Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La société aristocratique dans le Haut-Maine

 | 
Bruno Lemesle

Chapitre 2. Les grands établissements religieux et l'aristocratie

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 A. BOUTON, Le Maine..., p. 132.

1Du paysage religieux haut-manceau au début du xie siècle ressortaient particulièrement le chapitre de l'évêque et trois abbayes spécifiquement mancelles : la Couture, Saint-Vin- cent, toutes deux localisées aux portes du Mans, et Saint-Calais, sur laquelle il est presque impossible de rien dire faute de documents, le cartulaire du xiie siècle ayant disparu à la fin du xviie1. Les deux premières ont été soutenues dans leur renaissance respective par les lignages rivaux des comtes du Maine et des seigneurs de Bellême, donnée qui, posant directement le problème des rapports du politique et du religieux, demande l'examen des intentions des fondateurs (ou plutôt des refondateurs) et de l'effet d'entraînement produit sur leurs vassaux : peut-on dessiner des groupes de parenté nobles dont chacun formerait la « base sociale » des différentes abbayes ? Les chapitres canoniaux en avaient-ils une différente ? L'effet d'entraînement des fondateurs sur les vassaux ne peut s'apprécier qu'en relation avec le flux des donations pieuses, pain quotidien de la documentation ; or ce flux devient vraiment important au cours de la seconde moitié du xie siècle, soit une à deux générations après celle des fondateurs. Il faut donc voir de près dans quelles conditions furent effectuées les aumônes. Cette question, très importante, ne peut être abordée qu'avec la meilleure connaissance possible du contexte et des donateurs. Au xiie siècle, le flux paraît perdre nettement de sa force, mais ici il faudra discuter de la possible illusion documentaire. En tout cas, ce reflux apparent est concomitant de l'apparition et de la fondation de nouveaux établissements, aussi faudra-t-il vérifier qui en sont les promoteurs, notamment par rapport aux principaux fondateurs de prieurés de la période précédente.

Une grande abbaye mancelle : Saint-Vincent

2Saint-Vincent est l'abbaye la mieux connue pour cette époque, et de loin, grâce à l'état de sa documentation. Pour cette raison je la présente avant la Couture, nettement plus importante par l'ensemble de son domaine et antérieure par sa refondation. L'étude préalable de l'abbaye la mieux documentée permettra de résoudre quelques problèmes communs aux deux établissements.

Refondation

  • 2 SV 3 et Actus, p. 84-87.
  • 3 SV 9.
  • 4 SV 10.
  • 5 A. CHÉDKVILLE, Liber controversiarum..., p. 10.
  • 6 Actus, p. 83 et 88.
  • 7 Actus, p. 354.
  • 8 J.-B. COLOMB, Mémoire..., p. 28.
  • 9 SV 12 ; ce dernier lieu ne peut être identifié : dix-huit noms dans le Haut-Maine y répondent dont (...)
  • 10 PIOLIN, Histoire..., t. 3, p. 49.

3La fondation première de l'abbaye avait été l'œuvre de l'évêque Domnole en 572. Elle était située à l'extrémité du plateau de Sargé sur un rebord dominant la Sarthe d'une trentaine de mètres, à l'extérieur de l'enceinte urbaine dont elle était éloignée de trois cent cinquante mètres au nord-est de celle-ci. Dédiée aux saints martyrs Laurent et Vincent par l'évêque de Paris Germain et richement dotée par son fondateur2, elle connut un déclin sous les Carolingiens, aussi l'évêque Aldric la trouva-t-il en pleine décadence. Il la releva, y rétablit la règle et fit reconstruire l'église et les bâtiments monastiques3 après s'en être fait confirmer la possession le 29 décembre 832 par l'empereur Louis le Débonnaire4. Mais l'époque suivante lui fut néfaste : elle fut victime des invasions bretonne et normande mais aussi de diverses spoliations à une époque où les moines avaient disparu pour être remplacés par des chanoines5. Nous connaissons mieux l'histoire de l'abbaye à partir de l'épiscopat de Sigefroy (965-995) car les Actus post-carolingiens le dénoncèrent pour ses actes malfaisants envers l'Église. Il dépouilla l'abbaye de ses propriétés (villae) de Sarcé et de Coulongé en rédigeant un faux acte de vente au prix de dix-huit livres ; la seconde de ces propriétés provenait du fondateur depuis 5816. Il ne resta plus qu'un seul chanoine sur douze auparavant pour assurer le service divin, les autres étant contraints à la dispersion7. La restauration de l'abbaye coïncida avec l'épiscopat d'Avesgaud (995-1032), neveu de Sigefroy et frère d'Yves de Bellême. L'église fut reconstruite ; Avesgaud en fit la dédicace en l'an mil8 et dota l'abbaye conjointement avec son frère Yves de biens fonciers à Coulaines, Courgains et Courteille9. Elle tint le second rang des corps ecclésiastiques, après le chapitre Saint-Julien10.

  • 11 « quemdam consanguineum meum » (SV 62).
  • 12 J.-B. COLOMB, ibidem, p. 30. L'abbé Avesgaud n'était pas le premier depuis la restauration car il (...)
  • 13 « synodales exactiones, circuitiones, relevationes omnes » (SV 13).
  • 14 « predicte oblationes non dividantur vagantibus clericis ; sed ecclesie tantummodo servitoribus as (...)
  • 15 SV 304.

4Le neveu d'Avesgaud, l'évêque Gervais de Château-du-Loir, poursuivit l'œuvre de son oncle maternel en faveur de Saint-Vincent grâce au rétablissement des moines. Il mit à leur tête comme abbé un de ses parents nommé Avesgaud11, lui-même neveu de son homonyme évêque12. Gervais donna une prébende du chapitre Saint-Julien à l'abbaye dans la mesure où les chanoines et les évêques en particulier y disposaient de leur sépulture. Il exempta les églises tenues par l'abbaye des droits de synode, de visite et de toutes les redevances pour les collations13. Dans son testament, il associa les moines aux oblations faites en faveur des serviteurs assidus de l'église-mère14, dota le monastère de terres de son propre patrimoine ou favorisa des restitutions, en particulier celles de Sarcé et de Coulongé15.

  • 16 Voir supra, p. 25.
  • 17 A. CHÉDEVILLE, Liber controversiarum..., p. 49.
  • 18 Actus, p. 377 et 387.
  • 19 Sans doute est-ce la raison pour laquelle le chapitre Saint-Julien conçut des sentiments mêlés à l (...)

5Il est tentant d'expliquer la générosité de Gervais de Château-du-Loir par ses liens de parenté et par son action politique. Mais comme nous l'avons vu au chapitre précédent, celle-ci tenait fort peu à l'origine bellêmoise du personnage et ne se réduisit pas non plus à l'alliance blésoise. Si l'on observe les choses du point de vue du lignage de Château-du- Loir, la solidarité entre Gervais et l'abbaye Saint-Vincent n'allait pas survivre au prélat. Certes au temps de la refondation la faveur dont avait joui l'abbaye pouvait avoir eu une origine politique. Tandis que le comte du Maine refondait l'abbaye de la Couture et que ses successeurs lui accordaient leurs faveurs, Avesgaud était le principal rival d'Herbert Eveille-Chien parmi les Bellême16, puis Gervais de Château-du-Loir celui d'Herbert Bacon. L'enceinte fortifiée qui protégeait l'abbaye17 permit en deux occasions aux évêques d'y trouver refuge : Arnaud en 1069 contre les barons manceaux et Hoël contre le comte Hugues V18. Aussi le voit-on, la solidité du lien établi entre l'abbaye et l'épiscopat allait au- delà des motifs de la refondation. Cette étroite union se prolongea bien après les Bellême ; une de ses manifestations résidait dans la sépulture dont bénéficièrent les évêques du Mans au monastère19.

Domaine, prieurés, églises et chapelles

  • 20 A. CHÉDEVILLE, Liber controversiarum...
  • 21 SV 3, 4, 5, 11 : il s'agit d'actes de donation du temps de l'évêque Domnole contenus dans les Gest (...)
  • 22 Deux sont identifiés : Buis, dans la commune actuelle de Coulaines et Souillé (canton de Ballon) n (...)

6La carte du domaine de l'abbaye au début du xiiie siècle a été faite par A. Chédeville20, aussi ai-je plutôt cherché à faire figurer l'évolution chronologique des acquisitions d'églises et des fondations de prieurés. La carte des biens possédés par l'abbaye hors les églises se confondant avec celle des églises et prieurés, il n'a pas été nécessaire de les ajouter. Ces cartes mentionnent les époques de la première fondation d'un prieuré et de la première acquisition d'une église connue, quel que fût le mode d'obtention (don ou achat). Comme les acquisitions n'étaient, en pratique, jamais complètes, les cartes ne mentionnent que la première ; on distinguait en particulier les terres de l'autel, le cimetière, le presbytère, les oblations, droits de sépulture, redevances pour le luminaire, etc.et les dîmes qui pesaient sur tous les types de terres et de redevances. Ces éléments qui donnaient un aspect éclaté aux églises étaient partagés entre plusieurs personnes, laïques ou ecclésiastiques. La mention d'une « restitution » d'église signifie que l'abbaye en détenait désormais des parts là où le plus souvent elle ne possédait rien auparavant. En fait de restitution, il s'agissait presque toujours d'églises qui furent construites par les laïcs et que l'abbaye n'avait jamais détenues auparavant. Nous ne connaissons que quatre exceptions à cette règle : les terres de Sarcé, Coulongé, Saint-Corneille et Tresson pour lesquelles la possession à l'époque carolingienne est attestée21. Les autres lieux connus par la documentation carolingienne sont le plus souvent non identifiables ou non attribuables car ils correspondent à plusieurs lieux possibles22. En fait, la comparaison du domaine ancien avec celui qui nous intéresse est d'un médiocre intérêt parce qu'il existe un trou de deux siècles dans nos connaissances sur ce domaine (à la seule exception des soustractions de l'évêque Sigefroy), période durant laquelle tant de mouvements fonciers ont pu se produire que la recherche de la continuité n'aurait guère de sens. Du reste, à ma connaissance, l'abbaye n'a pas revendiqué de droits sur la plupart des lieux cités dans la documentation antérieure à l'an mil dont la mémoire avait été conservée. En outre, il n'y a aucune certitude pour que nous disposions de la liste complète des possessions de l'abbaye du vie au ixe siècle. Mais ce que nous ignorons, les moines du xie siècle l'ignoraient aussi, par conséquent la légitimité de leurs revendications hors des quatre cas connus devait être rarement fondée sur une possession antérieure. Quatre lieux attestés antérieurement, dont deux églises, par rapport au nombre des transferts des xie et xiie siècles : c'est très faible. Aussi il n'est pas contradictoire de remarquer que les préambules de nombreuses notices portent sur la gravité de la faute commise par les laïcs qui continuaient de détenir injustement des biens d'Église : c'était presque toujours la seule légitimité que les moines pouvaient faire valoir. Une telle offensive idéologique était générale en Occident mais une particularité dans le diocèse du Mans fut la faveur des évêques envers les monastères, lesquels ne bénéficiaient pas de l'exemption.

Prieurés et églises de l'abbaye Saint-Vincent (jusqu'en 1070. Maine)

Prieurés et églises de l'abbaye Saint-Vincent (jusqu'en 1070. Maine)

Prieurés et églises de l'abbaye Saint-Vincent (C. 1070-C. 1100. Maine)

Prieurés et églises de l'abbaye Saint-Vincent (C. 1070-C. 1100. Maine)

Églises de l'abbaye Saint-Vincent (après 1100. Maine)

Églises de l'abbaye Saint-Vincent (après 1100. Maine)

7Les prieurés du Haut-Maine furent tous fondés dès le xie siècle, à la différence des transferts d'églises dont la chronologie est plus étalée. Seuls deux prieurés extérieurs au diocèse (La Lande Patry en Normandie et Ellen au Pays de Galles) furent fondés dans la première moitié du xiie siècle. Comme toujours pour cette époque, l'absence de datation de la plupart des notices a fait hésiter sur quelques cas qui se trouvaient à cheval sur deux périodes, mais ils sont peu nombreux. Le choix de 1070 est précisément justifié parce qu'il offrait moins de cas tangents que 1080. Les premiers transferts connus sont rarement antérieurs à 1050. Il est remarquable de constater que la visite du pape Urbain II dans le Maine en 1096 lorsqu'il prêcha la croisade n'est pas à l'origine du mouvement de transfert des églises. Il en a été sans conteste un accélérateur, mais sans plus. En fait, la grande vague est avant tout grégorienne. Le tarissement au xiie siècle tient au fait que je n'ai figuré que les premiers transferts ; au début du xiie, la plupart des églises avaient commencé de passer dans les domaines ecclésiastiques. Il restait beaucoup de parts de redevances, dîmes et terres en mains laïques mais le temps jouait en faveur de l'Église.

8La géographie des transferts fait apparaître que dès la première période toutes les régions qui constitueront les zones préférentielles du domaine de l'abbaye sont occupées. Cela tient aux donateurs et en particulier à l'évêque Gervais, véritable refondateur de Saint-Vincent, qui contribua, par les dons directs ou favorisés, à donner une emprise territoriale dans le sud-est du diocèse, c'est-à-dire dans la seigneurie de Château-du-Loir. Le poids des Bellême (branche maternelle de Gervais) se fait sentir dans le Nord-Est. Mais c'est dans le dernier tiers du siècle que cette région accentue sa prééminence sur les autres. Même au xiie siècle, son poids continue de se renforcer. Si je fais exception des domaines gallois et normands qui se constituent principalement dans la première moitié du xiie siècle, mais qui demeurent modestes en comparaison du reste, on peut dire que le mouvement des transferts d'églises tend à se refermer sur la région d'ancrage de l'abbaye. Au total, la rapidité de la constitution des points forts du temporel, points d'appui à l'encadrement des fidèles, est remarquable (à peine plus d'un demi-siècle). Vers 1100, l'essentiel de la carte des églises détenues est établie et ne variera plus beaucoup désormais.

Les Bellême et le domaine de Saint-Vincent

  • 23 SV 62, 229, 304, 573, 629, 630, 765, 834, 835.
  • 24 « per ammonitionem Ivonis » (SV 610) et SV 608.
  • 25 Voir infra, p. 106.
  • 26 ADS : H 84.

