Version classiqueVersion mobile

Les campagnes de Touraine au XVIIIe siècle

 | 
Brigitte Maillard

Première partie. « Le jardin de la France » au XVIIIe siècle

Chapitre 3. L’emprise des « privilégiés » sur la terre

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Avant que dans la nuit du 4 août 1789 ne meure l’Ancien Régime social très peu de terres échappaient au système que les paysans désignent dans les cahiers de doléances par le terme de féodalité, sans distinguer ce qui relève du contrat de fief ou du pouvoir de ban. Pour étudier les modes juridiques de possession des terres il faut donc prendre en compte d’une part l’existence, dans la « mouvance » de la seigneurie, des droits des seigneurs qu’ils exercent en conséquence de leur « propriété éminente » et d’autre part la répartition de la propriété dite « utile » dont la jouissance leur échappe en fait. Ces deux aspects de la propriété sont évoqués dans les cahiers de doléances rédigés au printemps de 1789, qui exposent évidemment les griefs à l’encontre d’une situation ressentie comme de plus en plus injuste mais qui établissent bien une hiérarchie dans ses conséquences : si la domination seigneuriale peut être humiliante, l’accaparement de la propriété foncière par les non-paysans est la plus lourde financièrement.

I - Géographie et typologie seigneuriales

  • 1 On retrouve en Touraine tous les principes de la seigneurie tels qu’ils sont exposés dans les manue (...)
  • 2 J. YVER, « Les caractères généraux des coutumes de l’ouest de la France », RHDF, p. 27.
  • 3 A.D. I. et L., E 157. Un des descendants de la famille est en 1789 conseiller au grand Conseil, un (...)
  • 4 Carré de Busserolle en donne de très nombreux exemples.

2La coutume de Touraine, qui n’est pas oubliée au xviiie siècle, donne des définitions très précises des institutions seigneuriales1 « Nulle terre sans seigneur » (art. 145) : la règle s’applique à la Touraine comme aux provinces voisines ; l’expression « terre, fief et seigneurie » est couramment employée. La Touraine appartient, à quelques nuances près, au groupe des provinces de l’ouest de la France dans lesquelles « Fief et justice sont tout un »2. Nombreux sont les actes d’« aveu et dénombrement », de « reconnaissance de censive » ou de « titre nouveau de rente » conservés dans les archives notariales ou seigneuriales : ils sont passés par les tenanciers qui s’astreignent à les faire pour conserver leurs droits et qui sont bien appelés censitaires, et non « vassaux » comme en Bretagne. Les roturiers propriétaires de terre noble paient encore le franc-fief : J. Poirier, président en l’élection de Richelieu, le doit pour sa terre et seigneurie de la Ripaudière qui est une « métairie noble » ; cette famille en pleine ascension sociale a tout intérêt à accomplir, malgré son coût, cette démarche qui marque le caractère noble de son bien3. Les registres de comptes de communautés religieuses prouvent que l’intérêt financier de la seigneurie n’est pas oublié. Les terriers, dont malheureusement un grand nombre a disparu, montrent que les seigneurs sont attentifs non seulement à faire rendre les aveux, à faire payer les cens et rentes mais aussi à exiger ces droits pittoresques et bizarres4, souvent considérés comme caractéristiques de la seule Bretagne, cette province « conservatoire » du système.

1 - La hiérarchie des seigneuries

  • 5 R. MOUSNIER, Les institutions de la France sous la Monarchie absolue, t.I, p. 373. Selon l’édit de (...)
  • 6 Les lettres d’érection en marquisat des terres que possède Fortuné Guillon de Rochecot figurent en (...)
  • 7 Sont créés : en 1746, le marquisat de Verneuil au profit de Chassepou, en 1757 celui de Beaumont po (...)

3La hiérarchie seigneuriale est bien vivante au xviiie siècle et connaît encore des évolutions : certaines seigneuries sont érigées par le roi en terre titrée5. La géographie judiciaire est ainsi modifiée par l’attribution de la haute justice à des seigneurs qui n’en disposaient pas encore ; leur dignité et leur pouvoir en sont accrus : Rolland des Écotais veut sans doute faire ériger ses terres en fief de dignité mais aussi s’affranchir « de la directe, ressort et suzeraineté » de la prévôté d’Oé dont relève sa terre de la Roche- Racan6. Ont été ainsi établis au xviiie siècle au moins un comté, trois marquisats7, mais surtout un duché-pairie : en 1764, la baronnie d’Amboise est élevée à ce rang au profit du duc de Choiseul, après qu’il eût échangé cette terre contre celle de Pompadour ; son rival d’Aiguillon n’a jamais possédé à Véretz qu’une simple baronnie. La province avait déjà connu au siècle précédent la création du duché-pairie de Luynes mais surtout de celui de Richelieu qui regroupait au moins cinq baronnies et un comté. Dans les trois cas, des serviteurs de l’État sont ainsi récompensés.

  • 8 Le mémoire de 1698 énumère les duchés, les marquisats, les comtés et vicomtés, les baronnies en sui (...)
  • 9 Les lettres patentes pour l’érection du duché sont datées du 16 février 1764.
  • 10 J.-P. LABATUT, Les ducs et pairs de France au xviie siècle, p. 267. « Le“duché” de Loudun venu d’un (...)
  • 11 Ce sont les comtés de Buzançais, de Montrésor, de Tours et ceux de Mézières et de Palluau tous deux (...)
  • 12 D’après le mémoire sur la généralité en 1762-1766, le comte d’Argenson acheta la vicomté à M. André (...)

4L’importance de la pyramide seigneuriale est affirmée par la place que l’énumération des terres titrées tient dans les différents mémoires sur la généralité ; elle figure même dans le Tableau de 1762-17668 Selon ce texte, la Touraine comptait cinq duchés-pairies, sept marquisats, trois comtés et deux vicomtés, ainsi que 28 baronnies dont plusieurs avaient été unies à d’autres terres. Après le duché-pairie de Touraine depuis longtemps rattaché à la Couronne, celui d’Amboise est sans doute le plus important9 : il s’étend sur deux châtellenies, deux prévôtés, 146 fiefs, et le bailliage seigneurial a été substitué au bailliage royal ; il fait aussi l’objet d’une politique d’agrandissement et d’une gestion très attentives. Les duchés-pairies de Montbazon et de Luynes ont chacun un ressort judiciaire de 10 à 12 paroisses en première instance mais qui s’étend bien au-delà pour les appels. Les Rohan-Guémenée possèdent celui de Montbazon, le premier de Touraine, et les baronnies de Sainte-Maure, La Haye et Nouâtre ; les baronnies de Rochecorbon, Saint-Michel-sur-Loire et Semblançay appartiennent, ainsi que le duché-pairie de Luynes, à la famille d’Albert de Luynes. Les la Trémoille détiennent le duché de Loudun10. Tout comme les duchés-pairies, les trois duchés anciens sont donc encore aux mains de familles de vieille noblesse. Quant aux marquisats, de chacun il dépend entre 10 et 45 fiefs ; dans leur juridiction directe, ils ont entre 3 et 17 paroisses. Les trois marquisats vraiment tourangeaux sont aussi la propriété de familles nobles, parfois en ligne féminine, la femme du comte d’Estaing étant seigneur de Château-Renault. Aux cinq comtés du début du siècle11, s’ajouta en 1755 le comté de la Roche-des-Ecotais. Le comté de Montré- sor, le plus important, appartenait vers 1760 au duc de Beauvillier comte de Saint-Aignan. La vicomté de Paulmy faisait partie du patrimoine de la famille d’Argenson, qui y ajouta en 1735 la terre de la Guerche12.

  • 13 F. BLUCHE, L’origine des magistrats du parlement de Paris au xviiie siècle, p. 189-190. Il l’avait (...)
  • 14 La baronnie de Champchevrier n’existait pas encore en 1698.
  • 15 J.-X. CARRE DE BUSSEROLLE, Dictionnaire historique, géographique... de l’ancienne province de Toura (...)
  • 16 A.D. I. et L., C 893.
  • 17 A.D. I. et L., E 97.

5C’est au niveau des baronnies qu’apparaissent des propriétaires ecclésiastiques. Des 24 baronnies, sept sont tenues par le clergé, dont la plus importante, celle d’Artannes, par l’archevêque de Tours ; sept avaient été réunies à des duchés-pairies, comme celle de l’Ile-Bouchard absorbée par le duché de Richelieu. Parmi les autres propriétaires, figurent plusieurs grands noms de la noblesse française : le duc de Villeroy, les marquis d’Argenson et de Dreux, le duc de la Vallière. Le président de Gallifet, d’une vieille famille d’officiers au parlement13, détient la baronnie de Preuilly, première en Touraine. Même dans cette catégorie peu sont possédées par des familles de noblesse plus récente14 ; en 1728, J.-B. de la Rüe du Can, anobli par charge de secrétaire du roi en 1719, achète au duc de Roquelaure baron de Montesquiou, qui vient d’en hériter, la terre de Champchevrier qui est érigée en baronnie en 174115 ; en 1789 sa famille la possède encore mais Ducan de Champchevrier se présente comme un gentilhomme pauvre : il est contraint de vivre chez son père, faute de ressources suffisantes pour élever ses quatre enfants16.Vers 1750, la baronnie du Grand-Pressigny est aux mains de Pierre Masson de Maisonrouge, écuyer, conseiller du roi, receveur général des finances de la généralité d’Amiens ; la baronnie de Senne- vières appartient à une famille de noblesse récente, puisque le marquis de Bellefonds descend de J.-B. Gaullepied, mort vers 1710, seigneur de Villeroy, lieutenant au bailliage présidial de Tours, dont le fils Guillaume fut, en 1710, qualifié d’écuyer17.

  • 18 J.-P. Labatut, op. cit., p. 283.

