Version classiqueVersion mobile

Le cordonnier de Jérusalem

 | 
Gaël Milin

Chapitre II. L’avènement et le triomphe d’Ahasvérus (xviie-xviiie siècles)

Texte intégral

1Dans l’histoire du Juif Errant, le xviie siècle constitue une étape importante : à l’éparpillement des traditions et des légendes médiévales va succéder une sorte de hiérarchisation dans la popularité des traditions rivales, prélude à la marginalisation de l’une d’entre elles (la légende de Malchus) et au triomphe de la figure mythique d’Ahasvérus, le Juif condamné par le Christ à l’errance, depuis la Passion, et jusqu’au jour du Jugement Dernier.

2Progression de la diffusion d’une légende, déclin de l’autre : tel est le schéma d’une évolution que nous allons maintenant présenter et analyser de manière plus précise.

1602. Kurtze Beschreibung und Erzehslung von einem juden mit namen Ahasverus (Courte Description)

3Le texte capital, celui qui a le plus contribué à fixer la légende et à la diffuser dans les masses populaires, paraît en Allemagne au tout début du xviie siècle. Il s’intitule Kurtze Beschreibung und Erzehslung von einem juden mit namen Ahasverus (Courte Description et Histoire d’un Juif nommé Ahas-vérus). L’ouvrage a été publié en 1602, sous des noms d’éditeurs et avec l’indication de lieux d’édition différents : sur les neuf exemplaires connus, six ont été imprimés à Bautzen, un à Leyden, un à Dantzig ; un, enfin, est sans lieu, ni nom d’éditeur. Tous ont le même format et le même contenu (mais pas la même page de titre).

  • 1 Voir G. K. Anderson, The Legend of the Wandering Jew, op. cit., p. 44-45.

4En 1602, puis en 1603, à Leyden, chez l’imprimeur Christoff Creutzer paraît une nouvelle édition de la Kurtze Beschreibung, mais avec un titre différent : Wunderbarlicher Bericht von einem Juden aus Jerusalem bürtig mit namen Ahasuerus (Relation merveilleuse d’un Juif natif de Jérusalem, du nom de Ahasuérus) ; le texte est mis au compte de Chrysostomus Dudulaeus Westphalus (« de Westphalie »), nom, évidemment, de fantaisie aux connotations burlesques, qui pourrait être un pseudonyme1 Dans la décade qui va suivre, ce livret va être réédité à cinq ou six reprises ; cette variante de la Courte Description n’en diffère guère sur le point essentiel : le récit de la légende d’Ahasvérus.

  • 2 J.-P. Seguin, L’information en France avant le périodique ; 517 canards imprimés entre 1529 et 163 (...)

5Ces deux livrets nous introduisent dans le monde des « canards » imprimés des xvie-xviie siècles, opuscules, livrets, brochures que l’on édite, ou réédite, en changeant ou non les titres (alors qu’il s’agit d’un même ouvrage) ; les imprimeurs français reprennent — en les traduisant - des textes de livrets publiés à l’étranger, et les imprimeurs provinciaux (français) reprennent eux-mêmes les textes des ouvrages parisiens (ou réciproquement) : lieux, datations, noms d’imprimeurs sont, dans ce type de production, largement sujets à caution2.

6Quoi qu’il en soit, ces livrets populaires allemands constituent un tournant dans le légendaire du Juif maudit par le Christ lors de la Passion : le schéma narratif qu’ils mettent en oeuvre va être repris pendant des siècles dans les complaintes et les livrets populaires. L’histoire est centrée autour d’un personnage qui étonne par son aspect, son attitude, ses gestes étranges ; il attire l’attention d’une personne digne de foi (généralement un notable : évêque, gentilhomme, bourgeois ; ici Paulus von Eitzen). Ce personnage l’interroge et le Juif Errant (car il s’agit de lui  !) raconte alors sa vie : son forfait initial, au moment de la Passion du Christ, ses errances depuis lors ; puis, obligé qu’il est de toujours marcher, il prend congé de son interlocuteur : il ne reste plus qu’à, éventuellement, commenter cette histoire, « véritable » et pourtant « merveilleuse ».

Cartaphilus et Ahasvérus

7Ce récit, qui va connaître une si abondante postérité, s’inscrit dans une longue tradition. Le fond de l’histoire présente beaucoup d’analogies avec la légende de Cartaphilus, telle que l’ont racontée au xiiie siècle Roger de Wendover et Matthieu Paris. Or, il faut signaler que les Chronica Majora de Matthieu Paris étaient, grâce à l’imprimerie, d’accès relativement facile pour un intellectuel allemand des années 1600, puisqu’elles avaient été publiées d’abord à Londres en 1571, puis à Zurich en 1586.

8Gaston Paris, au vu des coïncidences textuelles qui existent entre le livret allemand et la chronique de Matthieu Paris, pense que le texte médiéval a servi de base au travail de l’auteur allemand de la Courte Description : ces coïncidences, pense-t-il, « ne peuvent être l’effet du hasard ou le produit d’une tradition vraiment populaire. » Nous lui empruntons son relevé de ces « coïncidences textuelles » :

« Cartaphilus est représenté comme "ayant des paroles rares et circonspectes, répondant aux questions qu’on lui pose" ; Ahasvérus "est tranquille et réservé, il ne parle que pour répondre aux questions qu’on lui fait" ;

  • Cartaphilus "se contente d’un vêtement et d’une nourriture simples" ; Ahasvérus "mange peu et sobrement" ;
  • Cartaphilus "refuse tous les présents qu’on lui offre" ; Ahasvérus "ne prend pas plus de deux escalins et les distribue aux pauvres" ;
  • Cartaphilus "espère son salut parce qu’il a péché par ignorance" ; Ahasvérus "pense que Dieu lui a pardonné ce qu’il a fait par ignorance" ;
  • Cartaphilus est conservé "comme argument pour notre foi" ; Ahasvérus dit que "Dieu a voulu le garder comme un témoin contre les Juifs."
  • 3 Gaston Paris, Légendes du M. A., op. cit., p. 168-169.


Certaines indications ont été développées avec une exagération naturelle : ainsi Cartaphilus raconte les histoires antiques "sans risée" ; quant à Ahasvérus, "on ne l’a jamais vu rire". Ajoutons que dans la Brève Description comme dans la chronique de Matthieu Paris, la source du récit est un évêque, et, d’une manière plus globale, il s’agit du même type de personnage : homme grave et avare de paroles, pécheur repentant, attendant patiemment la fin de ses épreuves, et prêt à témoigner jusque là, sans la moindre tentation de révolte, de la grandeur de Dieu et de la Passion du Christ3 ».

9Toutefois Gaston Paris a raison de souligner, aussi, que la Brève Description introduit des modifications, certaines capitales, d’autres (en apparence, du moins) d’importance moins considérable, toutes reprises par les versions postérieures de la légende : le protagoniste, désormais Juif, reçoit un nom « oriental » (Ahasvérus) ; il change de profession : il n’est plus portier de Pilate, mais cordonnier à Jérusalem ; son échoppe se situe sur la route qui mène au Calvaire. Son forfait change de nature : il ne s’agit plus d’un coup porté à Dieu, mais de propos d’une inhumaine cruauté. Et là nous touchons à un point essentiel : le thème de l’éternelle errance va se substituer à celui de l’éternelle attente, car, en riposte aux propos d’Ahasvérus, Jésus déclare : « Moi, je vais me reposer, et toi tu marcheras jusqu’à la fin du monde », alors qu’il dit à Cartaphilus : « Et toi, tu attendras que je vienne ». Sans reprendre à notre compte l’hypothèse de Gaston Paris qui pense que ce changement a été introduit pour rendre plausible la rencontre de Hambourg (qui est censée être le point de départ du récit de Paulus von Eitzen), il nous paraît évident, en revanche, que cette modification thématique suggérait, dans le contexte culturel du xviie siècle, la possibilité de multiplier les rencontres, ou plutôt les récits de rencontres, et partant, les canards imprimés les relatant : c’était pour un imprimeur un sujet inépuisable, un fond de catalogue qu’il suffisait de rajeunir de temps en temps. Cette innovation fondamentale entraîne l’introduction de motifs secondaires, et tout d’abord dans le portrait de celui que l’on nomme désormais Ahasvérus. Ahasvérus a de longs cheveux ; détail qui, en d’autres temps suggèrerait une certaine attitude antisociale, ou au moins non conformiste, mais qui, ici, ajouté aux pauvres, aux vieux vêtements usés, doit plutôt être interprété comme une notation réaliste : l’auteur brosse le portrait d’un pauvre hère, d’un être âgé et misérable, toujours sur les routes, vivant en marge des populations des pays qu’il ne fait que traverser.

10Autre innovation secondaire, à mettre en relation avec l’introduction du thème de l’errance : Ahasvérus se voit doté d’une famille, probablement pour amener le motif de la séparation qui aggrave ses souffrances. S’il marche à travers le monde, allant de pays en pays, et si l’on veut qu’il puisse raconter son histoire, servir de témoin de la véracité des récits évangéliques de la Passion, il faut résoudre le problème linguistique ; il parlera donc, partout où il passera, « le vulgaire » (la langue du pays) : à Hambourg, quand Paulus von Eitzen le rencontra : « il parloit le Saxon, comme s’il eust été natif de Saxe ». On le vit à Madrid (« Malduit ») en 1572, plusieurs personnes lui parlèrent et, lui, « parloit bon espagnol ». Comme les apôtres, après la Pencôte, et sans doute pour les mêmes raisons qu’eux (porter témoignage à travers le monde), le Juif Errant se voit attribuer le don des langues.

Un cordonnier

  • 4 R. Boutrays, De rebus et in Gallia et pene toto orbe gestis commentarii, Paris, 1610, p. 385- Cité (...)

11Autre innovation à mettre en rapport avec l’innovation fondamentale que constitue l’introduction de la thématique de l’errance, le métier, de cordonnier, qui est dévolu au personnage par l’auteur de la Courte Description ? Il n’est point de métier plus sédentaire que celui de cordonnier, on y est souvent assis et on n’a guère l’occasion d’user de chaussures, puisqu’on se déplace peu. Aussi a-t-il été suggéré qu’il pourrait y avoir quelqu’ironie (cruelle) à faire du sédentaire, le type même de l’errant : sans compter que le cordonnier aurait ainsi, enfin, l’occasion d’user des chaussures... D’autres penchent plutôt pour une explication de type psychosociologique ; cette réception, notons-le, est celle d’un contemporain des premiers livrets populaires, Raoul Boutrays, que nous évoquerons plus longuement un peu plus loin : le Juif Errant dont il a entendu parler est un savetier (« is fuisse cerdo dicitur ») ; à la demande du Christ, il répond par des insultes (« insultasse »), « car ce genre d’hommes [les savetiers, bien sûr] est, commente Boutrays, mordant et effronté » (« ut genus hoc hominum acerbum est et petulans »)4. Un siècle et demi plus tard, la complainte qui suit l’Histoire admirable du Juif Errant dans l’édition J.-F Behourt à Rouen, met explicitement en rapport le métier d’Ahasvérus et sa malédiction ; le Juif Errant s’adressant aux cordonniers, ses confrères, les invite à ne pas se moquer des passants :

  • 5 Cité par E. Knecht, Le mythe du Juif Errant, op. cit., p. 62-63 ; « Behourt exerça son métier de 1 (...)

Comme vous j’étois Cordonnier,
Quand ce malheur m’est arrivé,
De critiquer journellement
C’étoit mon plus grand élément
Mes compagnons semblablement
Donnoient des lardons aux passants. [...]
Vous sçavez que notre métier
Est fort sujet à critiquer,
Ils ne sauroient pas s’en passer,
C’est inutile d’y penser,
S’ils étoient muets, chose assurée,
Ils se trouveroient bien trompés.
Je sçais très bien dedans mon temps,
Que nous faisions autant,
J’en suis fâché, et je m’en repents,
Mais, hélas, il n’est plus temps,
Si j’avois connu le Sauveur,
Je l’aurois reçu d’un grand cœur.
Je vous supplie, mes chers amis,
De profiter de cet avis,
Laissez passer et repasser
Tout le monde, sans les railler,
Vous en serez plus estimés,
L’on ne pourra vous blâmer5.

  • 6 R. Mandrou, De la culture populaire aux xviie et xviiie siècles, Paris, Imago, 1985 (rééd.), p. 13 (...)

12Robert Mandrou (De la culture populaire aux xviie et xviiie siècles) analyse longuement le Testament d’un savetier, livret de colportage qui tende-rait à confirmer cette estime médiocre dans laquelle seraient tenus savetiers et cordonniers, dans la société française de cette époque. Il rappelle que c’est ce métier (où l’on utilise la poix) qui a donné son nom au burlesque poissard ; les cordonniers ont, en outre, la réputation, auprès des gens du peuple, de jouer le rôle d’indicateurs de police. Le testament d’un savetier prétend ainsi que, dans les cérémonies initiatiques des compagnons [cordonniers] du Tour de France, ils jurent « d’enseigner fidèlement à ceux qui la [leur] demanderont la demeure la plus cachée des gens les plus inconnus, d’informer curieusement de tout ce qui se passe chez [leurs] voisins, besogne utile aux particuliers et à l’État, car par [leur] ministère, on peut fort aisément découvrir les fripons et les friponnes qui se voudraient dérober à la justice6 ».

13Raillards impénitents, aux plaisanteries corsées (dans le registre poissard), volontiers indicateurs de police, voilà quelques indications qui nous paraissent étayer l’hypothèse sociologique : c’est vraisemblablement l’image négative du cordonnier dans la société urbaine traditionnelle qui vaut à Ahasvérus de se voir attribuer ce métier.

Ahasuérus

  • 7 G. K. Anderson, The Legend of the Wandering Jew, op. cit.. p. 50.

14Si l’on parvient à trouver, pour la relation entre le type du Juif Errant et sa profession de cordonnier, des explications plausibles, les hypothèses avancées pour expliquer le nom d’Ahasuérus que lui donne le livret allemand nous paraissent bien moins satisfaisantes. G. K. Anderson reprend, après bien d’autres, l’hypothèse la plus courante, celle qui a été exposée dès 1891 par Salomone Morpurgo dans l’Ebreo errante in Italia. Le nouveau nom prendrait son origine dans « la fête juive de Purim qui célèbre chaque printemps la défaite des machinations d’Haman dans son désir de massacrer les Juifs, défaite dans laquelle Ahasuérus (forme biblique du nom de l’empereur perse Xerxès) joua un rôle essentiel. L’histoire est racontée dans le livre d’Esther » À l’occasion de cette fête on faisait des lectures à haute voix du livre d’Esther « accompagné de cris et de malédictions à l’égard des Gentils » ; enfin il y avait aussi une représentation dramatique, un Jeu d’Ahasvérus (« Ahasverspiel »), où s’exprimaient également des sentiments hostiles aux non-Juifs. G. K. Anderson conclut : «Ahasuérus, en conséquence, devint, durant le xvie siècle une sorte de surnom pour désigner un Juif[...] ». Le mot se serait ainsi tout naturellement proposé à l’auteur de la Kurtze Beschrei-bung comme un nom qui convenait pour le protagoniste de cette histoire7.

Iconographie

15Quelle que soit l’origine de son nom, quoi que symbolise son métier de cordonnier, qu’il soit, ou non, frère, ou fils de Cartaphilus (sur le plan de l’imaginaire évidemment), Ahasvérus, le passant de Hambourg, le Juif Errant, va, grâce à la Brève Description, et à la Relation merveilleuse d’un Juif natif de Jérusalem (Wunderbarlicher Bericht von einem Juden...), grâce aussi à leurs traductions dans différentes langues européennes (dont le français), devenir un type populaire. Personnage étrange que l’on va commencer à apprendre à reconnaître : homme de grande taille ayant de longs cheveux qui lui pendent sur les épaules, de pauvres habits ou des habits étranges : « il n’avoit autres habits en ce temps là d’hyver que des chausses à la marine qui luy alloient jusque sur les pieds, une juppe qui lui alloit sur les genoux, et un manteau long jusqu’aux pieds » ; personnage déjà âgé (55 ans), surtout pour l’époque (xviie siècle)...

16On dispose d’un témoignage très précoce (1616) sur la diffusion rapide d’une iconographie du Juif Errant : le chanoine Jean Cousin dans son His-toire de Tournai (Douai, 1619) atteste qu’

  • 8 Chanoine J. Cousin, op. cit., cité par F.-A. de Reiffenberg, Annuaire de la Bibl. royale de Belgiq (...)

« Audict an 1616, se vendoit publiquement à Tournay et ailleurs, par des porte-panniers, parmy d’autres cartes et images de papier, le pourtraict d’un Juif (à mon advis, fabuleux) nommé Ahasvérus, avec un écrit imprimé où il estoit discouru que cestuy Ahasvérus auroit vescu du temps que Notre-Seigneur fut crucifié en Jérusalem, et estoit encore vivant l’an 1613, et errant je ne sçay où par le monde8 ».

  • 9 In quarto de quatre feuilles (Bibliothèque de Munich) : décrit p. 66-68 par L. Neubaur, Die sage v (...)
  • 10 Champfleury, op. cit., p. 53.
  • 11 Sauf, à la fin de la relation, l’indication suivante : « Datum [donné à] Refel, ler août 1613 ».

17Aucune de ces « images de papier » ne nous est parvenue ; en revanche certains livrets de colportage ont (généralement sur leur page de titre) un bois gravé représentant le Juif Errant : ils témoignent d’ailleurs d’un certain flottement dans la définition du type : sur quel motif, sur quel trait spécifique mettre l’accent ? L’exemplaire de la Courte Description (Kurtze Beschreibung) sorti des presses de Wolffgang Suchnach en 1602 représente le Juif Errant barbu, avec une sorte de turban sur la tête (connotation orientale suggérant la judaïté) ; il est vêtu d’un long manteau. C’est, semble-t-il, le repentir d’Ahasvérus, sa piété démonstrative qui ont paru au graveur le trait notable du personnage, puisqu’il le représente quasiment dans l’atti-tude de l’orant : les deux bras écartés comme s’il voulait adorer Dieu9. Une gravure sur cuivre d’un autre livret allemand imprimé en 1618 à Augsbourg chez la veuve Sara Mangin et édité par Wilhelm Peter Zimmermann, gra-veur, (Warhafftige Contrafactur, [...] von einem Juden von Jerusalem Ahasverus...) le représente habillé à la mode allemande du début du xviie siècle, pieds nus, le bâton à la main, une grande cape sur les épaules : « on pourrait, dit Champfleury, prendre le personnage pour un des apôtres de la Réforme, [...] cheminant pieds nus pour accomplir sa mission10 ». Le graveur semble, en effet, avoir été surtout sensible au fait qu’Ahasvérus constitue le dernier témoin vivant de la Passion du Christ... Même sérieux dans la gravure sur bois qui accompagne la Relation merveilleuse d’un Juif natif de Jérusalem du nom de Ahasuérus ( Wunderbarlicher Bericht von einem Juden...), sans lieu, ni date11 :

  • 12 Traduction de Champfleury, op. cit., p. 55 ; les vers allemands sont précédés d’une sorte de légen (...)

