Version classiqueVersion mobile

Nantes au XVIIe siècle

 | 
Guy Saupin

Chapitre XI. Municipalité et anoblissement au xviie siècle

Texte intégral

1Les lettres patentes de François II, qui accordaient la noblesse transmissible à tous les membres du bureau de ville, ont réglé le processus d’intégration de la bourgeoisie municipale au second ordre jusqu’à la grande réformation décidée par Colbert. Le nouveau statut, qui limitait dorénavant le privilège au seul maire, fut remis en cause temporairement de 1691 à 1715 pour répondre aux énormes besoins du Trésor royal. L’essentiel de ce chapitre consiste à bien saisir les comportements familiaux face à une situation juridique mouvante pour définir exactement comment les lignées s’agrègent à la noblesse ou restent bloquées dans leur roture. Les différences sociologiques déjà constatées entre les familles de maires et celles d’échevins invitent à traiter séparément les deux catégories de magistrats. Au terme de cette enquête sur les attitudes des familles devant l’érosion d’un privilège, il importe de mesurer quel a été l’apport exact de la noblesse de cloche nantaise au transfert d’une partie de l’élite du Tiers dans une noblesse qui demeure à cette époque l’idéal social de tous les ambitieux.

Les familles de maires et la noblesse municipale

Les bases juridiques de la noblesse municipale

La conservation des privilèges, 1565-1667

2Les lettres patentes de janvier 1559 précisaient que l’exercice des responsabilités municipales devenait un moyen légal pour acquérir la noblesse puisque le texte accordait à la nouvelle institution les mêmes privilèges que ceux de la municipalité d’Angers, précisés dans la charte octroyée par Louis XI en février 1474. Cette faveur accordée à certaines villes, qui remontait à une initiative de Charles V pour la ville de Poitiers en 1372, fut un des aspects de la politique d’« entente cordiale » qui s’établit entre la monarchie et ses « bonnes villes » du milieu du xve siècle jusqu’au milieu du xvie siècle. Pour en bénéficier, les magistrats devaient vivre noblement et le faire constater dans une déclaration établie à la sortie de charge et enregistrée au greffe de l’Hôtel de ville ou de la Sénéchaussée. Ces privilèges d’anoblissement direct ont été confirmés, sur une demande du bureau de ville, sous forme de lettres patentes enregistrées par la chambre des comptes le 28 janvier 1581.

  • 1 Maillard (J.), Le pouvoir municipal à Angers de 1657 à 1789, Angers, 1984, tome I, p. 38.
    Chevalier (...)
  • 2 AMN BB 121.

3De nouvelles lettres confirmatives furent accordées sans difficultés par Henri IV, le 12 juillet 1598, et par Louis XIII, le 25 septembre 1634. Dans une démonstration sur la supériorité de Nantes sur Rennes publiée en 1619, l’avocat au Parlement Jehan Boutin de Chamballan n’a pas omis cet argument décisif à ses yeux. Après avoir mentionné le privilège politique de « créer un maire qui a la garde et le gouvernement de la ville… comme avoit anciennement un consul à Rome », il ajoute : « Et en récompense à ceux qui sont parvenus à cette charge, ils ont une qualité sur le commun de la ville qu’ils se peuvent qualifier de nobles, eux et leur postérité, acquérir en fiefs et juridictions non seulement en cette province mais encore par tout le Royaume, partager avantageusement, et même aspirer à être chevalier de l’Ordre, qualité la plus recherchée et la plus honorable que les plus illustres du royaume sauroient désirer »1. Dans une sentence du présidial du 10 novembre 1635, les juges royaux exemptent pour ce fait les maires et échevins du paiement du devoir des impôts et billôt sur le vin de leur crû. Au début du règne de Louis XIV, la monarchie entérine de nouveau une procédure devenue traditionnelle (juin 1643). En 1649, le Parlement délivre sans difficulté une copie des lettres patentes de mars 1644 confirmant la noblesse municipale à la suite d’une demande rédigée par le bureau de ville le 29 octobre2.

  • 3 AMN BB 121. Meyer (J.), La noblesse bretonne au xviiie siècle, Paris, 1966, tome 1, p. 287-290.
    Mail (...)

4La grande Réformation de la noblesse entreprise par Colbert à partir de l’édit de mars 1667 allait bouleverser complètement la situation. Les commissaires bretons ont travaillé du 26 septembre 1668 au 24 mars 1671, mais la réglementation précise concernant la ville de Nantes n’a été confirmée qu’avec la publication de l’arrêt du conseil du 25 juin 1669, transmis à la municipalité le 21 juillet suivant. Malgré une tentative de contre-attaque du bureau de ville qui a vainement recherché la protection du Parlement, ce texte est devenu la base juridique nouvelle de la noblesse municipale. Le privilège était ôté des charges d’échevins, syndic et greffier, et limité aux maires demeurant trois ans à la tête du bureau servant. Les Nantais se sont donc mieux tirés d’affaire que les Angevins qui, le 23 novembre 1670, n’ont sauvé que le seul maintien du maire avec quatre ans de service. Quelques acquis historiques étaient protégés sous conditions. L’anoblissement de tous les élus du xvie siècle était reconnu sans discussion, celui des élus en charge de 1600 à 1667 pouvait être validé moyennant le versement d’une taxe de confirmation de 1°000 livres3.

  • 4 Meyer (J.), op. cit., Paris, 1966, p. 63-72.

5La chambre de Réformation a enquêté sur les familles qui portaient les titres d’écuyer ou de chevalier depuis 25 ans. Les citations sur les anciennes réformations et l’existence de partages nobles dans les successions ont constitué les principaux critères retenus pour opérer la sélection. Parmi les anciennes listes nobiliaires, seules celles du xve siècle et de 1513 ont été considérées comme des preuves absolues, même si une famille en difficulté a pu déroger momentanément postérieurement, car l’article 561 de la coutume de Bretagne admet la possibilité d’une noblesse dormante transitoirement. Les autres réformations du xvie siècle n’ont pas été retenues car elles se basaient beaucoup plus sur la qualité des terres que sur celles des individus. Il en fut de même pour les montres militaires et la liste des donateurs pour la rançon de François Ier. Selon l’article 541 de la coutume, un partage noble réservait à l’aîné le préciput du manoir et des bois de décoration, les deux tiers des biens nobles contre une simple part égale des biens roturiers, mais aussi la saisine qui correspondait à un droit de représentation de la famille conférant la garde des titres et des archives, ainsi que le privilège d’intenter toute action concernant la succession. Les commissaires ont exigé trois partages nobles pour délivrer un certificat d’extraction noble donnant le droit au qualificatif d’écuyer, celui de chevalier et la mention d’ancienne extraction noble étant réservés aux lignages cités dans les réformations du xve siècle ou de 1513 et n’ayant connu aucune phase de dérogeance4.

  • 5 Dufresne (M.P.), Les déboutés de la Réformation de 1668 dans le Comté nantais, maîtrise, Nantes, 19 (...)

6Les familles municipales de Nantes pouvaient donc être maintenues, mais risquaient aussi d’être déboutées avec une amende de mille livres, ramenée ensuite à cinq cents livres. Elles pouvaient aussi se désister en limitant la pénalité à cent livres. Dans l’ensemble du comté nantais, 54 % des prétendants ont été reconnus, 23 % ont été sanctionnés et 23 % ont préféré se retirer d’eux-mêmes. Des négociations ou des recherches complémentaires de preuves ont permis à certains notables, qui avaient préféré se désister dans un premier temps, d’obtenir une confirmation dans une seconde phase. La liste des maintenus du comté nantais comporte 46 noms de notables qui ont été obligés d’acquitter mille livres pour la validation d’un mandat municipal exercé entre 1600 et 1667. Dans les 91 familles rejetées vers la roture par les commissaires, quatorze avaient pourtant des membres de la municipalité dans leurs rangs5.

Les incertitudes de la politique fiscale, 1691-1721

  • 6 ADLA C 282, rôle du 19-09-1692.
  • 7 AMN BB 121, liste du 26-11-1696.

7Cette nouvelle définition de la noblesse municipale a été modifiée par l’édit de juin 1691, précisé par l’arrêt du conseil du 15 décembre de la même année. Les descendants des maires, échevins et syndics en fonction de 1668 à 1687 avaient la possibilité d’obtenir la reconnaissance de l’anoblissement moyennant le versement de taxes dont le montant variait selon le degré de parenté. Des listes furent ainsi publiées par le Conseil du roi les 26 janvier, 15 mars, 2 septembre 1692 et 13 octobre 1693. Sur celle de septembre 1692, les sommes indiquées s’inscrivent surtout entre 100 et 1°000 livres, certaines grimpant jusqu’à 1°800 livres6. Cette dernière décennie du xviie siècle a été particulièrement pénible pour les familles de maires, pourtant reconnues dans une noblesse d’extraction en 1668-1669, car l’appétit des receveurs des taxes les a facilement rangées sur les listes de confirmation où elles côtoyaient d’autres familles municipales ayant renoncé aux privilèges municipaux jugés beaucoup trop aléatoires. Ainsi, le 26 juin 1696, le conseil d’État a dû publier une liste rectificative déchargeant d’illustres familles de la noblesse nantaise des versements qui leur avaient été demandés très abusivement7. Si la contribution financière anormale était aisément écartée, restait la désagréable sensation d’avoir vu méconnue une noblesse pourtant bien établie, et ceci à cause du caractère instable des statuts des privilèges municipaux. De telles perturbations ne pouvaient que creuser davantage le fossé qui allait grandissant entre le second ordre et la municipalité depuis le dernier tiers du siècle.

  • 8 ADLA C 282, rôle du 24-01-1707 au 13-03-1707. Rôle du 27-04-1714 au 07-06-1715.

8Les édits de novembre 1706 et de mai 1707 ont de nouveau bouleversé la réglementation de la noblesse municipale en proposant des reconnaissances aux familles d’élus moyennant le paiement de 3°000 livres. L’augmentation considérable de la somme exigée et le caractère peu fiable de cette opération, que tous savaient commandée par la détresse financière de la monarchie engagée dans la guerre de succession d’Espagne, ont provoqué un gonflement massif des renonciations. Alors qu’en 1691-1692, ces dernières étaient restées modérées, de janvier à mars 1707, c’est la ruée au présidial de tous ceux qui veulent se débarrasser de cette possibilité d’anoblissement qui est devenue une menace financière plutôt qu’un avantage. La publication de l’édit de janvier 1714, qui maintient tous ceux qui ont exercé depuis 1600 moyennant 3°000 livres pour les familles en résidence à Nantes et 6°000 livres pour celles de l’extérieur, achève de déconsidérer la noblesse de cloche échevinale8. La monarchie consacre d’ailleurs la justesse de vue de toutes ces familles, qui ne croient plus à une restauration durable de la tradition, en décidant, dans un édit d’août 1715, de révoquer tous les titres de noblesse accordés moyennant finance depuis le premier janvier 1689.

  • 9 Meyer (J.), op. cit., tome 1, p. 290-300. Sur les 19 maires en fonction au xviiie siècle, dix étaie (...)

