Version classiqueVersion mobile

Les campagnes de Touraine au XVIIIe siècle

 | 
Brigitte Maillard

Première partie. « Le jardin de la France » au XVIIIe siècle

Chapitre 5. Morphologie et fonctionnement des exploitations

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 En Anjou ce terme est souvent synonyme de borderie.

1La Touraine fait partie d’un ensemble de provinces où, au xviiie siècle, le vocabulaire employé pour désigner les principales unités d’exploitation agricole présente de grandes similitudes. Partout les deux termes les plus courants sont ceux de « métairie » et de « borderie » qui désignent des réalités précises et laissent présager une structure bipolaire de l’organisation économique des cellules d’exploitation ; mais le troisième mot, celui de « closerie », lui aussi répandu prend en Touraine un sens original et désigne une exploitation viticole1 caractérisée par un régime de location très spécifique. Il faut donc expliciter le contenu de chacun de ces termes avant de pouvoir analyser les modalités de gestion.

I - Un système binaire

  • 2 R. MAURY, La vie agricole en Touraine. Étude géographique d’une évolution humaine et économique, t. (...)
  • 3 M. NOBILE, La seigneurie rurale en Touraine à la fin du Moyen Age (vers 1380-vers 1540), p. 30. Les (...)

2Au xviiie siècle des termes fréquemment employés au xive siècle ont presque disparu2 : les « hébergements » sont très rares ; le nom de « gagnerie » n’est pas resté un terme générique mais est devenu toponyme ; dans le domaine de Véretz, une des métairies s’appelle « la Gagnerie ». Le mot « aître », largement employé au xive siècle pour désigner l’ensemble du lieu habité et de ses dépendances immédiates3, ne l’est plus du tout. Mais depuis le xve siècle, d’autres mots sont apparus, comme « lieu ». Dans le Chinonais et auprès de Tours, la « maison » ne nomme pas seulement un bâtiment d’habitation. Certains termes désignent des réalités très voisines et sont employés indifféremment ; dans le courant d’un même texte, un lieu nommé borderie peut être qualifié ensuite de métairie. Propriétaire et locataire, connaissant bien les lieux, n’attachaient sans doute pas grande importance à l’exactitude des dénominations.

1 - Questions de vocabulaire

  • 4 AD. I. et L., H 194, terrier de 1765.
  • 5 A.D. I. et L., 2C, Loches 1788, vol. 91.

3Dans le Lochois, le terme de borderie revient très fréquemment, alors que dans le nord de la province il est remplacé plutôt par celui de « lieu ». Ce mot est courant en Lochois, mais toujours en association avec celui de « métairie » ; dans le domaine de la chartreuse du Liget par exemple, le terrier du fief de la Courerie énumère tous les « lieux et métairies », puis les « borderies et louages »4. À la fin du siècle, le terme de « locature » est de plus en plus employé et désigne, à en croire le montant des baux, de petites borderies ; dans les baux enregistrés au Contrôle des actes de Loches en 1788, 73 % des loyers des locatures ne dépassent pas 50 lt, mais seulement 44 % pour les borderies5. La situation est parfois compliquée par l’existence en un seul lieu de plusieurs exploitations portant le même nom ; ainsi dans le fief de la Courerie il y a quatre borderies :

  • la haute borderie du haut du Plessis
  • la basse borderie du haut du Plessis
  • la borderie du milieu du Plessis
  • la basse borderie du Plessis.

4S’agit-il des résultats de la division d’une exploitation plus vaste ?

  • 6 A.D. I. et L., H 878, terrier de la commanderie de Ballan, commencé en 1736, f° 174 à 176. Le « lie (...)

5On peut distinguer le niveau des exploitations importantes, appelées « métairie » ou « maison ». Leur superficie nous est souvent inconnue6 mais le prix de location permet de bien les distinguer des borderies qui forment le deuxième niveau. Dans le Chinonais, les mots de « métairie » et de « maison » désignent des exploitations de superficie similaire mais la première n’englobe pas de vigne au contraire de la seconde : en 1714, lorsque sont estimées les terres dépendant de la succession du seigneur de Charcellée, à Ligré et Rivière, y figurent deux « maisons nobles », deux « maisons » et deux métairies ; toutes comportent des bâtiments et des terres, elles valent toutes entre 2 500 et 6 000 lt. Mais la « maison de la rue » a deux clos et une « cloison » en vignes qui représentent, avec les bâtiments, 36 % de la valeur estimée ; la « métairie du Puy de Grazay », elle, ne comporte aucune vigne mais 22,5 arpents de terres labourables ; on peut penser que la « maison du Puy de Grazay » serait appelée closerie ailleurs en Touraine, puisqu’elle a 4,5 arpents en vignes pour 2,5 seulement en terre.

  • 7 A.D. I. et L., E 7.
  • 8 A.D. I. et L., H 367.

6Lorsque le terme de « ferme » est employé, il désigne plutôt un mode financier de location. Le fermier général de la terre de Roncé située dans la vallée de la Vienne en amont de Chinon, qui sous-loue différentes exploitations, parle de métairies quand elles sont données à mi-fruit et de fermes lorsque le règlement se fait en argent ; mais les trois métairie nommées ne sont pas constituées différemment de trois autres exploitations7 auxquelles est accolé le terme de ferme qui indique bien le mode de paiement, et non la nature du domaine. Dans les livres de comptes de Mar- moutier8, le mot « ferme » désigne une ferme générale, comme la « ferme et seigneurie de Bourdigal », ou la location d’un bien qui n’est pas une métairie mais un moulin, un pré...

2 - Caractères communs

  • 9 L. MERLE, La métairie et l’évolution agraire de la Gâtine poitevine, p. 194-195.