6Il est clair qu’au milieu du xviiie siècle, aucune des principales seigneuries de la province n’est la propriété d’un bourgeois ; les grandes familles gardent des possessions en Touraine qui fait partie de la zone où les grands fiefs de dignité sont « en grande densité »18. Il faut attendre les années 1780 pour voir, grâce au démembrement du duché de Montbazon, quelques terres passer entre les mains de « parvenus ». La bourgeoisie tourangelle n’a pas les moyens d’acheter de gros domaines ; les grandes familles de financiers ont quitté Tours depuis longtemps ; les officiers du Roi sont d’une fortune bien médiocre. Aucun facteur d’ordre économique ou financier ne peut attirer des étrangers.

  • 19 AD. I. et L., C 894, réponses à l’enquête de la commission intermédiaire de Touraine.
  • 20 A. SERRANO, La haute justice du duché-pairie de Luynes 1770-1775, p. 145.

7Ces grandes seigneuries sont divisées en d’innombrables châtellenies et simples fiefs. Il est très rare que les territoires respectifs de la seigneurie et de la paroisse coïncident. La situation la plus courante est celle d’une paroisse où existent de trois à six fiefs ; un cas de morcellement extrême est celui de la paroisse de Ballan au sud de Tours, dont le seigneur est le chevalier des Pictières, mais qui compte 18 autres fiefs, ou encore celui de Limeray dont le duc de Penthièvre est seigneur, mais qui est subdivisée en 14 fiefs19.Entre 1770 et 1775, parmi les parties des affaires civiles jugées par le duché-pairie de Luynes, figurent 140 seigneurs20.

  • 21 B.M. Tours, ms 1429. Il s’agit d’une copie réalisée en 1838 par Lambron de Lignim à partir de la bi (...)

8Il n’existe pas pour le xviie siècle de récapitulation générale des fiefs de Touraine ; le « rôle des fiefs » de la province indique pour le milieu du xviie siècle un certain nombre de fiefs ou « fiefs et seigneuries », d’après les aveux rendus au lieutenant de Touraine en 1639-164021. Pour un groupe de 231 paroisses situées en Touraine historique, on compte 1824 fiefs ; leur effectif par paroisse va de 1 à 46. À Langeais, on trouve au moins 44 fiefs et deux dîmes inféodées. La géographie seigneuriale est particulièrement complexe dans le nord de la province : trois paroisses partagées entre plus de 30 fiefs sont très proches du Maine : Saint-Christophe (27 fiefs), Neuillé-Pont-Pierre (30 fiefs) et Neuvy-le-Roi (43 fiefs).

Répartition des fiefs selon les paroisses en 1639-1640

Répartition des fiefs selon les paroisses en 1639-1640
  • 22 A.D. I. et L., C 894.
  • 23 A.D. I. et L., 3E24/79, minutes Leroux, acte d’éventillement des lieux et seigneuries de la Guer- r (...)
  • 24 A.D. I et L., E 119, état de la terre et seigneurie de Pierrefitte, le Plessis-Auzouer... rédigé ve (...)

9La géographie seigneuriale semble identique à la fin du xviiie siècle. Dans les 28 communautés où la situation est connue en 1787, on dénombre au moins 176 fiefs, soit 6,3 par paroisse ; 12 communautés en comptent cinq au maximum, 13 en ont entre 6 et 10, et une 19 fiefs (Ballan déjà citée)22. Nombreux sont au xviiie siècle les fiefs minuscules ; Louis de Maussabré possède à Coulangé le « fief et métairie du Couldray » dont le rapport total est estimé 298 lt en 1771 ; grâce à cette seigneurie il touche en 1759 24 lt de lods et ventes ; à Monts, il détient le fief de la Guerrie relevant du château d’Esvres sur lequel il a droit de basse justice avec « les droits qui en dépendent et de faire tenir assises, conformément à la coutume, droit de fuye y en ayant eu anciennement suivant les anciens titres », et dont la réserve comporte une métairie de 47 arpents en terre, prés et taillis23 : ce n’est rien de plus qu’une « métairie noble » qui a droit de basse justice. Maussabré est le prototype de ces petits seigneurs peu fortunés dont les pouvoirs sont faibles mais qui les exercent. Ces « métairies nobles » à « foi et hommage simple » sont également nombreuses dans le nord de la province : de la seigneurie du Plessis-Auzouer, dépendent une dîme inféodée, 17 métairies ou « lieux » et deux moulins dont chacun doit « foi et hommage simple » et quelques sous de service annuel ou « un roussin de service à muance de seigneur » ; quelques « lieux » ont droit de basse justice avec « droit de chasse à lièvre et connil [ou] autres bêtes à pied rond » et droit de pêcherie24.

2 - De nouveaux seigneurs au xviie siècle ?

  • 25 A.D. I. et L., 2C Amboise, 1766 (actes enregistrés le 15 novembre et le 1erdécembre). Dans les deux (...)

10Les sondages opérés dans les registres de formalités n’ont pas permis de retrouver de nombreuses transactions foncières portant sur des seigneuries petites ou moyennes. En 1782 et 1783, au Contrôle de Loches, deux ventes apparaissent : la seigneurie du Courbat, au Liège, est cédée par M. de Marolles père, pour 60 000 lt dont 10 % pour les bestiaux et le mobilier ; la seigneurie de Silon à Orbigny est vendue 10 360 lt. Dans la région de Chinon, maître Degonne, notaire de la baronnie de Chinon, ne rédige entre 1771 et 1789 aucun acte de vente d’une seigneurie. En novembre 1766, au bureau d’Amboise, sont transcrits deux actes de vente de seigneurie ; ils témoignent de l’activité d’un rassembleur de terres qui ne néglige aucune opportunité. Le « lieu, métairie, fief et seigneurie de la Fontaine du Saule », situé dans les paroisses de Saint-Denis et de Saint-Règle est cédé par Cormier de la Picardière, lieutenant général à Tours, pour 20 684 lt ; quelques jours plus tard la « terre, fief et seigneurie » de Lauconnière, paroisse de la Croix, est vendue par le seigneur de Brandy pour 62 000 lt25. Dans les deux cas l’acheteur est le duc de Choiseul. C’est lui encore qui prend possession de la seigneurie de Montrichard, la Tour d’Argy et Chissay acquise du marquis de Chabanais le 15 avril 1767 ; c’est lui aussi qui devient au même moment propriétaire de la terre d’Apremont et de la Roche Gargé à Souvigny ; en 1768, il échange la seigneurie de Cinq-Mars contre les terres de Thuisseau, Montlouis, la Bourdaisière et Husseau. La concentration foncière est nette.

  • 26 A.D. I. et L., C 6. Vers 1770, le revenu net du comté de Reignac imposable au vingtième est de 18 1 (...)
  • 27 A.D.I. et L., E 130.
  • 28 A. MONTOUX, « Le vieux château de Roncé », BSAVC, t. VIII, p. 517.

11À un niveau moins élevé, quelques nobles de famille ancienne développent la même stratégie d’achat. En 1710, Louis de Barberin, déjà comte de Reignac, acquiert des enfants et héritiers d’Adrien Luthier, écuyer, seigneur d’Armançay, la terre et seigneurie du même nom26 ; le prix est faible, 20 000 lt, mais tout le domaine est en ruine et les créanciers se font pressants27 ; la même année, la terre du Breuil lui est cédée. En 1743, le marquis de Roncé achète au duc d’Orléans, premier prince du sang, la terre de Cravant qu’il agrège à sa seigneurie de Panzoult28. En 1745, M. des Écotais achète la terre de la Roche-Racan. Les familles de noblesse de robe suivent, semble-t-il, la même politique. En effet, pendant toute la période étudiée mais surtout à la fin, certains profitent de problèmes dus à des successions mais plus souvent encore à l’endettement, qui entraînent le démembrement d’ensembles fonciers. En 1741 Philippe le Haye de la Folaine constitue un vaste ensemble foncier en achetant, pour l’ajouter aux terres de la Folaine et de Chédigny héritées de son père, la terre et seigneurie d’Azay ; dès 1750, ses héritiers, la famille de Conflans, cèdent ces domaines à Testard Desbournais, écuyer, Président trésorier de France général des finances et grand voyer de la généralité de Tours, pour 180 000 lt, dont 43 000 doivent servir à payer les dettes de la succession. Beaucoup plus importante est la cession de la seigneurie de Pont-de-Ruan en 1779 : la veuve de René de Péan, « seigneur de Pont-de-Ruan, Saché, Valesne et autres lieux », doit liquider les dettes de la communauté dont le montant atteint environ 400 000 lt, car les créanciers se font pressants ; l’acquéreur est, pour 57 000 lt, la veuve de Landriève des Bordes, écuyer, secrétaire du roi à la chancellerie du conseil supérieur de Poitiers, mort en mai 1778. Cette femme poursuit la politique foncière de son mari qui avait déjà acquis à partir de 1773 de très nombreuses petites parcelles mais aussi en 1774, pour 73 620 lt, la terre de Méré à Artannes cédée pour cause d’endettement.

  • 29 A.D. I. et L., E 323.

