Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre à Cordoue au Moyen Âge

 | 
Christine Mazzoli-Guintard

Annexe

Texte intégral

1Pour les documents les plus importants par leur contenu, a été établi un bref résumé de l'affaire. Pour permettre une lecture individualisée de chaque document, les personnages sont à chaque fois présentés en note.

2Al-qaçlā' al-ginā'ī, 12 p. 203

3Bida`, 2 p.204

4Bida`, 3 p.205

5Ḏimmī, 7 p.206

6Ḏimmī, 13 p.207

7Ḥisba, l p.208

8Ḥisba, 2 p.209

9Ḥisba, 8 p.210

10Ḥisba, 9 p.211

11Ḥisba, 12 p.212

12Ḥisba, 13 p.213

13Ḥisba, 14 p.214

14Ḥisba, 15 p.215

15Ḥisba, 16 p.216

16Ḥisba, 17 p.217

17'umrān, l p.218

18'umrān, 2 p.220

19'umrān, 3 p.221

20'umrān, 4 p.222

21'umrān, 5 p.223

22'umrān, 6 p.224

23'umrān, 7 p.225

24'umrān, 8 p. 226

25'umrān, 9 p. 227

26'umrān,10 p.228

27'umrān, Il p.229

28'umrān, 12 p. 230

29'umrān, 13 p.231

30'umrān, 14 p.232

31'umrān, 15 p.233

32'umrān, 16 p.234

33umrān, 17 p.235

34'umrān, 18 p.236

35'umrān, 19 p.237

36'umrān, 20 p.238

Al-qaḍā' al- ǧinā'ī, 12

Question relative à al-Ṭubnī qu'on retrouve mort un matin

Mars 1065/ rabī' I ou II 457

  • 1 Sur al-Ṭubnī (l005-1065/396-457), célèbre savant et poète de la Cordoue des Banū Ǧahwar, cf. Soufi (...)
  • 2 Ibn' Attāb (994-1069/383-462), chef de la šūrā.
  • 3 Ibn al-Qaṭṭān (l000-1068/390-460), membre de la šūrā, souvent en rivalité avec le précédent.
  • 4 Ibn Mālik (1009-1068/400-460), membre de la šūrā.

37Un matin, al-Ṭubnī1 est retrouvé mort dans sa maison, sise dans le faubourg oriental de Cordoue, dans le quartier de la mosquée al-amīr, à la fin de rabī' 457/mars 1065. Abū l-Walīd b. Ǧahwar charge le ṣāḥib al-madīna, Muḥammad b. Hišām al-Ḥafīd, de l'enquête. Celui-ci découvre le mort baignant dans son sang et il retrouve l'arme du crime dans la maison. Les habitants de la maison sont interrogés et les soupçons se portent sur le fils aîné d'al-Ṭubnī. Ibn 'Attāb2 est d'avis que le sang ne doit pas couler de nouveau, mais que ceux qui vivent dans la maison doivent prêter serment qu'ils n'ont pas tué. Ibn al-Qaṭṭān3 et Ibn Mālik4 pensent que le fils cadet peut demander à exercer le droit du sang.

38Abū l-Walīd réunit dans la mosquée d'Ibn 'Attāb les juristes et les meurtriers afin de prononcer la sentence en se fondant sur la fatwā d'Ibn 'Attāb ; Ibn al-Qaṭṭān refuse de se déplacer pour assister à la séance.

39Source : Ibn Sahl, Al-qaḍā' al-ǧinā'ī, n°12, p. 63-68.

40Bibliographie : Daga Portillo 1990, 1, p. 363-367 ; Ḫallāf, éd. 'umrān, p. 24-26 ; Lagardère 1995, p. 59.

Bida', 2

Question sur l'hérétique (zindīq) Abū l-Ḥayr -qu'Allāh le maudisse ! et description des témoignages contre lui

Entre 961/350 et 976/3661

  • 1 L'affaire a lieu à l'époque d'al-Ḥakam II (961-976/350-366).
  • 2 L'affaire est grave : Abū l-Ḥayr blasphème publiquement, se répand en invectives contre le régime (...)

41Des témoignages sont présentés devant Qāsim b. Muḥammad, ṣāḥib aḥkām al-šurta de Cordoue et cadi de la province (kūra) d'Ecija et de Cabra, à propos d'Abū Ḥayr qui insulte les Compagnons du Prophète et proclame que le vin est licite2.

  • 3 Ibn Sahl, Bid'a, p. 59.
  • 4 Ibid, p. 62. Sur ce cimetière, situé au nord de Cordoue, cf. Pinilla Melguizo 1997, p. 206-208.
  • 5 Ibn Sahl, Bid'a, p. 75. Sur ce cimetière, situé au sud de Cordoue sur la rive gauche du Guadalquiv (...)
  • 6 Ibn Sahl, Bid’a, p. 80.

42Parmi les témoignages, l'un rapporte qu'Abū l-Ḥayr prêche dans le souk3. Un autre témoigne qu'il a entendu Abū l-Ḥayr blasphémer dans le cimetière de Mut'a4. Un autre raconte qu'il l'a entendu dans le cimetière de Qurays5. Un autre témoignage rapporte comment Abū l-Ḥayr blasphème dans le marché d'al-Bazzazīn6.

43Les ulémas consultés sont d'avis qu'Abū l-Ḥayr doit être condamné à mort.

44Source : Ibn Sahl, Bid'a, n°2, p. 57-100.

45Bibliographie : Daga Portillo 1990, l, p. 286-324 ; Ḫallāf, éd. Bid'a, p. 41-53 ; Lagardère 1995, p. 56-57.

Bida', 3

Question sur Ibn Ḥātim al-Ṭulayṭulī accusé d'hérésie (zandaqa)

1064-mars 1072/457-rağab 464

  • 1 II valide de nombreux témoins auprès de ce cadi, en présence d'Ibn Sahl, alors secrétaire (kātib) (...)

46En 1064/457, Ibn Ḥātim al-Ṭulayṭulī, dont le témoignage était jusque-là reconnu comme irréprochable par le cadi de Tolède Ibn al-Hašša'1, est accusé d'hérésie (zandaqa) : Muḥammad b. Labīd al-murābiṭ le dénonce au cadi au nom de la Ḥisba et se charge de son cas. Une soixantaine de témoins déposent contre lui, l'accusant de blasphème.

  • 2 Muḥammad b. 'Abd Allāh Ibn al-Aftas al-Muzaffar, émir de Badajoz de 1045/437 à 1068/460.

47L'accusé s'enfuit à Badajoz où il trouve refuge auprès de son émir, al-Muzaffar2. Le cadi Ibn al-Haššā' consulte les fuqahā' de Tolède qui condamnent unanimement Ibn Hātim. Muni de l'acte où leur avis est consigné, Ibn Labīd part consulter les ulémas de Denia, Murcie, Almeria, Cordoue. Ibn 'Attāb porte son opinion sur le dos du document que lui présente Ibn Labīd. Le cadi de Badajoz confirme le jugement du cadi de Tolède ; al-Muzaffar renie alors son protégé qui se réfugie à Santarem, puis à Saragosse avant de revenir à Cordoue en janvier 1072/ rabī' II 464 ; il est arrêté et emprisonné.

  • 3 Interpellation finale : procédé en fonction duquel le juge s'adresse à la partie contre laquelle i (...)

48Le cadi Abū Bakr Muḥammad b. Aḥmad b. Manzūr consulte la šūrā à laquelle Ibn Sahl appartient alors, pour savoir si l'accusé peut bénéficier de l' i 'dār 3. Ibn I Hātim est crucifié le 3 raǧab 464/26 mars 1072 à l'entrée du pont ( 'alā ra 's alqantara).

49Source : Ibn Sahl, Bid'a, n03, p. 111-123.

50Bibliographie : Daga Portillo 1990, l, p. 325-336 ; Ḫallāf, éd. Bid'a, p. 103-108 ; Fierro 1994 b ; Lagardère 1995, p. 59-60.

Ḏimmī, 7

Šūrā sur une pièce d'habitation en ruine entre la maison de Hassān et celle de la synagogue

Eté 1072/4641

  • 1 'Abd al-Raḥmān b. Sawwār est le cadi chargé de trancher le litige ; il meurt le 31 juillet 1072/12 (...)

51Hassan b. 'Abd Allāh proteste contre son voisin, le juif Isḥāq, qui l'empêche de relever une pièce d'habitation (bayt ṣaġīr, bahw), qui se trouve entre sa maison (dār) et celle d'Isḥāq. Les propriétés en question se trouvent dans la médina de Cordoue et, plus précisément, dans le quartier de la mosquée de Sawāb. La maison Isḥāq est un bien habou (mawqufa) de la synagogue.

  • 2 Muḥammad b. Faraǧ al-Ṭallā ī, mort en 1104/497.

52Les mušāwarūn consultés sont : Ibn Faraǧ2 et Ibn Sahl. Bien que ni le plaignant ni le défendeur n'aient pu prouver leur droit de propriété sur une structure en ruine, donc non utilisée depuis un certain temps, Ibn Faraǧ émet une fatwā favorable au droit de propriété de Ḥassān. Ibn Sahl ne se prononce pas, considérant insuffisantes les pièces rassemblées.

53Source : Ibn Sahl, Ḏimmī, n°7, p. 60-65.

54Bibliographie : Daga Portillo 1990, l, p. 173-178 ; Ḫallāf, éd. Ḏimmī, p. 25-26 ; Müller 1999, p. 244-245 et p. 276-279 ; Mazzoli-Guintard, à paraître (« Entre une mosquée et une synagogue... »).

Ḏimmī, 13

Sur le passage des fardiers (al-'aǧal) et des chrétiens (al-naṣārā dans les cimetières (maqābir)

xe/ive s.

  • 1 Muḥammad b. Lubāba (m. 926/314), Ayyūb b. Sulaymān (m. 914/302), Muḥammad b. Walīd (m. 921/309).
  • 2 Cimetière de Cordoue, fondé à l'époque de l'émirat. Il doit son nom à une concubine d'al-Ḥakam 1er(...)

55Les fuqahā'1 sont consultés à propos du passage des fardiers et des chrétiens à travers le cimetière de Mut’a2.

56Ils sont d'avis que ceux-ci ne doivent pas transporter leurs défunts à travers la nécropole musulmane, mais qu'ils doivent la contourner en passant par l'ouest (bi-garbī), à travers un espace (al-muttasa ') où il n'y a pas de tombes. Le passage des chrétiens entre les tombes doit être interdit, pour éviter que les sépultures ne soient piétinées. Pour les chrétiens, il existe un vaste espace qui se trouve à l'est du cimetière (muttasa' kabīr bi-šarqi al-maqbara), après le passage étroit qui se trouve à l'extérieur et au nord du fossé (ḫandaq).

57Source : Ibn Sahl, Ḏimmī, n° 13, p. 81-82.

