Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La société aristocratique dans le Haut-Maine

 | 
Bruno Lemesle

Annexe. Lignages de la noblesse mancelle

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

Avertissement

  • 1 N. BULST, « Zum Gegenstand... »

1Construite à partir de quelques-uns des groupes de parenté les mieux documentés, cette annexe en suit les structures lignagères au moment où la documentation nous les révèle en offrant une analyse des structures seigneuriales, des alliances nouées, des rapports des lignages au politique et au religieux. Quelques précisions sur la méthode suivie et sur les obstacles rencontrés s'avèrent indispensables. En premier lieu, les difficultés à suivre les lignages au xiie siècle. C'est au dernier tiers du xie que les structures de parenté sont les mieux connues. La sélection des groupes familiaux présentés est directement en relation avec la richesse des informations disponibles mais quelques lignages médiocrement documentés ont néanmoins fait l'objet d'une rubrique à cause de leur importance dans le comté et parce qu'ils montraient un aspect spécialement intéressant que n'offraient pas les autres. En second lieu, j'ai, pour chaque groupe, justifié les relations de parenté et dû discuter d'un certain nombre de positions généalogiques que l'érudition avait acceptées jusqu'ici. Il en résulte des arbres généalogiques modifiés où les branches douteuses ont été émondées. Neithard Bulst rappelle très justement que la collecte des informations que l'on fait en matière de prosopographie devrait être conditionnée étroitement par le type d'exploitation que le collecteur se propose d'en faire1. Remarque de bon sens : la prosopographie n'est pas une fin en soi, donc son objectif ne saurait être de collecter au-delà des sources originales tout ce que l'érudition a produit depuis trois siècles sans vérification méticuleuse : les généalogistes anciens avaient leurs mobiles qui ne sont pas forcément les nôtres ! On se défiera aussi des argumentations circulaires fréquentes dans ce type d'investigations. Enfin les cartes ont pour objectif de donner une idée des bases foncières des groupes étudiés mais elles ne sauraient proposer l'image exacte de la seigneurie. Établies à partir de toutes les mentions de lieu relevées, ces cartes présentent des limites de trois types. D'abord les possessions mentionnées peuvent avoir été des biens patrimoniaux ; comme leur occurrence est presque toujours liée à une donation, les biens périphériques apparaissent plus souvent que ceux du cœur de la seigneurie conservés par le lignage. Ensuite les cartes offrent une vue statique alors que la situation reflétée s'étale souvent sur un siècle et demi : les acquêts de tel membre du lignage ne sont pas systématiquement identifiables en tant que tels, alors qu'ils représentaient une part importante des biens offerts aux établissements religieux. Autrement dit, certains biens qui n'ont fait que passer dans les mains d'un seigneur sont figurés ; de la même manière, les cartes ignorent la chronologie des biens acquis à une génération puis conservés dans la mesure où la documentation ne fournit pas ces précisions chronologiques. Enfin, j'ai fait figurer les fiefs qui mouvaient des terres de la seigneurie étudiée ; ils sont mentionnés dans la documentation à l'occasion des donations des vassaux et de la confirmation subséquente de leur seigneur. Or, tout indique que nous ne connaissons qu'une faible part des vassaux. L'imperfection de ces instruments est donc réelle mais ce qu'ils apportent offre un caractère tangible, aussi suffira-t-il d'avoir ces remarques présentes à l'esprit.

2L'ordre suivi est, grosso modo, hiérarchique ; je commencerai donc par les grands lignages châtelains, puis insensiblement, parce qu'il n'existe pas de coupure franche, seront évoqués des lignages de châtelains plus modestes. Si les familles de petits milites n'ont pas trouvé place, c'est, on l'a compris, parce que la pauvreté des indications à leur endroit ne permet même pas l'élaboration d'un arbre généalogique succinct.

Le lignage vicomtal

3L'affaiblissement rapide, dès la première moitié du xie siècle, de la puissance comtale dans le Maine qui allait échoir à l'Anjou devait laisser les vicomtes au premier rang des lignages manceaux. S'il est possible de les suivre tout au long des xie et xiie siècles, c'est une connaissance souvent en pointillé, faite de mentions brèves dans la documentation, pas vraiment proportionnelle à la force de ce lignage.

Les possessions

  • 2 CVI 4, p. 219.
  • 3 CAB 1.
  • 4 ORDERIC VITAL, The ecclesiastical..., ed. CHIBNALL, vol. Il, livre III, p. 118.
  • 5 Ibidem, livre VII, vol. IV, p. 48.

4À partir d'un noyau de forme triangulaire équilatérale dont les sommets seraient Saint- Marceau, Saint-Longis et Saint-Léonard, les possessions foncières se dispersent en s'étendant principalement en direction de l'Anjou et débordent sur le Bas-Maine (pour les vicomtes, la distinction entre Haut et Bas-Maine n'a pas de sens). L'étendue des localisations est un indice très sûr de l'envergure de ce lignage dont il faut noter l'absence, étonnante a priori, d'implantation visible dans le coin sud-est du comté, le Vendômois, peut- être à cause de lacunes documentaires. Les vicomtes détenaient trois châteaux dans le Maine : celui de Beaumont mentionné vers 10602, celui de Fresnay mentionné dans un acte du 12 octobre 9973 et celui de Sainte-Suzanne qui existait dans la seconde moitié du xie siècle, peut-être dès 1062 : lors de la révolte contre le duc de Normandie Guillaume, Hubert est appelé par Orderic Vital : « de Sainte-Suzanne »4 ; en tout cas il existait à coup sûr en 1083, époque à laquelle il fut assiégé par Guillaume le Conquérant5. Ces dates d'apparition dans la documentation ne livrent pas la date de leur érection et ne disent pas s'ils furent inféodés aux vicomtes par le seul comte du Maine.

Généalogie des vicomtes

  • 6 R. LATOUCHE, Histoire..., p. 127 n.4.
  • 7 Actus, p. 343.
  • 8 Ibidem, p. 350.
  • 9 Ainsi, le premier vicomte attesté étant le frère de Mainard, le second, sur lequel nous disposons (...)

5L'institution vicomtale remonte au milieu du ixe siècle selon R. Latouche qui notait qu'à cette époque fut rédigé un acte faux daté du viiie siècle dans lequel intervenait un vicomte, d'où l'idée qu'il en existait un au Mans lors de la rédaction du faux6. Je suis plus circonspect lorsqu'il considère que le premier vicomte connu aurait pu être un dénommé Raoul, présenté par les Actus comme un fidèle du comte Roger7 ; ce texte, en effet, ne mentionne pas la qualité de vicomte ; seule l'homonymie avec la lignée des vicomtes nommés Raoul au xie siècle incite au rapprochement : méthode régressive qui n'est pas sans risque. Au milieu du xe siècle, par contre, les Actus précisent que l'évêque du Mans Mainard avait pour frère le vicomte du Mans8. Cet évêque aurait régné entre 951 et 971. Mainard et le vicomte pourraient avoir été les fils ou petit-fils de Raoul, le fidèle du comte Roger. Tout ceci étant très hypothétique, la façon avec laquelle ont procédé jusqu'ici les historiens pour attribuer un rang chronologique aux vicomtes du nom de Raoul a quelque chose d'assez arbitraire, et, plus gênant, ce comptage diverge selon les auteurs. Par souci de commodité, j'ai adopté celui de Latouche, repris par les historiens actuels9.

Lignage vicomtal

Lignage vicomtal

Les vicomtes du Mans

Les vicomtes du Mans

Les alliances des vicomtes

  • 10 MM IV Sablé, 25 février 1076 ; SPC 8, 1006-1015 (ampliation du 30 mars 1073).
  • 11 SAA 85.
  • 12 TV 16.
  • 13 MM 1 Torcé, vers 1080.
  • 14 SAA 356.
  • 15 LA 118.
  • 16 LC 113.
  • 17 LA 19.
  • 18 LA 16.
  • 19 Sur Bourg-le-Roi, voir l'étude de G. Louise (« Dernières fondations... », p. 457-461).
  • 20 J. BOUSSARD, « Philippe Auguste... », p. 277-281, D. PICHOT, Le Bas-Maine..., p. 293, ANGOT, Généa (...)

6Dès le début du xie siècle, le vicomte était un fidèle du comte du Maine, situation qui n'était probablement que le prolongement d'une fidélité plus ancienne. Raoul III avait un frère, Geoffroy, à qui le comte du Maine Hugues III, mort en 1015, avait donné en fief le château de Sablé qu'il avait construit tandis que Raoul III possédait les terres voisines de Solesmes que son frère lui acheta10. Geoffroy de Sablé faisait aussi partie de l'entourage du comte d'Anjou car nous le voyons demander conjointement à celui-ci au détenteur de la Curtis de Champigné, vassal de ce comte, de concéder en fief une part de celle-ci à un certain Hervé de Sablé dit Rasorius11 : les fidélités doubles, rappelons-le, allaient de soi à cette époque. Les vicomtes eurent aussi des relations avec les grands seigneurs voisins du Maine : Raoul en 1039 était témoin de la donation d'un moulin par Geoffroy Martel à la Trinité de Vendôme, en compagnie du vicomte de Blois et de Robert le Bourguignon12. Dans un acte passé à la cour du vicomte Hubert près de Beaumont se trouvaient présents Geoffroy de Mayenne et son fils Gautier, relation normale de la part d'alliés contre l'ennemi commun normand13. Hubert eut comme seigneur le comte de Vendôme Foulques L'Oison pour l'église de Luché14 ; nous verrons plus loin les implications du lignage vicomtal dans le Vendômois. En dépit des réserves de son père, Raoul V figurait dans l'entourage du comte Hélie de La Flèche : il fut témoin de la confirmation par le comte au chapitre Saint-Julien de ses droits dans la limite de la Quinte15. Beaucoup plus tard en 1191, Raoul VI était le premier témoin laïc d'une donation faite à Saint-Vincent par Robert fils du comte Jean d'Alençon16. À l'époque de la monarchie angevine, puis française, les vicomtes entretinrent des relations de fidélité avec les monarques. Dans la seconde moitié du xiie siècle, Bourg- L'évêque devint Bourg-le-Roi en vertu d'un échange entre le roi Henri II et le chapitre Saint-Julien17, mais en 1205 le vicomte Raoul VI possédait Bourg-le-Roi et l'acte qui le rapporte précise qu'il s'agissait du renouvellement de l'accord passé avec son père (Richard)18 ; seulement nous ne savons pas à quel titre ni pourquoi Richard a obtenu le bourg mais simplement qu'il l'a obtenu du roi Henri II19. Enfin ce même vicomte Raoul VI épousera les fluctuations de la plupart des autres barons manceaux dans les luttes qui opposèrent le roi de France Philippe Auguste aux Plantagenêts. D'abord partisan d'Arthur de Bretagne contre Jean sans Terre, il se rallia à ce dernier : nous le voyons en 1201 prêter le serment de fidélité aux côtés de Juhel de Mayenne, avant que ce dernier n'opère un nouveau revirement20. Les alliances matrimoniales connues des membres du lignage vicomtal complètent et éclairent cette revue de leurs relations.

  • 21 SVI 1, SFS 3.
  • 22 Il aurait été marié à Aujeart selon E. Laurain (Cartulaire..., t. 2, p. 355, n. 1) qui s'appuyait (...)
  • 23 SPC 8.
  • 24 RA 391 ; D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 306 ; O. GUILLOT, Le comte..., t. 1, p. 228, n. 124.
  • 25 O. GUILLOT, ibidem, p. 234-235.
  • 26 Ibid., p. 234-236.

7Nous ne savons rien des épouses de Raoul II, Godeheut puis Guidenor21. Si nous ignorons qui fut l'épouse de Raoul III22, nous connaissons par contre celle de son frère, Geoffroy de Sablé, nommée Adèle23, mais nous ignorons son origine. En revanche, la première épouse du vicomte Raoul IV, Emma, est un peu mieux connue. Elle était fille d'Étienne et d'Hodeburge, cette dernière étant fille du vicomte Hubert de Vendôme et d'Emma ; par conséquent Emma (l'épouse de Raoul IV) était la nièce de l'évêque Hubert d'Angers et petite-fille du vicomte Hubert de Vendôme24. En outre, nous savons que Raoul IV a exercé la vicomté de Vendôme. Il apparaît dans l'entourage vicomtal de ce lieu avant 1025 et nous le voyons porter le titre de vicomte de Vendôme après cette date25. La vicomté de Vendôme sera transmise au fils cadet de Raoul IV, Raoul surnommé Payen, tandis qu'Hubert, l'aîné, prendra le titre de vicomte de Beaumont, de Sainte-Suzanne et du Lude. O. Guillot a interprété cette alliance : elle aurait été encouragée par le comte d'Anjou Foulques qui, en affermissant la puissance du vicomte du Mans, affaiblissait d'autant celle du comte du Maine26. II faut toutefois remarquer qu'à cette époque le comte du Maine était Herbert Eveille- Chien, surtout connu pour sa lutte contre l'évêque Avesgaud, lequel appartenait au lignage des Bellême. Les Actus Pontificum ne font pas mention du comte d'Anjou dans la rivalité opposant Herbert à Avesgaud, ni du vicomte d'ailleurs. En suggérant une rivalité entre le lignage vicomtal du Maine et le lignage comtal que Foulques aurait entretenue - certes possible dans la mesure où les comtes d'Anjou avaient une visée sur le Maine - cet auteur introduit un clivage peu compatible avec le fait qu'Hugues III, père du comte Herbert, a inféodé le château de Sablé à un membre de la lignée vicomtale, en l'occurrence Geoffroy de Sablé, frère de Raoul III. À moins d'admettre que le comte d'Anjou enfonçait un coin susceptible d'introduire une rivalité entre deux familles, jouant ainsi sur la double fidélité de Geoffroy de Sablé. Ceci est plausible mais reste hypothétique.

  • 27 S. FANNING, A Bishop..., p. 42.
  • 28 Sur Hubert d'Angers et sur les avis opposés d'O. Guillot et de S. Fanning à son sujet, voit D. Bar (...)
  • 29 S. FANNING, ibidem, p. 29.
  • 30 CDL 49.

8Steven Fanning qui a consacré une étude à l'évêque Hubert d'Angers27 ne croit guère au rôle du comte d'Anjou dans l'alliance entre le vicomte Raoul IV et le groupe vicomtal de Vendôme. Il préfère y voir une politique familiale indépendante menée par ce prélat28. Affirmation qui amène l'auteur à remonter une génération et à établir une relation entre le lignage vicomtal du Maine et l'évêque Sigefroy qu'il relie à l'ensemble Blois-Vendôme. Selon S. Fanning, il aurait existé un clan vicomtal-épiscopal du Mans (expression contestable à mon sens) soutenu dans sa lutte contre les comtes du Maine par les Robertiens, en l'occurrence les comtes d'Anjou et de Vendôme29. Le fait que Sigefroy alla se réfugier auprès de Bouchard de Vendôme pour s'allier contre le comte Hugues III en serait une manifestation. Cet auteur mentionne également une terre tenue en commun à Coëmont. Cette terre du comté du Maine appartenait à une veuve nommée Aremburge qui la tenait de l'évêque Hubert. Or le gendre de cette veuve, Mathieu de Montoire, qui lui succèda, donnera plus tard les coutumes sur cette terre à l'abbaye du Ronceray, par la concession de Gervais II, le neveu de l'évêque Gervais30. La famille de l'évêque Hubert et celle de Gervais ayant eu en commun une autorité sur la terre de Coëmont, les liens de parenté entre les deux se trouvent ainsi confirmés selon S. Fanning, qui s'appuie sur les relations avunculaires menant de Sigefroy à Gervais II, descendance dont le moins qu'on puisse dire est qu'elle n'est pas directe ! En réalité, les phénomènes de domination conjointe sont relativement fréquents sans qu'il faille toujours chercher une parenté ; aussi la démonstration est- elle peu probante.

  • 31 CAB 1.
  • 32 Il cite (A Bishop..., p. 30) les « Gesta Ambaziencium dominorum... » dans la « Chronique des comte (...)
  • 33 L'aureur procède par suppositions dont il a tendance à faire ensuite des informations : par exempl (...)

9La principale difficulté ici concerne l'évêque Sigefroy, car nous ne savons rien de ses parents ; nous savons seulement qu'il était frère ou beau-frère d'Yves dit l'Ancien lui-même père de l'évêque Avesgaud31. L'auteur mentionne aussi comme argument des mariages entre les familles du Maine et du Vendômois en particulier Odeline, fille du vicomte Raoul du Mans, avec Hugues de Lavardin, mais cette information ne paraît guère fiable32. En fait, il n'existe sur la parenté de Sigefroy absolument aucune mention d'alliance matrimoniale avec les vicomtes du Mans et Fanning semble confondre pour les besoins de sa démonstration alliances politiques et alliances matrimoniales, lesquelles, même si les secondes servent souvent à renforcer les premières, doivent être distinguées33 ! Ce même auteur fait aussi remarquer que le nom « Hubert » donné au fils de Raoul IV apparaît après toute une lignée de Raoul, en fait de trois Raoul attestés ; mais en réalité il existe un Hubert fils de Raoul II, donc le nom n'est pas nouveau ; d'autre part comme ce Hubert fils de Raoul IV avait un grand-oncle Hubert évêque d'Angers et un arrière grand-père Hubert vicomte, finalement ce nom se retrouve à la fois du côté paternel et du côté maternel. Il y a donc abus à vouloir en déduire absolument que la famille d'Hubert d'Angers était parente avec ce qu'il nomme le clan épiscopal-vicomtal du Mans, lequel ressemble plus à une alliance qu'à un clan. Dans une documentation très aléatoire, si l'on pose une hypothèse de parenté, on arrivera souvent à glaner quelques informations qui paraîtront la conforter, d'autant plus que les barons qui constituaient la haute aristocratie étaient, après tout, tous un peu cousins à un degré ou à un autre !

  • 34 Geoffroy, frère de Raoul IV, épousa Avoise, fille d'Hugues de Braiteau qui lui transmit la seigneu (...)
  • 35 SVI 1.
  • 36 CAB 1,12 octobre 997. Nous avons vu dans le premier chapitre pourquoi il est impossible de suivre (...)
  • 37 G. Louise fait le point de la question et des hypothèses (La seigneurie..., t. 1, p. 233-235).
  • 38 G. LOUISE, ibidem, p. 170 à 173. Dans ce tableau, l'auteur a interverti les épouses de Raoul IV.
  • 39 ibid., t. 2, p. 145.

10Revenons à des alliances matrimoniales mieux fondées. Les lieux d'ancrage des lignages d'où étaient issues les épouses34 a ceci d'intéressant qu'on y suit, au fil des générations, la tendance à rechercher les alliances avec la Normandie, conformément au retournement stratégique observé chez le vicomte Hubert. On en retiendra la variété et l'étendue de l'assise géographique qui fait du lignage vicomtal, après l'effondrement de la lignée comtale, un des plus importants du Maine. On remarquera aussi l'absence de relation matrimoniale avec les Bellême, alors que des liens existaient, mais qui n'ont sûrement été ni constants ni systématiques et qui surtout demeurent pour nous peu précis. En 994, le vicomte du Mans Raoul II fit une donation à l'abbaye du Mont-Saint-Michel35 ; or le prieuré Saint-Michel de l'Abbayette a été fondé vers la même époque par Yves fils de Foucoin et de Rothais qui restituait des biens situés dans le Maine à l'abbaye du Mont36. L'acte de fondation fut souscrit par le vicomte Raoul, en seconde position dans la troisième colonne immédiatement après le comte Hugues. Cependant, nous ne savons comment situer le fondateur de l'Abbayette par rapport au lignage de Bellême ; l'acte mentionne entre autres parents deux oncles (avunculi), l'évêque Sigefroy et un certain Guillaume, ce qui laisse la porte ouverte à plusieurs hypothèses : Yves le fondateur du prieuré pouvait avoir eu une ascendance commune avec le fondateur du lignage de Bellême, Yves 1er, ou avoir été parent par alliance37. G. Louise consacre quelques pages aux vicomtes du Maine au xe siècle et, grâce à un tableau, essaie de les mettre en rapport avec le lignage de Bellême38 ; en fait, aucune relation explicite n'apparaît si ce n'est toute une série d'indices en rapport avec l'implantation géographique. Le fait que les localisations des deux seigneuries soient communes à une région explique facilement des liens, en particulier de seigneur à vassal, mais il n'existe qu'une mention d'alliance matrimoniale, d'ailleurs incertaine, entre une fille de l'un des vicomtes et Guillaume II Talvas39. De toute manière, le lignage vicomtal entretenait des relations à l'échelle de la Neustrie carolingienne plutôt que du Maine et on ne le voit jamais manifester d'infidélité à l'égard des comtes au xie siècle, en dépit des réticences envers Hélie (mais celui-ci était le rejeton d'un lignage angevin et non un descendant direct des comtes). L'aire géographique de ses relations allait s'étendre du xie siècle au xiie vers le Nord. Mais il se peut que les relations dans l'aire normande aient seulement subi un déclin passager au xie siècle avec les guerres contre les ducs, puis aient renoué avec une tradition plus ancienne que nous ignorerions. En tout cas, très classiquement, les alliances matrimoniales avec des lignages normands, y compris de rang royal, au xiie siècle constituaient le prolongement et le renforcement des accords de paix après les luttes menées contre la domination des ducs au xie siècle.

