Version classiqueVersion mobile

La société aristocratique dans le Haut-Maine

 | 
Bruno Lemesle

Introduction

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Les comtes du Maine ont perdu leur puissance au cours de la première moitié du xie siècle. Non sans luttes, et peut-être auraient-ils pu la conserver, mais ils n'ont pu maintenir efficacement la continuité lignagère : pères morts trop tôt, enfants sous tutelle, puis extinction de la lignée masculine directe. Leur pouvoir finit par échoir à la dynastie angevine, après 1110. Cependant dès le xe siècle, les comtes d'Anjou s'étaient efforcés de mettre la main sur le comté du Maine. L'un d'entre eux, Geoffroy Martel, y était même parvenu, quelques années. Il avait mené pour cela un combat sans merci contre une haute figure, un évêque, Gervais de Château-du-Loir, qu'il avait réussi à exiler après l'avoir tenu prisonnier dans ses geôles. Le Maine allait pourtant échapper au comte d'Anjou durant presque toute la seconde moitié du xie siècle face à un redoutable compétiteur, le duc de Normandie.

2En réalité, en dépit de bien des apparences, Anjou et Normandie devaient savoir s'entendre. Mais cette connivence n'allait pas suffire à pacifier le comté. La réalité du pouvoir dans le Haut-Maine ne put être exercée continûment par le comte en titre. Des revers lui furent infligés par les rébellions des barons. L'un d'eux, Hélie de La Flèche, devait même parvenir à s'emparer du titre comtal et à le conserver jusqu'à sa mort, en 1110. Cette capacité à garder le pouvoir pourrait étonner. On a longtemps admis qu'Hélie avait été un allié du comte d'Anjou, Foulques le Réchin. Pourtant, à lire les chroniqueurs, ce n'est pas si simple. On en vient au contraire assez rapidement à se persuader que Foulques n'a guère soutenu Hélie. Peut-être même a-t-il été jusqu'à négocier son maintien dans la prison rouennaise du duc des Normands où il avait été enfermé après qu'on l'eut capturé. En tout cas, les grands barons manceaux acquis à la cause du comte d'Anjou ne l'ont pas davantage aidé. C'est pourquoi l'explication ne peut pas être seulement d'ordre militaire ou conjoncturelle. Elle suggère déjà que des structures de pouvoir existaient, des structures capables de résister aux aléas politiques et militaires.

  • 1 R. LE JAN, Famille et pouvoir...

3Des barons il sera beaucoup question à travers ce livre, comme de tous ceux qui gravitaient dans leur entourage. C'est qu'en effet ils formaient la fraction de la société qui participait à l'exercice du pouvoir ou qui en détenait quelques parcelles. Cette fraction a donc été confrontée au pouvoir comtal dont elle a exercé un certain nombre de prérogatives, d'abord dans une structure politique caractérisée par l'absence d'État puis dans le contexte de la mise en place des premiers éléments d'une structure étatique royale au xiie siècle : le Maine devenait une partie de l'empire Plantagenêt avant d'intégrer réellement le royaume de Philippe Auguste. Mais au point de départ où je me situe, au début du xie siècle, les fondements de la puissance de la classe aristocratique n'avaient plus exactement les caractéristiques de ceux des périodes précédentes. Dans une thèse récente, Régine Le Jan a mis en valeur les transformations des structures de la parenté et du pouvoir au sein de cette société au nord de la Loire. L'affaiblissement du pouvoir royal à partir du ixe siècle a eu pour corollaire l'organisation de lignages autour de la transmission directe d'un fief (honor) patrimonialisé, les plus puissants s'appuyant sur des groupes de vassaux qui assuraient le service militaire sous leur autorité1. Cette nouvelle configuration sociale va donc de pair avec la mise en place d'une hiérarchie, de relations verticales, sur lesquelles un débat existe.

  • 2 D. BARTHÉLEMY, « Qu'est-ce que la chevalerie... »

4Il a été relancé par Dominique Barthélemy dans un article où l'auteur remet notamment en cause la vision d'une coupure entre une couche supérieure noble et une couche de chevaliers (milites) au xie siècle, avant qu'une fusion éventuelle les réunisse dans le courant du xiie, voire au-delà dans les régions les plus septentrionales2. Autrement dit le débat porte sur la question des relations entre les hautes couches de l'aristocratie et les petits chevaliers, sur ce qui les différencie et les unit, sur les bases de leur puissance respective, mais aussi sur les contours de la classe aristocratique.