9Avec cette nouvelle formulation, la monarchie revenait en fait à la définition donnée en 1667-1669 qui limitait l’anoblissement au maire ayant siégé trois ans. Un édit du 10 janvier 1721 confirma le privilège, tout en accordant une réduction à deux ans. Comme dans cette même année le mandat passa de un à deux ans, tous les maires de Nantes depuis Mellier ont pu en théorie bénéficier de ce moyen d’accès au second ordre. Cette faveur ne représentait en réalité qu’une demi-victoire pour le corps de ville car les notables roturiers devaient ensuite obtenir le droit de partager noblement, ce qui ne pouvait être accordé que par lettres patentes royales. Or cette obtention était contestée par la noblesse ancienne qui considérait que le poste de maire ne pouvait offrir qu’une noblesse personnelle non transmissible et par certains cadets de famille qui refusaient ce type de succession, beaucoup plus désavantageux pour eux. Les lettres de Louis XI de 1474 avaient laissé le choix entre partage roturier et partage noble. Certaines familles d’anoblis municipaux sont ainsi demeurées fidèles aux successions roturières pour éviter les conflits internes. Le problème surgissait tôt ou tard pour des raisons de prestige à l’intérieur du second ordre. Certains ont choisi de demander des lettres patentes pour une question d’honorabilité avec l’intention de ne pas les utiliser. La situation était la même à Angers9.

  • 10 ADLA C 282, liste du 30-01-1730 ; lettre de 09-02-1730.

10L’édit de 1721 avait clairement écarté les échevins et les syndics. La municipalité s’y résigna sans trop de difficultés puisque depuis vingt ans l’élite sociale au sein de laquelle elle se recrutait avait cessé d’accorder de la valeur à un privilège complètement dévalorisé et plutôt source de désagréments. La plupart des familles se contentaient de vivre bourgeoisement, les plus ambitieux s’étant tournés depuis longtemps vers les offices de la chambre des comptes qui offraient un anoblissement graduel en deux générations. Cette justification est souvent avancée par les plus puissantes familles sur les listes de renonciation de 1707 et 1714. Dans une réponse à l’intendance qui avait demandé la liste des notables ayant acquis la noblesse par les emplois municipaux de 1643 à 1715, le bureau servant de 1730 explique clairement sa position. « Nous ne doutons pas, Monseigneur, que les officiers municipaux qui ont fait le service avant la révocation des privilèges de l’année 1669 n’ayent acquis la noblesse et n’ayent été en droit d’en jouir conformément aux privilèges attachés à la mairie… Nous ne croyons pas que ceux qui ont remply les places depuis ce tems-la se soient servy de la qualité avantageuse a moins qu’ils n’eussent par ailleurs des droits pour s’en prévaloir ce que nous ne pouvons savoir au juste »10. Ce commentaire est accompagné de la liste de tous les élus installés entre les deux dates. Ce ne sont pas les timides tentatives de restauration de 1734 et 1768, vite éliminées par la monarchie, qui ont pu remettre en cause ce climat général de résignation né entre 1692 et 1706.

11Il n’en reste pas moins que toutes les familles, qui ont accepté de payer en 1669-1670 pour la validation du temps de service d’un de leurs membres en fonction entre 1600 et 1667, ont obtenu ainsi de manière incontestable leur intégration dans le second ordre. L’analyse du rôle de l’institution dans la mobilité sociale obéit donc à cette rupture fondamentale que constitue la réformation de la noblesse à Nantes en 1667-1669.

Comportements familiaux selon les types d’origine

Situations socio-juridiques des maires à l’entrée en charge

Situations socio-juridiques des maires à l’entrée en charge

Tableau 45.

12De 1598 à 1720, se sont succédés sur le poste de maire treize notables encore membres du Tiers État au moment de leur nomination contre 37 notables appartenant plus ou moins au second ordre. Pour une importante minorité, l’anoblissement était récent puisque seize élus ne jouissaient que du statut intermédiaire de ceux qui devaient le changement d’état à leur père ou à leur grand-père. Il est toutefois plus intéressant d’observer qu’une minorité importante de l’ensemble des cinquante maires était capable d’aligner au moins trois générations complètes de noblesse, ce qui correspondait au critère le plus exigeant retenu par les États de Bretagne pour l’admission dans les sessions de l’assemblée provinciale et pour la reconnaissance du droit à partager noblement les successions, preuve suprême de bonne noblesse dans cette province.

Huit maires d’origine purement roturière

  • 11 Perthuis (A.) et La Nicollière-Teijeiro (S. de), Le Livre Doré de l’Hôtel de ville de Nantes, Nante (...)
  • 12 Livre Doré, p. 269-270. ADLA E 1393 ; C 282 ; 25 J-D, Freslon, Nantes, volume III. Potier De Courc (...)

13Le propriétaire rentier François Bourgogne, fils du maire de 1637-1639, confirmé en 1669, a fini par acquérir une charge d’auditeur aux Comptes en novembre 168811. Les enfants de Jacques de Bourgues, qui se maintiennent dans le commerce jusqu’à la fin des années 1680, sont cités dans les actes avec la qualité de « noble homme », et le petit fils du maire qui clôt la descendance n’est cité qu’une seule fois en 1694 avec le qualificatif d’écuyer. Ceci ne semble pas indiquer un attachement très soutenu à la noblesse. La Réformation de 1669-1670 semble même les avoir ignorés. Parallèlement, les autres branches ont bien des difficultés à soutenir cette prétention. Certains membres sont rejetés ou abandonnent dès 1670, d’autres préfèrent renoncer en 1692 et 170712 .

  • 13 Livre Doré, p. 263-302. ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, XII. Potier De Courcy (P.), op. cit., tome I (...)
  • 14 Livre Doré, p. 289, 309-311. ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, XII.

14Le marchand et maître de la Monnaie François Lorido, qui meurt en pleine gloire à Nantes en 1671, a eu le malheur de voir disparaître son unique fils dix ans avant lui. Son neveu Pierre Lorido de La Poitevinière, qui a choisi le métier des armes, est justement débouté en 1699 et, comme il s’avère incapable de régler son amende, doit subir la saisie de ses biens en 1708. Son père, Jacques Lorido, avait déjà été rejeté en 166813. Gratien Libault est honoré de la dignité d’écuyer à son décès en 1686. Il ne laisse qu’une fille qu’il a mariée à un marchand engagé dans la Contractation. Celle-ci, après le décès de son premier époux, entre cependant dans le très puissant lignage noble Cornulier en épousant en 1705 le baron de La Roche en Nort, conseiller au Parlement de Bretagne. C’est donc au moment où elle disparaît en se fondant dans une autre famille que la descendance du maire achève le processus d’intégration à la noblesse14 .

  • 15 Livre Doré, p. 319-320, 332. ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, VII. Potier De Courcy (P.), op. cit., t (...)
  • 16 Livre Doré, p. 329-324. ADLA C 282 ; 25 J-D, Freslon, Nantes, XIII.

15Le conseiller au présidial Jacques Frémon (1679-1682) ayant bien effectué les trois ans exigés par la nouvelle réglementation de 1669, son fils, maître aux Comptes depuis 1705, n’eut pas de difficultés à obtenir des lettres patentes de partage noble le 18 janvier 1721. Décédé à 45 ans sans avoir été marié, une descendance nobiliaire n’a cependant pas pu se développer15. Louis Mesnard du Pavillon, maire en place de juillet 1682 à janvier 1684, n’avait pas les trois ans requis, mais pouvait invoquer un mandat d’échevin (1663-1666) accompli à la veille de la liquidation des privilèges de l’échevinage. En septembre 1692, il est taxé à 150 livres pour une confirmation de noblesse. L’absence d’enfants a résolu de manière définitive les problèmes qui auraient pu se poser au début du xviiie siècle. Tous les enfants de ses deux frères Gilles et Mathurin et de son cousin Louis renoncent aux privilèges de l’échevinage en 1707 et 1714. Par son second mariage avec Marguerite Bidé de La Cormerais en 1684, à l’âge de 65 ans, le maire avait pourtant opéré un rapprochement avec une grande famille de noblesse de robe très liée à l’histoire municipale du xviie siècle et dont certains membres s’étaient même élevés jusqu’aux offices parisiens. Cette alliance ne concernait cependant que la branche la plus faible de la famille16 .

  • 17 Livre Doré, p. 341-342. ADLA, 25 J-D, Freslon, Nantes, XV, et Bouguenais, IV. Potier De Courcy (P. (...)
  • 18 AMN Nantes BB 68, 06-08-1708 et 17-01-1709. ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes tome XI. Potier De Courcy(...)

16Deux autres exemples sont liés à la vie politique officière de la monarchie à la fin du siècle. Julien Proust, qui acquiert l’office de maire à 28 ans en 1693, n’a exercé aucune autre charge auparavant. Ayant conservé cette fonction publique jusqu’à son décès en 1715, il a parfaitement réuni les conditions requises pour prétendre à la noblesse. Ses descendants directs ont cependant préféré assurer cette intégration dans une succession classique comme maîtres aux Comptes sur deux générations17. Joseph Le Roulx, avocat du roi au présidial, a peut-être espéré bénéficier des privilèges de l’office en acceptant de tenir la charge en commission en 1708. Il n’a pas pu la conserver six mois, victime de l’hostilité générale et des pressions des membres du corps de ville. Cette trop furtive apparition le mettait hors d’état de revendiquer quoi que ce soit18.

Cinq maires entre roture et anoblissement

  • 19 ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, IX. Livre Doré, p. 197.

17Quelques notables se trouvaient en fait dans des situations familiales complexes qui en faisaient des êtres à mi-chemin de la roture et du statut d’anobli. Le père de Gabriel Hus était passé par la chambre des comptes comme auditeur au milieu du xvie siècle en reprenant d’ailleurs un office de son frère, mais son fils n’avait pas donné suite, préférant se maintenir dans les finances, activité dominante de cette lignée. Son travail de trésorier des États de Bretagne lui a certainement offert de très rentables spéculations, mais laissait inachevé un début d’anoblissement. En lui offrant le poste de maire en 1599, Henri IV plaçait d’abord un de ses fidèles à la tête de la ville rebelle, mais récompensait aussi personnellement un de ses protégés en complétant un processus de transfert d’ordres inachevé19 .

  • 20 Livre Doré, p. 238. ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, XIII.
    Potier De Courcy (P.), op. cit., tome II, p. (...)

18L’alloué et lieutenant général au présidial René Ménardeau, maire de 1627 à 1629, était le fils d’un auditeur nommé en 1580. D’un point de vue légal, une seule génération officière ne suffisait pas. C’étaient ses oncle et cousin, les Ménardeau de La Bouchetière, qui avaient réuni les conditions de la noblesse graduelle dans la même compagnie à la même époque. Son mariage en 1617 avec Renée de Crespy, issue d’une famille angevine liée par d’autres alliances avec d’autres officiers des Comptes, le situe parfaitement dans ce milieu des anoblis récents. Son exemple est au moins typique de ces situations de transition qui étaient très fréquentes dans l’élite sociale nantaise. La promotion à la mairie a pu être considérée comme un moyen de conclure au plus vite un transfert engagé à la génération précédente. Les Ménardeau ont été maintenus par arrêt du conseil de 1672, puis par ordonnance de l’intendance en 1713. L’arrière-petit-fils du maire a obtenu en mai 1742 des lettres patentes reconnaissant une noblesse d’ancienne extraction, lettres enregistrées au Parlement le 23 janvier 174320. Elles confirmaient tous les partages nobles réalisés et autorisaient leur continuation.

  • 21 Livre Doré, p. 311. Potier De Courcy (P.), op. cit., tome II, p. 466.
    Fourmont (H. de), op. cit., p. (...)

19Le sieur Jean Regnier (1673-1675) n’a pas effectué le troisième mandat indispensable, mais était titulaire d’un office d’auditeur aux Comptes depuis octobre 1639 et avait exercé des responsabilités d’échevin de 1652 à 1655, ce qui plaidait en sa faveur. P. Potier De Courcy signale que cette famille a été déboutée par la Chambre de Réformation en 1670. On ne comprend pas vraiment sur quelle base le jugement a pu être rendu. La seule explication logique viendrait du refus de cet auditeur d’acquitter la taxe des mille livres ? Célibataire, il a pu juger inutile une telle dépense qui ne lui apportait rien de plus jusqu’à son décès21 .