Les seigneurs de Château-du-Loir

  • 40 Gervais, le futur évêque, était né le 2 février 1007 (Annales de Reims, MGH, t. XIII, p. 82) ; il (...)
  • 41 CDL 22.
  • 42 À dix kilomètres à l'est de Laval.
  • 43 SAA 328.
  • 44 À neuf kilomètres au sud d'Argentré.
  • 45 CDL 51.
  • 46 CDL 16, 18.
  • 47 G. LOUISE, La seigneurie..., t. 2, p. 128-129.

11Nous connaissons une aïeule de l'évêque Gervais de Château-du-Loir40, Rorans, grâce à une lettre adressée par Gervais à l'abbé de Saint-Mélaine, Even, alors qu'il était archevêque de Reims41. Il y évoque la mémoire de cette femme qui fut à l'origine d'une intervention miraculeuse. Grand-mère paternelle d'Haimon, son père, elle possédait des biens à Argentré42 de son douaire. Plus tard, à la fin du xie siècle, Adam de Château-du-Loir, fils de Robert de Château-du-Loir et d'Elisabeth43, donc neveu de l'archevêque, donna la moitié de l'église de Parné44 à Saint-Nicolas d'Angers45. De relations continues et de liens avec le Bas-Maine témoigne aussi le mariage en secondes noces de Rotrude, sœur de l'évêque, à Guy 1er de Laval46. Par contre, comme le remarque justement G. Louise, il n'existe aucune preuve que Godehilde, sœur d'Hildeburge (l'épouse d'Haimon), soit l'épouse du vicomte du Mans Raoul II47.

Les seigneurs de Château-du-Loir

Les seigneurs de Château-du-Loir

Châtellenie de Château-du-Loir

Châtellenie de Château-du-Loir
  • 48 SAA 327 et 328.
  • 49 CDL 63.
  • 50 LA 177.
  • 51 SVI 4.

12Il existait aussi des liens étroits avec le comte d'Anjou : Haimon reçut en cadeau de Foulques Nerra les églises de Bousse et d'Arthezé48. C'est tout à fait le type de présent que l'on fait à un fidèle, et cet acte n'était sûrement pas entièrement désintéressé car le comte d'Anjou qui avait des visées sur le Maine tenait à s'assurer l'appui d'un solide allié. Je vois également, plus tard, Adam de Château-du-Loir présent à un plaid de Foulques le Réchin qui maintenait dans la possession de l'abbaye Saint-Aubin d'Angers un domaine près de cette ville. Adam est cité en troisième position parmi les laïcs sous la dénomination : « parmi les barons d'Angers »49 Pour autant, je ne crois pas qu'Haimon ait tenu Château- du-Loir du comte d'Anjou. Nous pouvons tenir pour certain qu'il était seigneur de Château-du-Loir, comme l'indique sans équivoque un acte du chapitre Saint-Julien50 ; d'autre part nous le voyons souscrire un acte du comte du Maine Hugues en 1014 qui atteste l'existence du château à cette date51. Cette double fidélité traduit assez bien la position en marche de la châtellenie, aux confins du Maine, de l'Anjou et de la Touraine. Il reste que la plus grande partie des possessions comme des fiefs mouvant de Château-du-Loir sont situés dans le Maine et non en Anjou. Haimon a donc pu tenir son château du comte du Maine, mais il se peut aussi que ce dernier n'ait pas été le seigneur direct d'Haimon mais son suzerain.

  • 52 « jus in honore caslelli Lid per donum quod inde factum fuerat sibi et patri suo a majoribus suis  (...)
  • 53 SV 314.
  • 54 A. CHÉDEVILLE, Chartres..., p. 257-258.
  • 55 R. LE JAN, Famille...
  • 56 Sur le nom d'Alluye, mêmes remarques que pour Gouet ; dans une étude consacrée à la noblesse de Bl (...)
  • 57 MM 12 Château-du-Loir.
  • 58 MM 14 Château-du-Loir.

13En effet dans la seconde moitié du xie siècle, à partir de 1070, Guillaume Gouet se manifesta comme seigneur des terres de Château-du-Loir auprès des abbayes de Marmoutier et de Saint-Vincent, simple occasion pour lui de taxer les moines. Mais ses prétentions ne furent nullement contestées par les intéressés. À Marmoutier il revendiqua son « droit sur la terre de Château-du-Loir qu'il tenait de la donation faite à lui-même et à son père par leurs seigneurs »52 puis, après accord avec les moines, il confirma les cessions faites par Gervais II et ses frères ; il exigea d'autre part que toute aliénation des terres de ce fief soit soumise à son autorisation. De la même manière, il confirma à Saint-Vincent toutes les possessions à Tuffé, au Lorouer, à Courdemanche, à Saint-Gervais-en-Belin et à Sarcé avec les coutumes53. Les Gouet étaient une très puissante famille selon A. Chédeville54 mais leur origine est obscure : on ne les voit pas figurer parmi les grandes familles franques55, soit qu'ils aient été d'origine autochtone, soit plus vraisemblablement parce que le nom de Gouet fut adopté à la faveur de l'ancrage géographique. Le personnage qui nous intéresse ici est Guillaume II, fils de Mathilde dite d'Alluye56 et de Guillaume Gouet l'Ancien. A. Chédeville fait remarquer que Guillaume II fut le seul entre tous les Grands à être décoré du titre de princeps. Nous voyons Mathilde/Mahaud d'Alluye présentée comme seigneur d'Hugues de Braiteau pour des terres possédées dans le Perche-Gouet et à Dangeul. C'est probablement parce qu'elle avait épousé en secondes noces Geoffroy de Mayenne que ce seigneur, vers 1073, enleva à Marmoutier l'église de Chahaignes qui avait été donnée à l'abbaye par l'évêque Gervais57. Cette spoliation engendra un interminable procès ; au temps de l'évêque Hoël, un premier plaid avait donné tort à Marmoutier. Ici, il faut soupçonner le prélat de partialité : il était favorable aux Normands ; je trouve confirmation de cette appréciation dans l'affaire de Sablé qui l'opposera également à Marmoutier. Puis une réclamation fut établie auprès du concile de Poitiers en 1106 qui donna raison aux moines mais l'affaire ne sera réglée que vers 1135-1142 sous l'épiscopat d'Hugues de Saint-Calais où ils obtiendront la restitution de l'église des mains du chanoine de La Chartre Simon, héritier du bénéficiaire Hugues de Durtal qui lui-même l'avait reçue de Geoffroy de Mayenne58. Quant à Guillaume Gouet l'Ancien, seigneur du châtelain de Château-du-Loir, si l'on suit les termes de la notice de Marmoutier, il reçut probablement l'honor du comte du Maine, dans un contexte que j'ignore.

14Telle qu'elle figure sur la carte, la seigneurie comprend l'assise foncière proprement dite sous la forme de la localisation des donations d'une part, de celle des confirmations d'autre part. J'ai aussi indiqué les fiefs avec lieux taxés et fiefs devant la garde. Vaste, il est, à la différence de la seigneurie du lignage vicomtal, assez homogène. Il s'étend un peu au sud du Loir, qui n'est nullement une frontière : il existait un axe de communication qui avait été axe de peuplement aux temps préhistoriques. La seigneurie, essentiellement mancelle, s'étend un peu sur la Touraine (La Ferrière, Beaumont-la-Ronce, Semblançay). L'extension vers Vendôme contribue certainement à expliquer la guerre entre l'évêque Gervais et Geoffroy Martel vers 1038-1039. On remarquera d'autre part ce phénomène déjà signalé, la tendance à donner des biens périphériques qui, du coup, les fait plus facilement apparaître que ceux du cœur de la seigneurie dans la documentation. L'autre tendance dans le choix des donations consistait à privilégier les biens acquis contre ceux qui formaient le patrimoine. J'en ai déjà suggéré l'effet : ils devenaient des biens circulants avec ce corollaire qu'ils généraient fréquemment la dispute.

Les seigneurs de Sablé

Transmission de la seigneurie et parenté

  • 59 MM 4 et 5 Sablé ; SPC 8 et R. LATOUCHE, le comté..., p. 141, pour la datation de cet acte.
  • 60 MM 4 Sablé.
  • 61 TV 96, cité par O. Guillot, Le comte..., C 143, t. 2, p. 107.
  • 62 MENAGE, Histoire de Sablé, p. 329.
  • 63 Ce que savait R. Latouche qui s'appuyait sur lui néanmoins (Histoire..., p. 62 n. 13).
  • 64 Ibidem.
  • 65 SPC 9.
  • 66 MM 2 Sablé.
  • 67 A. BERTRAND DE BROUSSILLON, La Maison..., p. 20.
  • 68 MM 3 Sablé.

15Le château de Sablé avait été construit par le comte du Maine. Il fut inféodé à Geoffroy, frère du vicomte du Mans Raoul, à la fin du xe siècle ou au début du xie. En effet, la donation de l'église de Solesmes à l'abbaye de la Couture n'est pas postérieure à 101559, or, lors du procès opposant les abbayes de Marmoutier et de la Couture en 107660 Robert le Bourguignon indique que Geoffroy de Sablé était déjà âgé lors de la fondation de Solesmes et qu'elle eut lieu après l'inféodation par le comte du Maine Hugues III. Cette inféodation ne peut être datée précisément mais se situe certainement vers l'an mil, un peu avant ou très peu après. Après Geoffroy de Sablé suit une période obscure dont la durée exacte est impossible à évaluer mais qui dépasse trente ans. Nous ne voyons le seigneur suivant, Robert le Bourguignon, apparaître qu'en 105361. Surtout, la question de son accession à la seigneurie de Sablé doit être discutée car aucun document n'établit la manière dont elle se fit. Il est admis communément qu'elle lui fut transmise par son épouse, Avoise dite Blanche, qui aurait été l'héritière de Sablé. Tordons tout de suite le cou à une affabulation recopiée sans vérification par la tradition érudite. Celle-ci ne repose que sur les affirmations de Ménage62 alors que nombre d'entre elles sont erronées63 : cet érudit du xviie siècle avait pour préoccupation d'établir la généalogie des seigneurs de Sablé, c'est-à-dire de mettre en évidence l'ancienneté de leur noblesse. Quitte à donner un coup de pouce au destin : il mentionne deux fois la filiation entre Geoffroy de Sablé et Avoise en annonçant qu'il le démontrera plus loin ; la troisième fois, il cite un acte mentionnant Robert le Bourguignon avec Avoise comme épouse mais où n'est nullement indiquée l'ascendance de celle-ci. En fait, absolument aucun acte ou notice consultés ne mentionne la parenté entre Geoffroy de Sablé et Avoise, qui serait, selon la tradition, sa fille. Aucun auteur, lorsqu'il mentionne cette filiation, ne cite de source originale. R. Latouche donnait trois frères à Avoise : Dreux, Bouchard et Lisiard64 mais en réalité il s'agit des trois fils de Geoffroy de Sablé et de son épouse Adèle65 ; Avoise n'est jamais mentionnée comme fille de ces deux personnages. Par contre elle avait un frère, Geoffroy, rarement nommé par les historiens ; il était mort avant 106766. A. Bertrand de Broussillon remarquait que ni Geoffroy ni Avoise ne sont mentionnés parmi les enfants de Geoffroy de Sablé67. Si j'ajoute que ni Dreux, ni Bouchard ni Lisiard ne sont mentionnés en tant que frères d'Avoise et qu'il n'existe aucune mention de parenté entre Robert le Bourguignon et Geoffroy de Sablé, le plus simple est d'admettre qu'Avoise n'était pas la fille de Geoffroy de Sablé et donc que Robert le Bourguignon n'était pas gendre de celui-ci. Un nombre important d'actes existent dans lesquels ces personnages sont cités sans que cette parenté supposée par Ménage, pourtant proche, ait été mentionnée. De plus, dans l'acte de Marmoutier portant donation par Robert et Avoise de l'église Saint-Malo à cette abbaye, la donation est faite pour le salut de l'âme de plusieurs défunts dont le frère d'Avoise, Geoffroy68 ; si celle-ci avait eu d'autres frères morts, ils auraient dû être mentionnés ; si, au contraire, il y en avait eu de vivants, l'un d'eux aurait hérité de Sablé et non pas Avoise. L'hypothèse la plus plausible est que, compte tenu de l'âge de Geoffroy de Sablé en 1015 et de la première apparition de Robert le Bourguignon (1053), un ou plusieurs successivement de ses fils lui ont succédé mais sans laisser eux-mêmes d'héritier.

Les sires de Sablé

Les sires de Sablé

* D'après O. Guillot, Le comte..., t. 1, p. 329.

  • 69 MM 1.
  • 70 A. BERTRAND DE BROUSSILLON, La Maison..., p. 23 qui cite Baluze, Miscellanea, t. 3, p. 49.
  • 71 « neptem in conjugio » (ORDERIC VITAL, Historia ecclesiastica, Ed. LE PREVOST, t. III, p. 197).
  • 72 MM 12 Sablé.
  • 73 A. BERTRAND DE BROUSSILLON, La Maison..., p. 21 et acte n°20 p. 36.
  • 74 MM 13 Sablé.
  • 75 O. GUILLOT, le comte..., t. 1, p. 335-338 ; A. BERTRAND DE BROUSSILLON, la Maison..., p. 21.
  • 76 TV 184.
  • 77 Citant, entre autres, Sablé et Craon, il estima que le comte assistait, inactif, à la formation de (...)

16Si nous ne savons donc pas de qui Avoise dite Blanche était la fille, l'ascendance de son époux est connue. Il était neveu du roi de France Henri ler69 par sa mère Adèle, épouse de Renaud de Nevers, comte d'Auxerre. Son frère, le comte de Nevers Guillaume, eut une fille, Ermengarde, qui épousa Hubert, vicomte du Mans, le 6 décembre 106770. Union confirmée par Orderic Vital qui fait du vicomte Hubert le neveu par alliance de Robert le Bourguignon71. Robert fit un second mariage, avec Berthe, qui était morte en 1098, date à laquelle il partit pour la croisade72. Berthe avait une homonyme, veuve de Robert de Vitré et fille de Garin73. Rien ne permet d'affirmer qu'il s'agissait de la même personne, contrairement à ce qu'écrivait A. Bertrand de Broussillon qui cite Ménage. La fille de cette veuve, Enoguen, avait épousé Renaud, fils aîné de Robert le Bourguignon74. Renaud reçut à l'occasion de ce mariage l'honor de Craon que son père détenait depuis qu'il en avait été investi par le comte d'Anjou Geoffroy Martel. Ce dernier en avait prononcé la commise ; or ce fief avait été tenu par le grand-père d'Enoguen, Garin, puis par le frère de celui-ci75 ; grâce à cette union, la terre de Craon revenait à la fois à l'héritière de la famille dépossédée et à un membre du lignage de Sablé. Robert le Bourguignon avait pu cumuler Sablé et Craon76, sans parler d'autres terres en Anjou tenues du comte. Renaud, par contre, en recevant ce fief, renonçait de fait à Sablé puisque ce fut son frère puîné Robert le Jeune, aussi appelé le Bourguignon comme son père, ou encore Vestrul, qui recevra Sablé et transmettra la seigneurie à son fils Lisiard. On voit que le comte d'Anjou conduisait avec prudence sa politique d'inféodation et qu'il la maîtrisait, contrairement à ce qu'affirmait un peu rapidement J. Boussard77 ; le résultat permettait d'éviter la formation d'une trop vaste seigneurie châtelaine.

  • 78 En 1098 le fils de Robert le Bourguignon, Geoffroy, était mort (MM 13 et 19 Sablé) ; nous lui conn (...)
  • 79 MM 13 et 14 Sablé.
  • 80 CDL 94.
  • 81 Ibidem. Lisiard avait un frère, Guy, et une sœur, Godehilde (MM 19 Sablé). Les renseignements devi (...)
  • 82 Supra, p. 44.

17Robert Vestrul succéda à son père78 dès le départ de celui-ci pour la croisade, deux ans après le prêche d'Urbain II à Sablé et au Mans, avant Pâques 109879. Robert le Bourguignon n'est probablement pas revenu vivant car il n'est plus jamais mentionné. Robert Vestrul avait épousé Hersende de La Suze, fille d'Herbert de La Suze et d'Eremburge80 ; Herbert de La Suze était un des fils cadets de Dreux de La Suze et il prit la succession de son frère aîné Renaud à la tête de la seigneurie à la fin du xie siècle. Il s'agissait de l'une des plus importantes familles seigneuriales du Maine si l'on en juge par l'étendue de la seigneurie et par le nombre de ses vassaux. Aussi Lisiard, fils de Robert Vestrul et d'Hersende, obtint- il la seigneurie de La Suze81. Une telle union rapprochait le lignage de Sablé de la cité comtale et contribuait à le rendre un peu plus manceau. Ceci coïncide avec le retournement de fidélité à l'égard du comte d'Anjou82.

Les châtelains de Sablé et le comte d'Anjou

  • 83 Ce dernier fut créé en 1067 avec une donation à Marmoutier (MM 2 et 14 Sablé).
  • 84 J.-P. BRUNTERC'H, « Maine ou Anjou... »
  • 85 SAA 165 ; SV 364.
  • 86 MM 2 Sablé ; cne Grez-en-Bouère, arr. Château-Gontier, Mayenne.
  • 87 Respectivement ; cne de Moncontour, arr. Châtellerault, Vienne ; arr. Châtellerault ; ct Beaufort- (...)
  • 88 SAA 289.

18La situation de Sablé dans la vallée de la Sarthe aux confins de l'Anjou et du Maine lui conférait une position de commandement au carrefour de la vallée et des routes de Laval à La Flèche et Angers ; le château était bâti sur un promontoire rocheux surplombant la Sarthe et dominant les bourgs Saint-Martin et Saint-Nicolas à ses pieds83. Sablé représentait pour le comte Hugues III une position avancée face aux empiétements de l'Anjou réalisés vers le milieu du xe siècle au sud de Malicorne84. En fait, la conquête des terres passait aussi par celle des hommes : durant la plus grande partie du xie siècle, le seigneur de Sablé fut un fidèle du comte d'Anjou. La localisation des biens et fiefs dépendant de Sablé reflète parfaitement cette fidélité : ici encore, ce sont les plus éloignés du noyau qui sont cités. Dans le Maine, Solesmes provenait du lignage vicomtal comme nous l'avons vu tandis que les seigneurs de Malicorne et de Noyen tenaient leurs terres du seigneur de Sablé85, en attendant que La Suze passe dans sa directe ; dans le Bas-Maine des biens étaient détenus à Bouère86. Hors du Maine, Robert le Bourguignon tenait des fiefs en Anjou : aux Angliers, à Loudun, Brion87 ainsi que le château de Durtal obtenu de Foulques le Réchin et partagé avec Macouard de Daumeray88. Je mets les terres de Craon à part car elles n'ont été sous l'autorité du sire de Sablé que le temps d'une parenthèse. L'impression est celle d'une structure géographiquement éclatée qui ne doit pas occulter le principal : le contrôle de la vallée de la Sarthe.

  • 89 TV 96, dans O. GUILLOT, Le comte..., t. 2, p. 107, C 143.
  • 90 O. GUILLOT, ibidem, t. 1 p. 110.
  • 91 Cne Sainte-Gemmes, ct Ponts-de-Cé, arr. Angers.
  • 92 Cité par O. Guillot, ibidem, t. 2, p. 298-299.
  • 93 SAA 289.
  • 94 SAA 381.
  • 95 O. GUILLOT, Le comte..., t. 1, p. 271 et n. 345.
  • 96 SAA 165.
  • 97 Robert détenait encore Craon le 16 juillet 1067 (TV 184), mais trois ans plus tard c'était Renaud, (...)

