Version classiqueVersion mobile

Nantes au XVIIe siècle

 | 
Guy Saupin

Introduction

Texte intégral

  • 1 Burguière et Revel éd., Histoire de la France, tome 2, L’État et les pouvoirs, Paris, 1989 ; tome 3 (...)
  • 2 Saupin (G.), La vie municipale à Nantes sous l’Ancien Régime, 1565-1789, thèse de 3e cycle, dact., (...)

1Voici, après plusieurs ouvrages synthétisant les recherches les plus récentes sur l’histoire politique de la France d’Ancien Régime, une étude approfondie de la vie politique dans une grande ville de province de ce royaume au xviie siècle1. Lorsque le projet de recherche a été conçu, l’histoire politique ne jouissait plus d’une excellente image ; à dire vrai, le genre faisait plutôt passablement démodé. Les recherches effectuées pour la rédaction d’une thèse de troisième cycle, centrée principalement sur l’action des maires et échevins à Nantes sous l’Ancien Régime, avaient déjà soulevé le problème de la distribution du pouvoir dans une importante communauté urbaine2. Comment s’exerce-t-il ? Quelle est sa légitimité, c’est-à-dire dans quelles bases sociales s’enracine-t-il et quels sont ses liens avec le pouvoir monarchique à une époque où le roi prétend de plus en plus incarner toute la nation ? Comment se reproduit le groupe dirigeant ? Tels étaient les principaux axes qui appelaient de nouvelles recherches.

  • 3 Marion (M.), Dictionnaire des institutions de la France aux XVIIeet XVIIIesiècles, Paris, 1923, ré (...)
  • 4 Garden (M.), Lyon et les Lyonnais au XVIIIesiècle, Paris, 1970, p. 487497 : jugement sévère sur la (...)
  • 5 Doucet (R.), Les institutions de la France au XVIesiècle, Paris, 1948, t. 1, p. 363. Martin (X.), (...)

2L’observation du fonctionnement d’une communauté politique de base, qui nous semblait bien vivante et longtemps maître d’œuvre de son champ d’action traditionnel, avait aiguisé notre curiosité dans la mesure où nombre de ses caractéristiques s’adaptaient plutôt mal au discours historiographique classique sur l’évolution des municipalités sous les Bourbons au xviie siècle3. Notre insatisfaction provenait principalement d’appréciations négatives stigmatisant une vie municipale sclérosée4, incapable de jouer un rôle intégrateur pour une communauté urbaine, ne laissant plus survivre que des formes traditionnelles vidées de leur contenu, de descriptions d’un interventionnisme royal prononcé dans la désignation des magistrats anéantissant le jeu des rapports de force locaux, ainsi que des jugements rapides sur les « castes municipales » unies par parenté pour monopoliser les postes5.

  • 6 Prosopographie des élites françaises (XVIe-XXesiècles), Guide de recherche, CNRS, institut d’Histo (...)
  • 7 Bordes (M., éd.), Villes de l’Europe méditerranéenne et de l’Europe occidentale, Actes dans Annale (...)
  • 8 Le Roy Ladurie (E., dir.), Histoire de la France urbaine, tome 3 : La ville classique, Paris, 1981 (...)
  • 9 Livet (G., éd.), Pouvoir, Ville et Société en Europe, 1650-1750, CNRS, Paris, 1983, p. 59.
  • 10 Marque (JP.), Institution municipale et groupes sociaux. Gray, petite ville de province (1691-1790 (...)