12Ce phénomène de transfert s’accentue dans la décennie 1780 qui connaît plusieurs ventes de seigneuries importantes pour cette même raison : en décembre 1789, est annoncée la licitation de la terre d’Azay par Henri de Courtemanche, baron d’Azay-le-Rideau, unique héritier de sa mère Madame de Vassé ; en septembre 1791 elle passe aux mains de Charles de Biencourt pour 340 000 lt. La masse des terres cédées par des nobles pour acquitter des dettes dans la décennie 1780 est accrue de façon notable par les conséquences de la faillite des Rohan qui vendent en 1780 et 1781 la plupart de leurs biens tourangeaux pour une somme de 752 990 lt29. L’opéradon la plus intéressante à étudier concerne la seigneurie de Narbonne à Joué ; les pièces cédées sont de tailles différentes : un Trésorier de France achète deux fiefs pour 600 lt mais le principal acquéreur, Taschereau des Pictières, déjà seigneur de la Carte à Ballan, obtient la seigneurie de Narbonne pour 70 000 lt ; il en règle 20 000 lt en nature : la vente est en partie un échange et une transaction entre deux seigneurs ; les 50 000 lt restantes sont déjà entre les mains du procureur des Rohan ; des Pictières devient ainsi seigneur avec moyenne et basse justice. Les autres biens cédés sont situés dans des paroisses avoisinantes ; deux ventes portent sur des bois et une sur un pré, quatre sur de simples fiefs et trois sur de grosses seigneuries. Celle de Couziers à Montbazon, qui a droit de haute justice, est vendue pour 312 000 lt ; dans sa très vaste réserve, les bois occupent une large place. Le seigneur d’Athée achète pour 44 000 lt le fief de Brandon situé dans cette paroisse, sans doute pour agrandir ses domaines, et il paie 110 000 lt pour la terre de Thorigny à Veigné, sans les bois déjà cédés ; la composition de cette seigneurie est tout à fait traditionnelle : un manoir avec fuye et terres, une métairie et un « lieu », des dîmes, des cens, rentes et droits divers dont 24 corvées, un droit de pêche et la haute, moyenne et basse justice. Parmi les 13 acheteurs, trois sont roturiers et acquièrent des morceaux de pré ; il s’agit d’un procureur de Tours, d’un imprimeur d’Angers et du chirurgien Bretonneau « chirurgien de S.A.R ». Les neuf autres se disent écuyer dans deux cas, chevalier pour sept ; on y trouve deux officiers de finances dont un Trésorier de France honoraire, deux conseillers secrétaires du roi, Aubry, chevalier, seigneur de Beauvais et inspecteur des manufactures, et Taschereau des Pictières, seigneur de la Carte à Ballan et directeur de la pépinière du Plessis.

  • 30 J.-X. CARRE DE BUSSEROLLE, Armoriai général de Touraine.DE LAROQUE ET DE BARTHELEMY, Catalogue des (...)

13On constate donc non l’intrusion de « nouveaux venus » ou bourgeois « parvenus » dans la géographie féodale mais une redistribution des seigneuries. Toutes ces transactions immobilières se font au sein même de la noblesse ; les vieilles familles cèdent leurs terres à des lignées d’origine locale et de noblesse plus récente. Celles-ci ne subissent pas la concurrence des familles de hauts magistrats, mais plutôt celle d’officiers de finances plus riches dans la province que les juges du présidial de Tours ou des bailliages locaux. À la fin de l’Ancien Régime, les seigneurs principaux des paroisses sont presque partout encore des nobles ou des institutions ecclésiastiques. Dans les quatre élections proprement tourangelles, selon les noms de « seigneurs de paroisse » fournis en 1787, au moment de la formation des municipalités rurales, ou en 1789, sur 224 seigneurs 56, soit un quart, sont des institutions ou communautés religieuses, 65 (73,7 %) sont des nobles et trois seulement (1,3 %), ne sont nulle part qualifiés de chevalier ou écuyer30. Les grands seigneurs comme les princes de Rohan, les ducs de Luynes et de Chevreuse, Mademoiselle de Sully ou le marquis d’Argenson ne résident pas en Touraine mais pour gérer leurs domaines ils emploient des intendants ou des hommes d’affaires plutôt que des fermiers généraux, les rapports sont donc restés beaucoup plus traditionnels.

14L’emploi, impropre à la limite, du terme de « seigneur » dans les baux, quand il s’agit en fait du propriétaire, montre bien la confusion qui règne entre les deux « niveaux » de la propriété ; mais il est aussi révélateur de la présence des privilégiés dans la seigneurie qui est une forme de pouvoir.

II - Les privilégiés « aux champs »

  • 31 A.D. I. et L., C 894. Beaucoup de cahiers reprennent les thèmes développés dans la réponse au quest (...)
  • 32 A.D. I. et L., L 193. En réalité en Touraine il n’y a que deux villes franches : Tours et Richelieu
  • 33 « Cahier de doléances de Bréhémont », BSA VC, t. V, 1946-1947.

15Dans les cahiers de doléances, la répartition de la propriété foncière suscite de longs développements : la concordance est frappante31 pour les trois critiques le plus souvent développées. Une grande partie du territoire est aux mains de « privilégiés » de tous ordres : dans ce groupe sont compris les seigneurs du lieu, les ecclésiastiques et les « bourgeois » des villes franches, dont Tours au premier chef, qui ne participent pas comme ils le devraient au versement des impôts royaux. Ils accaparent les meilleurs fonds comme bois et prés, mais aussi les principales exploitations, les métairies ; enfin leurs biens s’accroissent sans cesse alors que le montant de la taille, fixé en un temps où la propriété paysanne était plus développée, n’a pas été réduit en proportion du recul de celle-ci. Les paysans ne possèdent donc que des « borderies » et des parcelles de superficie et de qualité médiocres qu’ils sont peu à peu obligés de vendre ; leurs biens sont surchargés de rentes diverses ; le nombre de paysans sans terre augmente. Les cahiers des communautés situées près de Tours et dans la vallée de la Loire insistent particulièrement sur ce point et avancent des chiffres : les propriétés des paysans couvrent moins du tiers de la paroisse et parfois même pas le neuvième. Dans la vallée de la Loire, les propriétaires « privilégiés » et « forains » possèdent au moins les deux tiers du sol, par exemple à Montlouis. À Saint-Martin-le-Beau, à Montlouis ou à Esvres, la propriété des bois échappe aux paysans ; à Monts le cas des prés est cité. À Vallières-lès- Grandes les habitants ne détiennent que 35 % du sol ; un quart d’entre eux (27 %) n’a aucun bien. À Reugny ou Neuillé, les propriétaires privilégiés ou « forains » possèdent les trois quarts du sol ; il reste aux taillables 22,2 % des terres labourables, 20 % des prés et des bois, 60 % des vignes. Les habitants d’Azay-sur-Cher ne conservent plus qu’un « demi tiers » des terres, le reste étant passé aux mains du clergé et des « bourgeois des villes franches »32. Dans un terroir particulièrement riche, celui de Bréhémont, les terres labourables appartiennent pour moins d’un quart (23 %) aux habitants, pour un tiers aux « bourgeois » et pour 44 % à la noblesse et au clergé33. Dans les zones plus isolées, les contrastes sont moins nets mais ils retrouvent leur force là où dominent de grosses communautés religieuses, chartreuse du Liget ou abbaye de la Clarté-Dieu par exemple. Ces chiffres sont trop précis pour avoir été inventés pour les besoins de la cause ou être le fruit d’une estimation ; les rédacteurs des cahiers peuvent les avoir trouvés dans les rôles du vingtième. Ces derniers semblent être la source idéale pour l’étude de la répartition de la propriété foncière dans la seconde moitié du xviiie siècle.

1 - Les rôles de l’impôt du vingtième

  • 34 Cette déduction a été portée à 1/12 en 1778 ; pour les moulins elle est restée de 25 %.
  • 35 M. MARION, Les impôts directs sous l’Ancien Régime, p. 287-292.
  • 36 Certains ont sûrement été établis à partir des rôles du « dixième ».
  • 37 A.D. I. et L., C 12, lettre du 5 novembre 1772.
  • 38 Les rôles du vingtième ont été conservés pour 50 paroisses de l’élection de Loches (y compris la vi (...)
  • 39 M. MARION, op. cit., p. 102.
  • 40 A.D. I. et L., C 12. Le 30 janvier 1772, Terray écrit à Du Cluzel que le vingtième de la généralité (...)

16Le vingtième des biens-fonds porte sur le revenu net des terres, quelle que soit leur nature ; celles de l’Église sont exemptées jusqu’à 1790, date à laquelle apparaissent sur les rôles des compléments qui concernent les biens appelés « privilégiés » situés dans la paroisse et désormais soumis à l’impôt ; ils permettent de calculer la part du revenu des ecclésiastiques mais on ne peut en distinguer les dîmes, les rentes diverses, le « gros » éventuellement... Déterminé à partir de la déclaration des propriétaires sur la base des actes notariés faisant foi, l’impôt tient compte des rentes dont la terre peut être chargée et d’une déduction forfaitaire du quinzième34 pour « réparations ». Dans les premières années on a utilisé les rôles du « dixième », rétabli en 1741 et supprimé par l’édit de mai 1749 qui crée le vingtième35. En Touraine au moins, de nouveaux rôles ont été dressés dans les années 1764 et 176536, en conséquence de l’édit « qui ordonne le dénombrement des biens-fonds du royaume [...] avec la cessation du troisième vingtième ». Mais selon Terray, en 1772 dans la généralité, « l’imposition est encore pour la majeure partie établie sur les minutes de 1736 »37. Les rôles sont sans cesse corrigés38 ; vers 1773-1774, toutes les cotes, sauf les plus faibles, sont revues en hausse ; il s’agit visiblement des effets de la politique de Terray39. Par conséquent, l’augmentation du produit de l’impôt reflète davantage celle des exigences du ministre que celle du revenu foncier, qui existe cependant aussi40.

  • 41 J. LOUTCHISKY, La propriété paysanne en France à la veille de la Révolution (principalement en Limo (...)
  • 42 P. de SAINT-JACOB, Les paysans de la Bourgogne du nord au dernier siècle de l’Ancien Régime, p. 494
  • 43 G. BEAUR, Le marché foncier à la fin de l’Ancien Régime, p. 12-13.

17J. Loutchisky a voulu « réhabiliter » ces documents et les a utilisés pour étudier la répartition de la propriété foncière dans le centre de la France41 ; mais en Touraine les rôles n’ont pas la qualité de ceux dont il a disposé et méritent toutes les critiques émises par P. de Saint-Jacob42. Il est en fin de compte moins difficile de connaître le mouvement du marché foncier car, sous des apparences plus diffuses, les archives du Contrôle des actes et autres formalités permettent une approche plus précise et plus complète de l’évolution de la propriété43.

  • 44 B. Garnier, « Les hommes et la terre dans le bocage normand », Actes du 105e congrès national des S (...)
  • 45 A.D. I. et L., C 3. Le bien qui figure sous la cote 101 du rôle de Savigny-en-Véron a 17 propriétai (...)
  • 46 A.D. I. et L., C 3. A Bréhémont, « l’article » 196 est formé de la réunion des n° 3 et 5 qui sont r (...)