7Pour le bas-Poitou voisin, L. Merle insiste sur les différences qui existent entre métairies et borderies non seulement à propos de leur taille mais aussi de leur composition9. Retrouve-t-on de tels traits en Touraine ? C’est en Lochois que l’état des sources permet les meilleures comparaisons, que les propriétaires soient des laïcs ou des ecclésiastiques. Les similitudes entre métairie et borderie y apparaissent plus importantes qu’en Gâtine poitevine. Partout est attestée la présence de logements et de bâtiments d’exploitation : la borderie de Marigny à Chemillé est équipée d’une « maison à demeurer » avec antichambre et cellier, cour et coursière, d’un jardin, ouche et chènevière, « d’aisances et appartenances » qui couvrent en tout 0,65 arpent sur un total de 7,2 arpents. La métairie du même nom est sans cellier mais possède une grange et une maison mieux équipée puisqu’elle a cheminée et four ; l’ensemble occupe une superficie plus importante (1,7 arpent) tout en ne représentant que 2,6 % de l’exploitation. Sur la terre de Sennevières, les borderies possèdent, comme les métairies, maison à demeurer et bâtiments d’exploitation, mais ces derniers sont moins variés et moins importants, encore que le caractère répétitif de l’énumération dans la description des différentes exploitations fasse douter de son adaptation à chaque cas précis.

  • 10 A.D. I. et L., C 7.
  • 11 A.D. 1. et L., H 194. La superficie et la composition des borderies sont attestées par des paysans (...)

8Terres, vignes et prés sont présents dans toutes les exploitations ; les métairies ont en plus des friches et des pâtureaux, c’est-à-dire des terrains de pacage. L’échantillon des métairies utilisé pour déterminer le tarif à appliquer dans le calcul de l’impôt du vingtième est disponible pour une douzaine de paroisses de l’élection de Loches et confirme cette constatation : les métairies sont mal pourvues de landes ou bruyères mais elles en manquent rarement totalement car elles ont besoin des différents produits de cueillette qu’on y trouve10. Les propriétaires de borderies cherchent à compléter celles-ci par des pâturages pour en faire des exploitations viables malgré les petits moyens des locataires, qui sont le plus souvent journaliers11.

9Les métairies du fief de la Courerie présentent une forte proportion de terres labourables ; mais leur étendue est sûrement gonflée par la prise en compte des friches, « bruères »... :

  • centre habité 2,1 %
  • terres labourables 90,3 %
  • vigne 1,1 %
  • prés 6,5 %
  • total 100 %

10Les 21 borderies du même fief correspondent à très peu de chose près au même schéma, mais comme dans six cas la parcelle où se situe le centre habité est d’un seul tenant et comprend une bonne part des terres cultivées (sa taille moyenne est 4,9 arpents) on ne peut séparer les lieux habités et les terres cultivables :

  • centre habité et terres labourables 89,4 %
  • vigne 2,5 %
  • pré 6,5 %
  • bruyères 1,6 %
  • total 100 %
  • 12 A.D. I. et L., E 110. Elle fut vendue 24 000 lt en 1766 à un conseiller du roi, lieutenant général (...)

11Aucune de ces exploitations ne comporte de bois car les chartreux du Liget gèrent eux-mêmes leur forêt : dans le fief de la Courerie, ils possèdent 863 arpents en futaie et 177 en taillis. Par contre, de nombreuses métairies appartenant à des propriétaires laïques ont des morceaux de bois et surtout des taillis, sans doute petits et médiocres mais dont l’exploitation est souvent réservée par le bail : la métairie des Fourneaux à Ferrières-sur- Beaulieu est composée en 1766, de 45,5 arpents de terres, 3,25 de pré et 7,25 de taillis et friches (11 %) ; la métairie de Chemaslé, à Courçay, très vaste pour la région avec 176,6 arpents, compte 9 arpent de taillis12.

  • 13 A.D. I. et L., C3.

12Pour les autres régions de la Touraine, les documents concernent surtout des métairies puisque le faire-valoir indirect est le mode d’exploitation le plus fréquent pour elles, au contraire des borderies. Cette situation est particulièrement nette dans la région de Tours : dans la vente des biens nationaux de première origine pour le district de Tours ne paraissent que trois borderies. Pour la région de Chinon, l’étude est possible grâce à quelques rôles du vingtième. On retrouve l’omniprésence des terres labourables et des prés ; mais en plus, les landes et friches occupent de vastes surfaces ; des morceaux de vigne apparaissent dans une majorité des exploitations. Pour un groupe de 60 métairies réparties dans sept paroisses, on en compte seulement 10 dépourvues de vigne et 15 de prés : à Sepmes, sur 16 métairies connues, 14 ont des vignes, 15 des prés et 8 des bois. Les 41 borderies situées dans ces mêmes paroisses ont toutes, sauf 12, des vignes, mais très peu ont des prés, puisque 13 seulement en sont dotées, et encore ne s’agit- il que de très petits morceaux : dans cinq cas, il n’est question que d’un huitième d’arpent (12,5 chaînées)13. Mais il faut rappeler que dans cette région, en particulier dans les vallées, les communaux sont vastes. Les borderies paraissent donc être de toutes petites exploitations ; les bâtiments y sont restreints mais suffisent pour les besoins agricoles. Ainsi partout elles apparaissent en fait comme des métairies en réduction.

3 - Grandes et petites exploitations

  • 14 Dans le terrier, la superficie totale de chaque exploitation est indiquée ; pour les borderies, ell (...)

13La taille moyenne des métairies du fief de la Courerie appartenant aux chartreux et de celles du domaine de Sennevières en Lochois déjà évoquées peut être calculée. Ces dernières mesurent 72,5 arpents dont 63 arpents de terres labourables : la plus grande atteint 111,25 arpents tandis que la plus petite est proche d’une grande borderie avec 27 arpents ; les borderies sont de 9,65 arpents en moyenne, dont 8,7 en terres ; elles sont comprises entre 4,5 et 13,75 arpents. Les métairies14 des chartreux font 88 (59 ha) arpents, dont 77,5 en terres labourables (c’est un maximum, puisque les friches, landes... y sont incluses dans la moitié des cas) ; elles sont comprises entre 109 et 55 arpents, souvent d’un seul tenant, et constituent de vastes domaines.

