Version classiqueVersion mobile

Promettre et écrire

 | 
Guy Lachenaud

Clio n’en finit pas de nous faire songer... Prolégomènes

Entrées d'index

Mots clés :

littérature

Texte intégral

1Le texte des historiens peut être envisagé soit comme document ayant une valeur référentielle que l’on soumettra à une analyse génétique pour rendre compte des conditions historiques de sa production et de ses sources, soit comme élément d’une situation complexe de communication, de la source aux destinataires contemporains ou postérieurs en passant par l’analyse des codes, par le prisme de l’émetteur et les procédures de transcodage. La première méthode est en gros celle des positivistes ou de ceux qui s’en inspirent, sans en prendre toujours pleinement conscience, tandis que la seconde, influencée par la linguistique générale, est plus conforme aux objectifs de la nouvelle critique, avec toutes les variantes qu’elle présente.

  • 1 Cf. par exemple K. von Fritz, 1967, t. 1.

2D’un autre point de vue, le texte peut être considéré comme entièrement déterminé par le contexte spatio-temporel ou comme un moment intemporel, la manifestation monumentale qui résulte de la rencontre de deux « génies », le « sujet » et l’« objet ». Les oppositions en jeu sont alors les suivantes : document et œuvre d’art, anonymat et individualité. C’est pourquoi beaucoup de critiques opposent science historique et art littéraire, comme si Hérodote n’était qu’un littérateur doué, comme si Thucydide ne cultivait jamais la prose d’art et la rhétorique1 Tandis que les positivistes et les marxistes transposent les explications de type nomothétique inspirées par les sciences de la nature et voudraient s’en tenir aux conditions de production des textes, la tradition idéaliste du romantisme allemand est à l’origine de l’herméneutique et recherche une interprétation immanente au texte. Déjà Lanson, adoptant une position intermédiaire, estimait que les grandes œuvres sont celles que la doctrine de Taine ne parvient pas à déconstruire entièrement.

  • 2 Cf. H. Immerwahr, 1960.
  • 3 Cf. S. Gotteland, 1994, M. Nouhaud, 1982 et J. Bompaire, 1976.

3Dans la lignée de l’herméneutique de Dilthey, qui préfigurait dans ce domaine certains concepts mis en œuvre par la phénoménologie et la linguistique de l’énonciation (« ancrage », « instance de parole »), les Allemands, appliquant leur réflexion théorique au roman, élaboraient des typologies de l’énonciation romanesque. Ils tenaient compte de la perspective et de la position du narrateur, mais ils avaient tendance à négliger les autres composantes de la situation de communication. Insérer le texte littéraire, en particulier celui des historiens, dans les situations de communication suppose que l’on s’affranchisse, au moins provisoirement, des critères de valeur absolue (le vrai, le beau et le bien). Les distances géographique et chronologique entre l’écrivain et l’époque traitée, entre l’écrivain et ses sources, entre l’écrivain et son public doivent être prises en compte, ainsi que les situations d’énonciation et de publication quand il est possible de les reconstituer (il ne s’agit pas seulement ici d’oralité et d’écriture). En effet, bien que la question des conférences publiques situées dans le cadre solennel des panégyries n’a vraiment de sens, si l’on s’en tient à l’époque classique, qu’à propos d’Hérodote, l’histoire, associée aux « lieux de mémoire », est elle-même monument, évocation et célébration2. Ce rôle se transforme au fil des siècles, chez les orateurs qui utilisent les exempla ou paradeigmata historiques, et à l’époque hellénistique et impériale, à travers les exercices qui enseignent l’art de la parole et de l’écriture (les progymnasmata) et dans le genre biographique3.

4Les Anciens peuvent encore nous aider parce qu’ils ont constitué un corpus de règles qui régissent la production de certains textes et permettent d’utiliser méthodiquement la parole, mais aussi parce qu’ils se préoccupent déjà des intentions et des effets du discours : intention intellectuelle (docere, probare, monere : textes narratifs ou scientifiques, argumentation judiciaire ou politique, textes didactiques), recherche d’une émotion modérée et de la sympathie (concillare ou delectare : persuasion par l’ethos ou plaisir esthétique provoqué par le panégyrique), recherche d’une émotion brutale, celle du pathos (movere, concitare).

5Il est clair, en effet, que l’histoire n’est pas toujours « pragmatique », dans le sens étymologique, et qu’elle ne se résume jamais à un ensemble d’informations que l’on pourrait ainsi décliner, selon une méthode qui est à la fois celle des Anciens et de la philosophie analytique : quis (identité), quod (réalité de l’action), ubi (locatif), quibus auxiliis (instrumental), cur (causalité et motivations), quomodo (modalités), quando (temporalité). De même, les caractéristiques du discours historique ne peuvent se ramener ni à celles du genre judiciaire, ni à celles du genre délibératif, ni à celles du genre épidictique.

  • 4 Cf. R Martin et J. Gaillard, 1990, notamment p. 110. Pour R wellek et A. Warren, 1971, les caractè (...)
  • 5 Ch. Mauron, 1967 et la psychocritique.
  • 6 R. Barthes, 1966.

6La théorie classique des genres littéraires classe dans le genre narratif tout à la fois l’épopée, le roman, l’histoire, l’autobiographie, la fable et le conte dont la trame est chronologique comme celle du drame, mais qui se prêtent à la lecture et non à la représentation. Dans cette perspective, l’épopée peut être considérée comme historique et le roman est présenté comme une épopée ou comme une histoire dégradée4. La critique peut également s’intéresser aux systèmes de normes qui régissent le travail intellectuel de l’enquêteur, aux « horizons d’attente » de son public, aux traditions littéraires dans lesquelles il est immergé, au fonctionnement de la mémoire individuelle ou collective, aux aspects sociologiques ou psychologiques de l’acte de lecture, à l’histoire des interprétations. Le retour du texte à l’auteur n’a plus pour objet de reconstituer la biographie de l’auteur grâce à la méthode lansonienne des indices, mais de dégager à partir des éléments stylistiques et de la thématique la représentation du monde propre à l’auteur (« Weltanschauung ») et les constellations psychologiques inconscientes5. Le texte devient un symptôme ou un signe, le signifiant d’un signifié, comme dirait Roland Barthes6, disponible pour les interprétations, parce que le lecteur ou le critique disposent d’une autonomie pour ainsi dire créatrice.

7Il est donc nécessaire d’appréhender le conflit des interprétations dans toutes ses dimensions, y compris les polémiques inutiles et les distinctions jargonnnantes. Ce parcours théorique n’est pas un passage en revue systématique et nous nous efforcerons de situer les approches les unes par rapport aux autres, sans négliger la contribution des rhéteurs et des philosophes de l’Antiquité, ni ce que les historiens anciens ont consenti à nous dire de leur art. Le lecteur constatera que l’avant-garde des théoriciens de la littérature ne répugne pas à considérer que la contribution des Anciens est, sinon décisive, du moins stimulante.

8Pourtant, les spécialistes de la philologie classique et de l’historiographie n’ont exploré qu’avec une excessive timidité les voies nouvelles dans lesquelles s’engageait la critique. Quand l’historiographie est en cause, la tradition positiviste et scientiste sévit avec une telle rigueur que les travaux qui s’inspirent de la philosophie et des sciences humaines et les tentatives, parfois maladroites, pour appliquer au texte des historiens telle ou telle approche théorique sont traitées avec mépris. Il nous semble pourtant légitime d’examiner, en se donnant des tâches précises, si la tradition philologique, l’épistémologie des historiens, la philosophie de l’histoire, la critique des idéologies, l’herméneutique des traditions et la théorie littéraire et linguistique peuvent être mobilisées conjointement. Dans quelles conditions le récit historique peut-il être étudié comme un récit de fiction ? La question n’a rien de désobligeant pour les historiens, dès lors que le métier d’historien n’est pas perdu de vue.

Les anciens et le genre historiographique

Le muthos et le logos, d’Héraclite à Platon : l’histôr à la croisée des chemins

  • 7 C. Calame, 1996, p. 1-48 ; P. Payen, 1994, p. 43-58.

9La vieille question des rapports entre muthos et logos n’a pas fini de nous réserver des surprises, dès lors que la réflexion n’est pas confinée dans tel ou tel genre littéraire. Comme le dit C. Calame, il faut prendre en compte les catégories « indigènes », celles des anciens Grecs, plutôt que de poser le mythe comme un mode de penser universel, et s’intéresser aux autres mots qui correspondent plus ou moins aux notions de « langue », de « parole » et de « discours » (logos, mais aussi epos et ainos). Enfin, les relations anciennes entre la narration et le chant ne doivent pas être perdues de vue7.

10Dans les temps anciens (nous préférons nous exprimer ainsi plutôt que de parler en termes d’origine), la délimitation des domaines du logos et du muthos n’est pas encore un objet de réflexion théorique et Platon, qui définit le discours comme un entrelacs de « noms » (onomata) et de « verbes » (rhêmata), sans établir de distinction entre grammaire et logique, est aussi le premier à délimiter le territoire de la mythologie et à fixer le sens de muthos, en tant que discours invérifiable (contrairement au logos qui est un discours vérifiable), renvoyant à une réalité inaccessible aux sens et à l’intelligence. Mais, dans la pratique, il utilise le mot muthos pour désigner des genres très divers, les mythes transmis par la voie orale en Grèce ancienne, les exhortations qui servent de préambules aux lois, les mythes philosophiques qu’il compose lui-même, la constitution de la cité idéale et même tel ou tel mode de présentation des doctrines philosophiques. Quant à Aristote, il réduit le foisonnement en limitant l’utilisation de la notion de muthos à l’intrigue du récit tragique, bien qu’il utilise le participe paradedomenos qui correspond en somme à la notion de récit légué par la tradition.

  • 8 C. Calame, 1996, p. 25 et 48, propose un tableau à double entrée et précise les rapports entre myt (...)
  • 9 Cf. H. Fournier, 1946 ; L. Brisson, 1982, p. 12 ; D. Sabbatucoi, 1977, p. 57-62. Platon utilise le (...)
  • 10 Plat., Gorgias 506 c 10, Rép. 621 b 8-c 1, Théét. 164 d 8-10, Phil. 14 a 3-5, Lois I, 645 b 1- 2 ( (...)

11Le mythe n’est donc pas un genre précis que l’on pourrait distinguer nettement du conte, de la légende, de la fable ou même du proverbe, ni même un type de discours ou de récit8. Nous préférons, avec Claude Calame, considérer les mythes comme des « constellations narratives et fictionnelles » et prendre en compte les analyses de Luc Brisson qui définit le mythe comme un discours « pat lequel est communiqué tout ce qu’une collectivité conserve en mémoire de son passé et transmet oralement d’une génération à une autre », un discours dont la vérité ou la fausseté dépendent du respect des « moules » (typoi) constitués par la tradition ou élaborés, selon le vœu de Platon, par les fondateurs de cités. Raconter un mythe, c’est legein, parcourir selon un plan, comme nous l’enseigne l’étymologie, c’est « faire entendre une voix » ou « exposer » de manière complète9. Les éléments du discours mythique sont aussi solidaires que les parties d’un organisme vivant : c’est pourquoi le narrateur ne doit pas laisser le mythe « sans queue ni tête » et assurer sa conservation, fût-ce à travers une métamorphose10.

12Dans un article intitulé « La Fable », dont le point de départ est une citation de Nietzsche, Philippe Lacoue-Labarthe écrit :

  • 11 Ph. Lacouf-Labarthe, 1970, p. 62. Sur Heraclite et Hérodote, voir C. Lausdei, 1983.

Parménide a dit : « On ne pense pas ce qui n’est pas » ; nous sommes à l’autre extrême et nous disons : « Ce qui peut être pensé doit nécessairement être une fiction ». « Am andern Ende » (« à l’autre extrême ») signifie sans doute « à la fin de l’histoire ». Héraclite, face à Parménide, gardera éternellement raison, quand il affirme que l’être est une fiction11.

  • 12 Id., p. 57.

13En effet, à l’origine, mythos et logos ne s’opposent pas : « Le muthos authentifie l’originalité ontologique du logos ». Il remarque que, selon Nietzsche, le dialogue platonicien, comme la tragédie, a absorbé tous les styles, récit, poésie lyrique, drame, prose, poésie, et qu’en vérité il a créé le « modèle d’une forme nouvelle le roman12 ».

  • 13 V. Hunter, 1982. Sur logos, epos. ainos voir P. Payen, 1994.
  • 14 Expression employée par M. Conche, 1986, p. 32.

14L’historiographie naissante est certes tributaire de la tradition épique qui célèbre la gloire et relève d’une mémoire omnisciente, mais elle est aussi contemporaine des réflexions des présocratiques et s’alimente aux sources de l’éloquence et de la philosophie. Il est donc légitime, comme le fait V. Hunter, de définir Hérodote et Thucydide comme deux présocratiques et de relever les catégories intellectuelles qui leur sont communes13. Chez les Présocratiques, le mot logos recouvre, dans ses acceptions multiples, les différentes formes d’énonciation, le « récit » proprement dit, « l’exposition de la vérité14 », et le discours qui porte sur le tout (le kosmos, et son devenir). Il est significatif que le terme d’« exposition » (avec ses connotations visuelles) apparaisse dans le proème d’Hérodote (apodexis).

Héraclite

15Dans ce qui est considéré comme proche du début de son œuvre, nous trouvons le mot logos accompagné du démonstratif de première personne :

De ce discours qui est toujours, les hommes restent sans intelligence, avant de l’écouter comme immédiatement après l’avoir entendu. Car, bien que tout arrive conformément à ce discours, ils ressemblent à des inexperts, s’essayant à des paroles et à des actes tels que moi je les expose, divisant chaque chose selon sa nature et expliquant comment elle est.

  • 15 Fr. B 1 (M. Conche, 1986, p. 29 sqq.). Pour le début d’une œuvre, comparer avec Hécatée, Fr. 1 Jac (...)
  • 16 M. Conche cite le De mundo du Pseudo-Aristote (l’exemple des couleurs et de la musique) et le trai (...)
  • 17 Fr. B 50 : « il est sage que ceux qui ont écouté, non pas moi, mais le discours, conviennent que t (...)
  • 18 L’expression kosmon epeôn se trouve chez Parménide, fr. B 8, v. 52.

16M. Conche conteste l’interprétation de Frenkian qui voit dans le logos la loi du devenir : comment un Grec pourrait-il, entendant le mot logos, penser à autre chose qu’à « discours15 » ? Mais il s’agit d’un discours sur le tout, d’une « exposition de la vérité ». Confronté, comme Platon dans le Cratyle (440 a), à la difficulté de connaître l’instable, Héraclite décide d’exposer les choses une par une, ce qui correspond en somme à la définition de l’histoire donnée par Aristote dans la Poétique (1451 a-b). Avant de composer le discours, il faut « décomposer » chaque chose en ses éléments contraires, puisque ce sont eux qui fondent l’harmonie16. En rapprochant le fragment 50 et le fragment 1, nous pouvons entrevoit les rapports organiques et dialectiques entre le logos d’Heraclite et la raison cosmique. Le « discours » d’Heraclite ne se confond pas avec lui-même : « Il n’a pas de cause, il est libre. Il développe des raisons qui renvoient à d’autres raisons et finalement referment le cercle17 ». Si le monde est un kosmos, le discours est un kosmos epeôn18. L’interprétation du fragment 35 (chrê eu mala pollôn histôras philosophous andras einai) pose deux questions : à quel accusatif faut-il attribuer la fonction de sujet ? Quel est le sens de l’expression pollôn histôras ? Héraclite veut-il dire que le philosophe doit avoir des connaissances étendues, comme le pense Porphyre (De abst. II, 49, 2) ? Ce serait faire d’Heraclite un philosophe des sciences et cette interprétation est contredite par le fragment B 40, où il est dit que la polymathiê n’enseigne pas l’intelligence. Le mot histôr désigne à la fois celui qui se met en quête et celui qui connaît la règle, le critère pour juger les choses, mais aussi les hommes. Le participe eontos, renforcé par aei, rappelle le couple platonicien de la vérité et de l’être, mais aussi l’usage hérodotéen :

  • 19 Hér. I, 95 ; cf. Nicolas de Damas, f. Gr. H. 130, p. 402. Sur histôr comme témoin et juge, voir G. (...)

À partir d’ici, mon discours en vient à rechercher qui était cet homme. J’écrirai selon ce que disent certains Perses qui cherchent moins à glorifier Cyrus qu’à dire ce qu’il en est, bien que je connaisse trois autres voies pour en parler19.

  • 20 Cf. Hipp., Réf. LX, 9, 5 et IX, 10, 1. Cf. M. Marcomch, 1978 et M. Conche, p. 265-268. Cf. B 17, 1 (...)

17Dans le fragment 55 (« tout ce pour quoi il y a vue, ouïe et possibilité d’apprendre voilà ce que je mets au premier rang »), le mot mathêsis n’est pas sujet, il conclut l’énumération : Hippolyte, dans sa deuxième citation du fragment, commente le mot en ajoutant : toutesti ta organa. Marcovich traduit par « perception » tandis que Conche parle d’une « perception sensorielle analogue à l’intuition empirique de Kant » et emploie l’expression d’« offrande sensorielle » pour désigner le livre en tant que spectacle pour la vue et pour l’ouïe20. Bien qu’il convienne d’être attentif et d’ouvrir tous ses sens pour honorer le réel, Héraclite multiplie les mises en garde contre la subjectivité : de nombreux fragments lient la qualité de l’écoute et celle du discours. Il est significatif que Polybe cite Héraclite dans un passage à la fois théorique et polémique dont la teneur est thucydidéenne :

  • 21 Pol. rV, 40, 3, cf. Héracl. A 23. Les mots bebaiôtas et apistous sont peut-être les mots mêmes d’H (...)

Toutes les régions étant accessibles par terre et par mer, il ne conviendrait plus de se servir, comme témoins des choses inconnues, des poètes et des auteurs de récits fabuleux (mythographoi), ce qu’ont fait, sur la plupart des sujets, ceux d’avant nous, nous fournissant, selon le mot d’Héraclite, des garants non dignes de foi des choses contestée21.

Platon

  • 22 Plat., Rép. 392 d. Le verbe perainousin fait image et renvoie au parcours dans le passé, le présen (...)