19J'ai évoqué plus haut l'inféodation de Sablé à Geoffroy, frère du vicomte du Mans, par le comte du Maine. C'est du comte d'Anjou Geoffroy Martel que Robert le Bourguignon tint Sablé. Dans l'acte le plus ancien (1053), il était aussi investi de l'honor de Craon et désigné comme fidèle du comte89. J'ignore dans quel ordre Robert reçut chacune de ces seigneuries mais l'investiture pour Sablé dut certainement avoir lieu après la mort d'Hugues IV, c'est-à-dire entre le 26 mars 1051 et 1053. Après la mort de Geoffroy Martel, Robert prit le parti de Foulques le Réchin dans la rivalité qui l'opposa à son frère Geoffroy le Barbu ; c'est Robert qui fut le gardien de Geoffroy à Sablé durant son emprisonnement, mais il aurait aussi été, selon O. Guillot, un des premiers à le reconnaître à nouveau comme comte après la pression exercée par le pape sur Foulques90. Robert reçut même une terre au Genneteil91 de Foulques ; celui-ci rappelait en 1104 dans un acte du cartulaire de Saint-Laud d'Angers qu'il la lui avait donnée à l'époque où il luttait contre son frère, établissant explicitement la relation92. Les rapports entre Foulques et Robert traduisent une confiance aussi grande que celle que lui avait accordée Geoffroy Martel ; les cadeaux en étaient la marque : le château de Durtal93, le podium de Brion94 s'ajoutèrent à ceux faits par ce comte. O. Guillot estime avec raison qu'on peut considérer Robert le Bourguignon comme le plus important châtelain d'Anjou lors d'un plaid tenu à la cour de l'évêque d'Angers le 9 septembre 108295. Cependant, ces cadeaux destinés à récompenser et à renforcer la fidélité finissaient souvent par provoquer son contraire : l'éminence de la position de Robert allait lui permettre de desserrer ce lien. Est-ce ce danger qu'a senti Foulques en s'arrangeant pour retirer habilement le fief de Craon à Robert ? La combinaison choisie ne paraît pas des plus courantes, mais elle s'explique dans la mesure où Renaud, le fils aîné de Robert, recevait Craon du vivant de son père. Il ne perdait pas tout droit de regard sur l'honor de Sablé, au moins du point de vue des moines de Saint-Aubin d'Angers qui ont sollicité en octobre 1080, du vivant de Robert par conséquent, sa confirmation pour les biens aliénés en leur faveur par ce dernier96. Il n'empêche que dès l'investiture97de Renaud la question de la dévolution de Sablé à un cadet avait dû être réglée. Cette façon de faire, dans laquelle le comte d'Anjou était entièrement impliqué, confirme indirectement que Robert et son épouse Avoise n'obtinrent pas la seigneurie de Sablé par dévolution successorale : Foulques le Réchin pouvait plus facilement régler la succession selon ses convenances.

Les sires de Mondoubleau

Le lignage et les alliances matrimoniales

  • 98 « in proprio castro, quod ab ipsius cognomine Mons Dublelli vocatur » (SV 180).
  • 99 SV 186.
  • 100 SVI 2.
  • 101 D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 313.
  • 102 Actus, p. 373.

20Hugues Doubleau est le premier seigneur qui apparaît, au début du xie siècle ; son surnom signe la double fidélité qu'il manifestait et qui tient elle-même à la situation géographique particulière de la seigneurie : Mondoubleau était dans le comté du Maine, à sa limite orientale, mais les terres sur lesquelles s'étendait l'autorité du seigneur étaient aussi du pagus de Vendôme et du Dunois. Hugues Doubleau était qualifié de fidèle aussi bien par le comte du Maine Hugues III que par celui de Blois Eudes II. On le voit, la double fidélité semble avoir été constitutive des châtellenies périphériques autour de l'an mil ! Le château, attesté dès 1028-1031, tire son nom de celui de son châtelain et Hugues y avait établi la collégiale Sainte-Marie98. Ici, le seigneur était Eudes II qui confirmait la donation de son fidèle à la collégiale. Par contre, en 1012-1016, le comte du Maine, Hugues III, avait confirmé la dotation de l'abbaye de Tuffé par Hugues Doubleau99 que nous trouvons par ailleurs dans l'entourage de ce comte100. Comme pour les Riboul que nous étudierons plus loin, le surnom se transmit aux héritiers de la seigneurie. Le premier fut son second fils Eudes, l'aîné étant archidiacre. L'appartenance à l'Église n'était cependant pas un obstacle pour la succession si l'on en juge par l'exemple de l'évêque et seigneur Gervais de Château-du-Loir. D'ailleurs, avant d'être clerc, il avait été miles101, comme, vers la même époque l'évêque du Mans Vulgrin (1056-1065) qui avait commencé sa « carrière » comme miles avant de prendre l'habit de moine, puis avait été abbé de Saint-Serge d'Angers et enfin évêque du Mans102.

  • 103 TV 46 et 250.
  • 104 D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 572.
  • 105 Supra, chapitre 1.
  • 106 TV 250.
  • 107 SV 176.
  • 108 SV 175, 179.
  • 109 SV 726.
  • 110 D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 572.
  • 111 LC 92 (1176), 7(15 mai 1205), 326 (1218) ; voir aussi A. Chédeville, Chartres..., p. 272 n. 150.

21Hugues Doubleau III reçut la seigneurie après la mort de son père Eudes alors qu'il était encore enfant103, aussi ce fut son oncle l'archidiacre qui sollicita l'investiture auprès du comte d'Anjou Geoffroy Martel. Eudes étant mort vers 1056104, le comte du Maine légitime était Herbert II, lequel était un enfant sous la tutelle du comte d'Anjou105. Aussi, durant cette période, ce dernier avait-il pris soin de faire souscrire au jeune héritier des actes conjointement avec lui. Ici, cela ne semble pas être le cas, soit parce que, pour cette position périphérique, Geoffroy Martel avait négligé le consentement d'Herbert, soit parce que ce dernier lui avait déjà faussé compagnie pour lui préférer le duc de Normandie, entre 1058 et 1060. Hugues Doubleau III partit en pèlerinage à Rome106 mais il mourut et son corps fut inhumé à l'abbaye Saint-Vincent du Mans. Il avait eu un fils, Herbert107, probablement mort avant lui car la seigneurie échut à sa sœur Elvise, mariée en secondes noces à Hamelin de Langeais. Celle-ci avait eu de son premier époux, Payen, un fils connu sous le nom d'Hildebert Payen qui dut attendre la majorité pour gouverner sa châtellenie108. Comme il n'eut pas d'héritier mâle, la seigneurie passa alors, par sa fille Elvise109, aux vicomtes de Châteaudun110. Ils devaient la conserver au-delà du xiie siècle, comme en témoignent plusieurs actes111. La difficulté pour le lignage à se maintenir est remarquable. Sur quatre seigneurs nommés Doubleau, il y eut une transmission par une femme et deux tutelles d'enfants mineurs (encore ne sait-on rien des origines d'Hugues Doubleau 1er). Nous ne savons presque rien des enfants morts ; nous sommes réduits à constater les aléas démographiques en même temps que ceux d'une documentation très sélective.

  • 112 TV 128.
  • 113 SV 175.
  • 114 D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 572.
  • 115 SV 207, 676.
  • 116 « propter uxorem suam episcopus Paganum de Montedublelli excommunicavit » (SV 74).
  • 117 D. BARTHÉLEMY, ibidem.

22Voyons les alliances matrimoniales connues. Eudes Doubleau fut marié à Plaisante, fille de Nihard de Montoire112. Nous ignorons tout de l'épouse d'Hugues III. Sa sœur Elvise, avant d'épouser Hamelin de Langeais, avait d'abord eu pour mari Payen113, aussi dénommé Nivelon Payen fils de Nivelon de Chartres114. Si nous ignorons également l'origine de l'épouse d'Hildebert Payen, Aia115, un mariage consanguin est possible, qui pourrait être la raison de l'excommunication fulminée par l'évêque du Mans Hoël en 1093-1096116. Les conjoints auraient été parents à un degré inférieur au septième degré canonique, interdit que l'Église grégorienne entendait faire respecter. Enfin leur fille Elvise épousa le vicomte de Châteaudun Geoffroy tandis que la cadette fut mariée à Barthélémy de Vendôme117. Une seule remarque s'impose : les alliances penchent toutes en dehors du Maine, si l'on excepte le Maine vendômois.

La seigneurie mancelle des sires de Mondoubleau

  • 118 SVI 11 et SV 726.
  • 119 Pour les possessions dans le Vendômois, voir D. Barthélemy, ibidem, p. 345 et 573-574.
  • 120 SPC 18.
  • 121 SPC 68 et 82.
  • 122 SV 844, LC 328.
  • 123 SPC 91.

23Au-delà du noyau, les possessions mancelles sont bien groupées entre Tuffé et Ballon. Je rappelle l'importance stratégique considérable du château de Ballon qui verrouillait l'accès du Mans par le Nord. Il est attesté à partir de 1060118. Mais, comme c'est le cas pour la plupart des seigneuries d'envergure, la châtellenie des Doubleau ne formait pas un ensemble compact. Celle-ci penchait nettement vers le comté de Vendôme119 et le Dunois. Brûlon apparaît comme une mention isolée à l'ouest de la Sarthe. Payen de Mondoubleau fut témoin vers 1081-1090 d'une donation par Patri de Sourches à Geoffroy de Brûlon car le premier avait tué accidentellement le fils du second120 ; plus de soixante ans plus tard, nous retrouvons un Payen de Mondoubleau (Payen II) qui demandait à l'évêque du Mans Guillaume de Passavant l'autorisation de détruire la chapelle castrale de Brûlon ; en effet, presque tous les paroissiens se rassemblaient dans cette église, privant de revenus l'église paroissiale desservie par les moines de la Couture. À la demande de l'abbé, Ursius, l'évêque donna son accord. Cependant, en 1164, une chapelle avait été rebâtie dans le château, d'où la plainte du prieur Guillaume à l'évêque contre le prêtre Gervais. Celui-ci promit de ne plus célébrer l'office dans la chapelle castrale mais dans l'église paroissiale121. Payen II qui au milieu du xiie siècle intervenait en faveur du prieuré de la Couture à Brûlon ne peut être que celui des fils du vicomte de Chateaudun Hugues nommé Payen122. Les Doubleau avaient certainement des terres ou des droits à Brûlon que les moines de la Couture tenaient sans doute d'eux. Ceci expliquerait la présence en tant que témoin d'Hildebert Payen à la fin du xie siècle à Brûlon et l'entremise de son descendant homonyme en faveur des moines, mais implicitement aux dépens du châtelain de Brûlon, Payen de Sourches123.

Les seigneurs de Mondoubleau

Les seigneurs de Mondoubleau

Seigneurs de Mondoubleau

Seigneurs de Mondoubleau

Les alliances laïques

  • 124 ORDERIC VITAL, The ecclesiastical..., ed. CHIBNALL, vol. IV, livre VIII, p. 154.
  • 125 Actus, p. 385.
  • 126 « amicitiam cum rege firmavit » (ORDERIC VITAL, ibidem, vol. V, liv. X, p. 242).
  • 127 Ibidem.
  • 128 Ceux de Mondoubleau devaient un service de garde et Hildebert Payen sollicitait jusqu'aux hommes d (...)

24J'ai déjà évoqué les seigneurs des sires de Mondoubleau. La documentation ne dit presque rien sur leurs vassaux. En revanche, nous connaissons mieux, grâce aux Actus, le rôle d'Hildebert Payen. Nous avons vu qu'après la mort de Guillaume le Conquérant (1087), Robert Courteheuse était venu dans le Maine afin de recevoir l'hommage des barons. Celui de Payen de Mondoubleau lui fut refusé : Payen se retrancha, en 1088, dans le château de Ballon où il infligea des pertes au duc de Normandie qui fut contraint de faire la paix avec lui124 Puis Hélie de La Flèche, prétendant au comté, s'empara du château125. Moins de dix années plus tard, en 1098, alors qu'Hélie était prisonnier du roi Guillaume le Roux et que ce dernier menait une campagne dans le Maine, Payen fit alliance avec le roi126, selon Orderic Vital. Le moine normand, dans la foulée, ajoute que le sire de Mondoubleau était « Normannis olim familiaris », entendons qu'il avait fait partie de l'entourage ducal. Payen poussa la fidélité assez loin (mais avait-il le choix ?) en laissant au roi le château de Ballon qui y installa Robert de Bellême avec trois cents chevaliers127. Toutes ces indications sont elliptiques, aussi posent-elles quelques difficultés de raccord. Ainsi, pourquoi l'opposition à Robert Courteheuse en 1088 ? Ensuite, qu'est-il advenu du château de Ballon entre sa prise par Hélie et la reddition de 1098 par Payen, qui le possédait à nouveau selon Orderic Vital ? La rébellion de 1088, si l'on accepte de suivre le moine normand qui devait être bien informé pour ce qui touchait aux alliances ducales, dut n'être qu'une parenthèse, d'ailleurs suivie explicitement d'une réconciliation. De toute façon, la guerre allait rarement jusqu'à la destruction physique de l'adversaire, c'est-à-dire du chef et de ses vassaux. La prise de Ballon par Hélie doit s'entendre ainsi : c'était une forteresse qui protégeait Le Mans que le prétendant au comté ne pouvait laisser aux mains d'un allié des Normands. Lorsqu'il fut emprisonné, le château revenait à son détenteur, Payen, mais celui-ci le laissa au roi d'Angleterre, à la fois, comme l'explique Orderic Vital, par l'effet d'une alliance ancienne, et par hostilité à Hélie de La Flèche. L'important dans ceci est de voir qu'un grand baron adoptait une stratégie personnelle où la notion de fidélité ne s'entendait pas de manière aussi rigide que pour les vassaux inférieurs. Ce qui primait pour lui, c'était la notion de liberté, un véritable critère de noblesse, qui manifestait publiquement la possibilité de choisir ses alliés et par conséquent d'en changer. Combattre un plus grand que soi et traiter avec lui d'égal à égal procurait un prestige propre à flatter son orgueil et, d'une certaine manière, pouvait justifier les prérogatives comtales détenues en tant que châtelain. En revanche les vassaux inférieurs qui tenaient leur fief d'un seigneur et lui devaient au moins le service militaire sinon fréquemment la garde128 étaient maintenus dans une dépendance, honorable certes, mais qui ne donnait pas à leur liberté la même saveur. Ce châtelain périphérique, mais seigneur pour des terres proches du Mans et donc pleinement impliqué dans le Maine, se dressait aussi contre celui qui était le plus susceptible d'imposer son autorité. Il exerçait ainsi une force dissolvante capable d'affaiblir les positions du jeune seigneur et nouvel homme fort du comté.

Les relations avec les établissements religieux

  • 129 TV 46 et 250.
  • 130 D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 345.
  • 131 SV 186.
  • 132 A. DEBORD, La société..., p. 304.
  • 133 « bonum virum et sagaciter instructum » (SV 186).
  • 134 Actus, p. 204 et 284.
  • 135 SV 180.
  • 136 L'acte (SV 175) qui le relate doit être daté entre le 15 mars 1075 et 1078 et non entre 1067 et 10 (...)
  • 137 SV 176.

25À Mondoubleau et dans sa proximité (l'église de Cormenon), la Trinité de Vendôme fut favorisée par Hugues l'archidiacre et par son frère Eudes, puis par Hugues Doubleau III129. Mais les donateurs avaient été sollicités par le fondateur de la Trinité, comme le remarque D. Barthélemy130. Dans le reste du Maine les relations privilégiées furent nouées avec Saint-Vincent. Il faut en premier lieu évoquer la dotation de Tuffé effectuée par Hugues Doubleau en 1012-1016131. Les motivations du donateur, inspirées par les moines, apparaissent dès l'invocation avec la mention de la proximité de la fin de sa vie et la menace des peines de l'enfer, menace réitérée dans le préambule. L'exposé souligne le caractère expiatoire du geste d'Hugues qui agit pour se laver de ses crimes : la formule désignait sûrement l'activité guerrière de l'intéressé. La donation est importante, aussi nous permet-elle de classer le personnage parmi les grands barons du comté. Ce sont des terres et des droits situés principalement dans la ville de Tuffé et dans les alentours immédiats mais aussi à Mondoubleau. L'ensemble comprend des moulins, une dîme, une chapelle, et un hameau (masnilum) comportant cinq cultivateurs (hospites) ou leurs cinq familles132. Hugues présenta le moine de la Couture Herment, un « homme de qualité et remarquablement instruit »133, afin qu'il fût installé abbé par le comte Hugues III et par l'évêque Avesgaud avec l'accord de l'abbé de la Couture Ingebaud. Ce monastère voué à Marie existait dès 675. C'était un monastère féminin placé sous l'autorité de l'évêque comme le confirme un diplôme de Charlemagne de 802134. Après cette restauration, Hugues Doubleau confia à l'abbé de Tuffé l'autorité de la collégiale Sainte-Marie sise dans le château de Mondoubleau tout en la dotant largement135 ; les chanoines relevaient désormais de la justice de l'abbé. En 1028-1031, le recrutement de chanoines était encore prévu puisque chaque nouveau qui prenait la succession d'un chanoine décédé devait s'acquitter de dix sous à l'abbé. Pourtant, à Mondoubleau, ils n'existaient plus en 1075-1078 tandis que l'abbaye de Tuffé passait sous l'autorité de Saint-Vincent du Mans136 : ce transfert fut effectué par Hamelin de Langeais et son épouse Elvise, avec l'accord de leurs enfants et celui du filiâtre d'Hamelin, Payen. Une notice précise qu'il s'agissait là de la volonté d'Hugues à la fin de sa vie, en confession de ses péchés137. Le monastère de Tuffé devait être desservi par six moines dont trois ordonnés prêtres. La donation comprenait le rappel des biens déjà donnés au monastère de Tuffé en incluant les fiefs de chevaliers. Du coup, la collégiale de Mondoubleau passait aussi sous l'autorité des moines du Mans.

  • 138 SV 192.
  • 139 SV 726.
  • 140 SV 676.
  • 141 SV 666.
  • 142 SV 207.

26Devenu majeur, Payen de Mondoubleau opposa à Saint-Vincent une réclamation à propos du ban et des aides. C'était une remise en cause au moins partielle de la donation effectuée par son beau-père ; il l'abandonna moyennant cent sous et la réitération de l'injonction aux hommes de Tuffé d'assurer la défense du château de Mondoubleau138 : l'éloignement favorisait l'inertie d'autant plus que cette obligation n'était pas régulière. Nous devinons l'obsession du seigneur à constamment manifester les signes de son autorité. En dépit de sa réclamation, Payen fut très favorable à Saint-Vincent dont le premier donateur connu parmi les Doubleau fut Hugues III. Une calumnia ne traduisait pas nécessairement une hostilité, même temporaire, à l'égard d'un monastère, mais une réaction contre sa tendance à l'expansion. Son cousin germain Herluin, frère d'Ernoul de Sem- blançay, étant mort pour lui, Payen décida de vouer un moine de Saint-Vincent aux prières en faveur du défunt. Il alla donc supplier l'abbé Ranoux et dota ce moine et le prieuré de Mézières de biens et de redevances ; les religieux en profitèrent pour lui demander de leur confirmer la possession de l'église Saint-Ouen de Ballon et il les autorisa à établir un bourg139. Ceci fut complété par la donation de droits d'usage sur les bois et de dîmes au prieuré de Mézières140. Payen se croisa141 et c'est certainement la raison pour laquelle ce fut sa femme Aia qui fut sollicitée pour donner son consentement à la donation du voyer Salomon en faveur de Saint-Vincent alors que, malade et se sentant mourant, il y prit l'habit142. La concordance géographique entre l'implantation de l'abbaye Saint-Vincent et les terres possédées par Payen de Mondoubleau dans la région de Ballon est remarquable ; l'explication du choix de l'abbaye ne va probablement pas au-delà de la raison de proximité. De sorte que nous trouvons une relation proportionnelle entre la variété et l'étendue de l'assise géographique d'une seigneurie et le nombre des établissements religieux dont les seigneurs se firent les bienfaiteurs. Saint-Vincent dans le Haut-Maine, la Trinité et Marmoutier près de Vendôme, il y a finalement une belle cohérence dans les choix des seigneurs de Mondoubleau.

Les seigneurs de La Suze

La seigneurie

Terres et fiefs relevant des seigneurs de la Suze

Terres et fiefs relevant des seigneurs de la Suze
  • 143 Supra, p. 171.
  • 144 CDL 93, BN lat. 9067, fol. 332 v°.
  • 145 SV 391.
  • 146 SPC 12.
  • 147 CDL 94.

