Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La société aristocratique dans le Haut-Maine

 | 
Bruno Lemesle

Conclusion générale

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 R. LE JAN, Famille..., p. 258-260.

1La mise en place des structures féodales n'était pas achevée au milieu du xie siècle mais elle tendait à l'être. Nous assistons encore à la remise et à la dévolution programmée par le comte d'Anjou d'une importante seigneurie au milieu du siècle et jusqu'à cette époque certains grands ont maintenu le principe de transmission successorale large. Mais il ne s'agissait plus que d'une pratique exceptionnelle, dont R. Le Jan a remarqué la persistance jusqu'à la fin de ce siècle hors du Maine1. Le phénomène nouveau au xie siècle était ailleurs ; il tenait à la reconstitution de seigneuries ecclésiastiques dont la documentation est l'expression directe. Un temporel qui s'incrustait et se dilatait aux dépens des seigneuries laïques, concurrent car il ne s'établissait pas dans des régions neuves mais dans des espaces agricoles déjà aménagés, productifs, organisés, dans lesquels les religieux obtenaient de surcroît la juridiction sur les manants et les taxations coutumières qu'à la même époque les seigneurs châtelains n'avaient pas entièrement cédé à leurs vassaux. Les tensions que la plus grande partie de la documentation donne à lire furent les effets directs de la reconquête monastique, d'où le risque qu'il y aurait à les surestimer ; les conflits propres à la société laïque sont difficilement perceptibles, hormis les guerres comtales-baronales. Peut-on supposer que les guerres intra-châtelaines nous sont mal connues par simple effet documentaire ? Peut-être les guerres des comtes, dans la mesure où elles ont mobilisé les plus importants barons et leurs vassaux, ont-elles freiné d'autres guerres, à un niveau inférieur, voire exercé un effet dissuasif à l'encontre d'éventuels châtelains turbulents ? La guerre était en quelque sorte consubstantielle à l'aristocratie laïque sans être réellement endémique. Son autolimitation ne doit pas être comprise comme le résultat d'une volonté réciproque de régulation par une sorte d'entente tacite : il n'est pas sûr que le souci d'économiser leurs forces militaires ait beaucoup mû les chevaliers et à coup sûr ils n'avaient pas le sentiment de risquer la perte de fiefs que nous voyons toujours, après une possible confiscation, revenir aux mains du lignage originel. Le rapport des forces était le critère par lequel des adversaires pouvaient convenir des conditions d'une paix, laquelle était parfois conclue avant tout affrontement militaire. Les guerres des barons contre la domination normande répondaient à une culture de la guerre ; elles leur permettaient, ainsi qu'à leurs vassaux, d'exercer la part la plus prestigieuse de leur mode de vie. Lorsque les grands châtelains perdirent cet aliment qu'étaient les possibles révoltes contre un comte extérieur au Maine, ils finirent par s'embaucher au service d'un plus grand : Hélie de La Flèche, dès qu'il fut reconnu comte par les puissances voisines, loin de chercher à gouverner paisiblement son comté, ceignit l'épée aux côtés d'Henri 1er et aussi de son propre gendre. Ce sont les mêmes barons que nous voyons partir pour la croisade, beaucoup plus souvent que leurs frères cadets. Devons-nous continuer à admettre que ces derniers ont été les principaux fauteurs de violences que l'Église a cherché à détourner vers la guerre sainte ? Peut-être la nature de la documentation, largement plus encline à mentionner les détenteurs de seigneuries que les autres membres de la parenté, sous-estime-t-elle leur rôle. Il n'en reste pas moins que, dans le Haut-Maine, des chefs de lignages partirent pour Jérusalem comme d'autres prenaient l'habit religieux ; ils cherchaient à expier leur vie de guerrier - tout en la poursuivant pour une sainte cause - et cette recherche du salut, ils ne pouvaient, ou ne voulaient, la déléguer à d'autres. D'ailleurs n'étaient-ils pas les premiers visés par le discours monastique, puisqu'ils étaient les mieux pourvus, et ne sentaient-ils pas qu'ils devaient participer au sacrifice d'eux-mêmes ?