18Après avoir dit que l’éducation des gardiens doit rejeter les muthoi, c’est-à-dire les fables qui représentent les dieux, les démons, les héros et l’Hadès, parce qu’elles persuadent leurs auditeurs que les dieux et les héros commettent le mal et ne valent pas mieux que les hommes, ou leur inspirent l’horreur de la mort et la crainte des enfers, Platon élargit son propos aux poètes et aux logopoioi qui célèbrent le bonheur de l’homme injuste et le malheur du juste (392 a). Puis, il passe des logoi (ce qui est exprimé dans le discours) à la lexis (la façon d’exprimer le contenu de ce discours). Nous pourrions traduire le mot lexis par « style », mais le texte prouve qu’il s’agit en réalité des modes d’énonciation. Tandis que l’imitation qui intervient au niveau du logos concerne le rapport entre un objet-copie et un objet-modèle, l’imitation qui intervient au niveau de la lexis concerne le rapport qu’entretient un sujet, en l’occurrence le poète, avec l’objet dont il fabrique la copie : « Ne procèdent-ils pas en ayant recours à une narration simple, à une narration qui fait intervenir l’imitation ou à un récit qui combine les deux22 » ? La simplicité de l’énonciation est une marque de franchise et Platon reproche aux praticiens de la mimêsis de dissimuler l’absence des personnages auxquels ils délèguent le discours (cf. apokruptoito en 393 c) et d’instaurer un univers de représentations confuses où la réalité et le discours se mêlent.

  • 23 Cf. Plat., Soph 259 d-264 e. P. Ricœur, 1975, p. 185-187, et dans Temps et récit, t. III, p. 206 s (...)

19Quand les théoriciens modernes évoquent comme hypothèse et cas limite un récit qui n’aurait qu’une portée référentielle et dont l’écriture ne dépasserait pas le degré zéro, il leur arrive de citer Platon ou le muthos d’Aristote. Par ailleurs, la théorie de la métaphore fondée sur la notion d’écart ou de substitution (Jakobson) a bien quelque chose à voir avec la théorie platonicienne du même et de l’autre. La narration simple n’est pas autre chose que l’événement même, le narrateur de bonne foi refuse de revêtir le masque de l’autre23.

20Platon donne comme exemple des deux modes de narration le début de l’Iliade :

  • 24 Rép. 393 a-b.

Alors, tu sais que jusqu’à ces vers : « et il suppliait tous les Achéens, mais surtout les deux fils d’Atrides, bons rangeurs de guerriers » c’est le poète en personne qui parle... tandis qu’après ces vers il parle comme s’il était lui-même Chrysès et tente de nous donner, autant qu’il le peut, l’impression que celui qui parle n ‘est pas Homère, mais le prêtre, un vieillard24.

21Platon donne ensuite une définition de la diêgêsis comme agencement des rhêseis prononcées en chaque occasion et de ce qu’il y a dans l’intervalle des rhêseis, c’est-à-dire les actions, rejoignant ainsi les définitions larges du « discours » proposées par Benveniste et Brémond : le « discours », la diêgêsis, comprend le « récit » au sens étroit du mot, plus les discours. Il se livre à un exercice de reconstruction du récit simple, en s’excusant de ne pas utiliser le mètre, afin d’esquisser un récit composé d’une série de verbes d’action, de sujets, de complétives, de notations brèves concernant le rapport entre les actions et les sentiments des personnages (393 d-394 b). Il évoque ensuite l’opération inverse qui consisterait à ne conserver que les éléments dialogiques (ta amoibaia) ce qui serait le mode de la tragédie.

22Cette théorie permet de distinguer trois genres, le genre dramatique qui est entièrement mimétique, le récit assumé par le poète (di’ apaggelias autou tou poiêtou), par exemple le dithyrambe, et le genre mixte qui caractérise l’épopée et plusieurs autres genres, parmi lesquels figure sans doute l’histoire, bien que ce ne soit pas dit (394 c). Dans la cité idéale, l’imitation ne sera admise de la part des gardiens que s’ils imitent l’homme de bien et s’expriment dans les limites étroites des « moules » que le législateur a établis (398 b).

Le « discours de la méthode » et sa topique : modèles et fondements d’une vulgate théorique

  • 25 Cf. infra, p. 00.

23Le discours de la méthode des historiens grecs et latins dans les préfaces faisant l’objet d’une étude particulière25, nous nous attacherons essentiellement à décrire ici la constitution d’une vulgate théorique concernant le genre historique, en faisant appel non seulement aux historiens grecs ou latins, mais aussi aux philosophes et aux théoriciens de la rhétorique et de l’art littéraire.

  • 26 M. Laffranque, 1968 ; G. Schepens, 1980.
  • 27 Pour les rapports entre Thucydide et la rhétorique ou la sophistique, cf. W, R. Connor, 1984, p. 6 (...)
  • 28 Savants, médecins. Pour Thucydide et la médecine, voir G. Rechenauer, 1991.

24En effet, dès les origines, les déclarations de principe et les consignes que se donne l’historien font apparaître des convergences avec le discours des philosophes, des sophistes ou des savants. Par exemple, chez les présocratiques que sont Hérodote et Thucydide, il est clair que le vocabulaire concernant les opérations intellectuelles ou la vérité des faits et l’opposition entre la valeur du témoignage oculaire (autopsis) et l’incertitude des traditions orales (akoê) correspondent à tel ou tel fragment d’Héraclite26. De nombreux travaux ont mis en lumière, sinon l’influence des sophistes sur Hérodote et Thucydide, du moins la présence chez les fondateurs du genre historique de discussions et de formulations qui rappellent la sophistique27. On pour-fait également démontrer que la démarche de l’enquêteur rejoint par certains aspects celle des médecins : sémiologie (étude des symptômes et des traces), étiologie (recherche des causes), pronostic (vocabulaire de la prévision28).

  • 29 H. Verdun, 1977 ; T. G. Rosenmeyer, 1982.

25Enfin, parce que l’historiographie se constitue d’emblée comme une activité littéraire, parce que la prose d’art découle à la fois de la poésie épique et de l’entreprise des sophistes qui, comme Gorgias dans l’Éloge d’Hélène, revendiquent pour la rhétorique du blâme et de l’éloge le même pouvoir de séduction que la poésie, la théorie littéraire, inséparable, il est vrai, des questions concernant la recherche de la vérité et la réception de l’œuvre, affleure ici et là, puisque les historiens pratiquent incidemment la critique ou la polémique littéraire, qu’elles s’appliquent à Homère ou à leurs prédécesseur29. L’étude des topoi du discours de la méthode doit tenir compte à la fois des modèles qui ont été établis par Hérodote et par Thucydide, soit dans leur préface, soit dans les déclarations méthodologiques qui sont disséminées à travers leur œuvre, et des développements ultérieurs qui font apparaître un goût prononcé pour la polémique littéraire et parfois même une certaine pesanteur didactique. Prenant pour référence l’histoire de Polybe en raison du ton professoral qu’il adopte volontiers et de ses relations avec l’univers romain, nous proposons de classer ainsi les topoi :

  • 30 Voir Christ-Schmidt, II, 1, p. 461, 2, p. 931 ; Spengel, II, 59, P. Oxy. 24, 1957, n° 2400 ; Aéliu (...)
  • 31 Pol. XII, 25 i 4-9. Voir P. Pédech, 1964, p. 257-258, 282, 301.
  • 32 Wallbank, 1948. Pol. XII, 25 d-e.
  • 33 Pol. XII, 25 d-e.

26Parce que l’histoire est nécessairement un genre mixte où trois voix se font entendre, celle du narrateur, celle des personnages et celle de l’auteur, le problème du rapport avec la rhétorique doit d’abord retenir l’attention. Alors que Thucydide s’excusait de ne pouvoir reproduire les termes exacts des discours, Polybe reproche à Timée de ne pas reproduire les discours effectivement prononcés, de ne pas exposer les raisons pour lesquelles ils ont été prononcés ni leur rapport avec le déroulement des événements et de faire étalage de son talent rhétorique. De même que les hommes politiques doivent adapter leur discours à la nécessité de l’instant au lieu de se livrer à des prouesses oratoires, l’historien doit se contenter de ce qui est le plus approprié aux circonstances. L’expression utilisée à propos de Timée correspond assez bien au genre scolaire et rhétorique des progymnasmata dont un événement remarquable ou dramatique pouvait constituer le prétexte30. Polybe mentionne d’auttrs genres littéraires dans ce genre de discussions. En s’en prenant à Phylarque et à Douris, il n’attaque pas l’historiographie péripatéticienne, mais une manière plus persistante d’écrire l’histoire, puisqu’elle se manifeste chez les héritiers de la tradition isocratique31. Bien que la géographie soit une préoccupation tardive chez Polybe, il est clair qu’il s’insère à cet égard dans une tradition ancienne et durable32. Il propose même d’établir une analogie entre les parties de la médecine et les activités de l’historien : de même que la médecine se divise en trois parties, la « logique », la « diététique », et enfin la chirurgie et la pharmacie, de même l’histoire pragmatique comporte trois parties : la compilation livresque, l’observation de l’univers et l’étude des actions politiques33.

27Les historiens anciens éprouvent le besoin de s’excuser d’être des littérateurs. Ils le font d’abord en insistant sur l’antinomie entre plaisir et vérité.

  • 34 Pol. II, 56, 11-13. Cf. III, 47, 6 et 48, 8. Sur Timée, voir G. A. Lehmann, 1974, p. 147-200 ; M. (...)
  • 35 Cf. Pol. III, 31, 12-13 ; XXXVI, 1.

28Ainsi, quand Polybe critique l’histoire tragique, telle que la pratique Phylarque, parce qu’elle manque de noblesse et de virilité, il emploie des expressions proches de celles de Thucydide pour opposer le plaisir de l’instant (kata to paron) et l’utilité durable d’une œuvre qui accroît les connaissances du public (eis ton panta khronon) : « le poète tragique doit captiver son auditoire et le charmer par les paroles les plus persuasives, alors qu’ici [en histoire] il s’agit pour les faits comme pour les paroles d’user de la vérité pour instruire dans la suite des temps et persuader les amateurs de savoir34 ». Dans un contexte analogue, nous trouvons même le terme thucydidéen agônisma35. Au début du livre IX, Polybe redoute que le lecteur ne soit rebuté par l’austérité, l’uniformité et, pourrions-nous dire, la positivité d’une œuvre qui, s’en tenant aux faits, contraste avec la bigarrure des autres œuvres qui traitent de généalogies, de légendes, d’expéditions colonisatrices, de fondations, au risque de plagier malhonnêtement les prédécesseurs :

  • 36 Pol. IX, 1, 2-3.

Il en résulte pour mon ouvrage un caractère un peu austère qui ne convient au goût et au jugement que d’une catégorie d’auditeurs parce que sa composition relève d’un genre unique36.

  • 37 Diod. I, 1, 1.
  • 38 Pol. XII, 27, 10.

29Selon Polybe, l’expérience politique et militaire est indispensable et cette thématique doit être mise en rapport avec celle de l’« autopsie » ou du voyage. Il explique, en citant à nouveau Héraclite, que Timée a choisi la solution de la facilité en préférant les livres à l’« autopsie ». Les formulations peuvent être rapprochées de deux passages de la préface de Diodore où l’historien nous dit que Rome lui a apporté beaucoup de documents et que la lecture permet, sans courir de risques, de bénéficier de l’expérience des hommes du passé37. Comme Diodore et Lucien, Polybe se réfère à l’archégète des voyageurs-enquêteurs, Ulysse, dont l’historien doit avoir les yeux, au lieu de se contenter des livres. Dans le proème de l’Odyssée Ulysse est le modèle de l’homme « pragmatique ». De même que, selon Platon, pour qu’il en aille bien des affaires humaines, il faut que les philosophes soient rois et les rois philosophes, de même, selon Polybe, seuls les hommes d’expérience mettront un terme à l’ignorance historique38.

  • 39 Pol. IX, 4 ; cf. V, 23, 2 ; XII, 23, 7 : critique de Timée, bien qu’il fût le premier qui écrivit (...)
  • 40 Pol. III, 4, 12 : thème de la tarachê et de la kinêsis.
  • 41 Cf. Pol. I, 1, 2 ; XXXVI, 17 ; XXLX, 21 : Démétrius de Phalère, auteur d’un traité sur la fortune, (...)

30Polybe considère Éphore comme le premier historien universel et oppose l’histoire universelle (actions des peuples des cités et des princes auxquelles s’intéresse le politikos) aux généalogies et aux monographies consacrées aux récits de fondation qui retiennent l’attention du philêkoos et un lecteur polupragmôn et perittos39. L’histoire n’est pas seulement la chronique détaillée des faits et des actes, elle est aussi considérée comme un tout organisé bien que, si l’on s’en tient aux apparences, elle paraisse dominée par le trouble et en perpétuel mouvement40. Le livre VI est dominé par le thème de l’anakuklôsis et la fortune gouverne l’ensemble de l’histoire du monde. Enfin, le thème de l’unification du monde sous l’égide de Rome donne à l’œuvre une cohérence qui s’apparente à celle d’un organisme41. Dès lors se posent les problèmes du point de départ, des rapports entre espace et temps et des parties du discours. Les digressions (parekbaseis) sont destinées non seulement à soulager l’attention du lecteur, mais aussi à des fins didactiques (géographie, art militaire, histoire constitutionnelle, morale).

  • 42 Voir la préface.
  • 43 Pol. III, 4, 7 : la puissance romaine est-elle Pbeuktèn ou hairetên ? La question évoque les discu (...)

31Comme Thucydide, Polybe est persuadé de l’utilité de son histoire, mais il est beaucoup moins sût de son pouvoir de séduction (l’utilité et l’agrément sont incompatibles42). L’histoire n’est pas destinée aux amateurs de beaux discours ou de curiosités locales (IX, 4), mais à ceux qui apprécient l’histoire pragmatique, veulent comprendre les raisons de la grandeur romaine ou le déroulement de son ascension et se demandent si la puissance romaine est un avantage ou un inconvénient43. L’histoire pragmatique est tour à tour réduite aux faits essentiels ou démonstrative.

  • 44 Pol. I, 14, 2-8. Voir P. Pédech, p. 193, 358, 372-373, 398, 401. Sur Polybe et Caton, se référer à (...)

32Polybe est donc un excellent témoin parce qu’il est bien connu que les formulations théoriques ne deviennent envahissantes que si elles peuvent s’appuyer sur les expérimentations antérieures des autres. En outre, bien qu’il préfère s’en prendre directement aux Grecs plutôt que de polémiquer avec les Latins, il lui arrive de porter un jugement sur Fabius Pictor44.

La réflexion des Latins sur l’historiographie

  • 45 Cic, De orat. I, 5, 18 et II, 9, 13, cité par Marmontel dans ses Éléments de littérature, Paris, D (...)

33Dans le De oratore, Cicéron explique que l’orateur doit embrasser tout un ensemble de connaissances et en particulier l’histoire qu’il définit comme « le témoin des temps, la lumière de la vérité, la vie de la mémoire, l’école de la vie, la messagère de l’antiquité ». Le désordre des formulations n’est qu’apparent et la formule ultime peut être considérée comme un oymoron fondé sur le caractère paradoxal de l’histoire qui communique les éléments d’une connaissance rétrospective et s’apparente aux pratiques de la divination, telle que la pratiquait le Cretois Épiménide, si l’on en croit la tradition hellénique. Cicéron, qui n’est pas un professionnel de la méthode historique, voit l’histoire comme une science auxiliaire qui alimente la mémoire en connaissances de toutes sortes, comme la lecture des poètes, et communique la force convaincante des exempta. Il rejoint ainsi les tendances profondes de l’historiographie romaine45. L’Orator, qui est le dernier des grands ouvrages de rhétorique, précise néanmoins que la connaissance des res gestae des siècles passés, dans l’ordre chronologique, et notamment de l’histoire de Rome, fait de nous autre chose que des enfants. Cicéron a examiné précédemment les rapports entre l’éloquence et les autres genres, la philosophie, la sophistique, puis l’histoire :

  • 46 Orat., 66. Cf. Leg. I, 2 : « c’est là au plus haut point un genre oratoire ». Parmi les Grecs, ce (...)

Tout à côté de ce genre se place l’histoire, qui nous offre de brillantes narrations, de nombreuses descriptions de pays ou de combats ; en outre, il s’y intercale des discours au peuple et des exhortations aux soldats ; mais il y faut un style passé en quelque sorte passé à la filière et bien égal, non pas, comme dans nos discours impétueux et pénétrant46.

34Les éléments du discours historique sont énoncés selon un ordre logique : récit, description géographique, mais aussi description des combats, enfin des discours intercalés (la comparaison avec Platon peut être intéressante).

  • 47 Cf. Leg. I, 2 : « En effet, l’histoire est étrangère à nos lettres comme je le ressens moi-même et (...)
  • 48 Gentili-Cerri, p. 58 sq., commentent Cic. Adfam. V, 12, 6 (Lucceius) et citent Plutarque à propos (...)

35Mais pourquoi Cicéron dit-il que la sophistique ou la rhétorique et l’histoire sont proches ? Les paragraphes qui précèdent expliquent que l’élocution des philosophes n’a pas le nerf ou le mordant de l’art oratoire et cherche à calmer les passions en racontant plutôt qu’à les exciter (sedare... incitare), tout comme la sophistique recherche l’apaisement et le plaisir des auditeurs (placere... delectare). Les Anciens éprouvent de grandes difficultés pour caractériser le genre historique et ils le définissent plutôt par rapport à la rhétorique, qu’il s’agisse de problèmes esthétiques ou des valeurs qui lui sont propres. Nous retiendrons surtout que Cicéron dénonce le mépris du style chez les premiers historiens latins et oppose un exposé purement narratif des faits à un exposé analytique et démonstratif qui recherche les rapports de causalité et dégage les intentions. Dans le livre II du De oratore, Antoine, répondant à Catulus qui oppose le talent oratoire des historiens grecs et le souci de la vérité chez les Romains, affirme que les Grecs (Phérécyde, Hellanicos, Acusilaos) ont commencé, comme les Romains (Caton, Fabius et Pison), par écrire des Annales. Cœlius Antipater est le premier à ressentir le besoin d’élaborer formellement le récit historique dans une perspective isocratéenne47. Préoccupé par le souci de laisser à la postérité le souvenir de son consulat, Cicéron choisit les vers pour célébrer ses propres mérites et préfère confier à des amis le soin d’écrire l’histoire de son consulat : il utilise le terme de fabula pour caractériser ce qu’il souhaite, une monographie capable de persuader et d’émouvoir et focalisée sur les actions d’un personnage historique éminent48.

36L’histoire est clairement définie comme une œuvre d’art monographique dont la poétique est inspirée de la dramaturgie aristotélicienne et qui est consacrée à un héros ou à une crise, comme le Catilina et le Jugurtha de Salluste. Hérodote et Thucydide, contemporains des sophistes, furent les premiers à adopter un style « plus riche et plus orné » :

L’un en effet s’écoule sans aspérités comme un fleuve tranquille, l’autre est emporté dans un mouvement plus vif et chante le récit de guerre sur un mode en quelque sorte guerrier.

