Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre à Cordoue au Moyen Âge

 | 
Christine Mazzoli-Guintard

Conclusion

Texte intégral

1Cette étude s'était donné pour objectif de saisir, à travers les Aḥkām al-kubrā d'Ibn Sahl (1022-1093/413-486), les solidarités citadines de la Cordoue des xe-xie siècles, c'est-à-dire les ressorts sur lesquels la ville s'appuie pour fonctionner, en marge des structures émanant du pouvoir politique. Quelles réponses ont été proposées au questionnement initial ? Quelles limites faut-il leur apporter ?

  • 1 Eddé, Bresc et Guichard 1990.
  • 2 Marin 1998, Mazzoli·Guintard 1996, p. 121-150, p. 201-225 et 1998.
  • 3 Voir les travaux d'A. Raymond et Hourani 1990.

2Avant d'entamer l'enquête, on saisissait malles intentions citadines : elles n'étaient en effet perceptibles que lors des périodes de fitna et de vacance du pouvoir, au cours desquelles une partie des citadins était amenée à jouer momentanément un rôle dans la gestion de la ville1. Et il fallait se contenter de supposer une intervention des citadins dans la mise en place et dans l'entretien de l'enceinte urbaine et des systèmes d'approvisionnement en eau et d'évacuation des eaux résiduelles2. Or, on sait bien désormais, pour des périodes certes plus tardives comme l'époque ottomane, que les villes du monde musulman ont leur propre façon de réglementer la vie en société3 : une enquête pouvait légitimement viser les modes d'organisation sociale qui, à l'écart du contrôle exercé par les agents du prince, en particulier les membres de l'appareil judiciaire, rendaient possible la vie d'une société urbaine par définition foisonnante et plurielle. Ces modes d'organisation sociale ont été conçus comme un ensemble de liens de solidarité, comme des relations unissant des personnes ayant conscience de leur communauté d'intérêts, à savoir le bien commun à l'ensemble des citadins, qui entraîne pour chacun le respect du principe lā ḍarar la wa lā ḍirār ; les relations de voisinage, à travers lesquelles on peut s'attendre à voir s'exprimer les solidarités citadines, se développent par excellence au sein du quartier qui s'est imposé comme cadre de l'enquête. Celle-ci s'est, par ailleurs, toujours efforcée de ne jamais couper les données textuelles de leur cadre matériel ; il était d'autant plus aisé de rapprocher le texte du bâti que le cadre de vie de la Cordoue omeyyade est bien connu et que les nombreuses données dont nous disposons sur l'espace domestique d'al-Andalus offraient d'intéressants points de repère pour la lecture.

  • 4 Sur la thématique de la mixité du quartier, le propos d'ailleurs peut être élargi aux temps chréti (...)

3Le quartier a d'abord été examiné comme une partie de la ville envisagée sous la forme d'un ensemble organisé ; on a vu que sa cohésion n'était pas à chercher dans le trait confessionnel : non seulement les documents rassemblés par Ibn Sahl ne fournissent aucun élément indiquant l'existence de quartiers réservés à une minorité confessionnelle dans la Cordoue des xe-xie siècles, mais encore ces textes vont-ils dans le sens de la mixité du quartier4. Le quartier (ḥawma) se structure autour de sa mosquée (masǧid), élément clé du marquage urbain qui permet situer les hommes et leurs biens dans la ville. La mosquée et ses espaces communautaires (afniya) forment l'espace de sociabilité du quartier, en tant que lieu de la foi, cœur économique du quartier, avec ses échoppes parfois appuyées sur les murs du bâtiment, et lieu de rencontre où l'on discute des affaires du quartier. C'est dans le domaine de l'urbanisme que les habitants interviennent dans la gestion de leur quartier : ils prennent en effet des décisions modifiant l'architecture de leur mosquée et de la salle aux ablutions qui lui est liée. Les citadins qu'on voit ainsi intervenir dans la vie de leur quartier apparaissent comme un collectif anonyme, celui des 'gens de la mosquée'. Parfois, une individualité surgit au-dessus du groupe : c'est le muḥtasib qui s'élève contre un abus, quidam jouant spontanément au censeur moral, voire peut-être chef du métier surveillant la profession ; il fait figure d'acteur efficace du jeu urbain, qu'il contribue à réguler en dénonçant les excès de certains et donc le non respect du bien commun.

