Version classiqueVersion mobile

Le cordonnier de Jérusalem

 | 
Gaël Milin

Conclusion

Vie et mort du Juif Errant

Texte intégral

  • 1 René Perrout, Les images d'Épinal, op. cit., p. 58, démarquant le Père Douhaire cité à l'article J (...)

1Les complaintes bretonnes confirment la polysémie au xixe siècle de la légende du Juif Errant et les différents types et niveaux de réception qui la caractérisent. Le maudit médiéval sur qui s'acharne (comme sur tant d'autres) la vengeance de Notre Seigneur, est devenu, en effet, au fil des siècles, un personnage plus complexe : éternel errant, dernier témoin vivant de la Passion, grand voyageur pouvant décrire les mœurs de toutes les nations, historien des transformations des pays, des paysages... Là où certains (dans les élites chrétiennes) voient le symbole de « la nation juive tout entière, la race déicide, fuyant sous l'anathème et le désespoir1 », d'autres (dans les mêmes milieux) y verraient volontiers une histoire exemplaire, propre à entretenir la peur salutaire d'un Dieu vengeur. Mais que percevait au xixe siècle le peuple dans cette légende, quels thèmes y privilégiait-il ? Les images populaires donnent là-dessus une indication (mais partielle), et elles ne sont pas unanimes. Tel type témoigne de l'intérêt du peuple pour le thème de l'association du Juif Errant à la Passion du Christ : on le représente sur beaucoup d'entre elles comme un témoin et un acteur de cette Passion, à une époque où les élites chrétiennes, sachant la légende apocryphe, se garderaient d'affecter cette fonction au personnage. D'autres images, sans la moindre référence religieuse, sembleraient indiquer, ce que confirment les anecdotes collectées à cette époque par les folkloristes, que, si le message moral de la légende était perçu du peuple, il l'intéressait bien moins que le merveilleux profane qui s'attachait au Juif Errant (le rajeunissement, les rencontres imprévisibles et mystérieuses, les cinq sous inépuisables, l'ethnographie fabuleuse...).

2Or cette légende chrétienne autour de laquelle semblait s'être instaurée une sorte de modus vivendi entre clergé et masses populaires, va s'effacer des mémoires au xxe siècle en l'espace (selon les régions et les milieux) d'une ou deux générations. Une image d'Épinal (début du xxe siècle?) proclame d'ailleurs « La mort du Juif Errant » : ce que la Mort, représentée par un squelette portant une faux, ne peut accorder au « Vieux Laquedem », le Christ, cédant enfin à ses prières, daigne le lui octroyer :

  • 2 Texte et dessin signés E. PHOSTY (Pellerin et Cie, impr.-éd. ; Imagerie d'Épinal, n° 5 ter).

Expire enfin, le Pasteur te pardonne;
Repose en paix jusqu'au grand jugement2.

  • 3 Kannadik Treglonou, dirigé par l'abbé J. Calvarin, 1928 (sept. ; oct. ; nov.) ; ce journal paroiss (...)

3Mort symbolique, et à plus d'un titre... Sans faire preuve d'autant d'audace, une variante bretonne de l'Histoire admirable du Juif Errant, une gwerz, parue en 1928 dans un journal paroissial du Léon, dit, elle, le vieillissement rapide de la légende dans les premières décades du xxe siècle, (même dans l'austère et traditionaliste Léon des prêtres) et son inadaptation, au moins partielle, sous sa forme trois fois séculaire, aux mentalités modernes (aussi bien celles du clergé qui rédige cette publication, que celles des lecteurs populaires). Toutes les références au merveilleux profane traditionnel sont supprimées dans l'Histor souezus ar Boudedeo (L'étonnante histoire du Juif Errant) (rajeunissement... invulnérabilité... cinq sous... merveilleux géographique...). La complainte se trouve réduite au récit de la vie du personnage jusqu'à sa faute, la suite de l'histoire étant remplacée par un lamento lyrique d'Absarius; la nature toute entière semble vouloir le rejeter : les fleurs dans les champs sont, pour lui, sans odeur, le vent le poursuit jusque dans les bois qui ne parviennent pas à l'abriter, le soleil du matin refuse de lui accorder un sourire3... Mais, même ainsi rajeunie, la complainte a, désormais, pratiquement cessé d'être chantée : les témoignages sur la légende sont aujourd'hui (en Bretagne comme partout en France), rares, ponctuels et toujours le fait d'anciens : elle n'appartient plus à la culture populaire vivante.