« immédiatement, au-dessous du titre, une gravure de la grandeur du feuillet, représente une contrée avec des arbres autour d’un village ; du côté droit, le soleil sort des nuages ; au milieu, le Sauveur, avec la couronne d’épines et les bras étendus ; sur le premier plan, le Juif Errant, habillé comme il est décrit dans le livre : "à genoux, les mains jointes, son chapeau et une Bible à terre, à côté de lui." Au revers de la gravure, un texte rédigé en vers précise le sens de cette étrange variante de Crucifixion (Der Jiid Asuerus weit und breit...) :
"Le Juif Asuerus connu au loin et au large,
Jadis et en ce temps
Connu, erre par tout le monde,
Parle toute langue, méprise l’argent.
Ce qu’il dit du Christ, tu peux le lire ici.
Cependant avec humeur
Ne le méprise point, laisse-le pèleriner12" ».

Ahasvérus et les milieux protestants

  • 13 « Ainsi que me l’écrit le judicieux bibliothécaire de Weimar [R. Köhler], il faut regarder cette e (...)

18Cela dit, il ne faut pas attendre de l’iconographie plus qu’elle ne peut donner, d’autant que les éditeurs de livrets de colportage ont l’habitude de remployer les bois gravés dont ils disposent : ce serait le cas, selon Rein-hold Köhler et Champfleury pour la gravure précédente13. Pour serrer de plus près la réception initiale de la Courte Description dans ces années 1602, il faut en revanche s’arrêter sur un fait que l’histoire postérieure de la légende du Juif Errant et de sa réception rend secondaire, au point même de l’occulter totalement. Le livret allemand de 1602 est anonyme, on le sait, et les livrets postérieurs sont attribués à Chrysostomus Dudulaeus Westphalus (pseudonyme ou nom de fantaisie), mais il reste que l’on aimerait, faute de connaître le nom de l’auteur, savoir au moins dans quel milieu il évoluait. Là-dessus le doute n’est guère possible et les critiques universitaires les plus récents et les plus compétents (G. K. Anderson, 1968 ; E. Knecht, 1977) se rangent à l’avis exprimé il y a un siècle par Gaston Paris, qui déclarait :

  • 14 Gaston Paris, Légendes du M. A., op. cit., p. 167.

« Cet auteur était visiblement protestant, et toute sa mise en scène est protestante. Il s’appuie sur un des docteurs de l’Eglise luthérienne [Paulus von Eitzen] ; il appelle toujours le Seigneur Christ et non Jésus-Christ ; il fait assister son héros au prêche dans l’église luthérienne à Hambourg ; enfin, ce qui est décisif, il lui donne le nom d’Ahasvérus [ou : Ahasuérus], qui appartient exclusivement aux bibles protestantes, la Vulgate et les traditions catholiques donnant Assuérus14 ».

19Paulus Von Eitzen, dont le témoignage est ici invoqué (alors qu’il était mort en 1602, au moment de la parution de la Kurtze Beschreibung), oriente, en effet, les regards vers les milieux réformés ; c’était un disciple de Mélanch-ton que l’on voit présider le jury de la thèse de doctorat de théologie qu’il soutint à Wittemberg en mai 1556. Après avoir été à la tête de l’Église de Hambourg («ad gubernationem Ecclesiae Hamburgensis »), il devint en 1562 prédicateur (puis évêque) à Schleswig ; il mourut le 25 février 1598.

L’arrivée en France d’Ahasvérus (1605)

  • 15 À Paris, chez Jean Richer. Cayet est né à Montrichard en Touraine, en 1525, et mort à Paris le 10 (...)
  • 16 Histoire prodigieuse et lamentable du docteur Fauste, grand magicien, trad. de l’allemand en franç (...)
  • 17 Page 442-446 dans l’édition J. Richer, Paris, 1605 ; le titre complet est Chronologie Septénaire c (...)

20Dès 1605 une traduction presque littérale de la Kurtze Beschreibung paraît en France dans un ouvrage de type historique, la Chronologie septénaire de Pierre-Victor Cayet15. Ce que nous savons de Cayet semble bien confirmer que la légende d’Ahasvérus, sous la forme que lui donne la Kurtze Beschreibung, provient des milieux protestants : Cayet est un disciple de Ramus ; après s’être converti au protestantisme, il avait séjourné à plusieurs reprises en Allemagne ; en 1595, toutefois, (dix ans avant la parution de la Chronologie septénaire) il avait abjuré la foi réformée et était revenu au catholicisme. Sa traduction, qui sera reprise par les livrets populaires français, est fidèle : Cayet connaissait bien l’allemand, il est d’ailleurs également l’auteur d’une traduction de l’histoire de Faust16. Il faut citer in extenso, la traduction de la Kurtze Beschreibung qu’il a insérée dans sa Chronique septénaire : c’est un texte décisif dans l’histoire de la diffusion, en France, de la légende du Juif Errant. Il la donne au chapitre 7 où il passe en revue, dans un désordre indescriptible, les événements qu’il juge utile de retenir pour l’année 160417. Après un long développement sur l’action des Jésuites, en Amérique du Sud, en Extrême-Orient (Japon, Chine), sans transition, il en arrive au récit du passage en France du Juif Errant, information orale qu’il complète et authentifie par la traduction de la Courte Description :

« Au commencement de ceste année, il courut un bruict par la France que deux gentilshommes avoient rencontré en Champagne un homme qui se disoit Juif, lequel estoit encores du temps de la passion de Nostre Seigneur Jesus Christ, mesme qu’il leur avoit dict plusieurs choses ; mais, pource que cela n’est qu’un ouy dire, j’ay adjousté icy la traduction d’une lettre en Allemand, imprimée à Leyden l’an 1602, par laquelle on pourra conjectu-rer ce qu’il aura peu dire aux deux gentilshommes. Sur l’inscription de la lettre est escrit : En vérité, je vous le dis, il y en a icy aucuns qui ne gousteront point la mort, jusques à ce qu’ils voyent venir le fils de l’homme en son royaume ».
« Monsieur, n’ayant rien de nouveau à vous escrire, je vous feray part d’une histoire estrange que i’ay apprise il y a quelques années. Paul de Eit-zen, Docteur en Theologie, et Evesque de Schleswig, homme de foy, et recommandable pour les escrits qu’il a mis en lumiere, depuis qu’il tut esleu Evesque par le Duc Adolphe de Holstein, m’a quelquefois raconté, et à quelques autres, qu’estudiant à Witemberg, en Hyver l’an 1542, il alla voir ses parents à Hambourg, et que le prochain Dimanche au Sermon il vid, vis à vis de la chaire du Predicateur, un grand homme ayant de long che-veux qui luy pendoient sur les espaules, et pieds nuds, lequel oyoit le ser-mon avec une telle devotion, qu’on ne le voyoit pas remuer le moins du monde, sinon lorsque le Predicateur nommoit Jesus Christ, qu’il s’incli-noit et frappoit la poictrine, et souspiroit fort : il n’avoit autres habits en ce temps là d’Hyver que des chaulses à la marine qui luy alloient jusques sur les pieds, une juppe qui lui alloit sur les genoux, et un manteau long jusques aux pieds ; il sembloit, à le voir, aagé de cinquante ans. Ayant veu ses gestes et habits estranges, Paul de Eitzen s’enquit qui il estoit ; il sceut qu’il avoit esté là quelques sepmaines de l’Hyver, et luy dict qu’il estoit Juif de nation nommé Ahasuerius, Cordonnier de son mestier ; qu’il avoit esté present à la mort de Jesus Christ, et depuis ce temps là tousjours demeuré en vie, pendant lequel temps il avoit esté en plusieurs pays ; et, pour confrontation de son dire, rapportoit plusieurs particularitez et circonstances de ce qui se passa lors que Jesus Christ fut prins, mené devant Pilate et Herode, et puis crucifié, autres que celles dont les Historiens et Évan-gelistes font mention ; aussi des changements advenus ès parties Orientales, depuis la mort de Jesus Christ comme aussi des Apostres, ou chacun d’eux a vescu et souffert martyre, de toutes lesquelles choses il parloit fort pertinemment. Paul de Eitzen s’esmerveilla encores plus du discours que de la façon estrangere du Juif, et chercha plus particuliere occasion de parler à luy ; finalement l’ayant accosté, le Juif luy raconpta que du temps de Jesus Christ il demeuroit en Jerusalem, et qu’il persecutoit Jesus Christ, l’estimant un abuseur, l’ayant ouy tenir pour tel aux grands Prestres et Scribes, n’en ayant autre particuliere cognoissance, et qu’il feit tout ce qu’il put pour l’exterminer.
Que finalement il fut l’un de ceux qui le menerent devant le grand Prestre, et l’accuserent, et crierent qu’on le crucifiast, et demanderent qu’on le pendist plustost que Barabbas, et firent tant qu’il fut condamné à mort. Que, la sentence donnee, il s’en courut aussi tost en sa maison, par devant laquelle Jesus Christ devoit passer, et le dict à toute sa famille, affin qu’ils le veissent aussi ; et prenant en ses bras un de ses petits enfants qu’il avoit, se mist à sa porte, pour luy monstrer. Nostre Seigneur Iesus Christ, pas-sant chargé de sa croix, s’appuya contre la maison du Juif, lequel, pour monstrer son zelle courut à luy, et le repoulsa avec injures, lui monstrant le lieu du supplice où il devoit aller. Lors Iesus-Christ le regarda ferme, et luy dict ces mots : Je m’arresteray et reposeray, et tu chemineras. Aussi tost le Juif mit son enfant à terre, et ne put arrester en sa maison ; il suivit et vid mettre à mort Jesus Christ. Cela faict, il luy fut impossible de retourner en sa maison ni en Jerusalem, et ne revid plus sa femme ny ses enfants. Depuis ce temps là il avoit tousjours esté errant en pays estranges, sinon environ cent ans qu’il fut en son pays, et trouva Jerusalem ruynee : de sorte qu’il ne coignoissoit plus la ville. Qu’il ne sçavoit ce que Dieu vouloit faire de luy, de le retenir si long temps en ceste miserable vie, et s’il le vouloit peut estre reserver jusques au jour du jugement pour servir de tesmoin de la mort et passion de Jesus Christ, pour tousjours d’avantage convaincre les infi-delles et Ateystes. De sa part, il desiroit qu’il pleust à Dieu l’appeller. Outre cela, Paul de Eitzen et le Recteur de l’escholle de Hambourg, homme docte et bien versé ès histoires, confererent avec luy de ce qui s’estoit passé en Orient depuis la mort de Jesus Christ jusques à présent. Dont il les satisfit, de sorte qu’ils en estoient esmerveillés. Il estoit homme taciturne et retiré, ne parloit point si on ne l’interrogeoit ; quand on le convyoit, il y alloit, beuvoit et mangeoit peu ; si on luy bailloit quelque argent, il ne pre-noit pas plus de deux ou trois sols, et tout à l’heure les donnoit aux pauvres, disant qu’il n’en avoit que faire pour lors, et que Dieu auroit soin de luy. Tout le temps qu’il fut à Hambourg on ne le vid point rire ; en quelque pays qu’il allast il parloit le vulgaire : lors il parloit le Saxon, comme s’il eust été natif de Saxe ; plusieurs hommes de divers pays allerent à Hambourg pour le veoir, et en furent faicts divers jugements ; le plus commun fut qu’il avoit un esprit familier. Paul de Eitzen ne fut pas de ceste opinion, d’autant que non seulement il oyoit et discouroit volontiers de la parole de Dieu, mais aussi ne pouvoit endurer un blaspheme, et s’il oyoit jurer, il monstroit un zele avec despit et pleurs, disant : " Ô miserable homme, mise-rable creature, comment oses tu ainsi prendre en vain le nom de Dieu et en abuser ? Si tu avois veu avec combien d’amertume et de douleurs Nostre Seigneur a enduré pour toy et pour moy, tu aymerois mieux souffrir pour sa gloire, que de blasphemer son nom." Voylà ce que j’ay appris de Paul de Eitzen, et de plusieurs autres personnages dignes de foy, à Hambourg, avec autres circonstances.
À Shleszwig, le 9 juin 1564 »

21Puis suivent les relations de deux rencontres qui viennent en quelque sorte confirmer le texte de la lettre et le récit introductif :

« L’an 1575, le Secretaire Christofle Ehinger, et M. Jacobus, revenants de poursuivre le payement de ce qui estoit deu de reste par le Roy d’Espagne au Duc Adolphe de Holstein, et aux gens de guerre qu’il mena l’an 1572 au Duc d’Albe aux Pays Bas, passerent à Heszvig ; ils affermerent avoir veu le mesme homme à Malduit, et en presence de plusieurs personnes avoir parlé à eux, et qu’il parloit bon Espagnol.
Il y en a qui disent l’avoir veu dans Strasbourg, et qu’il dict aux Seigneurs de Strasbourg qu’il y avoit deux cens ans qu’ils passa par leur ville, et qu’ils regardassent dans leurs registres où ils en trouveroient un acte ; ce qui fut faict, et le trouverent ainsi, dequoy tous furent grandement esmerveilés. Il leur dict aussi qu’il n’avoit plus qu’à parachever les parties Occidentales, tant contigentes et terres fermes, que Isles, pour estre à bout de son pelerinage, et que lors le jugement viendra. Aussi tost qu’il entre en un pays il en entend la langue, et ainsi est mescogneu pour tel qu’il est. »

22Après le temps du récit, vient celui de la réflexion sur le mode du pro et contra : « Plusieurs ont disputé de cest homme et de son histoire pro et contra ; les uns afferment qu’il est vray homme naturel, les autres, niants cela, disent que c’est un spectre mauvais, comme il est rapporté par leurs raisons ». Discussion déséquilibrée d’ailleurs, qui multiplie les exemples à l’appui de la thèse de ceux qui croient qu’il est possible pour certains hommes de connaître une extrême longévité et qu’Ahasvérus est l’un de ceux-là. P.-V. Cayet en revanche n’accorde que quelques lignes à l’exposé de la thèse des sceptiques (« les jours de l’homme sont comptés » ; « ce sont démons ou fantosmes »). S’il conclut son développement en se réfugiant prudemment derrière une citation de saint Augustin (« melius est dubitare de occultis quam affirmare de incertis »), il a eu le temps de donner un aperçu de ses connaissances dans le domaine des « histoires frivoles et fabuleuses », connaissances qui pourraient bien trahir ses goûts, ainsi que son inclination pour la thèse de ceux qui « tiennent qu’[Ahasvérus] est un vray homme tel qu’il se monstre et qu’il est condamné à ceste peine jusques au jour du jugement. » Dans tous les cas, le commentaire témoigne d’une réception essentiellement profane de la légende et du personnage du Juif Errant : les personnages et les anecdotes qui servent à les situer appartiennent tous à la vieille culture (médiévale, antique, ou « moderne ») du merveilleux. On ne sent pas dans le discours de Cayet une véritable volonté d’intégrer le personnage à la culture chrétienne : c’est pour lui, apparemment, une belle histoire, merveilleuse, mais qui suscite trop d’interrogations pour être porteuse d’un message religieux fort.

1609. Discours véritable d’un Juif Errant

  • 18 « Vereor ne quid nugarum anilium probro me afficiat. si quae cota Europa narratur, de Judeo coaevo (...)

23En France, un premier témoignage atteste la diffusion de la légende en ce tout début du xviie siècle : il émane d’un avocat parisien Raoul Boutrays, auteur d’une histoire de son temps, intitulée De rebus et in Gallia et pene toto orbe gestis, commentarii (Paris, 1610). C’est au livre XI qu’il fait allusion à la « légende » (« fabula ») « que l’on raconte à travers toute l’Europe » (« quae tota Europa narratur ») « d’un Juif contemporain du Christ, notre Sauveur. » Il craint, dit-il, qu’on ne lui reproche de s’intéresser à des « contes de vieilles femmes » (« nugarum anilium ») s’il la rapporte ; « pourtant, continue-t-il, rien n’est plus répandu que ce récit, et notre histoire en langue vulgaire (« nostratium vernacula historia ») n’a pas rougi de la rapporter ». (S’agirait-il d’une allusion à la Chronique septénaire, publiée en 1605, de P.-V. Cayet ?). Il ajoute qu’il a « pour garants les anciens auteurs de nos annales » (allusion à Roger de Wendover et Matthieu Paris ?). Après ce préambule, il résume la légende du Juif Errant en suivant une version qui pourrait être celle de Cayet (ou celle de la Brève Description). Il conclut enfin en ajoutant que depuis un siècle, ce personnage a été vu en Espagne, en Italie, en Allemagne, et qu’en cette année [1604], on l’a reconnu pour le même qui avait été vu à Hambourg en l’an 1564. Et il ajoute : « Le peuple (« vulgus »), prompt à forger des rumeurs, raconte à son propos plus de choses encore : moi, je n’en parle que pour ne rien omettre18 ».

  • 19 Deux témoignages picards datés de 1604, celui du Père Ignace de Jésus Maria, et celui de Pierre Lo (...)

24On a bien l’impression, malgré les imprécisions et les inexactitudes, que l’auteur a eu connaissance de la version « allemande » de la légende d’Ahasvérus, et sans doute à travers la Chronique septénaire de P-V. Cayet qui pourrait bien être « l’histoire en langue vernaculaire » (c’est-à-dire en français) qu’il mentionne parmi ses sources19. Détail important, mais là nous restons sur notre faim, la légende populaire en raconte encore « plus » (« plura ») sur ce Juif contemporain du Christ...

25Raoul Boutrays fait certainement allusion à des traditions populaires orales, car c’est, à quelques coquilles près, la traduction donnée par P.-V. Cayet qui est publiée, sans nom d’imprimeur, à Bordeaux, en 1609, (« jouxte la coppie imprimée en Allemagne »), sous la forme d’un livret populaire de 16 pages intitulé Discours véritable d’un Juif errant, lequel main-tient avec paroles probables avoir esté présent à voir crucifier Jésus-Christ et est demeuré en vie jusques à présent. Pour être plus précis, les onze premières pages reprennent la traduction de Cayet et l’essentiel de ses notes sur les cas de longévité exceptionnelle ; puis vient (p. 11-13), en traduction, évidemment ( !), le texte de la sentence de Ponce Pilate à l’encontre du Christ, sentence « trouvée miraculeusement, escrite sur parchemin, en lettre Hebrayque, dans un vase de marbre [...], en la ville d’Aquila, au Royaume de Naples sur la fin de l’année 1580 ».

  • 20 C’est le numéro 487 (B. N., Rés. p. Y2 86 et 87) dans J.-P. Seguin, L’information en France avant (...)

26Les trois dernières pages du livret, non paginées, donnent le texte de la première complainte française du Juif Errant, qui à ce jour nous soit parvenue : Complainte en forme et manière de chanson, d’un Juif encore vivant ; errant par le monde, qui dit avoir assisté et estre l’un de ceux qui mirent à mort et cru-cifièrent nostre seigneur Jésus-Christ, sur le chant : « Dames d’honneur, etc »20.

