Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre à Cordoue au Moyen Âge

 | 
Christine Mazzoli-Guintard

Troisième partie. Du bien commun aux biens privés

Chapitre 7 : De la grand’rue à l’impasse, des espaces de circulation différenciés

Texte intégral

  • 1 Navarro Palazón et Jiménez Castillo 1994, p. 172-177 ; Jiménez Castillo et Navarro Palazón 2001, p (...)
  • 2 Van Staëvel 1995, p. 53-57.

1D’un point de vue historiographique, l’approche de la voirie des villes du monde arabo-musulman peut être abruptement résumée par le passage de la notion d’anarchie à la conception d’un système organisé. On s'attache aujourd’hui à mettre l’accent sur l’idée d’une hiérarchisation des voies de circulation, qui fait progressivement passer de l’impasse à la grand’rue, idée développée à partir de cas précis avant d’être systématisée. Dans le cas de la Murcie islamique, les quelques tronçons de rues mis au jour par les fouilles permettent de distinguer quatre catégories de rues : la trame principale du réseau viaire est constituée des voies de communication principales, peu nombreuses, qui mettent en relation le centre de la ville avec les portes les plus importantes ; en second lieu, les rues qui partent de ce premier réseau pour articuler autour d’elles des secteurs de la ville sont les rues principales des quartiers ; le troisième réseau viaire se compose des rues publiques secondaires qui complètent le réseau des rues du quartier ; enfin, les impasses représentent les ultimes ramifications du système, qui pénètrent dans les pâtés de maisons et donnent accès aux demeures1. A propos des villes de l’Occident musulman médiéval, une classification binaire oppose les rues aux impasses ; J.-P. Van Staëvel met en évidence l’existence de deux types de rues, dichotomie à la fois physique et juridique2 : dans la zone centrale de la ville, de grands axes au tracé relativement régulier mènent aux portes ; dans les quartiers résidentiels, un réseau de rues se ramifie en voies de plus en plus étroites, qui s'achèvent en impasses. A cette différence morphologique répond une différence juridique, le droit malékite distinguant deux types de rues, la voie ouverte à ses deux extrémités (nāfiḏa) et la voie sans issue (ġayr nāfiḏa). Enfin, à propos des 'villes arabes', entendons par là « les villes qui jalonn[ent] jusqu'au xixe siècle l’espace musulman », T. Bianquis note que leur réseau viaire connaît

« une hiérarchie complexe des statuts, de l’impasse familiale ou vicinale, à la ruelle et à la placette-carrefour, marché de proximité communautaire, d’où l’on gagn[e] elles plus larges radiales, reliant les portes de la cité au centre ; seules ces dernières accèdent à un statut urbain banal, sinon public ».

  • 3 Bianquis 2000, p. 860-861.

2La morphologie de la voirie, ajoute-t-il, est également différenciée3.

  • 4 Maïzia 1998.
  • 5 Ibid., p. 389.
  • 6 Ibid., p. 404.

3On est donc loin, aujourd’hui, de l’image qui a longtemps dominé les travaux sur le réseau des rues dans les villes du monde musulman médiéval et qui insistait sur l’aspect inorganisé et anarchique des voies de circulation. Comment s'est effectué, d’un point de vue historiographique, ce passage de l’anarchie à l’ordre ? M. Maïzia4 en pose les principaux jalons et rappelle ainsi que, sous l’influence des écrits de Le Corbusier, l’idée que la bonne architecture ne pouvait être qu'une architecture ordonnée fait régner jusqu'aux années 1950 un seul mot d’ordre : l’ordre. La remise en cause, dans les années 1960, de l’universalité de l’architecture moderne débouche, dans les années 1970, sur le contextualisme, théorie selon laquelle « ce qui est naturel, spontané, local, et qui paraît désordonné est bien5 ». Puis, dans les années 1980, se produit en quelque sorte la synthèse entre ces deux théories, que M. Maïzia présente ainsi : « ce qui est naturel, spontané, local, est en fait ordonné et rigoureux. Prouvons que ce qui est naturel est ordonné ». Cette dernière démarche conduit à rechercher dans les tissus vernaculaires des formes de régularité trahissant l’existence d’un ordre supérieur, l’ordre social. Autrement dit, si l’on suppose que l’architecture est la cristallisation de comportements sociaux et que ces comportements sont structurés, alors le bâti est ordonné. Avec une certaine et utile provocation dans le propos, M. Maïzia conclut que « la recherche de cet ordre a été à l’origine de ce que l’on pourrait appeler aujourd’hui, 'la supercherie de l’application du tracé régulateur sur les tissus vernaculaires' ». Passage donc, de l’anarchie à l’ordre dans notre conception du réseau viaire des villes du monde musulman médiéval ; passage lucide toutefois, qui ne doit pas occulter que, dans les formes urbaines spontanées, « il n'y a pas forcément tracé régulateur lorsqu'il y a tracé régulier6 ». Ces prémisses rappelées, il est temps de se tourner vers le réseau de rues qui figure dans les Aḥkām et vers les modalités d’intervention des Cordouans dans sa gestion.

  • 7 Brunschvig 1947, p. 131.

