Version classiqueVersion mobile

Les campagnes de Touraine au XVIIIe siècle

 | 
Brigitte Maillard

Première partie. « Le jardin de la France » au XVIIIe siècle

Chapitre 2. Systèmes agraires et espaces géographiques

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 R. DION, Le val de Loire. Étude d’histoire régionale, p. 587. Selon R. Dion Rabelais inventa l’expr (...)

1« Jardin de la France » et « paradis délicieux », ou « habit de bure orné de broderies d’or »1 ?

  • 2 A.D. I. et L., C 337. Les réponses pour l’élection de Tours, la plus importante, sont très sommaire (...)
  • 3 Archives du ministère des Affaires étrangères, M. D. France 1767

2L’enquête de 17472 et le rapport sur la généralité en 1762-1766 brossent à grands traits le tableau économique de la Touraine au milieu du siècle ; à cette date, on veut détruire les préjugés nés des poèmes chantant la prospérité de la Touraine au temps de sa grandeur politique ou des récits de voyage et prouver que la province ne peut être mise au rang des régions prospères, qu’elle est surchargée d’impôts et ne produit pas assez de grains pour se nourrir elle-même. À l’opposé, le rapport rédigé en 1745 pour Orry décrit la province comme « un pays de délices comparable à un jardin délicieux, cependant il y a bien de la misère ce qui provient de la paresse des Tourangeaux, vice assez ordinaire dans les pays d’abondance »3... ; ce thème de la paresse et de l’apathie des Tourangeaux est récurrent, mais concerne plus les citadins que les ruraux. Selon le tableau de 1762-1766, « quoique la Touraine passe pour très fertile, puisqu’on la regarde comme le jardin de la France, il s’en faut néanmoins beaucoup qu’elle jouisse de tous les avantages que semble lui promettre une telle réputation. Son terroir est fort inégal ». En 1785, le corps de ville de Tours rappelle que

  • 4 A.N. F12 1241.

« la province de Touraine jouit de la plus grande réputation de beauté et de fertilité ; les bords riants de la Loire et du Cher, de l’Indre, de la Vienne, de la Creuse, du Loir et des autres rivières qui la traversent ont fait naître cette opinion. Les vallées qu’arrosent ces rivières sont communément toutes très fertiles et très cultivées : une nombreuse population les habite ; les coteaux de la Loire et du Cher sont en partie couverts de vignobles précieux : le sol se prête à tout genre de cultures ; on en a conclu que la Touraine était une province partout fertile, riche et peuplée.
« Ce n’est qu’une erreur ancienne. Les vallées par lesquelles on a jugé de la Touraine, ne forment pas la cinquième partie de son étendue ; le surplus de cette province est vraiment pauvre, et le sol y est ingrat. Des landes, des bruyères, des terres de qualité médiocre, et quelques bois en petite quantité composent le surplus. Aussi les observateurs et les administrateurs qui ont parcouru et étudié cette province ne l’ont-ils jamais regardée comme un pays de grande culture ; tout au contraire, malgré l’opinion générale, l’ont mise dans la classe des provinces où la culture est la plus médiocre et la moins avancée »4.

3En l’an IX, le préfet d’Indre-et-Loire décrit sans aucune indulgence son département comme une « terre qui quoique nommée “le jardin de la France” ne présente que des landes ou une culture arriérée de deux siècles ».

I - La diversité géographique

  • 5 M. RONCAYOLO, « Histoire et géographie : les fondements d’une complémentarité », AESC, 1989, n° 6, (...)
  • 6 R. DION, op. cit., p. 457.

4R. Dion en étudiant tous les facteurs physiques et humains qui font « la valeur variable des terroirs et des sols »5 a attiré l’attention sur l’absence au xviiie siècle de correspondance étroite entre les cartes géologique et agricole, adéquation qui s’établit au siècle suivant6.

  • 7 F. BRAUDEL, L’identité de la France, t. II, p. 56. À chacun correspond une « micro-économie ».

5La mosaïque très fine des paysages ruraux associait dans de nombreux villages champs emblavés, landes ou forêt sur le plateau, vignes sur les coteaux, prairies dans les fonds de vallée. Les descriptions des élections mentionnent d’innombrables « pays »7 dus à la très grande diversité des sols : « la nature de bien des paroisses est mêlée ». Cependant comme partout, il faut produire des grains et élever des bestiaux dans ce but, quelles que soient les conditions naturelles. La présence de la vigne témoigne de l’adaptation aux données pédologiques et climatiques mais surtout des facilités du commerce. Sur un fond commun se dessine une carte des contrées dont la micro-économie présente des traits originaux. Les toponymes ne font jamais allusion aux caractères du relief mais ils rappellent l’existence de formes naturelles, mais pas toujours originelles, de la végétation : au nord-est c’est Saint-Laurent-de-Gâtines ou Dame-Marie-les-Bois, au sud c’est Saint-Michel-des-Bois ou Saint-Michel-des-Landes. Ils évoquent aussi les problèmes rencontrés par les habitants des villages établis sur des terrains calcaires, comme ceux de Champigny-le-sec ou Dolus-le-sec. Le principal trait topographique, la vallée même de la Loire, ne porte pas de nom particulier en Touraine et elle est plutôt définie par la présence des sols de varennes.

1 - Un modelé en creux

  • 8 R. DION, op. cit., livre I.

6Les principaux accidents du relief8 en Touraine sont les vallées. La province se présente comme un vaste plan incliné du nord-est vers le sud- ouest, sans relief saillant, aux altitudes inférieures à 190 mètres, que découpe l’éventail des vallées de la Loire et de ses affluents. Après une « course poursuite » entre les cours d’eau, trois confluents importants se regroupent en une trentaine de kilomètres sur la rive gauche de la Loire. Au nord du fleuve, le chevelu hydrographique est plus fin et aucune des rivières n’est navigable ; de petits cours d’eau, comme l’Ecotais qui arrose Saint-Paterne et Saint-Christophe, coulent au pied de versants raides et au fond de vallées profondes ; affluents de rive droite de la Loire, la Choisille et la Roumer franchissent le rebord du plateau selon une pente forte qui a permis l’installation de nombreux moulins. Les vallées ont pris leur orientation vers l’ouest assez tard, après la transgression marine de l’Helvétien qui a permis le dépôt des faluns ; dans le sud, les rivières comme la Vienne ou la Creuse coulent vers le nord sur quelques kilomètres avant de s’orienter vers le nord-ouest et mettent ainsi le Poitou en communication avec la Touraine. Le modelé des vallées dépend de la résistance de la roche encaissante ; si l’Indre traverse entre Courçay et Cormery une zone de calcaire dur par une espèce de gorge où les hommes ont tiré parti de la force du courant grâce à de nombreux moulins, les formes sont plus souvent molles, les vallées larges et les rivières peu encaissées. Les grands méandres sont rares et le tracé des cours d’eau permet presque toujours d’aller en droite ligne d’un point à un autre. Mais les affluents de la Loire sur la rive gauche ont un cours longtemps parallèle à celui du fleuve dont ils sont séparés par des bourrelets alluviaux comme celui qui, en amont de Tours entre la Cisse et la Loire, insubmersible en dehors des crues majeures, porte des fermes ou des hameaux sur des buttes ou « montilles ». Les confluents sont reportés loin en aval ; ce tracé gêne les communications et le préjudice est particulièrement grave pour les vins de la vallée du Cher qui ne peuvent rejoindre la Loire par la voie d’eau qu’en aval de Tours. Le même phénomène se répète dans la vallée : la Loire et son affluent délimitent des presqu’îles en forme de triangle, comme le pays d’Amboise, « l’île » de Bréhémont, ou le Véron. Dans ces triangles, région de Berthenay exceptée, les paysages comportent à l’est des zones boisées (forêt d’Amboise, de Villandry ou de Chinon) et à l’ouest ainsi que sur les rives des surfaces mises en culture.

  • 9 De plus, vers le sud, les rivières constituent la limite des greniers à sel ou la frontière avec le (...)
  • 10 R. DION, op. cit, p. 152.

7En différents endroits, traverser la vallée de la Loire oblige à franchir successivement plusieurs cours d’eau ou bras de rivière anastomosés, ainsi que des « boires » : les « ports », lieux où il est possible de passer la rivière, sont nombreux. Sauf dans la région d’Amboise, peu de paroisses s’étendent de part et d’autre du fleuve9. La vallée elle-même est parfois limitée par des abrupts difficiles à franchir ; le dénivelé s’accroît vers l’ouest puisque l’altitude du thalweg s’abaisse plus vite que celle des plateaux : il est de 55 mètres aux environs de Blois et de 80 mètres à Huismes en Véron10. Les coteaux taillés dans le tuffeau gardent leur fraîcheur : ils reculent par grands pans sous l’effet de l’érosion qui, aidée par le travail des hommes, en fait écrouler des morceaux entiers. Vers l’aval, en règle générale les coteaux s’éloignent l’un de l’autre et la vallée s’élargit. Le versant septentrional exposé au sud offre des conditions favorables à la vigne qui est la seule culture adaptée à de telles conditions, tandis que le fond de la vallée est utilisé de façon très diverse. Près de Tours, si les bois ont disparu sous l’effet des défrichements, les prairies se sont étendues pour répondre à la demande urbaine en produits d’élevage, les cultures se sont développées dans les zones protégées de la plupart des inondations ; mais des plaques de végétation spontanée (joncs, arbustes) se sont maintenues dans les zones humides et soumises aux variations du niveau du fleuve. Tout le fond de la vallée de la Loire n’est pas occupé par les cultures riches des varennes ; il est aussi encombré de sables, d’îles sans cesse en évolution qui rendent la navigation difficile.

8À une échelle plus réduite, cette association des différentes formes de relief, vallée, coteaux et plateau, se retrouve dans de nombreuses paroisses, sauf au centre des plateaux ; les hommes en ont fait partout la même utilisation adaptée à l’orographie, aux sols et à l’exposition climatique. Dans le détail, collines, vallées et plateaux forment des paysages dont la variété est accentuée par la végétation spontanée. Elle a séduit de nombreux voyageurs qui découvraient l’horizon, du sommet des coteaux de Rochecorbon ou de Joué près de la Loire ou du haut de la cuesta qui limite au nord le « bray » de Ligueil ou celui de Richelieu.

2 -La mosaïque des sols

  • 11 DUVERGE, « Analyse des Terres de la Province de Touraine », Recueil des délibérations et mémoires d (...)

9L’uniformité de la gamme des cultures cache partiellement la diversité des sols. Les Tourangeaux du xviiie siècle sont très attentifs à la nature de ceux-ci et emploient, pour les désigner, un vocabulaire précis et spécifique. Quand le docteur Duvergé présente son analyse des sols devant la Société d’agriculture de Tours en 1761, il donne la définition de termes comme « bournais », « aubuis » et « varennes »11 assez typiques pour avoir laissé leur nom à des lieux-dits.

  • 12 C. CHEVALIER ET G. CHARLOT, (Études sur la Touraine, p. 5.

10La Touraine correspond à une large bande de sols lessivés, acides, sur des affleurements d’argiles à silex, de sables et de « limons des plateaux ». Selon Chevalier et Chariot les principaux sols dans le département d’Indre- et-Loire12 se répartissent ainsi :

  • Gâtines 41 %
  • Sables 10 %
  • Champeigne 10 %
  • autres plateaux crayeux 21 %
  • varennes 8 %
  • coteaux 10 %

11Les « bournais » sont de loin les sols les plus répandus ; ils correspondent aux formations d’argile à silex ; ils s’étendent sur les plateaux et la lande, qui n’est pas originelle le plus souvent, en couvre de grandes superficies. « Terre glaise, lourde, compacte et froide » qui retient l’eau, les « bournais battants », qui contiennent peu de sables et deviennent facilement compacts, sont les sols les plus difficiles à travailler et ne peuvent être façonnés que par temps sec ; les « bournais francs » sont moins pénibles à labourer. Les sols argilo-calcaires, les « aubuis » ou tufs, occupent des surfaces beaucoup plus réduites ; ils sont rares sur les plateaux. Ils correspondent à des couches de craie dans le Richelais et aux dépôts de calcaires lacustres qui s’étendent dans la Champeigne tourangelle et sur le plateau de Mettray ; on en retrouve tout au nord, dans la région de Neuillé-Pont- Pierre et dans les environs de Château-Renault parfois appelés « petite Beauce », traversés de vallées humides et boisées. Ils sont plus sableux, moins froids et moins imperméables ; il vaut mieux les travailler quand ils sont humides et ils s’amendent avec des marnes. Ces sols argilo-calcaires et les zones de faluns aux confins de l’Anjou et au sud de Sainte-Maure occupent un cinquième du territoire. Dans toutes ces contrées au xviiie siècle, le paysage était plus découvert que dans les gâtines mais sans aucune uniformité, arbres et haies n’étant jamais absents. De plus, les vallées, dont l’importance peut être sans proportion avec le ruisseau qui y coule, sont nombreuses à entailler les plateaux et sur leurs versants caillouteux, la vigne était partout présente. De vastes horizons se dégagent aussi en Loudunais, une fois franchies les landes du Richelais, et annonçent le Poitou : sur les terres argilo-calcaires des « groies » s’étendent des paysages beaucoup plus ouverts qu’en Touraine historique. Une espèce particulière est appelée « perruche » : ces argiles caillouteuses sont un mélange de terre, de sable, de craie et de cailloux qui peut être amélioré par un apport de falun mêlé d’engrais ; ce terme désigne donc les sols caillouteux riches en silex. Les « perruches » se trouvent plutôt sur les coteaux et sur le tuffeau qui s’égoutte bien ; elles peuvent, selon Duvergé, porter toutes les cultures et en particulier des vignes. Enfin dans les vallées, en particulier celle de la Loire, les « varennes » sont des sols alluviaux légers et « d’odeur agréable » ; mais Duvergé fait bien la différence entre leurs aptitudes naturelles et leur réputation : cette terre ne peut « opérer par elle même la fécondité » ; elle nécessite engrais et amendements. Ce sont des sols fabriqués par les hommes.