18En effet, dans la pratique la réglementation pour la confection des rôles du vingtième a été le plus souvent très mal respectée. Un gros travail de vérification a ensuite été accompli mais le résultat fait que d’innombrables corrections, surcharges et ratures rendent le rôle presqu’illisible. Les biens d’un même propriétaire doivent être imposés non dans sa paroisse de résidence mais dans chacune des paroisses où ils se trouvent ; les rôles ne peuvent donc nous renseigner que sur les biens possédés à l’intérieur d’une seule paroisse, et non sur l’ensemble de la fortune foncière de chaque individu. Un des problèmes majeurs vient des indivisions44 dues aux partages successoraux qui n’ont pas été matérialisés : un nom unique est barré et remplacé par deux, trois et parfois six noms45, dont on ne peut être sûr qu’ils désignent des ayants droit égaux entre eux ; parfois il est simplement noté « les héritiers de... » ; ainsi le nombre des cotes devient inférieur au nombre des propriétaires réels et ne nous indique qu’un minimum sûr. À l’inverse les réunions de cotes, plus rares, entraînent souvent la création d’un nouvel « article » sans que l’ensemble soit renuméroté46. Comment alors tirer des conclusions précises d’une comparaison entre le nombre de cotes du vingtième et l’effectif des « feux » de la paroisse ?

  • 47 A.D. I. et L., C 3. À Saint-Benoît-du-lac-mort, les éléments composant la seigneurie de Beugny sont (...)
  • 48 AD. I. et L., C 7 ; en 1782, Courtalon écrit ainsi à l’employé qui a vérifié le rôle de Saint-Quent (...)
  • 49 M. MARION, op. cit., p. 367-368.

19Les problèmes concernant les revenus déclarés sont nombreux. Le tarif qui doit être établi par les contrôleurs des vingtièmes pour chaque paroisse est le plus souvent absent. La superficie ou la qualité des biens n’est pas toujours notée. Les revenus des locations à moitié-fruits doivent être recalculés pour être fixés à leur exacte valeur. Le contrôleur se contente parfois d’une énumération : c’est souvent le cas pour les biens du seigneur47 qui lui en impose facilement ; il doit aussi obéir aux ordres du directeur qui vérifie son travail et le somme de corriger certaines cotes48. Les contestations dont il est resté trace dans les rôles émanent toutes des grands propriétaires. Quand il existe le tarif permet-il de bien juger du revenu net de la terre ? Des instructions précises sont fournies en 177649 : les frais de culture et de récolte doivent être estimés à la moitié du produit brut qui ne comporte pas celui des productions annexes (volailles, fruits, bestiaux...) ; la valeur financière de la production est à calculer sur la moyenne des prix observés entre 1747 et 1767. Mais faute d’autres documents - la taille tarifée n’ayant pas été appliquée - le décompte des cotes et le calcul de leur répartition proportionnelle selon les valeurs peuvent donner quelques indications sur le nombre de propriétaires et sur la répartition des revenus de la « rente foncière » considérée au sens large.

2 - Approche géographique

  • 50 A.D. M. et L., C 327. L’Anjou qui couvre 39,8 % de la superficie paie 42,2 % du vingtième et pour l (...)

20En 1787, la Touraine, qui couvre 27,7 % de la généralité, paie 18 % du total des taille, corvée et capitation et 19,35 % des vingtièmes des biens- fonds50. Elle verse donc moins que sa part proportionnelle des vingtièmes des biens fonds : son terroir comporte peu de prés, de vignes ou de cultures « industrielles ». La comparaison, possible au milieu du siècle, entre la répartition de la taille et celle des vingtièmes suivant les élections donne une idée de la valeur des terres, mais il faut rappeler que la ville de Tours est franche de taille et le clergé ne paie pas les vingtièmes.

21Le contraste est violent entre les élections de Tours et de Loches ; la présence de la vigne et des cultures spécialisées des varennes dans la première explique sans doute qu’elle paie le tiers des vingtièmes pour moins d’un quart de la surface, tandis que la pauvreté des sols du Lochois fait qu’il ne verse que 15 % de l’impôt.

Répartition des impôts de la taille et des vingtièmes des biens-fonds selon les élections vers 1762-1766(en%)

Répartition des impôts de la taille et des vingtièmes des biens-fonds selon les élections vers 1762-1766(en%)

22Les compléments apportés sur le rôle du vingtième en 1790 permettent d’avoir une vue plus complète de la situation, en particulier en Lochois où la comparaison entre les vingtièmes payés en 1790 par les non-privilégiés et le clergé montre que celui-ci possède en valeur la majorité des terres dans 23,5 % des communautés. Le phénomène est net quand une abbaye importante est située dans la paroisse : ainsi le vingtième des privilégiés atteint 88,4 % du total à Chemillé et 64 % à Coulangé. Dans 59 % des paroisses le clergé détient entre 20 et 50 % de la valeur des terres.

  • 51 Si on y ajoute la cote de l’abbaye de Villeloin, la part des religieux atteint 76 %.

23Dans cette région, les établissements religieux sont nombreux et semblent bien dotés en terres. Parmi les monastères d’hommes, l’abbaye de Villeloin et la chartreuse du Liget ont de très vastes domaines, pour l’une dans au moins 11 paroisses et pour l’autre 21. À Chemillé, la chartreuse paie en 1790 630 lt de vingtième, soit 71,3 % du total de la paroisse, ce qui lui confère une position dominante sans équivalent en Touraine51 ; l’abbaye de Villeloin possédant aussi quelques biens, ces deux institutions devaient verser en 1790, 79 % du vingtième de Chemillé. À Coulangé, le vingtième de l’abbaye du même nom constitue plus de la moitié de l’impôt (52,5 %). Dans quatre paroisses au moins, la cote de ces deux communautés, qu’elles soient seules ou deux à posséder des biens, dépasse 30 % de l’impôt.

24Chez les femmes, la même situation existe, bien que moins nette, pour les dames Viantaises de Loches : en 1790, elles ont dans 16 paroisses des biens dont le revenu est estimé à plus de 16 000 lt ; elles acquittent comme part d’impôt dans chaque paroisse :

  • à Saint-Hippolyte,41,4 %
  • à Saint-Laurent-de-Beaulieu,38,7 %
  • à Saint-Flovier,22 %

25D’autres institutions religieuses, moins richement dotées, sont aussi en situation dominante mais dans une seule paroisse : l’abbaye de Beaulieu dans la paroisse Saint-André de cette ville ou le séminaire Saint-Charles de Tours à Bossée où sa part du vingtième de 1790 atteint 22 %. Toutefois cette prépondérance ecclésiastique ne concerne qu’un nombre restreint de paroisses.

26Les privilégiés laïques sont peu nombreux en Lochois ; il n’existe dans les paroisses rurales qu’une ou deux cotes, attribuées le plus souvent à un noble ou à un simple seigneur ; mais elles représentent une fraction élevée de l’impôt. On peut trouver quelques exemples de propriétés seigneuriales importantes : à Verneuil, le marquis du lieu acquitte les deux tiers de l’impôt ; à Paulmy, le comte de la Rivière en paie 76 %. Dans un groupe de 37 communautés, les seigneurs et nobles sont entre un et quatre au maximum par paroisse ; dans 40,5 % des cas ils versent plus de la moitié du vingtième. Il reste donc moins de la moitié, en valeur, de la propriété foncière pour la masse des contribuables : à Verneuil, 141 propriétaires paient ensemble 35 % de l’impôt ; à Genillé où quatre seigneurs acquittent 60 % du vingtième, le reste est réparti entre 203 autres « articles ». La part de la propriété noble ou (et) seigneuriale est particulièrement développée en Lochois, peut-être à cause de l’isolement de cette région.

Part des vingtièmes payés par les seigneurs et nobles en Lochois dans la seconde moitié en xviiie siècle

Part des vingtièmes payés par les seigneurs et nobles en Lochois dans la seconde moitié en xviiie siècle
  • 52 La moyenne générale est obtenue à partir des moyennes de toutes les paroisses.

27Dans le « district » de Langeais qui comprend 11 paroisses situées dans la vallée de la Loire ou sur le plateau, la part des revenus ecclésiastiques est beaucoup plus faible : elle varie entre 11,7 % et 28 %52 et s’élève en moyenne à 18,5 % ; mais il n’existe pas de grandes abbayes dans cette zone et les propriétaires ecclésiastiques sont les cures ou les établissements religieux de Tours. Pour les laïques, on retrouve la même situation de forte prépondérance de quelques propriétaires qu’en Lochois. Il faut cependant distinguer deux cas ; dans les paroisses isolées sur les plateaux au nord-ouest de la ville, la propriété privilégiée est divisée entre plusieurs propriétaires : à Ambillou, le marquis de Rieux, seigneur, paie 27 % du vingtième et avec la cote de deux autres nobles, d’un ecclésiastique et d’un officier, le total atteint 39,7 % ; il en va de même dans la paroisse de Cléré. Le second cas est celui des grandes seigneuries comme celles d’Azay-le-Rideau ou de Cinq-Mars qui ne laissent guère de place à d’autres propriétaires nobles ; la cote de la terre d’Azay représente 29,5 % du vingtième de la paroisse.

  • 53 DUVERGE, Mémoire topographique, physique et médical ou traité sur la situation de la ville de Tours(...)
  • 54 G. LE GUELAFF, Étude sur Us corporations de la soie de la ville de Tours à la veille de la Révoluti (...)

28Comme les rôles du vingtième pour la banlieue de Tours n’ont pas été conservés, l’étendue de la propriété des « bourgeois » tourangeaux ne peut y être mesurée ; la propriété « foraine » est importante à cause du « goût décidé [des Tourangeaux] pour les maisons de campagne, où toutes les veilles de Fête et Dimanches ils se rendent »53 ; elle se traduit sans doute par de très nombreuses petites propriétés, détenues par des artisans et des boutiquiers, à côté des vastes domaines des nobles et des officiers riches. Les négociants en soie se sont aussi constitué des fortunes foncières importantes : Bourgeault, marchand fabricant en soie, possède à la fin du xviiie siècle, outre une douzaine de maisons dans la ville et les faubourgs, deux « closeries à Saint-Cyr, qui valent chacune 18 500 lt et une maison avec ses « dépendances » à Vouvray54.

