Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

La société aristocratique dans le Haut-Maine

 | 
Bruno Lemesle

Chapitre 4. La parenté aristocratique

Termini per la ricerca

Indice geografico :

France

Testo integrale

  • 1 J. GOODY. L'évolution..., p. 139 à 149.
  • 2 G. DUBY, « Lignage, noblesse et chevalerie au xiie siècle dans la région mâconnaise. Une révision  (...)
  • 3 R. LE JAN, Famille et pouvoir...
  • 4 J. GOODY, ibidem, p. 230-233.
  • 5 Ibid., p. 227.
  • 6 D. BARTHÉLEMY, la société..., p. 518 et A. GUERREAU-JALABERT, « La parenté... », dans le même sens
  • 7 A. GUERREAU-JALABERT, ibidem.

1Les relations de parenté qu'une société définit relèvent de la représentation qu'elle a d'elle-même. Ses pratiques ne se déduisent donc pas de manière simple et directe du discours qu'elle tient, à plus forte raison quand celui-ci est produit par un corps social, l'Église, dont la volonté prescriptive et normative ne peut qu'accentuer l'écran opacifiant qu'il constitue. La question, en ces siècles où l'Église a repris l'offensive pour imposer ses vues en matière de mariage, qu'elle prônait monogamique et pour lequel elle relança la prohibition frappant toute union en deçà du septième degré canonique1, est primordiale. Ce chapitre a d'abord pour objet d'étudier les dévolutions successorales et les mariages dans l'aristocratie. G. Duby avait souligné les difficultés d'interprétation posées par la documentation2 ; il avait relevé les risques d'illusion que comportent les tentatives de statistiques et mis en valeur le fait qu'elle ne permettait de « percevoir qu'un seul aspect des rapports de parenté, celui qui touche aux relations économiques et au patrimoine ». Ajoutons-y l'irrégularité du flux documentaire qui rend aléatoire ou carrément impossible toute chronologie de ces phénomènes dans le Haut-Maine. En effet, ce n'est guère qu'à partir du milieu du xie siècle, plus rarement avant, que les comportements aristocratiques en matière de pratiques successorales et matrimoniales se laissent deviner, ceci au moment où elles viennent de connaître une évolution majeure. Aussi les cheminements de cette évolution seront-ils difficiles à suivre, faute d'informations. Mais les familles les plus anciennement documentées offrent tout de même quelques indices concordants et aident à repérer les dernières traces, au sens chronologique, de comportements anciens. D'autres travaux portant sur l'époque antérieure doivent être sollicités, en particulier la thèse de R. Le Jan3 qui offre une vue d'ensemble sur la parenté aristocratique au nord de la Loire. Une question de terminologie doit être précisée. Elle concerne le mot lignage qui est un terme issu de la documentation médiévale mais dont usent également les anthropologues dans un sens différent comme l'a relevé J. Goody4. Le lignage des anthropologues désigne des groupes de filiation unilinéaire (patrilinéaire ou matrilinéaire) étudiés à partir des sociétés africaines5 ; en revanche, au Moyen Âge, il désignait plutôt des relations de parenté par le sang, aussi bien dans la lignée paternelle que maternelle (parenté cognatique ou indifférenciée). Il semble préférable, suivant en cela D. Barthélemy, d'user du vocabulaire anthropologique contemporain6. Anita Guerreau-Jalabert rappelle également que la confusion n'a pas lieu d'exister entre parenté et groupe domestique7. Ceci soulève évidemment une difficulté car la documentation médiévale de cette époque ne livre pas les éléments qui permettraient de préciser le rapport à la résidence des membres d'une même parenté, et il faut dire qu'en ce domaine l'imagination a suppléé au silence des sources. Il faudra pourtant cerner de plus près la question.

  • 8 A. GUERREAU-JALABERT, « Prohibitions canoniques... » ; R. LE JAN, Famille et pouvoir.... p. 433.

2La parenté aristocratique est en effet passée d'un système où la puissance était assise sur l'alliance à un système fondé sur l'ancrage territorial8. La transmission d'un patrimoine est par conséquent devenue une question cruciale pour les groupes aristocratiques, d'autant plus que l'époque ne garantissait pas les possibilités de transmission lignagère conforme au modèle adopté, du fait de forts taux de mortalité. Sous peine de n'être pas viable, le système supposait une certaine souplesse. C'est donc le point essentiel que je me propose d'examiner. Comment les comportements pratiques ont-ils permis d'assurer la perennité du modèle lignager ? Cette question est fondamentale car elle en pose en filigrane une autre, objet de débats nombreux et qui porte sur le renouvellement des familles aristocratiques, au moins de niveau châtelain. En dépit des limites posées par les sources, en particulier pour le xiie siècle, il ne paraît pas qu'on assiste à l'ascension de nouveaux lignages. Ce sont les mêmes que nous voyons occuper les rangs les plus élevés de la société haut-mancelle durant un siècle et demi. La faiblesse documentaire du milieu et de la seconde moitié du xiie siècle n'autorise pas une vue approfondie et satisfaisante des comportements successoraux, ni des pratiques d'alliances ; au moins indique-t-elle certaines continuités et l'absence de personnages de haut rang qui auraient échappé au regard pour le siècle précédent. De ce point de vue, les stratégies adoptées révèlent une efficacité certaine.

3Au cœur des stratégies de dévolution et d'alliances matrimoniales sont les femmes. L'appréciation de leur marge d'autonomie avec son évolution dans l'administration des biens matériels et, au total, de leur « valeur » aux yeux de ceux qui commandaient est récurrente : quelle fut la place dévolue aux femmes et quel rôle les domini leur ont-ils assigné dans ce domaine ?

Les dévolutions successorales

Problèmes posés par les sources

  • 9 Voir l'annexe en fin de volume.
  • 10 Nous connaissons seulement par O. Vital les noms de trois frères du comte Hélie de La Flèche dont (...)
  • 11 R. FOSSIER, La terre..., p. 278 et svtes.
  • 12 LA 182 ; SJT 42 et 43 ; infra p. 257.

4L'examen repose sur les groupes de parenté pour lesquels une généalogie suffisamment consistante et fiable a pu être établie, soit quinze groupes. Une dizaine d'autres ont fait l'objet d'investigations poussées mais, faute de données assez nombreuses, ne satisfont pas aux exigences formulées. La première question à laquelle on aimerait répondre est celle de la démographie des familles aristocratiques. Un simple coup d'œil aux reconstitutions généalogiques révèle la maigre fiabilité des données dans ce domaine9. Trop souvent nous sommes dans l'ignorance d'enfants, de frères, de sœurs et bien entendu d'épouses. Au douzième siècle, cela se réduit parfois au dominus successeur d'une lignée. Au moins, pour la génération la mieux informée, correspondant partout à la fin du xie siècle, temps de l'apogée documentaire, peut-on penser observer des faits démographiques qui, par leur récurrence, autorisent une analyse. Huit groupes sur les quinze retenus admettent au minimum cinq enfants lors d'une génération au moins. Cependant, le plus souvent, les enfants morts ne sont pas connus10 ; l'analyse des prises d'habit nous a montré par ailleurs qu'une part importante des enfants donnés jeunes à un monastère n'avait probablement pas laissé de trace jusqu'à nous. Enfin les filles sont fortement sous-estimées. Robert Fossier a proposé de les compter à l'égal des garçons, ce qui permettrait de rétablir l'équilibre faussé par la documentation11. Une fois cela fait, le seul enseignement démographique que l'on peut raisonnablement extraire de ce corpus concerne la tendance à la prolifération de la noblesse, quand rien ne venait l'entraver (décès, maladie, stérilité) ; nul malthusianisme au xie siècle. Les problèmes posés par le partage ou le maintien du patrimoine furent réglés autrement. En vérité, le vrai problème pour les seigneurs dut être la crainte de ne pouvoir le transmettre à un héritier mâle ; que l'on compte le nombre de ceux qui furent apportés par les filles : il ne représente pas moins de dix occurrences connues pour quinze groupes ! Aussi les disparités des données ne sont-elles pas toujours l'effet des silences ou des lacunes documentaires ; elles peuvent aussi correspondre à une réalité : de nombreux nobles n'eurent pas tous les enfants, notamment les garçons, qu'ils auraient souhaités. Herbert de La Milesse ne parvint pas à s'assurer une descendance et mourut en laissant la châtellenie à son frère cadet Aubri, lequel était le quatrième garçon, vraisemblablement marié tardivement, ses aînés ayant tous fait défaut12.

  • 13 D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 532 ; M. PARISSE, La noblesse lorraine..., p. 314.
  • 14 SAA 338.
  • 15 Voir, dans ce sens, les comptages de D. Barthélemy dans la documentation vendômoise (La société... (...)

5La détermination des aînés pose un autre problème et sa solution tout à la fois. Les actes et notices les indiquent rarement, de même qu'ils ne mentionnent les filles qu'après les garçons lorsque la liste des enfants figure. Mais l'ordre n'est jamais indifférent et il existe heureusement peu d'exceptions en la matière ; l'aîné est mentionné en tête et il est parfois seul témoin aux côtés de son père. Cela prouve au moins que les droits de l'aîné étaient établis13. Il arrive toutefois, nous le verrons, que l'aîné ne soit pas le successeur à la tête de la seigneurie. La hiérarchie entre les enfants que manifeste l'ordre des listes trouve son corollaire dans le prix des compensations matérielles à une donation ou après un abandon de calumnia : les aînés sont souvent mieux rétribués que leur(s) plus jeune(s) frère(s), et aussi presque toujours plus que leurs sœurs. Après une confirmation précédée d'une remise en cause d'un don par leur père, les deux premiers fils du vicomte Raoul V reçurent chacun cinq sous, mais le plus jeune seulement six deniers14 ; traitement bien inégal, sûrement en rapport avec l'estimation prospective des moines sur les risques de calumniae de leur part : de pareilles tarifications discriminatoires renvoyaient aux pouvoirs réels d'intervention des différents membres de la parenté sur les aliénations de patrimoine15.

Le sens de la « laudatio parentum »

  • 16 S. D. WHITE, Custom...
  • 17 Ibidem, p. 54-55.
  • 18 Ibid., p. 70.
  • 19 Ibid, p. 73-74.
  • 20 Ibid., p. 95.
  • 21 Ibid., p. 100.
  • 22 Ibid., p. 73-74.
  • 23 Ibid., p. 80-81.
  • 24 Ibid., p. 152.
  • 25 Ibid., p. 153.
  • 26 Ibid., p. 128.

6La « laudatio parentum » (consentement parental) était parfois mentionnée au bas des actes lors d'une donation d'un laïc à un établissement religieux ou après un abandon de calumnia. Traditionnellement, son expansion au xie siècle est considérée comme l'expression d'une solidarité familiale accrue corollaire du resserrement lignager autour d'un point d'ancrage territorial. L'étude menée sur ce sujet pour une aire couvrant l'ouest de la France par Stephen White16 fournit des remarques et des conclusions essentielles pour qui veut tenter de mieux pénétrer dans les importantes zones d'ombre enveloppant la parenté aristocratique médiévale. L'auteur constate tout d'abord que la laudatio, quoique non-systématique, était une norme reconnue par la société. Néanmoins les donations qui étaient faites sans y recourir étaient parfaitement valides17, ce qui pose naturellement la question de comprendre pourquoi et dans quelles circonstances certains membres de la parenté donnaient leur approbation. L'auteur demande d'admettre que les donateurs agissaient en respectant des règles légales18 mais que celles-ci n'indiquent pas qui donnait son consentement19. Or, le groupe des parents accordant la laudatio variait énormément20 sans toutefois rien devoir au hasard21. S. White observe alors que le choix des membres dépendait du rapport de parenté avec le donateur et de l'origine du bien donné. Il note aussi que la laudatio était moins souvent donnée pour les acquêts22. Cherchant à comprendre les raisons, l'auteur remarque que souvent les parents qui la fournissaient en retiraient un bénéfice spirituel, et pas seulement matériel, autrement dit que cela créait des liens de nature religieuse avec l'établissement bénéficiaire23 ; cela avait une très grande importance car il y avait, grâce au contre-don, acquisition d'un capital spirituel en même temps qu'accroissement de prestige par le contrôle de la circulation de richesse24. Autrement dit, selon l'auteur, il faut abandonner l'idée que la principale fonction de la laudatio serait de défendre les familles contre les actes de donation individuels25. Il considère que la composition du groupe parental fournisseur de la laudatio peut assumer des formes différentes selon les circonstances et qu'elle est corrélée avec l'étape de la vie à laquelle se situe le donateur, avec les caractéristiques démographiques du groupe descendant des grands-parents, enfin avec l'origine du bien aliéné26. Autrement dit, les parents qui octroient leur laudatio ne sauraient s'identifier avec la totalité du groupe parental.

  • 27 J. GOODY, L'évolution..., p. 130.
  • 28 A. MARNIER, Anciens usages d'Anjou et du Maine, cité par A. Bouton, Le Maine..., p. 254.
  • 29 « Sed et illud adjiciendum est quod postea placuit ut id scilicet quod de vendendis aut donandis a (...)

7Il faut revenir sur l'idée selon laquelle le consentement parental n'avait pas pour but principal de défendre le patrimoine contre les aliénations faites par un donateur, souvent vieillissant ou malade et soucieux d'assurer son salut. Je ne le pense pas non plus, j'y reviendrai ; mais la préoccupation des parents de conserver les biens patrimoniaux face à ces circonstances était bien réelle et ne datait pas de notre époque. Déjà le roi wisigoth Wamba (mort en 683) avait voulu limiter les aliénations en faveur de l'Église en condamnant tout legs fait au détriment des enfants. De façon identique Louis le Pieux en 816 avait stipulé que les enfants ne sauraient être spoliés en faveur des clercs27. Plus tard, on retrouvera cette préoccupation dans la coutume du Maine : « il est usage que home ne puit donner en aumône a religion que le tiers de son fié et la metié du coutumier. Et se il est malade ou meseau (lépreux) le tout le sivra à sa vie, se plus de L livres de rentes n'ia »28. Enfin les actes courants peuvent contenir des restrictions de cette nature. Par exemple, lors de la fondation du prieuré de Marmoutier à Vivoin près de Beaumont en 1060 le vicomte Raoul IV prit soin de préciser qu'il donnait son consentement aux aliénations de ses tenants en fief pourvu que celles-ci ne dépassent pas la moitié du fief29. Il est vrai que dans ce cas le seigneur ne protégeait pas simplement les donateurs contre eux-mêmes ; il préservait aussi ses intérêts : il avait besoin de guerriers et devait veiller au maintien d'un réservoir de soldats et d'alliés fidèles. Mais la méfiance à l'égard des moines était présente, contenue dans l'acte d'une fondation pieuse.

8Il faut donc revenir aux actes mentionnant un consentement parental en regardant quels sont les parents qui interviennent. Une première observation ne va pas dans le sens de l'élargissement du groupe parental solidaire au xie siècle. L'examen porte sur les quinze groupes précédemment définis. Sur soixante cas où la laudatio est signalée, je vois le ou les fils, avec ou sans l'épouse du donateur, vingt fois, le ou les frères onze fois, les enfants des deux sexes ou les filles sans garçon, avec ou sans l'épouse, dix fois, l'épouse seule cinq fois, les collatéraux seuls (neveux, nièces, oncle), trois fois ; les cas restants font intervenir des combinaisons plus complexes comprenant souvent un descendant direct du donateur dans lesquelles entrent deux fois un gendre, deux fois un beau-père, une fois respectivement un oncle, une mère, une sœur (total : onze fois). Les enfants et l'épouse représentent donc trente-six occurrences sur soixante. Seuls ou avec d'autres, les collatéraux ne sont présents que quatre fois. Le groupe parental intervenant est donc souvent réduit à la famille conjugale. Dans quinze cas au total apparaissent des frères, mais une seule fois une sœur. L'observation de ceux qui lancent une calumnia confirme les résultats obtenus. Sur les vingt-quatre cas recensés (toujours pour le corpus donné), la position de seize seulement d'entre eux par rapport au donateur a pu être identifiée : huit sont un fils et huit le seigneur. Quant à la répartition chronologique, quoique fortement aléatoire, elle ne montre aucune calumnia avant 1050, puis vingt-deux jusque vers 1100, enfin deux au xiie siècle ; ceci reflète l'inégalité de la répartition documentaire. Pour aller plus loin, il faut analyser plusieurs cas dans leur contexte.