  • 13 F. BRAUDEL, op. cit., p. 118.
  • 14 J.-M. COUDERC, « À propos de la Gâtine tourangelle. Réflexions sur le terme de Gâtine », Norois, 19 (...)

12La Touraine connaît donc le plus souvent la « malédiction des terres argileuses », où le travail et les déplacements sont difficiles13. Les vallées sont nombreuses, l’eau stagne partout et les sols doivent être drainés. Les plateaux sont pour la plupart des « gâtines ». À l’ origine ce mot caractérise des zones dont la couverture forestière a été détruite et remplacée par la lande ; il a pris un sens plus étendu qui évoque un « pays peu riche, voué à la forêt et à la lande » sur des sols acides, froids et humides ; il peut donc s’appliquer à des régions de sols argileux comme la Gâtine historique au nord de la Loire ou au sud celle de Montrésor, de Preuilly ou de Loches14. Il convient aussi pour désigner des régions aux sols sableux mais imperméables parce que l’argile à silex est proche, comme ceux du pays des landes au nord-ouest de la Loire, les plus déshérités de la Touraine où les étangs étaient fréquents et où, avant l’enrésinement réalisé au xixe siècle, la lande l’emportait sur la forêt.

3 - La douceur du climat et ses caprices

  • 15 R. DION, op. cit., p. 73.
  • 16 P. FENELON, Les pays de la Loire, p. 40-44.

13Proximité de l’océan, absence d’accidents orographiques majeurs, médiocre étendue, tout concourt à donner à la Touraine un climat sans grandes oppositions et tout en nuances. Ouverte aux influences venues de l’ouest, la Touraine jouit d’un climat de type océanique marqué par des températures douces et une humidité plus abondante que dans l’Anjou voisin15.L’influence de la longitude et de quelques formes de relief ou de végétation expliquent une légère diversité : la partie proche du Blésois subit un peu plus une influence semi-continentale, la présence des forêts provoque l’augmentation de la pluviosité sur leur face occidentale tandis que de l’autre côté, les campagnes jouissent d’une situation d’abri. Dans la vallée de la Loire et au dessus des espaces en landes et en bois, l’air est toujours chargé d’humidité et légèrement brumeux. L’amplitude thermique annuelle est d’environ 15°, les températures estivales sont de 20° en moyenne et les froids d’hiver sont rares, si bien que P. Fénelon distingue en fait deux grandes saisons : un hiver et un été qui peuvent empiéter nettement sur le printemps et sur l’automne16.

  • 17 J.-P. DESAIVE, J.-P. GOUBERT et al, Médecins, climat et épidémies à la fin du xviiie siècle, p. 48 (...)
  • 18 M. LACHIVER, Les années de misère. La famine au temps du grand roi, p. 274.
  • 19 F. LEBRUN, Les hommes et la mort en Anjou aux xviie et xviiie siècles, p. 138.
  • 20 A.M. Tours, BB 75, f° 179.
  • 21 A.D. I. et L., 4E205/3, R.P. Saché, 1789. Selon le curé, le vin a gelé dans le calice pendant la cé (...)

14La soumission des récoltes aux conditions météorologiques est telle que celles-ci font l’objet de la plus grande attention de la part des autorités. Pour le xviiie siècle, de leurs différentes observations qui cependant ne relèvent que les « vimères », ressort l’impression que les contrastes ont été violents. La conjoncture annuelle peut être retrouvée pour la période 1776- 1786 grâce à l’enquête météorologique qui, lancée par Vicq d’Azyr en 177617, a été soigneusement menée à Chinon par le docteur Linacier, correspondant de la Société royale de Médecine. En Touraine aussi le xviiie siècle correspond bien à une phase fraîche et pluvieuse. Les hivers froids ne sont pas rares dans ce moment du « petit âge glaciaire » : la Loire est facilement prise par les glaces au xviiie siècle ; mais seul un froid vraiment excessif ou aggravé par l’humidité fait des dégâts dans les cultures. En 1709, les hauteurs du Perche qui peuvent jouer le rôle de barrière n’ont pas mis la région à l’abri du froid venu du nord-est ; la propagation de cette vague glaciale a même été particulièrement rapide en Touraine, comme le montre la carte établie par M. Lachiver : en moins de trois heures, l’isotherme 0° a balayé toute la province au petit matin du 6 janvier18. En 1740, les températures ont été encore plus basses qu’en 170919, il fallut faire casser la glace sur la Loire près des ponts de Tours et organiser des feux sur les places publiques « pour le soulagement des pauvres » ; mais il n’y eut heureusement pas les redoux successifs qui firent le drame du « grand hiver ». Les froids ont été excessifs surtout dans la seconde moitié du siècle. Avant 1789 la répétition des hivers très durs, entre 1776 et 1780 puis de 1783 à 1785 en particulier, est à retenir pour comprendre l’aggravation des conditions de vie des plus pauvres. En 1776, à Loches, le 31 janvier, le thermomètre descendit jusqu’à -11° ; à Chinon, la température moyenne de l’hiver est de 4°. Selon l’échevinage de Tours le froid est « excessif »20 et comparable à celui de 1709 ; le Cher gèle comme la Vienne qui a débordé, si bien que les glaces se maintiennent sur champs et prés pendant un mois. Mais grâce à la sécheresse les blés ne souffrent pas et la vigne ne gèle pas. En 1778, à Chinon, de décembre à mars la température moyenne est de 3° et en 1780 de 4° ; à Loches le plus froid est en 1779 : la température baisse jusqu’à -18°21. Les hivers sont anormalement prolongés en 1777, 1778 et 1780 : des coups de gelée se produisent en avril. Les hivers de 1783, 1784 et 1785 furent parmi les plus catastrophiques ; celui de 1783 connut de graves crues, celui de 1784 fut l’un des plus longs et des plus durs du xviiie siècle : à Chinon, la moyenne thermique entre décembre et mars ne dépassa pas 2° ; en Véron la neige commença à tomber le 19 janvier et couvrant le sol sur 3 à 4 pouces d’épaisseur jusqu’au 21 février elle empêcha tout travail. Le subdélégué de Loudun décrit bien, le 16 avril 1784, la situation dans la province atteinte par « la longueur et rigueur de l’hiver, par la perte presque totale des troupeaux de moutons, par la rareté et la cherté des fourrages, par l’impossibilité d’ensemencer les menus grains », mais la récolte des gros blés fut bonne. L’hiver de 1785 fut une répétition du précédent en plus froid ; la moyenne des températures à Chinon n’atteint qu’1° ; le printemps et l’été suivants furent, eux, marqués par une extraordinaire sécheresse.

  • 22 A.D. I. et L., C 98, lettre du subdélégué de Richelieu.

15À l’automne de 1788, le froid prend brutalement et profondément dès le mois de novembre : il commence le 24 ; le 27 la Vienne charrie des glaçons et le 28, c’est le tour de la Loire. La neige tombe dans la nuit du 3 au 4 décembre, elle glace, se durcit et se maintient jusqu’au 11 janvier suivant. Le thermomètre tombe jusqu’à -18°21. Les cours d’eau sont pris par la glace qui, à Tours, atteint 18 pouces d’épaisseur : on traverse à pied sans mal ; les moulins ne tournent plus ; tous les transports sont arrêtés, par eau mais aussi par terre, car « toutes les communications sont interceptées par la neige : un grésil qui est tombé dessus pendant près de trois heures a formé une nouvelle couche qui empêche les bêtes de somme de marcher, et les hommes eux-mêmes ont bien du mal à se tenir sans tomber »22. Le redoux arrive le 11 janvier, et quinze jours plus tard c’est la catastrophe de la débâcle et de l’inondation.

16Plus préjudiciables encore que ces « vimères », sont les printemps « pourris » ou accompagnés de gels tardifs. Leur fréquence est bien un des traits du climat de la Touraine ; les printemps frais, humides et prolongés donnent les plus grandes inquiétudes aux autorités qui surveillent les récoltes : les blés pourrissent, la vigne coule. Ils se répètent entre 1738 et 1748 ; en 1738 l’archevêque de Tours fait faire processions et prières publiques pour demander la fin des intempéries. Le mois d’avril 1758 subit une des plus fortes gelées connues de mémoire d’homme : elle est notée dans de nombreux registres paroissiaux. Entre 1762 et 1775 les mauvais printemps se multiplient ; à partir de 1767 ils font subir des gels tardifs aux vignes et mûriers, comme le Vendredi saint 1778 (17 avril) en Lochois ou lors du printemps de 1787.

  • 23 « Journal d’un habitant de Tours », loc. cit., p. 215.
  • 24 A.D. I. et L., C 84.

17Les étés chauds et secs sont plus nombreux dans la première moitié du siècle, mais la sécheresse la plus grave a eu lieu en 1785. En été, de violents orages accompagnés de grêle peuvent éclater, en particulier dans la vallée quand l’air marin chargé d’humidité rencontre de l’air surchauffé. La région d’Amboise est la plus fréquemment et la plus gravement touchée : le 21 juillet 1737, le 14 juillet 1762 virent la grêle ravager plusieurs paroisses viticoles, victimes à nouveau en 1764 et en 1765. En 1778, le 7 octobre un énorme orage de grêle s’abat alors que la sécheresse fait souffrir la vigne ; la vendange ne donna que la moitié d’une récolte moyenne23. Dans l’élection d’Amboise, deux paroisses viticoles très peuplées, Montlouis et Saint- Martin-le-Beau, reçurent alors à elles deux 1 200 lt en remise de taille, sur les 4 500 accordées à l’élection24. Enfin la Touraine n’échappa pas à « l’orage de la Dédicace » du 13 juillet 1788, qui y fut cependant moins dramatique qu’en Beauce.

  • 25 P. PINCHEMEL, La France, t. I, p. 128.
  • 26 A.D. I. et L., 4E205/3, R.P. Saché (orthographe modernisée).