  • 21 Numéro 488 (B. N., Rés. p. Y2 84), ibidem, p. 124.

27Un autre livret (de 13 pages), non daté, ne contenant ni jugement ni complainte, a paru à Lyon chez Thomas Daré, qui affirme suivre, lui, « la coppie imprimée à Rouen ». C’est le même texte que le précédent ; le titre est aussi le même21.

  • 22 Numéro 489 (B. N., Rés. p. Y2 85), ibidem, p. 124. Sur les problèmes bibliographiques classiques p (...)

28En 1617 à Saumur, chez Thomas Arnaud, publication de la même légende, sous le titre de Discours merveilleux, d’un Juif, lequel... va errant... jusques à La consommation des siècles. Lequel aussi a esté à présent recognu en divers endroicts de la Bretagne, ce mois de Janvier dernier... Suivant l’attes-tation de plusieurs personnes dignes de foy, qui en ont rendu asseuré tesmoi-gnage par escrit. Le livret a 16 pages22. Voici, emprunté à l’édition de Bordeaux, 1609, le texte de la Complainte :

  1. 1. Le bruit courant, ça et la par la France,
    Depuis six mois qu’on avoit esperance
    Bien tost de voir un Juif qui est errant
    Parmy le monde, pleurant et souspirant.
  2. 2. Comme de fait, en la rase campagne,
    Deux gentilshommes, au pays de Champagne,
    Le rencontrerent tout seulet cheminant,
    Non pas vestu comme on est maintenant.
  3. 3. De grandes chausses il porte a la marine,
    Et une juppe comme à la Florantine,
    Un manteau long jusques en terre trainnant ;
    Comme un autre homme il est au demeurant.
  4. 4. Ce que voyant, lors ils l’interrogerent
    D’où il venoit, et ils luy demanderent
    Sa nation, le mestier qu’il menoit ;
    Mais ce pendant tousjours il cheminoit.
  5. 5. « Je suis, dict il, Juif de ma naissance
    Et l’un de ceux qui, par leur arrogance,
    Crucifierent le Sauveur des humains
    Lors que Pilate en lava ses deux mains ».
  6. 6. Il dit aussi qu’il a bien souvenance
    Quand Jesus-Christ a tort reçeut sentence,
    Et qu’il le vit de sa Croix bien chargé,
    Et qu’à sa porte il s’estoit deschargé.
  7. 7. Lors, le Juif, par couroux le repousse,
    L’injuriant, et plusieurs fois le pousse,
    En luy monstrant le supplice appresté
    Pour mettre à mort sa haulte Majesté.
  8. 8. Nostre Seigneur bien ferme le regarde,
    En luy disant : « A cecy prens bien garde :
    Je reposeray et tu chemineras !
    Partant, regarde a ce que tu feras  ! »
  9. 9. Tout aussi tost le Juif meit à terre
    Son petit fils, et s’en courut grant erre ;
    Mais il ne sçeut jamais en sa maison
    Mettre les pieds en aucune saison.
  10. 10. Hierusalem, le lieu de sa naissance,
    Femmes et enfans, ne fust en sa puissance
    Jamais de voir, n’y pas un sien parent ;
    Et, par le monde, s’en va ainsi errant.
  11. 11. De son mestier, Cordonnier il dict estre ;
    Et, à le voir, il semble tout champestre.
    Il boit et mange avec sobriété,
    Et est honneste selon la pauvreté.
  12. 12. Longtemps il lut au pays d’Arabie,
    Et aux déserts de la triste Libie,
    Et à la Chine, en l’Asie Mineur,
    Jardin d’Eden, et du monde l’honneur.
  13. 13. Comme en semblable, en la sterile Afrique,
    Au mont Liban, au Royaume Persique,
    Et au pays de l’odoreux Levant,
    Toujours il va son chemin poursuyvant.
  14. 14. N’aguere estoit en la haute Allemagne,
    En Saxonie, puis s’en va en Espagne,
    Pour s’en aller les Anglois visiter,
    Et nostre France puis apres habiter.
  15. 15. Pour estre about de son pelerinage
    Et accomplir son désiré voyage,
    Il n’a plus rien qu’un tiers de l’Occident,
    Et quelques Iles pour aller, Dieu aydant.
  16. 16. Tout cela faict, le jugement attendre
    Il faut de Dieu, et repentant se rendre,
    Afin, dict il, qu’entre les reprouvez
    Par nos mérites, nous ne soyons trouvez.
  17. 17. Je fay, dict il, icy bas pénitence ;
    Touché je suy de vraye repentence ;
    Je ne fay rien que d’aller tracassant,
    De pays en autre, demandant en passant.
  18. 18. Quand l’univers je regarde et contemple,
    Je croy que Dieu me fait servir d’exemple,
    Pour tesmoigner sa Mort et Passion,
    En attendant la Resurrection.

Le contexte socio-culturel

29Il faut replacer tous ces livrets dont nous venons de parler, non seulement dans l’évolution de la légende du Juif Errant, mais aussi dans l’histoire de la littérature et de la culture populaires. Ces brochures, françaises, allemandes, appartiennent à un type de livrets de petit format, généralement brefs, voire très brefs, que les imprimeurs du xviie siècle diffusaient essentiellement par l’intermédiaire des colporteurs : ces « contre-porteux » ou « porte-paniers », dont parle Pierre de l’Estoile, qui leur achète « devant le Palais », à Paris, ces « canards », sur lesquels il ironise, mais qui le fascinent. Merciers (« mercerots ») et musiciens ambulants viennent s’ajouter aux colporteurs pour faire pénétrer jusque dans les hameaux ces petits imprimés peu encombrants et de faible poids. Grâce à ces livrets, grâce au petit peuple des colporteurs, des mercerots, la littérature, ou du moins la culture de l’écrit est présente dans la rue, fait partie de la vie quotidienne dans les villes, comme l’attestent les remarques fréquentes et très souvent ironiques (c’est un bourgeois qui écrit) de Pierre de l’Estoile dans son Journal.

30Voici d’ailleurs quelques-unes de ses allusions aux canards qu’il entend « crier » dans les années 1608-1610, c’est-à-dire à l’époque où paraît à Bordeaux le Discours véritable d’un Juif errant :

  • 23 J.-P. Seguin, L’Information en France avant le périodique, op. cit., p. 23-24 ; il cite les Mémoir (...)

« Le mardi 3e de ce mois [juin 1608], on crioit, par ceste ville, un miracle très fameux (mais très faux, composé à la Pomme de Pin, en recommandation de l’Ordre de Saint François, ou plustost de l’argent qu’on pourroit tirer de ceste piperie), laquelle fadèze, avec un nouveau Arrest de la Cour et du Conseil privé, m’a cousté deux sols »
« Ledit jour [16 juin 1608], on crioit la Conversion d’une Courtizanne vénitienne, qui estoit une nouvelle fadèze regrattée : car on en fait tous les ans trois ou quatre »
« Le lundi 6e [avril 1609] j’ay acheté, deux sols, deux balivernes qu’on crioit devant le Palais. L’une est un Discours intitulé miraculeux et véritable (c’est-à-dire sot et fabuleux) d’un Turcq, lequel, par dérision, aiant frappé l’image d’un crucifix d’un coup de cimeterre, dont en ruissela le sang, estoit demeuré sur la place, sans s’en pouvoir bouger, jusques à ce qu’il eust faist voeu de se faire chrestien ».
« Le mardi 21e [juillet 1609] on crioit, à Paris, le miracle arrivé dans la ville de Genève, au moys de mars dernier, d’une femme qui estoit accou-ché d’un veau ; lequel estoit fort suspect à beaucoup de gens »
« On crioit ce jour [13 mars 1610] la suivante fadèze, comme nouvelle, bien que regrattée et surannée, Discours prodigieux et espouvantable de trois Espagnols... qui est une dacte fausse, mise par pitié, et pour reschauffer ces pauvres contreporteux, morfondus en toutes sortes, par Ruelle l’imprimeur, qui me l’a dit ce jourd’hui et m’en a apporté un »23.

  • 24 Références entre parenthèses au catalogue établi par J.-P. Seguin, op. cit., p. 69-125 ; anthologi (...)

31La plupart de ces canards témoignent d’un goût immodéré du public populaire pour le merveilleux : ce terme ainsi que celui d’épouvantable et d’effroyable sont sans doute ceux qui reviennent le plus souvent dans les titres : espouvantable et merveilleux desbordement du Rosne (133) ; désastre merveilleux et effroyable (138) ; grant et merveilleux miracle (399 A) ; Dis-cours merveilleux et espouventable (400) ; sans vergogne, tel auteur les associe à véritable : Récit véritable, merveilleux et espouventable (399)... Ce ne sont que miracles, catastrophes, monstres, diableries, apparitions de ter-ribles et espouvantables comètes (248 A)24.

L’Antéchrist et le Juif Errant : canards et peurs eschatologiques

32Ces récits d’événements merveilleux, épouvantables, effroyables, sont un bon reflet de la mentalité du public auquel ils sont destinés, et, en particulier, ils disent ses peurs : peurs très concrètes des incendies, des inondations, de la foudre, des tremblements de terre, mais aussi peurs « culturelles » s’enracinant dans la tradition judéo-chrétienne et l’enseignement de l’Église : profanations d’hosties perpétrées par des Juifs ou des Turcs, affaires de sorcellerie, apparitions du diable ; angoisses plus conjoncturelles de temps de crise qui réactualisent de vieilles croyances : la peur de l’avènement de l’Antéchrist, annonciateur de la fin du monde, est de celles-là. Son passage, comme celui du Juif Errant, autre personnage mythique du folklore chrétien, est signalé à plusieurs reprises par les canards à la fin du xvie siècle et au début du xviie. Est-ce les récents troubles religieux, la division durable des chrétiens en deux camps (catholiques et protestants) qui suscitent la renaissance de cette peur ? On est tenté de le penser, car c’est précisément dans ses Mémoires sur les Guerres de la Ligue en Bretagne, que le chanoine quimpérois Jean Moreau fait référence à l’annonce de la venue de l’Antéchrist, parmi les catastrophes survenues en Bretagne durant ces guerres, et ce, à la fin de la liste des fléaux suscités par « le courroux de Dieu » :

« Environ le même temps, l’an 1599, il courut un grand bruit qui, en peu de temps, s’épandit d’une merveilleuse vitesse par toute l’Europe, que l’Antéchrist étoit né en Babylone, et que déjà les Juifs en tous pays s’avançoient pour l’aller recevoir et reconnaître pour leur Messie. Ces nouvelles vinrent d’Italie et d’Allemagne, passant jusques en Espagne, Angleterre, et en tous les autres royaumes d’Occident, ce qui troubla beaucoup les peuples même les plus avisés »

  • 25 Chanoine Jean Moreau, Mémoires sur les guerres de la Ligue eu Bretagne, éd. H. Waquet, Quimper, 19 (...)

33Les doctes, poursuit le chanoine Moreau, se partageaient entre sceptiques, qui pensaient que « tous les signes prédits par les Écritures [...] n’étoient encore accomplis », et pessimistes, persuadés que « le jugement [était] proche » : « les uns le croyant même venu à cause des grandes persécutions qu’ils voyoient et expérimentoient tous être faites aux chrétiens ; les autres pour quelques signes qu’ils voyoient en l’air, soit feux, ou éclipses, ou tremblements de terre25 ».

  • 26 Jean Delumeau, La peur en Occident, Paris, Fayard, 1978 en cire, venant de toure l’Europe (particu (...)

34Le témoignage du Chanoine Moreau peut être recoupé par des dizaines d’autres, tous de la même tonalité26 ; citons pour son exceptionnelle sérénité, celui de Pierre de l’Estoile : le bourgeois parisien, esprit rationnel, caustique à l’occasion, ne se laisse guère impressionner par ces rumeurs, d’autant qu’il en connaît l’origine pour les entendre criées et vendues — sous la forme de livrets — sur la place du Palais. Ce sont encore des canards...

  • 27 Pierre de I’estoile, Mémoires- Journaux, op. cit., t. VII, p. 326 ; t. IX, p. 333 ; p. 344.

Décembre 1601. « Bruict, en mesme temps de l’Antéchrist né en Babilone, et que les Juifs le suivent : qui estoient baguenaudes pour amuser le peuple, mais non la plaisante farce (et toutefois histoire) de l’Antéchrist de Poictou, qu’un de mes amis me fist tenir à Paris »
Août 1609. « Ce jour il estoit bruict, par tout Paris, d’un enfant né en Babilone, qu’on disoit estre l’Antéchrist : duquel le Roy avoit eu advis par le Grand Maistre de Malte. Il estoit plus grand beaucoup que le commun des autres enfans, avoit des dens de chat. Au bout des huict jours qu’il avoit esté né, avoit parlé et dit choses merveilleuses ; faisoit jà pleuvoir la manne du ciel, avec beaucoup d’autres signes et prodiges, et estoit suivi de beaucoup de peuple. Toutes ces fadèzes et faux bruicts estoient creus de léger par la Commune, qui est prompte à recueillir et ramasser toutes nouvelles, surtout les fascheuses (dist Tacite), tenant tous rapports pour véritables et asseurées choses »
« Le samedi 22e [août 1609], M. Guittard m’a donné une nouvelle coiionnerie de l’Antéchrist en Babiloine, que ledit Guittard avoit traduite par plaisir, et mot pour mot, d’italien en françois. On disoit que ceste nou-velle [...] venoit du Grand Maistre de Malte, auquel son ambassadeur qu’il a en Babilone (où jamais il n’en eust, et par où se descouvre la pipperie toute manifeste) avoit donné avis de ceste prodigieuse naissance, et lui, tout aussi tost à Sa Majesté. Il contenoit une page d’escriture à la main27 ».

  • 28 Jean Delumeau, La peur en Occident, op. cit., p. 218.
  • 29 Ibidem, p. 218.
  • 30 Ibidem, p. 228.
  • 31 Ibidem, p. 218.

35Les propos de Pierre de l’Estoile traduisent un bel équilibre psychique et un solide bon sens, mais ils sont isolés et ses observations ne font que confirmer, dans un autre registre que celles du chanoine Moreau, cette « fermentation eschatologique28 » qui a accompagné la Réforme et se prolonge au début du xviie siècle (inégalement toutefois selon les pays). Jean Delumeau a décrit au chapitre 6 (« L’attente de Dieu ») de La peur en Occident (xive-xviiie siècles), et analysé les causes de ces « peurs eschatologiques », les mentalités dans lesquelles elles s’enracinent (et aussi qu’elles traduisent), les formes qu’elles ont pu prendre. Retenons pour notre propos le rôle que joue selon lui la Réforme protestante dans l’instauration de ce climat de fièvre obsidionale29 ; retenons aussi ce qu’il dit de la géographie de ces peurs, répandues certes dans toute la chrétienté, mais « restées plus fortes en terre protestante qu’en pays catholique30 » ; retenons enfin le lien qu’il établit entre cette « atmosphère saturée d’eschatologie » et le renforcement d’une « théologie du Dieu terrible », ce « Dieu vengeur31 » que met précisément en scène la légende d’Ahasvérus :

  • 32 Ibidem, p. 219.

« L’idée que la divinité punit les hommes coupables est sans doute aussi vieille que la civilisation. Mais elle est particulièrement présente dans le discours religieux de l’Ancien Testament. Les hommes d’Église, aiguillonnés par des événements tragiques, furent plus que jamais enclins à l’isoler dans les textes sacrés et à la présenter aux foules inquiètes comme l’explication ultime qu’on ne peut mettre en doute. De sorte que la relation — crime — châtiment dès ici-bas - devint plus que jamais une évidence pour la mentalité occidentale32 ».

36Dans le riche florilège de citations dont Jean Delumeau appuie ses propos, retenons cette déclaration véhémente de Luther dans son Exhortation à la prière contre le Turc, rédigée en 1541 :

  • 33 Ibidem, p. 221.

« Comment Dieu saurait-il endurer cela [tous ces péchés] à la longue ? Il faut bien qu’en définitive il sauve et protège la vérité et la justice, qu’il châtie le mal et les méchants, les blasphémateurs venimeux et les tyrans. Sinon, il perdrait sa divinité et, pour finir, ne serait plus considéré un Dieu par personne si chacun faisait sans trêve ce dont il a envie et méprisait sans vergogne et si honteusement Dieu, sa Parole et ses commandements, comme s’il était un fou ou un pantin qui n’attacherait aucun sérieux à ses menaces et à ses ordres...33 ».

37Comme la venue de l’Antéchrist, le passage du Juif maudit par le Christ lors de sa Passion, et sa présence signalée ici ou là, appartiennent à un type de croyances populaires, d’histoires merveilleuses, qui plongent leurs racines dans une culture religieuse judéo-chrétienne où l’apocryphe et l’orthodoxe s’entremêlent. Ce folklore religieux largement attesté en Europe au Moyen Âge, les canards imprimés, les livrets de colportage s’en emparent au xviie siècle, dans un climat que nous venons de définir à grands traits et qui rend le public réceptif aux thèmes qu’ils véhiculent. Ils vont contribuer à les faire connaître encore plus largement qu’auparavant, ils vont leur conférer, par le prestige de l’écrit, une sorte de légitimité et vont enfin, pour beaucoup de légendes, assurer, dans la culture populaire, la suprématie d’une version sur les autres : celle, évidemment, qui aura été imprimée à des dizaines de milliers d’exemplaires.

Fausses nouvelles et impostures

  • 34 « Impostor quis exortus est in Italia, qui multis passim persuadebat se esse regem Sebastianum Lus (...)

38Il n’y a qu’un pas de la fausse nouvelle imprimée (du canard) à l’imposture ; les imposteurs (faux Antéchrists, faux Juifs Errants...) sont le pendant dans la réalité du canard et ils se cautionnent d’ailleurs mutuellement dans les mentalités populaires. L’on n’est donc pas surpris de constater que la légende du Juif Errant (plus encore que celle de l’Antéchrist) s’inscrit dans cette tradition d’impostures, souvent banalement alimentaires, que nous avons déjà rencontrées au Moyen Âge : les faux Juifs Errants des xvie-xviie siècles succèdent, plus nombreux encore (ou mieux attestés), à ceux du Moyen Âge, succèdent aussi aux faux écuyers de Roland, d’Olivier ou de Charlemagne. Il s’agit parfois d’illuminés, parfois aussi d’individus qui se font passer pour un personnage légendaire (ou prestigieux) dans le but d’exciter la pitié et d’obtenir quelqu’aumône ou de se voir assurer l’hospitalité pour quelques heures ou pour quelque jour : tel chroniqueur allemand, dans un ouvrage publié à Francfort en 1614 signale ainsi, pour l’année 1601, qu’un imposteur (« impostor quis ») en Italie avait réussi à persuader une foule de personnes qu’il était le roi Sébastien du Portugal mort au combat contre les Sarrasins en 1578. Mais il fut arrêté et emprisonné par les Vénitiens, puis envoyé à Naples, et enfin transféré en Espagne ; l’imposteur connut une fin tragique : il fut condamné à perpétuité aux galères34.

