Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Vivre à Cordoue au Moyen Âge

 | 
Christine Mazzoli-Guintard

Introduction

Texte intégral

« La ville médiévale [... ] n’est pas faite seulement de pierres, mais d’abord d’hommes, de citoyens. L’histoire urbaine est avant tout une histoire humaine, une histoire sociale ». J. Le Goff

1Si l’on en croit l’émerveillement avec lequel les géographes la décrivent, al-Andalus est un monde densément urbanisé, où les villes sont nombreuses et où se trouve, au Xe siècle, la plus grande ville de la Méditerranée d’alors. En 948/337, lorsque l’Iraquien Ibn Ḥawqal débarque dans la Péninsule, il contemple avec admiration Cordoue, qui lui apparaît comme une ville sans équivalent dans tout le Maghreb, pas plus qu’en Haute Mésopotamie, en Syrie ou en Egypte, pour le chiffre de sa population, l’étendue de sa superficie, le grand espace occupé par ses marchés, la propreté des lieux, l’architecture des mosquées, le grand nombre des bains et des caravansérails. Quelques années plus tard, al-Muqaddasī, qui décrit al-Andalus sans avoir toutefois laissé sa Palestine natale pour le Maġrib, lui attribue quarante villes. Dans la première moitié du XIIe siècle, al-Zuhrī, longtemps appelé l’Anonyme d’Almería, évoque al-Andalus comme la région la plus prospère et la plus peuplée du monde, où se trouvent quatre-vingts villes, proches les unes des autres. Des villes, certes, mais quelles villes ? Perchées et serrées sur le sommet d’un éperon, étalées sur les flancs d’une colline aux formes molles ou bien encore développées au pied d’une butte ou en plaine, les villes présentent des visages bien divers, qui tiennent certes au site retenu et aux étapes de la croissance urbaine, mais plus encore au rôle détenu par la localité dans l’organisation administrative et dans la vie économique. Derrière cette pluralité des formes urbaines, qui s’inscrit tant dans l’espace que dans le temps, le paysage urbain se trouve dominé par la présence d’une citadelle, marque la plus visible que le pouvoir politique pose sur la ville : ce signe urbain, qui manifeste dans la capitale et dans les chefs-lieux provinciaux l’omniprésence et l’omnipotence du prince, ne doit pas occulter l’existence, dans la ville, d’intentions citadines ; on les devine dans la gestion du bien commun, murailles entretenues par les citadins, rues et systèmes d’évacuation des eaux qui répondent à un souci d’organisation de l’espace urbain. Il faut donc chercher à l’intérieur de la ville, dans l’intimité de ses quartiers, les éléments de sa cohésion et les ressorts de son fonctionnement.

  • 1 Ibn `Iyāḍ, trad. D. Serrano Ruano, p. 232.
  • 2 Ibn Sahl, éd. M. Ḫallāf, `umrān, p. 82-86 ; annexe : `umrān, 11.