  • 3 D. PICHOT, Le Bas-Maine..., p. 402-403.
  • 4 D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 1003-1005.
  • 5 G. LOUISE, La seigneurie..., t. 2, p. 115.
  • 6 O. GUILLOT, Le comte..., t. 1, p. 431.
  • 7 A. CHÉDEVILLE, Chartres..., p. 527-528.
  • 8 G. DEVAILLY, Le Berry..., p. 589-590.
  • 9 M. GARAUD, Les châtelains..., p. 253.

5Il porte aussi du même coup sur la périodisation. Je dois ici esquisser l'état des réflexions car la plupart des études plus ou moins récentes ayant trait aux régions voisines ou proches de la « France moyenne » en ont proposé une. Daniel Pichot voit dans la partie occidentale du comté, le Bas-Maine, les premiers châtelains installés au premier tiers du xie siècle et une flexure à partir des années soixante-dix du xiie avec des barons bridés dans leur indépendance par la renaissance du pouvoir royal3 ; dans le Vendômois, dont une partie est mancelle, D. Barthélemy ne voit aucune mutation autour de l'an mil. Un seul moment historique, selon lui, couvre les xe et xie siècles tandis qu'une véritable charnière de l'histoire féodale prend place au xiie siècle4. La seigneurie de Bellême, étudiée par Gérard Louise, s'effondre en 1112-11135. La chronologie d'Olivier Guillot est sensiblement différente ; étudiant spécifiquement le pouvoir comtal, il le sépare en deux versants de part et d'autre de 1060 ; en amont les formes carolingiennes modèlent le gouvernement du prince alors qu'en aval la tradition carolingienne est morte au profit du seigneur banal et foncier6. Au contraire, plus au Nord, dans le Chartrain, André Chédeville ne trouve presque rien du legs carolingien au milieu du xe siècle ; le xiie siècle marque une évolution avec l'organisation de la petite aristocratie qui exerce des droits de plus en plus étendus7. Tournons-nous un peu plus vers le Sud ; le schéma est légèrement différent dans le Berry où Guy Devailly voit les seigneurs locaux véritables maîtres du pouvoir dès la fin du xe siècle et tout au long du xie avec une désorganisation précoce de ce système à la charnière des xie et xiie siècles8 ; dans le Poitou enfin, Marcel Garaud a estimé que les principaux châtelains jouissaient d'une grande indépendance au xie siècle sans que l'autorité comtale ait été dissoute pour autant9.

6Ces appréciations parfois contrastées, souvent concordantes, posent toutes la question des restes des structures carolingiennes à l'orée du xie siècle ; presque toutes également décèlent, quelque part au xiie siècle, un affaiblissement, au moins relatif, du pouvoir châtelain. Au-delà des scansions chronologiques, se trouve posée la question de la caractérisation des périodes. Il est exclu de résumer ici un débat qui n'est pas le fait des seuls auteurs mentionnés ; la thèse ancienne de l'anarchie féodale ne semble plus compter de partisans parmi les spécialistes de la période concernée sans pour cela que la vision d'une société moins désordonnée qu'il n'a paru soit exempte de divergences : mutation féodale avec traumatisme social ou ajustements progressifs sans traumatisme majeur, accaparement privé du pouvoir banal ou refus de l'opposition public-privé, perçue comme inadéquate, ascension sociale de chevaliers peu à peu investis de pouvoirs puis incorporés à la noblesse ou rejet de la coupure entre noblesse et chevalerie (militia) : ces approches et la discussion de ces points de vue ont guidé une partie importante de ma recherche. Mais la question principale est de définir l'ordre châtelain en place au xie siècle et de vérifier jusqu'où et comment il a reculé au xiie siècle, c'est-à-dire sous l'effet de quelles forces. Pression idéologique de l'Église qui aurait mieux christianisé et assagi une aristocratie foncièrement violente, pression des chevaliers inférieurs sur la classe châtelaine l'obligeant à redistribuer une part de ses pouvoirs et à abandonner certaines exigences, reprise en mains par la dynastie angevine ? Et, ce que le pouvoir châtelain, même altéré, possède encore de puissance au xiie siècle, repose-t-il sur les mêmes fondements qu'auparavant ?