Superficie des métairies appartenant à la chartreuse du Liget

Superficie des métairies appartenant à la chartreuse du Liget

14Les borderies du même domaine couvrent 11,4 arpents en moyenne ; l’une paraît très vaste avec plus de 44 arpents, mais elle comprend beaucoup de friches et, si on l’exclut de l’échantillon, la moyenne passe à 9,8 arpents, soit 6,5 ha.

Superficie des borderies appartenant à la chartreuse du Liget

Superficie des borderies appartenant à la chartreuse du Liget
  • 15 A.D. I. et L., C 352.
  • 16 A.D. I. et L., C 3.

15Dans la vallée de la Loire, dans la région d’Amboise, les métairies qui appartinrent au duc de Choiseul dans le domaine de la Bourdaisière étaient vraiment petites : pour 10 d’entre elles, la moyenne est de 32,7 arpents et les écarts sont faibles : de 19 à 56 arpents. Ces dimensions sont la réalité : un rapport de la commission intermédiaire du district d’Amboise affirme que les métairies sont « peu étendues » et comportent trois « coutaisons » ou soles de 12 à 20 arpents chacune ; la commission y voit un obstacle à l’adoption des fourrages artificiels15. La région de Chinon est aussi une zone de petites exploitations d’après les indications fournies par le rôle du vingtième16.

Taille moyenne des métairies dans la région de Chinon

Taille moyenne des métairies dans la région de Chinon
  • 17 En 1758, trois métairies du chapitre Saint-Martin sont louées chez Me Hubert ; l’une fait 23,8 arpe (...)

16Cette faible dimension se retrouve dans les environs de la capitale de la province ; près de Tours les métairies appartenant à des laïcs font environ 30 arpents (20 ha) et en atteignent rarement 50. Les domaines ecclésiastiques sont plus vastes mais n’ont pas des dimensions importantes. Parmi les 131 exploitations dites « métairies » vendues comme biens nationaux de première origine, 30,5 % font moins de 20 arpents et 6,9 % seulement dépassent 60 arpents17.

Superficie des métairies appartenant au clergé dans le « district » de Tours en 1790

Superficie des métairies appartenant au clergé dans le « district » de Tours en 1790
  • 18 A.D. I. et L., H 253.
  • 19 A.D. I. et L., 3E6/nc, minutes Delaporte, bail du 23 mai 1763.

17Des contrastes nets existent dans la région de Tours. En 1789 le domaine d’Azay-le-Rideau est composé de deux types de métairies, les unes ayant entre 30 et 35 arpents, les autres entre 60 et 70. Une très importante métairie est celle de Chizay18, à Parçay, au nord de Tours, qui couvre 152 arpents d’un seul tenant et dont le bail atteignit 2 000 lt en 1788, tandis qu’en 1763, est louée à Saint-Antoine-du-Rocher19, une « petite métairie [...] de six arpents par tiers », donc 18 arpents de terres labourables, plus quelques parcelles de vignes.

  • 20 A.D. I. et L.,H 151.
  • 21 La plupart des chiffres se terminent par 0 ou 5.
  • 22 A.D. I. et L., E 20.
  • 23 Dans la même région il possédait une métairie de 74,3 arpents, dont 70 en terres labourables, deux (...)

18Sur les plateaux, au nord comme au sud, les métairies atteignent des dimensions importantes. Ainsi, au début du xviiie siècle, de l’abbaye de la Clarté-Dieu dépendent seize métairies, essentiellement dans les paroisses de Saint-Aubin et Saint-Paterne20 ; même sans arpentage précis21, la moyenne de leur superficie peut être estimée à 55 arpents. Dans la même zone, les trois métairies comprises dans le domaine de la seigneurie de la Roche- Racan couvrent 44 arpents. Aux confins du Blésois, dans les paroisses d’Auzouer et de Villedômer, les seigneuries de Pierrefitte et Couleurs22, vendues au début du xviiie siècle pour payer les dettes de Fourneau des Hayes, commis de l’extraordinaire des guerres en Franche-Comté en 1677, comprennent, en dehors de très nombreuses parcelles, 11 exploitations clairement dénommées métairies, dont la superficie moyenne est exactement la même que celle des métairies de la Clarté-Dieu : 55,4 arpents. Au sud, dans la vallée de l’Indre, le nord de la Champeigne tourangelle et le plateau de Sainte-Maure, régions qui jouent un rôle très important pour l’approvisionnement en blés et farines de Tours, les grandes exploitations ne sont pas rares : dans la paroisse de Courçay, juste en amont de Cormery, la métairie de Chemaslé achetée en 1766 au comte de la Folaine par Martin-René Guinier, président au bailliage de Loches23, atteint 120 hectares.

  • 24 A.D. I. et L., C 101. Richard de Butré, originaire du Poitou, réside à côté de Tours.

19On constate donc que la plus grande partie des métairies ont une surface proche de 30 arpents (20 hectares), ou d’un multiple de ce chiffre. Cette superficie correspond à des conditions techniques, celles imposées par les moyens de labour et la force de travail d’un couple aidé de deux enfants et d’un domestique. Ainsi, dans la région de Loches et dans l’extrême sud de la province, les métairies sont souvent estimées non en superficie mais en unités de travail, donc en fonction du nombre d’attelages nécessaires à leur culture : les métairies sont dites à deux ou à quatre bœufs ; les plus puissantes en ont trois paires avec parfois une paire de chevaux. Quand le physiocrate Richard de Butré veut donner l’exemple d’une métairie, il choisit un cas exceptionnel : c’est, dans la région de Preuilly, une métairie à quatre charrues, soit huit bœufs, pour une superficie cultivable de 70 arpents en assolement triennal à base de seigle24.

  • 25 A.D. I. et L., C 7, rôle du vingtième de Charnizay et Saint-Michel-des-Landes. Toutes les notices a (...)

