Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La société aristocratique dans le Haut-Maine

 | 
Bruno Lemesle

Chapitre 3. Société aristocratique et religion

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Il faut le redire : toute ma documentation est d'origine ecclésiastique ; ce n'est pas elle qui prédispose le mieux à comprendre comment les nobles laïcs ont reçu, perçu, intégré les paroles qu'ils entendaient prononcer, les rites qu'ils voyaient se dérouler et dont ils étaient aussi les acteurs, les images qui s'offraient à leur vue. Mais les caractéristiques de cette documentation ne la rendent pas non plus impropre à y puiser des réponses. Il y a d'abord celles que permet l'examen des prises d'habit monastique : voici sans nul doute une des formes les plus vigoureuses du lien entre les lignages aristocratiques et les abbayes. Les moines étaient théoriquement « morts au monde », mais le leur n'était après tout qu'un ensemble un peu particulier de la société aristocratique, une sorte d'autre versant. Le chapitre précédent nous a montré un réseau dense de prieurés et des moines actifs, se déplaçant volontiers ; par conséquent ils ne pouvaient pas perdre contact avec leur parenté d'origine puisqu'ils ne l'avaient pas entièrement perdu avec le reste de la société. Les relations des lignages avec les établissements religieux se déclinent également selon diverses gradations : en deçà de la prise d'habit, plusieurs formes de solidarité se signalent à notre examen aussi bien au travers de la générosité des bienfaiteurs que des compensations obtenues sur les plans matériel et spirituel. Mais si les relations visibles s'étaient limitées à des flux croisés de bienfaits entre laïcs et religieux, il suffirait de dresser des listes en hiérarchisant les flux, ce qui, moins que l'intensité des relations, dirait le niveau des donateurs sur l'échelle sociale. En réalité, les rapports entre ces deux mondes ont souvent été marqués par des différends ou des conflits ; or ce sont eux, à cause des accrocs qu'ils signalent, qui disent ou suggèrent l'attente des laïcs, leur regard sur le monde monastique, leurs croyances et leurs valeurs. Étaient-ils si facilement convaincus, par exemple, que la possession d'une église mettait en danger leur salut ? S'il y eut des seigneurs laïcs plus rebelles que d'autres aux paroles des hommes d'Église, liens et oppositions ont aussi pu être concomitants, traverser une même vie ; ici il faudra lire les récits des notices et savoir y entendre l'écho parfois assourdi du choc de conceptions, voire de cultures différentes.

Prendre l'habit

2L'étude porte sur les prises d'habit aux abbayes Saint-Vincent, de la Couture, Saint- Aubin d'Angers et Marmoutier, afin de disposer d'un corpus significatif. Toutefois, c'est Saint-Vincent qui fournira la plupart des exemples analysés, parce que le nombre de cas fournis par cet établissement (cinquante-deux) dépasse largement le total des trois autres (quatorze). La répartition chronologique n'a de sens que pour Saint-Vincent en raison de la richesse documentaire ; elle fait apparaître d'importantes inégalités en partie explicables par la répartition de tous les actes de donation connus.

Répartition des prises d'habit à Saint-Vincent

Répartition des prises d'habit à Saint-Vincent

3Nous constatons toutefois une absence de reprise au début du xiiie siècle contrastant avec l'allure de la courbe générale des actes de donation alors que toute entrée au monastère s'accompagnait d'un don. Pour le xiie siècle, l'explication avancée au chapitre précédent sur la non-rétrocession probable des actes consignés par les prieurés à la maison-mère n'est pas satisfaisante. Celle-ci accueillit des moines pour lesquels il ne reste pratiquement pas d'actes. Il est par ailleurs invraisemblable que le nombre des vocations se mesure aux mentions qui nous sont parvenues. Voici un constat qui doit incliner à se méfier des comptages. Les aléas sont ici considérables. Par contre, à partir du corpus étudié, on peut montrer comment se répartissent différents cas de prises d'habit monastique, sans laisser espérer que ces cas représenteraient, même pour la période la mieux documentée, un « échantillon représentatif » !

  • 1 SPC 26.
  • 2 J. H. LYNCH, Simoniacal Entry..., p. 36.
  • 3 « sed ab illis potissimum detinebantur ecclesiae qui in eisdem, parentum devotione contraditi, ab (...)

4Pour les soixante-six cas connus, cinquante-et-un caractérisent des personnes adultes, dont dix « jeunes » (non mariés) ayant choisi leur entrée au monastère, vingt-trois hommes mariés pourvus d'au moins un enfant, neuf malades ou mourants (professio ad succurren- dum), neuf cas où la situation est inconnue. Quinze cas caractérisent des « enfants », c'est- à-dire des personnages donnés par leur père (ou mère : un cas) ou un frère (cinq cas). Le comte du Maine Hélie donna son frère Enoch à La Couture alors qu'il était encore pratiquement dans le sein maternel, selon le rédacteur de l'acte1 : c'est un des rares exemples où l'âge est évoqué. Le net déséquilibre en faveur des conversions d'adultes doit être interprété. Pour une part, il correspond à des cas concentrés sur une période restreinte (1070-1120) ; il exprime donc une part du réel. Mais par ailleurs, je sais qu'au sein de cette période toutes les admissions au monastère ne sont pas connues car bien des noms de moines de Saint- Vincent qui figurent dans les notices, en particulier dans les listes de témoins, n'ont pas leur correspondant avec ceux des admis. Dans son étude spécialement consacrée à cette question, J. Lynch estimait que les adultes convertis ne devaient probablement pas former la majorité des religieux2 ; la prudence est en effet nécessaire dans un domaine où les statistiques ne sont pas plus possibles qu'ailleurs. L'observation de J. Lynch s'appuie sur une remarque de Guibert de Nogent ; selon celui-ci, les monastères étaient principalement occupés par des moines entrés comme oblats3. Quelle que soit la part d'infidélité de ma documentation, une observation mathématique permet de raccorder ces données en apparence contradictoires : si nous mettons à part les laïcs prenant l'habit au seuil de la mort qui, sauf rémission imprévue, ne s'attardaient pas au monastère, ceux qui étaient entrés enfants y passaient aussi la totalité de leur vie adulte alors que les laïcs convertis volontairement à l'âge mûr n'y vivaient, sauf longévité exceptionnelle, que quelques années. Autrement dit, un nombre moyen d'admissions d'oblats même nettement inférieur à celui des admissions d'adultes pouvait fournir ultérieurement une part de moines adultes entrés comme enfants supérieure à celle des admis tardifs. Naturellement ceci ne prouve pas que les choses se soient passées ainsi. Il était important en tout cas de constater que les admissions se produisaient à tout âge. Du coup, les motifs n'étaient pas nécessairement les mêmes. Une difficulté considérable apparaît ici : pas une seule fois la prise d'habit n'est justifiée par la mention d'une conviction religieuse, d'une volonté de se donner à Dieu ; on lit parfois une mention sur le désir d'assurer le salut des siens, mais ce n'était rien d'autre, nous l'avons vu, que le caractère générique de tous les actes de donation. L'acte banalise l'admission au monastère. Devra-t-on en conclure que les mobiles religieux ne formaient pas le ressort principal ? Ce serait évidemment aller vite en besogne. Il faut donc d'abord faire un peu la sociologie historique des admis au monastère puis observer les contextes des conversions en dépassant les seuls actes qui les mentionnent, précaution élémentaire qui permettra de mieux comprendre la nature particulière des liens qui se nouèrent entre les lignages aristocratiques et les établissements religieux.

Le niveau social : la petite et moyenne aristocratie dominante

  • 4 J. H. LYNCH, ibidem, p. XIV.
  • 5 SAA 748, SPC 26 et 14.
  • 6 SV 140, 139, 142, 160.
  • 7 J. Lynch préfère parler du don d'admission plutôt que de dot ; selon lui, ce terme évoque la pério (...)
  • 8 Cne Igé, et Bellême, Orne.
  • 9 SV 640 et 643.

5Tous les admis qui apparaissent dans la documentation possédaient des biens, sans quoi il n'y aurait pas eu d'acte. Peut-on savoir s'il y eut des admissions sans contrepartie matérielle ? La règle de Saint-Benoît n'exigeait pas de contribution de la part d'un nouveau membre4, mais aucun indice n'autorise à penser que ces cas existèrent aux xie et xiie siècles. Par conséquent le recrutement des moines était essentiellement aristocratique. En commençant par les plus importants, le corpus présente plusieurs personnages qui se rattachaient à l'aristocratie châtelaine. Jean de La Flèche, le père du comte du Maine Hélie, fut admis aux portes de la mort ; Hélie donna son frère Enoch ; les autres sont Patri de Sourches et son parent (consanguineus) le prêtre Renaud5, Avesgaud de Connerré, qui était un suzerain (capitalis dominus), seigneur châtelain de Connerré, imparfaitement connu mais dont la surface sociale ne semble pas négligeable. Il avait des biens dans les régions de Connerré et de Sceaux d'une part, là où était localisé le centre de sa seigneurie, et dans le nord-ouest du comté d'autre part6. Tous les châtelains ne se situaient pas à un rang identique ; Seinfroy fut doté7 par son frère Hamelin Livaré vers 1067-1076 avec l'église de Marcilly8, la dîme, le cimetière et la terre de deux vassaux ; il céda la vicaria et le ban ainsi que toutes les autres coutumes. Hamelin tenait lui-même sa seigneurie avec ses pouvoirs de Goslin le Normand, seigneur châtelain de La Ferré9. L'importance des donateurs se signale naturellement par la qualité des dons matériels apportés en dot à l'abbaye ; parfois un titre leur est donné : quatre chevaliers (milites) et sept clercs sont mentionnés.

  • 10 « et totum etiam militare servicium Sanctis martiribus dimiserunt » (SV 337).
  • 11 SV 634.
  • 12 SV 613 et 632.
  • 13 SV 346.
  • 14 CVI 46.
  • 15 « una mansura terre [...] cum domo optima, fossatu firmissimo atque ligno munita undique cum rupe (...)
  • 16 SAA 329.

6Les personnages de la frange inférieure de l'aristocratie sont les mieux représentés ; ils donnent une ou deux terres, plus souvent un cens et des parts de dîme ; ils n'ont pas de vassaux mais pour seigneur un personnage qui n'est pas de premier rang. Hamelin donna vers 1100 la moitié des terres qu'il tenait d'Hugues de Belin et d'Hugues fils de Guy ; ces derniers acceptèrent de renoncer au service qu'Hamelin leur devait10. Il était donc chevalier. Hervé de Saint-Longis donna vers 1100 un pré11 : ce personnage était prévôt des moines12. Payen de Souligné donna la dîme de cette paroisse qu'il avait achetée à Rainard13, bien non- patrimonial par conséquent. Girard Mâchefer et sa femme Odeline ne purent donner que deux parts de dîme pour leur fils Robert14. Plus important certainement était Eudes l'Asnier de Malicorne qui, se repentant de ses péchés, voua son fils Guy, encore au berceau, à l'abbaye. C'est un des très rares cas où un motif religieux est évoqué. La dot avait une certaine consistance : une terre pourvue d'une excellente maison fortifiée de tous côtés grâce à un fossé très profond et à une palissade, avec également une roche concave, les bœufs, le blé et tout l'équipement que devait contenir la maison à la réception de l'enfant par les moines, le tout lesté d'une vigne. Le don ne prenait effet qu'au moment de l'oblation de Guy15 : voilà un père qui prenait ses précautions ! Guy était un troisième fils (on ne « sacrifiait » pas les aînés) et, étant donné les risques de mortalité infantile de l'époque, ses chances de survie et d'être moine n'étaient pas entières. Or, Eudes se garda d'évoquer cette éventualité, là où d'autres prévirent un remplaçant, comme nous le verrons tout à l'heure. Eudes apparaît par ailleurs parmi les quatre juges siégeant à la cour du seigneur châtelain de Mali- corne16 dont il était par conséquent un vassal. La distribution des admis sur l'échelle sociale reflète finalement assez bien celle de l'ensemble de l'aristocratie et confirme que l'entrée au monastère était principalement un fait aristocratique. Les exemples qui suivent ne suffisent pas à le démentir.

  • 17 SV 59.
  • 18 SV 97.

7Quelques cas de personnages en effet ne peuvent pas être assimilés à l'aristocratie combattante. Ainsi Bovo, fils du cuisinier de l'abbaye, André Belial, qui, malade, donna tous ses biens (deux vignes et des maisons) afin d'être admis à Saint-Vincent17. Ou Hugues, serviteur (famulus) de l'abbaye qui prit l'habit contre un demi arpent de vigne18. La modestie de sa dot est en relation avec son niveau social. Hugues n'avait certainement ni femme ni enfant car la seule personne de sa parenté qui donna son accord fut sa nièce Marie à qui il fit cadeau à cette occasion d'une mesure et demi de blé et d'une couette. Ces deux derniers cas sont les plus modestes du corpus ; ils montrent que la qualification de serviteur de l'abbaye n'était pas un obstacle à la prise d'habit monastique ; mais il n'y en a que deux sur un total de soixante-six.

Les convertis avant leur conversion

  • 19 Ce que fait C. B. Bouchard (Sword..., p. 63 et 253).
  • 20 SV 492.
  • 21 « Hoc modo scilicet, ut, si Deo volente monachus fieri voluerim, predicti monachi, cum honesto add (...)
  • 22 « infirmitate coactus, predicte ecclesie sancti Vincencii reddidit, scilicet primicias illas et te (...)