58Bibliographie : Daga Portillo 1990, l, p. 200 ; Hallāf, éd. Ḏimmī, p. 32 ; Pinilla Melguizo 1997, p. 207.

Ḥisba, 1

Un muḥtasib fait remarquer le mauvais travail des cordonniers

Entre 1065/457 et 1068/4601

  • 1 Le juge chargé de l'affaire est Muḥammad b. al-Layt, ṣāḥib al-surta wa-l-sāq de 1065/457 à 1069/46 (...)
  • 2 Al-taṣarruf : selon Dozy 1881, administration ; de taṣarrafā, administrer, gouverner, avoir la con (...)

59Un muḥtasib fait remarquer une malfaçon dans le travail des cordonniers. Ceux-ci font cause commune contre lui et envisagent de l'expulser de leur marché (sūq-hum) et de lui en interdire l'administration2. Ils présentent un document ( 'aqd) indiquant que le muḥtasib leur cause du tort, leur porte préjudice et qu'il mérite d'être expulsé (yaḫraǧu) du marché. Le juge du marché consulte ses fuqahā' (šāwara) : est-il permis aux cordonniers de faire cela et faut-il les écouter sur ceci ?

  • 3 Muḥammad b. 'Attab (994-1069/383-462), l'un des plus importants muftis de Cordoue, chef de la surâ
  • 4 Aḥmad b. Muḥammad b. 'Îsa b. Hilâl Ibn al-Qattân (1000-1068/390-460), mušāwar de Cordoue à partir (...)
  • 5 Dont celles relatives à des étoffes mal tissées, qui sont reproduites par al-Wanšarīsī : « au suje (...)

60Ibn 'Attāb3 répond que les cordonniers ne sont pas autorisés à se comporter ainsi contre le muḥtasib et qu'il faut dénoncer leurs produits de mauvaise qualité. Ibn al-Qaṭṭān4 est de son avis. En revanche, les deux fuqahā' ne sont pas d'accord sur la peine à appliquer aux cordonniers : Ibn 'Attāb se prononce en faveur d'une distribution des marchandises fraudées aux pauvres, tandis qu' Ibn al- Qaṭṭān est plutôt favorable à une destruction des produits de médiocre qualité. Suivent plusieurs fatwāls rendues par ces mušāwarūn à propos de fabrications fraudées5.

61Ibn Sahl assiste au jugement au cours duquel le juge lacère publiquement une chaussure de mauvaise qualité.

62Source : Ibn Sahl, Ḥisba, n° l, p. 51-59.

63Bibliographie : Daga Portillo 1990, 1, p. 413-423 ; Ḫallāf, éd. Ḥisba, p. 21-22 ; Lagardère 1995, p. 61 ; Mazzoli-Guintard 2001 ; Müller 1999, p. 249-250 et 2000.

Ḥisba, 2

Question sur la sandaraque fabriquée avec de l'étain

Entre 1065/457 et 1068/4601

  • 1 Le juge chargé de l'affaire est Muḥammad b. al-Layt, ṣāḥib al-šurṭa wa-l-sūq de 1065/457 à 1069/46 (...)

64Un muḥtasib se présente devant le juge du marché avec un document de dénonciation secrète ( 'aqd istir'ā) où il est stipulé que la sandaraque que l'on colle sur le cuir et qu'on utilise pour décorer les tapis, les selles, etc. est fabriquée avec de l'argent, manière de faire qui relève de la coutume ( ' āda) et de l'usage ( 'urf). Préparer la sandaraque avec de l'étain est une fraude nuisible aux marchés, car le client ne peut faire la différence entre une sandaraque à base d'argent et une sandaraque à base d'étain. Le juge consulte son conseil (šāwara).

  • 2 Ibn 'Attāb (994-1069/383-462), l'un des plus importants muftis de Cordoue, chef de la šūrā.
  • 3 Ibn al-Qaṭṭān (1000-1068/390-460), mušāwar de Cordoue à partir de 1023/414, le plus important muft (...)
  • 4 Ibn Mālik (1009-1068/400-460), membre de la šūrā.

65Ibn 'Attāb2 se prononce contre l'utilisation de l'argent pour préparer de la sandaraque et n'interdit pas la préparation à base d'étain. Ibn al-Qaṭṭān3 estime au contraire que fabriquer de la sandaraque avec de l'étain relève de la fraude. Ibn Mālik4 répond au juge qu'il doit demander une information complémentaire à propos de la fabrication à base d'étain.

66Source : Ibn Sahl, Ḥisba, n02, p. 60.

67Bibliographie : Daga Portillo 1990, 1, p. 424-425 ; Ḫallāf, éd.Ḥisba, p. 22-23 ; Mazzoli-Guintard 2000 a ; Müller 1999, p. 250-252.

Ḥisba, 8

Témoignage contre Ibn Ḥamdūn qui fait du vin et qui le vend

xe/ive s.

  • 1 Abū Ṣāliḥ Ayyūb b. Sulaymān (m. 914/302), Muḥammad b. Lubāba (m. 926/314), 'Ubayd Allāh b. Yaḥyā ( (...)
  • 2 AI-Wanšarīsī compile une affaire similaire pour le xiie siècle (Lagardère 1995, p. 65) : un excond (...)

68Les fuqhā'1 sont consultés par le cadi Ibn Ziyād à propos d'un certain 'Abd Allāh b. Ḥamdūn qui fait du vin et qui le vend2. Son attitude est condamnée par les fuqahā' qui estiment qu'il doit être puni par deux fois, parce qu'il boit du vin et parce qu'il en fabrique.

69Source : Ibn Sahl,Ḥisba, n08, p. 109-110.

70Bibliographie : Daga Portillo 1990, l, p. 488-489 ; Ḫallāf, éd.Ḥisba, p. 30.

Ḥisba, 9

Un percepteur de dîme ( 'aššar) dit : paye ce que tu dois et plains-toi au Prophète. Et il ajoute : si j'ai mendié ou si j'ai été ignorant, le Prophète qu'Allāh le bénisse et le sauve !-aussi a mendié et a été ignorant. Le percepteur a été maudit.

xie/ve s.

  • 1 Muḥammad b, 'Attāb (994-1069/383-462), l'un des plus importants muftis de Cordoue, chef de la šūrā
  • 2 a1-'aššār : celui qui prélève a1-'ušr, la dîme.

71Ibn 'Attāb1 est interrogé à propos d'un percepteur de dîme2 qui surveille les musulmans à la porte de la ville, inspecte leurs chargements, leurs marchandises et ce qu'ils introduisent dans la ville.

72Il inspecte un homme en présence d'un groupe et le contraint à payer. Un autre lui demande : « pourquoi fais-tu cela ? Tu agissais ainsi à Grenade et ensuite je t'ai vu mendier et tu retomberas dans la mendicité ».

73Le percepteur réplique : « si j'ai mendié, le Prophète en a fait autant et si j'ai été ignorant, le Prophète aussi l'a été ».

74Pour avoir dénigré ainsi le Prophète, ce percepteur doit être mis à mort.

75Source : Ibn Sahl, Ḥisba, n09, p. 111-116.

76Bibliographie : Daga Portillo 1990, 1, p. 490-497 ; Ḫallāf, éd. Ḥisba, p. 31 Lagardère 1995, p. 59 ; Guichard et Lagardère 1990, p. 211.

Ḥisba, 12

Sentence (ḥukm) sur une canalisation dont on prétend qu'elle est nouvelle tandis que son propriétaire affirme qu'elle est ancienne

xe/ive s.

  • 1 'Ubayd Allāh b. Yaḥyā (m. 909/297), Muḥammad b. Walīd (m. 921/309), Muḥammad b. Lubāba (m. 926/314 (...)

77Les fuqahā'1 examinent la plainte formulée à propos d'une canalisation (qanāt) qui ruisselle vers le jardin (al-ǧinān). Le propriétaire, Ibn Zamzam, prétend qu'elle est ancienne, tandis que le demandeur affirme qu'elle est nouvelle. Les fuqahā ' répondent au juge que celui-ci doit faire inspecter la canalisation par deux témoins.

78Source : Ibn Sahl,Ḥisba, n012, p. 132-133.

79Bibliographie : Daga Portillo 1990, 1, p. 523-525 ; Hallāf, éd.Ḥisba, p. 35.

Ḥisba, 13

Sur les canalisations du cimetière de ' Āmir et de l'inspection du cadi et des fùqahā', sur ordre de l'émir. Information à l'émir sur ceci.

xe/ive s.

  • 1 Muḥammad b. Lubāba (m. 926/314), Muḥammad b. Walīd (m. 921/309), Ḫālid b. Wahb (m. 914/302), Sa'd (...)
  • 2 Ce cimetière, situé à l'ouest de Cordoue, doit son nom à 'Àmir b. 'Amr al-Qurašī, personnage qui s (...)

80Les fuqahā'1 vont inspecter le cimetière de 'Āmir2 où se déversent les eaux de canalisations (qanawāt) couvertes de plusieurs maisons ainsi que les eaux de canalisations appartenant à des bains. Plusieurs tranchées, dans le cimetière, reçoivent ces eaux usées. Cette situation dure depuis de nombreuses années ; en effet, les cimetières n'ont personne qui parle en leur nom, sauf si quelqu'un décide de s'ériger en muḥtasib à leur sujet et présente une demande devant les juges (hukkām). Les ulémas ne s'opposent pas à l'écoulement des eaux pluviales, mais au dommage que représente pour le cimetière l'écoulement des eaux usées.

81Source : Ibn Sahl,Ḥisba, n0 13, p. 133-138.

82Bibliographie : Daga Portillo 1990, l, p. 526-532 ; Hallāf, éd. Ḥisba, p. 36.

Ḥisba, 14

Témoignage sur un trou (kuwwa)1 dans la maison d'un homme

xe/ive s.

  • 2 Muḥammad b. Lubāba (m. 926/314), 'Ubayd Allāh b. Yaḥyā (m. 909/297), Muḥammad b. Gālib (m. 907/295 (...)
  • 3 Il s'agit vraisemblablement du même personnage au cœur de l'affaire exposée dans 'umrān 20 : un ce (...)
  • 4 Outre le rapprochement à opérer avec 'umrān 20, on peut déduire qu'il s'agit de l'évacuation des e (...)

83Les fuqahā’2 sont consultés sur l'affaire suivante : dans la maison de 'Umar3, il y a un trou (kuwwa) pour le ruissellement des eaux de pluie4. En regard de ce trou, le voisin de 'Umar, Zakariyā', a récemment installé un four (furn) et, lorsque l'eau stagne dans ce four, elle fait du tort au puits (bi'r) de 'Umar qui se trouve à proximité. De même, les fumées produites par le four représentent une nuisance pour la maison de 'Umar.

84Source : Ibn Sahl, Ḥisba, n014, p. 139-140.

