loire en 1840

Répartition des différents troupeaux (en %) selon les districts d’Indre-et-Loire en 1840
  • 7 La statistique de 1840 ne donne pas la répartition des landes et des bruyères par district. Le Loch (...)

4L’opposition entre le district de Tours, qui est le plus vaste, et celui de Loches est très nette : le premier a le plus gros troupeau de vaches et de chevaux, le second a peu de chevaux mais beaucoup de bœufs et de mulets. Plus surprenante est la répartition des troupeaux d’ovins et de porcs : on pourrait s’attendre à la situation inverse7.

  • 8 A.N. F 10 505. Voir les cartes 6 à 10.
  • 9 O. FESTY, L’agriculture pendant la Révolution française. Les conditions de production et de récolte (...)

5Une étude régionale plus détaillée est possible grâce au « tableau des animaux et des bestiaux de toute espèce existant dans chaque District » daté de l’an III8. Ce document est plus proche du xviiie siècle que l’enquête de 1840 et la valide ; pour certains animaux comme les bêtes de trait et de charroi, il fournit certainement des chiffres inférieurs à la réalité de la fin de l’Ancien Régime car les troupeaux viennent de connaître des réquisitions au profit de l’armée9. Ces tableaux ont été conservés pour trois districts qui fournissent un bon échantillonnage des régions agricoles de l’Indre-et-Loire :

  • au nord, le district de Château-Renault qui comporte des cultures céréalières avec de belles prairies le long de la Brasne,
  • à l’est, le district d’Amboise, où la vigne couvre des surfaces importantes, en particulier le long des rivières,
  • au sud, le district de Preuilly, plus isolé, aux vastes landes et à la polyculture traditionnelle.
  • 10 D. SOLARIA, « De la multiplication des chèvres sous la Révolution », Révolution et espaces forestie (...)

6Le troupeau le plus important est celui des ovins : ils sont trois fois plus nombreux que les bovins dans le district de Château-Renault et cinq fois plus dans celui de Preuilly, mais ils sont relativement rares dans la région d’Amboise. Dans toutes les communes où les vignes sont plus étendues que les terres labourables, les moutons sont moins nombreux que les vaches ; quand elles couvrent entre 25 et 50 % de l’ensemble cultivé, l’effectif de moutons dépasse rarement 1 000 têtes. Viennent ensuite les bovins, particulièrement dans le canton de La Haye. Le troupeau de porcs est le plus inégalement réparti, puisque les quatre cinquièmes des 11 000 têtes qu’il compte sont élevées dans le district de Preuilly, les deux autres zones se partageant le reste à peu près également ; les cochons sont rares dans le nord et l’est du département. L’ensemble des bêtes de trait et de bât se décompose en deux groupes presque égaux ; leur répartition est néanmoins très différente : les chevaux sont beaucoup plus nombreux au nord mais ânes et mulets sont très répandus dans les districts de Preuilly, d’Amboise et de Bléré où ils remplacent avantageusement les chevaux. Les pays de vignoble excluent les chèvres, trop voraces ; cette « vache du pauvre » est plus fréquente dans les districts de Preuilly et de Neuvy10.

7Dans les districts d’Amboise et de Preuilly, les troupeaux de bovins, d’ânes et de mulets sont à peu près équivalents ; par contre, la région de Preuilly compte deux fois et demi plus d’ovins, cinq fois plus de caprins et huit fois plus de porcs que la région d’Amboise : la population dispose ici du produit de la viticulture, là d’abondantes ressources complémentaires d’origine animale.

II - Prés et pacages

1 - Rareté de l’herbe et des fourrages

  • 11 Pour nourrir ces animaux pendant l’hiver, il faut 2 254 setiers d’avoine et 230 d’orge, 142 500 bot (...)

8Les expériences menées par le duc de Choiseul permettent de juger des difficultés structurelles de l’élevage en faisant abstraction des questions financières. La mise en application de son ambitieux programme à Chante- loup se heurte à un problème fondamental : « la nourriture des hommes n’est pas la plus difficile, mais bien celle des animaux ». Dans ce vaste domaine situé dans une des régions les mieux dotées en prairies, pour faire face aux besoins de la culture et de la nourriture des hommes il faut élever un troupeau de 1 000 têtes de bétail, mais les prés ne couvrent que 8,5 % du sol. La ration journalière d’un cheval de ferme doit être d’un boisseau d’avoine, deux bottes de foin et une de paille ; pour nourrir 100 vaches à l’étable pendant l’hiver, il faut chaque jour 100 bottes de foin et 12 de paille, sans compter luzerne et trèfle secs. Ces rations atteignent évidemment des niveaux qu’un paysan ne peut jamais assurer à son bétail11.

  • 12 A. SERRANO, La haute justice du duché-pairie de Luynes 1770-1775, p. 162. Tous les délits (16 en to (...)
  • 13 A. YOUNG a aussi remarqué cette pratique en Touraine.
  • 14 A.D. I. et L., C 305, lettre du curé (4 juin 1785).
  • 15 A.D. I. et L., E 153. Dans les livres de comptes de l’intendant du duc d’Aiguillon apparaissent à p (...)
  • 16 A.D. I. et L., 3F.4/n.c., minutes Gaudin ; quand les chaumes auront été ramassés, le locataire doit (...)

9L’insuffisance des ressources en herbe n’est ni nouvelle au xviiie siècle ni spécifique à la Touraine, mais elle est sans doute plus accentuée que dans les provinces armoricaines, en particulier la Bretagne ou l’Anjou. En dehors des prairies dont l’étendue est généralement faible et dont la propriété échappe aux paysans, des landes, bruyères et autres mauvais pacages, quelles peuvent être les ressources ? Les « menus » sont en bonne partie consommés par les hommes. Traditionnellement sont faites différentes cueillettes ; l’herbe est ramassée partout où c’est possible ; le sarclage des vignes et des blés est une nécessité culturale mais aussi un moyen essentiel de se procurer de l’herbe en une saison où les prés sont interdits aux bestiaux12. La consommation des feuilles d’ormes est tout à fait habituelle ; leur ramassage n’est pas le fait seulement des plus pauvres : le comptable du duc d’Aiguillon paie régulièrement des femmes qui ont « érussé » des feuilles d’ormes pour les vaches13. Les productions végétales destinées exclusivement aux animaux existent mais sont très limitées ; jarosses et vesces sont parfois cultivées : sur le plateau de la Champeigne, à Sainte-Catherine-de-Fierbois par exemple, les gros animaux sont nourris à l’étable avec un mélange d’orge, d’avoine et de vesce14. Les mérites des « rabbes » et du sainfoin15 sont connus, mais seulement des hommes les plus éclairés : les intendants de Choiseul ou d’Aiguillon et quelques bourgeois tourangeaux ; la culture des raves et des navets est le plus souvent faite en culture dérobée après la moisson, sur les terres qui connaissent l’assolement biennal avec jachère16.

  • 17 A. BOURDE, op. cit., t.III, p. 1575
  • 18 A.D. I. et L., 3El/n.c., minutes Thenon, bail à moitié fruit du 18 janvier 1766.
  • 19 A.D. I. et L., E 194. Au milieu du siècle, Scot de Coulange loue ses parcelles de pré et sainfoin à (...)

10Le problème s’aggrave au cours du xviiie siècle avec l’ouverture de la nouvelle route d’Espagne : les relais de poste accaparent une partie croissante du foin ; la consommation humaine d’orge s’est développée dans les campagnes à cause de l’augmentation des prix du froment et du seigle. Pourtant la diffusion des nouveautés, essentiellement le sainfoin, reste faible ; des Pommiers a développé cette culture sur les terres du duc d’Aiguillon à Véretz où « il a fait merveille » ou dans le domaine du marquis d’Argenson, aux Ormes ; Choiseul en fait cultiver à Chanteloup. A. Young note sa présence dans la région de Sainte-Maure. Mais ces innovations ne sont pas adoptées par la majorité des paysans17 ; l’extension des fourrages artificiels est limitée par la méfiance qu’éprouvent la plupart des propriétaires : quand ils les mentionnent, les baux n’accordent pour ces cultures que des possibilités limitées et temporaires : un conseiller au présidial de Tours permet au locataire de sa métairie à Monnaie de cultiver des « vesces et grenages » dans la sole en jachère mais seulement sur un arpent qui doit aussitôt après être ensemencé en gros blés ; il autorise aussi la transformation des prés en luzernière mais le tout aux frais du locataire18. Quelques- uns ont néanmoins compris l’intérêt de la culture du sainfoin et en font ensemencer des parcelles pour les louer non à des paysans mais à des marchands, des meuniers ou des bouchers19.

  • 20 A.D. I. et L., 3E3/16 minutes Degonne, bail à moitié fruit du 25 mars 1775.

11La région de Chinon est moins défavorisée que le reste de la province grâce à la variété de ses productions, à l’étendue des prairies naturelles et à la présence de vastes communaux ; il est significatif qu’elle soit la seule zone où les « fenils » sont clairement mentionnés parmi les bâtiments d’exploitation. La culture du maïs ou du blé noir que l’on peut couper en vert pour les bestiaux mais aussi celle des pommes de terre, des « rabbes », qui ressemblent aux « turneps », et des citrouilles sont traditionnelles. Mais c’est aussi dans cette région que les propriétaires, souvent des notables locaux, sont le plus favorables à l’extension des fourrages artificiels : en 1775, Du- clos, seigneur de l’Olive Guéritault et premier échevin de Chinon, prévoit que son métayer de Lémeré devra défricher un pré pour l’ensemencer en sainfoin dont la graine lui sera fournie ; il devra l’entretenir et le protéger en établissant des fossés ; le locataire est aussi autorisé à semer « drogée et vesces » pour nourrir les bestiaux20.

2 - Des communaux souvent restreints

  • 21 En 1877, ils ne concerneraient plus que 1 % du territoire départemental, selon G. BOURGIN, Le parta (...)

12Le recensement agricole de 1840 estime à environ 61 500 hectares, soit 10 % du territoire départemental21, l’étendue des terres, landes et pâtis communaux ; ce chiffre est inférieur à celui du xviiie siècle puisque depuis la Révolution, un certain nombre de communes ont procédé au partage.

  • 22 G. BOURGIN, op. cit., p. 491.
  • 23 R. DION, Le Val de Loire. Étude de géographie régionale, p. 583.

13Ces espaces permettent un abondant élevage et assurent ainsi une forte production d’engrais : « on doit dire que les biens communaux d’une paroisse sont le vrai préciput des propriétaires [...] parce que ces communaux donnent de l’engrais pour les terres à ensemencer »22. Les communaux sont très inégalement répartis. Les prés communs sont concentrés dans la vallée de la Loire et celle de ses affluents où ils forment ces « grandes prairies », source de revenus importants pour les communautés comme pour les particuliers. Selon R. Dion, les paroisses comprises entre Tours et Montlouis avaient en moyenne chacune 40 hectares de communs, mais celles situées dans la varenne de la Cisse entre Vouvray et Amboise en étaient démunies et n’avaient que le droit de la seconde herbe23. À l’ouest les landes de Saint- Martin et de Saint-Michel aux confins de l’Anjou ainsi que les landes du Ruchard restent indivises entre plusieurs communes.

  • 24 M. BOULOISEAU, « Communautés rurales et droits collectifs avant et pendant la Révolution », L’aboli (...)

14L’étendue des ces biens dans les dernières années du xviiie siècle peut être calculée pour quelques communes proches de Tours24 :

15La Chapelle-aux-Naux 76 ha 14,5 % du territoire

16Montlouis 20,46 ha 0,8 %du territoire

17la Ville-aux-Dames 33 ha 4,1 % du territoire

18Saint-Pierre-des-Corps 40,92 ha 3,6 % du territoire

19Les paroisses les mieux dotées sont en aval de Tours, en particulier dans la presqu’île comprise entre l’Indre et la Loire, de Bréhémont à la Chapelle. La situation y est compliquée par la présence de nombreux bras de rivière au tracé changeant, et par l’absence de haies et de fossés pour séparer les îles des prés communs.