3Si l’histoire institutionnelle demeure bien la base indispensable de toute analyse de la vie politique, la description des hommes chargés de la faire vivre est devenu un axe de recherche prioritaire6. Dans le colloque tenu à Nice en 1969 sur l’organisation municipale dans les villes de l’Europe méditerranéenne et de l’Europe occidentale, M. Bordes, conscient du déficit d’études sur les groupes dirigeants des villes de la France moderne, attirait l’attention sur la nécessité « d’un approfondissement de la connaissance de l’organisation municipale à l’époque moderne, non seulement des mécanismes et des rouages, mais aussi des groupes sociaux représentés dans les corps municipaux et les divers conseils ». Pour mieux définir les urgences, il précisait : « Il ne suffit pas de parler d’oligarchie, il vaut mieux en définir les contours »7. Douze ans plus tard, les dernières synthèses d’histoire urbaine ont pu intégrer les premiers acquis de la recherche8. Toutefois, au même moment, G. Livet, dans son rapport introductif au colloque international du CNRS « Pouvoir, ville et société en Europe, 1650-1750 », rappelait encore l’importance des études sur les oligarchies locales, dans la perspective du jeu des alliances sociales et des phénomènes de clientélisme pour mieux comprendre les données de base de l’évolution de la vie politique urbaine9. Les thèses récentes ayant choisi de relever ces défis en se situant au croisement de l’histoire institutionnelle, sociale et culturelle concernant surtout les xvie et xviiie siècles, il est apparu judicieux de centrer notre analyse de l’oligarchie municipale nantaise sur la phase intermédiaire10. La nécessaire redéfinition de toute la stratégie politique à la fin de la Ligue en 1598 et la première installation du subdélégué en poste comme maire de Nantes en 1720 ont semblé les bornes chronologiques les plus significatives pour dégager la spécificité d’un long xviie siècle.

4Toute analyse sociale sérieuse exclut une démarche fondée sur la seule observation de cas isolés et appelle au contraire une mesure quantitative globale des phénomènes, sauf à se laisser subjuguer par des exemples forts, mais peut-être particuliers et finalement marginaux. La reconstitution généalogique complète de toutes les familles ayant eu un membre dans un bureau municipal est apparue comme un objectif hors de portée pour un chercheur isolé. Pour obtenir une base qui soit quand même significative, nous avons choisi de prendre les familles des cinquante maires qui ont dirigé la ville pendant cette période et de nous limiter au double pour les échevins, c’est-à-dire cent notables. Les familles des 19 procureurs-syndics ont par contre été toutes reconstituées. Le corpus ainsi obtenu comprend donc 38 familles illustrées par au moins un maire, 79 familles par au moins un échevin, 12 familles par au moins un syndic, soit un total de 129 familles qui servent de base à toutes les considérations sociologiques de cette analyse. Les cumuls et les fortes présences familiales expliquent naturellement que le nombre de lignées soit inférieur au nombre de postes occupés.

  • 11 Méthode de calcul : 15981639, 92 échevins sur 250 = 36,8 % (37 exemples). 16401668, 61 échevins su (...)
  • 12 Ventilation chronologique des échevins retenus. Phase 1 : quatre séquences partant de 1598, 1608, (...)

5La détermination de la base échevinale retenue repose sur l’application de cinq critères qui garantissent la fiabilité de cet échantillon. La sélection s’est opérée en respectant les trois phases chronologiques mises en évidence dans l’analyse des origines professionnelles de tous les échevins11. Dans chaque période, la composition sociologique interne correspond exactement aux proportions que donnent les effectifs véritables. Pour choisir les exemples sans avis préconçu ni arrière-pensée sur leur notoriété ou la plus ou moins grande documentation et pour respecter une bonne répartition sur la chronologie, nous avons décidé de travailler sur les premières années de chaque décennie dans chaque phase étudiée12. Pour aboutir à l’équilibrage sociologique exact, il a fallu opérer quelques corrections à cette sélection automatique. Pour les origines déficitaires, nous avons ajouté les exemples de notables les plus proches, soit en aval, soit en amont, de ceux premièrement saisis. Pour les exemples excédentaires, nous avons ôté de préférence ceux qui permettent de conserver une ventilation chronologique équilibrée sur toutes les décennies.