  • 55 A.D. I. et L., C 9. À Crissay, le duc de Praslin, seigneur de la paroisse paie 47,8 % de l’impôt ; (...)

29Pour les propriétés laïques au sud de la Vienne deux situations seulement se présentent ; dans 13 cas, la paroisse ne comprend aucun propriétaire important : à Chaveignes, les cotes sont au nombre de 61 et n’atteignent pas 4 lt ; à Crouzilles, la cote la plus élevée est de 21 l. 10 s. et la moyenne est de 2 l. 12 s. seulement. Dans les autres paroisses, un seigneur très important paie au moins 30 % du vingtième, par exemple le duc de Richelieu, le comte d’Argenteuil ou le duc de Praslin55. Dans la région de Chinon, pour 47 paroisses, la part des vingtièmes ecclésiastiques n’est supérieure à 50 % que dans quatre cas, dont deux s’expliquent par la présence d’une communauté religieuse importante (chapitre de Candes, abbayes de Noyers et de Fontevraud) ; en 1790, les biens ecclésiastiques paient en moyenne par paroisse 27,6 % du total. Dans 26 paroisses du « district » de Richelieu qui peuvent être adjointes à celles du Chinonais dont elles sont bien souvent limitrophes, les résultats sont très similaires : dans trois paroisses sur cinq les revenus des biens du clergé sont inférieurs à 30 % du revenu total de la paroisse.

Valeur (en % du total) du vingtième levé sur les biens ecclésiastiques en 1790, dans les régions de Chinon et de Richelieu

Valeur (en % du total) du vingtième levé sur les biens ecclésiastiques en 1790, dans les régions de Chinon et de Richelieu
  • 56 N. MAQUIGNON, La vente des biens nationaux de première origine dans le district de Chinon (1791-179 (...)

30La propriété ecclésiastique est moins étendue en Chinonais que près de Tours. D’après les dossiers des biens nationaux de première origine56, dans le district de Chinon, furent vendus 5136 ha, soit 4 % de la superficie totale des 69 communes concernées. Dans 43 d’entre elles, soit 62 %, le clergé possédait moins de 5 % du sol ; dans 18, soit 26 %, il en détenait entre 5 et 10 % et il ne dépassait 15 % que dans deux paroisses. Les situations extrêmes peuvent être trouvées à Thilouze où le clergé avait 0,1 % du patrimoine foncier et immobilier, et à l’Ile-Bouchard où cette part était de 19,3 %. En chiffres absolus, le minimum est atteint à la Tour-Saint-Gelin ou Thilouze avec environ 5,5 hectares, tandis que le maximum se trouve à Chinon même (293 ha) et dans la campagne à Seuilly (285 ha).

31En Chinonais, l’emprise urbaine est moins marquée qu’auprès de Tours ; bien que les propriétaires nobles ou « bourgeois » soient très nombreux à figurer sur les rôles, leur part de vingtième est faible ; leur propriété est donc sans doute fortement émiettée, particulièrement dans les paroisses limitrophes de la ville. Cinq situations différentes apparaissent, à l’ouest de la Champeigne, sur les plateaux du Ruchard, dans le Véron, les paroisses de la rive gauche de la Vienne et celles de la banlieue de Chinon. Sur le plateau de Sainte-Maure assez loin de la ville, la propriété dans les petites paroisses est dominée par celle du seigneur : à Maillé, la cote du marquis de Voyer représente 55 % du total de la paroisse ; à Neuilly-le-Brignon, celle du seigneur de la Chesnaye 45 %. Dans les communautés plus grosses où existent des bourgs comme Saint-Épain ou Sainte-Maure, la propriété des notables, officiers du roi, « sieurs », est plus fréquente, mais individuellement moins étendue. Ainsi Cantineau de Comacre paie 39 % du vingtième à Sainte-Catherine-de-Fierbois, de taille restreinte, mais 3,3 % dans la communauté voisine de Sainte-Maure, plus peuplée, et le comté du lieu n’est taxé pour l’ensemble des revenus fonciers qu’à hauteur de 17,5 % du vingtième. À Saint-Épain (275 feux en 1745), on compte au moins 20 propriétaires qui sont nobles, officiers du roi... et qui versent 35,5 % de l’impôt.

  • 57 Mais jusqu’en 1790, la seigneurie de Cravant ne figure pas sur le rôle car elle appartient au duc d (...)
  • 58 Avec Beaumont, Avoine, Huismes et Savigny.

32Au nord-est de la ville, sur le plateau du Ruchard aux sols pauvres mais aux vastes étendues boisées, la propriété des « privilégiés » et notables est importante mais fortement morcelée et aucun propriétaire laïque ne domine le groupe. Dans la paroisse de Cravant, 20 cotes de « sieurs », officiers ou petits seigneurs totalisent 67,4 % de l’impôt57 ; à Cheillé 15 propriétaires de cette catégorie sociale paient 52,4 % du total. Tout à fait à l’ouest, dans la zone qui s’étend de part et d’autre de la Vienne, la situation est différente : dans chaque paroisse, les habitants « notables » sont au moins six, mais l’un d’eux l’emporte sur les autres et sa cote dépasse 10 % du total. À la Roche-Clermault, les notables locaux et les officiers de Chinon paient 45 % de l’impôt, mais le marquis d’Aubigné en verse à lui seul 26,4 % ; à Saint-Germain le chevalier Dupetit-Thouars en règle 18,4 %. En Véron58 on retrouve à Avoine l’importance de la famille de Rasilly qui paie, à partir de 1774, 33 % de l’impôt de la paroisse.

  • 59 Il s’agit de Saint-Mexme-les-Champs, Saint-Louans, Parilly auxquelles on peut ajouter Ligré car cet (...)
  • 60 La plus forte cote est celle des biens pris à rente viagère par un « bourgeois de Paris » ; elle at (...)

33Plus près de la ville59, à Ligré les deux plus importants propriétaires, dont le chevalier Turgot seigneur de Charcellée, versent 16,4 % de l’impôt et les 57 autres sieurs, officiers du roi, prêtres et « demoiselles » paient 39,6 %, soit 1,4 % par cote. Parilly connaît la même situation : deux propriétaires, dont le baron de Langon, règlent 25 % du vingtième, les 19 autres membres de « l’élite » paient en moyenne 1 % chacun. Enfin à Saint- Mexme-les-Champs à Chinon, on peut attribuer à ce groupe de petits notables au moins 15,5 % des cotes, dont les trois quarts n’atteignent pas 1 % du total de l’impôt60. Le rôle établi pour cette paroisse comporte un peu moins rarement qu’ailleurs des indications sur la situation sociale des propriétaires. Hors les murs, en 1789, la paroisse compte 196 feux ; le rôle de l’impôt comporte 379 cotes laïques, dont 158 peuvent être classées. Outre les 59 « notables » déjà évoqués, parmi lesquels figurent 17 « sieurs » et 10 veuves, peuvent être identifiés 32 paysans, dont 28 journaliers, et 67 artisans ou petits commerçants. Il n’existe donc aucun grand propriétaire laïque dans ces paroisses très proches de la ville.

3 - Approche sociale : la propriété ecclésiastique

  • 61 A.D. I. et L., H 81. Les moines achètent aussi des maisons et des jardins.

34Les ecclésiastiques détiennent dans la province moins de 10 % du sol. Depuis le début du xviiie siècle, la propriété ecclésiastique ne s’accroît plus comme elle l’avait fait au siècle précédent. Ce n’est donc pas l’édit d’août 1749 qui fait cesser l’extension des biens du clergé en y mettant des limites contraignantes. Selon le Contrôle des actes quelques achats sont encore effectués dans les premières décennies du xviiie siècle : ainsi les ursulines d’Amboise peuvent acquérir une métairie, de faible valeur, à Épeigné en 1739. Le plus souvent, les religieux pratiquent des échanges et se procurent des morceaux de pré ou de terre bien placés pour étendre leurs biens. Entre 1715 et 1720, les prés de l’abbaye de Cormery sont accrus à plusieurs reprises de quelques chaînées voisines ou enclavées, que les moines « ont toujours épié d’acheter »61.

  • 62 J.-L. ORMIERES, « Le régime seigneurial dans l’Ouest », La Révolution française et le monde rural, (...)
  • 63 M. CAISSO, La vente des biens nationaux de première origine dans le district de Tours. Les rôles du (...)

35Les biens d’Église couvrent près de Tours où sont les institutions les plus prestigieuses un peu plus d’un dixième du sol, comme dans les régions proches du haut-Maine et du haut-Anjou62. Cette fréquence relative et la composition des possessions (forêts, prés...) correspondent aux indications souvent données en moyenne nationale. Les biens vendus dans le district de Tours sous les différents régimes d’adjudication sont connus grâce aux travaux de M. Caisso63. Les 11 844 hectares concernés représentent 11 % du sol. Mais dans les huit cantons du « district », les parts vont du simple au quadruple ; elles sont de plus de 20 % du sol dans 11 paroisses sur 53 et de moins de 10 % dans 21, comme le montre le tableau suivant.

36Notes: *Vallières et le Serrain ne sont pas pris en compte, leur superficie n'étant pas connue.

37**Saint-Georges n'est pas pris en compte pour la même raison.

  • 64 Pour trois d’entre elles, s’y ajoutent de vastes possessions en dehors du district et même de la To (...)

38La répartition entre les principaux propriétaires est inégale : les quatre institutions religieuses les plus riches détiennent 52,5 % des biens ecclésiastiques et chacune possède plus de 1 000 hectares64.

Répartition des biens d’Église dans le district de Tours

Répartition des biens d’Église dans le district de Tours

39En dehors d’elles et de l’archevêché, aucune institution religieuse n’a plus de 500 hectares comme le montrent les superficies vendues et leur pan dans l’ensemble.