  • 25 A.D. I. et L., C 264 (cf. texte n° 8).
  • 26 A.D. I. et L., C 3, rôle de la paroisse de Rivarennes, article 173 (le revenu n’est pas indiqué) Id (...)
  • 27 Bibliothèque Mazarine, ms 3418 ; mémoire de l’intendant de Nointel : « beaucoup d’habitants de Chin (...)
  • 28 A.C. Chinon, ii 5 ; le dimanche 10 avril 1774, les habitants de Parilly se sont réunis pour s’oppos (...)
  • 29 L’abbaye de Fontevraud y fait pacager 40 bœufs, 60 vaches et 2 000 moutons qui servent à sa consomm (...)
  • 30 On retrouve les mêmes arguments développés par les paysans bénéficiaires des usages dans le bois de (...)
  • 31 Dans ce total, la gabelle est comprise pour une somme de 4 476 lt. La population comportant 381 feu (...)
  • 32 S.R.M. 165 dr 10, topographie médicale de Chinon (1776).
  • 33 A.D. I. et L., 3E20/73 et 74, minutes Augustin, Savigny-en-Véron, 1758-1764.

20La région de Chinon, dans la basse vallée de la Vienne, est la zone des plus vastes communaux, constitués de prairies inondables pour la plupart, les seuls qui aient retenu l’attention de l’auteur du mémoire sur la généralité en 1762-1766 : « dans les paroisses situées le long des rivières... il y en a beaucoup qui possèdent des communs ». Au dire de tous les riverains, ces prairies communes sont très étendues ; mais comme elles sont indivises entre plusieurs paroisses, les rivalités montrent qu’elles-mêmes ignorent les limites exactes de leurs communs. Sur le territoire des onze paroisses proches de Chinon, il y aurait eu 1 200 arpents de prés et marais communs vers 176325. Selon les rôles du vingtième corrigés en 1790, Rivarennes possède 5,5 arpents de pré et 400 arpents de terres incultes, tandis que les biens communs de Huismes (maisons, jardins, prés et pacages) sont suffisamment étendus pour donner un revenu net de 1 230 lt26. La Roche-Clermault paie 29 lt de vingtième pour des communs. L’herbe n’est sans doute pas d’excellente qualité dans les zones inondables mais elle permet d’élever un bétail abondant et de réserver aux bêtes de labour les bons prés beaucoup plus rares. Les communautés qui paient le cens disposent vraiment de la propriété utile de ces biens mais elles restent sous la menace de contestations avec le seigneur ou avec d’autres parties intéressées. Dans un mémoire daté de mai 1784, les habitants de Savigny et Avoine, qui sont les paroisses les plus menacées par des projets de dessèchement et dans lesquelles de nombreux habitants de Chinon sont propriétaires27, démontrent que leurs titres sont incontestables : ils ont régulièrement payé les droits d’amortissement dont ils présentent les quittances. Selon eux, il n’y a pas lieu de penser à des dessèchements, puisque ces prés communs de la Canche « ne sont point des Marais » ; tout juste les abords du « Lac de la Canche » sont-ils inondés en hiver28 ; le foin est excellent. Leur pays, loin d’être de « très mauvais pâturages... plus néfastes qu’utiles », est « une des plus belles contrées du royaume », peuplée de nobles qui ont tous servi le roi, à l’instar des Rasilly, et d’habitants « des plus habiles et des plus infatigables ». Ces terres légères et sablonneuses sont cultivées comme des jardins grâce aux engrais fournis par un très abondant bétail, plus de quatre mille bêtes à cornes ou chevaux et autant de moutons29, quatre cents familles, soit deux mille quatre cents personnes, y habitent30. Ces pâturages, surtout utiles au printemps quand les prés sont « en défens », servent à tous, aux plus pauvres qui élèvent une vache dont ils vendent le lait et aux plus aisés qui ont ainsi le cheptel suffisant pour l’exploitation des terres. Grâce à ces ressources, Savigny et Avoine paient au roi 15 613 lt d’impôt, somme que les habitants ont beau jeu d’opposer aux quelques livres de cens que le roi toucherait de l’auteur du projet de dessèchement31. Cette description pour idyllique qu’elle soit est corroborée par les rapports du Dr Linacier qui affirme que les marais sont rares car « la pente est assez grande pour n’y pas laisser séjourner trop longtemps les eaux » quand déborde la Vienne32. La valeur marchande des vaches dites « maigres et de chétive espèce de vingt quatre livres la pièce « est en réalité, en moyenne, de 33 lt33. L’utilisation de ces pacages et prés communs est un des éléments de la richesse et de la diversité des activités agricoles en Chinonais : la culture intensive n’est rendue possible que grâce à l’abondance du fumier ; c’est elle qui a permis sans doute aussi de pratiquer des cultures comme celle du maïs ou des légumes.

3 - La crise de 1785

21Les épizooties au xviiie siècle ne semblent pas présenter de gravité ; le cheptel est soumis d’abord aux conséquences de la rareté des fourrages. Même dans les élections où les fonds des grandes vallées portent des prairies, le foin reste en permanence peu abondant et coûteux. Les prairies des vallées sont les premières victimes des inondations : entre 1709 et 1717, celles-ci, particulièrement nombreuses, ont eu à la longue de graves conséquences ; en 1746 puis en 1766 le foin fut gâté et l’entrée des bêtes sur les communs et sur les prés ouverts à la vaine pâture fut retardée. En 1742 et en 1785, c’est au contraire une sécheresse extrême qui entraîne disette de foin et hausse du prix de la viande. À chaque fois, les mesures sont identiques : l’entrée des animaux sur les prairies à la date traditionnelle est interdite par les autorités.

  • 34 A.D. I. et L., C 64. À la fin de l’Ancien Régime, Chinon est la seule ville de garnison dans la pro (...)
  • 35 A.D. I. et L., C 82. Dans l’élection de Richelieu par exemple, en ce qui concerne la récolte des «  (...)

22En Chinonais souvent victime des inondations, le prix du foin connaît de fortes fluctuations ; entre 1744 et 1751, il reste à peu près stable à 25 ou 30 sous le quintal, puis il passe à 50 sous en 1751 et à 70 sous en 1754 ; en 1759, la sécheresse suivie d’une inondation le porte à 3 lt le quintal et celui de l’avoine à 6 l.15 s. le setier mesure de Paris ; à Chinon, la hausse est aggravée par la demande des troupes en quartier dans la ville : en septembre 1773, le quintal de foin se vend 54 sous ; qu’arrive le régiment de Berry et le foin passe à 3 lt ou 3 l. 10 s. et l’avoine à 6 1. 15 s.34. Comme dans le reste de la France, les records de cherté furent battus en 1785 : la sécheresse, qui avait commencé en 1784, s’aggrava l’année suivante dès janvier et les averses de la fin du mois de mai ne suffirent pas à l’interrompre. Toutes les récoltes, sauf celle de vin, furent catastrophiques mais surtout avoine et orge donnèrent au mieux deux fois la semence35 ; la vendange, pléthorique, fut plus « à charge qu’à profit » pour les paysans qui ne surent où la loger. Les prairies des fonds de vallée périrent totalement, comme celles des sols des varennes sablonneuses et des « tufs » de la région de Preuilly. Les foins poussèrent peu, furent de très mauvaise qualité et leur prix fut exorbitant. Les gros blés, clairsemés, « épièrent » au ras du sol si bien que la paille fit défaut à la fois pour la nourriture et pour la litière, donc pour les engrais. Même les cultures de « rabbes » et de citrouilles du Chinonais donnèrent très peu.

  • 36 A.D. I. et L., C 82, lettre non signée (11 janvier 1786).
  • 37 Id., lettre au Contrôleur général (15 mars 1786).

23La hausse du prix du foin paraît d’autant plus forte qu’elle part de valeurs basses : d’après le journal de Maussabré le quintal de foin était à 25 sous en 1748-1749, puis atteignit un niveau élevé mais stable de 50 sous, entre 1759 et 1769 ; entre 1780 et 1784 il était retombé à 30 sous ; en 1785, Maussabré n’en vendit pas mais en 1786, le foin était encore à 45 sous le quintal. À Chinon, entre avril 1785 et janvier 1786 le prix double et atteint 10 à 12 livres36. À Tours, le prix du foin de la « ration d’étape » passe de 18 sous les 20 livres en 1784 à 32 sous en 1785. De plus, « tous les foins de la province ayant été enlevés pour les chevaux des postes établies sur les routes d’Espagne, du Poitou, de la Normandie et de la Bretagne, pour ceux du roulage, des messageries, des auberges et des voitures et équipages des particuliers », il n’en resta même pas pour les besoins de l’agriculture37.

  • 38 O. FESTY, L’agriculture pendant la Révolution française. Les conditions de production et de récolte (...)
  • 39 Le titre II de l’arrêt du Conseil du 23 juillet 1783 interdisait le pacage sur le couronnement et l (...)
  • 40 Ces graines n’étaient gratuites que pour les plus pauvres ; elles devaient être vendues 15 sous la (...)
  • 41 F. LEBRUN, « Mauvaises récoltes et misère en Bretagne à la veille de la Révolution : la sécheresse (...)

24Le « comité d’administration de l’agriculture » créé à cette occasion38 fit diffuser des conseils afin de « suppléer à la disette des fourrages » ; les paysans ne les avaient certainement pas attendus pour procéder à toutes les cueillettes dont ils avaient l’habitude. Les palliatifs les plus divers furent employés : on récupéra chaumes et pailles mais ce fut aux dépens des fumiers, on cueillit les feuilles des ormes, des chênes ou des vignes et on ramassa l’herbe partout où elle avait pu pousser ; les paysans coupèrent les ajoncs et les genêts des landes et arrachèrent diverses racines. Les seules vraies aides fournies par les autorités furent exceptionnelles et limitées. Les bois appartenant au roi et aux communautés religieuses furent ouverts au pacage collectif par un arrêt du Conseil le 17 mai 1785, mais seulement jusqu’au 15 août si bien que le délai parut trop court ; cependant les paroisses de l’élection d’Amboise en tirèrent un bon profit. En juillet 1785, le bailliage de Tours rendit une ordonnance qui laissait libres les autorités de chaque lieu d’ouvrir ou non les prairies défendues en temps ordinaire afin que les bêtes consomment l’herbe que la faux ne pouvait atteindre. Le contrôleur des levées permit même aux habitants de Saint-Genouph, de Berthenay et des autres paroisses voisines de faire paître les bestiaux sur toutes les levées39. Le ministère, lui, envoya des graines de « turneps » à la fois pour aider les paysans et pour populariser cette culture très en vogue auprès des agronomes. Les avis sont unanimes à leur sujet : reçues trop tard et en trop petite quantité, ces graines n’ont été d’aucune utilité, d’autant plus que la méthode de culture en était ignorée de la plupart des bénéficiaires40 ; tout au plus pouvait-on espérer qu’elles fussent désormais connues des paysans. Des graines de betteraves fourragères furent envoyées en mai 1786, avec ordre de ne les remettre qu’à des « cultivateurs éclairés et qui ont de grandes exploitations ». La Société d’agriculture diffusa quelques instructions mais son manque de moyens et d’efficacité est flagrant. L’intendant Daine ne fut pas aussi actif que Bertrand de Molleville en Bretagne et il semble s’être contenté d’obéir aux instructions du Contrôleur général41.

  • 42 Certains propriétaires connaissaient déjà l’intérêt de l’irrigation des prés : à Saint-Epain, Scot (...)

25Le plus souvent on vendit les bêtes les moins utiles et on tenta de faire subsister les bêtes de trait pendant l’hiver ; quelques propriétaires vinrent au secours des locataires en leur donnant du son à mélanger à de la paille hachée. On sema navets, « rabbes », vesces, en prévision du printemps de 1786 ; mais au contraire de ce qui se passa dans le Maine, la culture des pommes de terre ne fut pas développée. Le recours à l’arrosage des prés grâce à l’eau des retenues de moulins que l’on arrêtait quelques heures par jour fut utile dans quelques zones très limitées et aurait pu donner l’idée de le pratiquer régulièrement42 ; des projets pour l’irrigation des prairies de la Loire et du Cher aux environs de Tours furent présentés. Quelques expériences ont peut-être laissé des traces durables et permis ultérieurement quelques améliorations.