27Elle est relativement bien connue ainsi surtout que ses vassaux, tout au moins en apparence. Nous possédons, nous l'avons vu143, des listes des fiefs, des coutumes, des vassaux et des services de garde et d'estage. Mais ces documents doivent être regardés avec prudence, d'abord à cause de leur datation incertaine, ensuite parce que les précisions données s'avèrent rapidement illusoires. Je commence par l'étude de l'assise foncière de la seigneurie. Ce n'est pas grâce à la liste, très incomplète, pour ne pas dire symbolique, que j'ai pu faire figurer quelques éléments de la seigneurie sur la carte, mais essentiellement grâce aux actes de la pratique : la liste des fiefs144 comprend neuf mentions mais en fait deux seulement sont clairement identifiables, toutes les autres correspondant à des lieux-dits dont certains n'existent plus ou sont au contraire trop courants. La seigneurie s'étirait de Sablé au Sud- Ouest à Savigné au Nord-Est en suivant les vallées de la Sarthe et de l'Huisne avec quelques lieux en écharpe sur la bordure méridionale de cet ensemble peu compact mais assez homogène. Par la relative étendue géographique de leur assise, les seigneurs de La Suze disposaient ainsi de possibilités accrues de contrôle féodal et d'influence dans le comté. Mais hormis le cas de Sablé, nous remarquons que les fiefs ne s'éloignent jamais beaucoup de la cité comtale qu'ils enserrent par l'Est et le Sud. L'influence comtale devait freiner toute velléité d'autonomie. Du reste, les seigneurs de La Suze disposaient d'au moins un fief au Mans. Le point d'ancrage, La Suze, était un site de contrôle de la route conduisant du Mans à Sablé et du pont jeté sur la Sarthe que celle-là franchissait dès le dernier tiers du xie siècle145. Le château existait vers 1050146. En fait, la position revêtait surtout un avantage économique avec la levée du péage147 car de l'Anjou au Mans il existait d'autres routes qui ne traversaient pas la Sarthe. De ce point de vue, le contrôle des points de passage du Loir était autrement plus décisif.

Le lignage et les alliances matrimoniales

  • 148 SPC 12.
  • 149 SPCO 5.
  • 150 LA 113 et 179.
  • 151 SV 392.
  • 152 LA 180 et SV 392.
  • 153 SAA 318 et 322, MM 9 Sablé, SV 137, 233, 564, 778, SPC 24.
  • 154 LA 180.
  • 155 SV 137 ; CDL 94.
  • 156 SV 137.

28Une fois encore, la poussée documentaire conditionne étroitement notre connaissance. Nous ne savons quasiment rien sur la première moitié du xie siècle, peu sur le début du xiie et rien ensuite. Renaud de La Suze qui apparaît à partir de 1050 était fils de Dreux de La Suze dont il prit la succession148. Il avait deux frères : Dreux, qui était chanoine de Saint- Pierre-de-la-Cour149, et Herbert qui succéda à son frère sans doute après 1078. Ils avaient un oncle, Gradulphe, chanoine de Saint-Julien150 qui prit l'habit au prieuré de Saint-Vincent à Noyen151. Ce faisant, Gradulphe donna à l'abbaye des terres qu'il tenait de ses neveux Renaud de La Suze et Herbert, la notice détaillant les parts respectives relevant de l'un et de l'autre. Il y eut donc un partage lors de la dévolution successorale sans qu'on sache quel type de répartition fut réalisé. Seul Renaud reçoit la mention « de La Suze » tandis que son frère n'est appelé que par son nom ; d'autre part Renaud eut une épouse, nommée Mulier et un fils, Dreux, qui s'associèrent au consentement seigneurial. Par contre, Herbert était peut-être encore célibataire, sinon femme et enfants éventuels auraient sans doute été appelés à donner leur confirmation. La femme de Renaud, Mulier, l'avait épousé en secondes noces car elle avait deux fils de son (ou de ses) précédent(s) mariage(s), Raoul et Guillaume152. Malheureusement, j'ignore avec qui elle fut mariée et qui étaient ses parents. Finalement Renaud mourut sans héritier direct, aussi la seigneurie fut-elle dévolue à son frère Herbert que nous voyons affecté du titre de « La Suze »153. La succession a dû s'effectuer avant 1080. Dreux le chanoine était peut-être mort avant 1076 ; en effet, entre 1067 et 1076, Renaud restitua l'église de Savigné mais le consentement parental ne mentionnait pas Dreux alors qu'Herbert fut cité ainsi que le fils de Renaud154. Herbert épousa Eremburge, dont j'ignore l'origine, de qui il eut au moins deux enfants : un fils, Milon, qui ne lui succéda pas, et une fille, Hersende, qu'il maria à l'héritier de la châtellenie de Sablé, Robert Vestrul155. Lisiard de Sablé, leur fils et successeur de Robert, hérita, nous l'avons vu, de la seigneurie. Hersende mourut avant 1102 au château de La Suze156 où les moines de Saint-Vincent requirent son consentement aux transactions sur les terres de Champagné. Ces terres constituaient-elles son douaire ? Cet unique cas d'alliance connu met en relation deux lignages de rang proche, voisins géographiquement et ayant une situation de nature identique dans la vallée de la Sarthe.

  • 157 SV 392.
  • 158 SV 778.
  • 159 SPC 12.

29Les seigneurs de La Suze, proches du Mans, conduisirent plusieurs des membres du lignage à embrasser la carrière canoniale. La conversion de Gradulphe, oncle de Renaud et d'Herbert, rappelle que l'état monastique paraissait aux chanoines infiniment plus propice à assurer leur salut que l'état canonial157. Le fait que les biens qu'il donna aient été tenus de ses propres neveux signale qu'il était vraisemblablement frère de leur père Dreux de La Suze. Un de ses neveux, Dreux, était lui-même chanoine, mais au chapitre de Saint-Pierre- de-la-Cour. L'appartenance à des chapitres ancrés dans la cité épiscopale-comtale n'est pas sans rapport avec la localisation des biens du lignage : trois maisons situées rue Héraud au Mans faisaient partie du fief de La Suze158. Je trouve peu de mentions de donations mais plutôt des confirmations. Il est du coup difficile d'esquisser un tableau des établissements religieux préférentiels car il n'en ressort pas : Saint-Pierre-de-la-Couture, Saint-Vincent, Saint-Julien et Marmoutier à Sablé ont été bénéficiaires sans qu'une hiérarchie ou une évolution puissent être décelés compte tenu de la faiblesse des occurrences documentaires. Nous avons simplement affaire aux établissements attendus du fait de l'assise foncière de la seigneurie. La fondation du prieuré de Roézé par un des vassaux de Renaud, Lon, déclencha par contagion une salve de donations de la part des propres vassaux de Lon et de celle du seigneur, Renaud, qui offrit l'église Saint-Julien située dans le château avec les droits qui y étaient attachés tout en confirmant les donations de ses vassaux. Le comte du Maine ne fut pas en reste : il fit donation d'un bois159. Importance du geste de fondation : il avait valeur d'exemple et les moines se chargeaient d'en assurer la publicité. Un seigneur ou un vassal agissait rarement à la suite d'une réflexion individuelle. Son comportement religieux se modelait sur celui de ses pairs et si les grands étaient les initiateurs les plus fréquents, une importante aumône d'un vassal était susceptible de déclencher la leur.

Les seigneurs de la Suze

Les seigneurs de la Suze

Les lignages de Sourches

Deux lignages

  • 160 SV 481.
  • 161 SPC 27.
  • 162 Marigné, selon Ledru : Hugues de Marigné serait le frère de Bouchard de Sourches selon l'auteur qu (...)
  • 163 SPC 14.
  • 164 SPC 14 et 32. Renaud était consanguineus de Patri 1er (SPC 14). Par contre je n'ai pas de certitud (...)
  • 165 SPC 91.
  • 166 A. LEDRU et DUC des CARS, Le château..., p. 2.
  • 167 SPC 27, 32, 91.
  • 168 SPC 19.
  • 169 SV 485.
  • 170 La localisation à Tennie proposée par Ledru est sans fondement (Le château..., p. 3).
  • 171 E. VALLÉE, R. LATOUCHE, Dictionnaire..., p. 874.
  • 172 Pour ce dernier, deux lieux dans le Haut-Maine, à Moncé-en-Saosnois (Ct Marolles-les-Braults, arr. (...)

30Je vois apparaître ce groupe au milieu du xie siècle ; deux lignages se distinguent. Le premier pour lequel j'aperçois trois générations, Bouchard de Sourches avec ses deux fils, Hamelin et le cadet Hugues qui prit la succession à la mort de son père alors qu'il était encore enfant160, et Patri, fils d'Hugues161. L'autre se suit du milieu du xie siècle à la seconde moitié du xiie. Le père du premier seigneur connu est Hugues de Matrinniacus162. Son fils, Patri de Sourches, seigneur, se fit moine à la Couture163 ; il eut trois fils164 mais j'ignore lequel lui succéda. Ensuite, nous passons sans parvenir à faire le lien à Payen de Sourches, dominus du château de Brûlon en 1167, père de Patri et d'Hugues165. Les indications fournies ne permettent pas d'offrir de certitude pour le tableau généalogique proposé, mais il est cohérent avec tous les renseignements obtenus. La question de l'origine des deux lignées est aussi un facteur d'incertitude. Les auteurs du « Château de Sourches » penchent pour l'origine commune, mais leur position n'est pas solidement étayée166. Je dispose d'arguments allant dans des directions opposées. En faveur d'une origine commune, l'existence de possessions à Saint-Mars-sous-Ballon167 ainsi que la distribution voisine des fiefs et possessions : Beaufay à proximité de Saint-Mars-sous-Ballon, Champagné tout près de Saint-Mars-la- Brière. Inversement, en faveur d'origines différentes le fait qu'il y eut probablement deux lieux appelés Sourches mais le seul attesté par les traces archéologiques est le château de Sourches, dans la commune actuelle de Saint-Symphorien. Il était très certainement le point d'ancrage de la lignée Patri/Payen dans la mesure où je vois Patri de Sourches donner à La Couture des biens géographiquement groupés, à Bernay, à Sourches et dans la forêt de la Charnie168. Un acte laisse clairement supposer l'existence d'un autre lieu de même nom, point d'ancrage du lignage de Bouchard : près de Cadurcias Bucchardi169, ce qui n'aide nullement à identifier cette seconde localisation170. La toponymie actuelle fournit un lieu-dit dans la commune de Mayet171, mais aucun des actes concernant cette lignée ne s'y rapporte. Ma préférence va en faveur de l'existence de deux branches distinctes car le fait de disposer de biens dans une même paroisse n'est pas un argument assez fort lorsqu'il est unique. Les mentions de fiefs et possessions de la lignée Bouchard/Hugues étant très limitées, je m'intéresse surtout à celle des Patri/Payen. Une relative dispersion géographique apparaît au premier abord, toutefois quelques lignes de force se dessinent : autour du point d'ancrage, en Champagne, dans la vallée de l'Huisne puis au nord de celle- ci. Nous verrons que, manifestement, la famille de Sourches a fait tomber dans son patrimoine, par le biais des héritages, des biens qui n'étaient pas les siens au milieu du xie siècle. Au milieu du xiie siècle, lorsque Payen de Sourches fonda l'abbaye de Tironneau, il était qualifié de seigneur de Saint-Aignan et de Clinchamp172.

Assise foncière des sourches

Assise foncière des sourches

Les seigneurs de Sourches

Les seigneurs de Sourches

Au xiie siècle, les Sourches sont héritiers de Brûlon et de Malicorne

  • 173 SPC 91.
  • 174 SAA 851.
  • 175 SPC 15.

31Payen de Sourches disposait en 1167 du château de Brûlon avec les dîmes, cens et les autres redevances du château ainsi que de l'église. Il en céda tous les droits à l'abbaye de la Couture, soupçonné qu'il était d'avoir tué un moine, quoiqu'il s'en défendît173. Plus tard, son fils Patri confirma au prieuré de Saint-Aubin d'Angers les dîmes de Malicorne octroyées par son père. L'accord précise « totius castelli et castellanie »174. Ainsi la châtellenie de Malicorne était déjà sous le gouvernement de Payen de Sourches. Si nous ne savons pas quand ni à l'occasion de quelle alliance matrimoniale ces deux seigneuries sont venues aux mains des Sourches, la possession conjointe de Brûlon et de Malicorne est concordante avec le fait que Gaudin III de Malicorne épousa l'héritière de Brûlon175. Quant aux sires de Malicorne, nous les perdons de vue dès le début du xiie siècle, ce qui s'accorde également avec une transmission successorale par une héritière. Au milieu du xiie siècle, les Sourches étaient par conséquent une des plus puissantes familles baronales du Maine grâce, mais peut-être pas seulement, à la captation de deux importants héritages, alors qu'au xie siècle rien ne témoigne en faveur d'une grande envergure.

Les seigneurs de Doucelles

  • 176 SV 576.
  • 177 SV 608, 626, 823.
  • 178 SV 535, 576.

32Généreux donateurs de l'abbaye Saint-Vincent où l'un d'eux se fit moine, c'est surtout grâce à la documentation de cet établissement que nous les connaissons. Leur seigneurie paraît dispersée, mais une fois faite la part des lacunes de la documentation et des réserves sur le type de biens donnés (réserves moins valables qu'ailleurs pour ce qui est des biens patrimoniaux), il est remarquable de constater qu'ils sont détenteurs d'un château à Saint- Calais-du-Désert en 1098 alors que leur point d'ancrage éponyme est tout proche de Beaumont, foyer du lignage vicomtal176, où les sources ne font nullement mention de château. Ils reconnaissaient pour seigneurs les vicomtes du Maine et les seigneurs de Bellême, ainsi que Geoffroy de Mayenne pour Le Ham177. Leur puissance, toute relative, se lit à la qualité de leurs donations : Entre autres, ils fondèrent les prieurés de Doucelles et de Saint- Calais-du-Désert avec un bourg dans ce dernier lieu178. On pourrait dire qu'ils appartiennent à la classe des fondateurs de prieurés.

Lignage de Doucelles, fin du xie siècle

Lignage de Doucelles, fin du xie siècle

Parenté et alliances

  • 179 SV 536.
  • 180 Guillaume, Robert, Hervé, Albert, Raoul, Emeline et Godehilde (SV 535, 549, 536, 115, 626, CVI 7, (...)
  • 181 SV 540.
  • 182 SV 823.
  • 183 SV 751, LC 61.
  • 184 LC 308, 309, 310, 313, 182, 307, 53, 321.

33Le premier seigneur connu est Hervé de Doucelle179, mais c'est son fils homonyme qui est le plus souvent cité avec ses enfants180. Les épouses ne sont malheureusement pas connues. Guillaume 1er succéda à Hervé et fut suivi par son fils homonyme181. Il fut marié à une femme peut-être originaire du Bas-Maine qui lui apporta en dot l'église du Ham182. Après Guillaume II, nous ne percevons la parenté qu'avec des pointillés. Hervé III de Doucelles est mentionné au milieu du xiie siècle183 sans possibilité de le rattacher plus précisément. Au début du xiiie siècle, Guillaume et Philippe de Doucelles, tous deux qualifiés de « milites », furent héritiers de Gautier Le Boigne, descendant évident des Le Boisne du xie siècle mais sans qu'aucun lien ne puisse être formellement établi. Tandis que le premier vidima et confirma les donations faites par son « prédécesseur », le second se mit en devoir de les contester mais perdit les deux procès que les moines lui intentèrent184. Je les présume frères d'une part et héritiers de Gautier Le Boigne par leur mère d'autre part, mais je ne peux aller au-delà des hypothèses. Par contre, la succession des noms Hervé et Guillaume jusqu'au xiiie siècle permet d'admettre que nous avons affaire au même lignage.

Lignage de Doucelles

Lignage de Doucelles

Des relations quasiment exclusives avec Saint- Vincent

  • 185 « considérans labentis evi deceptiones, meorum quoque peccaminum enormitatem perpendens » (SV 535)(...)
  • 186 SV 576.
  • 187 SV 823.
  • 188 SV 825.
  • 189 Entendons de la paroisse de Doucelles, quoique le terme « paroisse » n'apparaisse pas dans ce cas (...)
  • 190 SV 536.
  • 191 SV 538.

34Les limites de l'envergure de ce lignage châtelain se lisent, comme chez le précédent, à l'interface limitée qu'il présente avec les établissements religieux ; toutes ses donations furent destinées à la seule abbaye Saint-Vincent ; Hervé II confirma seulement une donation à Marmoutier en tant que seigneur. Sa générosité, qui se manifesta à la fin de sa vie comme en témoignent invocations et préambules des actes de fondation du prieuré de Doucelles et de la donation de la potestas de Saint-Longis, trouvait un ressort puissant dans l'angoisse liée au sentiment de culpabilité185 dont le rappel n'était nullement formel à cette époque, comme nous allons le voir. Son fils Guillaume hérita de la piété de son père ; il fut le fondateur du prieuré de Saint-Calais-du-Désert dans le Bas-Maine ainsi que d'un bourg186. Lors de la sépulture de son épouse l'abbaye reçut également l'église du Ham qui avait composé le douaire de celle-ci. Comme la contrepartie spirituelle de ce don consistait en mille messes dites pour son salut187 le donateur établissait ainsi lui-même un lien entre l'origine des biens offerts et leur bénéficiaire. Guillaume 1er finit par prendre l'habit à Saint-Vincent188. Voici donc un père et son fils emplis de piété. Leur comportement marquait en fait un tournant avec celui de la génération précédente, tournant qui correspondait simplement à la mutation dite grégorienne de l'Église, comme le montre le devenir des revenus de l'autel de Doucelles. L'évêque du Mans Avesgaud en avait été le détenteur ; ceux-ci étant devenus vacants (apertum), c'est-à-dire sans desservant à qui les attribuer, Avesgaud les donna à Gautier Siccabot, dont tout laisse penser qu'il était un laïc. Ce dernier les tint longtemps, jusqu'à ce que Gautier proposât à Hervé 1er de Doucelles qu'il lui achetât sa part des revenus de l'église. Hervé accepta pour six livres. L'évêque Gervais confirma cette vente et, précise la notice, donna à Hervé les coutumes de toutes les églises189. Plus tard, Hervé offrit à Saint-Vincent l'intégralité de l'église de Doucelles190. Encore que, le fractionnement des droits et biens étant extrême, nous disposons d'un nouvel exemple d'abus de cette notion de totalité : les revenus de l'autel furent en fait disputés aux moines par Foulques de Montfaucon (un des gendres d'Hugues de Gennes), vers 1080191. Cette circulation en mains laïques de biens d'Église fut tout simplement favorisée par l'évêque en personne, mais cela se passait avant 1055 et la phase des transferts d'églises en faveur d'établissements religieux n'avait pas encore vraiment commencé. Au-delà de cette constatation générale, le cadeau de Gervais à Hervé est probablement la manifestation d'une fidélité du second envers le premier qui n'est sûrement pas sans rapport avec la reconnaissance de la vassalité de Guillaume de Doucelle envers le seigneur de Bellême pour les terres de Saint-Longis.

  • 192 LC 313.

35La fidélité du lignage envers Saint-Vincent ne se démentit pas bien que les donations, au moins visibles, se soient taries au xiie siècle, pour eux comme pour d'autres. Tandis que son frère putatif Philippe cherchait chicane aux moines pour l'héritage de Gautier Le Boigne, Guillaume III renouvela la tradition de la donation, mais ses aumônes étaient d'une bien moindre ampleur et avaient surtout pour objet d'obtenir vingt livres destinées à partir en pélerinage192 ; au moins, le motif était-il religieux.

Les seigneurs de La Milesse

Seigneurs de La Milesse

Seigneurs de La Milesse

La seigneurie

  • 193 SV 72.
  • 194 A. LEDRU, Répertoire..., p. 192.

36Elle est bien groupée entre Le Mans, La Milesse, La Chapelle-Saint-Aubin, Neuville et Saint-Pavace. Le château de La Milesse est signalé dès la seconde moitié du xie siècle193 ; il ne reste plus actuellement de trace de son emplacement qui correspondait peut-être à celui du château dont, selon A. Ledru, on voyait encore les vestiges en 1775 à cent mètres à l'ouest de l'église194. Le territoire, proche du Mans, permettait de contrôler l'embranchement des deux routes dont l'une relie la capitale du comté à la Normandie vers Alençon et l'autre se dirige vers Mayenne et le Mont Saint-Michel.

  • 195 Actus, p. 354.
  • 196 SV 11 ; Actus, p. 277.
  • 197 SV 303, 304, 322, 336 ; LA 182.
  • 198 SV 306 ; supra, p. 98.
  • 199 LC 325.
  • 200 Actus, p. 120 et 285.
  • 201 Actus, p. 420.
  • 202 BUSSON et LEDRU, Nécrologe-obituaire..., p. 277-278.
  • 203 G. LOUISE, La seigneurie..., t. 1, p. 238-239.
  • 204 SV 35.

