Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La société aristocratique dans le Haut-Maine

 | 
Bruno Lemesle

Chapitre I. Les comtes du Maine et leurs voisins

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Le comté du Maine au xie siècle a été la proie de deux principautés rivales puissantes : l'une, voisine immédiate au Sud, était le comté d'Anjou ; l'autre plus éloignée, le duché de Normandie. En dépit des efforts et de la résistance des comtes, malgré les révoltes des barons du Maine et malgré même la conquête réussie d'un rejeton de la lignée comtale, le comte d'Anjou devait, passé 1110, obtenir le couronnement d'une volonté opiniâtre plus que séculaire. Il était maître du comté du Maine. Dans ce chapitre je vais suivre les comtes du Maine dans leurs tentatives de sauvegarder leur pouvoir. Cela ne m'amènera pas exactement à « faire l'histoire du comté » mais à tenter de comprendre ce que les auteurs de la documentation qui nous informe cherchaient à dire. Car, tout au long du xie siècle, ils ont posé directement ou implicitement la question de la légitimité comtale. La situation de ce comté pris en tenailles aboutira, paradoxe de l'affaiblissement, non à un défaut de comtes mais presque à une pléthore : le siècle connut plus de dix comtes proclamés !

  • 1 J.-P. POLY, E. BOURNAZEL, La mutation..., p. 484.
  • 2 F. FURET, article « Féodalité », p. 191.
  • 3 Je fais ici particulièrement référence aux travaux de D. Barthélemy depuis sa thèse sur la société (...)

2La question de la guerre sera ici récurrente. Celle des « temps féodaux » a été interprétée de diverses façons. Longtemps le paradigme de l'anarchie féodale a dominé. Puis sont venus le doute et la remise en cause avec l'idée que la violence seigneuriale avait présidé à la mise en place d'un système de domination sociale où le châtelain se muait, dans notre représentation, en tyran de canton1 avant que le moindre seigneur ne devienne un tyranneau de village ; c'est la thèse de la mutation féodale. L'image n'est pas nouvelle. Déjà Marat, dans son Éloge de Montesquieu de 1785 caractérisait l'époque féodale comme celle où « le genre humain [gémissait] sous l'oppression d'une multitude de petits tyrans »2. Enfin, prenant appui sur les travaux de l'anthropologie, cette version impliquant l'idée d'un traumatisme social a été rejetée au profit d'une vision invitant à considérer la guerre sous sa forme structurante, d'une part, et d'autre part à réfléchir à l'origine et au caractère intentionnel des images sur la violence féodo-vassalique dont notre propre patrimoine intellectuel a hérité3. C'est sur cette dernière lecture qu'il faut s'attarder en l'appliquant à la société aristocratique mancelle du XIe siècle afin de vérifier dans quelle mesure elle peut nous aider à la comprendre. Il faudra toutefois veiller à ne pas prendre les structures mises au jour et le fonctionnement de leurs éléments pour le sens qu'elles avaient aux yeux de leurs agents. En faisant la guerre, les chevaliers n'avaient certes pas conscience, dans les termes tels que nous les posons, d'avoir une action structurante sur leur société.

Un comté en peau de chagrin

3Le Haut-Maine s'organise géographiquement à partir de la confluence de la Sarthe et de l'Huisne. Il forme une zone déprimée adossée à l'Ouest à une échine de hauteurs provoquées par l'avancée occidentale des terrains anciens durs aux sols froids du Massif armoricain. Ces hauteurs forment un arc par le Nord qui est encore aujourd'hui largement recouvert par la forêt et s'en va rejoindre progressivement vers l'Est les bordures sédimentaires redressées du Perche dont les altitudes s'abaissent peu à peu vers le Sud. Au Nord-Ouest, les points culminants dépassent les trois cents mètres tandis que les collines du Perche se situent aux alentours de deux cents mètres dans les limites du comté, les plateaux de Bonnétable et de Saint-Calais étant encore à plus de cent quatre-vingts mètres. Quoique les formes soient molles dans l'ensemble, elles peuvent localement donner des reliefs heurtés, en particulier dans les secteurs d'amont des rivières ; la Sarthe s'encaisse vigoureusement dans le Massif armoricain en formant des méandres. La dépression centrale dont l'altitude descend à moins de cinquante mètres s'ouvre largement au Sud-Ouest vers la cuvette angevine ; elle est drainée par trois rivières principales dont les vallées facilitèrent les communications. Au Sud, le Loir entaille le tuffeau, sculptant des falaises blanches creusées d'habitations troglodytiques. La cité comtale a pris naissance au cœur de la plaine, immédiatement en amont de la confluence Sarthe-Huisne, sur une butte qui domine la rive gauche de la Sarthe.

Le Haut-Maine
Carte de momenclature

Le Haut-MaineCarte de momenclature

4L'histoire du comté aux xie et xiie siècles a fait coïncider pour une grande part cet espace avec ce qui devint l'aire de l'influence effective des comtes du Maine. C'est donc de géographie historique que je vais m'occuper puisque nous aurons à constater une rétraction progressive de l'espace comtal jusqu'à l'annexion angevine, effective dès la mort du comte Hélie en 1110. Au-delà, non seulement l'histoire politique devient celle des comtes d'Anjou, mais encore la documentation ne mentionne que très épisodiquement les événements spécifiques au Maine.

  • 4 E. VALLÉE, R. LATOUCHE, Dictionnaire...

5Les documents contemporains n'évoquent jamais les limites du comté ni celles du diocèse du Mans ; du reste celui-ci ne paraît pas avoir couvert un espace différent du premier. Pourtant les deux entités ne se présentent pas sous le même jour. Le diocèse, quoique nous n'en connaissions pas le maillage géographique précis avant 1230, disposait d'une structure stable au début de la période avec ses églises qui étaient les sièges des futures paroisses. Au contraire le comté, de création plus récente, entrait dans une phase d'instabilité. Son espace porte les marques de son histoire qui, au long de ces deux siècles, allait être celle d'une lutte pour l'indépendance au premier et de la sujétion à la principauté angevine au second. Le meilleur instrument pour en reconstituer la géographie historique est aujourd'hui le dictionnaire topographique de Vallée et de Latouche, achevé par ce dernier, qui fait le bilan des anciennes indications toponymiques à partir de bases documentaires fiables4. Il rend définitivement caducs les travaux antérieurs, en particulier ceux de Pesche et de Longnon.

  • 5 « pagus Cenomannicus »
  • 6 civitas Cenomanorum, civitas Diablintum.
  • 7 E. VALLÉE..., Dictionnaire..., p. V.
  • 8 J.-P. BRUNTERC'H, « Maine ou Anjou... »
  • 9 « sive in Cenomannico seu in Andecavensi pago » (SAA 317). On notera au passage l'emploi de « pagu (...)

6Le « pays du Mans »5 comprenait le territoire de deux anciennes cités gallo-romaines, la cité des Cénomans et la cité des Diablintes6. Le déclin de la seconde dès le ve siècle l'a fait adjoindre au diocèse et explique les dimensions importantes de ce dernier. Le pays a été, dès l'époque mérovingienne, divisé en seize conditae auxquelles semblent avoir succédé les vicariat7 mais ses limites ont évolué. Entre le ixe et le xie siècle en particulier, le pays du Mans a reculé sa limite méridionale vers le Nord au profit de l'Anjou comme l'a bien mit en valeur Jean-Pierre Brunterc'h qu'il faut suivre8. Entre Sablé et Malicorne, le Maine s'était étendu beaucoup plus largement qu'au xie siècle au sud de la Sarthe. C'était probablement la vallée du Loir qui marquait sa limite méridionale. Cette partie du comté était déjà passée à l'Anjou à l'époque du comte Foulques Nerra (987-1040) ; évolution qui résultait par conséquent de l'action de ses prédécesseurs, probablement Foulques le Roux et Foulques le Bon. Beaucoup plus tard, dans la seconde moitié du xie siècle, la frontière des comtés dans cette région donne l'impression d'être bien connue : l'énumération d'une importante donation en faveur de l'abbaye Saint-Aubin d'Angers se conclut par la mention de l'espace de taxation du château de Malicorne qui s'étendait de part et d'autre de la limite (« dans le comté du Maine ou dans celui d'Anjou »9)

  • 10 E. VALLÉE..., Dictionnaire..., p. VII.
  • 11 MV 17 et 29 ; voir aussi D. Barthélemy, La société..., p. 300.
  • 12 Ibidem, p. 133.
  • 13 Cledeis, Alnetis, Pontiacum, Arteneis, Ruilliacum et multa alia (Actus, p. 353) ; trois sont nette (...)
  • 14 Voir infra p. 27.
  • 15 TV 68.
  • 16 O. GUILLOT, Le comte..., t. 1, p. 55, n. 251.

7Le sud-est du comté présente également une limite mouvante mais cette fois contemporaine de ma période et dont l'évolution est mal connue : il existait une condita Labricinensi ou Labricense dès le vie siècle10 qui se prolongeait le long de la vallée du Loir jusqu'à proximité de Vendôme. Au xiiie siècle Thoré formait la paroisse la plus orientale du diocèse dans cette région. La géographie ecclésiastique, qui n'est véritablement connue que lors de la réorganisation du diocèse en 1230 sous l'épiscopat de Maurice, permet de constater qu'il coïncidait alors avec l'ancien comté. Tout le Sud-Est, qui comprenait les vingt-cinq paroisses du doyenné de Trôo et les vingt-deux de celui de La Chartre, restera manceau du point de vue ecclésiastique. Pas le comté ; les droits du comte du Maine étaient loin d'être partout reconnus. Ainsi Montoire et Lavardin lui échappaient totalement (où l'on voit en revanche le comte de Blois Thibaud III confirmer des donations de Salomon de Lavardi- n à Marmoutier11), en attendant qu'au xiiie siècle ces deux châtellenies rejoignent le comté de Vendôme12. La situation n'était pas encore perdue dans la première moitié du xie siècle. Nous assistons à ce qui fut peut-être une ultime tentative de récupération d'une influence déjà mise à mal. Vers la fin du xe siècle, l'évêque Sigefroy (971-997) avait donné au comte de Vendôme Bouchard 1er les droits sur plusieurs églises proches de la vallée du Loir13. Il attendait de Bouchard qu'il fût son défenseur contre le comte du Maine (Hugues II ou Hugues III). Il s'agissait de biens ecclésiastiques mais là où étaient localisés ceux que nous pouvons identifier l'autorité de ce comte n'était peut-être plus très assurée. Plus tard, vers 1038-1039, après la guerre qui avait opposé victorieusement l'évêque du Mans Gervais de Château-du-Loir à Geoffroy Martel14, le prélat se fit remettre des fiefs dans la région de Montoire15. Gervais avait sûrement agi en tant que fidèle du comte de Blois Eudes II, mort juste avant, en 103716. O. Guillot l'a bien montré, Geoffroy Martel n'avait pas attendu la mort de son père Foulques Nerra pour tenter de consolider ses droits dans le Vendômois. Son échec devait être provisoire. Plus tard, fidèle aux vues de ses ascendants sur le comté du Maine, Geoffroy s'emparera de Gervais, principal obstacle à leur réalisation. Le comte Hugues IV, le protégé de Gervais, se fit le défenseur de son protecteur en même temps que de ses droits en prenant les armes contre le comte d'Anjou. Sa mort signifiera la fin de tout espoir pour le comte du Maine de retrouver une autorité dans cette région.

  • 17 D. PICHOT, Le Bas-Maine..., p. 13-14.
  • 18 B. LEMESLE, Les évêques du Mans..., p. 53.
  • 19 D. PICHOT, ibidem, p. 161.

8Mais une partie bien plus importante en superficie échappait au contrôle comtal : le Bas-Maine, l'ancien pays des Diablintes, où deux grosses seigneuries, Laval et Mayenne, parvinrent à atteindre une puissance que les comtes du Maine au xie siècle ne cherchèrent pas à rabaisser17, bien incapables de le faire car pris par d'autres adversaires plus proches ou plus redoutables (successivement l'évêque Avesgaud et les Bellême puis le comte d'Anjou Geoffroy Martel, en attendant les ducs de Normandie). Le Bas-Maine fut d'ailleurs aussi étranger aux évêques qu'il le fut aux comtes : lorsque l'« Histoire des évêques » (Actus) signale leurs déplacements dans le diocèse, aucun lieu situé à l'ouest de Sillé et de Sablé n'est mentionné18. Les grandes abbayes mancelles (La Couture et Saint- Vincent) n'ont pas non plus beaucoup mordu dans l'ouest du diocèse où leur implantation est restée modeste19.

  • 20 SPC 6.
  • 21 ORDERIC VITAL, The ecclesiastical..., ed. M. CHIBNALL, vol. V, Liv. X, p. 234. Voir la liste p. 18 (...)

9On peut distinguer un comté « officiel » d'un comté réel, celui dans lequel le comte dispose d'une véritable influence, c'est-à-dire là où nous le voyons confirmer des actes ou donner des biens, ou encore où lui-même et ses vassaux exercent sa justice. Au début du xie siècle, Hugues III contrôlait toujours le Saosnois et la forêt de Perseigne20 mais cette région qui fit l'objet des convoitises d'une seigneurie voisine envahissante, celle de Bellême, n'allait pas résister à ces seigneurs au-delà de la mort du comte Herbert Eveille-Chien. Outre leurs importantes possessions dans le nord-est du comté et leurs nombreux vassaux, ils parvinrent à prendre le contrôle des châteaux. Vers 1065-1068, Roger II de Montgommery tenait une cour de justice au château de Lurson tandis qu'à la fin du siècle Orderic Vital en énumère neuf (dont sept identifiés) aux mains de Robert de Bellême21. Au Sud- Ouest, la châtellenie de Sablé regardait plutôt vers l'Anjou et à l'Est Mondoubleau profitait de sa situation en marche. Le comté « réel » correspondait sans doute à peine à la moitié du comté théorique. De ce point de vue, le Haut-Maine, expression postérieure à ma période, a déjà tout son sens. La distinction avec le Bas-Maine qui est avant tout historique correspond aussi à des différences physiques : une véritable frontière forestière les sépare comme d'ailleurs tout le comté l'est de la Normandie au Nord et du Perche à l'Est. L'influence des châtellenies périphériques en revanche ne connaissait pas les frontières. D'une part, les grands châtelains disposaient d'une assise foncière variée, souvent assez éclatée au-delà du noyau, d'autre part la société aristocratique se caractérisait par les relations que ses membres entretenaient entre eux et avec les établissements religieux bénéficiaires de leurs aumônes et nécropoles de leurs morts. L'étude de ces relations nous amènera donc d'abord à assister aux luttes du lignage comtal pour préserver son influence face aux entreprises extérieures puis à son extinction.

Les comtes du Maine avant le xie siècle22

  • 22 La référence en la matière est aujourd'hui constituée par les recherches de Karl Ferdinand Werner (...)
  • 23 A dus, p. 341-348.
  • 24 Fragments de chartes du Xe siècle provenant de Saint Julien de Tours, ed. Grandmaison, Paris, 1886 (...)

10Les Actus relatent comment à la fin du ixe siècle, au temps du roi Eudes, un usurpateur du nom de Roger fut chassé du Mans par Robert, frère du roi, sur ordre de ce dernier, et remplacé par Gauzlin. Gauzlin ne devait pas parvenir à se maintenir en place ; il allait à son tour être expulsé de la cité par Roger23. Ce personnage était lié aux Carolingiens : en ayant épousé Rothilde, Roger était devenu gendre de Charles le Chauve ; son intervention dans le Maine était destinée à créer des difficultés au roi Eudes. En dépit de l'excommunication de l'évêque, Roger se maintint au Mans d'où il chassa le prélat. En 900, c'est son fils Hugues qui est mentionné dans un diplôme de Charles le Simple. Nous le retrouvons en 914 dans un diplôme du duc Robert. Entre-temps, en effet, Robert rechercha l'alliance du comte du Maine par un mariage : la première épouse d'Hugues le Grand, fils de Robert, était sœur d'Hugues 1er comte du Maine. À partir de ce moment, les comtes du Maine eurent partie liée aux Robertiens ; nous retrouvons Hugues 1er mentionné en tête d'une liste comportant un grand nombre de témoins sur un diplôme robertien en 931 ; en 967, Hugues II figure immédiatement après la souscription d'Hugues Capet24.

Les comtes du Maine

Les comtes du Maine

Difficile indépendance comtale

  • 25 R. LATOUCHE, Histoire du comté..., p. 17 et n. 4.
  • 26 Ibidem, p. 54.
  • 27 « Ipse enim acquisivit Cenomannicum » (MARCHEGAY, Chronique..., t.1, p. 276).
  • 28 « post mortem Hugonis patris sui quern Fulco senior sibi violenter subjugarat » (ORDERIC VITAL, Th (...)
  • 29 R. LATOUCHE, ibidem, p. 54, n. 1.
  • 30 « Gaufridus, Haimonis filius, ipse ille cujus castrum Medane fuit de cujus beneficio constat dono (...)
  • 31 D. PICHOT, Le Bas-Maine..., p. 135 et n. 24.