2La chevalerie était la valeur commune des barons et des vassaux inférieurs. Il est exclu de créer ici une coupure au xie siècle entre nobles et non-nobles ; elle serait anachronique puisqu'il n'existait pas encore de noblesse institutionnelle. Nous voyons plutôt des strates aristocratiques dont les plus élevées étaient occasionnellement affectées de qualificatifs nobiliaires tandis que le terme miles, véritablement fédérateur, s'appliquait à tous, dès le xie siècle. Munis d'un fief considéré comme patrimoine, les vassaux servaient leur seigneur en tant qu'hommes libres et étaient exempts des taxes coutumières auxquelles les manants étaient assujettis. L'unité fondée sur le critère de valeurs communes n'exclut nullement la diversité. Y compris au niveau infra-châtelain où nous avons affaire à un nombre élevé de petits milites, nous pressentons une stratification interne. Le degré de dépendance à l'égard d'un ou de plusieurs seigneurs dépendait du rang : les plus grands barons usèrent de la possibilité de choisir leurs alliés et obligèrent les princes à traiter avec eux tandis que les vassaux inférieurs ne se permettaient sûrement pas ces manifestations de liberté. La guerre structurait la classe nobiliaire en mobilisant les vassaux. Le service militaire effectif fut exigé loin jusque dans le xiie siècle, avant d'être transformé en taxe et les tours de garde qui rassemblaient les milites avec leur seigneur n'étaient en rien symboliques. Il est douteux que l'exigence militaire ait favorisé l'accès à la militia d'humbles personnages, et en ce cas la documentation n'en laisse filtrer aucun soupçon. Après avoir garanti, durant plusieurs générations, la puissance et le maintien de l'aristocratie châtelaine, les guerres allaient changer la donne. L'absence d'État n'était pas contradictoire avec un équilibre apparent des structures du pouvoir dans la seconde moitié du xie siècle. Les forces périphériques qui avaient mis la main sur le comté, en jetant les bases d'une structure étatique, ruinaient la possibilité d'indépendance châtelaine tout en enrôlant les maîtres des châteaux sous leur bannière. Il reste qu'une réflexion sur la guerre aux xie et xiie siècle ne peut éluder la question de la crainte, fréquemment sinon toujours à l'origine de la violence. Car est-ce uniquement la culture guerrière ou un sens de la fidélité dynastique qui a suscité les révoltes baronales de la seconde moitié du xie siècle ? Une peur sous-jacente, inexprimée (nous ne pouvons guère l'attendre des moines) n'a-t-elle pas joué ? C'est au même moment que la reconstitution du temporel monastique atteint son apogée et que le comté tombe sous la tutelle directe du duc de Normandie. De la seconde, les barons pouvaient craindre une perte d'indépendance, c'est-à-dire de prérogatives qu'un comte spécifiquement manceau leur garantissait ; de façon imaginaire et mythifiée, certainement. Mais ceux qui combattirent Guillaume le Conquérant et ses successeurs n'avaient pas connu Herbert Eveille-Chien. La crainte était-elle infondée d'ailleurs ? Lorsque les sires de Sablé combattaient la dynastie angevine au xiie siècle, leur révolte ne précédait-elle pas (voire n'était-elle pas concomitante à) la mise en place des structures étatiques royales ? Et la perte de compétence des cours châtelaines ne procédait-elle pas de celles-ci ? Quant à la reconstitution et à l'extension d'un domaine monastique muni de l'immunité, il pouvait nourrir nombre de fantasmes anti-monastiques chez les fils continuateurs des lignages. Car devons-nous considérer que toute calumnia était l'effet d'un calcul intéressé de la part de parents et de seigneurs saisissant une opportunité de gagner une petite somme d'argent ? Les héritiers directs formaient tout de même une part notable des contestants, et certains ont été toute leur vie en chicane avec les moines.