37Les terres de cette seigneurie proviennent pour une part des domaines donnés par l'évêque Sigefroy à son fils Aubri195. Il s'agit des terres de Sarcé et de Coulongé enlevées à l'abbaye Saint-Vincent, totalement excentrées par rapport au noyau, et de la villula de Maule avec l'église Saint-Aubin prises au chapitre Saint-Julien. Les premières appartenaient à l'abbaye par donation de l'évêque Domnole et Maule fut assignée à la prébende canoniale par l'évêque Francon (733-816)196. Nous avons vu comment ces biens furent partiellement restitués par le fils d'Aubri, Herbert de La Milesse, à l'instigation de l'évêque Gervais197 puis par Aubri II198. Parmi les terres constituant la seigneurie de La Milesse il faut mentionner Neuville199 qui appartint à l'église du Mans puis qui tomba en mains laïques avant le ixe siècle200 ; l'église fut rendue, sans doute grâce aux soins de l'évêque Hildebert (1096- 1125) qui en confirma la donation en faveur du chapitre201 qu'avait faite Aubri III202. Pratiquement tous les lieux cités étaient déjà mentionnés dans les Actus carolingiens ou dans les Gesta Aldrici. G. Louise a pu ainsi établir deux cartes dont la comparaison est éloquente : elles indiquent que le lignage s'est constitué largement à partir de domaines ecclésiastiques mais aussi que les restitutions ne concernent qu'une partie d'entre eux203. En fait, ne peut- on pas en dire autant de la plupart des terres laïques au xie siècle ? Une partie des biens formant la seigneurie de La Milesse étaient devenus laïques à l'époque carolingienne, bien avant que Sigefroy n'opérât ses propres ponctions. En effet, la précision des mentions des dépossessions réalisées par cet évêque et leur coïncidence avec les restitutions ultérieures laisse penser que les terres non rendues n'appartenaient déjà plus à l'Église au temps de Sigefroy. En outre, les imbrications complexes de possessions font que la coïncidence toponymique n'est pas obligatoirement synonyme de transmission du même bien de l'ancien possesseur carolingien à celui du xie siècle. Car nous sommes à proximité du Mans, dans une aire où les possessions épiscopales étaient particulièrement denses et concernaient donc un grand nombre de toponymes. Il y a donc beaucoup de chances de les retrouver comme fiefs et possessions des seigneurs sans qu'il y ait pour autant identification parfaite des biens fonciers ou des droits. Un exemple parmi d'autres nous montre qu'à Coulaines, lieu d'un domaine épiscopal important, c'est l'abbaye Saint-Vincent et non le chapitre Saint-Julien qui avait reçu des dîmes par donation d'un de ses moines, Hélinand, dîmes qui relevaient d'Herbert de La Milesse204.

Les sires de La Milesse

  • 205 Actus, p. 354.
  • 206 SV 303 ; LA 182.
  • 207 « peccaminum meorum enormitatem considerans » ; « pro mei ipsius propriique genitoris nec non et a (...)
  • 208 Yves, Robert, Aubri (LA 182).
  • 209 SV 35, 84, 303, LA 182.
  • 210 SV 408.
  • 211 BN latin 5443 fol. 113 et latin 12677 fol. 185 ; SJT 43 et 44 dans L.J. Denis (Chartes...).
  • 212 LATOUCHE, Histoire..., p. 44.
  • 213 SV 306.
  • 214 LA 113.
  • 215 LA 182.
  • 216 Aubri, l'aîné, Hugues, Agnès et Oravia (SV 72).
  • 217 Hélie sans douce, quoiqu'aucune autre mention par ailleurs ne permette d'identifier ses parents.
  • 218 SV 95.
  • 219 SJT 51 bis (P. 211).
  • 220 L'éditeur la situe à la fin du xie siècle.

38Le fils de Sigefroy, Aubri, peut être identifié sans aucun doute possible comme le père d'Herbert de La Milesse qui restitua à Saint-Vincent et au chapitre Saint-Julien les biens jadis donnés à son père par son aïeul. Les Actus énoncent les biens enlevés et leur dévolution au fils de l'évêque nommé Aubri205. Ce sont ces mêmes biens qu'Herbert rendit à Saint- Vincent et au chapitre Saint-Julien206 ; il affirme dans le préambule de l'acte de Saint-Vincent les motifs de son geste : « considérant l'énormité de mes péchés » et plus loin : « pour le salut de mon âme, de celles de mes père et mère et de tous mes autres parents »207. La faute était de posséder des biens d'Église et le désir de sauver l'âme des parents (sur qui n'avait pas pesé le sentiment de culpabilité) fait allusion à leur responsabilité. Aucun document n'atteste formellement ce lien de parenté mais, aux solides présomptions établies par la confrontation des documents, ajoutons que le choix du nom « Aubri » attribué à un fils de chaque génération permet d'ancrer la conviction. Le fils d'Aubri 1er, Herbert, eut plusieurs frères et sœurs mais nous ne connaissons que les hommes208. Herbert mourut dans les années soixante du xie siècle sans qu'il soit possible de préciser davantage car les notices le mentionnant ne peuvent être datées que par des fourchettes209. Son frère Aubri lui succéda comme seigneur de La Milesse : nous le voyons témoin au temps de l'évêque Arnaud (1067-1081)210. Surtout, nous voyons Aubri de La Milesse confirmer les donations de son frère Herbert à l'abbaye Saint-Julien de Tours211, le même acte mentionnant son épouse Adèle et son fils Aubri. L'acte est connu par deux copies de la fin du xixe siècle offrant quelques variantes, et la date qu'elles indiquent doit être rectifiée. Elles mentionnent le 11 novembre 1091 et signalent l'approbation du comte Hélie alors que celui-ci ne reçut le comté qu'en juillet 1092212. Probablement faut-il décaler d'un an, donc dater l'acte du 11 novembre 1092. Une année et demie auparavant, le 2 mars 1091, Aubri avait abandonné à l'abbaye Saint-Vincent les biens qu'il détenait encore à Sarcé ; cette cession était approuvée par son frère Renaud, clerc213 dont nous savons par ailleurs qu'il était effectivement chanoine de Saint-Julien214 ; il faut donc ajouter ce clerc à la liste des frères d'Herbert où il n'était pas mentionné dans l'acte du chapitre Saint-Julien215. L'arbre généalogique se complète avec une notice datée de l'époque de l'abbé de Saint-Vincent Ranoux (1080- v. 1103) qui nous apprend quels furent les enfants d'Aubri216. Deux documents permettent d'affiner ces renseignements. L'un est une notice de Saint-Vincent datée de la fin du xie siècle à cause d'un des témoins, le chanoine Hilgot. Nous y voyons un dénommé Rai- nard, neveu du comte217, et sa femme Adèle, mère d'Aubri enfant de La Milesse218. L'autre document est une notice de Saint-Julien de Tours présentant Aubri, infans, comme premier témoin d'une transaction à La Milesse en faveur de l'abbaye219. À cette place et dans ce contexte cela ne peut être que l'héritier de la seigneurie. Cette notice n'est pas non plus datée220. Il y a ici une difficulté qu'il faut lever : d'une part Aubri, frère d'Herbert, était encore vivant le 11 novembre 1092 et il eut de son vivant quatre enfants. D'autre part, son fils aîné homonyme était encore enfant après sa mort. II mourut donc peu après novembre 1092 et sa veuve fut remariée assez rapidement. Cela oblige à admettre que les quatre enfants d'Aubri s'étaient succédé dans des intervalles rapprochés, ce qui est parfaitement plausible. Comme Aubri II vivait déjà entre 1036 et 1055, au temps de l'évêque Gervais, cela signifie qu'il eut ses enfants tardivement. Ceci concorde avec l'apparition tardive de son épouse, Adèle, dans la documentation (1092) ; d'autre part Aubri II n'étant que le quatrième fils d'Aubri 1er, nous pouvons reconstituer facilement ce que fut son sort : il resta longtemps sans être marié et ne le fut qu'afin d'assurer la continuité du lignage. Adèle était jeune lorsqu'elle l'épousa car, à peine veuve, elle fut immédiatement remariée. Comme elle avait eu quatre enfants en peu de temps, sa fécondité était éprouvée : elle était un excellent parti et il ne fallait pas faire traîner les choses.

Les seigneurs de La Milesse

Les seigneurs de La Milesse
  • 221 G. Louise (La seigneurie..., t. 1, p. 236) a proposé une autre construction généalogique en faisan (...)
  • 222 SV 103.
  • 223 G. Louise, La seigneurie..., t. 1, p. 236.
  • 224 G. DUBY, « Les "jeunes"... », La société chevaleresque, p. 130.
  • 225 SV 805.

39L'hypothèse que je propose est la seule qui soit en accord avec tous les documents disponibles221. Le douzième siècle est comme toujours mal éclairé pour ce comté ; Aubri III eut au moins deux fils, Aubri IV et Geoffroy222 dont le premier est sans doute le père d'Hamelin de La Milesse qui est fréquemment mentionné à la fin du xiie siècle et au début du xiiie. À la différence de G. Louise, je suis sceptique quant à l'hypothèse qu'il propose du rattachement de Richard, un jeune de La Milesse (quidam juvenis de Miletia), et de son frère Guy dont il fait les frères d'Aubri IV223. Dans la notice, le « jeune », c'est-à-dire le chevalier considéré à un stade de son existence compris entre l'adoubement et la paternité selon la définition proposée par G. Duby224, dispute à l'abbaye Saint-Vincent la donation d'une terre par un sien cousin, Ernoul, moine. Un accord fut trouvé en la cour d'Aubri de La Milesse, dont dépendait la terre en question225. Mais, alors que le rédacteur mentionne les liens qui unissaient Richard à Guy et à Ernoul, il n'aurait rien dit de leur parenté avec Aubri. Je pense qu'il est abusif de l'imaginer. Dès le début du xiie siècle, des personnages furent fréquemment qualifiés par le lieu d'où ils étaient issus sans pour cela appartenir au lignage seigneurial sis dans cette localité.

Les relations des sires de La Milesse

  • 226 SVI 2 et 3.
  • 227 SV 84.
  • 228 LA 181.
  • 229 G. Louise, La seigneurie..., t. 1, p. 241 et n. 348.

40C'est certainement Aubri 1er que l'on voit dans l'entourage du comte Hugues III (992- 1015) à deux reprises226. Herbert fut nommé « de La Milesse » à partir du milieu du xie siècle227 ; il s'ensuit qu'avant cela son identification reste conjecturale. Il est sûrement mentionné dans un acte du 19 juin 1028 émané de l'évêque Avesgaud228 ; la liste des souscripteurs porte les signa respectifs d'Herbert et d'Aubri, sans qualificatif ni mention de parenté. G. Louise estime qu'Aubri serait un fils d'Herbert229 ; en effet, on imagine mal la mention de son frère cadet Aubri car celui-ci n'était que le quatrième fils d'Aubri 1er dans l'ordre des naissances. Si l'identification d'Herbert avec le seigneur de La Milesse est probable dans un acte émané d'Avesgaud, celle d'Aubri est délicate puisque l'acte ne mentionne pas la relation de parenté (en général, les listes de souscripteurs le font) ; d'autre part, il faut se souvenir qu'Herbert est mort sans héritier direct et qu'aucun acte ne lui a jamais attribué de fils. Mais il est bien plus important de se demander comment ce lignage installé aux portes de la cité comtale s'est comporté avec celui de Bellême. Ici les lacunes sont trop considérables et renvoient aux incertitudes quant à la parenté de Sigefroy, qui n'était sans doute qu'un affin des Bellême. Nous ne disposons absolument d'aucune indication sur l'attitude des sires de La Milesse durant les guerres qui opposèrent le comte Herbert Eveille-Chien et l'évêque Avesgaud. D'une façon générale, hors la souscription décrite plus haut, la documentation ne laisse voir aucune relation avec le lignage de Bellême. En effet, lorsque Gervais incita Herbert à restituer les biens de Sarcé et de Coulongé, c'était l'héritier de Château-du-Loir autant que l'évêque qui intervenait plutôt que le parent des Bellême par sa mère ; on se souvient d'ailleurs que, en difficulté face à Geoffroy Martel, il ne chercha pas de secours de ce côté. Nous sommes de la même façon dans l'ignorance totale du rôle joué par les sires de La Milesse dans les conflits qui concernent la région. Le château de La Milesse ne joua de toute manière aucun rôle important ; sa modestie dans le domaine militaire (avait-il même un tel rôle ?) était à l'aune de celle de ses maîtres. Enfin, rien ne peut être dit des alliances matrimoniales puisque les deux épouses connues ne sont pas identifiées.

Les relations avec les établissements ecclésiastiques

  • 230 SV 50, 60, 306.

41Les relations avec le chapitre Saint-Julien et avec l'abbaye Saint-Vincent ressortent le plus fréquemment de la documentation. Au premier le lignage a donné un des siens, Renaud, chanoine, qui a confirmé plusieurs actes avec son frère Aubri230. Toujours mentionné comme clerc, il a été voué jeune à l'état canonial ; cet exemple, opposé aux vocations tardives à la vie monastique, offre une image de la nature du recrutement des chapitres de chanoines non réformés. Renaud provenait d'un lignage aristocratique de rang châtelain qui néanmoins ne se satisfaisait pas de cette relation privilégiée. Le lignage souhaitait aussi s'adjoindre les faveurs d'une autre communauté de prières qui fût monastique ; mais quant à vouer un de ses membres à l'Église, elle préférait un chapitre qui avait déjà compté des parents : Renaud avait eu un grand-père, Sigefroy, et un cousin de son père, Avesgaud, évêques du Mans. Une continuité était donc établie, qu'il est impossible de généraliser à d'autres lignages faute de pouvoir identifier la parenté de la plupart des chanoines mentionnés dans la documentation, mais que l'on pressent néanmoins. Avec Saint-Vincent, les relations se sont prolongées tout au long du xiie siècle. Herbert obtint le beneficium loci pour la restitution des terres de Sarcé et de Coulongé ; il sut également, pour son frère et lui, monnayer cet acte pieux. D'autre part, dès le xie siècle, le lignage avait élargi ses horizons en matière d'intercesseurs spirituels. Herbert avait établi un prieuré de Saint- Julien de Tours à La Milesse en lui concédant l'église Saint-Ouen ; Aubri II en avait, après la mort de son frère, chassé les moines, puis, revenu à de meilleurs sentiments, les y avait rétablis en adjoignant les chapelles Sainte-Marie et Saint-Pierre avec leurs revenus et l'engagement de pourvoir à la subsistance du prêtre destiné à desservir celle consacrée à la Vierge. On ne peut s'empêcher de mettre en relation ce choix avec les biens de Touraine détenus par Sigefroy et son fils Hugues de Gennes. Sans qu'il soit possible d'aller au-delà de cette remarque, elle tend à confirmer que les possessions en Touraine provenaient bien du patrimoine d'Hugues de Gennes et non de celui d'Agnès, son épouse.

Les sires de Malicorne

Les sires de Malicorne

Les sires de Malicorne

La seigneurie

  • 231 SAA 329.
  • 232 SAA 331.
  • 233 TV 158 et 357.
  • 234 A. BOUTON, Le Maine..., p. 349.
  • 235 SAA 319.
  • 236 MM 4, t. 1, p. 9 ; SAA 317.
  • 237 Ct Baugé, arr. Saumur.
  • 238 TV 357.

42Le château de Malicorne est mentionné pour la première fois dans une notice de l'abbaye Saint-Aubin d'Angers qui relate successivement trois épisodes d'une même affaire dans la seconde moitié du xie siècle231. Ce château sera éponyme de la paroisse dans la seconde moitié du xiie siècle232, mais au xie on appelait encore celle-ci « Condato », en relation avec le site près duquel était construit le bourg, à la confluence de trois ruisseaux qui se jettent dans la Sarthe, sur la rive concave du méandre. Quant au château, il avait fâcheuse réputation à en croire le sens de son nom : « Male-ibi-cornaut »233, qu'A. Bouton interprète comme « le château à la porte duquel il est inutile de corner, car on y est mal reçu »234 Sans doute son seigneur avait-il franchement refusé sa protection à qui la lui demandait par temps de guerre. Il avait effectivement un rôle militaire puisqu'un vassal, Geoffroy du Traquet, y mourut lors d'une attaque-surprise235 ; sa situation dans la vallée de la Sarthe lui conférait une fonction de contrôle en même temps qu'économique. Les sires de Malicorne y levaient des droits de péage dont ils abandonnèrent des parts aux moines de Marmoutier et de Saint-Aubin236. Les possessions de la seigneurie formaient un ensemble homogène, de part et d'autre de la limite Anjou-Maine avec Arthezé au Sud mais il faut ajouter des biens situés plus loin en Anjou qui pour cette raison n'apparaissent pas sur la carte, à Cheviré et à Montpollin237 ; biens dont Gaudin III se défit par une donation à l'abbaye de la Trinité de Vendôme lors de la prise d'habit de son fils aîné Garin en 1097238.

Le lignage et les alliances laïques

  • 239 SAA 327.
  • 240 Quelque temps après avoir été fait prisonnier par Geoffroy de Mayenne, il fut mortellement blessé (...)

43Le plus ancien sire connu, Gaudin le Vieux, était contemporain d'Haimon de Château-du-Loir, mais aussi de l'évêque Gervais et de Geoffroy Martel239. Son fils, Gaudin II, avait lui aussi un fils nommé Gaudin. Le problème des dates de succession est surtout posé pour Gaudin II. J'ignore quand est mort Gaudin le Vieux, mais il n'a pas dû vivre très longtemps dans la seconde moitié du xie siècle. En revanche nous savons où et comment est mort Gaudin II, mais pas quand240.

Les sires de Malicorne

Les sires de Malicorne

Les seigneurs de Brûlon

Les seigneurs de Brûlon
  • 241 SAA 317, 327.
  • 242 SAA 317, SV 350.
  • 243 BM ms 91 bis. Les autres confirmations qui sont celles des seigneurs de Gaudin prennent place avan (...)
  • 244 SPC 15, SV 419.
  • 245 SPC 18.
  • 246 SV 538.

44Nous connaissons quatre enfants à Gaudin le Vieux ; deux garçons furent mariés ainsi que sa fille dont nous ignorons le nom241. Je ne connais pas l'origine des épouses respectives des deux premiers Gaudin, Agnès et Basilie242 ; par contre Mabille, épouse de Gaudin III, semble bien avoir été fille de Geoffroy de Brûlon car ce dernier fit approuver la fondation du prieuré de la Couture à Brûlon par Gaudin et par Mabille, les deux étant associés243. Les sires de Brûlon étaient châtelains244 mais, si leur château était construit sur un oppidum, la vallée qu'il surplombait n'était que celle de la Vègre ; sa position était par conséquent tout à fait secondaire, plus médiocre en tout cas que celle du château de Malicorne. Avec le lignage de Brûlon, nous tenons un fil qu'il faut tirer. Geoffroy de Brûlon était lui-même allié à celui de Montfaucon par son mariage avec une des filles de Foulques 1er. En effet, lorsque le fils homonyme de Geoffroy fut tué accidentellement par Patri de Sourches245, l'oncle du défunt, Eudes de Montfaucon, fut réconcilié avec le meurtrier par l'évêque du Mans. Eudes ne pouvait être que l'oncle maternel. Parmi les témoins se trouvait Foulques fils de Foulques de Montfaucon, frère d'Eudes246. On se souvient que Foulques (il s'agit ici de Foulques II) était gendre d'Hugues de Gennes. Malicorne, Brûlon, Montfaucon, Gennes : quatre lignages de la « classe moyenne » des châtelains, tous apparentés.

  • 247 SV 352.
  • 248 SAA 318, MM 4 p. 9, SPC 35.
  • 249 SPC 91, SAA 851.
  • 250 SPC 14.

45Nous ne pouvons guère suivre ces relations au xiie siècle. Ni à partir de la branche cadette représentée par Hugues de Malicorne qui maria sa fille, Ameline Domète, à Foulques de Bouère247, ni à partir de la branche aînée car nos renseignements ne vont pas plus loin : Gaudin III eut cinq enfants connus dont j'ignore le devenir248. La lignée alliée de Brûlon ne se laisse pas davantage suivre mais nous avons vu que, dans la seconde moitié du xiie siècle, le seigneur de Brûlon et de Malicorne était Patri de Sourches249, sans qu'il soit possible de soupçonner la teneur exacte des relations antérieures entre Sourches et Malicorne-Brûlon ; mais à l'évidence, les seigneurs de Sourches avaient un rapport avec le groupe précédemment défini : les éléments du puzzle se limitent à des biens détenus à Lavaré et à Gennes par Patri 1er de Sourches et son cousin, le prêtre Renaud, quand Hugues de Gennes et Foulques de Montfaucon, celui-ci allié à Brûlon, en avaient aussi250. Ceci n'implique pas des biens communs mais rend improbable la simple coïncidence.