11Hugues III disposait du pouvoir comtal en 992 ; il était mort en 1014 ou 101525. Mais le comté était-il encore indépendant à cette époque ? Robert Latouche a soutenu que le comte d'Anjou Foulques Nerra exerçait déjà sa seigneurie éminente sur le Maine26. Il appuyait sa démonstration sur quatre documents dont j'extrais simplement quelques brèves citations. Le premier est un fragment des chroniques des comtes d'Anjou attribuées à Foulques le Réchin : « En effet celui-ci [le comte] a acquis le Maine »27 ; le second est Orde- ric Vital, à propos du comte Herbert Eveille-Chien : « après la mort de son père Hugues, que Foulques le Vieux avait soumis par la force »28 ; le troisième est tiré de la translation de saint Rigomer dans laquelle l'auteur considère que sous le gouvernement du comte Hugues III le comté appartenait à Foulques Nerra29 ; enfin, une notice de l'abbaye Saint- Vincent écrite après 1063 signale que le château de Mayenne fut donné à Geoffroy de Mayenne par Foulques Nerra : « Geoffroy, fils d'Haimon, celui-là même dont on sait que le château de Mayenne [lui] fut donné en fief par le comte d'Anjou Foulques »30. Il faut ici dissocier le passage de cette notice des trois documents précédents qui concernent Hugues III. En effet, l'inféodation du château de Mayenne n'a pu être que postérieure à sa mort : sans quoi, il faudrait attribuer une longévité exceptionnelle, et excessive, à Geoffroy de Mayenne. Celui-ci étant attesté jusqu'en 1098, D. Pichot peut faire remarquer que l'inféodation, qui ne saurait d'autre part être postérieure à 1040 (date de la mort de Foulques Nerra), n'a pas dû avoir lieu avant 103031 ; ajoutons même : assez près de 1040. Revenons donc sur les relations entre Hugues III et Foulques Nerra.

  • 32 Il souscrit un acte avec Hugues III en portant également le titre de comte (SPC 4).

12Nos informateurs comme les détenteurs du pouvoir déterminaient leur point de vue en se référant implicitement à la loi. Les positions acquises, le contrôle des territoires et des hommes, la reconnaissance d'une vassalité pouvaient bien être l'effet de rapports des forces : si les auteurs l'admettaient, alors ils le condamnaient. Ils ne reconnaissaient que l'ordre social qu'ils croyaient avoir été voulu par Dieu. Le premier document donne une coloration en quelque sorte légale à la domination angevine, mais la source est partiale ; la version d'Orderic Vital l'est également : en tant que Normand, il avait intérêt à faire passer pour illégitimes les prétentions angevines à la seigneurie éminente. Il est cependant évident qu'avec lui, dans ce cas précis, nous sommes dans le vrai : on ne voit pas comment autrement que par la force Foulques Nerra aurait pu s'imposer comme seigneur du comte du Maine. Mais cette violence étant illégitime, les successeurs d'Hugues III ont refusé de reconnaître l'autorité du comte d'Anjou. D'abord Herbert Eveille-Chien, qui semble avoir été associé au gouvernement du comté du vivant de son père32, ne paraît pas du tout se comporter comme vassal de l'Angevin. L'épisode de la bataille de Pontlevoy (6 juillet 1016) au cours de laquelle Herbert accompagna Foulques Nerra dans son expédition contre le comte de Blois Eudes II n'est pas en soi un argument en faveur de la thèse de Latouche, car cela reviendrait à opérer un glissement de la notion d'alliance à celle de fidélité : que deux seigneurs soient alliés ne prouve pas que l'un est le fidèle de l'autre. Du reste, ce qui nous importe surtout est de savoir comment le comte du Maine considérait cette question. Comme toujours, ce sont les comportements qui sont les plus éclairants sur l'état réel des relations entre les hommes. Voyons deux affaires.

  • 33 R. LATOUCHE, ibid., p. 26, n. 1.
  • 34 GUILLAUME DE POITIERS, Histoire..., p. 86.
  • 35 f L. HALPHEN, Recueil d'annales..., p. 61.
  • 36 D'origine normande, il avait été chevalier de Guillaume le Conquérant avant d'entrer dans les ordr (...)
  • 37 « gravissimas infestationes quas a perjîdis affinibus suis Andegavensibus incessanter patiebatur » (...)
  • 38 Ibid, liv. IV, p. 304.

13La première est l'arrestation en 102533 et l'emprisonnement à Saintes pendant deux années du comte Herbert par Foulques34 ; un de nos informateurs, Guillaume de Poitiers, insiste sur les mauvais traitements infligés par le comte d'Anjou à son captif mais ne précise pas ce que l'Angevin attendait de sa victime. Nous apprenons cependant par le rédacteur des annales de Vendôme que le comte de Bretagne Alain III fit une incursion en Anjou en 1027 où il mit le siège devant Le Lude. Il obligea le comte d'Anjou à rendre les otages qu'Herbert lui avait fournis35. Les raisons de la rivalité entre Herbert et Foulques ne sont pas explicitées ; on ne peut pas attendre de Guillaume de Poitiers36 qu'il évoque une infidélité d'Herbert ; disons pour le moins que le caractère dramatique de l'épisode trahit une brutale dégradation des relations entre le comte et son voisin angevin. La deuxième affaire (mais peut-être n'est-elle qu'un épisode préalable de la précédente ?) est aussi rapportée par un rédacteur normand, Orderic Vital : il mentionne d'abord, comme son compatriote Guillaume, le « harcèlement constant que [le comte Herbert] avait enduré de ses voisins angevins déloyaux »37. Puis il évoque une guerre qui aurait eu lieu après la mort de son père Hugues III au cours de laquelle Herbert acquit son surnom : il s'était illustré contre Foulques par des expéditions nocturnes au cours desquelles il terrifiait les hommes comme les chiens38. Certes, les vassaux en révolte contre leurs seigneurs ne sont pas rares, mais le plus simple est de considérer qu'Herbert n'admettait pas sa soumission au comte d'Anjou, que son père avait dû subir par la force ; quant aux successeurs d'Herbert, ils n'auront pas une attitude différente. On remarquera enfin qu'aucun acte émané d'Hugues III et d'Herbert Eveille-Chien ne porte le consentement du comte d'Anjou. C'est bien le rapport des forces qu'il faut ici considérer ; la légitimité de la seigneurie éminente de Foulques Nerra n'était pas établie aux yeux des comtes du Maine puisque c'était par la conquête qu'il prétendait la détenir. Les résultats en étaient pourtant visibles à l'Ouest : l'inféodation de Mayenne montre que le comte du Maine ne parvenait plus à s'imposer dans cette partie de son comté. Dans le Haut-Maine il en allait autrement, mais Herbert dut se battre sans relâche pour y maintenir son contrôle.

Luttes contre les Bellême

  • 39 Actus, p. 355 et 357 ; SV 14.
  • 40 Ibidem, p. 353-354.
  • 41 « dedit ei sexaginta quatuor altariorum relevationes, synodos et circuitiones, insuper casamenta e (...)
  • 42 Pour les développements sur Sigefroy, voir : D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 286 ; O. GUILLOT, Le (...)
  • 43 Actus, p. 356.
  • 44 Ibidem, p. 358-359. Voir les développements dans B. LEMESLE, ibidem, p. 104-105.
  • 45 Actus, p. 356.
  • 46 R. LATOUCHE, Histoire..., p. 24-25. G. LOUISE, La Seigneurie..., t. 1, p. 282.

14Les comtes du Maine eurent en effet d'autres adversaires qui les défiaient dont les plus redoutables furent les évêques Sigefroy et Avesgaud. Rappelons pour l'instant en attendant d'y revenir ultérieurement que Sigefroy était apparenté aux Bellême et qu'Avesgaud, fils d'Yves de Bellême et de Godehilde, était neveu de Sigefroy39. Nous ignorons si l'opposant à Sigefroy fut Hugues II ou Hugues III. L'absence de mention de dates ne permet pas de trancher. Ce sont les Actus40 qui nous renseignent sur le conflit opposant le comte à l'évêque du Mans. Sigefroy fut chassé du Mans par Hugues et alla se réfugier auprès du comte de Vendôme Bouchard auprès duquel il monnaya chèrement son alliance : « Il lui donna soixante-quatre redevances dues pour des collations d'autels, pour les synodes et pour les visites du diocèse, et en outre de grands fiefs de l'église ; [...] il les lui donna de telle sorte que nul évêque ne put les avoir en sa main par la suite »41. Alliance vaine car l'évêque, n'ayant pas obtenu la suprématie recherchée, se réconcilia avec son adversaire42. Sous le comte Herbert, l'opposition à l'évêque Avesgaud ne connut guère de répit. Herbert détruisit la forteresse de Duneau près de l'Huisne (à vingt-cinq kilomètres du Mans) qu'Avesgaud avait fait construire pour se protéger du comte43. On peut l'interpréter comme la preuve que le comte contrôlait son territoire ; c'est aussi celle que son pouvoir avait été nargué à proximité de la cité comtale. Autant en souligner les limites. D'ailleurs Avesgaud réitéra sa tentative, mais plus loin du Mans, et davantage à proximité de Bellême. Ce fut la construction de La Ferté que le comte dut assiéger44 mais qu'il ne détruisit pas car, ayant fait la paix, il la rendit au prélat. En Avesgaud, c'était bien un rejeton de la famille de Bellême qu'affrontait Herbert car il eut aussi affaire à d'autres parents de l'évêque : Guillaume, auprès de qui Avesgaud était allé se réfugier après la destruction de Duneau45, mais aussi son fils Robert 1er et enfin Guillaume fils de Giroie, entre 1031 et 103546.

  • 47 «...antequam esset ordinatus episcopus, coepit et ipse destructor esse ecclesiae. Nam curiam antec (...)
  • 48 G. LOUISE, « Népotisme épiscopal... »
  • 49 Contrairement à l'affirmation d'O. Guillot qui écrit que Sigefroy céda à celui-ci la curia épiscop (...)
  • 50 L. THEIS, L'héritage..., p. 181 ; O. GUILLOT, ibidem, t. 1, p. 12-13.
  • 51 K.F. WERNER, « Untersunchungen... », p. 279-283.
  • 52 Une autre interprétation des luttes entre Sigefroy et le comte du Maine a été proposée par K. Keat (...)

15Ces conflits entre les comtes du Maine et deux prélats issus de la famille de Bellême demandent à être interprétés. La brièveté des mentions et surtout l'imprécision de la relation de l'auteur des Actus concernant Sigefroy (il écrivit plus de soixante-dix ans après les faits), rendent la tâche hasardeuse. Après sa désignation comme évêque, Sigefroy dut solliciter la confirmation du roi Lothaire, puisque Le Mans était évêché royal. Pour cela, en mauvais évêque simoniaque, le nouveau prélat dépouilla le diocèse de biens épiscopaux : « Avant d'avoir été ordonné évêque, il commença par être lui-même le destructeur de l'église. En effet il donna au comte d'Anjou Foulques le domaine de ses prédécesseurs à l'épiscopat qu'on appelle Coulaines, largement pourvu de tenanciers, d'une valeur supérieure à mille livres, ainsi que la propriété appelée Dissay [sous-Courcillon], au-delà du Loir, afin que le comte le soutînt fidèlement auprès du roi des Francs au sujet de l'épiscopat. Cependant, après qu'il eut obtenu d'être évêque et qu'il fut installé sur son siège, un conflit surgit entre lui et Hugues, comte du Maine »47 Une interprétation récente a été fournie par Gérard Louise48 : celui-ci fait de Sigefroy un « agent capétien, déstabilisateur de la situation politique au Mans et dans le Maine ». L'auteur appuie son interprétation sur les relations nouées entre l'évêque et le comte de Vendôme Bouchard, lequel était un proche d'Hugues Capet. Il évoque une « nébuleuse politico-familiale » qui permettait à Hugues Capet d'espérer reconquérir une base dans le Maine en transmettant l'évêché du Mans au clan des seigneurs de Bellême. Cependant plusieurs difficultés surgissent : d'abord Sigefroy a sollicité la confirmation du roi carolingien Lothaire qui la lui a accordée. Ceci s'est fait par l'intermédiaire du comte d'Anjou49, ce qui, bien qu'il fût normalement un fidèle du duc des Francs, n'avait rien d'invraisemblable dans la mesure où Lothaire avait su attirer à lui certains aristocrates qui y trouvaient leur intérêt, dont précisément Foulques le Bon et son fils Geoffroy50. Une deuxième difficulté tient justement au fait que le comte du Maine était lui-même un fidèle du clan robertien, comme les recherches de K.F. Werner l'ont montré51 et comme le rappelle l'auteur lui-même ; une troisième apparaîtrait plutôt en creux : on ne sait rien de sûr à propos des relations de parenté de Sigefroy. Enfin G. Louise fait remarquer que Sigefroy succéda à l'évêque Mainard qui était frère du vicomte du Mans, et que ceci constitua une rupture car Mainard appartenait au « clan comtal-vicomtal » favorable aux Robertiens. Mais il explique par ailleurs que Sigefroy était lié lui aussi au « clan vicomtal » du Mans ! Je crains que ces hypothèses qui procèdent d'une volonté explicative louable soient peu compatibles avec les quelques informations dont nous disposons, lesquelles sont loin d'être fiables52.

  • 53 R. LATOUCHE, Histoire..., p. 26, n. 4.

16En réalité, à cette époque, le roi carolingien ne disposait de l'évêché que d'une façon un peu théorique car il n'avait pas les moyens d'imposer son candidat. Je pense que dans les luttes engagées chaque Grand menait son propre jeu, tout en contractant des alliances réversibles. Ces retournements étaient assez fréquents pour brouiller nos pistes dès lors que la documentation est très lacunaire. La période suivante, mieux connue, va en fournir maints exemples. Les luttes entre les comtes du Maine et les évêques liés aux Bellême ont été rendues possibles pour ces derniers par l'ébranlement des positions comtales provoquées par le comte d'Anjou. Si nous ne savons rien des conditions de l'accession d'Avesgaud à l'épiscopat, il n'est pas difficile de discerner en cela une marque de l'affaiblissement du comte du Maine. Affaiblissement relatif quand même : Herbert ne cédait sur aucun front ; ses positions n'avaient pas reculé entre son avènement et sa mort. Celle-ci survint entre 1032 et 103553 alors que son fils, Hugues IV, était enfant. Ce fut, dans ces circonstances, l'oncle du défunt, Herbert Bacon, frère d'Hugues III, qui assura la tutelle.

Hugues IV et l'évêque Gervais, ou comment parer à la mainmise angevine

  • 54 Actus, p. 363.
  • 55 « de sacro fonte susceperat » (Ibidem, p. 365).

17Herbert Bacon s'opposa à la consécration du nouvel évêque Gervais54. Je dois ici m'arrêter sur ce personnage tout à fait remarquable dont les ambitions étaient parfaitement étrangères à une volonté de favoriser l'emprise bellêmoise sur le Maine, contrairement à celle de son oncle et prédécesseur sur le siège épiscopal, Avesgaud. Gervais de Château-du-Loir a lutté opiniâtrement, tant qu'il en a eu les moyens, pour remettre en selle un comte du Maine affaibli par la situation héritée à la mort de son père, c'est-à-dire sa minorité et l'opportunité qu'elle ouvrait au comte d'Anjou d'asseoir sa propre autorité sur le Maine. Les Actus rapportent que Gervais était le parrain du jeune Hugues IV qu'il « avait porté sur les fonts baptismaux »55. Mention précieuse que la suite ne dément pas ; elle nous invite à ne pas chercher systématiquement des rivalités héritées et, par une sorte d'automatisme, transmissibles de génération en génération entre les mêmes groupes familiaux. Il n'existait donc pas d'hostilité entre le comte Herbert Eveille-Chien et le neveu de son intraitable ennemi qu'était l'évêque Avesgaud. Gervais était avant tout l'héritier d'Haimon de Château-du-Loir et n'était un Bellême que par sa mère. Autrement dit, la rivalité quasiment ininterrompue entre Avesgaud et Herbert ne retentit pas sur les rapports entre ce comte et le lignage de Château-du-Loir.

  • 56 Il paraît exclu d'y voir, comme l'écrit O. Guillot, une faiblesse du comte d'Anjou Foulques Nerra (...)
  • 57 Selon les Actus, il succéda à Avesgaud après cinquante jours de vacance du siège (p. 9) ; or ce de (...)
  • 58 TV 68.
  • 59 O. GUILLOT, Le comte..., t. 1, p. 55, n. 251.
  • 60 SAA 327.
  • 61 « invidiae stimulo inflammatus, eo quod rebus ditior vel melior illo diceretur a multis, simulquee (...)