  • 30 SPC 110.
  • 31 SV 502, 504, 528, CVI 120.

9Vers 1170, Brune, probablement veuve de Thibaud Barrer, vendit ses biens de Rouillon qui relevaient de l'abbaye de la Couture à Guillaume Bonami. Ses deux beaux-frères (époux de ses sœurs) donnèrent leur accord ; toutefois le rédacteur de l'acte précise qu'ils le firent quoique ces biens ne provenaient pas du patrimoine mais d'acquêts réalisés par Brune et son mari30. Il confirme en quelque sorte que l'aliénation de biens acquis ne nécessitait pas l'accord de cette parenté. Et pourtant cela s'est fait ! Qui donc y avait intérêt, sinon les moines risquant une calumnia ? L'acte ne mentionne ici aucune contrepartie matérielle ou spirituelle à la laudatio. À la fin du xie siècle, un premier cadet, Hugues de Juillé, possédait des droits sur les églises de Juillé et de Piacé. II donna néanmoins son accord à deux donations effectuées par son frère aîné Robert, tandis que ce dernier fit d'autres donations importantes sans laudatio31 ; de telles différences ne peuvent toujours s'expliquer ; elles montrent que les choix étaient modulés selon les circonstances. Ce groupe dont les possessions sont ancrées autour de Juillé en offre un autre exemple.

  • 32 SV 502.
  • 33 CVI 120.
  • 34 S.D. WHITE, Custom..., p. 173.

10Robert 1er de Juillé fit une donation à l'abbaye Saint-Vincent à l'instigation de son père. Il donna des biens provenant de l'héritage maternel, la lignée Le Boisne s'étant éteinte sans héritier mâle. La contrepartie spirituelle comportait des prières pour le salut de l'âme des défunts : son grand-père maternel Gautier le Boisne, Lisoie, sa grand-mère maternelle, leur fils Gervais, oncle maternel du donateur, sa première épouse Vigolent, enfin son frère Hubert. Les vivants reçurent le beneficium loci : sa mère Hameline, son frère Hugues, lui- même enfin. Ses enfants par contre obtinrent une somme d'argent, quoique la notice ne mentionne pas explicitement leur consentement32. Une confirmation faite à l'abbaye Saint- Vincent rappelle que Guiterne avait donné la chapelle Saint-Aubin située à Juillé avec l'approbation de sa femme, de ses fils Robert et Hugues, mais aussi de son beau-père Gautier le Boisne33. Pour ce dernier, ceci laisse penser que ce bien pouvait avoir été donné au titre de la dot, mais comme il est localisé à Juillé, je n'écarte pas l'hypothèse d'un bien constitué pour le douaire d'Hameline, son épouse. S. White a décrit ce cas34 ; il en déduit que les bénéficiaires de la contrepartie spirituelle sont unis entre eux par les liens de la parenté au possesseur initial du bien donné et à la communauté monastique de Saint-Vincent par la médiation de Guiterne ; celui-ci y a revêtu l'habit aussi incita-t-il son fils à pratiquer l'aumône. Deux remarques à ce sujet : l'explication n'est pas aussi limpide car Vigolent, première épouse du donateur Robert 1er de Juillé, est associée à la contrepartie spirituelle, alors que nous ne connaissons pas son origine. Rien ne dit qu'elle put être apparentée aux Le Boisne. D'autre part S. White n'a pas vu que Gautier Le Boisne II sur lequel il s'interroge est tout simplement un des fils de Robert de Juillé. De toute façon, les bienfaits spirituels étaient recherchés, aussi leur mention ne laisse aucun doute sur ce type de motif.

  • 35 « Si vero ipsam ecclesiam Sancti Cornelii forte ita adquietare nequiverit, convenientia talis est, (...)

11Néanmoins, contrairement à ce qui a pu être écrit, il n'est pas évident que les parents offrant leur consentement aient fait pression sur les établissements bénéficiaires afin de recevoir bienfaits matériels et/ou spirituels. Dans nombre de cas, la laudatio ne s'accompagnait d'aucun bienfait et il y en a peu où on ne discerne pas l'intérêt des moines. Vers 1067- 1068, Jean de La Guierche donna à l'abbaye Saint-Vincent l'église de Saint-Corneille avec l'approbation de ses frères, de tous ses fils et de ses filles qui recevaient tous une contrepartie spirituelle tandis que seul le donateur obtenait une compensation matérielle en argent et en nature. Ceci laisse supposer que le bien était patrimonial ; la pression de l'abbaye auprès du donateur n'avait pas suffi à lui faire tout lâcher : il conservait l'église de Montbizot, mais il s'engageait à faire cesser toute calumnia éventuelle sur le bien cédé, sinon, en cas d'incapacité à le faire, il devrait donner l'église de Montbizot35. D'où certainement l'étendue de la parenté mentionnée ; la menace qui planait sur celle-ci de voir une autre part du patrimoine tomber dans le domaine monastique devait la dissuader efficacement de disputer ultérieurement le bien donné. En tout cas, nous discernons l'habileté des moines qui, quelle que fût l'issue de ce qui fut sûrement un compromis, jouaient gagnant !

  • 36 SPC 75.
  • 37 MM 19 Sablé.
  • 38 P. BOURDIEU, Le sens pratique, p. 282-285.

12Plusieurs exemples laissant présumer l'initiative monastique pourraient être développés parmi lesquels je retiens encore les deux suivants. Au milieu du xiie siècle, Foulques Riboul partant à la croisade donna à la Couture des revenus que son père avait détenus ; son épouse et son fils approuvèrent le don sans mention de compensation36. Cela ne prouve pas nécessairement que l'épouse ait eu un droit de regard sur les biens de son mari, encore qu'elle en partageât l'usufruit ; aussi les moines ne prenaient-ils pas de risque. Si les calumniae de femmes seules sont rares dans la documentation, accompagnées d'un fils, d'un gendre ou d'un nouvel époux, elles deviennent envisageables. Or, il n'était pas sûr que le donateur revînt. D'autre part, Lisiard, en 1110, fils de Robert de Sablé et petit-fils de Robert le Bourguignon disputa l'ensemble des dons en faveur de Marmoutier faits par son père et son grand-père. Après qu'il fut rétribué pour l'abandon de cette calumnia, son frère, sa sœur, sa mère et son oncle paternel donnèrent leur approbation sans contrepartie37 ; leur droit de regard sur le patrimoine était-il identique ? Nous pouvons en douter ; par contre, ce qu'ils avaient en commun était la possibilité pour chacun d'eux de lancer une calumnia. Le consentement parental donne ainsi nettement l'impression d'avoir été recherché par les moines pour qui il représentait une assurance. En cela les membres de la parenté qui apparaissent ont beaucoup de chances de fournir une image de la « parenté pratique », selon la définition qu'en donne Pierre Bourdieu38. Ces groupes étaient composés selon des circonstances qui ne doivent rien au hasard mais beaucoup aux bénéficiaires des aumônes. Or les moines, qui connaissaient leur monde, fournissent ainsi un bon indicateur de ces parents avec lesquels des relations effectives étaient maintenues. Autre conséquence de cette analyse : loin d'exprimer une solidarité, l'existence même de la laudatio est un solide indice des tensions au sein du groupe parental et je corrigerais les appréciations de S. White qui tend trop, me semble-t-il, à considérer les parents qui l'octroient comme demandeurs. Il fait valoir les raisons à la fois spirituelles et matérielles ainsi que la recherche de prestige car l'association à un bienfait en faveur des saints jouait aussi comme marqueur social. Il fait peu de doute que nous ne devons pas éliminer ces raisons ; il est non moins évident, en raison du nombre de cas où les contreparties étaient absentes et compte tenu de l'apparente hétérogénéité des membres de la parenté cités que la sollicitation par les moines a dû représenter un cas de figure fréquent. Même s'ils devaient parfois rétribuer les parents des donateurs, c'était, à terme, plus avantageux que la multiplication de démarches pouvant aller jusqu'au plaid et que payer, de toute façon, pour éteindre une dispute.

Le sort du patrimoine

13La question du devenir du patrimoine est bien connue sans pour autant être résolue : partout on observe une tendance au resserrement lignager, à l'indivision du patrimoine, à écarter les cadets et les filles au profit de l'aîné. Toutes ces orientations se laissent seulement pressentir dans la documentation du Haut-Maine, avec beaucoup de nuances et quelques incertitudes : quel fut le sort des cadets et quel était le rôle de l'épouse du chef de lignage ? Le destin des filles mariées sera étudié plus loin.

Quels critères ?

  • 39 G. DUBY, La société aux xie et xiie siècles..., p. 216-217.
  • 40 G. DUBY, « Lignage, noblesse et chevalerie... », p. 83-116.
  • 41 G. DUBY, La société aux xie et xiie siècles..., p. 219.
  • 42 D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 528.

14G. Duby l'a décrit dans sa thèse sur le Mâconnais39 puis l'a confirmé plus tard40, la tendance au xie siècle était à la cristallisation des lignées autour d'une seule tige où les fils semblent se succéder par ordre de primogéniture. Cela supposait une tendance à l'indivision prolongée du patrimoine et le mariage d'un seul des fils. Il voyait des preuves de l'indivision dans l'emploi des termes « fraternitas » ou « frereschia ». La documentation du Haut- Maine ne fournit pas ce vocabulaire. La frérèche supposait une communauté fraternelle41, soit la cohabitation d'au moins deux couples sous le même toit42, et la difficulté commence ici. Il n'est pas difficile d'apercevoir des frères apportant leur approbation à la donation d'un aîné, qu'eux-mêmes aient disposé ou non de biens (ce que nous ne savons que lorsqu'ils en ont aliénés), et qu'ils soient ou pas mariés ; il est des exemples de donations communes entre frères. Mais cela ne dit pas que les frères vivaient sous le même toit. On ne peut pas même l'avancer pour la mère veuve non remariée (sans qu'elle soit retirée dans un monastère féminin : à ce sujet les mentions de prise de voile sont très rares alors qu'il existait plusieurs de ces établissements ; c'est donc que ce type de retraite nous échappe), pas davantage pour les filles non mariées (avec les mêmes remarques). Les fils comme les filles possédaient théoriquement des droits identiques à la succession ; c'est sans doute pour cette raison que le droit de regard que cela implique sur les actes d'aliénation a pu être confondu avec une pratique d'indivision.

Le partage inégal l'emporte

  • 43 D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 533 ; G. DUBY, La société aux xie et xiie siècles..., p. 225 ; L. (...)
  • 44 MM 8 Saint-Célerin, SV 564, 738.
  • 45 O. GUILLOT, Le comte..., t. 1, p. 333-335 ; voir supra, p. 32.
  • 46 SAA 327 et 328.
  • 47 CDL 51.
  • 48 CMM 2 Château-du-Loir.
  • 49 SV 544 et 495.
  • 50 SV 504 et 528.
  • 51 SV 350 et 352.

15Un point en revanche peut être tenu pour un peu plus clair : plusieurs historiens voient le partage successoral inégal, l'aîné semblant avoir la meilleure part43 ; par contre l'obscurité se fait de nouveau lorqu'il s'agit de savoir comment, au-delà du premier cadet, les choses se sont passées pour les puînés. Il faut admettre que les apparences sont en faveur du partage inégal entre les deux premiers fils (est-ce toujours le cas ?) et de l'indivision avec les autres. Mais reprenons le dossier. Guillaume de Braiteau succéda à son père à la tête de la châtellenie ; il agit, lance des calumniae, donne des biens, confirme les actes de ses tenants en fief. Ses deux frères légitimes accordent la laudatio, par contre ils ne font aucune donation en propre44. C'est ici un des cas typiques où l'on pourrait être tenté de conclure à l'indivision. Mais cette présomption repose sur l'absence de mention d'avoir personnel chez les cadets. Elle n'est pas toujours probante. Dans le cas de Château-du-Loir, les quelques pièces au dossier nous montrent d'abord la restitution par le comte d'Anjou Geoffroy le Barbu de la seigneurie qu'avait confisquée son oncle et prédécesseur Geoffroy Martel à l'évêque Gervais. Quoiqu'en ait écrit O. Guillot, nous n'avons aucune preuve qu'il la rendît à son frère cadet Robert45 ; en revanche, il est certain que ce dernier n'agit jamais en tant que seigneur de Château-du-Loir, alors que Gervais continua de le faire après la mort de Geoffroy Martel. Le respect des prérogatives de l'aîné est tout à fait remarquable, surtout si l'on songe à sa très longue absence dans le Maine (de 1048, date de sa capture par Geoffroy Martel à sa mort comme archevêque de Reims en 1067). D'autre part Robert, peu mentionné dans les notices, n'apparaît pas dans la documentation consultée comme donateur. Il était néanmoins marié et sa descendance permit d'assurer la continuité biologique des seigneurs de Château-du-Loir : son fils Gervais II prit le flambeau. Enfin il ne donna son consentement qu'une fois à un acte de son frère, celui par lequel les églises de Bousse et d'Arthezé furent rendues à Saint-Aubin d'Angers : leur père les avait obtenues du comte d'Anjou puis les avait distribuées à ses vassaux46. Aucune donation de sa part donc, et pourtant le dossier permet d'admettre qu'il disposa d'un avoir personnel ; son mariage et la situation à la génération suivante l'attestent. Nous voyons Adam de Château-du-Loir, frère cadet de Gervais II, disposer de sa part puisqu'il fit un don en faveur de Saint-Nicolas d'Angers avec le seul consentement de son fils47 ; par ailleurs, nous le voyons approuver un acte similaire de son frère aîné48 : il disposait par conséquent d'un droit de regard sur le patrimoine. Nous trouvons d'autres cas analogues dans des groupes parentaux de niveau plus modeste ; Hugues de Juillé, frère cadet de Robert 1er de Juillé, possédait des droits sur les églises de Juillé et de Piacé qu'il donna ou confirma de sa propre autorité49. Cela ne l'empêcha pas de consentir à deux donations de Robert50. Hugues de Malicorne, autre cadet marié, possédait des biens à Pirmil à la fin du xie siècle car il put donner à Saint-Vincent l'église et le cimetière51.

  • 52 C. J. BEAUTEMPS-BEAUPRÉ, Coutumes... ; l'auteur y signale que les coutumes d'Anjou et du Maine ont (...)
  • 53 J. YVER,.. Les caractères... ».

16La laudatio parentum ne suffit pas à présumer de l'indivision pas plus que l'absence de mentions de donations par certains cadets. Par contre, l'inégalité frappante des mentions de donations et des biens décrits atteste de l'inégalité des partages, de même d'ailleurs que l'absence fréquente de mentions de dons de la part des cadets : si leur part fut effectivement restreinte, il est normal qu'on ne les voit pas faire acte de générosité en faveur des saints. Il est fréquent qu'à l'occasion d'une approbation un cadet soit associé au beneficium loci, rétribution de son consentement qui devait garantir la paix, c'est-à-dire éviter une future calumnia aux moines. Grâce à cela, les cadets pouvaient obtenir les bienfaits spirituels sans être obligés de perdre un morceau de leur héritage. En ce sens, à leur part matérielle régulièrement dévolue pouvait s'ajouter un bénéfice spirituel dont la rémunération était assise sur la part demeurée à l'aîné. La question ici serait de savoir comment se faisaient les partages et si tous les cadets étaient traités sur un pied d'égalité. L'observation des coutumes rédigées postérieurement à notre période peuvent se révéler d'un secours appréciable. Il faut faire naturellement la part du danger des méthodes régressives, mais il ne s'agit pas uniquement de cela car ces coutumes intègrent des éléments anciens remontant au xie siècle. Aussi, lorsque le texte des coutumes trouve son répondant dans nos actes des xie et xiie siècles, il ne paraît pas abusif d'y lire une continuité52. Or la coutume confirme la notion de partage inégal sous l'expression de quotité du tiers dans le partage successoral : les puînés et les filles disposaient du tiers du patrimoine53. Plus précisément, l'aîné disposait des deux tiers des immeubles, mais de la totalité des biens meubles, y compris la charge des dettes. La coutume ne semble pas opérer de discrimination entre cadets, alors que nos actes le laissent supposer. L'essentiel ici réside dans la confirmation du partage inégal du patrimoine.