37Cependant, un rhéteur grec n’a jamais rien emprunté à Thucydide qui est trop obscur pour être compris :

  • 49 Cic, Orat. 39 et 30-31.

Thucydide, pour sa part, raconte faits, guerres et combats avec beaucoup de gravité et d’honnêteté, mais on ne peut rien en tirer pour s’en servir en public sur le forum. Ses harangues elles-mêmes comportent si souvent des pharses obscures et absconses qu’on a de la peine à les comprendre, ce qui est bien le pire des défauts dans un discours qui s’adresse aux citoyens [...] Tous en font l’éloge. Je le reconnais, mais en tant qu’il expose les choses de manière avisée, véridique et sérieuse ; il est moins fait pour tourner et retourner une cause dans les procès que pour raconter les guerres dans un ouvrage historique49.

  • 50 Cic, Orat. 32 et 62.
  • 51 Ibid, 172, 191, 218 (Éphore) ; 151 et 207 (Théopompe).

38Quant à Xénophon (et sans cloute aussi Hérodote), son style ne convient pas au vacarme du forum50. Les élèves d’Isocrate, Éphore et Théopompe, ne sont cités que pour leurs pratiques rythmiques, le soin qu’ils mettent à éviter l’hiatus ou le style périodique propre au genre épidictique51.

  • 52 Quint., Inst. or. X, 1,31.
  • 53 Ibid. : « pour le souvenir de la postérité et la réputation de son génie. »
  • 54 Ibid. : toris et lacertis.
  • 55 X, 1, 73 ; VIII, 2, 15 ; II, 4, 18-19, à propos des rapports entre narration, réfutation, confirma (...)

39Quintilien et Pline, son élève, confirment l’intérêt des réflexions des Latins. Pour le premier, bien que la narration s’oppose à l’argumentation, l’histoire figure parmi les disciplines qui peuvent contribuer à la formation de l’orateur, parce qu’elle fournit des aliments et peut être utile dans les digressions52. Nous retrouvons l’écho des topoi des préfaces53. L’histoire est caractérisée comme un carmen solutum libéré des exigences métriques, qui nécessite le « bras d’un soldat » et non « les muscles d’un athlète54 ». Quelques détails retiennent l’attention : la distinction entre contiones (harangues, discours) et sermones (conversations), l’usage de ce que Quintilien appelle l’interjectio pour rendre compte des éléments discursifs qui viennent se glisser dans la narration et les incidentes dubitatives si fréquentes chez Tite-Live (et chez Hérodote55). Dans le même livre X, Salluste est rapproché de Thucydide et Tite-Live d’Hérodote.

  • 56 Pline le Jeune, Epist. I, 1, 1 ; II, 5, 5 ; 5, 8 ; 8, 4 (cf. Cic, De orat. II, 12, 54 : exornatore (...)
  • 57 V, 8, 1-2, 4. Cf. aussi la lettre VII, 33, 10 adressée à Tacite qui fait songer à la demande de Ci (...)
  • 58 V, 8, 9-10 : « les faits ordinaires, communs et courants, l’autre ne s’arrange que de l’extraordin (...)

40Pline s’excuse de ne pas avoir respecté l’ordre chronologique de ses lettres parce qu’il ne compose pas une histoire56. Il distingue trois genres de descriptions, celles qui sont liées à l’argumentation, celles des poètes qui recherchent l’agrément du lecteur et celles des historiens qui relèvent des deux et constituent en somme un genre mixte57. Comme Cicéron, il rêve d’une œuvre historique qui lui permette d’asseoir sa réputation ou celle d’autres personnages et fait écho aux topoi des préfaces des historiens. Le discours et l’histoire font également appel à des éléments narratifs, mais il caractérise l’opposition entre les deux genres en utilisant deux séries de trois adjectifs. Il utilise l’opposition thucydidéenne entre « trésor pour toujours » et « performance pour l’instant », ainsi que les métaphores physiologiques pour opposer le « corps osseux » des textes oratoires et la douce fluidité de l’histoire58.

L’écriture de l’histoire : sur quelles bases peut-on fonder une herméneutique du genre historiographique59 ?

Prendre en compte Us conditions objectives et subjectives du travail de l’historien

  • 60 Histoire et vérité, Paris, Seuil, 1955. Cf. aussi 1968 et 1975 ; ainsi qu’Esprit 360 (mai 1967). L (...)
  • 61 M. Bloch, 1949. P. Ricœur, p. 23 : « Est objectif ce que la pensée méthodique a élaboré, mis en fo (...)

41Que peut-on dire du métier de l’historien ? C’est dans Histoire et vérité60 que Paul Ricœur établit les bases de sa réflexion sur l’histoire et l’historiographie, à partir d’une réflexion qui concerne au premier chef l’histoire de la philosophie. Il s’interroge sur deux tendances que l’on observe chez les historiens de la philosophie : le scepticisme historicisant et les « tentatives d’unification mensongère du royaume de la vérité ». Il leur oppose le respect des vérités énoncées par l’autre quel qu’il soit, respect prôné par Spinoza, dont il cite la sentence suivante : « plus nous connaissons les choses singulières, plus nous connaissons Dieu ». La connaissance de l’eskhaton passe en somme, pour ainsi dire, par la connaissance des ekasta, qui elle-même correspond à la définition de l’historiographie dans la Poét ique d’Aristote. En s’inspirant des considérations sur le métier d’historien énoncées par Marc Bloch61, Ricœur tente de caractériser l’objectivité à laquelle l’histoire doit faire accéder le passé des sociétés humaines, une objectivité qui n’est pas celle des physiciens ou des biologistes, parce qu’elle correspond au comportement méthodique de l’historien :

  • 62 P. Ricœur, 1955, p. 25.

Nous attendons de l’historien une certaine qualité de subjectivité, non pas une subjectivité quelconque, mais une subjectivité qui soit précisément appropriée à l’objectivité qui convient à l’histoire. Il s’agit donc d’une subjectivité impliquée, impliquée par l’objectivité attendue62.

42Cette subjectivité de réflexion n’est pas seulement celle du je de l’historien, elle concerne aussi « le lecteur en qui s’achève tout livre, toute œuvre, à ses risques et périls ». Viennent à l’esprit ici les méditations de Péguy ou celles de Platon dans le Phèdre, mais aussi les allusions du Pète de l’histoire à la liberté du lecteur qui, selon notre interprétation, ne procèdent pas d’une stratégie équivoque ou d’une impuissance de la réflexion, mais constituent précisément un appel à l’intelligence du lecteur.

  • 63 Id, p. 26.
  • 64 Voir l’abondance des adjectifs composés avec le préfixe axio- et les expressions verbales analogue (...)
  • 65 P. Ricœur, p. 29.
  • 66 P. Ricœur oppose à cette construction naïvement séquentielle l’organisation exemplaire du livre de (...)

43Les phases du travail de l’historien s’analysent ainsi : 1’« observation » qui n’est pas l’enregistrement d’un lait brut, mais sa constitution comme document grâce à une recherche qui suppose une hypothèse de travail, 1’« analyse » ensuite qui « compose un enchaînement rétrospectif » et relève de l’explication, puisqu’elle établit des séries et dégage des fonctions63, enfin un jugement d’importance qui sélectionne les événements et les facteurs et d’abord ce « qui est digne d’être rapporté64 ». Au vécu décousu et « lacéré d’insignifiance », au glissement perpétuel s’oppose le récit lié « signifiant par sa continuité65 ». Le post hoc ergo propter hoc conduirait à désigner successivement comme cause le phénomène qui vient en dernier (conception vulgaire de la causalité que certains se sont empressés de prêter à Hérodote66). L’historien de métier retrouve la vieille dialectique du même et de l’autre (caractère approximatif des nomenclatures, similitudes provisoires et différenciations ultérieures, altérité originelle qui contraste avec l’exactitude définitive des définitions mathématiques).

  • 67 P. Ricœur, p. 32.
  • 68 Cf. notre étude sur les préfaces grecques et latines.
  • 69 P. Ricœur, p. 49.

44Deux qualités sont requises pour expliquer et/ou comprendre, la sympathie et l’imagination : « Cette adoption suspendue, neutralisée, de la croyance des hommes d’autrefois est la sympathie propre à l’historien ». Elle suppose un transfert dans un autre présent qui est celui des hommes d’autrefois67, le renoncement au « moi pathétique », celui des haines et des réquisitoires, mais aussi celui de l’hypercritique. Ainsi le mot d’ordre sine ira et studio de Tacite et les déclarations analogues contenues dans maintes préfaces trouvent pleinement leur sens68. Déjà, nous entrevoyons la méfiance de Ricœur à l’égard de la fausse objectivité, « celle d’une histoire où ¡1 n’y aurait plus que des structures, des forces, des institutions et non plus des hommes et des valeurs humaines69 ». Ricœur choisit délibérément la voie de la « compréhension » (science historique fondée sur l’identité du sujet et de l’objet, recherche de significations directes et immanentes) de préférence à 1’« explication » (démarche expérimentale et indirecte, liaisons mécaniques).

Le récit et la nécessité de raconter : comment s’approprier l’histoire ?

  • 70 P. Thévenaz cité p. 42, « Événement et historicité » dans L’homme et l’histoire, p. 223-224.

45Dans le même temps, s’amorce une réflexion sur le récit comme extension, développement du sens, mais aussi irradiation du sens à partir d’une multiplicité de foyers organisateurs du devenir historique qui sont aussi des événements, « des centres organisateurs du devenir historique70 ». L’historien, en tant que sujet, comme tout écrivain, cherche à se comprendre en tant qu’homme immergé dans l’histoire. La production de récits est le meilleur signe de cette appropriation de l’histoire :

  • 71 P. Ricœur, p. 85.
  • 72 H. White, 1973, 1974, 1975, 1976 et les travaux de 1982, 1986, 1984, 1987.
  • 73 Les apports de la philosophie analytique anglo-saxonne sont ici sensibles. Cf. Ch. Danto, 1965.
  • 74 P. Ricœur, 1983 : Temps et récit I, p. 31-37.
  • 75 Ibid., p. 55-84. Poét. 1450 a 5, cf. 1452 a 18-22 et a 4 :para tên doxan di’allèla. Discussion de (...)
  • 76 Plat., Rép. 392 a.

46Le temps devient temps humain dans la mesure où il est articulé sur un mode narratif, et le récit atteint sa signification plénière quand il devient une condition de l’existence temporelle71. Le rôle de la critique n’est pas de retrouver l’intention primitive, mais de déployer, devant le texte, le monde que celui-ci ouvre et découvre. Le récit historique partage avec le récit de fiction un certain nombre d’opérations et de configurations narratives, mais Ricœur n’approuve pas pour autant Hayden White de gommer toute dimension référentielle du récit historique et de diminuer l’importance du modèle nomologique, même sous la forme affaiblie du positivisme logique72. Ricœur inaugure ainsi, dans l’histoire de la critique littéraire, une nouvelle manière de soumettre à la critique les lectures structuralistes sans en contester l’apport décisif. Les concepts d’intrigue et de mise en intrigue autorisent la médiation entre l’événement et l’histoire : un événement n’a de sens que dans la mesure où il contribue à la progression d’une histoire, ce n’est pas seulement quelque chose qui arrive, mais une composante narrative : « unité intelligible qui compose des circonstances, des buts et des moyens, des initiatives, des conséquences non voulues73 ». Dans Temps et récit, Ricœur examine chez les Anciens quelques apories relatives à la temporalité vécue, la distentio animi augustinienne qui fait que l’on ne mesure que ce qui a cessé d’exister, et la théorie aristotélicienne du muthos tragique comme triomphe de la concordance sur la discordance, poiésis et réplique inversée de la distentio animi74. La sustasis est 1’« agencement (en système) des faits », l’activité productrice d’intrigues qui enchaînent les événements l’un par l’autre (dia), au lieu de noter purement leur succession, plutôt que le « système75 ». Aristote identifie quasiment imitation et agencement des faits, alors que Platon, dans un texte capital du livre III de la République oppose le récit par mimésis au récit « simple76 ».

47Ricœur définit ainsi les trois niveaux de la mimésis. La mimésis au niveau I est la

  • 77 P. Ricœur, Temps et récit I, p. 85. Le narrateur et son auditoire partagent une familiarité avec d (...)
  • 78 P. Ricœur, p. 86.

[...]pré-compréhension du monde de l’action : de ses structures intelligibles, de ses ressources symboliques et de son caractère temporel77 : ce monde de l’action peut s’analyser sur l’axe paradigmatique (réversibilité, causalité), mais il est spontanément configuré sur l’axe syntagmatique et irréductiblement diachronique. Mimésis II ouvre le mode de la composition poétique et transfigure l’amont en aval par son pouvoir de configuration78 : « une science du texte peut s’établir sur la seule abstraction de mimésis II et peut ne considérer que les lois internes de l’œuvre littéraire, sans égard pour l’amont et l’aval du texte ». C’est, en revanche, la tâche de l’herméneutique de reconstruire l’ensemble des opérations par lesquelles une œuvre s’enlève sur le fond opaque du vivre, de l’agir et du souffrir, pour être donnée par un auteur à un lecteur qui la reçoit et ainsi change son agir.

  • 79 Id., p. 86, 101.
  • 80 P. Veyne, 1971, cité par P. Ricœur, p. 103.
  • 81 Cf. F. Kermode, 1967 ; M. E. White, 1969 ; I. F. De Jong, 1999, p. 233, 239, à propos de la « stru (...)

48Les contraintes limitatives que le modèle de la tragédie impose au concept de mise en intrigue dans la théorie aristotélicienne doivent être levées79. L’histoire combine, selon des proportions variables, les buts, les causes et les hasards, comme le dit P. Veyne80, en opérant une synthèse de l’hétérogène que l’on peut suivre jusqu’à une conclusion que l’on attend parce qu’elle constitue en réalité le point de départ. Le point de départ de l’Enquête d’Hérodote est en réalité Salamine. Les livres I-IV peuvent ainsi être considérés comme une amplification narrative destinée à désigner les Barbares comme les auteurs de l’agression81.

  • 82 P. Ricœur, p. 133.
  • 83 Id., p. 134 sq.
  • 84 P. Ricœur, p. 159-181. Cf. le chap. IV de W. Dray, 1966. À propos des rapports entre argumentation (...)
  • 85 Ch. Danto, 1965. Le post-structuralisme, c’est bien souvent la réhabilitation du récit : citons la (...)

49« Le savoir historique procède de la compréhension narrative sans rien perdre de son ambition scientifique », dit Ricœur. Il est nécessaire en effet d’échapper à une théorie du juste milieu qui ferait de l’histoire un genre ambigu, à mi-chemin entre littérature et science82. Après avoir rendu compte de l’éclipse du récit à travers les théories de Raymond Aron, de l’École des Annales, Fernand Braudel et le modèle « nomologique » de la philosophie analytique anglo-saxonne83, Ricœur insiste sur le caractère polysémique de la causalité en histoire et sur l’importance des réflexions de caractère juridique84. Le premier plaidoyer en faveur d’une interprétation narrativiste de l’histoire a été formulé dans le cadre de la philosophie analytique, dans la mesure où elle fournit une théorie des descriptions, des manières de parler et de penser au sujet du monde, bien loin du structuralisme qui ferait volontiers de l’événement un effet de discours85.

  • 86 N. Frye, 1963, p. 55.
  • 87 P. Veyne, 1971, p. 13.
  • 88 Cf. N. Frye, 1969 (1957) et P. Recœur, 1983, à propos de cette tentative de réinterprétation litté (...)
  • 89 Cf. l’étude des préfaces.
  • 90 Id., p. 97.
  • 91 Id., p. 171. Il est significatif que Ph. Lacoue-Labarthe, déjà cité, oppose deux lignées, celle de (...)

50Les frontières entre histoire et récit de fiction sont indistinctes. Le concept d’intrigue (plot) détermine un niveau intermédiaire entre l’histoire racontée (story) et l’argument, mais Northrop Frye, auquel Hayden White emprunte beaucoup, maintenait une frontière nette entre fiction (le domaine du possible, comme disait déjà Aristote à propos de la poésie) et histoire (le domaine du réel86). H. White et P. Veyne vont plus loin : ils abaissent les prétentions explicative et scientifique de l’historien et le second déclare même que l’histoire des historiens, « récit véridique », obéit à une « logique du probable », comme le monde sublunaire chez Aristote87. L’historiographie ancienne, comme le roman moderne qui doit son nom de « novel » au fait qu’il ne raconte plus les exploits des héros de la mythologie et des dieux, est née d’une rupture que le prologue d’Hérodote énonce clairement. Comme le roman, elle est un genre protéiforme : bien qu’il lui arrive de subordonner les caractères à l’intrigue, comme le muthos tragique défini par Aristote, les acteurs de l’histoire manifestent des intentions qui aboutissent à des effets voulus ou non voulus (ce fut le cas pour Christophe Colomb) et la sphère sociale s’élargit bien au-delà des héros88. Cet élargissement conditionne sans doute la possibilité de s’identifier avec les personnages et de reconnaître les situations, spontanément ou en usant du raisonnement analogique. Il autorise aussi les historiens à parler sans cesse de l’utilité des leçons de l’histoire89. Dans le mythe, le héros est incomparablement supérieur. Dans le folklore (Märchen), il a des capacités supérieures à celles de son milieu et le jeu des facteurs naturels est faussé pat des interventions qui paraissent naturelles. Dans l’épopée et la tragédie, le héros reste soumis à son milieu, bien qu’il apparaisse comme un guide ou un chef supérieur. Dans le roman, nous découvrons dans le héros un alter ego (mimêsis inférieure) auquel nous pouvons nous identifier. Le héros de la satire et des écrits ironiques est de statut inférieur. En lisant l’histoire, le lecteur rencontre des personnages que l’on pourrait classer dans les types opposés de l’alazôn qui fanfaronne jusqu’au jour de la catastrophe (Crésus) et de l’eirôn qui se rabaisse lui-même et d’une certaine manière se rend invulnérable, sauf à subir les effets de la condition humaine (Amasis). Les structures d’un récit historique, comme celles de tout récit, de tout écrit littéraire, sont « hypothétiques », et intermédiaires entre les structures historiques (événements et discours descriptif) et les structures philosophiques ou scientifiques (objets ou idées et discours didactique) : l’exemple donné par Frye est celui du fantôme dans Hamlet qui répond à la « conception hypothétique » de la pièce (« il doit y avoir un fantôme dans Hamlet »). Bien que Frye utilise à bon escient le sens grec du mot « hypothétique » et définisse l’hypothesis comme l’argumentum de la fabula, son raisonnement n’est pas incompatible avec le sens moderne (supposition hypothétique, par opposition aux affirmations de type thétique). Pat exemple, le critique littéraire, comme l’historien, quelles que soient ses convictions personnelles, ne peut considérer la foi religieuse que « comme une hypothèse purement humaine90 ». Ces remarques peuvent, nous semble-t-il, servir de mise en garde adressée à tous ceux qui, méconnaissant la dimension ironique de toute structure littéraire, s’empresseraient de considérer que Shakespeare et son public croient à la réalité de l’existence des fantômes. Ce qui est dit est toujours différent de ce qui est signifié. De même, chez Sophocle, la prophétie encadre l’histoire d’Œdipe parce qu’il ne peut en être autrement... Qu’est-ce à dire ? Cet élément de symétrie est-il voulu par l’auteur, comme l’affirme Frye ? Les hypotheseis sont transmises par la tradition et correspondent à l’attente du lecteur, elles ne sont pas de purs artefacts et l’interprète ne peut faire abstraction, tout au long de son parcours, des croyances, d’autant plus que les modes de narration, et pas seulement les éléments paratextuels, se veulent persuasifs, viennent souligner les éléments de l’intrigue et mettent en condition le lecteur. Après le doute méthodique de l’humaniste, viennent le moment de l’étude de l’énonciation et celui de l’interprétation sympathique voulue par Ricœur. Après avoir cité le mot de Mallarmé (« Tout au monde existe pour aboutir à un livre »), Frye dit que « le poème apparaîtra comme un macrocosme de la littérature entière, une manifestation individuelle de l’ensemble de l’ordre verbal91 ».