18L’automne en Touraine est souvent beaucoup plus propice aux travaux agricoles que le printemps. La vigne est favorisée par la fréquente persistance du beau temps chaud et sec en octobre et en novembre, pendant « l’été de la Saint-Martin » le bien nommé ; l’ensoleillement prolongé des coteaux qui emmagasinent la chaleur permet la croissance dans la vallée de la Loire à des latitudes inhabituelles de plantes thermophiles et méditerranéennes. La Touraine est totalement englobée dans l’aire d’extension du chêne vert, de la vigne et du châtaignier, et partiellement dans celle du maïs25. Certaines années le problème de l’automne est celui des pluies persistantes qui empêchent les travaux des champs. En 1787, après un mauvais printemps, l’automne est si pluvieux que les semailles se font très difficilement ; dans sa « remarque sur l’année 1787 », le curé de Saché écrit26 :

«... l’automne a été très mauvaise par les pluies abondantes, qui ont commencé le huit septembre et continuent encore, en sorte que notre prairie est couverte d’eau depuis le mois d’octobre, excepté environ dix jours à la fin de novembre et au commencement de décembre ; en conséquence, il reste beaucoup de terres à ensemencer, il y a même des endroits où ceux qui l’ont été ne lèvent pas ; on a ensemencé presque tous les chanvris (sic). Il y a eu quelques dysenteries, sans être meurtrières, le bled [se vend] vingt- six et vingt-sept sols, mesure d’Azay, pesant 18 livres ; le seigle quinze et seize sols. »

19Et il continue pour l’année 1788 :

« J’annonçai la cessation des pluies le 10 janvier dernier, mais ce fut pour peu de temps. L’on a fait la menue couvraille avec peine, nous avons eu dans les mois de mai et juin des inondations considérables, nos prés entièrement gâtés, on les vendait trop cher, vu la mauvaise qualité de l’herbe, dix et onze écus. L’été a été variable, quelques jours de grands chauds aux environs de la Dédicace, qui le jour de cette Fête occasionnèrent un orage considérable, qui fit tort dans quelques cantons de la province, mais ravagea entièrement les environs de Paris. L’automne très beau dans son commencement, le milieu un peu froid, la fin insupportable par la rigueur du froid. »

4 - Le « fleuve royal »

20Dans ce tableau marqué par la modération, la Loire introduit la violence : violence des contrastes entre l’étiage d’été et les hautes eaux hivernales, entre le calme des saisons ordinaires et la brutalité des crues qui font céder les levées. Il ne peut être question de refaire après R. Dion l’histoire du fleuve et celle de la vieille lutte que les hommes ont menée contre lui ; mais il faut en rappeler quelques traits.

  • 27 A.N. G7 1635, lettre du 13 mai 1694.
  • 28 R. DION, op. cit., p. 231, note 3.

21En été, le fleuve amaigri se perd entre les bancs de sable ou dans les « boires » des dépressions latérales ; on connaît bien « les changements du lit de la Loire que les ensablements portent tantôt d’un côté tantôt de l’autre ». Chaque été, la navigation devient impossible : en 1694, dès mai, la remontée du fleuve par des bateaux chargés de grains à destination de Paris est presque impossible car « les eaux sont extrêmement basses et le vent contraire », si bien qu’ils sont longtemps exposés au regard des populations riveraines qui tentent de s’en emparer27. L’hiver est une période de hautes eaux et la navigation n’est pas toujours plus facile qu’en été. Les crues se produisent entre octobre et avril, avec une fréquence plus grande en automne. Pendant l’hiver et le début du printemps, des perturbations atlantiques déversent parfois d’abondantes pluies. Enfin, au printemps, le bassin de la Vienne peut recevoir d’énormes quantités d’eau qui provoquent dans la partie aval de la Loire tourangelle les inondations les plus catastrophiques. Les crues viennent quelquefois de l’amont lointain, quand des pluies d’origine méditerranéenne font gonfler la Loire et l’Allier ; entre le bec d’Allier et Saumur l’onde peut se propager en quatre jours. Les « grandes crues » sont celles qui font craquer les levées ; des brèches s’ouvrent dans les endroits les plus fragiles, toujours les mêmes. Elles ont été nombreuses au xviiie siècle ; les plus fortes se placent au printemps en 1709, 1711 et 1733, en automne en 1707 et 1710, en hiver (décembre 1755 et 1790) ; la crue de 1755 vient au troisième rang des inondations « centenaires », après 1586 et 185628.

22Après une période catastrophique entre 1707 et 1712 où les inondations sont presque annuelles, la vallée connaît un répit d’une vingtaine d’années, sans doute dû aux travaux réalisés en amont de Roanne. Elles se renouvellent ensuite, en 1733 puis en 1735 et à quatre reprises entre 1740 et 1755. Les conséquences de cette dernière furent durables dans les trois élections traversées par la Loire et le Cher car sables et boues se mêlèrent à l’humus. L’élection de Chinon fut la plus touchée : la gratification qui lui fut accordée sous forme de remise d’impôt pour 1755 et 1756 se monta à 16 089 lt, soit 37 % du total accordé à la Touraine ; Bréhémont avec 4 869 lt et Savigny, avec 3 286 lt, reçurent à elles seules la moitié de la somme.

Secours accordés à la Touraine à la suite des inondations de 1755

Secours accordés à la Touraine à la suite des inondations de 1755
  • 29 A.M. Tours, BB 82, n°71.
  • 30 A.D. I. et L., C 98, lettre de l’ingénieur Huet de Vaudour à du Cluzel (15 mars 1783).

23Entre 1756 et 1780, les inondations sont plus rares et souvent moins graves. À Tours, le lit du fleuve avait été élargi et son écoulement facilité grâce à la destruction de l’île Saint-Jacques décidée en 1758. Cependant le début de l’année 1770 est marqué par trois crues successives qui menacent les nouvelles levées construites depuis deux ans29 ; le troisième épisode, en novembre, se produit dans toute la généralité et est meurtrier. Puis les crues connaissent une recrudescence entre 1782 et 1784 ; à la fin de novembre 1782, les pluies commencèrent et ne cessèrent de l’hiver, elles furent accompagnées de vent, « d’ouragans affreux » et d’orages ; toutes les rivières sortirent de leur lit et la Loire dévasta sa vallée jusqu’à Nantes. Les chemins étaient devenus impraticables, les rivières dangereuses et les transports difficiles30.

  • 31 A.D. I. et L., C 268, rapport du 5 mai 1760.
  • 32 A.D. I. et L., 4E66/1, R.P. Saint-Michel-de-Chédigny, 25 novembre 1770.
  • 33 R. PLANCON, La paroisse de Monts au xviiie siècle, p. 99.

24Les crues du Cher, qui n’a pas le même régime que la Loire, sont parfois responsables des principaux dégâts comme en 1766 et 1768 ou 1770. En 1740 la Vienne provoque une des plus grandes inondations ; puis en 1760 la rivière subit trois crues : le 30 janvier où elle dépassa les niveaux de 1740, en février où elle monta encore plus haut et en mars31. L’élévation du niveau de l’Indre est rapide dans la partie resserrée de la vallée aux environs de Cormery alors qu’ailleurs les eaux peuvent s’étaler : en 1770, la crue ravage la vallée. Le curé de Saint-Michel-de-Chédigny32 a décrit cette catastrophe : l’Indre et l’Indrois détruisent les ponts dans les villages qu’ils envahissent (Reignac, Courçay, Truyes) ; à Cormery, un peu en aval, 46 personnes furent emportées par les eaux ; à Monts, un meunier est surpris dans son sommeil et deux jeunes compagnons de la manufacture du Ripault sont noyés33. Même le ruisseau qui arrose Richelieu, le Mable, devint furieux en 1770 : il détruisit trente maisons et tua six personnes. Les crues d’automne et d’hiver sont les plus violentes mais celles de printemps sont les plus dramatiques, surtout si, comme en 1733, celles de la Loire et du Cher se conjuguent car elles détruisent les cultures de « menus » et de légumes dans les varennes.

  • 34 En février 1784 le corps municipal de Tours avait prévu de rompre volontairement les levées en troi (...)
  • 35 L’ingénieur des Ponts et Chaussées Marie avait pourtant fait prendre des précautions plus grandes e (...)

25La vie du fleuve est perturbée par de trop grandes variations de débit mais aussi au temps des « grands hivers » : il est pris par les glaces en 1709, 1740, 1784 ou 1789. Les conséquences du froid sont plus graves encore pour les affluents ; de plus faible débit ils gèlent plus facilement : ainsi, outre les années déjà citées, le Cher est pris par les glaces en 1748 et en 1776. La navigation s’arrête alors sur les principales artères fluviales, les moulins sont bloqués partout. On craint particulièrement les effets de la débâcle ; celle-ci fut dévastatrice en 178434 : ponts et moulins furent emportés, les bateaux coulèrent ou furent fracassés ; pourtant l’intendant avait fait prendre des mesures préventives en ordonnant de déblayer tout ce qui pouvait obstruer le lit du fleuve et faire barrage ; il avait aussi fait préparer des engins de levage. En 1789, à la fin de janvier, la débâcle provoquée par le redoux fut partout une catastrophe. Dans la vallée de la Vienne le phénomène fut effrayant de rapidité et de brutalité. La Loire fit encore plus de dégâts : elle charriait toutes sortes de débris et des monceaux de bois : pêcheries, moulins, ponts (en particulier celui d’Amboise), arbres, tonneaux, meubles, qui s’accumulèrent à Tours derrière le pont de pierre35 ; trois arches cédèrent du côté nord. Marie, ingénieur des Ponts et Chaussées, dresse un tableau apocalyptique de la situation :

  • 36 A.D. M. et L., C 27, registre, (copies de la correspondance de Marie), lettre du 21 janvier 1789.

« Le froid a continué c’est-à-dire que le thermomètre a toujours été à cinq ou six degrés en dessous du zéro jusqu’au 10 de ce mois. Ensuite est venu le dégel qui nous a donné le 18 au soir une crue de deux pieds. Le 19 elle était à quatre pieds et demi et le 20 au matin à dix pieds neuf pouces. la débâcle a commencé à Veuves* le même jour à une heure après minuit et les glaces se sont amoncelées jusqu’à trois pieds au dessus du Pont de bois d’Amboise qu’elles ont emporté [...] les glaces se sont aussi entassées au pont de pierre [à Tours] à la hauteur du parapet et elles y sont encore. La débâcle a continué jusqu’aux îles de Rochecorbon et de Vouvray où elle a été retenue en partie par la quantité d’arbres qu’il y a sur ces îles, ce que j’avais prévu [...] le surplus de cette débâcle est venue jusqu’au vieux pont de Tours à huit heures trois quarts du matin et en a renversé une arche ainsi que deux maisons sur l’île de l’entrepont où elle s’est arrêtée. Les glaces se sont accumulées jusqu’à deux lieues en amont dans la rivière et sur les levées de droite et de gauche à vingt pieds de hauteur dans quelques endroits, de manière que la route de Paris est interceptée »36.
* à l'entrée en Touraine.

26Les glaces ont ensuite descendu le fleuve et rejoint celles de la Vienne. Mais contrairement aux craintes exprimées par Marie, les levées ont tenu bon car les travaux opérés au cours du xviiie siècle les avaient renforcées et surélevées jusqu’à la hauteur des plus grandes crues connues.

  • 37 R. DION, Les levées de la Loire (cet ouvrage reprend une partie de sa thèse, (Le val de Loire. Étud (...)
  • 38 R. DION, op. cit., p. 391-393.
  • 39 A.D. I. et L., C 268.

27Les levées réalisées pour discipliner le fleuve et protéger la vallée grâce à deux lignes de digues continues sont sans équivalent en France ; dans aucune vallée n’a été entreprise aussi anciennement une œuvre d’une telle ampleur. Il est difficile de dire quels en ont été les effets mais très tôt, la Loire n’a plus été un « fleuve sauvage ». Les hommes ont oublié que l’inondation tranquille est aussi source de richesse en fertilisant les sols grâce aux limons, comme peut encore le faire la Vienne : cet apport équivaut aux deux tiers d’une fumure annuelle. Peu à peu les « turcies », petits remblais de protection défendant un lieu habité ou plus exposé que d’autres, ont été transformées en digues de plus en plus fermées et élevées. R. Dion a retracé l’histoire de ce chantier pluriséculaire, réalisé à l’initiative des rois, et il a montré comment s’était progressivement imposée l’idée de levées totalement continues pour la partie centrale du fleuve37. Après la crue de 1733 qui fut d’une telle violence que rien ne lui résista on abandonna, malgré l’opposition de l’ingénieur de la généralité de Tours, la réalisation de « déversoirs »38 et on continua d’exhausser et de renforcer, souvent de façon médiocre, les plus anciennes levées jusqu’à 22 pieds, en gardant l’espoir de les rendre insubmersibles. Dans la seconde moitié du siècle, le danger vint surtout du Cher et on étendit le système des levées au Cher et à l’Indre39. Ces grands travaux eurent aussi des effets pervers : la situation sanitaire dans la banlieue de Tours se détériora, l’écoulement des eaux étant rendu plus difficile par le renforcement des levées mais aussi par la construction de la nouvelle route d’Espagne sur une digue coupant la vallée du Cher.

  • 40 A.D. I. et L., C 162.
  • 41 Mais le milieu du xixe siècle connut une série de trois crues décennales catastrophiques : 1846, 18 (...)
  • 42 F. DUMAS, La généralité de Tours au xviiie siècle, p. 241.