85Bibliographie : Daga Portillo 1990, 1, p. 533-535 ; Ḫallāf, éd. Ḥisba, p. 36.

Ḥisba, 15

Autorisation d'entrée pour inspecter dans la maison d'un homme une canalisation (qanāt) qui lui appartient

xe/ive s.

  • 1 Abū Ṣāliḥ Ayyūb b. Sulaymān (m. 914/302).
  • 2 Nous suivons ici la leçon de la note 784 et non celle du texte, qui donne Ibn Marziyān.

86Ayyūb b. Sulaymān1 étudie la demande réciproque entre Ibn Marzubān2 et Aṣbaġ. Ce dernier doit permettre qu'on entre chez lui pour inspecter son qanāt.

87Source : Ibn Sahl, Ḥisba, n015, p. 14l.

88Bibliographie : Daga Portillo 1990, 1, p. 536 ; Ḫallāf, éd. Ḥisba, p. 37.

Ḥisba, 16

Témoignage sur cette canalisation qui a été inspectée, qui traverse la maison (bayt) et la propriété (dār) d'Aṣbaġ vers le fossé

xe/ive s.

  • 1 Muḥammad b. Lubāba (m. 926/314), Muḥammad b. Walīd (m. 921/309), Ayyūb b. Sulaymān (m. 914/302), · (...)
  • 2 Hušūš (sing. hišš, hušš, hašš) désigne le jardin, le verger, mais aussi les latrines. Le contexte, (...)

89Les fuqahā'1 examinent la plainte formulée par Amat al-Rahīm à propos de la canalisation (qanāt) de sa propriété (dār), sise dans le faubourg (rabaḍ) de la mosquée d'Abū 1-Walīd. Cette canalisation sort de jardins2 qui se trouvent dans sa propriété, puis traverse la maison d'Aṣbaġ, dit Ibn al-Bayqa. Cette canalisation, d'abord souterraine (madfuna), sort ensuite auprès de la maison (bayt) d'Aṣbaġ, traverse sa propriété (dār-hu) et va se jeter dans le fossé (ḫandaq). Aṣbag s'oppose au passage des eaux sur sa propriété et bouche la canalisation. Amat porte plainte, pour le préjudice que lui porte la remontée des eaux dans sa propriété. Les fuqahā' sont d'avis qu'Aṣbaġ doit remédier au tort causé à sa voisine.

90Source : Ibn Sahl, Ḥisba, n°16, p. 141-142.

91Bibliographie : Daga Portillo 1990,1, p. 537-538 ; Ḫallāf, éd. Ḥisba, p. 37.

Ḥisba, 17

Iḥtisāb contre Ibn al-Salīm1 qui coupe la chaussée et en annexe une partie à son jardin qui jouxte la munyat al-Muġīra2. Les réponses des fuqahā' à ce sujet.

Entre 888/275 et 907/2953

  • 3 888/275 : début du règne de 'Abd Allāh et probable entrée en fonction d'Ibn al-Salīm ; 907/295 : m (...)
  • 4 Réponses de : Aḥmad b. Yaḥyā b. Yaḥyā (m. 909/297), Yaḥyā b. 'Ubayd Allāh (m. 915/303), Yaḥyā b. ' (...)

92Ibn al-Salīm s'empare d'une partie de la rue (maḥağğa al-muslimīn) et l'incorpore à son jardin (al-.ğanna) qui se trouve à côté de la munya d'al-Muġīra. Il est unanimement condamné par les fuqahā' consultés4 et doit abattre le mur qu'il a construit pour matérialiser cet accaparement de la voie publique.

93Source : Ibn Sahl, Ḥisba, n°l7, p. 143-183.

94Bibliographie : Daga Portillo 1990, 1, p. 539-584 ; Hallāf, éd. Ḥisba, p. 38-39.

'umrān, 1

Plantation d'arbres dans la cour (Ṣaḥn) de la mosquée (masğid)

Entre 1052/444 ( ?) et 1069/4621

  • 1 Ibn Sahl consigne sur cette affaire une fàtwā rendue par Muḥammad b. 'Attāb (994-1069/383462), l'u (...)
  • 2 Aḥmad b. hālid b. Wahb est l'un des musāwarūn cités pendant le règne de 'Abd al-Raḥman III (l :lal (...)
  • 3 Ibn Waḍḍāḥ, savant de Cordoue, né en 815/ 199, a voyagé par deux fois en Orient.
  • 4 On retrouve cette fatwā compilée par al-Wanšarīsī, dans une version sensiblement différente que V. (...)

95Ibn 'Attāb, interrogé à propos de la plantation d'arbres dans la cour de la mosquée, répond qu'il n'y est pas favorable ; plus généralement, il s'oppose à ce qu'on plante quoi que ce soit dans les cours des mosquées. Il cite à ce sujet l'opinion d'Ibn Waḍḍāḥ (Cordoue, m. 899/286), interrogé par Aḥmad b. Ḫālid (m. 934/322)2, selon laquelle l'arbre planté dans la cour de la mosquée doit être abattu, Ibn Waḍḍāḥ n'ayant vu nulle part, ni en Syrie ni ailleurs, un arbre dans la cour d'une mosquée3. Si l'arbre donne des fruits, il ne faut pas les manger, mais les laisser pour le muezzin ou pour d'autres personnes travaillant dans la mosquée4.

  • 5 Al-Awzā'ī (m. Beyrouth 774/157) : ses opinions représentent les plus anciennes solutions adoptées (...)

96Ibn Sahl cite ensuite Ibn 'Abd al-Barr selon lequel la plantation d'arbres dans la cour de la grande-mosquée date de l'époque où Ṣa' ṣa'a b. Sallam al- Šāmī (m. 806/190 ou 808/192) était imām ; cette plantation s'est faite en suivant l'opinion de l'école d'al-Awzā'ī5.

97Source : Ibn Sahl, 'umrān, n°I, p. 49-50.

98Bibliographie : Daga Portillo 1990, 1, p. 1-2 ; Ḫallāf, éd. 'umrān, p. 15 ; Lagardère 1995, p. 262 et p. 478.

99A propos de la plantation d'arbres dans les cours des mosquées, on peut rappeler que le problème se pose encore dans la Grenade naṣride, comme l'indique la fatwā suivante, rendue par Ibn Lubb (Grenade, m. 1381/782) et transmise ainsi par al-Wanšarīsī (Lagardère 1995, p. 478) :

« Peut-on planter des arbres dans la cour d'une mosquée ? La doctrine de Mālik l'interdit. Tout ce qu'on y plante doit être arraché. La doctrine d'al-Awza'ī le permet. Les anciens ne se sont pas prononcés sur l'attribution des fruits produits par les arbres poussant dans une mosquée. Les Nawāzil d'Ibn Sahl font état de ces trois opinions : ils reviennent à la communauté musulmane ; ils sont la propriété des muezzins et autres membres du personnel de la mosquée ; ils doivent être distribués aux pauvres. C'est la première opinion qui est la bonne car chacun a des droits sur la mosquée ».

'umrān, 2

Question sur la prière dans les souks

Entre 1052/444 ( ?) et 1069/4621

  • 1 Ibn Sahl consigne une fatwā rendue par Muḥammad b. 'Attāb (994-1069/383-462), l'un des plus import (...)

100Ibn 'Attāb est interrogé à propos de boutiques (ḥawānīt) bâties par le pouvoir (al-ṣultān) et que les gens (al-nās) louent pour faire du commerce. Auprès de ces boutiques, il y a trois mosquées (masāgid), avec des imām/s fixes. Dans l'une de ces boutiques, un homme s'adonne à la prière au milieu de la journée et au milieu de l'après-midi ; il s'arrête au milieu des boutiques au moment de la prière et il crie à tue-tête, appelant les gens à venir prier avec lui. Du coup, les commerçants et leurs clients se sont mis à faire la prière avec lui et ont déserté les mosquées. Ibn 'Attāb est interrogé ainsi : quel est ton avis sur la prière de cet homme et sur la prière de ces hommes, dans leurs boutiques ?

101Ibn 'Attāb condamne la prière ainsi récitée dans les souks. Ibn Sahl donne également son avis sur la question : comme son maître, il condamne la prière dans les souks.

102Source : Ibn Sahl, 'umrān, n°2, p. 50-53.

103Bibliographie : Daga Portillo 1990, l, p. 3-7 ; Ḫallāf, éd. 'umrān, p. 16-17.

'umrān, 3

Question sur l'iḥtisāb contre le muezzin Abū l-Rabī' : il appelle à la prière quand il fait encore nuit noire et s'adonne pendant une heure à l'invocation personnelle (du 'ā'1).

Entre novembre 1034 (426) et 1039/4312

  • 2 426 (à partir 16/11/1034) : entrée en fonction du juge ; 1039/431 : mort de deux des musāwarūn con (...)
  • 3 Ḫaṭīb de la grande-mosquée de Cordoue, mort en 1054 ; les sources sont muettes à son sujet.
  • 4 Abū 'Al Ḥasan b. Muḥammad b. Dakwān : juge du marché (ṣāhib al-šurṭa wa-l-sūq) de 426 (à partir 16 (...)

104Un habitant de Cordoue, Sulaymān b. Šaqqāq, est un fidèle du ḫaṭīb Abū al-'Abbās Aḥmad b. Abī l-Rabī al-Ilbirī3. Un homme se plaint auprès du juge4 car Sulaymān lance l'appel à la prière quand il fait encore nuit depuis le toit de la mosquée qui se trouve auprès (qurb) de la maison du plaignant et il prie à voix haute pendant une heure, jusqu'au lever du soleil. Le plaignant dit que ceci constitue un grand dommage (ḍarar) pour le voisinage (al-ǧīrān).

  • 5 Abu Muḥammad 'Abd Allāh b. Yaḥyā b. Aḥmad, dit Ibn Daḥḥūn ; mušāwar de Cordoue, mort en 1039/431.
  • 6 Abū al-Mutarrif' Abd al-Raḥmān b. Sa’ īd b. Ǧurǧ, mušāwar de Cordoue, mort en 1047/439.
  • 7 Abū 'Alī Husayn b. Muḥammad b. Sulaymān al-Masīlī, musāwar de Cordoue, mort en 1039/431.
  • 8 Muḥammad b. 'Attāb (994-1069/383-462), l'un des plus importants muftis de Cordoue, chef de la šūrā

105Le juge consulte (šāwara) sa šūrā et Ībn Sahl consigne deux opinions favorables au demandeur, celle d'Ibn Daḥḥūn5 et celle d'Ibn Ǧurǧ 6, et deux favorables au défendeur, celle d'al-Masīlī7 et celle d'Ibn 'Attāb8.

106Source : Ibn Sahl, 'umrān, n03, p. 53-63.

107Bibliographie : Daga Portillo 1990, l, p. 8-20 ; Ḫallāf, éd. 'umrān, p. 17-19 ; Lagardère 1995, p. 353 ; Marin 1990.