Les apports de la nouvelle critique littéraire et de la linguistique.92

  • 92 Deux critiques nous serviront de guides, P. Ricœur et G. Genot, 1990.
  • 93 R. Barthes, 1966, p. 12.
  • 94 C. Lévi-Strauss, 1958 (chap. X et XI) ; R. Barthes, p. 12.

51Dans son « Introduction à l’analyse structurale des récits », Roland Barthes écrit : « Le récit est une grande phrase, comme toute phrase constative est, d’une certaine manière, l’ébauche d’un petit récit93 ». L’ambition des structuralistes français et de leurs précurseurs formalistes a pour fondement la capacité intégrative des systèmes linguistiques : qu’il s’agisse des fonctions-segments d’action (théorie de V. Propp et de Brémond), de la théorie des actions et des actants (A. Greimas), de la présentation du mythe d’Œdipe ou de La Geste d’Asdiwal (Cl. Lévi-Strauss94) ou encore de la définition du récit comme « enjeu d’un échange entre donateur et un récepteur de récit » (T. Todorov), le lecteur des récits est invité à « déchronologiser » et à « relogifier ».

  • 95 V. Propp, 1928, p. 35-80 ; G. Genot, 1990, p. 160 ; Propp et les formalistes russes dans T.L. (Seu (...)
  • 96 P. Ricœur, t. II, p. 62-63.

52Le modèle de Propp95 repose sur la dissociation des personnages et des « fonctions » qui combinent un « motif », lequel se définit par son contenu, une « place » et s’intègre à un projet ou à un résultat : le conte merveilleux russe est une suite normée d’une trentaine de fonctions. Peu importe que telle ou telle réalisation soit défective ou redondante, le modèle est strictement syntagmatique et distributionnel. Mais la procédure demeure inductive : aucune fonction ne peut être définie sans son attribution à un personnage et les substantifs, qui correspondent aux fonctions, par exemple « interdiction » ou « méfait » renvoient à un verbe d’action et par conséquent à un agent. En outre, chaque personnage a sa sphère d’action qui regroupe logiquement plusieurs fonctions. Préparation, qualification du héros, action principale et glorification se succèdent et l’on constate des suites normées de motifs que l’on nomme séquences. Mais Ricœur remarque que le traducteur anglais traduit le mot russe xod par move ce qui ne correspond pas exactement à « séquence » : le xod précède la segmentation en fonctions, les segments discontinus de la série jouent le rôle des renversements, du coup de théâtre et de la reconnaissance dans le muthos tragique. La procédure manifeste la résistance « d’une conception téléologique de l’ordre, dans le style de Goethe », qui va à l’encontre d’« une conception taxinomique et mécanique de l’enchaînement des fonctions, dans le style de Linné96 ».

  • 97 A. J. Greimas, 1966 ; C. Bremond, 1973, notamment p. 18-19, 25, 131 ; t. Todorov, 1972, p. 322 sqq (...)
  • 98 Voir le schéma actanciel à six cases, proposé par A. J. Greimas, p. 211, destinateur, destinataire (...)

53Greimas et Brémond reformulent le modèle de Propp en regroupant les fonctions de Propp et en faisant un inventaire plus rigoureux des rôles narratifs. Todorov présente une théorie fort séduisante qui se situe sur les deux axes à la fois, paradigmatique et syntagmatique. Toute littérature oscille entre un « reportage idéal » qui cultive la différence absolue entre les séquences et le « psittacisme ». Les « transformations narratives » reposent sur cette combinaison de la ressemblance et de la différence97. Chez Greimas, le modèle reste centré sur un héros qui reçoit un mandement et l’accepte avant de subir une épreuve qualifiante et de remporter une victoire qui établit un état d’euphorie. Les relations des personnages peuvent être décrites en termes de communication (mandement, message, discours prédictif, transmission d’un objet symbolique). Les transformations proprement diachroniques sont transposées dans un « ensemble organisé de comportements mythiques98 ». Au-delà d’une analyse syntaxique qui assigne les rôles d’agent, de patient et de bénéficiaire, de destinateur ou de destinataire, d’adjuvant ou d’opposant, il est remarquable que les modalisations axiologiques soient très présentes dans le discours critique de Greimas : restitution des valeurs et retour au règne de la loi, place laissée à la liberté de choix du héros.

  • 99 C. Brémond, 1966, p. 64.
  • 100 Voir M. Bal, 1984, pour la distinction entre récit encadré et récit enchâssé qui pousse à l’extrêm (...)

54Contrairement à Propp, qui n’affirmait la pertinence de son modèle que pour le conte tusse, Brémond fait place aux alternatives et aux choix99. Il admet que le récit puisse changer de perspectives, parce que les rôles, de héros et de vilain par exemple, ne sont pas distribués une fois pour toutes et congédie un modèle téléologique qui ne connaîtrait que la lutte victorieuse, véritable stéréotype culturel. Les états et les actions font l’objet d’une modalisation axiologique, le processus est celui de l’achèvement ou de l’inachèvement, d’une dégradation ou d’une amélioration. Il y a pout ainsi dire une téléologie du récit (programme) qui entraîne une neutralisation de la dimension chronologique. La compétence des acteurs est relative à ce programme. Le modèle se prête à la description des textes fortement stéréotypés, les récits évangéliques ou les mythes analysés par Lévi-Strauss et réduit le récit à une seule unité synthétique, comme dans la fable où la morale est le telos de l’histoire. Ce type de structure peut être repéré chez Hérodote dans les formes courtes, dans certains récits enchâssés dont la signification est symbolique et emblématique parce qu’ils illustrent des vérités morales et métaphysiques qui valent aussi pour la grande histoire100.

  • 101 P. Ricœur traite successivement des « jeux avec le temps » et de 1» expérience temporelle fictive  (...)
  • 102 É. Benveniste, 1965 (1974, p. 237, 239), cité par P. Ricœur, t. II, p. 96. P. 97, il cite égalemen (...)
  • 103 P. Ricœur, p. 97 sq. et 101 sq. K. Hamburger, 1955, p. 413-426, 1986 (1968, ler éd. 1957). H. Wein (...)

55Le système des temps, inscrit dans la langue, permet de « moduler temporellement tous les verbes d’action le long de la chaîne narrative », mais aussi de redoubler l’énoncé par l’énonciation (raconter, c’est déjà réfléchir sur les événements racontés101). Selon Benveniste, « il appartient à la notion de passé, réel ou fictif, de ne pas impliquer la sui-référence du locuteur à sa propre énonciation, comme dans le discours102 ». Mais les événements ne deviennent de l’histoire que si l’on se livre à des opérations de pensée et l’absence du narrateur dans le récit historique relève bien souvent des stratégies de dissimulation ou de courtoisie à l’égard du lecteur. Ricœur utilise alors les travaux de K. Hamburger et de H. Weinrich103.

56K. Hamburger distingue la forme grammaticale du temps du verbe, en particulier les temps du passé, et leur signification temporelle sous le régime de la fiction. La fiction remplace l’origine-je du discours assertif par l’origine-je des personnages. Elle attire l’attention sur les combinaisons discordantes entre adverbes temporels et temps verbaux du type Morgen war Weihnachten, « Le lendemain, c’était Noël ». Mais, parce qu’elle veut couper tous les ponts avec le discours assertif, il semble qu’elle ne tienne pas compte de la distinction entre l’auteur réel et le narrateur lui-même fictif, « deuxième foyer de subjectivité ».

  • 104 I, 8. M. Patillon, 1994, p. 55-56, précise les diverses définitions de l’épiphonème. Faudrait-il i (...)

57Weinrich, pour sa part, utilise la théorie de la communication pour classer les temps verbaux (situation de locution et perspective). Anticipation, coïncidence ou rétrospection caractérisent la relation entre temps du texte et temps de l’acte et la perspective. Les notions de prolepsis, anticipation ou flashforward (cf. flashback au cinéma) ou d’analepse sont importantes pour les discours de type prédictif et les textes où l’auteur omniscient, soit parce qu’il a conçu les éléments séquentiels de l’intrigue, soit parce qu’il a une vision rétrospective et prospective, annonce ce que l’on va lire et confirme ce que l’on a lu. Ces procédures permettent également de démultiplier le récit et de confier à des énonciateurs différents certains éléments de narration, mais aussi de discours et de commentaire. Ces relais de l’énonciation renforcent l’effet de réalité ou l’effet de vérité. Ils permettent également au narrateur d’introduire des éléments de discours ou de commentaire, comme le fait Hérodote à propos de Candaule notamment (« il fallait en effet que les choses tournent mal pour Candaule...104 »).

  • 105 H. Weinrich, 1964, p. 79.

58Cependant, l’historien, même quand il a des prétentions scientifiques, ne peut s’abstenir de raconter et de commenter à la fois, dès lors qu’il explique : « en histoire, la structure fondamentale de la représentation consiste à enchâsser du récit dans le commentaire105 ».

  • 106 J. Perrot, 1961, p. 112, 159-163.
  • 107 J. Perrot, p. 109, résume O. Jespersen, 1924, p. 286-289 : outre la différence de tempo, Jespersen (...)

59Puisqu’il est question des temps du verbe et des considérations de Weinrich, il est nécessaire de parler de la notion d’aspect. Il n’est pas indifférent pour notre propos qu’un linguiste comme Jean Perrot considère la distinction entre faits objectifs et faits subjectifs comme stérile en linguistique. Selon Brugmann, l’aspect indique la façon dont a eu lieu l’action, tandis que, selon Wackernagel, il indique la façon dont le sujet parlant se représente l’action106. Quand Weinrich affirme que le passé simple met en relief dans l’ordre du récit, tandis que l’imparfait (fréquent au début des contes et des légendes) signale le glissement à l’arrière-plan des contenus racontés, Ricœur voudrait faire intervenir la notion de tempo, rapide ou lent, qui correspond à peu près à la première distinction proposée par Jespersen107 : le glissement à l’arrière-plan indique que la pensée se replace à l’intérieur du déroulement de l’action. Mais les valeurs temporelles et aspectuelles ne sont pas portées seulement par les formes verbales nues : les préfixes et les suffixes, les adverbes et toutes les formes de « transitions temporelles », les indices qui marquent l’interruption du récit, l’insertion du dialogue ou du discours rapporté doivent retenir l’attention du lecteur des historiens, s’il veut se rendre sensible au tempo du récit et aux marques du discours.

  • 108 Cf. P. Ricœur, t. III, p. 147 sq. et É. Benveniste, 1965, à propos du temps chronique et des rappo (...)
  • 109 P. Ricœur, p. 184 ; M. de Certeau, 1974, « L’opération historique » ; H. White, 1974, 1975, 1976 d (...)
  • 110 J. Le Goff, « Documento/monumento », Enciclopedia Einaudi, Turin, vol. V, p. 38-48 et E. Levinas, (...)

60Les apories de la phénoménologie du temps (cf. Aristote et Augustin) trouvent leur réponse quand l’histoire élabore un « tiers-temps, le temps proprement historique qui fait médiation entre le temps vécu et le temps cosmique108 ». Le temps de l’œuvre historique est en un sens la même chose que le temps cosmique, puisque tout exposé sut les œuvres des historiens doit repérer les indices d’un système chronologique fondé sur une véritable « sémiologie » (calendrier, annales, générations, archives, traces et documents). Mais pour le philosophe, le temps historique est autre chose que le passé, parce qu’il en tient lieu et le représente109. Ricœur emploie le terme de « variations imaginatives », avant de citer les travaux critiques qui appliquent au rapport entre l’œuvre historique et son référent la notion d’écart et la théorie des tropes (métaphore, métonymie, synecdoque), pour mettre en cause ses prétentions scientifiques et dénoncer son « désir de maîtrise110 ».

  • 111 F. Kermode, 1966, p. 70, 82. Cf. Ricœur, 1.1, p. 105, t. II, p. 39-41. Voir les préfaces de Polybe (...)
  • 112 P. Payen, 1994, p. 61, relève à juste titre que le logos d’Hérodote est « un logos de gloire mais (...)

61Puisque les notions de « fin » de l’histoire ou de telos impliquent aussi bien l’idée d’une phase terminale que l’assignation de « fins » à l’histoire, nous sommes ici confrontés à la question de la philosophie de l’histoire. S’il est vrai que, dans l’œuvre d’Hérodote dont le prologue assimile l’histoire à une série infinie de peripeteiai, la fin de l’histoire n’est pas présente, puisque l’échec des ambitions de la monarchie perse ne signifie pas le triomphe de l’hellénisme ou d’Athènes, de nombreux historiens, même en l’absence d’une vision messianique de type religieux ou politico-social, développant une vision organiciste du devenir des cités et des peuples, croient pouvoir dégager de la contemplation de l’histoire, à partir du « point final » que constitue leur époque, d’amples mouvements d’ascension et de déclin et certains donnent l’impression d’assigner des fins à l’histoire universelle. Il n’est donc pas incongru de rapprocher cette vision téléologique de l’histoire, par exemple l’idéologie impériale dans le monde antique et la souveraineté universelle de Rome du mythe de l’Apocalypse, comme le fait F. Kermode. De même que l’Apocalypse est à la fois la fin du monde et la fin du livre, le triomphe de la concordance sur la discordance, inscrit dans le muthos aristotélicien, a quelque chose à voir avec la valorisation idéologique des époques de stabilité universelle dans le discours de certains historiens111. Dès l’antiquité grecque, si l’on fait exception d’Hérodote et d’Eschyle, l’histoire est déjà de manière prédominante écrite du point de vue des vainqueurs et non des victimes ou des vaincus qui participent sans le savoir à l’avènement de l’avenir112. Loi du Polemos comme condition de la liberté, histoire comme jeu de rôles qui se prête à la théâtralisation, tribunal de l’histoire (la formule est de Hegel), négation de l’altérité radicale de l’événement au profit d’une conceptualisation qui préfère l’analogie, la répétition et la structure, qui osera contester que le discours des historiens anciennes manifeste de telles tendances ?

  • 113 É. Benveniste, 1966, p. 242. Voir LINX, 26, 1992 : dialogue entre Benveniste et les phénoménologue (...)
  • 114 G. Genette, 1969, p. 49-69, et « Le discours du récit », 1972, p. 65-273.
  • 115 G. Genette, p. 130.
  • 116 Id., p. 182. M. Bal, 1984, p. 4, R. Barthes, 1966, L. Dolezel, 1971, et G. Genette (introd. au Dis (...)

62Benveniste est sans doute à l’origine des théorisations relatives à récit et discours (le monde reconté et le monde commenté113). Mais Platon peut être considéré comme le premier théoricien qui ait affirmé la pluralité et le feuilletage des textes diégétiques. Le récit, en tant que mimésis praxeôs et logique des actions figurées, peut-il être simplement diégétique, comme il l’envisageait à travers son travail de réécriture du texte homérique ? La verbalisation, la description et surtout la mise en intrigue introduisent de nouvelles configurations et le discours suit plus ou moins la diégésis, au point de devenir discours affectif ou idéologique. Les titres de Genette, « Frontières du récit » et « Le discours du récit », des expressions comme « récit d’événements » et « récit de paroles » et l’assimilation du discours à des expansions du récit traduisent bien les apories du discours théorique. La rhétorique classique, qui met en jeu les notions de copia rerum, d’inventio et de dispositio établit déjà la distance entre la matière informelle, le travail littéraire d’adaptation et de sélection en fonction des situations de communication et de l’intérêt présumé du lecteur et les modalisations axiologiques qui tour à tout découlent du récit et le tendent licite114. Mais Genette assigne précisément à la narratologie pour fonction d’inverser les rapports entre la réminiscence et la technique narrative et de ne voir dans la motivation invoquée qu’un simple médium esthétique, bref de réduire la vision au style. Le temps perdu et retrouvé devient alors pour la narratologie un « roman du Temps dominé, captivé, ensorcelé, secrètement subverti, ou mieux : perverti115 ». Mieke Bal propose quelques définitions qui établissent une division hiérarchique et ternaire proche de celle que proposent Barthes, Dolezel et Genette : le texte narratif est un « texte dans lequel une instance raconte un récit », le récit est le « signifié d’un texte narratif », l’histoire est une « série d’événements logiquement reliés entre eux, et causés ou subis pat des acteurs ». Il y a « événement » quand on passe d’un récit à un autre, les « acteurs », « instances qui agissent » ne sont pas nécessairement humains et actifs (subir est également une action), les « éléments » sont les unités constitutives de l’histoire (événements, acteurs, lieux), est donc à la fois plus complexe et plus positive que celle de Genette : « La narratologie est la science qui cherche à formuler la théorie des relations entre texte narratif, récit et histoire. Elle ne s’occupera ni du texte narratif, ni de l’histoire pris isolément116 ».

