Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre à Cordoue au Moyen Âge

 | 
Christine Mazzoli-Guintard

Première partie. Aux sources de l'enquête

Chapitre 3 : En toile de fond, Cordoue aux Xe-XIe siècles

Texte intégral

  • 1 Voir les travaux, fondamentaux, de Castejón 1929, Lévi-Provençal 1953, p. 356-395, Garcia Gómez 19 (...)
  • 2 Zanón Bayón 1989.
  • 3 Garcia Gómez 1947.
  • 4 Les murailles sont restaurées sous Muhammad b. Gahwar (1043-1069/435-461), puis après la conquête (...)

1Les Ahkām d'Ibn Sahl se déroulent sur une scène familière à bien des égards, la ville de Cordoue aux Xe et XIe siècles : de ce décor, il faut rappeler les éléments essentiels, le paysage constituant le fond du tableau de la vie humaine, pour reprendre une image chère aux voyageurs. Bien connu pour l'époque califalel1, puis pour les temps almohades2, le paysage cordouan se dessine en revanche avec moins de netteté pour le XIe siècle3 : la ville subit plusieurs sièges et mises à sac, depuis la destruction d'al-Madïna al-Zāhira en février 1009/ ǧumādā II 399 par Muḥammad II al-Mahdï jusqu'à l'attaque menée par les Almoravides en mars 1091/ṣafar 484 ; mais pour évaluer l'ampleur des destructions et l'impact des affrontements sur l'urbanisme, nos sources se réduisent à quelques mentions textuelles relatives à des restaurations de murailles4, à l'indication d'Ibn I :Iazm (m. 1064/456) selon laquelle Cordoue se trouverait dévastée et déserte, à l'exception de la médina et d'une partie du faubourg oriental, et à la notice d'Ibn Bassam (m. 1148/543) sur la destruction des 'palais des Banū Umayya' à l'époque d'Ibn al-Saqqā' (m. 1063/455), le gouverneur des Banū

  • 5 Garcia Gómez 1947, p. 284-285 remarque qu’il peut s'agir aussi bien des palais de Madïnat

2 Gahwar5. Il faut donc s'introduire dans le cadre de vie de ces Cordouans qu'évoque Ibn Sahl, aussi bien la capitale émirale de la fin du IXe siècle et du premier quart du Xe siècle, que celle du second XIe siècle ; cela implique de revenir sur l'expansion de la ville qui se joue précisément entre ces deux périodes, mais cela suppose que soient signalés les points de repère urbain, éléments familiers du décor des Aḥkām et, enfin, que soient présentés les espaces du voisinage, donnée essentielle d'une enquête organisée autour des solidarités entre citadins.

De la muraille et au-delà : espaces et territoires de la ville

3C'est sans l'ombre d'un doute à son rôle de capitale d'al-Andalus à partir de 716/97, que Cordoue doit de devenir, au Xe siècle, l'une des plus importantes villes de la Méditerranée. L'évocation d'Ibn Hawqal, qui visite la ville en 948/337, est bien connue :

  • 6 Ibn Hawqal, Configuration de la terre, trad., p. 110-111.

« la plus grande ville d'Espagne est Cordoue, qui n'a pas son équivalent dans tout le Maghreb, pas plus qu'en Haute Mésopotamie, en Syrie ou en Egypte, pour le chiffre de la population, l'étendue de sa superficie, le grand espace occupé par les marchés, la propreté des lieux, l'architecture des mosquées, le grand nombre des bains et des caravansérails [... ] 'Abd al-Rahmān b. Muhammad fonda à l'ouest de Cordoue une cité qu'il appela Zahrā' [...] Les édifices y devinrent denses et la popularité de cette ville prit des proportions. C'est au point que les maisons formaient une ligne continue entre Cordoue et Zahrā' 6 ».

  • 7 Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 122.
  • 8 Id. et Lévi-Provençal 1953, p. 363, note 2. Le célèbre recensement d'al-Manṣūr donne, rappelons-le (...)

4Ville sans équivalent, Cordoue apparaît alors comme une vaste conurbation dont les constructions s'étendent, l'archéologie le montre, sur quelque 5 000 ha, non sous la forme d'un continuum d'habitations, mais comme des groupements de maisons séparés par des espaces ouverts7 (fig. 2) : selon les estimations, la capitale des Omeyyades d'Occident aurait compté entre 100 000 et 500 000 habitants8.

  • 9 Acién Almansa et Vallejo Triano 1998.
  • 10 Ocana Jiménez 1982. Voir, sur la fig. 3, la zone située au nord de la porte 6.
  • 11 Castejan 1929, p. 297-298 ; Lévi-Provençal 1953, p. 376.
  • 12 Lévi-Provençal 1950, t. l, p. 134-136.
  • 13 Sur les faubourgs orientaux, voir les données réunies dans Arjona Castro 1999.
  • 14 Lévi-Provençal 1953, p. 369-376.

5Si Cordoue atteint au Ve siècle sa plus grande extension, sa croissance urbaine débute dans les siècles précédents9 : à l'origine de la capitale omeyyade se trouve la ville romaine, située à quelques centaines de mètres au nord du Guadalquivir, dont le dessin carré de l'enceinte est amputé de son angle nord-ouest10. L'Urbs Quadrata est agrandie vers le fleuve, sans doute après 554, lorsque les Byzantins s'emparent de l'essentiel de la Bétique : le tracé de la muraille prend alors la forme d'un rectangle irrégulier d'environ 1 400 m sur 700 m. Les quelque 100 ha enserrés dans cette enceinte forment le noyau antique de Cordoue, dont Muġīṭ et ses troupes s'emparent en octobre 711/ muharram 93 : les chroniqueurs la désignent par madīna, parfois par qaaba, et l'historiographie en a fait la 'médina' de Cordoue. Or, dès le VIIe siècle, s'animent des zones situées au-delà de l'enceinte de la médina, sous la forme d'édifices isolés qui abritent de riches résidences : Muġīṭ reçoit, pour ses services, un palais vraisemblablement situé à l'ouest de la ville, le Balāt Mugi !11 ; quelques décennies plus tard, 'Abd al-Rahmān Ier (756-788/138-172) fait construire le palais de Rusāfa, à trois kilomètres au nord-ouest de la ville12. C'est seulement au IXe siècle, toutefois, qu'est attestée l'existence de véritables faubourgs développés au-delà de la muraille : au sud de la ville, au-delà du Guadalquivir, s'étend le faubourg de Šaqunda, qui sera rasé à la suite de la révolte qui s'y fomente en 818/202 ; à l'ouest de la ville, des quartiers portent le nom de mosquées fondées par des femmes d'al-Hakam I (796-822/172-180), 'Ağab et Mut' a, mais aussi par des proches de 'Abd al-Rahman Ū (822-8521206-238), sa favorite al-Sim', son fatā Masrūr. A l'est, des faubourgs se développent autour de résidences princières, comme la munyat 'Abd Allah ou la munyat al-Muġīra, mais aussi sans doute auprès d'une tour qui donne son nom au rabad a1-burğ13 ; au nord, la résidence fondée par 'Abd al-Rahman Ier, la Rusāfa, donne son nom à un quartier, tout comme la mosquée d'Umm Salāma14.

  • 15 Ibid., p. 375, note 3.
  • 16 Sur cette expansion occidentale, voir les données rassemblées dans Acién Almansa et Vallejo Triano (...)
  • 17 Sur les vestiges de cette munya, mis au jour dans le Cortijo del Alcaide par F. He mandez en 1956, (...)
  • 18 Voir les références rassemblées à leur sujet dans García Gómez 1965 : la munya dite des moulins de (...)
  • 19 Sur le Fahs al-Surādiq, voir les références textuelles rassemblées dans Garcia Gómez 1965. Turruñu (...)
  • 20 Acién Almansa et Vallejo Triano 1998, p. 121 : à savoir des maçonneries de pierres calcaires gross (...)
  • 21 La meilleure analyse de ces données se trouve dans Zanón Bayón 1989, p. 27-37.
  • 22 Arjona Castro 1997, p. 17-20.