'umrān, 4

Sur ceux qui s'assoient en cercle pour traiter de questions le vendredi dans les mosquées

xe/ive s.1

  • 1 Des aḥkām d'Ibn Ziyād.
  • 2 'Ubayd Allāh b. Yaḥyā (m. 909/297), Muḥammad b. Lubāba (m. 926/314), Muḥammad b. Walīd (m. 921/309 (...)

108Les fuqahā'2 sont interrogés à propos de ceux qui s'assoient en cercle (mutaḥallaqūn) dans la grande-mosquée pour rendre des fatwā/s et pour débattre de questions concernant la religion. Quelqu'un est en effet venu se plaindre auprès du juge de cette pratique, en affirmant que les mosquées ont été faites pour la prière et que ceux qui se réunissent ainsi causent du tort à ceux qui viennent prier. Les ulémas répondent de la façon suivante : bien que les mosquées soient destinées à la prière, on peut y tenir des discussions ayant trait à la religion, comme les imām/sl'ont toujours fait, et Mālik notamment. Les gens qui se réunissent pour discuter de questions d'ordre religieux dans les mosquées ne doivent pas être empêchés d'agir de la sorte.

109Ibn Sahl estime que la réponse des fuqahā' n'est pas correcte ; en effet, cette pratique n'est permise que si l'un des participants se distingue par ses connaissances et s'il s'avère capable d'éclairer les ignorants.

110Source : Ibn Sahl, 'umrān, n°4, p. 63-66.

111Bibliographie : Daga Portillo 1990, 1, p. 21-25 ; Ḫallāf

112, éd. 'umrān, p. 19-20 ; Lagardère 1995, p. 347 ; Marin 1996.

'umrān, 5

Iḥtisāb contre le déchargement du grain et d'autres choses aux alentours (afniya) des mosquées

xe/ive s. [avant 926/314]1

  • 1 Mort d'Ibn Lubāba, consulté sur cette affaire.
  • 2 Place, esplanade, espace non bâti qui longe le bâtiment.

113Les fuqahā' examinent le cas de la mosquée d'al- Šifā', dans les éventaires (dakākīn) de laquelle sont déchargés du grain (zar), du bois de chauffage (ḥaṭaba), des légumes (buqūl) et d'autres choses. De plus, au sud de la mosquée, sur son finā'2,sont parquées les brebis pour la traite. Tout ceci, l'approvisionnement des étals et le parcage des ovins, avec leurs excréments et la poussière qu'ils soulèvent, souille la mosquée.

  • 3 Muḥammad b. 'Umar b. Lubāba, musāwar de Cordoue, mort en 926/314.

114Ibn Lubāba3 et ses compagnons (ashāb-hu), consultés sur cette affaire, estiment que le juge doit mettre fin à cette situation.

115Source : Ibn Sahl, 'umrān, n°5, p. 66-67.

116Bibliographie : Daga Portillo 1990, 1, p. 26 ; Ḫallāf

  • 4 La fatwā d'Ibn Lubāba figurant dans le Mi’ yār diffère de celle des aḥkām en ce qui concerne les p (...)

117, éd. 'umrān, p. 20 ; Lagardère 1995, p. 255 et p. 346-3474.

'umrān, 6

A propos de la salle aux ablutions (mīḍa 'a) de la mosquée de 'Ağab et des enfants qui se faufilent dans la mosquée

xeive s. [avant 921/309]1

  • 1 Mort d'Ibn Walīd, consulté sur cette affaire.
  • 2 Litt. al-qā'im bi-al-ḥisba. Le magistrat officiellement en charge de la ḥisba est, au xe siècle, a (...)

118La porte de la salle aux ablutions de la mosquée de 'Ağab, qui donnait autrefois sur la rue, a été déplacée vers l'intérieur de la mosquée, de telle sorte que des enfants et des gens qui ne doivent pas entrer dans la mosquée s'y faufilent en direction de ladite salle. Parmi les habitants du quartier, un certain nombre est d'avis de remettre la porte à son emplacement initial. Celui qui accomplit son devoir de ḥisba2 demande, sur ceci, l'aide d'un groupe de personnes (qawm).

  • 3 Muḥammad b.3'Umar b. Lubāba, musāwar de Cordoue, mort en 926/314.
  • 4 Muḥammad b. Walīd b. Muḥammad, musāwarde Cordoue, mort en 921/309.

119Ibn Lubāba3 se prononce pour le rétablissement de l'emplacement initial, donnant sur la rue. Ibn Walīd4 donne une réponse similaire.

120Source : Ibn Sahl, 'umrān, n°6, p. 67-68.

121Bibliographie : Daga Portillo 1990, 1, p. 27-30 ; Ḫallāf

122, éd. 'umrān, p. 20 ; Lagardère 1995, p. 347.

'umrān, 7

Sur l'inspection, par le cadi et les fùqahā', de l'une des portes de la mosquée de l'émir Hišām, qui a été fermée, car les témoignages sont en désaccord à ce sujet.

xe/ive s.1

  • 1 Cette affaire a lieu avant 907/295, année de la mort de deux des fuqahā'consultés.
  • 2 Famille de la hāṣṣa cordouane.
  • 3 Maître d'œuvre en activité au milieu du ixe siècle, auquel on doit également l'ouverture d'une por (...)

123Des Qurayšites2 se plaignent de ce que la porte de la nef orientale de la mosquée de l'émir Hišām a été fermée à la suite d'une décision populaire ('āmma), sans que l'émir ni les juges (al-ḥukkām) n'aient été consultés ni aient rendu un avis sur cette fermeture. Cette porte avait été ouverte une cinquantaine d'années auparavant, au début de l'émirat de Muḥammad Ier (852-886/238-273), par Sa'īd b. al-'Abbās3 pour le confort et le bien de la mosquée. Mais certains se plaignent du tort que leur cause cette porte.

  • 4 'Ubayd Allāh b. Yaḥyā (m. 909/297), Hālid b. Wahb (m. 914/302), Yaḥyā b. 'Abd al-'Azīz (m. 907/295 (...)

124Le cadi, les fùqahā' et un groupe de bons musulmans et de témoins instrumentaires ( 'udūl) se déplacent pour examiner cette porte. La plupart des juristes consultés4 se prononce pour une réouverture de cette porte.

125Source : Ibn Sahl, 'umrān, n°7, p. 69-70.

126Bibliographie : Daga Portillo 1990, 1, p. 31-33 ; Ḫallāf

127, éd. 'umrān, p. 21.

'umrān, 8

Ouverture d'une porte dans la mosquée du cimetière de la Tour

Premier quart du xeive s.1

  • 1 Affaire jugée par le cadi Ibn Ziyād, en poste de 903/291 à 913/300, puis de 9211309 à 924/312 (Lév (...)
  • 2 Maître d'œuvre en activité au milieu du IX' siècle, auquel on doit également l'ouverture d'une por (...)
  • 3 Fi-hi, c'est-à-dire le masǧid(et non la boutique pour laquelle on attendrait l'occurrence fi-hā, ḥ (...)

128Un certain 'Abd al-Mālik b. Ḥawṯara veut rouvrir, dans la mosquée du cimetière de la Tour, la porte que Sa'id b. al-'Abbās2 y a percée, selon son bon vouloir et sur un abus d'autorité de sa part. A l'emplacement de cette porte, se trouve une boutique (ḥānūt), bien habou de la mosquée ; dans celle-ci3, demeure (sakana) le muezzin qui prend soin d'elle. Rouvrir la porte occasionnerait un double dommage à la mosquée : elle perdrait les revenus de son habou et elle serait souillée par ceux qui utiliserait le passage ainsi ouvert à travers le bâtiment comme un raccourci.

  • 4 Muḥammad b. 'Ubayd al- Ǧazīrī (m. 917/305) ; Ayyūb b. Sulaymān (m. 914/302) ; Sa' īd b. 'Uṯmān al- (...)

129Les fùqahā' consultés se prononcent contre la réouverture4.

130Source : Ibn Sahl, 'umrān, n08, p. 71-75.

131Bibliographie : Daga Portillo 1990, 1, p. 34-39 ; Ḫallāf

132, éd. 'umrān, p. 21 -22.

'umrān, 9

A propos des constructions (al-bunyān) adossées ( 'aliqa) aux murs des mosquées (ǧāmi’ et masǧid)

Juillet-août 1064/ ša 'bān 4561

  • 1 Question posée, depuis Toléde, par Ibn Sahl aux fùqahā' de Cordoue.
  • 2 Sur le qiyās, analogie, égalité de raisonnement, cf. Schacht 1983.

133Ibn Sahl demande s'il est licite d'appuyer des boutiques (ḥawānīt) sur les murs de la grande-mosquée d'une localité (balda), les boutiques étant ses biens habous ou s'il convient de laisser de la place autour d'elle. Il demande également s'il est permis à celui qui habite à côté d'une mosquée ou d'une grande-mosquée de ficher une poutre dans le mur de celle-ci, en raisonnant comme (qiyās)2 s'il s'agissait du mur du voisin.

  • 3 Muḥammad b. 'Attāb (994-1069/383-462), l'un des plus importants muftis de Cordoue, chef de la šūrā
  • 4 Aḥmad b. Muḥammad b. 'lsa b. Hilāl Ibn al-Qaṭṭān (1000-1068/390-460), musāwar de Cordoue à partir (...)
  • 5 'Ubayd Allāh b. Muḥammad b. Mālik (1009-1068/400-460), membre de la šūrā avec les deux précédents. (...)

134Ibn 'Attāb3 répond que cela est autorisé pour la mosquée, mais non pour la grande-mosquée, dont le finā' doit rester libre, pour la prière quand le bâtiment est devenu exigu, pour que ceux qui viennent prier puissent attacher leurs bêtes de somme. Ibn al-Qaṭṭān4 et Ibn Mālik5 répondent qu'il est illicite d'appuyer une construction sur le mur d'une mosquée.

135Source : Ibn Sahl, 'umrān, n09, p. 75-77.

136Bibliographie : Daga Portillo 1990, 1, p. 40-43 ; Ḫallāf

137, éd. 'umrān, p. 23 ; Lagardère 1995, p. 263 et p. 357.

'umrān, 10

Inspection, par le cadi et les fuqahā', d'un mur (ḥā'it) objet de litige

xeive s.

  • 1 Tars : barre d'une porte (Dozy 1881) ; du latin terra, viennent l'arabe tars et les espagnols terr (...)
  • 2 ‘idāda : en général, pilastre, pilier ; plus particulièrement (Dozy 1881), verguenças de puerta (l (...)
  • 3 'ataba : en général, seuil, linteau, marche d'un escalier. R. Dozy lui donne aussi pour équivalent (...)