  • 54 LA 182 ; SJT 42 et 43 ; infra, p. 255.
  • 55 SV 292.

17Le maintien de l'intégrité patrimoniale n'était pourtant pas forcément remise en cause, car tout dépendait de la descendance des cadets ; si la branche cadette s'éteignait faute d'héritier, la part du patrimoine à elle dévolue avait toutes les chances de revenir à la branche aînée. Toutes les reconstitutions généalogiques montrent qu'à une même génération on ne mariait pas plus de deux garçons, mais ce ne sont pas obligatoirement les deux premiers qui nous apparaissent dans cette situation et là encore il faut tenir compte des lacunes documentaires. Ainsi Aubri II de La Milesse, quatrième fils d'Aubri Ier, fut probablement marié tardivement54, indice de mariages infructueux de ses aînés. Autre exemple révélateur des pratiques matrimoniales : Gonhier de Souligné donna à Saint-Vincent l'église de Villaines-sous-Lucé, avec le consentement de ses neveux, ses uniques héritiers. Gonhier était un cadet, frère de Jean son aîné et d'un plus jeune non nommé55. Le patrimoine hérité des parents de Jean et de Gonhier fut donc partagé entre les deux frères. Par ailleurs, Gonhier était marié. Cette corrélation, déjà attestée chez les groupes de Château-du-Loir et de Malicorne, entre mariage du cadet et possession de biens par celui-ci (biens différents du douaire constitué) laisse présumer qu'aînés et cadets ne cohabitaient pas sous le même toit. Sinon, l'indépendance permise par la disposition personnelle de biens n'avait guère de raisons d'exister. Gonhier céda l'église de Villaines contre soixante sous et en conserva la moitié en viager, clause tendant à confirmer qu'il ne possédait qu'une faible part de l'héritage paternel. Phénomène peu courant, la laudatio parentum fut donnée par les descendants de la branche aînée pour cette partie des biens dévolue à un cadet ; mais ici les neveux étaient les héritiers désignés, en l'absence de descendants directs. Ils ne reçurent aucune contrepartie matérielle à leur consentement. Là encore c'est, pour nous, une confirmation : la mention de collatéraux intéressait en premier lieu les moines qui avaient probablement sollicité leur approbation.

18Les risques de stérilité des couples et de descendance uniquement féminine encourageaient donc les chefs de lignage à prendre des assurances en mariant deux fils, mais sans aller au-delà. On aimerait vérifier si les plus modestes de l'aristocratie agissaient comme les plus nobles. Il semble bien qu'au moins les groupes de parenté de l'aristocratie moyenne n'avaient pas un comportement différent ; l'interrogation pour la strate inférieure ne peut être levée, faute d'éléments, pas plus qu'il n'est possible de saisir une évolution des comportements, pour la même raison.

Le droit des filles

  • 56 G. DUBY, « Lignage, noblesse... ».
  • 57 J. YVER, « Les caractères... »
  • 58 SVI 11.
  • 59 « Sancto Vincentio decimas sororis sue, de terr [a] que vocatur Curtelias, quam de ipso tenebat de (...)
  • 60 P. GUILHIERMOZ, Essai..., p. 203.
  • 61 « quandam decimam de Corticellis, quam antea nobis concesserant antecessores sui et dederant » (SV (...)

19G. Duby avait signalé le principe de la supériorité des descendants sur les collatéraux qui avait pour effet, en l'absence de frère, de rendre la fille héritière du patrimoine aux dépens des oncles et cousins56. Dans le Haut-Maine ceci apparaît dans le lignage de Château-du-Loir lorsque Mathilde, fille de Gervais II, succéda à son père et transmit la seigneurie alors que son oncle paternel Adam était pourvu d'une descendance masculine. Allons plus loin ; il semble que le privilège d'aînesse fonctionnait également entre filles en l'absence de garçon, ce que confirment les coutumes de Maine-Anjou57. Vers 1060 Béatrice, veuve d'Hugues Coctus, ses trois fils étant morts, donna des dîmes à Saint-Victeur, le prieuré manceau de l'abbaye du Mont-Saint-Michel. L'acte fut corroboré par son gendre Mathieu de Sourdon mentionné comme héritier de la terre sur laquelle étaient assises les dîmes. Elle obtint l'accord de sa fille Basilia Dangereuse, épouse de Mathieu de Sourdon, mais aussi de ses deux sœurs Dyonisie et Hildeburge58. Ceci nous suggère que l'héritage comprenait des biens du patrimoine de Béatrice. Tout se passe comme si cette femme avait été dépositaire du patrimoine sur lequel ses sœurs cadettes n'avaient eu qu'un droit de regard. Mais cela ne nous renseigne nullement sur leur sort quant à leur propre héritage ni sur leur résidence. L'exemple suivant est en revanche plus suggestif. Le 22 mai 1087, alors qu'il était mourant, Robert de Sourdon (le père de Mathieu évoqué plus haut) donna à Saint-Vincent les dîmes de la terre de Courteilles, terres que sa sœur tenait de lui. L'acte précisait qu'elle pouvait refuser de donner son consentement de son vivant, mais après sa mort (celle de la sœur), la terre reviendrait aux moines59. Ses droits sur des biens à l'évidence hérités étaient donc reconnus par le fait qu'elle pouvait refuser une aliénation proposée par son frère sur sa part. Nous devinons ici les traits de la future tenure en parage60 ; si cette part devait faire effectivement retour à l'aîné, c'est probablement parce que sa sœur n'avait pas de descendance. Son refus devait être perçu comme évident, mais la clause avait pour but de préciser en faveur de l'abbaye la destinée de cette part après le décès de la sœur. Effectivement nous trouvons plus tard Hugues, fils de Guillaume de Sourdon et petit-fils de Robert, donc neveu de cette femme, qui confirme à l'abbaye la dîme de Courteille auparavant cédée par ses ascendants61. Par contre, nous ignorons si la sœur de Robert était mariée ; en tout cas, elle était très certainement sans mari, veuve ou célibataire, lors de l'acte de donation. Aussi disposons-nous d'un nouvel exemple d'autonomie, cette fois non d'un cadet mais d'une fille, autonomie qui autorise à penser qu'elle non plus ne vivait certainement pas sous le même toit que son frère. La fraction du patrimoine à elle dévolue devait suffire à ses besoins mais sans lui permettre d'en aliéner un morceau ; le hasard seul nous fait entrevoir ce monde des cadets et cadettes que les actes ne mettent le plus souvent au jour que pour une approbation. Le groupe domestique aux xie et xiie siècles avait toutes les chances de ne comprendre que la cellule conjugale, c'est-à-dire le couple et ses enfants, avec, peut-être, un ou plusieurs domestiques.

Les bâtards

  • 62 SV 778.
  • 63 SV 564 et 738.
  • 64 SV 115.
  • 65 SV 800.
  • 66 « memorare libet quia couventio est, ut si quis de duobus primis fratribus monachatum expetierit, (...)

20Il n'est pas rare qu'au bas des actes figurent, parmi les listes de témoins, des personnages qualifiés de bâtards ; la documentation nous fait connaître onze d'entre eux, mais seuls quatre peuvent être situés dans le contexte de leur parenté. Il s'agit tout d'abord d'Eudes, frère de Guillaume de Braiteau, cité comme premier témoin d'un acte suscrit par son frère62 ; cependant je ne le vois pas donner la laudatio parentum quand ses deux frères l'apportent63. Ce n'est pas le cas en revanche de Roger, fils de Jean de La Guierche, qui approuve l'importante donation de son père à Saint-Vincent avec tous ses frères et sœurs légitimes64. Cette fois sa mère, Normanna, est mentionnée. Nous sommes dans la seconde moitié du xie siècle : l'illégitimité demeurait donc un phénomène reconnu. Le troisième exemple, au début du xiie siècle, est plus difficile à situer dans le contexte parental. Garnier de Palluau, qualifié de bâtard, vendit à l'abbaye un arpent de pré en échange duquel les moines lui devraient un cens de quatre deniers ; pour attester de la validité de la vente, il fournit deux garants (fidejussores), Bérenger Avale-Vent et Renaud de Palluau, sans précision sur le lien de parenté de ce dernier avec Garnier qui avait un fils, Gautier, lequel donna son approbation65. Garnier a donc eu sa part de l'héritage paternel. Enfin nous voyons la discrimination monastique s'exercer : Guy de Sarcé, en 1096, avait mis en gage un fief ; ne pouvant rembourser, il autorisa avec ses frères légitimes les moines à le conserver moyennant une nouvelle somme d'argent. Puis, afin de consolider les liens entre eux et l'abbaye, celle-ci accepta de recevoir l'un des deux aînés comme moine s'il apportait ses biens meubles au monastère (pourquoi les aînés ? Est-ce parce que les biens étaient plus importants ?) ; en cas de décès, le troisième ou le quatrième pourrait être admis, mais pas le bâtard, sauf si les deux autres décédaient ou l'envoyaient à leur place !66 Restriction inutile car, tout bien pesé, cela revenait au même, mais les moines sauvaient la face par cette apparence de discrimination conforme à la condamnation de la polygamie. Le dossier n'est pas lourd mais on voit que les bâtards sont cités, donc que des droits leur étaient reconnus, notamment à l'héritage ; la laudatio apportée montre qu'ils étaient de potentiels lanceurs de calumniae.

Les aléas des successions : la transmission du patrimoine par les femmes

  • 67 T. EVERGATES, « Nobles... », p. 19-21.
  • 68 M. PARISSE, La noblesse..., p. 349-350.
  • 69 TV 250.
  • 70 SPC 75.
  • 71 SV 745.
  • 72 SV 333 ; la liste, ici non exhaustive, des seigneurs manceaux croisés peut être lue dans Bouton, L (...)
  • 73 SV 522.

21Le nombre de cas où la continuité n'a pu être assurée par les garçons est, nous l'avons vu, élevé. Ce phénomène n'a pas échappé aux historiens, en particulier à Theodore Evergates67 et à Michel Parisse68, lequel montre qu'en Lorraine les grandes familles ont réussi à maintenir leur premier rôle et comment les plus anciennes d'entre elles ont su assurer un renouvellement interne grâce à un nombre élevé d'enfants permettant de reprendre les seigneuries venues en déshérence. Dans le Haut-Maine la déshérence profita presque toujours à un autre groupe de parenté en lui offrant l'occasion de caser un de ses cadets. Ainsi la lignée vicomtale offrit-t-elle à Geoffroy, frère cadet du vicomte, Avoise, fille d'Hugues de Braiteau. Geoffroy fut donc à l'origine d'un nouveau lignage. À un niveau presque identique, le troisième fils du comte de Mortagne, Rotrou, en épousant une des filles d'Hugues de Gennes, forma la souche d'une nouvelle lignée. La seigneurie de Château-du-Loir fut transmise deux fois consécutives par les femmes, passant au comte du Maine Hélie puis au comte d'Anjou. Nous pouvons faire la même observation pour des familles de rang moyen : ainsi la seigneurie de Brûlon fut-elle transmise au lignage voisin de Malicorne. Dans ces cas, l'attribution à un cadet d'une nouvelle seigneurie entraînait l'uxorilocalité. Les aléas biologiques étaient la raison principale. Jamais les sources ne mentionnent qu'un décès violent put être cause de l'extinction d'un lignage ; nous aurons toutefois à réfléchir ultérieurement sur la valeur représentative de ces mentions. Les départs en pèlerinage ou à la croisade n'ont guère eu non plus ce type d'effet car les partants que nous connaissons n'étaient pas des jeunes. Toutefois Hugues Doubleau III mourut sur le chemin de Rome, laissant certes un héritier potentiel mais pas effectif. Ce fut sa sœur qui transmit la seigneurie69. En revanche lorsque Foulques Riboul partit pour Jérusalem vers 1158, il était déjà âgé et avait assuré sa succession70 ; de même Robert le Bourguignon est parti fort âgé à la première croisade, laissant plusieurs fils et petit-fils. À un niveau plus bas, Payen de Chevré ne revint pas de la première croisade mais avait laissé un fils sur place qui lui survécut71 ; Guy de Sarcé laissa sa femme et son fils72. Presque toujours, si l'on suit nos sources, les hommes qui partirent à la croisade ou en pèlerinage furent des hommes mûrs, des seigneurs qui avaient généré une descendance ; rarement des cadets. Nous retrouvons ici le profil sociologique des preneurs d'habit dans un contexte de motivation spirituelle identique. Nos sources déforment-elles le phénomène ? En partie seulement : des cadets ont pu accompagner leur aîné ou leur seigneur. Les actes firent mention des départs car l'expédition fut précédée de donations pieuses destinées à fournir du numéraire aux croisés. Les détenteurs de seigneurie étaient par conséquent les mieux aptes matériellement à le faire, aussi est-ce logiquement le profil type du donateur laïque qui apparaît dans le croisé. S'il est exact que les croisades détournèrent partiellement les ardeurs guerrières des seigneurs vers de saints objectifs, il est moins évident qu'elles eurent pour effet d'y expédier beaucoup de cadets en surnombre. Les croisades ne fonctionnèrent pas vraiment comme soupapes de sûreté ! Les prêches des hommes d'Église touchèrent des hommes mus par le repentir (nous avons vu que les hommes l'étaient davantage dans leur maturité que dans leur jeunesse), soucieux de leur salut et capables de l'assurer. Enfin, de la même manière que les dons des détenteurs du patrimoine pouvaient habituellement profiter spirituellement aux cadets qui donnaient leur consentement (ce qu'ils firent à l'occasion des aumônes destinées à financer le voyage), les bénéfices spirituels recherchés dans la croisade ou le pèlerinage pouvaient retomber sur les proches parents demeurés sur place : figure sacrificielle du seigneur prenant en charge par son acte salvateur les âmes des membres de sa parenté. Quant au service militaire, si les enfants du seigneur qui se croisait n'avaient pas l'âge de le rendre, un frère cadet pouvait y pourvoir comme le cas fut prévu pour le voyer Robert, vassal de Robert de Juillé73. L'impact des croisades sur les dévolutions successorales fut donc probablement très limité ; il ne provoqua pas non plus de saignée démographique. Il hâta un peu la transmission des terres et le veuvage de certaines épouses.

22Ces observations nous ramènent par conséquent au rôle des femmes et à leurs droits spécifiques qu'il reste à examiner de près.

Le droit des femmes

23J'ai jusqu'ici surtout considéré les filles par rapport à leurs frères, écartant les épouses. Il faut y venir à présent, suivre le destin des filles mariées. Je laisse de côté pour l'instant la question des alliances entre les lignages ; je n'aborderai pas non plus, à regret mais faute de matériau, la question touchant à la circulation des femmes au sein du groupe aristocratique. La documentation de cette époque ne se prête pas à pareille étude, puisqu'il faudrait au préalable pouvoir identifier au moins la plupart des épouses, c'est-à-dire leur donner un nom et connaître leur ascendance, puis pouvoir suivre ainsi plusieurs générations. De ce point de vue, nous sommes très loin des conditions suffisantes. Comme toute alliance matrimoniale donne lieu à des transactions matérielles, je les observerai, le douaire en premier, la dot ensuite, avant de voir quel contrôle les femmes ont eu sur leurs biens.

Le douaire

  • 74 P. TOUBERT, Les structures..., p. 749.
  • 75 R. LE JAN, Famille et pouvoir..., p. 268.
  • 76 Ibidem, p. 367-366.
  • 77 Ibid., p. 366-372.

24Alors que le système romain était organisé autour de la dos, l'apport de la femme au ménage, le système germanique était à l'inverse marqué par la prédominance de l'apport du mari74. Toutefois le douaire ne dérive pas de la Morgengabe qui était offerte après le mariage et avait le caractère d'un don privé. Il était au contraire constitué avant le mariage75. Le douaire médiéval résultait d'une romanisation des diverses pratiques germaniques et avait pour principale fonction de garantir le droit de l'épouse devenue veuve. Essentiellement constitué chez les Francs de biens fonciers cédés à l'épouse sa vie durant, il était, à l'époque carolingienne, prélevé sur l'héritage familial76. C'était donc une institution fort ancienne77 mais qui, aux xie et xiie siècles, avait connu, par rapport aux époques mérovingienne et carolingienne, une régression certaine, perceptible selon R. Le Jan dès la fin du xe siècle.