Trois lignages apparentés : Riboul, Juillé, La Guierche

46L'apparentement et la proximité géographique de ces trois groupes justifient leur rapprochement. Leur position sur l'échelle sociale n'est cependant pas tout à fait équivalente : le premier est supérieur aux deux autres aussi bien en termes de richesse foncière visible que d'influence sociale ; le troisième ne disposait peut-être pas de château avant le xiie siècle mais ne paraît pas inférieur au second pour le reste.

Les Riboul : une famille de la cité comtale-épiscopale

  • 251 CAR 11.
  • 252 SV 307 et 252.
  • 253 SV 265.
  • 254 SPCO 12, SAA 853, BUSSON et LEDRU, Nécrologe-obituaire..., p. 342, SV 17 ; Foulques Riboul, sa fem (...)
  • 255 SPCO 6.

47Si les Riboul détenaient des biens dans différentes parties du comté, leur foyer semble avoir été Le Mans. Hubert 1er Riboul, qualifié de dominus251, possédait une maison à l'intérieur de la cité, maison où se tenaient des sessions de la cour comtale qu'il présidait252 ; parfois aussi Gervais II de Château-du-Loir y tenait-il ce rôle253. Hubert ainsi que ses neveux Guillaume et Normand possédaient au Mans des biens directement et détenaient la seigneurie éminente sur d'autres254. Guillaume Riboul y reçut un terrain de la part du chapitre de Saint-Pierre-de-la-Cour après la donation de Guillaume le Conquérant aux chanoines255.

  • 256 CAR 11.
  • 257 CAR 1.
  • 258 CAR 8.
  • 259 SPC 23.

48Une seconde zone se dessine de part et d'autre de la limite nord de la Champagne man- celle à l'ouest de Beaumont. Mais Assé-le-Riboul ne doit son nom aux Riboul qu'à partir de Foulques 1er fils d'Hubert. Son fils, Hubert II, portait le titre de seigneur d'Assé vers 1150256. La seigneurie lui venait de sa mère, Béatrice, fille de Guillaume d'Assé, seigneur châtelain à la fin du xie siècle. Il donna en 1097 l'église d'Assé au prieuré Saint-Nicolas d'Angers257. Il la possédait « non sans péché », lui fait dire le rédacteur qui voulait mentionner ainsi une « restitution » effectuée dans la foulée de l'appel à la croisade d'Urbain II. Le château est mentionné à cette occasion. En 1125, Foulques Riboul, qui avait désormais la possession (potestas) de l'église d'Assé, confirma avec son épouse Béatrice la donation de Guillaume d'Assé et céda lui aussi au prieuré des redevances dues à l'église en échange du patronage258. Toutefois, Hubert 1er détenait également des biens près d'Assé car dans le même acte Foulques abandonne aux hommes des moines le pasnage tant sur le fief d'Assé que dans celui du père de Foulques. Hubert détenait en effet l'église Saint-Corneille de Tennie et des biens dans la Champagne mancelle259. Cette région était donc avec Le Mans une base importante des Riboul.

  • 260 SV 494.
  • 261 LC 36 et 94.

49Les femmes contribuèrent à leur fortune car c'est également par son épouse, Hildearde, que Guillaume Riboul obtint l'église et le presbytère de Piacé. Son beau-père, Guiterne de Juillé, les avait donnés en dot avec sa fille260. Une troisième zone, peu compacte, se dégage au sud-est du Mans sur la route menant à la vallée du Loir jusqu'au sud du Loir. Geoffroy Riboul, fils d'Hubert II Riboul, était seigneur de Courcillon en 1219261.

Assise foncière des Riboul

Assise foncière des Riboul

Deux lignages ?

  • 262 Nous ne savons tien des parents d'Hubert 1er Riboul et pas davantage de ceux de Gersent, son épous (...)
  • 263 Normand avait pour sœur Béatrice (SV 73).
  • 264 SPC 23, SV 252, 652.
  • 265 SV 252, 257, 260, 266, 271.
  • 266 SAA 853.
  • 267 Pour la branche Hubert : l'église Saint-Corneille de Tennie, des dîmes et des bois en Champagne ma (...)
  • 268 SV 96 et 494.
  • 269 SV 20 et 72.

50Les Riboul n'apparaissent qu'à la fin du xie siècle ; en revanche leur destinée se suit bien au début du xiie et moins bien à la fin. Hubert Riboul262 avait trois neveux, Normand263, Guillaume et Geoffroy. J'ignore s'ils étaient frères. Comme deux d'entre eux portent le nom de Riboul (Normand et Guillaume), j'admets qu'ils avaient pour père un frère d'Hubert Riboul, qui n'est jamais mentionné. Mais quelques éléments corroborent ce raisonnement : en premier lieu, Normand et Guillaume avaient pour oncle Hubert Riboul, de même que Geoffroy, mentions contenues dans des actes différents sans qu'ils soient dits explicitement frères264 ; ensuite, nous voyons Normand Riboul et Hubert Riboul (puis Gersent après sa mort) disputer des terres et des revenus à Courdemanche où Hubert possédait des dîmes dont sa veuve fera don à l'abbaye Saint-Vincent265. Au Mans, Guillaume Riboul et la veuve d'Hubert donnèrent chacun la moitié de l'église Saint-Pierre-l'Enterré à l'abbaye Saint- Aubin d'Angers266. Ces possessions communes soulignent un ascendant commun à l'oncle et à ses neveux qui serait le père du premier et grand-père des seconds. C'est dire que les trois aires de l'assise foncière des Riboul étaient déjà constituées au temps du père d'Hubert, soit au moins au milieu du xie siècle. Ceci nous montre aussi, bien que nous soyons dans l'ignorance des parts respectives des héritiers, qu'il y eut un partage. Un examen attentif de la nature des biens donnés par chacune des deux branches supposées révèle que ceux provenant de la branche Hubert sont plus nettement plus importants en nombre et en qualité : Hubert était par conséquent vraisemblablement l'aîné267. Guillaume Riboul a épousé Hildearde, fille de Guiterne de Juillé et d'Hameline268 tandis que son frère supposé, Normand Riboul, épousait Adèle dont j'ignore l'origine et dont il eut un fils, Geoffroy269. Je ne parviens pas à suivre davantage cette branche. Par contre, nous pouvons nous intéresser aux parents par alliance.

Un lignage de petits seigneurs : Juillé

  • 270 SV 502.
  • 271 SV 504.
  • 272 SV 517.
  • 273 A. LEDRU, Répertoire..., p. 108 ; J.-R. PESCHE, Dictionnaire.... t. 2, p. 572. Les Actus carolingi (...)
  • 274 SV 511.
  • 275 CVI 120.

51La seigneurie de Juillé était très compacte ; compacité originelle encore renforcée par le fait que les localisations les plus occidentales provenaient de l'héritage de Gautier Le Boisne, beau-père de Guiterne de Juillé270 ; de la même façon, la localisation la plus orientale provenait de la dot de Julienne, épouse d'Hugues de Juillé271. Le point d'ancrage est immédiatement voisin de la zone nord des Riboul avec lesquels une alliance matrimoniale a été réalisée. Les Juillé disposaient de la seigneurie châtelaine : nous voyons en effet Robert 1er de Juillé et ses fils tenir une cour de justice272. En l'absence de fouilles archéologiques, il est impossible de connaître la date d'érection du château ancien de Juillé construit sur un monument gallo-romain à base heptagonale, aujourd'hui effondré273. Par ailleurs, Robert 1er de Juillé était « dominus »274 et Hugues II de Juillé était qualifié de « nobilis vir » vers 1125275.

Lignage de Juillé

Lignage de Juillé
  • 276 SV 502, CVI 120.
  • 277 Saint-Léonard, Assé-le-Boisne, la forêt de Pail, Gesvres.
  • 278 SV 500 et 626.
  • 279 SV 502.
  • 280 SV 502.

52Les Juillé ont disposé à la fin du xie siècle du patrimoine issu des Le Boisne. Robert 1er de Juillé hérita en effet des biens de ses grands-parents maternels Gautier Le Boisne 1er et Lisoie. Ceux-ci avaient eu un fils, Gervais le Boisne, qui était mort vers 1097276. Leur fille, Hameline, épousa Guiterne de Juillé, lui transmettant ainsi les biens patrimoniaux situés plus à l'Ouest par rapport à l'assise des Juillé277. Guiterne de Juillé, fils d'Eudes, prit l'habit à l'abbaye Saint-Vincent entre 1085 et 1095278. Dès ce moment, ses fils disposèrent de la seigneurie et firent des donations aux moines. Nous connaissons quatre enfants de Guiterne et d'Hameline : Robert, l'aîné, Hugues, le second ; Hubert fut, comme son père, voué à la vie monastique, à la différence que ce ne fut pas une vocation d'adulte, et j'ignore si cela fut une vocation tout court. Il mourut avant 1097279. Enfin, Hildearde fut mariée à Guillaume Riboul qui obtint en dot l'église de Piacé ainsi qu'une vigne280. Le mariage dut avoir lieu après la prise d'habit de Guiterne car c'est Robert 1er qui dota sa sœur : il agit conséquemment en tant que chef de la seigneurie. Les deux alliances matrimoniales connues ont en commun d'avoir été réalisées avec un lignage situé dans l'immédiate proximité géographique. L'alliance Le Boisne-Juillé paraît isogamique si l'on s'en tient - on ne peut procéder autrement ici - au critère de la richesse foncière apparente. Cependant, la réunion de ces deux seigneuries à la génération de Robert 1er accrut la fortune foncière des Juillé, ce qui explique sans doute l'alliance Juillé-Riboul : ces derniers paraissent en effet s'être situés à un niveau plus élevé sur l'échelle sociale ; mais Guillaume Riboul appartenait à la branche cadette, d'une part, et peut-être était-il lui-même un cadet. Autrement dit au prix de toutes ces données l'hypogamie apparente de l'alliance matrimoniale était-elle corrigée.

Les seigneurs de juillé

Les seigneurs de juillé
  • 281 .Nous ignorons l'origine des épouses successives de Robert 1er, Vigolent puis Adeliz (SV 502).
  • 282 SV 517.
  • 283 SV 502, 518.
  • 284 SV 505, 544, 506.
  • 285 Assé-le-Boisne, la forêt de Pail (LC 308, 309, 310, 53, 321).
  • 286 CVI 120.
  • 287 En revanche, il est impossible de choisir entre cinq autres possibilités ; Robert II pouvait avoi (...)
  • 288 LC 65 et 123.
  • 289 Cependant il pourrait aussi avoir été fils de Foulques, frère cadet de Robert II (SAA 337).

53Robert 1er281 eut quatre fils : Gautier le Boisne II, l'aîné, qui confirma lors de la mort de son père les biens obtenus par Saint-Vincent282, ainsi que Guillaume, Hugues et Robert283. Du côté de la branche cadette, le fils homonyme d'Hugues 1er de Juillé partit à la croisade, mais j'ignore s'il revint. Son père mourut durant son absence, aussi son frère cadet Eudes fut-il sollicité par les moines afin de confirmer les donations faites par son père à l'abbaye Saint-Vincent284. Au milieu du xiie siècle, Robert II de Juillé était le successeur de la lignée, mais ici un doute subsiste car le nom de son père n'est pas mentionné. Il pourrait donc aussi bien être descendant de la branche aînée que de la branche cadette. En faveur de la branche aînée plaide le choix du nom, qui serait celui de son grand-père, alors que dans la branche cadette nous ne voyons aucun personnage ainsi nommé. Mais inversement le fils aîné de Robert 1er, Gautier II, a repris le surnom de son arrière grand-père, « Le Boisne » ; or nous voyons apparaître au début du xiiie siècle Gautier Le Boigne, possible descendant de Gautier II ; la géographie des possessions rend le rapprochement très plausible285. Par ailleurs un petit-fils de Guiterne appelé Hugues de Juillé, « homme noble », confirma à l'abbaye de Marmoutier les dons effectués par Guiterne et les fils de ce dernier Robert et Hugues286. Ce personnage, que j'appelle Hugues II de Juillé, pouvait donc avoir été aussi bien le fils d'Hugues et de Julienne (donc neveu de Robert 1er), comme avoir été le fils de Robert 1er, puisque celui-ci avait également eu un fils appelé Hugues. En tout cas tout laisse penser que la lignée « de Juillé » fut différente, au xiie siècle, d'une lignée Le Boisne ou Le Boigne, dans la mesure où au xiiie ces deux dénominations coexistaient. C'est pourquoi j'écarte l'hypothèse selon laquelle Robert II serait fils de Gautier II Le Boisne287. À la fin du xiie siècle, Hugues III de Juillé était le seigneur de Juillé mais la documentation ne fournit d'indications que sur ses fils, Eudes II, l'aîné, et Robert, pas sur ses parents288 ; je le rattache, hypothèse la plus probable, à Robert II de Juillé289.

Les seigneurs de La Guierche

  • 290 Le point sur la question a été fait par Jean-Claude Meuret qui récapitule les différents arguments (...)
  • 291 SPC 193. L'acte mentionne la conclusion d'un conflit qui opposait Herbert de La Guierche aux relig (...)
  • 292 LC 109.
  • 293 SV 292.

54Autre lignage apparenté aux Riboul, il se relie également à celui d'Assé et à une ascendance connue par son dernier représentant, Guillaume de Vernie. La géographie situe les biens possédés par les seigneurs de La Guierche entre les deux principales zones de possessions des Riboul. La signification du toponyme reste incertaine. Il serait étymologiquement issu du francique « werki » dont le sens serait « fortification ». De fait, l'étude d'ensemble des toponymes en « Guerche » ou « La Guerche », répandus de la Bretagne aux régions de la Loire, amène à de bonnes présomptions pour qu'on ait eu affaire à une fonction militaire, peut-être d'époque carolingienne290. En tout cas la première mention de château se trouve seulement dans un acte de 1208 dans lequel son existence est attestée à la fin du xiie siècle au moins291. On ne voit par ailleurs dans aucun document au xie ou au début du xiie siècle de mention sur les coutumes, la vicaria ou témoignant de l'existence d'une cour châtelaine. Les seigneurs de La Guierche ne seront pas appelés « dominus » avant la seconde moitié du xiie siècle. Une fois faite la part des aléas documentaires, je dirais qu'il est possible que ces seigneurs n'aient pas détenu la seigneurie châtelaine au xie siècle mais que leur niveau social me paraît proche de celui des Juillé, sinon équivalent, comme le suggère l'ensemble de la documentation. Le cœur de la seigneurie, La Guierche, se situe à douze kilomètres au nord de la cité comtale à vol d'oiseau sur la route qui menait à Beaumont puis à la Normandie. Ce n'était nullement un point fort stratégique : ceux-ci se situaient un peu plus au Nord, je l'ai dit, avec les châteaux de Ballon et de Beaumont. Par contre, les seigneurs de La Guierche tiraient profit vers la fin du xiie siècle d'un péage292. Le nom même « La Guierche » ne figure pas dans la localisation des biens donnés ou pour lesquels le consentement seigneurial à une aliénation fut octroyé (on ne donnait pas les biens de la réserve). L'aire géographique se présente comme un ensemble assez homogène, presque exclusivement localisé sur la rive gauche de la Sarthe, à l'exception des possessions issues de Geoffroy d'Assé, le tout presque entièrement au nord du Mans, sauf Villaines-sous-Lucé dont l'aliénation des biens est probablement en rapport avec sa situation excentrée293.

Possessions et fiefs des Guierche

Possessions et fiefs des Guierche

Les seigneurs de La Guierche

Les seigneurs de La Guierche

Groupes de parenté : Vernie, Assé, Le Boisne, Riboul, La Guierche, Juillé

Groupes de parenté : Vernie, Assé, Le Boisne, Riboul, La Guierche, Juillé
  • 294 SV 120, SJT 18.
  • 295 SV 115.
  • 296 Ibidem.
  • 297 Il était vivant au temps de l'évêque Arnaud qui fut confirmé en 1067 (SV 115) alors qu'en 1068 au (...)
  • 298 SV 292. Il associa ses neveux au bénéfice spirituel d'une donation sans mentionner d'enfant propre
  • 299 CAR 4 ; supra p. 128.
  • 300 SV 115. Voir la généalogie des Fréteval dans D. Barthélemy, La société..., p. 805.
  • 301 SV 297.
  • 302 Parmi les nombreux toponymes « les Roches » dans le Maine, celui de l'actuelle commune de Saint-Sa (...)
  • 303 Il fut marié à Alice, dont j'ignore l'origine ; celle-ci, veuve, sera donnée à Harnon Leclerc (LC (...)
  • 304 LC 56 ; A. CHÉDEVILLE, Liber controversiarum..., p. 119, n. 1.

55Le premier personnage qui apparaît est Jean de La Guierche, entre 1035 et 1047294. Quoiqu'il ait eu plusieurs frères295, seul Gonhier de Souligné est connu et mentionné, Jean pratiquait la polygamie. Il eut deux épouses légitimes, successivement Guiburge puis Emma, et au moins une illégitime, Normanna, dont il eut un fils, Roger296. Celui-ci est cité parmi ses frères qui approuvent la donation de l'église de Saint-Corneille à l'abbaye Saint- Vincent. Jean mourut certainement en 1067 ou en 1068297. Son frère, Gonhier, marié à Domète dont j'ignore l'origine, n'eut pas d'héritier298. L'aîné des fils de Jean, Herbert de La Guierche, fut marié à Julienne, fille de Geoffroy d'Assé et héritière de son grand-père maternel Guillaume de Vernie. C'est à l'occasion de ce mariage qu'un contrat léonin en faveur du beau-père d'Herbert fut passé299. Je connais également les époux de deux des trois filles de Jean de La Guierche. Agnès, sans doute l'aînée car première nommée, épousa Salomon de Fréteval, fils d'Eudes le Roux300. Une des deux autres, Eremburge ou Guiburge, épousa Petit des Roches dont elle eut un fils, Herbert301. À la différence de la précédente, cette alliance était locale302. Je ne connais qu'un fils à Herbert de La Guierche, nommmé Jean comme son grand-père paternel. Herbert II de La Guierche303 n'est pas mentionné avant la fin du xiie siècle, où il mourut probablement vers 1098304 ; en l'absence de toute mention on admettra comme plausible qu'il était fils de Jean II, en particulier à cause de l'alternance des noms des aînés. Les alliances matrimoniales connues sont donc isogamiques et les conjointes furent choisies dans une parenté géographiquement proche, avec une exception, Agnès, qui entra dans un lignage du bas-Vendômois.

56Au total, six groupes de parenté à peu près équivalents sur l'échelle sociale et aux caractéristiques proches du point de vue de la surface sociale et foncière furent alliés. J'ai regroupé dans un arbre simplifié les alliances de ces six groupes qui sont : celui de Vernie (qui disparaîtra), celui d'Assé, qui est uni à la fois aux Riboul, aux Vernie et aux Guierche, ceux des Riboul, des Juillé et des Le Boisne. Tous représentent une aristocratie moyenne, située au-dessous des grands barons dont la puissance était voisine de celle des comtes du Maine (j'exclus bien entendu les comtes d'Anjou et les ducs de Normandie). Ils disposaient de fidèles impossibles à dénombrer précisément mais qui, d'après les listes de témoins, devaient dépasser la dizaine et sans doute aller jusqu'à vingt ou trente.

Des vassaux du comte du Maine

57Qu'ils l'aient été ne peut étonner compte tenu de leur position géographique. Mais la vassalité comtale dans la zone mancelle s'accompagna aussi pour les seigneurs de La Guierche de la soumission vassalique à l'évêque ; quant aux Juillé, la documentation est muette à cet égard.

  • 305 Supra, p. 195.
  • 306 SAA 354.
  • 307 SV 72.
  • 308 SPC 152.

58Nous avons vu que des plaids comtaux se déroulaient dans la maison mancelle d'Hubert Riboul305. Celui-ci était donc directement vassal du comte du Maine. Nous connaissons par ailleurs d'autres seigneurs aux Riboul : d'abord Rotrou de Montfort pour Baigneux ; la notice qui l'indique306 ne précise pas quel Riboul est concerné, ce qui doit laisser penser qu'il y en eut plus d'un : ceci confirme les conclusions sur le partage successoral. Ensuite Normand Riboul tenait la terre d'Aillandes à Saint-Pavace près du Mans d'Aubri de La Milesse307 et Foulques II Riboul en 1189 tenait le cimetière de Tennie de Guillaume de Sillé308. En dépit de ce nombre, il est probable que le tableau est incomplet ; la documentation ne laisse entrevoir que des bribes. Par exemple, seulement cinq vassaux sont cités, ce qui est dérisoire.