4Cette mort est évidemment révélatrice de l'évolution de notre culture, elle en est le résultat. La disparition de la légende du Juif Errant coïncide ainsi avec l'extinction d'une certaine forme de culture populaire; elle est, en partie, imputable aux archaïsmes de la légende : sa géographie fabuleuse, qui prolongeait en plein xixe siècle celle du Moyen Âge, n'est plus acceptable pour un public de plus en plus largement scolarisé ; elle manifeste aussi le désintérêt du public populaire depuis quelques dizaines d'années pour certains thèmes du merveilleux traditionnel (invulnérabilité, rajeunissement, les cinq sous...), qui ne vont survivre, au mieux et pour quelque temps, que dans la culture enfantine. Elle correspond en outre à une évolution profonde depuis le xixe siècle du discours de l'Église sur les rapports entre Dieu et les hommes : le Dieu qui pardonne et rachète n'a pas cessé de gagner du terrain et a fini par l'emporter sur le Dieu qui punit, sur le Dieu vengeur. Cet étiolement progressif de la légende s'inscrit aussi dans un contexte de mise en sommeil dans la culture chrétienne officielle du thème de l'assimilation du peuple juif au peuple déicide.

5Cette mort, enfin, il faut le souligner, n'est pas un fait isolé : c'est tout le folklore religieux qui s'est progressivement effacé (en France) de la mémoire populaire et qui est aujourd'hui quasiment inconnu... Cette disparition du folklore religieux a d'ailleurs accompagné ou a précédé de peu l'érosion rapide des connaissances et de la culture religieuses, voire la désaffection d'une part croissante de la société à l'égard du fait religieux dans son ensemble (crise des vocations, crise de la pratique religieuse...).

6La « Mort du Juif Errant » pourrait bien avoir été le signe avant-coureur de l'affaiblissement dans nos sociétés d'une certaine forme historique du sacré, de relation au sacré, de perception du sacré : l'annonce en un mot de la désacralisation des sociétés occidentales ?

Histor souezus ar Boudedeo L'étonnante histoire du Juif Errant

7qui ne fait, depuis la mort de Notre Sauveur, que marcher nuit et jour jusqu'à la fin du monde : Notre Sauveur en allant à la mort, voulut se reposer contre l'étalage du Juif Errant, et celui-ci le chassa comme un maudit.