6A partir de 936/324, la construction de Madīnat al-Zahra' par 'Abd al Rahman ŪI (912-961/300-350) va affirmer le développement occidental de la ville, jusqu'à la formation de cette conurbation qui étire ses constructions entre Cordoue et la nouvelle ville palatine. C'est sur cette zone de l'expansion occidentale de Cordoue que l'archéologie a le plus fait progresser nos connaissances ces dernières années, suivant en cela l'intuition d'E. Lévi Provençal qui, dans les années 1950, estimait souhaitable que des fouilles soient entreprises à l'emplacement des quartiers du ǧānib de l'ouest15. De cette expansion occidentale aux visages multiples, trois aspects doivent être mentionnés16 (fig. 2). D'une part, les résidences princières, ces riches munyals, se développent : la munyat al-Nā'ūra est transformée pour servir de lieu d'accueil aux ambassades qui viennent à Madīnat al-Zahrā'17 ; de nouvelles munyals apparaissent, celle d'Arhā' Nāsil et celle d'al-Rummāniyya fondées au temps d'al- Ḥakam Ū18. D'autre part, surgit un site nouveau, celui de Turruñuelos ; il n'a pas été fouillé, mais la photographie aérienne permet d'y distinguer un secteur bâti de modestes proportions, réduit à une frange septentrionale, et une vaste zone libre de constructions ; il faut vraisemblablement y voir un lieu de stationnement des troupes, le Faḥṣ a1-Surādiq si souvent signalé dans les textes19. Enfin, l'expansion de Cordoue vers l'ouest consiste également en un développement de l'urbanisation : dans les zones fouillées, à Cercadilla mais aussi à Fontanar, a été mis au jour un tissu urbain presque continu, dont la structure révèle une volonté de planification. L'urbanisme y est orthogonal, les rues y délimitent des pâtés de maisons réguliers, le réseau viaire y est hiérarchisé, un système y organise l'évacuation des eaux usées. Cette expansion occidentale du Xe siècle poursuit celle du siècle précédent ; les noyaux initiaux de cette expansion, qui se trouvent au sud de la zone, au plus près du fleuve, étaient de grandes maisons, peut-être des munyals, sur lesquels se superpose le tracé du réseau des rues. La grande expansion du Xe siècle, qui concerne toute la zone occidentale, est beaucoup plus étendue que celle du IXe siècle, limitée à la zone proche du fleuve ; par ailleurs, il faut souligner les différences de qualité des matériaux et des techniques de construction entre les deux phases de l'expansion, celle du IXe siècle présentant un niveau de développement matériel plus pauvre que celle du Xe siècle, qui offre en revanche de nombreux points communs avec celui de Madīnat al-Zahra'20. A la fin du califat, la ville de Cordoue se compose ainsi de faubourgs (arbād), dont la liste a été transmise par Ibn Baškuwāl et Ibn al-Hatīb21 ; de Madīnat al-Zāhira', à l'ouest, jusqu'à al-Madïna al-Zāhira, à l'est, soit 18 kms, la médina originelle et ses arbād s'étendent alors sur quelque 5 000 ha22. Trois routes unissent les deux pôles de la capitale califale (fig. 2) : la plus septentrionale, par le bord de la Sierra, passe par Turrunuelos ; la plus méridionale, proche du fleuve, est la voie dite des munyals, qu'elle dessert ; enfin, une voie moyenne, intermédiaire entre les précédentes, relie Cordoue à Madīnat al-Zāhira’.

  • 23 Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 117.
  • 24 AI-Idrisi, Opus geographicum, éd. p. 579 ; La première géographie de l'Occident, trad. p.298.

7Dans le premier tiers du XIe siècle, la fitna et la dislocation du califat entraînent, selon M. Acién Almansa et A. Vallejo Triano, la destruction et le dépeuplement des zones d'expansion urbaine situées au-delà de l'enceinte de la médina : la ville se trouve réduite « aux limites de l'ancienne médina et aux faubourgs situés à l'ouest, qui ne retrouvent un certain dynamisme que pendant la période almohade23 ». La ville palatine de Madīnat al-Zahrā' se vide de ses habitants, de telle sorte que vers 1150, al-Idrīsī la décrit comme étant « encore debout, avec ses enceintes et les vestiges de ses palais. Un groupe d'autochtones continuent d'y habiter avec leurs familles ; ils sont peu nombreux24 ». Par ailleurs, au XIe siècle, la ville de Cordoue se fragmente en quartiers qui s'individualisent jusqu'à former les entités indépendantes qu'évoque al- Idrīsī dans une notice bien connue et maintes fois citée :

  • 25 Ibid., éd. p. 575, trad. p. 293-294.

« Cordoue se compose de cinq villes contiguës. Chacune est séparée des autres par une enceinte (sūr) et est dotée de suffisamment de marchés (aswāq), d'hôtelleries (fanādiq), de bains et de toutes sortes d'artisanats [...] C'est dans la ville centrale que se trouvent la Porte du Pont et la mosquée du vendredi25 ».

8Cette notice peut être utilement confrontée à une remarque formulée par 'Abd Allah, le dernier émir zīride de Grenade ; cette remarque, plus souvent passée inaperçue que la notice précédente, évoque en ces termes la Cordoue de la dernière décennie du XIe siècle, au moment où l'Almoravide Yūsuf b. Tāšufin en fait la conquête :

  • 26 Soit le 3,safàr484/28 mars 1091.
  • 27 Abd Allah, El siglo XI en Ier persona, p. 291.

« à ce moment-là26, l'émir s'empara de la ville de Cordoue [...] La ville tomba à cause de la défection de ses habitants et à cause de la dispersion de ses quartiers, car elle ne pouvait pas se maintenir sans le concours de sa population 27 ».

9Nous avons là un jalon intéressant entre la Cordoue des lendemains de la fitna, réduite à l'ancienne médina et à quelques faubourgs, et la Cordoue du milieu du XIIe siècle, composée de cinq entités individualisées par une enceinte ; la 'dispersion en quartiers' qu'évoque 'Abd Allah préfigure bien les noyaux de peuplement signalés par le géographe.

  • 28 Lévi-Provençal 1953, p. 363-369 et Zanón Bayón 1989, p. 239-51.
  • 29 L'identification des portes a suscité des interprétations divergentes : nous suivons ici celle de (...)
  • 30 Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 129.
  • 31 Zanón Bayón 1989, p. 55. Lors de la litna, le creusement d'un grand fossé a été entrepris ; il aur (...)

10Pour clore cette présentation de l'expansion de Cordoue, il paraît indispensable d'évoquer deux espaces indissociables de la croissance urbaine. L'un, étroit, borne l'expansion de la ville qui doit le dépasser pour se développer : c'est la muraille. L'autre, vaste, nourrit le développement de la ville : c'est son arrière-pays. Tout au long de l'époque islamique, Cordoue est ceinte d'un rempart de pierre, plusieurs fois restauré, rempart qui enferme la médina et dont les assises sont posées sur la muraille antique28. Cette enceinte est percée de sept portes (fig. 3) : au sud, la Porte du Pont (Bāb a1Qanfara), surmontée d'une statue antique, dite aussi Porte du Fleuve (Bāb a1 Wādi), Porte d'Algeciras (Bāb a1-Ğazira a1-.Hadrā’) ou Porte de la Statue (Bāb a1-sūra), permet la communication avec la rive gauche du Guadalquivir et ouvre sur les routes de l'Andalousie méridionale. Sur le flanc oriental de la muraille, à l'extrémité méridionale se trouve la Porte du Fer (Bāb a1-Hadïd) ou Porte de Saragosse (Bāb Saraqusta) et, plus au nord, la Porte de Ibn 'Abd al- Ǧabbār, dite aussi Porte de Tolède (Bāb Tu1aytu1a) ou Porte de Rome (Bāb Rūmiyya). Le flanc septentrional est percé de la Porte de Léon (Bāb a1Luyūn), dite aussi Porte de Talavera (Bāb Ta1abira), Porte des Juifs (Bāb a1Yahūd) ou Porte de la Bonne Direction (Bāb al-Hudâ). Trois portes se trouvent sur le flanc occidental de l'enceinte, à savoir, du nord au sud : la Porte de 'Amir, la Porte du Noyer (Bāb al-Ǧawz) ou Porte de Badajoz (Bāb Batalyaws), la Porte de Séville (Bāb Išbīliya) ou Porte des marchands d'épices (Bāb al-'Attarīn)29. A l'époque du califat, cette muraille a un sens plus symbolique que défensif : la paix régnant, la ville de Cordoue n'a en effet pas à se protéger de périls extérieurs30. Au-delà de cette muraille, qui individualise le noyau urbain primitif, se développent les zones d'expansion de la ville : seule celle située à l'est, dont le nom d'Ajerquia (al-ğūnib al- šarqi) conserve aujourd'hui encore le souvenir, est dotée d'une enceinte au XIe siècle, vraisemblablement entre les premières années de la fitna et l'époque des taifas31.

