Version classiqueVersion mobile

Les campagnes de Touraine au XVIIIe siècle

 | 
Brigitte Maillard

Première partie. « Le jardin de la France » au XVIIIe siècle

Chapitre 1. Hommes et territoires

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Les trois rapports qui, rédigés dans le cadre d'une enquête nationale, traitent de la généralité de Tours en 1664, en 1698, et enfin en 1762-1766 s'attachent tous dans les premières pages à décrire la géographie administrative de la circonscription. Celle-ci, la cinquième en France par la superficie, regroupe trois provinces : le Maine et la Touraine de superficies assez proches, et l'Anjou plus étendu et plus peuplé. Le cadre géographique même est très stable puisqu'il ne subit plus de remaniement après 1587 ; la transformation progressive de la circonscription financière en zone d'administration d'un commissaire du roi ne provoqua aucun bouleversement. L'importance de la Touraine vient en grande partie de son rôle historique et, seul vestige d'un glorieux passé, du choix de Tours comme capitale de la généralité. La proximité de la résidence de l'intendant rend les élections tourangelles plus faciles à administrer.

  • 1 Il apparaît que la population bretonne à la fin du xviie siècle a été fortement sous-estimée par Va (...)
  • 2 M. REINHARD, « La population de la France et sa mesure, de l'Ancien Régime au Consulat », Contribut (...)

2À la fin du xviie siècle, la généralité de Tours constituait un espace intermédiaire entre ce morceau du « monde plein » qu'était la France du nord-ouest maritime, Normandie et Bretagne, provinces limitrophes1 où les densités dépassaient 50 habitants par km2, et les régions plus faiblement peuplées comme le Poitou, le Berry ou le sud-est du Bassin parisien. À la fin de l'Ancien Régime, l'augmentation de population est plus forte, semble-t-il, dans la généralité de Tours que chez ses voisines, en particulier l'Orléanais et le Poitou ; mais elle reste relativement sous-peuplée : elle se place au douzième rang des généralités. La population est inégalement répartie entre les trois provinces concernées. La Touraine est la plus petite mais elle est aussi la moins peuplée et la densité de population y est plus faible que la moyenne. Cette faiblesse apparente davantage la Touraine au Poitou ou à l'Orléanais qu'aux provinces occidentales2.

  • 3 J. DUPAQUIER, La population rurale du Bassin parisien à l'époque de Louis XIV, t. 2, p. 200.
  • 4 Id, p. 199.

3Comme J. DUPÂQUIER l'a montré, à la fin du règne de Louis XIV, la répartition de la population rurale dans la généralité de Tours se distingue de celle des autres circonscriptions du bassin parisien : la taille des communautés rurales, soit celles ne dépassant pas 600 feux, y est nettement plus grosse. Èn 1713, 27 % de communautés ont plus de 200 feux, soit deux fois plus que dans les généralités d'Alençon et d'Orléans3. La généralité de Tours présente aussi des caractères originaux en ce qui concerne la dispersion de l'habitat : dans un tiers des communautés, on trouve plus de neuf lieux habités dans un rayon d'un kilomètre autour du centre du village symbolisé par le clocher4.

Population des paroisses (en feux)

Population des paroisses (en feux)

Répartition(en %)des communautés rurales d’habitants selon leur population dans la généralité de Tours et ses voisines en 1713

  • 5 Il, p 202.

4L'originalité de la généralité de Tours apparaît clairement : sur 1511 paroisses rurales, un tiers seulement sont de très petites paroisses ; un quart dépasse 200 feux et 4 % ont entre 400 et 600 feux. La zone renferme environ 11 % des feux du bassin parisien mais un tiers (35,5 %) des paroisses a entre 400 et 600 feux, contre 5,6 % seulement de communautés très réduites ; elle compte deux fois moins de petites paroisses que la moyenne. La transition entre petites communautés et gros bourgs se fait bien, grâce à la présence de villages de taille moyenne. La région se distingue aussi par le nombre des bourgs5 : ils sont 297, soit presque une communauté sur cinq (19,1 %) ; la participation des chefs de feu aux assemblées y est, semble-t-il, moins active que dans les plus petites.

I - La province

  • 6 voir cane n° 1
  • 7 B. CHEVALIER, « Les antécédents de la région Centre : le diocèse de Tours », Atlas de la région Cen (...)

5Malgré sa petite taille ou peut-être grâce à elle, la réalité de la province affirmée depuis le Moyen Âge s'est maintenue à la naissance du département créé à sa place en 1790. Il existe, à l'intérieur des différentes circonscriptions6, une cohérence qui vient démentir en partie les affirmations sur la complexité et l'enchevêtrement des limites administratives sous l'Ancien Régime. Seule la carte des circonscriptions judiciaires apporte une fausse note ; mais B. Chevalier a bien montré que ce n'était pas la géographie des juridictions, qu'elles soient royales ou seigneuriales, qui avait fourni l'armature de la province mais bien le diocèse7.

6Il existe une identité frappante, à quelques nuances près, entre quatre réalités historiques successives, la civitas, le diocèse, la province et le département ; à l'intérieur de ces divisions, la continuité se constate aussi entre paroisse et commune. Mais la Touraine administrative du xviiie siècle comprend au sud-ouest les régions de Richelieu et de Loudun qui ne relèvent pas du diocèse de Tours, pas plus qu'elles ne font partie de la province. Le diocèse est un peu plus petit que celle-ci ; il est composé de 310 paroisses, y compris celles des villes, tandis que la province en regroupe 422. Ni l'un ni l'autre, et ensuite le département, n'ont de « frontières naturelles » puisqu'au nord, le Loir et au sud-ouest, la Vienne ne définissent pas des limites historiques ou administratives.

  • 8 J. YVER, « Les caractères originaux du groupe des coutumes de l'ouest de la France », RHDF, 1952, n (...)

7L'unité de la Touraine est renforcée par la coutume qui lui est propre et dont le « détroit » correspond à la province historique et dont la référence est celle d'Anjou qui est appliquée dans quelques paroisses, à l'ouest et au nord-ouest. La coutume de la Touraine, rédigée en 1461, fut réformée en 1507, puis en 1559 sous la direction de C. de Thou. Elle se rattache à la famille des « coutumes de l'Ouest » ; elles ont en commun des règles fixant le droit de la famille qui prévoient pour les roturiers une stricte égalité des partages successoraux avec rapport obligatoire des dots reçues par les enfants mariés ; elles affirment aussi une règle du droit féodal, l'union du fief et de la justice. En ce domaine, la Touraine appartient davantage à la France armoricaine qu'à la France orléano-parisienne8.

8La Touraine administrative comprenait au milieu du xviiie siècle, avec les régions de Loudun et de Richelieu, 422 paroisses, dont 398 dans le plat pays, réparties en six élections, alors qu'on n'en comptait que cinq en Maine et cinq en Anjou. Elle s'étendait sur 361 lieues2, soit environ 7 150 km2, pour une dimension de 71 kilomètres d'est en ouest et de 106 kilomètres du nord au sud où elle pousse une pointe entre Poitou et Berry. Elle occupe 27,2 % du territoire et abrite 21,2 % de la population rurale de la généralité. La densité de population y est de 7,6 feux au km2, contre 11 en Anjou et 10,5 en Maine. Vers 1690, cinq de ses six élections ont moins de 10 000 feux ; les moins peuplées sont celles du sud, historiquement poitevines. La Touraine fait donc partie de cette bande de territoire où la densité est inférieure à 45 habitants/km2 et qui s'étend au sud du bassin parisien (Orléanais, Berry) et se prolonge en Poitou ; le contraste est fort avec les zones armoricaines dont Anjou et Maine font partie. Au cours du xviiie siècle la part de la Touraine stagne tandis que celle de l'Anjou recule au profit du Maine.

  • 9 Les limites des élections ont repris celles des archidiaconnés ; dans la région de Chinon, cette co (...)
  • 10 Dans la commune actuelle du Grand-Pressigny, appelé alors Pressigny.

9Le territoire des élections9 constitue celui des subdélégations. La Loire n'est jamais une limite et les limites administratives ne sont pas faites d'accidents naturels ; mais elles ne comportent pas de grosses anomalies et les enclaves sont peu nombreuses. La plupart des chefs-lieux des élections ne sont pas d'un accès difficile et se trouvent en position centrale dans leur circonscription. Seule l'élection de Chinon présente un territoire singulièrement contourné, qui ressemble à un Z aplati ; il s'étend de Candes au confluent de la Loire et de la Vienne jusqu'à Étableaux10, au nord-ouest de Preuilly, mais il est presque coupé en deux sur la rive droite de la Vienne par une pointe de l'élection de Richelieu. Ce découpage est la conséquence de la création, par la volonté du « grand cardinal », d'une élection à Richelieu, grâce au transfert de celle de Mirebeau agrandie aux dépens de celles de Loudun et de Chinon.