  • 22 Livre Doré, p. 336-337. ADLA C 282 ; 25 J-D, Freslon, Nantes, XIV.

20Le sieur Pierre Noblet, maire de juin 1690 à septembre 1692, a été privé d’une continuation sur trois ans par la création de l’office de maire. Il avait toutefois pour lui son office d’avocat général à la chambre des comptes qu’il exerçait depuis 1660 et le mandat d’échevin de son père François Noblet, receveur du taillon et des décimes en Bretagne, membre du bureau de 1626 à 1629. Ses deux filles, mariées à deux officiers des Comptes n’ont pas jugé utile d’utiliser ces expériences municipales pour conforter les situations de leurs maris22. Pierre Noblet ne semble pas avoir obtenu de reconnaissance de noblesse en 1670, peut-être parce qu’il n’a pas voulu payer la taxe nécessaire, étant donné les avantages liés à son propre office. Son acte de décès du 16 juin 1695 lui attribue cependant la qualité d’écuyer, sans doute en référence à cette charge d’avocat général aux Comptes.

  • 23 ADLA C 282.
  • 24 AMN GG 51, Saint-Denis 13-06-1672, GG 143, Saint-Laurent 15-01-1696, GG 55, Saint-Denis 14-11-1706, (...)
  • 25 Kerviler (R.), op. cit., réédition Mayenne, 1978, tome VIII, p. 80-86.
    L’Estourbeillon (R. de), La n (...)

21Le juge criminel Paul Cassard, seigneur du Broussay en Fégréac, maire de 1688 à 1690, qui n’a exercé que deux ans, était le fils d’Olivier, garde des livres de la chambre des comptes. Tout cela ne justifiait pas un anoblissement, ce qui explique les attitudes de son fils, acquéreur d’un office de maître aux Comptes en 1696, et de sa fille Louise qui déclare par deux fois, en 1707 et 1714, renoncer aux privilèges municipaux « puisqu’elle a toujours payé la capitation au rolle des roturiers »23. Leur père a pourtant prétendu au titre d’écuyer, aussi bien à son mariage en 1672, qu’à celui de son fils en 169624. Son frère cadet Jean Cassard, sieur de Pontveix, simplement qualifié de « noble homme » à son mariage en 1675, ayant mené une carrière militaire comme capitaine d’infanterie, est parvenu à faire accepter le principe d’une ancienne noblesse par un arrêt du Conseil du roi d’octobre 1702, enregistré au Parlement le 16 janvier 1703. Ces lettres patentes ont authentifié une filiation avec une ancienne famille noble de Guyenne dont une branche était venue s’installer en Bretagne au début du xvie siècle25. Cette interprétation nous semble pourtant plus que suspecte.

  • 26 ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, IV et Fégréac.

22La généalogie que nous avons reconstituée à partir des actes paroissiaux situe bien son grand-père Jehan Cassard, sieur du Planty, sur la paroisse Saint-Jacques, dans le faubourg sud de Nantes. À partir de là, la reconstitution devient très problématique parce qu’il existe de très nombreux Cassard sur cette même paroisse pendant tout le siècle. Le qualificatif de « sire » attribué à Jehan Cassard au baptême de son fils Olivier en 1600 est classiquement réservé dans les faubourgs à des notables marchands. Le premier parrainage établi en 1597 souligne une parenté avec Gilles Cassard, sieur de La Pantière, receveur des fouages de l’évêché de Cornouailles, tête d’une dynastie d’officiers aux Comptes au xviie siècle. Après comparaison minutieuse de très nombreux actes de baptêmes, il nous a semblé raisonnable de proposer une filiation marchande sur tout le xvie siècle, ce qui n’est pas sans risque dans ce réseau très complexe de parents très liés les uns avec les autres26 .

23Malgré de très nombreuses recherches, nous ne sommes pas parvenus à comprendre sur quelles bases le pouvoir royal a pu accepter les prétentions de cette famille. La seule hypothèse possible se rattache à l’existence d’un Olivier Cassard, sieur de Pontveix, recevant des aveux en 1601 pour divers héritages relevant de sa terre du Broussay. Le demandeur de 1702, petit-fils d’Olivier Cassard de La Chastaigneraye – ce dernier né simplement en 1600 et acquéreur de terres à Fégréac de 1632 à 1638, juste avant de prendre son office de garde des archives à la chambre des comptes –, a pu profiter d’une homonymie avantageuse pour tromper les conseillers du roi et établir abusivement un lien de parenté avec une ancienne famille noble.

Les maires fils d’anoblis

  • 27 L. D., p. 155-156, 208-209. ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, XIV.
    Potier De Courcy (P.), op. cit., tome (...)

24Parmi les sept exemples qui entrent dans cette catégorie, trois notables seulement sont vraiment redevables à la noblesse municipale. Michel II Loriot, sénéchal des régaires, échevin en 1598 et maire de 1607 à 1609, a suivi la voie déjà tracée par son père, échevin en 1568 et maire en 1577. Les responsabilités du xvie siècle furent une référence indiscutable pour une famille qui a disparu à la fin du xviie siècle27 .

  • 28 L. D., p. 297-298. ADLA, Freslon, Nantes, VIII, et La Chapelle-Heulin, La Haie-Fouassière.

25Le conseiller au présidial Mathurin Giraud, nommé échevin en 16601661 pour terminer le mandat d’un élu décédé, maire de la ville de 1664 à 1666, fut maintenu en 1669 contre le versement de mille livres. Il a pu ajouter à son mérite personnel l’échevinage de son père (1620-1623). Son attitude au moment de la Réformation illustre pourtant le caractère incertain de la procédure et les doutes qui ont assailli les bénéficiaires puisqu’il a d’abord préféré se désister le premier octobre 1668, avant de se reprendre et d’obtenir un arrêt de confirmation le 5 février 1669. Son frère Simon, receveur du taillon, qui ne disposait que des avantages paternels a préféré maintenir son désistement. Les enfants du maire ont obtenu une nouvelle ordonnance favorable de l’intendance en 169928 .

  • 29 Bernard : AMN II 94 ; ADLA B 1308 ; 25 J-D, Freslon, Nantes, II.
    Potier De Courcy (P.), op. cit., to (...)

26Le mandat de maire de Pierre Bernard (1615-1617) s’ajoute à celui de son père Jacques Bernard, échevin et sous maire de 1574 à 1576, pour compléter les privilèges personnels apportés par son office de président aux Comptes. Il en est de même pour André Morin, son successeur de 1617 à 1619, dont le père avait été élu maire en 1571, avant d’entrer à la chambre des comptes comme premier président en 1574. Pour ces deux notables du début du xviie siècle, les privilèges municipaux sont intéressants dans la mesure où ils complètent un processus engagé avec la cour souveraine qui à lui seul serait inefficace. Cela n’a pas servi en 1669 car la branche directe des Bernard de La Turmelière était déjà éteinte et la branche parallèle des Morin a utilisé la noblesse graduelle de la chambre des comptes sans avoir absolument besoin du mandat de maire du xvie siècle29.

  • 30 ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, IX. L. D., p. 145, 177, 192, 232. La Nicollière-Teijeiro (S. de), « G (...)
  • 31 L. D., p. 260-262. ADLA25 J-D, Freslon, Nantes, IX. Potier De Courcy (P.), op. cit., tome II, p. 66 (...)
  • 32 L. D., p. 287-288. ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, IX. Saulnier (F.), op. cit., tome II, p. 119.

27Dans les trois autres exemples, la noblesse de cloche ne pouvait être la principale motivation de notables bénéficiant déjà des privilèges de charges plus prestigieuses. Charles de Harouys, maire en 158889 et 159899, était le fils du maire de 1572 anobli par son office de greffier au Parlement de Bretagne acquis en 155430. Christophe Juchault, président aux Comptes et maire de 1642 à 1644, était le fils d’un auditeur, échevin de 1601 à 160431. Jacques Huteau, président aux Comptes, maire de 1658 à 1660, était le fils d’un maître aux Comptes32. Ces familles, maintenues sans difficultés en 1669, n’ont pas eu besoin de faire valoir les responsabilités municipales de leurs membres.

Cinq lignages d’ancienne noblesse en rétablissement

28Six nominations de maires mettent en scène des notables issus de familles dont l’ancienneté paraît considérable mais qui ont connu une phase de déclin ou de marginalisation qui les a tenues longtemps à l’écart des responsabilités importantes. Elles ont toutes en commun d’être entrées dans une phase de redressement qui ne s’affirme vraiment qu’au xviie siècle et qui n’a guère débuté avant la génération paternelle. La plupart de ces familles se révèlent incapables de prouver leur ancienneté à la Réformation de 1669. Placées en concurrence avec les familles bourgeoises en ascension dans la conquête des offices les plus intéressants, elles les ont suivies sur le terrain municipal, sensibles au surplus d’honorabilité qu’une responsabilité de maire pouvait apporter à des lignages ayant vraiment besoin de redorer leurs blasons.

  • 33 ADLA, 103 J 1 et 2. Kerviler (R.), op. cit., tome III, 1978, p. 355-64.

29Les Blanchard, dont la noblesse remonte en réalité au XIVe siècle, ont engagé leur rétablissement en occupant les fonctions de notaires royaux sur les paroisses de Fay-de-Bretagne, puis de Blain, centre de la seigneurie des Rohan, au milieu du xvie siècle. Deux frères paraissent très actifs dans le conseil des bourgeois de Nantes vers 1560, l’un d’eux est même devenu conseiller au présidial, tandis qu’un troisième, recteur de la paroisse d’origine, est aussi membre du chapitre cathédral. Les deux maires de Nantes descendant cependant du quatrième frère resté notaire royal à Fay-de-Bretagne. Ses fils n’apportent pas de modifications considérables puisque l’aîné monte à Nantes comme notaire royal tandis que le cadet travaille comme lieutenant au château de Blain chez les Rohan33. Lorsque Jean Blanchard, fils du notaire, devient maire en 1611, il est en possession depuis dix ans de l’office de procureur du roi au présidial. Il va réaliser ensuite une carrière fabuleuse, comme procureur général aux Comptes de 1612 à 1619, puis intendant de la Maison de Vendôme de 1619 à 1630. Sa fidélité à la monarchie l’a mené à la tête de la chambre des comptes en 1634 et lui a valu un brevet de conseiller d’État obtenu dès 1614 et renouvelé en 1629, mais aussi l’élévation de sa châtellenie au rang de baronnie en 1644. Son fils, premier président aux Comptes, élevé à la dignité de marquis du Bois de la Musse en 1660, fut reconnu dans une noblesse ancienne d’extraction par l’arrêt du 5 janvier 1669.

  • 34 ADLA 103, J 3, 4, 5, et 17 et 93-94.
  • 35 L. D., p. 264. Kerviler (R.), op. cit., tome III, 1978, p. 365-66.

30Les Blanchard de La Musse refusèrent même de reconnaître une parenté avec la branche de La Chapelle qui n’avait pas connu un redressement aussi brillant34. Guillaume Blanchard de La Chapelle, fils du lieutenant de Blain, procureur du roi au présidial à la suite de son cousin depuis 1611, n’obtint le poste de maire qu’en 1631-1633. Son fils, gouverneur de l’île de Ré, dut se contenter de l’arrêt du 17 août 1669 qui ne prenait en compte que la mairie de son père et qui l’obligeait à verser les mille livres convenues35 .

  • 36 ADLA 25 J-D, Freslon, Ancenis.
  • 37 AMN II 95, D. 29.
  • 38 Ibid., F. 3.
  • 39 AMN II 95, D 29, F. 6.