  • 32 Sur les cimetières de Cordoue, cf. la synthèse des données qui figure dans Pinilla Melguizo 1997. (...)
  • 33 Cf. fig. 2. Sur maqbarat Bâb 'A.mir : Pinilla Melguizo 1997, p. 198-199. Sur maqbarat Mut'a : ibid (...)
  • 34 Acién Almansa et Vallejo Triano 1998, p. 127. Voir aussi les références rassemblées dans Pinilla M (...)
  • 35 Ibid., p. 199-200 ; Zanón Bayón 1989, p. 87-88.
  • 36 Annexe : 'umrūn, 8.
  • 37 Mosquée dont des vestiges ont été mis au jour par P. Marfil Ruiz lors des fouilles réalisées autou (...)
  • 38 La situation de Murcie offre un autre cas remarquablement bien documenté d'un cimetière qui se ret (...)

11C'est aussi au-delà de la muraille que se trouvent en général les cimetières32 : pour les Xe-Xe siècles, les textes conservent le souvenir de vingt-et-une nécropoles, dont les quatre principales sont situées aux quatre points cardinaux, la maqbarat masğid Umm Salama au nord, la maqbarat al-Rabad au sud, la maqbarat Ibn 'Abbas à l'est et la maqbarat Bāb 'A.mir à l'ouest. Des trois cimetières occidentaux, maqbarat Balāt! Muġīt, maqbarat Bāb 'Amir et maqbarat Mut'a, l'existence de ces deux derniers est également attestée par l'archéologie33. De même, au nord-ouest de Cordoue, les 162 tombes de chronologie califale qui ont été mises au jour appartiennent au cimetière d'Umm Salama, sans doute le plus important de Cordoue34. A l'est de la ville, au-delà de l'Ajerquia, se trouve le cimetière d'Ibn 'Abbas, célèbre pour abriter les tombes de grands ulémas cordouans, Yahyā b. Yahyā (m. 848/234) et Baqī b. Mab.lad (m. 889/276)35. Au sud de Cordoue enfin, sur la rive gauche du Guadalquivir, le cimetière d'al-Rabad s'est développé autour du faubourg de Šaqunda, dans un méandre du fleuve où de nombreuses sépultures ont été découvertes (fig. 2). Il faut toutefois signaler le cas particulier du cimetière de la Tour (al-burǧ), et ceci d'autant plus qu'on aura à y revenir, puisque c'est Ibn Sahl qui fournit l'essentiel de nos informations sur cette nécropole : elle constitue en effet un cas particulier de cimetière qui, sous l'effet de la croissance de la ville, se retrouve pris dans le tissu urbain et en position intra-muros lorsqu'une muraille vient enserrer le peuplement : la maqbarat al-burǧ se trouve au-delà de l'une des portes de la médina, la Porte d'Ibn 'Abd al-Gabbār, dite aussi Porte de Tolède (fig. 3), c'est-à-dire dans l'Ajerquia ; Ibn Sahl, dans un document du Xe siècle36, fait allusion à ce cimetière et à la mosquée qui lui est associée37, qu'il situe « au nord de la maison de 'Utmān b. Sa’īd ». Le cimetière de la Tour se trouve donc, dès le Xe siècle, en zone urbanisée ; lorsque l'Ajerquia est ceinte d'une muraille au XIe siècle, il devient un cimetière intra-muros38.

  • 39 Depuis E. Lévi-Provençal (1953, p. 319-320) à D. Urvoy (1990, p. 54-55).
  • 40 Urvoy 1990, p. 55. Cf. fig. 6.
  • 41 Sur ce pont romain, maintes fois restauré à l'époque omeyyade, cf. Lévi-Provençal 1953, p.377-382.
  • 42 Je me permets de renvoyer aux données rassemblées dans Mazzoli-Guintard 1998 b.
  • 43 Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 130 ; Garcin el al. 2000 a, p. 133.
  • 44 Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 130.

12Quant au territoire dont Cordoue se nourrit, il est inséparable de la position de la ville à un croisement de routes, que la littérature a souvent signalée39 : à en croire le géographe oriental al-Istahrī qui écrit dans la première moitié du Xe siècle, presque toutes les grandes voies de communication aboutissent à Cordoue, de telle sorte que la capitale est au carrefour de routes venant de Tolède et de Saragosse, de la vallée moyenne du Tage, de Coria et Badajoz, de Séville et, au-delà, de Niebla et de Lisbonne, d'Ecija et d'Algeciras, de Grenade et d'Almeria, d'Ubeda et de Valence, etc. Au cœur des communications d'al-Andalus, Cordoue est aussi en relation commerciale avec l'Europe, mais aussi avec l'Afrique du Nord et l'Orient40. Le célèbre pont qui franchit le Guadalquivir est, bien entendu, un élément essentiel de ce dispositif41 ; il permet d'établir le contact entre les routes des Marches et celles de l'Andalousie méridionale, mais il permet également à Cordoue de puiser dans la Campina, riche région agricole située au sud-est de la ville42. Il faut signaler le caractère rural prononcé du territoire nourricier de Cordoue, lié à l'approvisionnement en surplus agricoles d'une grande ville, et il convient de souligner l'absence de villes moyennes dans sa kūra, à la différence des kūrals voisines (fig. 4) : il faut mettre cette absence en relation avec le développement urbain de Cordoue qui, en absorbant la majeure partie de la population et en concentrant les activités urbaines, a empêché la prolifération de centres de type moyen43. Dans l'arrière-pays cordouan, enfin, se trouve une population dimmī peu nombreuse, mais qui détient une grande quantité de terres : à côté d'une série de nobiles que les sources mozarabes qualifient de fortes économiquement, figurent les monastères de tradition wisigothique44.

Les points de repère urbain : le palais, la mosquée des Omeyyades, le souk

  • 45 Ibn Hawqal, Configuration de la terre, trad., p. 112 ; al-Himyarī, La péninsule ibérique au Moyen (...)
  • 46 Mazzoli-Guintard 1999 a. Des vestiges du Rasīf, voie pavée qui longe le Guadalquivir puis se prolo (...)
  • 47 Garcin 1991, p. 295.

13Revenons, désormais, en deçà des murailles, pour signaler les éléments scéniques majeurs du paysage urbain, les espaces névralgiques de la ville. Cordoue est, avant tout, une ville de pouvoir ; il faut donc chercher, dans les lieux où s'affiche l'autorité publique, les points de repère essentiels de son paysage urbain. On les trouve dans le palais et la grande-mosquée des Omeyyades, situés en face l'un de l'autre, le long de la grande artère qui traverse la ville du nord au sud, d'al-Rusāfa au pont romain, al-mahağğa al'uzmā45. Dans cette grande rue, se jette la sikka al-uzm, l'antique Via Augusta, qui traverse la ville d'est en ouest, de la Bāb 'Abd al-Gabbār jusqu'à son carrefour avec la grande artère nord-sud. Cette dernière se prolonge, au delà de la Porte du Pont, entre le palais et le fleuve, par une chaussée appelée Rasīf, qui est l'un des espaces publics les plus courus de la ville, à la fois lieu de distraction pour la population et lieu d'exhibition publique de l'autorité : cette voie très passante donne en effet accès à la mussallā, aux moulins posés sur le barrage du fleuve ; c'est là, aussi, que le pouvoir expose les cadavres des suppliciés46. Desservis par des voies passantes, la grande-mosquée et le palais forment donc, au sud-ouest de la ville, le centre névralgique de Cordoue : ces deux lieux d'expression du pouvoir politique sont unis, dès le règne de l'émir 'Abd Allah (888-912/275300), par un passage voûté, ce qui rend plus étroite encore leur proximité. On retrouve, dans cette contiguïté de la grande-mosquée et du palais, un schéma présent dans bien des villes du monde arabo-musulman médiéval des deux premières phases de l'urbanisation, qui couvrent les VIIe - Xe siècles : c'est en effet autour des palais et des espaces de pouvoir que se sont développées les premières grandes agglomérations du monde musulman, tandis qu'à partir du XIe siècle le pouvoir a tendance à s'isoler dans une citadelle et à se couper de la ville47.