28Quand en 1772, les fonctions des ingénieurs des Levées et Turcies passèrent aux ingénieurs des Ponts et Chaussées40, la plus grande partie du travail était accomplie. Les varennes se trouvaient ainsi à l’abri de la plupart des inondations : sans doute à la fois pour des raisons climatiques et grâce aux turcies, entre 1755 et 1846, la vallée ne connut qu’une seule « crue extraordinaire », en 179041. Le coût de l’aménagement des levées était assuré en partie par une imposition payée par la généralité même : au milieu du siècle, elle s’élevait à 200000 lt. Les travaux étaient adjugés par « canton » à des entrepreneurs ; un arrêt de 1788 établit que les riverains devaient planter arbres et haies sur les digues42. À ces dépenses, il faut ajouter celles que provoqua la reconstruction de nombreux ponts, comme ceux de Blois, Tours ou Saumur.

II - Un paysage très humanisé

1 - L’étendue des forêts et du saltus

  • 43 MABILLE, « Notice sur les divisions territoriales et la topographie de l’ancienne province de Toura (...)

29En 1840, la forêt couvrait en Indre-et-Loire 13 % du sol et « les landes et pâtis » 10,3 %, soit au total presque 25 %. Sans doute pour la forêt est- ce plus que la superficie occupée avant la Révolution ; en effet, si le départements a perdu celle de Montrichard, lui ont été annexées celles de Château-la-Vallière et de Benais, ainsi que les bois de Bourgueil et une partie des « landes Saint-Martin ». De plus, une vaste opération de reboisement a commencé dès le début du xixe siècle : en 1820, la forêt couvrait 12 % du sol. La Touraine apparaît sur les cartes du xviiie siècle comme une vaste clairière. Elle est en effet cernée de massifs forestiers ou de leurs restes ; le centre de la région est beaucoup plus déboisé, sans être dépourvu d’arbres ; de nombreuses paroisses des plateaux ont encore l’allure de villages-clairières ; le territoire d’un certain nombre des villages de vallée s’étage sur les coteaux et atteint le plateau boisé. Les principales masses forestières qui subsistent marquent la limite avec les provinces voisines qui correspondent aux civitates anciennes ; quand elles n’ont pas complètement disparu comme la forêt de Chénevose entre Indre, Indrois et Champeigne, elles ont reçu après défrichement des noms nouveaux : ainsi la forêt de Blé- mars au nord-est est appelée forêt de Chançay sur la carte de Cassini ; la forêt de Bellevau totalement anéantie et non reconstituée malgré l’abandon des défrichements a laissé place aux landes du Ruchard43.

30Les paysages du xviiie siècle sont la conséquence des défrichements menés à plusieurs époques de l’histoire très longue de la Touraine. Massifs entre le xie et le xive siècle, ils ont été interrompus au xve siècle et une végétation spontanée a pu se développer, sans que renaissent les formations originelles ; ensuite les entreprises individuelles, officielles ou surtout privées, sont devenues la règle. Le mémoire sur la généralité en 1698 note le recul très important des forêts privées. Les mesures en faveur des défrichements prises par les physiocrates ne sont pas à l’origine de ces actions qui n’avaient jamais cessé ; elles visaient d’ailleurs les landes et les friches, et non la forêt. Les forêts royales, peuplées en grande partie de chênes et dans une moindre mesure de hêtres, sont les plus étendues et les moins dégradées ; chacune forme en effet la zone de chasse d’un château royal et au xviiie siècle le duc de Choiseul rétablit les grandes chasses dans la forêt d’Amboise. Les forêts de Touraine appartiennent en très grande partie au roi, à l’Église — en particulier l’Archevêque — et à des nobles. D’après le mémoire de 1698, les plus vastes sont celles de :

  • Amboise : 16 000 arpents dont 1 300 en futaie,
  • Chinon : 7 000 arpents en futaie ou « en état de le devenir »,
  • Loches : 5 000 arpents en futaie.

31Les plus étendues sont ensuite les forêts de Preuilly (4 000 arpents partiellement en bruyères), de Château-Renault (3 000 arpents en futaie et taillis). L’archevêque de Tours détient la forêt de Larçay qui couvre 900 arpents mais est en ruines. Les autres bois sont de plus faible étendue (Mont- bazon, Crissay, Villandry, Beaumont et Boiserard). Les élections de Lou- dun et de Richelieu sont très pauvres en arbres.

  • 44 A. MONTOUX, Loches et Beau lieu-lès-Loches, p. 131. Au carrefour avec la route principale, quatre p (...)

32Les efforts faits pour sauvegarder et étendre les forêts ont globalement porté leurs fruits dans la première moitié du xviiie siècle ; l’administration des Eaux et Forêts a multiplié les actions de surveillance et de répression, en particulier dans les forêts royales. Les aménagements continuent : la route dite Georges d’Amboise est ouverte dans la forêt de Loches en 176944. Selon le Mémoire de 1762-1766, des trois forêts royales de Touraine, une, celle d’Amboise, a été engagée au duc de Choiseul, celle de Chinon est estimée contenir 10 000 arpents et celle de Loches 6 260.

  • 45 A. CORVOL, L’homme et la forêt, p. 75 et sq. L’impossibilité d’expédier les bois impose l’utilisati (...)
  • 46 A.D. I. et L., C 86, lettre du 4 janvier 1785 à l’intendant Daine.

33L’exploitation commerciale du bois est rendue difficile par l’isolement de la plupart des forêts qu’aucune voie d’eau ne traverse ; l’expédition hors de la province est très coûteuse en temps d’hommes et de bêtes comme le montrent les corvées organisées pour le service de la marine. Les seigneurs de Preuilly et de Château-la-Vallière en Anjou utilisent le bois dans leurs forges. Les mauvais taillis permettent de fabriquer du charbon vendu sur place et fournissent du travail à quelques fagoteurs et sabotiers45. Tout au long du siècle, les producteurs de vin se plaignent de la cherté et de la rareté des tonneaux, dues à la difficulté pour les tonneliers de trouver un bon bois de merrain ; certaines années d’abondance, le « vaisseau » vaut plus cher que le vin qu’il contient. La région de Richelieu souffre particulièrement de cette pénurie et cherche donc à transformer son vin en eau-de-vie, mais cette opération est aussi exigeante en bois. À la fin du siècle, le manque de bois d’œuvre et de chauffage inquiète des élites comme Benoît de la Grandière qui suggère de reboiser les landes, en particulier quand elles sont loin des villages46.

  • 47 A.D. I. et L., B 191 et 223. En 1740 les habitants de Loches et de Beaulieu-Lès-Loches volent du bo (...)
  • 48 A.D. I. et L., B 172, P.V. des 7 et 9 avril 1761. En 1750, des charbonniers ainsi que des « pâtres  (...)
  • 49 F. RIEUPEYROUX, « Le droit de chasse en France de la fin du Moyen Âge à la Révolution », L’Informat (...)

34Les futaies et bois sont le lieu d’un conflit d’intérêts entre propriétaires et utilisateurs et sont en permanence attaqués par hommes et animaux. La grande masse des paysans trouve davantage de ressources dans taillis et landes que dans les forêts où leurs droits d’usage sont restreints par les seigneurs. Les délits forestiers sont nombreux pendant tout le xviiie siècle ; malgré la répression due aux gardes la lande progresse encore. Le vol de bois prend différentes formes : coupes plus étendues que prévu ou non autorisées, abattage illégal par des particuliers. Le bois le plus recherché est le chêne : en 1734, le tribunal des Eaux et Forêts inflige une amende de 1 280 lt pour 80 chênes indûment coupés dans la forêt de Loches. Le braconnage et les cueillettes variées (joncs, menu bois ou écorce des trembles) dégradent la forêt sans vraiment la détruire. Ces délits se multiplient lors de années de cherté comme en 1741 ou en 178947. Beaucoup plus graves sont les dégâts dus aux animaux. Les gardes saisissent sans cesse des bêtes pacageant illégalement dans les bois : moutons, chevaux, bovins, ânes ou cochons ; si ces derniers se contentent de manger les glands dont ils privent les porcs du propriétaire, les autres « abroutissent » les bois et empêchent leur croissance. Les destructions systématiques et volontaires provoquées par l’incendie des bois et des landes allumé par les bergers se répètent dans toutes les forêts. Celle de Chinon est victime de la proximité des landes du Ruchard ; malgré la surveillance exercée par les gardes des Eaux et Forêts, les habitants de Panzoult, Avon ou Cravant attendent au printemps une journée où souffle le vent de sud pour mettre le feu aux landes ; celui-ci saute les fossés de protection établis le long de la forêt et seule la pluie peut éteindre l’incendie48. C’est pour lutter contre une pratique semblable que le comte de Beaumont veut faire interdire l’écobuage que les autorités administratives considèrent, au contraire, comme très utile ; sur cette question, ces dernières se heurtent aux officiers des Eaux et Forêts qui veulent interdire les droits d’usage dans les forêts royales. Les propriétaires de forêts privées tentent de les protéger en les entourant de fossés et de les étendre en faisant faire par les métayers des « semis » de glands surtout et de châtaignes, par intérêt économique à cause de l’augmentation du prix du bois mais aussi par goût pour les séjours à la campagne lors desquels la chasse est une des principales distractions49.

  • 50 A.D. I. et L., G 691 ; la paroisse d’Avon demande un vicaire.

35Les landes sont, selon le mémoire de 1698, des terres sèches, couvertes de bruyères et de joncs. Les extensions et les contractions successives de l’ager sur des sols d’argile à silex ont provoqué l’acidification des sols et le développement des landes à la place de la forêt. Sur les plateaux qui ont jadis été mis en culture, la nature a repris ses droits mais sur ces sols pauvres et humides, au lieu de la forêt originelle s’étendent des landes, ces brandes, « brières » ou « bruyères » dont le nom revient si souvent dans la description des paysages des plateaux tourangeaux, en particulier ceux du Lochois et de la Gâtine historique, des landes du Ruchard ou du « pays des landes » au nord de Tours. Elles sont un élément essentiel du contraste entre plateaux et vallées, mais en Touraine comme en Bretagne, elles sont loin d’être aussi inutiles que le croyait A. Young. Pour les communautés rurales elles constituent des zones de cueillette et de pacage indispensables à l’équilibre de la vie agricole : elles sont formées de « bruyères, d’ajoncs, d’épines et de faux bois » et poussent sur des sols trop difficiles à cultiver. Les territoires des communautés de ces contrées sont vastes, mais l’infield n’en occupe qu’une faible partie et au-delà des centres habités, « l’interposition de landes vastes et écartées » isole de nombreuses fermes50. Les « bruyères et landes » du Ruchard qui s’étendent à l’est de la forêt de Chinon sont partagées entre plusieurs villages riverains. Dans les landes de l’ouest de la province subsistent des paroisses dont les limites ne sont pas clairement établies et l’existence de communaux est, semble-t-il, à l’origine de cette incertitude. Au nord de la Loire, les vastes « landes de Saint-Martin » relèvent de la prévôté de Restigné appartenant au chapitre Saint-Martin de Tours, qui s’occupe fort peu de ces étendues incultes ; elles sont indivises entre plusieurs paroisses aux confins de l’Anjou et de la Touraine, position qui complique la situation : les Essards et Continvoir au cœur des landes, et plus au sud, sur les bords de la Loire, Saint-Michel, Saint-Patrice, Ingrandes et Restigné. Le fermier des dîmes de la prévôté décrit ainsi en 1766 cette dernière paroisse qui relève de l’élection et subdélégation de Saumur mais par ailleurs du bailliage de Chinon :

  • 51 A.D.I. et L., G 841.

« La paroisse de Restigné est située à dix lieues de la ville de Tours et cinq de la ville de Saumur, partage la Touraine d’avec l’Anjou, à une lieue de la rivière de Loire du côté du Nord ; elle est moitié en pays plat et l’autre moitié à mi côte son étendue est de deux lieues au-delà de Continvoir et des Essards, le tout [dans cette dernière partie] en landes et bruères communes aux habitants des paroisses circumvoisines »51.

  • 52 La disparition des rôles de raille de l’élection de Saumur dont dépendaient la plupart de ces paroi (...)
  • 53 J.-M. GORRY, op. cit., p. 88.

36Ces pacages de médiocre qualité sont suffisamment vastes pour que ne s’élèvent pas de contestations entre les utilisateurs. Les limites s’étaient peu à peu fixées en fonction de la commodité et des intérêts des habitants qui, lors de leur installation dans une clairière de défrichement, se rattachèrent à la paroisse la plus facile à atteindre. La situation52 était ainsi réglée avant le xviiie siècle car il ne semble pas que les mesures en faveur des défrichements prises alors aient eu beaucoup de succès et les paroisses de Continvoir et des Essards n’ont connu qu’un faible essor démographique. C’est seulement au xixe siècle que ces landes furent partagées après de savants arpentages53.