France

  • 35 Micheline Agache-Lecat, « Le Juif Errant en Picardie », Bull. de la Soc. d’Emul. hist. et litt. d’ (...)

39Deux témoignages picards bien datés (de 1604) impliquent qu’à cette date, les habitants de Beauvais (en octobre 1604), et ceux d’Abbeville (à une date indéterminée de 1604), connaissent l’histoire du Juif Errant, puisqu’ils «reconnaissent » Ahasvérus, «lorsqu’ils voient un personnage d’allure à la fois édifiante et mystérieuse traverser leur ville un dimanche après la messe, dans des circonstances semblables à celles que rapportent la Kurtze Bes-chreibung allemande ou le Discours véritable d’un Juif errant français35 ».

40Les deux récits sont autobiographiques : le Père Ignace de Jésus-Maria et Pierre Louvet ont vu, de leurs propres yeux, le Juif Errant. Le premier n’était qu’un jeune enfant dévot, facilement émerveillé, lorsqu’il fut le témoin de cet événement hors du commun, qu’il rapporte avec un certain embarras et beaucoup de naïveté dans son Histoire généalogique des comptes de Ponthieu et des maieurs d’Abbeville (Paris, Clouzier, 1657) :

  • 36 Page 756-757 (en réalité 746-747, puisque clans l’exemplaire de la B. N. on passe de la page 669 à (...)

« Cette année mil six cens quatre, il courut un bruit à Abbeville, qu’un Juif lequel on disoit estre du temps de la Passion de Nostre Seigneur Jesus Christ, avoit passé par la Ville, et qu’il avoit entendu le Sermon fort devotement en l’Église Saint Georges. Si on doit donner quelque creance en cecy, je diray sincerement ce que j’en sçay. Il est vray que je vis par un Dimanche dans la Chaussee du Bois, pres de la maison du Miroir, un homme qui paroissoit extraordinaire, lequel estoit environné et suivy de quelques jeunes enfans de ce quartier, du nombre desquels je me mis, n’ayant encore que huit ans. Cet homme estoit d’une haute stature, le visage bazanné mais venerable, son regard fort doux et courtois, ayant de longs cheveux noirs pendans sur ses espaules ; il me semble qu’il avoit les pieds nuds, il portoit un manteau noir de gros drap, fait à l’antique et fort usé, un costé duquel venoit jusques à la moitié des jambes par derriere ; il avoit un haut de chausse de mesme estoffe, qui luy venoit jusques aux chevilles des pieds, il avoit sur son estomac un petit crucifix de cuivre, de la grandeur d’un doigt, il paroissoit agé de quarante ou cinquante ans.
Cet homme marchoit tousjours, mais fort posement, ayant la teste nuë, portant un baston en sa main pour s’appuyer.
Il demandoit l’aumosne en cheminant, sans s’arrester au devant des maisons n’y aux personnes, et lorsqu’il cheminoit il disoit des parolles assés haut, d’un langage que je n’entendois pas : j’ay crû que c’estoient des prieres, car quand il prononçoit, ce me semble, le sacré nom de Jesus, il faisoit la reverence et levoit les yeux au Ciel, frappant moderement sa poic-trine. L’ayant ainsi considéré d’assés pres, sans sçavoir qui il estoit, je m’arrestay, n’osant par respect le suivre davantage comme les autres enfans, qu’il souffroit avec grande douceur aupres de luy, je le conduisis seulement de l’oeil jusques pres la porte du Bois, par laquelle il sortit de la Ville.
Apres qu’il fut sorty, j’entendis qu’on disoit qu’il avoit aussi paru en quelques autres Villes de France, et qu’il marchoit ainsi tousjours, à cause que Nostre Seigneur portant sa Croix pour aller au Calvaire, et se voulant un peu reposer devant la porte de ce Juif, il l’avoit repoussé, luy monstrant le lieu du supplice où il devoit aller. Lors Nostre Seigneur le regardant fixement luy dit : « Je m’arresteray et me reposeray, et tu chemineras ». Du depuis cet homme a tousjours marché par le Monde, Dieu le permettant ainsi pour des causes inconnues aux Mortels36 ».

41Souvenirs embellis par le temps, souvenirs qui s’affirment sincères et qui pourraient bien l’être, même s’ils sont influencés par des lectures ultérieures : la description de l’apparence physique, de l’habillement et même du comportement, intègre (consciemment ou non) les données des livrets de colportage.

  • 37 Beauvais, Veuve G. Vallet, 1635, tome II, p. 676-690.

42Le témoignage de Pierre Louvet (1569-1646), jurisconsulte, avocat au Parlement, est moins naïf, bien plus intellectualisé. Lui aussi, dans son His-toire et Antiquitez du diocèse de Beauvais37, rapporte qu’il a été témoin de l’une de ces impostures sur fond de légendaire traditionnel ; mais son témoignage est celui d’un adulte curieux, d’un notable qui avoue, en le regrettant, que son comportement a été dicté par le respect humain, d’un intellectuel érudit, qui distingue fort bien entre son savoir (vague, oral) au moment de la rencontre et celui qu’il a acquis depuis. Il nous reproduit d’ailleurs à cette occasion le dossier dont il dispose désormais sur le Juif Errant et qui comprend : la chronique de Matthieu Paris, la traduction française de la Kurtze Beschreibung, les commentaires de Cayet, et enfin la complainte que l’on trouve dans l’édition de Bordeaux (1609) et qui figurait peut-être dans une édition antérieure, aujourd’hui perdue. La scène se déroule cette fois à Beauvais, après la messe du dimanche :

  • 38 Villages au Nord-Est de Beauvais.
  • 39 Pierre Louvet, op. cit.. p. 677-678.

« Au commencement de l’année mil six cens quatre, il courut un bruit par la France que deux gentilshommes avoient rencontré en la campagne, un homme qui se disoit Juif, lequel estoit encor du temps de la Passion de Nostre Seigneur Jesus-Christ, mesmes qu’il leur avoit dit plusieurs choses. Plusieurs personnes le veirent avec l’autheur, au mois d’octobre, en la ville de Beauvais, lequel un jour de dimanche, issue de la messe parochiale de l’Église de nostre Dame de la basse OEuvre, estoit auprès des tours de l’Éves-ché environné de plusieurs petits enfants, ausquels il faisoit des remons-trances, parlant de la Passion dé nostre Seigneur. L’on disoit bien que c’estoit le Juif errant, mais néantmoins on ne s’arrestoit pas beaucoup à luy tant parce qu’il estoit simplement vestu qu’à cause qu’on l’estimoit un compteur de fables, n’estant pas croyable qu’il fust au monde depuis ce temps là : l’autheur eust fort désiré de discourir avec luy et l’eut volontiers interrogé mais le peu d’estime qu’on faisoit de luy, luy fit perdre l’occasion de parler à luy, dont puis après, il eut un grand regret : il ne laissa néant-moins de parler à plusieurs hommes et femmes de ceste ville de Beauvais, lesquels adjoustèrent aucunement foy à ce qu’il leur faisoit entendre. Il demanda l’aumosne en la maison de M. Raoul Adrian, advocat, qui lui fut donnée par sa femme. Il passa par les villages de Fourneul, Verderel et Juve-gnies38. Si l’auteur eust leu ce que depuis il a trouvé de luy dedans Mattheus Paris, historien anglois, et qui vivoit en l’an 1229, il eut fait en sorte qu’il eut entré avec luy en conference : parce que ce n’est pas d’aujourd’huy que l’on parle de luy, puisque dès l’an 1229, la renommée en estoit si grande en Angleterre...39 ».

Allemagne

43Les témoignages sur le passage du Juif Errant dans telle ou telle ville d’Allemagne sont nombreux tout au long du xviie siècle ; ils confirment surtout le succès et la diffusion dans les pays germaniques des livrets populaires, car, dans la plupart des cas, les analogies entre ces témoignages et les versions écrites de l’histoire d’Ahasvérus sont telles qu’on peut se demander où commence la réalité, et où commence la fiction, qu’est-ce qui est chronique (et fait-divers) et qu’est-ce qui est folklore (et personnage mythique) ?

44C’est le cas du récit de Jean Sébastien Mitternacht publié dans un ouvrage intitulé Dissertationes de Johannis XXI, (Naumburg, 1665). L’auteur, y racontant des souvenirs d’adolescence remontant à 1630, alors qu’il faisait ses études à Naumburg, affirme avoir lu, en feuilletant de vieux manuscrits dans la maison du chantre où il avoit pris pension, la relation d’un passage du Juif Errant dans cette ville. Dans l’église paroissiale de saint Wenceslas (en quelle année, il ne s’en souvient plus), pendant l’office, on remarqua un personnage qui ne cessait de se frapper la poitrine et d’incliner sa tête sur son épaule droite ; il ne pouvait rester en place, ne cessait de faire un pas en avant, puis un pas en arrière, il versait beaucoup de larmes, si bien que les gens qui le voyaient le prenaient pour un fou. À la fin du sermon, on l’interrogea : qui était-il ? Que voulait-il ? Il répondit que, cordonnier à Jérusalem, il n’avait pas voulu accorder au Christ, portant sa croix, la faveur de se reposer un bref moment devant sa porte : le Christ en colère (« irato vultu ») l’avait alors condamné à l’errance jusqu’au jour du Jugement. Et, depuis, il n’avait eu de repos ni jour ni nuit ; il attendait pourtant avec confiance son pardon. Le manuscrit ajoutait que de nombreux marchands de l’endroit lui firent de beaux cadeaux : c’était la stupeur chez la plupart des gens, mais il y en eut certains toutefois pour penser qu’il s’agissait d’un imposteur.

  • 40 L. Neubaur, Die sage, op. cit., p. 115-116, note 42 ; p. 405-407 dans Johann Sebastian Mitter-Nach (...)

45L’auteur enchaîne sur une seconde anecdote qu’il situe quelques années plus tard à Leipzig. Le jour du marché, un imposteur du même genre (« impostor hujusmodi »), parcourut les places en gémissant, avec sur le dos un sac rempli de cailloux ; il disparut lorsqu’il comprit qu’on allait le jeter en prison pour pouvoir l’interroger tout à loisir. L’imposteur de Naumburg avait fait de même, en apprenant que le lendemain il comparaîtrait devant le tribunal ecclésiastique40.

  • 41 Heinrich Bangert, Commentatio de ortu, vita et excessu Ant. Coleri, jurisconsulti Lubecensis, Lübe (...)
  • 42 Johann Cluver, Historiarum totius mundi epitome a prima rerum origine usque ad annum 1630, Bratisl (...)
  • 43 Martin Droscher, Dissertatio theologica de duobus testibus vivis passionis dominicae, Iéna, 1668, (...)

46La plupart du temps, les allusions au passage du Juif immortel (Judaeum immortalem) sont plus cursives, plus grisâtres : Heinrich Bangert, en 1644, signale son passage à Lübeck le 14 janvier 1603 ; selon les Annales de Leip-zig (Annales Lipsienses, Leipzig, 1714), le personnage fait une apparition dans cette ville en 164241. Johann Cluver témoigne de la diffusion rapide de la légende : en Saxe, dit-il, en 1603-1604, les gens ne parlent que d’un Juif immortel (« Judaeum quendam immortalem ») qui va de villes en villes (« commeare per urbes ») ; notation incolore, mais assortie d’un commentaire intéressant sur la réception de la légende, voire sur sa fonction : le théologien qu’il est, se déclare sceptique ; l’anecdote lui paraît relever du merveilleux (« visa est nobis res portentosa »), mais son scepticisme est contrebalancé par l’intérêt apologétique du fait, s’il est véritable : « Si la chose est vraie, c’est contre les infidèles, un témoignage considérable [en faveur] du christianisme » (« Res [...] si vera est, ingens christianismi adversus infideles testimonium »)42. Cette réception de la légende d’Ahasvérus est d’ailleurs confirmée par le témoignage de Martin Droscher (1668) qui regrette qu’on essaye de convaincre par de tels arguments les Israëlites à qui on fournit ainsi l’occasion de se moquer des chrétiens qui croient à de pareilles fables43.

  • 44 Cité par G. Paris, op. cit., p. 168.

47Pour en revenir plus directement aux apparitions d’Ahasvérus, il faut retenir aussi l’allusion trop brève de Christopher Schultz (1689) qui va bien au-delà du caractère anecdotique et répétitif des impostures signalées ici et là. Dans sa brièveté, elle jette quelque lumière sur la réception populaire en Allemagne de la légende et sur les mentalités, le terrain, dans lesquels s’enracinent son succès et sa longévité : on lit dans sa Dissertation historique sur le Juif Immortel (De Judaeo non mortali) que « plus d’une fois la populace chrétienne envahit le quartier des Juifs, prétendant qu’ils récelaient Ahasvérus qu’on avait vu pénétrer chez eux »44.

Flandre : Le Juif Errant d’Ypres (1623)

  • 45 Le texte ici utilisé et cité est celui qui a été publié par Emile Varenbergh, Archives des Arts et (...)

48Le récit le plus détaillé d’une imposture caractérisée vient de Flandre ; il est contenu dans la Chronique d’Ypres (manuscrit 616 de la bibliothèque de Gand)45 :

49Le 26 mai 1623, un étranger, vêtu plus ou moins à la turque, sans haut-de-chausses, sans bas, la tête chauve, le menton garni d’une longue barbe grise, tenant en main un bâton de pèlerin, se présenta à la porte de Messines à Ypres. La sentinelle, Daniel de Breyne, lui demanda en flamand d’où il venait et ce qu’il voulait. Pas de réponse ; la sentinelle répéta sa question en espagnol et l’étranger répondit alors : « Je suis le Juif Errant » Étonné et méfiant, de Breyne conduisit l’individu auprès du bailli, Pierre van de Casteele, qui lui fit subir un interrogatoire. Il répéta ce qu’il avait dit à la sentinelle et poursuivit en racontant l’histoire d’Ahasvérus dans la version largement diffusée par les livrets de colportage : condamné par le Christ à marcher sans trêve, il parcourait le monde depuis seize cents ans ; sa requête était modeste : « Je ne demande qu’une grâce, c’est de pouvoir mendier mon pain ici comme je l’ai fait ailleurs » Le bailli lui accorda sa demande. Il se mit aussitôt à mendier ; puis, le soir venu, alla s’installer dans une auberge située près des remparts, entre la porte d’Anvers et le cimetière Saint-Jacques, à l’enseigne du Brésil. Le lendemain, il recommença à mendier ;

« on ne parlait plus dans tout Ypres que du Juif Errant, à tel point que l’évêque le fit venir et lui donna même à dîner ; là, on put observer qu’il parlait fort bien plusieurs langues : l’italien, le latin, l’espagnol, le français, l’anglais et même encore d’autres ; il ignorait le flamand, disait-il, n’étant jamais venu en Flandre ; il raconta un grand nombre de merveilleuses choses qu’il avait vues dans le cours de sa longue carrière ; l’évêque, ainsi que les autres personnes présentes, lui firent de bonnes aumônes. Le lendemain, il fut invité à se rendre chez un capitaine italien en garnison dans la ville. Cet officier avait pour domestique un vieux soldat, qui raconta que le mystérieux personnage n’était pas le moins du monde le Juif Errant, [...] c’était une vieille connaissance, avec qui il avait servi en Espagne, dans un régiment en garnison à Gand dans ce moment [...] ; ce pseudo-Juif Errant était né à Paris et s’appelait Léopold Delporte. Le capitaine italien, apprenant tout cela, voulut en avoir le cœur net, et s’empressa d’écrire à Gand au colonel du régiment en question.
Sur ces entrefaites, on apprit [...] que le singulier étranger s’était mis à faire la cour à la fille de l’auberge où il logeait et qui avait pour nom Christine Verschuere ;[...] il lui promit le mariage et lui raconta qu’il avait toujours été marié ; que la cent vingt-troisième des femmes qu’il avait épousées les unes après les autres, était morte trois mois auparavant et que par conséquent il était veuf de nouveau ; il ajoutait que ses femmes l’avaient toujours accompagné dans toutes ses pérégrinations, tantôt en chariot, tantôt en bateau, d’autres fois en carrosse ; qu’elles menaient bonne vie et ne manquaient jamais d’argent ; [...] qu’elles n’avaient nullement à craindre de se trouver veuves, attendu qu’il devait vivre jusqu’au dernier jour du jugement. [...]
Un jour qu’il était allé mendier dans un village voisin, une jeune femme qui venait de Saint-Omer arriva à Ypres ; elle demandait à tout venant si l’on n’avait pas vu le Juif Errant. On lui répondit qu’il logeait au Brésil ; à l’auberge elle raconta qu’elle était sa femme et qu’il l’avait épousée à Arras trois mois auparavant. Quand il rentra du village de Becelaere, à peine eut-il franchi le seuil de l’auberge, qu’elle l’accueillit en lui disant : "Eh ! mon homme, quand comptez-vous rentrer à la maison ? Vous m’abandonnez à Saint-Omer, seule et sans argent ; et Dieu sait si ici vous ne m’êtes pas infidèle !" Le Juif Errant prétendit ne pas la connaître ; elle alla trouver le bailli à qui elle raconta toute son histoire : l’homme qui se faisait passer pour le Juif Errant "est, dit-elle, Français de nation, né à Paris, et s’appelle Pol Delporte, et moi je suis sa femme [...]". Le lendemain arriva de Gand une lettre du colonel du régiment d’où notre aventurier s’était enfui. Aussitôt, ordre fut donné de se saisir de lui ; il était à mendier sur le marché au Poisson [...] ; les soldats espagnols l’appréhendèrent et l’incarcérèrent immédiatement dans un cachot de la prison sur le Grand-Marché »

50Le conseil de guerre réuni obtint ses aveux : il était bien Français, né à Paris, il s’appelait, en effet, Léopold (ou : Pol) Delporte et il était déserteur depuis trois ans d’un régiment wallon au service de l’Espagne, en garnison à Gand. Le lendemain, il fut mis sur une charrette, pieds et poings liés, et conduit à Gand, où il fut pendu.

51Neuf mois plus tard, la fille de l’hôtesse du Brésil mit au monde un garçon qui reçut le nom de Léopold, que portait son père ; « il ne fut jamais connu que sous celui de Pol Joodts ou le Juif ; il fit souche à Ypres et ses descendants furent des Joodts de père en fils »

Angleterre (fin xviie siècle)

  • 46 Theatrum Europaeum, op. cit., vol. 14, p. 723.