18Nous ignorons les circonstances de l'élection de Gervais en tant qu'évêque. Comme il a succédé à son oncle en ligne maternelle, les historiens ont longtemps imaginé un soutien des Bellême ; en réalité, peut-être faut-il plutôt présumer une influence du comte de Blois Eudes II56, comme on le verra. Son élection sur le siège épiscopal remonte probablement à 1035 ou 103457. Il était donc déjà évêque lorsqu'il livra la guerre au futur comte d'Anjou Geoffroy Martel vers 1038-1039 et qu'il vainquit ce dernier, exigeant de lui des fiefs58. Les terres obtenues étaient assez proches de la seigneurie de Château-du-Loir qui s'étendait dans le Val de Loir en direction de Vendôme, d'où il semble bien que cette guerre, que Gervais avait certainement faite avec le soutien du comte de Blois59, lui avait également profité en tant que seigneur. Gervais agit-il à cette époque comme prélat contre un comte d'Anjou ayant des visées sur le Maine ? L'adversaire le plus redoutable de Gervais n'était pas encore Geoffroy Martel. D'ailleurs la paix entre eux dura plusieurs années ; nous les voyons procéder ensemble à des restitutions d'églises en faveur de l'abbaye Saint-Aubin d'Angers au château du Lude60. L'adversaire immédiat était Herbert Bacon. L'auteur des Actus donne l'explication suivante à l'opposition de celui-ci : il était « enflammé par l'aiguillon de la jalousie, parce que beaucoup disaient que [Gervais] était plus riche ou même plus important que lui ; en même temps il lui interdit la possibilité d'entrer [dans la cité] pendant deux ans car il voulait s'emparer du trésor de saint Julien »61. Pour la deuxième raison, il est plausible que le comte ait mis à profit cette durée pour solliciter les fonds de l'église-mère. Cela a dû laisser un mauvais souvenir au chapitre d'où était issu le rédacteur des Actus. Mais cela peut aussi être une simple calomnie. La première raison en revanche ne doit pas être prise à la légère. Gervais était l'héritier de la puissante seigneurie de Château-du-Loir. En accédant à l'épiscopat, son poids dans le Maine devenait tel qu'il parut un danger pour Herbert Bacon. La suite montre que ses craintes étaient fondées.

  • 62 « Gervasius praesul, concilium iniit cum parochianis et heroibus terrae, dicens illis ut exheredar (...)
  • 63 « Videns vero praesul suum episcopatum, nec per regem nec per seipsum, a Bacchone posse defendi, p (...)
  • 64 O. GUILLOT, Le comte..., t. 1, p. 59.
  • 65 Actus, p. 365.
  • 66 O. GUILLOT, ibidem, p. 66.

19Gervais réussit en effet à s'en débarrasser en le faisant interner dans un monastère. L'auteur des Actus donne à ce coup de force le parement de la légalité : « L'évêque Gervais prit l'initiative de rassembler un conseil avec les habitants et les barons du diocèse où il leur dit qu'ils devaient déshériter Bacon et l'expulser de la cité afin de permettre à l'héritier, Hugues, fils d'Herbert, jeune homme d'un bon naturel, d'exercer entièrement son droit dans le comté »62. Mais quelque chose vint compliquer, ou simplement rendre plus urgente et nécessaire cette mise à l'écart. Le roi Henri 1er fit cession de l'épiscopat du Mans au comte d'Anjou. Les Actus, qui rapportent ce fait, en attribuent l'initiative au prélat : « L'évêque, voyant que son évêché ne pouvait être défendu contre Bacon ni par le roi ni par ses propres forces, demanda au roi Henri quelqu'un. Que ne l'eût-il pas fait ! En l'occurrence que le roi donne le patronage de l'évêché à Geoffroy, comte d'Anjou, seulement tant qu'il vivrait, afin qu'il ait les mains plus libres pour le défendre contre le comte du Maine »63. O. Guillot a fait justice de cette affabulation de l'auteur des Actus, montrant l'incohérence d'une telle sollicitation64. Gervais l'aurait demandée au roi parce qu'il ne pouvait espérer son soutien contre son ennemi Herbert Bacon. Or, le même auteur ajoute immédiatement que ce dernier profita de la cession de l'épiscopat pour demander au comte d'Anjou de priver Gervais de toute sa seigneurie65. Lequel n'en fit rien, au moins pas tout de suite, sûrement parce qu'il n'en avait pas le moyen66.

  • 67 « principis nostri » (LA 177).
  • 68 SUDENDORF, Berengarius Turonensis, p. 214, passage cité par L. Halphen, Le comté..., p. 75.
  • 69 O. GUILLOT, Le comte d'Anjou..., t. 1, p. 67-68. Gervais avait en effet été un fidèle du comte de (...)

20Ce point est important car les manœuvres engagées par l'évêque et le comte d'Anjou avaient pour enjeu le comté du Maine. Un acte au moins, émané de l'évêque Gervais entre 1040 et 1047, porte en souscription Geoffroy Martel, comte d'Anjou, avec la mention : « notre comte »67, attestant la cession de l'évêché à cette époque. Plus tard ce comte, après qu'il aura fait prisonnier notre évêque et l'aura relâché, invoquera dans une lettre au pape Léon IX l'infidélité du prélat à son égard68. Nous pouvons tenir pour acquise la question de la cession. Sur son caractère temporaire, l'unique mention revient à l'auteur des Actus. Sur les raisons, j'ai dit que je suivais O. Guillot pour rejeter comme affabulatrice la version du rédacteur des Actus : celui-ci a donné celle qui avait cours dans le chapitre Saint-Julien et qui avait été forgée au temps de Gervais, sûrement par l'évêque lui-même ou au moins par ses proches, afin de sauver la face. Pourquoi le roi de France a-t-il cédé le patronage de l'épiscopat au comte d'Anjou ? O. Guillot développe une longue argumentation dont je ne reprends ici que les points essentiels. Le roi était confronté à la révolte de son frère Eudes, révolte fomentée à l'instigation du comte de Blois Thibaud III. Le roi de France disposait de peu de soutiens mais avait celui du comte d'Anjou, pratiquement seul parmi les Grands à être prêt à lui apporter une aide. C'est à cette occasion qu'Henri 1er accorda par avance les bénéfices tourangeaux du lignage de Blois et céda l'évêché du Mans à Geoffroy Martel. O. Guillot ajoute qu'en outre le roi se défiait de Gervais, en qui il voyait le fidèle du comte de Blois ; la cession du patronage de l'évêché était donc aussi un moyen de contrer l'influence de Thibaud III au Mans69.

  • 70 Actus, p. 365.
  • 71 SJT 18.
  • 72 M. BUR, La formation..., p. 198-199.
  • 73 Actus, p. 365.
  • 74 MARCHEGAY et SALMON, Chroniques..., p. 378 et 398 ; RHF, t. XI, p. 137 ; TV 66 et 67.
  • 75 « bosiavit » : sur l'emploi de ce terme, voir D. BARTHELEMY, La société..., p. 113.
  • 76 « fosostagiavit » : ibidem.
  • 77 « obses ».
  • 78 « exierat de fidelitate sua » (RHF, t. 11, p. 137).
  • 79 M. FAUROUX, Actes, n°107, cité par G. LOUISE, la seigneurie..., t. 1, p. 355.
  • 80 R. LATOUCHE, Histoire..., p. 29, n. 1.
  • 81 Actus, p. 365.

21Des liens entre le comte de Blois et Gervais on peut sans doute inférer l'appui d'Eudes à l'évêque pour son élection, sans être assuré qu'il fut déterminant, car tout de même le diocèse du Mans est un peu loin de Blois. Ce qui est plus évident, c'est que Gervais avait eu besoin de son soutien afin de pouvoir résister au comte d'Anjou. D'où le mariage du jeune comte Hugues IV avec Berthe. Ce mariage arrangé par l'évêque déclencha les hostilités. Berthe, veuve du comte Alain de Bretagne était fille du comte de Blois Eudes II70, mort lorsque cette union fut contractée ; elle eut lieu entre 1046 et 104771 et fut renforcée par le mariage de la sœur d'Hugues IV, Gersent, avec le frère de Berthe, le comte Thibaud, dont elle aura Etienne-Henri, futur comte de Blois. Répudiée avant 104972, Gersent sera remariée au marquis d'Este, Azzon, auquel sera offert le comté du Maine ainsi qu'à ses fils. Ces mariages ne faisaient pas l'affaire de Geoffroy Martel car ils contrecarraient ses des seins sur le Maine. Aussi le comte d'Anjou s'empara-t-il de l'évêque et le fit-il jeter en prison où il sera gardé prisonnier sept années durant73. Pendant ce temps Château-du-Loir fut assiégé mais résista au comte d'Anjou qui fit aussi la guerre au comte Hugues IV car ce dernier avait pris les armes contre lui74, commettant ainsi un acte de félonie75 envers son seigneur selon le rédacteur partisan de la Trinité de Vendôme. Le comte du Maine mena un siège car il sapa les défenses76 de Geoffroy Martel et dut le mettre en difficulté car celui- ci lui envoya un « otage »77, Herbran, en fait certainement un émissaire qui avait pour qualité d'être à la fois seigneur dans le Maine et fidèle du comte d'Anjou ; peut-être avait-il pour mission de négocier un arrangement. Mais celui-ci prit le parti du comte Hugues qui préféra continuer la guerre, en bon tacticien qui exploite son avantage. Les sources angevines insistent toutes sur la trahison du comte du Maine ; la relation de Foulques le Réchin va dans ce sens : « il avait manqué à son devoir de fidélité »78. L'auteur se réfère à la seigneurie éminente des comtes d'Anjou depuis le temps de Foulques Nerra et laisse logiquement supposer que le jeune comte du Maine aurait prêté l'hommage ; la « trahison » d'Herbran qui se parjura va plutôt dans le sens opposé : elle laisse entendre que les prétentions du comte d'Anjou n'étaient pas si fondées. D'ailleurs, deux trahisons, cela fait suspect ! Donc, Hugues IV guerroya contre Geoffroy Martel, certainement pour défendre Gervais et tenter d'obtenir sa libération, mais aussi pour la défense de son comté contre les ambitions angevines. Il faut dater de cette époque la recherche d'une alliance avec la Normandie ducale destinée à contrebalancer ces tentatives. Un acte montre qu'Hugues IV était présent à la cour du duc de Normandie entre 1046 et 1048 avec l'évêque de Sées Yves79. C'est d'ailleurs en Normandie que se réfugia Gervais après sa libération. Mais Hugues mourut le 26 mars 105180. Selon les Actus, sa veuve, Berthe, fut chassée du Mans avec ses enfants par les Manceaux qui se soumirent à Geoffroy Martel. Le rédacteur ajoute que le comte d'Anjou gouverna le comté pendant dix ans81. La précision n'est que relative puisque Geoffroy mourut en 1060.

22Il faut revenir sur cette facilité avec laquelle les Manceaux ont pris le parti du comte d'Anjou. Elle indique que les choix de l'évêque Gervais d'une alliance avec Blois n'étaient pas ceux des barons pour lesquels l'alliance avec l'Anjou était davantage ancrée. Peut-être faut-il y voir aussi le rôle du lignage vicomtal du Mans. C'est époque en effet où Raoul IV, époux d'Emma, nièce de l'évêque d'Angers Hubert, exerçait la vicomté de Vendôme, et où ses rapports avec le comte d'Anjou étaient bons. Au sein d'une parenté et d'une génération à l'autre les alliances restaient souples et pouvaient évoluer, comme ce fut le cas d'Haimon à son fils Gervais. Si le groupe vicomtal était l'allié de la lignée comtale à la génération précédente, ici, sans que l'on puisse parler de volte-face, il pouvait y avoir désaccord sur une stratégie d'alliance, ou désavœu de l'infidélité de Gervais.

  • 82 « Cum autem audisset praesul Gervasius in vinculis quae fecissent heroes Cenomanici [...] castellu (...)
  • 83 O. GUILLOT, Le comte d'Anjou..., t. 2, p. 128 et t. 1, p. 76.
  • 84 SAA 178.
  • 85 SUDENDORF, Berengarius Turonensis, p. 214 n. 8, cité par L. Halphen, Le comté..., p. 75.
  • 86 O. GUILLOT, Le comte d'Anjou..., t. l, p. 91-92.

23La politique de l'évêque se soldait donc par un échec. Voyons sa réaction, selon l'auteur des Actus : « Cependant lorsque Gervais apprit de sa prison ce qu'avaient fait les barons du Mans [...] il rendit Château-du-Loir. Pendant que la reddition se faisait, le comte Geoffroy permit à Gervais de sortir de prison en lui faisant prêter le serment suivant lequel tant que lui-même était vivant, Gervais ne devait pas entrer au Mans »82. Il alla alors se réfugier auprès du duc de Normandie Guillaume. Mais la version des Actus est contredite par d'autres documents. O. Guillot83 a bien mis en valeur cette nouvelle affabulation du rédacteur manceau. En effet, un acte de Saint-Aubin d'Angers qui peut être daté entre 1056 et 105984 mentionne explicitement le siège de Château-du-Loir ; par conséquent, il n'a été levé qu'après l'accession de Gervais au siège archiépiscopal de Reims par le roi de France. D'autre part, la lettre adressée par Geoffroy Martel au pape Léon IX est très explicite : Gervais aurait été libéré en retrouvant tous ses biens, y compris l'évêché et se serait engagé à rester sous la garde d'un seigneur de son choix jusqu'à ce que la paix soit conclue avec le roi, et par la suite à observer la neutralité85. Gervais n'aurait pas tenu parole et se serait immédiatement enfui vers la Normandie. En ce qui concerne la suite de la carrière de Gervais, c'est-à-dire sa nomination sur le siège archiépiscopal de Reims, O. Guillot a développé une analyse que je mentionne brièvement. Le roi Henri 1er aurait conclu dès 1052 une alliance avec Geoffroy Martel et en 1054 il était en conflit avec le duc de Normandie. Or, l'intronisation de Gervais comme archevêque permettait de lever le contentieux entre le comte d'Anjou et Gervais, mais aussi entre Geoffroy et le pape car celui-ci l'avait excommunié à cause de son action contre Gervais. Ceci s'expliquant par l'alliance entre le comte d'Anjou et le roi d'une part, entre le roi et la papauté d'autre part. Cette nomination comme archevêque offrait une porte de sortie honorable aussi bien au comte d'Anjou qu'à l'évêque et débloquait la situation86. En réalité, je ne suis pas sûr que les rapports entre le roi et l'évêque se laissent apprécier seulement sous l'angle des luttes entre les grands seigneurs laïcs, comté d'Anjou, duché de Normandie et maison de Blois avec le roi de France. Il me semble que, compte tenu de l'importance de cet archevêché, la nomination de Gervais traduisait entre celui-ci et le roi une confiance et une reconnaissance où il ne faut peut- être pas exclure de la part de ce dernier la volonté de se racheter de la cession, même temporaire, de l'évêché au comte d'Anjou. Certes, la version d'O. Guillot comporte une part de vraisemblance puisque cette nomination levait le contentieux sur le comté du Maine. En fait, lorsque le roi avait cédé le patronage de l'évêché, il n'en avait plus, en pratique, le contrôle. Du point de vue du roi, la concession pouvait paraître minime tandis que de celui de Geoffroy Martel il en allait autrement : elle lui ouvrait une porte sur le diocèse du Mans, par là même sur le comté, et il a su en user. Après un long emprisonnement et un exil qui étaient en partie la conséquence de l'acte royal (puisque Geoffroy Martel disposait, désormais, d'une légitimité à bannir Gervais en tant qu'évêque), le roi ne pouvait guère faire moins que le récompenser par un archevêché prestigieux.

  • 87 Ibidem, p. 333-335.
  • 88 ibid., n. 255.
  • 89 SV 234 et 235.
  • 90 « illud castrum cum toto honore habebat dominicum » (SAA 402).
  • 91 Voir annexe p. 230.

24Si le comte d'Anjou se réconciliait avec le roi, on peut douter de sa réconciliation avec Gervais car Geoffroy Martel ne chercha pas moins qu'à mettre la main sur la puissante seigneurie de Château-du-Loir. Son échec est aussi pour nous un enseignement sur la manière dont pouvait se transmettre une seigneurie. Je dois ici mentionner à nouveau une analyse d'O. Guillot qui contredit son propre point de vue au sujet de l'éventuelle réconciliation des protagonistes87. Il pense qu'après s'être emparé de Château-du-Loir, pas avant 1056, donc après l'intronisation de Gervais à Reims, le comte d'Anjou y installa le frère de Gervais, Robert. Pour cela il s'appuie sur un acte de l'abbaye du Ronceray où ce dernier apparaît comme premier témoin d'un plaid tenu au nom de Geoffroy Martel88. Mais il affirme aussi que c'est Geoffroy le Barbu qui restitua la seigneurie à Robert, lequel aurait laissé à Gervais ses prérogatives de seigneur. De toute manière, Geoffroy Martel ne restitua pas la châtellenie à Gervais, ce qui limite sérieusement la portée de la réconciliation supposée. Il est fort probable par ailleurs que ce comte ait tenté de mettre Robert de son côté, mais c'est tout ce qu'on peut tirer de l'acte du Ronceray ; on peut ajouter que cette manœuvre a été sans effet car Robert n'apparaît jamais dans la documentation avec le titre de seigneur. Au contraire, deux actes de Saint-Vincent montrent l'archevêque Gervais donnant sa confirmation à l'achat par l'abbé Avesgaud, son parent, de terres relevant de Château-du-Loir89. Mais ceci dut se passer après la mort de Geoffroy Martel (1060). D'autre part une notice de Saint-Aubin d'Angers affirme clairement que Geoffroy Martel « tenait cette forteresse avec toute la seigneurie en sa main »90. Les moines de cette abbaye ont en effet acquis à cette époque l'église Saint-Guingalois qu'ils ont tenue « en paix » jusqu'à la mort du comte. La même notice précise ensuite que Gervais et Robert ont réclamé la seigneurie et que la restitution est due à Geoffroy le Barbu. Le recoupement avec les notices de Saint-Vincent permet par conséquent de penser qu'après la mort de son ennemi, l'archevêque Gervais a pu retrouver la châtellenie grâce à son successeur ; en revanche, nous ne pouvons qu'imaginer les pressions diverses qui ont dû être exercées pour aboutir à ce résultat. Le retour dans la main de Gervais illustre la puissance de cette châtellenie et sa solidité face au comte d'Anjou, en dépit des aléas de la guerre et de sa confiscation. Ainsi, les entreprises de Gervais en faveur d'Hugues IV prolongeaient une fidélité traditionnelle de son père Haimon envers le comte du Maine. Cependant, du point de vue du comte d'Anjou, le seigneur de Château-du-Loir se devait d'être un allié en cas de faiblesse de la lignée comtale mancelle. Foulques Nerra avait pu s'attacher Haimon91 mais leurs fils respectifs s'opposèrent ; c'est la même tactique que Geoffroy Martel mit en œuvre vainement pour s'attacher le frère cadet de Gervais. Au total, le principe de la primogéniture l'emporta.