  • 309 E. VALLÉE, R. LATOUCHE, Dictionnaire..., p. XVI.
  • 310 SV 251.
  • 311 SV 5.
  • 312 SV 116.
  • 313 LATOUCHE, Histoire.... p. 25.

59Les seigneurs de La Guierche étaient vassaux de l'évêque du Mans : ce lieu faisait partie de la Quinte de la cité309 dans laquelle les possessions épiscopales étaient importantes. Tous ceux qui tenaient du fief épiscopal (casamento episcopi) devaient être inhumés au cimetière de l'abbaye Saint-Vincent. Ceci fut rappelé vers 1071 par un jugement de Geoffroy de Mayenne rendu dans la chambre épiscopale car l'abbaye avait protesté à la suite de l'inhumation à la Couture d'un des fils de Jean de La Guierche, Hubert, qui avait été tué. Saint- Vincent, où étaient inhumés les évêques du Mans, bénéficiait effectivement du droit de sépulture sur les vassaux de ces derniers310. Mais les seigneurs de La Guierche comptaient également parmi les vassaux du comte du Maine ; Herbert 1er de La Guierche était un fidèle du comte Hélie de La Flèche311. Nous voyons parmi les vassaux d'Herbert Robert de Sour- don qui tenait de lui l'église de Saint-Mars-sous-Ballon vers 1067-1068312. Ce nom est connu dans l'entourage du comte du Maine où il a donné lieu à un épisode tragique et localement célèbre. Environ trente-cinq années plus tôt, entre 1031 et 1034, nous trouvons un Gautier de Sourdon parmi les fidèles du comte Herbert Eveille-Chien. Celui-ci avait emprisonné Robert de Bellême au château de Ballon à la suite d'une expédition malheureuse de Robert. Deux ans plus tard, ce dernier fut délivré par ses barons qui chassèrent le comte Herbert mais pendirent leurs prisonniers, dont Gautier de Sourdon et deux de ses fils. Cependant Gautier avait d'autres fils à Ballon qui le vengèrent en tranchant à coups de hache la tête de Robert de Bellême313.

Les Juillé et la place de desservant

  • 314 SV 502.
  • 315 LC 304.
  • 316 SAA 337.

60L'étroitesse de leur assise et la moindre ampleur de leurs ambitions en termes de patrimoine religieux sont les critères les plus visibles pour évaluer leur envergure. Saint- Vincent fut le seul établissement mentionné. Les Le Boisne eurent des relations avec la Couture qui ne furent pas suivies après la dévolution de leur seigneurie aux héritiers de Guiterne de Juillé314 lequel, on s'en souvient, prit l'habit à Saint-Vincent. Le flot des donations se tarissant au xiie siècle, il faut attendre le début du xiiie315 pour voir de nouveau une donation de la part d'Eudes II de Juillé à cette abbaye ; mention unique qui a tout de même l'avantage de montrer la fidélité du lignage alors qu'une telle attitude était nettement moins fréquente aux rangs plus élevés. Ceci ne peut s'expliquer seulement par la relative modestie de l'aire d'influence des Juillé, car ils tenaient des biens à Saint-Léonard où était implantée l'abbaye Saint-Aubin d'Angers, à laquelle Robert II confirma une donation de l'un de ses vassaux316. Il s'agit d'un choix que le conflit qui opposa l'abbaye à Hugues III à propos du patronage des églises de Juillé et de Piacé ne remit pas en cause. Voilà l'affaire.

  • 317 LC 65.
  • 318 LC67.
  • 319 LC 119 et 123.
  • 320 LC 353.
  • 321 Cependant le service paroissial devait être assuré par un séculier, comme cela se passait en Anjou (...)

61En 1186-1187, l'évêque du Mans, Guillaume de Passavant, décida d'attribuer le patronage de l'église de Juillé à l'abbaye Saint-Vincent après une décision du cardinal-légat Octavien. Hugues III de Juillé voulait y nommer son fils et percevoir les revenus de l'église. Le jugement signalait que le fils était trop jeune317. Hugues refusa de reconnaître cette décision, dans un premier temps, ce qui lui coûta l'excommunication ; il dut céder, en 1188318. Quelques années plus tard, entre 1201 et 1216, sans doute lors d'une nouvelle vacance, il manifesta la même exigence et dut encourir le même châtiment pour renoncer à sa prétention319. Vers la même époque, le prêtre de Piacé, Payen, étant mort, Hugues prétendit une nouvelle fois, en vain, au patronage320. Le premier enseignement de ces épisodes est que, environ un siècle après les donations à Saint-Vincent des églises de Piacé et de Juillé, le seigneur descendant des donateurs revendiquait toujours le patronage. Comme les donations d'églises n'étaient jamais totales, sa détention permettait aux familles de conserver une position. Il est probable que les Juillé l'avaient conservé lors des premières donations. Le second enseignement est un témoignage de la lente mais sûre reconquête des pouvoirs dans les paroisses et des revenus par l'Église. Ici nous assistons à un cas assez fréquent dans le Maine d'attribution du patronage par les évêques aux établissements monastiques bénédictins321. Le troisième et le plus intéressant des enseignements porte sur la stratégie de carrière ecclésiastique du lignage de Juillé. Les redevances liées à l'église paroissiale constituaient un élément important de pouvoir et de revenu. Nous disposons ici de l'une des caractéristiques de cette aristocratie moyenne de petits châtelains qui plaçait, ou cherchait à le faire, ses fils dans les églises de paroisse, alors qu'au niveau supérieur on briguait plutôt le canonicat.

  • 322 C'était un phénomène général dans la France moyenne de cette époque (M. BOURIN et P. CHAREILLE, Ge (...)
  • 323 LC 293, 281 ; ADS H 1313. En Anjou, J. Avril estime que les chanoines desservaient personnellement (...)
  • 324 Sut le bas clergé dans le Maine aux xiie et xiiie siècles, une étude de Catherine Vincent (« Les c (...)

62Au-delà de cet exemple, il faut s'interroger sur le recrutement des prêtres de paroisse ; interrogation difficile. Non qu'ils n'apparaissent pas dans mon corpus, mais plus de 80 % d'entre eux portaient un nom unique322 ; les autres portaient plus souvent un lieu d'origine comme surnom plutôt qu'un sobriquet personnel ou transformé en patronyme. Il est par conséquent impossible d'identifier le plus grand nombre. Dès lors, comment savoir leur origine sociale ? Toutes les églises de paroisse se valaient-elles ? Le cas des Juillé est un hapax dans la documentation mais était-il une exception dans la réalité ? Il existe en revanche plusieurs exemples de chanoines qui détenaient une telle église323 ; ceci laisse entendre que la population des prêtres desservants n'était sûrement pas homogène324.

Notes

1 N. BULST, « Zum Gegenstand... »

2 CVI 4, p. 219.

3 CAB 1.

4 ORDERIC VITAL, The ecclesiastical..., ed. CHIBNALL, vol. Il, livre III, p. 118.

5 Ibidem, livre VII, vol. IV, p. 48.

6 R. LATOUCHE, Histoire..., p. 127 n.4.

7 Actus, p. 343.

8 Ibidem, p. 350.

9 Ainsi, le premier vicomte attesté étant le frère de Mainard, le second, sur lequel nous disposons de quelques renseignements supplémentaires (entre autres son nom et sa qualité associés) est dénommé Raoul II. Il eut pour épouses successivement Godeheut et Guidenor (SVI 1, SFS 3). Leurs enfants furent Yves, archidiacre, Raoul III qui succéda à son père, Geoffroy à qui le comte du Maine inféoda le château de Sablé, Hubert et Eudes (SPC 4 et 8 ; SFS 3). Les enfants de Raoul III furent Raoul IV et Geoffroy (SV 36 et 546). Raoul IV épousa en premières noces Emma dont il eut Hubert, futur vicomte, Raoul Payen, Haberge, Tiphaine et Godeheut ; ces deux dernières devinrent moniales au Ronceray d'Angers (CVI 2 et 10 ; R. LATOUCHE, Histoire..., p. 130 et n. 5 ; A. ANGOT, généalogie...). Il épousa en secondes noces Cana, dont il eut un fils, Savary (SV 115 et 428, CMM 2 Vivoin). Le successeur de Raoul IV, Hubert, fut marié à Ermengarde de Nevers dont il eut Raoul, Hubert, Guillaume, Denis et Godehilde, laquelle devint la première abbesse d'Etival (SAA 823, SV 36 et 626). Raoul V eut pour enfants Roscelin, Raoul, futur évêque d'Angers et Gervais (CVI 120, SAA 338). Roscelin épousa Constance qui lui donna Richard, Guillaume et Constance (SAA 336, A. ANGOT, généalogie...). Richard, vicomte, épousa Lucie de Laigle dont il eut Raoul (LC 329, A. ANGOT, ibidem).

10 MM IV Sablé, 25 février 1076 ; SPC 8, 1006-1015 (ampliation du 30 mars 1073).

11 SAA 85.

12 TV 16.

13 MM 1 Torcé, vers 1080.

14 SAA 356.

15 LA 118.

16 LC 113.

17 LA 19.

18 LA 16.

19 Sur Bourg-le-Roi, voir l'étude de G. Louise (« Dernières fondations... », p. 457-461).

20 J. BOUSSARD, « Philippe Auguste... », p. 277-281, D. PICHOT, Le Bas-Maine..., p. 293, ANGOT, Généalogies féodales..., p. 12 et suivantes.

21 SVI 1, SFS 3.

22 Il aurait été marié à Aujeart selon E. Laurain (Cartulaire..., t. 2, p. 355, n. 1) qui s'appuyait d'une part sur R. Latouche, lequel ne dit rien à ce sujet, d'autre part sur l'abbé Angot qui, en réalité, mariait Raoul à Hildegarde ; ce dernier auteur donnait aussi à cette dernière une bru du nom de Godeheut alors que les épouses successives de Raoul IV furent Emma et Cana (Généalogies féodales..., p. 20) : en vérité, la documentation est simplement muette.

23 SPC 8.

24 RA 391 ; D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 306 ; O. GUILLOT, Le comte..., t. 1, p. 228, n. 124.

25 O. GUILLOT, ibidem, p. 234-235.

26 Ibid., p. 234-236.

27 S. FANNING, A Bishop..., p. 42.

28 Sur Hubert d'Angers et sur les avis opposés d'O. Guillot et de S. Fanning à son sujet, voit D. Barthélemy, La société..., p. 306-309.

29 S. FANNING, ibidem, p. 29.

30 CDL 49.

31 CAB 1.

32 Il cite (A Bishop..., p. 30) les « Gesta Ambaziencium dominorum... » dans la « Chronique des comtes d'Anjou » d'Halphen et Poupardin (p. 76), mais R. Latouche pour les mêmes références et sur ce mariage considère ces Gesta comme fabuleux pour cette époque en se référant également à Halphen (Histoire..., p. 128, n. 6).

33 L'aureur procède par suppositions dont il a tendance à faire ensuite des informations : par exemple p. 30 où il estime qu'une union matrimoniale aurait dû avoir lieu entre Le Mans et Vendôme vers 985 ; il affirme ensuite que la naissance du futur évêque Hubert vers 980/985 coincide avec cette information. Dans la même page, une hypothèse est devenue une information.

34 Geoffroy, frère de Raoul IV, épousa Avoise, fille d'Hugues de Braiteau qui lui transmit la seigneurie car elle était l'unique héritière. Hubert, fils de Raoul IV, épousa Ermengarde de Nevers (PROU, Recueil des actes de Philippe 1er, p. 134 n° 50, cité par ANGOT, Généalogies féodales..., p. 47 et suivantes) et Raoul V une sœur de Guy de Laval (SV 626). Son fils, Roscelin, fut marié en secondes noces à Constance, bâtarde du roi d'Angleterre Henri 1er (SAA 336), mais en premier mariage il avait eu une fille du seigneur de Crépon près de Caen (ANGOT, Généalogies féodales..., p. 12 et suivantes). Richard 1er épousa Lucie de Laigle, fille du baron Richer II de Laigle et de Beatrix (ibidem).

35 SVI 1.

36 CAB 1,12 octobre 997. Nous avons vu dans le premier chapitre pourquoi il est impossible de suivre l'analyse de K. S. B. Keats-Rohan au sujet d'une hypothétique relation de parenté entre la lignée comtale et le fondateur de l'Abbayette (« Two studies... ») ; supra, p.26 n. 52.

37 G. Louise fait le point de la question et des hypothèses (La seigneurie..., t. 1, p. 233-235).

38 G. LOUISE, ibidem, p. 170 à 173. Dans ce tableau, l'auteur a interverti les épouses de Raoul IV.

39 ibid., t. 2, p. 145.

40 Gervais, le futur évêque, était né le 2 février 1007 (Annales de Reims, MGH, t. XIII, p. 82) ; il succéda à son père Haimon au plus tard en 1039 car il souscrivit sans son père une remise de coutumes accordée par Guy de Laval en faveur du chapitre Saint-Julien (Bibliothèque de l'École des Chartes, t. XXXI, p. 205, cité par O. Guillot, Le comte..., t. 1, p. 457). Il était aussi fils d'Hildeburge, sœur de l'évêque Avesgaud et fille d’Yves de Bellême et de Godehilde (LA 177). N'ayant pas de descendance directe, il transmit l'honor de Château-du-Loir à son neveu homonyme, Gervais II, lequel était fils de Robert et d'Élisabeth (MM 2 Château-du-Loir) ; nous ne connaissons pas l'origine de cette dernière. La mort de Gervais II de Château-du-Loir est fixée par Vallée (Cartulaire..., p. VIII) autour de 1095 ; en fait, il n'existe pas d'élément précis justifiant cette date. II a épousé Aremburge en premières noces puis Garsende qui lui survécut. Sa mère Élisabeth survécut elle-même de peu à Aremburge (SV 325, CDL 66). Gervais II n'ayant pas de fils, c'est sa fille Mathilde, née de son premier mariage avec Aremburge qui transmit la seigneurie h son époux le comte du Maine Hélie de La Flèche (CDL 64 ; MM 10 Château-du-Loir). Elle mourut avant le 27 mars 1099 (MM 11 Château-du-Loir), laissant une héritière à laquelle fut donné le nom de sa grand-mère maternelle, Aremburge, qui épousera le comte d'Anjou Foulques V, faisant passer ainsi la seigneurie avec le comté du Maine dans les mains angevines.

41 CDL 22.

42 À dix kilomètres à l'est de Laval.

43 SAA 328.

44 À neuf kilomètres au sud d'Argentré.

45 CDL 51.

46 CDL 16, 18.

47 G. LOUISE, La seigneurie..., t. 2, p. 128-129.

48 SAA 327 et 328.

49 CDL 63.

50 LA 177.

51 SVI 4.

52 « jus in honore caslelli Lid per donum quod inde factum fuerat sibi et patri suo a majoribus suis » (MM 5 Château-du- Loir).

53 SV 314.

54 A. CHÉDEVILLE, Chartres..., p. 257-258.

55 R. LE JAN, Famille...

56 Sur le nom d'Alluye, mêmes remarques que pour Gouet ; dans une étude consacrée à la noblesse de Blois-Chartres, A.M. Thompson ne parvient pas à retrouver les ascendants ni de Guillaume Gouet ni d'Alluye ( The nobility of Blois- Chartres : Family and inheritance, 980-1140, thèse, Université d'État du Michigan, 1992, p. 610).

57 MM 12 Château-du-Loir.

58 MM 14 Château-du-Loir.

59 MM 4 et 5 Sablé ; SPC 8 et R. LATOUCHE, le comté..., p. 141, pour la datation de cet acte.

60 MM 4 Sablé.

61 TV 96, cité par O. Guillot, Le comte..., C 143, t. 2, p. 107.

62 MENAGE, Histoire de Sablé, p. 329.

63 Ce que savait R. Latouche qui s'appuyait sur lui néanmoins (Histoire..., p. 62 n. 13).

64 Ibidem.

65 SPC 9.

66 MM 2 Sablé.

67 A. BERTRAND DE BROUSSILLON, La Maison..., p. 20.

68 MM 3 Sablé.

69 MM 1.

70 A. BERTRAND DE BROUSSILLON, La Maison..., p. 23 qui cite Baluze, Miscellanea, t. 3, p. 49.

71 « neptem in conjugio » (ORDERIC VITAL, Historia ecclesiastica, Ed. LE PREVOST, t. III, p. 197).

72 MM 12 Sablé.

73 A. BERTRAND DE BROUSSILLON, La Maison..., p. 21 et acte n°20 p. 36.

74 MM 13 Sablé.

75 O. GUILLOT, le comte..., t. 1, p. 335-338 ; A. BERTRAND DE BROUSSILLON, la Maison..., p. 21.

76 TV 184.

77 Citant, entre autres, Sablé et Craon, il estima que le comte assistait, inactif, à la formation de puissances redoutables pour lui (J. BOUSSARD, « Les institutions... », p. 39).

78 En 1098 le fils de Robert le Bourguignon, Geoffroy, était mort (MM 13 et 19 Sablé) ; nous lui connaissons un autre fils, Henri (MM 19 Sablé). Robert le Bourguignon eut un gendre, Renaud de Château-Gontier, mais je ne sais pas si l'épouse était Adèle ou une autre fille (MM 3 Sablé) ; ce couple eut deux fils, Renaud et Adalard (SV 366 ; O. GUILLOT, Le comte..., t. 1, p. 329, n. 223).

79 MM 13 et 14 Sablé.

80 CDL 94.

81 Ibidem. Lisiard avait un frère, Guy, et une sœur, Godehilde (MM 19 Sablé). Les renseignements deviennent plus succints à partir de cette époque, à cause de l'étiage documentaire. Nous ne connaissons qu'un fils à Lisiard, Robert II, qui lui succéda. Il était encore vivant vers 1165 (MM 23 Sablé ; LAURAIN, Cartulaire..., t. 1, p. 61, n. 1 pour la datation). Il avait épousé Hersende, dont j'ignore l'origine (SAA 79). Laurain et l'érudition locale attribuent volontiers d'autres éléments aux épouses des seigneurs de Sablé au xiie siècle ; qu'elle soit explicite ou non, leur source est Ménage (Histoire de Sablé), dont la fiabilité doit être mise en doute dès lors qu'aucun document contemporain n'étaye ses indications. Leurs deux enfants connus sont Robert III et Geoffroy qui mourut alors que son frère était devenu dominus et avait épousé Clémence (MM 23 Sablé ; SPC 108). Robert III 11e laissa qu'une héritière vivante, Marguerite de Sablé, qui transmit la seigneurie au sénéchal Guillaume des Roches, son époux, et lui donna Robert et Jeanne (MM 28 et 30 Sablé ; Laurain, Cartulaire..., t. 1, p. 60).

82 Supra, p. 44.

83 Ce dernier fut créé en 1067 avec une donation à Marmoutier (MM 2 et 14 Sablé).

84 J.-P. BRUNTERC'H, « Maine ou Anjou... »

85 SAA 165 ; SV 364.

86 MM 2 Sablé ; cne Grez-en-Bouère, arr. Château-Gontier, Mayenne.

87 Respectivement ; cne de Moncontour, arr. Châtellerault, Vienne ; arr. Châtellerault ; ct Beaufort-en-Vallée, arr. Angers (MM 2 Sablé ; SAA 376 et 381).

88 SAA 289.

89 TV 96, dans O. GUILLOT, Le comte..., t. 2, p. 107, C 143.

90 O. GUILLOT, ibidem, t. 1 p. 110.

91 Cne Sainte-Gemmes, ct Ponts-de-Cé, arr. Angers.

92 Cité par O. Guillot, ibidem, t. 2, p. 298-299.

93 SAA 289.

94 SAA 381.

95 O. GUILLOT, Le comte..., t. 1, p. 271 et n. 345.

96 SAA 165.

97 Robert détenait encore Craon le 16 juillet 1067 (TV 184), mais trois ans plus tard c'était Renaud, selon O. Guillot, ibidem, t. 1, p. 337 qui cite TV 217.

98 « in proprio castro, quod ab ipsius cognomine Mons Dublelli vocatur » (SV 180).

