Version classiqueVersion mobile

Les campagnes de Touraine au XVIIIe siècle

 | 
Brigitte Maillard

Introduction

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 B. CHEVALIER, La ville de Tours et la société tourangelle 1365-1520

1Dans la France d’Ancien Régime, la Touraine fait figure de province au passé glorieux et à la personnalité historique forte ; n’a-t-elle pas été longtemps aux xve et xvie siècles le centre politique du pays, et la « bonne ville » de Tours ne devint-elle pas à plusieurs reprises la capitale du royaume1 ? Mais au temps du « bon roi Henri », la cour l’a abandonnée définitivement et n’y a plus fait que des séjours de plus en plus rares, le parlement a regagné Paris et les grandes familles de la province ont rejoint le centre du pouvoir politique et financier. Les Tourangeaux ne s’en sont jamais consolés et au xviiie siècle vivent dans le souvenir de cette grande période qui ne leur a presque rien laissé, si ce n’est une brillante réputation, un riche patrimoine et une fragile manufacture de soie dont la survie artificielle a absorbé bien des efforts et de l’argent.

2La province n’a plus d’existence officielle au xviiie siècle puisqu’il y a beau temps qu’elle a perdu son assemblée d’États, tombée en désuétude ; elle n’a pas été régulièrement concédée en apanage comme l’Anjou l’a été et aucune lignée de princes apanagistes n’a pu s’y établir solidement. Ses gouverneurs, grands personnages, sont plus souvent à la cour que dans la province. D’une longue obéissance pendant la guerre de Cent Ans et les guerres de religion seule Tours retira quelques privilèges ; la province elle- même ne reçut rien ; tout au contraire, elle connut de graves destructions et subit fortement le poids de l’augmentation de la fiscalité royale. Pendant la Fronde, le soulèvement qui embrasa Angers n’y eut pas d’écho ; les révoltes populaires qui marquèrent le milieu du xviie siècle furent vite étouffées et ne permirent pas d’alléger durablement les charges qui pesaient sur villes et campagnes. La Touraine ne fut pas récompensée de sa fidélité et son obéissance la mit au contraire au rang des provinces dont on pouvait beaucoup exiger sans rien leur céder. Elle est, de plus, comprise dans le ressort des cours souveraines les plus puissantes de France, parlement et cour des aides de Paris.

  • 2 M. BORDES, (L’administration provinciale et municipale en France au xviie siècle, p. 167-168.
  • 3 P. LEVEEL, « Le partage de la généralité de Tours et la délimitation du département d’Indre-et- Loi (...)

3Les trois provinces que la généralité de Tours comprend ont chacune une forte individualité ; Anjou, Maine et Touraine sont toujours désignées par leur nom propre et servent encore de subdivisions fondamentales : les rapports des intendants regroupent les subdélégations selon ces trois unités. Toutes les autorités en parlent comme d’entités vivantes et en 1787, les provinces reprennent un semblant de vie officielle lors de la mise en place des assemblées provinciales : la division entre elles trois perdure et chacune est alors dotée d’une assemblée particulière2. Le département d’Indre-et- Loire est un avatar de la province puisqu’il lui correspond de près3 et ses habitants sont encore appelés Tourangeaux...

  • 4 Ch. DE GRANDMAISON, Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790. Indre-et-L (...)
  • 5 G. BOUCHARD, Le village immobile. Sennely-en-Sologne au xviii siècle.