  • 43 A.D. I. et L., C 82. Certains subdélégués redoutent les « préventions » contre ces vaches.
  • 44 Quelques subdélégués ont émis diverses suggestions. Jahan à Richelieu souhaite l’établissement d’un (...)

26Très tôt, le Contrôleur général des finances, bien conscient de la faiblesse des moyens de lutte, se soucia de pallier les conséquences de la sécheresse. Un premier bilan est tiré en janvier 1786 : même si les nourritures de substitution ont permis d’éviter le pire, les campagnes manquent de bêtes de labour ; nombre de celles-ci sont mortes de faim, les paysans en ont vendu et le troupeau des chevaux plus fragiles que les bovins a été particulièrement éprouvé, par exemple dans la région d’Amboise. Les animaux survivants, mal nourris, sont trop faibles pour travailler et fournissent peu d’engrais ; on est inquiet pour la qualité des labours et de la fumure, donc pour la récolte de 1786. Les prix sont très élevés ; mais les différents subdélégués, loin d’y voir un avantage pour les vendeurs, pensent que c’est un facteur d’aggravation à long terme : bien qu’ils n’aient pas les moyens financiers d’acheter des bêtes adultes, les paysans préfèrent vendre leurs veaux plutôt que de les garder pour reconstituer progressivement leur cheptel. Les subdélégués jugent donc sans aucune utilité la proposition que fait le Contrôleur général d’importer des vaches43. C’est seulement à l’été de 1786 que faute de débouchés, le prix du foin baisse en dessous du niveau de 1784 et que celui de la viande diminuant, les paysans vendent moins d’animaux. L’autre grande inquiétude du ministère porte sur les semailles d’orge et d’avoine : il craint que les paysans n’aient vendu ou consommé leurs semences. Les subdélégués sont moins pessimistes et affirment, mais sans aucune preuve, que les paysans ont su conserver assez de grains44.

27Les conséquences, durables, de cette sécheresse s’ajoutent à celles de la crise de la viticulture et aux effets démographiques des épidémies entre 1779 et 1783 pour aggraver, en Touraine comme en Bretagne, la misère des campagnes ; elle a porté atteinte aux ressources tirées de l’élevage, médiocres mais indispensables à la survie des paysans.

III - Bétail et exploitation

28Les exploitations abritent une grande variété d’animaux tous nécessaires à la culture des terres et qui permettent aussi de satisfaire les demandes des propriétaires et de disposer de quelques sous-produits.

1 - La composition des troupeaux

29Le cheptel d’une exploitation comprend des animaux de trait et d’autres comme vaches et ovins qui produisant fumier et denrées à vendre, sont toujours présents. Peut-on évaluer l’importance du cheptel vif nécessaire à la mise en valeur d’une exploitation ? N’entre pas seulement en jeu la taille de l’exploitation mais aussi l’étendue des prés et pacages.

  • 45 A.D. I. et L., E 127. Estimation pour le bail à ferme générale (2 juillet 1686).

30En 1686, quatre des cinq métairies de la terre de Chédigny45, toutes louées à moitié fruit, sont pourvues par le propriétaire de bœufs, chevaux, « toreaux et tores », moutons et cochons. Ce bétail est estimé 1973 l. 12 s. La valeur des 14 bœufs et des 333 moutons en constitue plus de la moitié :

  • Bœufs 26,4 %
  • chevaux et poulains 19,1 %
  • vaches et veaux 13,9 %
  • ovins 29,3 %
  • porcs et truies 2,6 %
  • taureaux et tores 8,7 %
  • 46 A.D. 1. et L., E 96. En 1709 et en 1731, le fermage est de 60 lt par an ; en 1764, la valeur du rev (...)
  • 47 À partir de 1731, le cheptel comprend une truie avec des petits ; mais sa valeur n’a pas été prise (...)

31Le cas de la métairie de Loizeau à Sennevières, entre 1693 et 1766, permet de connaître à la fois la superficie de l’exploitation et l’importance de son troupeau. Quel que soit le mode de location le propriétaire fournit toujours le bétail46. La métairie s’étend sur 123 boisselées (30,75 arpents), soit 10 arpents par sole en assolement triennal ; elle est labourée par une paire de bœufs ; mais le propriétaire fournit aussi deux ou trois bourriques, deux vaches et 30 à 50 moutons, sans oublier une charrette47 complète ; sur le tout, les bœufs représentent toujours entre un tiers et 40 % de la valeur. Quand la métairie s’étend et passe en 1764 à une superficie de 50,75 arpents, elle reçoit quatre bœufs et le reste du troupeau est agrandi dans la même proportion puisque la valeur des bêtes de trait représente toujours 40 % du total.

  • 48 Selon la définition fournie par l’intendant du duc d’Aiguillon en 1764 (A.D. I. et L., E 154)
  • 49 A.D. I. et L., H 598 ; déclaration au roi pour 1750.

32Dans la région de Chinon le propriétaire ne fait pas souvent l’avance des bêtes de trait ; par contre il loue facilement « le fond des bestiaux en vaches et brebis appelé en termes de Touraine la souche des bestiaux fournis [...] pour les garder à moitié profit et moitié perte »48. Les troupeaux placés dans une métairie comportent au minimum trois vaches et 35 ovins. Avec les animaux de travail qui sont souvent des chevaux, la valeur du cheptel est en moyenne de 500 lt. Mais l’effectif des vaches est tel que leur valeur l’emporte sur celle des chevaux : le locataire de la métairie du Raiffault à Savigny-en-Véron a reçu en 1757 un cheptel d’une valeur de 530 livres49 ; deux juments en représentent 16 % mais quatre vaches 39,6 %. Dans cette région où les prairies communes sont vastes, le problème de la nourriture du gros bétail est moins grave qu’ailleurs.

33Dans la région d’Amboise deux situations se présentent, selon que la vigne couvre ou non des superficies importantes. Dans le premier cas se trouve Mareuil, dans la vallée du Cher, où le bétail est abondant.

Effectif des bêtes possédées par les habitants de Mareuil en 1786

Effectif des bêtes possédées par les habitants de Mareuil en 1786
  • 50 Deux chevaux appartiennent à un « Monsieur » et sont donc des chevaux de selle, deux à un meunier q (...)
  • 51 A.D. I. et L., C 85. Le relevé a été fait par le curé qui ne s’est pas occupé des ânes et des mulet (...)

34Peu de chefs de feu de Mareuil (14 %) sont dépourvus de bétail, mais laboureurs et fermiers, soit environ 30 % des chefs de feu, possèdent 89 % des bœufs, 66 % des chevaux, 53 % des vaches et des ovins et 37 % des ânes50. Dans les paroisses non viticoles, la répartition est beaucoup plus inégale ; à Vallières-les-Grandes, un tiers de la population a du bétail mais c’est un groupe restreint qui détient la majorité des bêtes : 40 personnes ont une ou plusieurs paires de bêtes de trait et peuvent être considérées comme des laboureurs, elles possèdent en outre 85 % des vaches et 88,5 % des moutons. Les éleveurs d’ovins sont beaucoup plus rares que ceux de vaches : ils ne sont que 39 à se partager 2 390 bêtes (soit 62 en moyenne)51.

  • 52 A.D. I. et L., id., état de mars 1786. Aux lendemains de la grande sécheresse de 1785 ces chiffres (...)

35Dans une exploitation, les vaches sont destinées avant tout « à faire des engrais et fournir un peu de beurre aux particuliers qui les ont », même si les « suites », tores ou veaux, ne sont pas de valeur marchande négligeable. Tous les paysans qui occupent une exploitation ont au moins une vache, et souvent beaucoup plus : à Mareuil, 21 des 24 « laboureurs » en ont au minimum une et l’effectif moyen est de trois ; les douze « fermiers » ou « tenant lieu » en détiennent entre deux et huit52. Les vaches sont sans doute les animaux les plus répandus dans les familles paysannes.

  • 53 A.D. I. et L., G 52, mémoire du chapitre cathédral sur le bois de Plante (début du xviiie siècle).
  • 54 A.D. I. et L., C 85. Les troupeaux des vignerons et des journaliers semblent avoir été décomptés de (...)
  • 55 A.N. F12 1241.

36Les différents recensements agricoles montrent aussi que si quelques habitants peuvent avoir un animal unique, vache ou âne, ce n’est jamais le cas pour les moutons ; la possession d’ovins accompagne toujours celle d’autres bêtes et elle est une des caractéristique des exploitations les plus importantes : « il est certain qu’il n’y a pas dans les deux paroisses [de la Ville-aux-Dames et de Saint-Pierre-des-Corps] vingt maisons qui aient des brebis et moutons, seulement possédés par les plus fortes métairies »53. À Mareuil encore, tous les fermiers sans exception et tous les laboureurs, sauf trois, élèvent un troupeau de moutons : l’effectif varie entre 24 et 80 têtes, la moyenne étant de 4354. Les propriétaires férus d’agronomie placent de gros troupeaux de moutons sur les terres qu’ils donnent en location. Dans quatre métairies du domaine de Véretz, en 1768, vaches et ovins, à l’exclusion des bêtes de trait, sont fournies à moitié croît à raison d’une vache et de 15 à 25 ovins pour 5 arpents ensemencés en gros blés ; la valeur des moutons représente plus de la moitié du total (entre 50 et 70 %). Le rapport entre l’effectif des bêtes de labour et celui des « bêtes à laine » se modifie peu à peu. Dans le premier tiers du siècle, pour les exploitations du Lochois, on peut compter 15 à 20 moutons par paire de bœufs de labour ; puis l’effectif du troupeau ovin augmente : vers les années 1770 le plus souvent une « métairie à deux bœufs » a plus de 50 moutons et brebis ; la fumure est plus importante. Il y a donc un petit progrès. Mais si la laine n’est pas de mauvaise qualité, la province ne produit par an que 40 000 ou 50 000 livres de laine filée, quantité qui ne couvre pas ses besoins alors que l’industrie textile est peu développée55.

  • 56 Les dénombrements de bétail sont faits pour permettre la répartition de la corvée ou pour justifier (...)
  • 57 A.D. I. et L., E 154. Pour la métairie de la Babinière, « suffrages » exclus, la somme monte à 256 (...)

37Seules les exploitations les plus importantes sont dotées d’un cheptel complet et parfois nombreux56. Le profit tiré de l’élevage peut être calculé pour deux métairies louées à moitié fruits, dans le domaine de Véretz en 1787 ; il n’est pas négligeable, même si les deux tiers ou les trois quarts du profit viennent des grains ; le locataire touche presque les mêmes sommes qui sont nettes de frais : dans les deux cas ci-dessous, elles dépassent 100 lt57.

2 - Les animaux de travail : chevaux ou bœufs ?

  • 58 A.D. I. et L., C 7. Cette expression permet aussi de penser qu’on n’a pas en Touraine l’habitude d’ (...)
  • 59 A.D. I. et L., C 757. La perte des bestiaux de labour est le motif le plus souvent invoqué pour jus (...)

38Les animaux de labour ne font jamais l’objet d’un bail à cheptel puisque ce contrat suppose que le profit tiré du bétail puisse être réellement partagé. Le propriétaire fait très souvent l’avance du bétail au locataire, en particulier dans le Lochois ; en ce cas, la valeur du cheptel est indiquée dans le contrat et doit être restituée en fin de bail, sous la forme soit d’une « souche » identique, soit d’une somme d’argent que le locataire verse s’il veut conserver le bétail. L’importance d’une exploitation est parfois mesurée au nombre de paires d’animaux de labour qui sont nécessaires : les métairies « à deux bœufs » ou « à quatre bœufs » existent en Lochois58. La mort d’un bœuf de labour est une catastrophe car le survivant accepte mal d’être apparié avec un nouveau compagnon de travail, il faut donc le vendre au rabais et acquérir une paire, plus onéreuse : en 1789, la veuve d’un laboureur de Saint-Germain demande une décharge de capitation à cause de la mortalité que son cheptel vient de subir : ayant perdu trois bœufs de labour, elle a dû céder le quatrième pour 180 lt et en racheter une paire qui lui a coûté 430 lt59. Les bœufs sont donc acquis par deux alors que les chevaux le sont à l’unité.