8Les documents que j'interroge ne permettent pas de sonder les futurs convertis quant à leur psychologie19, en supposant que les adultes qui à un moment de leur vie décidèrent de se consacrer à Dieu en se vouant à un monastère aient présenté des dispositions d'esprit particulières. En revanche, il est parfois possible de saisir des comportements antérieurs à la prise d'habit. Dans ces cas, je ne vois nulle distinction entre les futurs moines et les autres. L'exemple le plus significatif provient d'Herbert fils de Framenger. C'était un dominus dont je vois le mariage avec Godehilde entre mai 1085 et avril 1086, car un contrat de mariage a été fait20. Quelques années plus tard, avant 1102, il donna un tiers des dîmes qu'il détenait dans les paroisses de Juillé et de Piacé avec les prémices : « Ceci de telle sorte que si je veux me faire moine par la volonté de Dieu, lesdits moines me reçoivent librement, avec l'honnête augment que j'apporterai avec moi. Si je ne veux pas être moine, qu'ils reçoivent sans le rejeter, moi-même étant vivant ou mort, un de mes fils, celui que je voudrai, instruit cependant, après ses douze ans »21. Quelques années plus tard encore, avant 1126, Herbert fut excommunié par l'évêque Hildebert de Lavardin. Sa faute avait été de se saisir des prémices et de la tiercerée qui, selon les moines, revenaient aux desservants des églises de Piacé et de Juillé. Enfin, après une durée non déterminable, avant 1133, Herbert, « contraint par la maladie, a rendu ces prémices et cette tierce part aux dites églises de Saint- Vincent, et, de surcroît, a donné aux moines deux parts de dîmes dans chacune des paroisses »22. Si nous revenons en arrière, il faut reprendre Herbert lorsqu'il donna dîme et prémices. La contrepartie était une prise d'habit dont on ne sait pas si elle fut réalisée. En tout cas, ce ne fut pas Herbert en personne, et les biens avaient été donnés. La promesse de donner un des siens au monastère témoigne de la conviction éprouvée sur la supériorité des moines comme intercesseurs auprès de Dieu et de la prime que constituait, par rapport à d'autres types de contreparties spirituelles, l'entrée d'un parent dans la communauté monastique. Seulement la conviction d'Herbert fut momentanée et il alla à l'égard des moines jusqu'à des sentiments nettement hostiles. Pourquoi reprit-il une partie de ce qu'il avait donné ? Les moines ne l'indiquent pas, comme trop souvent, laissant penser que l'arbitraire serait tout du côté du seigneur. Comme ils ne disent pas non plus si en définitive ils ont reçu son fils comme prévu, peut-être la raison de la discorde se trouvait-elle là. Quoi qu'il en soit, l'excommunication fulminée contre Herbert ne le fit pas varier. Seule sa maladie et la crainte de sa mort le ramenèrent, comme toujours à cette époque, à des sentiments plus en accord avec ceux des moines. Je pense que nous disposons d'un exemple de résistance à l'idéologie monastique, de distance à son égard, qui n'exclut pas des retournements brusques liés aux circonstances. La promesse faite par Herbert de sa conversion monastique n'était pas en rapport avec une foi plus intense que chez d'autres, mais avec la volonté d'obtenir une contrepartie de qualité, si je puis dire, à sa donation. Il détenait des dîmes, c'est-à-dire des revenus pour lesquels l'Église grégorienne s'est battue, avec ses propres armes, idéologiques. Herbert a cédé aux moines, convaincu par leurs arguments, tellement bien qu'il était prêt à se faire moine lui-même ! Enthousiasme de néophyte, la suite de ses actes le montre. L'idéologie d'Herbert était autre : c'est le naturel qui est revenu au galop. La saisie des revenus des curés de Juillé et de Piacé indique, même si nous ne les connaissons pas, qu'Herbert avait ses raisons. Il a jugé anormal que le monastère les détienne. Il ne confondait pas le spirituel et le temporel.

  • 23 SV 705 et 411.
  • 24 SV 777.
  • 25 SV 514 et 531.
  • 26 SV 645 et 585.
  • 27 SV 635.

9Les personnages qui prirent volontairement l'habit vers la fin de leur vie n'avaient pas non plus manifesté par leur comportement antérieur de dispositions spécialement favorables envers les religieux. Deux seigneurs n'hésitèrent pas à disputer aux moines de Saint- Vincent des donations de leurs vassaux. Hugues fils d'Ansger contesta une vente à l'abbaye de son vassal Guillaume de Montfaucon, après la mort de celui-ci. Il abandonna sa réclamation en échange de cinq sous23. Les biens qu'il donnera à la fin de sa vie seront d'une importance autre24 ; l'homme a changé, entre-temps. Hervé de Cerisay, qualifié de dominus, avait également disputé la donation de son vassal Geoffroy des Prés, à la fin du xie siècle. Lui aussi, la vieillesse venant, prit l'habit25. Le discours monastique savait éveiller ou accroître une inquiétude. Arnaud Gruel, vers 1100, donna l'église d'Avesnes avec le cimetière et la dîme. Plus jeune, il avait disputé aux moines les dîmes et les biens de l'église de Contilly ; il avait obtenu un bon prix pour sa renonciation : trente sous26. À la même époque, Foucher Carel, malade, donna l'église de Pervenchères avec le cimetière, les dîmes et les coutumes pour son admission27. Si Arnaud Gruel et Foucher Carel attendirent la fin de leur vie pour se délester des églises qu'ils possédaient, c'est qu'auparavant cela n'encombrait pas leur conscience, en dépit de la pression idéologique grégorienne, et que l'idée de se faire moine ne leur était pas venue.

  • 28 « Contigit autem ut quidam miles Adam nomine Hugo, qui ei de servitio seculari strenue servierat, (...)
  • 29 J. H. LYNCH, Simoniacal Entry..., p. 15 et 18.
  • 30 CMM 2 et 3 Château-du-Loir.
  • 31 CDL 51.

10Le plus souvent, la prise d'habit mettait en cause l'intéressé et les membres de sa parenté mais il arriva que furent concernés un seigneur et son vassal. Vers 1060-1067, par exemple, Adam, frère cadet de Gervais II de Château-du-Loir, avait disputé l'église de Bousse et un alleu à l'abbaye Saint-Aubin d'Angers. L'un de ses vassaux, Hugues, un chevalier, décida d'abandonner son état pour se convertir à la vie monastique. Une négociation, à la demande d'Adam, fut donc probablement entreprise ; elle aboutit à la prise d'habit du demandeur en échange de laquelle Adam acceptait d'abandonner ses prétentions28. J. Lynch a cité cet exemple d'où il conclut que des liens pouvaient ainsi être tissés entre l'abbaye et le seigneur du nouvel admis au travers desquels les moines recherchaient une protection29. Mais cet auteur, qui a travaillé sur un large corpus documentaire, ne peut connaître l'arrière-plan d'une situation conflictuelle ni l'ensemble des relations effectivement en œuvre entre un lignage et les monastères. Je reviendrai ultérieurement sur le cas de l'église de Bousse. Pour l'instant, retenons qu'Adam de Château-du-Loir comme son frère aîné Gervais II n'ont fait, d'après la documentation disponible, aucun don à l'abbaye Saint- Aubin d'Angers. Pire : Gervais II a donné l'église de Saint-Guingalois près de Château-du-Loir à Marmoutier alors qu'elle était possédée auparavant par Saint-Aubin30. Du reste, le seul contact entre Adam et cet établissement est connu par cet acte ; sinon, je le vois faire une donation en faveur de Saint-Nicolas d'Angers31. On ne peut donc pas suivre J. Lynch et il faut sûrement en rester à l'information brute apportée par la notice : les moines ont utilisé habilement le souhait d'un chevalier pour faire céder son seigneur ; au moins, à défaut de liens solides entre ce seigneur et l'abbaye, peut-on noter ceux qui soudaient le premier à son vassal et considérer que nous avons ici l'exemple d'une aide apportée par un seigneur à son fidèle, puisqu'après tout celui-ci n'a pas eu besoin d'y mettre du sien.

Contagion parentale

  • 32 Le rédacteur d'une notice de Saint-Aubin d'Angers relate comment Geoffroy du Traquer, alors qu'il (...)
  • 33 SV 200, 393, 428.
  • 34 « Herbertus de Malleo in Collo concessit perpetualiter monachis Sancti Vincentii XXII denarios de (...)
  • 35 SV 355.
  • 36 SV 356.
  • 37 SV 358.
  • 38 SV 143 et 171.
  • 39 « Robertus, filius Witerni de Juliaco, peccaminum meorum mole perterritus, hortatu quoque jamdicti (...)

11Les moments et les lieux où les moines convainquirent les laïcs sont en partie connus ; les moines devaient fréquemment offrir au seigneur de leurs terres un ou plusieurs repas par an (souvent trois). Nombre de notices nous racontent comment un seigneur, prenant à témoin les présents, s'engagea à donner des biens pour le salut de son âme32. Parmi les conditions privilégiées, je vois l'exemple offert par un parent. Des phénomènes de contagion se produisaient alors. Vers 1064, Robert fils de Froger constituait une dot pour son frère Giroi ; une vingtaine d'années plus tard, le fils de leur neveu Guillaume de l'Ile, nommé Hugues, prit l'habit à Saint-Vincent33. Plus intéressant est le cas d'Herbert de Maillencol parce qu'il permet de retracer une évolution. Il avait un parent, Guy de Verdelles, qui prit l'habit et mit dans sa dot un cens de vint-deux deniers. Herbert refusa cette dotation dans un premier temps car la terre lui appartenait ; nous devinons alors une négociation car les moines achetèrent son abandon pour cinq sous et son admission à la societas monastique34. Aucun des documents n'est ici daté ; la période s'étend de la fin du xie au commencement du xiie siècle. Puis Herbert donna (tradidit) son fils Hugues à Saint-Vincent35. Par la même occasion, il confirma les donations faites par son cousin Guy de Ver- delles lors de son admission au monastère. Je présume que les deux prises d'habit durent être très proches dans le temps. Puis, après une durée que je ne peux évaluer, Herbert revêtit à son tour l'habit monastique36. On peut toujours considérer que l'âge eut son effet sur sa conversion, mais les circonstances aussi, et là, nous y voyons clair. Lorsque son cousin Guy se convertit, il fut en contact avec les moines qui lui parlèrent pour le convaincre d'abandonner un cens. Ils lui proposèrent, ou bien Herbert demanda, la societas. Les étapes suivantes furent également ponctuées de rencontres avec les moines, peut-être au monastère quand il offrit son fils. II subissait une immersion progressive dans un monde qui faisait figure d'antichambre vers l'au-delà. Ce type de contagion par parenté allait atteindre Gervais Coignard, entre 1110 et 1130, qui se fit moine à Saint-Vincent37. Je ne connais pas exactement le degré de parenté avec Herbert. Celui-ci avait un gendre nommé Eudes Coi- gnard, qui confirma les dons faits par son beau-père. Gervais Coignard donna des dîmes à Maillencol ; le plus probable est qu'il était soit frère d'Eudes, soit son fils. Le bilan pour une période qui ne dépasse pas deux générations est de quatre conversions à la même abbaye d'hommes liés par la parenté. À une époque un peu antérieure, entre 1050 et 1100, Hubert Le Clerc fonda le prieuré de Sceaux en même temps qu'il prit l'habit et entraîna dans son sillage son frère Eudes le Riche38. Enfin l'exemple de Guiterne de Juillé permet d'ajouter une remarque au phénomène de la contagion parentale. Ce moine nouvellement admis était encore en bonne santé, aussi exerça-t-il un effet d'attraction vers le monastère non seulement pour les hommes, mais encore pour les biens, à commencer par ceux de sa parenté. D'une part l'un de ses fils, Hubert, fut voué au monastère mais il mourut rapidement ; d'autre part son fils Robert, devenu dépositaire du patrimoine depuis la conversion de son père, donna à l'abbaye une part des biens de sa mère, Hameline, apparemment unique héritière de son père Gautier Le Boisne. Le préambule de la notice souligne que le donateur agit, effrayé par le poids de ses péchés, à l'exhortation paternelle39 : tant pour le geste que pour l'exposé du motif, quel que fût le degré d'assimilation de son sens par l'intéressé, quel autre moine que son père aurait pu être aussi convaincant et son inspirateur ? Beau sujet pour une analyse de la culpabilisation du fils par le père !

  • 40 J. WOLLASCH, « Parenté noble... »
  • 41 A. BARBERO, L'aristocrazia..., p. 190.
  • 42 Entre autres, G. DUBY, Le chevalier, la femme..., p. 114.

12Au total, nous voyons se dessiner une étroite relation entre les donations d'églises, les prises d'habit monastique et la présence d'un moine dans la parenté. Le point commun était la mise en contact directe entre le monde de l'aristocratie laïque et le monde monastique qui constituait au sens propre des voies de passage de l'un à l'autre, mais dans un seul sens. Si l'influence monastique ne fut pas forcément première dans la décision de la conversion, les cas étudiés jusqu'ici témoignent de la force de conviction dont les moines firent preuve. L'importance d'avoir un parent moine qui par son enthousiasme contagieux engageait à la conversion a été soulignée par Joachim Wollasch40. Il existait néanmoins d'autres considérations, mieux connues. Alessandro Barbero n'hésite pas à écrire qu'il ne faut pas chercher de profondes motivations religieuses dans l'habitude des familles aristocratiques de consacrer un de leurs fils à la vie monastique. La nécessité de trouver un système pour les fils en surnombre et de limiter les risques de dispersion de l'héritage était une raison suffisante41. Cette façon de voir, assez courante au demeurant42, me paraît réductrice et ne s'accorde qu'imparfaitement avec la documentation que j'examine. Pour autant, la part de stratégie familiale dans les prises d'habit doit être examinée, bien que les actes ne me fournissent guère d'exemples ; c'est pourquoi je pense que leur notoriété a été exagérée.