4La province a donc une unité historique et administrative qui s’est maintenue pendant plusieurs siècles. Elle se trouve à bonne distance de l’influence de Paris sans en être vraiment isolée ; sa situation géographique est un atout puisque, traversée par une des artères fluviales les plus fréquentées au xviiie siècle, elle est en relation avec Nantes dont l’essor peut lui offrir de vastes débouchés, et avec Paris. Elle a été jugée par Tocqueville comme un bon exemple de ce qu’était la France d’Ancien Régime ; c’est en grande partie dans les archives de l’Indre-et-Loire qu’il a puisé les données qui lui ont permis d’écrire L’Ancien Régime et la Révolution4. Ces conditions autorisent à la prendre comme terrain d’étude des éventuels effets induits par le développement économique des façades maritimes dans l’intérieur du royaume et des conséquences de la politique économique du gouvernement et des intendants. Est-elle dans une situation médiane entre la stagnation de sa voisine solognote et le développement agricole et manufacturier observé alors en Normandie ou même dans le Maine ? Si la Sologne abrite « le village immobile »5, la tradition veut que le château d’Ussé en Touraine soit le cadre choisi par Perrault pour le conte de la Belle au bois dormant ; est-ce le sort de cette province de connaître au xviiie siècle le sommeil économique, dans un cadre de beauté et de douceur ? C’est la réputation qui est la sienne dès le xviie siècle, puisque de nombreux auteurs, même tourangeaux, se plaisent à évoquer le calme et l’obéissance, pour ne pas dire la léthargie et la passivité, de la province. Les campagnes, comme ailleurs en France, abritent la très grande majorité de la population ; la terre est la principale source de richesse économique en Touraine : comme le montre bien un des mémoires sur la généralité de Tours au milieu du xviiie siècle, si l’on met à part la soierie de Tours dont la valeur tient en grande partie à celle de la matière première, seule la production agricole alimente le commerce. L’importance démographique, économique et sociale des paysans est une réalité déjà bien connue des intendants du xviiie siècle qui, reconnaissant leur rôle, s’emploient à venir à leur secours. Ces administrateurs savent en outre que la subsistance mais aussi les ressources financières des villes dépendent en grande partie du « plat-pays » puisqu’elles en reçoivent la rente foncière, la dîme et la majorité des impôts directs. L’examen des « rapports de production » s’impose donc pour déterminer comment ces paysans parvenaient à vivre, à travailler, à subsister et à payer leurs charges financières.

  • 6 Le titre en est Les campagnes de Touraine au xviie siècle. Étude d’histoire économique et sociale. (...)

5Ce livre est la version abrégée et remaniée d’une thèse de doctorat d’État qui, préparée sous la direction des professeurs P. Goubert et de F. Lebrun, a été soutenue en octobre 1992 à l’université de Rennes 26. Dès l’origine le projet a été de tenter d’analyser en profondeur les structures sociales et économiques d’une province dont on ne sait presque rien à l’époque moderne, en dehors des images convenues habituelles la montrant comme « le jardin de la France ». Pourtant la taille limitée de la province, sa situation géographique et administrative dans la France des rois Bourbon en font un bon exemple de ces provinces sans statut particulier original, sans trait saillant et sans « histoire » aux xviie et xviiie siècles, qui sont mal connues au contraire des régions rattachées plus tardivement à la France. Sans être mise au rang des régions pauvres comme peut l’être la Bretagne intérieure, la Touraine fait partie de ces régions de « petite culture » où l’agriculture semble étrangère à toute manifestation du « progrès ». Le principal but de cette recherche a été d’une part de démonter les mécanismes de base du fonctionnement de cette économie rurale et d’autre part de tenter de les comprendre en analysant, entre autres, les rapports entre les acteurs de la vie économique dont les ruraux eux mêmes au premier chef. Ainsi apparaîtrait en quoi la Touraine du xviiie siècle pouvait être considérée comme une province « ordinaire », si tant est que l’expression ait un sens dans la « diversité » française, dans ses caractères et son évolution. De nombreuses années se sont écoulées avant que soit menée à bien la réalisation de ce projet mais celui-ci n’a pas profondément changé ; il s’est seulement infléchi car pendant ce temps l’histoire rurale a connu un relatif assoupissement dont elle sort actuellement (1998) avec vigueur. Pour les nécessités de l’édition, le choix a été fait de supprimer l’étude des comportements démographiques et sociaux et de conserver les chapitres consacrés aux structures et fluctuations économiques de la vie des campagnes.

  • 7 Ch. DE GRANDMAISON, op. cit., p. 5-7.