  • 13 Plusieurs colloques, qui ont rythmé les recherches, sont autant de précieux points de repères. Par (...)
  • 14 Richet (D.), La France moderne : L’esprit des institutions, Paris, 1973. Id., De la Réforme à la R (...)
  • 15 Russel Major (J.), Representative Government in Early Modern France, Londres, 1980. Bonney (R.), P (...)
  • 16 Lepetit (B.), Les villes dans la France moderne (17501830), Paris, 1988, p. 81-85.

6Le désir de mieux cerner une réalité urbaine qui semblait atypique nous a placé, par le genre de questions soulevées, dans le champ d’études actuel de l’État moderne13. Les municipalités des grandes villes, qui tirent leur première légitimité de leur désignation par une assemblée plus ou moins large, mais toujours définie comme « générale », c’est-à-dire apte à parler pour l’ensemble de la communauté parce qu’elle regroupe les « principaux habitants », apparaissent comme des organes de pouvoir périmés dans une monarchie qui n’entend plus partager sa souveraineté14. Pourtant, la gestion des grandes villes fixe une limite à la stratégie de dépérissement des institutions représentatives. À ce niveau de l’administration du royaume, la monarchie a plutôt privilégié la recherche du compromis avec les élites locales, dans un partage plus ou moins équitable du pouvoir politique et social15. Les fluctuations sociologiques de l’échevinage renvoient à la hiérarchie des fonctions urbaines16, mais plus spécialement aux retombées socio-politiques du positionnement de la ville au sein de la politique générale de la monarchie.

  • 17 Guignet (Ph.), Le pouvoir dans la ville…, op. cit., p. 245318 et 499510. Hanlon (G.), L’univers de (...)

7L’attachement aux chartes de privilèges accumulés au temps favorable des « bonnes villes », où la royauté recherchait « l’entente cordiale », demeure un puissant facteur de dynamisation du corps de ville dans la mesure où celui-ci apparaît comme un bouclier face aux exigences financières du Trésor royal qui cherche à monnayer le maintien des particularismes qui concrétisent les libertés des habitants. Les exigences morales, qui restent longtemps la base de la police municipale parce qu’elles sont réactivées par le renouveau catholique issu de la réforme tridentine, contribuent à vivifier les relations politiques urbaines dans la mesure où elles rappellent aux notables les devoirs inhérents à leur suprématie sociale et politique et où elles revitalisent périodiquement l’idée d’appartenance à une communauté solidaire, même si le divorce culturel croissant entre l’élite et le peuple finit par provoquer la crise de sa traduction institutionnelle traditionnelle17.

  • 18 Mousnier (R.), « La participation des gouvernés à l’activité des gouvernants », in La plume, la fa (...)
  • 19 Baker (K.M., éd.), The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture, tome 1, The (...)
  • 20 Durand (Y., éd.), Clientèles et fidélités en Europe à l’époque moderne. Hommage à Roland Mousnier, (...)

8La vie politique urbaine forme ainsi un espace de conservation du principe de l’association des habitants à la détermination de leur devenir18. L’influence réelle d’une telle expérience historique doit être examinée à la lumière des discussions actuelles sur la pertinence de l’analyse de Tocqueville qui voit dans le dépérissement des administrations locales la principale cause de la fuite des Lumières vers l’abstraction et par conséquence la principale origine politique de la Révolution19. Le maintien d’une assemblée électorale ouverte pose le problème de la transition entre une époque tournée vers le passé où la désignation des responsables qualifiés par leur réputation sociale obéit principalement aux règles de la parenté et des réseaux de sociabilité et une époque ouverte vers l’avenir où elle résulte plutôt des débats d’idée qui agitent une opinion publique devenue majeure20.

9Le renouveau récent de l’histoire politique vivifiée par les approches sociales et culturelles a bien sûr conforté notre démarche. Pourtant, plus d’une fois, nous avons regretté de ne pouvoir établir de comparaison avec d’autres capitales provinciales pour mieux caractériser les résultats de nos investigations. L’histoire de la vie politique urbaine, c’est-à-dire la sociographie des grandes municipalités, indispensable pour comprendre, vue d’en bas, l’évolution de l’État moderne en France sous l’Ancien Régime, reste encore un front pionnier qui appelle d’autres chercheurs.