Domination angevine

25Geoffroy Martel avait quand même triomphé grâce à la mort inopinée d'Hugues IV qui lui permit d'exercer la tutelle sur son fils et héritier, Herbert II. Pourtant l'autorité dont le comte d'Anjou allait enfin pouvoir disposer devait entraîner ses propres difficultés. L'entrée dans la lice du duc de Normandie n'était en effet que la conséquence directe des assauts angevins. De sorte que le nouveau maître du Maine n'eut pas longtemps le loisir de savourer sa victoire. Tant que le comte du Maine détenait encore une puissance personnelle il avait pu par ses propres forces faire face aux débordements de son envahissant voisin. Dès qu'il n'eut plus de successeur adulte pour assurer immédiatement la relève, il fallut faire appel à de lointains protecteurs ; ce fut la politique de Gervais à l'égard du comte de Blois. Son échec l'amena à tourner ses regards dans une autre direction. Le choix de la Normandie devait se révéler plus lourd de conséquences que le précédent même si à long terme la vague normande devait refluer. Le comte d'Anjou allait donc se heurter à forte partie, quoique disposant toujours de deux avantages sur son adversaire : la proximité géographique et l'appui procuré par un réseau de fidèles implantés dans le Maine. Il faut y ajouter la légitimité qu'il estimait détenir en tant que seigneur du comte du Maine, mais c'est précisément sur ce terrain qu'il devait se faire contrer.

  • 92 Outre les Actus, p. 365, GUILLAUME DE POITIERS, Histoire.... p. 88 ; ORDERIC VITAL, Historia eccle (...)
  • 93 SV 303.
  • 94 « de cujus dominio feum peudet » (SAA 941 ).
  • 95 « Gaufrido comite presidente, Herberto puero comite vivente, Henrico rege regnante » (SV 184).
  • 96 O. GUILLOT, Le comte..., t. 1, p. 87, n. 391.
  • 97 R. LATOUCHE, Histoire..., p. 32, n. 5.
  • 98 GUILLAUME DE POITIERS, Histoire..., p. 88.
  • 99 DE LESTANG, « Martyrologe... », p. 466 ; R. LATOUCHE, ibidem, p. 33, n. 3.

26La lecture des sources narratives92 laisse supposer qu'Herbert II aurait été exilé par les Manceaux avec sa mère après la mort de son père. Mais trois actes contredisent sans conteste ce point de vue : le premier est une donation par Herbert de La Milesse des terres de Sarcé et de Coulongé à l'abbaye Saint-Vincent comportant la confirmation conjointe du comte d'Anjou Geoffroy, du comte du Maine Herbert et de l'évêque du Mans Vulgrin93. Le second est une donation de l'évêque Yves de Sées à l'abbaye Saint-Aubin d'Angers, confirmée par la main du comte Geoffroy, puis par la main du comte Herbert, comte du Maine, « dont le fief dépend »94 Le troisième est une donation à Saint-Vincent par Geoffroy Martel ; l'acte se conclut par ces mots : « sous la direction du comte Geoffroy, le comte Herbert, enfant, étant vivant, sous le règne du roi Henri »95. Il faut par conséquent conclure qu'à un moment donné Herbert II s'enfuit vers la Normandie où nous le retrouvons auprès du duc Guillaume, départ qu'il faut certainement situer du vivant de Geoffroy Martel si l'on en croit l'affirmation de Guillaume de Poitiers selon lequel ce fut par peur du comte qu'Herbert s'enfuit. À ce sujet, O. Guillot met en doute les sources normandes en raison de leur partialité évidente. Contrairement à l'affirmation de Guillaume de Poitiers, O. Guillot pense que la tutelle du comte Geoffroy fut paisible96. Le contexte donne plutôt à comprendre que le jeune Herbert fut quasiment, sinon totalement, otage. Il était tout de même le fils de l'ennemi de Geoffroy et la suite laisse penser que sa mère se serait volontiers passée de l'éducation donnée par le comte d'Anjou à son fils ! La tutelle intéressée de Geoffroy ne porta donc pas ses fruits : Herbert prêta l'hommage au duc des Normands, entre 1058 et 1060 d'après R. Latouche97, et il promit d'épouser une fille du duc Guillaume tandis que sa sœur Marguerite fut fiancée à Robert Courteheuse, fils de Guillaume. Enfin, il institua le duc de Normandie comme son unique héritier s'il décédait sans enfant98. Herbert II mourut sans postérité le 9 mars 1062 avant que la fille de Guillaume fût nubile99. Lui-même n'avait pas plus de quinze ans.

  • 100 O. GUILLOT, ibidem, t. 1, p. 86-87 et t. 2, p. 153-154.

27O. Guillot met en doute la dernière clause de l'accord qu'il estime inventée par Guillaume de Poitiers afin de justifier la conquête du Maine par le duc100. Il pense que l'hommage prêté au duc normand fut sans valeur puisque Geoffroy Martel étant seigneur du comte Herbert, il fallait son accord. Ceci n'est juste que du point de vue de Geoffroy Martel mais il en allait inévitablement autrement de celui d'Herbert II : son père, déjà, n'avait pas reconnu l'autorité du comte d'Anjou. Chacun des protagonistes avait des arguments pour justifier ses actes et il est clair que l'alliance matrimoniale projetée avec le duc de Normandie avait une valeur pour le camp normand. L'expédition ducale n'allait pas être un pur acte de conquête barbare ! Un rite avait eu lieu, qui, aux yeux de tous les témoins, manifestait la légitimité de la conquête. Pour les barons manceaux, les prétentions de Guillaume furent inacceptables, ils désignèrent donc un nouveau comte. L'histoire du Maine va être jalonnée pendant près de quarante ans par une succession de soulèvements. Mais, dès le premier, ce ne fut pas le comte d'Anjou qui intervint, alors que l'hommage prêté par Herbert II le lésait. Certainement encouragea-t-il en sous-main les Manceaux ; son rôle s'arrêta là.

  • 101 O. VITAL, The ecelesiastical..., ed. M. CH1BNALL, vol. II, liv. IV, P. 304 ; R. Latouche établit d (...)

28Légitimité : telle était la carte que Guillaume choisit habilement de continuer à jouer. Il fît prêter l'hommage par son fils Robert au comte d'Anjou à Alençon, ainsi qu'à Marguerite, soeur d'Herbert II et fiancée de Robert101. Telle est la version d'Orderic Vital. Est-elle fictive ou réelle ? Peu importe, en définitive. Ce qui compte est, là encore, l'habillage légal dont notre historien recouvrait la prise de pouvoir sur le Maine. On remarquera tout de même, et ceci rend à mes yeux très plausible les dires du moine normand, que l'acceptation d'un hommage par le comte Geoffroy le Barbu offrait l'avantage de sauver la face tout en ménageant l'avenir, alors que dans le présent le rapport des forces n'était nullement en sa faveur. Un hommage prêté était un moindre mal. Naturellement, le duc de Normandie était le vrai maître et n'allait pas rendre compte de ses actions à son seigneur pour le Maine. Autrement dit, chacun y trouvait son compte.

Rébellions

  • 102 SV 245 ; D. PICHOT, Le Bas-Maine..., p. 135, 179, 190.
  • 103 GUILIAUME DE POITIERS, Histoire..., p. 88 ; ORDERIC VITAL, The ecclesiastical..., ed. M. CHIBNALL, (...)
  • 104 R. LATOUCHE, ibidem, p. 34.
  • 105 GUILLAUME DE POITIERS, ibidem, p. 96.

29Seulement, cet accord entre les princes territoriaux qui se fit littéralement par-dessus la tête des Manceaux ne convint jamais à ceux-ci. Il est surtout intéressant de voir qui furent les instigateurs des révoltes ; il l'est aussi d'apprécier l'attitude exacte du comte d'Anjou à leur égard. La vision d'une opposition binaire entre le camp angevin et le camp normand qu'on nous offre généralement, et qui consiste à considérer les barons en révolte comme des agents du comte d'Anjou, résiste mal à l'examen. Elle offre aussi l'inconvénient de ne pas soulever la question des raisons spécifiques qui pouvaient faire agir la noblesse man- celle. Il est vrai que la documentation, écrite du point de vue des princes territoriaux, n'éclaire pas directement cet aspect de l'analyse. Son étude attentive aide cependant à infirmer l'idée d'un soutien sans faille du comte d'Anjou aux barons révoltés. La première insurrection fut dirigée par Geoffroy de Mayenne et par le vicomte Hubert. Le premier était un puissant seigneur, vassal du comte d'Anjou102 mais dont les combats révèlent une indépendance et une politique personnelle facilitées par l'éloignement de Mayenne du comté d'Anjou. Les insurgés désignèrent Gautier III comte du Vexin comme comte du Maine car il était l'époux de Biote, fille de l'ancien comte Herbert Eveille-Chien103. L'entreprise fit fiasco : Guillaume en profita pour fortifier Le Mans en construisant les mottes du Grand et du Petit Montbarbet, en 1063104, et pour prendre et détruire le château de Mayenne105.

  • 106 « cives ».
  • 107 Actus, p. 377-379.
  • 108 B. LEMESLE, « Le discours... »
  • 109 R. LATOUCHE, ibid, n. 7, p. 38.
  • 110 Actus, p. 380-381.
  • 111 ORDERIC VITAL, The ecclesiastical..., ed. CHIBNALL, vol. II, livre IV, p. 306 ; R. LATOUCHE, Histo (...)
  • 112 « eique aliquanto tempore postmodum servivit » (ORDERIC VITAL, ibidem).

30La seconde révolte eut lieu en 1069 : Guillaume venait de conquérir l'Angleterre, ce qui donna espoir aux barons manceaux car ils crurent être débarrassés de leur puissant et détesté protecteur. En fait, Le Mans se trouva sous l'emprise de Geoffroy de Mayenne que les habitants106 du Mans rejetèrent en fomentant la Commune en 1070. À l'origine de celle- ci, la lourdeur des taxes exigées par Geoffroy. Liés par un serment les conjurés l'imposèrent aux nobles de la ville. Puis ils organisèrent une expédition contre le seigneur de Sillé opposé à la Commune. L'évêque Arnaud et son clergé précédaient les conjurés partis à l'assaut de Sillé dont la troupe essuya finalement une déconfiture qui marqua le terme de la Commune107. J'ai analysé ailleurs comment la relation que nous en possédons est soumise au seul point de vue de son narrateur, un chanoine du chapitre Saint-Julien, qui construit son récit dans une intention édifiante, laissant dans l'ombre le rôle exact de l'évêque du Mans108. L'évêque Arnaud, qui avait été désigné par le duc de Normandie, a su utiliser un soulèvement des habitants de la cité comtale-épiscopale en se plaçant à sa tête. Son but était la récupération du mouvement engagé contre l'ennemi du duc, mais il n'a sûrement pas réussi à le diriger comme il l'entendait. Est-ce lui qui lança l'expédition contre le seigneur de Sillé ou bien l'initiative vint-elle des insurgés, en tout cas la défaite consécutive de la Commune fut aussi un échec pour le prélat. C'est seulement en 1073, avant le 30 mars109, que Guillaume le Conquérant revint soumettre le Maine tout en promettant le respect des coutumes110. Avant cela, il avait fallu mettre le siège devant Fresnay tenu par le vicomte Hubert qui se rendit et livra ses châteaux de Fresnay et de Beaumont111. Reddition prudente, toute à l'opposé du tempérament chevaleresque décrit à l'envie par la littérature, témoignage d'un sens politique avisé ; Orderic Vital le souligne indirectement : « il demeura un certain temps après à son service »112.

  • 113 Actus, p. 379.
  • 114 SAA 318. L'éditeur, A. Bertrand de Broussillon, avait daté la notice le rapportant de 1099, époque (...)

31Quant au comte d'Anjou, Foulques le Réchin, il avait, à la demande des habitants, repris Le Mans à Geoffroy de Mayenne avant le retour de Guillaume le Conquérant113. Ce n'était pas tant une entreprise de pacification destinée à rétablir un ordre malmené par un grand châtelain mais plutôt la marque d'une absence totale de soutien à la révolte dès son commencement. Les choix opérés par l'un de ses fidèles dans le Maine, Gaudin II de Mali- corne, éclairent assez bien la situation. Ce personnage avait été fait prisonnier par Geoffroy de Mayenne puis quelque temps après fut mortellement blessé près du Mans114. C'est très certainement aux côtés de Foulques le Réchin que Gaudin II de Malicorne combattit sous les murs de la ville et son emprisonnement précédent peut être mis en relation avec la fidélité envers ce comte. En tout cas, elle permet de dire nettement que Gaudin ne participa aucunement à la révolte de 1069 : du côté des fidèles du comte d'Anjou cette rébellion était considérée au mieux avec suspicion, au pire avec hostilité. Car la situation qui prévalait n'était pas la plus mauvaise pour le comte d'Anjou : en raison de l'hommage prêté par le fils du Conquérant à son frère Geoffroy le Barbu, il pouvait fort bien s'accommoder de l'absence d'un vrai comte du Maine au Mans, absence qui favorisait sa propre influence. Les révoltes contre le duc de Normandie n'avaient d'intérêt pour le comte d'Anjou que dans la mesure où elles affaiblissaient son rival ; à l'opposé le risque inhérent à ces rébellions de favoriser le rétablissement d'un pouvoir local réel au Mans engendra systématiquement sa méfiance.

  • 115 R. LATOUCHE, Histoire..., p. 39.
  • 116 ORDERIC VITAL, The ecclesiastical..., ed. CHIBNALL, livre VII, vol. IV, p. 48.
  • 117 ORDERIC VITAL, Historia ecclesiastica, Ed. LE PREVOST, t. III, livre VII, p. 200.
  • 118 M. CHIBNALL, The ecclesiastical..., livre VII, vol. IV, p. 48, n. 3.
  • 119 SV 492.
  • 120 SV 36.
  • 121 « facta inter eos amicitia omne paternum jus honorifice recepit » (ORDERIC VITAL, Historia ecclesi (...)

32Le vicomte Hubert restait l'adversaire le plus résolu du duc de Normandie, en dépit de sa soumission de 1073, toute de circonstance ; il dirigea une nouvelle révolte, vers 1083- 1084115. Il abandonna ses châteaux de Beaumont et de Fresnay puis se retira à Sainte- Suzanne où il se fortifia contre Guillaume le Conquérant. Celui-ci ne parvint pas à s'emparer du château ; Hubert, de son côté, reçut des renforts de l'Aquitaine et de la Bourgogne. Son épouse Ermengarde était en effet fille du comte de Nevers Guillaume. Le siège a été assez long d'après Orderic Vital qui le fait durer successivement trois ans116 puis quatre ans117, dates exagérées de toute façon118. Finalement le vicomte fit la paix avec Guillaume, qui lui restitua son héritage. Un acte de Saint-Vincent permet de dater la paix entre le 23 mai 1085 et le 20 avril 1086119. Un autre acte de la même abbaye autorise à rectifier le récit d'Orderic Vital120. Il n'est pas daté mais localisé près du château de Beaumont, trois jours avant le départ du vicomte pour l'Angleterre, en sa présence. Il ne peut guère s'agir que du voyage ayant pour but de faire la paix avec Guillaume le Conquérant après le siège de Sainte-Suzanne ; ce voyage est confirmé par Orderic Vital selon lequel Hubert aurait envoyé des messagers au roi afin de sonder ses intentions. Ce dernier lui offrit des garanties pour sa sécurité, aussi Hubert embarqua-t-il pour se rendre lui-même auprès de Guillaume et là, « ayant conclu une amitié entre eux, il reprit avec honneur la totalité de ses droits patrimoniaux »121. Le récit du moine normand a l'avantage de sauver la face pour Guillaume qui accorde généreusement la paix à la demande du vassal rebelle et repentant. Si l'on s'appuie sur l'acte de Saint-Vincent, il aurait en réalité rendu les châteaux au cours des négociations préalables avec les émissaires, avant le voyage d'Hubert. Quelle meilleure garantie du reste celui-ci aurait-il pu avoir de la bonne volonté du roi ? Le récit d'Orderic Vital est surtout conforme à une tradition présentant le prince comme dispensateur de la paix et de l'ordre public ; son échec face à un baron rebelle était effacé ; l'amitié retrouvée et la fidélité désormais sans faille du vicomte étaient d'autant plus soulignées par l'auteur qu'à l'époque de la rédaction le vicomte du Mans manifestait effectivement ces qualités vassaliques. Enfin, l'épisode souligne la puissance de la lignée vicomtale appuyée sur ses châteaux et capable de faire jouer ses alliances parentales pour contraindre le roi à traiter.