20Dans les rôles du vingtième conservés pour la région de Loches, la fréquence des métairies qui ont 15 ou 30 arpents de terres labourables est telle qu’on peut se demander si le préposé aux rôles n’estime pas systématiquement la surface des terres labourables en fonction du nombre de paires de bœufs de travail ; en effet, la rotation étant triennale, chaque « coutaison » serait de 5 ou 10 arpents, 15 au maximum ; or d’après les notices de présentation des paroisses, il est dit qu’une charrue peut labourer 4 à 5 arpents (30 à 40 boisselées) et que « les plus forts domaines « ont trois charrues »25.

  • 26 A.D. I. et L., C 101. C’est sans doute cet exemple que Butré a publié dans les Éphémérides du citoy (...)

21Dans toutes ces métairies, l’espace occupé par les terrains de pacage des bœufs de labour est vaste et plus étendu que celui des terres labourables ; la métairie citée par Butré comprend 72 arpents de terres travaillés par quatre paires de bœufs et » environnés de deux mille arpents de bruyères dépendant de ces quatre charrues »26.

II - Géographie des exploitations

22Un des caractères communs aux métairies observées est leur taille restreinte ; les plus vastes, qui appartiennent à des ecclésiastiques, dépassent à peine 150 arpents. Même si on tient compte de l’existence des borderies, et dans certains cas des closeries, il y aurait donc place pour de nombreuses métairies, et par conséquent possibilités d’installation, dans les finages.

1 - Combien de métairies par paroisse ?

  • 27 J. DUPÂQUIER, « Le peuplement de l’élection de Tours à la fin du xviie siècle et au début du xviiie(...)

23Seul le manuscrit 7 des Archives départementales de la Mayenne indique le nombre de ces métairies par paroisse ; mais il faut penser que l’ensemble des métairies n’a pas été décompté et qu’en particulier celles qui faisaient partie des domaines des seigneuries n’ont pas été comprises27. Nous n’avons donc qu’un minimum sûr.

24Dans 224 paroisses des quatre élections vraiment tourangelles, le total est de 4 368 métairies ; avec les deux élections poitevines, on trouve pour 301 paroisses et 5 989 métairies une moyenne de 20.

Répartition des métairies dans les élections de Touraine à la fin du xviie siècle

Répartition des métairies dans les élections de Touraine à la fin du xviie siècle

25Le tableau fait apparaître l’existence de deux zones ; en effet, le nombre de métairies par village est identique dans les élections de Tours, Chinon et Amboise et reste faible, peut-être en raison de la présence de la vigne et de nombreux lopins ; au contraire, vers le sud, dans l’élection de Loches où plusieurs paroisses sont vastes, mais aussi dans celles de Richelieu et Loudun où elles sont plus restreintes, les métairies sont nettement plus nombreuses. Dans les élections poitevines la plus grande partie du finage est sans doute occupée par les métairies...

26Dans le premier cas distingué, plus des deux tiers des paroisses ont moins de 20 métairies chacune ; il en va ainsi dans l’élection de Chinon pour 87,7 % des paroisses. Mais la majorité des métairies se trouve dans des territoires qui en comptent entre 10 et 29 ; le maximum est atteint dans l’élection de Tours. Dans l’élection de Loches, 15 % des paroisses ont moins de 20 métairies, 40 % en ont 40 et plus, les autres se situent entre les deux ; 40 % des métairies se répartissent également entre les paroisses qui comptent de 20 à 39 métairies.

Distribution des paroisses (par élection) selon le nombre de métairies recensées à la fin du xviie siècle

Distribution des paroisses (par élection) selon le nombre de métairies recensées à la fin du xviie siècle

27Le même document permet de calculer pour combien de feux taillables en moyenne existe une métairie.

Métairies et population à la fin du xviie siècle

Métairies et population à la fin du xviie siècle
  • 28 Ce cas confirme que des métairies « privilégiées » n’ont pas été prises en compte.

28Plus la paroisse est peuplée, plus le nombre de métairies recensées est limité ; il est donc difficile de trouver une exploitation à louer. Saint-Paterne aurait 427 feux et 8 métairies28 pour un territoire de 3 285 arpents, dont 900 labourables. Dans des conditions géographiques et sociales tout autres, Savonnières compterait 265 feux et 15 métairies sur une superficie de 1 084 arpents, dont 400 labourables.

  • 29 Soit 3666,7 ha. Sa superficie cadastrale actuelle est de 3292 ha mais elle a été accrue en 1817. Mê (...)
  • 30 Avant l’annexion de la commune de Vallières, la superficie de celle de Fondettes était de 2764 ha.

29La paroisse de Vouvray s’étend, selon le manuscrit des Archives de la Mayenne, sur 5 500 arpents29, dont 3 100 en terres labourables, mais compte seulement 22 métairies ; celle de Fondettes couvrirait 3 940 arpents30, dont 1 344 en méteil et seigle, avec 14 métairies. Dans ces deux paroisses, les vignobles occupent une place non négligeable : à Vouvray, 800 arpents soit 14,5 % du total, à Fondettes, 1 891 arpents, 48 % ; mais nous ignorons le nombre de closeries. Que ce soit dans les paroisses de polyculture ou dans les paroisses viticoles, beaucoup de terres ne sont pas englobées dans des corps d’exploitation et sont donc disponibles sous forme de parcelles à louer.

2 - L’évolution de la superficie des exploitations

  • 31 Elle fait partie du domaine de Méré dont le propriétaire est Landriève des Bordes, écuyer, secrétai (...)
  • 32 A.D. I. et L., E 117, inventaire des biens en date du 19 août 1779.