31Le conseiller au présidial Jean Fournier, sieur de La Pinsonnière, échevin de 1650 à 1653 et maire de 1654 à 1656, a doublement mérité l’anoblissement moyennant finances qui lui a été accordé le 23 août 1669. Son père, qui résidait à Ancenis, avait longtemps été procureur au barreau de cette ville, avant de terminer sa carrière comme greffier de la baronnie36 . L’arrière-petit-fils du maire, Gilles Fournier, sieur de La Galmelière, est parvenu, le premier février 1753, à faire reconnaître par le Parlement de Bretagne une filiation noble remontant à la fin du XIVe siècle37. Selon la requête de 1753, le maire n’ignorait pas sa filiation avec le chevalier Jehan Fournier, cité dans une montre de noblesse au Mans le 28 juillet 1392, car « il avoit héréditairement les mêmes armoiries et c’est à sa requête qu’il en avoit été fait en 1668 des procès-verbaux de vérification et de confrontation avec celles qui sont en l’église paroissiale d’Ancenis et dans l’église des Jacobins de Nantes », mais il n’a pu réunir suffisamment de preuves pour les commissaires38. Il se serait donc difficilement résigné, faute de mieux, à accepter l’arrêt de maintien de noblesse du 23 août 1669 basé sur les seuls privilèges municipaux « puisqu’il fit le 28 du même mois une protestation devant les notaires royaux de Rennes contre cet arrêt ; (où) il déclare que la qualité de maire de Nantes était plutôt un nuage sur son ancienne extraction noble qu’un titre auquel il dût s’attacher… et qu’il se réservoit pour lui et les siens de se faire rétablir dans les droits de sa naissance aussitôt qu’ils pourroient en retrouver des preuves démonstratives »39. Cela devait prendre presque un siècle.

  • 40 L. D., p. 328-330. ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, XII. Potier de courcy (P.), op. cit., tome II, p. (...)

32Messire Guillaume de L’Isle, avocat du roi au présidial, maire de 1685 à 1688 entrait dans les dispositions de l’arrêt de 1669 et aurait pu rappeler le mandat d’échevin de son père Antoine (1639-1642). Cette famille n’avait pas besoin de telles références puisqu’elle remontait sa noblesse au début du xve siècle et qu’elle avait pu le faire admettre sans problème en 1669. À sa troisième élection en 1687, le maire prit d’ailleurs bien soin de rappeler cette ancienne extraction dans sa renonciation à la noblesse municipale pour éviter les confusions dans les esprits40 .

  • 41 L. D., p. 361-362. ADLA 46 J 62-64. Kerviler (R.), op. cit., tome VI, 1978, p. 64-66.
  • 42 AMN BB 117. ADLA B 99 F 12 et B 446.
  • 43 ADIV C 1768

33André I Boussineau, qui s’est imposé à Nantes comme marchand et traitant dans le troisième quart du xviie siècle, a été intégré au bureau de ville en pleine période de réformation (16681671). Bien que promu après 1667, il a pourtant profité des privilèges échevinaux en acquittant les mille livres exigées (arrêt 28 août 1669). Son fils André II, maire de 1716 à 1720, est parvenu à sa sortie de charge à faire reconnaître une ancienne noblesse remontant à un certain Antoine Boussineau qualifié de « noble seigneur du Chapeau », près de Saumur, dans un contrat du 9 janvier 150241. Selon le maire, sa famille descendait de la branche cadette qui prouve encore sa noblesse en étant partagé au tiers dans une succession de 1586. Toutefois, la filiation reste impossible à établir car les registres des paroisses de Saint-Eusèbe de Gennes et de Saint Retrain ont été détruits pendant les guerres de religion. La branche aînée étant tombée en quenouille, tous les titres qui étaient en sa possession ont disparu42. Le gouvernement royal, ayant accepté la logique de l’argumentation, a voulu asseoir cette reconnaissance sur les quarante années passées par le procureur du roi au présidial de Nantes. Il est très instructif de remarquer que le plaidoyer a totalement omis de parler des privilèges municipaux du requérant ou de son père et que ce soit un office non anoblissant qui serve à suppléer une généalogie impossible à prouver. C’est cette filiation d’ancienne noblesse que les petits enfants du maire font reconnaître par les États de Bretagne en 176043 .

  • 44 L. D., p. 315-316. Potier De Courcy (P.), op. cit., tome I, p. 245.
    Chaix d’Est-Ange (C.), Dictionna (...)

34Le président du présidial Charles César Chevalier, maire de 1676 à 1679, et son père Olivier, conseiller présidial, membre de l’échevinage de 1652 à 1655, ont été obligés de se contenter d’un arrêt de maintien du 27 août 1669 contre financement. Son fils Charles Olivier, menacé d’une taxe de confirmation de 4 000 livres en 1715, put cependant faire admettre une noblesse d’extraction rattachant cette branche aux Chevalier de La Coindardière, famille de Saint-Maixentais agrégée à la noblesse à la fin du XIVe siècle. L’appartenance au second ordre n’était plus contestée à la veille de la Révolution et les membres de la famille ont participé sans problème à l’élection des députés du Poitou aux États Généraux44.

35Ces six maires rappellent comment la mairie a été perçue comme une dignité supplémentaire à ne pas négliger par des lignées de vieille noblesse de nouveau en ascension après une longue phase de grisaille marquée souvent par l’occupation d’emplois non dérogeants mais subalternes. L’attitude vis-à-vis de la noblesse de cloche varie avec la rapidité et l’ampleur du redressement, mais aussi avec l’époque de la nomination. Il est frappant de constater que la plupart des descendants du xviiie siècle cherchent à imposer l’image d’un lignage vénérable qui ne doit rien à sa participation à la municipalité.

Noblesse de cloche et tendance dynastique

36Parmi les familles ayant donné plusieurs maires à Nantes au xviie siècle, certaines ne doivent absolument rien aux privilèges municipaux, d’autres y ont trouvé des bases plus ou moins importantes pour assurer leur passage dans le second ordre.

  • 45 Kerviler (R.), op. cit., tome VIII, p. 325. Chaix d’ Est-Ange (C.), op. cit., tome V, p. 16-20. Jul (...)
  • 46 Saulnier (F.), op. cit., tome II, p. 483-484.
  • 47 AMN II 94 ; ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, II.

37La dynastie des Charette, qui peut établir une ascendance noble jusqu’à la fin du XIVe siècle dans le comté nantais, et sans doute un peu plus haut encore en allant vers Ploërmel, n’a évidemment rien à demander à cette institution45. Il en est de même pour les trois maires Harouys qui ne jouissent pourtant que d’une noblesse beaucoup plus récente apportée par le Parlement de Bretagne au milieu du xvie siècle46. Il en va pourtant différemment de trois autres familles qui doivent l’essentiel ou la totalité de leur anoblissement aux responsabilités municipales de leurs membres. Les Bernard de La Turmelière n’ont vraiment à faire valoir que le mandat échevinal de Jacques (1574-1576) car les offices des Comptes du premier maire ne suffisent pas à créer une noblesse héréditaire puisqu’ils sont concentrés sur une seule génération47.

  • 48 L. D., p. 120, 257-258, 292.
  • 49 ADLA II 94.

38Les Poullain de La Vincendière et des Nodières sont redevables des mandats échevinaux de Guillaume (1565-1567) et de Pierre (1597-1598), mais aussi des doublés de Pierre II, échevin de 1622 à 1625 et maire de 1639 à 1641 et de Jean, échevin de 1649 à 1652 et maire en 1661-166248. Cette accumulation de mandats municipaux n’a pas empêché le maire Pierre Poullain d’hésiter au moment de la Réformation. Ayant d’abord choisi de se désister le 18 septembre 1668, il opte finalement pour l’achat du maintien le 24 novembre 1670. Son fils, le chanoine Antoine Poullain est taxé à 300 livres pour confirmation en 1692. Son petit-fils Antoine Poullain de La Vincendière est néanmoins parvenu à obtenir des lettres de partage noble en 1722, établissant ainsi définitivement la réputation noble du lignage49 . Cette volonté d’affirmer une noblesse bien établie en obtenant le droit de pratiquer la succession aux deux tiers pour l’aîné n’était pas sans poser des problèmes à l’intérieur des familles car les cadets n’appréciaient pas forcément cette innovation qui les désavantageait au nom du prestige du lignage.

  • 50 ADIV C 3324, mémoire cité par Meyer (J.), La noblesse bretonne…, op. cit., tome I, p. 292.
  • 51 ADLA II C 2772, cité par Meyer (J.), op. cit., p. 301. Maillard (J.), op. cit., tome I, p. 42.

39Chez les Poullain de La Vincendière du début du xviiie siècle, des opinions divergentes divisèrent la famille. Certains essayèrent de montrer « que la mairie de Nantes communique une noblesse de privilèges ou plutôt quelques uns des privilèges de la noblesse » c’est-à-dire « une noblesse qui n’est point l’état… »50. La pression des cadets a ainsi abouti à une simulation de partage noble. Dans une déclaration sousseing privé rédigée le 23 avril 1710, Antoine Poullain, doit assurer « que quoiqu’il prenne la qualité d’héritier principal et noble, que néanmoins il n’entend point se servir à l’égard de ses frères et sœurs, qu’il ne la tirera point à conséquence et qu’il n’exigera point de partage noble ». Cette continuation du partage roturier dans les successions des familles municipales est également attestée pour Angers51.

  • 52 L. D., p. 277-78 et 326. ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, II. Potier De Courcy (P.), op. cit., t. I,
    p (...)

40Les Bidé de Ranzay et de La Botinière forment une des trois branches principales d’un grand lignage robin du xviie siècle. La plupart des Bidé occupent des offices des Comptes ou du présidial, le rameau de la Bidière et de La Grandville se hissant même jusqu’au Conseil du roi au niveau des maîtres des requêtes et des intendants. Les deux maires (1652-1654 et 1683-1685) ont travaillé au siège de Nantes comme alloué et lieutenant général. Les commissaires de 1669 n’ont pu retenir que le mandat du premier maire et celui de son grand père Julien Bidé, procureur du roi au présidial, échevin de 1579 à 1583. Les deux fils du dernier maire ont sans doute cherché à consolider leur situation dans le second ordre en se portant acquéreur d’offices de maîtres aux Comptes en 1707 et 1709. Leurs propres fils n’ont pourtant pas jugé nécessaire d’y associer une seconde génération52.

Importance relative de l’anoblissement municipal

41Pour dresser un bilan de toutes ces histoires familiales centrées sur les problèmes de l’utilisation des privilèges d’anoblissement de la municipalité et pour essayer de bien dégager les grands types de réaction dans la durée, les familles ont été classées selon quelques grandes catégories qui correspondent au choix final effectué par des lignages qui ont eu besoin, à un certain moment, du soutien de la noblesse de cloche.

Comportement des familles de maires ayant eu besoin de la noblesse de cloche

Comportement des familles de maires ayant eu besoin de la noblesse de cloche

Tableau 46.

  • 53 On compte 39 familles en distinguant les Blanchard de la Musse et de la Chapelle qui n’ont pas été (...)