7La question de la périodisation se pose aussi, quoiqu'autrement, dans le domaine religieux. Ici les choses sont plus claires. Au xie siècle un changement d'envergure marque directement la classe de pouvoir qu'est l'aristocratie : c'est la réforme monastique. Les laïcs y participaient totalement : par leurs dons, ils avaient assuré son succès qui devait se traduire, au plan économique, par la reconstitution d'un vaste temporel au profit des abbayes. L'aptitude à susciter des aumônes est révélatrice du dynamisme monastique si caractéristique du xie siècle dans les régions proches de la Loire. Le monachisme réformé assurait la réponse à des besoins spirituels qu'il entretenait et modelait. Cette réussite ne se conçoit pas sans des liens étroits avec les lignages aristocratiques. En retour, de tels liens amenaient les abbayes reconstituées grâce à de généreux refondateurs appartenant aux plus puissants d'entre eux à épouser les rivalités qui les divisaient : le xie siècle est plein de ces oppositions véhémentes qui ont dressé, à propos d'une église ou de droits de sépulture, les grandes abbayes, celles du Maine comme leurs voisines de Touraine et d'Anjou bien implantées dans le diocèse du Mans. La bonne connaissance que nous avons de ces rivalités offre finalement un avantage : elles nous aident à préciser les contours des alliances de l'aristocratie, à les voir se briser aussi, et parfois se refaire très différemment d'une génération à l'autre.

8Mais les liens tissés entre les établissements religieux et les groupes de parenté aristocratiques ont pu également générer d'autres formes de tensions. Le vaste transfert de biens qui accompagnait la réforme entraînait des résistances. N'était-il pas susceptible de provoquer un ébranlement des structures à la base de la puissance de l'aristocratie, par la fragilisation des lignages modestes, ou en favorisant leur extinction biologique ? D'ailleurs, le xiie siècle offre à voir un tableau assez sensiblement différent du précédent. Sans que les querelles aient disparu ou se soient apaisées (le second cartulaire de l'abbaye Saint-Vincent ne s'appelle-t-il pas le « livre des litiges » ?), les vieilles rivalités entre maisons religieuses semblent effacées, les luttes politiques, qui se déroulent désormais à une autre échelle, ne résonnent plus sur le monde religieux aussi distinctement qu'au xie siècle. De nouveaux établissements en revanche ont fait leur apparition, eux aussi nés de la générosité des laïcs, et leur implantation ne va pas sans nouvelles frictions, mais de bien faible ampleur et généralement apaisées par des accords fixant les limites d'influence territoriale. C'est dire que de nouveaux types de rapports se sont établis entre laïcs et hommes d'Église ; les réseaux de relations dessinent des figures neuves. Une évolution s'est produite, ceci au moment même où le grand élan de générosité pieuse atteignait son apogée : je devrai en repérer les manifestations, déceler les ruptures éventuelles, suivre les continuités, chercher à les comprendre.