  • 60 A.D. I. et L., E 96 et E 135, domaines de madame de Sennevières.
  • 61 L. HERPIN, Les communaux de Parilly au xviiie siècle, p. 880-882. Dans ces paroisses la culture du (...)

39Selon Richard de Butré, en « petite culture » un train de labour à deux bœufs cultive 20 à 30 arpents (13 à 20 ha) ; c’est, semble-t-il, un maximum. Malgré leur petite taille, les métairies du Lochois sont le plus souvent dotées de deux paires de bœufs : la métairie des Noires à Sennevières couvre 45 arpents, soit 15 par « tiers », et est labourée par deux paires de bœufs dont la valeur atteint en 1 742 370 lt ; celle de la Pinonière, de 26 arpents labourables par sole, en nécessite trois paires valant en 1 760 380 lt60. En Lochois il faut donc un attelage pour 7 à 8 arpents de terre par sole. Dans onze paroisses de la région de Chinon, en 1783, pour 8 090 arpents en terres labourables, les habitants déclarent 300 charrues, soit en rotation biennale avec jachère, une charrue pour 13,5 arpents labourés annuellement ; l’équipement est plus important en Véron (une charrue pour 11 arpents labourables) que sur la rive gauche de la Vienne (une charrue pour 19 arpents)61.

  • 62 A.C. Chinon, HH1, mémoire de 1774.
  • 63 A.D. I. et L., 6M290. Dans cette commune les terres labourables couvrent 46,4 % du terroir, les pra (...)
  • 64 A.D. I. et L., C 760 ; demandes en décharge de capitation pour 1790. P. Berthault et P. Leroux labo (...)

40En Touraine, l’emploi des chevaux pour le labour n’est nullement ignoré : ce sont les animaux utilisés dans les varennes ; pourtant l’assolement biennal n’y fait guère de place aux « menus » et les prés sont souvent réduits. Dans la vallée de la Vienne près de Chinon, on utilise des chevaux, non les bœufs « trop coûteux », affirmation qui peut surprendre62. À Ci- nais, en l’an X, on compte 100 chevaux ou juments pour 38 bœufs63 ; dans la commune voisine de la Roche-Clermault, « les chevaux servent à la culture des terres ». À Savonnières ou à Berthenay, un cheval ou une cavale servant au labourage vaut, selon les propriétaires, entre 150 et 300 lt64. Les prix ont augmenté au cours du siècle : l’intendant du duc d’Aiguillon achète un cheval de labour 93 lt en 1767, 208 lt en 1778 et 251 en 1780.

  • 65 A.N. F10 505, enquête de l’an III. On dénombre alors dans le district d’Amboise 1754 chevaux et 276 (...)
  • 66 A.D. I. et L., C 161. À Noizay en 1751, on dénombre 120 chevaux de harnais et 36 de somme, pour 388 (...)
  • 67 A.D. I. et L., C 337.
  • 68 Les contrats de location des biens appartenant à l’abbaye de la Clarté-Dieu le précisent.
  • 69 A.D. I. et L., C 894, réponse de la municipalité de Saint-Paterne au questionnaire de l’assemblée p (...)

41Dans la région d’Amboise, les chevaux l’emportent mais cet exemple permet de montrer que la nature des sols détermine en fait l’espèce à utiliser. Au nord les sols sont légers et on emploie des chevaux, ou des ânes quand les terrains sont plus caillouteux ; au sud de la Loire, les sols plus lourds sont travaillés avec des chevaux, des bœufs et des mulets. Entre les deux, dans les pays de vignoble, on utilise chevaux, ânes ou mulets, nombreux autour d’Amboise65. Parfois on distingue les bêtes « de harnais » et les bêtes « de somme »66. La vente de vieux chevaux de labour est une activité des foires de la ville67. L’hiver, les chevaux servent aux charrois des vins ou des bois jusqu’à la Loire, mais ce travail est critiqué, car loin d’être une ressource d’appoint il est cause de la grande mortalité des chevaux épuisés par ce travail permanent. Au nord de Tours68, les tâches sont spécialisées : les bœufs font les labours tandis que charrois et transports sont assurés par les chevaux parfois remplacés par des « bourriques », ou bien le travail des champs est accompli par des chevaux tandis que les vaches fournissent l’engrais : le paysan « laboure ses terres avec deux ou trois petits chevaux, trois ou quatre vaches encore lui donnent des agrats »69.

  • 70 En 1840, l’arrondissement de Loches a deux fois plus de bœufs (6 513) que de chevaux (3 284).
  • 71 A.D. I. et L., 6M 1289, enquête de l’an X. Les chiffres sont seulement indicatifs car de nombreux f (...)
  • 72 A.D. I. et L., 6 M 1 289.
  • 73 C 760. Un habitant de Veziers se plaint d’avoir perdu en 1789 deux « taureaux destinés à la culture (...)

42À l’opposé le Lochois se caractérise par la rareté des chevaux70. Les troupeaux fournis par les propriétaires en comportent exceptionnellement ; les charrois exigés par les baux sont accomplis avec des bœufs. Ceux-ci l’emportent de façon très nette sur les chevaux71 ; en Lochois, certains baux stipulent expressément que les labours devront être faits avec des bœufs ; ils servent aussi aux charrois puisqu’on trouve des mentions de « charrettes à bœufs ». En l’an III, on dénombre dans le district de Preuilly un cheval pour huit bœufs ; le déséquilibre ne peut s’expliquer uniquement par les réquisitions militaires. Les métairies les « plus fortes » associent bœufs et chevaux. L’absence de foin et de bons pâturages est la raison sans cesse invoquée de cette faiblesse. De plus les animaux disponibles sont toujours décrits comme de petite taille et de médiocre capacité de travail ; en 1788, avec peut-être une certaine mauvaise volonté, nul ne trouve de chevaux bons pour la remonte. Seuls les propriétaires les plus aisés possèdent des chevaux de labour : la marquise de Sennevières qui fait « valoir par ses mains » de vastes terres en a. La seule exception est la champeigne : dans douze des quinze paroisses où on produit des quantités importantes de gros blés, les chevaux l’emportent sur les bœufs ; au total, dans les 13 paroisses pour lesquelles les chiffres sont disponibles, on compte plus de deux chevaux pour un bœuf (1 346 chevaux et 686 bovins) ; par contre les vaches sont plus de 2 16072. En 1789, dans la région de Loudun l’élevage des bêtes à cornes n’est destiné qu’à fournir des animaux de labour. Les bœufs mais aussi les vaches et même les taureaux servent au labour73 ; les rapports ne distinguent pas entre les différentes « bêtes à cornes ».

  • 74 A.D. I. et L., 3E20/72, minutes Hubert.

43La vache est en réalité l’animal qui a la meilleure productivité, même si son rendement est un peu plus faible : son prix d’achat est la moitié de celui d’un bœuf et est même inférieur à celui d’une mule ; elle peut fournir du lait et des veaux qui sont vendus et enfin elle finit comme bête de boucherie. L’utilisation des vaches comme bêtes de travail est attestée dans les terres légères, par exemple à Savigny-en-Véron où dans deux inventaires après décès faits au printemps de 1764 sont signalées des vaches de labour qui, pour les plus coûteuses, valent 50 lt74. A Avoine et Beaumont-en- Véron, les « charrues » sont moitié à vaches, moitié à bœufs.

Chevaux recensés en l’an X

Chevaux recensés en l’an X
  • 75 A.D. I. et L., C 336, éd. Chevalier, p. 248.
  • 76 A.N. F20 199.

44Les bœufs sont donc la principale mais non la seule force de travail. Le Rapport sur la généralité en 1762-1766 associe nettement culture avec des bœufs, bail à moitié fruit et autoconsommation : « La culture ordinaire s’y fait avec des bœufs, et la plus grande partie des terres par moitié avec des métayers... On n’y nourrit des bestiaux que pour l’usage et la consommation du pays »75. Encore en l’an VIII, un rapport écrit que « les bœufs sont en majeure partie les seuls animaux qu’on emploie à la culture »76. Leur réputation de médiocrité par rapport aux chevaux ne s’y justifie pas ; ils ont souvent une valeur monétaire supérieure. En 1751 l’intendant du duc d’Aiguillon achète une paire de bœufs de labour pour 430 lt. ; le subdélégué de Chinon juge en 1785 qu’ordinairement une paire de bœufs vaut entre 200 et 300 livres, mais l’année suivante la sécheresse en fait monter la valeur jusqu’à 500 livres.

Bœufs recensés en l’an X

Bœufs recensés en l’an X

3 - Le recours aux mulets et « bêtes azines »

  • 77 R. BERLAND, « Les cultures et la vie paysanne dans la Vienne à l’époque napoléonienne », Mémoires e (...)
  • 78 A.D. I. et L., C 260, lettre du 6 avril 1778.

45Dans le canton d’Amboise, ânes et mulets sont trois fois plus nombreux que les bœufs et deux fois plus que les chevaux. Indispensables pour les transports et le travail de la vigne, ils sont les animaux des vignerons. Ils sont particulièrement répandus dans le canton de Preuilly. Ailleurs, par exemple dans les élections de Loudun et de Richelieu, en l’absence de pâturages convenables pour nourrir les bœufs en toute saison, l’usage des mulets et des ânes est la seule solution ; en Mirebalais ils sont les animaux de labour les plus répandus77. Les habitants de Marsay en Lochois se plaignent en l’an X que « la très mauvaise qualité des foins » ne peut convenir ni aux bœufs ni aux vaches et que mules et mulets « s’en accommodent mieux ». Ces « bêtes azines » peuvent d’ailleurs atteindre des valeurs importantes : en 1790 une paire de mulets de labourage à Sazilly est appréciée 600 lt et quatre mulets, une bourrique et un cheval sont estimés à Vilaines 1 500 lt. Anes et mulets ont un autre avantage : ils sont des animaux de bât plus résistants que les chevaux, ainsi pour les meuniers de l’élection de Richelieu ou les faux-sauniers qui passent de Poitou en Touraine. Les mulets de la région de Preuilly servent aux transports locaux : les blés du Berry sont apportés « à dos de mulet dans les marchés de Preuilly, La Haye, Yzeures, la Rocheposay » où ils sont vendus pour être expédiés par la Creuse à destination de Nantes78.

  • 79 A.D. I. et L., C 44. Avec trois arpents de vigne et un bout de pré, elle rapporte 700 lt par an à s (...)

46Pour le labour, l’utilisation de mulets ou de vaches permet de pallier l’absence de boeufs ou de chevaux. Cependant les mulets ou les ânes sont considérés comme moins utiles que les bovins : leur fumier n’a pas la même valeur ; ils constituent surtout le bétail des borderies ; une « métairie à deux bœufs » et une « borderie à deux ânes » forment la « maison de Bourneuf » à Saint-Louans79. Pour la corvée des grands chemins, le travail d’un cheval est payé 12 sous par jour, celui d’une « bourrique » 8 sous. En fait, l’espèce utilisée dépend souvent de l’étendue des pacages situés dans la paroisse et de la nature des sols à travailler mais aussi des moyens financiers des locataires, ou des propriétaires, des terres. Si pour les exploitations en métayage et même en fermage, le propriétaire fournit les bêtes, le troupeau peut être plus abondant et mieux constitué ; les borderies souvent exploitées par leur propriétaire souffrent davantage de la faiblesse du cheptel. La médiocrité des espèces laisse penser que la qualité du travail fourni ne devait pas beaucoup varier selon les bêtes utilisées.

4 - L’amélioration du cheptel

  • 80 « Instructions pour l’administration de Chanteloup », BSAT, t. XXIII, p. 294-310. A. Young a visité (...)
  • 81 A.D. I. et L., C 351. En 1762, il y avait en Touraine 8 gardes-étalon dans l’élection de Tours, et (...)
  • 82 Marc-René de Voyer d’Argenson (1722-1782), directeur des haras de 1752 à 1763 ; il était le fils du (...)
  • 83 J. MULLIEZ, « Bertin, l’administration des haras et l’élevage du cheval 1763-1780 », L’État et la r (...)