42Sur les 39 familles qui ont donné un maire à Nantes, 23 étaient dans une situation qui pouvait légitimer un recours à l’anoblissement municipal53. La mise hors jeu des Le Roulx s’explique par la brièveté du passage au bureau servant. Quatre familles s’en sont désintéressées, soit à cause d’un maintien dans le commerce de gros (De Bourgues), soit à cause de l’acquisition d’offices dans la chambre des comptes, soit à cause de la reconnaissance d’une noblesse ancienne sans doute usurpée (Cassard). Cinq familles ont manifestement voulu jouir des privilèges nobiliaires en faisant mentionner par exemple la qualité d’écuyer dans les actes officiels, mais la descendance directe issue du maire a disparu avant la Réformation de 1668-1670. Neuf familles ont obtenu leur maintien devant les commissaires en invoquant les mandats municipaux. La disparition assez rapide des éléments masculins de la plupart d’entre elles laisse finalement sans réponse la question de leur attitude dans la grande tourmente fiscale de la fin du siècle. Seuls les Bidé et les Poullain s’intègrent dans la noblesse d’extraction du xviiie siècle sur la base de leurs maintiens de 1669-1670. Quatre familles en situation délicate n’ont pas dédaigné les avantages offerts par une responsabilité au bureau servant du xviie siècle, mais ont consacré tous leurs efforts à obtenir une autre validation, beaucoup plus sûre et plus relevée, dans le cours du xviiie siècle. En étant généreux dans l’appréciation, il ne reste donc que quatorze familles, sur les 23 potentielles, à avoir considéré avec intérêt cette noblesse de cloche, avec, pour quatre d’entre elles, l’avantage de légaliser un anoblissement seulement engagé par un office des Comptes. Le décès du maire Louis Mesnard au début du xviiie siècle ne permet pas de définir vraiment l’attitude de la famille puisqu’il n’a pas laissé d’enfant vivant.

43Au delà des attitudes envers la possibilité d’un anoblissement municipal, il est nécessaire de mesurer l’importance relative de ce mode de transfert du tiers vers le second ordre. Pour essayer de cerner au plus près une réalité forcement complexe parce qu’évolutive, les attitudes des familles ont été ramenées à quelques grands types qui ont le mérite de mettre l’accent sur ce qui s’est révélé finalement essentiel.

Familles de maire et anoblissement, 1598-1719

Familles de maire et anoblissement, 1598-1719

Tableau 47.

44Pour vérifier s’il a existé une évolution au long du xviie siècle, les cinquante maires qui se sont succédé de 1598 à 1720 ont été répartis en deux grands groupes égaux, ce qui place la césure en 1646. Chaque magistrat a été situé dans les catégories utilisées dans le tableau précédent.

Évolution des types d’anoblissement des familles de maires au xviie siècle

Évolution des types d’anoblissement des familles de maires au xviie siècle

Tableau 48.

45Le dédoublement de la liste des maires souligne une fois encore l’évolution sociale observée dans cette étude. Au fil des années, le niveau social et la notoriété des familles qui fournissent les maires ont tendance à s’éroder, ce qui se traduit ici par un effacement progressif du rôle anoblissant du Parlement et de la participation de l’ancienne noblesse à la vie politique urbaine. La fragilisation des privilèges rend compte aussi de l’augmentation du nombre d’échecs et du rôle compensateur joué de plus en plus par la chambre des comptes. Il ne faut pourtant pas forcer le trait pour opposer outrageusement les deux parties du siècle. Une seule génération aux Comptes ne suffisant pas pour donner une noblesse transmissible, le rôle de la noblesse de cloche au début du siècle en est d’autant réévalué. De même, la répartition de l’ancienne noblesse n’est pas déséquilibrée, même si les familles du second xviie siècle n’ont pas le même prestige que les puissants lignages qui les ont précédées.

Les familles échevinales et la noblesse municipale

46Alors que l’analyse portant sur les situations et les comportements des familles de maires a pris en compte tous les premiers magistrats en poste de 1598 à 1719, les investigations sur l’attitude des familles échevinales ne s’appuient que sur les cent échevins retenus dans l’échantillon déjà justifié dans cette étude.

L’utilisation du privilège traditionnel

1598-1639 : Une importante minorité intéressée

  • 54 Potier De Courcy (P.), op. cit., tome I, p. 343. Kerviler (R.), op. cit., tome VI, p. 292-293. AMN (...)

47Sur les 37 notables étudiés de 1598 à 1639, la promotion à l’échevinage concerne 29 roturiers, 5 bénéficiaires de la noblesse municipale, un anobli par les Comptes et deux nobles d’ancienne extraction (xve siècle)54 .

48Les privilèges anoblissant de la fonction d’échevin ont été utilisés avec succès par au moins 17 familles (43,5 %), sans difficultés connues pour six d’entre elles, avec des hésitations ou de l’incertitude pour les onze autres, le plus grand nombre.

49Dans le premier groupe du tableau, les trois familles ont obtenu aisément des reconnaissances de noblesse à la Réformation de 1669-1770, même s’il a fallu acquitter la taxe de 1 000 livres exigée par le Trésor royal. Les Loriot ont même pu faire valoir deux générations denses de responsabilités municipales puisque le père de l’échevin-maire du début du siècle avait lui-même été échevin pour la période 1565-1567 et maire pour l’année 1577.

50Dans le second groupe du tableau, les privilèges municipaux ont assuré la base juridique essentielle, la seule à vrai dire qui soit authentiquement recevable, mais la possession d’offices de la chambre des comptes a pu influencer favorablement la décision des commissaires réformateurs. Les Coupperie de La Carisière soutiennent leur mandat de 1606-1609 avec un

Échevinage et anoblissement, 1598-1639

Échevinage et anoblissement, 1598-1639

Tableau 49. Légende : CP : conseiller présidial ; PR : Procureur du roi ; AR : Avocat du roi ; PF : Procureur fiscal ; PP : Procureur présidial ; R : receveur ; Md : marchand.

51office d’auditeur aux Comptes tenu par un fils de l’échevin bien que le maintenu descende en réalité d’un autre fils, contrôleur des traites en Anjou, nommé lui aussi échevin de 1638 à 1641. René Le Marié est conseiller maître à la chambre des comptes en 1669 lorsqu’il obtient satisfaction pour le mandat paternel de 1616-1619. Les deux fils d’Étienne Bidé sont maintenus par les commissaires pour les responsabilités politiques de leur père et de leur grand-père (1579-1583), mais l’office de maître de l’un deux a pu faire bonne impression. Au total, voici six familles qui ne semblent pas avoir peiné pour obtenir un jugement favorable en 16691670 alors que leurs preuves essentielles venaient de mandats échevinaux.

  • 55 Potier De Courcy (P.), op. cit., tome I, p. 76.
    Kerviler (R.), op. cit., tome II, p. 72-73. ADLA 25 (...)
  • 56 Potier De Courcy (P.), op. cit., tome I, p. 167. Kerviler (R.), op. cit., tome X, 1985, p. 172- 179 (...)

52Dans le troisième groupe du tableau, l’opération s’est faite moins aisément, avec une évolution beaucoup plus chaotique. Les Berthelot, qui avaient d’abord préféré le désistement en 1668, choisissent finalement d’acheter leur noblesse à la fin du siècle et obtiennent un arrêt des commissaires généraux, le 17 janvier 170455. Le maintien des Le Breton du Fresne, sans difficultés apparentes en 1669, n’a pourtant pas empêché la fille de l’échevin de se retrouver inscrite sur la liste de septembre 1692 avec 250 livres à acquitter56. Mathurin Giraud, dont le père avait été échevin de 1620 à 1623, et qui avait lui même terminé en 1660-61 le mandat inachevé de Burot décédé, avant d’être désigné comme maire de 1664 à 1666, a commencé par préférer se désister en 1668 avant d’être maintenu par la Chambre en 1669, ce qui montre bien les doutes qui ont assailli les familles après la remise en cause des privilèges.

  • 57 Kerviler (R.), op. cit., tome VII, p. 205. ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, VI et Couëron, V. IX.
  • 58 Kerviler (R.), op. cit., tome IV, 1978, p. 185.
    ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, III et Guérande V. 12 (...)

53Les Du Fouay, qui se sont aussi désistés en 1668, ont changé d’optique par la suite et obtenu des reconnaissances de noblesse à l’intendance en 1695 et en 1701. Ils avaient en leur faveur deux mandats d’échevins (1607-1610 et 1625-1628) tenus par le père et le fils, bien que le second n’ait pas été directement négociable pour les demandeurs de la fin du siècle, taxés en 1692, issus d’un frère du second échevin57. Les Butet ont choisi de renoncer en 1668 avant de savourer leur maintien en 1669. Cet exemple est d’autant plus curieux que Michel Butet, receveur des fouages à Nantes, a acquis un office de secrétaire du roi à la Chancellerie de Bretagne qui anoblit normalement au premier degré. Son décès en 1653 explique peutêtre les hésitations de sa veuve en 1668-1669. Les Butet de La Pannetière sont parvenus à protéger leur nouveau statut puisque les documents du xviiie siècle qui les situent dans le pays guérandais les présentent avec leurs titres de messire et d’écuyer58 .

  • 59 Potier De Courcy (P.), op. cit., tome I, p. 51.
    Kerviler (R.), op. cit., tome I, 1978, p. 202. ADLA (...)
  • 60 Potier De Courcy (P.), op. cit., tome I, p. 193-194. ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, IV. AMN BB 121, (...)

54Le même défaitisme s’observe dans la famille Baudoin, où les petits enfants de l’échevin, qui n’ont qu’une vingtaine d’années, commencent par se désister avant d’être rachetés en décembre 1670. La famille n’échappe cependant pas à la taxation de 1692 qu’elle a manifestement acceptée puisque la noblesse a été reconnue par l’intendance en 170659. Les Caillaud n’ont pas été épargnés par le fisc royal qui a réclamé 1 000 livres de confirmation à la veuve d’un échevin de 1662-1665, lui même fils d’un autre échevin de 1636, mais cette dernière parvient à se faire exempter en 1696 en rappelant l’arrêt de 166960. Le décès du financier en 1667, laissant une veuve de son récent second mariage, et le caractère incomplet du mandat de son père (16361367), membre de l’échevinage destitué par Louis XIII, expliquent certainement les déboires de la famille d’abord déboutée en 1668 avant d’être maintenue par les commissaires en 1669.

  • 61 ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, I, et Chapelle sur Erdre V. 6. Potier De Courcy (P.), op. cit., t. I, (...)
  • 62 ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, XII.
  • 63 ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, VI. Potier De Courcy (P.), op. cit., tome I, 162.
    Kerviler (R.), op. (...)

55Dans le quatrième groupe où l’échevinage est pourtant renforcé par la possession d’offices de judicature anoblissant qui ne donnent rien en eux-mêmes mais qui ont pu faire pencher le fléau de la balance du bon côté, on remarque les mêmes hésitations et les mêmes cheminements chaotiques. Denis Barillier satisfait parfaitement aux conditions requises puisqu’en sus de son propre mandat d’échevin (1645-1648) il disposait de celui de son père (1598-1601). Toutefois, comme auditeur des Comptes, il s’était engagé sur le chemin de la noblesse graduelle, ce qui le fit sans doute hésiter à payer les 1 000 livres de confirmation et justifia son renoncement en 1668. Cette prudente réserve ne traduisait que sa perplexité puisqu’il fut bien aise de recevoir son arrêt de maintien en janvier 167261. Les Madeleneau ont obtenu un arrêt positif en 1671 grâce au mandat de 1595-1602, les deux fils de l’échevin ayant occupé en parallèle des fonctions d’auditeurs. Cela n’a pas suffit à protéger la veuve d’un petit-fils de l’édile d’une taxe de 50 livres en 169262. Les Du Breil, qui se sont référés au mandat de 1624-1627, pouvaient difficilement invoquer un office d’auditeur tenu par le grand-père de l’échevin dans le dernier quart du xvie siècle, ce qui explique l’inscription du sieur Du Breil de La Boutinière, petit-fils de l’échevin, sur la liste de 1692 avec 500 livres à payer63.

  • 64 L’Estourbeillon (R. de), op. cit., tome II, p. 114. ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, VIII. Potier De C (...)