99 SV 186.

100 SVI 2.

101 D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 313.

102 Actus, p. 373.

103 TV 46 et 250.

104 D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 572.

105 Supra, chapitre 1.

106 TV 250.

107 SV 176.

108 SV 175, 179.

109 SV 726.

110 D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 572.

111 LC 92 (1176), 7(15 mai 1205), 326 (1218) ; voir aussi A. Chédeville, Chartres..., p. 272 n. 150.

112 TV 128.

113 SV 175.

114 D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 572.

115 SV 207, 676.

116 « propter uxorem suam episcopus Paganum de Montedublelli excommunicavit » (SV 74).

117 D. BARTHÉLEMY, ibidem.

118 SVI 11 et SV 726.

119 Pour les possessions dans le Vendômois, voir D. Barthélemy, ibidem, p. 345 et 573-574.

120 SPC 18.

121 SPC 68 et 82.

122 SV 844, LC 328.

123 SPC 91.

124 ORDERIC VITAL, The ecclesiastical..., ed. CHIBNALL, vol. IV, livre VIII, p. 154.

125 Actus, p. 385.

126 « amicitiam cum rege firmavit » (ORDERIC VITAL, ibidem, vol. V, liv. X, p. 242).

127 Ibidem.

128 Ceux de Mondoubleau devaient un service de garde et Hildebert Payen sollicitait jusqu'aux hommes de Tuffé pour défendre Mondoubleau en cas d'attaque ennemie (SV 192). La distance (plus de trente-deux kilomètres) étonnerait si on ne voyait mentionnés, lors de la donation de Tuffé à l'abbaye Saint-Vincent par Hamelin de Langeais, des fiefs de chevaliers (equitum beneficii) : ceux-ci avaient sans doute pour fonction principale la défense des moines de Tuffé mais pouvaient parfaitement se rendre à Mondoubleau (SV 175) ; cette raison n'empêche pas d'y voir le désir de maintenir, par la même occasion, une obligation militaire potentielle recognitive de l'autorité seigneuriale.

129 TV 46 et 250.

130 D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 345.

131 SV 186.

132 A. DEBORD, La société..., p. 304.

133 « bonum virum et sagaciter instructum » (SV 186).

134 Actus, p. 204 et 284.

135 SV 180.

136 L'acte (SV 175) qui le relate doit être daté entre le 15 mars 1075 et 1078 et non entre 1067 et 1074 comme l'a fait l'éditeur. Il est postérieur à la première date car Hugues Doubleau III était mort et inhumé à Saint-Vincent. Cette date est déterminée par un acte de la Trinité de Vendôme (TV 250) où l'on apprend qu'Hugues est mort sur le chemin de Rome. La seconde l'est par la fin de l'abbatiat de Renaud vers 1077-1078.

137 SV 176.

138 SV 192.

139 SV 726.

140 SV 676.

141 SV 666.

142 SV 207.

143 Supra, p. 171.

144 CDL 93, BN lat. 9067, fol. 332 v°.

145 SV 391.

146 SPC 12.

147 CDL 94.

148 SPC 12.

149 SPCO 5.

150 LA 113 et 179.

151 SV 392.

152 LA 180 et SV 392.

153 SAA 318 et 322, MM 9 Sablé, SV 137, 233, 564, 778, SPC 24.

154 LA 180.

155 SV 137 ; CDL 94.

156 SV 137.

157 SV 392.

158 SV 778.

159 SPC 12.

160 SV 481.

161 SPC 27.

162 Marigné, selon Ledru : Hugues de Marigné serait le frère de Bouchard de Sourches selon l'auteur qui donne une référence vague (Le château..., p. 2).

163 SPC 14.

164 SPC 14 et 32. Renaud était consanguineus de Patri 1er (SPC 14). Par contre je n'ai pas de certitude quant à Gonhier de Sourches qui donna à Saint-Vincent ses biens relevant de l'église d'Athenay pour le salut de ses parents ; le rédacteur de la notice précise que Bouchard de Sourches avait donné une part de cette église avec l'accord d'Hugues de Sourches (SV 483) ; je présume que Gonhier était frère de Bouchard, mais ceci n'est qu'une hypothèse.

165 SPC 91.

166 A. LEDRU et DUC des CARS, Le château..., p. 2.

167 SPC 27, 32, 91.

168 SPC 19.

169 SV 485.

170 La localisation à Tennie proposée par Ledru est sans fondement (Le château..., p. 3).

171 E. VALLÉE, R. LATOUCHE, Dictionnaire..., p. 874.

172 Pour ce dernier, deux lieux dans le Haut-Maine, à Moncé-en-Saosnois (Ct Marolles-les-Braults, arr. Mamers) et à Soulitré (Ct Montfort-le-Gesnois, arr. Le Mans), sont susceptibles de convenir du fait de leur localisation.

173 SPC 91.

174 SAA 851.

175 SPC 15.

176 SV 576.

177 SV 608, 626, 823.

178 SV 535, 576.

179 SV 536.

180 Guillaume, Robert, Hervé, Albert, Raoul, Emeline et Godehilde (SV 535, 549, 536, 115, 626, CVI 7, MM 1 Torcé).

181 SV 540.

182 SV 823.

183 SV 751, LC 61.

184 LC 308, 309, 310, 313, 182, 307, 53, 321.

185 « considérans labentis evi deceptiones, meorum quoque peccaminum enormitatem perpendens » (SV 535) et : « peccaminum mole perterritus » (SV 608).

186 SV 576.

187 SV 823.

188 SV 825.

189 Entendons de la paroisse de Doucelles, quoique le terme « paroisse » n'apparaisse pas dans ce cas avant la fin du siècle ; mais les paroisses ont existé de fait bien avant la première occurrence documentaire.

190 SV 536.

191 SV 538.

192 LC 313.

193 SV 72.

194 A. LEDRU, Répertoire..., p. 192.

195 Actus, p. 354.

196 SV 11 ; Actus, p. 277.

197 SV 303, 304, 322, 336 ; LA 182.

198 SV 306 ; supra, p. 98.

199 LC 325.

200 Actus, p. 120 et 285.

201 Actus, p. 420.

202 BUSSON et LEDRU, Nécrologe-obituaire..., p. 277-278.

203 G. LOUISE, La seigneurie..., t. 1, p. 238-239.

204 SV 35.

205 Actus, p. 354.

206 SV 303 ; LA 182.

207 « peccaminum meorum enormitatem considerans » ; « pro mei ipsius propriique genitoris nec non et aliorum omnium parentum meorum animarum salute » (SV 303).

208 Yves, Robert, Aubri (LA 182).

209 SV 35, 84, 303, LA 182.

210 SV 408.

211 BN latin 5443 fol. 113 et latin 12677 fol. 185 ; SJT 43 et 44 dans L.J. Denis (Chartes...).

212 LATOUCHE, Histoire..., p. 44.

213 SV 306.

214 LA 113.

215 LA 182.

216 Aubri, l'aîné, Hugues, Agnès et Oravia (SV 72).

217 Hélie sans douce, quoiqu'aucune autre mention par ailleurs ne permette d'identifier ses parents.

218 SV 95.

219 SJT 51 bis (P. 211).

220 L'éditeur la situe à la fin du xie siècle.

221 G. Louise (La seigneurie..., t. 1, p. 236) a proposé une autre construction généalogique en faisant d'Adèle l'épouse d'Aubri III. Ceci est en totale contradiction avec l'acte de Saint-Julien de Tours (BN latin 5443 fol. 113 et 12677 fol. 185) que l'auteur ignore et qui mentionne sans équivoque qu'Adèle était bien l'épouse du frère d'Herbert.

222 SV 103.

223 G. Louise, La seigneurie..., t. 1, p. 236.

224 G. DUBY, « Les "jeunes"... », La société chevaleresque, p. 130.

225 SV 805.

226 SVI 2 et 3.

227 SV 84.

228 LA 181.

229 G. Louise, La seigneurie..., t. 1, p. 241 et n. 348.

230 SV 50, 60, 306.

231 SAA 329.

232 SAA 331.

233 TV 158 et 357.

234 A. BOUTON, Le Maine..., p. 349.

235 SAA 319.

236 MM 4, t. 1, p. 9 ; SAA 317.

237 Ct Baugé, arr. Saumur.

238 TV 357.

239 SAA 327.

240 Quelque temps après avoir été fait prisonnier par Geoffroy de Mayenne, il fut mortellement blessé près du Mans (SAA 318). L'éditeur, A. Bertrand de Broussillon, avait daté la notice le rapportant de 1099, époque où Le Mans fut pris et repris par Hélie de La Flèche au roi d'Angleterre Guillaume le Roux. Mais E. Laurain a fait justement remarquer (E. LAURAIN, Cartulaire..., t. 1, p. 9 n. 2) que le fils homonyme du mourant était qualifié de « puer » dans la notice alors que nous le retrouvons trois ans plus tard, en 1102, qualifié de « dominus », marié et père de Garin. En réalité, il est préférable d'admettre que Gaudin II est mort en 1072, lorsque Foulques le Réchin assiègea Le Mans que Geoffroy de Mayenne tenait sous sa domination après l'échec de la Commune de 1070. Les autres faits s'accordent avec cette date. D'abord la capture de Gaudin par Geoffroy de Mayenne s'expliquerait par son opposition à celui-ci lorsqu'il fut à l'origine de la révolte de 1069, ou durant la Commune de 1070. Ensuite, nous savons que Gaudin III a fait la guerre au roi d'Angleterre (SAA 327). Il s'agit donc de Guillaume le Conquérant car vers 1083-1084 le vicomte Hubert dirigeait la révolte contre Guillaume en se défendant au château de Sainte- Suzanne. Le jeune Gaudin, douze ans après, a eu le temps de devenir adulte. S'il fallait admettre la mort de son père en 1099, lui-même aurait alors combattu le roi Henri 1er, mais on ne voit pas bien pourquoi ; au contraire, à cette époque, le comte Hélie s'alliait à Henri 1er contre le duc de Normandie Robert Courteheuse.

241 SAA 317, 327.

242 SAA 317, SV 350.

243 BM ms 91 bis. Les autres confirmations qui sont celles des seigneurs de Gaudin prennent place avant la date et la liste des témoins suivis du signum de l'évêque Arnaud ; la mention du consentement de Gaudin et de Mabille est un ajout. Quoique cet acte a très probablement été rédigé après la date qu'il indique (1068), cette mention peut être prise en compte. La date de l'acte, dont l'original a disparu, ne peut pas être acceptée à cause de l'indiction treize mentionnée au lieu de six, la bonne. En outre, il porte la confirmation de Guillaume le Conquérant avec le titre de roi d'Angleterre ; or, cette année-là, il était occupé à la conquête de l'Angleterre et ne revint dans le Maine qu'en 1073. L'acte est une confirmation par Geoffroy de Brûlon de la fondation du prieuré de l'abbaye de la Couture à Brûlon faite par son père Bouchard. S'il est évident que cet acte dont la copie nous est parvenue n'a pas été rédigé en 1068 mais plus tard, pas avant 1073 et sûrement avant 1081 (mort d'Arnaud), les mentions des personnages ayant confirmé et des témoins n'offrent pas d'autre invraisemblance que celle signalée ; le mieux est donc d'en accepter les indications.

244 SPC 15, SV 419.

245 SPC 18.

246 SV 538.

247 SV 352.

248 SAA 318, MM 4 p. 9, SPC 35.

249 SPC 91, SAA 851.

250 SPC 14.

251 CAR 11.

252 SV 307 et 252.

253 SV 265.

254 SPCO 12, SAA 853, BUSSON et LEDRU, Nécrologe-obituaire..., p. 342, SV 17 ; Foulques Riboul, sa femme Béatrice et son fils Hubert donnent l'église Saint-Pavin-des-Champs près du Mans à l'abbaye d'Evron (AD Mayenne H 204, p. 80-81) ; Y. Hillion a justement rectifié la date de 1064 proposée par le copiste du xviie siècle ; la donation a certainement eu lieu sous l'épiscopat de Guy, entre 1126 et 1133 (Le chartrier..., t. 1, p. 133).

255 SPCO 6.

256 CAR 11.

257 CAR 1.

258 CAR 8.

259 SPC 23.

260 SV 494.

261 LC 36 et 94.

262 Nous ne savons tien des parents d'Hubert 1er Riboul et pas davantage de ceux de Gersent, son épouse. Le fils aîné d'Hubert, Hubert le Jeune, mourut probablement à la même époque que son père, avant 1102 (SV 266) ; Foulques 1er fut marié à Béatrice, fille de Guillaume d'Assé et de Sicilia (CAR 1 et 8) ; le frère de Guillaume, Geoffroy d'Assé, eut le titre de dominus et maria sa fille Julienne à Herbert de La Guierche (CAR 4). Si nous ne connaissons pas le nom de l'épouse du successeur de Foulques, Hubert II, nous savons que son fils, Foulques II, fut marié à Emma, dont j'ignore l'origine (AD Mayenne, H 204, p. 89).

263 Normand avait pour sœur Béatrice (SV 73).

264 SPC 23, SV 252, 652.

265 SV 252, 257, 260, 266, 271.

266 SAA 853.

267 Pour la branche Hubert : l'église Saint-Corneille de Tennie, des dîmes et des bois en Champagne mancelle, divers revenus, une habitation et des parts de dîmes à Sillé et à Neuvillalais, des dîmes et des cens à Saint-Vincent-du- Lorouer, la moitié de l'église Saint-Pierre-l'Enterré au Mans, des dîmes à Courdemanche, la seigneurie éminente de l'église de Mézières (SPC 23 et 75, LC 94, SAA 853, SV 266 et 652) ; pour la branche des neveux : la prévôté de Saint-Pierre-de-la-Cour, la vente d'un cens sur une vigne, la vente d'un bois à Aillandres, l'autre moitié de Saint- Pierre-l'Enterré (SPCO 12, SV 512 et 20, SAA 853).

268 SV 96 et 494.

269 SV 20 et 72.

270 SV 502.

271 SV 504.

272 SV 517.

273 A. LEDRU, Répertoire..., p. 108 ; J.-R. PESCHE, Dictionnaire.... t. 2, p. 572. Les Actus carolingiens signalent, parmi douze « optimas villas », celle de « Juliacum » (Actus, p. 144).

274 SV 511.

275 CVI 120.

276 SV 502, CVI 120.

277 Saint-Léonard, Assé-le-Boisne, la forêt de Pail, Gesvres.

278 SV 500 et 626.

279 SV 502.

280 SV 502.

281 .Nous ignorons l'origine des épouses successives de Robert 1er, Vigolent puis Adeliz (SV 502).

282 SV 517.

283 SV 502, 518.

284 SV 505, 544, 506.

285 Assé-le-Boisne, la forêt de Pail (LC 308, 309, 310, 53, 321).

286 CVI 120.

287 En revanche, il est impossible de choisir entre cinq autres possibilités ; Robert II pouvait avoir eu pour père : Hugues fils d'Hugues 1er, Hugues fils de Robert 1er, mais aussi, si Hugues de Juillé, nobilis vir, mourut sans descendant, Guillaume ou Robert, fils de Robert 1er, voire Eudes, fils d'Hugues 1er de Juillé.

288 LC 65 et 123.

289 Cependant il pourrait aussi avoir été fils de Foulques, frère cadet de Robert II (SAA 337).

290 Le point sur la question a été fait par Jean-Claude Meuret qui récapitule les différents arguments et signale leurs limites (Peuplement..., p. 266-267).

291 SPC 193. L'acte mentionne la conclusion d'un conflit qui opposait Herbert de La Guierche aux religieux de la Couture au sujet du patronage de la chapelle que le père homonyme d'Herbert in suo Castro construxerat.

292 LC 109.

293 SV 292.

294 SV 120, SJT 18.

295 SV 115.

296 Ibidem.

297 Il était vivant au temps de l'évêque Arnaud qui fut confirmé en 1067 (SV 115) alors qu'en 1068 au plus tard il était explicitement mort (SV 116) ; cette seconde notice, à cause de l'abbé Hugues, se situe entre 1065 et 1068. Du coup, chaque notice voit ses dates resserrées : toutes deux en 1067-1068, l'une étant postérieure à l'autre.

298 SV 292. Il associa ses neveux au bénéfice spirituel d'une donation sans mentionner d'enfant propre.

299 CAR 4 ; supra p. 128.

300 SV 115. Voir la généalogie des Fréteval dans D. Barthélemy, La société..., p. 805.

301 SV 297.

302 Parmi les nombreux toponymes « les Roches » dans le Maine, celui de l'actuelle commune de Saint-Saturnin proche de La Guierche est certainement le plus approprié ; Les Roches l'Évêque n'offrent pas de « Petit des Roches » à cette époque.

303 Il fut marié à Alice, dont j'ignore l'origine ; celle-ci, veuve, sera donnée à Harnon Leclerc (LC 114).

304 LC 56 ; A. CHÉDEVILLE, Liber controversiarum..., p. 119, n. 1.

305 Supra, p. 195.

306 SAA 354.

307 SV 72.

308 SPC 152.

309 E. VALLÉE, R. LATOUCHE, Dictionnaire..., p. XVI.

310 SV 251.

311 SV 5.

312 SV 116.

313 LATOUCHE, Histoire.... p. 25.

314 SV 502.

315 LC 304.

316 SAA 337.

317 LC 65.

318 LC67.

319 LC 119 et 123.

320 LC 353.

321 Cependant le service paroissial devait être assuré par un séculier, comme cela se passait en Anjou où les moines se contentaient de surveiller le desservant désigné J. AVRIL, Le gouvernement..., p. 147).

322 C'était un phénomène général dans la France moyenne de cette époque (M. BOURIN et P. CHAREILLE, Genèse médiévale..., t. 2- 1, 1992, p. 153).

323 LC 293, 281 ; ADS H 1313. En Anjou, J. Avril estime que les chanoines desservaient personnellement leurs paroisses, à moins qu'ils ne s'élèvent dans la hiérarchie (Le gouvernement..., p. 304 et 168).

324 Sut le bas clergé dans le Maine aux xiie et xiiie siècles, une étude de Catherine Vincent (« Les confréries... ») apporte quelques lueurs mais elle concerne uniquement les clercs attachés à la cathédrale Saint-Julien et au chapitre Saint-Pierre-de-la-Cour : ils cherchèrent à constituer un groupe juridique afin de posséder des biens communs ; ceci ne plaide pas en faveur d'un recrutement social élevé, entendons du niveau des petits milites.

Table des illustrations

Titre Lignage vicomtal
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17089/img-1.png
Fichier image/png, 609k
Titre Les vicomtes du Mans
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17089/img-2.png
Fichier image/png, 634k
Titre Les seigneurs de Château-du-Loir
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17089/img-3.png
Fichier image/png, 473k
Titre Châtellenie de Château-du-Loir
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17089/img-4.png
Fichier image/png, 711k
Titre Les sires de Sablé
Légende * D'après O. Guillot, Le comte..., t. 1, p. 329.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17089/img-5.png
Fichier image/png, 532k
Titre Les seigneurs de Mondoubleau
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17089/img-6.png
Fichier image/png, 308k
Titre Seigneurs de Mondoubleau
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17089/img-7.png
Fichier image/png, 713k
Titre Terres et fiefs relevant des seigneurs de la Suze
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17089/img-8.png
Fichier image/png, 437k
Titre Les seigneurs de la Suze
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17089/img-9.png
Fichier image/png, 303k
Titre Assise foncière des sourches
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17089/img-10.png
Fichier image/png, 522k
Titre Les seigneurs de Sourches
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17089/img-11.png
Fichier image/png, 370k
Titre Lignage de Doucelles, fin du xie siècle
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17089/img-12.png
Fichier image/png, 422k
Titre Lignage de Doucelles
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17089/img-13.png
Fichier image/png, 287k
Titre Seigneurs de La Milesse
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17089/img-14.png
Fichier image/png, 509k
Titre Les seigneurs de La Milesse
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17089/img-15.png
Fichier image/png, 387k
Titre Les sires de Malicorne
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17089/img-16.png
Fichier image/png, 503k
Titre Les sires de Malicorne
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17089/img-17.png
Fichier image/png, 262k
Titre Les seigneurs de Brûlon
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17089/img-18.png
Fichier image/png, 188k
Titre Assise foncière des Riboul
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17089/img-19.png
Fichier image/png, 568k
Titre Les Riboul
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17089/img-20.png
Fichier image/png, 513k
Titre Lignage de Juillé
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17089/img-21.png
Fichier image/png, 401k
Titre Les seigneurs de juillé
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17089/img-22.png
Fichier image/png, 529k
Titre Possessions et fiefs des Guierche
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17089/img-23.png
Fichier image/png, 558k
Titre Les seigneurs de La Guierche
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17089/img-24.png
Fichier image/png, 449k
Titre Groupes de parenté : Vernie, Assé, Le Boisne, Riboul, La Guierche, Juillé
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17089/img-25.png
Fichier image/png, 351k

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540