Stratégies familiales

  • 43 SV 640.
  • 44 SV 428.
  • 45 J. H. LYNCH, Simoniacal Entry..., p. 46.

13Cinq fois la dot pour le nouvel admis est constituée par le frère aîné. J'ai évoqué plus haut ces exemples. Vers 1067-1076, celle d'Hamelin Livaré pour son frère Seinfroy comprenait l'église de Marcilly. L'acte ne mentionne pas de consentement parental, aussi la conversion de Seinfroy faisait-elle peut-être d'Hamelin l'héritier unique du patrimoine restant43. Or, même sans la prise d'habit de son frère, il aurait sans doute fini par donner l'église, la dîme et le cimetière, compte tenu de la pression monastique en ce sens. Autant dire que la compensation à la soustraction effectuée sur son patrimoine était avantageuse étant donné les bienfaits spirituels que celui-ci pouvait espérer tirer des prières que ferait désormais Seinfroy à son profit. Robert fils de Froger, vers 1064, en dotant son frère Giroi et sa sœur qu'il maria, restait probablement l'unique détenteur du patrimoine familial44. En fait, la sécheresse des notices autorise peu de commentaires, mais un constat est évident : le donateur était gagnant sur le plan matériel comme sur le plan spirituel. J. Lynch a montré la fréquence du rôle des frères qui avaient intérêt à écarter un héritier du patrimoine45. En revanche on ne sait rien de la volonté personnelle du converti.

  • 46 « Quod si ipse Odo, filius ejusdem Drogonis, priusquam monachus fiat, moritur, aller de ipsius fil (...)

14La volonté de conserver le bénéfice spirituel, contrepartie de la dot, autorisait les donateurs à des calculs qui nous indiquent sans le moindre doute l'absence de volonté propre du nouvel admis. Herbert Framenger en a déjà livré un exemple. En voici un autre où le donateur conserva l'esprit froid. Entre 1080 et 1102, Dreux fils de Bernon prit l'habit, se constitua une dot, bien détaillée par la notice, puis une autre clairement distincte pour son fils cadet Eudes (dans les deux cas les biens d'Église dominaient) ; mais si ce dernier venait à mourir avant d'être fait moine, c'est-à-dire avant d'avoir prononcé ses vœux, un autre de ses fils prendrait l'habit46. Le calcul était double : Dreux voulait s'assurer l'efficacité des prières de son fils sans risquer de perdre le bénéfice de la dot constituée pour ce fils, puisqu'il savait qu'un bien donné au monastère ne serait pas rendu. Il avait pris soin de situer le moment limite où le remplacement sans nouvelle dot serait possible à la prononciation des vœux et non, comme on le voit dans d'autres circonstances, à l'entrée effective au monastère, comme oblat ou comme novice. Autant dire que la promesse de « remplacer » un enfant décédé par un autre fils engageait autant les moines que le père.

  • 47 Citée par J. H. Lynch, ibidem, p. 57 n. 67.
  • 48 TV 357.
  • 49 « tali si quidem conditione, ut predictus filius meus, Fulcogius, in prefato monasterio, Deo omnip (...)

15Enfin il y avait les cas où les lignages se débarrassaient d'un enfant infirme ou inapte à assurer la succession du patrimoine. Phénomène que n'appréciaient guère les moines « sains de corps et d'esprit ». On connaît la lettre du moine Ulrich de Cluny à l'abbé Guillaume d'Hirsau dans laquelle il décrit cette motivation des familles à offrir certains des leurs47. Les ordres réformés du xiie siècle s'efforcèrent d'éviter cette pratique. Il est impossible d'en évaluer la proportion car la plupart des cas n'ont pas dû être mentionnés dans la documentation mais je dispose toutefois de deux exemples. En 1097, Gaudin de Malicorne donna son fils aîné Garin au monastère de la Trinité de Vendôme alors que la seigneurie aurait dû lui revenir, précise le rédacteur ; deux autres fils étaient vivants au moment de la donation48 ; on peut raisonnablement supposer, en l'absence de toute considération sur le souhait personnel de l'oblat, qu'une infirmité fut la cause de sa donation. Le second exemple offre une tournure sybilline. La notice n'est pas datée ; l'éditeur l'a située vers la fin du xie siècle ou au commencement du xiie. Guillaume donna la moitié de tous ses biens à Sarcé : terres, censives, vignes. Il mentionna l'accord de sa parenté : sa femme, Ingeburge, ses trois fils et ses deux filles. Puis il ajouta : « A cette condition que mon fils Foulques [qui faisait partie des trois garçons ayant donné leur accord au don] se consacre dans ce monastère à la façon des moines au Dieu tout puissant auquel je l'ai voué, à moins qu'une force s'abatte injustement sur lui et le contraigne à quitter le monastère. Si par sa faute il quittait l'église, qu'il conserve la totalité de ce que nous lui avons accordé »49. Ensuite Guillaume demandait aux moines du prieuré de Sarcé de le secourir lui et sa femme tant qu'ils vivraient en les consolant, puis de les admettre dans leur cimetière après leur mort ; alors, les moines posséderaient la part de biens qu'il leur restait. Les parents de Foulques n'allèrent pas jusqu'à envisager l'internement de force. Sa fuite fut estimée prévisible ; peut-être avait-il déjà dû errer. Ce n'était pas un simple d'esprit, sinon son placement au monastère eût été plus facile et son père n'aurait pas prévu de lui laisser sa part de biens. L'envie de fuite de Foulques était- elle liée à des manifestations de mysticisme que ses parents souhaitaient canaliser dans le monastère ? Mais ils devaient savoir que leur fils chercherait plus loin et ailleurs la fuite du monde. Un ermite en perspective...

  • 50 « Dedit etiam se ipsum, cum omnibus que habebat, suppliciter, expetens, ut quando fieri vellet mon (...)

16Le commun des situations révèle toujours l'angoisse du salut qui se manifestait préférentiellement dans la vieillesse. Se dépouiller de ses biens soi-même ou offrir un de ses fils était l'attitude la plus haute, celle qui répondait le mieux à la peur de l'au-delà et du diable. L'Église favorisait le sentiment de la faute en opposant l'idéal de vie monastique à la vie aristocratique. Si la première était facilement méprisée par les jeunes nobles dont toute l'éducation conduisait à la valorisation des prouesses physiques et guerrières (et ne voyaient- ils pas ceux qui, par infirmité, étaient incapables de ces prouesses y être destinés), le discours ecclésiastique finissait par faire son chemin dans les consciences au long de la vie ; la guerre, les violences (même si les chevaliers n'y consacraient qu'une part de leur temps), les acquisitions de richesses provoquaient un retournement d'attitude aussi brusque qu'avait été radicale la distance voire l'opposition aux moines. Les pulsions s'investissaient désormais dans le champ religieux. Les documents ne montrent pas différents types d'attitudes, les unes qui répondraient à un engagement mystique tandis que d'autres seraient mues par le simple calcul ou des stratégies familiales liées au souci de la préservation du patrimoine. Les motifs religieux et le calcul se mêlaient souvent et les différenciations les plus visibles concernaient les époques de la vie d'un même personnage. Cependant, seule une partie des comportements nous apparaît ; ils montrent que les plus jeunes furent peu réceptifs à l'idéologie monastique ; il fallait que des conditions de contact personnel avec les moines fussent créées pour les ébranler. Et encore, beaucoup leur tenaient la dragée haute. Témoin un certain Bourguignon, fils du clerc Vital de Tuffé, qui, vers 1100, donna sa part des moulins de Tuffé aux moines. Il se donna lui-même à l'abbaye, souhaitant humblement que les religieux lui laissent son bien jusqu'à ce qu'il soit fait moine50. L'abbé accepta, lui promettant une église dès que l'une serait disponible. Nous devinons aisément la transaction. Finalement, Bourguignon jouira sa vie durant de sa part de moulin et desservira une église, comme son père ; à la fin de sa vie, il se fera moine, rendant alors l'une et l'autre. On a l'impression d'une carrière toute programmée dans laquelle l'envie de l'intéressé d'être moine était parfaitement nulle.

Générosité des grands lignages

17L'étude des prises d'habit nous a fait progresser dans l'approche, sinon du sentiment religieux, au moins des attitudes et des comportements. Mais elle demeurait encore multiple, éclatée au travers de la société aristocratique, sans qu'on parvienne véritablement à saisir des stratégies propres à des groupes parentaux. Il faut donc à présent suivre quelques lignages ; je commencerai par les plus grands, mais comme la documentation a parfois assez bien éclairé quelques autres de moindre envergure, une comparaison pourra être esquissée.

Le lignage vicomtal

  • 51 Une exception : la fondation du prieuré de Saint-Flaceau au Mans par le vicomte Hubert en 1085-108 (...)
  • 52 Bruel, Recueil des chartes de Cluny, t. V, p. 552, cité par Angot (Généalogies féodales... ). Au d (...)

18Le lignage vicomtal, le plus puissant après celui des comtes du Maine tant qu'il y en eu un, offre l'image d'un groupe disposant de solidarités religieuses tous azimuts, mais non sans choix préférentiels. Une autre caractéristique est l'absence de conflit visible avec les établissements religieux. Le spectre large d'établissements favorisés par leur générosité est en rapport avec le niveau élevé et l'étendue de leurs relations de parenté et d'alliance ; les faveurs les plus fréquentes furent au bénéfice de Saint-Aubin d'Angers, de Marmoutier, de l'abbaye du Mont Saint-Michel et de la Couture. Saint-Vincent en revanche ne bénéficie que de très peu de donations51. La faible faveur pour Saint-Vincent peut s'expliquer par la date relativement tardive de sa fondation, à une époque où les vicomtes avaient déjà des relations solides avec d'autres établissements. Au xie siècle, ils étaient donc facilement tournés vers les grandes abbayes extérieures au comté du Maine, angevines et tourangelles, mais aussi l'abbaye de Cluny reçut une église près de Beaumont du vicomte Roscelin et de sa femme Constance en 117352 : le prestige de la grande abbaye avait dû jouer à plein pour une fondation à contre-courant, quand se développaient les monastères des moines blancs. Il faut revenir sur les plus importantes donations afin de caractériser le plus exactement possible les rapports entretenus avec les établissements religieux.

  • 53 MM II Vivoin.
  • 54 L'examen de l'étendue d'après la carte IGN au 1/25000 et la feuille de Cassini (n°63 8 F) ne perme (...)
  • 55 CVI 10, p. 222.

19La plus belle aumône est celle du prieuré de Vivoin, offert à l'abbaye de Marmoutier. Cette fondation du vicomte Raoul IV, réalisée vers 1060, à l'époque de sa seconde épouse, Cana53, est vaste en superficie : il est possible de la reconstituer en acceptant une certaine marge d'incertitude. La délimitation précise (et rare) s'accompagne de la mention de bornes54 : le territoire ainsi aliéné prenait une configuration nouvelle. Sans doute a-t-il été taillé dans le domaine du vicomte ; il ne comporte aucun fief de chevalier. Il comprend le bourg de Vivoin et s'étend de part et d'autre de la Sarthe. Un tiers environ se situe vers la rive droite, dans la boucle du méandre décrit par la rivière, en direction de Beaumont et à proximité immédiate du château ; la seconde partie est plus difficile à délimiter : elle représenterait plus de deux kilomètres carrés, ce qui aboutit à un total qui serait compris entre trois et quatre kilomètres carrés. Il s'agit donc d'une donation considérable, composée de bonnes terres déjà mises en valeur comprenant les redevances ecclésiastiques avec la juridiction. De son côté, Raoul reçut des moines une bonne compensation matérielle d'une valeur totale supérieure à quarante-deux livres. Finalement la richesse de la donation du vicomte excita la jalousie : durant son agonie qui vit réunis les moines de Marmoutier et de la Couture ainsi que les chanoines de Saint-Julien, ceux de la Couture tentèrent, en vain, d'obtenir du mourant les biens qu'il avait cédés à l'abbaye tourangelle55. La fondation du prieuré de Vivoin s'offre à notre regard comme un résultat : nous en ignorons tous les préalables ; les deux documents suivants permettent en revanche une approche des voies de la reconquête monastique.

DOMAINE DU PRIEURÉ DE VIVOIN (échelle approchée : 1/33 900) : le trait noir marque la reconstitution de ses limites.

DOMAINE DU PRIEURÉ DE VIVOIN (échelle approchée : 1/33 900) : le trait noir marque la reconstitution de ses limites.
  • 56 SAA 340.
  • 57 Les dates sont cohérentes avec la venue du pape (février 1096) et avec la mort d'Hoël survenue cet (...)