6La Touraine fait partie d’une des plus anciennes généralités organisées en France ; de plus, la puissance de l’Église au pays de saint Martin laisse augurer l’existence de chartriers bien tenus. L’abondance des écrits produits par le xviiie siècle et la superficie restreinte de la province sont des conditions favorables pour une bonne connaissance des campagnes. La consultation des Inventaires-sommaires réalisés à la fin du xixe siècle a tôt fait de montrer quels sont les principaux problèmes matériels. Les archives d’Indre-et-Loire ont très mal traversé la Révolution et au début du xixe siècle, tombées en déshérence elles ont été victimes de vols et de pillages. Ainsi les dossiers de l’Intendance sont réduits à l’état de bribes ; les archives de l’ensemble des institutions du clergé ont été triées et on n’a conservé que les rares pièces que l’on jugeait « utiles ». De grands autodafés de titres seigneuriaux ont réduit en cendres les symboles de l’ancien régime social7. Il ne reste donc aucun ensemble cohérent susceptible d’une exploitation sur la longue durée dans les archives classées et inventoriées.

  • 8 F. LEBRUN, « Les grandes enquêtes statistiques des xviie et xviiie siècles sur la généralité de Tou (...)
  • 9 B.N. f. fr. 4295, Rapport à faire au Roy et à nos seigneurs de son Conseil royal de l’estat de la g (...)
  • 10 L. TRENARD, Les mémoires des intendants pour l’instruction du duc de Bourgogne (1698).
  • 11 V. GERE, L’économie et la société tourangelle d’après le mémoire de l’intendant Hue de Miromesnil. (...)
  • 12 BOULAY de la MEURTHE, « Pierre Carreau et les travaux sur l’histoire de la Touraine jusqu’à Chalmel (...)
  • 13 A.D. I. et L. C 336. La partie intéressant la Touraine a été publiée par l’abbé C. CHEVALIER sous l (...)
  • 14 Bibliothèque Mazarine, ms 3413. Ce rapport donne, après un texte d’introduction, par élection et pa (...)
  • 15 A.D. Mayenne ms 7. Le rapport, qui a de nombreux points communs avec celui de Nointel, fournit des (...)
  • 16 Archives du ministère des Affaires étrangères, mémoires et documents, France, 1767. Les statistique (...)

7Cependant la généralité de Tours est concernée par un ensemble exceptionnel de rapports officiels, qui attestent des progrès de l’administration royale au cours des xviie et xviiie siècles8. Le premier et le dernier mémoire sont écrits à un siècle de distance, vers 1664 et 1764 ; pour répondre aux demandes du contrôleur général du temps, les intendants de Tours ont fait rédiger un rapport sur leur circonscription. Le texte le plus ancien, celui de Colbert de Croissy en 16649, a servi en partie de base aux suivants. Entre les deux se place la réponse, en 169810, à l’enquête demandée par les précepteurs du duc de Bourgogne : le texte rédigé sous l’autorité de Miromesnil11 est très probablement dû, en ce qui concerne la Touraine, à Pierre Carreau qui avait accumulé des notes dans la perspective d’une grande histoire de la province12. Le plus intéressant et le plus complet est le « Tableau de la généralité de Tours depuis 1762 jusques et compris 1766 » commencé au temps de Lescalopier et achevé sous du Cluzel ; son auteur est sans doute l’ingénieur de Voglie dont les préoccupations sont tout à fait modernes : son texte est remarquable par l’importance de l’appareil statistique qui le sous-tend ; ses rapports avec l’abbé d’Expilly lui ont permis d’appuyer son enquête démographique sur de nombreux chiffres13. Ces textes sont très connus mais ils ne sont pas les seuls disponibles. À la fin du règne de Louis XIV, la généralité a fait l’objet de deux autres rapports qui sont différents des mémoires des intendants mais se ressemblent entre eux : leur originalité vient de l’abondance des données chiffrées (nombre de feux, montant de la taille, effectif de métairies...) ; le premier est « l’Estat de la généralité de Tours pendant le temps que j’y ai servi en qualité d’intendant », par Béchameil de Nointel et date de 1688 ou 168914. Le second est un texte anonyme et dont on ne connaît pas l’origine ; F. Lebrun le date de 169115. Les autres documents conservés ne revêtent pas le même intérêt : le mémoire rédigé en 1745 à la demande du contrôleur général Orry ne mérite pas qu’on s’y arrête16, et c’est avec circonspection qu’il faut lire les différents rapports sur la situation économique de la province qui se répètent souvent, leurs auteurs voulant obtenir la réouverture des foires franches de Tours et la suppression des taxes douanières à l’entrée en Bretagne.