1
Vous tous que je vois ici, courez [pour] entendre
La vie la plus pitoyable qu'il y ait jamais eue au monde,
Tout à fait consternante à entendre. Le pauvre Juif Errant
Depuis la mort de Notre Sauveur, marchera jour et nuit.
2
Du sang de Nephtali, dans la ville de Jérusalem
Était né Absarius, l'homme que nous sommes en train de plaindre.
Il vint au monde, du temps d'Hérode
Qui chercha à tuer Jésus, le fils chéri de la Vierge.
3
« Mon père était charpentier; ma mère couturière,
Elle travaillait tous les jours au temple, [litt. autour du]
Ce sont mes parents qui m'apprirent très tôt à lire
Les Paroles des Prophètes, et le Livre Sacré de la Loi.
4
Après, on me maria et on me donna [comme épouse]
Une jeune fille sage et droite de la tribu de Benjamin :
J'en avais eu trois enfants à l'époque où vint
Saint Jean Baptiste annoncer le Messie.
5
Les païens en grand nombre crurent en ses paroles,
Et tous aussitôt ils abandonnèrent la croyance aux dieux.
Dix mille personnes en un seul jour avaient été baptisées.
Avec ma femme et mes enfants j'étais allé le voir...
6
D'ailleurs ma femme crut : « Mon mari, dit-elle,
C'est le Messie, qu'il vienne nous baptiser! »
Et moi alors en colère je lui dis :
« Jamais mes enfants ne seront baptisés! »
7
Peu de temps après, saint Jean fut décapité
Sur l'ordre du roi Hérode, un homme tout à fait odieux :
Juste alors Notre Sauveur, Lui, le vrai Messie,
Prêchait et faisait beaucoup de grands miracles.
8
J'ai souvent entendu le Messie prêcher
Et à ses paroles, hélas, j'ai trouvé à redire!
Lazare de sa tombe obscure, s'est levé devant moi :
Un miracle comme celui-là n'a fait aucun bien à mon coeur.
9
À cause de ses miracles, Jésus fut enchaîné
Par une troupe de soldats, dans le Jardin des Oliviers,
Et condamné aussitôt par Pilate à porter
Une croix lourde et honteuse comme les meurtriers.
10
Voici Jésus qui passe devant le seuil de ma maison;
Ses épaules sont écorchées, il ne cesse de suer
Sous le lourd fardeau ! Et Lui de s'appuyer
Contre le vieux mur de ma maison, pour se reposer.
11
Alors, Juif orgueilleux, une grande colère m'envahit
En le voyant appuyé contre ma maison et devant moi !
« Tout le monde maintenant dira que je suis de son côté,
Et moi, un vrai Juif, je serais [considéré] comme son disciple! »
12
Tu me déshonores; malheur à toi, debout, vite!...
Va-t-en vite de cet endroit, va-t-en vite, ignoble individu !
Je n'ai pas pitié de toi, sorcier maudit;
Va là-bas te reposer sur ta dure croix! »
13
Il jeta un regard sur moi : Oh! un regard de pitié!...
« Oui, je vais à la mort, hélas pour vous hommes coupables!...
Je vais au Paradis ; là-bas je me reposerai ;
Et toi, mon homme de malédiction, tu marcheras sans cesse...
14
Les paroles de Jésus frappèrent dans mon cœur un coup violent
Au point que mon sang se glaça dans mes membres délicats.
Je suivis le Messie jusqu'au Mont Calvaire,
Mon pauvre cœur rongé par la maladie du doute.
15
Il aurait été préférable pour moi de voir ma mort toute proche,
Car je vais subir désormais de dures et cruelles souffrances
Comme un homme maudit je traverserai les pays
Sans trouver personne pour me consoler au milieu de toutes mes souffrances.
16
J'ai donc abandonné ma femme et mes enfants.
J'ai dû leur dire adieu pour toujours, pour marcher...
Comme autrefois nos pères j'ai traversé la Mer Rouge :
Hélas, je ne suis pas comme eux un homme sage et heureux.
17
Quand je me retire dans les bois, je ne trouve pas d'abri :
Le vent à travers les branches souffle avec beaucoup de fureur
Comme s'il voulait me balayer de là,
Comme il balaye en hiver les branches d'arbre mortes !
18
Dans les vallées les oiseaux s'enfuient tous devant moi ;
La plainte de la mer en fureur me brise le cœur;
Quand je monte sur la colline, le soleil du matin
Va jusqu'à me refuser son sourire gai, joyeux.
19
Les fleurs dans les champs, je ne leur trouve plus
Qu'un parfum désagréable, un parfum de mélancolie.
Desséchés par la faim, mes membres accablés
Ne trouvent plus leur force! mes peines sont dures!
20
Depuis 1 900 ans je parcours ce monde-ci :
Mon voyage n'est pas terminé : je dois maintenant aller encore
Courir du pays, pour chercher le bonheur.
Je devrai marcher tous les jours, jusqu'à la fin du monde.

Notes

1 René Perrout, Les images d'Épinal, op. cit., p. 58, démarquant le Père Douhaire cité à l'article Juif Errant dans le Dictionnaire de la Bible, de Migne.

2 Texte et dessin signés E. PHOSTY (Pellerin et Cie, impr.-éd. ; Imagerie d'Épinal, n° 5 ter).

3 Kannadik Treglonou, dirigé par l'abbé J. Calvarin, 1928 (sept. ; oct. ; nov.) ; ce journal paroissial tirait à plus de 2 000 exemplaires; la complainte comprend 20 quatrains (vers de 13 syllabes) ; elle est intitulée Histor souezus ar Boudedeo (Le Juif errant) ; j'en donne ici une traduction revue par mon ami Gilles Goyat, dont je cite les commentaires sur la langue et l'orthographe du texte ; « Il ne fait aucun doute que les neuf premiers couplets de l'Histor souezus sont les mêmes que ceux de l'Histor admirabl, à ceci près qu'ils ont été expurgés des mots dont l'origine française est trop voyante. Le purisme lexical prôné par Le Gonidec, La Villemarqué et les autres membres de cette école est passé par là. » Un peu plus loin, il me signale que dans le même esprit l'Histor souezus (contrairement à l'Histor admirabl sur feuilles volantes) « respecte les principes orthographiques de Le Gonidec et même ceux, plus tardifs, de l'Emgleo ar skrivagnerien de 1908. »

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search