  • abbaye de Marmoutier 1 771 ha, 15,8 %
  • abbaye de la Clarté-Dieu 1 214 ha, 10,8 %
  • chapitre Saint-Gatien 1 659 ha, 14,8 %
  • chapitre Saint-Martin 1 247 ha, 11,1 %
  • archevêché 997 ha, 8,9 %
  • abbaye de Cormery 447 ha, 4 %
  • abbaye de Beaumont-lès-Tours 313 ha, 2,8 %
  • abbaye Saint-Julien 302 ha, 2,7 %
  • 65 La vente des biens de Saint-Martin a rapporté 7 fois plus ; le chapitre possédait en particulier de (...)
  • 66 A.D. I. et L., H 159. En 1702, l’abbaye déclare posséder 38 arpents en futaie et 129,5 en taillis, (...)
  • 67 A.D. I. et L., G 13.
  • 68 A.D. I. et L., H 467. Au nord de Tours, ces biens s’étendent dans les paroisses de Nouzilly et de C (...)

40La moitié (49,6 %) du total est formée de terres labourables, mais celles-ci sont de qualité différente : ainsi l’abbaye de la Clarté-Dieu est loin de la richesse du chapitre de Saint-Martin65 car elle possède surtout des terres pauvres, des landes et des taillis66. La viticulture n’est plus une des principales préoccupations du clergé, la vigne couvre une faible étendue (600 ha, soit 5,3 % du total) mais la propriété en est très inégalement répartie. Les prés (19 %) et les bois (21,7 %) constituent 40 % en surface mais leur valeur dépasse de beaucoup ce chiffre, même si bois et forêts ecclésiastiques sont souvent dégradées. L’archevêque de Tours possède la forêt de Larçay (250 ha) dont le revenu atteignait vers 1770-1775 2 500 lt par an ; le bois Saint-Maurice (150 ha) appartient au chapitre Saint-Gatien et le bois de Châtenay (275 ha) à Marmoutier qui détient aussi, près de l’abbaye, au moins 468 arpents en bois. De plus en dehors du district de Tours, l’archevêque a en indivision avec le roi la haute forêt de Chinon, dont le profit annuel est d’environ 3 000 lt67. Si la plus grande partie de la forêt de Loches est au roi, la chartreuse du Liget en a un morceau important qu’elle exploite avec grand soin. L’abbaye Saint-Julien possède 808 arpents de futaie et de taillis au nord de Tours et 105 arpents de futaie près de Bléré68.

  • 69 R. DION, Le Val de Loire, p. 571, selon un rapport de Du Cluzel daté de 1769 (A.N. H 1486).

41Loin d’être divisées en d’innombrables parcelles, les vastes prairies aux mains des chapitres dans les vallées de la Loire et du Cher forment des étendues de 10 à 50 arpents69 ; les prés qui appartiennent au chapitre cathédral couvrent plus de 300 arpents et sont répartis en « prébendes » dont jouissent les chanoines. Dans les paroisses de Joué, de Saint-Avertin et de Saint-Pierre-des-Corps, les prés des communautés ecclésiastiques couvrent 920 arpents (plus de 600 hectares) ; à Saint-Avertin, leur surface est plus vaste que celle des terres labourables. Dans le canton de Tours-extra muros, les prés constituent 21 % des biens ecclésiastiques et dans celui de Ballan, cette importance atteint 31,7 %.

  • 70 Un tiers (32) de ces closeries ne comportait pas de terre labourable.

42Au xviiie siècle, les grandes exploitations sont assez rares en Touraine mais le clergé en détient une bonne partie. Dans les paroisses au nord de Tours (la région de Saint-Christophe exclue), les biens ecclésiastiques comportent 112 métairies et 76 « fermes » ainsi que 96 exploitations viticoles ou closeries70, mais seulement 3 borderies. Pour les 131 exploitations nommément désignées comme « métairies » dans les biens de première origine, la superficie dépasse 50 hectares dans 14 % des cas, mais pour 30 % elle n’atteint pas 20 hectares ; plus d’une métairie sur deux (73, soit 56 %) a une surface comprise entre 20 et 50 hectares. Quatre exploitations seulement ont plus de 100 hectares ; les deux plus vastes, dont la ferme de Meslay qui atteint 250 hectares à Parçay où se dresse une superbe grange dîmière, appartiennent à Marmoutier.

  • 71 A.N. M. 680, état de 1765. L’Hôtel-Dieu d’Amboise ne possède qu’une seule closerie, celui de Chinon (...)

43Dans aucune paroisse le total des vignes ecclésiastiques ne dépasse 60 hectares ; 68 % des closeries couvrent moins de 5 hectares. Elles sont situées en majorité à Fondettes (14), Rochecorbon (14, dont 13 appartenant au chapitre Saint-Gatien), Saint-Avertin (13), Saint-Cyr (10) et Joué (9) ; par contre, à Vouvray et à Sainte-Radegonde, il n’y en a que 5. Les revenus des closeries forment une part importante de ceux des établissements hospitaliers ; l’Hôpital général de Tours en possède 13, l’Hôtel-Dieu en a sept dont trois sont jointes à des métairies71 ; ces institutions d’assistance subissent ainsi de plein fouet les fluctuations des récoltes et des prix du vin.

  • 72 N. MAQUIGNON, op. cit. À Saint-Épain, la propriété ecclésiastique couvre 200 ha 32 a qui ne font qu (...)

44Dans le district de Chinon à quelques exceptions près comme celle de Saint-Épain72 et bien que les superficies soient faibles, les biens du clergé sont les plus étendus dans les paroisses de la vallée de la Vienne ou celles qui en sont proches. Ils sont donc plus vastes dans les cantons de Chinon et de Candes : leur part totale atteint 8 % grâce à la présence des différentes institutions religieuses de Chinon et d’abbayes comme celles de Seuilly ou de Fontevraud richement possessionnées ; il existe donc un rapport entre l’ancienneté de la maison et l’importance de son patrimoine foncier. Dans les zones pauvres des plateaux, le clergé tient moins de 5 % du sol. La part du clergé séculier est minoritaire pour les terres mais majoritaire pour les bâtiments ; le haut clergé possède environ 15 % du sol et le reste dépend des cures et des fabriques ; ces derniers biens sont à la fois très émiettés et dispersés dans toutes les paroisses. Le clergé régulier est détenteur de la majorité des terres : les communautés religieuses et les prieurés possèdent 58 % des biens vendus entre 1791 et 1799, mais seulement 34,5 % des édifices. Comme dans la région de Tours, il s’agit en majorité de belles exploitations et de vastes morceaux de terres : 84,7 % des lots vendus comportaient de 10 à 100 ha.

Les biens du clergé dans le district de Chinon

Les biens du clergé dans le district de Chinon
  • 73 L’état des archives ecclésiastiques ne permet pas une étude de la fortune foncière totale de l’Égli (...)
  • 74 A.D. I. et L., C 336, éd. Chevalier, p. 18 à 38.
  • 75 Parmi les plus pauvres figurent de nombreux établissements de Tours. Le revenu moyen par religieux (...)
  • 76 Bien que ces estimations aient été faites avant la hausse générale des prix, ces chiffres paraissen (...)
  • 77 A.D. I. et L., G 12 ; département des décimes de 1782.
  • 78 M. VOVELLE, Ville et campagne au xviiie siècle (Chartres et la Beauce), p. 177.

45En valeur la part de l’Église est plus importante qu’en superficie ; comme ailleurs elle jouit d’une « rente de situation » puisque ses biens sont vastes dans les environs même de la ville ; elle détient de vastes prés dans les vallées et dans la banlieue de la ville, et des bois. Mais le clergé tourangeau est loin d’être un des plus riches de France73 et ne détient pas des revenus fonciers élevés. D’après le Tableau de la généralité en 1762-176674, les abbayes de Touraine qui sont à la nomination du roi ont un revenu moyen de 15 000 lt, mais seul est élevé celui de Marmoutier estimé à 80 000 lt. Presque toutes les autres, soit 15 sur 17, disposent de moins de 20 000 lt ; la moyenne générale n’est que de 4 155 livres par an75. La plus pauvre est l’abbaye bénédictine de Bois-Aubry, avec un revenu de 2 200 lt par an et la plus riche est la chartreuse du Liget avec 20 000 lt76. Le revenu moyen des chapitres est de 17 500 lt, mais en fait 10 sur 18 disposent de moins de 5 000 lt par an et un bénéficier dispose d’à peine 430 lt. par an. Les couvents de femmes ont un revenu global de 221 300 lt ; mais les moniales sont plus nombreuses que les moines, la moyenne par établissement n’est que de 5 981 lt et de 287 lt par religieuse. L’archevêque fait pâle figure à côté de ses voisins, celui de Rennes excepté : d’après la répartition des décimes, l’évêque d’Angers a en 1782 un revenu double de celui de l’archevêque de Tours, celui du Mans en a un triple et celui de Poitiers un quadruple77. Le chapitre cathédral touche en 1789 un revenu annuel de 133 000 lt alors que celui de Chartres est sans doute compris entre 200 000 et 300 000 lt78.

4 - Approche sociale : la fortune foncière de la noblesse

  • 79 La présence de Mirabeau (dit « Tonneau ») est récente puisqu’il ne prend pied en Touraine que par s (...)
  • 80 A.D. I. et L., 47J 1 à 9. À la fin du xixe siècle, les Archives départementales ont acquis un ensem (...)

46Trois niveaux de fortune foncière peuvent être distingués. Quelques grandes familles sont largement possessionnées mais les domaines tourangeaux ne sont qu’un élément de leurs biens. Aux deux noms de Choiseul et d’Aiguillon, il faut ajouter entre autres celui des Rohan Guémenée, propriétaires du duché de Montbazon déjà bien démembré avant la Révolution79, ou de Mademoiselle de Béthune-Sully, épouse du duc de Béthune-Charost80, dans le nord de la Touraine, sans omettre, aux confins du Poitou, la famille d’Argenson et celle de Richelieu.