138Les fùqahā' et le cadi se rendent devant deux maisons dont les propriétaires, 'Isā b. Dīnār et Umniyya et Hawā', filles d'Ibrāhīm b. 'Isā s'opposent à propos de la terrasse (tars)1 qui sépare leurs deux maisons (al-tars al-ḥāğiz bayna dārīhimā) : celle-ci se trouve auprès (bi-qurb) de la maison des deux femmes et à l'est (bi-šarqī) de la maison d'Ibn Dīnar. Le cadi et les fùqahā' disent voir, à l'avant de la terrasse, c'est-à-dire dans la partie qui donne sur la rue, les vestiges suivants : un montant ( 'idāda)2 sur lequel ( 'alay) se trouve une marche ( 'ataba)3 vétuste, surmontée d'une autre marche ( 'ataba), liée à une partie de la première.

  • 4 'Ubayd Allāh b. Yaḥyā (m. 909/297), Muḥammad b. Lubāba (m. 926/314), Muḥammad b. Walīd (m. 921/309 (...)

139Les fuqahā'4 doivent se prononcer sur les droits de chacune des parties sur cette terrasse.

140Source : Ibn Sahl, 'umrān, n° 10, p. 78-82.

141Bibliographie : Daga Portillo 1990, 1, p. 44-49 ; Ḫallāf

142éd. 'umrān, p. 24.

'umrān, 11

A propos de quelqu'un qui a construit un escalier dans sa maison, contre le mur du voisin, en introduisant une poutre (ḫašab) dans ce mur, ce à quoi s'ajoutent les nuisances causées par la fumée d'un foyer

Entre 1065/457 et 1068/4601

  • 1 Le juge chargé de l'affaire est Muḥammad b. al-Layt, ṣāḥib al- šurṭa wa-l-sūq de 1065/457 à 1069/4 (...)
  • 2 Mağlis : pièce d'habitation principale de la maison, pièce de réception, salón.
  • 3 Le chef de la sūrā, Ibn 'Attāb (994-1069/383-462), et le musāwar Ibn al-Qaṭṭān (10001068/390-460) (...)

143Yaḥyā b. Ǧa'far b. Muḍimm et sa femme Hind dénoncent les transformations que leur voisine Išrāq, mawlā de Muḥammad b. Hubbā (ou Hayyī) a faites dans sa maison : contre le mur nord de la maison des demandeurs, elle a ajouté à sa demeure un escalier, pour accéder à une chambre haute (ġurfa). Ce faisant, elle a introduit les extrémités de deux marches (atrāf 'atabatayn), ainsi que les bases des fondations de la pièce nouvellement construite, dans la maison des accusateurs, plus précisément dans le plafond voûté (ġārib) de leur salle (mağlis)2. Les accusateurs présentent deux témoins qui attestent que les poutres et le plancher sont nouveaux, l'accusée fournit un document ('aqd) stipulant que l'escalier existe depuis une trentaine d'années. Les juristes consultés donnent raison aux demandeurs3.

144Source : Ibn Sahl, 'umrān, n°11, p. 82-86.

145Bibliographie : Daga Portillo 1990, l, p. 50-56 ; Ḫallāf, éd. 'umrān, p. 24 ; Müller 1999, p. 299-302.

'umrān, 12

Un homme dénonce qu'un autre avait construit contre son mur (ḥā’iṭ), outrepassant son droit

xe/ive s.

  • 1 'Ubayd Allāh b. Yaḥyā (m. 909/295), Muḥammad b. Lubāba (m. 926/314), Sa'd b. Mu'ād (m. 920/308), M (...)

146Les fuqahā'1 sont consultés sur l'affaire suivante : Aḥmad b. Muḥammad b. al-Walīd (ou b. Walīd) b. Gānim se plaint de ce que les sbires (a'wān) d'Aḥmad b. Qāsim ont étendu leurs constructions contre son mur, lui causant du tort.

147Source : Ibn Sahl, 'umrān, n°12, p. 86-88.

148Bibliographie : Daga Portillo 1990, l, p. 57-58 ; Ḫallāf, éd. 'umrān, p. 25.

'umrān, 13

Sa' īd b. Muğāhid démolit deux maisons de Muḥammad b. Ḫālid

xe/ive s.

  • 1 Muḥammad b. Gālib (m. 907/295), Ayyūb b. Sulaymān (m. 914/302), Yaḥyā b. 'Abd al-'Aziz (m. 907/295 (...)

149Sa'īd b. Muğāhid démolit deux maisons qui appartiennent à Muḥammad b. Ḫālid et qui se trouvent dans tel village (qarya fulāna), afin de prendre leur bois de construction (ḫašab), leurs marches ('atab) et leurs tuiles (qarāmīd). Le défendeur allègue qu'il avait l'autorisation du père du demandeur pour agir ainsi. Les fuqahā'1 sont consultés sur la peine à infliger à Sa 'īd.

150Source : Ibn Sahl, 'umrān, n°13, p. 88-91.

151Bibliographie : Daga Portillo 1990, l, p. 59-64 ; Hallāf, éd. 'umrān, p. 25-27.

'umrān, 14

A propos de celui qui laisse tomber l'eau de son mur (ğidār) dans le jardin (ḥā’it) du voisin

Xe/IVe s. [avant 926/314]1

  • 1 Mort d'Ibn Lubāba, consulté sur cette affaire.

152Un homme achète une parcelle ('arṣa) à côté de jardins (ğinān) qui appartiennent aux femmes de Sulayman et d'Aḥmad. Ces deux derniers se plaignent de ce que l'acheteur veuille élever un mur auprès de ces jardins. Le défendeur répond en disant que la parcelle est déjà bâtie et que l'eau de la construction tombe déjà dans les jardins.

153Source : Ibn Sahl, 'umrān, n°14, p. 91.

154Bibliographie : Daga Portillo 1990, l, p. 65 ; Ḫallāf, éd. 'umrān, p. 27.

'umrān, 15

Question sur les corniches (rufūf)

Juillet-août 1064/ ša 'bān 4561

  • 1 Ibn Sahl rédige ce texte en sa'bān 456 (19/7/1064-16/8/1064), à Tolède, d'où il consulte les fuqah (...)
  • 2 Raff (plur. rufūf) : corniche, ornement en saillie au-dessous d'un plafond (Dozy 1881) ; console, (...)
  • 3 Aklub (sing. kalb) : corbeau, pierre ou pièce de bois en saillie sur l'aplomb d'un parement, desti (...)
  • 4 Ibn ' Attāb (994-1069/383-462), chef de la šūrā.
  • 5 Ibn al-Qaṭṭān (1000-1068/390-460), membre de la šūrā.
  • 6 Ibn Mālik (1009-1068/400-460), membre de la šūrā.

155Entre deux maisons contiguës appartenant à deux individus se trouve un mur (ḥā 'īt) privatif. Le propriétaire du mur, qui a sur celui-ci une corniche (raff)2 dont les corbeaux (aklub)3 dépassent dans la propriété du voisin, veut construire, sur les extrémités des corbeaux, un mur afin de bâtir une pièce (ḥuğra) ou une chambre haute (ġurfa). Son voisin s'y oppose, alléguant que l'air qui surplombe sa maison lui appartient et que le propriétaire de la corniche possède l'ouvrage en saillie mais rien d'autre. Ibn 'Attāb4 répond que le propriétaire de la corniche ne peut construire aux extrémités des corbeaux ; Ibn al-Qaṭṭān5 est d'avis qu'il peut construire ; Ibn Mālik6 écrit que l'exhaussement est interdit, sauf si le voisin l'autorise.

156Source : Ibn Sahl, 'umrān, n° 15, p. 92-94.

157Bibliographie : Daga Portillo 1990, 1, p. 66-69 ; Ḫallāf, éd. 'umrān, p. 28 ; Serrano Ruano, trad. Ibn Iyāq, p. 229-232.

'umrān, 16

A propos de l'achat d'une maison dans laquelle on avait fait une porte et autre chose : autour du procès qu'on a voulu ouvrir contre celui qui avait fait cela.

Avant 1052/4441

  • 1 Question posée aux fuqahā' de Cordoue, par Ibn Sahl, qui dit écrire depuis Baeza et avant l'année (...)

158Un homme construit une maison ; la partie arrière de celle-ci donne dans une impasse (zuqāq gayr nāfid) qui appartient à une parentèle (qawm). L'homme ouvre la porte de sa maison dans cette impasse. Au bout de trois ans, les gens de l'impasse vendent leurs maisons (dūr-hum). L'acheteur veut faire fermer la porte, alléguant qu'il s'agit d'une modification récente.

  • 2 Muḥammad b. 'Attāb (994-1069/383-462), l'un des plus importants muftis de Cordoue, chef de la šūrā
  • 3 Faqīh d'Almeria, mort en 1054/446. Sur ce personnage, cf. les références rassemblées dans Müller 1 (...)
  • 4 Ibn Mālik (1009-1068/400-460), membre de la šūrā présidée par Ibn ·Attāb.

159Ibn 'Attāb2 répond que le nouveau propriétaire n'a pas le droit de protester et que seuls les vendeurs avaient ce droit. Aḥmad b. Rasīq3 donne une réponse similaire. Ibn Mālik4 dit que le nouveau propriétaire n'a rien à dire, sauf si le litige est déjà entamé au moment de la vente.

160Source : Ibn Sahl, 'umrān, n°16, p. 94-97.

161Bibliographie : Daga Portillo 1990, 1, p. 70-74 ; Ḫallaf, éd. 'umrān, p. 29.

'umrān, 17

Construction d'un four (furn)1 auprès d'une maison

1043/435-1048/4402

  • 2 Affaire portée devant Abū 'Alī al-Ḥasan b. Muḥammad Ḏakwān, cadi nommé après rabī’ I 435 (oct. 104 (...)
  • 3 Sans doute en construisant une cheminée comme le suggère A. Garcia Sanjuan (1998, p. III) : al-Ḫuš (...)
  • 4 Muḥammad b. 'Attāb (994-1069/383-462), l'un des plus importants muftis de Cordoue, chef de la šūrā
  • 5 Ibn Mālik (1009-1068/400-460), membre de la šūrā présidée par Ibn 'Attāb.
  • 6 Abū al-Mutarrif'Abd al-Raḥmān b. Sa’īd b. Ǧurğ, mušāwar de Cordoue, mort en 1047/439.

162'Atika a attesté devant le cadi que 'Abd al-Raḥmān a construit auprès de sa maison un four qui lui cause du tort par la fumée qui s'en dégage. 'Abd al-Raḥmān, sommé de remédier à la nuisance qu'il occasionne, se plie à l'injonction3 et présente ses excuses à 'Ātika. Mais celle-ci explique au cadi que la présence d'un four auprès de sa maison lui cause du tort, car elle déprécie sa maison. Le cadi réunit chez lui les fùqahā' et les consulte (šāwara) : Ibn 'Attāb4 et Ibn Mālik5 donnent raison au défendeur, tandis qu'Ibn Gurğ6 et d'autres abondent en faveur de la plaignante.