  • 48 Golvin 1979, p. 21-92.
  • 49 On en trouve une présentation synthétique dans Marin 1992 a, p. 70-72.
  • 50 La cérémonie de la bay'a, serment d'allégeance solennellement délivré au souverain lors de son avè (...)
  • 51 La madrasa, qui apparaît en Orient dès le XI' siècle, est une institution tardive en Occident : on (...)
  • 52 Montejo C6rdoba et Garriguet Mata 1998.
  • 53 Marfil Ruiz 2000 nuance l'étude précédente sur deux points essentiels : il y introduit une dynamiq (...)
  • 54 Montejo Cordoba et Garriguet Mata 1998.
  • 55 C'est du moins l'idée que nous avons défendue dans Mazzoli-Guintard 1997. M. Acién Almansa et A. V (...)
  • 56 Al-Marrākušī traduit par Mr J. Viguera Molins dans Viguera Molins 1994, p. 105.

14Lieu d'expression du pouvoir politique, la grande-mosquée de Cordoue en fait figure à plusieurs titres : tout d'abord, elle constitue bien la mosquée de la dynastie, construite à partir de 786/170 par le premier émir omeyyade, bénéficiant de la part des souverains de la dynastie de remodelages et d'agrandissements successifs, alors même que certains avaient les moyens d'édifier un autre lieu de culte48. Par ailleurs, cette identification dynastique trouve son prolongement dans la hutba49, la bay'a50 et la lecture des discours du calife. Enfin, la grande-mosquée est le lieu où le cadi, auquel le souverain délègue ses prérogatives de juge, administre la justice : fréquentée par les fuqahā', la grande-mosquée constitue également le principal lieu d'enseignement de la capitale omeyyade, qui ne dispose pas d'institution de type madrasa51. Quant à l'Alcazar, il apparaît à la fois comme le centre de décision politique, où se trouvent les services centraux de l'Etat, et la résidence du pouvoir ; A. J. Montejo Cordoba et 1. A. Garriguet Mata proposent une reconstitution de la distribution de ses espaces internes52 (fig. 5) : la zone résidentielle et celle de représentation se situent dans la partie orientale du palais, tandis que la partie occidentale abrite les bains, au nord, et un réduit fortifié, au sud53. Des portes qui donnent sur la ville et desservent le palais, cinq ont été localisées, la Porte des Jardins au sud, la Porte de la Justice ou Porte de la Mosquée à l'est, la Porte du Bain au nord, la Porte des Lions au sud-ouest ; la Porte de la Azuda, la principale, qui donne sur le fleuve, non loin du pont, est surmontée d'une terrasse sur laquelle monte le souverain pour observer sa capitale54. Certes, la localisation de l'espace palatin, entendu comme centre de décision politique et résidence du pouvoir, change entre le Xe siècle et le XIe siècle : au Xe siècle, la fondation d'une ville nouvelle par 'Abd al-Rahmān III entraîne une redistribution des marques du pouvoir entre les deux pôles de la nouvelle et vaste agglomération, Cordoue et Madīnat al-Zahra'55. Le calife distribue en effet ces marques du pouvoir tantôt en les doublant, c'est le cas de la grande mosquée et du palais, tantôt en leur préservant leur caractère unique, c'est l'hôtel de la monnaie installé à Madīnat al-Zahra' ou la rawda qui reste à Cordoue. Au Xe siècle encore, al-Mansūr déplace à al-Madïna al-Zāhira les services centraux de l'Etat. Au siècle suivant, enfin, le premier souverain de la tai/à de Cordoue, Abū l-Hazm Gahwar (1031-1043/422-435), qui veut se démarquer nettement des temps antérieurs en donnant à son gouvernement l'apparence d'une 'république bourgeoise', « attache des portiers et des serviteurs aux palais [des califes], comme cela se faisait à l'époque de la dynastie [omeyyade], mais reste vivre dans sa résidence cordouane et ne réside pas dans ces palais56 » : on peut voir, dans cette remarque d'al-Marrākušī, une dissociation topographique entre le centre de décision politique de la tai/à cordouane et la résidence de son souverain.

  • 57 Sur celles-ci, essentielles au fonctionnement de Cordoue, cf. Lévi-Provençal 1953, p. 148151 et p. (...)
  • 58 Vallvé Bermejo 1981, Méouak 1999 b.
  • 59 Cf. les commentaires de C. Müller (2000, p. 63-65) sur cette hypothèse d'E. Lévi-Provençal.
  • 60 Sur la titulature du responsable du marché, sāhib al-sūq, sāhib al- šurta wa-l-sūq, sāhib al ahkām (...)
  • 61 Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 128-129.

15A l'époque califale, le palais cordouan abrite les institutions du gouvernement central, mais aussi les institutions urbaines de Cordoue57 : le sāhib al-Madīna est théoriquement chargé du gouvernement de la ville, mais ses attributions sont mal connues. Il avait sans doute la haute main sur l'administration et la police urbaine : les sources, toutefois, le montrent principalement aux côtés d'un des fils du calife lorsque ce dernier s'absente de sa capitale. Le personnage est d'importance, les titulaires de la charge appartenant à des familles de dignitaires cordouans, la charge étant toujours pourvue58. A ses côtés, le sāhib al-sūq est chargé de surveiller la régularité des transactions et des fabrications sur les marchés, mais aussi de questions d'édilité et de moralité publique, tandis que le sāhib al-surfa est chargé de la police : au Xe siècle, la charge du sāhib al-Surfa se dédouble en police haute et basse au début du siècle, avant l'apparition d'une police moyenne en 929/317, répartition qu'on suppose établie en fonction des classes sociales, hāssa, 'āmma et classes moyennes59. Par ailleurs, dans les affaires rapportées par Ibn Sahl, le sāhib al-surfa wa-l-sūq apparaît comme le titre officiel de l'inspecteur des marchés, chargé de juger des litiges relatifs à des querelles et de surveiller les marchés60. L'absence de révoltes populaires à l'époque califale est l'indice, semble-t-il, de l'efficacité des mesures de contrôle interne et du rôle de régulateur de ces institutions urbaines61.

  • 62 L'existence de ce bâtiment spécialisé n'est toutefois attestée qu'à partir de 9711361 (Chalmeta Ge (...)
  • 63 Lévi-Provençal 1953, p. 362.
  • 64 Il demeure inédit (Acién Almansa 2001 b, p. 30).
  • 65 Zanón Bayón 1989, p. 67-74.
  • 66 On ignore à quelle date s'effectue ce changement de localisation de la zone commerçante et on ne p (...)
  • 67 Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 123-124.
  • 68 Garcin et al. 2000 a, p. 147-150.

16Capitale des Omeyyades, Cordoue suscite le développement d'une cour et d'une administration de fonctionnaires qui gravite autour d'elle et, pour subvenir aux besoins de ces hommes au pouvoir mais aussi de la population nombreuse qu'elle attire, Cordoue se convertit en une cité commerçante active. Au Xe siècle, le souk principal et la qaysāriyya62 se trouvent au sud ouest de la ville entre la Porte de Séville ou Porte des marchands d'épices et le palais ; l'organisation des souks, linéaire, trouve son articulation autour d'une rue principale et de rues secondaires, autour desquelles se placent des centaines de petites boutiques : n'oublions pas le célèbre recensement d'al Mansūr, qui attribue quelque 80 455 boutiques à la capitale63. L'archéologie a récemment apporté des données nouvelles sur les marchés cordouans : dans la zone de l'expansion occidentale, de grands espaces entourés de petites cellules ont été interprétés comme des marchés ; par ailleurs, dans la médina, un petit marché de quartier a été mis au jour, avec toutes ses structures64. Les souks connaissent des remodelages successifs65 : lors de l'incendie de juillet 936/ ša 'bān 324, les boutiques de la rue centrale du souk, celles des vendeurs d'étoffes, lainiers, soyeux, drapiers et celles des marchands d'épices, sont détruites ; 'Abd al-Rahman ŪI les fait restaurer au mois de novembre de cette même année. En novembre 971/ muharram 361, sont agrandies les boutiques des vendeurs d'étoffes. Mais c'est au XIe siècle qu'intervient le profond remodelage de la zone commerçante de Cordoue : sans doute dans les années de la Etna, par suite des dévastations dont est victime la zone située à l'ouest du palais, le souk et la qaysāriyya changent de localisation pour venir s'installer à l'est de la grande-mosquée66. Si l'on connaît la dénomination des métiers établis dans les souks cordouans, rien n'indique, en revanche, une compartimentation rigide par professions au Xe siècle : on ignore si un toponyme comme 'Porte des marchands d'épices' indique alors la continuité de cette activité ou s'il n'en conserve que le souvenir67. Il faut en effet nuancer l'idée d'une distribution rigide des métiers : s'il appert comme normal que les boutiques se regroupent par type de produits vendus pour faciliter les contrôles du pouvoir et le regard de la clientèle, on ne conçoit plus les commerces comme implantés de manière immuable, ni strictement distribués, les commerces les plus divers pouvant se mêler au contraire dans les souks centraux pour s'adresser à une même clientèle fortunée68.