9La carte a été établie de la façon suivante. J'ai fait la distinction entre, d'une part, les biens objets d'une donation dont l'acte ou la notice mentionne la confirmation d'un seigneur de Bellême, donc relevant des terres tenues de ce lignage, et d'autre part les biens donnés par les fondateurs23 : l'évêque Avesgaud avec son frère Yves, et l'évêque Gervais. Le groupement homogène au nord-est du comté permet, par comparaison avec les autres cartes, de montrer la place, relativement importante, de la seigneurie de Bellême dans la constitution du domaine monastique. Les biens situés près du Mans et au sud du diocèse ne proviennent pas des Bellême mais doivent tout à l'évêque Gervais, qu'il s'agît de restitutions ou de biens transmis par son père. Cette carte fait aussi apparaître que l'abbaye ne dut pas tout aux Bellême. C'est la raison pour laquelle il faut relativiser ; Saint-Vincent n'était pas, loin s'en faut, l'abbaye des seuls Bellême et de leurs fidèles. Il est clair toutefois que l'incitation de ces seigneurs a pesé lourd dans les choix de leurs vassaux et qu'en matière de transferts d'églises le rôle personnel du seigneur-évêque de Sées, Yves de Bellême, fut important : Hervé de Doucelles a donné son domaine (potestas) de Saint-Longis avec les églises sur l'injonction d'Yves24. Je n'ai pas retenu ici les donations effectuées par des personnages connus pour avoir été les vassaux d'un seigneur de Bellême dont la confirmation ne fut pas sollicitée ; ici, la prudence est nécessaire et il importe d'examiner les dossiers dans tous leurs aspects. Par exemple, Rotrou 1er de Montfort qui était un descendant des seigneurs de Bellême par sa mère donna les églises de Fiée et de Thoiré-sur-Dinan, mais elles ne faisaient pas partie de son patrimoine ; en outre, il le fit dans des conditions telles qu'on ne peut pas dire qu'il y mit de la bonne volonté25 ; il reste que le choix de cette abbaye était en effet une conséquence de celui des générations antérieures dont Rotrou était l'héritier, choix qu'il allait remettre partiellement en cause en participant à la fondation d'une autre abbaye au Gué-de-Launay26. Le bilan des donations par les vassaux des Bellême est néanmoins impressionnant : on peut dire que les fondateurs et les seigneurs de Bellême dont ils étaient issus ont donné une impulsion décisive à la constitution de l'assise foncière de Saint- Vincent, et donc à sa puissance sociale, impulsion qui trouvait encore largement ses prolongements au xiie siècle.

Les Bellême et le domaine de l'abbaye Saint-Vincent

Les Bellême et le domaine de l'abbaye Saint-Vincent

Flux de donations

10Le graphique suivant donne une idée de la répartition des donations faites à l'abbaye Saint-Vincent jusque vers 1220.

  • 27 D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 23 ; A. CHÉDEVILLE, Liber controversiarum..., p. 58.
  • 28 « bac concessione facta ante episcopum » (SV 344) ; « actum fuit in presencia Guitlelmi, Cenomanen (...)
  • 29 A. CHÉDEVILLE, ibidem, p. 21.

11Les donations ont été datées soit à la date du document lorsqu'il en comporte une, soit par la date de début de la fourchette chronologique. La barre correspondant à la période 1100-1119 comprend 157 actes et notices non datés mais estimés aux alentours de 1100. Enfin des périodes de vingt ans ont été choisies dans la mesure où les fourchettes de dates dépassent rarement cette durée. En dépit des inconvénients liés aux imprécisions inévitables, ce graphique fait nettement ressortir la montée des flux au cours du xie siècle avec le pic autour de 1100, puis la brutale chute qui lui fait suite au xiie siècle avant une reprise au début du xiiie Ce mouvement peut s'expliquer de plusieurs façons. En premier lieu, il faut faire ressortir les aléas de la documentation. Il est très probable qu'un certain nombre d'actes du xiie siècle nous soient inconnus, principalement parce qu'à cette époque l'autonomie croissante des prieurés se traduisait par une expédition peu systématique des actes à la maison-mère27. À l'appui de cette hypothèse, les donations qui nous restent de la période creuse ont été effectuées, souvent en présence de l'évêque, par un acte passé au Mans28 : raison pour laquelle le document avait été conservé par la maison-mère. Nous savons d'autre part qu'une vingtaine d'actes au moins manquent dans le Liber controversiarum29, mais, compte tenu de la concentration de la presque totalité de ce cartulaire dans la période 1190-1220, on s'aperçoit rapidement que cela ne peut pas expliquer le grand creux du xiie siècle, ni avoir une réelle incidence sur l'allure générale de la répartition.

  • 30 J. H. LYNCH, Simoniacal Entry..., p. 16.
  • 31 Voir à ce sujet, concernant Cluny qui fut à l'origine de ce culte de la mémoire individuelle des m (...)
  • 32 Voir D. IOGNA-PRAT, Ordonner..., p. 212-217.

12En second lieu, il est clair que la fréquence des flux correspond aux soixante-dix années qui ont suivi la refondation de l'abbaye, c'est-à-dire à la période de fondation des prieurés et des transferts d'églises avec les possessions foncières et les revenus. Il est difficile, voire le plus souvent impossible, d'évaluer la valeur respective des biens « d'Église » et celle des biens « purement laïques ». Nous pouvons seulement constater que les uns comme les autres sont présents dans des proportions numériquement équivalentes durant les deux siècles étudiés : les transferts des premiers se sont accompagnés des donations des seconds par un effet d'entraînement. Que d'exemples où une donation d'église, une fondation de prieuré, déclenchèrent d'autres donations en cascade, pas toujours dans le sens des bienfaiteurs les plus élevés sur l'échelle sociale vers les autres. Joseph Lynch a signalé la force de la pression que les moines exerçaient pour obtenir le don des biens qu'ils convoitaient30. Nous aurons l'occasion d'y revenir ; retenons pour l'instant l'exposé des motifs qui présidèrent aux « restitutions » et aux dons. Ils furent effectués pour le salut de l'âme soit des parents défunts, soit des vivants, soit encore des deux ; ou bien le préambule évoque la nécessité de la rémission des fautes du donateur. Ce sont là des motifs directement en rapport avec la fonction que le monachisme réformé remplissait auprès des laïcs : les moines étaient les passeurs ; ils préparaient les vivants à l'au-delà et prenaient en charge les âmes des défunts31. Cependant, tous les actes et notices ne l'exprimaient pas : un comptage permet de constater qu'avant 1070 une donation sur deux en moyenne obéit à cette raison, une sur quatre ensuite, jusqu'à la fin du xiie siècle. Mais aucune corrélation ne peut être faite ni avec la nature des biens donnés, ni avec la qualité des donateurs : la présence continue de motifs identiques au long de la période étudiée fournit le caractère générique de toutes les donations qu'ils fussent exposés ou non32. Comme ils étaient rédigés par les moines, il est impossible de savoir jusqu'à quel point les laïcs avaient assimilé ces raisons données à leur geste d'aumône. L'examen précis de leurs attitudes objectives reste la méthode la plus sûre d'investigation. Aussi faut-il, pour le moment, revenir aux variations des flux. En particulier, la reprise du début du xiiie siècle est-elle réelle, ou ne constitue-t- elle qu'un prolongement de ce qui fut un courant inapparent à nos yeux au xiie siècle ?

  • 33 ms 95.
  • 34 A. CHÉDEVILLE, ibidem, p. 24.
  • 35 Tous les actes sont antérieurs à cette date à laquelle plusieurs d'entre eux sont vidimés. Les rou (...)

13Il faut ici tenir compte des dates de confection des deux cartulaires. Le « premier cartulaire » (que j'appellerai simplement « cartulaire de Saint-Vincent ») a disparu mais pas le Liber controversiarum actuellement conservé à la médiathèque Louis Aragon du Mans33. Les copistes du cartulaire avaient adopté un plan géographique qu'on ne retrouve pas dans le Liber controversiarum. Le plan de celui-ci n'est ni géographique ni chronologique. A. Chédeville parle d'une « vague disposition établie d'après les auteurs des actes »34 et date sa rédaction entre 1220 et 1250. Le cartulaire quant à lui ne peut être, en principe, que postérieur à l'acte le plus tardif qu'il contient (circa 1196), mais il a pu être copié à une date bien antérieure tandis que des actes y auraient été ajoutés par la suite ; le Liber controversiarum contient une soixantaine d'actes antérieurs à cette date, non mentionnés dans le cartulaire. Ce dernier a donc été confectionné entre 1120, moment correspondant à la brutalité de la décrue documentaire, et l'extrême fin du xiie siècle. La confection du Liber controversiarum se justifiait par son titre : le livre des litiges ; il servait à instruire les procès. Aussi les moines firent-ils un effort de remise en ordre de leurs dossiers, en prenant soin de conserver les actes. Plus les dates sont reculées par rapport au moment de la confection du second cartulaire, moins les actes sont nombreux : les aléas du temps ont sûrement joué et cela rend peu probable l'hypothèse d'une correspondance étroite sinon parfaite entre le volume des actes produits et celui parvenu jusqu'à nous. Enfin un troisième ensemble d'actes a été copié sur des rouleaux, sans doute vers 1270 ou peu après35. Un certain nombre ne sont que la copie d'actes figurant dans le premier cartulaire et dans le Liber controversiarum ; cependant vingt-trois actes antérieurs à 1220 s'y trouvent exclusivement, le plus grand nombre des actes absents des deux cartulaires actuellement édités étant datés entre 1220 et 1260.

14La rapide remontée du nombre des actes à la fin du xiie siècle coïnciderait donc avec le moment où la maison-mère a décidé de reprendre en mains l'archivage de tous les dossiers qui concernaient son temporel. Dans ces conditions il est évident que le graphique sous-estime le courant réel des donations au xiie siècle. Inversement, il est impensable que ce courant soit resté soutenu : le mouvement de fondations et de donations à de nouveaux établissements signale en effet que les laïcs s'étaient détournés des anciens. La reprise à partir de l'extrême fin du siècle contient donc une part d'illusion due aux caractéristiques de la documentation mais il est malheureusement impossible de savoir comment se raccordent réellement la période d'apogée et le début du xiiie siècle.

Caractéristiques des donations à l'abbaye Saint- Vincent

15L'ampleur de la documentation pour cette abbaye autorise une étude qui ne pourra pas être menée avec les autres ; que l'on compare : aux xie et xiie siècles, quatre cent trente-et- un actes ou notices mentionnent une ou plusieurs donations, ou leur confirmation (cinq cent vingt-cinq en ajoutant ceux des vingt premières années du xiiie siècle) tandis que la Couture n'offre pour la période équivalente que soixante-deux actes. Je peux donc entreprendre un examen de certaines caractéristiques internes et externes qui offrent quelques précisions utiles pour la suite de l'étude.

  • 36 D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 30 et svtes.

16Le vocabulaire utilisé n'est pas un critère décisif pour distinguer les différents types de documents ; à vrai dire il ne rend compte ni de leur diversité réelle ni de leur évolution qui est caractérisée par la diminution relative au long du xie siècle de l'utilisation des actes et par l'accroissement vigoureux, relatif et absolu, du nombre des notices. Le xiie siècle, peu après 1100, voit le phénomène s'inverser ; le nombre des notices produites s'effondre avant de disparaître totalement à la fin du siècle, tandis que celui des actes s'accroît avant de l'emporter. On remarquera qu'il correspond parfaitement au passage du cartulaire au Liber controversiarum. Mais à cette évolution se superpose une autre, bien décrite par D. Barthélemy dans le Vendômois voisin, qui est l'irruption de la narrativité dans les notices à partir de 106036 : si elle concerne moins les donations que d'autres affaires, nombre des premières sont néanmoins atteintes par ce phénomène. La narrativité existe encore au début du xiiie siècle mais n'a plus les mêmes caractères, les mêmes richesses qu'au xie siècle. Reprenons les étapes du processus.

  • 37 SV 607.
  • 38 SV 139 : 1er mai 1100.
  • 39 Par exemple SV 835 qui commence directement par le dispositif ou SV 549.
  • 40 SV 761, 536.
  • 41 SV 115 et 573 par exemple. Sur les signa : M. PARISSE, « Croix autographes
  • 42 SV 605 et 624.
  • 43 Par exemple SV 536.

17Les rares actes de l'époque carolingienne facilitent surtout la comparaison. En effet le corpus commence réellement avec le début du xie siècle. La première période est caractérisée par la production d'une poignée d'actes, d'une part, qui sont des instruments et d'autre part de notices dont l'évolution numérique coïncide avec les données du graphique. Les premiers dépassent seulement la dizaine ; ils peuvent comporter tous les éléments des actes de style carolingien mais aussi offrir quelques variantes ; par exemple la clause comminatoire peut figurer après la liste des souscripteurs37. Les instruments de ce style se prolongent jusqu'au début du xiie siècle38. Les notices font leur apparition dès le début de la période. Leur caractéristique principale est d'avoir l'apparence de simples résumés d'actes ou de copies d'actes d'où ont été retranchées certaines parties. Plusieurs sont rédigées à la première personne et il arrive même que la formule de corroboration soit reprise39. Les notices objectives les plus anciennes sont datées grâce à la mention de l'évêque Gervais, entre 1035 et 105540. Parmi ces notices rédigées à la troisième personne certaines comportent néanmoins des « signatures » (signa)41. La comparaison entre un acte et la notice correspondante42 permet d'apprécier les transformations entraînées par le passage de l'instrument à la notice : son rédacteur a supprimé l'invocation, la clause comminatoire et la formule de corroboration. Il a déplacé la confirmation des seigneurs du donateur, Hervé de Bréviard, située après la mention du suscripteur pour l'inscrire à la fin du dispositif, avant la liste des témoins. Enfin, il a mentionné et recopié les signa en commettant au passage deux erreurs dans les noms propres (en les changeant). Il est évidemment impossible de savoir si toutes les notices de ce type ont existé concomitamment à des actes. Certaines notices enfin peuvent ne comporter que le dispositif, sans formule de notification, et une courte liste de témoins43.

  • 44 p. 45.

18Le passage à une seconde période est caractérisé par l'irruption de la narrativité dans les notices, moins directement présente dans les donations que dans celles qui recensent les réclamations (calumniae) et les plaids. Mais en réalité il n'existe pas de catégories rigides : une partie des notices de donation comporte la narration d'un ou parfois de plusieurs différends ayant précédé, ou suivi, le don aux moines. Celles qui relatent des plaids sont les plus intéressantes pour les informations très concrètes qu'elles apportent et pour les épisodes qu'elles décrivent dans leur succession chronologique (quoique sans les dater le plus souvent). Ces dernières notices ne sont pas sans rapport avec les donations dans la mesure où celles-ci sont le plus souvent à l'origine des conflits. Avec l'apparition des notices narratives, la violence se dévoile donc. Violence : nous aurons retenu du chapitre précédent la connotation d'illégitimité ou d'illégalité que le mot prenait chez les rédacteurs, hommes d'Église44. Il n'exclut pas la voie de fait mais ne la désigne pas non plus systématiquement. Les actes de la période précédente comportent presque toujours des clauses comminatoires évoquant de potentielles disputes, désignant parfois clairement les instigateurs possibles parmi les membres de la parenté : signe indubitable que la violence n'a pas surgi ou nécessairement augmenté après 1060. Par contre, ces notices narratives sont certainement révélatrices d'un nouveau type de conflits qui mettaient en cause les laïcs et les moines. J'aurai largement l'occasion d'y revenir.

  • 45 « donum super altare ».
  • 46 « Memoriam posterum ignorare non volumus » (SV 123).
  • 47 Par exemple SV 587.
  • 48 Il a fallu renoncer à les recenser toutes : elles dépassent la quarantaine et leur répartition chr (...)
  • 49 L'absence de distinction opérationnelle entre acte et notice dans les actions judiciaires apparaît (...)