10Même s'il n'y a aucune correspondance entre les circonscriptions administratives et les ressorts des bailliages royaux, les villes centres d'élection et de subdélégation sont aussi le siège des bailliages ; il faut y ajouter celui de Langeais qui joue un faible rôle. Tours a aussi un siège présidial. Les principales fonctions administratives et judiciaires sont donc bien regroupées ; mais sans doute les paysans ont-ils moins affaire aux juridictions royales que seigneuriales ; il n'est cependant pas possible de dresser la carte des ressorts de ces dernières, sauf en ce qui concerne le bailliage d'Amboise, qui fut supprimé en 1765 parce que ses fonctions furent transférées à la justice du duché-pairie érigé au profit de Choiseul en 1764.

La Touraine administrative au xviiie siècle

La Touraine administrative au xviiie siècle
  • 11 Quelques retouches furent encore effectuées : en 1768, Veuves, placée entre Cisse et Loire, fut rat (...)
  • 12 M. HUVET, Gabelous et faux-sauniers en France à la fin de l'Ancien Régime, annexes, p. 22-23.

11Une juridiction royale jouant un rôle essentiel dans ces campagnes était celle du grenier à sel puisque la Touraine était comprise dans les pays de grande gabelle ; ses habitants devaient soit aller chercher leur sel au grenier soit, pour les plus durement traités, se soumettre au régime du sel d'impôt. Les ruraux ressentirent sans doute les conséquences de la grande réforme qui modifia la géographie des greniers à sel en 1727. Le démembrement partiel du vaste grenier de Chinon rapprocha quelques communautés du centre d'approvisionnement ; d'autres paroisses furent rattachées à Langeais. Dès 1723, la création du grenier d'Herbault servit aux habitants d'Autrèche, Dammemarie... situés dans une région de landes et de bois très isolée ; les derniers aménagements furent faits en 1727, au profit surtout du grenier de Sainte-Maure11 Plus petits que les élections, géographiquement plus cohérents, ils n'étaient cependant pas tous de taille semblable : le grenier de Tours, en 1762, comptait plus de 70 000 gabellants quand celui de Langeais n'en avait qu'environ 16 600. Dans l'ensemble, pour des raisons évidentes de contrôle, les greniers d'impôt ou de vente forcée ont un ressort plus réduit que celui des greniers de vente volontaire ; le plus peuplé est celui de Chinon (35 paroisses, 17 000 gabellants), les plus petits étant ceux de La Haye (18 paroisses, 8 700 gabellants) et de Preuilly (21 paroisses, 11 600 contribuables). Les greniers de Loudun, Mirebeau et Richelieu dont la frontière avec le Poitou est théoriquement bien marquée comprennent des paroisses qui ne font pas partie de la généralité de Tours12. Dans les zones proches du Poitou se produit une contrebande du sel qui, après les excès commis au début du xviiie siècle par les troupes réglées, est limitée et ne semble pas être un facteur de trouble dans la vie économique.

12Les écarts entre les superficies et les populations des différentes élections tourangelles sont importants : la plus grande, celle de Loches, est deux fois et demie plus vaste que les plus petites, celles d'Amboise ou Loudun ; villes non comprises, l'élection de Tours est quatre fois plus peuplée que celle de Loudun. Les fortes densités de population sont concentrées dans les régions de Tours et d'Amboise ; dans celles de Loches et de Loudun elles sont inférieures de moitié. Entre 1685 et 1720, la répartition de la population évolue peu ; les élections ligériennes restent les plus peuplées ; mais les écarts se resserrent car les élections poitevines connaissent une hausse de population. Les régions d'Amboise et de Tours voient leur densité de population diminuer de 15 % et la taille moyenne des paroisses baisse.

  • 13 A.D. I. et L., C 336. Les chiffres ne peuvent pas faire l'objet d'une comparaison exacte avec ceux (...)
  • 14 Pour ces calculs, l'élection de Loudun est comptée pour 30 lieues2, et non pour 41 comme le porte l (...)

13En 1762, les campagnes de la province comptent 55 534 feux, soit une densité de 149 feux par lieue2 et d'environ 7,7 feux par kilomètre2 ; la moyenne par communauté est de 140 feux13. Si, comme à l'époque, on compte 4 personnes par ménage, la densité est de 30 à 31 habitants au km2, ce qui est peu14.

  • 15 A.D. I. et L., C 336, éd. Chevalier p. 80. Le chiffre de la population de l'élection de Richelieu, (...)

Superficie et population des six élections de Toraine en 176215

Superficie et population des six élections de Toraine en 176215
  • 16 L'assemblée avait décidé de créer des départements de 324 lieues2, la Touraine administrative en fa (...)
  • 17 P. LEVEEL, « Le partage de la généralité de Tours et la délimitation du département d'Indre-et- Loi (...)

14Grâce à ses caractéristiques géographiques, la province de Touraine répondait de près aux vœux de l'Assemblée nationale pour les circonscriptions nouvelles et uniformes qu'elle voulait définir. Ses dimensions restreintes16, la situation de sa capitale facilement accessible, l'existence des cours d'eau qui lui donnèrent son nom semblaient prédestiner cette province à former un département. Le territoire de ce dernier, défini en février 1790, subit, par rapport à la province, une translation vers l'ouest17. Il s'étendit aux dépens de l'Anjou en recevant une large bande de terrain entre Bourgueil et Château-la-Vallière, ce qui permit d'aligner de part et d'autre de la Loire la frontière occidentale. Furent retranchées, au sud-ouest, la région de Loudun et partiellement celle de Richelieu historiquement mal définies, à l'est les paroisses de la région de Montrichard annexées au Loir-et-Cher et au sud quelques paroisses « outre-Creuse » si bien que la Creuse devint vraiment une frontière, ce qu'elle n'était au xviiie siècle que pour la gabelle. Les paroisses de la Brenne qui dépendaient déjà administrativement de la généralité de Bourges, furent définitivement rattachées au département berrichon de l'Indre. Légèrement plus petit que la province historique, le département n'avait en fait pas perdu au change en acquérant le Bourgueillois viticole autrement plus peuplé et plus riche que la Brenne.

Carte des paroisses d’Indre-et-Loire

Carte des paroisses d’Indre-et-Loire

II - Les relais du pouvoir royal

  • 18 J.-A. TOURNERIE, Recherches sur la crise judiciaire en province à la fin de l'Ancien Régime : le pr (...)

15Sous le contrôle de l'intendant les officiers de justice et de finances assuraient une partie importante de l'administration civile et financière de la province ; leur activité est encore mal connue et sans doute sous-estimée à cause des rivalités qui les opposaient et de la crise que traversent les institutions judiciaires à la fin de l'Ancien Régime18.

1 - L'intendant de Tours et ses subdélégués

  • 19 M. ANTOINE, Louis XV, p. 702-703.
  • 20 M. BORDES, « Les intendants de Louis XV », RH, t. CCXXIII, 1960, n° 1, p. 59.

16L'intendant de Tours est un des « commissaires départis du roi » dans les provinces dont l'action connaît le moins de limites, en dehors de celles qui découlent de l'étendue de la circonscription et de la faiblesse de ses moyens. En effet, il n'a pas à affronter un parlement ou des états provinciaux, ou même les deux comme son voisin de Rennes ; ainsi, après les dures attaques que lui porta la cour des Aides de Montauban, Lescalopier trouva à Tours une généralité plus calme et plus facile à administrer19. Les gouverneurs successifs n'interviennent guère ; du Cluzel était un ami de Choiseul nommé en 1761 à cette fonction. L'intendant de Tours est assez éloigné de Paris pour ne pas être sous une surveillance étroite du Contrôleur général, sa généralité n'est pas une de celles dont on craint les révoltes. Même au temps de Laverdy qui eut tendance à limiter la liberté d'action des intendants20, ceux de Tours usèrent d'une grande liberté de parole et même d'action. Du Cluzel n'hésita pas à s'opposer à Terray à propos des vingtièmes. Cette liberté de ton était, semble-t-il, une vieille tradition : en 1664 dans son rapport Colbert de Croissy ne cache aucun des problèmes, comme exactions des seigneurs, paresse des officiers...

  • 21 F. DUMAS, La généralité de Tours au xviiie siècle. L'œuvre de l'intendant du Cluzel. Du Cluzel, mor (...)
  • 22 F. LEBRUN, « Les intendants de Tours et d'Orléans aux xviie et xviiie siècles », Annales de Bretagn (...)
  • 23 Il en va ainsi de Hérault, puis de Ravot d'Ombreval mais surtout du comte d'Argenson qui le fut ava (...)
  • 24 Lescalopier ouvrit certainement les dossiers de son intendance au rédacteur du rapport sur la génér (...)