30À la vue des dimensions réduites de la plupart des exploitations, on peut penser que leurs propriétaires ont cherché à les agrandir. Pour en agrandir une ou deux autres certains n’ont pas hésité à démembrer une exploitation : en 1779, les terres de la métairie du Chemin ferré à Artannes31 doivent être partagées et adjointes à deux métairies qui atteignent ainsi 45 et 60 arpents32. Dans le domaine de la Clarté-Dieu, en 1763, la grande et la petite Vacherie sont réunies pour former une exploitation d’environ 122 arpents. Parfois, une fois les terres prises, la métairie est réduite à l’état de borderie ; les bâtiments, le jardin et parfois quelques terres, sont alors loués à un bordier, qui n’est souvent qu’un journalier. C’est le sort de la métairie du Chemin Ferré : le « bordager » loue la maison 12 lt par an et doit nourrir 2 vaches, 2 cochons et 46 moutons. Il y a donc modification des conditions de production.

  • 33 AD. I. et L., 2C, Amboise, 1766.

31La concentration peut être aussi le fait du locataire qui loue en même temps deux métairies ; le montant des baux peut alors atteindre des sommes importantes : le 30 avril 1766, l’abbé de Fontaine-les-Blanches donne deux métairies conjointement pour un loyer de 1 500 lt par an ; il renouvelle la même opération pour deux autres exploitations quelques jours plus tard, et si le fermage n’atteint que 600 lt il reste élevé pour la province33.

  • 34 A.D. I. et L., H 91.
  • 35 A.D. I. et L., E 109.
  • 36 Id.

32Dans leurs livres de comptes à la fin du xviie et au début du xviiie siècle, les moines de Cormery se lamentent sur la difficulté de trouver des fermiers, mais ils ne pensent pas à diviser les exploitations en domaines plus petits ; ils n’adoptent cette solution que pour les prés : les prés de Vontes sont partagés en 1710 et en 1719 ; puis la situation économique s’améliorant, ils sont à nouveau regroupés34. Grâce aux papiers de famille conservés, la politique foncière fort avisée de la famille Aubry35, au sud de Loches aux confins de la Brenne, peut être reconstituée presque tout au long du siècle. Julien Aubry, greffier au grenier à sel de Loches, et son fils achètent à bas prix des exploitations en mauvais état : en 1713, la borderie du Puy dont les bâtiments sont en ruines ou la moitié de la métairie de la Chaize dont les terres sont en friche ; ils acquièrent aussi de très nombreuses parcelles mal entretenues ou récupèrent, par abandon du détenteur, des terres ou borderies chargées de rentes qui ne peuvent être acquittées, les lieux étant en mauvais état ; par exemple ils deviennent propriétaires de la borderie du village des Esdus (paroisse du Bridoré) en 173136.

33L’énumération des pièces de terre, fournie par les actes « d’éventillement » de différentes métairies, montre qu’elles sont souvent consumées de quelques grandes parcelles et d’une foule de lopins qui ont dû être acquis au fur et à mesure des possibilités et qui sont, en particulier, les parcelles de pré, rares et recherchées. Une politique systématique d’achats permet d’étendre nettement une cellule d’exploitation déjà existante : la métairie et closerie de la Richardière, à Chanteloup près d’Amboise, faisait 20,5 arpents (dont 15 en terres) lors de son achat en 1712 par M. d’Aubigny qui ensuite l’agrandit par de multiples acquisitions si bien qu’en 1759, elle comprenait 102 arpents de terre labourable, 3,75 en prés et 200 en pâtureaux

  • 37 A.D. I. et L., E 119.
  • 38 A.D. I. et L., E 66.

34Mais les réalités sociales de la province ont pu imposer une politique inverse : le régisseur de la terre de Pierrefitte, dans le nord de la province, écrit en 1777 ou 1778, que non seulement il faudrait séparer deux fermes récemment regroupées et les remettre à prix d’argent comme avant, « les deux fermes réunies ensemble faisant un trop gros objet pour le pays » mais aussi qu’il vaudrait mieux les confier à des « forains [...] les gens du pays sont paresseux et peu intelligents » ; ces deux métairies s’étendaient, en 1696, sur 117 arpents37. Les intendants des ducs de Choiseul et d’Aiguillon sont, eux aussi, plutôt partisans de réduire les exploitations qu’ils trouvent trop vastes. L’idée de diviser les terres à louer pour en obtenir un profit maximum apparaît de façon éclatante dans un rapport38 écrit en 1784 à propos du marquisat de la Bourdaisière dont Choiseul est propriétaire depuis 1768 ; l’homme d’affaires du duc à Paris et le régisseur du domaine y envisagent les différentes manières d’augmenter le revenu de la terre. Faute de paiement de la ferme, les baux de la métairie de la Daguet- terie (21 arpents de terre, 1 en vigne, 3 en prés et 11 de pâtureaux) et des terres de la Renardière (16,75 arpents de terre et 3 de pré), ont été résiliés ; le régisseur propose alors de louer ces biens par morceaux : les bâtiments et prés contre un loyer en argent, les terres pour une quantité fixe de froment, la quotité variant selon la qualité des sols ; on obtiendrait ainsi 450 lt au lieu de 260 pour la métairie, 254 au lieu de 180 pour les terres de la Renardière. À propos de la métairie de la Coste, composée de bâtiments, de 33,75 arpents de terre, 4 arpents 5 chaînées de pré, et louée en 1775 pour 480 lt, que le régisseur propose de relouer au même prix, l’homme d’affaires écrit :

« Les terres de cette métairie situées dans la paroisse de St Martin Le beau, où les terres sont rares et les fermiers sont abondants, avec 4 arpents de prez sont susceptibles d’une plus grande valeur que celle portée par le dernier bail ; et l’on croit qu’en les divisant par partie et les affermant à différents particuliers, la totalité pourroit être portée au moins de 6 à 700 livres ; il faudrait même voir si en les donnant à rente à des particuliers solides, on ne pourrait pas les porter plus loin. On est persuadé qu’en les donnant de cette manière on pourrait même les arrenter au moins 30# l’arpent, ce qui avec les prez, pourroit donner 11 à 1 200# au lieu de 480#. Mais pour assurer la perception de ces rentes, soit en grains, ou en argent, et plus particulièrement en grains, il faudrait ne les donner qu’à des propriétaires qui eussent des biens libres, suffisants pour répondre qu’ils affecteraient à la garantie des rentes ».