  • 122 R. LATOUCHE, ibid., p. 41.
  • 123 Les insurgés de 1069 avaient fait venir ce marquis italien pour lui offrir le comté parce qu'il av (...)
  • 124 « surrexit quidam nobilis adolescens, qui erat de geuere Cenomannensium consulum [...] ; et cepit (...)
  • 125 Il existe une autre version de l'enfermement de l'évêque, due à Orderic Vital. Selon lui, Hoël aur (...)
  • 126 Actus, p. 388.
  • 127 Actus, p. 390-391 ; LEMESLE, ibidem, p. 148-149.
  • 128 Actus, p. 393 ; ORDERIC VITAL, The ecclesiastical..., ed. CHIBNALL, vol. IV, liv. VIII, p. 192-198
  • 129 Hélie souscrit avec le titre de comte du Maine une confirmation par Foulques le Réchin datée du 27 (...)

33Une quatrième révolte, en 1089, tourna court car Robert Courteheuse chercha l'appui de Foulques le Réchin qui le lui offrit en échange d'une condition : il voulait épouser Bertrade de Montfort et attendait du duc qu'il lui fournisse l'entregent nécessaire pour réaliser ce dessein. Étant parvenu à l'épouser, il réussit à arrêter la révolte pour un an122 : l'influence du comte d'Anjou sur les barons manceaux était réelle mais avait ses limites. La question pour ceux-ci restait de trouver un héritier au comté afin de rendre caducs l'hommage et la promesse faits par Herbert II. Ils offrirent le comté aux fils d'Azzon123, en 1090 ; le cadet, Hugues, accepta l'offre et arriva au Mans vers le début de 1091. Pendant ce temps, Hélie de La Flèche s'emparait du château de Ballon qu'avait occupé Robert Courteheuse deux années auparavant puis il fit prisonnier l'évêque Hoël, une créature de Guillaume le Conquérant, qui refusa d'abjurer sa fidélité au nouveau duc. Hélie entamait là une série de combats qui devaient l'amener à devenir le comte du Maine : « un jeune homme noble qui était de la lignée des comtes du Maine se dressa [...] ; et il prétendit à ce comté »124. À cette époque, Hélie était un cadet turbulent sachant exploiter les faiblesses du pouvoir normand. Tandis qu'Hugues fils d'Azzon faisait route vers le Maine, l'enfermement de l'évêque provoquait un mouvement de sympathie en faveur de l'homme d'Église victime de la violence de l'homme de guerre. Il y eut un authentique mouvement de paix de la part des clercs qui entraînèrent les barons derrière eux et obligèrent Hélie à relâcher sa proie125. Épisode important : il montre qu'Hélie ne disposait nullement d'un soutien général parmi ses pairs. Quant au nouveau comte, Hugues V, il reçut les serments des barons. L'évêque, manifestant sa fidélité au duc, seul seigneur légitime à ses yeux, s'en fut le trouver, n'obtint pas l'aide attendue, revint au Mans où, après avoir refusé de recevoir l'investiture pour l'évêché des mains du comte Hugues V, alla vers l'Angleterre solliciter l'aide du roi Guillaume le Roux. Il avait auparavant pris la précaution de ne pas laisser le trésor de l'église-cathédrale aux mains de ses adversaires en le transférant en un lieu sûr, Sablé126. De retour d'Angleterre, Hoël dut se réfugier à Solesmes d'où il ne revint au Mans que le 28 juin 1092 à la faveur d'un grondement populaire des aubergistes, cabaretiers, bouchers et autres boutiquiers manceaux, inquiets pour leur commerce en train de péricliter à cause de l'absence de l'évêque au moment des fêtes de Pâques127. Le comte avait dû se résoudre au rappel de l'évêque et confirmait les coutumes en faveur de l'Église. Peu après, Hugues V décidait de vendre le comté à Hélie128. La vente était antérieure au 27 juillet 1092, elle a donc suivi de peu le retour de l'évêque au Mans129.

Hélie comte du Maine

  • 130 B. LEMESLE, Les évêques..., p. 28-30.

34Nos deux principaux informateurs sur Hélie lui furent favorables. Le chanoine manceau rédacteur des Actus qui écrivit sa relation vraisemblablement peu après 1133130 avait vu en Hélie un des soutiens politiques de l'évêque Hildebert de Lavardin. Le premier avait contribué à l'élection du second, lequel avait, plus tard, témoigné sa reconnaissance au comte en négociant sa libération auprès du roi Guillaume le Roux. Le gouvernement d'Hélie avait également ramené une relative stabilité dans le Haut-Maine au sens où il signifia la fin des soulèvements dont les évêques précédents avaient souffert. Par contre, lorsque nous faisons le bilan des années de guerre, la fin du xie siècle correspond à une phase paroxystique de la violence. Mais le rédacteur, sans les éluder, prenait en compte un autre élément : dans les dernières années de son règne, la légitimité d'Hélie fut totalement reconnue par les puissances angevine et normande. Biographie rétrospective par conséquent qui justifie après coup ses prétentions ; la question intéressante pour nous revient donc à savoir comment les contemporains ont réagi aux entreprises d'Hélie. Ajoutons tout de même qu'en dépit des limites évoquées, le rédacteur manceau avait également été un contemporain des événements qu'il retraça, à la différence de notre second informateur, alors vivant mais éloigné du Maine, Orderic Vital. Lui aussi écrivit de manière rétrospective, après la mort d'Hélie, dans lequel il considérait l'allié du roi Henri 1er contre Robert Courteheuse. Aussi ne devons-nous pas être surpris qu'il pare ses actes de la tunique de la légitimité, alors qu'Hélie fut successivement infidèle à Robert Courteheuse et à Guillaume le Roux.

  • 131 Actus, p. 385 et 393 ; SAA 746 ; O. VITAL, ibidem, vol. V, liv. X, p. 228 ; R. LATOUCHE, Histoire. (...)
  • 132 SAA 748, 749, 750 ; les dates de ces actes proposées par l'éditeur ont été justement rectifiées pa (...)
  • 133 O. VITAL, ibid.
  • 134 SAA 755.
  • 135 L. HALPHEN, Le comté..., p. 182-184.
  • 136 ORDERIC VITAL, The ecclesiastical..., ed. CHIBNALL, vol. Il, livre IV, p. 308, 310 ; L. HALPHEN, R (...)
  • 137 ORDERIC VITAL, ibidem, vol. IV, livre VIII, p. 154.

35Hélie pouvait, par sa parenté, prétendre au comté du Maine : il était petit-fils du Comte Herbert Eveille-Chien par sa mère Paille131. S'il y eut tractation avec Hugues V, c'est qu'Hélie avait déjà fait valoir ses prétentions. Ambitieux, certes ; car il était un cadet qui, à ce compte, ne pouvait envisager qu'une part restreinte de l'héritage paternel. Lorsque son père mourut en 1095-1096, son frère aîné, Gauzbert, était encore vivant ; il mourut peu après, en 1097-1098132, après avoir pris l'habit religieux133. Ce fut donc vers l'héritage maternel qu'Hélie porta ses vues, bien avant que le destin ne fit de lui l'héritier de la seigneurie de La Flèche134. Mais le comté, il fallut le conquérir par les armes contre le duc de Normandie, seigneur direct et légitime. Il lui fallu aussi, on l'a vu, vaincre les réticences des autres barons manceaux. S'ils préférèrent aller chercher un prétendant en Italie, c'est que ce fils de Jean de La Flèche présentait quelqu'inconvénient à leur goût. Il était angevin, d'une part ; mais surtout peut-être les barons réagissaient-ils contre le fils de l'ancien allié de Guillaume le Conquérant. Comme l'avait parfaitement vu Louis Halphen135, Jean de La Flèche, théoriquement vassal du comte d'Anjou, se comportait comme un défenseur de la cause normande : Foulques le Réchin fut son adversaire déclaré qui, par deux fois (en 1076 et en 1081), assiégea le château de La Flèche, tandis que le duc de Normandie n'hésitait pas à lui porter secours. C'est après l'incendie du château par Foulques qu'eut lieu une rencontre des armées angevine et normande dans la plaine de Blanchelande ; le combat n'eut pas lieu et on procéda à une transaction : Robert Courteheuse prêta pour la seconde fois l'hommage au comte d'Anjou, cette fois Foulques le Réchin. Jean de La Flèche et d'autres seigneurs angevins en profitèrent pour se réconcilier avec lui136. Lorsqu'Hélie commença ses opérations dans le Maine, il agissait pour son compte contre le duc de Normandie. Renversement d'alliance d'une génération à l'autre et ceci du vivant de son père : les fils ne se révoltaient pas tous ouvertement contre leur père mais, à défaut, prirent souvent cette option atténuée ; Hélie manifesta donc une infidélité vis-à-vis de Robert Courteheuse auquel il avait promis son soutien en 1088 lorsque ce dernier était venu dans le Maine faire reconnaître son autorité après la mort de Guillaume le Conquérant137.

36Par deux fois, les barons du Mans étaient allés solliciter un héritier lointain, à la fois indépendant des grandes puissances voisines et en même temps d'envergure assez réduite : ainsi, sa tutelle devait-elle être moins lourde. Du second choix on peut bien dire qu'il se fit contre Hélie : celui-ci avait déjà manifesté sa vaillance et sa volonté de bousculer les positions du duc. Mais la défection d'Hugues V apportait une solution viable, bien plus en tout cas que les tentatives peu cohérentes envisagées par le passé. Hélie put gouverner le comté sans que Robert Courteheuse cherchât à le déloger. Mais après quelques années de paix, le comte du Maine dut faire valoir ses droits par la force.

  • 138 Ibidem, vol. V, Liv. X, p. 228-230.
  • 139 « Rex turgidus » (ibid., p. 232).
  • 140 Hildebert avait eu un concurrent, le doyen Geoffroy, qui devait par la suite devenir archevêque de (...)
  • 141 Actus, p. 400-404.
  • 142 Actus, p. 400 ; Annales de Saint-Aubin, L. HALPHEN, Recueil d'annales..., p. 42 ; ORDERIC VITAL, T (...)

37D'après Orderic Vital, Hélie aurait été sur le point de se croiser mais il y aurait renoncé face à l'hostilité du roi d'Angleterre Guillaume le Roux qu'il aurait sondé ; Guillaume et non son frère Robert Courteheuse, toujours selon notre auteur, à la suite d'un arrangement entre les deux frères : Robert aurait laissé le duché de Normandie à Guillaume en échange d'une importante somme d'argent dont il aurait eu besoin afin de partir à la croisade138. Ici Orderic Vital invente un dialogue entre le roi et Hélie : ce dernier aurait offert sa fidélité à Guillaume qui l'aurait refusée. Le moine normand justifiait ainsi les guerres d'Hélie contre Guillaume le Roux : un vassal qui vient prêter l'hommage mais à qui le seigneur le refuse n'est plus un félon, il ne fait que se défendre contre son seigneur qui a ses torts. « Roi gonflé par la vanité », estime Orderic Vital139. Le rédacteur des Actus en revanche ne dit rien de ce voyage, pas plus que de l'intention d'Hélie de se croiser. Il donne une autre cause aux guerres : le roi n'avait pas accepté l'élection et la confirmation de l'évêque Hildebert de Lavardin qui devait sa désignation vraisemblablement à Hélie et au comte d'Anjou140. Position nettement plus vraisemblable que celle du moine normand ; Hildebert eut l'occasion d'éprouver l'animosité du roi d'Angleterre à son égard : Guillaume ravagea le domaine épis- copal de Coulaines puis plus tard contraignit l'évêque à se rendre en Angleterre où il exigea qu'il fît détruire les tours de la cathédrale. Hildebert, homme loquace et habile, parvint à éviter cet acte en gagnant du temps, jusqu'à la mort inopinée du roi141. La vraisemblance du motif avancé par le chanoine manceau n'épuise quand même pas la question. Au-delà du patronage de l'évêché, Guillaume le Roux tentait de restaurer l'autorité normande sur le Maine ; Hélie était donc son adversaire principal. Celui-ci entreprit de fortifier le château de Dangeul puis s'attaqua à un vassal du duc de Normandie, Robert de Bellême, qu'il battit (1096-1098). Une campagne de Guillaume le Roux et de Robert de Bellême échoua en 1098 ; ils fortifièrent à leur tour neuf châteaux de Robert de Bellême dans le Maine. Puis Hélie fut fait prisonnier par ce dernier qui l'offrit au roi d'Angleterre en 1098142.

  • 143 SAA 748 et 749.
  • 144 Actus, p. 400-401 ; O. VITAL, ibidem, p. 240 et 242.
  • 145 « familia », ibid, p. 248.
  • 146 Ibid., p. 246 et 248.
  • 147 « Timebat enim quod Fulco comes, regis deceptus muneribus, cum eo pacem faceret, atque civitate tra (...)
  • 148 Ibidem

38Hélie venait de contracter une alliance matrimoniale avec le comte d'Anjou Foulques le Réchin en fiançant sa fille Eremburge au fils de Foulques, Geoffroy. Ceci se passa peu après la mort du père d'Hélie143. En dépit du renversement d'alliance en sa faveur entre le lignage de La Flèche et le sien, Foulques joua un double jeu. Il n'avait sans doute pas apprécié le retour du Maine à une indépendance de fait, où la reconnaissance de la seigneurie éminente de l'Anjou était formelle. Il faut aussi savoir oublier la suite que l'historien connaît ; nul ne savait alors qu'Hélie mourrait sans héritier mâle et que l'alliance contractée allait faire du comte d'Anjou le comte du Maine ; c'était une possibilité déjà ouverte, mais pour Foulques le Réchin, il fallait parer à l'éventualité d'un successeur mâle à Hélie. Il joua donc son propre jeu en s'emparant du Mans. L'acte pourrait être interprété comme un soutien à Hélie destiné à négocier sa libération : nous allons voir qu'il n'en est rien. Guillaume le Roux mena campagne dans le Maine, obtenant la soumission de plusieurs barons : le seigneur de Fresnay, Raoul, vicomte du Mans ainsi que Geoffroy de Mayenne et Rotrou de Montfort. Payen de Mondoubleau lui abandonna le château de Ballon. L'armée dévasta la région et c'est à cette occasion qu'elle s'en prit particulièrement au domaine épiscopal de Coulaines144. Pourtant Guillaume renonça à prendre Le Mans ; il retourna en Normandie, pour revenir la troisième semaine de juillet 1098, fut reçu au Mans et traita avec le comte d'Anjou : on procéda à des échanges de prisonniers et Guillaume fut remis en possession de tous les châteaux ayant appartenu à Guillaume le Conquérant. Telle est la version retenue par Orderic Vital qui inclut Hélie dans la liste des prisonniers rendables. Le moine normand imagine ensuite un dialogue entre Guillaume le Roux et Hélie : celui-ci aurait réitéré sa promesse de fidélité en sollicitant du roi son admission dans la Maison royale145 ; il n'exigeait plus le comté dans l'immédiat mais seulement après l'avoir mérité par les services qu'il rendrait au roi. Dissuadé par le comte de Meulan, le roi aurait refusé cette offre, laissant partir Hélie libre alors que celui-ci ne lui cachait pas son intention de reprendre le comté par les armes146. Beau tableau qui préserve les qualités nobles de chacun des protagonistes ! Tout au plus le roi est-il encore égratigné de l'épithète de « turgidus ». La relation du chanoine manceau, à travers les Actus, est nettement moins emphatique. Il n'évoque pas les négociations avec Foulques le Réchin ni le retour de Guillaume le Roux après sa retraite. Par contre, il mentionne explicitement la crainte du comte Hélie : « Il craignait en effet que le comte Foulques, trompé par les présents du roi, ne fasse la paix avec lui et que, une fois la ville rendue, lui-même soit condamné à un perpétuel exil »147. Il appela donc l'évêque Hildebert et quelques-uns des barons de la cité et se concerta avec eux. Hildebert négocia sa libération en échange de la restitution de la ville au roi148. Version intéressante d'abord parce qu'elle émane d'un personnage bien informé, ensuite pour les rapports que le rédacteur signale entre Foulques le Réchin et Hélie. Cette méfiance réciproque alimente le doute que j'ai émis : le comte d'Anjou reconnaissait-il ouvertement la légitimité d'Hélie au comté ? N'avait-il pas été mis simplement devant le fait accompli, tout comme la noblesse mancelle et le duc de Normandie ?

  • 149 Une troisième version existe, rédigée par un annaliste de Saint-Aubin d'Angers (L. HALPHEN, Recuei (...)
  • 150 ORDERIC VITAL, The ecclesiastical..., ed. CHIBNALL, vol. V, livre X, p. 250.
  • 151 Ibidem, p. 240.