17Du Cluzel est parfois cité avec Tourny ou Blossac comme un intendant « éclairé » ; bien involontairement il usurpe parfois l'œuvre de ses prédécesseurs qui est moins bien connue21. À partir de 1731, chaque intendant de Tours reste en poste pendant au moins dix ans, à l'exception de Pineau de Lucé (1743-1745) et de Daine qui fut le dernier, mais non le plus brillant22. Du Cluzel fut le seul à mourir en charge après un très long séjour de 17 ans. Même entre 1689 et 1721, Tours n'a vu se succéder que quatre intendants qui y passèrent donc en moyenne 8 ans ; entre 1721 et 1726, les séjours sont beaucoup plus brefs mais ils sont le fait d'hommes qui furent remarqués par le gouvernement : tous exercèrent, avant ou après leur passage à Tours, la charge de lieutenant général de police de Paris23. Plusieurs de ces commissaires du roi - du Cluzel n'en est pas - avaient déjà l'expérience de l'administration d'une généralité ; Pomereu, en fonctions à Tours de 1726 à 1731, fut le premier intendant de Bretagne ; Lesseville avait séjourné à Limoges, puis à Auch. Lescalopier venait de Montauban où il s'était montré « autoritaire et actif, caressant de grands projets, renversant les habitudes » ; à Tours où il passa dix ans avant d'entrer au conseil d'État, il lança les grands travaux d'urbanisme24.

18Les intendants de Tours jouent un rôle prépondérant dans la vie des communautés rurales : ils sont leur tuteur et ils surveillent leur fonctionnement ; ils donnent les autorisations de dépenses. Ils sont aussi leurs protecteurs dans les moments difficiles : ils arbitrent les différends en matière financière et ils obtiennent des dégrèvements fiscaux en cas de catastrophe naturelle ; ils font distribuer du riz lors des chertés et ils organisent des « ateliers de charité » ; en cas d'épidémies, ils assurent, souvent presque seuls, des secours aux « pauvres malades ». Les intendants ont aussi des projets à plus longue échéance et de plus grande portée : ils essaient d'établir des réformes dans la répartition et la perception de la taille et de la corvée royales. Une bonne partie de leur activité a été consacrée à l'essor de l'économie et en dehors du soutien apporté à la manufacture de soie, ils ont surtout œuvré pour le développement de l'agriculture sans être tous des physiocrates, mais ils considéraient que leur premier devoir devait être d'assurer l'approvisionnement des populations. Du Cluzel fréquentait le château de Chanteloup où Choiseul faisait des expériences agronomiques et il possédait lui-même en Blésois une terre ; il connaissait donc bien l'importance de l'agriculture mais en « homme de terrain », il ne se montra pas favorable à une totale liberté du commerce des grains ou à la disparition des usages communautaires.

19L'action de l'intendant a toujours été limitée par la faiblesse de ses moyens, humains et financiers ; il pouvait s'informer, envoyer des circulaires, prodiguer des conseils, encourager des initiatives, mais il ne pouvait être sûr d'être obéi ou écouté partout. Il n'a jamais disposé des moyens financiers adéquats ; outre qu'il ne pouvait recevoir du gouvernement des fonds importants, l'intendant de Tours se trouvait dans une région pauvre et chargée de toutes sortes d'impôts ; les sommes dont il pouvait user avec quelque liberté venaient des « fonds libres de la capitation », sans cesse sollicités et très insuffisants pour permettre de financer à la fois des secours et des « investissements » économiques. Obligé de limiter ses dépenses, l'intendant devait imposer la perception de suppléments fiscaux pour faire face aux nouveaux besoins et réaliser bien des chantiers décidés par le gouvernement.

  • 25 J. RICOMMARD, « L'édit d'avril 1704 et l'érection en titre d'office des subdélégués des intendants  (...)
  • 26 En 1748, le subdélégué d'Amboise est dans les plus mauvais termes avec le maire de la ville qui est (...)
  • 27 A.D. I. et L., C 305. Il emploie en vain les menaces et, en désespoir de cause, il demande à l'inte (...)
  • 28 En 1787, l'intendant des finances Harvoin relève la grande qualité de son travail.

20Depuis le début du xviie siècle, les subdélégués sont définitivement installés dans chaque centre d'élection. En 1715, la suppression des offices, créés en 1704 comme un expédient financier, n'a pas entraîné la disparition de la fonction25 ; l'intendant a cependant retrouvé une plus grande liberté dans le choix de ses principaux collaborateurs. Dans toute la généralité, pour pallier les conséquences de l'isolement de quelques régions comme celles du sud de la Touraine entre les vallées de la Creuse et de l'Indre, ou de la trop vaste étendue d'une élection, des « subdélégués surnuméraires » furent établis à différentes reprises dans quelques gros bourgs où leur présence n'a aucun caractère de stabilité ; rien ne permet de définir le territoire dont ils avaient la charge. Le rapport de 1762-1766 en énumère huit, dont un à l'Ile-Bouchard, dans l'élection de Richelieu, dont il ne reste aucune trace ; par contre, il ne signale pas celui qui, pendant toute la seconde moitié du siècle, travaille très activement à Preuilly. Les subdélégués sont surtout les informateurs de l'intendant et ils ont peu de pouvoirs de décision et de moyens financiers. Leur correspondance montre quel dévouement ils mettent au service du bien public et avec quelle conscience ils rédigent les rapports demandés qui deviennent plus précis à la fin de l'Ancien Régime ; à l'échelle de leur circonscription, ils éprouvent la même compassion que l'intendant pour les paysans et ils jugent souvent sévèrement les citadins. Dans leur tâche ils se heurtent à des difficultés qu'ils relèvent : passivité ou méfiance des paysans qui craignent toujours une augmentation des impôts, absence des seigneurs, inertie des curés, jalousie et aigreur des officiers de justice qui doivent collaborer avec eux26. Par exemple, en 1750, le subdélégué de Richelieu se plaint qu'il ne peut répondre à l'enquête sur les hôpitaux car les autorités ne répondent pas ou très mal, ou encore se retranchent derrière l'autorité du seigneur, le duc de Richelieu, pour ne rien dire27. Le subdélégué général à Tours, Genty, travailla longtemps avec Du Cluzel et il assura la plus grande partie du travail sous son successeur Daine, dont les absences prolongées, en particulier dans l'hiver de 1789, lui firent assumer de lourdes responsabilités28.

2 - Les forces de l'ordre

21Parmi les attributions de l'intendant figure le maintien de l'ordre. Dans les campagnes, la tâche en revient à la maréchaussée sur laquelle l'intendant exerce un contrôle : il est chargé de surveiller la direction des brigades et de la cour prévôtale ; il peut ordonner des enquêtes, déclencher des interventions...

  • 29 C. STURGILL, L'organisation et l'administration de la maréchaussée et de la justice prévôtale dans (...)
  • 30 J.-P. BOUGUIER, La Maréchaussée et la Lieutenance de Tours à la fin de l'Ancien Régime.
  • 31 A.D. I. et L., C 74, lettre du 28 août 1788.
  • 32 J.-P. BOUGUIER, op. cit., p. 83.
  • 33 La maréchaussée peut être amenée à intervenir dans les villes ; elle est en effet seule compétente (...)

22La maréchaussée fut véritablement réorganisée sur le modèle militaire en 172029 ; le cadre géographique adopté fut la généralité dans laquelle exercent un prévôt général, un ou deux lieutenants, un greffier avec un ou deux assesseurs et différentes brigades. Dès 1730, une patrouille de deux hommes devait passer au moins une fois par semaine dans toutes les paroisses traversées par une route royale. Dans le département de Tours30, après 1720 existent 34 « résidences », soit 6,6 % du total français vers 1776. En Touraine même, en 1767, 65 bas officiers et cavaliers sont répartis en 13 brigades fixées dans 10 résidences ; Tours a trois brigades et Amboise deux. En 1770, les effectifs augmentent puisque six créations de brigades ont lieu, qui portent les effectifs à 93 hommes, soit une augmentation de 43 %. En 1772, est créée une seconde lieutenance, fixée à Chinon où résidait depuis longtemps un lieutenant, l'autre étant à Tours. À cette date, grâce à l'établissement de la brigade de Richelieu, chaque centre de subdélégation est une résidence ; les autres brigades sont stationnées soit le long des grandes routes, comme à Montbazon et à Sainte-Maure, soit dans les vallées où le commerce est actif (Loire et Indre), ainsi qu'à Mire- beau, au contact entre Poitou et Touraine. Les villes de carrefour et de marché sont considérées comme dangereuses et les autorités locales souhaitent qu'une brigade de maréchaussée y soit établie : en 1788, le procureur fiscal de La Haye, qui en demande une, insiste sur la position qu'occupe la ville au croisement de la vallée de la Creuse et de différentes routes et sur l'intensité du commerce lors des deux marchés hebdomadaires et des quatre foires annuelles31. Au nord de la Loire, il n'y a de maréchaussée qu'à Château-Renault ; au sud de Loches n'existe qu'une brigade, à Preuilly. De plus, dès 1778, ont lieu des restrictions ; trois brigades (à Tours, Mosnes et Montbazon) sont supprimées et en 1780 les membres de la maréchaussée sont moins nombreux qu'en 1767 ; pourtant son travail s'accroît : aux tâches de lutte contre les émeutes de subsistance qui se multiplient elle doit ajouter celle d'une répression accrue contre le vagabondage. En 1783, les deux brigades stationnées à Tours ont chacune 4 hommes ; en 1787, le district que devait surveiller la brigade de Château-Renault forte de 4 hommes comptait 31 paroisses et environ 10 000 habitants. Un district de maréchaussée regroupe en moyenne 46 paroisses32. Si on estime à environ 300 000 habitants la population totale de la province33, on compte un cavalier ou officier de maréchaussée pour 6 800 personnes.