  • 78 « De qua re, in Dei nomine, ego, Herbertus, duco uxorem nomine Godeheldem, et do et in dotalicio d (...)
  • 79 Infra, p. 266 et suivantes.
  • 80 J. YVER, « Les caractères... »

25Le douaire se dit dos ou dotalicium dans les actes manceaux ; il se différencie de la dot désignée par le terme maritagium mais le plus souvent non nommée. Observons un premier cas où nous avons la possibilité de comparer ces deux apports. À Beaumont, en 1085- 1086, Herbert fils de Framenger établit un douaire en faveur de son épouse Godehilde, tandis que le frère de celle-ci lui constituait une dot. Il s'agit par conséquent d'un contrat de mariage dont voici les termes : « Moi, Herbert, je prends pour épouse Godehilde, et je lui donne en douaire... » ; à ceci répond, après l'énumération des biens : « Hamelin, fils de Lambert de La Hune, a donné à sa sœur Godehilde, femme d'Herbert fils de Framenger... ». On notera que dans les deux cas c'est à la femme que les biens furent donnés, si l'on veut bien croire le texte. La constitution de la dot par le frère est ici liée à la mort du père. Les biens formant le douaire n'ont nulle homogénéité ; ils se dispersent au travers de trois paroisses, proches néanmoins ; ils comportent deux métairies, deux arpents de vigne, six mesures de vin, un fournil, un bourgeois, un fief de cinq chevaliers et deux autres fiefs dont les tenants respectifs sont nommés. La dot comprenait un fief de dix chevaliers et deux métairies78 : aucune homogénéité là non plus. On remarquera que le nombre des chevaliers semble plus indicatif de la valeur des fiefs, car je doute qu'ils aient fourni réellement chacun cinq et dix combattants à cheval. Ajoutons que le père d'Herbert était lui-même dit vassal (homo) de Guiterne de Juillé, personnage dont nous verrons qu'il appartenait à la moyenne aristocratie châtelaine79 ; Herbert et son père étaient par conséquent des hommes de la petite aristocratie. Si l'on admet que le douaire constituait le tiers des biens du mari, comme le précise expressément la coutume du Maine qui sur ce point a toutes les chances d'être ancienne80, cela donne une idée de la valeur du patrimoine d'un personnage de cette petite aristocratie mancelle. Au total, la comparaison des biens entre douaire et dot, peu aisée dans le détail, laisse supposer une équivalence. Ce contrat est un des rares contrats de mariage dans le Maine, mais il pose plus de questions qu'il ne permet d'en résoudre ; en particulier nous ne savons pas qui gère les biens ni quels sont les droits de l'épouse sur la dot comme sur le douaire. Le fait qu'elle soit mentionnée comme bénéficiaire ne constitue absolument pas une preuve qu'elle les ait gérés elle-même.

  • 81 LA 159.
  • 82 Il arrive parfois que l'épouse élève une réclamation sur la donation comprenant les biens de son d (...)

26Les actes que j'observe ne montrent aucune remise en cause du douaire, quand bien même celui-ci à la fin du xiie siècle et au début du xiiie semble fréquemment donné en aumône par l'époux à un établissement religieux. Pierre de Chassillé, en 1212-1213, a donné aux chanoines de Saint-Julien du Mans la moitié d'une dîme qui relevait du douaire de son épouse Odeline et de son patrimoine. Sa femme reçut en échange des terres de la part des chanoines et approuva l'opération81. Les actes de Saint-Vincent font état de nombreux exemples de ce type ; j'ai relevé au moins treize cas au travers du Liber controversiarum de cession d'un douaire compensée par l'attribution d'un autre bien, l'échangeur pouvant être soit l'époux, soit les moines bénéficiaires. Ces opérations se faisaient du vivant du mari ; c'est là une indication qui, parce qu'il en avait l'initiative, suggère que l'épouse ne gérait pas son douaire, même si elle donnait son accord (un droit de regard n'équivaut pas à un droit d'initiative), et si, de ce fait, la reconnaissance de son droit à en disposer était ainsi formellement admise82. Lorsqu'une femme donnait à un établissement religieux une part de son douaire, c'était en tant que veuve. Encore ne sait-on pas si, dans les échanges, l'équivalence était réelle. Jamais les mentions ne sont assez précises pour que nous puissions nous en faire une idée.

  • 83 SV 500.
  • 84 SV 386.

27Lorsqu'une veuve se remariait, le douaire retournait au sein du lignage donaceur. Cependant, elle ne semble pas avoir perdu tout droit de regard. Guillaume fils de Lonuchon donna à Saint-Vincent une dîme provenant du douaire de sa mère Odeline ; celle-ci, ainsi que son nouvel époux, Robert des Ambrés, donnèrent leur consentement83. Celui du second mari, qui n'avait en principe aucun droit de regard sur cette dîme, pose une limite à celui de sa femme, la privant théoriquement de la liberté pleine de consentir à une donation. Cet « abus » du droit à consentir où nous voyons les moines étendre le cercle des intervenants doit être lu de leur point de vue comme une assurance supplémentaire contre un calumniator éventuel : après tout, le nouveau mari aurait pu vouloir « défendre les intérêts » de sa femme. Mais il arrivait qu'une donation du douaire ou d'une fraction de celui- ci du vivant des époux ne soit pas compensée. Vers 1100, à Noyen, le fils de Lancelin de Bannes disputa la donation d'une dîme en faveur de Saint-Vincent faite par son père. Or cette dîme provenait du douaire de l'épouse de Lancelin. Après abandon, ce fils, Acharie, reçut six sous et le beneficium loci, de même que sa mère, alors qu'elle n'en avait pas été gratifiée lors de la donation84. Voici un fils défenseur de sa mère, mais aussi surtout de son intérêt propre. Le mari donateur avait disposé librement du douaire de son épouse : acte singulier propice à la calumnia !. Quant au résultat, c'était pour elle une perte matérielle sèche. Ces deux exemples sont en apparence contradictoires ; mais, replacés dans leur contexte, ils confirment tous les deux que la gestion du douaire par la femme se limitait strictement à ce pour quoi il était destiné : assurer ses besoins lorsqu'elle était veuve. En dehors de ceci, toute opération sur le douaire relevait de l'initiative du mari, avec (le plus souvent) ou sans l'accord de sa femme.

  • 85 L. Morelle remarque qu'en Laonnois les actes ajoutent aux biens conférés lors du mariage la moitié (...)
  • 86 CDL 100.
  • 87 R. LE JAN, Famille et pouvoir..., p. 368.
  • 88 SV 393.

28La constitution du douaire ne se faisait pas nécessairement par prélèvement du patrimoine. Les acquêts pouvaient entrer dans des proportions diverses dans sa constitution85. À l'extrême fin du xiie siècle, en 1197, le sénéchal Guillaume des Roches donna en douaire à Marguerite de Sablé tous ses acquêts, ceux déjà réalisés et ceux à venir86. Ce moyen d'épargner le patrimoine n'était pas tout à fait nouveau. Dès l'époque carolingienne, R. Le Jan remarque que si le mari en avait les moyens, il essayait de constituer le douaire à partir d'acquêts ou de biens pris sur l'héritage maternel87. Mais la tendance à limiter les effets du douaire en faveur de l'épouse pouvait aller plus loin : dans un cas, entre 1070 et 1078, Guillaume de l'Ile approuva la donation faite par son oncle Robert d'un fief en faveur de Saint-Vincent, fief que cet oncle tenait de Guillaume88. Robert, fils de Froger, semble avoir été célibataire, si l'on en croit l'absence de toute mention d'épouse ou d'enfant ; voici au passage un nouvel exemple de cadet à qui était attribuée une part du patrimoine, ici sous la forme d'un parage. Dans ce cas, l'intéressant est que le fief constituait le douaire de l'épouse de Guillaume, Adèle. L'abbé en fut investi par Guillaume de l'Ile le jour de la mort de son oncle. Pour cette raison Adèle fut rétribuée de vingt sous par l'abbaye, ainsi que Guillaume qui retira un bienfait matériel en échange de sa confirmation. Ainsi le père de Guillaume s'était-il servi des mêmes biens pour satisfaire le droit de son frère à la succession paternelle et pour constituer le douaire de sa bru. En somme, Adèle a obtenu vingt sous pour son approbation et rien de plus semble-t-il : nulle mention d'échange ne se lit dans la notice. Au total, la tendance à constituer le douaire en préservant le patrimoine était une évolution peu favorable pour l'épouse. La dot compensait-elle ce mouvement ?

La dot

  • 89 P. TOUBERT, Les structures..., p. 752.
  • 90 G. DUBY, La société aux xie et xiie siècles..., p. 217.
  • 91 R. LE JAN, Famille et pouvoir..., p. 265 et 291.
  • 92 Christiane Klapisch-Zuber estime qu'à partir du xiie siècle, la dot apportée par la femme grossit (...)
  • 93 LE JAN, ibidem, p. 264.

29Le plus souvent, rappelons-le, lorsqu'un acte informe de la constitution d'une dot, aucun terme spécifique ne la désigne. Sinon, les rédacteurs usaient du mot « maritagium » ou, plus rarement, de « matrimonium ». Au xie siècle, nous avons observé un contrat de mariage qui montre qu'on établissait un lien entre les deux institutions ; dans le lointain Latium, Pierre Toubert a rencontré le même phénomène89. G. Duby, dans le Mâconnais, s'interrogeait sur la nouveauté éventuelle de la dot médiévale au xie siècle90, et c'est en effet une question importante car les époques précédentes semblent en avoir fait peu mention. Elle n'était pourtant pas totalement inconnue. Le mariage légal comportait la donation fréquente d'un père à sa fille avant qu'elle ne quittât la maison paternelle91, aussi ne doit- on pas s'étonner si, aux xie et xiie siècles, la dot donne toutes les apparences d'une institution bien établie. À travers un exemple (il n'en existe, hélas, qu'un autre), nous avons pu estimer que son poids par rapport au douaire devait être équivalent ; la quasi-singularité de ce cas ne doit pas faire induire pour autant une pratique qui serait peu courante ou nouvelle : la nature de la documentation en est seule responsable. Les établissements religieux étant rarement concernés n'avaient aucune raison de conserver de pareils contrats, lesquels devaient être rarement écrits. Mais du coup il est impossible de dire si, dans le Haut Maine, une évolution éventuelle du rapport entre les valeurs respectives de la dot et du douaire se produisit92. De toute manière, leur pratique concomitante est parfaitement dans l'esprit du Moyen Âge dans la mesure où cela signifie une relation d'échange. Dans le Haut Moyen Âge le don d'une fille était déjà en soi important puisque la puissance des groupes aristocratiques était fondée sur le système de l'alliance ; la famille receveuse devait compenser l'apport de l'épouse par le douaire, sans compter les divers cadeaux qui précédaient la desponsatio93 ; aux xie et xiie siècles, la dot avait acquis une plus grande valeur car la fixation des groupes sur un territoire faisait passer les biens fonciers au premier plan dans la relation d'échange, tout en conservant un rôle central à l'alliance. Le douaire devait donc trouver une contrepartie de même nature. Du même coup, la dotation de la fille par son lignage d'origine présentait une contradiction dans la mesure où elle entraînait une amputation du patrimoine.

  • 94 J. YVER, « Les caractères... »
  • 95 Et non entre le 21 juin 1040 et le 15 octobre 1055. comme l'indique O. Guillot (Le comte..., t. Il (...)
  • 96 Ct La Suzc, et non Souligné-sous-Ballon comme l'indique par erreur J.-P. Brunterc'h, « Maine ou An (...)
  • 97 A. BERTRAND DE BROUSSILLON, Cartulaire..., t. 1, p. 374.
  • 98 SAA 328.
  • 99 SAA 327.

30Pour la surmonter, plusieurs moyens furent utilisés. En premier lieu, les filles dotées furent évincées de leur droit à partager l'héritage. Aussi la dot pouvait-elle être inférieure à leur part successorale, comme le permettait la coutume du Maine94. Le second moyen était, lorsque c'était possible, de constituer la dot avec des biens acquis. Le destin des églises de Bousse et d'Arthezé fournit un bon exemple de ce cas de figure. Une notice rédigée à la fin du xie siècle95 mentionne la soustraction opérée par le comte d'Anjou Foulques Nerra au détriment de l'abbaye Saint-Aubin d'Angers des églises de Bousse et d'Arthezé que les moines avaient obtenues par donation royale. Foulques en fit cadeau à Haimon de Château-du-Loir en dépit des protestations des moines. Haimon ne les a pas conservées : il a donné la première à Guy de Laval en dot avec sa fille ; d'autre part, il donnait celle d'Arthezé à Gaudin le Vieux de Malicorne, lequel en fit la dot de sa fille qu'il donna à Gautier Restivum. Plus tard, Haimon étant mort et son fils, l'évêque Gervais, lui ayant succédé, un accord fut conclu entre le comte Geoffroy Martel, les moines de Saint-Aubin et Gervais. Tous se rencontrèrent au château du Lude. L'abbaye ayant fait valoir ses anciens droits, le comte leur proposa la restitution des églises et pour ce faire, Geoffroy Martel donna à l'évêque Gervais, en échange, la moitié du fief d'Ingelger de Chambellay. Ainsi l'évêque put-il rendre à Saint-Aubin, avec le consentement de ses frères, lesdites églises. Gaudin allait donner en échange à son gendre Gautier Restivum l'église de Souligné-sous- Vallon96. Mais cet arrangement fut remis en cause par la génération suivante, après la mort de ses acteurs. Guy le Jeune de Laval, fils de Guy 1er et de Rotrude de Château-du-Loir, selon A. Bertrand de Broussillon97, Gaudin II de Malicorne et Adam de Château-du-Loir, neveu de l'évêque, disputèrent ces possessions à l'abbaye qui dut payer le prix de leur abandon98. Les péripéties de ces églises angevines sont pleines d'enseignements. Sur la circulation des biens d'abord : un cadeau fait par son seigneur évitait au bénéficiaire de puiser dans son patrimoine pour ceux qu'il devait faire ; le cadeau était à nouveau mis en circulation. Sur une pratique implicite d'intervention ultérieure du donateur sur le bien offert : Gaudin le Vieux reprit la dot à son gendre, quitte à procéder à un échange, et Gervais agissait de même. Un acquis n'était pas définitif, mais les liens personnels ont joué ; quoique cette pratique soit attestée, elle n'avait rien de codifié. En tout cas les héritiers disposaient d'un bon argument de dispute et d'une occasion de bénéfice ; au bout du compte, cependant, les biens demeuraient dans le patrimoine monastique. Enfin dans les deux cas le rédacteur signalait que le bien (maritagium) fut remis à l'époux et non à la fille, formulation évidemment plus conforme à la réalité99.

  • 100 CAR 4.
  • 101 infra, p. 272.
  • 102 Cne d'Assé-le-Riboul.
  • 103 Ibidem.

31Un autre contrat de mariage, établi entre un beau-père et son gendre, présente une situation singulière, où une forme de dot virtuelle associe alliance matrimoniale et lien féodal. Vers 1100, une convention fut passée entre Geoffroy d'Assé, appelé dominus, et Herbert de La Guierche lorsque le premier donna au second sa fille Julienne100. La convention peut être décomposée en cinq points. En premier, Herbert acceptait que Geoffroy, son beau-père, disposât sa vie durant des biens à Vernie formant le patrimoine dont Julienne était l'héritière car sa mère, fille de Guillaume de Vernie, en avait elle-même été l'héritière unique101. Le deuxième point du contrat stipulait qu'Herbert et Julienne, à la demande de Geoffroy, devaient donner à l'abbaye Saint-Nicolas d'Angers l'église Saint-Médard de Vernie, avec la dîme du moulin, libre de toute redevance pécuniaire. Cette fois, une part du patrimoine de Vernie était soustraite. Comme Geoffroy avait demandé à ses enfants d'exécuter ce geste d'aumône, il pouvait être bénéficiaire à bon compte du bénéfice spirituel s'attachant à toute donation pieuse. Le troisième point spécifiait que les jeunes époux acceptaient de laisser à Geoffroy la totalité de l'honor de Mont-Saint-Jean sa vie durant. Quoique cela ne soit pas précisé, il devait faire partie du patrimoine de Vernie, sinon on ne voit pas pourquoi il aurait été évoqué. Le point suivant fait un sort identique aux biens de La Motte Achard102 mais en indiquant qu'ils furent acquis par Herbert et Julienne. Dans le dernier point, Herbert promettait à son beau-père de l'aider par tous les moyens à acquérir la terre du Mortier103. Une fois la chose réalisée, Herbert la tiendrait de Geoffroy, de même que son héritier, et il devrait lui rendre aides et services. En contrepartie, Geoffroy s'engageait à l'aider dans la mesure de ses moyens à faire respecter son droit. La dot, finalement, était constituée de cette terre, non encore acquise. Mais la convention est plus complexe dans la mesure où la relation d'alliance concrétisée par un mariage devait entraîner une relation féodale. Gendre, Herbert de La Guierche était aussi tenant en fief de son beau- père. Situation provisoire de toute façon puisque la mort du beau-père allait faire d'Herbert un seigneur plus puissant que ne l'avait été Geoffroy, d'où l'aspect quelque peu léonin de ce contrat à l'avantage du beau-père.