  • 81 A.D. I. et L., 2C Amboise, 1766-1767. La seigneurie et métairie de la fontaine du saule lui est ven (...)
  • 82 C. LABREUILLE, Étude historique sur Montrichard et Nanteuil, t. 1, p. 97.
  • 83 A.D. 1. et L., E 42. Le prix payé paraît faible puisque le bail à ferme générale avait été conclu e (...)
  • 84 AD. I. et L., E 323.

47À Véretz et Larçay, chez d’Aiguillon qui était propriétaire dans d’autres régions, l’ampleur du château construit par les grand-père et père du duc est sans commune mesure avec les revenus du domaine ; ce dernier comporte, outre le parc d’environ 170 arpents, cinq métairies, dont la taille moyenne est de 27 arpents (18 ha), un petit domaine et une closerie. La politique foncière de Choiseul fut active ; il chercha à se constituer un vaste domaine par une politique d’achats et d’échanges. Il possédait à Montlouis 120 arpents de terre et pré en cinq exploitations, ainsi que 160 arpents de bois ; il faut y ajouter les terres de la Bourdaisière qui couvraient 450 arpents, dont 70 % en terres labourables en majeure partie situées à Saint- Martin-le-Beau ; la superficie de la ferme modèle de Chanteloup dépassait de loin toutes les autres, puisqu’elle atteignait 746 arpents (500 ha). Choiseul acquit de nombreuses autres terres et seigneuries, de taille très diverse. En 1766, il achète deux petites seigneuries sises dans la paroisse de Saint- Denis-hors pour un total de 82684 lt81 ; il obtient aussi la seigneurie de Montrichard, la Tour d’Argy et Chissay82 que lui vend, pour 300 000 lt, Marie-Jeanne Colbert de Croissy veuve du marquis de Chabanais, et il en prend possession en 176783. Après avoir, en 1768, échangé avec le duc de Luynes sa terre de Cinq-Mars contre le marquisat de Thuisseau et la Bourdaisière, Choiseul ne se livre plus à de grandes opérations foncières. L’importance des biens confisqués à la Révolution aux Rohan (environ 300 arpents) ne donne qu’une idée partielle de l’étendue de leur propriété à Montbazon et à l’entour. Us étaient certainement les propriétaires laïques les plus riches avant les ventes opérées en 1780 et 1781 : celles-ci ont produit 752 990 lt84, dont il faudrait pouvoir défalquer le montant des droits seigneuriaux, des dîmes et autres rentes foncières pour estimer la valeur des terres.

  • 85 C. de SOURDEVAL, « Note sur la famille Dubois de la Fontaine Maran », MSAT, t. XVII, 1863, p. 181. (...)
  • 86 A.D. I. et L., C 13.

48La noblesse moyenne n’est pas très nombreuse dans la province mais elle possède des terres dans toute la région, plus particulièrement au nord de Tours et en Lochois. Ainsi le comte Roland des Écotais détient-il plusieurs terres dans la région de Saint-Paterne : en 1745 il rachète le château de la Roche au dernier survivant des Racan85, et ses biens s’étendent sur environ 700 arpents de qualité médiocre, soit 9,5 % de la paroisse de Neuillé-Pont-Pierre et 1,7 % de Saint-Paterne ; mais l’abbaye de la Clarté- Dieu reste bien le plus grand propriétaire de la région. En Lochois, la marquise de Sennevières possède un ensemble de 808 arpents, ou 22,7 % de la paroisse du même nom ; mais les terres y sont de mauvaise qualité et 29 % de l’ensemble sont constitués de landes et de « brières ». Chaspoux de Verneuil est seigneur de Sainte-Julitte et détient, entre autres, 500 arpents de forêts qui s’ajoutent à 213 arpents de terres et pacages pour occuper 42 % de la superficie de la paroisse. Dans la région d’Amboise, où les terres sont d’un meilleur rapport, la petite noblesse est bien possessionnée ; à Vernou, les biens confisqués sur Lefebvre de la Falluère représentent environ 500 arpents, soit 8,5 % de la paroisse. Monsieur de Martigny, seigneur de Nazelles près d’Amboise, possède encore en 1782 environ 365 arpents de terres, vignes, prés et bois, soit sans doute 16 % de cette petite paroisse ; mais sa part régresse pour cause d’endettement86. Cette noblesse moyenne de province détient donc une part importante du sol dans toutes les paroisses qui sont éloignées de Tours et où n’existe pas de communauté religieuse.

  • 87 A.D. I. et L., E 116. La paroisse de Monts verse en 1787, donc après les augmentations de 1772- 177 (...)

49Enfin le dernier niveau est formé par le plus grand nombre, ces « petits nobles » qui peuvent être plusieurs à vivre dans une même paroisse ; ils se qualifient d’écuyer et paient quelques livres de vingtième. Ils n’occupent qu’une place minime parmi les propriétaires ; Louis de Maussabré peut en être l’exemple type : pour deux métairies louées à moitié-fruit et quelques arpents de prés, il verse 10 l. 9 s. de vingtième entre 1766 et 176987. Mais il n’est pas possible dans l’état actuel des recherches d’étudier quelle part de la propriété détient cette toute petite noblesse.

Notes

1 On retrouve en Touraine tous les principes de la seigneurie tels qu’ils sont exposés dans les manuels d’histoire du droit (F. OLIVIER-MARTIN, Histoire du droit français des origines à la Révolution).

2 J. YVER, « Les caractères généraux des coutumes de l’ouest de la France », RHDF, p. 27.

3 A.D. I. et L., E 157. Un des descendants de la famille est en 1789 conseiller au grand Conseil, un autre, Poirier de Beauvais, fut un des chefs de la guerre de Vendée.

4 Carré de Busserolle en donne de très nombreux exemples.

5 R. MOUSNIER, Les institutions de la France sous la Monarchie absolue, t.I, p. 373. Selon l’édit de 1579, pour être érigée en marquisat, une terre doit comprendre « 3 baronnies, 3 châtellenies, ou 2 baronnies et 6 châtellenies, tenues en un seul hommage du roi ».

6 Les lettres d’érection en marquisat des terres que possède Fortuné Guillon de Rochecot figurent en tête des registres d’audiences de sa justice, elles accordent le droit de haute justice à son « bailliage ducal ».

7 Sont créés : en 1746, le marquisat de Verneuil au profit de Chassepou, en 1757 celui de Beaumont pour la Bonninière et en 1767 celui de Rochecot à Saint-Patrice, en 1755, le comté de la Roche des Écotais à Saint-Paterne.

8 Le mémoire de 1698 énumère les duchés, les marquisats, les comtés et vicomtés, les baronnies en suivant l’ordre alphabétique ; le tableau de 1762-1766 respecte l’ordre de préséance mais pour les terres titrées l’auteur avoue qu’il n’a pas fait le travail « sujet à trop de recherches et de discussions ».

9 Les lettres patentes pour l’érection du duché sont datées du 16 février 1764.

10 J.-P. LABATUT, Les ducs et pairs de France au xviie siècle, p. 267. « Le“duché” de Loudun venu d’un héritage d’une branche des Rohan, n’est qualifié ainsi que par coutume et non par droit stria ».

11 Ce sont les comtés de Buzançais, de Montrésor, de Tours et ceux de Mézières et de Palluau tous deux dans la généralité de Bourges.

12 D’après le mémoire sur la généralité en 1762-1766, le comte d’Argenson acheta la vicomté à M. André « agioteur », à la suite de sa faillite ; cette terre revint ainsi aux mains d’une famille noble.

13 F. BLUCHE, L’origine des magistrats du parlement de Paris au xviiie siècle, p. 189-190. Il l’avait achetée en 1739 mais à la fin du siècle, elle passa au marquis de Sançay.

14 La baronnie de Champchevrier n’existait pas encore en 1698.

15 J.-X. CARRE DE BUSSEROLLE, Dictionnaire historique, géographique... de l’ancienne province de Touraine, t. I, p. 79.

16 A.D. I. et L., C 893.

17 A.D. I. et L., E 97.

18 J.-P. Labatut, op. cit., p. 283.

19 AD. I. et L., C 894, réponses à l’enquête de la commission intermédiaire de Touraine.

20 A. SERRANO, La haute justice du duché-pairie de Luynes 1770-1775, p. 145.

21 B.M. Tours, ms 1429. Il s’agit d’une copie réalisée en 1838 par Lambron de Lignim à partir de la bibliothèque d’Imbert de Cangé. Les fiefs sont énumérés par paroisse et sont groupés en « rôles » désignés par le nom de la principale terre ; ils portent les qualificatifs de « terre, fief et seigneurie », « fief et seigneurie » ou « fief » ; quelques terres ont des titres de dignité. Dans certains cas, le fief s’étend sur plusieurs paroisses.

22 A.D. I. et L., C 894.

23 A.D. I. et L., 3E24/79, minutes Leroux, acte d’éventillement des lieux et seigneuries de la Guer- rie et du Clos, en date du 30 mars 1767.

24 A.D. I et L., E 119, état de la terre et seigneurie de Pierrefitte, le Plessis-Auzouer... rédigé vers 1720. Ces terres dépendent du marquisat de Château-Renault. Le montant de 7 s. 6 d. fixé par la coutume pour les amendes que peut infliger la basse justice est rappelé.

25 A.D. I. et L., 2C Amboise, 1766 (actes enregistrés le 15 novembre et le 1erdécembre). Dans les deux cas, la seigneurie est grevée de rentes.

26 A.D. I. et L., C 6. Vers 1770, le revenu net du comté de Reignac imposable au vingtième est de 18 147 lt ; il faut ajouter les rentes dues en argent et en nature.

27 A.D.I. et L., E 130.

28 A. MONTOUX, « Le vieux château de Roncé », BSAVC, t. VIII, p. 517.

29 A.D. I. et L., E 323.

30 J.-X. CARRE DE BUSSEROLLE, Armoriai général de Touraine.DE LAROQUE ET DE BARTHELEMY, Catalogue des gentilshommes de Touraine et de Berry qui ont pris part ou envoyé leur procuration aux assemblées de la noblesse pour l’élection des députés aux États généraux de 1789, p. 5 à 14.

31 A.D. I. et L., C 894. Beaucoup de cahiers reprennent les thèmes développés dans la réponse au questionnaire envoyé par la commission intermédiaire de l’assemblée provinciale en 1787.