  • 39 « Instructions de Choiseul pour Chanteloup », BSAT, t. XXIII, 1926-1927, p. 294-310.

35Le duc donna son accord au projet en y apposant sa signature le 4 mars 1784. La « ferme-modèle » de Chanteloup, dont il surveille lui-même la gestion, n’a rien à voir avec ces toutes petites exploitations : elle s’étend sur 688 arpents de terre et 58 arpents de pré ; des méthodes très nouvelles y sont expérimentées39 pour y développer la « grande culture ».

  • 40 G. WEULERSSE, La physiocratie à la fin du règne de Louis XV (1770-1774), p. 121-122.

36Le but clairement affirmé est bien d’adopter les modalités de location les plus profitables et de tirer le meilleur bénéfice de l’augmentation du prix des céréales, même par des procédés que réprouvent agronomes et physiocrates40. La demande en terre est forte et les preneurs potentiels sont plus nombreux qu’aisés. C’est donc s’adapter aux conditions démographiques et économiques que de diviser les terres à louer, en constituant des métairies de taille réduite : des paysans presque démunis de moyens peuvent tenter de les prendre en métayage puisque dans ce système, le propriétaire consent une grande partie des « avances » nécessaires ; c’est ainsi que des domestiques disposant du petit pécule constitué par leurs gages peuvent « s’établir » ou que des paysans expulsés de leur location précédente peuvent retrouver une exploitation mais sont contraints d’accepter les conditions des propriétaires...

III - Les closeries : des exploitations spécialisées

  • 41 A.D. I. et L., C3.
  • 42 Neuillé-Pont-Pierre, Neuvy, Saint-Paterne et Saint-Christophe.
  • 43 A.D. I. et L., H 151.
  • 44 A.D. I. et L., C 11. Il semble que ce soit la terminologie angevine qui domine dans cette zone.
  • 45 A.D. I. et L., H 79.

37La culture de la vigne a donné naissance en Touraine à un type d’exploitation originale, la closerie qui comporte toujours une importante surface plantée en vigne. L’emploi de ce mot, très fréquent dans les régions d’Amboise et Tours, est beaucoup plus rare ailleurs. Dans le Chinonais, où la vigne, présente dans la majorité des exploitations, n’y occupe qu’une faible superficie, ce mot est peu courant dans les rôles du vingtième : ainsi dans chacune des paroisses de Rilly, Saint-Patrice, Saint-Michel, présentant des coteaux bien exposés au sud, deux closeries seulement sont citées41. Au nord de Tours, au-delà des paroisses de Mettray et de Monnaie, elles sont tout aussi rares ; dans les quatre grandes paroisses42 qui s’étendent au nord de Sonzay, seuls quelques seigneurs, ecclésiastiques ou laïques, possèdent une closerie dans leur domaine, sans doute pour produire leur propre vin : la mense conventuelle de l’abbaye de la Clarté-Dieu, en 1705, en comporte une, située dans la paroisse de Saint-Aubin43. Aux confins de l’Anjou, le qualificatif de « closerie » est bien employé mais désigne des exploitations qui ne comportent pas, ou plus, de vigne et qui ailleurs dans la province s’appelleraient plutôt « borderie »44. Ce mot n’est presque jamais utilisé au sud, en Lochois par exemple ; on en trouve encore dans la vallée de l’Indre, mais l’abbaye de Cormery, pourtant proche des régions où existent des closeries, n’en possède pas et n’a que des parcelles de vigne qu’elle donne en location ou exploite elle-même45.

  • 46 A.D. I. et L., E 83, Etat général des domaines... 1771.
  • 47 A.D. I. et L., E 85, registre de comptes du 20 septembre 1780 au 28 mai 1783 (non folioté). En mars (...)
  • 48 A.D. I. et L..E 135.
  • 49 A.D. I. et L., E 94, aveu de 1770.

38L’absence de ces exploitations spécifiques ne signifie nullement celle de la vigne ; où qu’ils aient leurs terres les seigneurs portent une grande attention aux clos situés dans leur parc ou les jardins, mais ils les font entretenir par des domestiques ou des journaliers. Dans le comté des Écotais, la vigne ne figure pas dans les exploitations agricoles ; mais selon l’inventaire dressé en 1771, elle occupe 10 arpents dans la terre d’Armilly et 8 dans celle de la Roche46, exploités en faire-valoir direct par des vignerons payés à façon47. Les métairies et borderies qui constituent la « réserve » de Sennevières, au sud, comportent toutes des morceaux de vigne : la métairie des Noires a trois arpents en vignes sur une superficie de 59,25 arpents48 ; sur les six borderies du domaine, cinq ont un quartier, et une un demi arpent, en vignes49 ; chaque paysan produit un peu de vin qui peut être bu ou brûlé en eau-de-vie.

  • 50 R. CAISSO, La vente des biens nationaux de première origine dans le district de Tours.

39Les exploitations dénommées « closeries » sont donc concentrées dans une zone géographique limitée aux régions de Tours et d’Amboise, sur les coteaux des vallées de la Loire, du Cher et de l’Indre et leurs abords. Elles sont évidemment absentes dans le fond des vallées. Les closeries sont particulièrement nombreuses autour des deux villes. Dans les registres du Contrôle des actes de Tours, en 1786 et 1787, ont été portées les mentions de 12 baux de closeries : sur les dix propriétaires bien identifiés, on trouve deux communautés ecclésiastiques, deux veuves, trois marchands, un bourgeois, un procureur à la Monnaie et le régisseur du duché d’Amboise. Les institutions ecclésiastiques de Tours en possèdent beaucoup, surtout près de la ville et au nord de la Loire ; d’après les ventes des biens nationaux de première origine dans le district de Tours50, elles en détiennent une centaine, dont les trois quarts dans les paroisses à forte dominante viticole de la proche banlieue.

Closeries ecclésiastiques dans la banlieue de Tours en 1790

Closeries ecclésiastiques dans la banlieue de Tours en 1790
  • 51 A.D. I. et L., E 115.