  • 54 L. HERPIN, La propriété et la gestion des communaux de Parilly à la fin de l’Ancien Régime, p. 680. (...)
  • 55 Voir texte n° 9

37Les prés sont abondants dans les vallées où ils sont soumis aux inondations et où ils constituaient, surtout dans l’ouest de la province, une bonne partie des communaux. Dans la basse vallée de la Vienne, où les limites sont imprécises, l’usage de prairies et marais communs était un enjeu important et opposait des paroisses comme Savigny et Beaumont-en-Véron, Parilly et Saint-Louans. Les problèmes y étaient anciens et les traces en existent dans les archives communales. En 1740 Cinais et Saint-Louans entrent en conflit à propos de cinq arpents de communs que Cinais fait enclore et dont Saint-Louans lui conteste la propriété en s’appuyant sur un vieil arpentage ; à son tour cette paroisse entend, en mars 1777, clore une partie de ses communs pour les mettre à l’abri des dégradations commises par les bestiaux des paroisses voisines. II fallut attendre février 1786 pour arriver à une transaction et à un bornage définitif entre les deux paroisses54. Toutefois l’union entre les paroisses put être rétablie dans l’opposition aux projets de dessèchement élaborés au xviiie siècle55.

2 - Les paysages de l’ager

38Arbres et haies sont partout présents dans les paysages de Touraine. Dans tous les baux de location figurent des clauses concernant la plantation et l’entretien des arbres et des haies ; même si elles sont souvent répétitives elles montrent l’importance que les propriétaires leur accordent ; les locataires ne doivent pas abattre les arbres. La distinction entre les arbres fruitiers et les autres est importante mais non essentielle, car tout arbre à son utilité.

  • 56 A.D. I. et L., 3F153, mémoire anonyme, dont il manque la première page. Aucune indication du texte (...)

39Les champs sont partout complantés d’arbres fruitiers ; les noyers croissent dans toute la province mais prospèrent surtout sur les sols calcaires. Les pommiers sont nombreux au nord de la Loire tandis que les pruniers, les cerisiers et les poiriers ou encore les amandiers abondent au sud, en particulier autour de Sainte-Catherine-de-Fierbois qui fait grand commerce de « prunes cuites ». La campagne a perdu nombre de ses arbres fruitiers à la suite des grands hivers de 1709, 1740 ou 1789, sans en retrouver ensuite la même densité, en particulier en ce qui concerne les noyers. Dans les environs de Tours, bien que l’opération organisée par les autorités n’ait pas donné les résultats escomptés, les mûriers se sont multipliés et cette culture a gagné la région de Chinon et le Lochois56.

  • 57 A.D. I. et L., Q 155b.
  • 58 A.D. I. et L..G39.
  • 59 A.D. I. et L., 3E45/83 et 84, minutes Belle, notaire à Neuvy-le-Roi.
  • 60 P. AUDIN, J.-M. COUDERC et al, Dictionnaire des communes de Touraine, p. 52.

40Les « crêtes » des fossés qui entourent prés et vignes portent des arbres ; quand un propriétaire fait creuser un fossé, il prévoit la plantation sur le talus de saules ou de « brouillards » dans les zones les plus humides ; près de Tours, il s’agit souvent de mûriers57 dont les plants peuvent être pris à la pépinière du Plessis. La partie la plus importante du fossé est le creux qu’il faut curer régulièrement. Ces tranchées atteignent des dimensions importantes : en 1763, les locataires d’une métairie à Céré-la-Ronde en Lochois doivent faire chaque année 6 toises (environ 12 mètres) de fossés ayant 6 pieds (2 mètres) de large et 4 (1,3 mètre) de profondeur ; leur creusement et leur entretien procurent de nombreuses journées de travail aux « fosseyeurs ». Les fossés sont le plus souvent accompagnés d’un rideau végétal. Quelques haies sont en épines sèches « portatives » : les habitants de l’île Saint-Martin, dans la seigneurie d’Huismes, ont peu à peu « anticipé » sur le bois Chétif propriété du chapitre cathédral en repoussant les haies qui marquaient la limite58. Elles sont plus souvent « vives », en « épine blanche » ou « noire » ; elles doivent être régulièrement entretenues et « bouchées ». Dans le nord de la province, le principal souci des propriétaires est de ne pas laisser cette végétation devenir envahissante : les locataires doivent réduire l’épaisseur des haies si par négligence, leurs prédécesseurs les ont laissé croître59. Dans le sud-ouest du Véron où existe-le bocage le plus dense que la province connaisse60, près de la Vienne, les haies sont souvent doubles et encadrent un fossé qui en ce cas, sert vraiment au drainage. Les « chaîntres » existent en particulier en Chinonais, ils portent souvent des noyers et servent de pacage aux vaches ou aux chèvres ; mais de plus en plus de baux prévoient qu’ils seront défrichés et remplacés par une haie.

  • 61 A. SCHULE et C. COUTY, « L’évolution du paysage agraire de la Gâtine tourangelle », Cahiers de la L (...)

41La Touraine n’est pourtant pas un pays de vrai bocage. Si différents plans prouvent bien que de nombreuses haies sont présentes, elles sont souvent discontinues, en particulier autour des pièces de terres labourables, et elles ne forment pas un maillage serré. D’autre part, elles peuvent englober plusieurs parcelles dans des blocs aux formes irrégulières qui ne constituent pas de « quartiers » où la culture est organisée de façon uniforme61. Les haies et fossés mentionnés dans les baux concernent peu les terres labourables et en font rarement le tour. Par contre, les surfaces précieuses et peu étendues comme les prés appartenant à une exploitation, les « sainfoins », les taillis, sont encloses mais seulement de haies et fossés. Plus encore à protéger, les vignes sont définies par leurs limites mêmes ; elles sont des « clos » entourés de haies et de murs parfois restés en place une fois les ceps disparus. Les lieux habités, qu’ils soient isolés ou regroupés en hameaux, se signalent toujours par la présence de murs. En particulier dans le sud-ouest de la province et dans les marges poitevines, les maisons sont « à cour fermée », ceinte par des murs de pierre dans lesquels s’ouvrent un portail et une petite porte ; elles s’accompagnent d’un jardin et très souvent d’une parcelle en vigne eux aussi enclos. Ailleurs, sur les plateaux comme dans les vallées, la maison et les bâtiments d’exploitation, nombreux et spécialisés (grange, écurie, étable, « toit » à moutons.) mais de petite taille, se disposent en ordre desserré autour d’une cour ouverte ; le plus souvent toutefois le jardin et la vigne sont « renfermés » de murs ou de fossés, ou encore de fossés et de haies vives. À Savonnières, dans la vaste métairie de la Grande Barre, la cour est renfermée de murs, le jardin de haies vives et une allée de noyers mène de la porte de la cour aux terres cultivées ; dans la même paroisse, à la métairie de l’Oucherie, haies vives et fossés encerclent le centre habité qui occupe 3 arpents en bâtiments, jardin, vigne et terre. Toutes les descriptions de closeries insistent sur la place que le jardin tient ; il est renfermé sur trois côtés par des murs et sur le dernier par la maison.

  • 62 A.D.I. et L., E 219.

42Dans les domaines seigneuriaux, la présence et la longueur des murs sont un symbole de la puissance du propriétaire : le parc du château de Véretz est totalement clos. Madame de Sennevières, seigneur fort avisé, possède elle aussi un parc fermé de murs, tout comme l’est son verger qui contient la « fuye », le pressoir et une grange ; les parcelles en vigne et les bois dont elle a gardé l’exploitation sont délimités par des fossés et des haies vives. À Ligré, dans le domaine de la haute Chancellée, le château, ses dépendances, les cours et jardins, soit une surface de 4 arpents, sont ceinturés de murs que l’on trouve aussi autour des vignes, tandis que les prés et quelques morceaux de terre sont bordés de fossés62.

  • 63 A.C. Chinon, II 6, communaux de Saint-Louans.
  • 64 A.D. I. et L..C93.

43Les clôtures, quelles qu’elles soient, marquent d’abord la propriété privée et autorisent un usage totalement individuel. Elles sont parfois symboliques puisqu’un pré « guémeau » peut être interdit à la vaine pâture par un simple signe comme un bouquet de branches ou une gerbe de paille. Quand un défrichement est opéré, il s’accompagne de l’établissement d’une clôture ; lorsque le comte de Rochecot fait faire « pour la clôture de ses domaines » des fossés que les paysans comblent aussitôt, il veut marquer sa propriété pleine et entière et empêcher la pratique des usages traditionnels. Quand une paroisse donne en location à un particulier une portion de communaux, elle la fait enclore ; ainsi à Saint-Louans, les prés enclos sont « mis en réserve » et loués aux habitants63. Les fossés ne servent donc pas d’abord à drainer les sols, qui en auraient pourtant bien besoin, mais à interdire les intrusions de l’extérieur, comme celles des bestiaux. Les baux précisent le plus souvent que les « bouchures » doivent être entretenues pour « se garder des dommages des bestiaux d’autrui » ou pour empêcher les charrettes de passer dans les champs. Les fossés et les haies ont donc avant tout un but de protection, de mise « en défens ». En 1767, un habitant de Loudun est dénoncé pour avoir fait planter en vigne 33 boisselées d’une terre que les habitants jugent bonne à porter du blé ; de plus, il « a affecté de ne faire renfermer le terrain ni de murs ni de haies ni de fossés en sorte que les bestiaux ne pourront pacager dans la campagne sans être exposés à entrer dans cette nouvelle plantation »64. Il faut éviter les « mésus » accidentels causés par les troupeaux qui se gardent seuls, mais aussi empêcher la pratique des droits de vaine pâture sur des terrains qui lui sont désormais soustraits. En 1763, les fossés creusés autour du Bois Chétif à Huismes sont « fondus » par les habitants qui veulent continuer à y envoyer leurs bestiaux.

  • 65 A.D. I. et L., 47 J1 et J2, terrier de madame de Béthune-Sully (vers 1787).
  • 66 A.D. I. et L., C 86, lettre du subdélégué de Tours en date du 22 février 1786.
  • 67 L’expression de « pays coupé », au xviiie siècle, évoque plutôt les formes de relief que les paysag (...)
  • 68 M. HUBERT, « Un pays de Touraine aux paysages très contrastés : le Véron », Cahiers de la Loire moy (...)
  • 69 « Description du pays véronnais », BSAVC, t. III, n° 6, 1933, p. 361-366.

44Dans le nord de la province, quand on se rapproche de la petite Beauce, les haies ne disparaissent pas mais se raréfient : dans les domaines de Madame de Béthune-Sully, aux alentours de Neuvy-le-Roi65, de façon nette les champs, de forme irrégulière, sont « ouverts », les haies sont autour des prés ou landes et elles s’allongent souvent en deux lignes parallèles de part et d’autre des chemins : elles empêchent ainsi l’accès des terres aux animaux qui, en Touraine, ne sont pas sous la garde d’un berger commun et « par la force de l’habitude, sortent des étables, vont paître et reviennent, presque partout, sans conducteurs »66. Pour trouver des paysages qui ressemblent vraiment au bocage il faut aller vers l’ouest et le nord-ouest de la province. Aux confins de l’Anjou, dans la région de Château-la-Vallière, les haies se multiplient. Le paysage prend de plus en plus l’allure de ce « pays coupé [...] mêlé continuellement par différentes espèces de cultures, des bois, des prés, surtout beaucoup de vignes » que décrit le subdélégué de Saumur en 178567. À l’extrémité du triangle que forment la Loire et la Vienne, le contraste est net entre les zones découvertes de la région des « puys » à l’est et les paysages du Véron, à l’ouest68. Gilles Latourette au début du xixe siècle décrit un bocage très dense, caractérisé par l’abondance des haies et des arbres de toutes sortes et par une forte dispersion de l’habitat ; l’auteur explique judicieusement celle-ci par la difficulté des transports : dans des terrains humides, les chemins sont boueux et impraticables presque en toute saison, aussi le paysan préfère-t-il habiter près de ses champs et éviter les déplacements de travail. Le même paysage se retrouve un peu plus à l’est, aux alentours de l’Ile-Bouchard, où se mêlent forêt, landes, vignes et petits champs complantés. Comme les sols imperméables l’emportent en Touraine, les difficultés de déplacement sont partout une des raisons majeures de la multiplicité des lieux habités, dans des territoires paroissiaux aux vastes dimensions pour la plupart69.