4De la structuration et de l'organisation du quartier, l'enquête a mené dans l'intimité des rues et des relations entretenues de part et d'autre du mur : le réseau hiérarchisé des rues, de la grand'rue à l'impasse, n'a pas été examiné à la manière des juristes, qui distinguent la rue ouverte de l'impasse, mais selon les usages de la rue que la sémantique permet de mettre en évidence. Ainsi les rues pour le profit de tous, qui servent au transit et à la circulation, s'opposent-elles aux rues pour les riverains, impasses ou ruelles qui permettent d'avoir accès aux maisons. Les afniya, ces espaces libres qui bordent les constructions et appartiennent en co-propriété aux riverains, servent à ces derniers pour se réunir, attacher leurs bêtes de somme et installer des banquettes le long des murs : c'est l'espace de sociabilité de la rue, ramification des afniya de la mosquée. A travers les empiétements dont les afniya sont l'enjeu, on observe comment les citadins sécrètent leur cadre de vie : bien loin du cliché traditionnel d'une ville se développant de manière anarchique au gré d'initiatives individuelles, apparaît l'image d'une ville où chaque initiative individuelle est tempérée par la communauté des riverains qui s'efforce de faire respecter le principe lā ḍarar la wa lā ḍirār  ; les tentatives d'empiétements sur les afniya font apparaître des espaces urbains gérés par leurs habitants pour leur commun profit. Le trait se prolonge d'ailleurs à l'examen des relations établies de part et d'autre du mur : qu'il s'agisse de la poutre à enfoncer dans le mur privatif du voisin, de l'exhaussement de la maison qui prive le voisin d'une partie de sa lumière, ou du regard indiscret qu'on jette à l'intérieur de la maison voisine, ces relations entre voisins, particulières et nées de la densification du tissu urbain, sont gouvernées par des règles tacites qui tendent vers le préjudice moindre et vers le respect de la communauté des résidents. L'évacuation des eaux pluviales et surtout des eaux résiduelles induit des relations obligées entre voisins de façon à assurer le bon fonctionnement du système. Des propos similaires peuvent être tenus en ce qui concerne la réglementation des nuisances dues à des fumées sortant de foyers mal réglés ou à propos du stockage de l'eau de pluie du voisin, qu'il ne faut pas rendre insalubre : au total, c'est le respect des règles de voisinage qui permet le fonctionnement même de la ville ; lorsque ces règles ne sont plus respectées, intervient l'appareil judiciaire qui fait rétablir le bon ordre urbain. Il nous semble donc, au terme de cette enquête, que les intentions citadines se dessinent dorénavant avec plus de netteté : les citadins interviennent, au niveau de leur quartier, dans la gestion de l'urbanisme et dans le développement d'un tissu urbain qu'ils sécrètent en se fondant sur le respect d'un certain nombre de règles tacites.

5Il faut néanmoins revenir sur le paradoxe de l'enquête : c'est à partir d'un recueil de consultations juridiques, donc de litiges entre citadins, qu'on a essayé de mettre en évidence des solidarités citadines ; autrement dit, on a cherché ces solidarités à partir de relations de voisinage en situation d'échec, de solidarités rompues. On a joué ici, c'est certain, de l'effet de miroir : les litiges entre voisins, les plaintes déposées devant le juge, sont révélatrices du non respect de règles dont il faut ainsi deviner l'existence. Les limites de l'enquête, toutefois, se trouvent ailleurs ; les conclusions qui précèdent doivent en effet être nuancées par la rareté des cas concernés : sans revenir sur le débat de l'utilité de la fatwā pour 1'histoire sociale, force est de reconnaître que les résultats proposés n'ont rien de commun avec ceux d'une médiévistique mettant en œuvre des archives. C'est, en quelque sorte, la loi du genre. Parfois aussi, avouons-le, s'est dégagé de l'enquête le sentiment d'interroger un document sur ce pourquoi il n'avait pas été fait : examiner les Aḥkām al-kubrā pour comprendre le fonctionnement du système judiciaire cordouan apparaît comme un questionnement tout à fait pertinent, tout comme lire ces consultations de fuqahā’ pour y retrouver des citations extraites d'ouvrages de juristes célèbres fait figure de démarche incontestable. En revanche, chercher dans des documents élaborés par un juriste pour des juristes des données relatives aux modes d'organisation sociale apparaît comme une démarche plus périlleuse ; à ce reproche légitime, on peut simplement opposer que la littérature juridique apparaît néanmoins comme la seule source susceptible d'être ainsi questionnée. En effet, on sait bien que

  • 5 Alleaume et Fargues 1998, p. 108.

« l'écriture de l'histoire urbaine s'appuie sur les vestiges et les documents laissés par la ville ou par ses habitants. Cadre bâti, tracés de voirie, actes enregistrés ou chroniques, ces traces sélectionnent une petite partie seulement de la réalité : la solidité des monuments, la consignation des successions ou le regard de l'écrivain témoin de son temps sont autant de filtres qui retiennent l'élite plutôt que la masse, le cadre institutionnel plutôt que la vie quotidienne des personnes ordinaires5 ».

6Fallait-il pour autant en rester au constat que les ressorts du fonctionnement de la ville d'al-Andalus continueront à nous échapper ?

Notes

1 Eddé, Bresc et Guichard 1990.

2 Marin 1998, Mazzoli·Guintard 1996, p. 121-150, p. 201-225 et 1998.

3 Voir les travaux d'A. Raymond et Hourani 1990.

4 Sur la thématique de la mixité du quartier, le propos d'ailleurs peut être élargi aux temps chrétiens : voir les développements qu'E. Diez Jorge consacre aux faubourgs dans son ouvrage sur l'esthétique mudéjar (Diez Jorge, 2001, p. 277-298).

5 Alleaume et Fargues 1998, p. 108.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540