4On retrouve tout naturellement dans les Aḥkām la distinction juridique entre deux types de rues, signalée ainsi par R. Brunschvig7 : dans le monde urbain,

« le droit musulman distingue la rue véritable, ouverte à ses deux extrémités (šāri', ṭarīq nāfiḏ), chemin public aussi appelé tarīq al-muslimīn où tout homme a le droit de circuler, de l’impasse (sikka ġayr nāfiḏa, zuqāq ou zanqa ġayr nafiḏ) que la plupart des auteurs considèrent comme une voie privée appartenant en co-propriété aux riverains ».

  • 8 La partie consacrée à la voirie se décompose en : 1. Rues, 2. Impasses, 3. Saillies. (Brunschvig 1 (...)
  • 9 Khiara 1994.
  • 10 Van Staëvel 1995, 2001 a et 2001 b.

5Cette distinction entre rue véritable et impasse permet aux auteurs d’articuler leurs écrits sur la voirie : elle figure dans le célèbre article de R. Brunschvig8 et on la retrouve dans les travaux postérieurs. Y. Khiara étudie la voirie en trois temps consacrés successivement au finā', à l’impasse, à la rue, les deux premiers relevant pour lui du domaine semi-privé, le troisième du domaine public9. J.-P. Van Staëvel distingue la rue ouverte, bien commun de tous les usagers, de l’impasse, co-propriété de ceux dont la maison donne sur cette voie, tout en reconnaissant que, si les juristes réaffirment sans cesse le caractère public et de bien commun de la rue, il y a là en réalité un domaine relevant davantage de la sphère du privé que du droit public10. Cette distinction entre voie ouverte et impasse figure dans les Aḥkām, où elle est attestée par l’emploi d’expressions comme ṭarīq al-muslimīn ou zuqāq ġayr nāfiḏ. Néanmoins, ce n'est pas cette distinction propre au juriste qui a été retenue pour articuler l’examen de la voirie chez Ibn Sahl, mais une autre différenciation, née de l’examen de la terminologie employée, et qui tient avant tout compte des usages de la rue, des pratiques des citadins dans la Cordoue des xe-xie siècles : une partie de la voirie cordouane est composée d’axes principaux, rues véritables dirait le juriste, rues principales des quartiers dirait l’archéologue ; d’autres rues, rues véritables et impasses selon la terminologie juridique, ramifications de la voirie en termes d’urbaniste, donnent accès aux maisons.

Des rues pour le profit de tous

  • 11 R. Dozy donne, pour la forme I de šāra’ : communiquer à ou avec, conduire, aboutir, être en rappor (...)
  • 12 Sur l'auteur, son œuvre et les données qu'on peut en tirer à propos de la construction, cf. Van St (...)

6C'est à partir du langage, considéré du point de vue du sens, que sont envisagées ces rues pour le profit de tous ; elles partagent en effet les mêmes signifiés et les mêmes signifiants. L’importance accordée par la littérature aux rues bordées de maisons et détenues en co-propriété par leurs riverains a conduit à déterminer par la négative un signifié, à savoir l’absence de toute référence à la maison (dār, bayt) ou à la porte (bāb) qui lui donne accès. Sous ce critère, ont surgi des rues qui passent devant la mosquée ou qui desservent la zone périphérique et encore semi-rurale de la Cordoue du xe siècle, son faubourg de l’Ajerquίa, où la résidence d’agrément (munya) avoisine le jardin (ǧanna). Ces rues sont désignées par sikka, šāri', maḥaǧǧa ou encore ṭarīq. On retrouve, dans la racine de trois de ces termes, la notion de mouvement, de flux : al-šāri’ vient de šara 'a, s'engager dans, se mettre à, entamer, commencer11 ; al-mahaǧǧa dérive de haǧǧa aller, se diriger vers, se rendre quelque part ; al-ṭariq a pour racine ṭaraqa, venir la nuit quelque part. En revanche, cette dynamique disparaît dans le terme le moins usité, al-sikka, dont la racine, sakka, signifie fermer une porte, boucher, barricader : pour R. Brunschvig, qui mène son étude essentiellement à partir d’Ibn al-Imam, originaire de Tolède, qui passe une partie de sa vie à Cordoue puis à Kairouan où il meurt en 990/380 ou 996/38612, et d’Ibn al-Rāmī, expert-maçon dans la Tunis ḥafṣide, al-sikka, renforcé par l’expression sans issue (ġayr nāfiḏa), garde son relief étymologique pour désigner une impasse. Chez Ibn Sahl, en revanche, au terme sikka sont associés des éléments lexicaux comme 'majeure' (‘uzmā) ou 'des musulmans' (al-muslimīn), qui lui confèrent ce signifié d’axe important de la ville.

  • 13 'umrān, p. 67-68 ; annexe : 'umrān, 6.
  • 14 Lévi-Provençal 1953, p. 373 ; Torres Balbás 1985, p. 260-261 ; Zanόn Bayόn 1989, p. 56, à partir d (...)
  • 15 Sur la fig. 3, voir la Porte de Rome ou Porte d'Ibn 'Abd al-Ǧabbār (3), où aboutit la sikka a1'uzm (...)
  • 16 Il tire ces références du Mohît a1-Mohît, compilation réalisée en 1870 à partir de lexiques ancien (...)