20Le premier mentionne les modalités de la restitution par deux frères, Hugues de Saint- Aubin et Robert Payen, du domaine (curtis) de Locquenay avec ses dépendances à l'abbaye Saint-Aubin d'Angers56. À l'occasion de la visite du pape Urbain II, l'évêque Hoël avait convoqué ces deux hommes en justice parce qu'ils avaient refusé de rendre les terres réclamées par l'abbaye depuis longtemps, selon la notice, puis il les excommunia à cause de leur mauvaise volonté ; ils ne le supportèrent pas longtemps et parvinrent rapidement à un accord avec les religieux. Ils abandonnèrent l'église en totalité (guirpiverunt) mais conservèrent une pêcherie et des terres qu'ils ne pourraient aliéner qu'en faveur des moines, y compris leurs maisons. L'accord a été conclu au château de Fresnay puis, dans un second temps, Hugues s'est rendu auprès du chapitre monastique près d'Angers le 9 septembre où il fut admis à la societas des moines, tandis que Robert Payen venait le dimanche des Rameaux, donc le 29 mars 1097 selon le nouveau style57. Mais l'acte fournit quelques indications intéressantes sur le passé de ces terres : il affirme que la curtis de Locquenay fut donnée à l'abbaye par le roi Childebert ; on peut hésiter entre Childebert 1er (511-558) et Childebert III (695-711). J'exclus Childebert II car il n'a régné que sur l'Austrasie. Les religieux auraient détenu la curtis pendant une longue durée avant qu'elle ne leur soit soustraite « par un excès de persécution » (nimietate persecutionis). Les deux frères étaient vassaux du vicomte Raoul V et de Guillaume d'Assé, lesquels confirmèrent l'accord. L'abbaye ne produisit aucun diplôme à l'appui de sa réclamation. Nous voyons comment la venue du pape put être exploitée en faveur d'objectifs autres que celui de la croisade. Après des années de réclamations inutiles, l'excommunication fulminée dans un moment d'exaltation mystique fut suffisante pour conduire au sens de la faute qui n'avait pas réussi à naître auparavant ; elle ouvrit une issue au conflit favorable à l'abbaye. L'accord fut renforcé par le déplacement des deux hommes au chapitre où ils furent associés aux bienfaits spirituels de la communauté monastique.

  • 58 « vicecomes Radulfus recognoscens canonicatum illum juris esse Beati Albini » (SAA 338).
  • 59 « non tam donavit quam reddidit » (ibidem).

21Un second document, une notice datée du 12 mai 1112, relate des faits antérieurs, contemporains du précédent : le vicomte Raoul V reconnaissait les droits de l'abbaye sur le canonicat de l'église Saint-Léonard58 ; aussi à la mort de chacun des trois chanoines, la prébende revint-elle aux moines. Il restituait aussi59 les églises Saint-Léonard, Sainte-Marie et de Champfleur qui fournissaient leurs revenus aux chanoines ; les compensations matérielles qu'il reçut étaient importantes (deux marcs d'or et dix d'argent, puis douze livres mansaises lors de l'agonie du second chanoine). Il se fera rappeler son engagement lors de la mort du dernier chanoine, occasion pour lui d'obtenir de nouvelles compensations. Toutefois l'abbaye n'obtint pas tout : le vicomte conservait le service des vassaux et l'évêque Hildebert les revenus ecclésiastiques à l'église-mère ou à ses voyers que le prélat ne souhaitait pas dépouiller à cette occasion. Si nous admettons la véracité de l'ancienne possession par Saint-Aubin, nous ignorons qui dépouilla l'abbaye : peut-être le vicomte ou plus vraisemblablement le comte qui en fit donation au premier. En tout cas l'église-mère en possédait les revenus ecclésiastiques : les laïcs n'avaient pas donc pas tout accaparé. D'autre part, les moines ont bien été obligés de monnayer chèrement la restitution de ces églises sans pour autant en détenir la totalité des revenus : leur version est évidemment simplificatrice ; nous entrevoyons l'imbrication d'intérêts dans laquelle ils parvinrent à prendre leur part au travers d'une négociation certainement difficile dans la mesure où ils trouvèrent face à eux non seulement le seigneur mais l'évêque, lequel ne souhaitait pas perdre ses propres avantages.

  • 60 SV 175 et 176, MM 2 et 4 Sablé et infra p. 102, 241, 262, BM ms 91 bis.
  • 61 Dans l'Anjou voisin, J. Avril voit également des institutions canoniales en difficulté face aux mo (...)
  • 62 DEREINE, « Chanoines ».

22Cette affaire est aussi instructive pour mesurer le déclin total du prestige du canonicat au milieu du xie siècle auprès des seigneurs laïcs ; le cas n'est nullement isolé : à Mondoubleau, à Sablé et à Brûlon, les chanoines étaient aussi remplacés par des moines60. Un tel phénomène traduit une reconquête monastique qui battait son plein dans la seconde moitié du xie siècle61. Il trahit la très médiocre estime des seigneurs pour le canonicat car, dans tous ces exemples, ce sont les châtelains qui prirent l'initiative (même si elle leur fut soufflée par les moines). Ils participaient à leur manière à l'effort de réforme de l'Église, dans leur intérêt spirituel bien compris : il fallait que les religieux qu'ils entretenaient par leurs donations soient les meilleurs intercesseurs. C'est d'ailleurs à cette époque que, pour les mêmes raisons, s'engageait la réforme des chapitres canoniaux sous l'impulsion d'Hilde- brand, de Pierre Damien et de Gerhoch de Reichersberg62 mais qui ne connut son épanouissement qu'au siècle suivant.

Les seigneurs de Château-du-Loir

  • 63 SV 62.

23L'esprit de la réforme soufïlait-il sur Gervais de Château-du-Loir ? En tout cas sa générosité ne fut pas moindre que celle du lignage vicomtal, cependant peut-être moins étendue en termes de variété des établissements religieux. Le dossier ici est bien fourni ; il nous aide à réfléchir aux intentions du donateur de même qu'aux raisons du détournement qui allait s'opérer dès le successeur de l'évêque : l'abbaye Saint-Vincent allait cesser d'être la préférée du sire de Château-du-Loir. Les donations de Gervais contiennent biens restitués et dons issus de son propre patrimoine ; quelques précisions nous permettent de suivre la complexité des restitutions, leur longueur et leurs aléas. Elles sont connues par une notice rédigée alors que Gervais de Château-du-Loir était archevêque. Elle est composée de deux parties : la reprise d'un acte original émané de l'archevêque Gervais, d'une part, un ajout de plusieurs donations par divers bienfaiteurs dont Gervais lui-même, d'autre part63. L'exposé précisait clairement la distinction entre les biens restitués et ceux que Gervais donnait du sien : la grandeur et la générosité de l'évêque se lisent surtout sur ce second plan.

  • 64 Actus, p. 354.
  • 65 Actus p. 83, 88 et 313 : la première mention de Coulongé remonte à la fondation de l'évêque Domnol (...)
  • 66 SV 303 ; voir infra p. 254.
  • 67 « excussit Herberto de Miletia terram de Sarciaco et reddidit eam Sancto Vincentio » (SV 304, 1070 (...)
  • 68 « cum [...] altaribus, planum quoque et silva cum colibertis et omnibus consuetudinibus ad ipsam t (...)
  • 69 « illam partem, quam adhuc injuste retinebat in Sarciaco, boscum scilicet et terrant planant, cult (...)
  • 70 SV 307.
  • 71 « terram quam tenebat ipse Apolchardus de Herberto de Miletia, apud Sarciacum, totam videlicet int (...)
  • 72 SV 307.
  • 73 L. CÉLIER, Catalogue..., n° 149, p. 90.

24En premier furent rendues aux moines les églises de Sarcé et de Coulongé dont il est possible de reconstituer l'histoire. Selon le biographe de l'évêque Sigefroy64 celui-ci avait simulé un achat d'un montant de dix-huit livres et avait pu ainsi, par cet acte fallacieux mais tout à fait dans la ligne du mauvais évêque antégrégorien, dépouiller les douze chanoines occupant l'abbaye des deux domaines (villae) de Sarcé et de Coulongé65 offertes à son fils Aubri. Le narrateur des Actus, continuant à dispenser le blâme, rapporte qu'il ne put subsister qu'un seul prêtre, les autres étant contraints de se disperser. La restitution fut le fait du petit-fils de l'évêque Sigefroy, Herbert de La Milesse qui, entre 1055 et 1062, cédait toutes les terres arables mais retenait toutefois la moitié des culverts et des fiefs de chevaliers avec la moitié des bois66. Une notice postérieure à la précédente, rédigée au temps de Gervais II, affirme que l'archevêque Gervais « arracha la terre de Sarcé à Herbert de La Milesse et la rendit à Saint-Vincent »67, s'attribuant ainsi le rôle principal, très probable en effet, j'y reviendrai. Par contre la notice n° 62, rédigée du vivant de l'archevêque, mentionne qu'il a tout restitué « avec [...] les autels, les champs et les bois, les culverts et toutes les coutumes relevant de cette terre »68. Dissonance qui aide à lire la plupart des actes dans lesquels les bénéficiaires, abusant de l'adjectif « omnis », omettent les biens et redevances retenus par le donateur. Le successeur d'Herbert, Aubri de La Milesse, compléta la donation initiale le 2 mars 1091 en abandonnant à l'abbaye « cette part qu'il retenait jusqu'ici injustement à Sarcé, c'est-à-dire le bois et la plaine, cultivée et non-cultivée, les vignes, les culverts et les fiefs de chevaliers »69. En ce qui concerne ces derniers, nous pouvons suivre le destin de l'un d'eux, celui de Guillaume Apolchard, mentionné dans la donation d'Herbert où il faisait partie des fiefs retenus. Apolchard le vendit au père de Rallier, en dépit de l'interdiction du moine Auger70. Après la mort d'Apolchard, sa veuve, Gosceline, et son fils, Étienne, donnèrent à l'abbaye « une terre qu'Apolchard tenait d'Herbert de La Milesse près de Sarcé, dans son intégralité, telle qu'il l'avait tenue »71 : il ne fait guère de doute qu'il s'agit de ce fief (mais Apolchard n'avait peut-être pas tout vendu au père de Rallier). Les moines n'ayant pas accepté la vente la considéraient comme nulle et faisaient en quelque sorte confirmer leur droit par les héritiers. En fait, ce fut Rallier qui en hérita à la mort de son père. Ne parvenant pas à en obtenir la restitution, les religieux exigèrent d'abord qu'il reconnût les droits de la seigneurie abbatiale sur ce fief puis acceptèrent, après l'échauffou- rée qui leur avait coûté la mort d'un homme, de l'en investir72. La restitution de l'église de Coulongé ne dut pas être totale non plus car l'évêque Guillaume de Passavant (1145-1187) en fera donation à l'abbé Robert avec celles de Marolles et de Saint-Rémy73. Au fond, il était normal qu'une restitution d'une certaine ampleur ne puisse pas se faire en une seule fois, compte tenu de la structure souvent très hétérogène de la seigneurie. Les prétentions des vassaux étaient un obstacle à surmonter pour les nouveaux seigneurs, et mieux valait obtenir leur accord. Mais je n'ai pas épuisé la question des terres de Sarcé car les seigneurs de Château-du-Loir y possédaient aussi des droits.

  • 74 SV 304 ; infra p. 206.
  • 75 Au Montbarbet, à la fontaine Saint-Martin et au Villaret (SV 62).

25Gervais donna également aux moines les coutumes que son père détenait sur cette terre : la justice et le droit de chasse74. L'acte qui nous l'apprend est une confirmation de Gervais II approuvée par son frère Adam, postérieure à la mort de l'archevêque. Ces terres relevaient par conséquent de Château-du-Loir, ce qui permet de comprendre pourquoi Gervais put faire pression sur Herbert de La Milesse. À ceci Gervais ajouta des biens patrimoniaux qui avaient en commun de se situer à proximité du Mans, autour du monastère75. Enfin, il donna une prébende du chapitre Saint-Julien à l'abbaye dans la mesure où les chanoines et les évêques en particulier y recevaient leur sépulture. Les possessions cédées près du Mans favorisaient la reconstitution d'un temporel homogène pour l'abbaye en même temps qu'elles étaient en position périphérique dans leur seigneurie d'origine. Ce phénomène s'observe de la même façon pour Saint-Julien.

  • 76 LA 177.
  • 77 L. CÉLIER, Catalogue..., p. 22-24.
  • 78 Actus, p. 367.
  • 79 « quam predicti parentes mei viventes jure possederunt et a novo reedificaverunt, proprieque michi (...)
  • 80 Actus, p. 357.
  • 81 Actus, p. 37 et 226 : dans ce deuxième cas, la mention se trouve dans un acte de l'évêque Herlemon (...)
  • 82 « cum omnibus areis indominicatis, infra et extra murum circumquaque adjunctis, cum nemore, ad con (...)
  • 83 Ce sont les églises d'Oizé, de Saint-Ouen-en-Belin, de Saint-Martin de Laigné, de Mulsanne, de La (...)
  • 84 Marmoutier fut le troisième établissement à obtenir les faveurs de Gervais, aux dépens de l'abbaye (...)