  • 69 C'est ce qui ressort de l'imposante documentation rassemblée par Constable 1994 : voir en part. p. (...)
  • 70 Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 131.
  • 71 Sur le travail du cuir, voir l'affaire de la sandaraque (Mazzoli-Guintard 2000 a) et celle des cor (...)
  • 72 Marin 1992 a, p. 41-45.
  • 73 Guintard et Mazzoli-Guintard 2001.
  • 74 Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 131-132. Sur la faïence à reflets métalliques, voir le ré (...)

17De tous les métiers exercés dans les souks de Cordoue, seul est bien attesté le travail du cuir, qui rend Cordoue célèbre dans toute l'Europe et dont le vocabulaire, le français 'cordonnier' ou l'anglais 'cordwainer', conserve aujourd'hui encore le souvenir. Exception faite de l'excellente réputation de l'ambre vendu à Cordoue au Xe siècle, on ignore en effet presque tout des activités commerciales cordouanes69, ce qui doit être mis en relation avec le faible contrôle fiscal du trafic : cette situation privilégiée a en effet pour corollaire le manque d'informations dans les sources sur l'activité commerciale70. Ibn Sahl ne permet de compléter que bien peu cette vision, très sommaire, de l'artisanat et du commerce cordouans. Les activités artisanales qui apparaissent dans son recueil sont liées au travail du cuir et à la confection textile71. En revanche, il fournit quelques données nouvelles sur la vente des esclaves, qui permettent d'en nuancer l'image, forgée autour de cas peu nombreux et liés à la sphère du pouvoir : des esclaves, on ne connaît en effet principalement que les concubines des Omeyyades et les eunuques72 ; les cas de ventes contestées qui figurent dans le recueil d'Ibn Sahl mettent en scène des esclaves domestiques, souffrant de diverses pathologies, parfois liées à leurs activités. Le dernier aspect des activités d'échanges présent dans les Ahkām concerne les équidés, dont Ibn Sahl fournit une vision sans doute assez représentative des animaux qui composent la majorité des effectifs : les cas de ventes contestées pour vices cachés montrent des mules et des poulinières boiteuses, tableau bien éloigné de celui où se trouvent brossées de belles mules majorquines destinées à l'armée califale73. Les données archéologiques, enfin, apportent quelques informations complémentaires sur les réseaux lointains qui alimentent Cordoue (fig. 6) : l'ivoire indique des relations avec l'Afrique, d'où provient aussi en général l'or destiné à la dār al-sikka ; par ailleurs, les fouilles de Madīnat al-Zahrā' ont mis au jour des pièces de cristal de roche et de la céramique dorée d'origine égyptienne, ainsi que des pièces de bronze qu'on suppose d'origine caucasienne74.

Les espaces du voisinage

  • 75 Voir, à cet égard, Lévi-Provençal 1953, p. 228-229, Ashtor 1973-1984, Torres Balbάs 1985, p. 195-2 (...)
  • 76 Sur l'emploi contesté de ce terme pour désigner les chrétiens d'al-Andalus, comme F. Simonet lui-m (...)
  • 77 Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 124.
  • 78 Il s'agit du site de Cercadilla : autour du palatium, se développe une faible occupation de la zon (...)
  • 79 Lévi-Provençal 1953, p. 226 et 229.
  • 80 Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 124.
  • 81 Pinilla Melguizo 1997, p. 207 et p. 190.
  • 82 Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 124.
  • 83 Dakhlia 1998, p. 14.
  • 84 Sur le juge des chrétiens et le comes, cf. Lévi-Provençal 1953, p. 218-219 ; sur le chef de la com (...)
  • 85 Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 124.

18On a longtemps insisté sur l'existence, à Cordoue comme dans les autres villes d'al-Andalus et du monde musulman médiéval en général, de quartiers réservés aux minorités religieuses75. Aujourd'hui, en revanche, la recherche s'attache à montrer que les communautés confessionnelles, juive et chrétienne, coexistent avec la majorité musulmane dans la Cordoue califale, pour laquelle on n'a aucune preuve de l'existence d'un quartier réservé aux juifs, tout comme d'un quartier réservé à la communauté 'mozarabe'76 : si le nom de certains quartiers peut être identifié originellement avec celui d'un membre de cette communauté, comme celui de Fum Burrïl (le four de Burriel) dans l'expansion nord de la ville, rien n'indique que la population mozarabe se serait concentrée là ou dans un autre quartier ; certaines données toponymiques incitent plutôt à penser à une distribution dispersée dans la ville77, tandis que l'archéologie a mis en évidence l'existence d'un noyau de peuplement dans un faubourg situé au nord-ouest de la ville78. L'idée qu'il existe un cimetière juif et un cimetière mozarabe, situés par la tradition historiographique au nord de Cordoue79, est également contestée, de diverses manières : certains maintiennent l'idée qu'il existe un cimetière juif, mais pas de cimetière mozarabe, les enterrements des chrétiens se faisant dans les églises, ce qui est prouvé archéologiquement pour le IXe siècle80. D'autres conservent l'idée qu'il se trouve, au-delà de la muraille septentrionale, une zone d'enterrements propre aux mozarabes, mais que la mention maqbarat al-Yahūd sur laquelle est fondée l'existence d'un cimetière juif n'est sans doute que l'apocope de maqbarat Bāb al-Yahūd et ne fait donc pas allusion à un cimetière juif81. On s'oriente ainsi vers la notion d'une inexistence de cloisonnements religieux marqués : de la même façon, il ne semble pas y avoir eu de cloisonnements ethniques entre indigènes, arabes et berbères ; les rares toponymes qui peuvent donner l'idée d'installations collectives doivent être compris comme des dénominations se rapportant à des familles et non à des groupes plus larges82. La société cordouane à l'époque omeyyade apparaît ainsi comme une société pluriethnique, avec deux minorités confessionnelles, mais sans distribution urbaine particulière : s'y développe-t-il « un rapport intercommunautaire qui n'est ni de confrontation, ni de mixité, mais d'ignorance réciproque, coexistence dans l'évitement83 » ? Chacune de ces confessions, on le sait par ailleurs, conserve sa propre organisation et dispose de représentants auprès du pouvoir84 mais rien ne permet de déterminer si les églises ont eu un rôle polarisateur de la population mozarabe85.

  • 86 Toutes ces données sont analysées dans Zanón Bayón 1989, p. 91-107.
  • 87 Quelques-unes toutefois ont dû avoir une certaine importance, puisque le quartier a fini par prend (...)
  • 88 Voir la liste établie dans Castejón 1929, p. 282-284.
  • 89 Luna Osuna et Zamorano Arenas 1999.
  • 90 Arjona Castro 1997, p. 117-122 ; Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 126.

19Des infrastructures urbaines, nous connaissons quelque peu les mosquées : certains auteurs arabes, chroniqueurs et géographes, évaluent leur nombre à plus de 3800 pour la période califale, à 1600 pour l'époque d'al Mansūr, à 491 pour une période postérieure à la fitna86. E. Lévi-Provençal en a inventorié 45, à partir essentiellement d'Ibn Baškuwāl, et M. Hallāf 93, pour le XIe siècle : ces mosquées sont identifiées par un nom et on sait parfois quel savant la fréquente ou qui y est imam ; en revanche, on ne dispose que rarement d'indices permettant de les localiser ou du moins de les situer dans les espaces urbains de Cordoue, médina ou faubourgs. De toutes ces mosquées qui parsèment Cordoue, petits oratoires de quartier87, plus rares encore sont celles dont un témoignage matériel, ruines ou vestiges archéologiques, atteste l'existence : leurs minarets en ont la plupart du temps conservé le souvenir88 et la découverte de la mosquée de Fontanar, dans le faubourg occidental, constitue un cas exceptionnellement bien documenté. Les fouilles ont en effet mis au jour un bâtiment dessinant un rectangle d'environ 50 m sur 22 m, composé d'une salle de prières à trois nefs, d'une cour et d'un minaret de 4,20 m environ de côté, situé au nord de la cour : l'ensemble, de tradition omeyyade, est tout à fait représentatif de l'école cordouane89. Avec les Omeyyades, s'impose en effet une architecture basée sur la pierre de taille, technique qu'on retrouve dans les bâtiments officiels bien entendu, mais pas seulement, la construction en pierre de taille apparaissant également dans les petites mosquées de quartier et les habitations particulières90.