39Au travers des deux versions149 un point commun ressort : la restitution de la cité comtale au roi d'Angleterre. Guillaume en confia la garde à des chevaliers normands et s'assura l'alliance de trois importants barons manceaux : le vicomte Raoul, Geoffroy de Mayenne et Robert Vestrul, seigneur de Sablé150. Autant de nobles qui ne soutenaient pas Hélie, trop puissants eux-mêmes pour admettre la domination d'un égal. Lors de la première campagne du roi d'Angleterre un engagement avait eu lieu à Fresnay avec les chevaliers qui gardaient le château mais son seigneur, le vicomte Raoul V, avait préféré traiter avec Guillaume151 ; par la même occasion et à l'exemple du vicomte, Geoffroy de Mayenne et Rotrou de Montfort s'étaient soumis. Le revirement des barons traduisait une évolution par rapport à l'époque de Guillaume le Conquérant ; la nouvelle génération avait acquis de ses aînés le sentiment d'hostilité à l'égard du duché mais il s'était émoussé au profit d'une Realpolitik dont Hélie faisait les frais. L'entente entre les princes contraignait les grands barons à baisser la garde. Dans la mesure où ces derniers n'avaient plus réellement de prétendant à opposer aux premiers (puisque Hélie leur agréait médiocrement), toute opposition armée devenait risquée, sans objet, et les alliances plus difficiles à obtenir.

  • 152 Ibid., p. 248-250.
  • 153 Ibid., p. 254-260 ; Actus, p. 404.
  • 154 « candidus bacularis » (ORDERIC VITAL, ibid., p. 304).
  • 155 Ibid, p. 304-306.
  • 156 Chroniques des comtes d'Anjou, p. 142, citées par L. HALPHEN, le comté..., p. 189.
  • 157 L. HALPHEN, Recueil d'annales..., p. 44 ; ORDERIC VITAL, ibidem, vol. VI, livre XI, p. 84.

40Libre, Hélie s'employa à fortifier cinq châteaux : La Flèche, Château-du-Loir, Mayet, Outillé, Le Grand-Lucé, puis il parvint à reprendre Le Mans, incendié (1099)152. Guillaume accourut en hâte, provoqua le départ précipité d'Hélie de la capitale du comté tandis que la contrée était de nouveau ravagée par les deux adversaires. Malgré cela, Guillaume ne parvint pas à rétablir totalement son autorité et rentra en Angleterre où il mourut l'année suivante lors d'un accident de chasse, le 2 août 1100153. Il ne restait plus à Hélie qu'à parachever son œuvre : il assiégea le donjon du Mans que ses défenseurs abandonnèrent au bout de trois mois car ils n'avaient reçu les secours espérés ni de Robert Courteheuse ni du roi Henri 1er (novembre 1100). Selon Orderic Vital, ceux-ci se rendirent à Hélie en le priant de revêtir une tunique blanche, d'où son surnom de « blanc bachelier »154. De son côté, Foulques le Réchin, soucieux de démolir les entreprises de son allié, avait apporté son soutien aux défenseurs du donjon155. Par contre, Hélie avait bénéficié de l'aide de celui qui serait devenu son gendre si la mort ne l'avait fauché, Geoffroy Martel le Jeune156. La bonne entente entre Geoffroy et son futur beau-père se poursuivit après 1100 : on le vit accompagner Hélie dans ses campagnes contre Robert Courteheuse en Normandie157.

Rivaux et alliés

  • 158 Voir infra, p. 235.
  • 159 « parati ad servicium duci » (ORDERIC VITAL, The ecclesiastical..., ed. CHIBNALL, vol. IV, livre V (...)
  • 160 Ibidem.
  • 161 A. BERTRAND DE BROUSSILLON, la Maison..., n°68, p. 47.
  • 162 « redditisque munitionibus datis ab eo legibus sollerter obsecundarunt » (ORDERIC VITAL, The eccle (...)
  • 163 Voir aussi le cas de Payen de Mondoubleau, infra, p. 240.

41La duplicité du comte d'Anjou Foulques le Réchin s'inscrit bien dans une logique de complicité avec celui qui fut à la fois son rival et son vassal, le duc de Normandie, où l'essentiel était d'empêcher tout rétablissement d'un pouvoir comtal effectif dans le Maine. C'est ainsi qu'il faut comprendre les prises de position et les engagements du seigneur de Sablé Robert le Bourguignon puis de son fils. Robert avait reçu la châtellenie de Sablé de Geoffroy Martel puis il avait continué de manifester sa fidélité à Foulques le Réchin dont il apparaissait comme l'un des principaux vassaux158. Après la mort de Guillaume le Conquérant, Robert Courteheuse avait marché sur le Maine avec son armée en août 1088, peut-être pour recevoir un hommage qui ne lui paraissait pas acquis compte tenu des précédentes révoltes qu'avait dû affronter Guillaume. Il avait été reçu favorablement au Mans en particulier par trois importants barons parmi lesquels Robert le Bourguignon (les autres étaient Geoffroy de Mayenne et Hélie de La Flèche) qui se déclarèrent « à la disposition du duc »159. Ceci signifie qu'ils l'aidèrent dans les guerres menées dans le Maine contre ceux qui lui refusaient l'hommage, en l'occurrence Payen de Mondoubleau et Robert Carel160. Attitude tout à l'opposé d'une action tactique purement dictée par les circonstances, la fidélité du sire de Sablé envers Robert Courteheuse se remarque encore en 1092 quand le premier fut de retour d'une campagne au service du second161. Puis le fils de Robert le Bourguignon, après le départ de ce dernier à la croisade, poursuivit l'alliance avec la Normandie. En 1098 il fit partie des barons ralliés à Guillaume le Roux : « après avoir obtenu des dons et des châteaux, ils se conformèrent parfaitement à ses ordonnances », précise Orderic Vital162. Cela ressemblait tout à fait à une prestation d'hommage. Terminons en ajoutant que les sires de Sablé n'apparaissent jamais dans l'entourage du comte Hélie au travers de la documentation. Sans doute cette double fidélité envers le comte d'Anjou et le duc de Normandie prépare-t-elle au retournement d'alliance dont nous serons témoins au xiie siècle et sûrement faut-il y lire le signe d'une prise de distance des seigneurs de Sablé qui manifestaient ainsi la qualité de leur état social : ils conservaient, tout en restant tenus par les liens d'une fidélité non encore démentie, la possibilité de contracter d'autres alliances. Autrement dit, ils manifestaient leur liberté163. Mais il faut y voir aussi, me semble-t-il, et c'est ce qui rendait cette double fidélité permise, la connivence adroite qui liguait les princes territoriaux contre Hélie.

  • 164 L. HALPHEN, ibidem, annales de Saint-Aubin, p. 43.
  • 165 SV 308.
  • 166 R. LE JAN, Famille et pouvoir..., p. 259.

42C'est pourquoi durant les dix années que dura encore son règne à la tête du comté après la mort du roi d'Angleterre, Hélie continua d'entretenir des rapports empreints de méfiance à l'égard de Foulques le Réchin, au moins les premières années. Le comte du Maine allait rendre ses coups au comte d'Anjou. Il servit les desseins de Geoffroy Martel le Jeune révolté contre son père. Geoffroy, fils aîné du Réchin, l'accusait de lui préférer son demi-frère cadet Foulques le Jeune et de vouloir le déshériter. Ils firent la guerre au comte d'Anjou ou entravèrent ses projets en assiégeant et en prenant Marçon et Briollay en 1103164. À Briollay, Hélie et Geoffroy étaient accompagnés, entre autres, d'Adam de Château-du-Loir, le frère de Gervais II dont Hélie était le gendre165. L'entreprise de Geoffroy avait abouti à son association au gouvernement de l'Anjou. Il faut revenir sur la justification fournie par l'annaliste de Saint-Aubin à la guerre menée par Geoffroy contre son propre père, dans la plus pure tradition familiale. L'annaliste prend très au sérieux cette raison qu'il donne pour vraie et non pour pur prétexte. Elle pose le problème de la succession lignagère et de la primogéniture. Dans les faits, elles semblaient acquises depuis le xe siècle, en Anjou comme dans le Maine. Ce mode de transmission était assez entré dans l'usage pour donner une justification crédible à la révolte de Geoffroy Martel le Jeune et pour rallier à sa cause un important seigneur comme Hélie. En même temps, il restait susceptible d'être remis en question ; il n'était d'ailleurs pas adopté partout au nord de la Loire comme le rappelle Régine Le Jan à propos des Thibaldiens166. La tentative de Foulques le Réchin de favoriser un fils cadet préféré témoigne que la tendance restait fluctuante et l'association au pouvoir obtenue par Geoffroy le confirme puisqu'elle fonctionnait comme garantie à ses propres prétentions.

  • 167 ORDERIC VITAL, ibidem, vol. VI, liv. XI, p. 88 et 90.
  • 168 R. LATOUCHE, Histoire..., p. 53.
  • 169 O. GUILLOT, Le comte d'Anjou..., t. 2, p. 273, n° C 442.

43Du côté de la Normandie, Hélie allait judicieusement poursuivre une politique qu'il avait tentée déjà avec Guillaume le Roux, en l'occurrence une alliance du côté de l'Angleterre. Guillaume n'en avait pas voulu, mais Henri 1er l'accepta, d'autant plus qu'il n'avait personnellement aucune légitimité à revendiquer le Maine qui restait théoriquement du ressort de Robert Courteheuse. Dès 1105, Hélie fut allié au roi d'Angleterre contre Robert Courteheuse ; il combattit à ses côtés, entre autres à la bataille de Tinchebray le 28 septembre 1106167. Il jouait l'alliance anglaise contre l'adversaire voisin. Le danger étant écarté de ce côté, il put se rapprocher du vieux Foulques, d'autant que le 19 mai 1106, le fils aîné du Réchin, Geoffroy, mourut168. L'alliance fut immédiatement prolongée. On maria Eremburge à Foulques le Jeune. Ainsi le comte d'Anjou et le comte du Maine fortifiaient-ils leurs relations et conjuraient-ils les risques de se déchirer à propos du Maine. C'est pourquoi nous les voyons agir à partir de 1106 avec une apparente confiance mutuelle. Dans une notice postérieure au 19 mai 1106 (date de la mort de Geoffroy), nous trouvons la mention de Foulques [le Réchin], comte de Touraine, Foulques son fils « déjà chevalier et même marié » ainsi qu'Hélie comte du Maine « sous la main duquel le pagus d'Anjou se trouvait alors »169. Les chances de dévolution du comté du Maine à l'Anjou se précisaient et mieux valait préparer le passage du relais aux héritiers. Le 11 juillet 1110, Hélie mourait. Foulques V et Eremburge tenaient alors le comté du Maine. À la mort d'Eremburge, en 1126, le Maine fut rattaché au comté d'Anjou.

  • 170 D. BARTHELEMY, L'ordre seigneurial, p. 235.
  • 171 J. BOUSSARD, « Les institutions... », p. 40.
  • 172 JEAN DE MARMOUTIER, dans MARCHEGAY et SALMON, Chronique..., p. 268-269.
  • 173 ORDERIC VITAL, The ecclesiastical..., ed. CHIBNALL, vol. VI, livre XIII, p. 454-456.
  • 174 JEAN DE MARMOUTIER, ibidem.
  • 175 E. LAURAIN, Cartulaire..., t. 1, p. 60 n. 2.
  • 176 Voir infra p. 208 et suivantes.
  • 177 J. BOUSSARD, « Les institutions... », p. 55-56.

44La reprise en mains angevine allait donner un sens un peu différent aux révoltes, très mal éclairées par la documentation et qui pour cette raison ne sont peut-être pas toutes connues. Ce sont les seigneurs de Sablé qui s'offrent à nos regards. Passons sur les péripéties par lesquelles en 1114 le roi d'Angleterre Henri 1er prêta l'hommage au roi de France Louis VI pour le Maine que Foulques tenait de lui170. Son fils, Geoffroy le Bel, assuma la succession dès 1129, lorsque Foulques V abdiqua et partit pour Jérusalem171. Avec le jeune Geoffroy avait été élevé l'héritier de la seigneurie de Sablé, Robert II, qui était son frère de lait172. L'alliance normande des sires de Sablé n'avait pas encore ébranlé la fidélité à l'Anjou : l'éducation de cet arrière-petit-fils de Robert le Bourguignon en est l'expression la plus visible. Elle devait cependant prendre une tournure inédite que la fraternité originelle entre Geoffroy et Robert n'eut pas laissé prévoir. En réalité, la violence des déchirements intra- familiaux à l'âge adulte paraît tellement faire corps à la dynastie angevine qu'elle finit par contaminer ceux qui s'y sont agrégés ! Les prétentions de Geoffroy à la couronne d'Angleterre offrent à nos yeux la manifestation de la rupture entre le châtelain de Sablé et son seigneur. Lors de la mort du roi Henri 1er en 1135, l'unique héritière était sa fille Mathilde, l'épouse de Geoffroy le Bel depuis 1128. Mais l'hostilité des barons normands à l'égard de celle-ci comme la rapidité d'action d'Étienne de Blois, neveu du roi défunt, firent élire ce dernier roi d'Angleterre. Lorsque Geoffroy et Mathilde entreprirent de faire valoir leurs prétentions à la couronne, Geoffroy se rendit en Normandie à la tête d'une armée d'Angevins et de Manceaux ; le comportement de ses troupes d'occupation provoqua la révolte des paysans normands qui avaient réussi à le chasser. Robert II de Sablé entraîna alors une partie de la noblesse mancelle à la rébellion, l'empêchant de regagner la Normandie, précise Orderic Vital qui assigne implicitement ce fait comme objectif à l'entreprise173. Geoffroy parvint à mater la révolte tandis que les évêques du Mans et d'Angers s'entremettaient entre les barons rebelles et leur seigneur174. Plus tard, en 1173, lors de la révolte qui dressa les fils du roi Henri II contre leur père, Robert III de Sablé compta parmi les insurgés. Après la mort du roi, il fut en faveur auprès de Richard Cœur-de-lion car il fit partie des cinq connétables chargés de conduire sa flotte à la croisade, puis il entra dans l'ordre du Temple dont il devint maître175. Alors que les révoltes du xie siècle se caractérisaient par la revendication à remettre en selle un pouvoir comtal légitime, celles du xiie s'inscrivent dans un contexte de réaction châtelaine contre un prince territorial puissant, contre la reprise en mains angevine. Elles coïncident, celle contre Henri II surtout, avec l'époque où les châtelains durent rétrocéder au roi les juridictions qu'ils détenaient sur les nobles176 et dont la mise en place du sénéchalat constituait une des modalités177. Elles annoncent, après la mort de Richard Cœur-de-Lion (1199), le choix des barons du Maine et des comtés voisins de reconnaître Arthur de Bretagne et le roi de France contre le roi d'Angleterre.

Conclusion

45Que nos informateurs aient été normands, angevins ou manceaux, tous ont décrit les luttes pour la domination du comté en soulignant la légitimité du pouvoir avec lequel ils avaient partie liée, d'où naturellement les contradictions entre leurs points de vue. Jusqu'à la mort d'Herbert II, les comtes se défendirent contre les entreprises de l'Angevin, d'abords seuls, puis avec le soutien de l'évêque Gervais en ce qui concerne Hugues IV ; son fils n'eut de recours que dans la fuite et l'alliance avec le Normand. Le passage du comté dans les mains de ce dernier s'accompagnait par deux fois d'une prestation d'hommage envers le comte d'Anjou dont la suzeraineté était reconnue. Comment mieux exprimer la façade légale que le pouvoir donnait à sa conquête ? L'illégalité, la violence féodale, étaient renvoyés par là au niveau inférieur, c'est-à-dire à celui des châtelains. Le paradigme de l'anarchie féodale trouvait ses premiers aliments chez les annalistes et biographes contemporains et dans l'image que le pouvoir renvoyait de lui-même ! En vérité, les châtelains eux-mêmes ne défendaient pas autre chose que la légitimité en proposant d'autres prétendants au comté ; mais eux ne disposaient pas de biographes à leur service pour donner cette coloration de légalité à leurs actions. Hélie, qui était l'un d'eux, ne reçut pas le soutien de tous ses pairs et seulement un soutien ambigu du comte d'Anjou Foulques le Réchin. Sa légitimité était loin d'être clairement reconnue. Les rédacteurs qui évoquèrent ce comte n'hésitèrent pas à la lui attribuer mais ils écrivaient après sa mort ; Orderic Vital signale d'ailleurs à sa façon le moment à partir duquel elle dut être admise par les princes et l'ensemble des châtelains lorsqu'il offre la fiction de l'investiture après la mort de Guillaume le Roux, alors qu'Hélie était comte depuis huit années.

  • 178 D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 728.