52Pour l’Angleterre, nous disposons de plusieurs témoignages sur des cas d’impostures au Juif Errant. L’une d’entre elles a été rapportée par Dom Augustin Calmet dans son Dictionnaire historique, archéologique, philologique, géographique et littéral de la Bible (Paris, Emery, 1722) à l’article « Juif Errant » (tome II, p. 472). Il y cite, en l’analysant, une lettre écrite de Londres à Madame de Bouillon par Madame de Mazarin qui se trouvait là en exil et qui y mourut en 1699. Le recoupement avec la relation, dans le Theatrum Europaeum (Francfort, 1702), d’un fait similaire permet de proposer la date de 1694 pour l’apparition près de Londres de cet imposteur46. Dom Augustin Calmet, il faut le noter, manifeste avec la plus grande netteté son scepticisme, avant de passer au récit tiré de la lettre de Madame de Mazarin :

  • 47 Scepticisme exprimé dès la première phrase de son article : « Je suis si persuadé que tout ce qu’o (...)
  • 48 Le Theatrum Europaeum, op. cit., précise qu’il s’agit d’Oxford et de Cambridge.

« Il a paru de temps en temps de semblables imposteurs, qui, profitant, ou plutôt abusant de la crédulité des peuples, se sont donnés pour le Juif Errant, et, mettant à profit quelque connaissance qu’ils avaient de l’histoire ancienne et des langues d’Orient, ont persuadé aux simples qu’il était le prétendu Juif Errant47. Il en parut un à Hambourg en 1547 [Suit le résumé de l’histoire d’Ahasvérus] [...].
En voici un autre qui parut en Angleterre il y a nombre d’années. J’ai une lettre manuscrite, écrite de Londres par Madame de Mazarin à Madame de Bouillon, où on lit qu’il y a en ce pays un homme qui prétend avoir vécu plus de dix-sept cents ans. Il assure qu’il était officier du divan de Jérusalem dans le temps que Jésus-Christ fut condamné par Ponce-Pilate ; qu’il repoussa brusquement le Sauveur hors du prétoire, en lui disant : Va, sors ; pourquoi restes-tu ici ? que Jésus-Christ lui répondit : Je m’en vais, mais tu marcheras jusqu’à mon avènement. Il se souvient d’avoir vu tous les apôtres, des traits de leurs visages, de leurs cheveux, de leurs habillements. Il a voyagé dans tous les pays du monde, et doit errer jusqu’à la fin des siècles ; il se vante de guérir les malades en les touchant ; il parle plusieurs langues ; il rend un compte si exact de tout ce qui s’est passé dans dans tous les âges, que ceux qui l’écoutent ne savent qu’en penser. Les deux universités48 ont envoyé leurs docteurs pour s’entretenir avec lui : mais ils n’ont pu, avec tout leur savoir, le surprendre en contradiction.
Un gentilhomme d’une grande érudition lui parla en arabe, auquel il répondit d’abord en la même langue, lui disant qu’à peine y avait-il au monde une seule histoire véritable. Le gentilhomme lui demanda ce qu’il pensait de Mahomet. "J’ai connu, lui dit-il, très-particulièrement son père à Ormus en Perse : et, pour Mahomet, c’était un homme fort éclairé, mais toutefois sujet à l’erreur, comme les autres hommes : et une de ses principales erreurs, c’est d’avoir nié que Jésus-Christ ait été crucifié, parce que j’y étais présent, et de mes propres yeux je l’ai vu attaché à la croix". Il dit à ce gentilhomme qu’il était à Rome lorsque Néron y fit mettre le feu ; qu’il a vu aussi Saladin à son retour des conquêtes du Levant ; il dit beaucoup de particularités de Soliman le Magnifique. II a aussi connu Tamerlan, Bajazet, Eterlan, et fait un ample récit des guerres de la terre sainte ; il prétend être dans peu de jours à Londres, où il satisfera la curiosité de ceux qui s’adresseront à lui. C’est ce que porte la lettre dont j’ai parlé. Elle dit de plus que le peuple et les simples attribuent à cet homme beaucoup de miracles, mais que les plus éclairés le regardent comme un imposteur ; et c’est sans doute le jugement que l’on doit porter de celui-là et de tous les autres qui auront la même présomption »

53Le texte est intéressant à plus d’un titre ; au-delà de son caractère anecdotique qui montre combien l’Europe culturelle est une en ce xviie siècle, (les mêmes légendes se propagent pratiquement à la même vitesse et sous les mêmes formes dans l’un et l’autre pays), elle atteste la survie de Carta-philus, le prédécesseur d’Ahasvérus. L’imposteur anglais avait lu, semble-t-il, Roger de Wendover ou plutôt Matthieu Paris : son personnage, condamné à l’errance, comme Ahasvérus (et non à l’attente, comme Carta-philus) n’est cependant pas un cordonnier, mais un « officier du divan de Jérusalem » ; la scène se passe « dans le prétoire » où officie Ponce-Pilate, et non dans la rue, en face de la boutique du cordonnier ; « l’officier du divan de Jérusalem » « repousse brutalement le Sauveur », comme Carta-philus. Enfin l’accent est mis dans ses propos sur le savoir historique et géographique qu’il doit à sa longévité (comme pour Ahasvérus) et sur sa fonction de témoin de la véracité des récits évangéliques (comme pour Carta-philus) : « une des principales erreurs [de Mahomet] c’est d’avoir nié que Jésus-Christ ait été crucifié, parce que j’y étais présent, et de mes propres yeux je l’ai vu attaché à la croix »

Le triomphe d’Ahasvérus

54Cette contamination de la légende d’Ahasvérus par celle de Carta-philus ne surprend pas en Angleterre : les récits de Roger de Wendover et de Matthieu Paris sont les textes de référence pour la légende de Cartaphilus ; leurs chroniques sont plus accessibles et, naturellement, mieux connues que sur le continent ; il n’est pas étonnant de voir s’élaborer une légende mixte, amalgamant des éléments de l’ancienne (Cartaphilus) et de la nouvelle (Ahasvérus).

55Cette version syncrétique amène à s’interroger de façon plus générale sur le sort des légendes proches, voire concurrentes de celle d’Ahasvérus : celle de Boutedieu (Buttadeus), celle de Cartaphilus, celle de Malchus.

  • 49 « Alicubi quidam Paracelsista esse dicitur, qui in commendatione suorum arcanorum chymicorum perhi (...)

56Les références à Buttadeus (Boutedieu) sont au xviie siècle rarissimes ; elles ne renseignent pas sur une éventuelle diffusion dans la culture populaire et sont de type livresque : Libavius, le chimiste allemand qui cite son nom en 1604, est un homme qui a beaucoup lu. Dans un passage où il fait allusion à la légende de la dormition de Paracelse diffusée par ses adeptes, il analyse la légende d’Ahasvérus : il établit un parallèle entre les deux légendes, mettant l’accent dans la légende d’Ahasvérus sur le thème de la longévité exceptionnelle (« senem illum Ahasverum Judaeum adhuc in terris ambulare inde a Christi nativitate »). Il déclare son scepticisme : il n’y a aucun témoignage valable de l’existence de ce Juif Errant, on est même en désaccord sur le nom qu’il porte : « Certains l’appellent Buttadeus, d’autres autrement » (« Alius ipsum appellat Buttadaeum, alius aliter »)49.

57Cartaphilus, du moins dans l’Europe du Nord et de l’Ouest, n’est plus connu que des érudits : Pierre Louvet cite in extenso la version de Matthieu Paris, elle fait partie du dossier consacré au Juif Errant qu’il donne à la suite de la relation de sa rencontre avec le personnage légendaire à Beauvais en 1604 ; elle figure à côté de la traduction par Cayet de la Kurtze Beschrei-bung (Courte Description). Mais cette lecture de Matthieu Paris et de sa version (qu’il ne connaissait point, précise-t-il, quand il a vu le Juif Errant), a été suscitée par la rencontre de Beauvais : « Si l’auteur eust leu ce que depuis il a trouvé de luy dedans Mattheus Paris [...] il eut fait en sorte qu’il eut entré avec luy en conference : parce que ce n’est pas d’aujourd’huy que l’on parle de luy, puisque dès l’an 1229... [Suit la version de Matthieu Paris], » Carta-philus occupe dans le texte de Louvet la place qui sera désormais la sienne : il ne survit dans les mémoires que grâce à Ahasvérus, appelé par lui dans les notes infrapaginales, dans la glose, les commentaires des érudits sur la légende d’Ahasvérus, le Juif Errant.

Pl. 1 : Livret de colportage du début du xviie siècle.

Pl. 2 : Livrets de colportage : le premier est publié à Bruges en 1710 ; le second à Rouen (milieu xviiie siècle) ; le texte publié par Pellerin à Épinal date, lui, du milieu du xixe siècle.

Pl. 3 : Sont ici réunis les trois types de complaintes du Juif Errant représentées par J. OLLIVIER dans son Catalogue bibliographique, op. cit. : Cantic Nevez (227), Histor admirabl (772), Disput hac Antretien (586)

Pl. 4 : Classique de la littérature de colportage, qui a d’abord paru chez Pierre Seyer à Rouen (1719) ; au xixe siècle l’image d’Épinal élargit encore son audience.

Pl. 5 : Du pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle au Juif Errant.
La couverture du livret de colportage publié chez Baudot, vers 1840, réutilise un bois figurant un pèlerin de Saint-Jacques sur un guide (1) dont l’approbation est de 1718. Desfeuilles, imagier à Nancy (3) et Gangel à Metz (4), reprennent le type en lui apportant quelques retouches, essentiellement vestimentaires (première moitié du xixe siècle).

PL 6 : Juif Errant gravé pat François Georgin pour Pellerin, à Épinal (1826) ; n° 970 dans Nicole Garnier, L’image pop. fr., t. II.

Pl. 7 : Le Juif Errant (Ar Boudedéo), 1855, à Rennes, chez Mme veuve Pierret, fabricant de cartes et d’images, près le pont de Berlin, démarque le bois de Georgin (pl. 6) : le procédé est courant dans l’imagerie populaire ; à noter le titre bilingue.

Pl. 8 : La mort du Juif Errant ; image d’Épinal, signée E. Phosty ; Pellerin, fin du xixe siècle.

58Les occurrences de la légende de Malchus continuent, au xviie siècle, à être encore relativement nombreuses ; elles sont de deux types. Quelques références apparaissent (comme celles qui ont trait à Cartaphilus) dans les commentaires sur l’histoire d’Ahasvérus : c’est le cas dans la Chronique sep-ténaire de Cayet (et dans l’Histoire [...] de Beauvais de Pierre Louvet qui le recopie). Cayet donne une analyse sèche de la relation du franciscain Dominique Auberton (xvie siècle) à l’appui de la thèse des partisans de la possibilité pour l’homme de connaître une longévité exceptionnelle : c’est une anecdote parmi d’autres, racontée de manière allusive, à l’usage d’un public restreint de lecteurs d’ouvrages savants.

59Le second type de références à la légende de Malchus est localisé à cette époque, comme au xvie siècle, dans les relations de voyages en Terre sainte : Itinerarium breve Terrae Sanctae du franciscain Léonard de Clou (son voyage date de 1668) ; Viaggio in Levante al Santo Sepolcro di N. S. J. C. et altri luoghi di Terra Santa de Domenico Laffi (Bologne, 1708). Écrits, parfois en latin, mais de plus en plus souvent, au xviie siècle en particulier, en langue vernaculaire (français, italien...), ces récits, rédigés (généralement) par des ecclésiastiques, plus rarement par tel pieux gentilhomme, se recopient plus ou moins, transmettent à chaque étape du voyage et particulièrement de la visite de Jérusalem, les mêmes légendes locales, figées, et surtout ne touchent dans l’Europe du Nord qu’un public restreint de lecteurs pieux ou de candidats au pèlerinage de Terre sainte. On est loin des dizaines de milliers d’exemplaires de livrets de colportage diffusant la légende d’Ahasvérus. Même la publication sous forme d’un opuscule de 8 pages in-8° de la visite rendue à Malchus (en 1507 ou 1547 selon les versions) par le frère Dominique Auberton (ou Dauterlin) n’y changera rien : dans les pays d’Europe où l’imprimerie a largement diffusé dans les couches populaires la légende d’Ahasvérus, la légende de Malchus va se retrouver marginalisée pour la fin du xviie siècle. Seule l’Italie où le personnage d’Ahasvérus n’a quasiment pas été véhiculé par le livret de colportage va conserver un folklore populaire de Malchus. La pauvreté d’images symboliques associées au châtiment de Malchus et la puissance de diffusion de l’imprimerie se sont additionnées pour assurer le triomphe d’Ahasvérus. Une page vient de se tourner, non pas seulement dans l’histoire de la légende du Juif Errant, mais dans celle de la culture populaire : la pression de la culture écrite ne cessera plus désormais de s’exercer sur la culture orale ; et, à l’éparpillement médiéval, à la juxtaposition de légendes analogues et concurrentielles, au grouillement des variantes infinies dues à l’imagination des conteurs populaires, va succéder l’ère de la diffusion à des dizaines de milliers d’exemplaires d’une version de libraire-imprimeur. Au cours du xviie siècle, avec la banalisation du livre imprimé et des livrets de colportage, le processus de standardisation de la culture populaire se met en marche.

1710. Histoire admirable du Juif Errant

  • 50 Nous avons utilisé l’exemplaire de la Bibliothèque de l’Arsenal (8" B. 21200) ; L. Neubaur, Die sa (...)

60L’édition de colportage est d’autre part essentiellement une activité économique : il s’agit de rentabiliser au mieux l’investissement (le travail de composition et de mise en page), il faut écouler la totalité des stocks. Est-ce toutes ces causes cumulées qui font qu’après la période de créativité des premières années du xviie siècle, la légende va connaître une sorte de palier pendant quelques décades ? Les publications nouvelles ne font guère preuve, en tout cas, de plus d’imagination que les imposteurs que nous avons passés en revue plus haut. C’est le récit popularisé par la Kurtze Beschreibung ou le Discours admirable qui est inlassablement repris et exploité : La ren-contre faicte ces jours passez du Juif Errant par Monsieur le Prince, ensemble les discours tenus entr’eux, ouvrage anonyme publié à Paris en 1615 par Anthoine du Breuil relate trois apparitions du Juif Errant (à Fontainebleau, en 1614, à Châlons-sur-Marne et en Ile-de-France, en 1615). Scarron en 1667, dans Le Virgile travesty, compare les voyages d’Enée à ceux du Juif Errant : le Juif Errant fait partie désormais des référents culturels connus d’un large public, aussi bien cultivé que populaire. Statut enviable certes, qui signifie que la légende s’est imposée à l’imaginaire collectif. Mais le temps des (seules) allusions et références, temps des hommages rendus, mais aussi de la sclérose, n’est pourtant pas encore venu pour Ahasvérus, puisqu’en 1710 est publiée, en français, à Bruges, chez André Wyds, l’Histoire admirable du Juif Errant, opuscule de 46 pages (8 x 14 cm) qui donne sa forme définitive à la légende, du moins dans la littérature de colportage50. Jusqu’à la disparition de celle-ci, l’ouvrage (à quelques modifications linguistiques près, mais avec parfois aussi des coupures), va figurer au répertoire de presque tous les éditeurs de livrets populaires.

61Avec l’Histoire admirable il s’agit cette fois d’un texte à la fois plus long, plus élaboré, plus riche que la Kurtze Beschreibung et que le Discours véritable. Certes le récit de la rencontre entre le Juif Errant et des notables, est au point de départ et sert de prétexte à Y Histoire comme dans le Discours véritable, mais le projet du livret de 1710 est beaucoup plus ambitieux : la scène de la faute d’Ahasvérus est replacée dans le récit de sa vie toute entière, depuis sa naissance, et le récit de la vie d’Ahasvérus est lui-même sans cesse mené en parallèle avec le récit de la vie du Christ, son contemporain. L’ampleur nouvelle donnée à l’histoire du Juif Errant apparaît à la seule lecture des titres des chapitres (ils sont au nombre de cinq) :

Chapitre I. « Comme le Juif Errant a été reconnu aux environs de la ville de Hambourg »
Chapitre II. « La Naissance du Juif Errant »
Chapitre III. « Des Trois Rois et de la fuite en Égypte »
Chapitre IV. « Jésus prêchant dans le Temple, et comme il travailla avec Joseph aux arbres qui crûrent hors des trois Pépins, comme j’ai dit ci-devant qu’on avoit mis proche du Temple ; ils sciè-rent ces Arbres en forme de sommiés qui devoient servir au fondement du Temple ; et la mort de saint Jean-Baptiste ».
Chapitre V. « Des souffrances de Jésus-Christ, la Vie de Judas, et la punition du Juif Errant ».

62La filiation avec la Kurtze Beschreibung et ses traductions françaises est évidente, mais la transmission de l’information s’est faite de façon approximative, à moins que l’auteur (c’est peu probable) se soit permis quelques libertés avec la tradition. Toujours est-il que l’Histoire admirable de 1710 appelle Franciscus Eysen celui que la lettre en 1602 nomme Paulus Von Eit-zen (Paul d’Eitzen dans Cayet, 1605, ou dans le Discours de Bordeaux, 1609) ; Franciscus Eysen n’est plus en 1710 qu’un simple théologien (il était évêque de Schleswig et docteur en théologie en 1602) et on le distingue dans l’Histoire de l’évêque de Slewick ; tous deux ils ont vu et entendu le Juif Errant « aux environs de la ville de Hambourg » : avec un seul personnage du Discours, l’auteur de l’Histoire en a fabriqué deux. Paulus Von Eitzen meurt en 1602, et il peut donc avoir rencontré Ahasvérus en 1542, comme l’affirme la lettre de 1602 ; Franciscus Eysen, dans l’Histoire, aurait rencontré le Juif Errant en 1633.... On se situe à l’évidence, ici, de plus en plus dans la fiction, et les efforts pour accréditer le texte sont réduits au minimum, c’est-à-dire à ce qui est nécessaire pour un public peu informé et qui ne se livrera pas à des vérifications, en un mot pour un public populaire que la culture orale a accoutumé à ce genre de variantes. Ajoutons que la rencontre se fait dans une église près de Hambourg et que le Juif Errant est remarqué à cause de son attitude pendant le sermon prononcé - ici — par Franciscus Eysen. Le Juif Errant raconte l’histoire de sa vie non à un étudiant (Paulus Von Eitzen), quasiment entre deux portes, mais à l’évêque lui-même, et à loisir, dans la maison du théologien (Franciscus Eysen) ; « dans la salle, où il y avoit beaucoup de monde ». Si le chapitre d’introduction s’inspire d’indications fournies par la lettre de 1602, elle les met en scène avec une ampleur qui correspond aux ambitions de l’Histoire admirable : on reconnaît là, en effet, la technique de l’histoire-cadre, qui, depuis le Décaméron de Boccace (xve siècle) jusqu’aux Propos Rustiques de Noël du Fail, en passant par l’Heptaméron de Marguerite de Navarre (et tant d’autres), a servi à justifier et vraiemblabiliser les recueils de contes, et à maquiller l’arbitraire de leur composition en réalisme de fait-divers.