3Les châtellenies formaient les circonscriptions de base des taxations, de la justice, des coutumes d'origine publique. L'opposition privé-public s'est montrée inadéquate pour penser le pouvoir au xie siècle. Nous n'avons pas vu les châteaux échapper complètement au contrôle comtal : lorsque les héritiers de la dynastie comtale mancelle ont fait défaut, le comte d'Anjou et le duc de Normandie l'ont assuré, en tant que comtes du Maine. Les comtes ont toujours eu la préoccupation de ne pas lâcher la bride à leurs grands vassaux. Au xiie siècle, la reprise en mains par la monarchie angevine n'était pas une reconquête de l'autorité publique face à un accaparement privé des droits comtaux en faveur des maîtres des châteaux mais la mise en place d'une superstructure étatique, royale. Cette superstructure répondait à un autre type d'espace ; non plus l'espace local du Haut-Maine rogné sur toutes ses marges mais le vaste espace Plantagenêt. Les conflits et leur mode d'arrangement ne changeaient pas de nature mais le niveau d'autorité auquel ils étaient traités s'élevait. Ici, cependant, une interrogation subsiste : quoique j'estime une réponse positive probable, nous ignorons si les cours royales présidées par le sénéchal ont rendu caduques, en prenant leur place, les assemblées judiciaires tenues en cour châtelaine, entendons pour les affaires mettant en cause des laïcs exclusivement. Par contre, les structures de base de la puissance aristocratique demeuraient ; en dépit des craintes laïques, le vaste transfert de biens vers les monastères ne les a pas réellement ébranlées. Si les châtelains ont au xiie siècle perdu des prérogatives juridictionnelles, leurs moyens de taxation se sont accrus, y compris sur les domaines monastiques. Les moines, au travers des compromis passés avec les laïcs, n'avaient jamais transigé sur les coutumes, acharnés à en défendre l'intégralité en leur faveur. Ils furent en revanche assujettis (non pas eux mais leurs hommes) au paiement de l'aide et des tailles dont la levée était faite le plus souvent au profit des suzerains, c'est-à-dire des plus importants châtelains. Autrement dit la classe dominante des maîtres de châteaux disposait de nouveaux moyens économiques que le pouvoir supérieur ne songeait pas à lui contester ; ils lui permettaient de perpétuer sa domination, alors qu'elle avait dû accepter une sérieuse altération de son pouvoir juridictionnel. Ce déplacement de pouvoir à partir du xiie siècle préludait au grand effort pluriséculaire de la royauté qu'est la volonté de domestiquer la noblesse, sensible également au travers du service des armes.

  • 2 D. BARTHÉLEMY, La société.., p. 435.

4À la même époque, mais plutôt vers la fin du siècle et au début du xiiie, la justice commençait à se faire plus coercitive. Certainement les esprits y ont-ils été préparés par l'Église2. Celle-ci a fondé son offensive de reconquête sur le principe de la faute qu'il y avait à verser le sang et à posséder des biens d'Église. Mais le principe existait déjà autour de l'an mil ; il ne constitue nullement une nouveauté au xiie siècle. D'autre part, la faute était rachetable par le don très matériel de biens fonciers. Au fond, nous nous situons sur un plan identique à celui de la justice humaine qui, au xie siècle, était visiblement une justice de composition. Un seigneur fautif s'arrangeait avec le ciel de la même manière qu'avec les hommes ; au moins était-ce l'issue offerte par les moines. Plus largement l'offensive normalisatrice de l'Église grégorienne et post-grégorienne sur les comportements sociaux, en matière d'unions matrimoniales entre autres, préparait l'éclosion de la justice coercitive. Elle avait pour moyen la force que l'État royal renaissant fournissait désormais, dans la seconde moitié du xiie siècle. Les religieux n'ont pas hésité à prendre appui sur lui, combinant ce recours à la pratique étendue de l'excommunication. La certitude de son efficacité ne rendait-elle pas tentante son usage immodéré ? Finalement l'abus de ce type de recours que les seigneurs laïcs ont dénoncé ne procédait-il pas d'un esprit devenu foncièrement conservateur au regard du siècle de la reconquête marqué par le dynamisme ?

  • 3 D. IOGNA-PRAT, « Les morts dans la comptabilité céleste des Clunisiens de l'an Mil », Religion et (...)