26Nous connaissons les donations de Gervais au chapitre cathédral Saint-Julien grâce à un acte76 non daté rédigé entre 1038 et 1047 d'après L. Célier qu'il faut suivre sur ce point77. Toujours d'après cet auteur, le terme de testament tel qu'il figure dans les Actus est impropre78 : il fait remarquer que les termes du préambule ne s'accordent pas à des dispositions finales ; ajoutons que si certains dons sont prévus post mortem, la plupart avaient une valeur d'éxécution immédiate ; d'ailleurs ce type de dispositions était fréquent dans les donations. Le dispositif contient d'abord des stipulations sur la redistribution des revenus de l'église-mère en faveur des chanoines : Gervais leur donne la moitié des oblations et, nous l'avons vu, l'ensemble des revenus qui auparavant allaient au seul trésorier du chapitre. Il y ajoute des biens provenant de son patrimoine : la maison (villula) de Bener avec des vignes, la moitié de l'église de Parigné-l'Evêque de son vivant et la totalité après sa mort : celle-ci mérite le coup d'œil. Gervais précise qu'elle appartenait à ses parents qui l'ont reconstruite79. Il omet par contre de rappeler qu'elle fut achetée au chapitre par son oncle et prédécesseur sur le siège épiscopal, Avesgaud, qui la donna à sa sœur Hildeburge, mère de Gervais80. Elle apparaît dans la documentation avant l'époque carolingienne parmi les possessions de l'Église du Mans81 ; pour autant, Gervais ne la mentionne pas parmi les restitutions mais comme don. Effectivement, l'église ayant été rebâtie entre son aliénation par Avesgaud et l'époque de la restitution, le passage en mains laïques s'est révélé, somme toute, heureux. Quelque temps plus tard, le discours grégorien occultera ce type de situation, vouera aux gémonies les aliénations en faveur des laïcs, inaugurant ce qui deviendra un topos repris par quelques générations d'historiens. Quand même, l'esprit réformateur soufflait déjà (il peut expliquer la restitution) : le donateur appelait une contrepartie spirituelle sous la forme de prières pour le salut de ses proches défunts : son père, sa mère et son oncle Avesgaud. Tous trois portaient le poids du péché pour avoir possédé un bien d'Église. Gervais transmit également au chapitre les redevances coutumières perçues au titre de la seigneurie de Château-du-Loir sur ses terres patrimoniales. Il donna, au Mans, une demeure (aula) avec tous les terrains formant la réserve, une partie intra-muros, l'autre extra-muros avec un bois. L'espace était destiné à la construction de bâtiments claustraux pour les chanoines, mais rien n'était encore fait au moment de la rédaction de l'acte82. Une chapelle dans ce lieu, consacrée au Saint-Sauveur, fut reconstruite par Gervais. Enfin il énumérait la liste des églises autrefois enlevées au chapitre et restituées grâce à ses soins83. Au total, les donations de Gervais s'équilibrent entre Saint-Vincent et le chapitre canonial, aussi bien en matière de restitutions que de donations d'origine patrimoniale. On ne doit pas perdre de vue que Gervais menait pleinement une politique d'évêque et qu'il était l'ancien trésorier du chapitre ; les biographes de ses trois successeurs garderont le souvenir de sa générosité qui n'aura pas d'équivalent après lui avant longtemps84.

  • 85 TV 14 et 15.
  • 86 L. CÉLIER, Catalogue..., p. 21-22.
  • 87 Dans le cas de Saint-Vincent, nous ne pouvons remarquer que la modeste donation d'un bordage à pro (...)
  • 88 B. LEMESLE, Les évêques..., p. 86-89.

27Gervais, tout en étant profondément engagé dans les luttes politiques de son temps et tout en assumant l'héritage de la seigneurie paternelle, était un homme d'Église. De cette triple fonction, si je puis dire, provient sans doute la signification des diverses solidarités religieuses qu'il a entretenues. Ici, je dois évoquer son rapport avec la Trinité de Vendôme. Nous le voyons à travers deux actes de cette abbaye85, datés respectivement des 5 novembre 1038 et 25 juin 1039 par L. Célier86, donc peu avant la consécration de l'abbaye, abandonner les revenus de l'autel de la chapelle de Villedieu dans la forêt de Gâtines et une rive du ruisseau de Villedieu pour faire un étang. D'après les dates, nous sommes à l'époque de la guerre qu'il mena contre Geoffroy Martel, fondateur avec Agnès, son épouse, de cet établissement. La motivation peut être politique et liée au prestige : un grand seigneur et évêque pouvait-il décemment ignorer une abbaye en train de se construire dans une seigneurie voisine ? Certes la Couture, l'autre grande abbaye mancelle, n'obtint pas ce genre de faveur, mais sans doute faut-il n'y voir que l'effet des lacunes documentaires. Si Gervais donna quelques biens à l'abbaye fondée par son ennemi, la motivation dut aussi être, et sans doute avant tout, religieuse. Gervais avait tiré un bénéfice personnel de cette guerre menée dans cette partie du Maine, d'où, peut-être, le caractère expiatoire de son geste. C'est dans cette perspective qu'il me semble également possible de comprendre la faveur dont a joui Saint-Vincent. Bien sûr le prestige jouait : une fondation manifestait le rang de son fondateur. Un prieuré convenait pour un châtelain plus modeste. Mais une fondation monastique obéissait surtout à des raisons religieuses, qui ont été en général peu évoquées, alors qu'elles prenaient pour Gervais un sens particulier : il était à la fois seigneur- châtelain et homme d'Église. Ce double engagement n'était pas encore choquant à l'époque ; aucun document n'évoque une telle cause pour justifier l'hostilité d'Herbert Bacon et de Geoffroy Martel à son endroit. De la même façon, une fois promu archevêque, il n'abandonnera pas davantage la seigneurie à son frère cadet, alors que la possibilité existait. Mais cet engagement en tant que seigneur avait également fait de lui un homme de guerre ; aussi devait-il compenser, sinon racheter, ses actions profanes au travers d'une générosité pieuse dont nous avons vu le flux privilégier autant le chapitre Saint- Julien que l'abbaye Saint-Vincent. Son successeur à la tête de la seigneurie, Gervais II, n'allait pas suivre les traces de son oncle avec ces deux établissements87. À un tel retournement de faveur, les critères politiques peuvent fournir une explication. Le comté était alors sous la domination normande et les évêques Arnaud et Hoël étaient les créatures du duc de Normandie88 ; or l'abbaye Saint-Vincent demeura celle des évêques qui l'avaient élue pour lieu de leur sépulture. Il faut certainement y ajouter une politique d'alliances qui se tournait préférentiellement vers le val de Loir et les contrées méridionales voisines. Si nous ignorons les origines respectives de la mère et des épouses successives de Gervais II, nous connaissons en revanche l'union de sa fille Mathilde avec Hélie de La Flèche. Ce « recentrage » de la politique d'alliances laïques trouvait son répondant dans les alliances religieuses. L'implantation dominante des prieurés de Saint-Vincent et des biens possédés était en décalage par rapport à la seigneurie tandis que Marmoutier était, au sud du Maine, en pays de connaissance. Finalement Saint-Vincent n'aura pas été « l'abbaye du lignage de Château-du-Loir » ; l'évêque Gervais restera celui qui, par l'ampleur de ses donations, avait manifesté une ambition à l'échelle du comté, tandis que son successeur se repliait sur des positions moins larges et moins aventureuses.

Vers l'individualisation des choix religieux

28Les lignages que je vais à présent évoquer n'ont pas eu l'envergure des précédents. Les dossiers qui les concernent permettent de mettre en rapport leurs positions vassaliques, donc aussi politiques, avec les choix des solidarités religieuses qu'ils ont effectués. Car la question principale tourne autour du mot « fidélité ». Nous avons vu lors du premier chapitre des alliances réversibles d'une génération à l'autre. Mais les choses se passèrent-elles de la même manière vis-à-vis des ordres monastiques choisis par les générations anciennes pour recevoir leurs bienfaits ? Surtout, peut-on donner le même sens à des types de fidélité quand même très différents ? La question n'est aucunement incongrue si l'on se souvient qu'au milieu du xie siècle les choix des groupes de vassaux tendent à s'identifier à ceux de leurs seigneurs. Voyons donc en premier lieu le procès relatif à l'église Saint-Malo de Sablé qui met en cause un lignage dont nous avons vu au premier chapitre les doubles liens, avec le comte d'Anjou puis avec le duc de Normandie.

Une dispute autour de Saint-Malo de Sablé

  • 89 MM 4 Sablé.
  • 90 Voir infra p. 233.
  • 91 MM 2 Sablé.
  • 92 MM 4 et 5 Sablé.

29Aux alentours de l'an mil un frère du vicomte du Mans Raoul, nommé Geoffroy, avait reçu du comte du Maine Hugues III le château de Sablé. L'église Saint-Malo était alors desservie par quatre chanoines installés par le comte, auxquels Geoffroy donna dîmes et redevances paroissiales89. Geoffroy était aussi le fondateur du prieuré de Solesmes qu'il avait rattaché à la Couture, manifestant sa dévotion à l'abbaye mancelle étroitement liée au comte du Maine. La transmission de la châtellenie à Robert le Bourguignon vers le milieu du xie siècle changeait la donne. Fidèle du comte d'Anjou, nous l'avons vu, c'est très certainement à celui-ci qu'il devait Sablé et non à une union matrimoniale avec une fille de Geoffroy, le châtelain de l'an mil90. Robert, en 1067, donna l'église Saint-Malo à Marmoutier, avec toutes les églises dépendant de l'église-mère et les prébendes des chanoines à leur mort. L'abbaye reçut aussi le bourg Saint-Nicolas avec des coutumes et divers biens en Anjou91. Cette fondation déclencha une tempête. L'évêque du Mans, Arnaud, s'y opposa de toutes ses forces. Dans le procès où Marmoutier et la Couture s'affrontèrent en 1076 nous voyons Robert prendre la défense de la première abbaye et Arnaud celle du Mans92. Ouvrons le dossier afin de trouver les ressorts qui sous-tendent l'affaire.

  • 93 « Cum autem fecisset comes Cynomannensis ecclesiam Sancti Macuti et posuisset in ea canonicos, hab (...)
  • 94 MM 5 Vivoin.
  • 95 MM II, t. 1, p. 4-7.
  • 96 « Ego Ernaldus [...] annuo sancto Martino et monachis Majoris monasterii omnia que in episcopatu m (...)
  • 97 « summonuit Ernaldus episcopus eundem Rotbertum ut ejectis monachis revocaret canonicos in ecclesi (...)
  • 98 « Sed ne sic quidem hoc ille recognoscere voluit, nisi eadem carta monstraretur sibi. Ad quam mons (...)
  • 99 CEM 20 ; MM 6 Sablé.

30Pour remplacer les chanoines par des moines de Marmoutier, il fallait une raison. Robert découvrit opportunément que des courtisanes se mêlaient aux chanoines. Mais l'enlèvement de toutes les églises relevant du seigneur de Sablé et leur transfert à l'abbaye tourangelle exigeait tout de même des motifs moins légers. Robert se fit donc, au cours du plaid, historien. Il apprit aux participants que l'église Saint-Martin était une des plus vieilles églises ; elle avait été consacrée par saint Julien qui l'avait dédiée à Marie ; plus tard, lors de sa reconstruction, elle avait été consacrée à saint Martin et jouissait de tous les droits en tant qu'église paroissiale. Le comte du Maine construisit Saint-Malo, y installa les chanoines en leur donnant Saint-Martin et les autres églises du castellum93. Le conflit portait sur le fait que les moines de la Couture réclamaient les offrandes et les revenus de la prébende des chanoines pendant les trente jours suivant leur décès ; le jugement de l'archevêque de Tours Raoul ne maintiendra en faveur de Solesmes que le droit de sépulture sur les habitants de Sablé. Le contentieux entre l'évêque du Mans et Marmoutier s'était ouvert dès après l'élection du prélat. Il avait déjà cherché querelle à l'abbaye tourangelle dans son prieuré de Vivoin, en 1067 ou 1068 ; il refusait de lui reconnaître la détention des droits d'autel auxquels son prédécesseur avait consenti94. À Sablé, la position d'Arnaud a évolué entre 1067 et 1076. Entre 1068 et 107195 il confirmait à Marmoutier dans un acte ratifié par l'archevêque de Tours les possessions de cette abbaye dans le diocèse du Mans, dont celles obtenues de Robert à Sablé, en émettant cependant une réserve sur les droits que réclamaient les moines de la Couture et qui firent l'objet du procès de 107696. Mais à l'issue de ce dernier, Arnaud s'appuya sur une formulation du jugement déclarant que Marmoutier pouvait jouir librement de ses nouvelles possessions dans la mesure où, en tant qu'évêque du Mans, il avait donné antérieurement sa confirmation. Or il nia l'avoir donnée et ordonna en conséquence à Robert d'expulser les moines de Marmoutier et de réintégrer les chanoines97 ; il fallut que l'abbé de Marmoutier et l'archevêque de Tours lui mettent l'acte sous les yeux pour qu'Arnaud l'admit98 sans pour autant abandonner son exigence d'expulsion. Robert s'y refusant, il mit l'interdit sur Sablé. En dépit de la pression exercée par l'archevêque de Tours et les évêques d'Angers, de Poitiers et de Rennes, Arnaud ne céda pas, au moins pas immédiatement. En 1078, le concile de Poitiers fut saisi par l'abbé de Marmoutier car Arnaud avait interdit l'érection d'une chapelle à Sablé ; il lui fut ordonné de lever son interdiction. En 1080, il accorda enfin son autorisation99.

  • 100 L. HALPHEN, le comté d'Anjou..., p. 141 ; O. GUILLOT, le comte..., t. 1, p. 106-107.
  • 101 Actus, p. 377.
  • 102 RHF, t. XIV, 1806, p. 667-669 ; supra, p. 72.
  • 103 O. GUILLOT, le comte..., t. 1, p. 271, n. 345.

31L'évolution de l'évêque Arnaud et la fermeté de sa position à partir de 1076 ne peuvent se comprendre qu'en relation avec les rivalités entre Normandie et Anjou. Arnaud était un protégé du duc de Normandie Guillaume ; sa consécration avait suscité l'opposition du comte d'Anjou Geoffroy le Barbu qui avait, en vain, tenté de l'empêcher100. Lors de la révolte anti-normande des barons manceaux de 1069, Arnaud trouva refuge auprès du duc en Nor mandie101. Sa défense farouche des moines de la Couture comme l'âpre hostilité qu'il manifesta envers Marmoutier lors du plaid de 1076 trahissent l'existence d'un camp normand auquel se rattachait l'abbaye du Mans, dont l'abbé, Renaud, venait d'ailleurs d'être déposé sur l'ordre du duc de Normandie102, et dont le prieuré de Solesmes constituait une base avancée vers l'Anjou rival. La faveur dont avait bénéficié Marmoutier constituait un revers car les chanoines étaient dans les faits liés au prieuré en faveur duquel ils avaient pris l'habitude de donner leurs biens avant de mourir ; autrement dit les moines de Solesmes devaient exercer un contrôle indirect sur les églises de Sablé (dont ils tiraient des revenus). C'était précisément à cause de cela que Robert avait changé la donne en installant Marmoutier. L'interdit jeté sur Sablé traduisait une crispation et une volonté de faire plier Robert, fidèle soutien de Foulques le Réchin et allié de l'évêque d'Angers dont il présida la cour103. À la fin du siècle, la documentation nous présente un complet retournement de situation.