« Chapitre Premier. Comme le Juif Errant a été reconnu aux environs de la ville de Hambourg. »

63L’an de N. Seigneur 1633, l’Évesque de Slewick voyageant par le païs de Wittemberghe pour aller à Hambourg, et de là poursuivant son voyage pour se rendre dans une petite ville nommée Salen, pour aller rendre visite à un de ses amis nommé Mr. Franciscus Eysen, Théologien, homme [p. 4] de grand esprit. Étant arrivé, ils se firent compliment de part et d’autre et se mirent à discourir en matière de controverse et de religion. Le discours étant tombé sur la prédication, Mr. Franciscus Eysen dit ces paroles suivantes : « Messieurs, comme vous sçavez que, selon mon devoir, je suis obligé de faire mon Sermon lundi prochain qui est la Fête des Rois, j’invite toute la compagnie de s’y trouver, vous me ferez un sensible plaisir, et si vous trouvez quelque chose à corriger à ma Prédication, je vous prie de m’en faire part, je le recevrai comme venant de la part de mes meilleurs amis ».

64Le jour étant arrivé que Mr. Franciscus Eysen devoir faire la Prédication, l’Évêque avec les autres Messieurs s’étant rendus dans l’Église, prirent chacun leur place ; le Prédicateur voyant que l’Évêque avoit aussi pris la sienne, commença son Sermon qui fut applaudi d’un chacun.

65Pour venir à notre propos, vous devez sçavoir que le Prédicateur faisant son Sermon, l’Évêque apperçut un homme avec une grande barbe, fort vieil, qui n’étoit [p. 5] pas loin de lui, lequel avoit une telle attention à la prédication, et chaque fois qu’il entendoit le nom de Jésus, il frapoit sur sa poitrine avec de grands gemissements ; l’Évêque étoit plus attentif à le regarder qu’à entendre le Prédicateur, l’Évêque s’imaginant qu’il avoit quelque chagrin mortel sur le coeur, enfin la curiosité de l’Évêque fut tel [sic] qu’il fit signe à un de ses Domestiques de s’approcher et lui dit : « Voïez-vous bien ce vieil homme, observez-le bien, quand vous le verrez sortir hors de l’Église, priez-le de ma part qu’il vienne à la Maison de Mr. Eysen ».

66Si-tôt que le Prédicateur eut achevé son Sermon, et le valet observant son homme, voïant qu’il sortoit hors de l’Église, le suivit, et va l’accoster, le priant de venir parler à Monsieur son Maître, qui avoit quelque chose à lui demander ; cet homme dit : « J’en suis content, nous irons voir ce que votre Maître veut de moi ». Étant arrivé à la maison, on le mena dans la salle où il y avoit beaucoup de monde. L’Évêque prit la parole, et lui demanda : « Mon Amy, de quel Pays êtes-vous ? » Cet homme fit quelque difficulté de lui répondre [p. 6] ; l’Évêque et toute la compagnie qui étoient présentes, voïant bien quelque chose d’extraordinaire en cet homme, furent d’avis de l’entendre, pourquoi l’Évêque crut qu’il avoit quelque chose de secret en son coeur, qu’il ne voulait pas révéler, lui dit : « Ne craignez rien ; moi et toute la compagnie qui est ici présente, sommes disposez entierement à vous faire plaisir ». Enfin cet homme, faisant un grand soupir, répondit ce qui suit : « Je suis un Bourgeois de Jérusalem qui ne fait que marcher par tout le monde ; voilà passant mille années que je ne fais que me promener sans voir la fin de mes souffrances ; j’ai été en plusieurs occasions périlleuses sans pouvoir trouver la mort ».

67L’Évêque ayant entendu cela, lui dit : « N’êtes-vous pas, peut-être, cet homme de qui on a tant écrit ? » Cet homme dit : « Oui, et, quand vous voudrez, Messieurs, je vous conterai toute l’Histoire de ma vie » Aussitôt que la Compagnie eut oui cela, dirent qu’oui ; en attendant, on avoit préparé le diner ; l’Evêque fit asseoir cet homme à la table proche de lui ; le repas étant finit, il commença à dire.

« Chapitre II. La naissance du Juif Errant. »

68Avec le chapitre II s’introduisent les apports spécifiques de l’Histoire admirable à la légende du Juif Errant : récit de son enfance, de son adolescence, de sa vie d’adulte jusqu’à son sacrilège ; ils ont pour fonction de rendre à l’humanité normale le personnage mystérieux de la lettre de 1602 et d’en faire ainsi un Juif ordinaire, représentatif des Juifs contemporains du Christ, qui l’ont côtoyé, qui ont vu ses miracles, sans pour cela se convertir.

69Le chapitre s’ouvre sur les origines familiales d’Ahasvérus et sur le récit de son éducation : c’est un Juif instruit :

« Je suis né hors de la Tribu de Naphtali, et mon nom est Ahasuerus, après la création du monde 3992, trois années avant que notre Roi Hérode fit mourir ses deux fils, Alexandre et Aristobuse, par l’ordre de l’Empereur Auguste. Mon père étoit Charpentier de son métier, et ma mère étoit Couturiere ; elle travailloit aux habits des Lévites, lesquels elle sçavoit broder en perfection : mes parent(s) me firent apprendre à lire et écrire, et quand je fus un peu plus avancé en âge, on me fit lire le livre de la Loi et celui des Prophètes ; outre ces livres qu’on me donna, mon père en avoit un grand, qui estoit vieil, et relié en parchemin, qu’il avoit eu de ses ancêtres, dans lequel j’ai lu des choses admirables ».

  • 51 E. Knecht, Le mythe du Juif Errant, op. cit., p. 57.

70Par cette formule, l’auteur prépare l’introduction dans le récit de la légende des « trois pépins du fruit de l’arbre défendu. » Donnés à Seth par l’ange, placés sous la langue d’Adam après sa mort, ils donneront naissance à trois arbres magnifiques « qui ont servi à faire la croix où Notre-Seigneur Jésus-Christ a été crucifié ». Adam, celui qui a commis la faute, est de ce fait celui aussi qui a porté dans sa bouche la semence de l’arbre du rachat, dont sera tiré le bois de la Croix, symbole du sacrifice du Christ et promesse du salut pour l’humanité : « L’histoire du Juif Errant n’est plus la relation d’un fait isolé mais se situe dans l’ensemble de l’histoire du salut »51.

71Avec le récit de cette légende des trois pépins et de la Sainte-Croix une des fonctions dévolues par la tradition au Juif Errant apparaît ici, celle de témoin (« argumentum christianae fidei » disait Matthieu Paris, à propos de l’histoire de Cartaphilus) ; Ahasvérus peut attester de l’existence de ces arbres : « ils furent menéz dans la ville de Jérusalem, proche du Temple, contre une grande muraille, où je me suis assis plusieurs fois dessus, et joué avec mes camarades plus de mille fois ».

« Chapitre III. Des trois Rois et la fuite en Egypte »

72Sa vie, à en croire l’Histoire admirable, n’a cessé de côtoyer celle du Christ : la raconter, c’est raconter aussi celle de Jésus, et l’Histoire admirable semble ainsi quasiment prétendre au statut de cinquième évangile, ou de nouvel apocryphe. Ce statut de témoin omniscient conféré à Ahasvérus est manifeste à partir du chapitre III : l’arrivée des Rois Mages, la fuite en Egypte, le massacre des Innocents sont racontés (et authentifiés) par quelqu’un qui s’est toujours trouvé là où il fallait pour entendre, pour voir (les deux mots reviennent sans cesse) ; la narration autobiographique à la première personne souligne évidemment, la fonction, le rôle du personnage :

« Pour revenir à mon premier propos, ayant environ neuf ou dix ans, j’ai entendu mon Père dire à ma Mère qu’il [p. 12] venoit d’arriver en la Ville de Jérusalem trois Rois qui cherchoient après un Roi nouvellement né, et cela à dessein de l’aller adorer ; mais il n’y avoit personne qui leur pût enseigner où cela étoit arrivé, mais peut-être que cela se pourroit trouver en Bethléem. Moi, étant curieux de voir ces trois Rois, je m’informai de la route qu’ils avoient prise et les ayant suivis et trouvé dans le chemin qui alloit à Bethléem je les ai regardé tous trois, un d’entre eux étoit noir [...] ».

73Ahasvérus a vu l’étoile, lui aussi, l’a suivie jusqu’à ce qu’elle « s’arrêta sur une petite maison » où entrèrent les dits Rois. Ahasvérus y pénètre à leur suite :

« Je m’apperçus alors que ce n’étoit qu’une étable : il m’étoit impossible de voir, je me fourrai entre les jambes des gens, et j’apperçus une jeune femme assise tenant un petit enfant sur son giron, et les trois Rois qui étoient prosternés contre terre et lui firent adoration ; je n’eus pas longtemps le plaisir de voir tout ce qui se passoit, car, par malheur pour moi, un homme marcha sur ma main, dont j’en saignai bien fort, et m’obligea de me retirer avec de grandes peines à cause du grand nombre qui étoit de la suite des trois Rois [...]. Aussitôt que j’apperçus le point du jour, je m en retournai au logis et fis un récit à mes parens de ce que j’avois vu. [...] ».

74Vient ensuite le récit du massacre des Innocents et la fuite en Égypte : là encore Ahasvérus est un témoin privilégié, puisque : « Dans ce même tems ma mere avoit un fils de deux ans entre ses bras qu’elle arrosoit de ses larmes et le baisoit tendrement, trois Soldats sont entréz qui lui arrachèrent son enfant et le poignardèrent en ma présence, et puis le jettèrent par terre ; quand cela fut fait, ils s’en allèrent ». Suit le récit de la mort d’Hérode, et du retour à Nazareth de Joseph et Marie : « Ils venoient à Nazareth, pas loin de Jérusalem, ils y venoient tous les jours de Solemnités au Temple, où j’ai vu plusieurs fois Jésus entre les bras de sa Mère ».

75« Quelques années après, mon Père [p. 17] travailloit de compagnie avec Joseph à un grand Bâtiment qu’un riche Marchand faisoit [...], là je vis aussi Jésus qui travailloit de concert avec son Père et nous avons divisé [devisé] plusieurs fois ensemble, parce que je travaillois pareillement avec mon Père ; nous avons aussi bû et mangé ensemble ».

Chapitre IV

76Vient ensuite le chapitre IV : « Jésus prêchant dans le Temple, et comment il travailla avec Joseph aux Arbres qui crûrent hors des trois Pépins, comme j’ai dit ci-devant, qu’on avoit mis proche du Temple, ils scièrent ces Arbres en forme de sommiés qui devoient servir au fondement du Temple ; et la mort de saint Jean-Baptiste ». Le narrateur poursuit l’entrelacement des trois thèmes qui sous-tendent l’Histoire admirable : la suite de l’histoire des trois arbres réin-troduit dans le texte la référence au thème du salut de l’humanité ; la vie d Ahasvérus continue à être présentée comme étroitement liée à celle du Christ : son chemin ne cesse de croiser celui de Marie, de Jésus. C’est de ce fait un témoin sans égal, une source exceptionnelle d’informations : voici, par exemple, un portrait de Marie d’une naïveté évidemment feinte après tant de siècles de représentations (peintes ou sculptées) de la Vierge : « je vis passer Marie toute épleurée dans la rue où je demeurois ; je demandai ce qu’elle avoit ; elle me dit le sujet de ses peines ; lors, je la regardai attentivement [...] [p. 24]. Sa taille étoit de raisonnable grandeur, un visage rond, blanc, les joues un peu rouges ; elle étoit habillée comme une bourgeoise, fort modestement ». Et enfin, en racontant la vie d’Ahasvérus, le texte, touches après touches, brosse le portrait d’un Juif « moyen », banal, et donc fermé au message du Christ. Ahasvérus se marie « à une femme de la Tribu de Benjamin », il en a trois enfants. Il va assister au baptême du Christ par saint Jean-Baptiste dans le Jourdain, mais refuse, lui, de se laisser baptiser : « dans ce même jour, il y en eut bien dix mille qui se laissèrent baptiser par saint Jean-Baptiste et ses Disciples ; ma femme, qui étoit avec moi, étoit aussi d’avis de se laisser baptiser, mais je n’ai point voulu, et m’en ai repenti ».

Chapitre V

77Avec le chapitre V s’amplifie le développement du thème du témoin privilégié, mais qui ne tire pas les conséquences de ce qu’il voit, et donc ne se convertit pas : c’est, dans le discours chrétien, depuis les Pères de l’Église, le type traditionnel du Juif endurci dans son aveuglement. Il s’intitule « Des souffrances de Jesus-Christ, la Vie de Judas, et la punition du Juif Errant ».

« Quand le Juif Errant eut un peu repris haleine et que toute la compagnie ayant esté fort attentive à son discours, Monsieur Van Eysen le pria de poursuivre son discours pour sçavoir la fin de l’Histoire du Juif Errant, ce qu’il fit en cette manière :
Saint Jean ne fut pas si tôt mort que Jésus-Christ vint prendre sa place et prêcha ; moi-même j’ai été à sa Prédication plus de trente fois ; partout il appella des gens à lui et le suyvoient, il faisoit plusieurs grands Miracles : je l’ai vu guérir les aveugles, et la résurrection de Lazare ; j’ai mangé des cinq pains et de ces deux poissons, qui fur un grand Miracle, car moi seul j’avois bien la valeur d’un poisson, et du pain à proportion, considéré aussi que nous étions bien cinq mille personnes et on remplit encore douze cor-beilles qu’on emporta ».

78Suit la description des Rameaux ; et puis vient le récit de l’arrestation du Christ dans le jardin de Gethsemani. Ahasvérus s’y trouvait encore :

m’en vint [sic] à la porte voir ce qu’il y avoit, je vis beaucoup de monde, qui me repondirent qu’on alloit prendre Jesus dans le jardin de Getsemani. D’abord que j’eus entendu cela, je pris ma lanterne pour aller avec les autres, pensant que je verrois là quelque chose d’extraordinaire. Comme, en effet, il arriva. Quand nous fûmes là arrivés, Jesus n’eut pas si tôt [p. 31] prononcé quelques paroles que nous tombâmes tous à la renverse comme si sçauroit [sic] été un coup de foudre ; même un homme étant proche de moi tomba sur ma lanterne et la rompit en cent pièces [...] ».

79Le Christ est arrêté ; Ahasvérus rentre chez lui se coucher et apprend au matin que Judas s’est pendu. Il s’en va voir le pendu, le voit : « ses boyaux lui sortoient hors du ventre », et là-dessus le narrateur introduit dans le texte le récit de la vie de Judas, telle que la raconte (après bien d’autres) la Légende Dorée de Jacques de Voragine. C’est un développement de plusieurs pages, déjà bien connu à l’époque, et promis à un bel avenir de classique de la littérature de colportage. Il est appelé ici par le parallèle qui s’instaure inévitablement dans la culture chrétienne entre les deux grands criminels, les deux grands sacrilèges : Judas et Ahasvérus. Mais il faudrait parler ici de contraste, plutôt que de parallèle ; l’histoire de Judas le traître est, en effet, celle d’une créature du mal : il vole la famille qui l’a recueilli, il tue le fils de son bienfaiteur ; il tue son propre père, épouse sa propre mère ; son suicide vient parachever sa destinée d’être voué à la damnation et aux souffrances éternelles. Or, si Judas est voué à la damnation, Ahasvérus, condamné à une expiation indéfinie (jusqu’au Jugement Dernier), n’est pas, lui, privé de tout espoir, il connaîtra lui aussi le salut. Judas est le Mal Absolu ; Ahasvérus est un Juif paisible, imperméable au message du Christ jusqu’au jour du sacrilège et de l’anathème, le Mal Relatif en quelque sorte !

80Après le détour que constitue l’histoire de Judas, le texte revient au récit de la Passion : le narrateur y rassemble les thèmes qu’il avait jusqu’ici entrelacés (le Salut, avec la légende des trois pépins et du bois de la Croix ; le témoignage ; l’aveuglement du Juif Ahasvérus) :

  • 52 Correction ; le texte porte « voulant ».

« Le tems approchant que Jésus-Christ devoit être crucifié, l’on vit toute la Ville en trouble ; les gens couraient les rues, les uns par ci, les autres par là ; de plus, la grande Fête de Pâques approchant, il n’y avoit pas de tems à perdre. Les ouvriers de Ville eurent ordre de faire une Croix, la sentence étant donnée que Jésus devoit être crucifié. Ils prirent lesdits trois sommiers ci-devant, sçavoir les trois arbres qui étoient crûs, comme j’ai dit, des pépins qui avoient été mis sous la langue d’Adam après sa mort. Quand la Croix fut achevée, on la mit sur les épaules de Jesus pour être portée à la montagne du Calvaire, qui étoit le lieu où l’on faisoit mourir les malfaiteurs. Moi j’étois à ma porte et vis les gens courir, en disant : "On va crucifier Jésus." J’ai pris mon enfant sur mes bras pour le lui faire voir ; je vis Jésus qui venoit chargé d’une pesante et lourde Croix tout en chancellant ; il vint devant ma porte, et voulut52 un peu se reposer ; moi, prenant cela pour un grand affront, j’ai dit à Jésus-Christ ces paroles fort aigres : "Allez, allez vous-en de ma porte ! Je ne veux pas qu’un scélérat se repose là." D’abord Jésus me regarda d’une mine triste et répondit : "Je vais et je reposerai ; vous marcherez et vous ne vous reposerez pas ; vous marcherez tant que le monde sera monde, et cela jusqu’au dernier jour du Jugement. Alors vous me verrez assis à la droite de mon Père pour juger les douze Tribus des juifs qui me crucifieront." J’ai mis d’abord mon enfant en bas de mes bras et j’ai suivi Jésus ; la première [personne] que je vis, ce fut Sainte Véronique qui vint essuyer la Face de Jésus avec un linge, et sa Face y demeura empreinte. Un peu plus loin, je vis Marie et d’autres Femmes qui pleuroient, et vis passer un ouvrier qui avoit une manne avec des cloux et un marteau ; il prit un de ces cloux et l’approcha du nez de Marie, en disant : "Voyez, Femme, c’est avec un de ces cloux que votre fils sera cloué" ».

81Ahasvérus suit le Christ jusqu’au Calvaire, et là il assiste à la Crucifixion : le narrateur rappelle, à cette occasion la légende de Longin, « aveugle d’un oeil », et qui recouvre la vue en frottant son oeil avec la main sur laquelle a coulé le sang du Christ. Il n’oublie pas non plus d’apporter une conclusion à la légende des trois pépins d’Adam, métaphore de l’histoire du salut de l’humanité depuis la faute jusqu’au rachat : les valets du bourreau font de grands trous pour y placer les croix, puis on crucifie le Christ, « et la Croix fut posée dans le même endroit où Adam étoit enterré, et là où étoient les arbres dont j’ai encore parlé. ». Quand le Christ meurt, « les rochers se fendirent, et, au pied de la Croix, la terre se fendit en deux ; Longin vint avec une lance et perça le côté de Jésus qui étoit mort ; il en sortit encore du sang hors de la plaie et ce sang coula dans la fente qui étoit au pied de la Croix, lequel précieux Sang arrosa les corps d’Adam et d’Eve, lesquels avoient été là enterrez et qui étoient réduits en cendres ».