56Nous avons placé les Guichard de Bouteville dans cette catégorie car il s’agit de la branche cadette d’un célèbre lignage de Bretagne beaucoup plus connu par la brillante destinée de la branche aînée, les Guichard de Martigné, une des meilleures dynasties du Parlement de Rennes. La descendance de l’échevin, qui a abandonné la ville de Nantes pour celle de Rennes et qui vit dans l’ombre de la dynastie parlementaire en se contentant d’offices de procureur au Parlement, a quelque difficulté à faire admettre sa noblesse à la fin du siècle car les agents du fisc les ont taxés en 1692. Nous ignorons la réponse de la famille qui ne s’est présentée ni en 1707, ni en 1714 pour signifier sa renonciation aux privilèges municipaux64 .

57Dans les cinquième et sixième groupes du tableau, l’anoblissement est venu principalement d’ailleurs, même si la noblesse de cloche a pu être invoquée en complément. C’est la noblesse graduelle de la chambre des comptes qui a servi aux quatre premières familles. Les Le Brun, les Davy, les Langlois n’ont pas connu de problèmes de confirmation.

58Dans le groupe des renonciations dans lequel se retrouvent neuf familles, le lecteur aura remarqué que cinq familles seulement sont consignées sur les documents de 1707 et 1714 qui sont les seules preuves irréfutables d’abandon. Nous y avons joint quatre autres familles, qui sont toutes taxées en 1692 et donc suspectées de prétendre à cet anoblissement, mais qui nous sont apparues, d’après les registres paroissiaux, hors d’état de répondre favorablement aux sollicitations monarchiques. Pour marquer l’aspect incertain du classement, leurs noms sont suivis d’un point d’interrogation.

1640-1668 : Un tiers des familles concerné

59Sur 24 échevins à l’entrée en fonction, 18 roturiers et 6 bénéficiaires de la noblesse municipale. Cette estimation traduit une légère augmentation de l’importance relative des notables roturiers par rapport à la première période, mais aussi une présence plus forte de descendants d’échevins.

60Dans les huit familles qui sont parvenues à se détacher de la roture grâce aux fonctions échevinales, trois seulement correspondent à des notables théoriquement anoblis comme fils d’échevins à leur entrée en charge (Barillier, Poullain, Giraud). Trois notables ayant exercé postérieurement comme maires ont ainsi accru les arguments familiaux. Remarquons quand même que le chanoine Antoine Poullain de La Vincendière, frère du maire de 1660-1662, a été taxé en septembre 1692 à 300 livres pour confirmation, ainsi que le neveu de Mathurin Giraud, maire en 1664-66, à qui il fut demandé 1°200 livres pour établir des droits venus de son grand-père. Les familles déjà orientées vers les professions juridiques semblent s’être mieux tirées d’affaire que les familles marchandes. Les Juchault du Perron et de Lorme pourraient être associés à ce premier groupe car le père de l’échevin Claude Juchault était passé par le bureau de ville de 1601 à 1604. La famille a bien sûr préféré faire valoir trois générations successives à la chambre des comptes. Les Fournier et les Boussineau ont été bien aise de se faire maintenir par les privilèges municipaux en 1669 avant de se faire reconnaître officiellement une noblesse ancienne au xviiie siècle.

Échevinage et anoblissement, 1640-1668

Échevinage et anoblissement, 1640-1668

Tableau 50.

  • 65 ADLA C 282.

61Les dix familles, qui ont finalement choisi de renoncer à la noblesse de cloche, sont principalement marchandes. Certaines n’ont pas insisté et ont préféré renoncer dès l’édit de juin 1691 qui repoussait la période anoblissante jusqu’au 31 décembre 1687, moyennant finances. La plupart des Gauvain, Lory, Burot et De Faye ont partagé cette attitude. Les deux premières familles correspondent à de très grands ensembles très ramifiés jouant un rôle de premier plan dans le commerce nantais à la fin du règne de Louis XIV et Pierre Burot de Carcoüet est un négociant financier qui a réalisé une très belle carrière. Cependant, dans ces familles qui ne semblent pas aussi fascinées que d’autres par le modèle nobiliaire, tous ne réagissent pas de la même façon. Charles I Gauvain de La Béhinière, marchand à la Fosse, a accepté de payer les 1 500 livres exigées en 1692, quand tous les autres certifiaient n’avoir jamais pris la qualité d’écuyer, ni jouir des privilèges d’anoblissement. La confirmation de noblesse a bien été officialisée par le pouvoir royal comme le prouve la quittance du trésor datée du 22 mai 1694. Cependant, son fils Charles II Gauvain de La Béhinière, lui même échevin en 1700-1703, a abandonné cette prétention en février 1707 « n’étant pas en état de la soutenir »65.

  • 66 ADLA C 282.

62En effet, si certaines familles ont pu hésiter sur la conduite à tenir en 1691-1695 puisque c’était la première reformulation du statut depuis 1669 et que les sommes demandées demeuraient encore accessibles tout en étant très inégales (de 50 à 1°500 livres), la plupart ont abandonné après les édits de novembre 1706 et de janvier 1714. Des différences d’attitudes se sentent ainsi chez les Dureau où la branche de La Noë-Guy n’essaie pas de tirer parti de l’échevinage de 1673, tandis que celle de La Pilotière qui vient de l’échevin Antoine Bureau (1641-1644) s’est résignée plus difficilement à abandonner puisque, après avoir obtenu une reconnaissance de noblesse à l’intendance en 1701, c’est seulement en 1714 que ses représentants renoncent à toute prétention66. Toutes les autres familles se sont déplacées au greffe du présidial en février 1707 après avoir été taxées en septembre 1692, et les Moricaud y sont même revenus en mai 1714.

  • 67 ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, XIII.
  • 68 ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, XIII. Potier De Courcy (P.), op. cit., tome II, p. 263.

63Les Moreau et les Merceron sont rangés dans cette catégorie des échecs d’anoblissement car nous n’avons trouvé aucune mention les concernant. Pour la première famille, cela peut s’expliquer partiellement par la disparition précoce d’un fils et d’une fille de l’échevin. Jeanne Moreau, sa seconde fille, mariée à l’échevin et maire Gratien Libault, a sans doute préféré jouir des privilèges acquis par son époux67. Pour la seconde famille, la situation est plus opaque parce que si l’échevin Jean Merceron, qui disparaît en 1671, ne semble avoir rien obtenu, il a laissé un fils et deux filles. Le manque de renseignements sur l’avocat au Parlement Jean Merceron de La Cadonnière et sur sa sœur Isabelle traduit peut-être leur disparition prématurée68 .

  • 69 ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, III. Kerviler (R.), op. cit., tome IV, 1978.
  • 70 ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, XV.
  • 71 ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, I. ADLA E 629.

64Restent quatre exemples de familles au profil incertain. Cette hésitation à leur sujet s’explique par leur présence sur la liste des taxés de septembre 1692 et leur absence sur celles des renonciations de janvier-février 1707 et mai-juin 1714, si bien qu’on ignore la véritable réponse apportée aux sollicitations du pouvoir royal. Peut-on dire plus en procédant pas assimilation, ou en observant de plus près les généalogies familiales ? En 1692, la veuve du fils de Jean Bureau des Nouelles se voit réclamer 200 livres. Le manque de réponse s’explique peut-être par l’extinction rapide de la famille que traduirait l’absence d’actes paroissiaux69. François Priou n’a laissé que deux fils qui sont bien sollicités par le Trésor royal, mais qui décèdent respectivement en 1692 et 170170. Mathurin Babouard, marchand de draps, échevin de 1668 à 1671, est décédé en février 1672 en laissant quatre enfants dont deux sont imposés en 1692. Le prieur d’Oudon, Charles Babouard, disparu seulement en avril 1712, a donc été obligé de réagir, mais n’est pas cité dans la longue liste des renonciations de 1707. A-t-il accepté de payer les 200 livres exigées ? Sa sœur Élisabeth a épousé Messire François de Goussé, chevalier seigneur de Loge, ce qui montre l’intérêt de la famille pour la noblesse71.

  • 72 ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, XVII. Potier De Courcy (P.), op. cit., tome II, p. 640.
  • 73 ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, IX. Potier De Courcy (P.), op. cit., tome II, p. 3.
    Meyer (J.), op. c (...)

65En ne retenant que les résultats établis, l’analyse suggère un relatif équilibre entre le maintien dans la roture et l’élévation vers le second ordre. La prise en compte des incertains doit donner une légère majorité aux échecs et renonciations. Seul un gros tiers des familles d’échevins ont vraiment profité des privilèges municipaux pour renforcer leur ascension sociale. L’édit d’août 1715, qui a révoqué les anoblissements confirmés après 1689, n’a pas gêné ces familles car la plupart avaient vu les échevins exercer avant 1667. Le problème aurait pu se poser pour la descendance de Jean Valleton et de Pierre Hallouin élus en 1667. Le fils du premier, Charles Valleton, prévôt, puis lieutenant général de police, a obtenu confirmation de noblesse en 1702 à l’intendance, mais surtout des lettres de partage noble en 1712. La branche aînée des Valleton de La Barossière, qui s’oriente vers les carrières militaires au xviiie siècle, porte effectivement sans difficulté la qualité d’écuyer dans tous les actes paroissiaux. Les branches cadettes ont préféré passer par la chambre des comptes, mais n’y sont restées qu’une seule génération72. Les Hallouin, qui se comportent comme des nobles pendant tout le xviiie siècle, obtiennent finalement des lettres patentes de partage noble en 178373 .

L’incertitude statutaire

1669-1720 : Le rejet du privilège municipal

66Les 39 échevins étudiés de 1669 à 1720 sont tous roturiers à l’entrée en fonction, car cinq fils d’échevins ne sont pas en mesure de faire valoir les privilèges municipaux. Subsiste un léger doute pour Julien Gourdet, le seul à pouvoir invoquer un mandat paternel (1648-1651) effectué avant 1667, mais qui ne se manifeste pas à la Réformation.

67Ce tableau de synthèse illustre une convergence quasi totale des familles qui rejettent la noblesse de cloche jugée trop précaire, même si des nuances les séparent dans la rapidité de renoncement.

  • 74 AMN GG 229, Saint-Nicolas, 26-09-1689 ; GG 6, Notre-Dame, 07-06-1695.
  • 75 AMN GG 402, Saint-Vincent, 23-02-1677, Françoise de Cazalys, l’aînée épouse Messire Louis Bérault, (...)
  • 76 AMN GG 434, Décès de François du Pas (Sainte-Croix, 01-01-1685). GG 435, décès de Thomas du Pas (Sa (...)
  • 77 ADLA C 282.

68Pour quatre familles, l’absence de réaction en 1707 ou 1714 est imputable à l’inexistence de descendance masculine. Claude Marion meurt sans enfant en 1689, Briand Fenice en 1695 en ne laissant derrière lui qu’une de ses filles qui vit au Carmel de Nantes jusqu’en 174174. Les deux filles de Philippe Guillaume de Cazalys ont épousé des chevaliers seigneurs, ce qui explique leur désintérêt pour la noblesse municipale. La cadette avait cependant été taxée à 600 livres en septembre 1692, presque trois ans avant son mariage75. Thomas du Pas est décédé en mars 1691 et ses deux fils l’ayant précédé dans l’au-delà, il ne reste plus que sa fille Perrine mariée en 1672 à noble homme Pierre Guilbaud, avocat au Parlement. Nous ignorons la date de son décès76. Charles Fouré, élu le premier mai 1714, n’était donc pas concerné par l’édit de janvier de la même année et se trouvait ainsi exclu dès le départ d’un hypothétique anoblissement. L’absence de François Gérard, élu du premier mai 1713, reste surprenante et difficile à expliquer, alors que ses collègues du bureau servant viennent ensemble se désister le 7 mai 171477 .

Échevinage et anoblissement, 1669-1720

Échevinage et anoblissement, 1669-1720

Tableau 51.