19Pour l'instant, une autre différence caractérise cette seconde période. Les notices ont de moins en moins l'aspect de résumés d'actes ou de leur copie plus ou moins partielle. Elles sont la mémoire d'un geste de donation ou de vente, accompli selon un rituel avec ses témoins, qui n'a pas nécessairement fait l'objet de la rédaction d'un acte. Le rituel est toujours signalé par la formule du « don déposé sur l'autel »45, sur laquelle je reviendrai. Certaines notifications soulignent ce rôle de la mémoire46, lié à un besoin nouveau de conservation en raison du flux de plus en plus massif de dons. Pour cela certaines notices sont récapitulatives : les donations de différents bienfaiteurs et leurs confirmations respectives sont mentionnées successivement47, éventuellement avec plusieurs listes de témoins. Elles débutent presque toutes par une formule de notification (un petit nombre seulement comporte une invocation) ; ces formules présentent un grand nombre de variantes, ce qui a l'avantage de nous suggérer un nombre de scribes différents relativement important, même si certains ont pu utiliser chacun plusieurs formules non-exactement identiques48. Le dispositif peut comporter la confirmation du ou des seigneurs et l'accord parental (laudatio parentum). Le lieu est parfois mentionné. Le fait à retenir ici est le progressif dégagement des notices de la forme des actes anciens alors que ceux-ci demeurent contemporains du nouveau type de notices ; la définition classique veut qu'elles n'aient servi qu'aux moines, bénéficiaires des aumônes, sans avoir de valeur probatoire. Pourtant il est clair qu'elles ont cessé, avec l'accroissement massif des dons, d'être de simples copies d'actes pour en avoir été les seules traces écrites49.

  • 50 SV 38.
  • 51 A. CHÉDEVILLE, Liber controversiarum..., p. 23.

20Le xiie siècle est caractérisé par la diminution rapide de la narrativité, en rapport évident avec le fait que les notices disparaissent progressivement dans la seconde moitié du siècle. À partir de cette époque, le Liber controversiarum prend peu à peu le relais du cartulaire. Les actes qu'il contient se présentent très souvent de la façon suivante : un bref protocole contenant la suscription, une formule d'humilité, l'adresse puis le salut. La notification est brève et l'exposé fréquemment absent. Le dispositif est toujours précis, suivi de la formule de corroboration qui peut suivre ou précéder la liste des témoins ; l'eschatocole, réduit aux mentions de lieu et de dates, est donc bref également. En vérité, ces deux derniers éléments manquent souvent. Par rapport aux notices du cartulaire, les mentions de rituel ont disparu. Autre différence, bien que ces actes fassent beaucoup mention de litiges, la narration du contexte est très réduite. Les formules juridiques l'emportent nettement et l'on a beaucoup plus de difficulté à reconstituer les mobiles, la succession des faits, les rebondissements, à moins que plusieurs actes ne mentionnent une même affaire. Il serait donc inexact de dire que la narrativité a disparu, mais elle s'est considérablement desséchée, et comme ceci correspond à l'étiage documentaire, le résultat est un net, et frustrant, déficit d'informations. Il y a donc au total une continuité aux xie et xiie siècles dans la production d'instruments, parmi lesquels quelques chirographes dont le premier, non daté, se situe au xie siècle50 et les autres au xiie Leur forme par contre s'est simplifiée sans que les marques caractéristiques internes soient fortement altérées. A. Chédeville a justement fait remarquer la fixation de la syntaxe par le caractère administratif de ces actes51. Le passage du cartulaire au Liber controversiarum confirme les précédentes remarques sur la diminution du flux visible des donations au xiie siècle : de même que les notices conservées par la maison-mère sont celles qui relataient des aumônes faites dans les mains de l'évêque ou de l'abbé, les actes conservés émanaient le plus souvent d'une autorité de niveau épiscopal, abbatial, voire royal. Leur développement est à mettre en relation avec une juridisation de la vie sociale liée à la mise en place de moyens de contrôle par le pouvoir princier et royal, phénomènes avec lesquels coïncide une évolution de la procédure de règlement des conflits.

  • 52 L.. CÉLIER, Catalogue..., p. 37.
  • 53 LC 114, 90, par exemple.
  • 54 A. CHÉDEVILLE, Liber controversiarum..., p. 43.
  • 55 « licet videretur antiquum, nullius tamen sigillo signatum erat » (LC 267).
  • 56 « sigillo signatam » (ibidem).
  • 57 LC 78.

21D'autres traits marquent le xiie siècle, en particulier l'utilisation de plus en plus fréquente du sceau. L'usage le plus ancien revient à l'évêque Hildebert de Lavardin52 (1196- 1133) mais c'est à l'approche de la moitié du siècle que je les vois se multiplier. Certains seigneurs disposaient de leur propre sceau53 de même, signale A. Chédeville, que l'archidiacre puis l'official de l'évêque54. Le sceau servait à corroborer les actes, aussi les signa ont- ils disparu, mais des manipulations étaient possibles. Les moines de Saint-Vincent étaient en conflit avec ceux de Jumièges à propos des églises de Courgains et de Saosnes que les seconds revendiquaient. En 1148, lors d'un plaid, l'abbé de Jumièges produisit un acte public (instrumentum) du roi Charles le Chauve à l'appui de sa demande mais l'abbé de Saint-Vincent fit remarquer que cette charte, « quoique paraissant ancienne, n'était cependant en aucune manière scellée »55. Lui, en revanche, put exhiber une charte de confirmation (cartam conftrmationis) de l'évêque Hildebert de Lavardin qui était « validée par un sceau »56. S'il est exact qu'Hildebert avait donné raison à Saint-Vincent dans cette affaire57, on ne trouve cependant pas l'acte en question dans la documentation. En tout cas, à défaut d'être assuré de la rouerie éventuelle des moines, l'épisode nous renseigne sur la valeur attribuée aux sceaux alors que les générations précédentes ne l'avaient pas utilisé dans le Maine.

  • 58 Par exemple SV 229, daté d'environ 1067.
  • 59 SV 364, par exemple.
  • 60 « hujus rei concessionem super altare Sancti Vincentii posuerunt » (SV 788).
  • 61 SV 649.
  • 62 LC 48.
  • 63 A. CHÉDEVILLE, Liber controversiarum..., p. 43.
  • 64 Une exception à ma connaissance, SV 576, daté du 24 octobre 1098 ; mais il s'agit là d'un phénomèn (...)
  • 65 « perrexerunt monachi Sancti Vincentii [...] placitare in curiam Chadurciarum, et ostenderunt banc (...)

22Je poursuis l'examen des caractères internes des actes de donation sous trois angles de vue : ceux du rituel, des lieux où étaient conclues les donations, enfin des contreparties matérielles et spirituelles apportées par les moines. Le premier permet d'améliorer notre compréhension des rapports entre les actes et le réel. La formule : « Il déposa le don sur l'autel » semble n'apparaître qu'à partir des années soixante du onzième siècle et être corrélée aux notices narratives du nouveau type. Ni les actes antérieurs ni les notices d'ancien type ne l'utilisent. Les premières mentions se limitent à cette formule, sans apporter davantage de précisions concrètes58. Les premières mentions d'un objet n'apparaissent pas avant 108059 mais restent minoritaires par rapport aux formules « simples » tout au long du xie siècle. Une formule un peu différente au xiie siècle laisse entendre que la notice était posée sur l'autel avec peut-être un toucher de main : « ils posèrent leur consentement [à la donation] de ce bien sûr l'autel de Saint-Vincent »60. Au cours du xiie siècle, les mentions d'objet sont plus fréquentes tout en demeurant minoritaires : le couteau du donateur, un marteau, le livre sont les plus souvent cités. Leur fonction de mémoire auprès des témoins est bien connue aussi n'est-ce pas sur cet aspect que je veux insister. Ce rituel est signalé jusque dans la seconde moitié du siècle61 alors qu'il ne figure plus dans les actes du liber controversiarum. Toutefois nous voyons encore en 1203 l'évêque Hamelin investir l'abbé de Saint-Vincent d'une donation au moyen de son anneau62 ; A. Chédeville remarque à ce sujet l'archaïsme de la mention63. Effectivement, ces observations confirment que la disparition des mentions n'est qu'un fait documentaire, tout comme leur apparition naturellement. Les actes contemporains des notices de nouveau type n'ont presque jamais signalé le rituel du don sur l'autel64. Nous pouvons par conséquent lier cette mention aux notices du nouveau type et non à l'introduction d'une innovation dans le réel. Tout se passe comme si la narrativité se justifiait par la très faible production d'instruments de type ancien : l'accroissement des donations dans la seconde moitié du xie siècle avec son cortège de confirmations, de disputes, de plaids, tous effets des dons, avait exigé la conservation de la mémoire, l'archivation de dossiers dans lesquels les moines devaient relater les circonstances, les gestes et les témoins, voire des faits « événementiels ». En fait, ces notations qui étaient autant de points de repère ne marquaient pas seulement la mémoire des moines ; elles devaient être rappelées aux témoins lorsque les religieux en eurent besoin (nous verrons que cela fut effectif) et elles ont pu aussi être exhibées : dans ce cas, la liste des témoins inscrite avait une valeur probatoire65. La valeur instrumentale des notices de type nouveau ne manquait pas de consistance aussi ne peuvent-elles être opposées aux actes de type ancien. Par ailleurs ces notices, grâce aux mentions de quelques éléments du réel qu'elles contenaient désormais, n'ont donc probablement fait que les révéler. De la même façon le rituel se cache une fois encore à nos yeux avec la disparition progressive des notices à la fin du xiie siècle.

  • 66 Une donation d'Aubri de La Milesse précise : « Hujus ergo emptionis testium vocabula voluit subtit (...)
  • 67 SV 432, 640, 787, 776, 272.
  • 68 « apud castellum Bellimonti, in cubicalo Hugonis filii Gosberti » (SV 36) ; de même SV 73.
  • 69 « in Bresnait existentes » (SV 635) ; Brénard : canton de Bazoches-sur-Hoène (Orne).
  • 70 SV 635.
  • 71 « Transacto deinde parvo temporis intervallo, supramemoratus Bernerius Forslignet, consilio et amm (...)
  • 72 « precatu et ammonitione » (SV 706).

23Les mentions des lieux où ont été effectuées les donations sont également contemporaines des notices narratives, pour les raisons exposées à l'instant. Leur examen, en nous faisant lui aussi pénétrer un peu plus dans le concret des situations de leur rédaction, nous fait pressentir par quelles voies les moines parvenaient à inspirer la générosité des fidèles. Il s'en faut que tous les lieux aient été notés. Leur mention signale où fut conclue la donation et peut-être, parfois, où la notice a pu être rédigée66, au moins sous forme de notes. Les arbres, tels les arbres à palabres, pouvaient avoir abrité les paroles et les gestes des hommes qui donnaient et de ceux qui recevaient (sous le chêne devant la porte de la maison du donateur ou bien sous les deux ormes de Marcilly) ; le puits des Deux-Amants servit de support tandis que le porche de l'église de Melleray et le choix du marché de Lucé67 offrent des exemples de lieux publics : la donation avait un aspect ostentatoire et donnait du lustre au bienfaiteur. Les maisons servirent également à la conclusion des actes ; pas forcément celle du donateur : le vicomte Hubert fit un don près du château de Beaumont, dans la chambre d'Hugues fils de Gosbert68. Mais le plus intéressant est la mise en rapport du temps et du lieu car, cette fois, la démarche effectuée par les moines nous est décrite. Vers la fin du xie siècle, Foucher Carel donna l'église de Pervenchères dans sa maison de Garlo ; après la liste des témoins, le rédacteur mentionne l'accord des neveux du bienfaiteur et de leur mère qui étaient à Brénard69 ; enfin il fallut la confirmation des deux seigneurs : Gislebert d'Argencel à Mortagne et Hugues de Courcerault dans la maison de Roger Colleboc70. Nous suivons donc les moines dans leurs déplacements : d'abord vers le bienfaiteur, puis ils se sont donnés la peine de faire la tournée des parents et des seigneurs, c'est-à-dire de ceux qui auraient pu éventuellement disputer la donation, donc entraîner des complications. Vers 1067-1068, Bernier Forslignez approuva les dons de deux de ses vassaux ; puis, peu de temps après, il donna l'église de Contilly, sur le conseil et à l'injonction de l'abbé Renaud71 ; de même, vers 1068-1078, Gautier de Ponthoin donna une dîme « à la prière et sur l'injonction » de l'abbé72. Trois situations identiques au départ et à l'arrivée qui permettent de rendre sûr ce que l'on pressent de toute façon : les moines voire l'abbé en personne ont eu l'initiative de ces transferts de biens d'Église et pour cela ont recherché le contact personnel avec leurs bienfaiteurs ou ont su en saisir l'opportunité. Ils ont pu ainsi exercer une pression, efficace, et prolonger parfois la relation établie en la marquant par un échange.

  • 73 Par exemple SV 44.
  • 74 Voir à ce sujet un développement de D. Barthélemy, La société..., p. 53-57.

24Une partie des dons ont en effet été accompagnés de compensations matérielles et/ou spirituelles. Voyons les premières. Elles sont mentionnées dans la documentation dès le début du xie siècle. Relevaient-elles vraiment d'une vente déguisée, comme cela s'est souvent écrit ? Bien des actes ont distingué le don et la vente d'un même bien73 ; il y avait là référence à des catégories précises et connues, même si, justement dans le cas des biens vendus pour partie, donnés pour l'autre, chacune de ces notions n'apparaissait plus parfaitement adaptée pour rendre compte de l'acte auquel on procédait74. Quant aux formules de charité fréquemment jointes à la mention de la compensation elles ne doivent pas être lues à la lettre : en général, les bienfaiteurs n'étaient pas des saints François en puissance ! Leur aumône ne les mettait pas sur la paille. Les moines en revanche éprouvaient le besoin de masquer la négociation, son caractère trop ouvertement transactionnel qui avait présidé au geste des laïcs, restituant fictivement à celui-ci toute sa générosité en même temps que la leur. Enfin la contrepartie matérielle était loin d'être la règle : au total, de l'an mil à 1220, moins d'une donation sur trois en a été accompagnée (cent soixante-sept sur cinq cent vingt-cinq cas, soit 31,8 %).

  • 75 MM IX Château-du-Loir.
  • 76 MV 18 entre autres.
  • 77 « societatem et bujus loci orationes acceperunt » (SV 272).
  • 78 «... accipiens societatem nostri monasterii, dedit [...] ut, in cymiterio quod ad mortem suant eli (...)
  • 79 « si ego volo esse monachus, sim propter hoc [le don) » (SV 101). Voyons encore à Marmoutier : « o (...)
  • 80 « ut cum patre suo et matre in Sancti Laurenti fraternitatis rotulo conscriberemus » (SV 93).
  • 81 Ainsi le 7 mai 1191 : « participem esse totius beneficii abbacie » (LC 113).
  • 82 Par exemple : « me concesserunt esse participem et anniversarium obitus mei commemorationem » (LC (...)
  • 83 Par exemple Garin d'Eporcé (SV 420).