  • 117 Cf. F. Van Rossum-Guyon, 1970, p. 481, et Jean Pouillon, 1946, 1957, p. 91-98.
  • 118 Cf. M. Bakhtine, 1970 (le roman polyphonique ou dialogique). Mais le dialogisme risque de remplace (...)
  • 119 N. Friedmann, 1955.
  • 120 F. K. Stanzel, 1955 et 1979 (rééd. 1982).

63De nombreux travaux, qu’il est difficile de différencier avec précision, s’efforcent d’établir une typologie des modalités d’énonciation dans le récit, à partir des notions de « point de vue 117 », de « perspective narrative », de « voix118 », ou à partir de la distinction entre showing et telling (Darstellung vs Erzählung), comme le fait N. Friedmann119 F. Stanzel distingue ainsi les modes de récit120 :

  1. L’omniscience de l’auteur-éditeur conduit à des intrusions parfois sans rapport avec l’histoire, par exemple chez Tolstoï, Fielding. Cette modalité correspond à ce que Stanzel appelle auktoriale Erzählsituation, quand le narrateur impose sa perspective. Mais comment classer ce qu’il appelle personale ou figurale Erzählsituation, en donnant comme exemple le « réflecteur » d’Henry James, par la médiation duquel le lecteur voit les autres personnages ? Cette situation a quelque chose à voir avec les modalités qui figurent en 3 et 6.
  2. Dans le cas de l’omniscience neutre, l’auteur parle de manière impersonnelle comme Thomas Hardy, dans Tess d’Urberville.
  3. Quand « Je » est témoin, le roman est écrit à la première personne, comme parfois chez Conrad.
  4. « Je » peut être protagoniste (Dickens dans les Grandes Espérances).
  5. Omniscience multi-sélective : pluralité des personnages.
  6. Omniscience sélective : l’auteur s’installe dans la pensée d’un seul personnage.
  7. Mode dramatique : l’auteur s’efface devant ses personnages.
  8. Le récit, comme s’il s’agissait d’une caméra, est composé de tranches de vie, sans sélection ni organisation.
  • 121 G. Genette, Figures III. Cf. M. Bal, p. 38 et 88 : les indices de l’implication ou de l’intrusion (...)
  • 122 Cf. V. Hunter, 1973.
  • 123 Hér. VIII, 39. Cf. C. M. J. Sicking, P. Stork et J. Perrot, 1963, p. 157 à propos du présent dit h (...)
  • 124 Cf. Ranke constamment cité et Collingwood, 1956, publié par T. M. Knox, d’après des conférences éc (...)
  • 125 Arist., Rhét. 1395 a 28 ; 1404 b 1.
  • 126 P. Ricœur, t. III, p. 233. Voir W. Booth, 1961 et M. Charles, 1977, p. 9.
  • 127 G. Prince, 1987. H. James utilise le terme de ficelle pour désigner un caractère qui éclaire la si (...)

64La théorie des instances du récit a fait l’objet de raffinements complexes : après avoir opposé mimésis (« maximum d’information » et « minimum d’informateur ») et diêgêsis (rapport inverse) dans le « récit d’événements », Genette distingue, dans le récit de paroles, le discours rapporté (= direct), le discours narrativisé ou raconté (contenu réduit au minimum, parole qui devient un événement comme un autre), et un état intermédiaire, le « discours transposé », par exemple le style indirect libre. La théorie de la focalisation, que l’on peut considérer comme dérivant des théories du « point de vue » ou de la « vision », permet de systématiser l’étude de la relation entre le narrateur et les personnages : dans le récit non focalisé, le narrateur en dit plus que n’en sait aucun des personnages, la focalisation est dite interne quand le narrateur ne dit que ce que sait tel personnage, et externe, quand il dit moins que n’en sait le personnage121. Des applications raisonnables de cette typologie à l’historiographie ne peuvent se concevoir qu’au prix de certaines transpositions, bien qu’elle permette de mieux appréhender, cas par cas, les relations entre l’historien et ses informateurs (leur laisse-t-il la parole ou recompose-t-il leurs témoignages, en élaborant une synthèse qu’il s’approprie ?), entre l’historien et ses personnages (présence du mode dramatique n°8 ?), entre l’historien et son public actuel ou futur (le narrateur impose-t-il son point de vue ou instaure-t-il des rapports de type dialogique, afin de préserver l’autonomie créatrice et interprétative du lecteur ?). Les narrateurs qui prescrivent la manière de les lire, par exemple en privilégiant le commentaire ou en faisant annoncer l’ergon par le logos des personnages qui ont leur préférence, sont-ils vraiment de bonne foi122 ? L’épisode du raid sur Delphes est conclu par la coda suivante qui joue le rôle de « framing sentence » : « Ainsi donc se déroula le départ de ces hommes du sanctuaire123 ». Le passé est réeffectué dans le présent, mais c’est à la manière du « comme si », selon la formule, pourtant volontairement positiviste, de Ranke, « wie es eigentlich gewesen124 ». Comme dit Aristote, 1’« élocution » a la vertu de placer sous les yeux et ainsi « de faire voir », y compris les intentions et les « préférences » du sujet125. Mais parce que l’histoire ne se présente pas comme du discours commenté, le lecteur subit pleinement les effets de la « rhétorique de la fiction », des techniques de déguisement que l’auteur met en œuvre sans jamais disparaître et des procédés insidieux qu’il utilise pour faire partager son système de valeurs126. Dans l’épopée, le roman ou l’histoire, le mode diégétique est plus ou moins celui de la dissimulation et des intrusions masquées127, du dialogisme et de la polyphonie.

  • 128 C. Calame, 1986, p. 11. Cf. p. II, les remarques sur le sens de hêgeisthai.
  • 129 Id.,p. III.

65Comment éviter dès lors la question du sujet, qu’il s’agisse de l’auteur organisateur et donateur de l’œuvre ou du narrateur présent implicitement dans le récit ou explicitement dans les expansions du récit ? Dans une perspective qui se veut à la fois sémiotique et anthropologique, Claude Calame, lecteur des poètes, mais aussi des historiens, tente, sous le titre « Énonciations », de poser en termes nouveaux la question du sujet qu’il refuse d’enfermer dans « la trame des structures sociales et la chaîne des structures de l’inconscient128 ». Quels sont les rapports du Sujet-Narrateur avec le discours qu’il énonce et par lequel il s’énonce ? Dans les poèmes homériques, le Je-Producteur se projette dans un Tu dont il n’est que le porte-parole (les Muses). Après Homère, il se produit un élargissement du Je-Tu-Nous vers un Ils, collectif limité centré sut la source de l’énonciation. Le Narrateur-Hésiode, dans le prologue de la Théogonie, reste dépendant des Muses pour l’inspiration, bien qu’il affirme l’autonomie de son activité de poète. Avec Hérodote, « apparaît le discours historique à la troisième personne ». Le garant de l’énoncé est une troisième personne du pluriel, les informateurs et l’utilisation du document limite les interventions du Je129. Dans la deuxième partie de l’ouvrage (« Représentations »), l’analyse greimasienne de sept récits analogues à la légende du Cyclope montre que les différences portent davantage sur le contexte idéologique que sur le déroulement syntagmatique de l’action. Nous sommes persuadé que l’on pourrait tirer les mêmes conclusions d’une étude comparée de récits qui traitent d’un même événement, pat exemple Hérodote et Plutarque, ou les récits de la mort de César.

Les parties de l’histoire et la mise en discours

  • 130 Voir en particulier P. Payen, 1994, p. 44-45.
  • 131 Ibid. p. 46-50 (cf. Hér. I, 95) et 58. P. Payen parle de « renoncement » au muthosoa à l’ainos. La (...)
  • 132 Ibid., p. 58. Cf. p. 56, à propos des récits qui obéissent aux conventions de l’ainos.

66Afin d’échapper à la pesanteur des catégories modernes, celles qui sont véhiculées par les interprétations positivistes de l’historiographie ancienne, mais aussi celles qui fondent la critique littéraire moderne, il est nécessaire d’avoir clairement conscience de leur caractère anachronique. Dans cette perspective, il est toujours salutaire de mettre en cause l’utilisation des concepts d’histoire ou de genre historique en rappelant que l’historiê désigne chez Hérodote le travail d’enquête et d’information et non le produit achevé d’un genre130. Mais il convient d’aller plus loin et de s’interroger sur la pertinence des notions de récit et de discours, après avoir relevé que l’épopée utilise de nombreux lexèmes pour désigner la narration (epos, muthos, mais aussi oimê, aoidê, ainos et enfin logos). Hérodote consacre pour un temps la prééminence du mot logos qui renvoie aux récits transmis par la tradition ou les logioi qui ne sont pas encore des logopoioi, mais ne désigne pas une séquence narrative close, puisque la disposition des logoi rend compte de leur place relative. À partir de la désignation de l’œuvre entière comme pas ho logos, il est tentant de déduire une « dynamique » de l’ouvrage en tant qu’« intrigue » et « récit en train de se dérouler131 ». Mais il n’est possible de s’exprimer ainsi qu’en pratiquant une herméneutique de l’œuvre dans son ensemble qui n’a plus rien à voir avec le repérage d’un ensemble limitatif d’occurrences du mot logos. Affirmer que les mots eux-mêmes, ainos et muthos « font l’objet d’une même exclusion, aussi radicale que concertée, au profit du logos », ne suffit pas à rendre compte de la bigarrure des modes narratifs, de la diversité des modes d’énonciation et des rapports analogiques qui s’établissent entre des récits plus ou moins proches du récit fictionnel, même s’il est vrai que le discours d’Hérodote fournit constamment des indications relatives à la valeur de vérité ou de mensonge132.

  • 133 Plat., Rép. 392 c-394 c. Arist., Poét. 1447 a-b, 1449 b 9. Pour l’histoire, cf. 1459 a 17-29 : hos (...)

67Les philosophes, Platon et Aristote, peuvent-ils nous tirer d’embarras et nous permettre d’affirmer que les Grecs disposaient de lexèmes et de concepts pour désigner l’ensemble de la configuration narrative faite de récit et de discours ? La question appelle des réponses circonstanciées. En effet, chez Platon, la valeur conceptuelle du mot diêgêsis concerne le mode d’expression, le « dire » et non le contenu, le « dit », tandis que le mot apaggelia correspond davantage à la notion benvenistienne de « récit ». La diêgêsis englobe la mimésis alors que, dans la Poétique d’Aristote, c’est la mimésis qui devient le concept englobant et se diversifie en fonction des moyens de l’imitation et des choses imitées, tandis que la tragédie est exclue du champ de l’apaggelia, ce qui préfigure la distinction moderne entre le genre narratif et le genre dramatique. Pour ce qui est de la notion de muthos, comme « agencement des faits » (sunthesis tôn pragmatôn), l’usage du terme pragmatôn et non du terme praxeis, qui est pourtant utilisé auparavant pour la poésie dramatique, pourrait laisser croire que le Stagirite prend en compte l’hétérogénéité des récits qui ne s’en tiennent pas aux praxeis et la présence d’éléments descriptifs. Mais tel n’est pas le cas, puisqu’il se contente d’opposer l’unité organique du muthos tragique et le récit historique qui traite de tous les « événements » qui sont survenus au cours d’une période133. Nous pouvons donc vérifier que Platon et Aristote ne peuvent rendre compte du genre historique parce que la poésie épique ou dramatique constitue pour eux le genre de référence.

  • 134 P. Payen, 1994, p. 46. Récits ou explications développés ou complexes signalés comme tels par Héro (...)

68Revenons donc à ce que les historiens nous disent de leur métier de narrateur. Pascal Payen remarque l’absence paradoxale de diêgêsis et diêgeisthai dans le vocabulaire des Enquêtes et souligne qu’apêgeisthai est utilisé à propos d’événements circonscrits quand il ne signifie pas « décrire ». Si un examen détaillé des occurrences du verbe et du substantif apêgêsis (plus fréquentes dans les premiers livres) confirme les interférences entre le vocabulaire de la narration, de l’explication et de la description, ce qui n’a rien de bien surprenant, il fait aussi apparaître qu’il s’agit parfois de récits ou d’explications plus ou moins développés et complexes et que les passages où Hérodote est l’instance d’énonciation sont relativement nombreux134. Après Hérodote, cette préverbation disparaît.

  • 135 Thuc. VI, 54 : « je tiens à étendre davantage mon récit pour montrer que... ». Diêgêsis n’est pas (...)
  • 136 Hell. IV, 3, 16 (annonce du récit de la bataille de Coronée) ; 8, 1 ; V, 1, 4 ; 4, 1 ; Mem. I, 2, (...)
  • 137 Cf. Pol. XV, 24 a 1 (division de l’ensemble de l’ouvrage, cours du récit) ; XXXI, 30, 4 (retour au (...)
  • 138 Denys, Ant. rom. (20 occurrences mettent en jeu l’auteur) : cf. I, 62, 1 (apaitei ho logos, cf. II (...)
  • 139 Luc, De conscrib. hist. 55-57.

69Thucydide n’emploie le verbe diêgeisthai qu’une seule fois pour introduire l’histoire exacte d’Harmodios et d’Aristogiton et ses rapports avec la chute des tyrans135. En revanche, chez Xénophon, le verbe, à la première personne et au futur, introduit fréquemment un récit ou un exposé136. Dans le texte de Polybe, nous rencontrons une trentaine d’occurrences du substantif, le plus souvent à propos de son récit et dans des contextes où il est souvent question de sa continuité ou de sa discontinuité, comme chez Diodore137, ou dans les Antiquités romaines de Denys d’Halicarnasse138. En ce qui concerne les marques d’énonciation que l’historien utilise pour situer les unités narratives dans la trame de l’ouvrage, qu’elles soient développées ou résumées, qu’elles rompent ou non la chaîne syntagmatique, comme le prouvent des expressions du type hexês, sunekhes, kata touto to meros, kairos, il est clair que Polybe et les historiens postérieurs, ainsi que Lucien dont les Histoires vraies portent le titre de Diêgêmata, rejoignent les pratiques hérodotéennes. Dans son traité sut la manière d’écrire l’histoire, Lucien recommande de faire passer en douceur le lecteur du proème à la narration : « en effet, pour le reste, le corps de l’histoire n’est dans son ensemble qu’une longue narration » qui devrait se dérouler selon un rythme alerte sans aspérités ni ruptures. L’abondance des onomata et des rhêmata ne doit pas détourner des pragmata et l’historien doit faire preuve de retenue (sôpbronêteon) quand il décrit les montagnes, les murailles et les fleuves, comme le fait Thucydide à propos des Épipoles et du port de Syracuse139. Mais il va de soi que les historiens n’ont cessé de transgresser ces recommandations.

  • 140 H. White, 1973, estime que les tropes peuvent aussi s’appliquer aux structures profondes.
  • 141 A. Cook, 1988, p. 1, formule nettement la problématique. Voir C. Calame, 1996, p. 6.
  • 142 Le livre d’A. Beltrametti, 1986, p. 25, représente assez bien cette dérive : « Sopratutto, le Stot (...)

70Comment échapper aux contraintes de la linéarité ? De la narration à l’explication et à la compréhension ? Alors que les premières approches théoriques du problème de la narration prenaient comme point de référence le discours poétique de l’épopée ou de la tragédie, ou encore s’efforçaient de situer l’histoire dans ses rapports avec la rhétorique, les modernes substituent à la rhétorique classique la « nouvelle rhétorique » et choisissent comme point de mire le roman. Cette perspective présente quelques inconvénients dans la mesure où l’histoire risque d’être exclusivement appréhendée comme story. En effet, la mise en discours des historiens, tout comme le roman d’ailleurs, n’utilise pas seulement des procédés narratifs. Bien que l’historiographie ne puisse se soustraire à la linéarité, elle est soumise à deux exigences contradictoires : accumuler les données comme autant de preuves et fournir à tout le moins l’esquisse d’une explication qui soit suffisamment claire, en faisant apparaître des connexions causales. En effet, la profusion des détails et des données tend l’explication de plus en plus probabiliste. C’est ici qu’interviennent l’intrigue et la mise en discours à travers l’utilisation des tropes, métaphore, métonymie, ironie et synecdoque140. Parler de « constellations narratives et fictionnelles », comme le fait Claude Calame, suppose bien que l’on ne tienne pas seulement compte de la « concaténation » des éléments, mais de leur agencement pour ainsi dire spatial et des intentions pragmatiques que ces enchaînements manifestent141. L’exploration du domaine discursif des historiens suppose que l’on ne se contente pas d’apprécier leur maîtrise dans l’exploitation du répertoire documentaire, mais, à l’inverse, l’analyse rhétorique, fut-elle mise au goût du jour et bardée des techniques les plus récentes, devrait tenir compte des pratiques qui conduisent l’historien à valider les données, au lieu de considérer qu’il ne fait que remodeler le savoir partagé d’une communauté d’interprétants, en usant de moyens persuasifs qui sont autant de contraintes exercées sur le lecteur142.

  • 143 Plat., Crit. 109 d.
  • 144 Hér.VII, 224,11, 128.
  • 145 D. Steiner, 1994, notamment p. 132, 142. Elle remarque aussi l’abondance des messages écrits (V, 5 (...)
  • 146 Cf. A. COOK, 1988, p. 18. Cf. Od. XI, 78 (la tequète d’Elpénor) ; Esch., Ag. 281-315 ; Hér. VIII, (...)

71La description est l’un des modes privilégiés d’organisation et de cohérence des énoncés : avant la configuration, il y a ce que la rhétorique appelle les « figures ». Dès les origines de l’écriture, la liste et le catalogue, qui juxtaposent les termes et recensent les anthroponymes et les toponymes, manifestent la volonté de faire mémoire et de témoigner du réel. Platon nous dit que la mémoire du passé lointain se réduit à quelques noms143. Hérodote doit s’excuser de ne pas dresser de liste complète alors qu’il pourrait le faire et remarque que les Égyptiens, qui sont des maniaques de la liste et de la chronique, manifestent leur haine envers Chéops et Chéphren en excluant leur nom144. Les rois des pays d’Orient utilisent beaucoup l’écrit et recourent aux catalogues et aux inscriptions pour se glorifier eux-mêmes, mais cette pratique traduit aussi leur souci d’organiser l’espace de leur empire et de l’administrer145. Dans le monde grec, indépendamment des inscriptions qui mettent en exergue le nom d’un mort ou de celui qui a réalisé ou consacré un agalma (statue ou monument), les listes des noms de peuples qui ont participé à une bataille ou à une expédition ou les listes de toponymes qui se substituent aux voyages ont bien quelque chose à voir avec l’insertion des logoi ethnographiques dans la trame du récit hérodotéen146.