2Or, lorsqu’on interroge sur l’organisation interne des citadins les géographes, ils restent muets, trop préoccupés à décrire, le long d’itinéraires, de fugitives silhouettes urbaines, esquissant à grands traits murailles, citadelles et marchés, posant en quelques touches les ressources puisées dans l’arrière-pays. Même mutisme chez les chroniqueurs : attachés aux faits et gestes du prince, ils ignorent tout de ces solidarités qui permettent le fonctionnement même de la ville et ne portent leur regard de citadin sur les forces urbaines que lorsqu’elles enflent et débordent en mouvements de révolte. Qui donc interroger ? Le juriste, dont les consultations mettent en scène, derrière les rouages du système judiciaire, les acteurs urbains ? Prenons un exemple de ce jeu de questions et de réponses entre le juge et les juristes qu’il consulte : dans l’œuvre d’Ibn `Iyāḍ (m. 1179/575), le jurisconsulte est interrogé à propos d’un homme propriétaire d’une maison qu’il n’habite pas durant une longue période. Pendant son absence, son voisin fiche, dans l’un des murs, des poutres sur lesquelles il appuie une construction en saillie. Lorsqu’il revient, le propriétaire vend sa maison ; au bout de dix ans, le nouveau propriétaire est informé de ladite construction et veut la faire démolir. Le faqīh interrogé sur cette question répond que la construction doit être supprimée si la maison a été vendue sans que ni le vendeur ni l’acheteur n’aient eu connaissance de cette construction 1. Ibn `Iyāḍ ayant rassemblé une série d’opinions juridiques émises par son propre père, le grand cadi `Iyāḍ (1083-1149/473-544), il est fort probable que l’affaire mette en scène des hommes de Ceuta à la fin du XIe siècle ou dans la première moitié du siècle suivant : en effet, les auteurs de recueils de consultations juridiques, ces fatwāls récemment remises à l’honneur par l’historiographie, sont en général des compilateurs qui ont supprimé de leur œuvre l’exposé des faits ayant amené devant le juge le plaignant et le défendeur. Les questions-réponses ainsi compilées mettent en scène des acteurs urbains certes, mais des acteurs anonymes, agissant dans une ville sans visage et quelque peu intemporelle. Or, il se trouve un recueil un peu différent des autres, les Aḥkām al-kubrā d’Ibn Sahl (1022-1093/413-486), juriste dont une bonne partie de la carrière se déroule au sein de l’appareil judiciaire cordouan ; un court extrait de son œuvre signe son originalité de ton : Yaḥyā b. Ǧa`far b. Muḍimm et sa femme Hind portent plainte devant le juge du marché de Cordoue, Muḥammad b. al-Layṯ (1065-1069/457-461), contre leur voisine Išrāq, mawlā de Muḥammad b. Ḥubbā. Les accusateurs allèguent que leur voisine a construit dans sa maison, contre le mur nord de leur propre maison, sise dans la médina de Cordoue, en un lieu dit al-Naḫīl (la Palmeraie), dans le quartier de la mosquée d’Abū Rabāḥ, un escalier donnant accès à une chambre haute lui appartenant. Ce faisant, Išrāq a introduit les extrémités de deux marches et une partie du plancher dans le plafond voûté de la salle de Yaḥyā et de sa femme. Les jurisconsultes sont interrogés sur le sort à réserver à la construction récemment faite par Išrāq2. Autrement dit, on l’aura compris, Ibn Sahl a bien souvent consigné, avant les fatwāls émises par les juristes consultés par le juge, un bref exposé du litige lui-même : dans une partie des documents compilés par Ibn Sahl, les acteurs urbains sortent alors de l’anonymat et agissent dans une Cordoue qui est celle de la seconde moitié du XIe siècle, c’est-à-dire une ville de l’âge adulte, dont on peut espérer saisir le fonctionnement bien plus sûrement que pour une ville en cours d’urbanisation.

3Le recueil de consultations juridiques d’Ibn Sahl constitue donc la base de l’étude menée sur les solidarités citadines de la Cordoue des Xe-XIe siècles. Dans un premier temps, il a semblé utile de dresser un bref bilan historiographique sur trois points : les perspectives de la recherche quant à l’histoire urbaine du monde arabo-musulman médiéval ; les études menées autour des Aḥkām al-kubrā et de leur auteur ; l’état de nos connaissances sur la Cordoue d’Ibn Sahl. Dans un second temps, le fonctionnement de la ville est saisi au niveau de sa structuration en quartiers : on s’attache à examiner ce qui fait l’unité du quartier et on revient sur un personnage en apparence bien connu du jeu urbain, le muḥtasib. Dans la troisième partie de l’ouvrage, enfin, on entre à l’intérieur du quartier où l’on observe successivement le réseau des rues, les espaces communautaires, les espaces de l’habitat partagés avec le voisin. Gageons, qu’au terme de ce parcours, on aura saisi une partie des solidarités citadines de la Cordoue d’alors, solidarités sur lesquelles la ville s’appuie pour fonctionner.

Notes

1 Ibn `Iyāḍ, trad. D. Serrano Ruano, p. 232.

2 Ibn Sahl, éd. M. Ḫallāf, `umrān, p. 82-86 ; annexe : `umrān, 11.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540