46Aussi, les guerres des barons ne présentent-elles pas de caractères fondamentalement différents comparées à celles des princes territoriaux. Finalement pourquoi faisaient-ils la guerre ? D. Barthélemy a écrit qu'au fond, l'important était d'y participer, de faire montre de sa force ; il y a une auto-limitation et les règlements n'y sont pas définitifs178. En appliquant ceci à l'aristocratie mancelle des xie et xiie siècles nous en constatons la véracité mais aussi les limites. Il faut distinguer trois époques. Celle des guerres des comtes, jusqu'en 1062 ; celle des guerres des châtelains dont font partie les entreprises d'Hélie ; celle des guerres des rois lors de la reconquête de Philippe Auguste, à partir de 1189. Pour les premières, il est facile de constater que les armes ne furent pas responsables de l'effondrement du pouvoir comtal manceau : les aléas biologiques s'en sont chargés ; quant au duc de Normandie, ce sont les châtelains qu'il a eu à combattre, non le comte d'Anjou. Cependant un comté entier comme le Maine n'a pas été facile à pacifier et à intégrer étant donné l'état des forces disponibles et des structures existantes. Il fallait pouvoir s'appuyer sur des alliés intérieurs. De ce point de vue, le comte d'Anjou avait l'avantage sur le duc de Normandie. Foulques le Réchin laissa souvent les Normands s'épuiser dans des expéditions longues, répétitives et fort peu efficaces à moyen terme. Lui-même n'intervenait que très peu par ce moyen. Il accepta le statu quo sur le Maine qui le consacrait comme suzerain tandis que le Normand disposait théoriquement de la directe. Aussi n'avait-il aucun intérêt à favoriser les tentatives multiples de remise en selle d'un comte proprement manceau. C'est dans cet esprit qu'il chassa Geoffroy de Mayenne du Mans en 1072 et que plus tard il se garda de soutenir Hélie. Le Normand et l'Angevin ne s'affrontèrent pas directement ; lorsqu'ils furent sur le point de le faire, après 1081, quand Foulques incendia le château de Jean de La Flèche allié au duc de Normandie, ils transigèrent et Robert Courteheuse prêta de nouveau l'hommage pour le Maine au comte d'Anjou. Les princes territoriaux savaient faire de la guerre un usage modéré, calculé, adroit. Nous sommes loin de Poitiers et d'Azincourt ! Mais gardons-nous d'une vision idyllique. Les descriptions des incendies et des misères consécutives par les annalistes ne relèvent pas seulement de la complainte de gens d'Église hostiles à la guerre.

47Les guerres des châtelains ne présentent pas de caractère foncièrement différent. Celles contre le duc de Normandie ne donnent pas l'impression d'avoir eu pour objectif réel son renversement au profit d'un comte authentiquement manceau. On alla tout de même chercher loin les prétendants : d'abord dans le Vexin puis deux fois en Italie ! Mais les barons manifestaient ainsi leur pouvoir. Par l'expression de la force militaire, ils rappelaient régulièrement aux Grands (y compris au comte d'Anjou) qu'il fallait compter avec eux. La guerre était davantage qu'une affaire de prestige, elle manifestait leur liberté, celle de refuser un seigneur jugé illégitime. Affirmation de leur liberté, donc de leurs droits : taxer, tenir une cour. La guerre châtelaine était préventive. Lorsqu'ils disposèrent d'un prétendant proche du Maine, Hélie, ils lui mesurèrent leur soutien, voire s'opposèrent à lui. Hélie bousculait un jeu bien établi depuis le temps d'une génération, l'opposition au Normand. Paradoxalement, son entreprise facilita plusieurs ralliements à l'ennemi traditionnel. La remise en cause du statu quo ne dérangeait pas seulement Foulques le Réchin mais gêna certains châtelains parce qu'ils pouvaient y perdre ces possibilités d'opposition qui avaient pour eux valeur d'affirmation de leurs prérogatives.

  • 179 LATOUCHE, Histoire..., p. 34.
  • 180 ORDERIC VITAL, The ecclesiastical..., ed. CHIBNALL, vol. IV, liv. VIII, p. 154.

48les guerres d'Hélie de La Flèche ont été sans prolongement durable puisqu'à sa mort le comté retombait sous la tutelle angevine. De la même manière, les guerres de Robert II de Sablé contre son seigneur Geoffroy Le Bel se conclurent par la paix sans que nous parvenions à voir quelle transformation ceci provoqua. Les grands barons du comté qui dirigèrent plusieurs soulèvements contre le duc de Normandie surent également négocier avec lui. L'envergure d'un lignage se manifestait par son aptitude à résister aux plus grands tout en sachant ne pas prendre de risques. Guerres auto-limitées : on évitait d'aller jusqu'à la destruction physique de l'adversaire ; mais était-ce par accord tacite ou par l'effet d'un rapport d'équilibre entre les forces adverses ? Gautier III et Biote, prisonniers de Guillaume le Conquérant, furent empoisonnés à Falaise179 après la première révolte de 1062-1063. Ou encore, après la prise du château de Saint-Céneri en 1088 par Robert Courteheuse, les chevaliers eurent les membres amputés180. Mater férocement les rébellions, nobiliaires en l'occurrence mais cela vaut pour les autres, n'a jamais effrayé un pouvoir dès l'instant où il n'en craint pas les retombées négatives. Chaque négociation de paix était singulière et son cours ainsi que son résultat n'étaient nullement inscrits à l'avance. Son engagement et sa conclusion ne se comprennent pas seulement comme le moment où, chaque camp ayant manifesté son aptitude au combat, les belligérants apprécient le risque de pertes trop importantes, préférant ménager leur capital de guerriers comme plus tard les condottieres. La notion de rapport des forces s'apprécie aussi en termes de conjoncture politique. Après la révolte de 1082-1083, le vicomte Hubert put faire la paix avec Guillaume le Conquérant parce que le roi n'avait pas réussi à s'emparer du château de Sainte-Suzanne. Celui-ci rendit les châteaux de Fresnay et de Beaumont à son détenteur parce qu'Hubert avait disposé de solides soutiens hors du Maine. Le roi d'Angleterre ne pouvait se permettre, en dépit de sa puissance, de laisser se maintenir une telle écharde susceptible d'envenimer la contrée tout entière. Quant aux guerres des rois à la fin du xiie siècle, la documentation ne les décrit pas autrement que toutes celles des deux cents années précédentes : ce qui les différencie effectivement, par les moyens comme dans les objectifs, était tout au plus une question d'échelle.

  • 181 N. ROULAND, Anthropologie..., p. 320.
  • 182 D. BARTHÉLEMY, La société.... p. 734-735.

49Tentons justement le bilan. Pour le xiie siècle, la documentation ne le permet pas précisément. Pour le xie, les guerres comtales et châtelaines ont marqué vingt-et-une années au moins, pas plus de vingt-cinq, à raison d'une ou deux saisons à chaque fois. Le comté aura donc été en paix trois années sur quatre en moyenne. De quoi relativiser l'idée de la violence endémique. D. Barthélemy l'a souligné avec raison : prolongeant une idée de N. Rouland181, il montre, prenant appui sur « La mort du roi Arthur », comment la littérature du xiiie siècle allait fabriquer et nous léguer une image de la violence féodale prémonarchique, justificatrice a posteriori de l'ordre royal182. Mais le travail d'élaboration d'un imaginaire mythique était en train encore plus tôt. Lorsque les annalistes (moines ou chanoines) qualifiaient les guerres châtelaines de « rébellions », que faisaient-ils d'autre qu'exprimer le point de vue du pouvoir supérieur, le légitimant du même mouvement de plume ? Ces remarques sur la partialité de mes informateurs ramènent aux conditions de l'élaboration des sources utilisées ici. Presque la totalité de la documentation a été produite par des établissements religieux. C'est pourquoi, avant d'aborder de front l'étude de l'aristocratie, je dois m'arrêter sur eux.

Notes

1 J.-P. POLY, E. BOURNAZEL, La mutation..., p. 484.

2 F. FURET, article « Féodalité », p. 191.

3 Je fais ici particulièrement référence aux travaux de D. Barthélemy depuis sa thèse sur la société vendômoise.

4 E. VALLÉE, R. LATOUCHE, Dictionnaire...

5 « pagus Cenomannicus »

6 civitas Cenomanorum, civitas Diablintum.

7 E. VALLÉE..., Dictionnaire..., p. V.

8 J.-P. BRUNTERC'H, « Maine ou Anjou... »

9 « sive in Cenomannico seu in Andecavensi pago » (SAA 317). On notera au passage l'emploi de « pagus » pour désigner chacun des deux comtés comme, à la même époque, entre 1051 et environ 1058, un acte de Saint-Vincent localisait « in pago Cenomannico » des biens donnés à l'abbaye ; il était passé au Mans, « en cour publique » (curie publice) en présence du comte d'Anjou Geoffroy Martel et du jeune comte du Maine Herbert II (SV 184).

10 E. VALLÉE..., Dictionnaire..., p. VII.

11 MV 17 et 29 ; voir aussi D. Barthélemy, La société..., p. 300.

12 Ibidem, p. 133.

13 Cledeis, Alnetis, Pontiacum, Arteneis, Ruilliacum et multa alia (Actus, p. 353) ; trois sont nettement identifiables ; Poncé, Artins et Ruillé ; une autre est peut-être Cloyes-en-Dunois (D. BARTHÉLEMY, ibid., p. 287 et n. 68 qui suit J. Boussard).

14 Voir infra p. 27.

15 TV 68.

16 O. GUILLOT, Le comte..., t. 1, p. 55, n. 251.

17 D. PICHOT, Le Bas-Maine..., p. 13-14.

18 B. LEMESLE, Les évêques du Mans..., p. 53.

19 D. PICHOT, ibidem, p. 161.

20 SPC 6.

21 ORDERIC VITAL, The ecclesiastical..., ed. M. CHIBNALL, vol. V, Liv. X, p. 234. Voir la liste p. 186 n. 39.

22 La référence en la matière est aujourd'hui constituée par les recherches de Karl Ferdinand Werner et, pour les origines les plus anciennes, la thèse de R. Le jan (K.F. WERNER, « Untersunchungen... », p. 279-283 ; R. LE JAN, Famille et pouvoir..., p. 253-254 et 451 ; voir aussi K.S.B. KEATS-ROHAN, « Politique et parentèle... »).

23 A dus, p. 341-348.

24 Fragments de chartes du Xe siècle provenant de Saint Julien de Tours, ed. Grandmaison, Paris, 1886, n°21 (967), p. 60, cité par G. LOUISE, La seigneurie des Bellême..., t. 1, p. 168.

25 R. LATOUCHE, Histoire du comté..., p. 17 et n. 4.

26 Ibidem, p. 54.

27 « Ipse enim acquisivit Cenomannicum » (MARCHEGAY, Chronique..., t.1, p. 276).

28 « post mortem Hugonis patris sui quern Fulco senior sibi violenter subjugarat » (ORDERIC VITAL, The ecclesiasti- cal..., ed. M. CHIBNALL, vol. II, liv. IV, p. 304).

29 R. LATOUCHE, ibidem, p. 54, n. 1.

30 « Gaufridus, Haimonis filius, ipse ille cujus castrum Medane fuit de cujus beneficio constat dono Fulconis, Andegavini comitis « (SV 245). R. Latouche avait confronté ce dernier document à la mention « Haimon de Mayenne » dans la liste des témoins d'un acte du cartulaire de Saint-Victeur en 1014 (SVI 4) : il en avait déduit que le comte d'Anjou avait inféodé le château de Mayenne au père de Geoffoy, Haimon. O. Guillot a rectifié à juste titre cette lecture erronée. En effet, la mention de l'acte de Saint-Victeur implique seulement l'attachement d'Haimon à Mayenne (O. GUILLOT, Le comte..., t. 1, p. 457-458). La lecture stricte de la notice de Saint-Vincent atteste de l'existence du château de Mayenne au temps de Foulques Nerra et que Geoffroy le tenait de ce comte.

31 D. PICHOT, Le Bas-Maine..., p. 135 et n. 24.

32 Il souscrit un acte avec Hugues III en portant également le titre de comte (SPC 4).

33 R. LATOUCHE, ibid., p. 26, n. 1.

34 GUILLAUME DE POITIERS, Histoire..., p. 86.

35 f L. HALPHEN, Recueil d'annales..., p. 61.

36 D'origine normande, il avait été chevalier de Guillaume le Conquérant avant d'entrer dans les ordres.

37 « gravissimas infestationes quas a perjîdis affinibus suis Andegavensibus incessanter patiebatur » (ORDERIC VITAL, ibidem, liv. III, p. 116).

38 Ibid, liv. IV, p. 304.

39 Actus, p. 355 et 357 ; SV 14.

40 Ibidem, p. 353-354.

41 « dedit ei sexaginta quatuor altariorum relevationes, synodos et circuitiones, insuper casamenta eclesie magna [...] tali videlicet ei tribuit, ut nulli deiuceps episcoporum in dominium habere liceret » (Ibid.).

42 Pour les développements sur Sigefroy, voir : D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 286 ; O. GUILLOT, Le comte..., p. 21 ; B. LEMESLE, Les évêques..., p. 79 et 102 ; G. LOUISE, « Népotisme épiscopal... »

43 Actus, p. 356.

44 Ibidem, p. 358-359. Voir les développements dans B. LEMESLE, ibidem, p. 104-105.

45 Actus, p. 356.

46 R. LATOUCHE, Histoire..., p. 24-25. G. LOUISE, La Seigneurie..., t. 1, p. 282.

47 «...antequam esset ordinatus episcopus, coepit et ipse destructor esse ecclesiae. Nam curiam antecessorum episcoporum. quam Colonias vacant, fiscalinorum admodum plenam, mille libris denariorum et plus valentem, et villam quam Disia- cum nominant, ultra fluvium Ledam, dedit Fulconi, Andegavorum comiti, ut se apud Francorum regem de episcopatu fideliter adjuvaret. lmpetrato autem quod esset episcopus, et in sede jam posito, oritur contentio inter eum et Hugonem, Cenomanensium comitem » (Actus, p. 353). Ici se situe une erreur du narrateur car selon les dates possibles d'accession à l'épiscopat (968-971), cela n'aurait pu être que le comte Geoffroy Grisegonelle.

48 G. LOUISE, « Népotisme épiscopal... »

49 Contrairement à l'affirmation d'O. Guillot qui écrit que Sigefroy céda à celui-ci la curia épiscopale de Coulaines ainsi que la villa de Dissay-sous-Courcillon pour défendre l'évêché du Mans contre le comte du Maine (O. GUILLOT, Le comte..., t. 1, p. 20) ; en fait la lutte entre le prélat et le comte du Maine ne surgit qu'après la confirmation royale et la consécration de l'évêque.

50 L. THEIS, L'héritage..., p. 181 ; O. GUILLOT, ibidem, t. 1, p. 12-13.

51 K.F. WERNER, « Untersunchungen... », p. 279-283.

52 Une autre interprétation des luttes entre Sigefroy et le comte du Maine a été proposée par K. Keats-Rohan. Selon cet auteur il faudrait les comprendre comme une manifestation d'hostilité des Bellême envers leurs parents par alliance que seraient les comtes du Maine. Ceci repose sur l'identification de Foucoin, frère du comte Hugues III, au père du fondateur de l'Abbayettc. Dans l'acte de fondation (CAB 1), le donateur, Yves, mentionne plusieurs de ses parents dont son père Foucoin et sa mère Rothais ainsi que deux oncles, l'évêque Sigefroy et Guillaume. Si l'hypothèse de K. Keats-Rohan était juste, le comte Hugues III, souscripteur de l'acte, serait aussi un oncle du fondateur. On ne voit pas pourquoi dans ce cas il n'aurait pas été identifié comme tel dans l'acte. Comme tout le reste de la reconstruction de l'auteur s'appuie sur cet élément infondé et à mon avis improbable, je préfère ne pas la suivre dans ses hypothèses (K. S. B. KEATS-ROHAN, « Two studies... »).

53 R. LATOUCHE, Histoire..., p. 26, n. 4.

54 Actus, p. 363.

55 « de sacro fonte susceperat » (Ibidem, p. 365).

56 Il paraît exclu d'y voir, comme l'écrit O. Guillot, une faiblesse du comte d'Anjou Foulques Nerra qui « avait laissé le roi permettre l'accession au siège épiscopal du Mans « d'un personnage ayant des origines bellêmoises, d'un fidèle du comte de Blois qui plus est (Le comte..., t. 1, p. 54). En réalité, Gervais était aussi le fils d'un fidèle de Foulques Nerra. Quant à ses origines bellêmoises, on ne voit pas qu'elles expliquent quoi que ce soit dans la politique que mena Gervais. Enfin, ce n'est que quelques années plus tard qu'il sera en guerre contre Geoffroy Martel, fils révolté contre son père, et non contre ce dernier.

57 Selon les Actus, il succéda à Avesgaud après cinquante jours de vacance du siège (p. 9) ; or ce dernier est mort un 27 octobre (BUSSON et LEDRU, Nécrologe-obituaire..., p. 285) et Gervais aurait été vingt ans évêque du Mans (Actus, p. 367). Comme il est monté sur le siège de Reims le 15 octobre 1055 (RHF, t. XI, p. 291), la durée de son épiscopat indiquée par le rédacteur des Actus est par conséquent approximative.

58 TV 68.

59 O. GUILLOT, Le comte..., t. 1, p. 55, n. 251.

60 SAA 327.

61 « invidiae stimulo inflammatus, eo quod rebus ditior vel melior illo diceretur a multis, simulquee causa invadendi the- saurum sancti Juliani, per duos annos, aditum intraudi prohibuit ei. » (Ibid., p. 363).