7Ces rues qui servent pour le profit de tous figurent essentiellement dans des cas du xe siècle, comme celui relatif à la salle aux ablutions de la mosquée de 'Ağab : le problème concerne, on s'en souvient, l’emplacement de la porte de cette mīḍ 'a ; à l’origine, elle donnait sur l’extérieur de la mosquée, avant que certains ne décident de l’ouvrir vers l’intérieur de l’édifice. Consulté sur cette affaire, Ibn Lubāba répond qu'il est souvent passé auprès de cette mosquée et qu'il voyait la porte de la salle aux ablutions ouverte sur la rue (la-šāri), à un endroit tout à fait idoine13. Cet axe de circulation mène les habitants de la ẖawma vers la mosquée et permet également au passant, à l’instar du faqīh, de traverser le quartier. Dans l’affaire de la mosquée du cimetière de la tour, survenue au début du xe siècle, figure la seule allusion connue à la sikka al-'uzmā de Cordoue : la citation qu'Ibn Sahl trouve chez Ibn Ziyāḍ est signalée par E. Lévi-Provençal, puis se trouve reproduite dans les travaux des successeurs de ce dernier14. Cette 'grand’rue' désigne l’antique Via Augusta qui, depuis le nord-est de la Péninsule, gagne Cordoue par la Porte de Rome ; elle constitue un axe important de l’Ajerquίa, qu'elle traverse d’ouest en est15. A propos de l’emploi de sikka dans son signifié de route, R. Dozy apportait ces curieuses indications : en jurisprudence, al-sikka al-'āmma est une route où les passants ne peuvent être comptés, son contraire étant al-sikka al-ḫāṣṣa16. Il ajoutait que sikka est aussi quelquefois la place plutôt que la rue. Dans le cas qui retient ici notre attention, sikka désigne bien une rue principale de quartier ; on retrouve ailleurs, dans les Aḥkām, ce signifié de sikka.

  • 17 Ḥisba, p. 143-183 ; annexe : Ḥisba, 17.
  • 18 Sur ce personnage, Lévi-Provençal 1950, t. 1, p. 336 ; Ḫallāf, éd.Ḥisba, p. 143, n. 807.
  • 19 Méouak 1994-95.
  • 20 Sur tous ces personnages, voir les indications fournies par M. Ḫallāf dans son édition d'Ibn Sahl (...)
  • 21 Lāṣaq : être adjacent, contigu ; toucher à.

8Il réapparaît dans un autre cas de la première décennie du xe siècle, celui qui concerne la tentative d’Ibn al-Salīm de s'approprier une partie de la voie publique17. Sa'īd b. Mulfammad b. al-Salīm, ḥāğib de l’émir 'Abd Allāh après avoir été chargé du sūq18, est le protagoniste de cette affaire d’accaparement. L’importance du personnage, ḥāğib de l’Omeyyade, confère d’autant plus d’intérêt au procès : M. Méouak signale qu'il s'agit là du bras droit du prince, du plus haut responsable des administrations gouvernementales, à la tête des trois principaux services de l’Etat, maison du souverain, chancellerie et bureau des finances19. Ibn al-Salīm est sans doute nommé ḥāğib après 888/275 ; il meurt en 914/302. On ignore en quelle année débute l’affaire, qu'il faut situer vers la fin de l’émirat de 'Abd Allāh (888-912/275-300), car on y voit intervenir comme mušāwarūn des personnages dont certains poursuivent leur carrière sous 'Abd al-Ralfmān III (912-961/300-350), comme Yalfyā b. 'Ubayd Allāh (m. 915/303), Sa'd b. Mu'āg (m. 920/308), Ḫālid b. Wahb (m. 914/302) ou bien encore Muhammad b. Walīd (m. 921/309)20. Les interventions de Muhammad b. Ġālib (m. 907/295) et de Yalfyā b. 'Abd al’Azīz (m. 907/295), en revanche, obligent à situer le début de l’affaire au plus tard en 907/295. Ibn al-Salīm est l’objet d’une action de ḥisba (ihtisāb) pour avoir annexé une partie de la rue à un jardin qu'il possède juste à côté21 de la munya d’al-Muġīra, annexion matérialisée par la construction d’un mur ; cette fois, Ibn Sahl a consigné l’issue du procès, à savoir la destruction dudit mur.

  • 22 Cet al-Muġira est un fils d'al-Hakam ier.
  • 23 Pinilla Melguizo 2000, p. 568.
  • 24 Selon Ibn Baškuwāl, reproduit par al-Maqqarī (cf. Zanόn Bayόn 1989, p. 29) ; mention ainsi analysé (...)
  • 25 ḥisba, p. 143,p. 151 etp.182.
  • 26 Garcia Gόmez 1965, successivement p. 361, p. 349, p. 353 et p. 346.
  • 27 Ḥisba, p. 184-191.