23On peut donc considérer que les campagnes sont à peu près vides de forces de l'ordre ; de plus, le travail de ces dernières est souvent gêné par l'obstruction des officiers de justice seigneuriale qui ont, eux aussi, des pouvoirs de police. Dans les cas les plus graves, l'armée est le seul recours de l'intendant. Dans les cahiers de doléances les habitants réclament d'ailleurs une plus grande présence de la gendarmerie et au printemps de 1789 éclate toute la faiblesse de la maréchaussée, une cinquantaine d'hommes, restée seule dans des campagnes où les troubles de subsistances se multiplient, tandis que les officiers de justice sont réunis à Tours pour préparer les États généraux.

III - Les communautés d'habitants

  • 34 A. MEYNIER, A. PIATIER et al, « La Carte, instrument de recherche : les communes de France », AESC, (...)
  • 35 J.DUPÂQUIER , op. Cit. p. 75. La superficie moyenne des communautés par élection est de 1691 ha dan (...)

24Dans presque tous les villages de Touraine, communauté d'habitants, communauté fiscale (le terme de « collecte » n'est jamais employé) et paroisse coïncident. Si on met à part les tout petits territoires qui, au sud de la Vienne, sont caractéristiques des élections de Loudun et de Richelieu en partie poitevines34, l'étendue moyenne des paroisses, assimilées aux communes actuelles, est de 21,7 km2. Cette superficie, plus vaste que dans le reste du Bassin parisien35 ne l'est pas assez pour que coexistent dans une même communauté différentes paroisses dont l'indépendance est marquée par la propriété de communaux qui leur sont propres.

1 - Un cadre de vie stable

  • 36 Les modifications de la carte administrative ont été plus nombreuses sous la Révolution et au xixe (...)

25La carte des territoires des communautés est bien fixée, sauf pour quelques paroisses de l'ouest de la province où la présence de communaux indivis ou disputés pouvait introduire quelqu'incertitude. Presque partout la liste des communautés d'habitants et celle des paroisses coïncident. En dehors des principales villes, encore que Richelieu ne comporte qu'une paroisse, seuls quelques gros bourgs sont divisés en deux ou trois paroisses : le plus petit, l'Ile-Bouchard (346 feux) en a deux qui, séparées par la Vienne, ont chacune leur rôle de taille. Le xviiie siècle a connu quelques créations de paroisses et de « collectes » mais presqu'aucune suppression36 ; dans tous les cas il s'agit de pallier les difficultés de déplacement dans une paroisse de trop grande étendue ou de relief accidenté, ou encore de répondre aux besoins d'une population nombreuse. Le sort des communautés religieuses et fiscales semble lié ; la création d'une unité fiscale suit de peu celle d'une nouvelle paroisse. Il paraît plus facile de modifier la carte des premières que celle des secondes, alors que les problèmes matériels de déplacement se posent beaucoup plus pour les paroissiens astreints à venir à l'église tous les dimanches et fêtes. Le souci de pouvoir assister régulièrement à la messe et d'obtenir rapidement le secours des derniers sacrements est un des arguments développés lors de la demande de création d'une paroisse. Au xviiie siècle il n'y eut que deux créations de paroisse, en 1771 celle de Pocé (élection d'Amboise) dont la collecte est établie en 1782, et dans son voisinage en 1783 celle de Lussault, devenue collecte en 1786. Toutes les autres demandes de création (pour Saint-Roch, la Chapelle-aux- Naux, Saint-Genouph) échouèrent alors que des collectes y furent établies.

26L'existence quotidienne des ruraux se déroulait bien dans ce cadre étroit, mais rares étaient les hommes qui n'avaient pas, une fois ou l'autre, à sortir de leur paroisse : tous étaient au moins une année dans leur vie chargés de la collecte de la taille et même de la gabelle au sud où les deux systèmes de répartition et de collecte étaient très proches. Ils devaient donc, au chef-lieu de l'élection ou du grenier à sel, avoir affaire aux élus ou aux receveurs de la taille ainsi qu'aux employés de la ferme générale et aux officiers du grenier à sel. L'intendant reste un homme lointain mais même si le subdélégué peut jouer très utilement son rôle d'intermédiaire et d'informateur, les communautés d'habitants n'hésitent plus à en appeler directement à lui. Elles ont été accoutumées à ces démarches par l'autorité royale elle-même puisque la tutelle organisée au temps de Colbert de façon d'autant plus rigoureuse que des questions financières étaient en jeu les obligeait à solliciter l'autorisation du commissaire du roi en de nombreuses occasions ; de simples individus n'hésitent pas à porter devant lui leurs litiges avec la communauté d'habitants, en matière d'impôt le plus souvent. Les curés doivent aller régulièrement au siège du bailliage pour prendre puis rapporter les registres paroissiaux. La majorité des habitants peut ignorer les officiers du bailliage ; certes, en dehors même de tout litige ou affaire criminelle, les habitants ont affaire à la justice pour de nombreuses démarches civiles auxquelles il est presque impossible d'échapper, comme les poses de scellés, les inventaires après décès ou l'organisation des tutelles et curatelles ; mais ils peuvent s'adresser à la justice seigneuriale plus proche d'eux ou même, dans certaines conditions, au notaire du lieu.

2 - Les groupes humains au début du xviiie siècle

27Les dénombrements dont nous disposons pour le début du xviiie siècle montrent comment se répartissent les communautés d'habitants rurales en fonction de leur taille.

  • 37 L'échantillon étudié comporte les six élections ; le total de paroisses est de 375 en 1691, 384 en (...)

Répartition (en %)des communautés rurales de Touraine, selon leur taille, entre 1690 et 172537

Répartition (en %)des communautés rurales de Touraine, selon leur taille, entre 1690 et 172537

28La Touraine compte plus de petites communautés que l'ensemble de la généralité (40 % contre 33 %), mais à peu près autant de moyennes (100 à 200 feux). Dans de nombreux cas, l'effectif des feux étant très proche du plancher de la catégorie, l'effet de seuil joue, ce qui explique un certain nombre de mutations observées entre les différents dénombrements. Presque la moitié des paroisses compte moins de 100 feux et pour les deux tiers c'est moins de 150 feux. Plus de deux habitants sur trois en Touraine vivent dans des groupements humains réduits ou moyens, où donc les problèmes de consanguinité se posent gravement ; 14 % des Tourangeaux habitent dans une communauté comptant plus de 300 feux (environ 1 200 habitants) ; en 1691, le record est détenu par une paroisse à activités viticoles, Fondettes où vivent plus de 600 ménages et qui est alors à son apogée démographique. Si la Touraine se distingue des autres régions du bassin parisien, c'est plus par la présence de grosses communautés rurales que par l'absence des petites ; c'est bien dans le cadre de ces dernières que vit la majorité de la population.

  • 38 J. DUPAQUIER, op. cit., p. 602 à 674.

29La dispersion régionale est forte. À la fin du xviie siècle, dans les paroisses dénombrées, la moyenne de feux par communauté varie presque de trois à un entre la région de Tours (223 feux en moyenne) et celle de Loudun (84 feux) ; la moyenne dans les autres circonscriptions (Chinon, Loches et Amboise) se trouve entre les deux (140 feux environ par communauté). L'élection de Tours regroupe un tiers de la population rurale (33,5 %) dans 21,6 % des paroisses. Les marges poitevines s'opposent aux autres zones : dans 31,2 % des communautés elles abritent seulement 20 % des feux. Ailleurs, la fréquence relative des paroisses est exactement celle des feux. Vers 169038, dans les élections traversées par la Loire, la densité est comprise entre 8 et 10 feux au km2 ; elle est inférieure à 7 dans le sud de la province.

  • 39 Leur population ne dépasse pas 600 feux, si ce n'est avant 1690 à Luynes.
  • 40 Dans ces deux élections, pour 117 paroisses on compte 10 652 feux ; dans les 104 paroisses qui n'at (...)