Desserrement des liens

  • 104 MM 8 Sablé.
  • 105 A. BERTRAND DE BROUSSILLON, la Maison..., n° 19 p. 36 et 80 p. 49.
  • 106 SV 364 et 366.
  • 107 SV 367.
  • 108 Actus, p. 388.
  • 109 Ibidem, p. 391.
  • 110 MM 10 et 11 Sablé.

32Pour mieux en percevoir la teneur et les implications, il est utile de montrer que les multiples liens noués avec des établissements monastiques angevins ou avec la grande abbaye tourangelle relevaient de choix délibérés faisant fidèlement écho à ceux du comte d'Anjou. Renaud de Craon et Robert le Bourguignon étaient qualifiés de « familiers » (familiares) de Marmoutier104 ; Robert fit diverses donations au Ronceray et à Saint-Nicolas d'Angers105 alors que les relations avec les abbayes mancelles furent limitées et plutôt médiocres. Robert le Bourguignon disputera la donation de l'église Saint-Germain de Noyen par son vassal Rainard d'Amné à Saint-Vincent ; il exigera une contrepartie matérielle et spirituelle (des messes d'anniversaire) à l'abandon de sa calumnia106. Robert Vestrul, son fils, n'agira pas autrement, du vivant de son père. Avec lui toutefois la paix sera consolidée par la promesse du seigneur de se faire protecteur de l'abbaye et de ses biens107. Ce dernier fait est un indicateur parmi d'autres de la fin des relations sélectives qui excluaient les établissements manceaux. L'ouverture coïncide trop parfaitement avec les débuts de la fidélité normande pour en être complètement indépendante. Dans ses démêlés avec la noblesse mancelle et avec une partie de son propre clergé, l'évêque Hoël trouva en Robert le Bourguignon un protecteur. Le trésor de l'Église du Mans avait été prudemment enlevé de la cité épiscopale et mis en lieu sûr au château de Sablé108 pendant le voyage d'Hoël en Angleterre où il était allé solliciter le soutien du roi, ne pouvant compter sur Robert Courteheuse. À son retour, la cité était sous le gouvernement du comte Hugues V ; Hoël choisit Solesmes pour lieu d'exil109. Ce fut peu après cet épisode que les abbayes de la Couture et de Marmoutier se réconcilièrent très officiellement, les 17 octobre 1093 et 14 janvier 1095, par un échange de droits et de biens à Sablé, Mareil et Laval, le tout avec l'accord de Robert le Bourguignon110.

  • 111 MM 24 et 26 Sablé.
  • 112 SAA 881 et SPC 108.
  • 113 Le desserrement des liens entre laïcs et Église trouve une autre expression dans la restitution d (...)

33Au xiie siècle, les rugosités qui affectaient encore certaines relations entre établissements religieux étaient dues à de tout autres considérations. Lorsque l'abbaye cistercienne de Bellebranche fut fondée en 1152 par Robert II, cela se fit sur les terres relevant des paroisses de Marmoutier, d'où des conflits entre la nouvelle abbaye et l'ancienne au sujet des dîmes111. Robert III fera un don à Saint-Aubin d'Angers ainsi qu'à la Couture112, marquant par là à la fois la diversification et l'effacement d'une querelle vieille d'un siècle dont il ne devait guère rester de traces, dans la mémoire laïque au moins. Alors que les relations entre les sires de Sablé et les établissements religieux avaient été, jusqu'au troisième quart du xie siècle, fortement déterminées par les positions politiques, la fin du xie et le suivant manifestent la croissance de l'autonomie de l'Église. La détermination politique du conflit autour des églises de Sablé incitaient les religieux à rechercher l'autonomie dont le chemin le plus sûr était l'acquisition d'un temporel. L'affirmation de l'autonomie matérielle était gage d'indépendance sur le plan spirituel et allait ainsi totalement dans le sens de la réforme qui, pour les monastères, s'était engagée depuis le xe siècle113. Les liens avec les laïcs, association spirituelle sous la forme du beneficium loci ou rôle de défenseur des biens d'église, assuraient la consolidation des acquis fonciers et des autres sources de revenus. Paradoxalement, les châtelains de Sablé ne paraissent plus avoir eu au xiie siècle une véritable politique vis-à-vis des établissements monastiques. Les liens privilégiés avec l'abbaye élue par les ancêtres demeuraient tout en laissant la place à une sorte d'éclectisme apparent dont la logique semblait tenir aux rapports de voisinage (Saint-Aubin et la Couture) et, en cela ils suivaient le modèle général, au choix des nouveaux ordres religieux.

Prise de distance

34La conservation d'une relation préférentielle avec le monastère des aïeux n'était cependant en aucune façon une règle générale. En réalité, la tendance dans les comportements religieux aristocratiques s'observe à partir de la charnière des xie et xiie siècles dans une prise de distance à l'égard des ordres établis ; elle suit chronologiquement les progrès de l'autonomie de ces derniers. Mais ceci pouvait prendre des formes diverses y compris la rupture. Si l'on trouve presque toujours à l'origine des conflits évoqués dans les notices des questions très matérielles de biens fonciers et de droits, nous ne pouvons pas exclure les clivages liés aux différences culturelles entre les moines et les laïcs. Autrement dit nous devons éviter de tomber dans le piège inhérent au type de documents qui nous informent. Voyons d'abord le lignage de Montfort et principalement son premier seigneur dont les relations avec les moines de Saint-Vincent furent pour le moins rugueuses.

  • 114 SV 609.
  • 115 SV 288.
  • 116 ADS H 84.
  • 117 A. ROBVEILLE, Histoire..., p. 7 et suivantes.
  • 118 « post longam concertationem » (SV 264).
  • 119 A. BARBERO, L'aristocrazia..., p. 143.
  • 120 GUIBERT DE NOGENT, Autobiographie..., p. 108.
  • 121 « Istam profecto ecclesiam Rotrochus, graviter egrotans apud Malum Stabulum, Rannulfo abbati jam a (...)
  • 122 Voir infra p. 140.

35C'est probablement parce que son père avait fondé avant 1060 un prieuré de l'abbaye Saint-Vincent à Saint-Longis114 que Rotrou 1er de Montfort conserva des liens avec cet établissement car c'est à lui qu'il fit une donation pour le salut de son fils Hugues décédé115. Toutefois, nous le voyons aussi vers 1100 ajouter un don à sa confirmation de la fondation par Guillaume de Soray et Macée de l'abbaye du Gué de Launay116, phénomène courant par lequel la fondation ou la donation d'un vassal ont un effet d'entraînement sur le seigneur. Les sires de Montfort choisiront cette abbaye pour se faire inhumer117, traduction de la distance manifestée à l'égard de l'abbaye Saint-Vincent. Les moines de cette abbaye et eux n'en étaient d'ailleurs pas à leur premier accroc. Dès que Rotrou avait été mis en possession de la dot de sa femme, Lucie, il avait contesté à Saint-Vincent les droits retenus par l'abbaye sur les terres concernées dans la région de Saint-Vincent-du-Lorouer. Il céda finalement, mais « après une longue dispute »118 et avoir fait payer cher aux moines son abandon (sept livres et dix sous plus un palefroi de valeur) ; en outre il rappelait que le service lui restait dû. Rotrou était alors un jeune chevalier qui ne se laissa pas influencer par les paroles des moines. A. Barbero montre, exemples à l'appui, le mépris que manifestaient les jeunes nobles à leur égard119 ; même Guibert de Nogent avait témoigné ce mépris avant d'entrer au monastère120. L'étude d'une notice de Saint-Vincent révèle après combien de difficultés les moines reçurent les églises de Flée et de Thoiré-sur-Dinan. La donation fut faite le jour de la sépulture du fils aîné de Rotrou et de Lucie, Hugues. La contrepartie spirituelle comprenait les prières pour le défunt avec cent messes. Mais le rédacteur de la notice rappelle que « Rotrou assurément avait déjà fait auparavant à l'abbé Ranoux le don de cette église, alors qu'il était gravement malade à Bonnétable »121. L'ellipse de la notice porte sur le fait que Rotrou, une fois rétabli, n'avait pas tenu sa promesse ; il avait fallu une nouvelle occasion, tragique, pour qu'il cédât aux prières des moines. Ces difficiles contacts avec les moines de Saint-Vincent se situaient avant la fondation de l'abbaye du Gué-de- Launay ; ils contribuent à expliquer, pour une part, la préférence de Rotrou et de Lucie à l'égard de cette dernière, à la fondation de laquelle ils s'associèrent. Mais aussi le Gué-de- Launay rapprochait des possessions de Vibraye de la mère de Lucie, Agnès122.

  • 123 MM 5 et 8 Torcé.
  • 124 LA 34, ADS H 978, LC 90, MM 7 Torcé.
  • 125 LC 134 et 108.

36Trois quarts de siècle plus tard, les descendants de Rotrou ne paraissent pas s'être comportés différemment. Rotrou III et son fils Rotrou IV donnèrent des dîmes à Marmoutier dans la forêt de Bonnétable sur le pasnage et les parties défrichées123 ; sinon, Rotrou IV confirma les dons de ses vassaux à divers établissements : le chapitre Saint-Julien, l'abbaye de Tiron, Saint-Vincent et Marmoutier124, diversité qui procédait de l'ampleur de la seigneurie. Il fut surtout, comme son ancêtre, en conflit avec Saint-Vincent en 1207125. À lire les actes, les seigneurs de Montfort n'auraient pas fait preuve d'un épanchement de piété à l'égard des établissements monastiques ; en fait, ils ont constamment observé une distance à l'égard des monastères « traditionnels » implantés dans le Maine. La donation à l'abbaye bénédictine du Gué-de-Launay témoigne de la volonté de se détourner de ces établissements au profit d'un petit monastère avec lequel les liens de parenté spirituelle devaient leur paraître plus solides, sinon plus authentiques, et dont ils firent une nécropole familiale. Leur comportement confirme la leçon qu'on a tirée des prises d'habit monastique : il fallait, pour que les moines influencent les seigneurs laïcs, des occasions de contact, ces pertuis par lesquels le monastère ou ses prieurés et le monde des châteaux communiquaient ; mais là où, dans certaines familles, de premiers contacts allaient en entraîner d'autres et faciliter donations, association spirituelle aux prières, voire prises d'habit, ceux qui se réalisèrent avec Saint-Vincent allaient demeurer empreints de méfiance, traduisant ce hiatus entre les valeurs monastiques et les valeurs de l'aristocratie guerrière qui, au-delà de plusieurs générations, ne parvenait pas à s'atténuer. La co-fondation d'une abbaye nouvelle allait permettre, au seuil du xiie siècle, de résoudre ce conflit bien à la manière d'une haute famille aristocratique qui pouvait dès lors disposer d'un sanctuaire et d'une nécropole.

37Ce dossier le suggère en filigrane : le détournement des bienfaits et des liens de solidarité vers un nouvel ordre monastique ne relevait pas uniquement d'un acte au mobile entièrement négatif, au sens où le rejet d'une abbaye en aurait été la raison principale voire exclusive. L'attrait vers de nouveaux établissements répondait aussi à des besoins nouveaux en matière spirituelle ; plus haut, j'ai parlé d'éclectisme apparent. Essayons d'en dégager le ressort à l'aide du dossier suivant. Le lignage de Malicorne avait eu, dès que la documentation l'éclaire, des liens privilégiés avec l'abbaye Saint-Aubin d'Angers. Pourtant Gaudin II, alors qu'il était mourant, formula devant son fils, son épouse et ses chevaliers le vœu d'être inhumé à la Couture. Le choix du lieu de la sépulture suscite pour nous des interrogations car, hors ce cas, la Couture ne figure pas dans le dossier « Malicorne » à cette époque. Il laisse penser que ce monastère était la nécropole familiale et par conséquent que le père du défunt, Gaudin le Vieux, ou le père de ce dernier, avait fait des dons à son bénéfice ; ceci nous renvoie immanquablement à la lignée comtale, fondatrice de la Couture, et à l'analogie entre fidélité politique et association spirituelle avec les moines ; avec le basculement de l'influence politique en faveur du comte d'Anjou, un autre s'était fait au profit de l'abbaye angevine mais sans provoquer l'abandon des anciens liens noués avec l'abbaye mancelle.

  • 126 MM 4, p. 9.
  • 127 SPC 35.
  • 128 P. BOURDIEU, Le sens pratique, p. 200 et suivantes.

38À partir de Gaudin III, les relations se diversifièrent encore. En 1109, il choisit de se tourner vers Marmoutier. En abandonnant les droits de péage sur les biens transportés pour les besoins des moines il obtint l'association aux prières et l'inscription sur le livre des morts pour ses parents défunts et ceux à venir126. C'était l'entrée dans une nouvelle famille spirituelle, y compris posthume, qui était ainsi consacrée. D'ailleurs, il n'était pas au mieux avec la Couture, comme en témoigne un acte de 1112127 mentionnant l'abandon de plusieurs procès intentés aux moines par Gaudin. Pourtant c'est à un prieuré de l'abbaye de la Trinité de Vendôme, à Cheviré en Anjou, qu'il offrit son fils aîné, Garin, qui prenait l'habit, comme nous l'avons vu. Le choix du prieuré de Cheviré doit s'expliquer simplement parce que le lignage de Malicorne détenait ce fief ; une fois encore, nous constatons l'effet de proximité géographique. Mais ceci procédait également de ce que j'appellerai, à l'instar de Pierre Bourdieu qui définit un « capital symbolique »128, une tendance à l'accumulation d'un capital religieux. Son sens ne se réduit pas à celui du capital symbolique, quoiqu'il en forme un des éléments ; il était la recherche d'une assurance, ou d'une réassurance, comme si chaque génération devait non seulement réactiver par ses bienfaits les effets positifs de l'association spirituelle avec les moines, association déjà engagée par les générations précédentes, mais détenir sa propre part d'initiative. Le cumul des saints, donc des intercesseurs, était la réponse à l'angoisse du salut.