47Choiseul est particulièrement attentif à la qualité du troupeau de vaches et de moutons de Chanteloup ; plus que la laine de ces derniers qui doit servir à « refaire les matelas de la maison », il en escompte avant tout des fumures pour les terres où il veut faire disparaître l’usage de la jachère morte. Il se procure des vaches en Suisse et il recommande de ne vendre de moutons « qu’après qu’ils auront servi à fumer les terres où on voudra en mettre » ; il calcule qu’il faut environ 800 à 900 ovins pour 688 arpents cultivés en permanence, soit 2,6 moutons par arpent80. Seuls de grands propriétaires pouvaient tenter de mettre en application les conseils prodigués pour l’amélioration du bétail. Comme les services du Contrôle général, poussés par l’anglomanie et le goût de l’équitation, ils se sont surtout intéressés aux chevaux. Le nombre et la qualité des étalons royaux augmentèrent dans la généralité81, car des propriétaires, nobles surtout, se lancèrent dans l’élevage équin en particulier en Maine et en Anjou où les conditions naturelles étaient plus favorables. L’importation d’étalons étrangers, anglais en particulier, suscita l’intérêt de quelques particuliers comme le chevalier Dupetit-Thouars qui en demanda un en 1 776. L’intendant du Cluzel élevait des chevaux dans son domaine de Montpipeau en Blésois et obtint même un étalon arabe en 1779. L’expérience la plus importante fut menée par le marquis d’Argenson82 sur la terre des Ormes, aux confins de la Touraine et du Poitou ; après avoir démissionné de la direction des haras en 1763, il se consacra à l’agronomie et en particulier à l’élevage des chevaux ; en 1776, il vendit 34 juments de race ou de demi-race à des habitants de la généralité ; mais après diverses déconvenues, il liquida son haras en 1781. La réorganisation des haras donna sans doute de bons résultats dans la généralité de Tours pour l’amélioration des chevaux de selle83 grâce à l’obstination de du Cluzel et de l’inspecteur des haras Grandmaison, mais rien ne fut fait pour celle des bêtes de travail. En 1780, dans cinq élections de Touraine (celle de Chinon non comprise) et les trois élections angevines limitrophes, on compte seulement 19 étalons, environ 4 000 juments qui produisent par an 1 500 chevaux « d’une espèce dégénérée » ; le recensement réalisé en 1788, qui noircit la situation pour éviter les réquisitions, montre que dans la plupart des villages, les chevaux sont utilisés au labour et au « tirage » et qu’aucun n’est « bon pour le service du roi ». Dans la subdélégation d’Amboise, il n’y a qu’un étalon vieux de 18 ans et le coût de la saillie est considéré comme trop élevé (3 lt et un boisseau d’avoine) par les paysans. La province continue donc à acheter des chevaux en Poitou.

  • 84 J. DEHERGNE, Le bas-Poitou à la veille de la Révolution, p. 27. Dans le bocage on élève des bœufs, (...)
  • 85 A.D. I. et L.,C 337.
  • 86 Selon l’enquête agricole de 1840, le poids brut moyen d’un animal de boucherie est de 365 kg pour u (...)

48La Touraine n’est pas un « pays naisseur » et elle se fournit en animaux dans les régions voisines, ainsi en Gâtine poitevine pour les bœufs84. Le commerce du bétail est actif dans les différentes foires de Touraine mais on n’y vend pour l’exportation que les vieilles bêtes de trait « hors d’âge » et des cochons ; les marchands normands et manceaux viennent s’y approvisionner85. Beaucoup de troupeaux assurent eux-mêmes leur renouvellement. La qualité des bêtes fait l’objet de nombreuses critiques : elles sont souvent présentées comme faibles, petites et de médiocre valeur86. En conséquence, les bêtes ne valent pas très cher : 150 à 250 lt pour un bœuf, 50 à 100 pour une vache et même souvent beaucoup moins ; cependant ces prix restent encore trop élevés pour beaucoup de paysans.

IV - Élevage et revenu monétaire

  • 87 AD. I. et L., B Lieutenant de police de Tours, audiences 1715. Le 30 avril 1715 est rappelée l’inte (...)
  • 88 C. TILLY, La Vendée. Révolution et contre-Révolution, p. 42.
  • 89 F. GAY, « Production, prix et rentabilité de la terre en Berry au xviiie siècle », RHES, 1958, p. 3 (...)

49Rares sont les Tourangeaux du xviiie siècle qui n’élèvent pas ou ne font pas élever quelques bêtes ; même dans les villes, cochons et volailles abondent malgré les ordonnances des autorités de police87. Faute d’en posséder les paysans en louent, ils se procurent ainsi sans bourse délier des bêtes dont ils espèrent tirer quelque produit à vendre sur le marché ; cet élevage très varié fournit une de leurs innombrables petites ressources, grâce aux communaux et aux droits collectifs. Dans de nombreuses provinces même là où l’élevage n’est pas une spécialité, le commerce des bestiaux, jeunes animaux ou bêtes de réforme, est la seule activité qui permette d’avoir quelques réserves d’argent88 et qui, avec la vente du froment, fournit le numéraire nécessaire pour payer loyer et impôts ; mais la Touraine ne vend pas de laine au contraire du Berry voisin89.

1 - Les baux à cheptel

  • 90 F. FORTUNET, « La législation sur les baux à cheptel : mesure de protection et de relance », La Rév (...)
  • 91 Si l’avance du bétail est faite par le propriétaire, le contrat porte sur au moins deux espèces (va (...)

50En Touraine le bail « à moitié croît, perte et profit » est d’autant plus répandu qu’il est utilisé aussi bien par des locataires d’exploitation démunis de cheptel vif que par des journaliers. Comme ailleurs en France, c’est une forme de crédit90. Ces contrats figurent parmi les minutes de tous les notaires, mais ils sont plus nombreux dans la région de Chinon où les possibilités d’élevage, de gros bétail surtout, sont plus grandes. Ils concernent la plupart du temps des bovins et des ovins ; les cochons n’apparaissent que dans les contrats qui accompagnent la location d’une exploitation. Le contrat est conclu pour une période inférieure à 5 ans ; il repose sur le partage par moitié des risques, sauf en cas de faute de l’éleveur, et des profits. Pour les juments, les vaches et les brebis, le principal bénéfice vient de la vente des jeunes animaux ou des bêtes trop âgées. Le profit sur la laine est partagé par moitié et le beurre fait l’objet de livraisons au propriétaire (en quantité variable mais en moyenne de 4 livres poids). Les baux conclus par les journaliers concernent surtout les vaches, mais ils n’en prennent le plus souvent qu’une seule à la fois ; les laboureurs en louent au moins deux91. Les moutons sont toujours loués en nombre, alors qu’ils sont achetés par paire. Les contrats sont spécialisés : les différentes espèces ne sont pas mélangées. Au milieu du siècle, dans les contrats passés chez le notaire de Savigny-en-Véron, sur 79 baux à cheptel, 2 seulement associent des ovins à un autre animal, 47 portent sur des bovins, 21 sur des ovins et 9 sur des juments. Le cas le plus fréquent est celui de la location d’une vache seule (24 baux) ; l’effectif de trois, parfois avec leur « suite », n’est jamais dépassé. La moyenne des troupeaux de moutons loués est de 23 bêtes (10 au minimum et 42 au maximum). Dans ces baux, la valeur estimée des animaux dépasse rarement 150 lt ; ce chiffre est sans doute un peu gonflé puisqu’en fin de bail le locataire doit restituer une « souche » de la même valeur.

  • 92 A.D. I. et L., 3E20/72 à 77 ; minutes Hubert et Augustin.

51Les preneurs sont tous journaliers ou laboureurs. Ainsi, à Savigny, parmi les paysans qui louent une vache à moitié croît, les journaliers sont 64,5 %, les laboureurs 18 % et les veuves 13,5 %. L’origine sociale des propriétaires est beaucoup plus variée mais tous sont des ruraux, souvent plus aisés : 20 % des contrats sont passés par une femme, un laboureur ou un salpêtrier ; les clercs, les « bourgeois », les petits notables ne dédaignent pas cette source de revenu monétaire et de produits frais ; quelques domestiques sont aussi propriétaires de bestiaux. Certains individus sont de véritables « banquiers en bestiaux » : un salpêtrier de Savigny passe 14,5 % des contrats concernant des vaches, et il ajoute des baux à cheptel de moutons92.

52Une forme originale du bail à cheptel est le « bail à garde vache » pratiqué dans le nord de la province dans les paroisses de Neuvy, Marray, Chemillé, Louestault, etc. ; il est parfois qualifié de « bail de bordage » et le preneur est appelé « bordier », mais en ce cas le terme de « bordage » ne signifie pas petite exploitation. En effet, suivant ces baux,

  • 93 Recueil des usages locaux du département d’Indre-et-Loire, p. 229.

« le propriétaire, le fermier ou le métayer loge dans les dépendances de la ferme ou de la métairie un bordager, bordier ou garde vaches, qui, sans avoir de terres à cultiver, reçoit à titre de cheptel, des bestiaux appartenant au bailleur ou achetés par moitié entre le bailleur et lui, à l’effet de les garder, soigner, nourrir, tant à l’étable que sur les terres, avec les produits affectés à cette destination, et d’en partager les produits selon certaines conditions déterminées par l’usage à défaut de convention »93.

  • 94 A.D. I. et L., 3E45/157, minutes Rondeau-Martinière notaire à Neuvy.
  • 95 A.D. I. et L., E 194, bail de la métairie du haut-Marcille à Saint-Epain : le métayer aura toutes l (...)

53.Ce texte rédigé en 1888 décrit exactement la situation du xviiie siècle : ainsi le 2 août 1781, Michel Fournier, journalier, prend « à titre de garde vache » pour 3, 6 ou 9 ans à partir de la Toussaint suivante, une petite « borderie » comportant une maison, une écurie, un « toit à bercail », un toit à porcs et un grenier avec un jardin et une chènevière qu’il devra cultiver, il engraissera deux « porcs norritureaux » achetés en commun avec le propriétaire qui lui fournira aussi à titre de moitié croît une vache et des moutons. Chaque année il livrera 10 livres de beurre, 12 volailles et 6 douzaines d’œufs. Il fera la moisson dans l’exploitation et recevra un huitième de la récolte ; il touchera 30 lt pour la culture de la vigne94. Si des terres labourables sont adjointes elles donnent lieu au paiement d’un loyer. Les preneurs sont toujours des journaliers ; comme il existe souvent à côté du « bordage » une métairie qui porte le même nom, il est possible que cette dernière ait été agrandie avec les terres de la borderie et que, pour disposer d’une main-d’œuvre occasionnelle et pour ne pas perdre le profit de la location des bâtiments, le propriétaire y loge un journalier qui prend en charge une partie du troupeau pour lequel il utilise les différents « toits » à bétail. Dans la région de Loches où l’on n’emploie pas l’expression de « bail à garde vache », le même contrat est conclu : quand des borderies disparaissent en tant qu’unité d’exploitation, leurs terres sont confiées au métayer voisin, mais un bordier reste dans les lieux et élève des bêtes95.

2 - La vache, animal du journalier et du vigneron

  • 96 A.N. H1 1486.

54Lorsque l’intendant Du Cluzel défend l’usage de la vaine pâture en Touraine, il insiste sur l’importance financière de cet élevage96 :

« Les coteaux qui dominent ces prairies [des vallées de la Loire et du Cher] sont couverts de vignes que les propriétaires ont coutume de donner à ferme à de petits vignerons ; mais comme les profits des vignes ne suffiraient pas pour les faire vivre, ils leur donnent en même temps deux ou trois vaches à condition d’avoir une certaine quantité de laitage et la moitié des veaux. Ces marchés sont uniquement fondés sur l’usage du parcours ».