30Les contrastes entre petites et grosses paroisses sont les plus forts dans la région de Tours. Dans les 9 communautés qui dépassent 400 feux, réside un quart de la population ; presque la moitié des feux (47 %) se trouve dans des paroisses de plus de 300 feux. Mais 39 % des paroisses comptent moins de 150 feux. Parmi les plus grosses, certaines peuvent passer pour de petites villes, car elles ont des foires et des activités manufacturières (Luynes) ou judiciaires (Langeais), mais leur population est avant tout agricole39. Les deux paroisses les plus peuplées, Vouvray et Fondettes qui dépassent 600 feux, sont bien rurales. Les communautés importantes se trouvent soit dans la vallée de la Loire, soit dans le nord de la province, aux confins du Maine, et elles ont d'importantes activités artisanales, textiles en particulier. Les différences sont beaucoup moins marquées dans les régions de Loudun et de Richelieu, qui comptent seulement cinq communautés de 200 à 400 feux et aucune de plus de 400 feux ; plus des deux tiers des paroisses ont moins de 100 feux ; il y vit 47 % des familles de la région40. Dans les trois autres élections, la répartition est beaucoup plus régulière : les paroisses de moins de 200 feux regroupent environ 60 % de la population.

31La période de la fin du xviie et des deux premières décennies du xviiie siècle est difficile et la population de la Touraine se trouve sans doute à son minimum séculaire vers 1720 comme peut le montrer le dénombrement pour les gabelles en 1726. La population rurale de la Touraine diminue nettement ; J. DUPÂQUIER a montré que la densité rurale passe de 7,8 feux par km2 à 7,15. Mais les élections poitevines enregistrent une augmentation de leur densité ; celle-ci reste stable dans le Lochois tandis qu'elle baisse fortement (de 15 %) dans les élections de Tours et Amboise. Il ne fait pas de doute que la taille moyenne des communautés d'habitants a diminué : de 143 feux elle est passée à 138 ; sont épargnées les élections poitevines. Les grosses communautés (plus de 400 feux) sont les plus atteintes puisque leur nombre passe de 16 à 12 et elles ne regroupent plus que 9,4 % de la population totale, contre 14 % en 1691. Dans l'ensemble de la province les 37 communautés de plus de 300 feux, où se trouvaient 27,3 % des feux, ne sont plus que 25 et abritent 19 % des familles. Les petites paroisses restent à peu près stables et ce sont les moyennes (entre 150 et 300 feux) qui progressent le plus : de 89 elles passent à 105 et au lieu de 33,6 % des feux elles en abritent 40,5 %. L'évolution aboudt donc à resserrer les écarts entre les élections : les communautés d'habitants du Loudunois et du Richelais sont plus peuplées qu'en 1691 (elles ont gagné en moyenne chacune 10 feux). Les plus grosses agglomérations sont toujours dans la région de Tours : elles abritent 35,85 % de la population de l'élection et 12,6 % de la population rurale de la province mais elles sont passées de 223 feux à 200.

3 - L'évolution au XVIIIe siècle

  • 41 .A.D.I. et L., C 337.
  • 42 L'évolution n'est pas due à l'absence du Lochois, puisque cette zone comporte peu de grosses parois (...)

32Le dénombrement des feux pour 1732 réalisé dans le cadre de l'enquête rétrospective de 174541, où il manque les chiffres du Lochois, montre que pour une grande partie des paroisses de la province, le redressement démographique est amorcé dans ces débuts de la décennie 1730 grâce à des excédents de baptêmes. Le peuplement a retrouvé, et parfois dépassé, les hauts niveaux de 1691, sauf dans l'élection de Tours. En 1691 le total des feux taillables était de 43 987, en 1732 il est de 44 628. L'évolution déjà constatée se poursuit42 : les communautés abritant entre 100 et 300 feux se développent aux dépens des plus petites dans les marges poitevines et des plus grosses ailleurs, en particulier dans les régions de Chinon et d'Amboise. La région de Tours est la seule à connaître la poursuite du déclin démographique : elle a perdu 6,5 % de population rurale entre 1691 et 1732. Les communautés importantes sont trop nombreuses pour disparaître mais elles deviennent plus rares (16 au lieu de 21) ; parmi les communautés moyennes, il s'est produit un reclassement car quelques-unes se sont affaiblies nettement. Général est donc le mouvement de regroupement à l'intérieur de la catégorie des communautés à taille moyenne, qui entraîne un resserrement des écarts dans les zones tourangelles. Dans l'ensemble de la province (hormis le Lochois), 40 % des feux se trouvent désormais dans les petites communautés (moins de 150 feux) et 38 % dans les moyennes ; l'importance gardée par les premières est due à une légère augmentation de population. Cette évolution de la répartition de la population est-elle propre ou non à la Touraine ?

  • 43 Voir carte n° 3
  • 44 Il manque les effectifs de quelques-unes de ces paroisses comme Saint-Paterne ou Saint-Christophe d (...)
  • 45 Azay-le-Rideau, Beaumont-la-Ronce, Château-Renault, Fondettes, Joué, Langeais, Neuillé-Pont- Pierre (...)
  • 46 La plus grosse perte de population est celle de Fondettes passée de 622 feux à 475.

33Malgré des sources de qualité médiocre, on peut esquisser une géographie de la répartition de la population des différents types de paroisses pour la fin de la décennie 178043. La liste des grosses paroisses44, considérées à partir de 300 feux, est identique mais elles ont connu dans leur majorité, des baisses de population ou une stabilité : sur les douze paroisses45 de l'élection de Tours dont la population est connue et dépasse 300 feux en 1789 (ou 1787), cinq sont plus peuplées qu'en 1691. Les pertes l'emportent néanmoins sur les gains : en un siècle, la population de ce groupe de paroisses a baissé de 3,2 %46. Par contre, dans l'élection d'Amboise qui enregistre un net essor démographique, les paroisses importantes qui sont elles aussi surtout viticoles, ont plutôt grossi mais sans qu'il y ait de bouleversement dans la répartition entre catégories ; y a-t-il un lien entre ce phénomène et l'évolution de l'économie viticole ? C'est peut-être dans la région de Chinon que se placent les plus grosses transformations. Elles sont en partie dues à une augmentation de la population (9,4 % entre 1691 et 1789) : dans un groupe de 59 paroisses dont la population est connue en 1691 et en 1789, celles de moins de 150 feux ne regroupent plus que 23 % des feux, au lieu de 49 % ; celles dont la population est comprise entre 150 et 300 feux ont désormais 58 % des familles, contre 34 % un siècle auparavant. L'affaiblissement des grosses paroisses, dont le total de feux est divisé par deux, contribue à cette évolution.

Carte de la population par paroisse

Carte de la population par paroisse

34La conclusion qui apparaît nettement est donc la contraction, dans toutes les élections, des deux catégories extrêmes de paroisses, les très petites et les plus grosses, et ce au profit de celles qui abritent de 150 à 300 feux, soit 600 à 1 200 habitants. Ces transformations semblent acquises dès le début du siècle, au moment donc des années difficiles de la fin du règne de Louis XIV et de la Régence. L'évolution ultérieure n'a apporté que des retouches. Il ne s'est pas produit de redistribution de la population entre les différentes élections et celle de Tours reste à la fois la plus peuplée et celle où la dispersion est la plus grande malgré l'affaiblissement des grosses communautés. Le contexte démographique est caractérisé par une sévère baisse de population entre 1687, date du premier dénombrement utilisable, et 1720 : le nombre de feux baisse d'environ 8 % et en 1762 il n'est supérieur que de 2 % à celui de 1687 ; la récupération est lente et difficile. À la fin du xviiie siècle, le bilan naturel est cependant positif : entre 1690- 1701 et 1792-1801 le nombre des naissances a diminué de 2,8 % mais la chute des décès atteint au moins 15 % (les chiffres de la première période sont sous-estimés). Mais l'évolution régionale est contrastée : les naissances ont augmenté dans l'ensemble du département sauf dans la région de Tours affectée au contraire par une baisse sensible (-14 %). Il faudrait, pour expliquer l'évolution, tenir compte des effets de l'émigration, sans doute facilitée par l'ouverture de la route d'Espagne.

IV - Villes, bourgs et campagnes

  • 47 Nous emploierons cette expression que l'on peut trouver dans les textes de l'époque pour désigner l (...)

35Les campagnes sont dépourvues de représentants officiels de l'autorité civile, au moins jusqu'en 1787. Les sièges des différentes institutions dont elles dépendent sont regroupés dans quelques centres dont le pouvoir de commandement s'étend sur le « plat pays »47 ; davantage que le critère démographique, c'est la présence de ces fonctions associées à celles du commerce qui permet de les considérer comme des villes.

  • 48 R. LE MEE , « Les villes de France et leur population de 1806 à 1851 », ADH, 1989, p. 354. Selon ce (...)
  • 49 Les territoires urbains n'ont pas connu de bouleversements dès 1792, sauf en ce qui concerne celui (...)

36Selon le recensement de 180648, le premier à fournir des données cohérentes, l'Indre-et-Loire fait partie des départements où l'urbanisation est encore peu développée : cinq villes regroupent 40 213 habitants, 14,6 % de la population, dont plus de la moitié à Tours. Cet effectif est très proche de celui qui est connu pour les premières années de la Révolution49. Si on y ajoute Loudun, on retrouve les six ensembles humains déjà considérés au xviiie siècle comme des villes, abritant les organes administratifs et judiciaires et la résidence des subdélégués.