  • 91 Arjona Castro 1997, p. 117 ; Luna Osuna et Zamorano Arenas 1999, p. 146-147.
  • 92 Arjona Castro 1997, p. 32-35 rassemble la bibliographie sur ce sujet.
  • 93 Sur l'approvisionnement en eau de Cordoue, voir les données rassemblées dans Pavon Maldonado 1990, (...)
  • 94 Cronica an6nima de "Abd al-Ral ;1mūn ŪI, p. 126.
  • 95 Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 126.

20Autre élément du bien commun aux citadins, les rues, dont on connaît bien aujourd'hui le tracé structuré autour d'axes orthogonaux, mis au jour par les fouilles dans la zone occidentale de l'expansion de Cordoue : dans le secteur fouillé, une rue centrale relie les deux espaces publics du faubourg, la place et la mosquée ; elle mesure plus de 11 m de large et apparaît comme le prolongement d'un axe médina-faubourg, tandis que les rues qui desservent les maisons font entre 2,50 m et 3,50 m de large91. Dans cette zone, les rues sont pavées et équipées de puits perdus dans lesquels se jettent les canalisations des latrines ; dans la médina, seul est connu le système d'évacuation des eaux résiduelles qui se trouve dans le secteur de l'Alcazar : le réseau d'égouts de celui-ci est en partie hérité de l'Antiquité, en partie d'époque califale92. Aux aqueducs antiques, toujours utilisés pour approvisionner la ville en eau de la Sierra, s'ajoutent des conduites mises en place par les Omeyyades, 'Abd al-Rahman II et al-Hakam Ū : elles servent à alimenter la zone du palais et de la grande-mosquée ; dans celle-ci, l'eau est stockée dans une vaste citerne souterraine, construite sur ordre d'al-Mansûr93. La seule fontaine publique de Cordoue dont on connaît l'existence est celle que 'Abd al-Rahman III fait construire, en 918/306, devant l'une des portes de l'Alcazar : elle était pourvue de trois vasques, de façon à faciliter la tâche de ceux qui venaient s'y approvisionner94. Enfin, toute une série de margelles de puits constitue le témoignage probable d'un approvisionnement en eau dans les maisons, rendu possible par la faible profondeur de la nappe phréatique95. Il s'avère inutile de revenir sur l'importance de l'approvisionnement en eau pour une ville aussi densément peuplée que Cordoue, qui doit alimenter les maisons, les artisanats, mais aussi bien entendu les bassins aux ablutions des mosquées et les bains.

  • 96 Ibid., p. 130.
  • 97 Pinilla Melguizo 1999, p. 42-45.

21L'existence de ces infrastructures urbaines laisse cependant dans l'ombre leur fonctionnement même : qui est chargé d'entretenir le réseau d'égouts et le système d'approvisionnement en eau de la capitale ? Cordoue dispose-telle d'une forme de réglementation sanitaire ? A la réponse nettement négative de M. Acién Almansa et d'A. Vallejo Triano96 nous préférons les données rassemblées par R. Pinilla Melguizo qui tendent, au contraire, à montrer l'existence de mesures d'hygiène dans la Cordoue califale97 : le sāhib al-sūq est chargé de faire respecter la propreté des mosquées, des rues et du souk, et le traité d'Ibn 'Abd al-Ra'ūf, qui met en scène Cordoue au Xe siècle, stipule qu'il faut

« interdire que les gens jettent leurs ordures, les cadavres d'animaux et choses similaires dans les rues, car cela cause des nuisances aux maisons. Quant aux détritus, qui font de la saleté, surtout quand il pleut, les gens doivent se charger de les transporter en dehors de la ville. Il faut inspecter avec soin sur ce point les mosquées, les places et tout ce qui se trouve dans leurs environs et il faut interdire de jeter immondices et ordures dans les cours ».

  • 98 Sur les mesures d'hygiène dans la ville médiévale, cf. Leguay 1999.
  • 99 Mazzoli-Guintard 2000 b.
  • 100 Marin 1992, p. 193.
  • 101 Litt. La maison de l'aumône ; le bâtiment était destiné aux services de perception et de redistrib (...)
  • 102 Sur la destruction de la fondation de Masrūr, al-Wanšarīsī nous informe bien, en rapportant une (...)

22Certes, il n'existe pas, dans la Cordoue califale, de règlements municipaux comme ceux qui apparaissent à la fin de la période médiévale, en 149898 : mais faut-il conclure à l'absence de réglementation sanitaire ou plutôt estimer qu'il existe un mode de régulation des pollutions urbaines relevant d'un autre mode de contrôle des activités de la ville ? On retrouve là, nous semble-t-il, une difficulté d'appréciation du système urbain similaire à celle qui s'est longtemps posée autour de l'anarchie des rues ou de l'absence d'organisation municipale. Cordoue ne dispose, à l'exception de la léproserie située sur la rive gauche du Guadalquivir99, d'aucun centre de caractère hospitalier : plutôt, là aussi, que de se contenter d'un constat négatif, il faudrait plus utilement s'interroger sur le sort réservé aux malades dans la Cordoue des Xe-XIe siècles. M. Marin suggère ainsi que la famille a pu les prendre en charge : « dans la maison, on naît, on est malade et on meurt : il n'existe pratiquement aucun exemple d'hôpital public en al-Andalus100 ». En revanche, Cordoue dispose d'une maison des pauvres (dār al-sadaqa101), construite par le fatā Masrūr au moment des travaux d'agrandissement de la grande-mosquée en 848/234 ; cet édifice est démoli une centaine d'années après sa construction et al-Hakam II (961-976/350-366) construit une nouvelle dār al-sadaqa lorsqu'il agrandit à son tour la grande-mosquée, en face de la porte occidentale de l'édifice102. Ce bâtiment, destiné à accueillir les indigents, sert également aux manifestations publiques de déshonneur ; après la prière du vendredi 25 du mois de ša 'bān 360/23 juin 971, on jette publiquement l'opprobre sur un certain Ibn 'Umar, dit Wāhib al-Hāgib ; Ibn Hayyān rapporte ainsi les faits :

  • 103 Ibn Hayyān, Muqtabis, 971-975, p. 43-44.

« il fut placé dans la galerie haute qui se trouve au-dessus de la dār al-$sadaqa, à l'ouest de la grande-mosquée et, une fois qu'il fut visible par tous, le crieur public lança, auprès de la galerie : 'Ecoutez tous -Qu'Allāh vous accorde Sa miséricorde 1-Cet homme est Ahmad b. 'Umar, dit Wāhib, voleur, criminel, qui fait main basse sur l'argent 'des musulmans avec ses procédés malhonnêtes. Sachez qui il est pour l'éviter et gardez-vous de lui103 ».

  • 104 On sait peu de chose de ce personnage : 'arīf, 'quelqu'un qui sait', désigne un officier militaire (...)
  • 105 Notice d'Ibn al-Hatīb reproduite dans Lévi-Provençal 1953, p. 374, De cette mention, on a parfois (...)

23L'on n'est guère documenté, on le constate, sur le fonctionnement des infrastructures urbaines relevant du bien commun ; quant à la gestion du quartier, la seule mention dont on dispose est celle fournie par Ibn Hatīb (1313-1375/713-776) et maintes fois reproduite : lorsque l'historien grenadin précise que la partie centrale de Cordoue, la médina, compte pour deux quartiers (arbād), l'un comprenant la grande-mosquée et ses alentours, l'autre le reste de la partie située à l'intérieur de la muraille antique, il signale que ces deux quartiers disposent d'un 'arīf104 -responsable du contrôle fiscal et du maintien de l'ordre dans son quartier ?-, et de postes de surveillance (mahāris)105. Ces maigres données ne justifient-elles pas qu'on puisse interroger Ibn Sahl sur la gestion de la ville et son fonctionnement comme corps social ?