  • 104 SV 330.
  • 105 CAR 8.
  • 106 SV 96.
  • 107 M. PARISSE, La noblesse..., p. 323.
  • 108 SV 350.

32Herbert, en tant que détenteur d'un fief, disposerait par conséquent de la dot de son épouse, en attendant l'héritage plus substantiel de celle-ci. Nous voyons par ailleurs les époux aliéner la dot de leur épouse avec leur consentement. Dans la seconde moitié du xiie siècle, Hugues de Congé donnait à Saint-Vincent des biens fonciers provenant explicitement du matrimonium de sa femme104. L'épouse conservait, comme pour le douaire, un droit de regard. De façon identique, vers 1125, Foulques Riboul et sa femme Béatrice firent une donation conjointe à Saint-Nicolas d'Angers comprenant des biens sis à Assé105, qui était le point d'ancrage du beau-père de Foulques ; leur localisation laisse supposer qu'il y avait là des biens dotaux. À la différence du douaire qui, une fois son utilité potentielle ou effective rendue caduque par le remariage de la veuve ou son décès, retournait au lignage pourvoyeur, la dot demeurait acquise par le mari même après la mort de son épouse. En témoigne Guillaume Riboul qui, vers 1100, vendit une vigne qui faisait partie de la dot de sa femme décédée106. J'ignore si Guillaume eut une descendance, car la question de sa dévolution aux héritiers se pose. En Lorraine, il semble admis, estime M. Parisse, qu'un cadet recevait la dot de sa mère avec attribution au premier107. C'est peut-être la raison pour laquelle la mère d'Hugues de Malicorne, en 1097, donna son consentement à une donation de son fils en faveur de Saint-Vincent108. Hugues était un second cadet, marié, mais il est possible que le premier cadet fût mort.

  • 109 SV 810.
  • 110 . Henricus dedit sibi XX solidos tali tenore, ut quaudo fili Herberti terram habebunt contra eos r (...)

33Tandis que le douaire avait toutes les chances de demeurer au sein du lignage donateur, la dot y échappait nécessairement. C'est pourquoi l'observation des mentions de dot dans la documentation révèle des tensions et toutes sortes de subterfuges pour en limiter les effets chez le groupe donateur : nous observons en effet une fréquence de calumniae inconnue pour les douaires. Le dossier est fourni et les exemples n'ont rien d'anecdotiques. À la fin du xie siècle, après qu'Arnoul de Montbarbet se fut fait moine à Saint-Vincent, sa sœur Hildesende et le mari de celle-ci, Joscelin, disputèrent les dons qu'il avait faits à l'abbaye. On plaida devant Rotrou de Montfort, mais Arnoul tourna le plaid en accord et confirma la possession à sa sœur de plusieurs biens dont la dot qu'il lui avait donnée109. Il avait donc donné deux fois les mêmes biens, à sa sœur d'abord puis à l'abbaye pour sa prise d'habit. Geste qui n'est pas rare, et la duplicité peut être à double détente, comme le montre le cas suivant. Vers 1100, Henri, beau-frère d'Herbert de Saint-Longis dont il avait épousé la sœur, réclama à l'abbaye Saint-Vincent des terres données aux moines par Herbert. Il affirmait, et produisait des témoins à l'appui, que ces terres lui avaient été données par droit conjugal (maritali jure) ; plus loin, il parle du maritagium. Lorsqu'après de multiples démarches, l'abbaye accepta de composer, Herbert, le donateur, était mort. L'abbé Ranoux se résolut à rendre la dot, mais exigea que Henri lui paie vingt sous. Ils ne lui seraient restitués que si, plaidant contre les fils d'Herbert qui disposeront de la terre, il était capable de faire valoir son droit110. Il aura donc fallu à Henri bien des difficultés pour avoir raison des moines, et encore n'était-il pas au bout de ses peines. On remarquera que la restitution de la dot devait se faire implicitement aux descendants d'Herbert et non à Henri directement, mais la tournure elliptique de la notice ne permet guère d'en être certain ; peut-être l'abbé imaginait-il (par expérience de ce type de situations) que les fils d'Herbert se saisiraient du bien par la force. En tout cas il excluait que Henri l'obtienne facilement, aussi devons-nous envisager une arrière-pensée de l'abbé Ranoux. Ne soupçonnait-il pas une possible duplicité aux dépens de l'abbaye, en l'occurrence une entente entre les fils d'Herbert et Henri, leur oncle par alliance, dont le seul effet aurait été de réintégrer dans le patrimoine d'origine le bien donné doublement ? En conservant un gage de vingt sous, les moines ne perdraient pas tout et ils incitaient Henri à défendre son droit avec conviction.

  • 111 SV 296.
  • 112 SV 292.
  • 113 SV 293.
  • 114 « Sed post multam concertationem et postquam jamdictam ecclesiam Sancto Vincentio abstulerat, in c (...)
  • 115 SV 296.

34Les malheurs d'Henri comme tous ceux des maris victimes de la duplicité de leur beau- père ou de leur beau-frère sont étroitement liés, comme l'exemple précédent le suggère, à la virilocalité. Posséder une terre, c'était jouir des redevances levées sur les paysans, aussi était-il peu aisé pour un petit noble de se les faire remettre dans un territoire qui pouvait se trouver un peu éloigné du sien, qu'il connaissait mal par conséquent, alors qu'à l'inverse les moines disposaient d'agents habitués aux collectes partout où se trouvait un prieuré. On imagine facilement à quelles inerties se heurtait la victime, tant du côté du donateur que du bénéficiaire concurrent, peu soucieux d'éclaircir une affaire dans laquelle il n'avait que du bien à perdre. Mais si nous pouvons comprendre aisément comment il était facile de tromper le mari sur la dot, il faut surtout insister sur le pourquoi. La relative fréquence des dots fictives n'est certainement pas en rapport avec une nouveauté de la pratique au xie siècle, car son usage est mentionné trop systématiquement dans la documentation pour qu'il ne soit pas entré dans les mœurs. L'usage de la dot heurtait de front la volonté de maintenir le patrimoine dans son intégrité. Le groupe parental cherchait donc à biaiser, prouvant par là même qu'il en reconnaissait le bien-fondé, mais souhaitant en limiter les effets tout en donnant l'apparence de respecter la coutume. Ces calculs madrés n'étaient pas toujours dénués d'un succès relatif. Petit des Roches était veuf lorsqu'il épousa une des sœurs d'Herbert de La Guierche111. Celle-ci fut dotée par son frère aîné, son père étant mort à cette époque qui se situe entre 1097 et 1100. La dot comprenait l'église de Villa- ines-sous-Lucé avec ses revenus. Mais l'abbaye Saint-Vincent la possédait depuis que l'oncle d'Herbert, Gonhier de Souligné, lui en avait fait donation112, entre 1080 et 1097. Aussi, lorsque Petit en prit effectivement possession, les moines élevèrent-ils une protestation. Il fallut de longs palabres et la médiation de l'évêque Hildebert de Lavardin pour trouver une solution acceptable pour toutes les parties : l'abbaye, Petit et Herbert. Petit devait disposer des propres fiefs de chevaliers d'Herbert relevant des terres de l'église tandis que Saint-Vincent conservait l'église avec le presbytère, le cimetière, la tenure d'un culvert affranchi, Durand113, les terres de l'autel et les dîmes. En dédommagement, Petit recevait vingt sous de l'abbé Ranoux114. L'accord ne fut pas immédiatement suivi de la paix car Petit émit une réclamation qu'il abandonna en échange de l'association aux prières monastiques115. L'affaire se solda donc par un compromis : Herbert abandonna des fiefs de chevaliers et l'abbaye vingt sous, mais cela compensait-il la dot que Petit avait cru recevoir ? Herbert, au total, n'a-t-il pas moins cédé que s'il avait fait une donation « loyale » à son beau-frère ? Il est vrai que ce dernier a pu recevoir, du coup, un bienfait autrement plus solide, la promesse d'éternité.

  • 116 C. KLAPISCH-ZUBER, « La femme et la famille », p. 322.

35L'ancrage territorial avait eu pour effet de favoriser la systématisation de la dot, au moins dès le xie siècle ; mais un autre effet de la fixation à la terre avait été la volonté d'éviter ou de limiter les retranchements du patrimoine constitué, phénomène contre lequel allait justement la pratique dotale, accroissant les occasions de tension alors que les alliances matrimoniales devaient avoir l'effet inverse. En vérité, le paradoxe n'est qu'apparent. On peut soutenir en effet que le deuxième terme seul était consistant, et qu'en raison même de sa consistance, de sa solidité, il favorisait la naissance du premier terme, sachant que celui- ci serait en quelque sorte comme mort-né, à peine apparu qu'incapable de croître jusqu'à une issue conflictuelle. Autrement dit, la garantie de la paix entre deux lignages que créait ou renforçait une alliance matrimoniale rendait possible voire incitait le groupe donateur à « tricher » sur la dot sans craindre réellement la rupture de la paix. De nature identique est le paradoxe qui consistait à limiter les mariages des garçons à deux d'entre eux, voire à un seul, afin d'empêcher le fractionnement du patrimoine, alors que cette pratique limitative multipliait les risques de dévolution de sa totalité à un autre groupe par extinction du lignage. Cette dernière possibilité, assez fréquente en pratique, n'a jamais remis en cause le système social arisocratique. Au contraire, la dévolution d'un héritage à un autre lignage avait pour effet de renforcer ce dernier, de le consolider en élargissant son assise territoriale, et sans doute de compenser les diverses occasions de soustraction ou de division. L'importance désormais conférée au patrimoine au détriment, tout relatif, de l'alliance avait enfin pour conséquence la dépréciation de la « valeur » des femmes (l'expression est de C. Klapisch-Zuber116) avec pour corollaire la diminution de leur capacité à administrer leurs biens.

La dépendance des femmes

  • 117 R. LE JAN, Famille et pouvoir..., p. 378.
  • 118 CAUVIN, Géographie..., Instrumenta, p. LXXV et LXXVI.
  • 119 Infra, p. 140.
  • 120 Ibidem.
  • 121 SPC 110.

36Les droits des femmes étaient reconnus pour les héritages et, lorsqu'on les mariait, elles se voyaient attribuer un douaire. Les épouses uniques héritières devenues veuves disposaient théoriquement de leur patrimoine. Il est impossible dans le Haut-Maine d'apprécier l'évolution de la pratique par rapport au Haut Moyen Âge mais plus largement, dans le monde franc, les veuves à l'époque carolingienne paraissent avoir géré librement leurs biens117. Encore à la fin du xie siècle, en 1092, Agnès, veuve d'Hugues de Gennes, disposait ainsi de biens en faveur du monastère de Saint-Avit118. Elle reçut le consentement de son fils, mais il était sûrement fictif car l'intéressé ne devait pas être mentalement responsable119, ainsi que d'une de ses filles mariées, Lucie ; l'acte précise également qu'elle agit sur le conseil de ses proceres. Leur accord avait quelques bonnes raisons d'être sollicité puisque la donation allait les faire changer de seigneur ; mais on ne peut se départir de l'impression d'un certain formalisme : en effet, un seigneur prenait bien ses décisions après avoir écouté le conseil de ses vassaux sans que cela le contraigne. Enfin, il s'agissait de biens situés dans la vallée de l'Huisne ou plus à l'Est faisant partie de l'héritage d'Agnès, et non de biens provenant du patrimoine marital120, ce qui explique sa liberté d'en disposer. C'est dans le même esprit que Brune, veuve, vers 1170, reçut le consentement de ses beaux-frères pour des biens vendus originaires des acquêts communs au temps de son mari121. Alors que le rédacteur considérait implicitement que ce consentement était sans valeur juridique, il avait préféré que la femme n'agît pas seule ; simple assurance contre de potentiels calumniatores, nous l'avons vu.

  • 122 « Arnulfus quoque Avicularius dederat decimam sue terre, quam tunc jamdictus Theobandus in dominio (...)
  • 123 LC 56.

37Il en allait différemment pour l'épouse qui ne disposait que d'un droit de regard sur ses biens. À la fin du xie siècle, l'abbaye Saint-Vincent reçut deux dîmes en aumône respectivement d'Arnoul Avicularius et de Lambert ; le premier tenait la sienne de Thibaud mais les deux relevaient du patrimoine d'Alice, l'épouse de Thibaud, qui reçut vingt sous pour rétribution de sa confirmation122 ; l'acte ne précise pas s'il s'agissait d'un héritage (si elle était seule héritière) ou de la dot, mais la première hypothèse est la plus vraisemblable. Sur les acquêts, l'épouse ne disposait pas de ce droit de regard. Herbert II, alors qu'il était extrêmement malade, traduisons mourant, donna en 1198 par testament à l'abbaye Saint- Vincent le bois de Blandan, situé à proximité de La Guierche123. Ce bois avait été acheté à Guillaume de Cuberris. Nettement plus tard, le successeur d'Herbert II, Herbert III, confirmera cette donation à l'abbaye. Or, il sollicita l'accord de sa mère, Alice, et de son deuxième mari, Hamon Leclerc. La première ne l'avait nullement été lors de l'acte de donation, du vivant de son premier époux, mais son remariage créait un risque potentiel de dispute : ceci explique seul cette confirmation tardive, suggérant un droit de regard par nouveau mari interposé en quelque sorte, mais en fait purement fictif pour ce qui concernait ses actes propres.

  • 124 « Aliam vero medietatem, si soror sua, quae aliquautulum a consilio suo deviaverat, in stulticia s (...)
  • 125 « pugnavit Radulphus Flory, in curia Sancti Petri, pro Hueto de Corleiant, contra Joscetum Fabrunt (...)
  • 126 D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 545.
  • 127 Dès le ixe siècle, la Friedelfrau avait cessé d'être légitime et s'était trouvée rabaissée au rang (...)

38Nous avons observé jusqu'ici les femmes légalement mariées. Les concubines tendirent, quant à elles, à se trouver purement et simplement deshéritées, non par effet du droit successoral mais par la pratique. À la fin du xie siècle, le prévôt de Saint-Vincent, Vital de Dou- celle, donnant la moitié de ses biens en viager à l'abbaye précisa qu'il offrirait également l'autre moitié si sa sœur, dans sa déraison, persistait dans le concubinage dans lequel elle avait dévié en dépit de son conseil124. Beaucoup plus tard, en 1216, nous voyons un duel judiciaire à la curia de Saint-Pierre-de-la-Cour opposer le champion de Huet de Couléon à celui d'Hodeburge de Couléon. Le premier voulait écarter de l'héritage paternel la seconde à cause de son inconduite notoire125. Étonnera-t-on en disant que le champion d'Hodeburge fut vaincu ? Le contexte du second exemple paraît analogue au premier ; Huet et Hodeburge étaient très probablement frère et sœur et celle-ci le plus vraisemblablement concubine. Apparemment la femme illégitime ne recevait pas de douaire126 et elle ne devait pas non plus être dotée comme ces deux contextes le laissent supposer (la constitution d'une dot suffisant à écarter de l'héritage)127. L'immoralité du concubinage, condamné par l'Église depuis des siècles, n'était déclarée telle, dans nos exemples, que par le groupe d'origine qui puisait ainsi dans la réprobation religieuse une justification à l'exhérédation d'un de ses membres au profit des autres. Nous ne savons rien du sort des concubines veuves ou répudiées ; l'absence de données témoigne a silencio en leur défaveur.