  • 50 Mémoire sur la généralité de Tours en 1698, éd. Boulay de la Meurthe, p. 175. Les huit villes royal (...)
  • 51 Coutume de Touraine, titre sixième, des droits de baronnie : article 71. Quand une terre est érigée (...)
  • 52 M. BORDES, La réforme municipale du contrôleur général Laverdy et son application (1764-1771), p. 9 (...)
  • 53 B. CHEVALIER (dir), Histoire de Tours, p. 182-184. Tours est franche de taille mais elle paie une l (...)
  • 54 A.D. I. et L., C 41. Tours doit payer 60 000 lt, Amboise 6 000, Richelieu (franche de taille) 4 000 (...)
  • 55 BN fonds Joly de Fleury 1463, p. 113, lettre datée du 17 juillet 1758.

37Le mémoire de 1698 indique qu'en Touraine 27 communautés portent le titre de ville50, dont huit sont royales ; les autres « appartiennent aux seigneurs particuliers, la plupart ne sont proprement que des bourgs ; mais on leur a donné le nom de villes, parce que les seigneurs barons ont droit, par la coutume de Tours, d'avoir villes closes, ou parce qu'elles sont ainsi appelées par ceux du pays »51. Dans le rapport sur la généralité en 1762-1766 plus proche des réalités démographiques et sociologiques, l'auteur met au rang de villes uniquement les six chefs-lieux d'élection ; mais ensuite il énu- mère les communautés qui ont des « corps de ville » donc des institutions municipales, c'est-à-dire les chefs-lieux d'élection, et Beaulieu-Lès-Loches52. Quand à l'entrée sont perçus des droits d'octroi, on considère aussi qu'il s'agit de villes ; elles sont 18, dont trois dans chacune des élections de Tours, Chinon, Amboise et Richelieu, une à Loudun et cinq dans l'élection de Loches. Si quelques notables de gros bourgs tentèrent de profiter de la réforme du Contrôleur général Laverdy pour se parer de titres auxquels ils n'avaient pas droit, le plus souvent c'est un refus qu'expriment les habitants des grosses communautés : elles ne doivent pas être considérées comme des villes car celles-ci sont trop souvent l'objet de demandes d'argent de la part du gouvernement53 ; au xviiie siècle, le caractère urbain n'apporte plus le privilège fiscal. Pour ces bourgs, le poids d'un « don gratuit » viendrait s'ajouter à celui de la taille que les habitants acquittent en supportant les conséquences des privilèges accordés aux propriétaires privilégiés « hors tenants »54 ; or ils n'ont, pour la plupart, aucune ressource propre puisqu'ils ne font pas payer d'octrois. L'édit d'août 1758 établit un « don gratuit » à payer à partir de 1759 : en Touraine, 19 « villes » sont taxées d'une somme comprise entre 200 et 60 000 lt, 55 bourgs entre 300 et 800 lt. Ce problème de la fiscalité amène les habitants à définir ce qu'ils entendent par ville : le mur fait la ville. Ainsi Château-Renault déclare être « plutôt un bourg qu'une ville, qu'ils ne sont en aucune façon fermés » ; Bléré est « une paroisse ni close ni murée », Luzillé « un simple village ni fermé ni muré ». Le mur délimite un espace fiscal particulier et l'absence de clôture empêche de lever l'octroi, car « on ne peut fermer des barrières à toutes les avenues ». Selon le procureur du roi à Loches « l'usage dans ces provinces étant de donner le nom des villes à des lieux qui à peine sont des bourgs et d'appeler bourgs tous les villages à clocher, on a imposé plusieurs lieux très pauvres où il n'y a ni foire ni marchés ni artisans ni marchands, mais seulement vingt à trente chaumières habitées par de simples journaliers, les laboureurs étant répandus loin du clocher »55. Il y a donc abus de langage... Cet officier définit, par la négative, la hiérarchie qui existe entre villes, bourgs et villages ; dans les bourgs, commerce et artisanat occupent une majorité de la population, tandis que les paysans, en particulier les laboureurs, vivent sur leur lieu de travail pour éviter de longs et difficiles déplacements.

  • 56 Vouvray, Montlouis, Bléré etc. dépassent les 500 feux, Sainte-Maure ou Preuilly 350 feux.

38L'étude des structures du peuplement rural et la carte de répartition des communautés en fonction de leur population montrent que la description faite par le procureur de Loches correspond bien à la situation en Touraine où peuvent se définir, selon leur population, trois catégories de communautés, villages, bourgs et petites villes. Aucun village ne se trouve éloigné.de plus de deux lieues d'une communauté dépassant les 250 feux ; ces dernières sont elles-mêmes distantes des villes chefs-lieux de subdélégation de moins de 20 kilomètres, sauf Preuilly et Saint-Christophe plus isolés. Le recours au critère démographique qui fait ses débuts au xviiie siècle pour définir les villes n'est pas bien adapté à la Touraine : il s'y trouve en effet des communautés qui, malgré leur population de plusieurs centaines de feux, ne sont que des villages où l'activité agricole l'emporte ; c'est en particulier le cas des paroisses viticoles56. Celles-ci offrent la caractéristique d'être parmi les plus peuplées mais ne peuvent être considérées comme des bourgs où existerait un certain nombre de « services ». À Montlouis en 1735, sur 511 feux taillables, on décompte seulement 13 % d'artisans, dont la moitié travaille dans le textile ; au contraire, à Montrichard qui n'a que 338 feux taillables, la présence de ces « services » est réelle puisque les artisans forment le tiers de la population ; si Montlouis n'est qu'un gros village sans marché, Montrichard est une petite ville où se déroulent trois marchés hebdomadaires et même trois foires par an.

39Pour définir une ville, il faut donc prendre en compte essentiellement la présence d'organismes de pouvoir et de « services » ainsi que les activités de commerce et d'artisanat qui traduisent les fonctions de commandement et de domination sur la campagne. Seules les villes concentrent les hommes qui détiennent pouvoirs de décision et de gestion, intendant ou subdélégué, officiers de justice et de finance ; elles sont ainsi au sommet de la hiérarchie. Elles abritent aussi les principales institutions d'assistance et de bienfaisance, avec les hôpitaux et les médecins ; elles ont enfin la population la plus nombreuse et abritent plus de 500 feux. L'ensemble de ces critères s'applique dans la Touraine administrative, aux six chefs-lieux d'élection qui possèdent les pouvoirs de commandement, administratifs et judiciaires, davantage que les fonctions de commerce, faute de grandes foires ou de marchés d'envergure régionale. Mais comme pour nombre de villes de l'intérieur de la France, ces fonctions n'ont pas entraîné pour ces villes, Amboise mise à part, un grand essor démographique au xviiie siècle ; Tours dépasse largement les autres villes.

40Tours : 21175 habitants en 1789 Loudun : 4025 habitants en 1789

41Amboise : 5825 " Chinon : 5325 "

42Loches : 4125 " Richelieu : 3300 "

43Au niveau immédiatement inférieur, les bourgs, dont la population est comprise entre 200 et 500 feux, partagent avec les villes les fonctions commerciales grâce à la présence des marchés, souvent hiérarchisés entre eux, et des activités artisanales de production, soit pour les besoins locaux, soit pour le commerce. Grâce à la présence de « professions libérales », les bourgs exercent aussi des activités de « service » juridiques et judiciaires grâce aux notaires et auxiliaires de la justice comme les huissiers, ou médicaux qui sont le fait des chirurgiens ; la seule institution judiciaire royale qui peut exister dans les bourgs est le grenier à sel, dont nécessairement le ressort est restreint. Dans ces deux types d'agglomérations, les activités agricoles restent toujours présentes mais minoritaires.

  • 57 Voir carte n° 4.
  • 58 Dans la vallée de la Loire, seuls Vernou et Langeais ont un marché hebdomadaire.
  • 59 Le nord-ouest de la province paraît plus dégarni mais il se trouve à proximité des foires et marché (...)
  • 60 A.D. I. et L., C 161. Située sur la rive droite de la Vienne, elle est nettement séparée de la paro (...)
  • 61 AD. I. et L., C 802, rôle du sel pour 1788.

