Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre à Cordoue au Moyen Âge

 | 
Christine Mazzoli-Guintard

Deuxième partie. Structure et cohesion des quartiers

Introduction

Texte intégral

  • 1 Denoix 2000.
  • 2 Müller 1999 et 2000.
  • 3 A la notice, maintes fois exploitée, d'Ibn al-Ḫatīb sur les 'arīf et maḥāris de Cordoue, s'ajoute (...)

1On s'accorde, aujourd'hui, pour reconnaître que les villes de la dār alislām au Moyen Age sont gérées par des mécanismes différents de ceux qui permettent le fonctionnement des villes de l'Occident chrétien médiéval1 ; on connaît relativement bien les agents de l'autorité publique, en particulier les membres de l'appareil judiciaire, cadi, ṣāḥib al- šurṭa wa-l-sūq, qui règlent les conflits entre citadins dans les villes d'al-Andalus2. En revanche, les modes d'organisation sociale développés en marge de l'autorité publique, mécanismes de solidarité permettant le fonctionnement même de la ville, restent dans l'ombre : de brèves allusions dans les chroniques ne laissent guère que deviner, par exemple, une organisation de la défense urbaine par quartier3. Il convient toutefois, avant d'interroger Ibn Sahl sur les ressorts qui permettent le fonctionnement de la Cordoue des Xe-XIe siècles, de rappeler les traits fondamentaux de la société andalusí.

  • 4 Guichard 1977.
  • 5 Le récent débat entre P. Guichard (1998 b) et G. Martinez-Gros (2000) semble en fin de compte port (...)
  • 6 Guichard 1977, p. 213-214.
  • 7 Guichard 1998 a.
  • 8 Cahen 1977, p. 185 ; Schacht 1983.
  • 9 Abdel-Rahim 1982, p. 50-51.

2Deux aspects, essentiels pour notre propos, de la société d'al-Andalus doivent en effet être signalés : la nature orientale de ses structures sociales ; le caractère individualiste de son droit. P. Guichard a mis en évidence, on le sait, le caractère oriental de la société d'al-Andalus4, admis aujourd'hui par la communauté scientifique5 : si l'on ignore jusqu'à quand demeurent visibles les vestiges de l'organisation en clans et en tribus, le fait tribal laisse une empreinte forte sur la société d'al-Andalus. Le monde urbain, toutefois, se fait discret dans cette définition des structures sociales d'al-Andalus : P. Guichard signale la répartition des tribus en quartiers lors de la fondation d'une ville6, idée qu'il développe ensuite autour de l'exemple bien documenté de Pechina7. Que les villes d'al-Andalus appartiennent à la dār al-islām médiévale ne fait guère de doute ; en revanche, leur inscription dans une société aux structures orientales est loin de bénéficier de l'approche approfondie dont profite le monde rural andalusí : autrement dit, on va s'engager dans une approche des modes de fonctionnement urbain sans que les grands traits des structures sociales de la ville n'aient été posés. Par ailleurs, le droit musulman ne reconnaît pas de personnes morales ni d'institutions, mais seulement des individus : il ne peut voir dans la ville une collectivité, ni attribuer à un groupe de citadins un statut spécifique8. On sait bien, en effet, que les villes de la dār al-islām médiévale s'organisent sur des bases qui n'ont rien à voir avec l'autonomie institutionnelle et politique de leurs contemporaines de l'Occident chrétien : les institutions juridiques et administratives des villes du monde musulman n'ont pas, et ne peuvent pas avoir, un caractère représentatif similaire à celui de la commune ; les personnes chargées de la responsabilité d'administrer la ville ne peuvent être des représentants du peuple9. Le fonctionnement de la ville va se jouer autour d'individualités ou de groupes d'individus, et non auprès d'instances bénéficiant, de la part du détenteur de l'autorité, d'une reconnaissance officielle.

3Comment s'interroger sur ce fonctionnement ? En cherchant les ressorts de la ville dans les relations de voisinage, qu'on peut examiner en allant du quartier jusqu'aux espaces de la mitoyenneté : en partant de l'espace public, ouvert à tous, on se dirigera vers l'espace privé, celui de la maison, en passant par les espaces communautaires, les afniya des mosquées et des demeures. Le quartier apparaît comme l'espace urbain où doivent, en premier lieu, être examinées les relations de voisinage : il faut se pencher sur la structure du quartier, partie de la ville envisagée comme un ensemble organisé, et sur la cohésion de celui-ci, sur les forces qui lui donnent sa cohérence interne. Autrement dit, il faut examiner les ressorts sur lesquels s'appuie le quartier pour fonctionner. Et là se trouve, sans doute, le paradoxe de l'enquête : c'est à partir de litiges, indices de frictions et de tensions entre citadins, qu'on s'efforcera de mettre en évidence la cohésion et l'unité des quartiers. Paradoxe ? Peut-être pas, car la ville fonctionne et quelle ville ! Il s'agit, ne l'oublions pas, de la Cordoue du Xe siècle, mégapole de l'Occident, et de sa projection au siècle suivant, ville où affluent les réfugiés de la fitna, puis capitale de la taifa des Banū Ǧahwar : les forces de fusion l'emportent sur les forces de fission et justifient l'apparente singularité de la démarche.

Notes

1 Denoix 2000.

2 Müller 1999 et 2000.

3 A la notice, maintes fois exploitée, d'Ibn al-Ḫatīb sur les 'arīf et maḥāris de Cordoue, s'ajoute la référence d'Ibn 'Iḏārī à propos de la perception du ta 'tīb : à Cordoue et à Séville, la réparation des murailles s'effectue par quartier, les habitants de chaque quartier réparant la partie de l'enceinte qui leur correspond depuis toujours (Ibn 'Iḏārī, Kitāb a/-Bayān a/-Muġrib, 4, éd. p. 74 et son analyse dans Marin 1998, p. 81).

4 Guichard 1977.

5 Le récent débat entre P. Guichard (1998 b) et G. Martinez-Gros (2000) semble en fin de compte porter sur les relations que l'historien peut entretenir avec les sources écrites ; on pourrait abruptement le résumer ainsi : le texte est-il un document ou un objet ?

6 Guichard 1977, p. 213-214.

7 Guichard 1998 a.

8 Cahen 1977, p. 185 ; Schacht 1983.

9 Abdel-Rahim 1982, p. 50-51.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540