25Les contreparties spirituelles étaient désignées par un vocabulaire varié. Les termes et expressions les plus fréquents étaient : « societas », « beneficium loci » ou « societas loci », parfois « particeps beneficii ». Souvent deux termes turent associés : « societas et beneficium loci ». Leur grammaire est explicitée dans certains actes de Marmoutier : « accepto benefacto nostre societatis »75 qui donne aussi fréquemment : « societas beneficii »76. La societas consistait à associer l'individu bénéficiaire, et éventuellement des membres de sa parenté, aux prières monastiques77. Elle lui permettait d'espérer des obsèques monastiques et la sépulture dans le cimetière du monastère ou du prieuré78 ; pour cela, l'intéressé évoquait la possibilité de prendre l'habit, au moment qu'il choisirait ou à l'article de la mort79. Mais le beneftcium loci n'impliquait certainement pas systématiquement une telle promesse puisque les membres de la parenté y étaient facilement associés y compris les femmes. En revanche il pouvait comporter l'inscription au nécrologe de l'abbaye80 et assez souvent s'ajouter à des messes en faveur des défunts. Sans que les anciennes formules disparaissent81 d'autres les supplantent car, dans le Liber controversiarum, les demandes de messes aux anniversaires de la mort deviennent largement prépondérantes82 ; en réalité on ne peut y voir qu'un prolongement d'un phénomène déjà courant et d'ailleurs bien connu : ces demandes qui renforçaient les liens des vivants et des morts étaient au fond la fonction première de la societas. I1 est important de remarquer qu'une petite partie seulement des donations ont été accompagnées de contreparties spirituelles : 18,9 % dans le cartulaire, tandis que les fondations d'obit dans le Liber controversiarum dépassent de peu 10 %. À partir de là, je peux formuler quelques remarques et questions : d'abord, le vocabulaire est facilement redondant, fréquemment interchangeable et toujours susceptible de se transformer sans qu'il traduise obligatoirement l'évolution d'un phénomène. La leçon devra être retenue pour la suite de l'étude. Ensuite, les bienfaits spirituels étaient réservés à une petite minorité. L'examen de la qualité des bénéficiaires permet d'observer deux faits. Les plus importants lignages ont été systématiquement associés aux bienfaits monastiques, mais ceci ne se vérifie pas pour toutes les générations : les aléas documentaires l'expliquent aisément car il est rare qu'on puisse suivre de manière satisfaisante plus de trois générations (dans les meilleurs des cas) ; toutefois nous aurons l'occasion de constater en les analysant des modifications d'attitude à l'égard des établissements religieux. Impossible donc de tout mettre sur le compte des lacunes documentaires. Ensuite, on attendrait l'association à un seul établissement ; c'est largement le type dominant mais il y a tout de même quelques exceptions qui, rapportées au volume du corpus, invitent à ne pas les traiter à la légère. Elles doivent être mises en relation avec les donations à des établissements variés, même quand cela n'a pas donné lieu à l'entrée dans la societas monastique ; car, lorsque les dons étaient effectués pour le salut de l'âme, n'était-ce pas la promesse de la plus haute récompense ? Le deuxième fait est que, hors les lignages dominants, aucune autre corrélation de type social ne peut être établie. Dans le même sens, l'observation de la nature des biens offerts à l'abbaye montre que leur valeur matérielle était très différente d'un bénéficiaire à l'autre. Précisons aussi que la societas a pu être octroyée à des personnages en échange de la confirmation du don d'un de leurs vassaux83. Autrement dit, nous pourrions classer l'ensemble des donateurs en fonction des compensations obtenues en disant qu'une majorité n'a rien reçu si ce n'est la promesse du salut (qu'elle soit explicite ou non) ; une minorité a obtenu une compensation matérielle mais seule une petite minorité a été bénéficiaire de la societas avec parfois des biens matériels. Il s'agissait donc d'une élite. Le caractère facultatif de la compensation traduisait l'existence ou la formation d'une relation particulière entre certains groupes de parents et l'abbaye, et par conséquent entre lignages aristocratiques situés différemment sur l'échelle sociale au travers du lien commun avec l'abbaye. Ici, dressons tout de suite un garde-fou : ce constat authentique n'apporte pas la preuve que tel était le sens que lui donnaient les groupes parentaux associés. Sinon nous pouvons tomber dans les raisonnements tautologiques qui consistent à mettre en valeur tous les liens sociaux et spirituels décelables puis à les expliquer par la seule raison de leur existence. Cela étant, nous n'irons pas plus loin dans ce chapitre sur cet aspect important. Il faudrait aussi savoir dans quelles circonstances l'admission à la societas intervenait : on pense évidemment qu'elle pouvait servir à garantir une paix conclue après un différend ; mais en réalité elle a été souvent octroyée à des personnes avec lesquelles la documentation ne révèle aucune trace de conflit. Nous ne constatons là non plus aucune espèce de corrélation avec leur existence ou non : tous les cas de figure se trouvent. L'ensemble de ces remarques ouvre ainsi autant de questions pour la suite de l'étude auxquelles seules la restitution de contextes précis et la reconstitution de lignages pourront fournir des réponses.

26Au total nous retiendrons de cet excursus que le flux des donations a été directement cause de la production d'un type de notices nouveau. Alors que les anciennes conservaient la forme de copies partielles ou de résumés d'actes, les nouvelles ont été responsables — pour notre bonheur — de l'irruption de la narrativité. Nous pouvons tenir l'accroissement du flux de donations au xie siècle pour l'expression d'un fait réel ; en revanche, les autres phénomènes qui se découvrent subséquemment avec la rédaction des notices de nouveau type devront systématiquement être soupçonnés de n'être pas nés avec elles, à moins qu'on ne dispose d'éléments permettant d'arguer dans ce sens.

L'abbaye de la Couture

  • 84 Actus, p. 101.
  • 85 SPC 6.
  • 86 G.M. OURY, « La reconstruction... »
  • 87 L.J. DENIS, Chartes..., p. 2, n. 2.
  • 88 G.M. OURY, ibidem. L'auteur suppose que la refondation de la Couture par Gauzbert aurait eu lieu v (...)
  • 89 SALMON, Recueil des chroniques de Touraine, p. 228, cité par G.M. Oury, ibid.

27Située à environ six cents mètres au sud de l'église-mère du diocèse, la Couture était hors les murs de la cité, d'où le nom qui la désigna dès l'époque de la fondation car ses bâtiments et son enclos étaient entourés de champs cultivés. Fondée entre 586 et 616 par l'évêque Bertrand elle fut dédiée aux saints Pierre et Paul. Son testament fait l'inventaire de l'immense domaine que le prélat donna à l'abbaye dans laquelle il fut inhumé84. Nous ne savons rien du devenir de ce domaine jusqu'à la fin du xe siècle, si ce n'est qu'il en subsista très peu ; toutefois l'identification de la plupart des toponymes du viie siècle étant difficile voire impossible, les tentatives de comparaison restent fréquemment vaines. Une véritable refondation eut lieu sous l'impulsion du comte Hugues II, avant 99285. Celui-ci fit appel à l'abbé Gauzbert qui était une figure importante du mouvement de la réforme monastique dans la région ligérienne. D'après la chronique de Saint-Julien de Tours, il eut à la fois la charge du gouvernement de Saint-Julien de Tours et de Marmoutier et il fonda les monastères de Bourgueil, de Maillezais et de Saint-Pierre-de-la-Couture au Mans86. Ce personnage, qui semble avoir été parent du comte de Blois87 fut établi à Marmoutier en 998 après que les moines clunisiens en eurent été chassés88. Conformément à l'habitude de l'époque, la personne appelée pour réformer ou refonder un monastère s'adjoignait quelques moines qui en l'occurrence venaient de Tours89.

  • 90 SPC 6.
  • 91 R. LATOUCHE, Histoire..., p. 18.

28Il est difficile de supputer les motivations du refondateur laïque en l'absence de données sur le comte Hugues II dont on ne connaît quasiment rien. Il associa ses fils Hugues (qui gouvernera le comté dès 992) et Foucoin à la donation d'importants biens dans le Saosnois90. Les raisons du choix de Gauzbert pour rétablir la Couture sont probablement avant tout d'origine religieuse, quoiqu'on ne puisse négliger une relation entre sa parenté avec le comte de Blois et l'alliance conclue par ce dernier avec le comte Hugues III, fils du refondateur laïque de la Couture ; ils combattirent ensemble contre le duc de Normandie Richard II91. Mais comme les alliances étaient souvent éphémères il n'est qu'hypothétique d'en induire rétrospectivement de bonnes relations entre Hugues II et Eudes 1er pour éclairer ce choix. Gauzbert fut un religieux fort actif, engagé dans l'activité réformatrice ; la réputation dont il jouissait a pu suffire à motiver sa désignation par Hugues II.

29La Couture était appelée à rester durant les siècles suivants la plus grande abbaye man- celle en dépit de la concurrence exercée par Saint-Vincent. Malheureusement elle est, pour les xie et xiie siècles, beaucoup moins bien connue que cette dernière car la documentation est extrêmement lacunaire comme le tableau suivant le suggère.

Répartition des actes et notices

Répartition des actes et notices
  • 92 A. DE DIEULEVEULT, La Couture..., p. 17.
  • 93 BM, ms 198.
  • 94 BM, ms 91 bis.
  • 95 BN latin 17123.
  • 96 R. LATOUCHE, Histoire..., p. 5 ; A. DE DIEULEVEULT, La Couture..., p. 17.

30Après 1200 le nombre d'actes augmente de façon très importante au cours des trois premières décennies du xiiie siècle. Une telle répartition s'explique par l'époque de la confection du cartulaire sous l'abbatiat de Jean, entre 1220 et 123092. Il ne reste actuellement aucun acte original antérieur à 1135. La publication des bénédictins de Solesmes qui date de 1881 a été réalisée à partir du cartulaire du xiiie siècle93 principalement ; ils ont aussi utilisé le Compendium, histoire manuscrite de l'abbaye rédigée au xviiie siècle94, dans lequel plusieurs chartes ont été copiées, ainsi que le cartulaire du prieuré d'Auvers-le- Hamon (conservé à Solesmes), l'Histoire de Sablé de Ménage, enfin les copies de Gaignières faites d'après les originaux95. R. Latouche reprochait à cette édition, outre son manque de rigueur dans les datations, de n'avoir pas comparé systématiquement le cartulaire du xiiie siècle à la copie de Gaignières qui n'a été utilisée que partiellement96. La copie de Gaignières s'ouvre par la liste des abbés avec quelques dates d'abbatiat à partir de 1133 (folios 3 et 4) puis elle est divisée en trois parties : une description du chartrier des religieux (folios 9 à 137), des extraits du chartrier de l'abbé (folios 147 à 273), enfin le texte de l'enquête de 1245 relative aux droits du chapitre Saint-Julien du Mans (folios 275 à 484). Seule une petite partie des actes est reproduite en entier ; la plupart sont simplement analysés ; le copiste du xviie siècle a parfois une écriture très relâchée, certaines pages étant de véritables brouillons, mais il a décrit ou dessiné les sceaux qui scellaient les actes ; il nous apprend enfin que le chartrier était divisé en armoires et que le classement était géographique. Les copistes du cartulaire du xiiie siècle ont effectivement classé les actes par église ou prieuré, ménageant des espaces demeurés blancs destinés aux ajouts ultérieurs.

31Les notices de la Couture, à la différence de la plupart de celles de Saint-Vincent, sont souvent récapitulatives, de telle sorte que le nombre des donateurs et des gestes de donation mentionnés par acte est plus élevé que pour cette dernière abbaye. Il n'en reste pas moins que l'état de la documentation impose de sérieuses limites pour l'étude de la constitution du domaine et des donateurs. La répartition chronologique des fondations ou premières mentions de prieurés donne les résultats suivants : quatorze avant 1100, quinze au xiie siècle, six après 1200. Mais l'examen des dons hors prieurés et églises montre qu'avant 1150 ceux-ci sont très peu nombreux alors qu'ensuite leur nombre s'accroît très rapidement. La comparaison avec Saint-Vincent suggère nettement que le rythme et la nature des donations furent identiques pour les deux abbayes. Le xie siècle fut celui des fondations de prieurés et des transferts d'églises, mais les lacunes, considérables, empêchent d'en percevoir clairement l'ampleur. Les dates auxquelles apparaissent pour la première fois une mention sont presque toujours, lorsque le transfert ou la fondation ne sont pas explicites, largement situées vers l'aval. La différence de répartition chronologique entre les dons d'églises et ceux de biens non ecclésiastiques confirme cette appréciation ; au xiie siècle, l'essentiel des biens d'Église ayant été donnés à l'abbaye, la part des autres dons augmenta. Toutefois, celle des biens liés à l'Église continua de fournir la plus grande part. Les religieux poursuivaient leur effort séculaire pour obtenir ici une part de dîme, là des oblations, « récupérant » patiemment morceau par morceau les revenus éclatés entre un grand nombre de bénéficiaires laïques.

  • 97 À défaut du cartulaire de cette abbaye, nous disposons de la liste des églises qu'elle patronnait (...)
  • 98 A. BOUTON, Le Maine..., p. 241.
  • 99 A. CHÉDEVILLE, « Les restitutions d'églises... »
  • 100 SPC 36.

32La carte des prieurés et des églises patronnées par la Couture présente la situation au début du xiiie siècle : j'y ai fait figurer les prieurés et églises mentionnés jusqu'en 1230 ; une carte des églises détenues dans l'ensemble du diocèse a déjà été dessinée par Dieule- veult pour les époques postérieures au xiie siècle. Comme on devait s'y attendre, les différences sont maigres : le « stock » des églises n'a guère changé après le milieu du xiiie siècle. Le domaine tel qu'il apparaît n'est naturellement pas complet puisque n'y figurent pas les biens non-ecclésiastiques ni les parts de biens d'églises sans patronage de celles-ci par l'abbaye ; mentionner ces derniers aurait faussé les données présentées en accordant un poids égal à de maigres biens isolés et à d'autres plus consistants ; en outre et surtout, l'importance des lacunes se ressent bien plus pour ces biens « laïques » que pour les autres qui finissent toujours par apparaître dans la documentation. La répartition est assez homogène mais nous notons toutefois des zones préférentielles : la Champagne mancelle en premier lieu, de Pezé-le-Robert au Nord à Fontenay au Sud, prolongée par le pays de Sablé ; le Saosnois d'autre part, grâce aux donations comtales dès la refondation. Inversement, l'abbaye est mal implantée dans les régions à l'est et au sud-est du Mans, probablement en raison de la « concurrence » exercée par d'autres établissements puissants, en particulier Marmoutier et l'abbaye de Saint-Calais97. Par contre, la Couture est assez bien implantée dans la zone forte de Saint-Vincent ; la rivalité entre ces abbayes tenait surtout aux soutiens dont elles bénéficièrent et non à la délimitation de zones préférentielles strictes. La comparaison entre ces deux grandes abbayes mancelles oblige à observer l'ensemble du diocèse et au-delà. La Couture est mieux implantée dans le Bas-Maine que Saint-Vincent : cinq prieurés et sept églises, ce qui reste faible par rapport au Haut-Maine. Dans le Haut-Maine, le nombre des prieurés et églises détenues par chacune des abbayes s'équilibrait : trente- cinq prieurés de la Couture contre vingt-cinq à Saint-Vincent mais celle-ci disposait en outre de trente-six églises contre vingt-huit à la Couture. En revanche, l'avantage de la Couture se dégage lorsqu'on observe tout le domaine, y compris les possessions anglaises et galloises. Au milieu du xiiie siècle, elle détenait cent huit églises paroissiales98 tandis que Saint-Vincent en avait soixante-dix-sept (soixante-cinq dans le diocèse, cinq en Normandie et sept en Angleterre)99 Il est pour autant difficile d'évaluer le nombre des moines voués à l'abbaye ; un acte du début du xiie siècle100 énumère parmi les témoins une liste des moines de la maison-mère qui, d'après le contexte, devaient être à peu près au complet ; leur nombre s'élève à vingt-sept. Il n'est pas sûr que les novices et oblats étaient cités ; il faut aussi ajouter les serviteurs parmi les personnes vivant dans la maison-mère. Quant au nombre de moines par prieuré, il était généralement très réduit, sauf à Solesmes.