9Il faut à présent aborder le problème des sources de la documentation en signalant d'emblée qu'il sera récurrent tout au long de cette étude. Une très forte inégalité de la répartition des actes doit nous mettre en garde : la société aristocratique que je vois dans la seconde moitié du xie siècle a déjà ses structures en place ; elle m'apparaît toute formée, aussi n'est-ce pas tant sa genèse que je chercherai à retrouver que ses caractéristiques centrées autour des trois axes relationnels que sont la féodalité, les structures de la parenté et des alliances, les relations d'ordre matériel et spirituel avec les établissements religieux. Aucun des trois n'est indépendant l'un de l'autre. La seconde difficulté offerte par la documentation tient à l'évolution des structures sociales mises au jour ; leur transformation n'apparaîtra qu'en pointillés, sous forme d'indices concordants : aucune série statistique ne pourra venir en aide. Presque rien avant mil, peu de choses jusque vers 1060, la documentation éclaire assez bien le demi-siècle suivant puis à nouveau s'effondre avant de se relever à l'extrême fin du xiie siècle et au début du xiiie. Tous les angles d'approche de la société aristocratique ne permettent pas de constituer des dossiers également étoffés. Les lacunes dans certains domaines sont parfois considérables ; or ce n'est pas parce qu'un phénomène recherché est à peine mentionné qu'il était rare ou inexistant. Nous touchons à un problème majeur pour toute cette période (et pour d'autres, en amont en particulier) : s'il est exclu de raisonner a silentio, il est en revanche indispensable d'évaluer si la documentation disponible avait des raisons de mentionner ledit phénomène ou non. À cause de cela, les comptages sont rarement possibles et pertinents. Les mots recèlent des pièges : parfois un seul désigne des réalités différentes tandis qu'ailleurs la redondance est fréquente ou bien ils sont souvent en décalage avec l'évolution des phénomènes. Y compris d'une région proche à l'autre, les occurrences lexicales peuvent varier. Seule, ou presque, l'étude des contextes éclaire véritablement une partie de ce que les mots veulent nommer. L'ampleur des lacunes doit être réaffirmée, après que d'autres l'ont fait, et réellement prise en compte.

Distribution des actes

Distribution des actes

10Outre l'inégalité de la répartition chronologique de la documentation pèse l'inégalité de ses origines : une grande abbaye mancelle ne possède plus d'archives pour l'époque (Saint-Calais) tandis que la principale, celle de la Couture, n'offre qu'un corpus d'une faible ampleur comparé à celui de Saint-Vincent. Ainsi certains lignages dont l'importance sociale est évidente mais qui eurent des relations préférentielles avec la Couture sont-ils fort mal connus tandis que certains châtelains modestes liés à Saint-Vincent le sont nettement mieux. Pour cette raison, cette dernière abbaye a parfois permis de suivre, quoique difficilement, certains lignages jusqu'au début du xiiie siècle, tandis que la Couture n'offrait pas de telles possibilités. Pour étudier la société laïque à cette époque dans le Haut-Maine, je ne dispose que de sources d'origine religieuse. Il me paraît important d'en rappeler les risques. Jusqu'où est-il légitime de généraliser des phénomènes et des structures liés aux seigneuries ecclésiastiques ? Peut-on toujours extrapoler en les appliquant à toute la société laïque ? Celle-ci nous apparaît principalement, au sens large, à l'occasion des contacts, relations et rencontres que ses membres avaient avec les gens d'Église. Ainsi les conflits que nous examinons ont-ils presque toujours opposé les premiers aux seconds. Mais les conflits entre châtelains ? Comment interpréter leurs rares mentions, en deçà des guerres qui avaient pour enjeu le comté ? Les sources narratives pallient partiellement les silences des actes de la pratique, mais les annalistes, biographes ou historiens, dont l'apport est souvent irremplaçable, se sont surtout intéressés aux plus grands personnages. Je ne peux prendre appui sur des écrits d'origine laïque dans cette région ou à sa proximité. L'épopée et le roman courtois ont des bases un peu lointaines, pourtant il ne faudra pas s'interdire d'y porter le regard quand le besoin s'en fera sentir. Je devrai donc surtout m'accommoder de l'idéologie monastique contenue dans les moindres actes de la pratique et plus spécialement dans ceux qui sont précédés d'une invocation et d'un préambule. Comme pour le vocabulaire, si l'on veut se donner des chances de comprendre les valeurs de l'aristocratie laïque et ses modifications éventuelles, seule l'étude des contextes (surtout lorsque nous pouvons suivre un personnage au travers de plusieurs épisodes de sa vie) permettra de contourner les difficultés inhérentes à une documentation unilatérale. Enfin, si la documentation écrite a fourni la presque totalité de la matière travaillée, j'ai fait un détour par l'archéologie ; comme il va de soi que c'est une discipline de recherche spécifique où mes compétences sont limitées, j'ai dû me restreindre, en dehors de prospections personnelles, à l'utilisation des informations disponibles.