163Source : Ibn Sahl, 'umrān, n° 17, p. 98-111.

164Bibliographie : Daga Portillo 1990, 1, p. 75-99 ; Ḫallāf, éd. 'umrān, p. 30.

'umrān, 18

Plainte des deux fils d'Ibn al-Mīrānī contre l'épouse d'al-'Umarī à cause d'un dommage (darar) que la maison de celle-ci (dār-hā) cause à leur propre maison (dār-humā)

Vers 1070/4621

  • 1 Ibn Sahl intervient dans cette affaire comme musāwar ; or, il siège dans la šūrā vraisemblablement (...)
  • 2 Litt. plancher, partie haute d'un appartement ; plafond (Dozy 1881).
  • 3 C. Müller (1999, p. 302, n. 269) lit raff au lieu de la leçon rabb de l'éd. Ḫallāf (p. III).
  • 4 Qā’a : cour dallée, salle (Corriente 1991).
  • 5 Muḥammad b. Farag al-Ṭallā’ī, mort en 1104/497.
  • 6 Ḥāgiz : cloison, balustrade. Šarğab : balustrade ; balcon en saillie sur la façade d'un bâtiment, (...)

165Abū Bakr et Muḥammad b. al-Mīrānī se plaignent de l'existence, dans la maison de leur voisine Fatima, d'une chambre haute (ġurfa) dont la porte donne sur une terrasse (saqf)2 située vis-à-vis de sa maison ; en s'asseyant dans cette chambre haute, on peut observer une chambre haute (ġurfa) de la maison des deux hommes. De plus, à partir de la maison de Fatima, il est possible de grimper (ṣa 'ida) sur la terrasse (saqf) des deux frères, qui se trouve à proximité de la corniche (raff)3 de la terrasse de Fatima ; de là, on peut observer l'intérieur (qā'a)4 de la maison des deux hommes. Consultés sur cette affaire, Muḥammad b. Farag al-Ṭallā'ī5 et Ibn Sahl se prononcent pour la mise en place, devant la porte de la chambre haute de Fatima, d'une cloison ajourée (šarğab, ḥāğiz)6.

166Source : Ibn Sahl, 'umrān, n018, p. 111-115.

167Bibliographie : Daga Portillo 1990, l, p. 100-106 ; Ḫallaf, éd. 'umrān, p. 31 Müller 1999, p. 302-303.

'umrān, 19

Un homme demande au cadi qu'il fasse inspecter la modification qu'il a dénoncée et qui lui nuit. Celui qui a fait cette modification refuse qu'on vienne inspecter chez lui.

xe/ive s.1

  • 1 Des Aḥkām d'Ibn Ziyad (m. 924/312).
  • 2 Sur la mise en place de l'aire, Ibn al-'Awwām (Séville, après 1150) fournit d'intéressantes précis (...)
  • 3 Sur ğanna/plur. ğannāt-ğinān et ğinānl/plur. ağinna, jardin, potager, verger, lieu fermé qu'on peu (...)
  • 4 Les précisions fournies par Ibn al-'Awwām (p. 755-756) sur les relations topographiques entre l'ai (...)
  • 5 'Ubayd Allah b. Yaḥyā (m. 909/295), Muḥammad b. Lubāba (m. 926/314), Ayyūb b. Sulaymān (m. 914/302 (...)

168Qasim demande au cadi qu'il envoie quelqu'un examiner ce que 'Abbas a construit sur son aire (andar)2, qui se trouve dans un jardin nouveau (ğinān muḥdata)3, et qui lui nuit4. 'Abbās refuse cette inspection. Les fuqahā'5 consultés sur l'affaire rendent des fatwā/sfavorables à l'inspection.

169Source : Ibn Sahl, 'umrān, n°19, p. 115-117.

170Bibliographie : Daga Portillo 1990, 1, p. 107-109 ; Ḫallāf, éd. 'umrān, p. 31-32 ; Ibn al-'Awwām, Le Livre de l'agriculture, p. 755-756.

'umrān, 20

Témoignage relatif à un four (furn) et à une canalisation (qanāt) installés auprès de la maison d'un homme1

xe/ive s.

  • 2 Il s'agit ici d'une canalisation évacuant les eaux pluviales, comme le stipule clairement le docum (...)
  • 3 Ibn Lubāba : mort en 926/314.

171Les témoignages concernant ce litige coīncident à propos du four récemment construit, qui cause du tort (ç/arar) à la maison de 'Umar, mais ils divergent en ce qui concerne la canalisation2. Sont consultés sur cette affaire Ibn Lubāba3 et ses compagnons.

172Source : Ibn Sahl, 'umrān, n020, p. 117.

173Bibliographie : Daga Portillo 1990, l, p. 110-111 ; Ḫallāf, éd. 'umrān, p. 32.

Notes

1 Sur al-Ṭubnī (l005-1065/396-457), célèbre savant et poète de la Cordoue des Banū Ǧahwar, cf. Soufi 1968, p. 183-196. Il donne en particulier la version de l'assassinat que fournit Ibn Bassām, à partir du texte d'Ibn Hayyān.

2 Ibn' Attāb (994-1069/383-462), chef de la šūrā.

3 Ibn al-Qaṭṭān (l000-1068/390-460), membre de la šūrā, souvent en rivalité avec le précédent.

4 Ibn Mālik (1009-1068/400-460), membre de la šūrā.

1 L'affaire a lieu à l'époque d'al-Ḥakam II (961-976/350-366).

2 L'affaire est grave : Abū l-Ḥayr blasphème publiquement, se répand en invectives contre le régime établi et se proclame même en faveur du calife fāṭimide al-Mu’izz (953-975/341-365) (Lévi-Provençal 1953, p. 460-461). Sur la consommation de vin et l'opposition politique, cf. un exemple des temps almohades dans Marin 1997.

3 Ibn Sahl, Bid'a, p. 59.

4 Ibid, p. 62. Sur ce cimetière, situé au nord de Cordoue, cf. Pinilla Melguizo 1997, p. 206-208.

5 Ibn Sahl, Bid'a, p. 75. Sur ce cimetière, situé au sud de Cordoue sur la rive gauche du Guadalquivir, auprès du cimetière du Faubourg, cf. Pinilla Melguizo 1997, p. 194-195 : des enterrements y sont signalés pour la période 915-1105/303-498.

6 Ibn Sahl, Bid’a, p. 80.

1 II valide de nombreux témoins auprès de ce cadi, en présence d'Ibn Sahl, alors secrétaire (kātib) de ce juge.

2 Muḥammad b. 'Abd Allāh Ibn al-Aftas al-Muzaffar, émir de Badajoz de 1045/437 à 1068/460.

3 Interpellation finale : procédé en fonction duquel le juge s'adresse à la partie contre laquelle il va prononcer la sentence pour lui demander si elle a de nouvelles preuves contre les témoignages qui permettraient de contester la sentence avant qu'elle ne soit prononcée.

1 'Abd al-Raḥmān b. Sawwār est le cadi chargé de trancher le litige ; il meurt le 31 juillet 1072/12 ḏū -l-qa 'da 464 et l'affaire passe aux mains du ṣāḥib al-sūq Muḥammad b. Makkī.

2 Muḥammad b. Faraǧ al-Ṭallā ī, mort en 1104/497.

1 Muḥammad b. Lubāba (m. 926/314), Ayyūb b. Sulaymān (m. 914/302), Muḥammad b. Walīd (m. 921/309).

2 Cimetière de Cordoue, fondé à l'époque de l'émirat. Il doit son nom à une concubine d'al-Ḥakam 1er (796-822/180-206), qui donne aussi son nom à une mosquée. Des enterrements y sont attestés pour les années 874/261 à 1004/395. Il faut le situer au nord de la ville, au-delà du fossé (Pinilla Melguizo 1997, p. 206-208).

1 Le juge chargé de l'affaire est Muḥammad b. al-Layt, ṣāḥib al-surta wa-l-sāq de 1065/457 à 1069/461 (Müller 1999, p. 423) ; l'un des mušāwarān consulté est mort en 1068/460.

2 Al-taṣarruf : selon Dozy 1881, administration ; de taṣarrafā, administrer, gouverner, avoir la conduite de ; d'où al-mutaṣarrjf, l'administrateur chargé de percevoir les impôts. Selon Corriente 1991, al-taṣarruf désigne le pouvoir, l'administration, la discrétion ; de taṣarrafā, avoir des pouvoirs discrétionnaires sur, administrer, disposer.

3 Muḥammad b. 'Attab (994-1069/383-462), l'un des plus importants muftis de Cordoue, chef de la surâ.

4 Aḥmad b. Muḥammad b. 'Îsa b. Hilâl Ibn al-Qattân (1000-1068/390-460), mušāwar de Cordoue à partir de 1023/414, le plus important mufti de la ville avec Ibn 'Attâb. Il est souvent en rivalité avec ce dernier et il est connu pour la sévérité de ses positions, comme on le constate bien dans ce document.

5 Dont celles relatives à des étoffes mal tissées, qui sont reproduites par al-Wanšarīsī : « au sujet des malāḥim mal tissées, Ibn al-Qaltân estime qu'on doit les brûler et Ibn 'Attâb qu'il faut les couper en morceaux pour être ensuite données en aumône » (Lagardère 1995, p. 61).

1 Le juge chargé de l'affaire est Muḥammad b. al-Layt, ṣāḥib al-šurṭa wa-l-sūq de 1065/457 à 1069/461 (Müller 1999, p. 423) ; deux des mušāwarūn consultés sont morts en 1068/460.

2 Ibn 'Attāb (994-1069/383-462), l'un des plus importants muftis de Cordoue, chef de la šūrā.

3 Ibn al-Qaṭṭān (1000-1068/390-460), mušāwar de Cordoue à partir de 1023/414, le plus important mufti de la ville avec Ibn. Attāb. Il est souvent en rivalité avec ce dernier, comme on le note dans ce document.

4 Ibn Mālik (1009-1068/400-460), membre de la šūrā.

1 Abū Ṣāliḥ Ayyūb b. Sulaymān (m. 914/302), Muḥammad b. Lubāba (m. 926/314), 'Ubayd Allāh b. Yaḥyā (m. 909/297), Muḥammad b. Walīd (m. 921/309).

2 AI-Wanšarīsī compile une affaire similaire pour le xiie siècle (Lagardère 1995, p. 65) : un excondisciple d' Ibn Ḥamdīn et d'Ibn Rušd sombre dans l'ivrognerie et il est traduit devant le cadi Ibn Ḥamdīn (m. 1127/521). Sur la consommation de vin en al-Andalus, cf. Marin 1997.

1 Muḥammad b, 'Attāb (994-1069/383-462), l'un des plus importants muftis de Cordoue, chef de la šūrā.

2 a1-'aššār : celui qui prélève a1-'ušr, la dîme.

1 'Ubayd Allāh b. Yaḥyā (m. 909/297), Muḥammad b. Walīd (m. 921/309), Muḥammad b. Lubāba (m. 926/314).