44La carte de la localisation des marchés existant vers 174557 recoupe en grande partie celle de la répartition des bourgs58 ; ainsi, Preuilly, qui a plus de 1 500 habitants, est isolé dans le sud mais, situé à proximité du Poitou, est animé par six foires annuelles et un marché tous les samedis ; ses fonctions urbaines ont été consacrées à la fin du xviiie siècle par l'installation d'un subdélégué surnuméraire. Au nord de la Loire59, il existe des petits centres de commerce et de manufacture, comme Saint-Christophe ou Neuillé-Pont-Pierre où une forte minorité de la population ne vit pas de l'agriculture. Au sud, la paroisse Saint-Gilles de l'Ile-Bouchard, située dans la très active vallée de la Vienne, compte en 1787, en dehors du curé et des « dames de l'Hôtel-Dieu », 181 feux60 ; les femmes seules, veuves ou célibataires, forment un quart des chefs de feu ; cette importance est bien un des traits des sociétés non agricoles. Un tiers des chefs de feu est formé d'artisans qui se répartissent entre 31 professions différentes ; les « voituriers par eau » sont aussi nombreux que les paysans. Les « notables » comportent cinq notaires et deux chirurgiens, effectif sans commune mesure avec la population de la paroisse ; leurs services sont donc utilisés par les paysans des campagnes voisines, qui viennent dans ce bourg pour le marché qui se tient le samedi ; de plus, trois foires s'y déroulent chaque année. La structure de la population peut être comparée avec celle de Cheillé, grosse paroisse agricole voisine, située à proximité dans la vallée de l'Indre et qui n'est pas un bourg : à l'écart des grandes routes, elle n'a aucun marché et sur 242 chefs de feu, 69,5 % au moins sont des paysans61.

  • 62 A. CROIX, La Bretagne aux xve et xviie siècles, t. I, p. 133. Nous avons exclu évidemment le critèr (...)
  • 63 Comme l'étude du corps médical le montre, la présence d'un médecin hors des six principales villes (...)
  • 64 Il n'y a aucun rapport étroit entre les sites de foire et la présence d'un chirurgien ; les foires (...)
  • 65 Les trois autres paroisses ont entre 125 et 180 feux, la plus petite étant Monts en Richelais.

45Les services dont les campagnes ont besoin sont ceux qu'un bourg peut rendre ; point n'est besoin qu'ils soient très importants. Si nous reprenons les critères utilisés par A. Croix pour définir les bourgs et villes en Bretagne62, en les limitant au rôle commercial (caractérisé par la présence d'un marché ou de foires) et d'assistance lié à la présence d'un chirurgien63, il apparaît que dans tout bourg où se tient un marché hebdomadaire, un chirurgien exerce64 ; il faut y ajouter le notaire mais ce dernier est plus fréquent que le chirurgien dans les campagnes. En dehors des villes principales, cette situation existe dans six cas pour les élections de Loches et de Tours, dans trois pour les autres régions, celle de Loudun exceptée puisqu'il n'y a pas de marché en dehors de la ville. Pour 21 de ces 24 communautés, la population dépasse 200 feux, soit 800 à 1 000 habitants65. Sauf dans l'élection de Loches, les chirurgiens exercent tous dans des communautés d'habitants qui ont plus de 200 feux. Mais en 1776 la maréchaussée n'est présente que dans huit de ces localités.

Foires et marchés au milieu du xviiie siècle

Foires et marchés au milieu du xviiie siècle

Bourgs où se tient un marché et où réside un chirurgien à la fin du xviiie siècle

Bourgs où se tient un marché et où réside un chirurgien à la fin du xviiie siècle
  • 66 D. MARGAIRAZ, « La formation du réseau des foires et marchés : stratégies, pratiques et idéologies  (...)

46Si on ajoute à ces bourgs les six villes de subdélégation, on constate qu'aucun des villages de Touraine n'est à plus de 15 kilomètres d'un bourg où se tient un marché hebdomadaire et où exerce un chirurgien ; cette distance correspond aux possibilités de déplacement des paysans66. L'établissement de subdélégués surnuméraires à Sainte-Maure et à Preuilly relève d'un bon choix. Le nord de la province paraît moins bien encadré que le sud ; mais la dissymétrie géographique par rapport à la Loire fait que les agglomérations de Château-Renault et de Saint-Christophe, qui sont en position frontalière avec le Maine, ne sont pas à plus de 30 kilomètres de Tours. Dans l'ouest, l'influence commerciale de Bourgueil s'étend au sud de la Loire. Il existe aussi dans toute la zone centrale de la province une dispersion intercalaire de bourgs de moindre importance qui peuvent assurer le relais entre deux communautés plus actives, ainsi Reugny entre Tours et Château-Renault, ou Ussé entre Chinon, Langeais et Azay-le-Rideau. Le réseau des bourgs relayés à intervalles réguliers par les villes présente un maillage triangulaire cohérent.

47Les campagnes n'ont rien à attendre des villes, si ce n'est quelques secours dans les temps d'épidémie et de disette, et elles ont plutôt à craindre de leur part les interventions des officiers de justice ou de finance. Les échanges fonctionnent au détriment de la campagne qui nourrit les villes, alimente leur commerce, leur paie rentes, loyers et impôts, les peuple en leur envoyant des domestiques, ces « gens de livrée » dont les bras font défaut à la campagne. Au contraire de ce qui se passe dans les provinces voisines, les villes de Touraine ne fournissent pas de travail aux campagnes car elles n'ont pas besoin de la main-d'œuvre rurale bon marché, puisque la « manufacture » textile est peu développée en dehors des activités très citadines de la soie. Les campagnes sont des lieux d'accueil pour les enfants mis en nourrice ; elles sont aussi des lieux de détente pour les citadins propriétaires d'une maison ou d'une closerie : ces séjours estivaux peuvent permettre des contacts, mais aussi des contrôles plus étroits. Pourtant, dans la campagne, les réactions d'hostilité envers les villes sont rarement marquées alors que les villes voient dans les paysans des affameurs qui refusent de vendre leurs grains.

Notes

1 Il apparaît que la population bretonne à la fin du xviie siècle a été fortement sous-estimée par Vauban ( 1 655 000 habitants d'après les rôles de la capitation) ; l'enquête rétrospective de l'INED permet de penser qu'en 1700 elle atteignait environ 2 180 000 habitants et la province connaissait une densité de population de 62 hab./km2 (cf. J.-N. BIRABEN et col., « La population de la Bretagne de 1500 à 1839 », Populations et cultures, p. 27).

2 M. REINHARD, « La population de la France et sa mesure, de l'Ancien Régime au Consulat », Contribution à l'histoire démographique de la Révolution française, p. 273.

3 J. DUPAQUIER, La population rurale du Bassin parisien à l'époque de Louis XIV, t. 2, p. 200.

4 Id, p. 199.

5 Il, p 202.

6 voir cane n° 1

7 B. CHEVALIER, « Les antécédents de la région Centre : le diocèse de Tours », Atlas de la région Centre.

8 J. YVER, « Les caractères originaux du groupe des coutumes de l'ouest de la France », RHDF, 1952, n° 1, p. 18-79. Même les filles participent au partage égalitaire des successions, alors que la coutume de Normandie les en exclut. De rares paroisses aujourd'hui communes de Loir-et-Cher relèvent de la coutume de Blois.

9 Les limites des élections ont repris celles des archidiaconnés ; dans la région de Chinon, cette correspondance n'existe plus.

10 Dans la commune actuelle du Grand-Pressigny, appelé alors Pressigny.

11 Quelques retouches furent encore effectuées : en 1768, Veuves, placée entre Cisse et Loire, fut rattachée au grenier d'Amboise plus facile à atteindre que celui d'Herbault (A.N. F14 1200, lettre du curé de Veuves à Trudaine, datée du 22 juillet 1768, citée par R. DION, Le val de Loire, étude de géographie régionale, p. 236).

12 M. HUVET, Gabelous et faux-sauniers en France à la fin de l'Ancien Régime, annexes, p. 22-23.

13 A.D. I. et L., C 336. Les chiffres ne peuvent pas faire l'objet d'une comparaison exacte avec ceux du début de la période car ils ne sont pas détaillés et la composition des élections, de Tours et Amboise en particulier, a varié.

14 Pour ces calculs, l'élection de Loudun est comptée pour 30 lieues2, et non pour 41 comme le porte le mémoire de 1762-1766.

15 A.D. I. et L., C 336, éd. Chevalier p. 80. Le chiffre de la population de l'élection de Richelieu, qui figure bien ainsi sur le manuscrit, est de 5 517 feux ; c'est une erreur de graphie car le chiffre utilisé pour le calcul de la population est de 7 517 feux, qui s'inscrit dans la logique de la série de relevés démographiques pour la région et qui a été utilisé dans le tableau.

16 L'assemblée avait décidé de créer des départements de 324 lieues2, la Touraine administrative en faisait 372 et si on enlevait les élections poitevines de Richelieu et Loudun, 280 lieues2.

17 P. LEVEEL, « Le partage de la généralité de Tours et la délimitation du département d'Indre-et- Loire 1787-1790 », MSAT, t. 57,1964.

18 J.-A. TOURNERIE, Recherches sur la crise judiciaire en province à la fin de l'Ancien Régime : le présidial de Tours de 1740 à 1790.

19 M. ANTOINE, Louis XV, p. 702-703.

20 M. BORDES, « Les intendants de Louis XV », RH, t. CCXXIII, 1960, n° 1, p. 59.

21 F. DUMAS, La généralité de Tours au xviiie siècle. L'œuvre de l'intendant du Cluzel. Du Cluzel, mort en charge, a été intendant à Tours de 1766 à 1783 seulement.