9Au cœur de l’affaire, se trouve donc cette rue qui borde les deux propriétés voisines, le jardin (ǧanna) d’Ibn al-Salīm et la munya d’al-Mugīra22 ; cette rue, que R. Pinilla Melguizo suggère d’identifier à la sikka a1-Mugīra23, se trouve dans la zone orientale de Cordoue, où l’on situe cette résidence princière, la munya d’al-Mugīra, qui donne son nom à l’un des quartiers de l’Ajerquίa24. Dans les premières années du xe siècle, le faubourg qui se développe autour de cette résidence d’agrément, dotée d’espaces verts et entourée de jardins, a un caractère rural encore marqué. La rue qui le traverse figure à plusieurs reprises dans le document, sous des expressions diverses, correspondant à des moments distincts de l’écriture : dans les parties du récit dues au juge chargé de régler le litige, c'est-à-dire l’exposé des faits qui ouvre le document, l’intervention du magistrat réclamant aux muftis qu'ils lui rendent par écrit leur réponse et l’issue de l’affaire qui clôt le texte, la rue est désignée par maḥaǧǧat al-muslimīn, maḥaǧǧat Qurṭuba ou tout simplement al-mahaǧǧa25. Le terme renvoie alors précisément à la rue qui longe la propriété d’Ibn al-Salīm. On retrouve le terme mahaǧǧa dans les réponses apportées par certains mušāwarūn au problème posé : il ne désigne alors plus spécifiquement la rue de Cordoue concernée, mais prend un signifié plus abstrait et il figure dans des transmissions d’Ibn al-Qāsim (m. 806/191) et d’Ibn Wahb (m. 813/197), disciples égyptiens de Mālik. Al-mahaǧǧa désigne une rue importante, la grand’rue de la ville ; dans le cas de Cordoue, à en suivre le Muqtabis, quatre rues portent ce nom dans les années 970 : la mahaǧǧa al-'uzmā, l’axe majeur nord-sud de la ville, qui passe entre la grande-mosquée et l’Alcazar ; la mahaǧǧa al-'uzmā, artère importante du souk ; la mahaǧǧa al-ḍayyiqa, rue plus étroite qui longe le fossé ; la partie orientale du Rasīf, enfin, est appelée al-mahaǧǧa26. A côté du terme mahaǧǧa, et apparaissant comme son synonyme, l’on rencontre dans le document l’expression al-sikka al-muslimīn ; elle figure dans la réponse du mušāwar Sa'd b. Mu' āḍ. Enfin, le terme de loin le plus usité est celui de ṭarīq, voie, chemin, employé seul ou dans l’expression ṭarīq al-muslimīn ; il apparaît aussi bien dans les transmissions de Mālik et de ses disciples que dans les réponses formulées par les mušāwarūn des années 900. C'est ce terme, ṭarīq, qu'on retrouve dans un autre document des Aḥkām, toujours avec ce signifié de chemin public, ouvert à tous : il s'agit cette fois d’un texte du xie siècle, relatif au monde rural, et ṭarīq y désigne une voie qui passe entre des vignes27.

  • 28 Brunschvig 1947, p.131.
  • 29 Voir ci-dessus p. 85-94.

10Les usages de cette rue sont inscrits dans les signifiés de ces termes : al-šāri', al-sikka, al-maḥaǧǧa ou al-ṭarīq, parfois complétés par al-muslimīn, désignent la partie de la voirie ouverte au passage de tous, où tout le monde peut librement circuler. R. Brunschvig avait pris la peine de préciser : « c'est la 'voie des musulmans' ; mais les non-musulmans protégés (ḏimmi) ont aussi le droit de l’emprunter28 ». Les réflexions postérieures à ce magistral article sur l’urbanisme médiéval et le droit musulman, en particulier celles relatives aux concepts de tolérance, de convivencia et de coexistence29, poussent à considérer le déterminant employé (al-muslimīn) comme tout bonnement conforme aux normes d’un Etat musulman médiéval. Sur cette rue ouverte à la circulation de tous, l’on trouve quelques précisions quant à ses usages au fil de l’affaire relative à d’Ibn al-Salīm : l’un des muftis consultés à propos de cet empiétement sur la voie publique, Sa'd b. Mu'āḍ, opine contre cet accaparement de la maḥaǧǧat al-muslimīn,

  • 30 Ḥisba, p. 154.

« bien habou appartenant aux musulmans, pour leur commun profit (limanāfa'-hum) [...], par où passent les soldats musulmans lorsqu'ils partent en campagne et où se rassemblent les groupes des villes (rifāq amsār-hum)30 ».

  • 31 C'est ce que nous avons tenté de montrer pour la Cordoue du premier tiers du xie siècle (Mazzoli-G (...)
  • 32 Bida', p. 59 ; annexe : Bida', 1. Sur ce procès de zandaka, voir le bref résumé de l'affaire dans (...)

11La remarque de Sa'd b. Mu’āḏ conforte, en quelque sorte, l’image d’une voie publique composante essentielle de la sociabilité urbaine : dans la rue, se croisent les hommes, soldats, marchands, ulémas, paysans venus des alentours vendre leurs récoltes ; dans la rue, on le sait, circule la rumeur31 ; dans la rue, enfin, on discute de futilités sans doute la plupart du temps, mais aussi de questions d’importance. A l’époque d’al-Hakam Il (961-976/350-366), c'est dans l’espace public de la rue que blasphème l’hérétique Abū l-Ḫayr et que débute la controverse entre celui-ci et Muhammad b. 'Abd Allāh al-Tuǧībī, ṣāḥib al-šurfa de Cordoue et cadi de la province d’Ecija et de Cabra32. La scène suivante se déroule dans le marché de la capitale : au cadi, qui lui rappelle le respect dû aux autorités en place, Abū l-Ḫayr réplique en s'écriant que s'il pouvait disposer de 5 000 cavaliers, il entrerait de vive force à Madīnat al-Zahrā' et tuerait tous ceux qui s'y trouvent et proclamerait le régime du Fatimide al-Mu’izz.