Conclusion

  • 128 Il apposa le sceau des templiers et celui de son seigneur (LA 142).
  • 129 Recueil de Marculfe : « dulcissima conjux mea illa, vosque dulcissimi filii mei illi », cité par L (...)

39Les contours de la parenté pratique peuvent être circonscrits grâce aux interventions des parents sous forme de la laudatio parentum alors que celle-ci ne trouve guère son sens dans la solidarité lignagère. Les raisons pour lesquelles étaient octroyés les consentements parentaux semblent certes en relation avec l'accroissement des donations pieuses et avec les menaces, qu'à tort ou à raison, les parents ressentaient vis-à-vis d'une possible dégradation de biens considérés comme patrimoniaux. Cependant le rôle des moines dans la constitution des groupes offrant l'octroi lignager a dû souvent être décisif. Moins qu'une solidarité lignagère, la laudatio parentum peut exprimer la recherche de l'association aux bienfaits spirituels monastiques comme celle de prestige mais aussi des tensions au sein du groupe parental, tensions évidentes puisqu'une partie des accords fut fournie après une calumnia et la rétribution de son abandon par les moines bénéficiaires du don. En ce sens, les pressions monastiques, qui s'exercèrent en premier lieu et surtout sur les biens d'Église, auraient pu avoir un effet dissolvant pour les lignages, surtout sur les moins puissants. À cet égard, ce sont les plus grands qui s'offrent à l'analyse, le regard ne pouvant descendre en deçà de l'aristocratie moyenne. Pour ceux-là, il apparaît que les stratégies de maintien des ensembles patrimoniaux ont été efficaces. La spiritualité monastique a pu modifier certains destins individuels mais n'a pas entamé massivement le patrimoine des laïcs ni détourné les destins lignagers de façon sensible. C'est que le « lignage médiéval » a fonctionné de façon très souple. Loin d'être un mode de succession et de transmission strictement agnatique, il était cognatique, c'est-à-dire indifférencié, même s'il exprimait une tendance préférentielle à la filiation agnatique. L'ancrage territorial des groupes et l'organisation de la parenté autour d'un patrimoine étaient responsables de cette tendance mais exigeaient la souplesse de la filiation indifférenciée afin de surmonter les aléas démographiques. Le rôle de l'alliance, par conséquent, s'il avait perdu sa quasi-exclusivité dans la transmission de la puissance, restait primordial et la place assignée aux femmes dans cette société commandée par des hommes résultait de ces données. Notons au passage que les représentations masculines et les rapports hommes-femmes ne se réduisaient pas à ces aspects de la structure sociale. Mais la documentation a une façade juridique et toute expression de sentiments affectifs est parfaitement inexistante. Dans un acte non daté, probablement de la seconde moitié du xiie siècle voire du xiiie, Pierre Ahamed, sûrement un templier128, abandonnait une réclamation à l'encontre du chapitre Saint-Julien du Mans et demandait à sa bien-aimée Eustachie (dilectissima Eustachia) et aussi à ses très chers fils (filii carissimi) de ratifier l'accord. Cependant nous ne trouvons ici qu'une formule de l'époque mérovingienne129. La structure sociale était organisée autour de la cellule conjugale et tous les indices laissent voir une autonomie des cadets auxquels une part d'héritage était dévolue, part qui avait logiquement des chances de faire retour au patrimoine en cas de non-mariage ; les dons des cadets non mariés à l'Église devaient être très faibles, à la mesure de leur part, voire inexistants comme l'absence de mentions dans la documentation oblige à le penser ; l'association aux bénéfices spirituels lors de l'octroi d'un consentement offrait à ces cadets l'occasion de prendre une assurance sur l'au-delà, les dispensant de donations personnelles auxquelles le chef du lignage n'avait pas intérêt. L'octroi de dots aux filles mariées étaient certes une perte pour les patrimoines, mais en retour les filles entrant dans le groupe apportaient leur propre dot, aussi, quoiqu'on en ignore les modalités et l'échelle, la circulation de biens dotaux permettait toujours, à terme, une compensation et assurait un équilibre. La seule exception concernait les dots constituées pour les prises d'habit monastique, mais nous avons vu que, dans ce domaine également, les nobles usèrent de stratégies limitant les pertes.

40Le resserrement lignager et le rôle crucial de la femme dans la cellule conjugale transmetteuse du patrimoine et chaînon du lignage allaient de pair. L'encadrement des femmes en procédait : si leurs droits existaient, la dot et le douaire étaient remis aux époux : crainte qu'elles distraient l'un ou l'autre du patrimoine ; en fait, ce sont les maris que nous voyons pratiquer des aliénations. Le sort des acquêts échappait aux épouses tant que leur mari vivait ; seules les veuves disposèrent de leur patrimoine et des acquêts du ménage. Sinon, la reconnaissance du rôle des femmes n'allait pas sans une minoration juridique.

Annexe

La seigneurie de Montfort

Les seigneurs de Gennes et de Montfort

Les seigneurs de Gennes et de Montfort

relation hypothétique ----------
* d'après G. Louise, La seigneurie..., t. 2, p. 134.

Hugues de Gennes

  • 130 SV 264.
  • 131 BN latin 12 878 fo 186 v°et 187.
  • 132 O. GUILLOT, le comte..., t. 1, p. 72-73.
  • 133 Cne Pussigny, et Sainte-Maure, Indre-et-Loire.
  • 134 « Ex hominibus Hugonis filii Seinfridi episcopi Cenomannensis ».
  • 135 Infra, p. 255.
  • 136 SV 143 et 60.
  • 137 CAUVIN, Géographie..., Instrumenta, p. LXXV et LXXVI.

41Il faut commencer ici l'étude par ce personnage qui n'est pas éponyme de la seigneurie et dont l'origine a longtemps été ignorée. Sa découverte relativement récente (due à O. Guillot) permet de jeter quelques lueurs sur la formation d'un patrimoine au début du xie siècle et sur la dévolution successorale. En même temps elle a engendré une interprétation partiellement erronée à mon avis, en partie à cause d'un dossier incomplet. Il doit donc être repris. Hugues de Gennes était le beau-père de Rotrou de Montfort à qui il avait donné sa fille Lucie en mariage130. Nous savons qu'il était fils de l'évêque du Mans Sigefroy grâce à une notice de l'abbaye de Marmoutier contenue dans l'histoire de cet établissement rédigée au xviie siècle131. Elle raconte comment Hugues le Bourguignon ayant été tué à Sainte-Maure en Touraine lors du siège mené par Geoffroy Martel en 1049132, ses frères Mathieu et Dreux de Montoire lui firent des obsèques et donnèrent à Marmoutier un alleu à Chasseigne133. Cet alleu relevait du fief d'Hugues de Gennes (Hugo Genetensis castri domino) ; notons au passage l'indistinction entre fief et alleu qui semble propre aux régions de la Loire. Ce seigneur revenait de l'abbaye de Charroux où il était allé faire ses dévotions ; passant par Marmoutier, il confirma devant le chapitre assemblé cette donation avec son épouse Agnès. La liste des témoins débute ainsi : « Vassaux d'Hugues fils de l'évêque Sigefroy du Mans »134. Puis le premier témoin cité est Herbert fils d'Aubri et le deuxième Hildéarde, mère du précédent. Or l'évêque Sigefroy a eu un fils nommé Aubri dont l'épouse se nommait Hildéarde et le fils aîné Herbert135. Hugues était donc accompagné de son neveu et de sa belle-sœur, ce qui tend à faire accepter l'affirmation sur la parenté Sigefroy/Hugues. C'est en effet l'unique document la mentionnant, les Actus n'ayant connu qu'un fils à Sigefroy, Aubri. L'identification au château de Gennes dans le Maine doit être acceptée pour deux raisons. Dans la liste des témoins, je trouve deux personnages ayant vécu à cette époque à proximité de Gennes : Constantin Le Clerc et Constantin de Marcé136. Le premier est bien connu à Sceaux et le second est mentionné lors d'une vente réalisée par Aubri de La Milesse à Lambert Le Clerc, fils de Constantin Le Clerc. Le second argument concerne Agnès, l'épouse d'Hugues de Gennes, qui n'est mentionnée qu'une fois en dehors de cette notice de Marmoutier, dans un acte de 1092137 dans lequel elle donne le prieuré de Gennes et des biens dans ce lieu et à Vibraye au monastère de Saint-Avit. L'identification avec le château de Gennes dans la vallée de l'Huisne peut ainsi être assurée.

Le château de Gennes

  • 138 SPC 14.
  • 139 A. LEDRU, Répertoire..., p. 227 ; R. VERDIER, La glèbe..., p. 58.
  • 140 CAUVIN, ibidem.
  • 141 A. LEDRU, ibidem.

42Sa localisation exacte ne peut cependant être établie avec certitude. Actuellement le site fait partie de la commune de Montfort-le-Gesnois qui résulte du regroupement des anciennes communes de Montfort-le-Rotrou et de Pont-de-Gennes. Il est à seize kilomètres au nord-est du Mans, sur la rive droite de l'Huisne. Le site de Montfort est un rebord de plateau disséqué qui domine la vallée par un versant abrupt de quarante mètres de dénivellation ; à sept cent cinquante mètres à l'est-sud-est du pied du versant un pont franchit la rivière. C'est donc un site de contrôle de la vallée à une distance peu éloignée de la cité épiscopale-comtale sur la route du Mans à Chartres. L'existence du château de Gennes est attestée vers 1050 mais 138aucune trace n'est aujourd'hui visible139. Ce sont donc les textes qui doivent nous aider. La charte d'Agnès en faveur de Saint-Avit énumère ainsi les biens donnés : « la chapelle Sainte-Croix située dans le château et trois métairies situées devant Montfort »140. Elle semble donc introduire une distinction entre le château et Montfort, laissant entendre que le château du xle siècle n'aurait pas été situé sur le plateau, comme l'est le château actuel. En effet, la tradition le plaçait « près du pont de l'Huisne, dans l'emplacement de l'ancien prieuré » selon A. Ledru141.

  • 142 Gesta..., p. 39.
  • 143 Actus, p. 207 et 285.
  • 144 G. LOUISE, La seigneurie..., t. 1, p. 241.
  • 145 Supra, p. 98.
  • 146 Ibidem, p. 243-244.

43Gennes était un ancien vicus publicus142 qui avait appartenu au chapitre de l'Église du Mans en 692 mais qui était en mains laïques dès 802143. Ceci exclut que l'évêque Sigefroy l'ait enlevé à l'Église pour le donner à son fils Hugues, contrairement à la supposition de G. Louise qui imagine le même scénario que pour Aubri144. D'ailleurs les Actus ou les actes de l'abbaye Saint-Vincent avaient totalement ignoré cette supposée usurpation alors qu'ils ont mentionné avec beaucoup de précision celles en faveur d'Aubri145. Aussi je ne peux pas suivre G. Louise dans l'interprétation qu'il donne lorqu'il met en relation les domaines possédés par l'évêque du Mans dans la vallée de l'Huisne avec les biens tenus par Hugues de Gennes, ce qui l'amène à conclure à une implantation de ce seigneur à l'intérieur des domaines épiscopaux et à publier deux cartes comparatives146, l'une montrant les domaines des évêques du Mans dans la vallée de l'Huisne au ixe siècle, l'autre l'implantation du lignage épiscopal au xie siècle. Nous verrons pourquoi les biens tenus par Hugues de Gennes dans le Maine ne provenaient pas de l'Église du Mans ni de l'évêque Sigefroy. Mais auparavant, il faut s'intéresser aux possessions en Touraine.

La répartition géographique des biens fonciers possédés par Hugues de Gennes

Les biens en Touraine

  • 147 Ibid., p. 242-244.
  • 148 O. GUILLOT, le comte..., t. 1, p. 73, n. 324.
  • 149 Actus, p. 353.
  • 150 En réalité, comme je l'ai dit précédemment, Hugues possédait l'alleu de Chasseigne jure hereditar (...)
  • 151 D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 284.
  • 152 Ibidem, p. 606-607.

44Hugues de Gennes possédait des biens à la fois dans le Maine et en Touraine, ce qui a posé des problèmes aux historiens qui en ont traité. G. Louise remarque la mention de la notice de Marmoutier selon laquelle la terre de Chasseigne en Touraine faisait partie de biens héréditaires. Comme il considère par ailleurs que les biens du Maine provenaient de son père, il émet l'hypothèse que ceux de Touraine pouvaient provenir d'Agnès. Mais, curieusement, il remarque aussi que ce bien était tenu d'Hugues par le lignage de Montoire représenté ici par Mathieu et Dreux. Or ce lignage, continue G. Louise, était lié aux comtes de Vendôme et aux seigneurs de Mondoubleau et se rattachait aussi par la fidélité aux seigneurs de Château-du-Loir, ce qui, estime l'auteur, rapproche de Bellême ou tout au moins de Sigefroy147. O. Guillot, qui est le premier à avoir établi clairement la filiation entre Sigefroy et Hugues de Gennes,148 rappelle que l'évêque Sigefroy avait fait don au comte de Vendôme Bouchard de domaines de l'Église du Mans situés dans la vallée du Loir149 ; par conséquent il suppose qu'entrèrent en la ditio (autorité) des comtes de Vendôme celles des possessions reçues par Hugues qui étaient proches des domaines donnés par l'évêque Sigefroy au comte Bouchard ; dès lors, Hugues a pu recevoir du comte de Vendôme d'autres bénéfices, dont vraisemblablement celui mentionné dans la notice de Marmoutier150. Effectivement, Bouchard 1er avait des biens en Touraine dans la région du Nouâtre où il consentit au don d'une colliberte conjointement au comte d'Anjou Geoffroy Grisegonelle151 ; quant à Mathieu et à Dreux de Montoire, ils étaient vassaux des comtes de Vendôme152. Les biens de Touraine sont donc en rapport, selon toute vraisemblance, avec la fidélité qui unissait Sigefroy, puis sans doute son fils Hugues, aux comtes de Vendôme. D'où provenaient alors les possessions d'Hugues de Gennes dans le Maine ?

Biens relevant d'Hugues de Gennes et de son épouse Agnès

Biens relevant d'Hugues de Gennes et de son épouse Agnès

Les biens dans le Maine

  • 153 SV 288.
  • 154 CHARLES et MENJOT D'ELBENNE, Cartulaire..., col. 170, n. 5.

45Entre 1080 et 1100, Rotrou de Montfort et Lucie, son épouse, ont donné aux moines de Saint-Vincent les églises de Flée et de Thoiré-sur-Dinan avec « tous les droits »153. Ces biens provenaient de Geoffroy de Sonzay, explique le rédacteur de la notice, qui les avait reçus en dot avec son épouse, sœur de Lucie, donc fille d'Hugues de Gennes et d'Agnès. Mais le fils de Geoffroy de Sonzay mourut en bas âge, la sœur de Lucie mourut également, enfin Geoffroy lui-même était mort lorsque la notice fut rédigée ; c'est pourquoi ils tombèrent aux mains de Rotrou de Montfort. Pour lui cela représentait des biens non patrimoniaux, qui plus est périphériques par rapport à son point d'ancrage géographique. Il convient de remarquer que les églises de Fiée et de Thoiré, situées dans le sud du comté à environ trente-quatre kilomètres à vol d'oiseau de Gennes ne sont qu'à vingt-quatre kilomètres au nord de Sonzay. La dotation de la sœur de Lucie avait donc été constituée avec des biens proches de la région d'ancrage de l'époux, choix qui n'a rien de surprenant. En outre, Geoffroy de Sonzay était aussi seigneur du Nouâtre154, ce qui nous ramène à l'assise tourangelle d'Hugues de Gennes ; l'alliance matrimoniale unissait ainsi deux lignages voisins, voire en rapport de vassalité. Par contre, ce document ne me permet pas de savoir si ces églises venaient du patrimoine d'Hugues ou de celui d'Agnès.

  • 155 SV 264.
  • 156 SV 233.
  • 157 TV 15.
  • 158 BN latin 9067, fo 303.