  • 147 Ph. Hamon, 1981, p. 6.
  • 148 Geli., V, 18, 6-9. Voir l’édition de H. Peter, 1870 (1914,1967, 1993, avec add. de J. Kroymann) ; (...)
  • 149 Interesse correspond à pareinai que l’on trouve chez Thucydide ou Polybe entre autres. Cf. Servius (...)
  • 150 R. Barthes, 1984. Pour le petit fait significatif, cf. Plut., Alex. 1, 2-3.
  • 151 M. Moggi, 1993, p. 396.sq (Ch. Habicht, 1985, p. 95-97) ; cf. aussi F. Chamoux, 1988, p. 37-45 ; Y (...)

72Le sens originel du mot historia et l’insistance sur l’importance de l’expérience visuelle apparente l’historiographie à la littérature des « badauds » et des « savants volubiles » dont parle Philippe Hamon147. Pour démontrer, il faut d’abord « montrer », « exposer » et « publier ». C’est pourquoi Cn. Gellius fait écho au terme apodeixis sur lequel s’ouvre le proème d’Hérodote en définissant ainsi, d’après Sempronius Asellio, les historiae : rerum gestarum uel expositionem vel demonstrationem148. Gellius se livre même à un jeu étymologique (histôrein = videre uel cognoscere) et avance une définition paradoxale : historia en Grec signifie rerum cognitionem praesentium. Avoir vu de ses propres yeux ou avoir été présent est une exigence que formulent les Grecs et les Latins149. Qu’il y ait foisonnement des détails descriptifs ou sélection rigoureuse des petits faits significatifs importe peu : les « effets de réel » font partie de l’arsenal rhétorique des historiens150. Quand l’histoire grecque du présent ou d’un passé suffisamment proche s’épuise avec la conquête romaine, la compilation et l’histoire érudite (Diodore, Nicolas de Damas) prennent le relais et M. Mogggi, après d’autres, remarque que l’historiographie grecque porte alors la marque de sentiments nostalgiques (Arrien, Dexippe, Praxagoras), plus qu’elle ne s’attache à réévaluer scientifiquement la connaissance du passé. Mais il souligne aussi fort justement l’importance des Vies de Plutarque pour le renouvellement du genre historique à travers une véritable réécriture dont les sources ne sont que le point de départ. Même chez Pausanias qui, selon Habicht, se contente d’illustrer les monuments par le récit historique, la narration n’est pas toujours soumise aux règles du guide touristique151.

  • 152 Beltrameiti, 1986, p. 49-57. Sur la question de la vocation première d’Hérodote et le problème de (...)
  • 153 P. Pédech, 1964, p. 521-522, souligne que Polybe a retenu sur ce point la leçon de son maitre Phil (...)
  • 154 ALonso-Nunez, 1992 et 1994, évoque la précision du fonctionnaire romain. Trogue-Pompée suit la mêm (...)
  • 155 Hérod. IV, 3, 6-8. Voir G. Anderson, 1993, p. 101-132.
  • 156 Cette expression se trouve chez Ch. W. Fornara, 1983, p. 30.

73C’est ici que nous ferons intervenir la présence des éléments géographiques, topographiques et ethnographiques dans le discours des historiens, parce qu’elle pose problème : profiter de l’occasion d’un récit événementiel pour donner les éléments d’un inventaire du monde et donner un tableau intemporel des mœurs ou du caractère d’un peuple ne va pas de soi, ni pour les historiens anciens, ni pour leurs commentateurs. Cependant, aux origines du genre, le sens primitif du mot historia fait que tout se mêle et le Père de l’Histoire donne au livre II la valeur paradigmatique d’un modèle puisqu’il intègre et coordonne dans un texte continu des éléments disparates, topoi, ethnoi, nomoi, les événements du passé et leur rapport avec le présent de l’énonciation152. Bien que Thucydide et, dans une moindre mesure, Polybe, qui subordonne l’histoire universelle au récit de l’ascension romaine, aient renoncé à cette perspective géographique et anthropologique en donnant des indications topographiques nécessaires à la compréhension des événements militaires et en ne se livrant qu’avec parcimonie à l’enquête ethnographique153, le modèle qui a prévalu dans la longue durée est le modèle hérodotéen, parfois assorti de théories nouvelles relatives à l’histoire universelle influencées par l’idéologie stoïcienne (Trogue-Pompée) ou par la théologie chrétienne (Orose disciple d’Augustin), qu’il s’agisse d’Éphore, de Posidonius, Diodore, de Denys d’Halicarnasse, Nicolas de Damas ou de Trogue-Pompée154. Le topos de la division des continents, dont chacun sait depuis Hérodote qu’ils ont reçu des noms de femmes, donne lieu chez Hérodien à un curieux développement, au moment du partage de l’empire entre Antonin et Géta155. Les éléments qui relèvent de l’inventaire du monde dans l’historiographie, dans l’histoire naturelle ionienne ou dans les descriptions de l’empire romain ne peuvent être considérés comme des éléments annexes insérés comme des « fossiles156 ». Même chez les praticiens les plus résolus de l’histoire pragmatique, le renoncement à la géographie-ethnographie n’est pas absolu, comme le prouvent la description de l’état ancien de la Grèce dans 1’« archéologie » de Thucydide ou ce que Polybe dit des Gaulois dans le livre II

  • 157 P. Pédech, 1964, p. 516, 530-533 (Polybe « touriste »). Sur la géographie chez les historiens, voi (...)

74S’il est vrai que Théopompe semble avoir négligé la géographie, ce n’est pas le cas d’Éphore, Callisthène, Timée, Pythéas ou Agatharchidès de Cnide, bien que notre documentation extrêmement lacunaire ne permette d’apprécier ni le contenu de leurs développements géographiques ni la portée historique qu’ils leur donnaient. La conquête d’Alexandre qui fait découvrir des contrées inconnues et la science péripatéticienne favorisent le retour à la poikilia de la science ionienne et l’évolution personnelle de Polybe peut être décrite comme un processus qui fait d’un homme politique un savant (empeiria methodikê), mais aussi un « touriste » et un spécialiste de la description des villes157. La géographie est à la fois un « élément de l’histoire » (meros tês historias), dont la description précise est nécessaire pour répondre aux questions qui commencent par pôs et parfois à celles qui commencent par dia ti (déterminisme géographique), et une science autonome qu’il ne faut pas traiter en parergôi, ce qui conduisit Polybe à lui réserver le livre XXXIV. De proche en proche, la science des lieux s’élargit à la description des régions naturelles (II, 14-17 : la Gaule Cisalpine), à la configuration de l’univers (III, 36, 6-38 et III, 57-59) et aux spéculations sur les limites du monde ou le continent austral.

  • 158 Voir Ph. Hamon, 1993, notamment p. 104-105. Sur le genre biographique, voir F. Leo, 1901 ; H. Home (...)
  • 159 Montgomery, 1955, note p. XIV.

75L’étymologie de descriptio qui renvoie à scribere et celle de caractère dont l’origine grecque renvoie à la notion d’entaille et de signe distinctif suffisent à justifier que l’on fasse intervenir les considérations relatives aux figures que constituent les personnages dans la prise en compte des éléments descriptifs du discours de l’historien158. Parmi les ouvrages pionniers qui ont pour ambition de comparer les techniques du récit chez plusieurs historiens, nous voudrions prendre en mains le livre de Montgomery intitulé Gedanke und Tat et résumer la méthode qu’il utilise pour rendre compte d’Hérodote, Thucydide, Xénophon et Arrien. Le point de départ est constitué par la définition aristotélicienne de l’histoire opposée à celle de la poésie qui est considérée comme plus philosophique que l’histoire parce qu’elle « dit » de préférence le général et le possible (boia an genoito), tandis que l’histoire s’attache au particulier (katb’ hekaston) et aux genomena. Bien que le texte soit constamment cité, il semble que l’on n’ait guère remarqué que le Stagirite, qui vient de distinguer le dire et le faire à propos de la poésie, oublie cette distinction quand il illustre ce qu’est l’histoire par l’exemple d’Alcibiade : « ce qu’a fait Alcibiade ou ce qui lui est arrivé159 ». Une telle définition semble orienter l’historiographie en direction du genre biographique, mais elle est réductrice dans la mesure où Aristote ne dit rien des explications de l’événement données par les personnages, ni surtout des processus mentaux qui déterminent les événements. Thucydide, pour rendre compte des raisons de l’expédition en Sicile, délègue d’abord Nicias pour dénoncer les raisons personnelles qui inspirent Alcibiade et son goût de l’apparat. Avant de donner la parole à Alcibiade, il reprend à son compte les arguments de Nicias (VI, 15), en ajoutant qu’il était soupçonné d’aspirer à la tyrannie (cf. Pausanias) et que son comportement fut une cause essentielle de la chute d’Athènes. Le terme de Gedanke implique donc autant l’intelligence que les réactions psychologiques et les sentiments : parce que les actions sont des symptômes, il faut donc accomplir le trajet inverse de celui que suppose le titre, du visible à l’invisible (de l’action à la pensée en passant par le discours), comme dans le « dit » de Démocrite (opsis adélôn ta phainomena). Si les événements attestés et les documents d’archives relèvent de l’epistémé, l’invisible (les discours effectivement prononcés et la gnômê) relève de la doxa et d’une reconstitution vraisemblable de ce qui « devait » ou « aurait dû » (deonta) être dit ou pensé.

  • 160 P. Huart, 1968. À propos d’Hérodote, voir H. Barth, 1968 ; G. Lachenaud, 2003, passim.
  • 161 L. Pearson, 1954.

76La grille de lecture utilisée par Montgomery pour appréhender et comparer les historiens est la suivante. La compréhension des événements nécessite que l’historien établisse les faits, s’interroge sur leur enchaînement et en recherche les causes, mais par là même il pénètre dans la sphère du discours des personnages et de leur subjectivité (conception d’un plan, énoncé des intentions et des sentiments qui précède l’action). Dans le cas d’Hérodote par exemple, l’analyse du débat entre Xerxès, Mardonios, Artabane et Artémise et l’étude du vocabulaire du désir (epithymeein), de la volonté ou de la velléité, de la vengeance, de l’ambition et de la folie inconsidérée (agnômosynê) relèvent de cette approche, tout comme l’étude de P. Huart consacrée à Thucydide160. Il est ensuite nécessaire d’apprécier l’historicité de cette « sémantique de l’action » et le rapport entre les témoignages, les opinions qui sont confrontées et les suppositions de l’enquêteur avant de se demander si l’on a affaire à des personnalités individualisées que l’historien décrit et met en scène en usant du critère de vraisemblance (êthopoia) ou en faisant intervenir conjointement trois paramètres, le caractère, l’art du discours et les circonstances (le ta deonta de Thucydide), ou à des types conventionnels d’humanité analogues à certains personnages de la tragédie (Xerxès par exemple161). Retrouve-t-on le même cheminement dans les autres chapitres ? Dans le chapitre concernant Thucydide, Montgomery met l’accent sur la double perspective individuelle et collective. À propos de Xénophon, il relève une certaine timidité en ce qui concerne les motivations psychologiques. La construction du chapitre sur Arrien nous éloigne encore plus de celle du chapitre sur Hérodote. L’exposé des motivations d’Alexandre, la description de son tempérament passionné (long développement sur pothos) et la présentation de sa destinée portent la marque des sources d’Arrien, ce que l’on appelle la vulgate alexandrine, et de l’influence des écoles philosophiques.

  • 162 Le portrait d’Alexandre chez Plutarque est un bon exemple : l’inclinaison de l’épaule, mais aussi (...)
  • 163 A.Cook, 1988, p. 1 et 28, remarque que R. G. Colungwood, 1956, p. 115 et 215 (« Ali history is the (...)
  • 164 P. Payen, 1990, p. 530, n. 23, cite F. Lasserre, 1976, p. 119, 127-133 ; A. Momigliano, 1991 (1971 (...)
  • 165 Ch. W. Fornara, 1983, p. 185. Sur la méthode du double éclairage, voir Th. Spath, 1968.
  • 166 Thuc. I, 14,3 (politique navale de Thémistocle au moment de la guerre contre Égine) ; I, 74, 1 (di (...)
  • 167 Thuc. I, 94-95 (violence et style tyrannique, accusation de médisme) ; I, 128-132 (Pausanias en As (...)

77Si la proposopographie, au sens précis de description de l’apparence extérieure d’un personnage, ne joue un rôle dans l’écriture de l’histoire (surtout dans les récits de vies) qu’à partir du moment où un souci de réalisme se manifeste dans les représentations figurées162, l’éthopée et l’art du portrait moral et intellectuel sont à ce point déterminants qu’un théoricien récent de l’écriture de l’histoire, s’inspirant de Collingwood, considère qu’en fin de compte c’est la psychologie qui est « cruciale » et se hasarde à dire que la « psychologie reflète le style ethnique ». Tandis que Xerxès prend conseil, les Grecs tiennent des assemblées pour délibérer et le dernier récit développé des Enquêtes, des histoires d’alcôve, constitue un véritable psychodrame dont la structure ressemble en somme à une histoire de cas chez Freud163. Comme le dit Ch. W. Fornara, la biographie est le plus sérieux rival de l’historiographie dès les origines, bien que le concept de « biographie archaïque » utilisé par certains soit un concept flou, puisqu’à date ancienne les témoignages épigraphiques et littéraires ne font apparaître que des éléments de chronique royale et des formules d’autocélébration ou de brèves esquisses fortement stylisées des caractères et des destinées164. Les destinées de Thémistocle et Pausanias sont dessinées dans leurs grandes lignes selon une méthode du « double éclairage » (les qualités et les défauts, l’ombre et la lumière) qui caractérise encore très nettement la manière de Plutarque, mais, indépendamment des leçons morales qui se dégagent de leur destinée (les aspects inquiétants de l’intelligence et les effets délétères du pouvoir et de l’argent), leur rôle est surtout fonctionnel et la description est subordonnée au « political framework of historiography165 ». Certains passages rappellent la tonalité du récit d’Hérodote en insistant sur l’intelligence stratégique et le talent divinatoire de Thémistocle, y compris le chapitre 138 dont certains éléments apparaissent comme un commentaire du thème hérodotéen de l’homme « nouveau166 ». Mais Thucydide a choisi le moment de la mort de Thémistocle pour se livrer à cette étude de caractère qu’il associe à la destinée parallèle de Pausanias (I. 135167). Il convient d’insister sur le caractère tout à fait exceptionnel de ce portrait somme toute élogieux en dépit d’une allusion aux traits sophistiques de l’éloquence de Thémistocle : il n’y a pas de portrait de Pausanias. Bien que Pausanias se soumette au jugement de ses compatriotes alors que Thémistocle choisit de se dérober et que les deux récits qui s’entremêlent tiennent compte de la différence entre les deux caractères en opposant intelligence et violence, ces effets de contrepoint retiennent beaucoup moins l’attention que l’abondance des détails parallèles, notamment en ce qui concerne les rapports avec les Barbares et le récit du dénouement. Parce qu’il s’agit d’hommes exceptionnels, nous voyons affleurer sur le mode de l’exception des modes de description psychologique et de narration biographique qui se répandront par la suite.

  • 168 Voir Ch. W. Fornara, p. 179. Voir aussi V. Gray, 1989, p. 11-73.

78En effet, les récits historiques de Xénophon, surtout l’Anabase, interrompent la trame événementielle pour esquisser des caractères et mettre en scène des conversations révélatrices168. Avant l’entrée en scène de Xénophon, la fin du livre II est occupée par trois portraits développés (Cléarque, Proxène et Ménon) et une simple mention élogieuse concernant Agias d’Arcadie et Socrate d’Achaïe, irréprochables à la guerre comme en amitié. Les portraits sont nettement individualisés. Cléarque est essentiellement dépeint comme un chef de guerre polemikos kai philopolemos dont la vie privée n’a aucune importance puisqu’il privilégie les activités guerrières et ne cherche qu’à se faire obéir de ses soldats (II, 6, 1-15). Xénophon se rapproche ensuite du genre biographique quand il évoque la figure de Proxène qui l’a fait venir en Asie et qui avait suivi l’enseignement de Gorgias parce qu’il désirait acquérir un nom, la puissance et la richesse sans manquer à la justice. Xénophon estime cependant qu’il est trop confiant pour se faire respecter (II, 16-20). Le portrait de Ménon, qui n’est certes pas un modèle, est le plus complexe. Il se termine sur des détails concernant sa vie privée. Xénophon reprend dans l’ordre inverse les trois mobiles qui guidaient la conduite de Proxène et démontre en faisant un savant usage de la rhétorique que Ménon fait toujours l’inverse de ce qu’il devrait faire : il considère la droiture comme une preuve de naïveté et foule aux pieds la règle d’or de la sagesse populaire qui veut que l’on fasse du bien à ses amis et du mal à ses ennemis (II, 6, 21-28). Cependant, bien que chacune des personnalités soit traitée différemment, les préoccupations constantes de l’historien et son système de valeurs font que cette galerie de portraits doit être lue de manière synoptique : rapport entre la vie privée et la vie publique, le bon usage de la richesse, l’amitié et l’art de commander. Ultérieurement, l’art du portrait historique semble n’avoir d’autres fins que lui-même indépendamment de son encadrement événementiel.

  • 169 Voltaire, t. 16 de l’édition d’aptes le texte de Beuchot, Garnier Frères, Paris, 1878, p. 388 : «  (...)
  • 170 Citons cependant R. Heni, 1977 (Hérodote) et V. Gray, 1989, p. 11-78, notamment 73. Denys d’Halica (...)
  • 171 Fornara donne comme exemple Thémistocle (VI, 105, 117 ; VIII, 31, 65 et IX, 16).
  • 172 Id., 1983, p. 163 (critique justifiée du scepticisme extrême de D. Fehling) et p. 165. Voir V. gra (...)

79Depuis les sarcasmes de Voltaire dans la préface de l’Histoire de l’Empire de Russie sous Pierre le Grand169, il est de bon ton de regretter que les historiens anciens se soient livrés aux délices de la rhétorique, du discours « informel » au discours formalisé, et personne n’oserait plus écrire de discours qui ne soit un document d’archive. Mais quelques remarques préliminaires s’imposent. Tout d’abord, les commentateurs négligent trop souvent la présence du style de la conversation et du discours informel au cœur même de la narration. Chez Xénophon, l’importance des scènes de conversation découle sans doute de l’influence d’Hérodote et de celle du dialogue socratique, mais aussi de pratiques que l’on peut observer à Sparte170. Ensuite, comme le remarque Fornara, nous avons tendance à sous-estimer l’importance de la tradition orale et des souvenirs personnels, par exemple ceux des combattants des guerres médiques171 Fornara souligne enfin à juste titre qu’il serait anachronique d’attribuer à Hérodote les manies littéraires des historiens de l’époque hellénistique et impériale ou de supposer que ses contemporains étaient disposés à faire preuve de la même condescendance que des lecteurs du XIXe siècle. Hérodote sait fort bien que les paroles des contemporains de l’événement sont aussi des erga (il ne peut inventer de toutes pièces que tel discours a été prononcé). Pour autant la vivacité des conversations ou des narrations, chez Xénophon, ne constitue pas nécessairement la preuve d’un témoignage visuel et personnel172.