40Les closeries sont parfois associées à des métairies et forment un ensemble qui porte le même nom : à Mettray, en 1753, le « lieu, métairie et closerie » du Guéret est cédé pour 4000 lt51. Mais l’exploitation est menée de façon indépendante. Le travail de la vigne est considéré comme une tâche spécialisée qui demande trop de temps à certaines périodes de l’année pour qu’un exploitant puisse l’assurer en même temps que la culture des céréales. Les métairies ne comportent alors que très peu de vigne. Parmi les 231 métairies ou fermes devenues biens nationaux en août 1792, seulement 34,6 % (80 sur 231) ont quelques parcelles de vigne.

  • 52 A.D. I. et L., E 176. Le vendeur est marchand cirier à Tours.

41La superficie de ces exploitations est faible : elle dépasse rarement 10 arpents ; en 1785, dans les biens dépendant de la mense de Saint-Julien de Tours, quatre closeries totalisent 27,7 arpents, soit 6,6 arpents par unité ; la plus étendue atteint 13 arpents d’un seul tenant, et la plus petite 2,8. Dans le district de Tours, sur les 63 closeries ecclésiastiques dont on connaît la superficie, six seulement dépassent 10 arpents et 43 (68 %) n’atteignent pas 5 arpents. Leur valeur reste donc assez faible : sur les huit closeries vendues en 1766-1767 dans la circonscription du Contrôle des actes d’Amboise, aucune ne l’a été pour plus de 8 000 lt, le prix de vente moyen atteint 4 500 lt. Celle que le physiocrate Richard de Butré achète à Fonderas en 1762 ne vaut que 9 000 lt : elle comporte des bâtiments importants, mais en mauvais état, pour le maître et le closier, plusieurs jardins potagers en terrasse, deux puits, un pressoir à roue, deux cuves contenant en tout 25 poinçons et des caves pouvant loger 200 pièces de vin ; 5,3 arpents de vignes sont divisés en huit parcelles, s’y ajoutent 3 arpents en terre labourable et 2 en pré52.

  • 53 A.D. I. et L., E 198, pour les closeries de Joué et de Chançay.

42Une closerie comprend toujours des bâtiments d’habitation et d’exploitation. Il n’est pas rare que l’ensemble soit totalement ou partiellement troglodytique, en particulier aux environs de Tours. L’habitation comporte souvent un logement pour le propriétaire et un pour le closier, les deux ensembles étant séparés par une cour ou un mur ; il y a donc cohabitation du maître et du locataire, au moins au temps des vendanges ; les maisons de campagne qu’affectionnent les habitants de la ville sont bien souvent des closeries. Parmi les bâtiments figurent des caves, où se trouve le plus souvent un « pressoir en pierres », mais la présence de cuves est rarement mentionnée, elles sont en effet inutiles pour la vinification en blanc ; sont aussi notées des étables et des écuries, nécessaires en particulier pour abriter le cheval du propriétaire et l’âne du vigneron. L’ensemble des bâtiments avec la cour et un jardin entourés de murs forme ce que certains textes appellent la « cloison ». Les closeries comportent souvent en outre des terres labourables et parfois des prés. Parmi les closeries vendues comme biens nationaux de première origine, 32 sur 97 n’ont que de la vigne, elles sont surtout dans les paroisses proches de Tours : quatre sur dix à Saint-Cyr, huit sur quatorze à Rochecorbon, six sur treize à Saint-Avertin ; dans les autres, les terres labourables et les prés se trouvent en proportion très variable mais très réduite. Les closeries appartenant à des particuliers sont plus composites ; la closerie de la Tour-de-Joué, dans la paroisse de Joué, s’étend sur 2,75 arpents clos de fossés et de haies vives, tous en vigne en dehors du jardin et des différents bâtiments ; la closerie du Pont Volant, à Pont-Cher dans la même paroisse, a un peu moins de vignes mais leur sont adjoints un verger et un quartier de pré53.

  • 54 A.D. I. et L., C 11.

43Malgré la persistance des appellations on peut se demander si à la fin du xviiie siècle, toutes les exploitations dénommées closeries sont bien encore à dominante viticole. Le rôle du vingtième du district de Langeais montre l’existence dans dix communautés d’au moins 74 exploitations appelées « closeries » ; trois paroisses en concentrent 56,7 %54. Mais dans la description précise des éléments constituant l’exploitation, la vigne ne figure que dans un tiers des cas seulement (25, dont 13 à Cinq-Mars), alors que toutes ont des terres labourables et souvent des prés. Les paroisses où se situent ces closeries sans vigne sont sur le plateau ; les closeries avec vigne sont presque toutes sur le coteau de la rive nord de la Loire, à Cinq-Mars ou à Langeais. La viticulture s’est donc maintenue là où les conditions naturelles et économiques étaient favorables mais dans le cas contraire elle a disparu, sans que change l’appellation traditionnelle des exploitations qui deviennent alors semblables à celles du Maine ou du nord de l’Anjou, c’est-à-dire des borderies.

Notes

1 En Anjou ce terme est souvent synonyme de borderie.

2 R. MAURY, La vie agricole en Touraine. Étude géographique d’une évolution humaine et économique, t. II, p. 387.

3 M. NOBILE, La seigneurie rurale en Touraine à la fin du Moyen Age (vers 1380-vers 1540), p. 30. Les « gagneries » sont plus vastes ; elles sont peut-être à l’origine des métairies.

4 AD. I. et L., H 194, terrier de 1765.

5 A.D. I. et L., 2C, Loches 1788, vol. 91.

6 A.D. I. et L., H 878, terrier de la commanderie de Ballan, commencé en 1736, f° 174 à 176. Le « lieu » de la Chartrerie couvre 18,8 arpents, les deux métairies du domaine 50 à 55 arpents chacune.