Domaine de l'abbaye de la Couture (Haut-Maine. Fin du xiie siècle)

Domaine de l'abbaye de la Couture (Haut-Maine. Fin du xiie siècle)
  • 101 SPC 9, 12, 27, 23.
  • 102 SPC 25.
  • 103 SPC 8 et 9.
  • 104 SPC 4.
  • 105 Les prieurés de Lavaré, de Bernay-en-Cliampagne, de Neuvy-en-Chanipagne, de Saint-Mars-sous-Ballon (...)
  • 106 SPC 23.
  • 107 SPC 14 et 54.
  • 108 R. LATOUCHE, Histoire..., p. 116-126 ; SPC 10.
  • 109 SPC 154.
  • 110 G. LOUISE, La seigneurie..., t. 2, p. 181-182.
  • 111 A. CHÉDEVILLE, Liber controversiarum..., p. 39.

33L'examen des donateurs est lui aussi obéré par le caractère lacunaire des sources ; je dénombre ainsi moins de grands lignages nobles que pour Saint-Vincent, ce qui n'est qu'une illusion documentaire. Les comtes du Maine ont toujours favorisé l'abbaye en confirmant les dons de leurs vassaux ; parmi les plus importantes des donations confirmées nous trouvons celles des prieurés de Solesmes par Hugues III, de Roëzé par Hugues IV, de Saint-Mars-sous-Ballon et de Tennie par Hélie101 ; Hélie donna lui-même la chapelle de Tennie102. Le lignage vicomtal est représenté par le frère du vicomte Raoul III, Geoffroy de Sablé, qui fonda le prieuré de Solesmes103, le vicomte étant le premier souscripteur. Ce dernier confirma le don de la vicaria de Joué-l'Abbé par Guy fils de Lon, à la suite du comte Hugues III et de son fils Herbert104. Parmi les hauts lignages nobles nous connaissons celui de Sourches qui fut un grand pourvoyeur de biens105 ; celui des Riboul fondateur du prieuré de Tennie106. Les mentions des comtes d'Anjou sont faibles : Geoffroy Martel confirma le don du prieuré de Lavaré tandis que plus tard Geoffroy le Bel donna une part de dîme à Courcebœufs107. Le lignage de Laval dans le Bas-Maine est certainement à l'origine de la fondation du prieuré d'Auvers-le-Hamon qu'un acte faux attribue à un certain Guy de Deneré108 ; à la fin du xiie siècle, Guy de Laval donna des droits à Auvers109. Puis, de façon un peu surprenante à première vue, Jean, fils du comte Jean d'Alençon, l'héritier de la seigneurie de Bellême110, donna des revenus dans le Saosnois et des droits d'usage dans la forêt de Perseigne, à une époque où A. Chédeville remarque que la famille d'Alençon n'est mentionnée que pour la remise d'une taxe en faveur de l'abbaye Saint-Vincent111. Mais souvent les fidélités des laïcs aux établissements religieux ne dépassaient pas quelques générations, notamment lorsqu'il s'agissait de grands lignages qui avaient pour habitude de faire profiter de leur générosité plusieurs établissements.

34Au total, l'effet d'entraînement des comtes du Maine sur leurs vassaux est difficile à évaluer mais évident compte tenu de l'étendue du domaine. Dans le Haut-Maine la Couture était sérieusement concurrencée par Saint-Calais et Saint-Vincent. La renaissance de ce dernier établissement et le quasi-rattrapage en un siècle et demi sont d'autant plus remarquables que sa refondation accusait quelques décennies de retard. Par comparaison, elle apparaît bien comme une réaction par rapport à la puissante abbaye protégée des comtes du Maine. Le caractère politique du choix de l'évêque Avesgaud est donc confirmé pour une part, avec l'impulsion et le soutien donnés par les Bellême à Saint-Vincent ; réaction aiguillonnée par les possessions de la Couture dans le Saosnois proche de Bellême où la rivalité allait se montrer telle que celles de Saint-Vincent les supplantèrent par un mouvement long et ininterrompu de donations. Mais choix également religieux d'autre part : la volonté de Gervais de favoriser une abbaye indépendante des comtes s'inscrivait dans le prolongement du processus de la réforme monastique. En en faisant le lieu de sépulture des évêques et en lui conférant une préséance par rapport à la Couture, il en faisait aussi l'abbaye des évêques qui allait effectivement devenir lieu de protection lors des conflits avec l'aristocratie laïque. Cette refondation marquait donc un jalon dans le long mouvement de la réforme dont l'étape suivante, dite grégorienne, allait fournir le moteur à la véritable renaissance de Saint-Vincent grâce aux donations.

  • 112 R. LATOUCHE, Histoire..., p. 85 n. 4 et 5.
  • 113 « de manu laïca donum regiminis acceperat » (RHF, t. XIV, p. 667-668).
  • 114 ibidem, p. 668-669.
  • 115 Supra p. 35.
  • 116 B. LEMESLE, « Le discours... »

35L'autonomie vis-à-vis des laïcs n'était cependant pas encore de saison au milieu du xie siècle pour La Couture. Elle offrait au pouvoir comtal un point d'appui aux portes de la cité et ses relations avec les vassaux du comte sont révélées indirectement par l'affaire de la destitution de l'abbé Renaud. Celui-ci fut déposé par l'évêque du Mans Arnaud avant que ne fût élu un nouvel abbé, Juhel, vers 1074-1075 selon R. Latouche112. L'affaire suscita la protestation de l'archevêque de Tours qui, pas dupe, estima que Juhel avait reçu la direction du monastère d'une main laïque113. L'évêque, pour avoir été l'instrument de cette manœuvre, fut excommunié par le légat de Lyon Gébuin. Toutefois l'affaire s'arrangea et, par une lettre du 24 avril 1080, le pape Grégoire VII entérina la déposition de Renaud puis donna l'absolution au nouvel abbé et à l'évêque114. Ce revirement intéresse les relations entre la papauté et le roi d'Angleterre Guillaume le Conquérant. Pour mon propos, la déposition de l'abbé Renaud coïncidait avec le retour de Guillaume et la restauration de son autorité après la rébellion des nobles manceaux contre l'autorité normande115. Nous ne savons rien sur les relations entre la Couture et cette révolte. Peut-être l'abbé était-il parent de l'un des meneurs de la rébellion, ou peut-être n'y fut-il pas indifférent et y joua-t-il un rôle, dans ce cas très indirect. Mais plus sûrement, sans que cela exclût ces hypothèses, les liens de solidarité entre cette abbaye et les chefs de la révolte et leurs vassaux étaient-ils étroits. Aussi le remplacement de l'abbé à l'initiative du duc-roi, accompli par les mains de l'évêque, s'inscrivait-il dans la stratégie d'affermissement de son pouvoir sur ce comté fraîchement acquis et encore mal pacifié. Quant à l'évêque, j'ai analysé par ailleurs comment, de créature du duc de Normandie qu'il était, il se montra de surcroît une bonne courroie de transmission pour son maître laïque dans le comté116.

  • 117 SPC 26.
  • 118 SAA 748.

36Cet intérêt, quand bien même ce ne fut pas toujours une faveur, de l'autorité comtale pour la Couture allait se perpétuer sous le gouvernement du comte Hélie qui dota son frère Enoch lorsqu'il y revêtit l'habit117 et qui désigna ce monastère comme le sanctuaire devant abriter sa propre sépulture. Son père, seigneur de la châtellenie angevine de La Flèche, avait fait plusieurs aumônes à Saint-Aubin d'Angers où il s'était fait ensevelir118. Au contraire, le choix de La Couture par Hélie conférait à celui-ci un surcroît de légitimité car ce fils cadet de Jean de La Flèche n'avait pour titre que son ascendance maternelle ; il conquit le Maine par les armes contre le seigneur direct, le duc de Normandie Robert Courteheuse. L'abbaye offrait davantage que des bienfaits spirituels, elle lui apportait tout son prestige ; Hélie se situait ainsi dans le prolongement de l'autorité comtale qu'il avait arrachée de haute lutte, attribuant au monastère des saints Pierre et Paul le pouvoir d'assurer sa protection spirituelle et de garantir une forme de continuité au gouvernement du comté. Après sa mort, en revanche, l'autorité comtale devenant. extérieure, les comtes d'Anjou se contentèrent de manifester une bienveillance favorable.

Le chapitre Saint-Julien du Mans

  • 119 L. DELISLE, « Notice... »
  • 120 BN latin 17754.
  • 121 Chartularium... ; L. DELISLE, ibidem.
  • 122 A. BERTRAND DE BROUSSILLON, Cartulaire de l'évêché...

37Pour les xie et xiie siècles, les actes du chapitre ont été rassemblés dans le « Livre blanc » dont la première partie fut confectionnée vers 1236119 et conservée à la médiathèque du Mans sous la cote 259. Un fragment détaché du « Livre blanc » est à la Bibliothèque nationale120. Ce cartulaire a eu deux éditeurs ; le plus ancien, l'abbé Lottin, a réalisé une édition, reprise et vérifiée par L. Delisle qui a corrigé quelques erreurs121. Toutefois, l'abbé Lottin n'avait travaillé que sur le manuscrit du Mans ; aussi Arthur Bertrand de Broussillon a- t-il complété ce travail à partir du manuscrit de la Bibliothèque nationale122. Le tableau suivant résume la répartition chronologique des actes en montrant ceux mentionnant des donations en faveur du chapitre.

  • 123 LA 66, 108, 113, 122, 144, 177.
  • 124 LA 2, 119, 7, 9.
  • 125 Actus, p. 407-415 ; B. LEMESLE, « Le discours... »
  • 126 Actus, p. 435 ; B. LEMESLE, Les évêques..., p. 186-188.

38La part des actes mentionnant des donations est presque toujours inférieure à la moitié ; nombre d'actes en effet règlent les partages de redevances entre le chapitre et les desservants de paroisses, donnant souvent lieu à des appréciations minutieuses sinon tatillonnes. Mais le plus frappant est la faiblesse globale des donations. L'examen des donateurs révèle qu'un tiers sont des gens d'Église : l'évêque123, quelques chanoines, des clercs. Parmi les laïcs sont plusieurs fois cités le roi d'Angleterre ou le comte d'Anjou : Guillaume le Roux qui confirme les coutumes de Savigné et leur ajoute le droit de justice, Geoffroy le Bel qui, après un différend avec les chanoines, leur laisse les fossés allant du Montbarbet à Saint-Ouen au Mans, Henri II, fondateur d'une chapelle dans l'église-cathédrale pour son père Geoffroy, Arthur duc de Bretagne, qui concède un péage124. Ces dons royaux ou princiers témoignent des rapports entre le chapitre et le pouvoir, celui-ci ayant toujours intérêt à entretenir de bonnes relations avec ce qui était le collège électoral de l'évêque, même si son élection par celui-là était une fiction ; encore fallait-il que les chanoines consentissent à la fiction. Enfin, les autres laïcs ont souvent donné une église ou cédé un bien au chapitre après un désaccord : dans les deux cas, la spontanéité est parfaitement absente chez les donateurs. L'affaire est entendue : les laïcs ne s'adressaient guère au chapitre Saint-Julien lorsqu'il s'agissait d'une chose aussi importante que le salut de leur âme ; les prières monastiques leur paraissaient une bien meilleure intercession, ainsi qu'aux chanoines eux-mêmes du reste, comme nous l'avons déjà observé. Ceux-ci menaient un train de vie aristocratique, qui leur fut reproché rudement lors de la révolte déclenchée par la venue d'Henri dit de Lausanne au Mans en 1116125. En outre le chapitre du Mans sut efficacement résister à toute velléité de réforme tout en renforçant son autonomie par le contrôle de l'accès à son propre corps sous l'épiscopat d'Hildebert126.

  • 127 LA 113.
  • 128 CHAPPÉE, A. LEDRU, L.J. DENIS, Enquête de 1245..., p. LXXV.
  • 129 Ibidem, p. LXXVI.
  • 130 Ibid., p. CVIII-CIX.
  • 131 Ibid., p. CXIV.

39Dans la seconde moitié du xie siècle, le chapitre comptait trente-sept chanoines, tous énumérés par un acte de 1067-1070127. La hiérarchie au sein du chapitre semble nettement moins stricte qu'elle ne devait l'être au début du xiiie siècle : le doyen était nommé en première position, suivi du préchantre ; ensuite, les autres chanoines étaient nommés indifféremment, en particulier l'archidiacre, en seizième position, ou les prêtres mêlés à ceux qui n'avaient pas reçu la prêtrise. Avec les dignitaires, le chapitre ne comptait que douze prêtres, soit une position minoritaire qui se perpétuera jusqu'à la fin du xiie siècle128 ; au début du xiiie, le chapitre comportait neuf dignitaires, un délégué du chapitre et quarante-trois prébendes, soit un accroissement sensible de son effectif. Le revenu des prébendes était commun jusqu'à la fin du xiie siècle. Cependant la gestion apparemment défectueuse des biens formant le temporel amena un certain nombre de chanoines à proposer une enquête sur la gestion qui était de la responsabilité du doyen et de l'archidiacre ; grâce à l'appui du pape Célestin III, ils obtinrent la division des biens après 1197129. Vers 1200, les dignitaires du chapitre, le doyen et futur évêque Nicolas en tête, arrachèrent à l'évêque Hamelin des droits considérables dans l'exercice de la justice, avec l'appui du légat pontifical, le cardinal Octavien130. Les chanoines mirent aussitôt à l'épreuve leurs droits nouveaux, ce qui déclencha dans la première moitié du xiiie siècle un nombre considérable de conflits ponctués d'excommunications tant avec les seigneurs laïques qu'avec les autres maisons religieuses : Saint-Pierre-de-la-Cour, Saint-Vincent et La Couture. « Nous avions autrefois un seul évêque, nous en avons maintenant quarante-cinq », telle fut la plainte des seigneurs auprès de Philippe Auguste en 1203 qui ne put que leur conseiller de s'adresser au pape131. La formule a l'avantage de montrer que les tensions n'étaient pas nouvelles.

40Sans surprise, la carte de répartition des églises à la présentation du chapitre montre une concentration autour de la cité épiscopale, la densité diminuant à mesure de l'éloignement.