Des rues pour les riverains

  • 33 Dozy 1881.
  • 34 Lagardère 1995, p. 172.
  • 35 Dozy 1881, t. l, p. 429.
  • 36 En dérive le castillan adarve.
  • 37 Torres 8albâs 1985, p. 369-387.
  • 38 Comme le définit D. Serrano Ruano, p. 505 de sa traduction d'Ibn ' Iyāḍ !.

12Par 'rues pour les riverains', nous entendons les rues qui donnent accès aux maisons, ce que suggèrent les co-occurrences dār (maison) et/ou bāb (porte). Ces rues sont désignées par zuqāq et zanqa. Zuqāq renvoie à une rue aux modestes dimensions, à une ruelle, à un passage, mais également à un quartier ; notons qu'on retrouve ces deux signifiés, petite rue et partie d’une ville, pour le terme zanqa33. Par ailleurs, les racines de ces termes ont un contenu bien différent de celui qu'on avait observé dans le cas du vocabulaire concernant les rues principales : zuqāq vient de zaqqa qui signifie pousser, faire entrer de force ; zanqa dérive de zanaqa, acculer, pousser dans un coin. On est donc à l’antipode des notions de circulation, de flux et de dynamique qui président à sari' ou à maḥaǧǧa : les deux termes zuqāq et zanqa contiennent au contraire l’idée de pousser pour faire entrer, soit d’un mouvement vers un espace clos, d’un mouvement menant à brève échéance à l’immobilité, à une position statique. Ces termes reçoivent parfois le qualificatif de nāfiḏ, participe actif de nafaḏa, pénétrer, traverser, s'ouvrir, avoir une issue : zuqāq nāfiḏ signifie de la sorte ruelle, tandis que zuqāq ġayr nāfiḏ désigne une impasse. Enfin, le terme qu'on attend ici, darb, ne figure pas, à moins qu'une occurrence ne nous ait échappée, dans les documents étudiés, ce qui est loin de signifier l’absence du darbdans la Cordoue des xe-xie siècles, bien au contraire : une fatwā d’Ibn 'Attāb, transmise par al-Wanšarīsī34, fait précisément allusion à la réparation d’un darb. Ce terme pose, on le sait, le difficile problème de son contenu sémantique qui hésite, selon les interprétations, entre simple impasse et venelle fermée à ses deux extrémités. Du long développement que lui consacre R. Dozy35, on tire les signifiés suivants : au pluriel, darb désigne des barricades, un labyrinthe, ou encore les défilés des Pyrénées par lesquels on se rend en Espagne et, par extension, les Pyrénées, mais aussi une chaîne de montagnes ; au singulier, le terme signifie une route, une muraille d’enceinte36, une cour intérieure qui communique avec la rue par une allée, une ruelle fermée à ses deux bouts sur laquelle ouvrent les portes de quelques maisons. L. Torres Balbas avait retenu le signifié d’impasse fermée par une porte37. Darb est aujourd’hui donné pour synonyme d’impasse et il est envisagé comme le terme employé pour parler d’impasses en tant que ruelles ayant un statut juridique différent de celui de la ruelle ouverte à ses deux extrémités38. Il me semble raisonnable de s'en tenir à l’idée que, isolée de son contexte, l’occurrence darb ne permet pas de préjuger d’une possible fermeture de l’impasse, qui peut d’ailleurs n'avoir qu'un caractère temporaire, en période de troubles par exemple.

  • 39 'umrān, p. 109 et note 560.
  • 40 Fatwā rendue par Abū 'Abd Allah Muhammad b. Muhammad al-Saraquslī (m. 1084/477) et analysée dans L (...)
  • 41 Ḥisba, p. 171.

13Ces rues sont essentiellement fréquentées par leurs riverains, c'est-à-dire par ceux dont les demeures donnent sur ces rues. Lorsqu'on examine les rues dans l’œuvre d’Ibn Sahl à travers l’usage qui en est fait, l’on constate que la ruelle ouverte autant que l’impasse permet d’accéder aux maisons : dans le dernier quart du ixe siècle, un juriste est consulté à propos d’un homme qui ouvre une porte « dans une ruelle ouverte et/ou dans une ruelle fermée », les variantes des manuscrits conduisant à cette hésitation entre conjonction de coordination et conjonction disjonctive39. Ces rues ne sont pas exclusivement fréquentées par leurs riverains, mais elles le sont aussi par des marchands ambulants, qui peuvent avoir accès aux maisons, comme une consultation juridique du xie siècle, transmise par al-Wanšarīsī40, en conserve le souvenir. De même, une expression comme zuqāq al-muslimīn al-nāfiḏ, qu'Ibn Sahl prend chez le grand malékite kairouanais Salfnūn (m. 855/240), désigne-t-elle une ruelle desservant des demeures tout en étant ouverte à ses deux extrémités : elle figure en effet dans une question relative à un homme qui introduit dans sa maison une partie de ce zuqāq, le voisinage (al- ǧīrān) ne protestant que vingt ans après les faits41.