  • 129 LC 114 et 112.
  • 130 « ut visa ta mei memoria ad corda ipsorum revocrtur » (LC 114) et LC 109.

39D'autres lignages demeurèrent fidèles à l'établissement religieux dont leurs ancêtres avaient fait le choix. Ils sont de moindre envergure tout en se disposant parmi les châtelains. Pourtant, du point de vue des sentiments religieux et de leur évolution, aucune différence ne se laisse deviner. C'est chez un petit châtelain, Herbert II de La Guierche, à la fin du xiie siècle, que la sensibilité religieuse parvient à transparaître dans un acte. Herbert II et son fils témoignèrent par leurs aumônes d'une inquiétude spirituelle et d'une réceptivité aigue au discours de l'Église. La nature des biens donnés évolua par rapport aux décennies précédentes ; il n'y eut plus de restitution d'églises et, en matière de terres cultivées, seule une exploitation fut donnée ; en revanche, des bois avec le droit de pasnage129, une dîme, une rente annuelle d'un millier de harengs saurs à percevoir sur le péage de La Guierche lors du Carême, et une marmite ! Herbert II la donna afin que pour les moines, lorsqu'ils cuisinaient, « sa vue rappelle sa mémoire à leurs cœurs »130. En contrepartie, ils devaient célébrer l'anniversaire de sa mort comme ils le faisaient pour les abbés ; en attendant, il était associé au bénéfice des prières. Donation originale bien dans l'esprit du temps où le geste et les rites frappant l'esprit étaient destinés à marquer la mémoire. Toutefois, au-delà de l'anecdote plaisante à nos yeux, j'y vois la manifestation d'une sensibilité particulière. Ce seigneur percevait vivement le sens des rites religieux ; il craignait la dissociation qu'entraîne la routine entre le rituel et l'effet qu'il devait produire. Il n'avait, pour tout dire, qu'une confiance modérée dans la mémoire des moines et dans l'efficacité de prières identiques à celles de tout un chacun. Cette sensibilité ou appropriation conséquente de l'enseignement religieux trouvait sa manifestation dans les donations effectuées par lui- même et son fils. Elles faisaient donc plus que renouer avec le courant de la seconde moitié du xie siècle. Elles signalent des caractéristiques différentes, parmi lesquelles se laisse entrevoir un changement dans l'assimilation de la religion : mieux intériorisée, donc plus exigeante envers ceux qui s'y étaient voués et s'étaient faits les passeurs vers l'autre monde.

Conclusion

40L'engagement le plus profond des laïcs à l'égard des établissements religieux consistait dans l'offrande d'un enfant ou de sa propre personne. Quelle que soit la part des stratégies parentales, en termes de recherche d'efficacité ou de placement d'un enfant infirme ou sot, les motivations des prises d'habit doivent être considérées comme fondamentalement religieuses. Nous n'avons aucune preuve que les lignages cherchèrent par ce moyen à limiter le nombre des prétendants à l'héritage afin d'éviter sa dispersion. Une telle interprétation fait peu de cas du sens que les contemporains donnaient à leurs actions ; pire, elle leur prête un motif qui, en réalité, n'est jamais explicité par les sources. Seule l'observation des comportements que livrent les notices narratives, elles qui permettent parfois de suivre un personnage de sa jeunesse à la fin de sa vie, offre une possibilité de réponse.

  • 131 L'auteur voit les nobles faire le choix d'un très petit nombre d'établissements qu'ils considéraie (...)

41Tentons à présent le bilan de l'ensemble des alliances réalisées entre les lignages convenablement documentés (une quinzaine) et les établissements religieux. Un principe se dégage, qui diffère un peu des observations de C. B. Bouchard sur la Bourgogne131. Dans le Maine, une relation proportionnelle s'établit entre la variété et l'étendue de l'assise géographique d'une seigneurie et le nombre d'établissements religieux dont les seigneurs se firent les bienfaiteurs. Autrement dit plus la lignée est élevée sur l'échelle sociale, plus le nombre d'établissements est important : manifestation ostentatoire et prestigieuse qui témoignait de l'ampleur de son rayonnement. À l'opposé, de petits seigneurs furent fidèles à un seul établissement. Chez les plus grands, il est fréquent qu'une nouvelle génération ait eu une volonté d'initiative personnelle en entrant dans une communauté différente de celle de la génération précédente, que cette communauté fût anciennement existante ou nouvellement créée. La vraie nouveauté que livre la documentation réside dans ce phénomène et non dans un clivage sociologique éventuel sur lequel aucune donnée n'est disponible dans le comté. Ces appréciations toutefois ne concernent que les lignages pour lesquels existait une alliance spirituelle sans donation de l'un des siens à un chapitre ou à un monastère. Car chez les groupes dont un membre était d'Église, les relations demeuraient davantage empreintes de fidélité.

42Quel que fût le type de relations, toutes celles-ci impliquèrent des dons matériels des laïcs en faveur des établissements religieux : plus souvent biens périphériques que proches du noyau, plutôt acquis que patrimoniaux. Ceci vaut pour le plus grand nombre des dons mais les plus importants d'entre eux, les fondations de prieurés et de bourgs monastiques par les grands châtelains en particulier, étaient composés de biens ne répondant pas à ces critères. Il s'agit donc ici de constater une tendance, non une règle. Si les dons appelaient leurs contreparties spirituelles, et éventuellement matérielles, le beneficium loci n'a pas été octroyé à tous, loin s'en faut. Il y avait incontestablement un privilège recherché, une valeur essentielle composant le « capital religieux » que les moines n'ont pas dévalorisée. Pour les biens d'Église, les « restitutions » s'avèrent avoir été plus complexes que ne le laissent entendre les rédacteurs de notices dans un premier temps. La nouveauté au dernier tiers du xie siècle est la concordance du discours grégorien avec les débuts du grand mouvement de transfert de biens qui étaient partie intégrante des seigneuries, qu'ils aient été patrimoniaux ou possessions obtenues d'un prélat : Gervais fut le dernier des évêques à pratiquer la remise de biens ecclésiastiques à des laïcs tout en ayant personnellement largement contribué aux transferts en faveur des établissements religieux. Il est rarement dit que les bénéficiaires durent restaurer les bâtiments qui leur étaient remis, simplement parce qu'ils n'eurent pas à souffrir, au contraire, de leur passage en mains laïques. Les églises de paroisses étaient des espaces sacrés dont les seigneurs avaient la charge ; pour qu'ils les rendent, il fallut d'abord les convaincre de leur culpabilité. De toute manière, une donation avait toujours une valeur expiatoire ; quand ce n'était pas pour un bien d'Église « injustement » détenu, c'était en raison des activités guerrières ou de la violence meurtrière.

  • 132 E. KÖHLER, L'aventure..., p. 104.

43La reconstitution du temporel monastique et, dans une moindre mesure, canonial, avait d'abord une conséquence paradoxale : elle plaçait les communautés monastiques dans un état d'étroite dépendance à l'égard de leurs fondateurs et de leurs principaux bienfaiteurs. Ce n'est que dans un second temps, à partir des vingt dernières années du xie siècle, que l'autonomie recherchée marqua quelques points. Mais avant cela, les laïcs ne témoignent pas non plus d'une réelle autonomie dans leurs choix qu'ils semblent avoir fait identiques à ceux de leur seigneur. Aussi, lorsque s'écroula le pouvoir comtal manceau, certains châtelains périphériques tournèrent-ils leurs aumônes vers des établissements protégés du comte d'Anjou. La fin du xie siècle marque une charnière : nous voyons des monastères cesser d'épouser les querelles des laïcs, un évêque « lâcher » un doyen nicolaïte et sans doute simoniaque bien qu'ils aient partagé tous les deux, une semblable sympathie pro-nor- mande, plus tard nous voyons des châtelains porter leurs aumônes ailleurs qu'aux établissements qui abritaient les tombes de leurs ancêtres. L'esprit-principe qui caractérise cette période était synonyme de volonté d'indépendance dans le domaine du religieux. Il animait aussi bien les hommes d'Église que les laïcs. Tandis que les premiers pouvaient asseoir leur autonomie sur une richesse foncière reconstituée, une partie des seconds manifestait la distance qu'ils avaient prise à l'égard des monastères traditionnels ; Bien sûr, les moines restèrent leurs intercesseurs favoris : au xie siècle, le mépris de jeunes nobles pour l'état monastique ne traduisait aucunement une faiblesse de l'esprit religieux ni une indifférence à leur rôle de passeurs des âmes mais un contraste entre deux types de cultures. Le déplacement des laïcs vers de nouveaux ordres était aussi la réponse à des tensions héritées des générations précédentes. Ici il faut s'excuser d'aller chercher l'exemple du roman courtois dont le berceau se situe plus loin que notre région. Mais c'est à l'époque de l'apparition de cette forme littéraire qui témoigne d'une prise de conscience de l'individualité132 que nous assistons à un détournement des vieilles nécropoles familiales et que nous voyons un laïc témoigner par son inquiétude d'un début d'appropriation personnelle de la religion. Autant d'observations qui relativisent la place que les moines ont tenue dans la société aristocratique. C'est donc vers d'autres formes de relations qu'il faut aller voir, en commençant par celles qui concernent la parenté.

Notes

1 SPC 26.

2 J. H. LYNCH, Simoniacal Entry..., p. 36.

3 « sed ab illis potissimum detinebantur ecclesiae qui in eisdem, parentum devotione contraditi, ab ineunte nutriebantur aetate » (GUIBERT DE NOGENT, Autobiographie, p. 50).

4 J. H. LYNCH, ibidem, p. XIV.

5 SAA 748, SPC 26 et 14.

6 SV 140, 139, 142, 160.

7 J. Lynch préfère parler du don d'admission plutôt que de dot ; selon lui, ce terme évoque la période post-tridentine où les dots étaient fixes, alors qu'au xie siècle il n'y avait pas de « written legislation about the gift » ; mais il admet que le don, dont le contenu était variable, était systématique. Aussi ses raisons pour éviter le mot ne me paraissent nullement pertinentes (Simoniacal Entry..., p. XVII et n. 30 p. XIX).

8 Cne Igé, et Bellême, Orne.

9 SV 640 et 643.

10 « et totum etiam militare servicium Sanctis martiribus dimiserunt » (SV 337).

11 SV 634.

12 SV 613 et 632.

13 SV 346.

14 CVI 46.

15 « una mansura terre [...] cum domo optima, fossatu firmissimo atque ligno munita undique cum rupe quoque concava, atque cum bobus et annona et omni apparatu, sicut fuerit in die quando eam recipient. [...] usum fructuum retineo michi ad tempus quousque illis puerum tradam cum supradictis rebus [...] Unum quoque vinee optimum arpennum eodem ordine eis trado » (SV 384).

16 SAA 329.

17 SV 59.

18 SV 97.

19 Ce que fait C. B. Bouchard (Sword..., p. 63 et 253).

20 SV 492.

21 « Hoc modo scilicet, ut, si Deo volente monachus fieri voluerim, predicti monachi, cum honesto additamento, quod mecum deferam, me libenter recipiant. Quod si noluero monachus esse, unum ex filiis meis, quemcumque voluero, litte- ratum tamen, postquam duodecim annos habebit, cum supradicto additamento, vel me vivo vel defuncto, absque repudio recipient » (SV 491).

22 « infirmitate coactus, predicte ecclesie sancti Vincencii reddidit, scilicet primicias illas et terciariam illam, et insuper, duas partes decimationis utiusque parrochie monachis prefate donavit ecclesie » (LC 26).

23 SV 705 et 411.

24 SV 777.

25 SV 514 et 531.

26 SV 645 et 585.

27 SV 635.

28 « Contigit autem ut quidam miles Adam nomine Hugo, qui ei de servitio seculari strenue servierat, monachus fieri vel- let. Mandavit ergo Adam abbati Otbranno et congregationi monasterii Sancti Albini, per Willelmum monachum de Luchiaco et Gausbertum de Comburniaco, ut pro amore suo facerent monachum de milite supradicto, et ille eis arnica vicissitudine et ecclesiam concederet et vicariam perdonaret » (SAA 328).

29 J. H. LYNCH, Simoniacal Entry..., p. 15 et 18.

30 CMM 2 et 3 Château-du-Loir.

31 CDL 51.

32 Le rédacteur d'une notice de Saint-Aubin d'Angers relate comment Geoffroy du Traquer, alors qu'il mangeait au prieuré de Malicorne en compagnie de ses seigneurs, « volens occultam animi sui ostendere voluntatem » (voulant montrer la volonté cachée de son âme), donna une terre à l'abbaye devant les convives assemblés (SAA 319).