Notes

1 Voir les travaux, fondamentaux, de Castejón 1929, Lévi-Provençal 1953, p. 356-395, Garcia Gómez 1965, Ocana Jiménez 1982, Arjona Castro 1997 et 2001, Pinilla Melguizo 1997. Sur Madīnat al-Zahrā, voir Lopez Cuervo 1983, Vallejo Triano 1992. A la présentation des sources et des études relatives à Cordoue qui figure dans Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 118-120, on ajoutera : Pinilla Melguizo 1997, 1999 et 2000, Montejo Córdoba et Garriguet Mata 1998.

2 Zanón Bayón 1989.

3 Garcia Gómez 1947.

4 Les murailles sont restaurées sous Muhammad b. Gahwar (1043-1069/435-461), puis après la conquête de la ville, en août 1069/šawwäl461, par al-Mu'tamid de Séville, enfin, sous les Almoravides, en 1125/519 (Zanón Bayón 1989, p. 21-25).

5 Garcia Gómez 1947, p. 284-285 remarque qu’il peut s'agir aussi bien des palais de Madïnat

al-Zahra' que du palais cordouan.

6 Ibn Hawqal, Configuration de la terre, trad., p. 110-111.

7 Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 122.

8 Id. et Lévi-Provençal 1953, p. 363, note 2. Le célèbre recensement d'al-Manṣūr donne, rappelons-le, les valeurs suivantes : 213 077 maisons pour la ‘āmma et 60 300 pour la hāssa dans la version d'al-Bakrī, Ibn 'Idärï réduisant la première donnée à 113 077 (ibid., p. 362).

9 Acién Almansa et Vallejo Triano 1998.

10 Ocana Jiménez 1982. Voir, sur la fig. 3, la zone située au nord de la porte 6.

11 Castejan 1929, p. 297-298 ; Lévi-Provençal 1953, p. 376.

12 Lévi-Provençal 1950, t. l, p. 134-136.

13 Sur les faubourgs orientaux, voir les données réunies dans Arjona Castro 1999.

14 Lévi-Provençal 1953, p. 369-376.

15 Ibid., p. 375, note 3.

16 Sur cette expansion occidentale, voir les données rassemblées dans Acién Almansa et Vallejo Triano 1998, en part. p. 115-118, p. 121 et p. 129-133.

17 Sur les vestiges de cette munya, mis au jour dans le Cortijo del Alcaide par F. He mandez en 1956, cf. Arjona Castro, Ramirez Laguna et Marfil Ruiz 1996 et 1998.

18 Voir les références rassemblées à leur sujet dans García Gómez 1965 : la munya dite des moulins de Nāṣiḥ est la préférée d'al-Ḥakam Ū ; c'est une étape sur la route Cordoue-Madïnat al-Zahrā' ; la munya d'al-Rummāniyya est dite aussi de Durri, du nom du fatā qui la fonde.

19 Sur le Fahs al-Surādiq, voir les références textuelles rassemblées dans Garcia Gómez 1965. Turruñuelos est interprété comme lieu de cantonnement des troupes par Acién Almansa et Vallejo Triano 1998, p. 126. A. Arjona Castro (2000 b) identifie le site de Turruñuelos à l al-munia d'al-Rusāfa.

20 Acién Almansa et Vallejo Triano 1998, p. 121 : à savoir des maçonneries de pierres calcaires grossièrement travaillées vi l'utilisation de pierres travaillées comme des pierres de taille ; des sols de terre vi des pavements d'ardoise ou des sols de mortier ; des puits perdus vi un réseau d'égouts commun. Les maisons de la première expansion se caractérisent par un habitat dont les pièces n'offrent guère de spécialisation, où les alcôves ne sont pas développées et où le patio est dépourvu d'andenes.

21 La meilleure analyse de ces données se trouve dans Zanón Bayón 1989, p. 27-37.

22 Arjona Castro 1997, p. 17-20.

23 Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 117.

24 AI-Idrisi, Opus geographicum, éd. p. 579 ; La première géographie de l'Occident, trad. p.298.

25 Ibid., éd. p. 575, trad. p. 293-294.

26 Soit le 3,safàr484/28 mars 1091.

27 Abd Allah, El siglo XI en Ier persona, p. 291.

28 Lévi-Provençal 1953, p. 363-369 et Zanón Bayón 1989, p. 239-51.

29 L'identification des portes a suscité des interprétations divergentes : nous suivons ici celle de M. Ocana Jiménez (1935), reprise par Zanón Bayón 1989.

30 Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 129.

31 Zanón Bayón 1989, p. 55. Lors de la litna, le creusement d'un grand fossé a été entrepris ; il aurait dû entourer les 5 000 ha de l'ensemble urbain pour le défendre, à l'exception du côté sud, le long du Guadalquivir (Lévi-Provençal 1953, p. 360-361). Cf. fig. 2.

32 Sur les cimetières de Cordoue, cf. la synthèse des données qui figure dans Pinilla Melguizo 1997. Sur les pratiques sociales qui entourent le culte des morts, cf. Fierro 2001.

33 Cf. fig. 2. Sur maqbarat Bâb 'A.mir : Pinilla Melguizo 1997, p. 198-199. Sur maqbarat Mut'a : ibid., p. 205-207 ; Acién Almansa et Vallejo Triano 1998, p. 116, note 56. La nécropole récemment fouillée Avenida dei Aeropuerto a été, dans un premier temps, identifiée au cimetière du Balāt Mugi ! ; on suggère plutôt maintenant qu'il s'agit là du cimetière de Mut’a ; en effet la nécropole mise au jour présente deux niveaux d'enterrements, l'un califal et l'autre postérieur, sans doute de chronologie almohade. Or, les sources écrites ne signalent aucun enterrement dans le cimetière du Balāt Muġīt après la litna.

34 Acién Almansa et Vallejo Triano 1998, p. 127. Voir aussi les références rassemblées dans Pinilla Melguizo 1997, p. 188-191, sur les personnalités enterrées dans ce cimetière.

35 Ibid., p. 199-200 ; Zanón Bayón 1989, p. 87-88.

36 Annexe : 'umrūn, 8.

37 Mosquée dont des vestiges ont été mis au jour par P. Marfil Ruiz lors des fouilles réalisées autour de l'église San Pedro (Marfil Ruiz 2000).

38 La situation de Murcie offre un autre cas remarquablement bien documenté d'un cimetière qui se retrouve pris dans le tissu urbain, à la suite de l'expansion de la ville, le cimetière San Nicolas : les sépultures les plus anciennes, du XI' siècle, s'introduisent sous le mur de lapial qui délimite la zone des enterrements et qui semble avoir été mis en place au XIIe siècle ; pour une présentation de ces fouilles, cf. Navarro Palazon 1986.

39 Depuis E. Lévi-Provençal (1953, p. 319-320) à D. Urvoy (1990, p. 54-55).

40 Urvoy 1990, p. 55. Cf. fig. 6.

41 Sur ce pont romain, maintes fois restauré à l'époque omeyyade, cf. Lévi-Provençal 1953, p.377-382.

42 Je me permets de renvoyer aux données rassemblées dans Mazzoli-Guintard 1998 b.

43 Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 130 ; Garcin el al. 2000 a, p. 133.

44 Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 130.

45 Ibn Hawqal, Configuration de la terre, trad., p. 112 ; al-Himyarī, La péninsule ibérique au Moyen Age, trad., p. 188. Voir, sur la fig. 3, la mahağğa al-'uzmā : elle court de la Porte du Pont (1) à la Porte de Léon (4).

46 Mazzoli-Guintard 1999 a. Des vestiges du Rasīf, voie pavée qui longe le Guadalquivir puis se prolonge vers Madïnat al-Zahrā' ont été mis au jour : Arjona Castro, Ramirez Laguna et Marfil Ruiz 1998.

47 Garcin 1991, p. 295.

48 Golvin 1979, p. 21-92.

49 On en trouve une présentation synthétique dans Marin 1992 a, p. 70-72.

50 La cérémonie de la bay'a, serment d'allégeance solennellement délivré au souverain lors de son avènement, a tantôt lieu dans la grande-mosquée (cf. Méouak 1999 a, p. 22-26, pour l'avènement de 'Abd al-Rahmān III), tantôt dans le palais (cf. Lévi-Provençal 1953, p. 15-17 pour al-Hakam II et Hišām II).