55Les vignerons et les simples journaliers trouvent des ressources importantes dans la vente de beurre et de veaux. Le prix de vente de ceux-ci double au cours de la seconde moitié du xviiie siècle : sur les marchés au sud de Tours, vers 1760, ils sont vendus environ 10 à 12 lt et en 1790, 22 à 23 lt ; mais ils atteignent des prix plus élevés lors des années de sécheresse et les marchands de bestiaux sont obligés d’aller s’approvisionner en Gâtine et en Poitou. Les baux de location des closeries prévoient toujours l’élevage de quelques vaches.

  • 97 La tradition de l’élevage laitier est ancienne dans ces paroisses puisque Gargantua aurait été alla (...)

56Selon le recensement agricole de l’an X dans l’arrondissement de Chinon, seules les paroisses qui ont de vastes communaux dans les vallées de la Loire et de la Vienne (Beaumont-en-Véron, Huismes, Rigny, Rivarennes) ou qui sont dotées de terrains de parcours (Saint-Benoît-du-lac-mort) ont des troupeaux de plus de 100 vaches ; le record est détenu par Bréhémont qui élève 568 vaches sur 507 hectares de prés de bonne qualité et 132 hectares de landes dont une grande partie est, au xviiie siècle, en communs97. Dans la vallée de la Loire où les troupeaux sont importants (800 vaches à la Chapelle-sur-Loire, 780 à Luynes, 600 à Montlouis), vignerons et « bêcheurs » des varennes sont nombreux.

Vaches recensées en l’an X

Vaches recensées en l’an X
  • 98 323 habitants selon le dénombrement de 1790.
  • 99 A.D. I. et L., C 161, rôle de 1753 pour la corvée des grands chemins.

57Les états dressés pour obtenir des gratifications après la sécheresse de 1785 dans les paroisses viticoles de l’élection d’Amboise telles que Mareuil et Pouillé, montrent que les vaches y sont très nombreuses et que très peu des foyers les plus humbles en sont dépourvus. Sur les 90 chefs de feu98 à Pouillé, 84 détiennent au moins un animal en 1785 ; on y élève seulement 65 ânes, 31 chevaux, 30 bœufs, mais 131 vaches et 1 505 moutons ; 66 feux détiennent une vache. À Noizay, entre Vouvray et Amboise, les vignerons sont 80 et forment 31 % de la population au milieu du siècle ; sept seulement n’ont aucun animal, 56 possèdent au moins une vache99. Parmi les douze pêcheurs, trois n’ont aucun animal, huit élèvent au moins une vache et sept ont, en plus, un animal de bât. Les communaux étant rares dans la région, les vaches sont sans doute nourries avec l’herbe des vignes, talus et bords de chemin, la seconde herbe des prés, mais aussi avec le produit de différentes cueillettes comme celle des feuilles d’orme ou des vignes.

3 - Les ovins

  • 100 A.D.I. et L., C 85.

58Certaines paroisses viticoles sont loin d’être dépourvues de moutons, qui ne peuvent pacager dans les vignes et qui ne sont pas élevés pour la fumure. Dans la paroisse de Mareuil déjà évoquée, en 1786100, on compte 2668 ovins appartenant à 80 personnes, 61,5 % des feux ; le troupeau moyen est donc de 33 bêtes, les extrêmes étant de 14 et 80. Un vigneron et un journalier sur deux en élèvent ; c’est le meunier qui possède le plus gros troupeau, 45 têtes ; dans 14 feux on n’en trouve aucun. Mais ces paroisses de Mareuil et Pouillé sont en fait partiellement berrichonnes, puisqu’elles sont situées dans la vallée du Cher très en amont de Montrichard.

  • 101 Un mouton « mauvais » estimé 3 lt a été tué pour fournir la viande des vendangeurs...
  • 102 A.D. I. et L., E 116.

59Pour les autres régions, la répartition des ovins n’est pas connue mais la médiocrité de la manufacture textile est un indice de la rareté de ces bêtes. Dans le Chinonais, les baux à cheptel portent plus souvent sur des vaches que sur des ovins : à Savigny-en-Véron, entre 1754 et 1764, 29 % seulement de ces contrats concernent des moutons et l’effectif des animaux est peu élevé, 23 en moyenne (le minimum est de 10 et le maximum de 34) ; les preneurs sont, pour un peu plus de la moitié, des journaliers qui cherchent sans doute à disposer d’un peu de laine pour leur usage ainsi que de fumier utile pour leurs parcelles de terre. Les veuves sont nombreuses à conclure de tels baux, les moutons étant des bêtes peu exigeantes pour leur nourriture et leur hébergement. Mais cet élevage présente des risques importants : des bêtes s’égarent, sont mangées par les loups et la revente se fait souvent à perte, si bien que le profit annuel de la vente de la laine ne suffit pas toujours à compenser ces pertes. Au printemps de 1759, Louis de Maussabré achète 15 paires de moutons, à 11 l. 5 s. l’une, qu’il confie à moité-croît à son métayer ; en septembre 1760 il revend 29 bêtes101 pour 9 lt la paire ; la perte totale est donc de 35 l. 5 s., alors que le produit de la vente de la laine est de 68 lt, le gain de chacun est donc de 15 lt102.

Ovins recensés en l’an X

Ovins recensés en l’an X

60Les « améliorateurs » qui ont œuvré dans les provinces voisines comme le Berry ou le Poitou, n’ont pas fait d’émules en Touraine, à quelques exceptions près qui ne sont pas du monde paysan.

4 - Le porc, animal de tous ?

  • 103 Cité par J.-J. HEMARDINQUER, « Faut-il “démythifier” le porc familial d’Ancien Régime ? », AESC 197 (...)
  • 104 A.D. I. et L., E 116. En 1756,4 petits cochons achetés 47 lt en tout rapportent une fois engraissés (...)

61Une idée répandue veut que la viande de cochon, spécialement le lard, ait toujours occupé une grande place dans l’alimentation des paysans. Vau- ban lui-même l’accrédite quand il écrit : « Cet animal est d’une nourriture si aisée que chacun peut en élever, n’y ayant point de paysan, si pauvre qu’il soit, qui ne puisse élever un cochon de son cru par an »103. Pays de landes et de forêts, la Touraine devait pouvoir nourrir de nombreux porcs. Fréquents sont les baux qui prévoient que le locataire élèvera chaque année « à moitié croît » un ou deux « cochons norritureaux ». Quand le propriétaire fait l’avance du bétail, les cochons sont toujours inclus, au moins en ce qui concerne les métairies. Par contre, les cochons ne font jamais l’objet de baux à cheptel isolés : il semble impossible qu’un paysan sans terre puisse en nourrir, alors qu’il le peut pour une vache. Pourtant l’élevage des cochons est d’un bon rapport financier : le journal de comptes de Maussabré montre que les cochons engraissés sont revendus au moins le double de leur prix d’achat104.

  • 105 A.D. I. et L., C 337.

62Un simple calcul à partir de l’enquête de 1840 montre que si les porcs sont au nombre de 37 136, soit un effectif semblable à celui des animaux de trait, on compte seulement 1 cochon pour 8,2 habitants ou 6,6 ruraux et 0,06 porc par hectare ; c’est à dire qu’on n’en trouve pas un par foyer. Dans les 239 communes de l’échantillon de l’enquête en l’an X, le troupeau moyen est de 88 bêtes ; 70 % d’entre elles ont moins de 100 bêtes et seulement 9 % plus de 200. La localisation fait apparaître des zones privilégiées. L’abondance des porcs dans la région de Loches, en particulier près de Preuilly, est signalée dans tous les rapports sur la Touraine et semble donc être une constante du xviiie et sans doute du xviie siècle. Le commerce de ces animaux anime foires et marchés : celui de Preuilly, « quand le gland donne [...] devient assez considérable [...] et sert d’entrepôt aux provinces voisines »105.Les porcs sont donc un des rares objets d’exportation de la région. Le tableau de l’an X permet de faire l’étude de la répartition des porcs dans 75 communes du district de Loches : très peu sont totalement dépourvues, mais le troupeau dépasse 100 bêtes dans 40 % d’entre elles seulement.

Porcs recensés en l’an X

Porcs recensés en l’an X

Répartition des troupeaux de porcs dans le district de Loches en l’an X

Répartition des troupeaux de porcs dans le district de Loches en l’an X

63Les plus gros troupeaux (un seul dépasse 1 000 porcs) sont dans les communes les plus peuplées si bien que même dans ces dernières, on n’atteint jamais la moyenne de trois cochons par feu : le chiffre maximum est celui de Bossay (2,75 porcs par feu) et d’Yzeures (2,3).

  • 106 A.D. I. et L., 6M 1290.
  • 107 A.D. I. et L., C 7, f° 516.

64Les textes du xviiie siècle mettent tous en rapport l’importance de l’élevage porcin et l’abondance des glands ; en effet, il n’existe pas d’autre nourriture spécifique possible puisque avoine et orge sont peu disponibles et que la culture de la pomme de terre est presque inconnue en Lochois. Les habitants de Marcé-sur-Esves se plaignent au début de la Révolution « que les cochons ont été très nombreux autrefois parce qu’on avait la ressource du gland, nos bois futaies étant perdus n’en fournissent plus »106. Mais la présence d’une forêt n’est pas une condition suffisante : faute d’avoir droit à la glandée, en particulier dans les bois dépendant de la chartreuse du Liget, les cinq villages riverains de la forêt de Loches ont des troupeaux réduits (92 cochons en moyenne), le plus important étant celui de Genillé (150 bêtes). Par contre, la proximité de la forêt de Preuilly et de Verneuil profite aux paroisses voisines : elles ont les plus gros troupeaux. L’existence d’une véritable forêt n’est pas toujours indispensable puisqu’en Lochois la présence de nombreux chênes épars dans la campagne et au milieu des haies facilite l’élevage des cochons. Ainsi à Saint-Laurent-de-Boussay107 ou à Saint-Michel-du-Bois, qui est en fait dépourvue de futaie, de nombreux chênes sont dispersés sur les domaines situés dans la brande ; les baux prévoient que les cochons pourront « aller paissonner sous les chênes ». Disposant de glands en abondance, les habitants n’ont pas été incités à développer la culture de la pomme de terre.

  • 108 De plus, le fumier de porc, jugé « froid », n’est pas recherché.
  • 109 En 1777, un boisseau de son vaut 10 sous dans la région de Tours.

65Dans la région de Chinon où au milieu du xviiie siècle tous les baux à moitié fruit prévoient que le locataire doit en élever et où les bâtiments d’exploitation comportent toujours des « toits à cochons », blé noir, maïs, pommes de terre et usage des communs permettent de les nourrir. Ailleurs, le problème de la nourriture est l’obstacle majeur comme dans la région de Tours ou d’Amboise. En l’an III, le district de Château-Renault n’élève qu’un millier de porcs, alors que les « bêtes à laine » sont plus de 31 000 et les « bêtes à cornes » 10 700. Dans celui d’Amboise, 29 communes rurales se partagent 1 180 cochons, soit une moyenne de 40 bêtes environ par commune. Dans ces deux derniers districts, les administrateurs ne consacrent pas une ligne à ces animaux dans leurs remarques, c’est dire le peu d’intérêt qu’on leur porte108. La forêt d’Amboise n’a pas permis le développement de cet élevage car les « usages » paysans y sont restreints : les paroisses riveraines comptent toutes beaucoup moins de cochons que de feux (en l’an III, la moyenne est d’un porc pour 4,7 feux). Pour que le métayer élève des porcs, le propriétaire doit fournir souvent une partie de la nourriture, en donnant du son109 : les porcs sont les seules bêtes pour lesquelles une telle participation du propriétaire est prévue expressément, c’est bien la preuve des difficultés rencontrées.

  • 110 A.D. I. et L., C 822. En 1763, le prix de la livre de sel dans les campagnes dépendant du grenier à (...)