1 Muḥammad b. Lubāba (m. 926/314), Muḥammad b. Walīd (m. 921/309), Ḫālid b. Wahb (m. 914/302), Sa'd b. Mu’ āḏ (m. 920/308), 'Ubayd Allāh b. Yaḥyā (m. 909/297).

2 Ce cimetière, situé à l'ouest de Cordoue, doit son nom à 'Àmir b. 'Amr al-Qurašī, personnage qui s'oppose au gouverneur Yūsuf al-Fihrī (747-756/130-138) en se fortifiant dans une munya qu'il possède à l'ouest de la ville et qui porte son nom, munyat Qanāt Àmir. La nécropole dite de 'Àmir est située le long de la muraille occidentale de Cordoue ; elle est en usage tout au long de la période islamique, mais elle perd peu à peu de son importance avec le développement des faubourgs occidentaux de la ville, la proximité des maisons posant le problème, entre autres, de l'évacuation des eaux usées (Pinilla Melguizo 1997, p. 198-199). Pour l'époque almohade, J. Zanón Bayón (1989, p. 90) ne signale qu'un seul enterrement dans ce cimetière.

1 Kuwwa : trou, ouverture dans le mur qui laisse passer l'air et la lumière ou bien l'eau (Dozy 1881 ; Ḫallāf, éd. Ḥisba, p. 139, n. 756).

2 Muḥammad b. Lubāba (m. 926/314), 'Ubayd Allāh b. Yaḥyā (m. 909/297), Muḥammad b. Gālib (m. 907/295), Muḥammad b. Walīd (m. 921/309). Les mušāwarūn Sa·d b. Mu·āḏ (m. 920/308) et Abū Ṣāliḥ Ayyūb b. Sulaymān (m. 914/302) interviennent dans l'affaire comme témoins oculaires chargés d'expertiser les maisons concernées.

3 Il s'agit vraisemblablement du même personnage au cœur de l'affaire exposée dans 'umrān 20 : un certain 'Umar s'y plaint de l'installation d'un four et d'une canalisation installés auprès de sa maison. On retrouve, dans les deux documents, des témoignages convergents en ce qui concerne le four, mais divergents à propos de la canalisation.

4 Outre le rapprochement à opérer avec 'umrān 20, on peut déduire qu'il s'agit de l'évacuation des eaux pluviales et non des eaux résiduelles de la mention suivante : « l'eau ne s'écoule pas de sa maison vers ce trou-là ».

1 Abū Ṣāliḥ Ayyūb b. Sulaymān (m. 914/302).

2 Nous suivons ici la leçon de la note 784 et non celle du texte, qui donne Ibn Marziyān.

1 Muḥammad b. Lubāba (m. 926/314), Muḥammad b. Walīd (m. 921/309), Ayyūb b. Sulaymān (m. 914/302), ·Ubayd Allāh b. Yaḥyā (m. 909/297), Muḥammad b. Gālib (m. 907/295).

2 Hušūš (sing. hišš, hušš, hašš) désigne le jardin, le verger, mais aussi les latrines. Le contexte, et en particulier le système d'évacuation auquel il est fait allusion, fait bien davantage penser à une canalisation évacuant le surplus d'eau d'un jardin et non à un système d'évacuation de latrines.

1 Sa’īd b. Muḥammad b. al-Salīm : ḥāgib de l'émir 'Abd Allāh, mort en 914/302.

2 La munya d'al-Muġīra, qui doit son nom au fils d'al-Ḥakam Ier, se trouve à l'est de Cordoue. Autour d'elle, se développe un faubourg, qui constitue l'un des quartiers de l'Ajerquia.

3 888/275 : début du règne de 'Abd Allāh et probable entrée en fonction d'Ibn al-Salīm ; 907/295 : mort de deux des fuqahā' consultés.

4 Réponses de : Aḥmad b. Yaḥyā b. Yaḥyā (m. 909/297), Yaḥyā b. 'Ubayd Allāh (m. 915/303), Yaḥyā b. 'Abd al-'Azīz (m. 907/295), Sa'd b. Mu'āḏ (m. 920/308), Ḫālid b. Wahb (m. 914/ 302), Muḥammad b. Gālib (m. 907/295), Muḥammad b. Walīd (m. 921 /309).

1 Ibn Sahl consigne sur cette affaire une fàtwā rendue par Muḥammad b. 'Attāb (994-1069/383462), l'un des plus importants muftis de Cordoue, chef de la šūrā. On peut supposer que le document est postérieur à l'arrivée d'Ibn Sahl à Cordoue, en 1052 (444) ; néanmoins, on ne peut exclure qu'Ibn Sahl ait consigné une opinion émise avant 1052 par son maître, Ibn 'Attāb, qui est nommé mušāwar dès 1025.

2 Aḥmad b. hālid b. Wahb est l'un des musāwarūn cités pendant le règne de 'Abd al-Raḥman III (l :lal1af, éd. 'umrān, p. 49, note 3 ; Marin 1985, p. 37).

3 Ibn Waḍḍāḥ, savant de Cordoue, né en 815/ 199, a voyagé par deux fois en Orient.

4 On retrouve cette fatwā compilée par al-Wanšarīsī, dans une version sensiblement différente que V. Lagardère (1995, p. 262) analyse ainsi : « Ibn 'Attab était hostile à la plantation d'arbres dans les cours des mosquées. Selon lui, il fallait les couper. 'Je n'ai, dit-il, vu d'arbres dans les mosquées des grandes cités qu'en Syrie et pas ailleurs'. Comme on lui demandait si l'on pouvait manger des fruits d'un arbre se trouvant dans la cour d'une mosquée, il répondait qu'ils revenaient au muezzin et à ses pareils ».

5 Al-Awzā'ī (m. Beyrouth 774/157) : ses opinions représentent les plus anciennes solutions adoptées par la jurisprudence islamique. Le maghab d'al-Awzā'ī prévaut en al-Andalus avant d'être supplanté par celui de Mālik dans la première moitié du ixe siècle (J. Schacht, « al-Awzā'ī », EI2). Ṣa' ṣa'a b. Sallām al-Šāmī est, en al-Andalus, l'un des principaux disciples du juriste syrien.

1 Ibn Sahl consigne une fatwā rendue par Muḥammad b. 'Attāb (994-1069/383-462), l'un des plus importants muftis de Cordoue. On peut supposer que le document est postérieur à l'arrivée d'Ibn Sahl à Cordoue, en 1052 (444), sans toutefois exclure l'idée qu'Ibn Sahl consigne là une opinion émise auparavant par son maître, Ibn 'Attāb, mušāwar dès 1025.

1 L. Gardet définit le du 'ā' comme un appel, une invocation adressée à Allāh, une prière de demande («  Du ‘ā’  », EI 2). Sur l'invocation à l'issue de la prière, les avis divergent parmi les malékites, comme on peut le constater à travers les fātwā/s réunies par al-Wanšarīsī ; certains estiment que le du 'ā' doit être prononcé à la fin de chaque prière canonique : Ibn Lubb (Grenade, m. 1381/782 : Lagardère 1995, p. 189), Ibn 'Arafa (Tunis, m. 1401/803, sur une question émanant de Salé : ibid., p. 32). D'autres sont d'avis contraire, comme Ibn Rušd (Cordoue, m. 1126/520 : ibid., p. 63). Abū Isḥāq al- Šāṭibī (Jativa, m. 1388/790 : ibid., p. 69) explique qu'il s'agit d'une bid'a, instaurée vraisemblablement au xiie s., et considérée au xive s, comme une obligation au point qu'un des compagnons d'Abu Isḥāq estimait que celui qui s'en abstenait méritait la mort.

2 426 (à partir 16/11/1034) : entrée en fonction du juge ; 1039/431 : mort de deux des musāwarūn consultés.

3 Ḫaṭīb de la grande-mosquée de Cordoue, mort en 1054 ; les sources sont muettes à son sujet.

4 Abū 'Al Ḥasan b. Muḥammad b. Dakwān : juge du marché (ṣāhib al-šurṭa wa-l-sūq) de 426 (à partir 16111/1034) à rabī ' I 435 (octobre 1043), puis cadi de 435 (1043) à 440 (1048) ; mort en 451 (1057). Müller 1999, p, 66 et p. 421 ; Viguera Molins 1984.

5 Abu Muḥammad 'Abd Allāh b. Yaḥyā b. Aḥmad, dit Ibn Daḥḥūn ; mušāwar de Cordoue, mort en 1039/431.

6 Abū al-Mutarrif' Abd al-Raḥmān b. Sa’ īd b. Ǧurǧ, mušāwar de Cordoue, mort en 1047/439.

7 Abū 'Alī Husayn b. Muḥammad b. Sulaymān al-Masīlī, musāwar de Cordoue, mort en 1039/431.

8 Muḥammad b. 'Attāb (994-1069/383-462), l'un des plus importants muftis de Cordoue, chef de la šūrā.

1 Des aḥkām d'Ibn Ziyād.

2 'Ubayd Allāh b. Yaḥyā (m. 909/297), Muḥammad b. Lubāba (m. 926/314), Muḥammad b. Walīd (m. 921/309), Sa'd b. Mu'āḏ (m. 920/308).

1 Mort d'Ibn Lubāba, consulté sur cette affaire.

2 Place, esplanade, espace non bâti qui longe le bâtiment.

3 Muḥammad b. 'Umar b. Lubāba, musāwar de Cordoue, mort en 926/314.

4 La fatwā d'Ibn Lubāba figurant dans le Mi’ yār diffère de celle des aḥkām en ce qui concerne les produits déchargés : « peut-on décharger du grain et d'autres denrées dans les places des mosquées ? » (Lagardère 1995, p. 255) ; « les gens déchargent du bois, des légumes, du poisson, etc. » (ibid., p. 355-356).

1 Mort d'Ibn Walīd, consulté sur cette affaire.

2 Litt. al-qā'im bi-al-ḥisba. Le magistrat officiellement en charge de la ḥisba est, au xe siècle, appelé ṣāhib ou wālī al-sūq.

3 Muḥammad b.3'Umar b. Lubāba, musāwar de Cordoue, mort en 926/314.

4 Muḥammad b. Walīd b. Muḥammad, musāwarde Cordoue, mort en 921/309.

1 Cette affaire a lieu avant 907/295, année de la mort de deux des fuqahā'consultés.

2 Famille de la hāṣṣa cordouane.

3 Maître d'œuvre en activité au milieu du ixe siècle, auquel on doit également l'ouverture d'une porte dans la mosquée du cimetière de la Tour (cf. 'umrān, 8).

4 'Ubayd Allāh b. Yaḥyā (m. 909/297), Hālid b. Wahb (m. 914/302), Yaḥyā b. 'Abd al-'Azīz (m. 907/295), Ibn Lubāba (m. 926/314), Muḥammad b. Gālib (m. 907/295).