  • 78 ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, III. Kerviler (R.), op. cit., tome IX, 1978, p. 132-134.
  • 79 AMN GG 222, Saint-Nicolas, 26-07-1691 ; GG 226, Saint-Nicolas, 1-08-1700 ; GG 27, Saint- Clément, 1 (...)

69L’attitude des Bureau est révélatrice des hésitations ou des divergences d’attitude entre membres d’une même famille. R. Kerviler cite Jacques Bureau, sieur de La Morinière, comme maintenu dans la noblesse échevinale par l’intendant le 14 février 1705, grâce au mandat de son grand-père Étienne (1669-1672). Son père, Jacques Bureau, marchand à la Fosse, avait été taxé à 200 livres en septembre 1692. Le 7 février 1707, sa sœur Suzanne Bureau, épouse d’un avocat, déclare renoncer aux privilèges de noblesse en certifiant que son père échevin n’a jamais pris le titre d’écuyer ni bénéficié des avantages du second ordre78. Les actes des registres paroissiaux montrent que Jacques Bureau prétendait bien à la qualité d’écuyer, même si son père marchand se contentait de l’appellation de noble homme. Son frère Sébastien Bureau, sieur du Fief Heullin, est dit d’abord noble homme et ensuite écuyer. Toutes ces incertitudes illustrent parfaitement le caractère fragile et peu assuré de la noblesse municipale79.

Succès et décadence du privilège au xviie siècle

70De 1598 à 1720, 83 % des échevins de notre échantillon sont de condition roturière à leur nomination. Une petite minorité d’enfants d’échevins (12 %), en droit de jouir du privilège d’anoblissement municipal, en est encore très proche. Seuls s’en différencient vraiment un anobli de la chambre des comptes et surtout quatre membres de familles nobles du xve siècle. Toutefois, ces derniers sont issus de branches cadettes qui, après avoir connu une certaine marginalisation au xvie siècle, entament seulement leur redressement et inscrivent ainsi l’échevinage dans leur stratégie de reconquête du prestige social.

Bilan de l’anoblissement dans les familles échevinales, 1598-1720

Bilan de l’anoblissement dans les familles échevinales, 1598-1720

Tableau 52.

71Sur l’ensemble du long xviie siècle, le nombre d’échevins qui est parvenu à faire passer leur parenté de l’élite du Tiers dans la noblesse (40 %) demeure inférieure à celui dont les descendances ne sont pas parvenues à se dégager de leur condition roturière (45 %). Les privilèges municipaux n’ont pourtant été vraiment utiles qu’à un quart des familles échevinales.

72À l’intérieur de ce mouvement global, de sérieuses différences séparent les trois phases analysées. Pour les familles des quatre premières décennies, les anoblissements dominent largement les échecs (59,4 % contre 24,3 %) et le rôle de l’échevinage se révèle essentiel dans le transfert entre les ordres, ce qui manifeste bien son efficacité dans l’ascension sociale et qui justifie la confiance que les notables ambitieux ont l’habitude de lui témoigner. Pour les familles des trois décennies du milieu du siècle, les mutations d’un ordre à l’autre sont devenues légèrement inférieures à la stagnation (37,5 % contre 41,7 %). Les privilèges conservent toujours leur importance car ils assurent encore une part appréciable de la mobilité sociale. La grande réformation de la noblesse imaginée par Colbert a complètement déréglé ces mécanismes d’ascension sociale et les expédients fiscaux de la période 1691-1715 ont provoqué l’agonie du système. Les familles, qui n’ont plus rien à espérer des privilèges municipaux, se résignent massivement à leur condition bourgeoise roturière, même si une minorité qui correspond à l’élite la plus riche de la marchandise cherche à gagner la noblesse par d’autres voies beaucoup plus sûres.

Conclusion

73Cette enquête sur l’anoblissement des familles municipales a bien confirmé les différences sociologiques qui séparent les lignées qui fournissent les maires de celles qui donnent les échevins, même s’il existe une légère superposition des deux ensembles, ainsi que l’importance de la rupture occasionnée par la redéfinition des privilèges en 1667-1669.

74La noblesse ancienne s’intéresse à la charge de maire, mais beaucoup moins à celle d’échevin. Elle représente environ le tiers des familles qui se sont succédé à la tête du bureau de ville et cette forte présence est plus évidente dans la première moitié du xviie siècle. Une majorité de ces lignages appartient à la meilleure noblesse de robe bien implantée à Nantes, mais une minorité représente des familles de faible envergure au xvie siècle, et qui essaient de trouver prestige, honneurs et puissance sociale grâce aux offices royaux et aux responsabilités électives offertes par la gestion des affaires urbaines.

75Sur l’ensemble de la période, la très grande majorité des familles de maires parvient à s’infiltrer dans la noblesse, quand elles n’y sont pas déjà avant l’entrée en charge, tandis qu’une bonne moitié des familles échevinales perdurent dans la roture. Cette dernière conclusion doit cependant être immédiatement affinée et nuancée par une perspective évolutive car le xviie siècle révèle des contrastes trop criants. Si les anoblissements des familles échevinales prédominent jusqu’en 1640 et équilibrent à peu près les maintiens dans le Tiers de 1640 à 1670, ils se dégonflent brutalement de 1670 à 1720, ne concernant plus qu’un petit quart des familles distinguées.

76Dans l’anoblissement des familles de maires, ce sont les privilèges municipaux qui restent le facteur essentiel pour le plus grand nombre puisqu’ils assurent treize transferts contre huit par d’autres voies. Pour les familles échevinales, cette prépondérance s’observe également jusqu’en 1669, alors qu’après le processus se désagrège totalement. Cet affaiblissement existe aussi pour les familles de maires, mais de manière plus atténuée, puisque trois anoblissements seulement correspondent à des maires installés après cette date. Sur l’ensemble du xviie siècle, les privilèges municipaux ont donc poussé en avant un tiers des familles de maires et un quart des familles d’échevins, mais ce dernier chiffre cache des différences sensibles selon les périodes. Une érosion très importante mène de 46 % pendant la première phase à 33 % pendant la seconde, jusqu’à la liquidation totale dans la dernière.

  • 80 Maillard (J.), op. cit., tome I, p. 41. De 1670 à 1789, 22 bourgeois sur 26 maires en poste ont ain (...)

77La noblesse de cloche nantaise a donc élevé treize familles de maire et vingt cinq familles d’échevins, ce qui donne en réalité trente cinq promotions étant données les cumuls de responsabilités de certains notables. Avec un tel apport sur plus d’un siècle, il est difficile de dire que la noblesse nantaise a été envahie par la bourgeoisie municipale. L’apport réel semble plus étroit que ce qui a existé à Angers, au moins de 1670 à 1789, où le Parlement de Paris a enregistré sans difficulté les lettres de partage noble délivrées par une monarchie compréhensive80. Si le rythme de 1600-1640 s’était maintenu, ce sont environ soixante ou soixante-dix familles qui auraient quitté le Tiers État. La politique de Colbert a donc bien brisé un mode important d’élévation dans l’élite sociale nantaise du xviie siècle.

Notes

1 Maillard (J.), Le pouvoir municipal à Angers de 1657 à 1789, Angers, 1984, tome I, p. 38.
Chevalier (B.), Les bonnes villes en France du xive auxvie siècle, Paris, 1982, p. 101-106.
Dugast-Matifeux, Nantes ancien et le pays nantais, Nantes, 1899, p. 151 : extrait de Jehan Boutin, sieur de Chamballan, Apologie pour la communauté de Nantes…, Nantes, 1619.

2 AMN BB 121.

3 AMN BB 121. Meyer (J.), La noblesse bretonne au xviiie siècle, Paris, 1966, tome 1, p. 287-290.
Maillard (J)., op. cit., tome 1, p. 39. Bluche (F.) et Durye (P.), L’anoblissement par charges avant 1789, Paris, 1962, tome 1, p. 23-32.

4 Meyer (J.), op. cit., Paris, 1966, p. 63-72.

5 Dufresne (M.P.), Les déboutés de la Réformation de 1668 dans le Comté nantais, maîtrise, Nantes, 1985, p. 73-93.

6 ADLA C 282, rôle du 19-09-1692.

7 AMN BB 121, liste du 26-11-1696.

8 ADLA C 282, rôle du 24-01-1707 au 13-03-1707. Rôle du 27-04-1714 au 07-06-1715.

9 Meyer (J.), op. cit., tome 1, p. 290-300. Sur les 19 maires en fonction au xviiie siècle, dix étaient nobles ou ont gagné leur noblesse par des voies plus sûres, trois n’ont fait qu’un passage-éclair, six pouvaient donc prétendre à l’obtention des lettres patentes. Trois maires seulement ont obtenu satisfaction sans que la logique de la monarchie soit aisément compréhensible.
Maillard (J.), op. cit., p. 41.

10 ADLA C 282, liste du 30-01-1730 ; lettre de 09-02-1730.

11 Perthuis (A.) et La Nicollière-Teijeiro (S. de), Le Livre Doré de l’Hôtel de ville de Nantes, Nantes, 1873, tome I, p. 216 et 253-255. Potier De Courcy (P.), Nobiliaire et Armorial de Bretagne, réédition, Mayenne, 1976, tome I, p. 149.
Kerviler (R.), Répertoire général de biobibliographie bretonne, Réédition, Mayenne, 1978, tome VI, p. 27-28. ADLA E 677-378-155 ; 25 J-D, Freslon Nantes III.

12 Livre Doré, p. 269-270. ADLA E 1393 ; C 282 ; 25 J-D, Freslon, Nantes, volume III. Potier De Courcy (P.), op. cit., tome I, p. 149. Kerviler (R.), op. cit., tome VI, p. 33-34.

13 Livre Doré, p. 263-302. ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, XII. Potier De Courcy (P.), op. cit., tome II, p. 202. Dufresne (M.-P.), op. cit., p. 96.

14 Livre Doré, p. 289, 309-311. ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, XII.

Potier De Courcy (P.), op. cit., tome II, p. 202.

15 Livre Doré, p. 319-320, 332. ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, VII. Potier De Courcy (P.), op. cit., tome I, p. 410. Fourmont (H. de), Histoire de la chambre des comptes, Paris, 1854, p. 341.

16 Livre Doré, p. 329-324. ADLA C 282 ; 25 J-D, Freslon, Nantes, XIII.

Potier De Courcy (P.), op. cit., tome II, p. 269.

17 Livre Doré, p. 341-342. ADLA, 25 J-D, Freslon, Nantes, XV, et Bouguenais, IV. Potier De Courcy (P.), op. cit., tome II, p. 436. Fourmont (H. de), op. cit., p. 362 et 366.

18 AMN Nantes BB 68, 06-08-1708 et 17-01-1709. ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes tome XI. Potier De Courcy (P.), op. cit., tome II, p. 517.

19 ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, IX. Livre Doré, p. 197.

Freslon (P. de), Généalogie Le Lou, Revue de Bretagne, Vannes, 1911, p. 189, 201-202.

20 Livre Doré, p. 238. ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, XIII.
Potier De Courcy (P.), op. cit., tome II, p. 300.
Saulnier (F.), Le parlement de Bretagne, Rennes, 1909, tome II, p. 635.
Fourmont (H. de), op. cit., p. 304, 307, 317, 320, 356.

21 Livre Doré, p. 311. Potier De Courcy (P.), op. cit., tome II, p. 466.
Fourmont (H. de), op. cit., p. 331.

22 Livre Doré, p. 336-337. ADLA C 282 ; 25 J-D, Freslon, Nantes, XIV.

Potier De Courcy (P.), op. cit., tome II, p. 325.

23 ADLA C 282.

24 AMN GG 51, Saint-Denis 13-06-1672, GG 143, Saint-Laurent 15-01-1696, GG 55, Saint-Denis 14-11-1706, inhumation.

25 Kerviler (R.), op. cit., réédition Mayenne, 1978, tome VIII, p. 80-86.
L’Estourbeillon (R. de), La noblesse de Bretagne, Vannes, 1895, tome II, p. 211-212.