46Par chance, nous connaissons aussi la dot de Lucie, l'épouse de Rotrou de Montfort155. Elle était constituée de fiefs sur lesquels le prieuré de Saint-Vincent-du-Lorouer estimait avoir des droits. Destin presque fatal des biens dotaux : ils firent l'objet d'un conflit avec Rotrou après le mariage de celui-ci. La notice mentionne le fief d'Hugues du Lorouer parmi les biens disputés faisant partie de la dot. Plus tard, le fils de ce personnage, Hélinand Curgebal, se fit rendre son fief par Gervais II de Château-du-Loir après qu'il se l'eut fait confisquer par l'archevêque Gervais156. Ainsi Hugues du Lorouer avait eu pour seigneurs Gervais de Château-du-Loir et Hugues de Gennes. Il est probable que le second tenait ces biens du premier, toutefois le fief confisqué par Gervais et celui qui échut à Rotrou dans la dot de Lucie pouvaient être différents. De toute façon, cela laisse quelques présomptions pour que ces biens de la région de Saint-Vincent-du-Lorouer aient fait partie du patrimoine d'Hugues de Gennes ; comme nous sommes tout près de Flée et de Thoiré-sur-Dinan, il est très vraisemblable que tous ces biens situés dans la région de Château-du-Loir aient fait partie du même patrimoine. La proximité de la Touraine inciterait à penser qu'il s'agissait de celui d'Hugues. Du reste, les rapports entre le seigneur de Château-du-Loir et Hugues, qui avaient une ascendance commune, étaient étroits ; nous trouvons Hugues cité comme témoin immédiatement après Gervais dans la donation que celui-ci fit à la Trinité de Vendôme en 1039157. Enfin, Hugues était vassal du seigneur de Château-du-Loir : il faisait partie des huit vassaux devant deux mois de garde au château (parmi un total de vingt- et-un)158. L'origine des biens au sud du Maine demeure néanmoins hypothétique.

  • 159 CAUVIN, Géographie..., Instrumenta, p. LXXV et LXXVI. G. Louise a ignoré ce document, ce qui expli (...)
  • 160 SV 178.
  • 161 SV 27.
  • 162 BN latin, 17 123, fol. 169.

47Restent les biens de la vallée de l'Huisne. Un document important jette une lueur appréciable sur eux. C'est la donation faite par Agnès, l'épouse d'Hugues de Gennes, en 1092, au monastère de Saint-Avit159. Agnès constitua une dot pour ses deux filles Pétronille et Haldrid qu'elle vouait à Saint-Avit en fondant sous l'autorité de ce monastère un prieuré à Gennes. La dot comprenait l'église Saint-Victeur de Gennes avec le cimetière et les revenus, deux chapelles, Saint-André et Sainte-Croix, des métairies, des dîmes et les droits sur le bois de Montfort. Elle précisa qu'elle avait planté des vignes à Montfort dont elle céderait les dîmes après sa mort ; elle possédait tout ceci in dominio. Elle ajouta à cela des biens à Vibraye ; l'église Saint-Jean, le cimetière, la chapelle Sainte-Marie, des dîmes, terres et redevances, une pêcherie sur la Braye. Ici encore, in dominio. Dans le détail, elle fit la différence entre la dîme du vin du père de ses filles et ses biens ; elle prévit qu'au cas où Lucie voudrait sa maison après sa mort, elle devrait payer à Saint-Avit dix livres et une part de dîme sur les jardins. Cet acte de donation a été fait sur le conseil et avec l'accord de sa fille Lucie et de leurs vassaux (proceres). Il comprend les signa d'Agnès, de Lucie et d'Hugues, fils d'Agnès, dont on ne connaît aucune autre mention. Cet acte a donc été réalisé après la mort d'Hugues de Gennes. Il importe de remarquer le consentement parental. Seule Lucie fut explicitement citée, alors que son frère n'apposa que son signum. Il avait pourtant l'âge de donner un consentement car la dernière mention de son père doit être datée de 1073160, encore cette notice est-elle un montage et ne prouve pas indubitablement qu'Hugues était encore vivant à cette époque ; mais il l'était au moins vers 1070-1072, époque du début de l'abbatiat de Renaud à Saint-Vincent, auquel il fit un don161. Il ne faut pas oublier que son père mourut vers 997, ce qui confère à Hugues une exceptionnelle longévité pour l'époque, mais parfaitement plausible. L'absence d'accord du fils d'Agnès alors que son signum est tracé peut s'expliquer par une irresponsabilité mentale ; mais on traçait parfois un signum pour les morts. Le frère d'Agnès, Girard, devait être mort ; il n'est connu que par la notice de Marmoutier. On a vu que la fille d'Agnès épouse de Geoffroy de Sonzay était morte également. I1 reste une fille, épouse de Foulques de Montfaucon162, pour laquelle l'absence de mention dans cet acte est probablement liée au fait qu'elle devait être cadette et qu'en tant qu'épouse, la dot qui avait été constituée pour son mariage dispensait sa mère de lui laisser une part d'héritage. Quant aux deux vierges dotées pour prendre le voile, leur accord ne fut pas jugé nécessaire, d'autant que ces biens étaient donnés pour leur « vocation ». Il existe assez d'éléments dans cet acte pour faire admettre que tous ces biens dont dispose avec une réelle liberté Agnès provenaient de son patrimoine dont elle était héritière et que leur importance la situe vers le haut de l'aristocratie ; s'ils provenaient du patrimoine d'Hugues, sa fille aînée aurait dû en hériter. Enfin, si je mets ceci en relation avec le fait que les Actus ont ignoré Hugues et avec l'origine très probable des biens de Touraine et possible ceux du sud du Maine, il faut conclure qu'Hugues de Gennes n'hérita pas de biens de l'Église du Mans (en tout cas pas dans la vallée de l'Huisne). Son implantation dans cette vallée était la conséquence de son mariage avec Agnès ; son assise patrimoniale se situait nettement plus au sud du comté, dans la région de Château-du-Loir et en Touraine, pour ce que l'on connaît.

  • 163 BN latin 17123 fol. 169.
  • 164 Il est fait mention de l'accord du comte de Vendôme Foulques l'Oison, puis de faits qui se déroulè (...)
  • 165 G. LOUISE, La seigneurie..., t. 1 p. 237 ; l'auteur, signalant cette union matrimoniale, cite SV 5 (...)
  • 166 SV 538.
  • 167 Cne Auvers-sous-Montfaucon, ct Loué.
  • 168 SPC 18.
  • 169 SV 45, 672, 704, 705, 708, 709, 712.
  • 170 SV 401,411.
  • 171 Cne Conlie.
  • 172 TT 90.

48À Lavaré, situé à dix-huit kilomètres à l'est de Gennes, entre Vibraye et Gennes, Hugues de Gennes estimait avoir des droits. Une notice de l'abbaye de la Couture163 relate des faits distants de plusieurs années qui se déroulèrent avant et après 1066164 ; Patri de Sourches ayant pris l'habit à la Couture donna à cette abbaye la villa de Lavaré avec l'église et des terres ; ses fils donnèrent leur accord et ses seigneurs, les comtes d'Anjou Geoffroy et de Vendôme Foulques, confirmèrent la donation. Mais Foulques de Montfaucon avec ses fils Foulques et Eudes occupèrent Lavaré. Après la mort de Patri, de Foulques l'Oison, de Geoffroy Martel et de Foulques de Montfaucon père, Hugues de Gennes disputa cette donation aux moines et se saisit de la vicaria ; il n'abandonna qu'en échange de la somme de neuf livres et de deux coffres avec lesquels il constitua la dot de l'une de ses filles afin de la marier à Foulques de Montfaucon fils. Cette fille ne se nommait pas Maximille, contrairement à l'affirmation de G. Louise165. Maximille était l'épouse de Foulques le père166 ; tous deux eurent huit enfants, tous cités, dont les deux premiers fils étaient Foulques et Eudes. Foulques était seigneur châtelain de Montfaucon167, à vingt kilomètres à l'ouest du Mans. Il a marié une de ses trois filles à Geoffroy de Brûlon, union de laquelle procéda Geoffroy qui fut tué par Patri de Sourches168. Le reste de sa parenté est mal connu : Guillaume de Montfaucon, plusieurs fois cité dans les actes de Saint-Vincent169 possédait comme Foulques des biens à Montreuil-en-Champagne, proche de Montfaucon170, d'où l'hypothèse d'une ascendance commune, qu'aucune mention ne permet d'attester formellement. Haoi ou Hadoi, une des filles de Foulques 1er de Montfaucon, est probablement la même personne qui, en 1128, donna des biens situés à Sainte-Sabine171 en faveur de l'abbaye de Tiron et dont l'aumône fut approuvée par son neveu Foulques de Montfaucon qui serait fils de Foulques 172En ce qui concerne les calumniae lancées par Foulques de Montfaucon puis par Hugues de Gennes sur la villa et l'église de Lavaré, on ne peut savoir quel lien pouvait unir ces deux seigneurs avant l'alliance matrimoniale consécutive à l'abandon de la calumnia par Hugues ; les droits qu'il estimait posséder provenaient très certainement d'Agnès, l'épouse d'Hugues, mais on ne peut remonter davantage le fil qui nous ramènerait éventuellement au lignage de Montfaucon.

Les seigneurs de Montfaucon

Les seigneurs de Montfaucon

49Au total, les unions matrimoniales réalisées par les filles d'Hugues de Gennes témoignent d'une relative dispersion géographique (le Perche, la Champagne mancelle, le nord de la Touraine) et d'une hiérarchisation conforme, tout au moins puis-je le supposer, à l'ordre des naissances. Alors que les cadettes réalisèrent des unions isogamiques où l'on se situait à un niveau châtelain un peu inférieur à celui des plus grandes châtellenies immédiatement subcomtales (c'était le niveau du père), l'aînée, Lucie, apporta à son époux Rotrou, fils cadet du comte de Mortagne, Gennes et le site de Montfort qui demeureront dans ce lignage tout au long du siècle suivant. De surcroît, Rotrou bénéficia des biens constitués pour la dot de sa belle-sœur mariée à Geoffroy de Sonzay après les décès successifs des époux et de leur fils. Quant à l'hypothèse de l'incapacité mentale du fils homonyme d'Hugues de Gennes, elle est corroborée par le fait qu'il était encore vivant lorsque Rotrou disposait d'une partie de Gennes et de Montfort.

La seigneurie et le lignage de Montfort

  • 173 Première apparition à la fin du xie siècle (SV 119).
  • 174 MM 2 T.
  • 175 E. VALLÉE, Dictionnaire..., t. 1, p. 107.
  • 176 LC 108.
  • 177 SV 139 et 142

50La comparaison des cartes des possessions d'Hugues de Gennes et du lignage de Rotrou permet d'apprécier l'apport de ce dernier dont on ne s'étonnera pas qu'il se situe dans un vaste ensemble situé à l'est et au nord-est du comté en direction du Perche, sa région d'origine. Je dois toutefois préciser que les données utilisées couvrent un siècle et demi, de sorte qu'on ne peut pas exclure d'éventuels apports matrimoniaux et acquêts au cours du xiie siècle. Il existait au moins quatre châteaux sous le contrôle de Rotrou IV à la fin du xiie siècle. Je rappelle l'incertitude à propos de l'ensemble Montfort-Gennes ; étant donné que les sources ne confondent pas le château de Gennes avec Montfort, que ce deuxième nom dénote tout de même un lieu fortifié, que le premier est chronologiquement plus ancien que le second173 et qu'enfin on ne trouvera plus au-delà du xie siècle de mention sur le château de Gennes, l'hypothèse la plus cohérente est que le château a été reconstruit près du rebord du plateau alors que l'ancien était à proximité du pont sur l'Huisne. Par ailleurs, un château existait à Torcé vers 1100 dont le dominus, Aubri, était un vassal de Rotrou 1er de Montfort174. Rotrou IV était qualifié de seigneur de Montfort et de Bonnétable, où un château est attesté en 1170175 et à nouveau mentionné en 1209176. Il faut enfin ajouter à cette liste le château de Connerré, situé seulement à six kilomètres en amont sur l'autre rive de l'Huisne, dont le seigneur, Avesgaud, était vassal de Rotrou177. Bien entendu, tous n'avaient pas une égale importance militaire : ceux de Bonnétable et de Montfort comptaient réellement ; ils jalonnaient la pénétration de Philippe Auguste dans le Maine en 1189, pas les autres.

Biens relevant du lignage de Montfort (fin xie-début xiiie siècle)

Biens relevant du lignage de Montfort (fin xie-début xiiie siècle)
  • 178 SV 609.
  • 179 G. LOUISE, La seigneurie..., t. 1, p. 134-136.
  • 180 Ibidem, p. 148-151 et p. 157.
  • 181 « qui nobis altinebat jure patrimonii » (SV 609).

51Le premier seigneur de Montfort fut le troisième fils du comte de Mortagne Rotrou. Je l'appelle Rotrou 1er de Montfort. Son père avait pour épouse Adèle178. G. Louise a cherché à l'identifier et je le suivrai dans sa démonstration et dans sa conclusion179. Il pense qu'Adèle était fille de Guérin de Domfront, fils de Guillaume 1er de Bellême ; il s'appuie pour cela sur plusieurs mentions de parenté entre le lignage de Bellême et celui de Mortagne. Par ailleurs, un acte de l'abbaye Saint-Vincent établit la fondation du prieuré de Saint-Longis par Rotrou et Adèle un 14 octobre avant 1065. Le premier souscripteur et témoin était l'évêque de Sées, Yves de Bellême. Celui-ci fut seigneur de Bellême après Guillaume II Talvas180. Dans l'hypothèse de la filiation entre Guérin de Domfront et Adèle, celle-ci serait la nièce, par son père, d'Yves. G. Louise rapporte la tradition qui considère que les biens offerts à Saint-Vincent auraient constitué la dot d'Adèle, en soulignant son caractère très hypothétique ; l'acte fait dire en effet au couple fondateur : « qui nous appartenait par droit patrimonial »181. ce qui s'applique à l'un... ou à l'autre ! G. Louise conclut sur la solidité de la présomption en faveur de cette filiation en soulignant qu'elle ne peut pas être davantage démontrée.

  • 182 A. CHÉDEVILLE, Chartres..., p. 39 n. 48.
  • 183 Ibidem, p. 39-40.
  • 184 SV 187, 142, 140.
  • 185 SV 288.
  • 186 SV 142.
  • 187 MM 5 Torcé ; LC 108.
  • 188 MM 8 Torcé.
  • 189 BN latin 9067, fo. 295 et 303.

52Le comté de Mortagne est attesté dès le milieu du xe siècle où un comte apparaît en 954182. Les premières filiations et alliances matrimoniales sont hypothétiques, mais il y eut à la fin du xe siècle une fidélité envers le comte de Blois-Chartres où un vassal nommé Rotrou surveillait cette région de marche et la vallée de l'Huisne qui menait vers le Maine et vers la Normandie ; toutefois, comme il était fréquent dans les régions de marche, la dépendance envers le comte de Blois était purement nominale, souligne A. Chédeville183. Bien que troisième fils du comte de Mortagne, Rotrou 1er de Montfort bénéficia d'un mariage très avantageux ; malheureusement, il est difficile de faire la part entre les biens qu'il apporta de son patrimoine et ceux qui furent peut-être acquis. Nous lui connaissons quatre fils184 ; l'aîné, Hugues mourut avant 1100185 ; on notera qu'il portait le nom de son grand-père maternel, côté par lequel provenait le noyau de la seigneurie de Montfort. Son frère, Rotrou II de Montfort, assura donc la succession. Les mentions du deuxième seigneur de Montfort datent du début du xiie siècle du vivant de son père qui vécut peut- être jusqu'en 1110186 Puis il n'y a plus d'indication avant 1180 ; comme Rotrou de Montfort époux de Burgonnie (dont j'ignore tout) mourut certainement avant cette date, il peut avoir été fils de Rotrou II, auquel cas il n'y aurait pas de maillon manquant187. Il eut un fils homonyme, Rotrou iv de Montfort, attesté par dix actes dont un de Marmoutier qui l'appelle seigneur de Montfort et de Bonnétable (1209)188. Cette fois nous avons le sentiment d'une continuité lignagère, mais en l'absence de renseignements solides sur les enfants, on ne peut rien dire sur l'évolution éventuelle de la pratique successorale. Des seigneurs de Montfort, les mieux documentés sont Rotrou 1er et Rotrou iv un siècle plus tard mais seules les relations parentales du premier sont bien connues. Son mariage avec Lucie peut être considéré comme hypogamique, mais faiblement : nous avons vu que Rotrou était classé parmi les barons dans les listes de vassaux de Château-du-Loir tandis qu'Hugues de Gennes l'était dans une autre liste ne comportant pas la qualification de baron189 ; chacun devait deux mois de garde, ce qui les rend très proches. Autrement dit l'hypogamie n'était, pour ce cadet, troisième fils du comte Rotrou de Mortagne, nullement déclassante.