66Si l’élevage est peu répandu, la consommation de viande de cochon par les paysans l’est certainement encore moins : « production n’est pas consommation » ; outre qu’il vaut mieux vendre ces bêtes à des marchands qui les envoient à Paris ou aux bouchers urbains, le prix du sel rend prohibitif le coût des salaisons et le recours au « faux sel » est trop risqué110. Le saloir est rare dans les inventaires des intérieurs paysans ; les gardes de la gabelle du grenier à sel de Chinon opèrent très peu de saisies de « chairs salées » car ils n’en trouvent pas, non que les paysans respectent la réglementation mais parce qu’ils ne font pas de salaisons. Entre 1747 et 1749, période pour laquelle les procès-verbaux sont les plus nombreux, on en trouve 9 sur 40 procédures ; ils concernent des viandes salées confisquées chez le curé d’Anché, une « bourgeoise » d’Azay-le-Rideau, la veuve du sieur de Mondion, deux salpêtriers, un boucher, un cabaretier, et deux laboureurs fermiers de métairie, les deux seuls paysans et qui ne sont pas des plus pauvres.

67C’est pourquoi on peut se demander si les effectifs indiqués par les enquêtes de l’an X ne sont pas en nette augmentation par rapport aux chiffres antérieurs à la Révolution, la suppression de la gabelle ayant rendu la salaison moins coûteuse.

5 - Une basse-cour abondante

  • 111 A.D. I. et L., L 193, cahier de doléances de Montlouis : pour élever des pigeons le propriétaire de (...)
  • 112 A.D. I. et L., C 817, procès-verbal des gardes de la gabelle de Chinon, en date du 23 août 1730. De (...)
  • 113 A.D. I. et L., C 336, éd. Chevalier, p. 460-461.

68Les exigences en volailles et en œufs des seigneurs et des propriétaires prouvent nettement que ces volatiles occupaient une place importante dans leur alimentation. Dans les exploitations leur présence va de soi : elles font l’objet, dans les baux de location, de clauses spécifiques qui prévoient des livraisons en nature et le paiement d’un « droit de cour » au propriétaire ; ce dernier stipule parfois l’interdiction d’élever oies ou dindons. Les pigeons abondent mais leur élevage reste bien le privilège du seigneur ; il suscite de nombreuses protestations dans les cahiers de doléances : sans en réclamer l’interdiction totale, -le fumier est précieux-, les paysans demandent qu’il soit réglementé en proportion des biens possédés111. L’élevage des volailles est une ressource importante des journaliers qui vendent œufs et volailles sur les marchés ou aux marchands « cocassiers ». Les paroisses proches de Bourgueil, notamment dans les vallées, possèdent de vastes communaux qui permettent l’élevage de nombreux bovins mais aussi de volailles : dans les villages de la rive gauche de la Vienne comme Parilly, Cinais..., les oies forment des troupeaux importants dont s’occupent les femmes112. Tous les mardis à Bourgueil en Anjou, il se tient « un marché considérable en bestiaux, beurre, volailles et gibier, qu’on évalue à la somme de 10 000 livres, dont 2 000 livres pour le seul beurre et les œufs qu’on exporte dans le Poitou, car c’est ce marché qui fournit de ces denrées Poitiers et tous ses environs. Tours en tire aussi ses principaux approvisionnements en volailles et gibier »113.

  • 114 A.D. I. et L., E 152.
  • 115 A.C. Chinon, 4F1.

69Malheureusement ces volatiles n’apparaissent jamais dans des inventaires et leur prix est mal connu. Pour le paiement des rentes seigneuriales dues à l’abbaye de Villeloin, un chapon est estimé 12 sous, une poule 8, et la douzaine d’œufs 3 ; mais une oie vaut 17 sous, soit plus que le salaire journalier d’un manœuvre ; à Véretz la douzaine d’œufs passe de 4 sous en 1750 à 5 sous en 1790114. Les mercuriales de Chinon indiquent les prix pratiqués sur le marché après 1770, à l’époque de la hausse des prix agricoles115.

Prix des volailles (en sous) à Chinon entre 1770 et 1791

Prix des volailles (en sous) à Chinon entre 1770 et 1791

70La hausse des prix constatée atteint 66 % pour les poulets et 40 % pour les poules, si bien que le salaire journalier d’une femme ne permet même plus l’achat d’un poulet ; la « poule au pot » ne pouvait constituer le repas dominical des paysans pauvres...

  • 116 A.D. I. et L., C 28, tableau des entrées année commune, daté du 15 juillet 1768. Le nombre de cocho (...)
  • 117 A.D. I. et L., B lieutenant de police de Tours, procédures 1711-1712.

71Aucun facteur exogène ne joue en faveur du développement de l’élevage. La demande des villes en viande ou en lait est faible car la population de Tours est en déclin démographique et économique. La baisse de la consommation urbaine de viande peut être mesurée entre 1768 et 1782, grâce aux indications des octrois116 ; elle est d’environ 42 % en ce qui concerne les moutons mais seulement de 21 % pour les veaux dont la viande est la plus recherchée et dont on consomme dix fois plus que de gros bovins117.

Notes

1 A. YOUNG, Voyages en France, p. 1108.

2 A.D. I. et L., C 101, « Mémoires et notes utiles à l’agriculture du Sieur Richard de Buttray » ; Richard de Butré, physiocrate tourangeau, réside près de Tours, à Sainte-Radegonde.

3 A. BOURDE, Agronomes et agronomie au xviiie siècle, t.I, p. 350.

4 A.D. I. et L., C 41, lettre du curé de Saint-Martin-de-Bossay contre le « don gratuit », datée du 11 octobre 1758.

5 Statistique de la France. Statistique agricole du royaume, 1841. N’y figurent pas les régions de Loudun et de Richelieu.

6 En 1840, la valeur moyenne d’un bœuf est estimée à 183 francs et d’un cheval à 187 ; mais un mulet vaut 163 francs. Le prix d’une vache serait de 83 francs et celui d’un cochon 34 francs.

7 La statistique de 1840 ne donne pas la répartition des landes et des bruyères par district. Le Lochois ne possède que 22 % des bois du département, le Chinonais en a 30 % et le district de Tours 48 %, y compris la forêt d’Amboise.

8 A.N. F 10 505. Voir les cartes 6 à 10.

9 O. FESTY, L’agriculture pendant la Révolution française. Les conditions de production et de récolte des céréales. Étude d’histoire économique, p. 353. Il y eut en l’an II deux « levées » de chevaux et de mulets.

10 D. SOLARIA, « De la multiplication des chèvres sous la Révolution », Révolution et espaces forestiers, p. 54. Bien que pouvant servir au débroussaillage, les chèvres sont souvent interdites dans certaines zones du finage. En l’an III, on en dénombre : 686 dans le district d’Amboise, 3 027 dans le district de Preuilly, 2 016 dans le district de Château-Renault.

11 Pour nourrir ces animaux pendant l’hiver, il faut 2 254 setiers d’avoine et 230 d’orge, 142 500 bottes de foin et 140 000 balles de paille.

12 A. SERRANO, La haute justice du duché-pairie de Luynes 1770-1775, p. 162. Tous les délits (16 en tout) de cueillette d’herbe dans les terres d’autrui sont le fait de femmes et d’enfants.

13 A. YOUNG a aussi remarqué cette pratique en Touraine.

14 A.D. I. et L., C 305, lettre du curé (4 juin 1785).

15 A.D. I. et L., E 153. Dans les livres de comptes de l’intendant du duc d’Aiguillon apparaissent à plusieurs reprises des achats de graine de sainfoin.

16 A.D. I. et L., 3F.4/n.c., minutes Gaudin ; quand les chaumes auront été ramassés, le locataire doit semer des raves et des navets pour avoir « de quoi nourrir ses bestiaux ».

17 A. BOURDE, op. cit., t.III, p. 1575

18 A.D. I. et L., 3El/n.c., minutes Thenon, bail à moitié fruit du 18 janvier 1766.

19 A.D. I. et L., E 194. Au milieu du siècle, Scot de Coulange loue ses parcelles de pré et sainfoin à un meunier, un boulanger et des marchands.

20 A.D. I. et L., 3E3/16 minutes Degonne, bail à moitié fruit du 25 mars 1775.

21 En 1877, ils ne concerneraient plus que 1 % du territoire départemental, selon G. BOURGIN, Le partage des biens communaux. Documents sur la préparation de la loi du 10 juin 1793, p. 109.

22 G. BOURGIN, op. cit., p. 491.

23 R. DION, Le Val de Loire. Étude de géographie régionale, p. 583.

24 M. BOULOISEAU, « Communautés rurales et droits collectifs avant et pendant la Révolution », L’abolition de la féodalité dans le monde occidental, p. 143. Comme Vouvray et Sonzay pour lesquelles les superficies ne sont pas indiquées, ces communes déclarent en prairial an II vouloir continuer à user de la jouissance commune des pacages.

25 A.D. I. et L., C 264 (cf. texte n° 8).

26 A.D. I. et L., C 3, rôle de la paroisse de Rivarennes, article 173 (le revenu n’est pas indiqué) Id., rôle de la paroisse de Huismes, article 146 (la superficie n’est pas indiquée).

27 Bibliothèque Mazarine, ms 3418 ; mémoire de l’intendant de Nointel : « beaucoup d’habitants de Chinon y ont du bien ».

28 A.C. Chinon, ii 5 ; le dimanche 10 avril 1774, les habitants de Parilly se sont réunis pour s’opposer au projet.

29 L’abbaye de Fontevraud y fait pacager 40 bœufs, 60 vaches et 2 000 moutons qui servent à sa consommation.

30 On retrouve les mêmes arguments développés par les paysans bénéficiaires des usages dans le bois des Plantes près de Tours.

31 Dans ce total, la gabelle est comprise pour une somme de 4 476 lt. La population comportant 381 feux, l’impôt moyen par feu est de 41 lt.

32 S.R.M. 165 dr 10, topographie médicale de Chinon (1776).

33 A.D. I. et L., 3E20/73 et 74, minutes Augustin, Savigny-en-Véron, 1758-1764.

34 A.D. I. et L., C 64. À la fin de l’Ancien Régime, Chinon est la seule ville de garnison dans la province car dans la basse vallée de la Vienne, le foin est encore à des prix raisonnables.

35 A.D. I. et L., C 82. Dans l’élection de Richelieu par exemple, en ce qui concerne la récolte des « menus », « il y a grande apparence qu’il n’en a pas été recueilli beaucoup plus qu’on en avait semé », écrit le subdélégué en janvier 1786 ; or la région est dépourvue de prairies.

36 A.D. I. et L., C 82, lettre non signée (11 janvier 1786).

37 Id., lettre au Contrôleur général (15 mars 1786).

38 O. FESTY, L’agriculture pendant la Révolution française. Les conditions de production et de récolte des céréales. Étude d’histoire économique, p. 59.

39 Le titre II de l’arrêt du Conseil du 23 juillet 1783 interdisait le pacage sur le couronnement et les talus des levées.

40 Ces graines n’étaient gratuites que pour les plus pauvres ; elles devaient être vendues 15 sous la livre à tous ceux qui payaient plus de 50 livres de taille. En 1786, à nouveau des graines furent distribuées : 100 boisseaux dans l’élection de Tours et 25 dans chacune des autres. Selon le correspondant de l’intendant à Chinon, on cultive déjà les « turneps » qu’on appelle « rabbes ».

41 F. LEBRUN, « Mauvaises récoltes et misère en Bretagne à la veille de la Révolution : la sécheresse de 1785 et ses conséquences », La Bretagne, une province à l’aube de La Révolution, p. 253. Molleville fait sans tarder acheter du foin en Angleterre et aux Pays-Bas.

42 Certains propriétaires connaissaient déjà l’intérêt de l’irrigation des prés : à Saint-Epain, Scot de Coulange faisait stipuler dans les baux de location de ses métairies que les locataires pourraient utiliser l’eau du moulin pour arroser deux fois par an les prés avant la première fauche et deux fois encore les regains.

43 A.D. I. et L., C 82. Certains subdélégués redoutent les « préventions » contre ces vaches.

44 Quelques subdélégués ont émis diverses suggestions. Jahan à Richelieu souhaite l’établissement d’un magasin soigneusement gardé, où les paysans pourraient acheter des semences et qui permettrait « d’arrêter la voracité des monopoleurs ». Poirier, à Loudun, suggère le recours au blé noir comme un moindre mal. Un officier de finances, provisoirement subdélégué à Chinon, développe tout un plaidoyer en faveur du colza.