  • 173 Denys d’Hal., De Thuc. 43 (ton auton [...] tes dialektou kharaktêra) prend comme exemple le plaido (...)
  • 174 Callisthène, F. Gr. H. 124 F 44. Cf. Luc, Quom. hist. conscrit ?. 58 : « que le discours soit le p (...)
  • 175 F. W. Walbank, 1965, p. 5 et P. Pédech, 1964, p. 255, n. 12.
  • 176 Cf. Éphore, F. Gr. H. 70 F 9 ; Pol. XII, 25 a 3 et 25 i ; Diod. XX, 1-2, dont la source ne serait (...)

80En revanche, Thucydide éprouve déjà le besoin de justifier l’usage des discours (I, 22). Mais Denys d’Halicarnasse fait le tri parmi les discours de l’historien de la guerre du Péloponnèse et lui reproche de confondre la « posture de l’historien » (historikôi skhêmati) et l’art de la parole quand il écrit des discours dont le style reste le même au détriment de l’adéquation aux circonstances (le terme utilisé est epitêdeios) et de l’individualisation173. Il retourne donc contre Thucydide les principes qu’il avait lui-même énoncés, mais il se demande surtout si les arguments de Périclès et d’Hermocrate, tels qu’ils sont énoncés par Thucydide, n’auraient pas été jugés déplaisants par les auditeurs. En somme l’allusion au principe de l’individualisation n’est pas déterminante. Il n’en est pas de même dans un fragment de Callisthène où l’on trouve l’expression astokhein tou prosôpou174. Le changement de perspective est donc assez net pour que l’on puisse alléguer l’influence croissante du genre biographique175. Mais, dans tous les cas, les considérations théoriques ou critiques s’en prennent à ceux qui font étalage de leur talent rhétorique, tantôt en soulignant l’impossibilité de reproduire les paroles quand il s’agit d’événements anciens, tantôt en rappelant que toute bonne rhétorique repose sur le principe de l’ethopoia176. Bien que Fornara présente Diodore (introduction au livre XX), ou plutôt Douris qu’il considère comme sa source, comme l’initiateur d’une nouvelle théorie beaucoup plus critique à l’égard de l’abus des discours, il est bien connu que Thucydide exprime déjà une méfiance de principe à l’égard de la rhétorique (il ne s’y conforme pas dans la pratique). D’autre part, il ne semble pas raisonnable de s’interroger sur la « source » de cette introduction et Diodore, bien loin de proscrire l’usage des discours qui donne de la variété au style (sur ce point il rejoint Lucien), condamne expressément la longueur excessive des discours et les prouesses gratuites.

  • 177 Les principes sont énoncés par Isocr., Pan. 9, Hél. 11, Arist., Rhét. 1408 a 10 et Diod., XX, 1, 1 (...)

81Les discours sont sans doute de plus en plus perçus comme des éléments et des ornements qui interrompent la narration, mais la théorie du bon usage des discours reste somme toute remarquablement constante. Elle peut se résumer aux principes suivants : les discours doivent être appropriés aux circonstances, c’est-à-dire qu’ils doivent aider à comprendre les événements, ils doivent être vraisemblables, c’est-à-dire adaptés au caractère des personnages, enfin il n’est pas interdit à l’historien de faire un usage modéré de la rhétorique et même de l’éloge ou du blâme, à condition de n’être ni flagorneur ni sycophante. Parce que le récit doit être « continu » et non épisodique, parce que l’histoire en tant qu’œuvre est analogue à un « organisme vivant » dont toutes les parties doivent être « de même nature », les discours, comme les descriptions ou les portraits, risquent d’apparaître comme des éléments allogènes177. La règle d’or est littéraire : éviter l’akairia, l’inadéquation et la longueur intempestive qui peut dissimuler le manque d’information et de matière.

  • 178 Thuc. V, 86 sq. Voir Fornara, p. 156-157. Sur l’antilogia en général et en particulier le débat co (...)
  • 179 Fornara, p. 162. Pour le classement fonctionnel des discours chez Thucydide, voir H. F. Harding, 1 (...)
  • 180 V. Hunter, 1973, notamment p. 19, 80. Voir aussi O. Regenbogen, 1949 ; A Parry, 1957 ; H. Immerwah (...)
  • 181 J. De Romilly, 1990, p. 45, 52.
  • 182 V. Gray, p. 93-99 et p. 182-184, 107, à propos d’Hell VI,3 ;Anab. Il, 6 et d’Hér. III, 80-82.

82Pourquoi le dialogue entre les Athéniens et les Méliens éveille-t-il particulièrement les soupçons ? Parce qu’il est une antilogia. Le rapport avec les théories sophistiques de la puissance et du droit est incontestable et le Père de l’histoire savait aussi souligner l’importance d’une conjoncture historique en mettant en scène un dialogue de protagonistes178. Il est important de distinguer les discours délibératifs « monumentaux » dont l’objectif est d’éclairer les enjeux des situations politiques et militaires et les rhêtoreiai qui ont moins d’importance et peuvent s’apparenter à des exercices scolaires179. Mais, s’il est vrai que le genre du discours d’exhortation avant une bataille se prête aisément aux exercices scolaires, il est permis de soupçonner le caractère redondant du discours délibératif et même de le considérer comme une prophétie ex eventu. Les modes divers de l’alternance du logos et de l’ergon, qui s’inscrit dans la tradition du genre narratif de l’épopée à l’historiographie (le héros homérique est un bon faiseur d’actes et un bon diseur de mots), ont fait l’objet d’études approfondies qui soulignent bien souvent la primauté du logos au détriment du récit et de la description. Les effets d’annonce et surtout les discours des personnages anticipent sur l’événement parce que l’historien a déduit les intentions et les plans à partir des résultats. Phormion, Brasidas, Nicias et surtout Hermocrate sont en mesure de faire des raisonnements fondés sur l’eikos que les événements transforment en vérité, parce qu’ils sont munis d’une mémoire et d’une expérience. Bien que ces arguments de V. Hunter que nous venons de résumer doivent beaucoup à l’auteur d’Histoire et raison chez Thucydide, il est clair que J. de Romilly répugne à considérer comme un « artifice » les passages de Thucydide qui mettent l’accent sur la capacité de prévision de ses personnages, puisque, dans un ouvrage bien plus récent, elle remarque que de nombreuses prévisions ne se réalisent pas180 ! Pour notre part, nous trouvons plus pertinents les autres arguments qu’elle énonce : les discours de Thucydide, à une époque « où la littérature ne disait pas je » introduisent « l’universel au sein même du récit historique » et incitent le lecteur à « regarder haut », comme les chœurs dans le théâtre d’Eschyle quand ils commentent les épisodes en termes de faute et de justice181. Les discours de Théramène et Critias, qui occupent plus de la moitié du récit de la guerre civile, relèvent du même genre : les interrogations sur l’authenticité des discours (à distinguer de la simple vraisemblance) apparaissent bien vaines. Un lecteur qui songe à confronter le discours de Théramène avec la présentation de Lysias, lequel avait de bonnes raisons de le noircit, et qui remarque la ressemblance avec les arguments de Socrate dans les Mémorables, dira qu’il en résulte des considérations philosophiques sur la trahison, l’amitié et la loyauté, mais, pour autant, il ne mettra pas en cause la vraisemblance des arguments dans une circonstance où Théramène risquait d’être mis à mort par ses anciens amis. Les discours « formels » sont absents du récit de la guerre que les Spartiates mènent en Asie et particulièrement abondants quand les intérêts athéniens sont en jeu. De telles variations démontrent que le souci de prendre en compte les spécificités nationales et ethniques, mais aussi les centres d’intérêt de l’historien, peuvent influer sur l’usage de la rhétorique182.

  • 183 Pol. XII, 28, 8 et 25 a 4. Voit aussi XII, 25 k 2, 8 ; 26, 1-9 : Hermocrate ne méritait pas qu’on (...)
  • 184 Sur Dion Cassius, voir G. Zecchini, 1983 ; T. Dorandi, 1985 ; U. Ruiz Espinosa, 1982 ; M. Reinhold(...)

83L’idéalisation de Thucydide, tout comme la sévérité des critiques de Polybe, peut nous induire en erreur et entraîner des appréciations hâtives en ce qui concerne la place des discours en dehors de la période classique. Polybe reproche à Timée d’avoir écrit au début de son livre VI que selon certains le genre épidictique requiert de plus grandes qualités et plus de travail que l’histoire, et il considère que Timée a inventé de toutes pièces le discours d’Hermocrate, parce qu’il s’éloigne de la version autorisée, celle de Thucydide bien sûr183. Il ne vient pas à l’esprit des historiens qui utilisent les discours des prédécesseurs de les recopier comme des documents irréfutables (ce ne sont pas des documents), ni même de les citer ou de les résumer, parce que le droit de réécrire, de paraphraser ou de transposer dans d’autres contextes fait partie des usages. Dion Cassius, qui pourtant fait écho aux propos de Thucydide en I, 1, 2, rapproche divers discours de Cicéron pour composer une discussion avec Philiscus. Lucien s’en prend au discours d’Afranius Silo après la mort de Severianos et dit que l’historien a cru donner beaucoup de solennité à l’événement en rivalisant avec l’oraison funèbre prononcée par Périclès et avec l’horreur de la mort d’Ajax. Les discours de Mécène et d’Agrippa (LII, 1-40), comparables au débat constitutionnel du livre III d’Hérodote, constituent une analyse théorique du gouvernement et de la société romaine au iiie siècle et relèvent aussi du genre de la suasoria. Le discours de Mécène ne permet pas de se faire une idée du caractère de Mécène ou de ses rapports avec l’épicurisme184.

  • 185 L’expression « modélisation théâtrale » est employée par A. Beltrametti, 1986, p. 171, à propos d’ (...)
  • 186 Voir la conclusion de V. Gray, p. 136 : ce sont des individus qui s’expriment et non des collectif (...)
  • 187 Voir F. Frazier, 1996, p. 59-60, à propos de l’image des hommes vertueux qui permet au lecteur de (...)
  • 188 A. Beltrametti, ibid. Voir aussi Ch. w. Fornara, p. 171 : « they visualized episodes as if they fo (...)
  • 189 Ch. w. Fornara, p. 171-172. A propos de Thucydide considéré de ce point de vue comme un héritier, (...)
  • 190 K. A. Pagel, 1927 ; H. Bischoff, 1932 ; M. Pohlenz, 1937 ; R. Rieks, 1975 ; Ch. Chiasson, 1979 ; J (...)
  • 191 Long, 1987, p. 181-182. Sur la lexis eiromenê voit Arist., Rhét. 1409 a 25-35 et E. Norden, 1923, (...)
  • 192 Long, p. 177-178 : « The triangular cycle of the Histories is obeying, seeing, paying » ; 189.
  • 193 Voir l’excellente note de D. Lateiner, 1980, p. 32 (voir aussi 1982).

84L’usage des discours et des conversations est en effet inséparable de la « modélisation théâtrale185 ». Les Helléniques de Xénophon démontrent qu’ils ne servent plus seulement à introduire de la variété dans la narration et que la célébration des qualités morales à travers la caractérisation des personnages tend à l’emporter sur l’élucidation des circonstances historiques186. Xénophon s’écarte ainsi de Thucydide et retrouve la tradition hérodotéenne du mémorial éthique. Il s’agit de rendre « visibles » les épisodes, mais aussi les qualités morales abstraites en les incarnant dans des personnages, comme le fera Plutarque187. Bien que l’historien n’entretienne pas avec ses personnages les mêmes rapports qu’un poète dramatique, puisqu’il ne dispose pas des ressources de l’art dramatique, des costumes, des masques et des gestes, pour individualiser les personnages de l’histoire, les modes d’énonciation de la tragédie influent sur les historiens188. Il arrive en effet qu’Hérodote feigne d’être l’observateur muet des créatures qu’il met en scène sans se livrer à des commentaires. Fornara prend l’exemple des chapitres 34 à 45 du livre I où toutes les scènes s’organisent autour d’un personnage central, Crésus189. Depuis la dissertation de Pohlmann et le livre de Pohlenz, les discussions sur les rapports entre Hérodote et la tragédie n’ont cessé de se multiplier, mais il est permis de considérer qu’elles relèvent surtout des correspondances thématiques qui n’autorisent pas toujours les interprétations fondamentales que l’on prétend en tirer190. S’il est aisé également de relever des séquences analogues aux scénarios de la tragédie (rêve, oracle ou scène d’avertissement, erreur ou faute, catastrophe et reconnaissance du destin), les commentateurs les plus lucides sont ceux qui insistent sur la nécessité de distinguer la temporalité paroxystique qui caractérise la tragédie et la dynamique d’un récit historique soumis aux modes de la lexis eiromenê191, ceux qui s’intéressent aux modes d’écriture et aux modes de présence du narrateur dans son récit ou encore ceux qui remarquent que la tonalité d’ensemble des Enquêtes est plutôt celle du mode ironique, comme le manifeste avec éclat le rapport analogique entre la destinée de Crésus victime d’une excessive confiance et la destruction de l’armée perse192. Hérodote sait tirer parti des aspirations de son public désireux de trouver dans l’histoire l’accomplissement d’une justice divine, mais il ne renonce pas pour autant à formuler des explications plus prosaïques et plus rationnelles193.

  • 194 Ekhrên (souvent dans une parenthèse) : App., Bell. civ. I, 8, 74 ; II, 16, 116 ; cf. Xén., Cyr. V, (...)

85Nous n’accorderions pas autant d’importance à cette question si l’évolution ultérieure du genre historiographique n’attestait pas la récurrence des formulations et des scénarios tragiques. Bien entendu, la récurrence des formules n’exclut pas des significations nouvelles qui correspondent au langage philosophique propre à chaque période et il arrive qu’elles surviennent à propos d’épisodes dont la signification métaphysique paraît contestable, alors que chez Hérodote il s’agit toujours d’événements majeurs. Chez Dion Cassius et Appien, nous trouvons à la fois des formulations du genre « il fallait en effet... » ou « je m’étonne », souvent introduites par gar, dont le modèle lointain est hérodotéen194.

  • 195 Pour l’apport de l’Antiquité à la tradition des formes brèves et sentencieuses, voir Ph. Moret, 19 (...)

86Le discours de Dion Cassius est par ailleurs truffé de sentences dont la tonalité et le contenu moral et philosophique évoquent tour à tour Hérodote, Thucydide et la tragédie. Dans la trame du discours continu de l’historiographie viennent se glisser les effets d’une écriture proprement aphoristique et gnomique qui visent à l’universalité. Parler de lieux communs ne suffit pas, puisqu’il y a une véritable permanence des modes d’énonciation et du vocabulaire, voire même dans certains cas des variantes quasiment philologiques, qui démontrent que des passages célèbres des historiens fondateurs ont servi de matrice, comme suffisent à le démontrer les passages que nous rassemblons dans le tableau qui suit. Parce que la brevitas et la rotunditas des gnômika rendent perceptibles la discontinuité et la rupture195, elles sont appropriées à l’expression d’une parole d’autorité (parenté avec le discours oraculaire), même si elle relève en réalité d’une vulgate morale et philosophique, et s’installent de préférence aux marges du récit (cf. le tableau en annexe).

  • 196 Pol. XXIII, 10, 2-3, commenté par P. Pédech, 1964, p. 132-134, qui met une majuscule à Erynies et (...)
  • 197 Pol. XXXI, 9, 3 (cf. XXIII, 10, 14 et XXXVI, 17, 15) ; III, 47, 6-8 (à propos d’un héros qui serai (...)
  • 198 Plut., Thém. 10, 1 et 32, 4. Les formulations sont rigoureusement symétriques : « charmer la foule (...)

87La question de 1’« histoire tragique » doit ici retenir notre attention. Bien qu’il ne faille pas confondre l’histoire tragique dénoncée par Polybe et le genre narratif des « histoires tragiques » qui fut si florissant dans la littérature du XVIe siècle en Italie et en France, la comparaison n’est pas hasardeuse. En effet, Polybe lui-même souligne les aspects tragiques de la destinée de Philippe : « comme si en effet la fortune, voulant tirer un juste châtiment des impiétés et des crimes qu’il avait commis au cours de son existence, avait fait intervenir alors certaines Erynnies... ». Des témoins oculaires de cette tragédie de palais ont permis à Polybe de « donner à son personnage une unité et une intensité dignes de Tacite », comme le remarque P. Pédech196. La prudence des formulations (« comme si... » et « certaines ») permet sans doute à Polybe d’éviter de se mettre en contradiction avec son refus de l’histoire tragique. Mais, comme il ne rejette pas l’idée d’un châtiment divin et mentionne que, selon certains, Antiochus IV est mort au cours d’une crise de folie pour avoir tenté de piller un temple d’Artémis, épisode qui rappelle le logos de Cambyse dans Hérodote (III, 33), il faut considérer que la polémique contre Phylarque et ceux qui décrivent avec complaisance les scènes d’émotion et d’horreur est essentiellement inspirée par des motifs littéraires et sa conception du rôle de l’histoire197. L’écrivain Phylarque pratique une psychagogie aussi artificieuse que le politicien Thémistocle quand il utilise le prodige du serpent de l’Acropole et les oracles198. Les aléas de l’histoire (voir les emplois de paradoxon ou paralogon) devraient suffire à frapper l’imagination, sans qu’il soit nécessaire d’inventer des « péripéties » et l’enargeia du récit historique n’a pas pour but d’émouvoir.

  • 199 Tac, Hist. I, 1, 3 : « une loyauté incorruptible », incorrupta fides et Ann. I, 1,3 :» sans colère (...)
  • 200 F. Fabbrini, p. 93-94 (et note 119 sur la mort de Poppée). Cf. Hér. III, 50 et V, 92 (non cité pat (...)
  • 201 A. Michel, p. 102. Cf. XVI, 35, 1.