26 ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, IV et Fégréac.

27 L. D., p. 155-156, 208-209. ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, XIV.
Potier De Courcy (P.), op. cit., tome II, p. 203.

28 L. D., p. 297-298. ADLA, Freslon, Nantes, VIII, et La Chapelle-Heulin, La Haie-Fouassière.

29 Bernard : AMN II 94 ; ADLA B 1308 ; 25 J-D, Freslon, Nantes, II.
Potier De Courcy (P.), op. cit., tome I, p. 73. Kerviler (R.), op. cit., tome III, p. 14.
Morin : ADLA B 665 ; 25 J-D, Freslon, Nantes, XIII.
Potier De Courcy (P.), op. cit., tome II, p. 304. Fourmont (H. de), op. cit., p. 306, 326-331.

30 ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, IX. L. D., p. 145, 177, 192, 232. La Nicollière-Teijeiro (S. de), « Généalogie de Harouys », Revue de Bretagne et de Vendée, tome VIII, 1870, p. 278-286.
Saulnier (F.), op. cit., tome II, p. 483.

31 L. D., p. 260-262. ADLA25 J-D, Freslon, Nantes, IX. Potier De Courcy (P.), op. cit., tome II, p. 66. Fourmont (H. de), op. cit., p. 313, 325, 336, 329.

32 L. D., p. 287-288. ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, IX. Saulnier (F.), op. cit., tome II, p. 119.

33 ADLA, 103 J 1 et 2. Kerviler (R.), op. cit., tome III, 1978, p. 355-64.

34 ADLA 103, J 3, 4, 5, et 17 et 93-94.

35 L. D., p. 264. Kerviler (R.), op. cit., tome III, 1978, p. 365-66.

36 ADLA 25 J-D, Freslon, Ancenis.

37 AMN II 95, D. 29.

38 Ibid., F. 3.

39 AMN II 95, D 29, F. 6.

40 L. D., p. 328-330. ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, XII. Potier de courcy (P.), op. cit., tome II, p. 43. La Chesnaye Des Bois, Dictionnaire de la noblesse, Paris, réédition 1980, tome V, p. 958.

41 L. D., p. 361-362. ADLA 46 J 62-64. Kerviler (R.), op. cit., tome VI, 1978, p. 64-66.

Frotier De La Messelière, Filiations bretonnes, 2e éd. Mayenne, 1965, tome I, p. 352-361.

42 AMN BB 117. ADLA B 99 F 12 et B 446.

43 ADIV C 1768

44 L. D., p. 315-316. Potier De Courcy (P.), op. cit., tome I, p. 245.
Chaix d’Est-Ange (C.), Dictionnaire des familles françaises, tome V, p. 284-285.
Beauchet-Filleau (H. et P.), Dictionnaire historique et généalogique des familles du Poitou, Poitiers, 1895, tome II, p. 437-438. Les auteurs n’ont pas trouvé de preuves de cette filiation. Un tableau généalogique récent, conservé au château du Bois-Chevalier à Legé, prétend l’établir.

45 Kerviler (R.), op. cit., tome VIII, p. 325. Chaix d’ Est-Ange (C.), op. cit., tome V, p. 16-20. Julien et Jean I font reconnaître leur ancienne noblesse par sentence du présidial de Nantes le 01-09-1584.

46 Saulnier (F.), op. cit., tome II, p. 483-484.

47 AMN II 94 ; ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, II.

48 L. D., p. 120, 257-258, 292.

49 ADLA II 94.

50 ADIV C 3324, mémoire cité par Meyer (J.), La noblesse bretonne…, op. cit., tome I, p. 292.

51 ADLA II C 2772, cité par Meyer (J.), op. cit., p. 301. Maillard (J.), op. cit., tome I, p. 42.

52 L. D., p. 277-78 et 326. ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, II. Potier De Courcy (P.), op. cit., t. I,
p. 82. Kerviler (R.), op. cit., tome III, 1978, p. 188-191. AMN BB 121, les Bidé se font rayer en 1696 de la liste des taxes de confirmation avec toutes les grandes familles nantaises en se réfugiant derrière l’arrêt de la chambre des comptes du 16 août 1669 qui avait admis les privilèges des maires et échevins.

53 On compte 39 familles en distinguant les Blanchard de la Musse et de la Chapelle qui n’ont pas été traitées de la même manière à la Réformation. ADLA 103 J 16 et L. D., op. cit., p. 264.

54 Potier De Courcy (P.), op. cit., tome I, p. 343. Kerviler (R.), op. cit., tome VI, p. 292-293. AMN BB 121, exemption 1696. Les De Lisle sont cités dans une montre nobiliaire de 1430. Ils résidaient alors sur la paroisse de Basse-Goulaine, à quelques lieues de Nantes. Les Doudard de La Grée, illustrés dans l’échevinage par un receveur général du taillon en Bretagne qui décède en fonction en mai 1636, se rattachent aux Doudard de Cadoret, originaire du Vannetais, dont l’ancienne noblesse du début du xve siècle a été admise par les commissaires le 26 août 1670.

55 Potier De Courcy (P.), op. cit., tome I, p. 76.
Kerviler (R.), op. cit., tome II, p. 72-73. ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, II.

56 Potier De Courcy (P.), op. cit., tome I, p. 167. Kerviler (R.), op. cit., tome X, 1985, p. 172- 179. Les Le Breton se sont alliés en 1679 avec les La Tullaye, famille de vieille noblesse. Le petit-fils du maire de 1629 a épousé la petite-fille de l’échevin de 1604.

57 Kerviler (R.), op. cit., tome VII, p. 205. ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, VI et Couëron, V. IX.

58 Kerviler (R.), op. cit., tome IV, 1978, p. 185.
ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, III et Guérande V. 12. ADLA B 6820.

59 Potier De Courcy (P.), op. cit., tome I, p. 51.
Kerviler (R.), op. cit., tome I, 1978, p. 202. ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, I.

60 Potier De Courcy (P.), op. cit., tome I, p. 193-194. ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, IV. AMN BB 121, exemption 1696. Dufresne (M.-P.), op. cit., p. 93.

61 ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, I, et Chapelle sur Erdre V. 6. Potier De Courcy (P.), op. cit., t. I, p. 42. Kerviler (R.), op. cit., tome I, p. 120-121.

62 ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, XII.

63 ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, VI. Potier De Courcy (P.), op. cit., tome I, 162.
Kerviler (R.), op. cit., tome III, p. 235-237. L’ascendance des. Du Breil ; n’est pas très facile à établir : R. Kerviler cite un mémoire qui les fait descendre d’une branche cadette du lignage de La Mauvaisinière, noblesse militaire présente au début du xvie siècle sur la paroisse de Bouzillé en Anjou, et par là, selon certaines traditions, d’une famille noble du XIVe siècle. Les recherches dans les actes paroissiaux nantais renvoient d’une façon certaine à un notaire de la cour de Nantes vers 1520-1530 et assez vraisemblablement à un procureur du roi à la prévôté à la fin du XVe siècle.

64 L’Estourbeillon (R. de), op. cit., tome II, p. 114. ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, VIII. Potier De Courcy (P.), op. cit., tome I, p. 512. Le marquis de l’Estourbeillon a rattaché la famille à un ancien lignage noble du XIVe siècle illustré plus particulièrement par Denis Guischard, écuyer cité à une montre d’Olivier de Clisson en 1379, sans proposer une filiation, même hypothétique. Plus prudemment, P. Potier De Courcy s’en est tenu à la généalogie fournie par la dynastie parlementaire pour une reconnaissance de noblesse en 1774. Elle ne remonte pas plus haut que le père de l’échevin, maître Guillaume Guichard, notaire royal et procureur du roi à la cour des eaux et forêts de Nantes, puis ensuite greffier civil au présidial, cité au conseil des bourgeois en octobre 1562. Son grand-père ?, maître Pierre Guichard, sieur de La Robertière, avocat à la cour de Nantes, est un notable bien intégré à l’élite officière nantaise. Il est par contre assez délicat de le relier, faute de preuves, avec d’autres Guichard proches de l’élite marchande et financière de la fin du xve siècle, et spécialement à Jacques Guichard, membre du conseil des bourgeois.

65 ADLA C 282.

66 ADLA C 282.

67 ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, XIII.

68 ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, XIII. Potier De Courcy (P.), op. cit., tome II, p. 263.

69 ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, III. Kerviler (R.), op. cit., tome IV, 1978.

70 ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, XV.

71 ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, I. ADLA E 629.

72 ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, XVII. Potier De Courcy (P.), op. cit., tome II, p. 640.

73 ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, IX. Potier De Courcy (P.), op. cit., tome II, p. 3.
Meyer (J.), op. cit., tome I, p. 148 et 294. Pelletreau (B.), Les subdélégués de l’intendance dans le Comté nantais aux xviie et xviiie siècles, maîtrise université Nantes, 1988, p. 76-77.

74 AMN GG 229, Saint-Nicolas, 26-09-1689 ; GG 6, Notre-Dame, 07-06-1695.

75 AMN GG 402, Saint-Vincent, 23-02-1677, Françoise de Cazalys, l’aînée épouse Messire Louis Bérault, chevalier seigneur de Riou. AMN GG 143, Saint-Laurent, Françoise de Cazalys, la cadette épouse écuyer Henri Edelin, seigneur de Montatlon, capitaine au régiment de Saulx.

76 AMN GG 434, Décès de François du Pas (Sainte-Croix, 01-01-1685). GG 435, décès de Thomas du Pas (Sainte-Croix, 20-04-1688). GG 436, décès de Thomas, père, échevin (Sainte-Croix, 28-03-1691).

77 ADLA C 282.

78 ADLA 25 J-D, Freslon, Nantes, III. Kerviler (R.), op. cit., tome IX, 1978, p. 132-134.

79 AMN GG 222, Saint-Nicolas, 26-07-1691 ; GG 226, Saint-Nicolas, 1-08-1700 ; GG 27, Saint- Clément, 15-02-1706 ; GG 119, Saint-Jacques, 07-04-1704 ; GG 441, Sainte-Croix, 01-08-1719.

80 Maillard (J.), op. cit., tome I, p. 41. De 1670 à 1789, 22 bourgeois sur 26 maires en poste ont ainsi accédé à la noblesse.

Table des illustrations

Titre Situations socio-juridiques des maires à l’entrée en charge
Légende Tableau 45.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16999/img-1.png
Fichier image/png, 21k
Titre Comportement des familles de maires ayant eu besoin de la noblesse de cloche
Légende Tableau 46.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16999/img-2.png
Fichier image/png, 29k
Titre Familles de maire et anoblissement, 1598-1719
Légende Tableau 47.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16999/img-3.png
Fichier image/png, 51k
Titre Évolution des types d’anoblissement des familles de maires au xviie siècle
Légende Tableau 48.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16999/img-4.png
Fichier image/png, 30k
Titre Échevinage et anoblissement, 1598-1639
Légende Tableau 49. Légende : CP : conseiller présidial ; PR : Procureur du roi ; AR : Avocat du roi ; PF : Procureur fiscal ; PP : Procureur présidial ; R : receveur ; Md : marchand.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16999/img-5.png
Fichier image/png, 96k
Titre Échevinage et anoblissement, 1640-1668
Légende Tableau 50.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16999/img-6.png
Fichier image/png, 79k
Titre Échevinage et anoblissement, 1669-1720
Légende Tableau 51.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16999/img-7.png
Fichier image/png, 54k
Titre Bilan de l’anoblissement dans les familles échevinales, 1598-1720
Légende Tableau 52.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16999/img-8.png
Fichier image/png, 22k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search