Notes

1 Burguière et Revel éd., Histoire de la France, tome 2, L’État et les pouvoirs, Paris, 1989 ; tome 3, L’État et les conflits, Paris, 1990 ; tome 4, Les formes de la culture, Paris, 1993.

2 Saupin (G.), La vie municipale à Nantes sous l’Ancien Régime, 1565-1789, thèse de 3e cycle, dact., univ. Nantes, 1981, 2 vol.

3 Marion (M.), Dictionnaire des institutions de la France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1923, rééd. 1989, p. 387-389 : « Les villes passent sous la tutelle des intendants au grand soulagement des populations qu’opprimaient, vexaient et ruinaient les oligarchies municipales en possession ordinaire des charges ». Mousnier (R.), Les institutions de la France sous la monarchie absolue, 15981789, tome 1, Société et État, Paris, 1974, tome 2, Les organes de l’État et de la Société, Paris, 1980. Roche (D.) et Goubert (P.), Les Français et l’Ancien Régime, Paris, 1984, 2 vol. Jugement nuancé sur les rapports entre le pouvoir central et les municipalités, mais qui reste très négatif sur les élections et le rôle des milices urbaines. Harouel (J.L.), Barbey (J.), Bournazel (E.), Thibaut-Payen (J.), Histoire des institutions de l’époque franque à la Révolution, Paris, 1987, 5e éd. 1993, p. 410-411, 423-427, 472-473.

4 Garden (M.), Lyon et les Lyonnais au XVIIIe siècle, Paris, 1970, p. 487497 : jugement sévère sur la sclérose de la vie municipale totalement dominée par les Villeroy.

5 Doucet (R.), Les institutions de la France au XVIe siècle, Paris, 1948, t. 1, p. 363. Martin (X.), L’administration municipale d’Angers à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe siècle, thèse de droit, dact., Paris, 1973, p. 202. Maillard (J.), Le pouvoir municipal à Angers de 1657 à 1789, Angers, 1984, p. 233-236. Divergence d’analyse des deux auteurs sur une même ville, le second s’écartant du premier qui parle de « caste municipale ». Est-ce seulement lié à une question d’époque ? Rivet (B.), Une ville au XVIe siècle : Le Puy-en-Velay, Le Puy-en-Velay, 1988, p. 267294 : « La caste consulaire ». Mousnier (R., éd.), Problèmes de stratification sociale, Actes du colloque international de 1966, Paris, 1968. Id. Les hiérarchies sociales de 1450 à nos jours, Paris, 1969.

6 Prosopographie des élites françaises (XVIe-XXe siècles), Guide de recherche, CNRS, institut d’Histoire moderne et contemporaine, Paris, 1980. Colloque CNRS 1984, Prosopographie et genèse de l’État moderne, Actes Presses ENS Sèvres, Paris, 1986.

7 Bordes (M., éd.), Villes de l’Europe méditerranéenne et de l’Europe occidentale, Actes dans Annales faculté Lettres et Sciences humaines Nice, 1969, p. 6. Id., L’administration provinciale et municipale en France au XVIIIe siècle, Paris, 1972. Dans ce manuel, l’auteur se limite à une approche institutionnelle.

8 Le Roy Ladurie (E., dir.), Histoire de la France urbaine, tome 3 : La ville classique, Paris, 1981. Chevalier (B.), Les bonnes villes de France du XIVe au XVIe siècle, Paris, 1982.