45Le droit de clore ses « héritages » est reconnu par la coutume de Tours. Il n’existe qu’une exception : elle concerne les parcelles de pré dans les « grandes prairies » qui bordent la Vienne et qui doivent rester ouvertes à la dépaissance collective puisqu’elles sont en grande partie des communs. Toutefois quelques parcelles sont fermées : elles le sont depuis toujours ou elles font partie de ces prés dont la nature de pré « guémeau » est bien attestée. À l’instar des autres provinces de l’Ouest, la Touraine n’a pas été concernée par les édits permettant la clôture.

  • 70 R. DION, op. cit., planche XLVIII. A.D. I. et L., E 359, terrier de Bréhémont.

46Le principal obstacle au développement des haies, souvent souhaité par les propriétaires qui insèrent dans les baux des clauses en ce sens, vient de la parcellisation qui peut être poussée à l’extrême dans certains terroirs ; ainsi dans les varennes près de Tours70, de Bréhémont ou de Langeais, cas extrêmes : « Les terres sont singulièrement divisées dans toutes les paroisses ». Il serait très dispendieux d’établir une clôture à chaque fois. Dans ces zones, l’opposition entre des parcelles massives et des lanières en « lames de parquet » éclate sur les plans terriers. Les secondes appartiennent à des roturiers qui lors des partages n’hésitent pas à subdiviser toutes les parcelles car aucun héritier ne peut abandonner ses droits sur de bonnes terres ; l’absence de clôture matérielle permet dans ces zones une grande souplesse d’organisation des champs. Par contre dans les zones où domine la propriété noble et ecclésiastique, les pièces de terre ne sont pas soumises à ces partages et elles conservent, ou même accroissent, une surface plus étendue. Les terres des métairies possédées par les communautés religieuses sont souvent d’un seul tenant autour des bâtiments ou réparties en quelques blocs, aux formes toujours massives. Dans le terrier de la Ville-aux-Dames, le caractère tranché de ce contraste entre la métairie de la Carte appartenant au chapitre Saint-Gatien et les autres propriétés éclate ; la même opposition apparaît à Saint-Genouph où le chapitre de Saint-Julien détient le domaine de Nouy dont les champs ne sont pas subdivisés à l’extrême comme le sont les terres situées à l’est de cette métairie. Dans la carte de la paroisse de Saint-Venant de Luynes, les terres possédées par le duc de Luynes ou les propriétaires ecclésiastiques comme les prieurés forment des masses nettement visibles.

  • 71 A. YOUNG, Voyages en France, t. II, p. 723.
  • 72 Alors qu’il est très facile au subdélégué du Mans de caractériser le paysage du Maine en écrivant : (...)

47Au xviiie siècle, ainsi que l’a affirmé R. Dion, les haies ne sont « ni assez nombreuses ni assez rapprochées pour constituer un véritable bocage ». Champs complantés et haies discontinues se retrouvent partout. S’il est vrai que la Touraine a avec ses voisines occidentales un véritable point commun, l’étendue des landes et des « bruyères »71, contrairement à ce qu’écrit A. Young il n’est pas possible de ranger la Touraine dans les « pays de clôture » au même titre que la Bretagne et le Maine72. La réalité est beaucoup plus diverse ; il est difficile de qualifier d’un terme unique les paysages de Touraine tout en nuances et marqués par l’omniprésence de la vigne ; il n’est pas non plus possible d’y voir uniquement une opposition entre paysages de vallées et de plateaux ou encore une transition entre openfield et bocage traditionnels. De même la province associe pratiques communautaires et individualisme.

III - Communaux et usages communautaires

48En Touraine la vie rurale n’est pas étroitement réglée par des usages communautaires mais la situation n’y est pas aussi simple qu’en Bretagne et en Maine où grâce aux clôtures chacun est « maître chez soi ». La Coutume de la province ne consacre guère d’articles à ce sujet et elle n’est explicite qu’au sujet du pacage. La pratique de la rotation triennale avec jachère s’accompagne de quelques usages communautaires destinés à pallier en partie la pénurie des prés, mais non d’un système complet et contraignant.

  • 73 A.N. H1 1486.Ce texte signé de Daine, a sans doute été rédigé par le subdélégué général, Genty, qui (...)

49En 1769 un projet vise à établir une « loi générale » pour tout le ressort du parlement de Paris, destinée à abolir le droit de vaine pâture et à permettre la clôture des terres, à l’instar de ce que connaissaient déjà « plusieurs provinces du royaume ». Cet édit ne fut jamais édicté mais sa préparation donna lieu à la réalisation d’une vaste enquête auprès des intendants concernés ; elle fut reprise en 1787, Calonne semblant vouloir relancer la réforme. Les différentes réponses à ces enquêtes nous fournissent les renseignements les plus complets et les plus précis sur les pratiques communautaires en Touraine ; en effet, non seulement les circulaires émanant du pouvoir central, en l’occurrence les services du Contrôleur général, mais encore les réponses de l’intendant du Cluzel et celle de son successeur Daine ont été conservées73. Le texte de du Cluzel n’est pas toujours très clair car il ne fait pas la distinction, dans les usages communautaires, entre droit de parcours et vaine pâture, différence qui, au contraire, apparaît bien dans le rapport rédigé en 1787 sur la même question.

1 - La pratique de la vaine pâture

  • 74 Voir texte n° 7
  • 75 DUFREMENTEL, Nouveau commentaire sur la coutume de Touraine, p. 5.06.
  • 76 E. PALLU, Coutume du duché et bailliage de Touraine, anciens ressorts et enclaves d’iceluy, art. CC (...)

50La coutume de Touraine prévoit dans certaines conditions l’usage de la vaine pâture74 sur les terres et sur les prés mais elle ignore le « parcours » entre communautés ; pour autoriser la dépaissance collective, la coutume se fonde sur l’existence ou l’absence de clôture (réelle ou virtuelle), plus que sur la nature des cultures. Toute parcelle close est interdite et les bêtes trouvées en contravention peuvent être mises en fourrière ; les vignes sont particulièrement protégées. Le texte s’étend plus longuement sur le cas des prés : s’ils ne sont pas clos de haies ou de fossés, les « aumailles », les chevaux et les moutons y sont admis pour la seconde herbe. Les pâtureaux qui joignent ces « grandes prairies » sont, de la même manière qu’elles, ouverts aux bêtes75. Seuls les prés dits « guémaux », ou à deux herbes, peuvent être interdits76.

  • 77 AD. I. et L., C 86, selon le subdélégué de l’élection de Tours, chacun règle de lui-même le nombre (...)
  • 78 A.D. I. et L., B bailliage présidial de Tours, procédures criminelles 1781 ; plainte datée du 13 ma (...)
  • 79 Le nombre de moutons que les bouchers de Tours peuvent faire pacager aux environs de la ville est l (...)
  • 80 A.D. I. et L., G 52, sentence en faveur du chapitre Saint-Gatien contre les usagers du bois de Plan (...)
  • 81 A.C. Chinon II5, P.V. du 3 juillet 1769 : la communauté de Parilly décide de ne pas redonner en loc (...)
  • 82 A. SERRANO, La haute justice du duché pairie de Luynes 1770-1775, p. 159.

51Le mémoire de 1787 permet de préciser la situation à la fin du xviiie siècle. La vaine pâture a lieu après la moisson sur les champs sans clôture : « Lorsque les moissons sont faites dans les terres labourables et les gerbes enlevées, les champs qui ne sont pas enclos sont ouverts aux bestiaux indistinctement sans que les propriétaires puissent s’y opposer selon l’usage des provinces ». La limitation du nombre des bêtes que l’on peut envoyer sur les prés et les champs « dépouillés » en fonction des superficies possédées ou exploitées n’est pas mentionnée dans les textes du xviiie siècle77 et rien ne laisse penser qu’elle soit pratiquée. Tous les habitants y ont droit, même s’ils ne sont pas propriétaires ou locataires ; ils peuvent y mener des animaux qu’ils ont en bail à cheptel78. Par contre est souvent réaffirmée l’exclusion de tout bétail n’appartenant pas à un habitant de la paroisse79 ; les animaux doivent être marqués pour pouvoir être identifiés80. Toutes les démarches des communautés montrent leur ferme volonté de défendre leurs droits de dépaissance là où ils existent81 ; c’est l’occasion de conflits violents. Les problèmes de pacage et de vaine pâture occupent souvent les juges royaux et seigneuriaux ; dans le duché-pairie de Luynes, entre 1770 et 1775, ces affaires représentent 6 % des affaires civiles82.

  • 83 Par contre, la coutume de Loudun lui consacre un article.
  • 84 .Voir texte n° 8
  • 85 La date d’interdiction des prés est fixée au 8 mars mais pour les prés de la banlieue de Tours, le (...)

52La vaine pâture sur les champs et les jachères, pourtant à peine mentionnée dans la coutume de Touraine83, existe vraiment, fondée sur un usage immémorial, si bien « que tout propriétaire en défendrait en vain ses domaines devant les tribunaux ». Destinée aux moutons, elle est recherchée à cause des engrais qu’ils produisent : « la coutume est de mener paître les brebis et moutons dans les champs non occupés et non ensemencés ». Elle profite donc surtout aux exploitants les plus importants puisqu’ils détiennent la grande majorité des ovins. De plus, il n’est pas du tout interdit à un propriétaire de fermer ses champs pour échapper à cette dépaissance collective ; il ne semble cependant pas que de nombreuses terres aient été encloses pendant le xviiie siècle. La question de la vaine pâture sur les prés non communs est beaucoup plus délicate. L’enjeu social et économique est encore plus important puisque seuls sont admis sur les regains les bêtes de trait et les vaches : « jamais on n’envoie les brebis et moutons paître dans les pacages communs où vont les chevaux et vaches parce que les moutons gâtent l’herbe et qu’ils l’infectent »84. La dépaissance sur les prés est partout interdite de la mi-mars jusqu’à la fenaison, et la vaine pâture ne peut se faire que sur la seconde herbe, celle des regains85 :

  • 86 A.N. H1 1486.

« Voici de quelle manière s’explique la coutume de Touraine, titre XVIII, article 202 : les bêtes chevalines, aumailles, bêtes à laine et ânes, peuvent pâturer es prés non clos à hayes ou fossés, depuis que l’herbe est fauchée, fanée et enlevée jusqu’au 8 mars, et quant aux prés gaimaux clos à fossés ou hayes, n’y peuvent pâturer, et si après elles y sont trouvées, ceux à qui appartiendront les prés ou autres leurs serviteurs ou commis pourront les prendre si faire le peuvent, et les mener incontinent en prison »86.

  • 87 En 1782 encore, un arrêt du parlement de Paris rappelle cette disposition de la coutume de Touraine
  • 88 Selon Dufrementel, op. cit., p. 508, il semble qu’au xviie siècle, cette date soit de plus en plus (...)
  • 89 A.D. I. et L., E 194, Scot de Coulange, qui donne en location de très nombreuses parcelles de pré a (...)
  • 90 Cette particularité de la Touraine a dû être mal comprise par le commis parisien qui rédige la synt (...)

53Il faut donc distinguer les prés selon qu’ils sont clos ou ouverts, mais aussi dans ce dernier cas, selon qu’ils sont guémeaux ou non. La clôture, quelle que soit sa nature, empêche tout pacage collectif ; le détenteur d’un pré enclos ou guémeau garde alors la disposition des deux coupes d’herbe. Si le pré est ouvert, il devient commun dès que la première herbe est enlevée87 et le reste jusqu’au 8 mars88 ou à la fin de ce mois. Beaucoup de prés à deux herbes sont clos, comme l’a montré l’étude du paysage rural, et échappent ainsi à la vaine pâture ; quand la parcelle de pré est louée, c’est souvent le propriétaire qui se réserve le regain89. Le propriétaire d’un morceau de pré situé dans une « grande prairie », au bord de la Loire, de la Vienne ou du Cher, peut en défendre l’accès au troupeau commun, même après la première coupe d’herbe, si son pré a été « de toute antiquité » dit guémeau ou à regain90 ; il lui suffit de le marquer d’un signe quelconque et il n’est pas nécessaire d’y établir une clôture.

  • 91 A.D. I. et L., C 86, rapport du 26 novembre 1785.
  • 92 A. DE BOISLILE, Correspondance des contrôleurs généraux, t.I, p. 120 ; lettre du 30 juin 1693.
  • 93 Cette absence de berger explique peut-être le long des chemins la présence de haies qui empêchent l (...)
  • 94 A.D. I. et L., 3E20/74, minutes Augustin, 1763.
  • 95 En 1717 et 1718, la crue de la Loire ayant détrempé les sols de la vallée, on craint les dégâts cau (...)