  • 42 Var. ms.
  • 43 'umrān, p. 109.
  • 44 'umrān, p. 94-97 ; annexe : 'umrān, 16.
  • 45 Qawm : groupe, gens, tribu, clan. Sur ces derniers signifiés, cf. Guichard 1977. Le fait tribal ay (...)
  • 46 'umrān, p. 98-111 ; annexe : 'umrān, 17.
  • 47 Ibid, p. 106.

14A ces 'rues pour les riverains' sont toujours liés des problèmes de voisinage. Ibn Sahl consigne ainsi la fatwā émise par Yalfyā b. Ibrāhīm b. Muzayn (m. 872/259), mušāwar de Cordoue, à propos d’un individu qui ouvre une porte dans une ruelle et/ou42 dans une impasse, en face de la porte de son voisin ; il cause à son vis-à-vis un dommage important, celui de l’indiscrétion visuelle, et il doit y remédier par la construction d’un mur43. Dans une affaire antérieure à 1052/444, qu'Ibn Sahl expose aux juristes de Cordoue et d’Almeria alors qu'il se trouve en poste à Baeza, il est question d’un individu qui a construit une maison dont la partie arrière donne sur une impasse (zuqāq ġayr nāfiḏ)44. Cette impasse appartient à d’autres personnes (li-qawm)45ce qu'il faut vraisemblablement comprendre comme le fait que le nouveau riverain n'appartient pas à la parentèle déjà installée dans la rue. L’homme ouvre la porte de sa maison dans cette impasse et les choses restent ainsi un certain temps, jusqu'à ce que les autres riverains vendent leurs maisons : l’acheteur, le nouveau propriétaire, demande alors que la porte soit fermée, sous prétexte qu'il s'agit d’une modification récente. Ibn 'Attāb rétorque que l’acheteur n'a rien à dire, que seuls avaient le droit de protester les anciens propriétaires ; mais comme ils ne l’ont pas fait avant la transaction, c'est qu'ils étaient d’accord. Ahmad b. Rašīq, faqīh d’Almeria, donne une réponse similaire. Ce problème d’ouverture de porte figure également dans un autre cas du xie siècle46 : dans les années 1040, un individu construit un four auprès d’une maison et la fumée qui s'en échappe gêne considérablement la vie de la maisonnée. Parmi les nombreuses réponses des juristes consultés sur cette affaire de dommage occasionné au voisinage, il est fait allusion à une fatwā émise à propos d’un quidam qui veut ouvrir une porte dans une ruelle (zuqāq nāfiḏ)47 : si la ruelle est étroite, la porte à percer ne doit pas se trouver en face de celle qui existe déjà, autant que faire se peut ; s'il n'est pas possible de décaler la nouvelle porte, on ne peut empêcher le propriétaire de l’ouvrir, même s'il cause ainsi un tort à son voisin.

  • 48 Al-Gazīrī : acte n°252 de l'édition A. Ferreras.
  • 49 Cité dans Brunschvig 1947, p. 134, n°2.
  • 50 Sur la voirie de la Tunis hafside, on trouvera d'intéressants développements dans la thèse de J.-P (...)
  • 51 Brunschvig 1947, p. 134-135.
  • 52 Ibid, p. 131.
  • 53 'umrān, p. 96-97.

15L’emplacement de la porte de la maison représente donc, pour les juristes, un motif de consultation et de discussion : à cet égard, il est révélateur que figure, dans le formulaire notarial d’al-Ǧazīrī (m. 1189/585), un modèle d’acte servant à dénoncer le préjudice causé par l’ouverture d’une porte48. R. Brunschvig signale le problème posé par l’emplacement de la porte de la maison à propos de l’impasse, envisagée comme une voie privée appartenant en copropriété aux riverains. Il rappelle ainsi le principe du droit malékite selon lequel on peut installer là où l’on veut la porte de sa maison, à condition de ne pas gêner le voisin, c'est-à-dire en ne lui donnant pas sa porte pour vis-à-vis ; la Mudawwana explique qu'il faut pouvoir ouvrir sa porte tout en demeurant à l’abri des regards indiscrets et faire approcher une bête de somme jusqu'au seuil sans gêner quiconque49. En revanche, la pratique de Cordoue qu'on retrouve, toujours selon R. Brunschvig, dans la Tunis hasfide50, exige le consentement de tous les voisins pour l’ouverture d’une porte sur une impasse : il peut s'agir de « l’application de la théorie de la copropriété, conçue sous une forme plus évoluée en même temps que plus stricte [ou bien du] résultat, et la preuve, d’une solidarité sociale plus développée51 ». Il n'est pas toujours aisé de situer les références qui figurent dans les Aḥkām entre principe de libre installation de la porte à condition de ne pas gêner le voisinage, d’une part, et nécessité d’obtenir le consentement des riverains, de l’autre. Cet accord, qui apparaît d’ailleurs comme tacite, figure dans l’affaire de l’impasse de Baeza, mais non dans celle des années 1040, relative cette fois à une ruelle, sans doute à cause de la différence de statut juridique entre ces éléments de la voirie. En confrontant la plus ancienne citation, celle de Yaḥyā b. Ibrāhīm b. Muzayn, et la plus récente, due à Ibn 'Attāb, on peut aussi se demander si l’on n'a pas affaire à des temps différents dans l’élaboration du droit : sous l’émirat, s'en tient-on à Cordoue à la doctrine malékite de la libre installation des portes, tandis que la pratique cordouane du consentement des riverains apparaît comme bien forgée au xie siècle ? Quoi qu'il en soit, ces impasses qui donnent accès aux maisons sont bien des voies « appartenant en co-propriété aux riverains52 », ceux-ci émettant collectivement un avis sur des modifications pouvant les affecter. Ibn Sahl transmet à ce propos l’opinion de Saḥnūn relative à la réouverture d’un cloaque dans une impasse (al-zanqa ġayr al-nāfiḏa) : des riverains d’une impasse interdisent à un homme dont la partie arrière de la maison donne sur cette voie sans issue d’y rouvrir une canalisation servant à l’évacuation de latrines anciennes, mais qui ne servent plus depuis un certain temps53.