9 Livet (G., éd.), Pouvoir, Ville et Société en Europe, 1650-1750, CNRS, Paris, 1983, p. 59.

10 Marque (JP.), Institution municipale et groupes sociaux. Gray, petite ville de province (1691-1790), Paris, 1979. Maillard (J.), op. cit. Derlange (M.), Les communautés d’habitants en Provence au dernier siècle de l’Ancien Régime, Toulouse, 1987. Guignet (Ph.), Le pouvoir dans la ville au XVIIIe siècle : pratiques politiques, notabilité et éthique sociale de part et d’autre de la frontière franco-belge, Paris, 1990. Descimon (R.), « Les assemblées de l’Hôtel de ville de Paris, mi XVIe-mi xviie siècle », Actes du Ve colloque de la Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et Île de France, Revue de Paris et d’Ile de France, tome 38, 1987, p. 39-54. Id., » L’échevinage parisien sous Henri IV (1594-1609). Autonomie urbaine, conflit politique et exclusives sociales », La ville, la bourgeoisie et la genèse de l’État moderne, CNRS, Paris, 1988, p. 113150. Id., « Le corps de ville et les élections échevinales à Paris aux xvie et xviie siècles. Codification coutumière et pratiques sociales », Histoire Économie et Société, 1994,

p. 507-530.

11 Méthode de calcul : 15981639, 92 échevins sur 250 = 36,8 % (37 exemples). 16401668, 61 échevins sur 250 = 24,4 % (24 exemples). 16691720, 97 échevins sur 250 = 38,8 % (39 exemples).

12 Ventilation chronologique des échevins retenus. Phase 1 : quatre séquences partant de 1598, 1608, 1618, 1628, soit 9, 9, 9, 10 exemples. Phase 2 : trois séquences partant de 1640, 1650, 1660, avec 8 exemples à chaque fois. Phase 3 : cinq séquences partant de 1669, 1679, 1689, 1700, 1709, soit 7 exemples pour la première et 8 pour les autres.

13 Plusieurs colloques, qui ont rythmé les recherches, sont autant de précieux points de repères. Parmi les plus suggestifs sur le pouvoir urbain, retenons : colloque CNRS Rome 1984, Culture et idéologie dans la genèse de l’État moderne, Actes bibliothèque École française de Rome, Rome, 1985. Colloque CNRS Bielefeld, 1985, La ville, la bourgeoisie et la genèse de l’État moderne, Actes CNRS, Paris, 1988. Colloque CNRS Paris 1989, L’État moderne : Genèse. Bilans et perspectives, Actes CNRS, Paris, 1990.

14 Richet (D.), La France moderne : L’esprit des institutions, Paris, 1973. Id., De la Réforme à la Révolution. Études sur la France moderne, Paris, 1991. Mechoulan (H., dir.), L’État baroque (1610-1652), Paris, 1985. Cornette (J.), Le Roi de guerre. Essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle, Paris, 1993.

15 Russel Major (J.), Representative Government in Early Modern France, Londres, 1980. Bonney (R.), Political Change in France under Richelieu and Mazarin, 1624-1661, Oxford, 1978. Beik (W.), Absolutism and Society in Seventeenth Century France. State Power and Provincial Aristocraty in Languedoc, Cambridge, 1985.

16 Lepetit (B.), Les villes dans la France moderne (17501830), Paris, 1988, p. 81-85.

17 Guignet (Ph.), Le pouvoir dans la ville…, op. cit., p. 245318 et 499510. Hanlon (G.), L’univers des gens de bien. Culture et comportements des élites urbaines en Agenais-Condomois au XVIIe siècle, Bordeaux, 1989.

18 Mousnier (R.), « La participation des gouvernés à l’activité des gouvernants », in La plume, la faucille et le marteau, Paris, 1970, p. 231261.

19 Baker (K.M., éd.), The French Revolution and the Creation of Modern Political Culture, tome 1, The Political Culture of the Old Regime, Oxford, 1987. Chartier (R.), Les origines culturelles de la Révolution Française, Paris, 1990.

20 Durand (Y., éd.), Clientèles et fidélités en Europe à l’époque moderne. Hommage à Roland Mousnier, Paris, 1981. Id., Les solidarités dans les sociétés humaines, Paris, 1987. Roche (D.), La France des Lumières, Paris, 1993, p. 289306 et 381-403.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search