45 A.D. I. et L., E 127. Estimation pour le bail à ferme générale (2 juillet 1686).

46 A.D. 1. et L., E 96. En 1709 et en 1731, le fermage est de 60 lt par an ; en 1764, la valeur du revenu de l’exploitation louée en métayage est évaluée encore à 60 lt.

47 À partir de 1731, le cheptel comprend une truie avec des petits ; mais sa valeur n’a pas été prise en compte dans les calculs.

48 Selon la définition fournie par l’intendant du duc d’Aiguillon en 1764 (A.D. I. et L., E 154)

49 A.D. I. et L., H 598 ; déclaration au roi pour 1750.

50 Deux chevaux appartiennent à un « Monsieur » et sont donc des chevaux de selle, deux à un meunier qui a aussi un âne et deux autres à un inconnu.

51 A.D. I. et L., C 85. Le relevé a été fait par le curé qui ne s’est pas occupé des ânes et des mulets ; les professions ne sont pas indiquées. La paroisse comptait 180 feux en 1787.

52 A.D. I. et L., id., état de mars 1786. Aux lendemains de la grande sécheresse de 1785 ces chiffres sont sans doute des minima.

53 A.D. I. et L., G 52, mémoire du chapitre cathédral sur le bois de Plante (début du xviiie siècle).

54 A.D. I. et L., C 85. Les troupeaux des vignerons et des journaliers semblent avoir été décomptés de façon exacte ; il n’en va pas de même pour les cheptels plus importants qui sont visiblement estimés par dizaine de bêtes.

55 A.N. F12 1241.

56 Les dénombrements de bétail sont faits pour permettre la répartition de la corvée ou pour justifier les demandes de gratification à la suite des « vimères » ; porcs et volailles ne sont donc pas mentionnés.

57 A.D. I. et L., E 154. Pour la métairie de la Babinière, « suffrages » exclus, la somme monte à 256 lt et pour la Gagnerie, à 140 lt.

58 A.D. I. et L., C 7. Cette expression permet aussi de penser qu’on n’a pas en Touraine l’habitude d’utiliser une bête de flèche. Cette pratique a peut-être cours dans la vallée de l’Indre puisqu’il arrive qu’un mulet soit vendu avec une paire de bœufs dans un même lot ; dans la paroisse d’Aubigny où le labour est fait uniquement par des bœufs, il y a en 1788 « quatre rosses de juments » dont on se sert pour « mettre tirer devant les bœufs ».

59 A.D. I. et L., C 757. La perte des bestiaux de labour est le motif le plus souvent invoqué pour justifier une demande en décharge de capitation.

60 A.D. I. et L., E 96 et E 135, domaines de madame de Sennevières.

61 L. HERPIN, Les communaux de Parilly au xviiie siècle, p. 880-882. Dans ces paroisses la culture du chanvre et surtout des légumes est développée.

62 A.C. Chinon, HH1, mémoire de 1774.

63 A.D. I. et L., 6M290. Dans cette commune les terres labourables couvrent 46,4 % du terroir, les prairies 25,7 %, friches et landes 18,5 %.

64 A.D. I. et L., C 760 ; demandes en décharge de capitation pour 1790. P. Berthault et P. Leroux laboureurs ont perdu respectivement un cheval « servant à son labourage » d’une valeur de 300 lt et une « cavale servant à son labourage » estimée « au moins » 250 lt.

65 A.N. F10 505, enquête de l’an III. On dénombre alors dans le district d’Amboise 1754 chevaux et 276 mulets qui ont certainement été réquisitionnés en plus grand nombre que les premiers de trop médiocre qualité, pour 1 145 bœufs.

66 A.D. I. et L., C 161. À Noizay en 1751, on dénombre 120 chevaux de harnais et 36 de somme, pour 388 vaches et 18 bœufs.

67 A.D. I. et L., C 337.

68 Les contrats de location des biens appartenant à l’abbaye de la Clarté-Dieu le précisent.

69 A.D. I. et L., C 894, réponse de la municipalité de Saint-Paterne au questionnaire de l’assemblée provinciale, en date du 10 mai 1788. Les chevaux sont faibles mais se contentent des fourrages que produit la paroisse ; il est donc vain d’essayer d’améliorer la race.

70 En 1840, l’arrondissement de Loches a deux fois plus de bœufs (6 513) que de chevaux (3 284).

71 A.D. I. et L., 6M 1289, enquête de l’an X. Les chiffres sont seulement indicatifs car de nombreux facteurs ont perturbé la situation : absence de déclaration, réquisitions par l’armée, déclarations incomplètes...

72 A.D. I. et L., 6 M 1 289.

73 C 760. Un habitant de Veziers se plaint d’avoir perdu en 1789 deux « taureaux destinés à la culture des terres ».

74 A.D. I. et L., 3E20/72, minutes Hubert.

75 A.D. I. et L., C 336, éd. Chevalier, p. 248.

76 A.N. F20 199.

77 R. BERLAND, « Les cultures et la vie paysanne dans la Vienne à l’époque napoléonienne », Mémoires et documents relatifs à la vie économique de la Révolution française, VII, p. 221. En 1802, pour 23 000 charrues à bœufs, on en comptait 5 000 à chevaux et 3 000 à ânes ; les bordiers travaillent avec des ânes.

78 A.D. I. et L., C 260, lettre du 6 avril 1778.

79 A.D. I. et L., C 44. Avec trois arpents de vigne et un bout de pré, elle rapporte 700 lt par an à son propriétaire, Louis-Joseph de Laval, un gentilhomme pauvre, ancien capitaine au régiment de Saintonge.

80 « Instructions pour l’administration de Chanteloup », BSAT, t. XXIII, p. 294-310. A. Young a visité la bergerie et l’étable de Chanteloup et il ne tarit pas d’éloges (Voyages en France, t.I, p. 166).

81 A.D. I. et L., C 351. En 1762, il y avait en Touraine 8 gardes-étalon dans l’élection de Tours, et 4 dans chacune des élections de Loches et Amboise ; privilégiés ils étaient mal vus de la population.

82 Marc-René de Voyer d’Argenson (1722-1782), directeur des haras de 1752 à 1763 ; il était le fils du comte d’Argenson secrétaire d’État à la guerre.

83 J. MULLIEZ, « Bertin, l’administration des haras et l’élevage du cheval 1763-1780 », L’État et la rénovation de l’agriculture au xviiie siècle, p. 145.

84 J. DEHERGNE, Le bas-Poitou à la veille de la Révolution, p. 27. Dans le bocage on élève des bœufs, qui à l’âge de cinq à six ans sont vendus pour la charrue en particulier en Touraine.

85 A.D. I. et L.,C 337.

86 Selon l’enquête agricole de 1840, le poids brut moyen d’un animal de boucherie est de 365 kg pour un bœuf, 228 pour une vache, 85 pour un cochon et 22 pour un mouton.

87 AD. I. et L., B Lieutenant de police de Tours, audiences 1715. Le 30 avril 1715 est rappelée l’interdiction d’avoir en ville cochons, lapins et pigeons.

88 C. TILLY, La Vendée. Révolution et contre-Révolution, p. 42.

89 F. GAY, « Production, prix et rentabilité de la terre en Berry au xviiie siècle », RHES, 1958, p. 399-411. En 1766, la livre de laine se vend 25 sous.

90 F. FORTUNET, « La législation sur les baux à cheptel : mesure de protection et de relance », La Révolution française et le monde rural, p. 154. C’est sans doute l’édit de 1713 qui oblige à passer ces contrats devant notaire.

91 Si l’avance du bétail est faite par le propriétaire, le contrat porte sur au moins deux espèces (vaches et moutons) ; s’y ajoutent souvent les animaux de trait.

92 A.D. I. et L., 3E20/72 à 77 ; minutes Hubert et Augustin.

93 Recueil des usages locaux du département d’Indre-et-Loire, p. 229.

94 A.D. I. et L., 3E45/157, minutes Rondeau-Martinière notaire à Neuvy.

95 A.D. I. et L., E 194, bail de la métairie du haut-Marcille à Saint-Epain : le métayer aura toutes les terres labourables dont jouissaient les bordiers qui garderont le logement et cultiveront le chenevrail.

96 A.N. H1 1486.

97 La tradition de l’élevage laitier est ancienne dans ces paroisses puisque Gargantua aurait été allaité par des vaches de Bréhémont et Pautille (sans doute Pontillé, vaste prairie au sud de Chinon, dans la paroisse de Parilly). Rabelais parle aussi des fromages de Bréhémont dont il ne reste aucune trace au xviiie siècle.

98 323 habitants selon le dénombrement de 1790.

99 A.D. I. et L., C 161, rôle de 1753 pour la corvée des grands chemins.

100 A.D.I. et L., C 85.

101 Un mouton « mauvais » estimé 3 lt a été tué pour fournir la viande des vendangeurs...

102 A.D. I. et L., E 116.

103 Cité par J.-J. HEMARDINQUER, « Faut-il “démythifier” le porc familial d’Ancien Régime ? », AESC 1970, n°6, p. 1745.

104 A.D. I. et L., E 116. En 1756,4 petits cochons achetés 47 lt en tout rapportent une fois engraissés 111 lt ; la même année, les moutons sont revendus 2 à 3 lt de moins qu’ils n’ont été achetés, soit un manque à gagner de 20 à 25 %.

105 A.D. I. et L., C 337.

106 A.D. I. et L., 6M 1290.

107 A.D. I. et L., C 7, f° 516.

108 De plus, le fumier de porc, jugé « froid », n’est pas recherché.

109 En 1777, un boisseau de son vaut 10 sous dans la région de Tours.

110 A.D. I. et L., C 822. En 1763, le prix de la livre de sel dans les campagnes dépendant du grenier à sel de Chinon est de 12 s. 10 d. ; en 1781, il passe à 14 s. 3 d.

111 A.D. I. et L., L 193, cahier de doléances de Montlouis : pour élever des pigeons le propriétaire devrait posséder au moins 100 arpents autour de sa maison et nourrir les bêtes pendant le temps des semailles et des moissons ; la paroisse de Saint-Denis-hors demande une propriété d’au moins 40 arpents.

112 A.D. I. et L., C 817, procès-verbal des gardes de la gabelle de Chinon, en date du 23 août 1730. Deux voisines sont « en commerce d’oies » et s’en vont « en campagne en acheter ».

113 A.D. I. et L., C 336, éd. Chevalier, p. 460-461.

114 A.D. I. et L., E 152.

115 A.C. Chinon, 4F1.

116 A.D. I. et L., C 28, tableau des entrées année commune, daté du 15 juillet 1768. Le nombre de cochons pour lesquels on a payé l’octroi est de 1 507 en 1782 ; beaucoup d’animaux élevés dans la ville même ne peuvent être dénombrés.

117 A.D. I. et L., B lieutenant de police de Tours, procédures 1711-1712.

Table des illustrations

Titre Le bétail en Indre-et-Loire en 1840
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17129/img-1.png
Fichier image/png, 161k
Titre Répartition des différents troupeaux (en %) selon les districts d’Indre-et-Loire en 1840
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17129/img-2.png
Fichier image/png, 193k
Titre Effectif des bêtes possédées par les habitants de Mareuil en 1786
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17129/img-3.png
Fichier image/png, 216k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17129/img-4.png
Fichier image/png, 152k
Titre Chevaux recensés en l’an X
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17129/img-5.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Bœufs recensés en l’an X
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17129/img-6.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Vaches recensées en l’an X
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17129/img-7.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Ovins recensés en l’an X
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17129/img-8.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Porcs recensés en l’an X
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17129/img-9.png
Fichier image/png, 1,1M
Titre Répartition des troupeaux de porcs dans le district de Loches en l’an X
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17129/img-10.png
Fichier image/png, 118k
Titre Prix des volailles (en sous) à Chinon entre 1770 et 1791
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17129/img-11.png
Fichier image/png, 124k

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search