  • 17 Faute de moyens pour tes classer, il a fallu laisser la plupart des fonds judiciaires dans l’état d (...)
  • 18 F. DUMAS, La généralité de Tours au xviiie siècle. L’Administration de l’intendant du Cluzel (1766-(...)

8Les masses de documents que la recherche historique a sorties du silence depuis quelques décennies, c’est-à-dire les registres paroissiaux, les minutes notariales et les dossiers judiciaires, n’ont heureusement pas subi le même sort que les archives administratives ou religieuses ; mais ils restent en bonne partie à exploiter. L’abondance des archives notariales et des documents qui leur sont liés comme les « registres de formalité », en a retardé la mise en ordre. Enfin, la véritable « masse dormante » des archives est bien constituée par les dossiers produits par le fonctionnement des justices, qu’elles soient royales ou seigneuriales17 ; les quelques études déjà réalisées ont prouvé leur richesse et leur intérêt. Cette situation impose des limites à la recherche et explique des déséquilibres : certaines conclusions peuvent être établies sur des questions comme celles des structures économiques, de la fortune et des effectifs de la noblesse ou des revenus fonciers de l’Église, mais l’incertitude est beaucoup plus grande pour tous les aspects qui se rapportent à la situation des paysans, rarement en position d’apparaître directement comme acteurs de la vie économique. Même l’action des intendants ne peut être étudiée que pour de brèves tranches chronologiques et le hasard des archives est en partie à l’origine du passage à la postérité de du Cluzel, aux dépens sans doute de la réputation de ceux qui l’ont précédé dans le temps, mais aussi dans l’action18. Les changements connus par la production et le commerce des denrées agricoles n’ont pu être vraiment identifiés et mis en relations avec l’évolution démographique et le mouvement des prix. Ce dernier a pu être établi, sur le long et sur le court terme, pour la denrée la plus nécessaire à la survie des hommes, le grain, grâce aux relevés des prix opérés sur les marchés et conservés dans les archives judiciaires, royales et seigneuriales, qui ont livré trois mercuriales qui concernent en tout ou partie xviie et xviie siècles. Ces mêmes archives ont révélé comment les Tourangeaux, et tout spécialement les ruraux, ont vécu les conséquences des innovations économiques et ont réagi en particulier à la brève mais « révolutionnaire » expérience de la libéralisation du commerce des grains opérée dans les années 1760.

9Cet ouvrage a été édité grâce à une subvention du Conseil général d’Indre-et-Loire ; que cette institution et son président trouvent ici l’expression de ma gratitude pour leur bienveillance. Les Presses Universitaires de Rennes ont bien voulu prendre en charge ce travail et le réaliser dans les meilleurs délais ; j’en remercie vivement leur directeur et leur personnel. Pendant le long temps qu’il m’a fallu pour mener à bien ce travail j’ai trouvé secours et soutien dans mon entourage familial et professionnel. Mais cette recherche n’aurait pu voir le jour et aboutir sans les conseils et les encouragements des professeurs P. Goubert et F. Lebrun ; en reconnaissant ma dette à leur égard je leur exprime toute ma reconnaissance.

Notes

1 B. CHEVALIER, La ville de Tours et la société tourangelle 1365-1520

2 M. BORDES, (L’administration provinciale et municipale en France au xviie siècle, p. 167-168.

3 P. LEVEEL, « Le partage de la généralité de Tours et la délimitation du département d’Indre-et- Loire (1787-1790) », MSAT, t. 57, 1964.

4 Ch. DE GRANDMAISON, Inventaire sommaire des Archives départementales antérieures à 1790. Indre-et-Loire. Tome premier. Archives civiles, p. 16.