32 A.D. I. et L., L 193. En réalité en Touraine il n’y a que deux villes franches : Tours et Richelieu.

33 « Cahier de doléances de Bréhémont », BSA VC, t. V, 1946-1947.

34 Cette déduction a été portée à 1/12 en 1778 ; pour les moulins elle est restée de 25 %.

35 M. MARION, Les impôts directs sous l’Ancien Régime, p. 287-292.

36 Certains ont sûrement été établis à partir des rôles du « dixième ».

37 A.D. I. et L., C 12, lettre du 5 novembre 1772.

38 Les rôles du vingtième ont été conservés pour 50 paroisses de l’élection de Loches (y compris la ville), 48 de celle de Chinon, 29 de celle de Richelieu (y compris la ville) et 11 de celle de Tours. Rien ne subsiste pour la région d’Amboise.

39 M. MARION, op. cit., p. 102.

40 A.D. I. et L., C 12. Le 30 janvier 1772, Terray écrit à Du Cluzel que le vingtième de la généralité de Tours traitée « aussi favorablement que les pays d’États » doit augmenter d’un neuvième.

41 J. LOUTCHISKY, La propriété paysanne en France à la veille de la Révolution (principalement en Limousin).

42 P. de SAINT-JACOB, Les paysans de la Bourgogne du nord au dernier siècle de l’Ancien Régime, p. 494.

43 G. BEAUR, Le marché foncier à la fin de l’Ancien Régime, p. 12-13.

44 B. Garnier, « Les hommes et la terre dans le bocage normand », Actes du 105e congrès national des Sociétés savantes, Caen 1980. Histoire moderne et contemporaine, tome II, p. 182. B. Garnier relève aussi le grand nombre d’indivisions et distingue trois catégories : les vraies, les fausses et celles qui sont sur le point d’être brisées.

45 A.D. I. et L., C 3. Le bien qui figure sous la cote 101 du rôle de Savigny-en-Véron a 17 propriétaires (pour 17 arpents de terre et 2 arpents de pâtureaux valant 130 lt).

46 A.D. I. et L., C 3. A Bréhémont, « l’article » 196 est formé de la réunion des n° 3 et 5 qui sont rayés (et comporte aussi des biens inscrits précédemment dans les rôles de Rivarennes, Rigny et Azay) mais la numérotation des cotes qui suivent les suppressions n’est pas modifiée ; le total augmente donc au lieu de diminuer.

47 A.D. I. et L., C 3. À Saint-Benoît-du-lac-mort, les éléments composant la seigneurie de Beugny sont énumérés et décrits mais sans aucune indication de surface.

48 AD. I. et L., C 7 ; en 1782, Courtalon écrit ainsi à l’employé qui a vérifié le rôle de Saint-Quentin en Lochois : « votre écriture est indéchiffrable ; je vous avoue que je n’ai jamais vu travailler si mal » ; il ajoute que, selon lui, le revenu du marquis de Menou, loin d’être de 5 500 lt est au moins de 7 466 lt.

49 M. MARION, op. cit., p. 367-368.

50 A.D. M. et L., C 327. L’Anjou qui couvre 39,8 % de la superficie paie 42,2 % du vingtième et pour le Maine la disproportion est plus forte : pour 32,5 % du territoire il verse 38,5 % de l’impôt.

51 Si on y ajoute la cote de l’abbaye de Villeloin, la part des religieux atteint 76 %.

52 La moyenne générale est obtenue à partir des moyennes de toutes les paroisses.

53 DUVERGE, Mémoire topographique, physique et médical ou traité sur la situation de la ville de Tours..., p. 79.

54 G. LE GUELAFF, Étude sur Us corporations de la soie de la ville de Tours à la veille de la Révolution, p. 43.

55 A.D. I. et L., C 9. À Crissay, le duc de Praslin, seigneur de la paroisse paie 47,8 % de l’impôt ; à Lémeré le comte de Castellane en verse 53,7 % pour sa terre du Rivau.

56 N. MAQUIGNON, La vente des biens nationaux de première origine dans le district de Chinon (1791-1799), p. II, tableau 2.

57 Mais jusqu’en 1790, la seigneurie de Cravant ne figure pas sur le rôle car elle appartient au duc d’Orléans ; sa cote (150 lt) l’emporte de très loin sur les autres.

58 Avec Beaumont, Avoine, Huismes et Savigny.

59 Il s’agit de Saint-Mexme-les-Champs, Saint-Louans, Parilly auxquelles on peut ajouter Ligré car cette très vaste paroisse présente les mêmes aspects que les trois premières dont le territoire fait partie de la commune de Chinon.

60 La plus forte cote est celle des biens pris à rente viagère par un « bourgeois de Paris » ; elle atteint 7,25 % du total de l’impôt selon le chiffre de 1774.

61 A.D. I. et L., H 81. Les moines achètent aussi des maisons et des jardins.

62 J.-L. ORMIERES, « Le régime seigneurial dans l’Ouest », La Révolution française et le monde rural, p. 32.

63 M. CAISSO, La vente des biens nationaux de première origine dans le district de Tours. Les rôles du vingtième ont fourni les renseignements sur les biens des cures et sur les propriétés des couvents en dehors du district de Tours.

64 Pour trois d’entre elles, s’y ajoutent de vastes possessions en dehors du district et même de la Touraine. Seule l’abbaye de la Clarté-Dieu ne possède presque rien en dehors.

65 La vente des biens de Saint-Martin a rapporté 7 fois plus ; le chapitre possédait en particulier des prés mais aussi des maisons à Tours.

66 A.D. I. et L., H 159. En 1702, l’abbaye déclare posséder 38 arpents en futaie et 129,5 en taillis, en 1747 et 1776, elle loue 48 arpents de landes et 9 de « mauvais taillis » pour 12 lt/an.

67 A.D. I. et L., G 13.

68 A.D. I. et L., H 467. Au nord de Tours, ces biens s’étendent dans les paroisses de Nouzilly et de Cérelles.

69 R. DION, Le Val de Loire, p. 571, selon un rapport de Du Cluzel daté de 1769 (A.N. H 1486).

70 Un tiers (32) de ces closeries ne comportait pas de terre labourable.

71 A.N. M. 680, état de 1765. L’Hôtel-Dieu d’Amboise ne possède qu’une seule closerie, celui de Chinon ne détient pas de vigne.

72 N. MAQUIGNON, op. cit. À Saint-Épain, la propriété ecclésiastique couvre 200 ha 32 a qui ne font que 3,2 % du territoire communal.

73 L’état des archives ecclésiastiques ne permet pas une étude de la fortune foncière totale de l’Église en Touraine.

74 A.D. I. et L., C 336, éd. Chevalier, p. 18 à 38.

75 Parmi les plus pauvres figurent de nombreux établissements de Tours. Le revenu moyen par religieux est de 570 lt par an.

76 Bien que ces estimations aient été faites avant la hausse générale des prix, ces chiffres paraissent sous-estimés : d’après le rôle du vingtième, le revenu net imposable de la chartreuse en 1790 se monte à 34 170 lt pour les biens qu’elle possède dans 21 paroisses du Lochois pour lesquelles les chiffres sont connus ; les revenus de l’abbaye de Villeloin sont sans doute moins sous-estimés : 18 000 lt selon le mémoire de 1762-1766, 20890 au moins (dans 11 paroisses) d’après le rôle du vingtième.

77 A.D. I. et L., G 12 ; département des décimes de 1782.

78 M. VOVELLE, Ville et campagne au xviiie siècle (Chartres et la Beauce), p. 177.

79 La présence de Mirabeau (dit « Tonneau ») est récente puisqu’il ne prend pied en Touraine que par son mariage en 1788 avec Jacquette de Robien qui a acheté le domaine de Saint-Antoine-du-Ro- cher en 1787.

80 A.D. I. et L., 47J 1 à 9. À la fin du xixe siècle, les Archives départementales ont acquis un ensemble de magnifiques plans terriers.

81 A.D. I. et L., 2C Amboise, 1766-1767. La seigneurie et métairie de la fontaine du saule lui est vendue pour 20 684 lt par Picault de la Ferrandière, lieutenant général à Tours et la terre, fief et seigneurie de Lauconnière par le seigneur de Brandy pour 62 000 lt.

82 C. LABREUILLE, Étude historique sur Montrichard et Nanteuil, t. 1, p. 97.

83 A.D. 1. et L., E 42. Le prix payé paraît faible puisque le bail à ferme générale avait été conclu en 1747 pour 9 000 lt et renouvelé en 1756 pour 10 000 lt.

84 AD. I. et L., E 323.

85 C. de SOURDEVAL, « Note sur la famille Dubois de la Fontaine Maran », MSAT, t. XVII, 1863, p. 181. La vente se fait contre paiement d’une rente viagère.

86 A.D. I. et L., C 13.

87 A.D. I. et L., E 116. La paroisse de Monts verse en 1787, donc après les augmentations de 1772- 1774, 621 l. 10 s. pour un vingtième ; l’impôt payé par Maussabré est donc d’environ 1,8 % du total.

Table des illustrations

Titre Répartition des fiefs selon les paroisses en 1639-1640
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17123/img-1.png
Fichier image/png, 190k
Titre Répartition des impôts de la taille et des vingtièmes des biens-fonds selon les élections vers 1762-1766(en%)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17123/img-2.png
Fichier image/png, 156k
Titre Part des vingtièmes payés par les seigneurs et nobles en Lochois dans la seconde moitié en xviiie siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17123/img-3.png
Fichier image/png, 188k
Titre Valeur (en % du total) du vingtième levé sur les biens ecclésiastiques en 1790, dans les régions de Chinon et de Richelieu
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17123/img-4.png
Fichier image/png, 159k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17123/img-5.png
Fichier image/png, 252k
Titre Répartition des biens d’Église dans le district de Tours
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17123/img-6.png
Fichier image/png, 161k
Titre Les biens du clergé dans le district de Chinon
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17123/img-7.png
Fichier image/png, 202k

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search