11En amont, la limite chronologique de l'an mil s'imposait par l'absence de sources antérieures sur ce sujet ; la limite en aval correspond à une volonté de me donner les moyens d'une étude approfondie ; cependant, près d'un cinquième des actes de la pratique dépouillés sont datés des vingt premières années du xiiie siècle, principalement lorsqu'ils ont permis de suivre certains lignages correctement documentés dans les décennies précédentes et pour confirmer certaines évolutions décelées au cours de la seconde moitié du xiie siècle.

12L'enquête sera thématique : l'inégalité de la répartition documentaire ne laissait guère le choix. Le premier chapitre sera consacré, après la présentation de l'espace haut-manceau, à l'évolution du pouvoir comtal de l'an mil à l'intégration dans l'espace Plantagenêt. Ainsi le cadre général sera-t-il posé. Après cette étude du pouvoir à son plus haut niveau, il m'a paru indispensable de faire précéder celle des fondements de la puissance aristocratique de deux chapitres sur les établissements religieux et leurs relations avec l'aristocratie. En effet la mise en garde concernant les lacunes et les caractéristiques de la documentation serait illusoire si je n'avais pas examiné au préalable les conditions de la production du matériau documentaire et bien sûr ce matériau lui-même. Les trois chapitres suivants seront respectivement consacrés à la parenté aristocratique, aux relations féodo-vassaliques et à la puissance de l'aristocratie. Enfin, une annexe présentera les dossiers sur les principaux lignages avec les reconstitutions généalogiques ; elle permettra notamment de dépoussiérer quelque peu des traditions parfois inlassablement recopiées.

13Une telle étude n'est possible que par les travaux consultés et donc grâce à leurs auteurs qui m'ont précédé dans ce champ de recherche. Pour ce travail essentiellement solitaire je me sens d'abord redevable à leur égard. Ce livre est issu d'une thèse, aussi a-t-il bénéficié, avant les remaniements destinés à en faciliter l'abord, de la lecture et des remarques des membres du jury. André Chédeville, mon directeur de thèse, m'a prodigué les conseils, les encouragements et une bienveillance attentive qui m'ont été précieux ; j'ai eu également la chance de pouvoir participer aux séminaires stimulants de Dominique Barthélemy à l'École Pratique des Hautes Études : j'espère avoir su en tirer profit ; Monique Bourin, Jean-Pierre Delumeau et Daniel Pichot ont contribué chacun par leurs suggestions à améliorer ce qui devait l'être. Enfin je n'aurai garde d'oublier qu'au commencement de ce travail Jean-Philippe Genet m'a initié à l'usage de l'informatique en histoire médiévale.

14L'histoire ne se fait que par une patiente et attentive lecture des traces documentaires parvenues jusqu'à nous. Ce livre y puise largement : il s'efforce de faire accéder le lecteur à la richesse des belles notices narratives forgées au cours de quelques décennies des xie et xiie siècles et aux récits souvent très vivants, sinon captivants, des chroniqueurs. Je me suis efforcé de traduire systématiquement les passages cités afin de n'en pas réserver l'avantage aux seuls spécialistes, conservant toutefois le texte latin dans les notes. Aussi ceux qui m'accompagneront dans ce parcours au travers des sources du Moyen Âge central pourront-ils, je l'espère, lire l'histoire en train de se faire, avec ses difficultés, ses incertitudes, mais aussi ses affirmations.

Notes

1 R. LE JAN, Famille et pouvoir...

2 D. BARTHÉLEMY, « Qu'est-ce que la chevalerie... »

3 D. PICHOT, Le Bas-Maine..., p. 402-403.

4 D. BARTHÉLEMY, La société..., p. 1003-1005.

5 G. LOUISE, La seigneurie..., t. 2, p. 115.

6 O. GUILLOT, Le comte..., t. 1, p. 431.

7 A. CHÉDEVILLE, Chartres..., p. 527-528.

8 G. DEVAILLY, Le Berry..., p. 589-590.

9 M. GARAUD, Les châtelains..., p. 253.

Table des illustrations

Titre Distribution des actes
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17081/img-1.png
Fichier image/png, 474k

© Presses universitaires de Rennes, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search