5 G. BOUCHARD, Le village immobile. Sennely-en-Sologne au xviii siècle.

6 Le titre en est Les campagnes de Touraine au xviie siècle. Étude d’histoire économique et sociale. La partie traitant des structures sociales n’est pas reproduite ici.

7 Ch. DE GRANDMAISON, op. cit., p. 5-7.

8 F. LEBRUN, « Les grandes enquêtes statistiques des xviie et xviiie siècles sur la généralité de Tours (Maine, Anjou, Touraine) », Annales de Bretagne, 1965, n° 2, p. 338-345.

9 B.N. f. fr. 4295, Rapport à faire au Roy et à nos seigneurs de son Conseil royal de l’estat de la généralité de Tours, 1664. La présentation de l’économie de la région et les critiques sévères exprimées à l’encontre de certains officiers ou seigneurs constituent un des principaux intérêts de ce texte. La partie concernant la Touraine a été publiée par Ch. de Sourdeval sous le titre Rapport au roi sur la province de Touraine par Charles Colbert de Croissy commissaire départi en 1664, Tours, 1863. Bien que cette publication soit partielle, nous l’utiliserons pour donner les références nécessaires.

10 L. TRENARD, Les mémoires des intendants pour l’instruction du duc de Bourgogne (1698).

11 V. GERE, L’économie et la société tourangelle d’après le mémoire de l’intendant Hue de Miromesnil. Ce mémoire de maîtrise étudie et publie la première partie du rapport.

12 BOULAY de la MEURTHE, « Pierre Carreau et les travaux sur l’histoire de la Touraine jusqu’à Chalmel », MSAT, n° 50, 1919, p. 158-215. Nous avons utilisé le manuscrit 1209 de la bibliothèque municipale de Tours, « l’un des plus anciens et l’un des plus sûrs » ; nous donnerons en référence les pages de la publication faite par Boulay de la Meurthe, qui a repris ce manuscrit ; il faut la compléter pour l’élection de Richelieu par Marchegay, Archives d’Anjou, t.I, p. 34-70.

13 A.D. I. et L. C 336. La partie intéressant la Touraine a été publiée par l’abbé C. CHEVALIER sous l’égide de la Société d’agriculture, sciences, arts et belles-lettres d’Indre-et-Loire, (1862-1863) ; le texte est très proche de celui du manuscrit de la Bibliothèque municipale de Château-Gontier, le plus complet selon F. Lebrun ; les références seront donc données par rapport à la publication de C. Chevalier.

14 Bibliothèque Mazarine, ms 3413. Ce rapport donne, après un texte d’introduction, par élection et par paroisse, le nombre de feux, le montant de la taille payée entre 1679 et 1689 et une appréciation sur chacune des paroisses. Il n’a encore fait l’objet d’aucune publication en ce qui concerne la Touraine.

15 A.D. Mayenne ms 7. Le rapport, qui a de nombreux points communs avec celui de Nointel, fournit des chiffres de feux pour 1690 ou 1691 et, dans certaines élections, pour 1696 ; de plus il donne des indications chiffrées sur l’utilisation des sols pour les paroisses de l’élection de Tours ; il comporte aussi le nom du seigneur de la paroisse. Il n’a pas été publié.

16 Archives du ministère des Affaires étrangères, mémoires et documents, France, 1767. Les statistiques démographiques ne peuvent être utilisées.

17 Faute de moyens pour tes classer, il a fallu laisser la plupart des fonds judiciaires dans l’état dans lequel ils ont été versés aux archives. Depuis peu il existe un répertoire de ces fonds qui permet d’identifier chaque liasse par un numéro mais le contenu précis n’en est pas connu.

18 F. DUMAS, La généralité de Tours au xviiie siècle. L’Administration de l’intendant du Cluzel (1766- 1783). Malgré ce titre, on ne peut identifier du Cluzel à l’ensemble du xviiie siècle mais il est vrai que la plus grande partie des archives conservées ont trait à son œuvre.

© Presses universitaires de Rennes, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search