  • 54 Cette fatwā compilée par al-Wanšarīsī est présentée dans Lagardère 1995, p. 172.
  • 55 Ibid., p. 131. Ces trois fatwā/s relatives à la réparation du darb, dues à Ibn 'Attāb, Ibn 'Abd al (...)

16Il faut évoquer, enfin, à propos de ces rues pour les riverains, le problème de leur entretien : à en juger uniquement à partir de l’édition de M. Ḫallāf, Ibn Sahl n'a pas reproduit une fatwā rendue par son maître Ibn 'Attāb et relative au maintien en état de ce type particulier de ruelles qu'est le darb. Cette fatwā d’Ibn 'Attāb est conservée, en revanche, dans le Mi’yār54 ; elle se borne à stipuler que « si les voisins sont d’accord pour réparer une venelle (darb), celui qui refuse d’y contribuer y sera contraint ». Cette mention, lapidaire, évoquant l’entretien collectif de la ruelle par ses riverains ne permet guère d’entrevoir les conditions dans lesquelles chacun participe à ces travaux. On les connaît mieux pour la Tunis hafside, à travers cette fatwā rendue par al-Bannā' al-Tūnisī, aussi appelé al-Mu'allim Muḥammmad, fatwā que consigne al-Wansarīsī55 :

  • 56 Il est en poste en 1329/729.

« à propos d’une venelle (darb) de Tunis que les voisins étaient convenus de réparer, le grand cadi de Tunis Ibn 'Abd al-Rafī'56 [...] a émis l’avis qu'aucun d’eux ne sera contraint d’y participer à moins qu'j ! n'y ait unanimité de tous les autres. D’après Abu 'Abd Allāh Ahmad b. al-Gammāz (m. 1293/693), les frais de cette consolidation doivent être répartis au prorata de la fortune de chacun et non proportionnellement au nombre de maisons car elle profite aux riches et non aux pauvres qui n'ont rien à redouter. Selon al-Mu'allim, la fortification (taḥṣīn) des maisons en augmente la valeur ; les pauvres y contribuent selon leurs moyens et beaucoup moins que les riches ».

17Pour en revenir au problème du contenu sémantique de darb, que nous avons évoqué plus haut, la mention isolée de son contexte, comme celle relative au cas traité par le grand cadi de Tunis, ne permet pas de conclure à la possible fermeture du darb ; en revanche, dans la citation d’Ibn al-Ġammāz, il paraît plausible de voir dans le darb une venelle fermée à ses deux extrémités.

18Dans ces ruelles et impasses où s'ouvrent les portes des maisons, l’on croise essentiellement ses voisins ; dans cet espace de sociabilité du quartier, l’on s'assoit pour discuter sur des banquettes aménagées le long des murs des maisons, dans ce qui constitue leur finā C'est cet espace libre qui entoure la maison qu'il nous faut maintenant examiner, car c'est sur lui que pèsent les menaces d’empiétements sur la voirie, qu'elle appartienne à l’ensemble de la communauté urbaine ou à une communauté de riverains.

Notes

1 Navarro Palazón et Jiménez Castillo 1994, p. 172-177 ; Jiménez Castillo et Navarro Palazón 2001, p. 87-90 : les axes principaux, ceux du premier niveau, sont identifiés ; la fouille a permis d'étudier les rues des niveaux trois et quatre.

2 Van Staëvel 1995, p. 53-57.

3 Bianquis 2000, p. 860-861.

4 Maïzia 1998.

5 Ibid., p. 389.

6 Ibid., p. 404.

7 Brunschvig 1947, p. 131.

8 La partie consacrée à la voirie se décompose en : 1. Rues, 2. Impasses, 3. Saillies. (Brunschvig 1947, p. 131-136).

9 Khiara 1994.

10 Van Staëvel 1995, 2001 a et 2001 b.

11 R. Dozy donne, pour la forme I de šāra’ : communiquer à ou avec, conduire, aboutir, être en rapport.

12 Sur l'auteur, son œuvre et les données qu'on peut en tirer à propos de la construction, cf. Van Staevel2001 b, p. 219-239.