54L’élection de Tours ignore totalement la pratique du berger commun91 : « L’usage général dans la province est que tous les bestiaux aillent librement dans les prés aussitôt que la fauchaison est terminée »92. La Coutume déclare que « le droit commun d’envoyer les bestiaux dans ces grandes prairies, après la première herbe enlevée, n’oblige à aucune garde »93. La garde est donc assurée individuellement ; c’est souvent la tâche des enfants. Néanmoins, lorsque la paroisse dispose de communaux, il arrive que les bêtes, uniquement des bovins, soient gardées en groupe par un berger qui veille en même temps à empêcher des troupeaux venus d’autres paroisses de pénétrer dans ces terrains. Les vaches élevées par les journaliers qui ne disposent pas de prés sont menées le long des chemins ou des chaintres et « gardées à la corde » pour éviter les mésus94. Des circonstances exceptionnelles font suspendre l’ouverture des prés aux troupeaux communs après la fenaison : en conséquence des intempéries, inondations ou sécheresse, les autorités de police interdisent le pacage sur les prairies ou limitent le nombre d’animaux qui peuvent y être admis. Le lieutenant de police de Tours doit fréquemment prendre de telles ordonnances95. Le 9 juillet 1746, douze habitants de Chinon, Parilly et Ligré qui sont propriétaires de la plus grande partie de la prairie de Grigny à Parilly, demandent qu’elle soit « retenue » jusqu’au 15 septembre car abîmée par les inondations la récolte a été faible ; les propriétaires souhaitent ainsi, même si ce n’est pas l’usage, pouvoir ramasser le regain avant d’ouvrir la prairie au troupeau commun.

55La vaine pâture entraîne la contrainte de l’assolement, qui est aussi imposée par le propriétaire. La faiblesse de ces pratiques révèle bien celle des communautés d’habitants.

2 - Les droits sur les communaux et les droits d’usage

  • 96 G. BOURGIN, Le partage des communaux, p. 491.

56Les terres, landes et pâtis communaux permettaient de développer l’élevage et assuraient ainsi la production d’engrais : « on doit dire que les biens communaux d’une paroisse sont le vrai préciput des propriétaires [...] parce que ces communaux donnent de l’engrais pour les terres à ensemencer »96. L’utilisation de ces pacages et prés communs est un des éléments de la richesse et de la diversité des activités agricoles en Chinonais : la culture intensive n’est rendue possible que grâce à l’abondance du fumier ; c’est celle- ci qui a permis sans doute aussi de pratiquer des cultures comme celle du maïs ou des légumes qui n’existe pas ailleurs dans la province.

  • 97 A.D. I. et L., H 757. Désormais à l’abri des crues grâce à la construction de la levée, cette terre (...)

57Sous l’Ancien Régime, les communaux allodiaux sont très rares et comme en Touraine il n’est « nulle terre sans seigneur », le seigneur peut reprendre le commun si les usagers ne font pas la preuve de leur propriété ; l’usage immémorial ne suffit pas. C’est ainsi que l’abbaye de Beaumont- lès-Tours entend, en 1779, rentrer en possession d’un « terrain vague » de 8 arpents qui servait de pacage aux animaux de la paroisse de Saint-Jean-de-Beaumont. Selon les habitants, « quoiqu’ils n’aient aucun titre que le terrain dont il s’agit soit une commune, la possession où ils sont d’y faire pacager leurs bestiaux est plus que suffisante pour anéantir la prétention de l’abbaye, possession non interrompue depuis plus d’un siècle » ; à quoi l’économe répond que « les habitants convenant n’avoir aucun titre et ne payant à l’abbaye ni cens ni redevance à cause du droit de pacage, il s’ensuit nécessairement qu’ils n’ont aucune propriété de ce droit »97. Conscients qu’ils ne peuvent pas se défendre et qu’aucune « prescription n’est admise contre ce droit du seigneur », les habitants reconnaissent les droits de l’abbaye ; mais en échange elle leur accense plusieurs lopins « dont depuis plusieurs années, elle a toléré la jouissance à leur profit pour en former une commune ».

58Pour éviter toute spoliation, les habitants de la basse vallée de la Vienne s’appliquent à payer régulièrement le cens sur les prairies ; ainsi le doyen d’Huismes reçoit une livre et demie de beurre par tête de gros bétail admise sur les communs concédés à la paroisse. Quand il le faut, les paroisses de Cinais et de la Roche-Clermault rendent des aveux pour leurs communs et reconnaissent devoir le cens : pour 100 arpents de marais tenus en fief de la seigneurie de la Roche, les habitants paient 5 sous par an.

  • 98 A.C. Chinon, II 5 ; le dimanche 10 avril 1774, les habitants de Parilly se sont réunis pour s’oppos (...)
  • 99 On retrouve les mêmes arguments développés par les paysans bénéficiaires des usages dans le bois de (...)
  • 100 L’abbaye de Fontevraud y fait pacager 40 bœufs, 60 vaches et deux mille moutons qui servent à sa co (...)
  • 101 Dans ce total, la gabelle est comprise pour une somme de 4 476 lt. La population comprenant 381 feu (...)
  • 102 S.R.M. 165 dr 10, topographie médicale de Chinon en novembre 1776.
  • 103 A.D. I. et L., 3E20/73 et 74, minutes Augustin, Savigny-en-Véron, 1758-1764.

59Les communautés qui paient le cens disposent vraiment de la propriété utile de ces biens ; mais elles restent sous la menace de contestations avec le seigneur ou avec d’autres parties intéressées. Dans un mémoire daté de mai 1784, les habitants de Savigny et Avoine, qui sont menacés par des projets de dessèchement, démontrent que leurs titres sont incontestables : ils ont régulièrement payé les droits d’amortissement dont ils présentent les quittances. Selon eux ces prés communs de la Canche « ne sont point des Marais » ; tout juste les abords du « Lac de la Canche » sont-ils inondés en hiver98 ; le foin est excellent. Leur pays, loin d’être de « très mauvais pâturages plus néfastes qu’utiles », est « une des plus belles contrées du royaume », peuplée de nobles qui ont tous servi le roi, à l’instar des Rasilly, et d’habitants « des plus habiles et des plus infatigables ». Ces terres légères et sablonneuses sont cultivées comme des jardins grâce aux engrais fournis par un très abondant bétail ; elles abritent quatre cents familles, soit deux mille quatre cents personnes99. Ces pâturages, surtout utiles au printemps quand les prés sont « en défens », permettent de nourrir plus de quatre mille bêtes à cornes ou chevaux et autant de moutons100, ils servent à tous, aux plus pauvres qui élèvent une vache dont ils vendent le lait et aux plus aisés qui ont ainsi le cheptel suffisant pour l’exploitation des terres. Grâce à ces ressources, les deux paroisses de Savigny et Avoine paient au roi 15 613 lt d’impôt, somme que les habitants ont beau jeu d’opposer aux quelques livres de cens que le roi toucherait de l’auteur du projet de dessèchement, Toutaint des Guiberts101. Cette description pour idyllique qu’elle soit est corroborée par les rapports du Dr Linacier qui affirme que les marais sont rares car « la pente est assez grande pour n’y pas laisser séjourner trop longtemps les eaux » quand déborde la Vienne102. De même, les appréciations fournies par Toutaint des Guiberts sur la valeur marchande des bêtes élevées sur ces communs sont discutables dans les baux à cheptel : la valeur des vaches dites « maigres et de chétive espèce de vingt quatre livres la pièce » est en réalité, en moyenne, de 33 lt103.

  • 104 En 1744, les habitants du hameau de la Hardelière, paroisse d’Esvres, affirment contre les prétenti (...)
  • 105 A.D. I. et L., G 52.
  • 106 E. PEPIN, La haute et basse forêt de Chinon, des origines au xvie siècle.
  • 107 A.D. I. et L., Série E supplément, Inventaire-sommaire, p. 146.
  • 108 Les religieux du prieuré du Pommier aigre ont aussi droit à huit cordes de bois de chauffage, au pa (...)

60Les droits d’usage ressemblent d’une certaine manière à ceux qui découlent de la vaine pâture puisqu’ils permettent que les paysans tirent profit de biens qui ne leur appartiennent pas en propre ; ils peuvent être très variés104 mais n’ont pas le caractère systématique des droits sur les chaumes ou les regains. Les droits les plus importants s’exercent sur les forêts dont la propriété échappe aux paysans. Les plus répandus sont ceux de pacage (panage et glandée) ; le droit de bois mort et de mort bois ou encore celui de cueillette est moins souvent concédé ; en 1776, le seigneur de Cravant a accordé aux habitants un droit de pacage sur 40 arpents tout en conservant celui de la pêche. Si l’exercice du droit de vaine pâture est gratuit mais temporaire dans l’année, celui des droits d’usage sur les possessions d’un seigneur est soumis à redevance, mais il n’est pas limité dans le temps. Les paysans doivent acquitter des charges qui peuvent prendre des formes variées : dans le bois de Plante, le chapitre cathédral de Tours a concédé différents droits à l’herbe, aux épines et au bois, aux habitants des maisons établies sur ce territoire, à l’exclusion de tous autres, moyennant « un demi pain et un denier par chaque cheminée ou ménage et un pain et deux deniers pour ceux qui ont un four », et 3 deniers par porc pour la glandée. Ce domaine s’étend sur 451 arpents et 193 feux sont autorisés à y envoyer des bêtes, dont les fumiers permettent une culture intensive105. Dans la forêt de Chinon, indivise entre le roi et l’archevêque de Tours106, les habitants de Saint-Benoît-du-lac-mort ont depuis au moins le xvie siècle des droits d’usage ; ceux-ci s’étendent aux landes du Ruchard, dites aussi landes de Cravant, zone où la forêt a disparu107. Chaque ménage de cette paroisse et de ses voisines, Cheillé et Rivarennes, paie 1 sou par an au seigneur ; ainsi il a droit au mort bois et au bois mort destiné au chauffage de la maison, mais uniquement dans la haute forêt ; chaque feu ancien peut aussi envoyer deux porcs à la glandée et deux bêtes aumailles au pacage108. Ces droits, qui excluent le bois de construction, sont fondés sur l’usage et le versement des redevances ; ils ont été plusieurs fois confirmés moyennant ce paiement symbolique. Les seuls animaux qui soient autorisés à pacager dans les forêts sont les chevaux, les « bêtes à cornes » et les porcs ; les autres bêtes peuvent être confisquées si elles sont trouvées dans les bois.

61Divers droits d’usage sur l’herbe existent : il est de tradition qu’au printemps, les femmes sarclent et ramassent l’herbe des vignes et des champs de blé. Mais en juin 1742, la sécheresse provoque la disette de fourrage et le lieutenant de police de Tours rédige une ordonnance pour interdire cette cueillette. En 1776, le marquis de Rasilly prend la même décision qui suscite de violentes réactions. Dans les affaires instruites par la justice du duché-pairie de Luynes entre 1770 et 1775, 16 procès traitent de poursuites contre des femmes et des enfants qui ont cueilli de l’herbe dans des terres, des vignes ou des prés appartenant à autrui.

  • 109 Il faut néanmoins attendre d’avoir une meilleure connaissance du contenu des archives des justices (...)

62Si les usurpations individuelles sur les landes ont toujours existé et ont parfois causé des problèmes, beaucoup plus graves ont été les querelles opposant entre elles plusieurs communautés à propos de l’usage des prés communs ; les différends avec les seigneurs paraissent nettement plus rares109. La défense des droits est un des facteurs, par ailleurs assez rares, de cohésion des communautés d’habitants et au cours du siècle elle a réuni, dans des alliances qui peuvent paraître hétéroclites, différentes parties intéressées à leur maintien.

Notes

1 R. DION, Le val de Loire. Étude d’histoire régionale, p. 587. Selon R. Dion Rabelais inventa l’expression de « jardin de la France » ; en fait il semble qu’elle soit de F. Florio et qu’elle désigne Tours comme centre du royaume et nouveau jardin d’Eden. Celle de « l’habit de bure » est utilisée par Risler dans le cours de Géologie agricole en 1884.

2 A.D. I. et L., C 337. Les réponses pour l’élection de Tours, la plus importante, sont très sommaires et ne disent rien de la géographie de la production agricole.

3 Archives du ministère des Affaires étrangères, M. D. France 1767

4 A.N. F12 1241.

5 M. RONCAYOLO, « Histoire et géographie : les fondements d’une complémentarité », AESC, 1989, n° 6, p. 1427-1434.

6 R. DION, op. cit., p. 457.

7 F. BRAUDEL, L’identité de la France, t. II, p. 56. À chacun correspond une « micro-économie ».

8 R. DION, op. cit., livre I.

9 De plus, vers le sud, les rivières constituent la limite des greniers à sel ou la frontière avec les pays rédimés de gabelle et elles forment vraiment une coupure.