7 A.D. I. et L., E 7.

8 A.D. I. et L., H 367.

9 L. MERLE, La métairie et l’évolution agraire de la Gâtine poitevine, p. 194-195.

10 A.D. I. et L., C 7.

11 A.D. 1. et L., H 194. La superficie et la composition des borderies sont attestées par des paysans qui sont tous locataires ou anciens locataires des lieux : 13 sont dits journaliers, deux sont charpentiers, un fendeur et un autre est fermier de la métairie du même lieu.

12 A.D. I. et L., E 110. Elle fut vendue 24 000 lt en 1766 à un conseiller du roi, lieutenant général au bailliage de Loches.

13 A.D. I. et L., C3.

14 Dans le terrier, la superficie totale de chaque exploitation est indiquée ; pour les borderies, elle correspond exactement au résultat de l’addition des différents éléments constitutifs. Pour les métairies, ce n’est jamais le cas ; les différences sont cependant limitées ; pour pouvoir ventiler les différentes parties, nous avons fait le total des chiffres détaillés.

15 A.D. I. et L., C 352.

16 A.D. I. et L., C 3.

17 En 1758, trois métairies du chapitre Saint-Martin sont louées chez Me Hubert ; l’une fait 23,8 arpents, une autre 54,2 arpents et la troisième, à Athée, 77 arpents.

18 A.D. I. et L., H 253.

19 A.D. I. et L., 3E6/nc, minutes Delaporte, bail du 23 mai 1763.

20 A.D. I. et L.,H 151.

21 La plupart des chiffres se terminent par 0 ou 5.

22 A.D. I. et L., E 20.

23 Dans la même région il possédait une métairie de 74,3 arpents, dont 70 en terres labourables, deux autres de 90,4 et 55 arpents et au moins deux closeries.

24 A.D. I. et L., C 101. Richard de Butré, originaire du Poitou, réside à côté de Tours.

25 A.D. I. et L., C 7, rôle du vingtième de Charnizay et Saint-Michel-des-Landes. Toutes les notices affirment que les plus grosses métairies ont trois charrues.

26 A.D. I. et L., C 101. C’est sans doute cet exemple que Butré a publié dans les Éphémérides du citoyen, t. X, p. 123, cité par J.-C. PERROT, « La comptabilité des entreprises agricoles dans l’économie physiocratique », AESC, 1978, n° 3, p. 578, n. 3 ; il faut préciser que des 1072 arpents de l’exploitation cités par J.-C. Perrot, 72 seulement sont cultivés.

27 J. DUPÂQUIER, « Le peuplement de l’élection de Tours à la fin du xviie siècle et au début du xviiie siècle », Actes du quatre-vingt-treizième congrès national des Sociétés savantes, t. II, p. 246.

28 Ce cas confirme que des métairies « privilégiées » n’ont pas été prises en compte.

29 Soit 3666,7 ha. Sa superficie cadastrale actuelle est de 3292 ha mais elle a été accrue en 1817. Même si les terres labourables étaient réparties uniquement entre les métairies, chacune n’en aurait que 96 arpents ; c’est une preuve supplémentaire de la médiocrité des métairies tourangelles.

30 Avant l’annexion de la commune de Vallières, la superficie de celle de Fondettes était de 2764 ha.

31 Elle fait partie du domaine de Méré dont le propriétaire est Landriève des Bordes, écuyer, secrétaire du roi, négociant propriétaire de parts dans différents navires armés à La Rochelle.

32 A.D. I. et L., E 117, inventaire des biens en date du 19 août 1779.

33 AD. I. et L., 2C, Amboise, 1766.

34 A.D. I. et L., H 91.

35 A.D. I. et L., E 109.

36 Id.

37 A.D. I. et L., E 119.

38 A.D. I. et L., E 66.

39 « Instructions de Choiseul pour Chanteloup », BSAT, t. XXIII, 1926-1927, p. 294-310.

40 G. WEULERSSE, La physiocratie à la fin du règne de Louis XV (1770-1774), p. 121-122.

41 A.D. I. et L., C3.

42 Neuillé-Pont-Pierre, Neuvy, Saint-Paterne et Saint-Christophe.

43 A.D. I. et L., H 151.

44 A.D. I. et L., C 11. Il semble que ce soit la terminologie angevine qui domine dans cette zone.

45 A.D. I. et L., H 79.

46 A.D. I. et L., E 83, Etat général des domaines... 1771.

47 A.D. I. et L., E 85, registre de comptes du 20 septembre 1780 au 28 mai 1783 (non folioté). En mars 1782, selon le marché pour l’entretien des vignes des Ecotais, les quatre façons sont payées 150 lt.

48 A.D. I. et L..E 135.

49 A.D. I. et L., E 94, aveu de 1770.

50 R. CAISSO, La vente des biens nationaux de première origine dans le district de Tours.

51 A.D. I. et L., E 115.

52 A.D. I. et L., E 176. Le vendeur est marchand cirier à Tours.

53 A.D. I. et L., E 198, pour les closeries de Joué et de Chançay.

54 A.D. I. et L., C 11.

Table des illustrations

Titre Superficie des métairies appartenant à la chartreuse du Liget
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17125/img-1.png
Fichier image/png, 84k
Titre Superficie des borderies appartenant à la chartreuse du Liget
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17125/img-2.png
Fichier image/png, 89k
Titre Taille moyenne des métairies dans la région de Chinon
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17125/img-3.png
Fichier image/png, 124k
Titre Superficie des métairies appartenant au clergé dans le « district » de Tours en 1790
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17125/img-4.png
Fichier image/png, 82k
Titre Répartition des métairies dans les élections de Touraine à la fin du xviie siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17125/img-5.png
Fichier image/png, 131k
Titre Distribution des paroisses (par élection) selon le nombre de métairies recensées à la fin du xviie siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17125/img-6.png
Fichier image/png, 195k
Titre Métairies et population à la fin du xviie siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17125/img-7.png
Fichier image/png, 128k
Titre Closeries ecclésiastiques dans la banlieue de Tours en 1790
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17125/img-8.png
Fichier image/png, 149k

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search