22 F. LEBRUN, « Les intendants de Tours et d'Orléans aux xviie et xviiie siècles », Annales de Bretagne, 1971, n° 2, p. 287-305.

23 Il en va ainsi de Hérault, puis de Ravot d'Ombreval mais surtout du comte d'Argenson qui le fut avant et après son passage à Tours entre février 1721 et mars 1722.

24 Lescalopier ouvrit certainement les dossiers de son intendance au rédacteur du rapport sur la généralité en 1762-1766.

25 J. RICOMMARD, « L'édit d'avril 1704 et l'érection en titre d'office des subdélégués des intendants », RH, 1945, t. 145, p. 24-25 et p. 124.

26 En 1748, le subdélégué d'Amboise est dans les plus mauvais termes avec le maire de la ville qui est en même temps maître particulier des Eaux et Forêts ; cette rivalité gêne l'organisation des « huées » aux loups et l'intendant donne raison au subdélégué (A.D. 1. et L., C 411). En juin 1783, il y a désaccord sur l'importance de l'épidémie qui règne entre le curé de Genillé et Nau subdélégué de Loches, soutenu par son frère, lieutenant criminel au bailliage de Loches.

27 A.D. I. et L., C 305. Il emploie en vain les menaces et, en désespoir de cause, il demande à l'intendant d'écrire directement aux responsables.

28 En 1787, l'intendant des finances Harvoin relève la grande qualité de son travail.

29 C. STURGILL, L'organisation et l'administration de la maréchaussée et de la justice prévôtale dans le France des Bourbons 1720-1730, p. 21-24.

30 J.-P. BOUGUIER, La Maréchaussée et la Lieutenance de Tours à la fin de l'Ancien Régime.

31 A.D. I. et L., C 74, lettre du 28 août 1788.

32 J.-P. BOUGUIER, op. cit., p. 83.

33 La maréchaussée peut être amenée à intervenir dans les villes ; elle est en effet seule compétente en cas de sédition et de révolte.

34 A. MEYNIER, A. PIATIER et al, « La Carte, instrument de recherche : les communes de France », AESC, 1958, n° 3, carte hors-texte. Au nord de la Loire, la Touraine apparaît comme une tache ronde de communes étendues, que l'on retrouve à l'est et au sud-est en Sologne et en Berry.

35 J.DUPÂQUIER , op. Cit. p. 75. La superficie moyenne des communautés par élection est de 1691 ha dans la généralité de Tours et de 825 ha, soit moitié moins, dans sa voisine septentrionale, la généralité d'Alençon.

36 Les modifications de la carte administrative ont été plus nombreuses sous la Révolution et au xixe siècle ; des paroisses rurales ont fusionné (cf. carte n° 2).

37 L'échantillon étudié comporte les six élections ; le total de paroisses est de 375 en 1691, 384 en 1713, 379 en 1726. L'absence de données pour l'élection de Loches en 1740 empêche d'étendre l'étude comparative au delà de 1726.

38 J. DUPAQUIER, op. cit., p. 602 à 674.

39 Leur population ne dépasse pas 600 feux, si ce n'est avant 1690 à Luynes.

40 Dans ces deux élections, pour 117 paroisses on compte 10 652 feux ; dans les 104 paroisses qui n'atteignent pas 150 feux, vivent 7 532 feux. Dans les trois élections de Chinon, Loches et Amboise, dans les paroisses de cette taille vivent 10 249 feux, (41 % du total) tandis que dans celle de Tours, c'est 18 % seulement.

41 .A.D.I. et L., C 337.

42 L'évolution n'est pas due à l'absence du Lochois, puisque cette zone comporte peu de grosses paroisses.

43 Voir carte n° 3

44 Il manque les effectifs de quelques-unes de ces paroisses comme Saint-Paterne ou Saint-Christophe dans le nord, ou encore Luynes dans la vallée de la Loire.

45 Azay-le-Rideau, Beaumont-la-Ronce, Château-Renault, Fondettes, Joué, Langeais, Neuillé-Pont- Pierre, Neuvy, Rochecorbon, Saint-Cyr, Vernou, Vouvray.

46 La plus grosse perte de population est celle de Fondettes passée de 622 feux à 475.

47 Nous emploierons cette expression que l'on peut trouver dans les textes de l'époque pour désigner les campagnes.

48 R. LE MEE , « Les villes de France et leur population de 1806 à 1851 », ADH, 1989, p. 354. Selon ce recensement, le département compte 275 292 habitants. Les villes, c'est-à-dire les communes de plus de 2 000 habitants agglomérés, sont Tours (21 703 habitants), Chinon (5 992 habitants), Amboise (5 097 habitants), Loches (4 304 habitants) et Richelieu (3 117 habitants). Pour permettre la comparaison avec l'Ancien Régime, il faudrait ajouter Loudun (5 128 habitants), qui se trouve alors en Vienne. En 1851, la population urbaine est montée à 19,7 % du total.

49 Les territoires urbains n'ont pas connu de bouleversements dès 1792, sauf en ce qui concerne celui de Chinon.

50 Mémoire sur la généralité de Tours en 1698, éd. Boulay de la Meurthe, p. 175. Les huit villes royales sont Tours, Amboise, Loudun, Loches, Châtillon, Chinon, Langeais et Montrichard.

51 Coutume de Touraine, titre sixième, des droits de baronnie : article 71. Quand une terre est érigée en baronnie, le seigneur a le droit de « faire clore sa principale ville ».

52 M. BORDES, La réforme municipale du contrôleur général Laverdy et son application (1764-1771), p. 90.

53 B. CHEVALIER (dir), Histoire de Tours, p. 182-184. Tours est franche de taille mais elle paie une lourde capitation et le roi s'est emparé à plusieurs reprises de tout ou partie des octrois, si bien que la ville est fortement endettée.

54 A.D. I. et L., C 41. Tours doit payer 60 000 lt, Amboise 6 000, Richelieu (franche de taille) 4 000, Chinon et Loudun 3 600 et Loches 3 000. Les autres taxes sont inférieures à 1 000 lt, sauf pour Sainte- Maure qui doit verser 1 200 lt.

55 BN fonds Joly de Fleury 1463, p. 113, lettre datée du 17 juillet 1758.

56 Vouvray, Montlouis, Bléré etc. dépassent les 500 feux, Sainte-Maure ou Preuilly 350 feux.

57 Voir carte n° 4.

58 Dans la vallée de la Loire, seuls Vernou et Langeais ont un marché hebdomadaire.

59 Le nord-ouest de la province paraît plus dégarni mais il se trouve à proximité des foires et marchés de Bourgueil et de Château-la-Vallière.

60 A.D. I. et L., C 161. Située sur la rive droite de la Vienne, elle est nettement séparée de la paroisse Saint-Maurice, à tel point que la fusion des deux communes ne se réalisa qu'en 1832. Le rôle de gabelle de 1787 pour Saint-Maurice n'indique pas les professions. Saint-Gilles comptait 220 feux en 1789 et Saint-Maurice 207.

61 AD. I. et L., C 802, rôle du sel pour 1788.

62 A. CROIX, La Bretagne aux xve et xviie siècles, t. I, p. 133. Nous avons exclu évidemment le critère de la participation aux États, mais aussi celui de la présence d'un évêché puisque la Touraine ne forme qu'un diocèse, et celui de la présence d'une justice faute d'en connaître la répartition.

63 Comme l'étude du corps médical le montre, la présence d'un médecin hors des six principales villes est tout à fait exceptionnelle ; il faut donc se limiter aux chirurgiens.

64 Il n'y a aucun rapport étroit entre les sites de foire et la présence d'un chirurgien ; les foires sont des événements brefs dont quelques-uns se déroulent dans des lieux très petits.

65 Les trois autres paroisses ont entre 125 et 180 feux, la plus petite étant Monts en Richelais.

66 D. MARGAIRAZ, « La formation du réseau des foires et marchés : stratégies, pratiques et idéologies », AESC, 1986, n° 6, p. 1215-1242.

Table des illustrations

Titre Population des paroisses (en feux)
Légende Répartition(en %)des communautés rurales d’habitants selon leur population dans la généralité de Tours et ses voisines en 1713
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17121/img-1.png
Fichier image/png, 229k
Titre La Touraine administrative au xviiie siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17121/img-2.png
Fichier image/png, 864k
Titre Superficie et population des six élections de Toraine en 176215
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17121/img-3.png
Fichier image/png, 232k
Titre Carte des paroisses d’Indre-et-Loire
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17121/img-4.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Répartition (en %)des communautés rurales de Touraine, selon leur taille, entre 1690 et 172537
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17121/img-5.png
Fichier image/png, 139k
Titre Carte de la population par paroisse
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17121/img-6.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Foires et marchés au milieu du xviiie siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17121/img-7.png
Fichier image/png, 842k
Titre Bourgs où se tient un marché et où réside un chirurgien à la fin du xviiie siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17121/img-8.png
Fichier image/png, 324k

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search