Le voyageur merveilleux

82Après l’histoire du Juif totalement fermé au message du Christ, vient l’histoire des errances d’Ahasvérus, de son expiation. On a l’impression à partir de ce moment, de changer sinon de genre, du moins de registre, de référents culturels : on passe du ton et de la thématique d’un christianisme folklorisé par de larges emprunts aux légendes apocryphes, à un discours géographique et ethnologique composite dans ses sources, mais dont toutes les notations renvoient aux catégories du merveilleux, de l’horrible, de l’extraordinaire, voire de l’inversion pure et simple de la normalité. C’est l’illustration même de mentalités pour qui étranger et étrange sont synonymes. Tableau pittoresque et désolant à la fois des égarements des peuples que le christianisme n’a pas touchés. Il suffira de peu de choses pour que ce discours, dans le cadre littéraire des relations de voyages imaginaires, serve à dénoncer la superstition et à dépeindre la situation des peuples qui ignorent encore les bienfaits de la Raison...

« Quand le Juif promenant eut un peu reposé, et qu’un chacun de la compagnie eut dit son sentiment sur cette histoire, il recommença en disant : "Aussitôt que Jésus-Christ fut mort, je jettai la vuë sur la ville de Jérusalem pour la voir encore une fois, car j’étois comme contraint de la delaisser ; par ainsi je commençai mon voyage et ne sçavois pas où j’allois, je passois de hautes Montagnes ; partout où je vais, je n’y saurois rester, jusqu’à [p. 40] l’heure que je vous parle, Messieurs, en faisant une profonde révérence à toute la compagnie, il me semble que je suis sur des charbons ardens : encore bien que je suis assis, mes jambes se remuent. Pour le dormir, je n’en ai pas besoin, car je ne dors jamais.
Enfin, pour abréger, je poursuivis mon voyage ; après avoir marché quelques jours, je me trouvai en Egypte ; de là je m’en allai à Azirut, c’est l’endroit où les enfants d’Israël passèrent la Mer Rouge à pieds secs ; de l’Azirut je m’en allai en Amérique. Dans l’isle de Candie, les gens vont tout nuds, hormis qu’ils se couvrent la partie d’une peau de bête sauvage. De là je m’en allai à Malhado ; là je vis un père qui écarteloit sa fille, et en jettoit les pièces et morceaux sur les campagnes, que les oyseaux vinrent manger, et cela étoit un Sacrifice pour les Dieux. De là je m’en allai au Mexique ; les gens de ce pays adorent Dieu et le Diable : ils adorent Dieu, afin qu’il leur donne toutes sortes de prospérité, ils adorent le Diable, afin qu’il ne leur fasse aucun mal ; ils ont encore d’autres Dieux en particulier : ils prennent un homme tout en vie et lui ouvrent le ventre [p. 41] avec un couteau et lui arrachent le coeur, et le sang qui en découle, [ils] le mettent dans un pot, et de cela en font un pâté qu’ils brûlent, et voilà le sacrifice des Mexicains. De là je m’en allai à Jappan ; là je vit une mère qui tua ses deux enfants, parce qu’elle ne leur pouvoit pas donner la subsistance, et ces meurtres sont permis en ces pays-là : quand un père ou une mère ne peuvent nourrir leurs enfants et qu’ils n’en ont pas le moïen, ils les peuvent tuer. De là je pris ma route par Cuba et parcourut toute l’Amérique : je vint en Afrique et de-là en Libie : là je vit tout le contraire, car les femmes là sont les Maîtres ; elles apprennent toutes sortes d’exercices militaires, tant pour le combat que pour la chasse ; elles vont en campagne pour chercher leurs ennemis, et leurs Maris demeurent au logis pour faire leur ménage et garder leurs enfants ; il faut remarquer que ce ne sont que des filles, car pour les fils on les tue ; on n’en garde qu’un de chaque famille, car c’est une Loi entr’elles de tuer tous les mâles, et par ainsi elles restent toujours les Maîtresses ; elles ont leur Reine qui les commande, et quand elles ont [p. 42] atteint l’âge de douze ans, on leur coupe le sein droit, afin qu’elles tirent de l’arc plus aisément et elles sont appelées Amazonnes. De là je m’en allai en Canarie : quand les jeunes hommes se marient, c’est la coutume que la jeune épouse dort la première nuit avec le Prince pour avoir l’honneur d’être du parentage. De là je m’en allai au royaume de Barca ; là je vis le Temple de Jupiter Ammon : c’est dans ce Temple où la statue d’Alexandre le Grand lut posée pour y être adorée comme une Divinité. De là je m’en allai dans le désert de Zaara, où l’on doit bien marcher cent lieuës avant qu’on trouve une goute d’eau.
De-là je vins au pays Aziatanus, ces gens-là vivent comme les bêtes : on les appelle Ottentots ; ils se mangent l’un l’autre, et quand ils font quelque prisonnier, soit de leurs voisins ou autres, ils ont un lieu particulier où ils les mettent, et on leur donne bien à boire et à manger pour les mieux engraisser ; et puis quand ils se veullent rejoüir ils mènent leur prisonnier tout couronné de fleurs à un certain lieu qui est destiné pour cela, puis ils se mettent à danser et à chanter, [p. 43] puis ils découpent ce pauvre misérable tout en vie et le mangent : ils appellent cela leur grande Ducace. De-là je vins à Monomopata ; le Prince est là gardé par des Femmes et par des grands Chiens qui sont la garde ordinaire. De là je poursuivis mon voyage et vint en Sangehar, Ajan et en Étiopie, là où ils apprenent la Loi Juive qui y fut apportée par la Reine de Saba : ce pays est tout rempli de serpens et de couleuvres d’une si prodigieuse grandeur qu’il s’en trouve de la grosseur de la jambe, et toutes velues de trente à quarante aulnes de long. De-là je vins en Asie où je traversai plusieurs Païs et Villes ; j’avois déjà bien voyagé des années en ce tems-là, car j’y trouvai bien du changement.
Après avoir traversé bien du païs, je vins en Europe et je vins en Libanie où je vis un jeune homme se pendre ; la raison de cela étoit qu’il avoit commis un meurtre, et pour cela il se devoit pendre lui-même, c’est la cou-tûme ordinaire du païs. De-là je vins en Italie, et de-là à Rome où il y avoit déjà beaucoup de Chrétiens que je vis martiriser pour la [p. 44] Foi. Ensuite je vins à Samagotte, là où le Fils se marie avec sa Mère quand le Père est mort, et la fille avec son Père, le frère avec leur soeur selon la coûtume du païs. Après avoir vû tout cela, je vins en Moscovie : ils brûlent les corps morts, dans le même endroit où il y a eu un corps brûlé ils y apportent tous les jours à boire et à manger pour donner quelque rafraichissement à l’âme du défunt. De là je passai une Rivière qu’on appelle le Rhin, et j’apperçût une petite Ville qu’on nomme Cologne ; là je vis la statue d’un grand homme qui étoit d’argent massif, qui est une de leurs principales Divinitez ; il y venoit des Pélerins de tous les endroits, et cela par mille et mille, et ils appelloient cette statue Teutis. De-là je passai la Meuse ; là je vis une grande Ville qu’on appelle Tongres : elle a trois lieuës en rondeur dans laquelle il y avoit quatre Rois qui gouvernoient chacun une partie de la Ville, et ces Rois payoient tribut à l’Empereur. De-là je passai par Bavay qui est aussi une très-grande Ville, [dans] laquelle il y a un des plus beaux Palais de l’Europe : c’est le lieu où l’Empereur Tibère faisoit sa [p. 45j demeure ; cette ville a douze lieuës en rondeur, et étoit pleine de différens Peuples, il s’y faisoit un grand négoce de tout ce qu’on pourroit s’imaginer. Je passai par la France et vint à Marseille, là je m’embarquai sur un Vaisseau et vint en Asie, et, poursuivant mon chemin, je vint encore une fois en Judée et je ne trouvai plus parens ni amis, car il y avoit déjà cent ans passez que je ne faisois eue me promener ; par ainsi j’avois un chagrin mortel de vivre si long-tems ».

Le Juif Éternel

83En donnant ainsi libre-cours à sa verve et sacrifiant au goût du public populaire pour l’extraordinaire, le merveilleux, le narrateur développe, consolide l’image de témoin qui est l’une des dimensions traditionnelles d’Ahasvérus : il a accumulé au fil des siècles, au fil des voyages, un savoir encyclopédique qui vient s’ajouter à celui, exceptionnel, qu’il détient pour être le seul, l’unique survivant des temps évangéliques. Cette omniscience fait du personnage un être extraordinaire et mystérieux, comme tous les détenteurs d’un savoir prodigieux : on comprend qu’on ait pu de ce fait, ici et là, dans le folklore, lui attribuer des pouvoirs guérisseurs. Le texte, dans sa conclusion, s’attarde sur ces aspects merveilleux qui tendent à conférer au personnage une dimension mythique : l’immortalité qui est le terrible châtiment d’Ahasvérus, puisque son expiation en devient quasiment éternelle, lui donne aussi des prérogatives qui sont généralement celles des êtres divins. Ahasvérus peut se passer de boire et de manger, il ne craint ni les blessures, ni la noyade : il traverse indemne les champs de bataille, échappe aux naufrages. Comme les immortels il n’a à se soucier ni de vêtements, ni de souliers, ni même d’argent.

84L’Histoire admirable, qui avait commencé dans le registre quasi-évangélique des légendes chrétiennes ou apocryphes et s’était poursuivi dans un registre merveilleux où l’ethnographie « missionnaire » jouxtait l’ethnographie d’esprit médiéval, s’achève dans le temps et l’espace du mythe : au Juif témoin du Christ, succède un Juif Errant omniscient, et le récit s’arrête sur l’image d’un « Juif Éternel », condamné certes, mais aussi affranchi de toutes les contraintes liées à la condition humaine :

« Je délaissai encore une fois Jérusalem, puisqu’il n’y avoit plus personne qui me connaissoit, avec intention de me mettre dans tous les périls imaginables pour y perdre la vie, car j’avois un mortel ennui de vivre si long-tems ; mais tout ce que je fis fut peine perdue, parce que la parole de Dieu devoit être accomplie ; je me suis trouvé en plusieurs batailles et y ait reçû plus de mille coups d’épée et d’arquebusade sans pouvoir être blessé et suis invulnérable : mon corps est dur comme une roche, toutes les armes qui se puissent imaginer ne me sçauroient nuire ; j’ai été sur mer, et plusieurs fois j’ai fait naufrage : je suis sur l’eau comme une plume et je ne me [p. 46] sçaurois noïer. Pour le boire et le manger, je m’en passe fort bien ; pour la maladie, je n’en ai jamais, et ne peut pas mourir ; j’ai déjà parcouru le monde quatre fois ; et j’ai vû de grands changemens par tout, des païs ruinez, des Villes bouleversées, et je serois trop long à vous raconter. Ensuite, puisque je me dois promener tant que le monde sera monde, je m’en vais encore me mettre en marche selon que la fantaisie m’en prendra, en disant : "Messieurs et toute la compagnie, je suis votre très-humble Serviteur !"
Quand le Juif Errant eut fini son histoire, il se leva pour s’en aller ; mais l’Évêque lui dit de rester encore un peu, [et] lui présenta de l’argent pour faire son voyage ; mais le Juif lui répondit qu’il n’en avoit pas besoin ; disant qu’il pouvoit facilement demeurer plusieurs années sans boire ni manger, "encore que je sçai le faire aussi-bien qu’un autre ; touchant mes habille-mens, Bas et Souliers, je n’en ai pas de besoin parce qu’ils ne s’usent jamais" ; en faisant une profonde révérence à toute la compagnie, il se remit en marche pour la cinquième fois. (Fin) ».

L’Histoire admirable et l’antijudaïsme théologique

  • 53 . G. K. Anderson, The Legend of the Watidering Jew, op. cit., p. 55.
  • 54 Évangile du Pseudo-Thomas, in Évangiles apocryphes, trad. par F. Quéré, op. cit., p. 90.

85Une analyse de l’Histoire admirable met en évidence sa diversité, et peut-être même un certain éparpillement des thèmes : « une grande partie de ses éléments, écrit G. K. Anderson, n’ont aucun rapport avec la légende du Juif Errant53 ». Bref, X Histoire serait une anthologie de légendes empruntées à l’Écriture, ou aux apocryphes, voire aux traditions littéraires des voyages merveilleux... Nier ce caractère kaléïdoscopique du texte serait stupide, mais, en tenant compte, évidemment, des contraintes rhétoriques qui tiennent au genre, au public, à l’époque, on doit surtout mettre l’accent, nous semble-t-il, sur la cohérence du texte. L’Histoire admirable est un texte ambitieux qui veut expliquer, en situant les détails par rapport à l’ensemble, en mettant les faits, les événements en perspective. Pour la première fois dans l’histoire de la légende du Juif Errant, les propos sacrilèges d’Ahasvérus sont replacés dans son histoire personnelle, et trouvent sens, ainsi resitués par rapport à son éducation, ses attitudes antérieures (le refus de se faire baptiser par saint Jean-Baptiste, par exemple). Mais l’anathème du Christ se comprend aussi pour les mêmes raisons : Ahasvérus en sait suffisamment sur les miracles et sur l’enseignement de Jésus-Christ pour se comporter autrement qu’il ne le fait. Toutefois l’ambition du narrateur est plus grande encore : la scène du blasphème d’Ahasvérus est un moment de la Passion, c’est-à-dire un épisode d’un temps fort de l’histoire de l’humanité, donc de l’histoire du Salut dans une perspective chrétienne : c’est le sens, la fonction aussi, de la récurrence dans le récit de la légende des trois pépins, ou, si l’on préfère, du bois de la Croix. Ahasvérus est de ceux, qui, comme Hérode, Hérodiade, Judas... et les Juifs, dans cette grande marche de l’humanité vers le Rachat, vers le Salut, restent sur le bord de la route, ou tendent de ralentir, voire d’arrêter la progression. Leur châtiment est terrible ; on retrouve là l’image, adoucie, du terrible Christ des Évangiles (apocryphes) de l’Enfance : répandant l’effroi autour de lui, manifestant sa puissance divine par des châtiments rapides et extrêmes ; au point que « personne, dit l’Évangile du Pseudo-Thomas, n’osait l’irriter, de peur d’être maudit et estropié54 ». Les Juifs ont refusé collectivement le message du Christ, ont refusé de le reconnaître pour Messie ; pire, ils l’ont crucifié ; la sanction, implacable, c’est, selon la tradition chrétienne, la destruction de Jérusalem (rappelée dans l’Histoire admirable) et la dispersion du peuple juif, « peuple déicide ». Voici ce qu’écrit, à l’article Juifs, Dom Calmet dans son Dictionnaire de la Bible, en 1722, douze ans après la parution de l’Histoire admirable :

  • 55 Dom Calmet, Dictionnaire [...] de la Bible, op. cit., in Encyclopédie théologique de Migne, vol. I (...)

« La même Providence a permis que depuis la mort de Jésus-Christ les Juifs fussent de nouveau dispersés dans tous les endroits du monde, portant partout les marques de leur réprobation et de la peine du crime que leurs pères ont commis contre la personne de Jésus-Christ, leur Messie et leur Libérateur, qu’ils ont rejeté et crucifié. On les voit partout odieux, méprisés et humiliés, persécutés, demeurant toujours opiniâtrement attachés à leurs cérémonies et aux traditions de leurs pères, quoique dans l’éloignement où ils sont de Jérusalem [...]. Ils attendent toujours la venue du Messie, qui ne paraîtra qu’au jour du jugement, pour les juger et pour lever le voile qui est répandu sur leurs yeux et sur leur coeur55 »

86Dispersion (errance), crime et expiation, aveuglement devant le Christ, attente du jour du Jugement : les thèmes qui formulent dans les milieux d’Eglise l’antijudaïsme doctrinal ou théologique depuis les premiers siècles de la chrétienté, sont ceux qui sous-tendent l’Histoire admirable du Juif Errant. Cet antijudaïsme, l’Église aux xviie-xviiie siècles, le diffuse, le proclame comme une évidence dans ses édifices religieux par l’iconographie, par la voix de ses plus grands prédicateurs.

  • 56 Léon Poliakov, Histoire de l’antisémitisme, Paris, Calmann-Lévy, 4 vol., 1955 ; vol. I, p. 204.
  • 57 Ibidem, vol. I, p. 199-200.

87Une foule de citations de Bourdaloue, Massillon, Fléchier, Bossuet, réunies par Léon Poliakov dans l’Histoire de l’antisémitisme, mettent l’accent sur l’aveuglement des Juifs, sur leur « crime » (« peuple déicide »), sur leur châtiment (dispersion, état misérable) : « Peuple monstrueux, qui n’a ni feu ni lieu, sans pays, et de tous pays » (Bossuet)56. Mais si l’enseignement de l’Église se transmet par le sermon, il se diffuse aussi par les manuels d’instruction religieuse, les catéchismes qui, déclare Léon Poliakov « prennent au xviie siècle leur forme définitive57 ». Les nuances qu’il introduit dans sa description de l’antijudaïsme doctrinal ainsi véhiculé valent pour l’Histoire véritable qui relève, nous semble-il, de préoccupations proches. La culpabilité juive ne se démontre pas, on la suppose connue, évidente. De ce fait le châtiment des Juifs, punis pour leurs forfaits obvies, indiscutables (aveuglement, déicide), sert surtout à mettre en garde le chrétien qui serait un jour tenté d’en faire autant (profanation d’hosties ; athéisme, « libertinage »...). Mais quelle que soit sa fonction ultime, le message reste le même : voici ce que l’on apprend aux enfants et aux « simples » dans le Catéchisme de l’abbé Fleury (1765 ; 172 éditions) :

  • « — Jésus eut-il des ennemis ? — Oui, les Juifs charnels.
  • — Jusqu’où alla la haine des ennemis de Jésus ? — Jusqu’à résoudre sa mort.
  • — Qui fut celui qui promit de le livrer ? — Judas Iscariote.
  • — Pourquoi cette ville [Jérusalem] fut-elle traitée de la sorte ? — Pour avoir fait mourir ésus.
  • — Que devinrent les Juifs ? — Ils furent réduits en servitude, et dispersés à travers le monde.
  • — Que leur est-il arrivé depuis ? — Ils sont encore en même état.
  • — Depuis combien de temps ? — Depuis dix-sept cents ans »58.
  • 59 C’est aussi la lecture de Léon Poliakov, op. cit., vol. I, p. 262.

88Dans ces conditions, il ne faut pas s’étonner que la réception, au moins par les milieux d’Église, de l’Histoire du Juif Errant soit à ce point influencé par ce discours officiel, qu’elle réduise la (relative) diversité du texte à un message clair, univoque, dans le droit fil de l’antijudaïsme théologique59. Au texte de l’article Juif Errant rédigé par Dom Calmet pour son Dictionnaire de la Bible, l’abbé A. F. James, éditeur-réviseur de l’ouvrage dans l’Encyclopédie théologique de Migne (1845), ajoute un commentaire qu’il appuie d’une citation de spécialiste pour préciser « le sens » de la légende, le symbolisme, à ses yeux, transparent, du personnage : « Ce qu’on appelle le Juif-Errant, ce n’est pas un homme ; c’est plus qu’un homme : c’est un peuple. Son histoire n’est pas une histoire : c’est une légende, un mythe » ; et il cite Douhaire, Cours sur l’histoire de la poésie chrétienne ; cycle des apocryphes :

  • 60 Dom Calmet, Dictionnaire de la Bible in Encyclopédie théologique de Migne, op. cit.. col. 1270-127 (...)