33 SV 200, 393, 428.

34 « Herbertus de Malleo in Collo concessit perpetualiter monachis Sancti Vincentii XXII denarios de censu, quos dederat eis Wido de Virzellis, cognatus ejus monachilem ab eisdem accipiens habitum. Iste si quidem Herbertus, jure hereditario res sui cognati possidens, supradictorum calumpniam jam fecerat denariorum ; sed denique, ut premissum est, concessione facta, a Joua prefati martyris monacho pro hac re V s. accepit. [...] in capitulo Sancti Vincentii, ibique factus est particeps totius beneficii atque societatis monachorum jam dictorum » (SV 359).

35 SV 355.

36 SV 356.

37 SV 358.

38 SV 143 et 171.

39 « Robertus, filius Witerni de Juliaco, peccaminum meorum mole perterritus, hortatu quoque jamdicti patris mei, qui jom erat monachus Sancti Vincentii... » (SV 502).

40 J. WOLLASCH, « Parenté noble... »

41 A. BARBERO, L'aristocrazia..., p. 190.

42 Entre autres, G. DUBY, Le chevalier, la femme..., p. 114.

43 SV 640.

44 SV 428.

45 J. H. LYNCH, Simoniacal Entry..., p. 46.

46 « Quod si ipse Odo, filius ejusdem Drogonis, priusquam monachus fiat, moritur, aller de ipsius filiis, in ejus loco, monachus noster efficietur » (SV 520).

47 Citée par J. H. Lynch, ibidem, p. 57 n. 67.

48 TV 357.

49 « tali si quidem conditione, ut predictus filius meus, Fulcogius, in prefato monasterio, Deo omnipotenti cui eum devovi monachiliter deserviat, nisi sibi vis injuste illata fuerit que eum abscedere cogat. Quod si sua culpa inde recesserit eccle- siam, quod sibi a nobis concessum est, illibatum retineat... » (SV 313).

50 « Dedit etiam se ipsum, cum omnibus que habebat, suppliciter, expetens, ut quando fieri vellet monachus, suis omnibus, que tunc habere posset, in dispositione monachorum traditis, ei ex integro concederetur » (SV 193).

51 Une exception : la fondation du prieuré de Saint-Flaceau au Mans par le vicomte Hubert en 1085-1086 (SV 36). L'abbaye du Ronceray d'Angers compta aussi parmi les bénéficiaires (RA 253).

52 Bruel, Recueil des chartes de Cluny, t. V, p. 552, cité par Angot (Généalogies féodales... ). Au début du xiie siècle, nous l'avons vu, Raoul V fonda le monastère féminin d'Etival dans sa forêt de la Charnie et y établit comme première abbesse sa sœur Godehilde, qui était religieuse au Ronceray d'Angers (H 1372). Le lignage put placer un des siens, Raoul de Beaumont, fils cadet de Raoul V, sur le siège épiscopal d'Angers de 1177 à sa mort en 1197 (Annales de Saint-Aubin, dans L. HALPHEN, Recueil d'annales..., p. 16 et 18).

53 MM II Vivoin.

54 L'examen de l'étendue d'après la carte IGN au 1/25000 et la feuille de Cassini (n°63 8 F) ne permet pas de retrouver les limites exactes (l'examen de plans cadastraux de Vivoin n'a pas permis de préciser davantage). Seulement un peu plus de la moitié des mentions étaient encore existantes au xviiie siècle.

55 CVI 10, p. 222.

56 SAA 340.

57 Les dates sont cohérentes avec la venue du pape (février 1096) et avec la mort d'Hoël survenue cette année-là.

58 « vicecomes Radulfus recognoscens canonicatum illum juris esse Beati Albini » (SAA 338).

59 « non tam donavit quam reddidit » (ibidem).

60 SV 175 et 176, MM 2 et 4 Sablé et infra p. 102, 241, 262, BM ms 91 bis.

61 Dans l'Anjou voisin, J. Avril voit également des institutions canoniales en difficulté face aux moines en expansion, en particulier au château de Rillé où les chanoines ont été remplacés par les moines de Marmoutier et à Saint-Léo- nard-de-Chemillé où ils ont dû reconnaître l'hégémonie monastique (Le gouvernement..., p. 160).

62 DEREINE, « Chanoines ».

63 SV 62.

64 Actus, p. 354.

65 Actus p. 83, 88 et 313 : la première mention de Coulongé remonte à la fondation de l'évêque Domnole, en 581. Le lieu est alors dénomme « Canon » ou « Chanon » et s'identifie à Chénon (SV 11) dans la confirmation de 873 par Charles le Chauve où figure l'église Saint-Lubin de Chénon. Le saint patron sera celui de l'église de Coulongé où figure un lieu-dit Chénon (E. VALLÉE, Dictionnaire..., t. 1, p. 232 et 281). À cette église est associée celle de Saint- Martin de Sarcé qui apparaît pour la première fois dans la confirmation de 873.

66 SV 303 ; voir infra p. 254.

67 « excussit Herberto de Miletia terram de Sarciaco et reddidit eam Sancto Vincentio » (SV 304, 1070-1076).

68 « cum [...] altaribus, planum quoque et silva cum colibertis et omnibus consuetudinibus ad ipsam terram pertinentibus ».

69 « illam partem, quam adhuc injuste retinebat in Sarciaco, boscum scilicet et terrant planant, cultam et incultam, vineas, colibertos, equitumique beneficia » (SV 306).

70 SV 307.

71 « terram quam tenebat ipse Apolchardus de Herberto de Miletia, apud Sarciacum, totam videlicet integram, sicut illam tenuerat » (SV 322).

72 SV 307.

73 L. CÉLIER, Catalogue..., n° 149, p. 90.

74 SV 304 ; infra p. 206.

75 Au Montbarbet, à la fontaine Saint-Martin et au Villaret (SV 62).

76 LA 177.

77 L. CÉLIER, Catalogue..., p. 22-24.

78 Actus, p. 367.

79 « quam predicti parentes mei viventes jure possederunt et a novo reedificaverunt, proprieque michi dimiserunt » (Actus, p. 369).

80 Actus, p. 357.

81 Actus, p. 37 et 226 : dans ce deuxième cas, la mention se trouve dans un acte de l'évêque Herlemond du 21 octobre 710 : « quae pro beneficio aecclesie tenemus : Bisigario, Patriniaco et Munto... »

82 « cum omnibus areis indominicatis, infra et extra murum circumquaque adjunctis, cum nemore, ad construendas claus- tri officinas, ad quod edificandum elaborare nitor, ut ibi Domino regulariter et canonice studeatis militare » (Actus, p. 370).

83 Ce sont les églises d'Oizé, de Saint-Ouen-en-Belin, de Saint-Martin de Laigné, de Mulsanne, de La Chapelle-Saint- Aubin avec terres, gens et les lieux de Villegermain et de Marcé, l'église de Sainte-Jamme enfin. Les trois premières localisations font en effet l'objet de mentions dans les Actus carolingiens. La terre d'Oizé fut donnée à l'Église du Mans par l'évêque Hadouin en 643 (Actus, p. 160) et elle est citée dans les Gesta Aldrici comme viens publiais et comme vicis canonicis (Gesta..., p. 184 et 52). Le vicus publiais de Saint-Ouen-en-Belin fut reconnu à l'Église du Mans dans un acte de Charlemagne du 23 avril 802 (Actus, p. 285) ; Laigné (Latiniaco) est cité parmi les vici devant des redevances (Actus, p. 41) sous l'évêque Turibe, mais cette partie étant légendaire, le fait est au moins attesté au ixe siècle. En revanche, il n'existe pas de mentions pour Mulsanne, La Chapelle Saint-Aubin et Sainte- Jamme qui soient antérieures à notre acte.

84 Marmoutier fut le troisième établissement à obtenir les faveurs de Gervais, aux dépens de l'abbaye Saint-Aubin d'Angers qui eut le tort de suivre les destinées politiques du comte d'Anjou sans imaginer les revers possibles. Ses moines avaient en effet acheté l'église Saint-Guingalois près de Château-du-Loir à Geoffroy Martel après la prise du château par celui-ci. Sa restitution avec la seigneurie au temps de Geoffroy le Barbu eut pour conséquence l'expulsion des religieux que Gervais, devenu archevêque, remplaça par ceux de Marmoutier. Les premiers n'eurent de cesse d'obtenir un dédommagement, mais ils ne l'obtinrent qu'à l'époque de Gervais II (SAA 402). La faveur de Gervais 1er pour Marmoutier se manifesta également par la donation de l'église de Chahaignes qui eut lieu dès 1034 si l'on accepte de suivre le décompte des moines (MM 12 Château-du-Loir). En tout cas elle fut placée sous l'autorité du prieur de Saint-Guingalois. Gervais II continua à favoriser Marmoutier en octroyant un bourg avec les coutumes au prieuré de Saint-Guingalois et en lui adjoignant le bourg Saint-Sauveur (MM 8 Château-du-Loir).

85 TV 14 et 15.

86 L. CÉLIER, Catalogue..., p. 21-22.

87 Dans le cas de Saint-Vincent, nous ne pouvons remarquer que la modeste donation d'un bordage à proximité de Courdemanche (SV 259) ; autrement, comme nous le verrons ultérieurement, ce seigneur fut en conflit prolongé avec l'abbaye à propos des coutumes des terres de Sarcé dont il admettait mal la dévolution aux moines.

88 B. LEMESLE, Les évêques..., p. 86-89.

89 MM 4 Sablé.

90 Voir infra p. 233.

91 MM 2 Sablé.

92 MM 4 et 5 Sablé.

93 « Cum autem fecisset comes Cynomannensis ecclesiam Sancti Macuti et posuisset in ea canonicos, habuerunt ipsi canonici banc Sancti Martini ecclesiam cum omnibus que ad eam pertinebant et omnes ecclesias bujus castelli » (MM 5 Sablé, p. 70).

94 MM 5 Vivoin.

95 MM II, t. 1, p. 4-7.

96 « Ego Ernaldus [...] annuo sancto Martino et monachis Majoris monasterii omnia que in episcopatu meo videntur ipsi habere que ad me pertinent, id est [...] locum Sancti Macuti de Sablolio, salva querela monachorum Sancti Petri qui de istis rebus inferunt calumniam jam dictis monachis » (ibidem, p. 5).

97 « summonuit Ernaldus episcopus eundem Rotbertum ut ejectis monachis revocaret canonicos in ecclesiam Sancti Macuti, quia non per suum auctoramentum erant ibi monachi in locum canonicorum et judicaverat archiepiscopus sine ipsius auc- toramento non esse hoc ratum » (MM 5 Sablé, p. 73-74).

98 « Sed ne sic quidem hoc ille recognoscere voluit, nisi eadem carta monstraretur sibi. Ad quam monstraudam statutus est terminus et ad eundem terminum monstrata sibi ea, tandem recognovit quod fecerat » (ibidem, p. 74).

99 CEM 20 ; MM 6 Sablé.

100 L. HALPHEN, le comté d'Anjou..., p. 141 ; O. GUILLOT, le comte..., t. 1, p. 106-107.

101 Actus, p. 377.

102 RHF, t. XIV, 1806, p. 667-669 ; supra, p. 72.

103 O. GUILLOT, le comte..., t. 1, p. 271, n. 345.

104 MM 8 Sablé.

105 A. BERTRAND DE BROUSSILLON, la Maison..., n° 19 p. 36 et 80 p. 49.

106 SV 364 et 366.

107 SV 367.

108 Actus, p. 388.

109 Ibidem, p. 391.

110 MM 10 et 11 Sablé.

111 MM 24 et 26 Sablé.

112 SAA 881 et SPC 108.

113 Le desserrement des liens entre laïcs et Église trouve une autre expression dans la restitution de la prévôté du chapitre de Saint-Pierre-de-la-Cour par le doyen et prévôt Normand Riboul, personnage dont le nom trahit la fidélité à l'égard du duché. C'est justement un autre fidèle de la Normandie, l'évêque Hoël, qui devait l'y contraindre (SPCO 12 et 13). La notice qui nous en informe insistait sur la violence avec laquelle ses ascendants l'avaient acquise : topos bien sûr, l'expression avait le sens d'acquisition illégale. Ici, le prélat agissait avant tout en promoteur de l'indépendance de l'Église vis-à-vis des laïcs.

114 SV 609.

115 SV 288.

116 ADS H 84.

117 A. ROBVEILLE, Histoire..., p. 7 et suivantes.

118 « post longam concertationem » (SV 264).

119 A. BARBERO, L'aristocrazia..., p. 143.

120 GUIBERT DE NOGENT, Autobiographie..., p. 108.

121 « Istam profecto ecclesiam Rotrochus, graviter egrotans apud Malum Stabulum, Rannulfo abbati jam antea donum fecerat » (SV 288).

122 Voir infra p. 140.

123 MM 5 et 8 Torcé.

124 LA 34, ADS H 978, LC 90, MM 7 Torcé.

125 LC 134 et 108.

126 MM 4, p. 9.

127 SPC 35.

128 P. BOURDIEU, Le sens pratique, p. 200 et suivantes.

129 LC 114 et 112.

130 « ut visa ta mei memoria ad corda ipsorum revocrtur » (LC 114) et LC 109.

131 L'auteur voit les nobles faire le choix d'un très petit nombre d'établissements qu'ils considéraient comme les leurs en les patronnant à l'exclusion de tous les autres. Elle estime que la plupart soutenaient les mêmes établissements que leurs ancêtres, une fois qu'ils en avaient choisi un (C.B. BOUCHARD, Sword..., p. 148).

132 E. KÖHLER, L'aventure..., p. 104.

Table des illustrations

Titre Répartition des prises d'habit à Saint-Vincent
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17084/img-1.png
Fichier image/png, 67k
Titre DOMAINE DU PRIEURÉ DE VIVOIN (échelle approchée : 1/33 900) : le trait noir marque la reconstitution de ses limites.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17084/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540