10 R. DION, op. cit, p. 152.

11 DUVERGE, « Analyse des Terres de la Province de Touraine », Recueil des délibérations et mémoires de la société royale d’Agriculture de la Généralité de Tours pour l’année 1761, p. 72-103.

12 C. CHEVALIER ET G. CHARLOT, (Études sur la Touraine, p. 5.

13 F. BRAUDEL, op. cit., p. 118.

14 J.-M. COUDERC, « À propos de la Gâtine tourangelle. Réflexions sur le terme de Gâtine », Norois, 1971, n° 71, p. 5 à 13.

15 R. DION, op. cit., p. 73.

16 P. FENELON, Les pays de la Loire, p. 40-44.

17 J.-P. DESAIVE, J.-P. GOUBERT et al, Médecins, climat et épidémies à la fin du xviiie siècle, p. 48 à 50 (publication des relevés de Linacier, conservés à la S.R.M., 165 dr 10).

18 M. LACHIVER, Les années de misère. La famine au temps du grand roi, p. 274.

19 F. LEBRUN, Les hommes et la mort en Anjou aux xviie et xviiie siècles, p. 138.

20 A.M. Tours, BB 75, f° 179.

21 A.D. I. et L., 4E205/3, R.P. Saché, 1789. Selon le curé, le vin a gelé dans le calice pendant la célébration de la messe en plein midi, le 24 décembre 1788.

22 A.D. I. et L., C 98, lettre du subdélégué de Richelieu.

23 « Journal d’un habitant de Tours », loc. cit., p. 215.

24 A.D. I. et L., C 84.

25 P. PINCHEMEL, La France, t. I, p. 128.

26 A.D. I. et L., 4E205/3, R.P. Saché (orthographe modernisée).

27 A.N. G7 1635, lettre du 13 mai 1694.

28 R. DION, op. cit., p. 231, note 3.

29 A.M. Tours, BB 82, n°71.

30 A.D. I. et L., C 98, lettre de l’ingénieur Huet de Vaudour à du Cluzel (15 mars 1783).

31 A.D. I. et L., C 268, rapport du 5 mai 1760.

32 A.D. I. et L., 4E66/1, R.P. Saint-Michel-de-Chédigny, 25 novembre 1770.

33 R. PLANCON, La paroisse de Monts au xviiie siècle, p. 99.

34 En février 1784 le corps municipal de Tours avait prévu de rompre volontairement les levées en trois endroits pour permettre l’évacuation des eaux ; mais quand la glace arriva à Tours elle était déjà disloquée (MSAT, 1858, t. X, p. 58).

35 L’ingénieur des Ponts et Chaussées Marie avait pourtant fait prendre des précautions plus grandes encore qu’en 1784.

36 A.D. M. et L., C 27, registre, (copies de la correspondance de Marie), lettre du 21 janvier 1789.

37 R. DION, Les levées de la Loire (cet ouvrage reprend une partie de sa thèse, (Le val de Loire. Étude de géographie régionale).

38 R. DION, op. cit., p. 391-393.

39 A.D. I. et L., C 268.

40 A.D. I. et L., C 162.

41 Mais le milieu du xixe siècle connut une série de trois crues décennales catastrophiques : 1846, 1856 la plus monstrueuse, et 1866.

42 F. DUMAS, La généralité de Tours au xviiie siècle, p. 241.

43 MABILLE, « Notice sur les divisions territoriales et la topographie de l’ancienne province de Touraine », BEC, 1864-1865, p. 303-337.

44 A. MONTOUX, Loches et Beau lieu-lès-Loches, p. 131. Au carrefour avec la route principale, quatre pyramides sont édifiées.

45 A. CORVOL, L’homme et la forêt, p. 75 et sq. L’impossibilité d’expédier les bois impose l’utilisation sur place et contribue à l’installation des « usines à feu ».

46 A.D. I. et L., C 86, lettre du 4 janvier 1785 à l’intendant Daine.

47 A.D. I. et L., B 191 et 223. En 1740 les habitants de Loches et de Beaulieu-Lès-Loches volent du bois pour survivre.

48 A.D. I. et L., B 172, P.V. des 7 et 9 avril 1761. En 1750, des charbonniers ainsi que des « pâtres » sont accusés d’avoir mis le feu aux landes.

49 F. RIEUPEYROUX, « Le droit de chasse en France de la fin du Moyen Âge à la Révolution », L’Information historique, 1984, n° 1, p. 11.

50 A.D. I. et L., G 691 ; la paroisse d’Avon demande un vicaire.

51 A.D.I. et L., G 841.

52 La disparition des rôles de raille de l’élection de Saumur dont dépendaient la plupart de ces paroisses ne permet pas d’établir la géographie administrative exacte.

53 J.-M. GORRY, op. cit., p. 88.

54 L. HERPIN, La propriété et la gestion des communaux de Parilly à la fin de l’Ancien Régime, p. 680. Voir chap. 11.

55 Voir texte n° 9

56 A.D. I. et L., 3F153, mémoire anonyme, dont il manque la première page. Aucune indication du texte ne permet de localiser exactement le lieu de culture.

57 A.D. I. et L., Q 155b.

58 A.D. I. et L..G39.

59 A.D. I. et L., 3E45/83 et 84, minutes Belle, notaire à Neuvy-le-Roi.

60 P. AUDIN, J.-M. COUDERC et al, Dictionnaire des communes de Touraine, p. 52.

61 A. SCHULE et C. COUTY, « L’évolution du paysage agraire de la Gâtine tourangelle », Cahiers de la Loire moyenne, n° 14-15, 1985-1986, p. 103-116.

62 A.D.I. et L., E 219.

63 A.C. Chinon, II 6, communaux de Saint-Louans.

64 A.D. I. et L..C93.

65 A.D. I. et L., 47 J1 et J2, terrier de madame de Béthune-Sully (vers 1787).

66 A.D. I. et L., C 86, lettre du subdélégué de Tours en date du 22 février 1786.

67 L’expression de « pays coupé », au xviiie siècle, évoque plutôt les formes de relief que les paysages végétaux (cf. A. POITRINEAU, La vie rurale en Basse-Auvergne au xviiie siècle, p. 32).

68 M. HUBERT, « Un pays de Touraine aux paysages très contrastés : le Véron », Cahiers de la Loire moyenne, 1986, p. 14-24.

69 « Description du pays véronnais », BSAVC, t. III, n° 6, 1933, p. 361-366.

70 R. DION, op. cit., planche XLVIII. A.D. I. et L., E 359, terrier de Bréhémont.

71 A. YOUNG, Voyages en France, t. II, p. 723.

72 Alors qu’il est très facile au subdélégué du Mans de caractériser le paysage du Maine en écrivant : « presque tous les héritages des particuliers sont divisés et séparés par des haies et fossés », les subdélégués de Touraine ne disent rien de précis.

73 A.N. H1 1486.Ce texte signé de Daine, a sans doute été rédigé par le subdélégué général, Genty, qui connaissait beaucoup mieux la généralité que l’intendant.

74 Voir texte n° 7

75 DUFREMENTEL, Nouveau commentaire sur la coutume de Touraine, p. 5.06.

76 E. PALLU, Coutume du duché et bailliage de Touraine, anciens ressorts et enclaves d’iceluy, art. CCIII, p. 294.

77 AD. I. et L., C 86, selon le subdélégué de l’élection de Tours, chacun règle de lui-même le nombre de bêtes qu’il peut nourrir. Dans ses annotations sur la Coutume, Pallu estime que le pacage sur les terres labourables devrait être réservé aux bêtes des propriétaires et de leurs métayers et être interdit à ceux qui n’ont pas de terre, selon ce qui existe en Poitou. Cette limite n’existe pas en Touraine mais en pratique elle a lieu puisque les journaliers possèdent peu de moutons, seuls animaux à pouvoir se satisfaire des chaumes.

78 A.D. I. et L., B bailliage présidial de Tours, procédures criminelles 1781 ; plainte datée du 13 mars.

79 Le nombre de moutons que les bouchers de Tours peuvent faire pacager aux environs de la ville est limité à une bête par arpent

80 A.D. I. et L., G 52, sentence en faveur du chapitre Saint-Gatien contre les usagers du bois de Plante, datée du 6 février 1702.

81 A.C. Chinon II5, P.V. du 3 juillet 1769 : la communauté de Parilly décide de ne pas redonner en location un pré commun d’environ 10 arpents et de le partager entre les habitants « par portions qui répondraient aux taux de taille dont chacun est imposé ».

82 A. SERRANO, La haute justice du duché pairie de Luynes 1770-1775, p. 159.

83 Par contre, la coutume de Loudun lui consacre un article.

84 .Voir texte n° 8

85 La date d’interdiction des prés est fixée au 8 mars mais pour les prés de la banlieue de Tours, le lieutenant de police a le pouvoir de la modifier en fonction de l’état de l’herbe.

86 A.N. H1 1486.

87 En 1782 encore, un arrêt du parlement de Paris rappelle cette disposition de la coutume de Touraine.

88 Selon Dufrementel, op. cit., p. 508, il semble qu’au xviie siècle, cette date soit de plus en plus souvent repoussée jusqu’au 25 mars.

89 A.D. I. et L., E 194, Scot de Coulange, qui donne en location de très nombreuses parcelles de pré au milieu du xviiie siècle, se réserve le plus souvent « le regain et la seconde herbe », ainsi que les arbres.

90 Cette particularité de la Touraine a dû être mal comprise par le commis parisien qui rédige la synthèse ; en effet il parle de la jurisprudence du pays qui assujettit celui qui veut clore à des dommages et intérêts. En réalité, ces derniers s’appliquent aux habitants qui veulent enclore des parcelles de prés non guémeaux. Le rapport de 1787 est beaucoup plus clair à ce sujet.

91 A.D. I. et L., C 86, rapport du 26 novembre 1785.

92 A. DE BOISLILE, Correspondance des contrôleurs généraux, t.I, p. 120 ; lettre du 30 juin 1693.

93 Cette absence de berger explique peut-être le long des chemins la présence de haies qui empêchent les bêtes de pénétrer dans les champs.

94 A.D. I. et L., 3E20/74, minutes Augustin, 1763.

95 En 1717 et 1718, la crue de la Loire ayant détrempé les sols de la vallée, on craint les dégâts causés par le piétinement des animaux.

96 G. BOURGIN, Le partage des communaux, p. 491.

97 A.D. I. et L., H 757. Désormais à l’abri des crues grâce à la construction de la levée, cette terre jusqu’alors inondable peut être desséchée, d’où le brusque intérêt que lui porte l’intendant de l’abbaye.

98 A.C. Chinon, II 5 ; le dimanche 10 avril 1774, les habitants de Parilly se sont réunis pour s’opposer au projet.

99 On retrouve les mêmes arguments développés par les paysans bénéficiaires des usages dans le bois des Plantes près de Tours.

100 L’abbaye de Fontevraud y fait pacager 40 bœufs, 60 vaches et deux mille moutons qui servent à sa consommation.

101 Dans ce total, la gabelle est comprise pour une somme de 4 476 lt. La population comprenant 381 feux, l’impôt moyen par feu est de 41 lt.

102 S.R.M. 165 dr 10, topographie médicale de Chinon en novembre 1776.

103 A.D. I. et L., 3E20/73 et 74, minutes Augustin, Savigny-en-Véron, 1758-1764.

104 En 1744, les habitants du hameau de la Hardelière, paroisse d’Esvres, affirment contre les prétentions du seigneur de la Dorée « être dans une possession immémoriale de se servir de [la] fontaine pour leurs besoins ».

105 A.D. I. et L., G 52.

106 E. PEPIN, La haute et basse forêt de Chinon, des origines au xvie siècle.

107 A.D. I. et L., Série E supplément, Inventaire-sommaire, p. 146.

108 Les religieux du prieuré du Pommier aigre ont aussi droit à huit cordes de bois de chauffage, au panage de 12 porcs et au pacage de 12 aumailles.

109 Il faut néanmoins attendre d’avoir une meilleure connaissance du contenu des archives des justices seigneuriales pour savoir si la rareté des conflits entre seigneurs et communautés n’est pas due à un problème documentaire.

Table des illustrations

Titre Secours accordés à la Touraine à la suite des inondations de 1755
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17122/img-1.png
Fichier image/png, 133k

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search