Chapitre Saint-Julien du Mans

Chapitre Saint-Julien du Mans

Le chapitre royal de Saint-Pierre-de-la-Cour

  • 132 ADS G 479.
  • 133 MENJOT D'ELBENNE et DENIS, Cartulaire du chapitre royal de Saint-Pierre-de-la-Cour..., p. 24, n. 3 (...)
  • 134 R. LATOUCHE, Histoire..., p. 158-159.
  • 135 SPCO 21 : Henri II parle de « capella mea Sancti Petri de Curia ».
  • 136 SPCO 11 et 15.
  • 137 « de communi redditu prebendarum suarum » (SPCO 16).

41Le cartulaire factice de Menjot d'Elbenne a été composé principalement à partir d'un manuscrit de la fin du xviiie siècle du chanoine Guillaume Savare132 qui a transcrit le cartulaire aujourd'hui disparu mais dont il resterait, selon l'éditeur, quelques épaves aux archives départementales de la Sarthe133. Nous connaissons mal les origines de ce chapitre dans la mesure où les premiers actes de donation par les comtes du Maine sont des faux134. L'église du chapitre, située à proximité du palais comtal, était la chapelle des comtes135, d'où son nom (curia, c'est-à-dire la cour comtale). La vingtaine d'actes conservés pour les xie et xiie siècles atteste des relations privilégiées avec ce pouvoir. En revanche, il n'existe que trois actes signalant une donation laïque autre, dont deux concernent les églises de Cormes et de Fay, respectivement en 1096 et entre 1110 et 1125136. Saint-Pierre-de-la-Cour était au fond une chapelle particulière, de haut rang certes, avec laquelle le reste de la noblesse ne se sentait pas d'accointances. Les obligations religieuses des chanoines s'étendaient par contre à tous les membres de la domesticité (familia) comtale. Ils devaient par exemple assister à l'inhumation des maîtres panetiers, échanson et cuisinier ainsi qu'à celle de leurs épouses respectives et enfants. Le chapitre comprenait dix-neuf chanoines au milieu du xiie siècle, ce qui n'est pas mince, époque à laquelle le comte d'Anjou et du Maine Geoffroy le Bel obtint d'eux qu'ils consentissent à la création d'une vingtième prébende, ce qu'ils firent en demandant au comte de s'engager pour lui et ses successeurs à ne pas accroître ce nombre au-delà. Le revenu des prébendes était en effet commun137 aussi n'avaient-ils pas intérêt à être plus nombreux.

  • 138 « Willelmus [...] comes, dedit ecclesie Beati Petri de Curia et canonicis ejusdem ecclesie, sedem (...)
  • 139 SPCO 8.
  • 140 ORDERIC VITAL, The ecclesiastical..., ed. CHIBNALL, vol. II, livre IV, p. 300-302.
  • 141 Actus, p. 387-394 ; B. LEMESLE, les évêques..., p. 175-181.
  • 142 SPCO 16.
  • 143 SPCO 19 et 21.

42Les biens et revenus du chapitre dépendaient par conséquent d'un domaine constitué par les comtes du Maine. Le premier acte de donation authentique émane pourtant de Guillaume le Conquérant ! Il laissa aux chanoines l'emplacement d'une tour ancienne de la muraille gallo-romaine qu'il avait fait détruire, située devant leur église, ainsi que les fossés, les terrains proches et une partie des murs de la cité avec les revenus qui y étaient liés138. Acte qui en dit long sur la fidélité normande du chapitre dont il n'est pas téméraire d'imaginer la réserve sinon l'hostilité à l'égard de la rébellion des barons de 1069. Un autre document daté de 1082 ou de 1083 qui énumère les obligations militaires d'un vassal du chapitre mentionne son devoir d'ost en Angleterre et en Normandie139 ; ces lieux, quoique non exclusifs, renvoient sans conteste à la domination normande sur le Maine et permettent de caractériser le chapitre comme un puissant relais de celle-ci dans la cité. L'autre relais était l'évêque, Hoël, qui fut tiré de la chapelle ducale normande et investi par Guillaume le Conquérant140. Mais Hoël était loin de pouvoir disposer du soutien de son propre chapitre dont certains chanoines étaient acquis à l'Anjou. Après la mort du Conquérant, une partie de son clergé se révoltera à l'occasion de la rébellion des barons manceaux et en phase avec elle141. Au xiie siècle, les faveurs comtales se poursuivirent. Les chanoines disposaient sous Geoffroy le Bel d'une partie des revenus des foires de la Pentecôte et de la Nativité qu'ils devaient partager avec le comte142. Henri II favorisa son chapitre à deux reprises au moins, auprès de l'évêque Guillaume de Passavant pour la restitution de l'église de Fay, puis auprès de son sénéchal pour une terre à Roëzé143.

Marmoutier et Saint-Aubin d'Angers

Implantation des abbayes de Marmoutier et de Saint-Aubin d'Angers dans le Haut-Maine

Implantation des abbayes de Marmoutier et de Saint-Aubin d'Angers dans le Haut-Maine
  • 144 ADSH 2022.
  • 145 « Idem episcopus, omnibus et maxime personis religiosis desiderans providere, et intelligens quod (...)
  • 146 SAA 631.
  • 147 M. PACAUT, Louis VII..., p. 106 et 125 ; PIOLIN, Histoire..., t. 4, p. 68-69.

43Parmi les nombreux établissements monastiques hors diocèse implantés dans le Haut- Maine, Marmoutier et Saint-Aubin d’Angers sont les deux plus importants. L'étude de la répartition géographique de leur implantation trahit à la fois l'origine de leurs principaux donateurs et la base de la maison-mère. Les fondateurs des prieurés ou leurs donateurs importants appartiennent aux mieux connus des groupes de parenté aristocratiques. Pour Marmoutier, ce sont le vicomte Raoul IV de Beaumont, Gervais II de Château-du-Loir, Robert le Bourguignon, Hugues de Braiteau. L'évêque Guillaume de Passavant (1145- 1187) fonda le prieuré Saint-Martin au Mans sur la rive droite de la Sarthe144 car il fallait, affirme le rédacteur des Actus, que les moines puissent disposer d'un lieu pour séjourner puisque leurs affaires les amenaient fréquemment au Mans ; il apporta à cette occasion à l'abbaye un soutien financier parce qu'elle connaissait des difficultés de trésorerie145. Pour Saint-Aubin d'Angers, nous rencontrons les vicomtes Raoul IV et Raoul V, Jean de La Flèche et des barons comme Guillaume Riboul et Gaudin de Malicorne ; Robert de Bellême donna son accord aux donations en faveur du prieuré d'Avezé146. Les plus notables de ces personnages avaient un ancrage géographique périphérique et disposaient de biens hors du diocèse, y compris les vicomtes dont l'aire d'influence dépassait largement les limites du comté ; l'évêque Guillaume de Passavant était lui-même issu de la Saintonge par son père homonyme et de l'Anjou par sa mère (il était neveu de l'évêque d'Angers puis archevêque de Reims Renaud de Martigné)147. Quant aux donateurs de la frange inférieure, ce sont les vassaux de ces barons, comme en témoignent les confirmations, vassaux implantés dans les fiefs proches des prieurés.

Nouvel essor monastique au xiie siècle

  • 148 Cne de Vibraye.
  • 149 Voir la liste des établissements dans A. Bouton, Le Maine..., p. 239-240.
  • 150 A. VAUCHEZ, La sainteté...
  • 151 ADS : H 520 ; CDL 81.
  • 152 ADS : H 1372.
  • 153 E. VALLÉE, R. LATOUCHE, Dictionnaire..., p. 321.

44Alors que les grandes abbayes bénédictines consolidaient leurs domaines au xiie siècle, de nouveaux établissements voyaient le jour. Certains restaient attachés à l'ordre de saint Benoît, tandis que d'autres adoptèrent des règles différentes ; néanmoins aux yeux de leurs fondateurs ce qu'ils avaient en commun transcendait leurs différences. Demeurés dans l'ordre bénédictin (abbaye du Gué-de-Launay148) ou bien liés à Saint-Etienne de Grand- mont (dans la forêt de Bercé), à la règle augustinienne (Beaulieu au Mans, Château-l'Her- mitage), à Cîteaux (Perseigne, Sainte-Marie de Champagne), leurs fondateurs manifestaient que la garantie de leur salut passait par le soutien accordé à des établissements149 dont le fondateur spirituel possédait les caractéristiques de la sainteté : le phénomène est bien connu150. La plupart de ces lieux furent d'abord des ermitages ; autour de l'ermite, une poignée de personnes se rassemblait. Aux yeux des fidèles nul besoin de canonisation (encore qu'à cette époque elles furent facilement accordées) pour reconnaître en ces hommes des saints. Les grands seigneurs ne furent pas en reste. Le comte du Maine Hélie donna Château-l'Hermitage à l'ermite Gilbert tandis que ses successeurs les comtes d'Anjou Foulques et Geoffroy le Bel confirmaient la fondation puis donnaient l'église et ajoutaient un bâtiment avec les droits sur la forêt151. En 1109, le monastère d'Etival-en-Charnie était fondé par le vicomte Raoul V après la mort du fondateur spirituel Alleaume ; ce dernier avait déjà bénéficié de la générosité du vicomte qui lui avait accordé le lieu de Saint-Nicolas dans la forêt de la Charnie. Le succès de l'ermite auprès des populations qui s'y rassemblaient fut le prétexte à bâtir une maison et à régulariser la dévotion qui s'y manifestait. La conviction spirituelle du vicomte n'allait pas sans le souci de canaliser une ardeur difficilement contrôlable : comme les disciples d'Alleaume appartenaient aux deux sexes, le monastère double fut placé sous l'autorité de sa propre sœur Godehilde, qui en fut la première abbesse. À la fin du siècle, en 1197, les biens dont disposaient le monastère étaient importants ; à l'évidence le domaine ne devait pas tout à la générosité des vicomtes : outre l'église Saint-Nico- las, le monastère possédait seize chapelles et une longue liste de « terres » et de dîmes situées à l'ouest du Mans sur une aire couvrant la partie occidentale du Haut-Maine et le Bas- Maine ; les religieuses disposaient de tous les droits d'une foire et de la justice y compris criminelle, qu'exerçaient leur sénéchal et un allocator, le vicomte se chargeant de l'exécution des condamnés à mort152. Sans atteindre la prospérité des abbayes traditionnelles, celle- ci et quelques autres connurent un beau développement (mais il y eut aussi des échecs, comme l'abbaye du Hallais153).

  • 154 ADS : H 84.
  • 155 Fondée en 1124 (IAB 1).
  • 156 A. GUERREAU-JALABERT, « Aliments symboliques... »

45Les laïcs fondateurs appartenaient à la couche la plus élevée de l'aristocratie : en ce sens aucune différence n'est sensible par rapport au siècle précédent. Je relève, outre ceux déjà cités, Rotrou de Montfort, bienfaiteur de l'abbaye du Gué-de-Launay fondée par l'un de ses vassaux, Guillaume de Souday154, Guillaume III de Bellême et ses successeurs (Perseigne), Payen de Sourches (fondateur de l'abbaye de Tironneau), Foulques Riboul (abbaye de Champagne), Bérard de Sillé (abbaye de Beaulieu155). L'engouement pour de nouveaux établissements traduit la confiance modérée des laïcs envers les ordres existants, désormais trop bien installés pour être identifiés à une image mentale de la sainteté. L'attrait exercé par les ermites ou les prédicateurs comme Robert d'Arbrissel s'exprimera bientôt dans la littérature chevaleresque où l'Église est principalement et positivement représentée par des personnages ayant choisi le retrait du monde156 ; la transfiguration du réel qui caractérise toute fiction littéraire faisait des ermites et personnages saints les vrais intercesseurs ; l'effacement des évêques, prêtres ou moines traduit cette distance méfiante des laïcs face à l'Église institutionnelle. Pour autant, il n'y avait pas de rejet global ; les nobles laïques conservaient souvent les liens spirituels traditionnels, d'autant plus que les monastères abritaient la sépulture de leurs ancêtres. La mentalité de l'époque les amenait à multiplier les assurances sur l'au-delà, tout comme les établissements religieux qui établissaient des accords de confraternité.

  • 157 J. DALARUN, L'impossible sainteté..., p. 17.
  • 158 « Idem episcopus utilitati omnium, et maxime personis religiosis, ex caritate cupiens providere, i (...)
  • 159 Supra p. 74.
  • 160 SPC 149 et 150.
  • 161 LC 132.
  • 162 LC 145 et 291.

46Les évêques également suivaient l'air du temps. Hildebert de Lavardin eut de la sympathie pour Robert d'Arbrissel157. Guillaume de Passavant mit à la disposition des moines de Cîteaux de passage au Mans une salle et une chapelle à l'intérieur de la maison épiscopale avec des serviteurs chargés de pourvoir à leurs besoins158. Le chapitre Saint-Julien, à la fin du xiie siècle ou au début du xiiiè, passa un accord de confraternité avec l'abbaye Sainte-Marie de Champagne qui valut à cette dernière la tutelle et la protection du chapitre. Outre les raisons religieuses et un évident moyen de contrôle, je vois volontiers dans cet accord un coin enfoncé dans la zone d'influence de la Couture avec laquelle les chanoines étaient en mauvais termes à cette époque159. Le phénomène est connu : l'implantation des nouveaux établissements, quoique presque toujours située dans des régions forestières, faisait de l'ombre aux anciens car ils captaient des aumônes et perçurent des dîmes. L'abbaye de Champagne et la Couture eurent un différend au sujet des dîmes avant qu'un accord fût trouvé vers 1189160. Saint-Vincent s'opposa à Perseigne à propos de l'aumône d'une vigne ; l'abbaye cistercienne la rendit à Saint-Vincent moyennant un dédommagement161 tandis qu'une nouvelle discorde les amena, en 1204, à un trouver un accord sur les dîmes et à procéder à un échange de terres ; les deux abbayes délimitèrent ainsi clairement leurs zones respectives d'influence en se promettant de ne rien acquérir dans celle de l'autre162.

  • 163 G. LOUISE, La seigneurie..., t. 2, p. 175.
  • 164 « in signum mere libertatis ac perpetue eleemosyne domos [...] aliqua cruce signent » (PER 1).
  • 165 A. CHÉDEVILLE, « Immunités... »
  • 166 « liberos et quietos in terra et aqua ab omni taillia, et exercitu, et equitatu, et thelonio, et p (...)