5Les établissements religieux ont fourni un bon critère de classification des groupes de parenté aristocratiques sur l'échelle sociale : ces derniers peuvent être mesurés à la diversité de la palette d'établissements avec lesquels ils avaient entretenu des relations suivies. Cependant une distinction doit être faite entre l'époque de la reconquête monastique, le xie siècle, et celle de la stabilisation relative, le xiie. Au cours de la première période, les contours des groupes de parents et d'alliés ont épousé ceux des établissements religieux ; les choix des laïcs étaient en relation avec celui ou ceux de leur seigneur, y compris lorsque des vassaux ont basculé dans leur fidélité de l'ancienne dynastie comtale vers celle d'Anjou : signe probable d'une absence de spontanéité, ou encore de choix quelque peu contraint. Ceci devient encore plus évident lorsque nous pouvons observer le maintien, à côté d'un établissement nouvellement adopté, d'une nécropole familiale établie par les ascendants en faveur de laquelle la préférence jouait toujours. Un des effets les plus manifestes de l'association de grands lignages à tel type d'établissement religieux était le rejaillissement direct sur les abbayes des conflits opposant les grands laïcs entre eux, suscitant mainte rivalité et mainte friction. Cette situation avait conduit celles-ci à la recherche de l'indépendance dont la reconstitution d'un vaste et solide temporel apparaissait comme le plus sûr moyen. Dès la fin du xie siècle, un certain affranchissement des déterminants politiques était sensible, affranchissement qui eut son répondant du côté des laïcs. À vrai dire, le renversement d'attitude du xiie siècle ne constitue qu'une demi-nouveauté car les retournements d'alliances religieuses n'étaient pas rares d'une génération à l'autre (homologiquement aux alliances vassaliques d'ailleurs). Ceci conduit à porter une appréciation mitigée sur la valeur accordée au beneficium loci. Son sens religieux, primordial, le prestige que l'élite bénéficiaire pouvait en retirer, la garantie de paix qu'il offrait entre un lignage ou un groupe de parents et une abbaye permettent de le lire comme l'intégration à une parenté spirituelle. Les plus grands ont toujours été admis dans l'une d'entre elles, ce qui laisse supposer que les moines ont dû rechercher l'association des plus puissants à leur communauté. Mais par ailleurs de petits chevaliers, avec de maigres aumônes, ont aussi été admis : la demande laïque est également évidente. Pourtant les liens de la parenté spirituelle étaient loin d'avoir la force des autres liens parentaux ; ces derniers, associés à l'ancrage territorial du lignage, dépassaient largement les premiers : fréquemment, les générations postérieures ont ressenti de nouvelles aspirations religieuses. Au xiie siècle, elles n'hésitaient pas à fonder de nouveaux établissements et à y établir, y compris à titre posthume, des nécropoles. Par là, ne reniaient-elles pas l'existence des plus anciennes tout en réaffirmant une conscience lignagère profonde ? Le sens de ce renversement ne doit pas être sous-estimé. Il n'implique pas une rupture totale avec les liens plus anciennement noués ; il n'est pas non plus explicable par une simple volonté de réassurance. Il doit certainement être mis en relation avec la fréquence accrue des demandes d'inscription au nécrologe des abbayes, demandes qui, comme l'a signalé Dominique Iogna-Prat, correspondent à une naissance de la mémoire individuelle3. Il traduit à coup sûr les premières traces perceptibles d'une conscience religieuse individuelle.

6L'étude régionale a ici atteint ses limites. Il faudrait plutôt dire celles d'un corpus documentaire régional cohérent. Au delà, je l'ai signalé plusieurs fois, le recours à des sources offrant un autre regard, profane, s'impose. Il doit offrir un axe de pénétration différent dans ce corps social souvent perçu de façon très éclatée mais unilatérale, donc en éclairer d'autres facettes. Son articulation avec les actes de la pratique exige cette fois une aire documentaire supra-régionale. C'est donc un autre travail.

7Novembre 1998

Notes

1 R. LE JAN, Famille..., p. 258-260.

2 D. BARTHÉLEMY, La société.., p. 435.

3 D. IOGNA-PRAT, « Les morts dans la comptabilité céleste des Clunisiens de l'an Mil », Religion et culture..., p. 64.

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540