« La race juive a été, dans le moyen âge, l’objet d’une légende dont la célébrité est encore populaire, mais dont le symbolisme profond n’est pas universellement compris : c’est celle du Juif-Errant... Pour nos aïeux, pour ceux du moins qui avaient l’intelligence des mythes chrétiens, l’histoire du Juif Errant n’était pas l’histoire d’un homme, mais celle d’une nation toute entière. Sous le voile de cette fiction, il y avait pour eux une sombre réalité. Cet homme fantastique était à leurs yeux l’image du peuple déïcide. Cette vie sans fin et sans félicité, cette existence éternellement agitée, cette destinée étrangère à toutes les consolations de la terre, leur représentaient la condition désolée de la race maudite d’Israël. [...] Ahasvérus est l’image du peuple juif dans l’état où l’ont réduit l’anathème et le désespoir60 ».

89L’abbé James et Douhaire ne font là que rajeunir en l’appliquant à Ahasvérus, l’analyse que le pape Innocent III au début du xiiie siècle faisait de Caïn, personnage symbolique lui aussi :

  • 61 Bulle du 17 janvier 1208, Patrologie Latine de Migne, vol. 215, col. 1291, n° 190 ; trad. et cité (...)

« Dieu a fait [de] Caïn un errant et un fugitif sur terre, mais l’a marqué, faisant trembler sa tête, afin qu’il ne soit pas tué. Ainsi les Juifs contre lesquels crie le sang de Jésus-Christ, bien qu’ils ne doivent pas être tués, afin que le peuple chrétien n’oublie pas la loi divine, doivent rester des errants sur terre, jusqu’à ce que leur face soit couverte de honte, et qu’ils cherchent le nom de Jésus-Christ, le Seigneur61 ».

  • 62 Jean Delumeau, La peur en Occident, op. cit., p. 304.
  • 63 C’est dans le temps de Pâques que se multiplient les accusations de profanations d’hosties, les ém (...)

90L’Histoire admirable du Juif Errant, qui ne se laisse certes pas réduire à la lecture de Douhaire, où l’on voit s’affirmer et se projeter un « antijudaïsme théorisé, généralisé, cléricalisé62 », est, malgré tout, indissociable de l’histoire de l’antijudaïsme européen. À côté des miracles médiévaux de Gautier de Coincy, des mystères dramatiques, à côté de la prédication, des catéchismes, cette figure mythique associée à la Passion du Christ, et donc, au cycle de Pâques, temps fort des manifestations antijudaïques, voire anti-sémites63, vient nourrir l’antijudaïsme populaire et cela de façon d’autant plus perverse que la condamnation s’y accompagne de compréhension, voire de pitié : en un mot, d’un sentiment de magnanimité, de grandeur d’âme. Le lecteur-juge est, par elle, un peu plus conforté dans son antijudaïsme... et dans sa bonne conscience. L’Histoire admirable du Juif Errant donne la traduction narrative et populaire des textes discursifs des clercs sur le rôle que l’eschatologie chrétienne assigne aux Juifs :

  • 64 Pensées, éd. Brunschvicq, 590 ; cité par L. Poliakov, Hist. de l’antisémitisme, op. cit., p. 220.

« C’est une chose étonnante et digne d’une étrange attention, de voir ce peuple juif subsister depuis tant d’années, et de le voir toujours misérable : étant nécessaire pour la preuve de Jésus-Christ et qu’il subsiste pour le prouver, et qu’il soit misérable, puisqu’ils l’ont crucifié : et quoiqu’il soit contraire d’être misérable et de subsister, il subsiste néanmoins toujours, malgré sa misère » (Biaise Pascal)64.

Notes

1 Voir G. K. Anderson, The Legend of the Wandering Jew, op. cit., p. 44-45.

2 J.-P. Seguin, L’information en France avant le périodique ; 517 canards imprimés entre 1529 et 1631, Paris, Maisonneuve, 1964, p. 18-19.

3 Gaston Paris, Légendes du M. A., op. cit., p. 168-169.

4 R. Boutrays, De rebus et in Gallia et pene toto orbe gestis commentarii, Paris, 1610, p. 385- Cité par L. Neubaur, Die sage vom Ewigen Juden, op. cit., p. 119-120, noce 66.

5 Cité par E. Knecht, Le mythe du Juif Errant, op. cit., p. 62-63 ; « Behourt exerça son métier de 1740 à 1759 ; l’exemplaire de cette Histoire conservé au Musée National des A. T. P. y est enregistré sous la date de 1763 », ibidem, p. 60, note 36.

6 R. Mandrou, De la culture populaire aux xviie et xviiie siècles, Paris, Imago, 1985 (rééd.), p. 138-139.

7 G. K. Anderson, The Legend of the Wandering Jew, op. cit.. p. 50.

8 Chanoine J. Cousin, op. cit., cité par F.-A. de Reiffenberg, Annuaire de la Bibl. royale de Belgique, Bruxelles, 1842, p. 201-202.

9 In quarto de quatre feuilles (Bibliothèque de Munich) : décrit p. 66-68 par L. Neubaur, Die sage vom ewigen Juden, op. cit. ; vignette reproduite p. 49 dans Champfleury, Histoire de l’imagerie populaire, Paris, Dentu, 1869.

10 Champfleury, op. cit., p. 53.

11 Sauf, à la fin de la relation, l’indication suivante : « Datum [donné à] Refel, ler août 1613 ».

12 Traduction de Champfleury, op. cit., p. 55 ; les vers allemands sont précédés d’une sorte de légende en latin : « Nubibus in altis crucifixum cernit Jesum Asverus,/ dignum clamitat ante cruce[m] » : « Asuerus voit dans les hautes nues Jésus crucifié... »

13 « Ainsi que me l’écrit le judicieux bibliothécaire de Weimar [R. Köhler], il faut regarder cette estampe comme la représentation d’un anachorète ou d’un moine quelconque, transformé en Ahasvérus pour les besoins de l’éditeur », Champfleury, op. cit., p. 55-56.

14 Gaston Paris, Légendes du M. A., op. cit., p. 167.

15 À Paris, chez Jean Richer. Cayet est né à Montrichard en Touraine, en 1525, et mort à Paris le 10 mars 1610. Après des études de philosophie et de théologie qu’il commença à Paris et poursuivit en Allemagne (après sa conversion au calvinisme), il devint ministre dans le Poitou. Revenu au catholicisme, il se fit prêtre (1595) ; en 1596 il fut nommé professeur suppléant d’hébreu au collège de Navarre, puis professeur de langues orientales au Collège Royal et chronologue de France (d’où la Chronologie septénaire...).

16 Histoire prodigieuse et lamentable du docteur Fauste, grand magicien, trad. de l’allemand en français, Paris, 1603 ; la 1re éd. de l’opuscule allemand (4 pages) date de 1587 ; éd. Cazaux, Genève, 1982.

17 Page 442-446 dans l’édition J. Richer, Paris, 1605 ; le titre complet est Chronologie Septénaire contenant l’histoire de la paix entre les Roys de France et d’Espagne et les choses les plus mémorables advenues depuis la paix faicte à Vervins, le 2 de mai 1598, jusques à la fin de Tan 1604. J’utilise l’éd. Buchon, Paris, Desrez, 1836, 2 vol. ; p. 468-471 (texte et commentaire).

18 « Vereor ne quid nugarum anilium probro me afficiat. si quae cota Europa narratur, de Judeo coaevo servatoris Christi, fabulam huic paginae inseram, nihil tamen vulgatius, et nostratium vernacula historia hoc profiteri non erubuit, sic qui prius Annales nostros scripserunt, astipulatores habeo. Ferunt hominem illum, toto orbe erronem [suit la légende]... » Et il conclut : « Cum non uno saeculo in Hispania, in Italia, Germania, visum fuisse, atque agnitum, hoc anno eum ipsum esse qui visus fuisset Hamburgi, anno 1564 ; plura de eo vulgus comminiscitur, ut audax est ad rumores, quos ego ne quid indictum sit refera. » Cité d’après L. Neubaur, Die sage vom Ewigen Juden, op. cit., p. 119, note 66.

19 Deux témoignages picards datés de 1604, celui du Père Ignace de Jésus Maria, et celui de Pierre Louvet, impliquent à cette date, une diffusion (ancienne ou récente ?) de la légende dans le peuple. Y aurait-il eu (dès 1603 ?) un Discours véritable d’un Juif errant publié en France (peut-être à Rouen : un exemplaire publié à Lyon sans date, du Discours et répertorié à la B. N. sous la référence Rés. p. Y2 84 affirme suivre « la coppie imprimée à Rouen »...).

20 C’est le numéro 487 (B. N., Rés. p. Y2 86 et 87) dans J.-P. Seguin, L’information en France avant le périodique, op. cit., p. 124.

21 Numéro 488 (B. N., Rés. p. Y2 84), ibidem, p. 124.

22 Numéro 489 (B. N., Rés. p. Y2 85), ibidem, p. 124. Sur les problèmes bibliographiques classiques posés par ces livrets (localisations douteuses, possibles échanges entre libraires-imprimeurs, datations sujettes à caution), voir E. Knecht, Le mythe du Juif Errant, op. cit., p. 47-48 et, du même auteur, « Le mythe du Juif Errant. Esquisse de bibliographie raisonnée ( 1600-1844) », Romantisme, 8, 1874, p. 105-106.

23 J.-P. Seguin, L’Information en France avant le périodique, op. cit., p. 23-24 ; il cite les Mémoires-Journaux, Paris, Lemerre, 1875-1899.

24 Références entre parenthèses au catalogue établi par J.-P. Seguin, op. cit., p. 69-125 ; anthologie récente de ces livrets dans Maurice Lever, Canards sanglants, Paris, Fayard, 1993.

25 Chanoine Jean Moreau, Mémoires sur les guerres de la Ligue eu Bretagne, éd. H. Waquet, Quimper, 1960, p. 285-286.

26 Jean Delumeau, La peur en Occident, Paris, Fayard, 1978 en cire, venant de toure l’Europe (particulièrement d’Allemagne et des milieux protestants qui qualifient d’ailleurs, le Pape d’Antéchrist...) au chap. 6 « L’attente de Dieu », p. 197-231.

27 Pierre de I’estoile, Mémoires- Journaux, op. cit., t. VII, p. 326 ; t. IX, p. 333 ; p. 344.

28 Jean Delumeau, La peur en Occident, op. cit., p. 218.

29 Ibidem, p. 218.

30 Ibidem, p. 228.

31 Ibidem, p. 218.

32 Ibidem, p. 219.

33 Ibidem, p. 221.

34 « Impostor quis exortus est in Italia, qui multis passim persuadebat se esse regem Sebastianum Lusitaniae desideratum in proelio contra Saracenos an. 1578. Sed a Venetis primum detentus, deinde Neapolim missus, posteaque in Hispaniam, fabulae suae tragicus sortitus finem, damnatus perpetuo ad remos », Gualterii Chronici chronicorum, Francfort, 1614, p. 1182.

35 Micheline Agache-Lecat, « Le Juif Errant en Picardie », Bull. de la Soc. d’Emul. hist. et litt. d’Abbeville, 1981, t. 25, fasc. 1, p. 51-58.

36 Page 756-757 (en réalité 746-747, puisque clans l’exemplaire de la B. N. on passe de la page 669 à la p. 680) ; il s’agit de Jacques Sanson, en religion (il est jésuite) le Père Ignace de Jésus-Maria.

37 Beauvais, Veuve G. Vallet, 1635, tome II, p. 676-690.

38 Villages au Nord-Est de Beauvais.

39 Pierre Louvet, op. cit.. p. 677-678.

40 L. Neubaur, Die sage, op. cit., p. 115-116, note 42 ; p. 405-407 dans Johann Sebastian Mitter-Nacht, op. cit., éd. de Naumburg, 1665.

41 Heinrich Bangert, Commentatio de ortu, vita et excessu Ant. Coleri, jurisconsulti Lubecensis, Lübeck, 1644 ; cité par L. Neubaur, Die sage, op. cit., p. 114, note 38 ; Annales Lipsienses, éd. Johann Jacob Vogel, Leipzig, 1714, p. 582.

42 Johann Cluver, Historiarum totius mundi epitome a prima rerum origine usque ad annum 1630, Bratislava, 1673, p. 713.

43 Martin Droscher, Dissertatio theologica de duobus testibus vivis passionis dominicae, Iéna, 1668, par. 8.

44 Cité par G. Paris, op. cit., p. 168.

45 Le texte ici utilisé et cité est celui qui a été publié par Emile Varenbergh, Archives des Arts et de Bibliographie de Belgique, Gand, 1870, p. 505-508 ; l’anecdote est longuement analysée dans E.-H. Van Heurck et G.-J. Boekenoogen, Histoire de l’imagerie populaire flamande, Bruxelles, 1910.

46 Theatrum Europaeum, op. cit., vol. 14, p. 723.

47 Scepticisme exprimé dès la première phrase de son article : « Je suis si persuadé que tout ce qu’on débite du Juif Errant est fabuleux, que je ne daignerais pas en parler ici. si je ne savais qu’il y a encore des gens assez simples pour croire qu’il en est quelque chose »

48 Le Theatrum Europaeum, op. cit., précise qu’il s’agit d’Oxford et de Cambridge.

49 « Alicubi quidam Paracelsista esse dicitur, qui in commendatione suorum arcanorum chymicorum perhibeat, Paracelsum non esse mortuum, sed Salisburgi in sepulchro vivum sedere tamquam in somno [...]. Citius ego crediderim senem illum Ahasverum Judaeum adhuc in terris ambulare inde a Christi nativitate, quam hoc ipsum [...]. Judaeus perhibetur non amplius potuisse Hierosolymam pervenire, nihilo minus post aliquoties centum annos ipsum Hierosolymam reperisse devastatam, ut non amplius agnoverit. Item omnem ipsum potuisse factorum in Oriente historiam referre [...]. Potuisse etiam ipsum recensere ubi Apostoli singuli vixerint, quomodo martyrii affecti etc. Alius ipsum appellat Buttadaeum, alius aliter. » Andreas Libavius, Praxis Alchymiae, Francfort, 1604, p. 637.

50 Nous avons utilisé l’exemplaire de la Bibliothèque de l’Arsenal (8" B. 21200) ; L. Neubaur, Die sage vom ewigen Juden, op. cit., signale (p. 102) un autre exemplaire de la même édition à la Bibliothèque Municipale de Colmar.

51 E. Knecht, Le mythe du Juif Errant, op. cit., p. 57.

52 Correction ; le texte porte « voulant ».

53 . G. K. Anderson, The Legend of the Watidering Jew, op. cit., p. 55.

54 Évangile du Pseudo-Thomas, in Évangiles apocryphes, trad. par F. Quéré, op. cit., p. 90.

55 Dom Calmet, Dictionnaire [...] de la Bible, op. cit., in Encyclopédie théologique de Migne, vol. II, col. 1266.

56 Léon Poliakov, Histoire de l’antisémitisme, Paris, Calmann-Lévy, 4 vol., 1955 ; vol. I, p. 204.

57 Ibidem, vol. I, p. 199-200.

58 Ibidem, vol. I, p. 200.

59 C’est aussi la lecture de Léon Poliakov, op. cit., vol. I, p. 262.

60 Dom Calmet, Dictionnaire de la Bible in Encyclopédie théologique de Migne, op. cit.. col. 1270-1271 ; les cours de Douhaire ont paru dans l’Université Catholique en 1838 et 1839.

61 Bulle du 17 janvier 1208, Patrologie Latine de Migne, vol. 215, col. 1291, n° 190 ; trad. et cité par L. Poliakov, op. cit., vol. I, p. 262, note 2.

62 Jean Delumeau, La peur en Occident, op. cit., p. 304.

63 C’est dans le temps de Pâques que se multiplient les accusations de profanations d’hosties, les émotions antijuives provoquées parfois par les prédicateurs, parfois les représentations théâtrales de Mystères de la Passion ; c’est souvent aussi à l’approche de la célébration de la Passion que se développent à l’encontre des Juifs les accusations de meurtres rituels d’enfants : voir Jean Delumeau, La peur en Occident, op. cit., pp. 281, 282, 283, 290...

64 Pensées, éd. Brunschvicq, 590 ; cité par L. Poliakov, Hist. de l’antisémitisme, op. cit., p. 220.

Table des illustrations

Légende Pl. 1 : Livret de colportage du début du xviie siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17108/img-1.png
Fichier image/png, 914k
Légende Pl. 2 : Livrets de colportage : le premier est publié à Bruges en 1710 ; le second à Rouen (milieu xviiie siècle) ; le texte publié par Pellerin à Épinal date, lui, du milieu du xixe siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17108/img-2.png
Fichier image/png, 738k
Légende Pl. 3 : Sont ici réunis les trois types de complaintes du Juif Errant représentées par J. OLLIVIER dans son Catalogue bibliographique, op. cit. : Cantic Nevez (227), Histor admirabl (772), Disput hac Antretien (586)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17108/img-3.png
Fichier image/png, 1,1M
Légende Pl. 4 : Classique de la littérature de colportage, qui a d’abord paru chez Pierre Seyer à Rouen (1719) ; au xixe siècle l’image d’Épinal élargit encore son audience.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17108/img-4.png
Fichier image/png, 813k
Légende Pl. 5 : Du pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle au Juif Errant.La couverture du livret de colportage publié chez Baudot, vers 1840, réutilise un bois figurant un pèlerin de Saint-Jacques sur un guide (1) dont l’approbation est de 1718. Desfeuilles, imagier à Nancy (3) et Gangel à Metz (4), reprennent le type en lui apportant quelques retouches, essentiellement vestimentaires (première moitié du xixe siècle).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17108/img-5.png
Fichier image/png, 1,7M
Légende PL 6 : Juif Errant gravé pat François Georgin pour Pellerin, à Épinal (1826) ; n° 970 dans Nicole Garnier, L’image pop. fr., t. II.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17108/img-6.png
Fichier image/png, 3,0M
Légende Pl. 7 : Le Juif Errant (Ar Boudedéo), 1855, à Rennes, chez Mme veuve Pierret, fabricant de cartes et d’images, près le pont de Berlin, démarque le bois de Georgin (pl. 6) : le procédé est courant dans l’imagerie populaire ; à noter le titre bilingue.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17108/img-7.png
Fichier image/png, 2,7M
Légende Pl. 8 : La mort du Juif Errant ; image d’Épinal, signée E. Phosty ; Pellerin, fin du xixe siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17108/img-8.png
Fichier image/png, 3,0M

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search