47Les nouveaux établissements ne reçurent pas seulement de leurs fondateurs laïques des biens fonciers et des droits ; ils obtinrent la liberté. Non pas la nôtre, fondée sur les Droits de l'Homme, inopérante pour comprendre celle de ce temps, et pas davantage celle de l'empire romain qui était celle du citoyen. L'acte de fondation de l'abbaye cistercienne de Perseigne daté du 11 juillet 1145 en fournit une définition. Le fondateur laïque, Guillaume de Ponthieu (c'est-à-dire Guillaume III de Bellême : 1103-1171163), après avoir décrit les biens et droits d'usage dans la forêt précisa que les moines et leurs successeurs pouvaient enclore leurs possessions avec fossés, haies, palissades ou pieux et, « en signe de pleine liberté et de franchise perpétuelle, [tracer] une croix sur leurs maisons »164. Puis il énuméra les caractères de la liberté ; les moines et leurs hommes étaient libres des redevances suivantes : tonlieu, passage, péage, coutumes, tailles, corvée, halage, havage, boisselage, réparation des routes, ponts, villes et ouvrages fortifiés, enfin, pour être sûr de ne rien oublier, de toute coutume ou exaction séculière. Avec la redondance habituelle, l'acte ajoute que les possessions de l'abbaye étaient exemptées des droits auxquels pouvaient prétendre les seigneurs. Enfin, les religieux reçurent la justice pleine et entière. Comme l'a remarqué A. Chédeville, l'immunité du domaine constituait une liberté pour l'Église165. Parmi les hommes de l'abbaye, Guillaume a donné aux religieux un bourgeois avec ses biens, afin qu'il puisse traiter en leur nom leurs affaires extérieures ; l'héritier de ce bourgeois devait pouvoir disposer de sa maison. D'une façon identique, le roi Henri II, en confirmant les biens et droits du prieuré de Bercé rattaché à l'ordre de Grandmont en 1177, donna l'autorisation aux religieux d'enclore leur domaine et leur fournit quatre hommes pour les servir. Là aussi, l'acte énumère tous les droits et redevances dont ces hommes étaient exemptés (et nous retrouvons à peu près les mêmes, l'ost et la chevauchée en plus ; cependant le roi retint l'homicide)166 ; ces hommes, donnés par le roi, sont dits libres de toutes ces redevances, comme le bourgeois donné par Guillaume de Bellême à Perseigne. La liberté se conjuguait fort bien à la dépendance ! Les hommes libres de l'abbaye ne l'étaient qu'au regard de l'autorité publique représentée par le seigneur laïque, pas vis-à-vis des moines qui fixaient leurs exigences et auxquels ils seraient désormais assujettis. La liberté comme entrée dans la communauté monastique caractérisait tous ses membres à l'intérieur de limites définies avec soin et bien visibles.

Conclusion

  • 167 TV 14.

48La grande vague des donations s'était donc propagée bien avant la visite du pape Urbain II qui a cependant provoqué son gonflement subit. Cette vague suivit les refondations des deux grandes abbayes mancelles connaissables pour lesquelles s'entremêlent motifs religieux et motifs politiques. Il ne fait aucun doute que l'abbaye Saint-Vincent a été refondée par un évêque issu de Bellême en réaction contre la Couture, l'abbaye des comtes : décalque parfait des rivalités politiques du temps. Nous ne devons pas oublier pour cela qu'à l'époque pré-grégorienne politique parentale et politique religieuse allaient de pair : la fondation d'un monastère était celle d'une nécropole familiale, d'un établissement dont les saints devenaient les protecteurs des membres d'une lignée. D'ailleurs, une rivalité politique n'était nullement un obstacle insurmontable à la dotation en faveur d'un même établissement : ainsi Gervais de Château-du-Loir figure-t-il parmi les premiers bienfaiteurs de la Trinité de Vendôme167 ! Le choix de l'abbé Gauzbert par le comte du Maine était dû à sa réputation religieuse dans la région de la Loire. Il reste que les intentions des fondateurs ne sont pas toujours spécialement formulées par la documentation : les deux personnages sur lesquels une appréciation est possible sont l'évêque Gervais, qu'il faut renoncer à considérer comme un agent des Bellême en dépit de sa filiation maternelle, et Hélie de La Flèche. Pour le premier nous aurons l'occasion de confirmer que les motifs religieux ont certainement supplanté les raisons politiques ; quant au second, il ne fut pas un fondateur mais il se comportait comme l'héritier spirituel (et charnel) des comtes du Maine : la faveur dont il témoigna envers la Couture procédait du prestige exercé par cette abbaye et de la légitimité religieuse grâce à laquelle il parait son pouvoir politique acquis par la force. L'effet d'entraînement des fondateurs sur leurs vassaux, plus facile à apprécier pour les Bellême que pour les comtes, ne doit pas conduire à une vue trop exclusive : il existait d'autres bienfaiteurs que les vassaux directs, d'une part, d'autre part nombre de lignages étaient loin de limiter leurs aumônes à un seul établissement ; de la même manière, si chaque monastère avait sa zone d'influence préférentielle, les chevauchements entre la Couture et Saint-Vincent sont visibles. Ils témoignent d'ailleurs, nous aurons l'occasion d'y revenir plus longuement, de la rétraction de l'influence comtale à partir du milieu du xiie siècle dans le nord-est du comté au profit des Bellême. À partir du milieu du xiie siècle, une nouvelle génération de fondateurs se manifesta, certes moins élevée sur l'échelle sociale que la précédente, mais toujours située au niveau immédiatement subcomtal ; les nouveaux établissements connurent pour certains une belle prospérité et bénéficièrent d'une protection et d'une bienveillance au plus haut niveau : celui du comte d'Anjou puis du roi d'Angleterre.

49L'apogée documentaire est marqué par l'offensive idéologique des moines en faveur des transferts de biens d'Église à leur profit. La lecture brute de la documentation livre une liste impressionnante d'églises, de terres, de droits, de dîmes, de fondations de prieurés ; le succès est incontestable du point de vue de la reconstitution du temporel. Plusieurs réserves viennent cependant tempérer l'évidence du succès. La première réside dans la nature de la documentation qui permet rarement d'apprécier quelle(s) part(s), en termes de biens fonciers comme en termes de revenus, ont été remis aux établissements ecclésiastiques, en dépit de certaines précisions ponctuelles, sur les dîmes notamment. Les parts de biens demeurant aux mains des donateurs ne figurent pas dans nos documents. Ce n'est qu'occasionnellement, souvent aux générations suivantes, que nous apprenons que les restitutions furent le plus souvent partielles. Le chapitre suivant nous permettra d'évaluer de plus près les modalités et la complexité de certaines d'entre elles. La deuxième réserve est liée aux résistances évidentes suscitées par un transfert d'une pareille ampleur ; je laisse pour le moment de côté celles provoquées par les parents des bienfaiteurs, les fils en particulier, pour n'évoquer que celles occasionnées par les donateurs eux-mêmes, plus rarement signalées que les premières par les historiens. Elles furent vaincues par le patient mais acharné effort de conviction des moines, par un travail idéologique qui devait avoir un autre effet que celui qui est observable dans l'immédiat, en l'occurrence les flux d'aumônes. En mettant l'accent sur l'au-delà et sur les conditions du salut, sur le caractère impie de la détention d'espaces sacrés, les moines favorisaient une évolution de la perception religieuse, une approche plus personnelle de la religion, plus interrogative sur les rapports avec le divin. En ce sens, le succès des moines noirs a eu son revers dont l'effet le plus visible est le détournement des monastères traditionnels au profit de nouveaux établissements. Succès et revers. Le couplage de ces deux termes est assez banal pour que nous l'acceptions facilement. Il pose pourtant la question délicate de l'emprise du monde monastique sur la société aristocratique. C'est cette question que j'aborde maintenant.

Annexe

50Remarques sur les caractères internes des actes originaux de Saint-Vincent et de Marmoutier

  • 168 A. CHÉDEVILLE, Liber controversiarum..., p. 23.
  • 169 Sept actes : ADS, H 90 et 91.
  • 170 La plus grande (en millimètres) : 116 x 216 à 225, en raison de son irrégularité ; la plus petite  (...)
  • 171 H 90 correspondant à LC 65, 66 et 306.

51Les quelques actes originaux de Saint-Vincent datés du xiie siècle ne peuvent pas être comparés à ceux de la période précédente puisqu'ils n'existent plus. A. Chédeville les a comparés avec la copie formant le Liber controversiarum, ce qui lui a permis de relever quelques lapsus mais d'estimer la copie satisfaisante dans son ensemble168. Les pièces169, toutes en parchemin, sont de taille assez réduite170, de format rectangulaire parfois irrégulier. L'écriture y est petite et serrée : l'interligne ne dépasse pas huit millimètres et deux fois se limite à cinq. On peut déceler une même main dans trois actes passés en 1186-1187171. La totalité des pièces est couverte par l'écriture sur le mode de la carta non tranversa (parallèle au côté le plus long), les témoins étant présentés en ligne et non en colonnes : les caractéristiques externes rejoignent les remarques sur la forme interne. Le souci de rationalité l'emporte ; l'acte est fait uniquement pour être utile, sans préoccupation décorative.

  • 172 ADS : H 359 et 361.
  • 173 Respectivement, en millimètres : 268 x 165 et 403 x 255.
  • 174 H 359, 362, 360, 363.
  • 175 MM 8 Sablé.
  • 176 ADS H 2022.

52Les pièces originales de Marmoutier permettent d'observer l'évolution de leurs caractères externes. Onze seulement intéressent mon corpus, ce qui n'est pas beaucoup mieux que pour Saint-Vincent, mais leur répartition entre le milieu du xie siècle et le milieu du xiie justifie leur description. Les deux plus anciennes pièces sont des notices non datées, certainement antérieures à l'acte du 28 septembre 1067 ou 1068172, de taille moyenne, un peu irrégulières173. La liste des témoins est disposée en colonnes ; dans un cas, deux colonnes sont situées dans la moitié gauche. De la même manière, un intervalle important (soixante- dix millimètres) a été laissé entre le dispositif et la liste des témoins, puis un nouvel espace entre cette liste et le bas de la pièce (quarante-cinq millimètres) : des ajouts possibles étaient donc prévus aussi bien pour les témoins que pour le dispositif. La disposition des deux notices est identique à celle de l'acte qui est une grande pièce où les souscripteurs sont disposés sur six colonnes. Par rapport à ces trois pièces, les suivantes offrent des caractères différents qui les rapprochent des actes de Saint-Vincent du xiie siècle. La plus ancienne de cette série174 a été datée par E. Laurain entre 1068 et 1084175. L'écriture y est encore relativement large (avec un interligne de vingt millimètres) alors que pour toutes les autres l'interligne varie entre huit et dix millimètres. Les découpages sont variables, plusieurs fois irréguliers, et presque toujours l'écriture occupe la totalité de l'espace, ne laissant guère de marges ; trois fois elle est non transverse, ce qui rappelle les actes de Saint-Vincent. Lorsqu'il y a une liste de témoins, elle est présentée à la suite du texte, en ligne. Quatre chirographes ne présentent pas de disposition différente par rapport aux notices. Enfin l'acte de fondation du prieuré de Saint-Martin près du Mans par l'évêque Guillaume de Passavant est une grande pièce de deux cent cinquante millimètres de large sur trois cent dix de haut176. L'évolution générale visible va donc vers un souci d'utilisation plus rationnelle du parchemin lié à la multiplication des transactions et des conflits induits par celles-ci avec l'abandon d'un type de disposition qui répond à l'évolution des caractères internes tels que nous avons pu les observer à travers les actes de Saint-Vincent ; la période d'inflexion se situe vers 1060- 1070, époque à partir de laquelle commencent d'apparaître les notices narratives.

Notes

1 A. BOUTON, Le Maine..., p. 132.

2 SV 3 et Actus, p. 84-87.

3 SV 9.

4 SV 10.

5 A. CHÉDKVILLE, Liber controversiarum..., p. 10.

6 Actus, p. 83 et 88.

7 Actus, p. 354.

8 J.-B. COLOMB, Mémoire..., p. 28.

9 SV 12 ; ce dernier lieu ne peut être identifié : dix-huit noms dans le Haut-Maine y répondent dont plusieurs peuvent convenir.

10 PIOLIN, Histoire..., t. 3, p. 49.

11 « quemdam consanguineum meum » (SV 62).

12 J.-B. COLOMB, ibidem, p. 30. L'abbé Avesgaud n'était pas le premier depuis la restauration car il succéda à l'abbé Frédéric (BUSSON et LEDRU, Nécrologe-obituaire..., p. 235 et SV 761). Dom Colomb a ignoré cet abbé qui est mentionné dans le nécrologe avec un de ses chanoines, ce qui permet d'inférer que le rétablissement des moines a été au plus tôt contemporain de l'abbé Frédéric.

13 « synodales exactiones, circuitiones, relevationes omnes » (SV 13).

14 « predicte oblationes non dividantur vagantibus clericis ; sed ecclesie tantummodo servitoribus assiduis, vel episcopi capel- lanis canonicis et sancto Vincentio » (Actus, p. 370).

15 SV 304.

16 Voir supra, p. 25.

17 A. CHÉDEVILLE, Liber controversiarum..., p. 49.

18 Actus, p. 377 et 387.

19 Sans doute est-ce la raison pour laquelle le chapitre Saint-Julien conçut des sentiments mêlés à l'égard de l'abbaye ; jalousie pour une part, mais désir d'obtenir le bénéfice des oraisons monastiques d'autre part. Vers 1097-1100 les deux établissements mirent fin à une querelle qui les opposait grâce à un accord de confraternité dans lequel il était stipulé que les chanoines, qui bénéficiaient également de la sépulture à l'abbaye, transféreraient leurs défunts en un lieu plus digne, c'est-à-dire proche du cimetière des moines et non plus commun avec celui des laïcs (SV 87).

20 A. CHÉDEVILLE, Liber controversiarum...

21 SV 3, 4, 5, 11 : il s'agit d'actes de donation du temps de l'évêque Domnole contenus dans les Gesta Aldrici pour les trois premiers et d'un acte de Charles le Chauve du 12 octobre 873 pour le dernier.

22 Deux sont identifiés : Buis, dans la commune actuelle de Coulaines et Souillé (canton de Ballon) ne font pas partie du domaine des xie et xiie siècles. Les autres sont : Fraxnetum (La Fresnaie ; plusieurs toponymes possibles), Mansiones (dans le Bas-Maine ; in vicaria Diablentica), Bariacum (Barillé, soit à Aigné, soit à Rouillon), Sadernia- cum et Valles Petrosa.

23 SV 62, 229, 304, 573, 629, 630, 765, 834, 835.

24 « per ammonitionem Ivonis » (SV 610) et SV 608.

25 Voir infra, p. 106.

26 ADS : H 84.

27 D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 23 ; A. CHÉDEVILLE, Liber controversiarum..., p. 58.

28 « bac concessione facta ante episcopum » (SV 344) ; « actum fuit in presencia Guitlelmi, Cenomanensis presuli » (SV 848) ; « Hec conventio primum facta est apud Noentum in domo monachorum [...]. Postea venit Teobaudus apud Ceno- manum et inde donum posuit super altare » (SV 751) ; aussi : SV 330, 649, LC 89, 11, 26, 51.

29 A. CHÉDEVILLE, ibidem, p. 21.

30 J. H. LYNCH, Simoniacal Entry..., p. 16.

31 Voir à ce sujet, concernant Cluny qui fut à l'origine de ce culte de la mémoire individuelle des morts, l'étude de Dominique Iogna-Prat, « Les morts dans la comptabilité céleste des Clunisiens de l'an Mil », Religion et culture..., p. 55-69 (p. 62).

32 Voir D. IOGNA-PRAT, Ordonner..., p. 212-217.

33 ms 95.