51 La madrasa, qui apparaît en Orient dès le XI' siècle, est une institution tardive en Occident : on ne la rencontre au Maghreb qu'à partir du XIIIe siècle et dans la péninsule ibérique qu'au siècle suivant. Martinez Enamorado 1998 fait le point sur la madrasa en Occident musulman.

52 Montejo C6rdoba et Garriguet Mata 1998.

53 Marfil Ruiz 2000 nuance l'étude précédente sur deux points essentiels : il y introduit une dynamique, en signalant le développement vers l'ouest de la zone palatine ; il conteste la limite méridionale du palais, qu'il repousse vers le nord, afin de laisser une place suffisante au déroulement de la mise en scène du pouvoir.

54 Montejo Cordoba et Garriguet Mata 1998.

55 C'est du moins l'idée que nous avons défendue dans Mazzoli-Guintard 1997. M. Acién Almansa et A. Vallejo Triano (1998, p. 124) évoquent la construction de Madïnat al-Zahrā' comme la programmation d'un nouveau siège de gouvernement avec tous ses attributs, politiques avec la résidence du calife, les espaces protocolaires et de représentation, l'administration de l'Etat ; militaires avec la dar al-ğund et ses réserves ; religieux avec la grande-mosquée ; économiques avec l'atelier monétaire, les manufactures de l'Etat et les marchés. Ils concluent toutefois (p. 134) que « tout laisse à penser que les deux villes agissent et fonctionnent comme un centre urbain unique ».

56 Al-Marrākušī traduit par Mr J. Viguera Molins dans Viguera Molins 1994, p. 105.

57 Sur celles-ci, essentielles au fonctionnement de Cordoue, cf. Lévi-Provençal 1953, p. 148151 et p. 153-162 ; Chalmeta Gendr6n 1973 (pour le sāhib al-sūq) ; Müller 1999 et 2000. Sur l'administration centrale, cf. Lévi-Provençal 1953, p. 9-29 et Méouak 1999 a, p. 35-68.

58 Vallvé Bermejo 1981, Méouak 1999 b.

59 Cf. les commentaires de C. Müller (2000, p. 63-65) sur cette hypothèse d'E. Lévi-Provençal.

60 Sur la titulature du responsable du marché, sāhib al-sūq, sāhib al- šurta wa-l-sūq, sāhib al ahkām, et les fonctions de celui-ci, cf. Müller 1999, p. 117-120 et Müller 2000.

61 Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 128-129.

62 L'existence de ce bâtiment spécialisé n'est toutefois attestée qu'à partir de 9711361 (Chalmeta Gendr6n 1991, p. 102, sur la foi d'Ibn Hayyān, Muqtabis, 971-975).

63 Lévi-Provençal 1953, p. 362.

64 Il demeure inédit (Acién Almansa 2001 b, p. 30).

65 Zanón Bayón 1989, p. 67-74.

66 On ignore à quelle date s'effectue ce changement de localisation de la zone commerçante et on ne peut exclure qu'elle ait lieu à une époque postérieure à la litna : en 1121/514, de nouveau, la zone du palais est mise à sac lors d'une révolte populaire contre le gouverneur almoravide. Néanmoins, il est certain qu'en 1009/399 est incendié le souk des selliers, puis en 1012/402 celui des charpentiers, avec d'autres (Zanón Bayón 1989, p. 72).

67 Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 123-124.

68 Garcin et al. 2000 a, p. 147-150.

69 C'est ce qui ressort de l'imposante documentation rassemblée par Constable 1994 : voir en part. p. 144-145 etp. 192-193 (les cordouans), p. 170 (l'ambre gris), p. 181 (l'absence de tapis cordouans sur les marchés iraniens), p. 204 et 207 (les esclaves envoyés à Cordoue).

70 Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 131.

71 Sur le travail du cuir, voir l'affaire de la sandaraque (Mazzoli-Guintard 2000 a) et celle des cordonniers (Mazzoli-Guintard 2001). Sur la confection textile, voir Müller 2000, p. 77-78.

72 Marin 1992 a, p. 41-45.

73 Guintard et Mazzoli-Guintard 2001.

74 Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 131-132. Sur la faïence à reflets métalliques, voir le récent bilan qui figure dans Le calife, le prince et le potier, 2002 et en part. Rose-Albrecht, 2002.

75 Voir, à cet égard, Lévi-Provençal 1953, p. 228-229, Ashtor 1973-1984, Torres Balbάs 1985, p. 195-215. On retrouve l'idée chez les géographes, comme X. de Planhol (1997, p. 267), pour lequel le « cloisonnement topographique [...l, le morcellement, ethnique autant que religieux, a été en fait une caractéristique fondamentale de la ville musulmane ».

76 Sur l'emploi contesté de ce terme pour désigner les chrétiens d'al-Andalus, comme F. Simonet lui-même le reconnaissait : Cabrera 1996, Monferrer Sala 1999.

77 Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 124.

78 Il s'agit du site de Cercadilla : autour du palatium, se développe une faible occupation de la zone à l'époque émirale, associée à la basilique chrétienne et à la nécropole mozarabe (cf. Ruiz Nieto 1999 et Marfil Ruiz, 2000, p. 120-123).

79 Lévi-Provençal 1953, p. 226 et 229.

80 Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 124.

81 Pinilla Melguizo 1997, p. 207 et p. 190.

82 Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 124.

83 Dakhlia 1998, p. 14.

84 Sur le juge des chrétiens et le comes, cf. Lévi-Provençal 1953, p. 218-219 ; sur le chef de la communauté juive, ibid., p. 230.

85 Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 124.

86 Toutes ces données sont analysées dans Zanón Bayón 1989, p. 91-107.

87 Quelques-unes toutefois ont dû avoir une certaine importance, puisque le quartier a fini par prendre le nom de la mosquée comme le Rabad Masğid Umm Salama, dans l'expansion nord, le Rabad Masğid al-Sifa’ et le Rabad Masğid Masrūr, dans l'expansion ouest (Zanón Bayón 1989, p. 28).

88 Voir la liste établie dans Castejón 1929, p. 282-284.

89 Luna Osuna et Zamorano Arenas 1999.

90 Arjona Castro 1997, p. 117-122 ; Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 126.

91 Arjona Castro 1997, p. 117 ; Luna Osuna et Zamorano Arenas 1999, p. 146-147.

92 Arjona Castro 1997, p. 32-35 rassemble la bibliographie sur ce sujet.

93 Sur l'approvisionnement en eau de Cordoue, voir les données rassemblées dans Pavon Maldonado 1990, p. 20-22 et p. 205-207 et Pinilla Melguizo 1999, p. 45-46.

94 Cronica an6nima de "Abd al-Ral ;1mūn ŪI, p. 126.

95 Acién Almansa et Vallejo Triano 2000, p. 126.

96 Ibid., p. 130.

97 Pinilla Melguizo 1999, p. 42-45.

98 Sur les mesures d'hygiène dans la ville médiévale, cf. Leguay 1999.

99 Mazzoli-Guintard 2000 b.

100 Marin 1992, p. 193.

101 Litt. La maison de l'aumône ; le bâtiment était destiné aux services de perception et de redistribution de ce qui est perçu au titre de la sadaqa, ici l'aumône volontaire (Garcia Gomez 1965, p. 365).

102 Sur la destruction de la fondation de Masrūr, al-Wanšarīsī nous informe bien, en rapportant une fàtwā émise à Cordoue au Xe siècle à propos de la démolition des constructions élevées par Masrūr en faveur des indigents (Lagardère 1995, p. 255-256). Sur la fondation d'al-Hakam Il, cf. Garcia Gómez 1965, p. 365.

103 Ibn Hayyān, Muqtabis, 971-975, p. 43-44.

104 On sait peu de chose de ce personnage : 'arīf, 'quelqu'un qui sait', désigne un officier militaire ou civil, dont la compétence repose sur l'usage ('arīf) ; on voit, à l'époque des califes de Médine et des Omeyyades, le 'arīf collecter les impôts ou être responsable d'une unité militaire. Dans l'Orient médiéval, 'arīf désigne le chef d'un métier (Saleh A. el-Ali et C. Cahen, El²). E. Lévi-Provençal rend 'arīf par prévôt (Lévi-Provençal 1953, p. 374).

105 Notice d'Ibn al-Hatīb reproduite dans Lévi-Provençal 1953, p. 374, De cette mention, on a parfois déduit que les 21 quartiers de Cordoue étaient dotés d'un 'arīf de mahāris,

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540