Note

1 J. GOODY. L'évolution..., p. 139 à 149.

2 G. DUBY, « Lignage, noblesse et chevalerie au xiie siècle dans la région mâconnaise. Une révision », La société chevaleresque..., p. 83-116.

3 R. LE JAN, Famille et pouvoir...

4 J. GOODY, ibidem, p. 230-233.

5 Ibid., p. 227.

6 D. BARTHÉLEMY, la société..., p. 518 et A. GUERREAU-JALABERT, « La parenté... », dans le même sens.

7 A. GUERREAU-JALABERT, ibidem.

8 A. GUERREAU-JALABERT, « Prohibitions canoniques... » ; R. LE JAN, Famille et pouvoir.... p. 433.

9 Voir l'annexe en fin de volume.

10 Nous connaissons seulement par O. Vital les noms de trois frères du comte Hélie de La Flèche dont il dit qu'ils moururent enfants : aucun acte de la pratique ne les mentionne ; cette information n'est parvenue que parce qu'on se situe au niveau comtal (ORDERIC VITAL, The ecclesiastical..., ed. CHIBNALL, vol. V, liv. X, p. 228).

11 R. FOSSIER, La terre..., p. 278 et svtes.

12 LA 182 ; SJT 42 et 43 ; infra p. 257.

13 D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 532 ; M. PARISSE, La noblesse lorraine..., p. 314.

14 SAA 338.

15 Voir, dans ce sens, les comptages de D. Barthélemy dans la documentation vendômoise (La société..., p. 521-522).

16 S. D. WHITE, Custom...

17 Ibidem, p. 54-55.

18 Ibid., p. 70.

19 Ibid, p. 73-74.

20 Ibid., p. 95.

21 Ibid., p. 100.

22 Ibid., p. 73-74.

23 Ibid., p. 80-81.

24 Ibid., p. 152.

25 Ibid., p. 153.

26 Ibid., p. 128.

27 J. GOODY, L'évolution..., p. 130.

28 A. MARNIER, Anciens usages d'Anjou et du Maine, cité par A. Bouton, Le Maine..., p. 254.

29 « Sed et illud adjiciendum est quod postea placuit ut id scilicet quod de vendendis aut donandis ab bominibus nostris partibus eorumque de nobis ubilibet obtinent beneficiorum, presenti, ut supra datum est, auctoramento firmamus ita observetur ut quidquid infra medietatem cujusque beneficii fuerit aut ipsa medietas, alius nostrum non expectet auctoramen- tum, rursus expectatur a nobis » (MM 2 Vivoin).

30 SPC 110.

31 SV 502, 504, 528, CVI 120.

32 SV 502.

33 CVI 120.

34 S.D. WHITE, Custom..., p. 173.

35 « Si vero ipsam ecclesiam Sancti Cornelii forte ita adquietare nequiverit, convenientia talis est, ut ecclesiam Sancti Audoeni de Monte Busoti donet pro ea Deo et Sanctis martiribus Vincentio et Laurentio » (SV 115).

36 SPC 75.

37 MM 19 Sablé.

38 P. BOURDIEU, Le sens pratique, p. 282-285.

39 G. DUBY, La société aux xie et xiie siècles..., p. 216-217.

40 G. DUBY, « Lignage, noblesse et chevalerie... », p. 83-116.

41 G. DUBY, La société aux xie et xiie siècles..., p. 219.

42 D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 528.

43 D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 533 ; G. DUBY, La société aux xie et xiie siècles..., p. 225 ; L. MORELLE, « Mariage... » ; M. PARISSE, La noblesse..., p. 374.

44 MM 8 Saint-Célerin, SV 564, 738.

45 O. GUILLOT, Le comte..., t. 1, p. 333-335 ; voir supra, p. 32.

46 SAA 327 et 328.

47 CDL 51.

48 CMM 2 Château-du-Loir.

49 SV 544 et 495.

50 SV 504 et 528.

51 SV 350 et 352.

52 C. J. BEAUTEMPS-BEAUPRÉ, Coutumes... ; l'auteur y signale que les coutumes d'Anjou et du Maine ont été rédigées en 1411 mais font référence aux Etablissements de Saint-Louis. Une partie a été empruntée à une ordonnance de 1260 mais le reste est le texte d'une coutume plus ancienne.

53 J. YVER,.. Les caractères... ».

54 LA 182 ; SJT 42 et 43 ; infra, p. 255.

55 SV 292.

56 G. DUBY, « Lignage, noblesse... ».

57 J. YVER, « Les caractères... »

58 SVI 11.

59 « Sancto Vincentio decimas sororis sue, de terr [a] que vocatur Curtelias, quam de ipso tenebat dedit, sive viveret siven obiret, si ipsa in vita sua annueret. Si vero ipsa in vita sua annuere noluerit, post mortem ipsius Sancto Vincentio liberrime dedit » (SV 653).

60 P. GUILHIERMOZ, Essai..., p. 203.

61 « quandam decimam de Corticellis, quam antea nobis concesserant antecessores sui et dederant » (SV 674).

62 SV 778.

63 SV 564 et 738.

64 SV 115.

65 SV 800.

66 « memorare libet quia couventio est, ut si quis de duobus primis fratribus monachatum expetierit, recipiatur cum mobilibus rebus quas tunc habere visus fuerit. Et si duo obierint, tertius vel quartus recipiatur, sed bastardus non, nisi aut defecerint alii, aut in suo loco illum miserint « (SV 317).

67 T. EVERGATES, « Nobles... », p. 19-21.

68 M. PARISSE, La noblesse..., p. 349-350.

69 TV 250.

70 SPC 75.

71 SV 745.

72 SV 333 ; la liste, ici non exhaustive, des seigneurs manceaux croisés peut être lue dans Bouton, Le Maine..., p. 202, lequel commet une erreur concernant le comte Hélie qui ne partit pas.

73 SV 522.

74 P. TOUBERT, Les structures..., p. 749.

75 R. LE JAN, Famille et pouvoir..., p. 268.

76 Ibidem, p. 367-366.

77 Ibid., p. 366-372.

78 « De qua re, in Dei nomine, ego, Herbertus, duco uxorem nomine Godeheldem, et do et in dotalicio duas mediatarias terre, unam ad Juliacum, alteram ad Congei, et II arpenna vinearum, et VI modios vini de vineis Herberti Sigleni et de Andree vinea. Et ad Bellum Montem, unum furnillum et unium burgensem, scilicet Amiot, feodum quoque V militum, feodum Haimerici de Piaceio, sicut habebat de Herberto domino suo, et feodum Warini Bugnum. Hamelinus, filius Lamberti de Hunia, dedit Godehildi, sorori sue, scilicet conjugi Herberti, filii Framengerii, feodum X militum et II meditarias terre ad Huinam » (SV 492).

79 Infra, p. 266 et suivantes.

80 J. YVER, « Les caractères... »

81 LA 159.

82 Il arrive parfois que l'épouse élève une réclamation sur la donation comprenant les biens de son douaire, comme Laurence quand son mari Guillaume Chrétien, ex-juif converti (de son ancien nom Guillaume Cresson, comme son père), donne et vend des biens près de Sablé en 1210. Il est possible que dans ce cas l'abbaye ait fait pression sur le mari afin qu'il dédommage sa femme par un échange (BN latin 5444, p. 574).

83 SV 500.

84 SV 386.

85 L. Morelle remarque qu'en Laonnois les actes ajoutent aux biens conférés lors du mariage la moitié des acquêts futurs, pratique largement répandue dans la France coutumière (L. MORELLE, « Mariage... »).

86 CDL 100.

87 R. LE JAN, Famille et pouvoir..., p. 368.

88 SV 393.

89 P. TOUBERT, Les structures..., p. 752.

90 G. DUBY, La société aux xie et xiie siècles..., p. 217.

91 R. LE JAN, Famille et pouvoir..., p. 265 et 291.

92 Christiane Klapisch-Zuber estime qu'à partir du xiie siècle, la dot apportée par la femme grossit et prend plus d'importance que l'apport marital (C. KIAPISCH-ZUBER, « La femme et la famille », p. 320-321).

93 LE JAN, ibidem, p. 264.

94 J. YVER, « Les caractères... »

95 Et non entre le 21 juin 1040 et le 15 octobre 1055. comme l'indique O. Guillot (Le comte..., t. Il, p. 112-113, catalogue d'actes C 155) ; la première date est celle de la mort de Foulques Nerra, la seconde celle de l'accession de Gervais à l'archevêché de Reims : mais il ne s'agit que de l'intervalle dans lequel eut lieu la restitution ; les épisodes relatés par la notice couvrent sans doute près d'un siècle.

96 Ct La Suzc, et non Souligné-sous-Ballon comme l'indique par erreur J.-P. Brunterc'h, « Maine ou Anjou... », p. 79, n. 68.

97 A. BERTRAND DE BROUSSILLON, Cartulaire..., t. 1, p. 374.

98 SAA 328.

99 SAA 327.

100 CAR 4.

101 infra, p. 272.

102 Cne d'Assé-le-Riboul.

103 Ibidem.

104 SV 330.

105 CAR 8.

106 SV 96.

107 M. PARISSE, La noblesse..., p. 323.

108 SV 350.

109 SV 810.

110 . Henricus dedit sibi XX solidos tali tenore, ut quaudo fili Herberti terram habebunt contra eos racionando rectum suum adquirat. Si vero adquirere non potuerit, abbas nichil sibi reddet (SV 623).

111 SV 296.

112 SV 292.

113 SV 293.

114 « Sed post multam concertationem et postquam jamdictam ecclesiam Sancto Vincentio abstulerat, in capella Hildeberti presulis, ipsius ammonitione, ad concordiam venerunt jamdictus Herbertus atque Parvus necnon et abbas Rannulfus ; annuitque Parvo Herbertus proprios fevos militum ejusdem parrochie, et Sancto Vincentio retinuit ecclesiam cum presbi- terio et toto cymiterio, cum terra Durandi et cum omnibus terris altaris, cum decima quoque quam Adelina tenebat in vita sua. Ob hujus concordie confirmationem dedit Ranulfus abbas XX s. predicto Parvo. » (SV 295).

115 SV 296.

116 C. KLAPISCH-ZUBER, « La femme et la famille », p. 322.

117 R. LE JAN, Famille et pouvoir..., p. 378.

118 CAUVIN, Géographie..., Instrumenta, p. LXXV et LXXVI.

119 Infra, p. 140.

120 Ibidem.

121 SPC 110.

122 « Arnulfus quoque Avicularius dederat decimam sue terre, quam tunc jamdictus Theobandus in dominio habebat. Lambertus quoque, homo Pagani, pro anima domini sui et sua, decimam suam dederat. Ista cuncta erant de patrimonio Aaliz, filie Gauscelini, uxor sepedicti Theobaudi. Que omnia ista, cum suo viro, Sanctis martiribus precatu abbatis Rannulfi concessit [...] dedit supradicte mulieri abbas R. XX solidos Cenomannenses » (SV 276).

123 LC 56.

124 « Aliam vero medietatem, si soror sua, quae aliquautulum a consilio suo deviaverat, in stulticia sua, id est in concubitu non legali, permanere volebat » (SV 746).

125 « pugnavit Radulphus Flory, in curia Sancti Petri, pro Hueto de Corleiant, contra Joscetum Fabrunt, qui pugnabat pro Hodeburgi de Corleiant, quam, ut impudicitia notatam, removere volebat ab hereditate paterna » (SPCO 39).

126 D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 545.

127 Dès le ixe siècle, la Friedelfrau avait cessé d'être légitime et s'était trouvée rabaissée au rang de concubine (R. LE JAN, Famille et pouvoir..., p. 274) ; l'abandon de la dot va dans ce sens, de même que la condamnation morale par la famille d'origine.

128 Il apposa le sceau des templiers et celui de son seigneur (LA 142).

129 Recueil de Marculfe : « dulcissima conjux mea illa, vosque dulcissimi filii mei illi », cité par L. Célier, Catalogue…, p. XLIX.

130 SV 264.

131 BN latin 12 878 fo 186 v°et 187.

132 O. GUILLOT, le comte..., t. 1, p. 72-73.

133 Cne Pussigny, et Sainte-Maure, Indre-et-Loire.

134 « Ex hominibus Hugonis filii Seinfridi episcopi Cenomannensis ».

135 Infra, p. 255.

136 SV 143 et 60.

137 CAUVIN, Géographie..., Instrumenta, p. LXXV et LXXVI.

138 SPC 14.

139 A. LEDRU, Répertoire..., p. 227 ; R. VERDIER, La glèbe..., p. 58.

140 CAUVIN, ibidem.

141 A. LEDRU, ibidem.

142 Gesta..., p. 39.

143 Actus, p. 207 et 285.

144 G. LOUISE, La seigneurie..., t. 1, p. 241.

145 Supra, p. 98.

146 Ibidem, p. 243-244.

147 Ibid., p. 242-244.

148 O. GUILLOT, le comte..., t. 1, p. 73, n. 324.

149 Actus, p. 353.

150 En réalité, comme je l'ai dit précédemment, Hugues possédait l'alleu de Chasseigne jure hereditario.

151 D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 284.

152 Ibidem, p. 606-607.

153 SV 288.

154 CHARLES et MENJOT D'ELBENNE, Cartulaire..., col. 170, n. 5.

155 SV 264.

156 SV 233.

157 TV 15.

158 BN latin 9067, fo 303.

159 CAUVIN, Géographie..., Instrumenta, p. LXXV et LXXVI. G. Louise a ignoré ce document, ce qui explique qu'il se soit laissé guider vers une interprétation erronée à propos des biens de Gennes.

160 SV 178.

161 SV 27.

162 BN latin, 17 123, fol. 169.

163 BN latin 17123 fol. 169.

164 Il est fait mention de l'accord du comte de Vendôme Foulques l'Oison, puis de faits qui se déroulèrent après sa mort, survenue en 1066 (D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 291).

165 G. LOUISE, La seigneurie..., t. 1 p. 237 ; l'auteur, signalant cette union matrimoniale, cite SV 538 qui n'en parle pas.

166 SV 538.

167 Cne Auvers-sous-Montfaucon, ct Loué.

168 SPC 18.

169 SV 45, 672, 704, 705, 708, 709, 712.

170 SV 401,411.

171 Cne Conlie.

172 TT 90.

173 Première apparition à la fin du xie siècle (SV 119).

174 MM 2 T.

175 E. VALLÉE, Dictionnaire..., t. 1, p. 107.

176 LC 108.

177 SV 139 et 142

178 SV 609.

179 G. LOUISE, La seigneurie..., t. 1, p. 134-136.

180 Ibidem, p. 148-151 et p. 157.

181 « qui nobis altinebat jure patrimonii » (SV 609).

182 A. CHÉDEVILLE, Chartres..., p. 39 n. 48.

183 Ibidem, p. 39-40.

184 SV 187, 142, 140.

185 SV 288.

186 SV 142.

187 MM 5 Torcé ; LC 108.

188 MM 8 Torcé.

189 BN latin 9067, fo. 295 et 303.

Indice delle illustrazioni

Titolo Les seigneurs de Gennes et de Montfort
Legenda relation hypothétique ----------* d'après G. Louise, La seigneurie..., t. 2, p. 134.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17085/img-1.png
File image/png, 519k
Titolo Biens relevant d'Hugues de Gennes et de son épouse Agnès
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17085/img-2.png
File image/png, 564k
Titolo Les seigneurs de Montfaucon
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17085/img-3.png
File image/png, 238k
Titolo Biens relevant du lignage de Montfort (fin xie-début xiiie siècle)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17085/img-4.png
File image/png, 560k

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540