62 « Gervasius praesul, concilium iniit cum parochianis et heroibus terrae, dicens illis ut exheredarent illum Bachonem, forasque civitatem projicerent, et rectum haeredem, Hugonem videlicet, Herberti filium, bonae indolis adolescentem, omnino in honore exheredarent [sic] » (Actus, p. 365). L'auteur des Actus suggère une connivence préalable entre Herbert Bacon et le comte d'Anjou Geoffroy Martel qui aurait décidé Gervais il prendre cette mesure (p. 365). Les relations entre le comte d'Anjou et celui du Maine sont mal connues à cette époque ; toutefois, parmi les chroniques des comtes d'Anjou dont l'auteur présumé est Foulques le Réchin (MARCHEGAY et SALMON, Chronique..., p. 378 ; RHF, t. 11, p. 137) nous trouvons la mention d'une guerre ayant opposé Geoffroy Martel et Herbert Bacon du vivant de Foulques Nerra, donc avant le 21 juin 1040, au cours de laquelle Geoffroy Martel aurait fait prisonnier Herbert Bacon. Mais un retournement d'alliance est plausible et facile à comprendre : la politique de Gervais consistait à redonner vigueur au comté en soutenant Hugues IV ; agissant à la fois contre Herbert Bacon et contre les appétits de Geoffroy Martel sur le comté, ses adversaires avaient intérêt à se coaliser.

63 « Videns vero praesul suum episcopatum, nec per regem nec per seipsum, a Bacchone posse defendi, petivit quiddam a rege Henrico, quod utinam non petisset ; scilicet ut daret episcopatum Gaudrido, Andegavorum comiti, solummodo dum viveret, ut liberius a comite Cenomannico illum defenderet » (Actus, p. 364).

64 O. GUILLOT, Le comte..., t. 1, p. 59.

65 Actus, p. 365.

66 O. GUILLOT, ibidem, p. 66.

67 « principis nostri » (LA 177).

68 SUDENDORF, Berengarius Turonensis, p. 214, passage cité par L. Halphen, Le comté..., p. 75.

69 O. GUILLOT, Le comte d'Anjou..., t. 1, p. 67-68. Gervais avait en effet été un fidèle du comte de Blois Eudes II. Deux actes émanés de ce comte portent parmi les souscripteurs : « Gervais trésorier de Saint-Julien du Mans » ; l'un d'entre eux le mentionne parmi les « fidèles » du comte (O. GUILLOT, Le comte d'Anjou..., t. 1, p. 55 n. 251). Or ce trésorier était bien le futur évêque du Mans, comme le suggèrent deux documents : un acte de Gervais évêque (LA 177), dont une partie du dispositif est reprise dans les Actus (p. 367-372), où il attribue à tous les chanoines des revenus qui étaient réservés au seul trésorier ; un second (LA 181), émané de l'évêque Avesgaud, daté avec raison de 1028 par L. Célier (Catalogue..., p. 19), dans lequel est mentionné le trésorier Gervais : ici c'est la date qui permet d'accepter l'identification comme plausible. Le faisceau de présomptions formé par l'ensemble de ces documents n'autorise guère le moindre doute sur celle-ci.

70 Actus, p. 365.

71 SJT 18.

72 M. BUR, La formation..., p. 198-199.

73 Actus, p. 365.

74 MARCHEGAY et SALMON, Chroniques..., p. 378 et 398 ; RHF, t. XI, p. 137 ; TV 66 et 67.

75 « bosiavit » : sur l'emploi de ce terme, voir D. BARTHELEMY, La société..., p. 113.

76 « fosostagiavit » : ibidem.

77 « obses ».

78 « exierat de fidelitate sua » (RHF, t. 11, p. 137).

79 M. FAUROUX, Actes, n°107, cité par G. LOUISE, la seigneurie..., t. 1, p. 355.

80 R. LATOUCHE, Histoire..., p. 29, n. 1.

81 Actus, p. 365.

82 « Cum autem audisset praesul Gervasius in vinculis quae fecissent heroes Cenomanici [...] castellum Lir reddidit. Dum haec agerentur, comes Gaufridus Gervasius de carcere exire pennisit, tali videlicet sacramento, ut quamdiu ipse Gaufridus adviveret, intra civitatem Cenomanicam Gervasius non intraret » (Actus, p. 366).

83 O. GUILLOT, Le comte d'Anjou..., t. 2, p. 128 et t. 1, p. 76.

84 SAA 178.

85 SUDENDORF, Berengarius Turonensis, p. 214 n. 8, cité par L. Halphen, Le comté..., p. 75.

86 O. GUILLOT, Le comte d'Anjou..., t. l, p. 91-92.

87 Ibidem, p. 333-335.

88 ibid., n. 255.

89 SV 234 et 235.

90 « illud castrum cum toto honore habebat dominicum » (SAA 402).

91 Voir annexe p. 230.

92 Outre les Actus, p. 365, GUILLAUME DE POITIERS, Histoire.... p. 88 ; ORDERIC VITAL, Historia ecclesiastica, ed. Le Prévost, t. II, p. 102.

93 SV 303.

94 « de cujus dominio feum peudet » (SAA 941 ).

95 « Gaufrido comite presidente, Herberto puero comite vivente, Henrico rege regnante » (SV 184).

96 O. GUILLOT, Le comte..., t. 1, p. 87, n. 391.

97 R. LATOUCHE, Histoire..., p. 32, n. 5.

98 GUILLAUME DE POITIERS, Histoire..., p. 88.

99 DE LESTANG, « Martyrologe... », p. 466 ; R. LATOUCHE, ibidem, p. 33, n. 3.

100 O. GUILLOT, ibidem, t. 1, p. 86-87 et t. 2, p. 153-154.

101 O. VITAL, The ecelesiastical..., ed. M. CH1BNALL, vol. II, liv. IV, P. 304 ; R. Latouche établit de façon conjecturale la date de cet hommage qu'il situe après 1063, c'est-à-dire après que le duc de Normandie eut maté le premier soulèvement des barons manceaux ; ceci reste hypothétique (R. LATOUCHE, histoire..., p. 35).

102 SV 245 ; D. PICHOT, Le Bas-Maine..., p. 135, 179, 190.

103 GUILIAUME DE POITIERS, Histoire..., p. 88 ; ORDERIC VITAL, The ecclesiastical..., ed. M. CHIBNALL, vol. II, liv. III, p. 116.

104 R. LATOUCHE, ibidem, p. 34.

105 GUILLAUME DE POITIERS, ibidem, p. 96.

106 « cives ».

107 Actus, p. 377-379.

108 B. LEMESLE, « Le discours... »

109 R. LATOUCHE, ibid, n. 7, p. 38.

110 Actus, p. 380-381.

111 ORDERIC VITAL, The ecclesiastical..., ed. CHIBNALL, vol. II, livre IV, p. 306 ; R. LATOUCHE, Histoire..., p. 38.

112 « eique aliquanto tempore postmodum servivit » (ORDERIC VITAL, ibidem).

113 Actus, p. 379.

114 SAA 318. L'éditeur, A. Bertrand de Broussillon, avait daté la notice le rapportant de 1099, époque où Le Mans fut pris et repris par Hélie de La Flèche au roi d'Angleterre Guillaume le Roux. Mais E. Laurain a fait justement remarquer (E. LAURAIN, Cartulaire..., p. 9 n. 2) que le fils homonyme du mourant était qualifié de « puer » dans la notice alors que nous le retrouvons trois ans plus tard, en 1102, qualifié de « dominus », marié et père de Garin. En réalité, il est préférable d'admettre que Gaudin II est mort en 1072, lorsque Foulques le Réchin assiègea Le Mans. Les autres faits s'accordent avec cette date. D'abord la capture de Gaudin par Geoffroy de Mayenne s'expliquerait par son opposition à celui-ci lorsqu'il fut à l'origine de la révolte de 1069, ou durant la Commune de 1070. Ensuite, nous savons que Gaudin III a fait la guerre au roi d'Angleterre (SAA 327). Il s'agit donc de Guillaume le Conquérant car vers 1083-1084 le vicomte Hubert dirigeait la révolte contre Guillaume en se défendant au château de Sainte-Suzanne. Le jeune Gaudin, douze ans après, a eu le temps de devenir adulte. S'il fallait admettre la mort de son père en 1099, lui-même aurait alors combattu le roi Henri 1er, mais on ne voit pas bien pourquoi ; au contraire, à cette époque, le comte Hélie s'alliait à Henri 1er contre le duc de Normandie Robert Courteheuse.

115 R. LATOUCHE, Histoire..., p. 39.

116 ORDERIC VITAL, The ecclesiastical..., ed. CHIBNALL, livre VII, vol. IV, p. 48.

117 ORDERIC VITAL, Historia ecclesiastica, Ed. LE PREVOST, t. III, livre VII, p. 200.

118 M. CHIBNALL, The ecclesiastical..., livre VII, vol. IV, p. 48, n. 3.

119 SV 492.

120 SV 36.

121 « facta inter eos amicitia omne paternum jus honorifice recepit » (ORDERIC VITAL, Historia ecclesiastica, Ed. LE PREVOST, t. III, livre VII, p. 200).

122 R. LATOUCHE, ibid., p. 41.

123 Les insurgés de 1069 avaient fait venir ce marquis italien pour lui offrir le comté parce qu'il avait épousé Gersent, l'une des filles d'Herbert Eveille-Chien. Il était rapidement retourné chez lui, laissant le gouvernement de la cité à Geoffroy de Mayenne (Actus, p. 376-377).

124 « surrexit quidam nobilis adolescens, qui erat de geuere Cenomannensium consulum [...] ; et cepit calumniari ipsum comitatum » (Actus, p. 385).

125 Il existe une autre version de l'enfermement de l'évêque, due à Orderic Vital. Selon lui, Hoël aurait excommunié les partisans du comte Hugues V qui l'avaient accueilli au Mans parmi lesquels se trouvaient Geoffroy de Mayenne et Hélie de La Flèche. C'est en conséquence de l'excommunication qu'Hélie se serait emparé du prélat. Cette version souffre tout de même de quelques difficultés ; elle ne fait pas mention de la prise de Ballon par Hélie et, en considérant celui-ci comme un allié des autres barons dès le début, le mouvement de paix dirigé contre lui ne s'ajuste pas très bien à cette donnée ; enfin le rédacteur des Actus, qui propose une version plus cohérente, était aussi mieux informé du fait de sa position (Actus, p. 385-386 ; ORDERIC VITAL, The ecclesiastical..., ed. CHIBNALL, vol. IV, liv. VIII, p. 192-198 ; B. LEMESLE, les évêques..., p. 115).

126 Actus, p. 388.

127 Actus, p. 390-391 ; LEMESLE, ibidem, p. 148-149.

128 Actus, p. 393 ; ORDERIC VITAL, The ecclesiastical..., ed. CHIBNALL, vol. IV, liv. VIII, p. 192-198.

129 Hélie souscrit avec le titre de comte du Maine une confirmation par Foulques le Réchin datée du 27 juillet 1092 (L. HALPHEN, le comté d'Anjou..., catalogue d'actes, p. 320, n°262).

130 B. LEMESLE, Les évêques..., p. 28-30.

131 Actus, p. 385 et 393 ; SAA 746 ; O. VITAL, ibidem, vol. V, liv. X, p. 228 ; R. LATOUCHE, Histoire..., p. 113- 114.

132 SAA 748, 749, 750 ; les dates de ces actes proposées par l'éditeur ont été justement rectifiées par R. Latouche (ibidem, p. 150 n. 3).

133 O. VITAL, ibid.

134 SAA 755.

135 L. HALPHEN, Le comté..., p. 182-184.

136 ORDERIC VITAL, The ecclesiastical..., ed. CHIBNALL, vol. Il, livre IV, p. 308, 310 ; L. HALPHEN, Recueil d'annales..., p. 5 et 88 ; L. HALPHEN, Le comté.... catalogue d'actes, p. 311, n°233 ; SV 99.

137 ORDERIC VITAL, ibidem, vol. IV, livre VIII, p. 154.

138 Ibidem, vol. V, Liv. X, p. 228-230.

139 « Rex turgidus » (ibid., p. 232).

140 Hildebert avait eu un concurrent, le doyen Geoffroy, qui devait par la suite devenir archevêque de Rouen (ORDERIC VITAL, ibidem, vol. VI, liv. XI, p. 172). Orderic Vital affirme qu'Hélie aurait soutenu ce dernier (ibidem, vol. V, liv. X, p. 234-236) ; affirmation en contradiction avec les autres éléments dont nous disposons, en l'occurrence l'opposition de Guillaume le Roux à Hildebert et à Hélie (signe que le doyen Geoffroy était soutenu par le roi d'Angleterre) et l'entente entre Hélie et l'évêque. Le rédacteur des Actus par contre ne parle pas des soutiens dont a forcément disposé Hildebert (Actus, p. 399-400) ; voir aussi B. LEMESLE, Les évêques..., p. 89-91.

141 Actus, p. 400-404.

142 Actus, p. 400 ; Annales de Saint-Aubin, L. HALPHEN, Recueil d'annales..., p. 42 ; ORDERIC VITAL, The ecclesiastical..., ed. CHIBNALL, vol. V, Liv. X, p. 232, 234, 238.

143 SAA 748 et 749.

144 Actus, p. 400-401 ; O. VITAL, ibidem, p. 240 et 242.

145 « familia », ibid, p. 248.

146 Ibid., p. 246 et 248.

147 « Timebat enim quod Fulco comes, regis deceptus muneribus, cum eo pacem faceret, atque civitate tradita, ipse perptuo damnaretur exilio » (Actus, p. 401 ).

148 Ibidem

149 Une troisième version existe, rédigée par un annaliste de Saint-Aubin d'Angers (L. HALPHEN, Recueil d'annales..., p. 42) ; il donne la date du 1er mai 1098 pour la capture d'Hélie et affirme que Foulques le Réchin aurait tenu Le Mans durant trois mois avant de céder la ville à Guillaume le Roux contre argent. Les dates concordent à peu près avec celles d'Orderic Vital et surtout cette version confirme celle du rédacteur des Actus qui évoquait les cadeaux du roi au comte d'Anjou. Ajoutons que l'entrée au Mans de Guillaume le Roux s'est faite sans combat selon Orderic Vital alors que quelques semaines auparavant il avait dû abandonner face à la détermination des Manceaux à défendre la cité (ici Orderic Vital ne reprend pas ce motif donné par le rédacteur des Actus mais confirme l'abandon sans combat). L'arrangement entre Foulques le Réchin et le roi d'Angleterre à prix d'argent est donc hautement vraisemblable.

150 ORDERIC VITAL, The ecclesiastical..., ed. CHIBNALL, vol. V, livre X, p. 250.

151 Ibidem, p. 240.

152 Ibid., p. 248-250.

153 Ibid., p. 254-260 ; Actus, p. 404.

154 « candidus bacularis » (ORDERIC VITAL, ibid., p. 304).

155 Ibid, p. 304-306.

156 Chroniques des comtes d'Anjou, p. 142, citées par L. HALPHEN, le comté..., p. 189.

157 L. HALPHEN, Recueil d'annales..., p. 44 ; ORDERIC VITAL, ibidem, vol. VI, livre XI, p. 84.

158 Voir infra, p. 235.

159 « parati ad servicium duci » (ORDERIC VITAL, The ecclesiastical..., ed. CHIBNALL, vol. IV, livre VIII, p. 154).

160 Ibidem.

161 A. BERTRAND DE BROUSSILLON, la Maison..., n°68, p. 47.

162 « redditisque munitionibus datis ab eo legibus sollerter obsecundarunt » (ORDERIC VITAL, The ecclesiastical..., ed. CHIBNALL, vol. V, Livre X, p. 250 et n. 4).

163 Voir aussi le cas de Payen de Mondoubleau, infra, p. 240.

164 L. HALPHEN, ibidem, annales de Saint-Aubin, p. 43.

165 SV 308.

166 R. LE JAN, Famille et pouvoir..., p. 259.

167 ORDERIC VITAL, ibidem, vol. VI, liv. XI, p. 88 et 90.

168 R. LATOUCHE, Histoire..., p. 53.

169 O. GUILLOT, Le comte d'Anjou..., t. 2, p. 273, n° C 442.

170 D. BARTHELEMY, L'ordre seigneurial, p. 235.

171 J. BOUSSARD, « Les institutions... », p. 40.

172 JEAN DE MARMOUTIER, dans MARCHEGAY et SALMON, Chronique..., p. 268-269.

173 ORDERIC VITAL, The ecclesiastical..., ed. CHIBNALL, vol. VI, livre XIII, p. 454-456.

174 JEAN DE MARMOUTIER, ibidem.

175 E. LAURAIN, Cartulaire..., t. 1, p. 60 n. 2.

176 Voir infra p. 208 et suivantes.

177 J. BOUSSARD, « Les institutions... », p. 55-56.

178 D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 728.

179 LATOUCHE, Histoire..., p. 34.

180 ORDERIC VITAL, The ecclesiastical..., ed. CHIBNALL, vol. IV, liv. VIII, p. 154.

181 N. ROULAND, Anthropologie..., p. 320.

182 D. BARTHÉLEMY, La société.... p. 734-735.

Table des illustrations

Titre Le Haut-MaineCarte de momenclature
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17082/img-1.png
Fichier image/, 854k
Titre Les comtes du Maine
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17082/img-2.png
Fichier image/, 436k

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540