1 Affaire jugée par le cadi Ibn Ziyād, en poste de 903/291 à 913/300, puis de 9211309 à 924/312 (Lévi-Provençal 1953, p. 142).

2 Maître d'œuvre en activité au milieu du IX' siècle, auquel on doit également l'ouverture d'une porte dans la mosquée de l'émir Hišām (cf. 'umrān, 7).

3 Fi-hi, c'est-à-dire le masǧid(et non la boutique pour laquelle on attendrait l'occurrence fi-hā, ḥānūt étant féminin).

4 Muḥammad b. 'Ubayd al- Ǧazīrī (m. 917/305) ; Ayyūb b. Sulaymān (m. 914/302) ; Sa' īd b. 'Uṯmān al-Tuǧībī (m. 917/305) ; Muḥammad b. Gālib (m. 907/295) ; Muḥammad b. Walīd (m. 9211309). De Badr b. Ismā'īl et de Muḥammad b. Ḥāzim, on ne trouve pas trace ailleurs (cf. notes 215 et 219 de l'éditeur).

1 Question posée, depuis Toléde, par Ibn Sahl aux fùqahā' de Cordoue.

2 Sur le qiyās, analogie, égalité de raisonnement, cf. Schacht 1983.

3 Muḥammad b. 'Attāb (994-1069/383-462), l'un des plus importants muftis de Cordoue, chef de la šūrā.

4 Aḥmad b. Muḥammad b. 'lsa b. Hilāl Ibn al-Qaṭṭān (1000-1068/390-460), musāwar de Cordoue à partir de 1023/414, le plus important mufti de la ville avec Ibn' Attab. Il est souvent en rivalité avec ce dernier et il est connu pour la sévérité de ses positions.

5 'Ubayd Allāh b. Muḥammad b. Mālik (1009-1068/400-460), membre de la šūrā avec les deux précédents. Il se trouve à Badajoz comme murābiṭ en 1068/460.

1 Tars : barre d'une porte (Dozy 1881) ; du latin terra, viennent l'arabe tars et les espagnols terrado et terraza (M. Ḫallāf , note 272 éd. 'umrān, à partir de F. Simonet, Glosario de voces ibéricas y latinas usadas entre les mozarabes, Madrid, 1888, p. 527).

2 ‘idāda : en général, pilastre, pilier ; plus particulièrement (Dozy 1881), verguenças de puerta (linteaux, montants antérieurs d'une porte).

3 'ataba : en général, seuil, linteau, marche d'un escalier. R. Dozy lui donne aussi pour équivalent feuillure, entaillure dans laquelle la porte s'enfonce et contre laquelle le battant frappe quand on le ferme.

4 'Ubayd Allāh b. Yaḥyā (m. 909/297), Muḥammad b. Lubāba (m. 926/314), Muḥammad b. Walīd (m. 921/309), Sa'd b. Mu'ād (m. 920/308), Yaḥyā b. Zakarīyā' b. Sulaymān (m. 927/315), Aḥmad b. Yaḥyā b. Yaḥyā (m. 909/297).

1 Le juge chargé de l'affaire est Muḥammad b. al-Layt, ṣāḥib al- šurṭa wa-l-sūq de 1065/457 à 1069/461 (Müller 1999, p. 423) ; deux des musāwarūn consultés sont morts en 1068/460.

2 Mağlis : pièce d'habitation principale de la maison, pièce de réception, salón.

3 Le chef de la sūrā, Ibn 'Attāb (994-1069/383-462), et le musāwar Ibn al-Qaṭṭān (10001068/390-460) sont d'avis que les transformations opérées par Isrāq sont à démolir. Ibn Mālik (1009-1068/400-460), contestant les témoignages, opine que la charge de la preuve retombe sur l'accusée, alors qu'en droit islamique, la charge de la preuve repose sur le plaignant, la déclaration du défendeur, confirmée par serment, l'emportant et jouant en faveur de ce dernier en cas de présomption en l'absence de preuve (Schacht 1983, p. 158-159).

1 'Ubayd Allāh b. Yaḥyā (m. 909/295), Muḥammad b. Lubāba (m. 926/314), Sa'd b. Mu'ād (m. 920/308), Muḥammad b, Walīd (m. 9211309), Yaḥyā b. Zakarīyā' b. Sulaymān (m. 927/315), Yaḥyā b. 'Ubayd Allāh (m. 915/303), Aḥmad b. Bayṭār (m. 941/330), Muḥammad b. 'Abd al-Mālik b. Ayman (m, 941/330).

1 Muḥammad b. Gālib (m. 907/295), Ayyūb b. Sulaymān (m. 914/302), Yaḥyā b. 'Abd al-'Aziz (m. 907/295), 'Ubayd Allāh b. Yaḥyā (m. 909/295), Muḥammad b. Lubāba (m. 926/314).

1 Mort d'Ibn Lubāba, consulté sur cette affaire.

1 Ibn Sahl rédige ce texte en sa'bān 456 (19/7/1064-16/8/1064), à Tolède, d'où il consulte les fuqahā' de Cordoue, pour obtenir leur avis sur cette affaire.

2 Raff (plur. rufūf) : corniche, ornement en saillie au-dessous d'un plafond (Dozy 1881) ; console, moulure saillante qui sert de support (Corriente 1991).

3 Aklub (sing. kalb) : corbeau, pierre ou pièce de bois en saillie sur l'aplomb d'un parement, destinée à supporter un linteau, une corniche, un encorbellement.

4 Ibn ' Attāb (994-1069/383-462), chef de la šūrā.

5 Ibn al-Qaṭṭān (1000-1068/390-460), membre de la šūrā.

6 Ibn Mālik (1009-1068/400-460), membre de la šūrā.

1 Question posée aux fuqahā' de Cordoue, par Ibn Sahl, qui dit écrire depuis Baeza et avant l'année 444 (1052/53).

2 Muḥammad b. 'Attāb (994-1069/383-462), l'un des plus importants muftis de Cordoue, chef de la šūrā.

3 Faqīh d'Almeria, mort en 1054/446. Sur ce personnage, cf. les références rassemblées dans Müller 1999, p. 3, n. 18.

4 Ibn Mālik (1009-1068/400-460), membre de la šūrā présidée par Ibn ·Attāb.

1 Il s'agit du four mis à la disposition du public pour la cuisson du pain ; cf. sur la même racine, fùmayr : boulanger.

2 Affaire portée devant Abū 'Alī al-Ḥasan b. Muḥammad Ḏakwān, cadi nommé après rabī’ I 435 (oct. 1043) et destitué au début de rabī’ 440 (14/8/1048) (Viguera Molins 1984, p. 128129).

3 Sans doute en construisant une cheminée comme le suggère A. Garcia Sanjuan (1998, p. III) : al-Ḫušanī cite le cas d'un homme qui se présente devant le cadi de Cordoue, à l'époque de Muḥammad Ier (852-886/238-273). Il dénonce un homme qui a construit un four dont les fumées gênent le voisinage. Le cadi n'ordonne pas la fermeture du four, mais demande au propriétaire qu'il construise une cheminée pour éviter les nuisances.

4 Muḥammad b. 'Attāb (994-1069/383-462), l'un des plus importants muftis de Cordoue, chef de la šūrā.

5 Ibn Mālik (1009-1068/400-460), membre de la šūrā présidée par Ibn 'Attāb.

6 Abū al-Mutarrif'Abd al-Raḥmān b. Sa’īd b. Ǧurğ, mušāwar de Cordoue, mort en 1047/439.

1 Ibn Sahl intervient dans cette affaire comme musāwar ; or, il siège dans la šūrā vraisemblablement entre 1068/460 et 1072/464.

2 Litt. plancher, partie haute d'un appartement ; plafond (Dozy 1881).

3 C. Müller (1999, p. 302, n. 269) lit raff au lieu de la leçon rabb de l'éd. Ḫallāf (p. III).

4 Qā’a : cour dallée, salle (Corriente 1991).

5 Muḥammad b. Farag al-Ṭallā’ī, mort en 1104/497.

6 Ḥāgiz : cloison, balustrade. Šarğab : balustrade ; balcon en saillie sur la façade d'un bâtiment, entouré d'une haute balustrade percée de fenêtres (Dozy 1881), el ajimez ou moucharabieh (Torres Balbas 1947).

1 Des Aḥkām d'Ibn Ziyad (m. 924/312).

2 Sur la mise en place de l'aire, Ibn al-'Awwām (Séville, après 1150) fournit d'intéressantes précisions (p. 755) : « Choix des emplacements pour y établir les aires nommées andar et baydar par l'Agriculture nabatéenne. En traitant ce sujet, Saġrīt dit : l'aire doit être disposée dans un terrain bien uni, dans un lieu élevé et solide. Il faut qu'elle soit foulée par le pied des ouvriers, jusqu'à ce que la surface soit parfaitement unie. On arrose cette surface avec de la lie d'huile d'olive mêlée de crottin. On incorpore bien ce mélange avec le sol, puis, à l'aide d'un instrument en bois pesant, ou bien de la partie inférieure d'une tige de palmier, on lui fait prendre de la consistance. L'aire doit être à l'exposition des courants d'air du nord et du midi ».

3 Sur ğanna/plur. ğannāt-ğinān et ğinānl/plur. ağinna, jardin, potager, verger, lieu fermé qu'on peut arroser et sur les plantes et les arbres qu'on y fait pousser, cf. Lagardère 1993, p. 64-86.

4 Les précisions fournies par Ibn al-'Awwām (p. 755-756) sur les relations topographiques entre l'aire et le jardin permettent de mieux comprendre l'origine du litige : « Il faut tenir [l'aire] éloignée des jardins, parce que les pailles légères sont nuisibles pour les vignes et les fruitiers, quand elles y sont portées sur les feuilles ou les fruits ; elles les font sécher ; elles causent le même dommage aux légumes. Ces menues pailles sont pour toutes ces choses comme un poison mortel ; et dans ce cas ils (les légumes) ne peuvent réussir et il faut les semer de nouveau. D'après un autre, Kastos dit : l'emplacement de l'aire doit être élevé, parce qu'il est avantageux qu'elle soit exposée à l'action des vents, éloignée des habitations, des cultures maraîchères, des vignes, des arbres et même des cimetières. La poussière (qui s'échappe de ce qui est soumis au battage ou au dépiquage) est très nuisible aux fruits ».

5 'Ubayd Allah b. Yaḥyā (m. 909/295), Muḥammad b. Lubāba (m. 926/314), Ayyūb b. Sulaymān (m. 914/302).

1 On aura plus de détails sur cette affaire dans Ḥisba 14.

2 Il s'agit ici d'une canalisation évacuant les eaux pluviales, comme le stipule clairement le document («  l'eau du ciel ruisselle (ğarā) dans la canalisation »).

3 Ibn Lubāba : mort en 926/314.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540