34 A. CHÉDEVILLE, ibidem, p. 24.

35 Tous les actes sont antérieurs à cette date à laquelle plusieurs d'entre eux sont vidimés. Les rouleaux sont connus par une copie du xviie siècle (BN latin 5444 p. 513-648).

36 D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 30 et svtes.

37 SV 607.

38 SV 139 : 1er mai 1100.

39 Par exemple SV 835 qui commence directement par le dispositif ou SV 549.

40 SV 761, 536.

41 SV 115 et 573 par exemple. Sur les signa : M. PARISSE, « Croix autographes

42 SV 605 et 624.

43 Par exemple SV 536.

44 p. 45.

45 « donum super altare ».

46 « Memoriam posterum ignorare non volumus » (SV 123).

47 Par exemple SV 587.

48 Il a fallu renoncer à les recenser toutes : elles dépassent la quarantaine et leur répartition chronologique est telle qu'il faut aussi renoncer à l'espoir d'identifier des scribes à l'emploi de formules qui seraient propres à chacun. Les plus employées (« Notum esse volumus (ou volo) » et « notum fieri volumus ») sont en fait reprises aux actes de type ancien. Les plus originales mentionnent explicitement leur rôle de conservation de la mémoire.

49 L'absence de distinction opérationnelle entre acte et notice dans les actions judiciaires apparaît dans un plaid (SV 481) où les moines de Saint-Vincent exhibent, à titre de preuve, une notice (cartula) contenant la liste des témoins, effectivement contenue dans le cartulaire (SV 480) : sa valeur probatoire ne fait aucun doute. Sur ce point voir aussi
D. Barthélemy, La société..., p. 65 ; du même auteur, « Une crise de l'écrit ? ; Chantai Senséby : « Une notice fausse... », p. 90-91.

50 SV 38.

51 A. CHÉDEVILLE, Liber controversiarum..., p. 23.

52 L.. CÉLIER, Catalogue..., p. 37.

53 LC 114, 90, par exemple.

54 A. CHÉDEVILLE, Liber controversiarum..., p. 43.

55 « licet videretur antiquum, nullius tamen sigillo signatum erat » (LC 267).

56 « sigillo signatam » (ibidem).

57 LC 78.

58 Par exemple SV 229, daté d'environ 1067.

59 SV 364, par exemple.

60 « hujus rei concessionem super altare Sancti Vincentii posuerunt » (SV 788).

61 SV 649.

62 LC 48.

63 A. CHÉDEVILLE, Liber controversiarum..., p. 43.

64 Une exception à ma connaissance, SV 576, daté du 24 octobre 1098 ; mais il s'agit là d'un phénomène de contagion facilement explicable : les rédacteurs monastiques ayant pris désormais l'habitude de mentionner le rituel dans les notices pouvaient laisser passer quelques modifications formelles dans des actes.

65 « perrexerunt monachi Sancti Vincentii [...] placitare in curiam Chadurciarum, et ostenderunt banc presentem cartulam cum testibus » (SV 481).

66 Une donation d'Aubri de La Milesse précise : « Hujus ergo emptionis testium vocabula voluit subtitulari dextera notatoris » (la main du scribe a voulu signaler ci-après les noms des témoins de cet achat) ; la liste qui suit mentionne Eudes, scribarius, qu'on supposera être le rédacteur (SV 50).

67 SV 432, 640, 787, 776, 272.

68 « apud castellum Bellimonti, in cubicalo Hugonis filii Gosberti » (SV 36) ; de même SV 73.

69 « in Bresnait existentes » (SV 635) ; Brénard : canton de Bazoches-sur-Hoène (Orne).

70 SV 635.

71 « Transacto deinde parvo temporis intervallo, supramemoratus Bernerius Forslignet, consilio et ammionitione domni Raginaldi abbatis, dedit Sancto Vincentio ecclesiam de Contilliaco » (SV 598).

72 « precatu et ammonitione » (SV 706).

73 Par exemple SV 44.

74 Voir à ce sujet un développement de D. Barthélemy, La société..., p. 53-57.

75 MM IX Château-du-Loir.

76 MV 18 entre autres.

77 « societatem et bujus loci orationes acceperunt » (SV 272).

78 «... accipiens societatem nostri monasterii, dedit [...] ut, in cymiterio quod ad mortem suant eligeret, videlicet bujus loci vel Sancti Petri de Soldiaco, ibi eum sepelerimus vel sepeliri faceremus » (SV 204) ; «...dedit [...] pro sepultura sua [...] et accepit societatem loci » (SV 284).

79 « si ego volo esse monachus, sim propter hoc [le don) » (SV 101). Voyons encore à Marmoutier : « oracionum et beneficium ecclesie nostre se participem et fratrem fieri postulavit, et ut saltem in extremo vite exitu monachilem habitum mereretur accipere [...] poposcit » (il demanda à être fait frère et associé à la faveur des prières de notre église, afin de mériter de recevoir, au moins à l'article de la mort, l'habit monastique) (MM 21 Sablé). De même en Anjou, J. Avril montre à partir des documents sur les abbayes de la Roë et de Saint-Serge que l'association aux bienfaits spirituels s'accompagnait de la promesse de se faire moine adsuccurrendum ou au moment qui convenait aux postulants (J. AVRIL, Le gouvernement..., p. 280-282).

80 « ut cum patre suo et matre in Sancti Laurenti fraternitatis rotulo conscriberemus » (SV 93).

81 Ainsi le 7 mai 1191 : « participem esse totius beneficii abbacie » (LC 113).

82 Par exemple : « me concesserunt esse participem et anniversarium obitus mei commemorationem » (LC 114).

83 Par exemple Garin d'Eporcé (SV 420).

84 Actus, p. 101.

85 SPC 6.

86 G.M. OURY, « La reconstruction... »

87 L.J. DENIS, Chartes..., p. 2, n. 2.

88 G.M. OURY, ibidem. L'auteur suppose que la refondation de la Couture par Gauzbert aurait eu lieu vers 1002- 1003 mais ses arguments sont fragiles, d'autant plus qu'il admet les donations d'Hugues II dont il pense qu'elles ne furent pas postérieures à 989 et que l'évêque Sigefroy n'aurait sûrement pas revêtu l'habit « ad succurrendum » si le monastère n'avait pas acquis une certaine notoriété et repris une vie normale ; or l'évêque mourut entre 997 et 1004. D'autre part Hugues II était mort en 992 : la refondation est nécessairement antérieure à cette date. L'hypothèse de G.M. Oury, dont il admet lui-même la fragilité, consiste à penser que Gauzbert serait intervenu après une première refondation alors que le chroniqueur de Saint-Julien de Tours lui en attribue la fondation. Cependant, celle-ci a pu se faire avant la promotion abbatiale de Gauzbert, comme cela fut le cas pour les monastères de Maillezais et de Bourgueil.

89 SALMON, Recueil des chroniques de Touraine, p. 228, cité par G.M. Oury, ibid.

90 SPC 6.

91 R. LATOUCHE, Histoire..., p. 18.

92 A. DE DIEULEVEULT, La Couture..., p. 17.

93 BM, ms 198.

94 BM, ms 91 bis.

95 BN latin 17123.

96 R. LATOUCHE, Histoire..., p. 5 ; A. DE DIEULEVEULT, La Couture..., p. 17.

97 À défaut du cartulaire de cette abbaye, nous disposons de la liste des églises qu'elle patronnait ainsi que des paroisses dans lesquelles elle possédait des biens au XIIIe siècle (SCA 27).

98 A. BOUTON, Le Maine..., p. 241.

99 A. CHÉDEVILLE, « Les restitutions d'églises... »

100 SPC 36.

101 SPC 9, 12, 27, 23.

102 SPC 25.

103 SPC 8 et 9.

104 SPC 4.

105 Les prieurés de Lavaré, de Bernay-en-Cliampagne, de Neuvy-en-Chanipagne, de Saint-Mars-sous-Ballon, des droits à Brûlon (SPC 14, 18, 22, 27, 91).

106 SPC 23.

107 SPC 14 et 54.

108 R. LATOUCHE, Histoire..., p. 116-126 ; SPC 10.

109 SPC 154.

110 G. LOUISE, La seigneurie..., t. 2, p. 181-182.

111 A. CHÉDEVILLE, Liber controversiarum..., p. 39.

112 R. LATOUCHE, Histoire..., p. 85 n. 4 et 5.

113 « de manu laïca donum regiminis acceperat » (RHF, t. XIV, p. 667-668).

114 ibidem, p. 668-669.

115 Supra p. 35.

116 B. LEMESLE, « Le discours... »

117 SPC 26.

118 SAA 748.

119 L. DELISLE, « Notice... »

120 BN latin 17754.

121 Chartularium... ; L. DELISLE, ibidem.

122 A. BERTRAND DE BROUSSILLON, Cartulaire de l'évêché...

123 LA 66, 108, 113, 122, 144, 177.

124 LA 2, 119, 7, 9.

125 Actus, p. 407-415 ; B. LEMESLE, « Le discours... »

126 Actus, p. 435 ; B. LEMESLE, Les évêques..., p. 186-188.

127 LA 113.

128 CHAPPÉE, A. LEDRU, L.J. DENIS, Enquête de 1245..., p. LXXV.

129 Ibidem, p. LXXVI.

130 Ibid., p. CVIII-CIX.

131 Ibid., p. CXIV.

132 ADS G 479.

133 MENJOT D'ELBENNE et DENIS, Cartulaire du chapitre royal de Saint-Pierre-de-la-Cour..., p. 24, n. 3. En fait, les restes de ce cartulaire « retrouvé » ne figurent pas dans les inventaires des archives départementales où je les ai recherchés en vain. À l'époque où le chanoine Savare réalisait sa compilation, nombre de pièces avaient disparu, selon ses propres indications.

134 R. LATOUCHE, Histoire..., p. 158-159.

135 SPCO 21 : Henri II parle de « capella mea Sancti Petri de Curia ».

136 SPCO 11 et 15.

137 « de communi redditu prebendarum suarum » (SPCO 16).

138 « Willelmus [...] comes, dedit ecclesie Beati Petri de Curia et canonicis ejusdem ecclesie, sedem turris antique, que erat ante prefatam ecclesiam, [quam] obruere et a fundo destruere fecit. Dedit etiam fossata et plateas, que inter fossata erant et quibus turris cingebatur, et murum civitatis [...] cum villicatione et omnibus consuetudinibus totis diebus hebdomade, et feodum et dominium » (SPCO 6).

139 SPCO 8.

140 ORDERIC VITAL, The ecclesiastical..., ed. CHIBNALL, vol. II, livre IV, p. 300-302.

141 Actus, p. 387-394 ; B. LEMESLE, les évêques..., p. 175-181.

142 SPCO 16.

143 SPCO 19 et 21.

144 ADSH 2022.

145 « Idem episcopus, omnibus et maxime personis religiosis desiderans providere, et intelligens quod monachi Majoris Monasterii, pro negotiis suis ad aecclesiam Cenouanneusem multociens venire compellebantur, et in urbe illa non haberent ubi caput possent reclinare, in vico qui dicitur Britonaria, vineas, quas fecit extirpari, et domos, quas destrui fecit, multa pecunia adquisivit ; locumque illum, diversis emptionibus ampliatum, predictis monachis, ut ibi certam haberent man- sionem, in perpetua elemosina dedit et concessit. [...] Rursus vice alia audiens episcopus quod abbatia Majoris Monasterii, que in operibus caritatis multa semper expendere consuevit, multis et gravibus debitis obligata teneretur, eidem mise- ricorditer contulit valens C et XL machas argenti. » (Actus, p. 467, 468).

146 SAA 631.

147 M. PACAUT, Louis VII..., p. 106 et 125 ; PIOLIN, Histoire..., t. 4, p. 68-69.

148 Cne de Vibraye.

149 Voir la liste des établissements dans A. Bouton, Le Maine..., p. 239-240.

150 A. VAUCHEZ, La sainteté...

151 ADS : H 520 ; CDL 81.

152 ADS : H 1372.

153 E. VALLÉE, R. LATOUCHE, Dictionnaire..., p. 321.

154 ADS : H 84.

155 Fondée en 1124 (IAB 1).

156 A. GUERREAU-JALABERT, « Aliments symboliques... »

157 J. DALARUN, L'impossible sainteté..., p. 17.

158 « Idem episcopus utilitati omnium, et maxime personis religiosis, ex caritate cupiens providere, in domo sua Cenomannis cameram inferiorem lapideam, et capellam juxta positam, similiter lapideam, personis religiosis edificaverat [...] ; ibique monachi Cisterciensis ordinis, ex quibuscumque partibus, quacumque hora, ad predictam civitatem, ubi nullam aliam habebant mansionem, venirent, a servientibus episcopi, qui ad hoc erant precipue destinati, cum multo honore reci- piebantur, et de bonis episcopi eis sufficienter providebatur » (Actus, p. 462).

159 Supra p. 74.

160 SPC 149 et 150.

161 LC 132.

162 LC 145 et 291.

163 G. LOUISE, La seigneurie..., t. 2, p. 175.

164 « in signum mere libertatis ac perpetue eleemosyne domos [...] aliqua cruce signent » (PER 1).

165 A. CHÉDEVILLE, « Immunités... »

166 « liberos et quietos in terra et aqua ab omni taillia, et exercitu, et equitatu, et thelonio, et passagio, et pontagio, et pedagio, et pasnagio, et ab omni servicio, et consuetudine, et exactione et rebus aliis quae ad me spectant, excepto murtro » (CDL 85).

167 TV 14.

168 A. CHÉDEVILLE, Liber controversiarum..., p. 23.

169 Sept actes : ADS, H 90 et 91.

170 La plus grande (en millimètres) : 116 x 216 à 225, en raison de son irrégularité ; la plus petite : 100 x 154.

171 H 90 correspondant à LC 65, 66 et 306.

172 ADS : H 359 et 361.

173 Respectivement, en millimètres : 268 x 165 et 403 x 255.

174 H 359, 362, 360, 363.

175 MM 8 Sablé.

176 ADS H 2022.

Table des illustrations

Titre Prieurés et églises de l'abbaye Saint-Vincent (jusqu'en 1070. Maine)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17083/img-1.png
Fichier image/png, 524k
Titre Prieurés et églises de l'abbaye Saint-Vincent (C. 1070-C. 1100. Maine)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17083/img-2.png
Fichier image/png, 619k
Titre Églises de l'abbaye Saint-Vincent (après 1100. Maine)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17083/img-3.png
Fichier image/png, 449k
Titre Les Bellême et le domaine de l'abbaye Saint-Vincent
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17083/img-4.png
Fichier image/png, 624k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17083/img-5.png
Fichier image/png, 275k
Titre Répartition des actes et notices
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17083/img-6.png
Fichier image/png, 137k
Titre Domaine de l'abbaye de la Couture (Haut-Maine. Fin du xiie siècle)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17083/img-7.png
Fichier image/png, 978k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17083/img-8.png
Fichier image/png, 120k
Titre Chapitre Saint-Julien du Mans
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17083/img-9.png
Fichier image/png, 651k
Titre Implantation des abbayes de Marmoutier et de Saint-Aubin d'Angers dans le Haut-Maine
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17083/img-10.png
Fichier image/png, 535k

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540