13 'umrān, p. 67-68 ; annexe : 'umrān, 6.

14 Lévi-Provençal 1953, p. 373 ; Torres Balbás 1985, p. 260-261 ; Zanόn Bayόn 1989, p. 56, à partir du précédent.

15 Sur la fig. 3, voir la Porte de Rome ou Porte d'Ibn 'Abd al-Ǧabbār (3), où aboutit la sikka a1'uzmā. Sur cette rue, cf. les références rassemblées dans Pinilla Melguizo 2000, p. 567, n. 33.

16 Il tire ces références du Mohît a1-Mohît, compilation réalisée en 1870 à partir de lexiques anciens ; on ne connaît donc pas avec précision l'origine de ces indications.

17 Ḥisba, p. 143-183 ; annexe : Ḥisba, 17.

18 Sur ce personnage, Lévi-Provençal 1950, t. 1, p. 336 ; Ḫallāf, éd.Ḥisba, p. 143, n. 807.

19 Méouak 1994-95.

20 Sur tous ces personnages, voir les indications fournies par M. Ḫallāf dans son édition d'Ibn Sahl et celles de Marin 1985.

21 Lāṣaq : être adjacent, contigu ; toucher à.

22 Cet al-Muġira est un fils d'al-Hakam ier.

23 Pinilla Melguizo 2000, p. 568.

24 Selon Ibn Baškuwāl, reproduit par al-Maqqarī (cf. Zanόn Bayόn 1989, p. 29) ; mention ainsi analysée depuis E. Lévi-Provençal (1953, p. 373). M. Ocaña Jiménez a proposé de placer ce quartier du côté de l'actuel quartier de San Lorenzo (Ocaña Jiménez 1963). Sur ce quartier, cf. Arjona Castro 1999, p. 60-63.

25 ḥisba, p. 143,p. 151 etp.182.

26 Garcia Gόmez 1965, successivement p. 361, p. 349, p. 353 et p. 346.

27 Ḥisba, p. 184-191.

28 Brunschvig 1947, p.131.

29 Voir ci-dessus p. 85-94.

30 Ḥisba, p. 154.

31 C'est ce que nous avons tenté de montrer pour la Cordoue du premier tiers du xie siècle (Mazzoli-Guintard 1999 c).

32 Bida', p. 59 ; annexe : Bida', 1. Sur ce procès de zandaka, voir le bref résumé de l'affaire dans Lévi-Provençal 1953, p. 460-461 et les informations plus détaillées qui figurent dans Lagardère 1995, p. 56-57.

33 Dozy 1881.

34 Lagardère 1995, p. 172.

35 Dozy 1881, t. l, p. 429.

36 En dérive le castillan adarve.

37 Torres 8albâs 1985, p. 369-387.

38 Comme le définit D. Serrano Ruano, p. 505 de sa traduction d'Ibn ' Iyāḍ !.

39 'umrān, p. 109 et note 560.

40 Fatwā rendue par Abū 'Abd Allah Muhammad b. Muhammad al-Saraquslī (m. 1084/477) et analysée dans Lagardère 1995, p. 61 : « un imam qui tolère que le juif (marchand ambulant, colporteur) entre dans sa maison et que sa femme et ses enfants se portent à sa rencontre est un homme bas ».

41 Ḥisba, p. 171.

42 Var. ms.

43 'umrān, p. 109.

44 'umrān, p. 94-97 ; annexe : 'umrān, 16.

45 Qawm : groupe, gens, tribu, clan. Sur ces derniers signifiés, cf. Guichard 1977. Le fait tribal ayant disparu au xe siècle (Guichard 1977, p. 324 et suiv.), il faut ici entendre par qawm un groupe d'individus appartenant à la même famille. Signalons d'ailleurs la rareté de ce terme dans le recueil : une autre occurrence, qawm min Qurayš, cette fois dans un texte du xe siècle, désigne un groupe de personnes appartenant à cette famille de la ḫāṣṣa cordouane ( 'umrān, p.69).

46 'umrān, p. 98-111 ; annexe : 'umrān, 17.

47 Ibid, p. 106.

48 Al-Gazīrī : acte n°252 de l'édition A. Ferreras.

49 Cité dans Brunschvig 1947, p. 134, n°2.

50 Sur la voirie de la Tunis hafside, on trouvera d'intéressants développements dans la thèse de J.-P. Van Staëvel (2000), en cours d'édition.

51 Brunschvig 1947, p. 134-135.

52 Ibid, p. 131.

53 'umrān, p. 96-97.

54 Cette fatwā compilée par al-Wanšarīsī est présentée dans Lagardère 1995, p. 172.

55 Ibid., p. 131. Ces trois fatwā/s relatives à la réparation du darb, dues à Ibn 'Attāb, Ibn 'Abd al-Rafi' et al-Gammāz, sont d'ailleurs compilées ensemble par al-Wanšarīsī (éd. Rabat, t. V, p.349).

56 Il est en poste en 1329/729.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540