88En effet, la dimension tragique de l’histoire peut affecter l’ensemble du récit et pas seulement certains épisodes. Les déclarations de principe de Tacite, énoncées dans la préface de ses deux ouvrages majeurs, cèdent bien vite le pas à la passion du partisan. F. Fabbrini rejoint le point de vue d’Alain Michel quand il analyse la composition des Annales comme un « itinéraire tragique dont le point culminant est le principat de Néron » et qui est rythmé par les étapes successives du déclin de la liberté et de la vertu199. Néron, ainsi que d’autres personnages, incarne le tyran et les forces mauvaises dont il est la proie, à tel point que Domitien et même Hadrien, selon Alain Michel, sont des réincarnations de Néron et que la mort de Poppée ressemble à celle de Mélissa, la femme de Périandre200. Tacite manifeste une prédilection remarquable pour les dénouements catastrophiques marqués par les conflits entre la tyrannie et la vertu (la mort de Thraséas par exemple qui nous livre un exemple de constance dans l’adversité201).

  • 202 Voir B. Poussin-Boudou, 2000, p. 271-294, pour l’abondante bibliographie, l’analyse des modes de n (...)
  • 203 Hér. IV, 202-205 ; VIII, 104-106 ; I, 119 ;LX, 108-113.
  • 204 Arist., Rhét. 1394 a 4-5.
  • 205 Collingwood, 1946, p. 25. Voir aussi Rhétorique et histoire. L’exemplum et le modèle de comporteme (...)
  • 206 Châteaubriand, dans le Mercure de 1807, se représente l’historien comme un ange vengeur et fait al (...)

89Les récits tragiques qui illustrent la cruauté du crime et la rigueur du châtiment relèvent de la tradition des paradeigmata ou des exempla, mais aussi de celle des thaumata. L’Apologia pro Herodoto d’Henri Estienne est contemporaine d’une traduction française de Matteo Bandello par P. Boistuau qui ne retient que les récits cruels en écartant les contes et les facéties202. Bien qu’Estienne présente à son lecteur des exemples de coutumes et des anecdotes étranges qu’il a trouvés chez Hérodote, les histoires tragiques, par exemple celle de Phérétimé et celle d’Hermotimos qu’il relate longuement, ou encore le festin d’Harpage et la vengeance d’Amestris, représentent le tiers des anecdotes rapportées dans le texte latin de l’Apologie. Les crimes commis par les contemporains (bien des histoires tragiques résultent de faits divers qui font l’objet d’un véritable colportage et par là même sont plus proches de l’histoire que du conte) servent à accréditer les récits cruels que l’on reprochait à Hérodote : ils témoignent de la violence des passions et de la rigueur des châtiments infligés par les hommes ou pat la divinité203. En effet, comme le dit Aristote, les « arguments par les faits historiques sont plus importants que les atguments pat les fables204 ». La rhétorique et la tragédie ont ceci de commun qu’elles sont en partie modelées par la pratique des tribunaux comme le notait déjà Collingwood205. Chateaubriand comparait l’histoire à un ange vengeur206.

90***

  • 207 A. Cook, 1988, p. 3.
  • 208 A. Cook, Ibid., p. 9. E. Pellizer, 1986, prend l’exemple de la Vie de Thésée pour illustrer le pas (...)
  • 209 A. Cook, p. 56.

91Les schémas explicatifs de l’historien sont perpétuellement compromis par l’accumulation des données narratives207. Il ne peut se soustraire à la pression des détails qui prolifèrent, mais il doit substituer l’ordre au chaos et il met en œuvre pour cela trois modes d’écriture que l’on a coutume de distinguer soigneusement et d’opposer deux par deux, au prix de controverses en grande partie stériles : les connections causales dont le principe est nomologique (rapport entre l’événement singulier et la généralité de la loi), les structures verbales que l’on appelle souvent patterns et qui sont fondées sur l’analogie et la récurrence, la mise en intrigue enfin, qui ne se contente pas d’agglomérer les unités narratives minimales, par exemple pour composer le récit d’une vie. Les effets paradoxaux et combinés de la référence et de la rhétorique permettent-ils de dire que les patterns sont « découverts » ou « reconnus », plus qu’ils ne sont « imposés » comme le fait Albert Cook que nous considérons comme un bon témoin des efforts de ceux qui veulent dépasser les apories et les excès de la nouvelle rhétorique mise à la mode par les Français208 ? Il ne suffit pas de manier les notions de métonymie et de synecdoque, en y ajoutant l’ironie et la métaphore, pour rendre compte des relations entre le particulier et le général ou entre le détail singulier et l’ensemble. N’est-ce pas faire un usage métaphorique des tropes209 ?

  • 210 E. Fraenkel et F. Focke sont cités par I. Meyerson, 1956 (= Écrits, p. 268-270). Voir le développe (...)

92Nous voudrions ici, en prenant comme point de départ la temporalité, formuler quelques mises en garde contre des opinions préconçues. Les réflexions incidentes d’Ignace Meyerson à propos du temps chez les historiens grecs n’auraient sans doute pas eu le succès qu’elles ont connu si elles n’avaient pas coïncidé avec certaines analyses de philologues comme Fraenkel. Meyerson relève chez Hérodote, Thucydide et Polybe la présence d’une conception du « cours cyclique des actes et des destins des hommes » au lieu d’une « suite linéaire, irréversible et irrépétable210 ». C’est pourquoi l’histoire d’Hérodote « ne se déroule pas », affirmation que bien des faits viennent contredire. En revanche, nous ne reprocherons pas à Meyerson d’avoir noté que Thucydide et Polybe ne sont pas constamment pragmatiques, dans le sens polybien ou moderne du mot (gnômê et tukhê).

  • 211 Voir le titre de l’ouvrage de T. Long et la comparaison avec les répétitions dans les textes bibli (...)

93Mais il ne s’agit pas seulement d’archaïsmes, ni de structures narratives que l’on retrouve dans les récits traditionnels, puisque la structure anaphorique ou répétitive et le mouvement de bascule de la puissance à la faiblesse ou en sens inverse correspondent aux ressorts permanents de l’action des hommes (l’anthrôpeion de Thucydide), ou à la succession des hégémonies, permettant ainsi de développer une vision organiciste du devenir des sociétés humaines. Nous ne pensons pas que les Anciens se soient contentés de poser en principe que l’histoire ne peut être utile que si elle se répète, comme le dit Meyerson211.

  • 212 D. Briquel, lors d’une séance de la Société des Études Latines (le 10 janvier 1998), faisait remar (...)

94Le retour des patterns (schémas narratifs) ne dispense pas de recourir à des modes de lecture qui prennent en compte la construction d’une séquence narrative complexe ou l’historicisation des mythes, comme aurait dit G. Dumézil à propos de certains schèmes trifonctionnels212.

95Il n’y avait pas de professeurs d’histoire dans l’Antiquité et les historiens sont alors avant tout des littérateurs. Si le mythe devient littérature dès lors qu’il est coupé des situations d’énonciation (le rite et la cérémonie dont nous pouvons nous faire une idée), dans le cas du récit des événements du passé, il est assez vain d’en faire 1’« archéologie » et de reconstituer les situations dans lesquelles il apparaissait primitivement, en utilisant la notion d’oralité ou en se référant au genre ancien de la célébration des exploits. Mieux vaut prendre en compte l’évolution des situations dans lesquelles le roi, la cité, l’état, le rhéteur, le philosophe, l’apologiste attachent de l’importance au récit des événements du passé.

  • 213 L.-R. Des Forets, 1985, p. 35, 40, 43.

96Le lecteur des historiens anciens devrait s’inspirer des remarques suggestives de Louis-René des Forêts : le récit historique, comme le récit de fiction, peut être figuré géométriquement comme « une ligne irrégulière accompagnant une droite dont tantôt elle se rapproche, tantôt elle s’éloigne ». Ces divagations (incidentes, digressions, sentences), tour à tour, soulignent l’importance des faits ou introduisent des « ruptures d’équilibre » qui mettent en garde le lecteur et l’invitent à résister aux émotions que le récit et son organisation rhétorique risquaient de provoquer213.

  • 214 Voir H. R Jauss, 1978 et W. Iser, 1972 (trad. angl. 1975), ainsi que les remarques de P. Ricœur, p (...)

97La lecture des historiens anciens dont les données (exempla, mais aussi récits) sont réutilisées par les sophistes et les rhéteurs ou par d’autres historiens qui ne reculent pas devant la polémique ou la réécriture permet d’explorer toutes les dimensions de la réception d’une œuvre littéraire. La phénoménologie de l’acte de lecture, quand il s’agit d’un texte d’historien, est en effet bien particulière, puisque le lecteur qui résiste aux séductions de la littérature narrative, refuse de se laisser enfermer dans la clôture d’un récit particulier et exige le souci de la vérité et d’une argumentation solidement établie. La signification de l’œuvre se construit à travers une relation dialogique que l’on peut décrire en termes de connivence ou de savoir partagé (l’« horizon d’attente » est ici constitué par les traditions antérieures écrites ou orales), mais aussi en utilisant des termes à connotation juridique ou morale. Chaque historien définit les conditions d’un pacte de lecture et la déontologie propre à ce métier est faite de respect pour les hommes des générations antérieures et reconnaissance d’une dette à leur égard214.

Notes

1 Cf. par exemple K. von Fritz, 1967, t. 1.

2 Cf. H. Immerwahr, 1960.

3 Cf. S. Gotteland, 1994, M. Nouhaud, 1982 et J. Bompaire, 1976.

4 Cf. R Martin et J. Gaillard, 1990, notamment p. 110. Pour R wellek et A. Warren, 1971, les caractères d’un genre littéraire sont la forme extérieure et la forme intérieure, l’attitude, le ton et l’objectif. Voir aussi P. Hernadi, 1972 ; T. Todorov et O. Ducrot, 1972 ; T. Todorov, 1978 (chap. I et III). H. Rahn, 1969, distingue poésie, discours public, prose narrative (histoire, roman) et prose philosophique.

5 Ch. Mauron, 1967 et la psychocritique.

6 R. Barthes, 1966.

7 C. Calame, 1996, p. 1-48 ; P. Payen, 1994, p. 43-58.

8 C. Calame, 1996, p. 25 et 48, propose un tableau à double entrée et précise les rapports entre mythe et littérature, entre rite et mythe, en insistant sur l’importance des situations dénonciation.

9 Cf. H. Fournier, 1946 ; L. Brisson, 1982, p. 12 ; D. Sabbatucoi, 1977, p. 57-62. Platon utilise les verbes phteggomai (Lois II, 664 a 5-7), diêgoumai (Soph. 242 c 8-9), dierkhomai (Soph. 242 d 6, Tim. 23 b 4).

10 Plat., Gorgias 506 c 10, Rép. 621 b 8-c 1, Théét. 164 d 8-10, Phil. 14 a 3-5, Lois I, 645 b 1- 2 (sôizetai ou apollutai).

11 Ph. Lacouf-Labarthe, 1970, p. 62. Sur Heraclite et Hérodote, voir C. Lausdei, 1983.

12 Id., p. 57.

13 V. Hunter, 1982. Sur logos, epos. ainos voir P. Payen, 1994.

14 Expression employée par M. Conche, 1986, p. 32.

15 Fr. B 1 (M. Conche, 1986, p. 29 sqq.). Pour le début d’une œuvre, comparer avec Hécatée, Fr. 1 Jacoby (« selon ce qui me semble vrai »), Ion de Chios (36 B 1 Diels) et Diogène d’Apollonie (64 B 1 Diels).

16 M. Conche cite le De mundo du Pseudo-Aristote (l’exemple des couleurs et de la musique) et le traité hippocratique du Régime.

17 Fr. B 50 : « il est sage que ceux qui ont écouté, non pas moi, mais le discours, conviennent que tout est un » (M. Conche, p. 24).

18 L’expression kosmon epeôn se trouve chez Parménide, fr. B 8, v. 52.

19 Hér. I, 95 ; cf. Nicolas de Damas, f. Gr. H. 130, p. 402. Sur histôr comme témoin et juge, voir G. Nagy, 1990, p. 258, 261, 274.

20 Cf. Hipp., Réf. LX, 9, 5 et IX, 10, 1. Cf. M. Marcomch, 1978 et M. Conche, p. 265-268. Cf. B 17, 19, 72, 97, et surtout 107 : « yeux et oreilles sont de mauvais témoins pour les hommes dont l’âme est barbare ». Sextus a tort d’en conclure que la sensation est trompeuse selon Heraclite. Les « barbares » sont ceux qui ne comprennent pas la langue cachée de la nature (cf. Hér. II, 57 ; Soph., Ant. 1002 ; Esch.,Ag. 1050-3 ; Aristoph., Paix 681 et Ois. 199).

21 Pol. rV, 40, 3, cf. Héracl. A 23. Les mots bebaiôtas et apistous sont peut-être les mots mêmes d’Héraclite.

22 Plat., Rép. 392 d. Le verbe perainousin fait image et renvoie au parcours dans le passé, le présent et l’avenir dont il est question un peu plus haut. Cf. Aélius Théon, Progymnasmata, éd. M. Patillon, 1994, p. 55-56.

23 Cf. Plat., Soph 259 d-264 e. P. Ricœur, 1975, p. 185-187, et dans Temps et récit, t. III, p. 206 sq., parle d’une tension entre le même et l’autre et cite le début des contes majorquins : « ceci était et n’était pas ».

24 Rép. 393 a-b.

25 Cf. infra, p. 00.

26 M. Laffranque, 1968 ; G. Schepens, 1980.

27 Pour les rapports entre Thucydide et la rhétorique ou la sophistique, cf. W, R. Connor, 1984, p. 6 et 27-28 ; A. M. Parry, 1972, p. 47-61. Pour Hérodote, voir A. Dihle, 1962.

28 Savants, médecins. Pour Thucydide et la médecine, voir G. Rechenauer, 1991.

29 H. Verdun, 1977 ; T. G. Rosenmeyer, 1982.

30 Voir Christ-Schmidt, II, 1, p. 461, 2, p. 931 ; Spengel, II, 59, P. Oxy. 24, 1957, n° 2400 ; Aélius Théon (M. Patillon) ; Sénèque l’Ancien, Suasoriae.

31 Pol. XII, 25 i 4-9. Voir P. Pédech, 1964, p. 257-258, 282, 301.

32 Wallbank, 1948. Pol. XII, 25 d-e.

33 Pol. XII, 25 d-e.

34 Pol. II, 56, 11-13. Cf. III, 47, 6 et 48, 8. Sur Timée, voir G. A. Lehmann, 1974, p. 147-200 ; M. A. Levi, 1963, p. 195-202 ; R. vattuone, 1991, passim.

35 Cf. Pol. III, 31, 12-13 ; XXXVI, 1.

36 Pol. IX, 1, 2-3.

37 Diod. I, 1, 1.

38 Pol. XII, 27, 10.

39 Pol. IX, 4 ; cf. V, 23, 2 ; XII, 23, 7 : critique de Timée, bien qu’il fût le premier qui écrivit une histoire des pays de l’Ouest.

40 Pol. III, 4, 12 : thème de la tarachê et de la kinêsis.

41 Cf. Pol. I, 1, 2 ; XXXVI, 17 ; XXLX, 21 : Démétrius de Phalère, auteur d’un traité sur la fortune, prédit que les Macédoniens seront défaits par la fortune (la bataille de Pydna). Cf. P. Pédech, 1964, p. 331-354. Le terme sômatoeidê (I, 3, 4) est commenté p. 509. Pour les Latins, cf. la bibliographie et l’exposé de B. Minéo, 1994, p. 291-302, et 1996.

42 Voir la préface.

43 Pol. III, 4, 7 : la puissance romaine est-elle Pbeuktèn ou hairetên ? La question évoque les discussions morales des Stoïciens. Pour l’expression « histoire pragmatique », cf. P. Pédech, 1964, p. 21-31. L’histoire qui « démontre » (apodeiktikê) s’oppose à celle des livres I et II qui est kephalaiôdès. Cf. II, 37, 3.

44 Pol. I, 14, 2-8. Voir P. Pédech, p. 193, 358, 372-373, 398, 401. Sur Polybe et Caton, se référer à l’index de P. Pédech, p. 616. Voir l’étude des préfaces pour de plus amples développements sur la théorie des Grecs, notamment Denys d’Halicarnasse et Lucien.

45 Cic, De orat. I, 5, 18 et II, 9, 13, cité par Marmontel dans ses Éléments de littérature, Paris, Didot, 1854, t. II, p. 227-252. Constituant la bibliothèque de l’orateur, Quintilien considère l’histoire comme « très proche des poètes » : « L’histoire peut aussi nourrir l’orateur d’un certain suc abondant et agréable » (Inst. orat. X, 1,31). Cf. De orat. I, 34, 159. B. Gentili et G. Cerri, 1988, p. 48-49, disent que l’attitude moralisante des historiens romains rejoint celle d’Isocrate. Sur Cicéron et l’histoire, voir aussi M. Rambaud, 1953 ; K.-E. Petzold, 1972, p. 253-276 ; E. Rawson, 1972 ; P. A. Brunt, 1979 ; A. Mac Donald, 1975.

46 Orat., 66. Cf. Leg. I, 2 : « c’est là au plus haut point un genre oratoire ». Parmi les Grecs, ce sont les eloquentissimi bomines qui ont enttepris d’écrire l’histoire, bien qu’aucun d’entre eux n’ait été avocat. Cf. J. Cousin, Quintilien, Inst. or., Paris, Belles Lettres, t. VI, 1979, note 2, p. 276, sur les controverses dont les historiens (Salluste) et les poètes (Virgile, Lucain) font l’objet (faut-il les lire en tant qu’orateurs, poètes ou historiens ?).

47 Cf. Leg. I, 2 : « En effet, l’histoire est étrangère à nos lettres comme je le ressens moi-même et comme je te l’ai très souvent entendu dire » (propos prêtés à Atticus). Dans le rapide panorama des Annales jusqu’à Macer et Sisenna, seuls Caton et Coelius Antipater semblent trouver grâce. Gentili-Cerri, p. 52, commentent Cic, De orat. II, 13, 53-54 : Coelius Antipater est le premier à élaborer le discours historique dans une perspective isocratéenne (cf. Orat. 230). Cf. p. 55 et Gellius 5, 18, 7-9 = fr. 1-2 Peter, 2e éd. (annales relinquere et res gestas scriberc).

48 Gentili-Cerri, p. 58 sq., commentent Cic. Adfam. V, 12, 6 (Lucceius) et citent Plutarque à propos de Fabius Pictor, Rom. 8, 9 : dramatikon kaiplasmatôdes. Le lecteur trouvera aussi des considérations intéressantes à propos de l’opposition entre phrasai (énoncer) et graphein : Douris (F. Gr. Hist. 76 F 1) polémique contre ses prédécesseurs Éphore et Théopompe en leur reprochant de mépriser les aspects mimétiques d’un récit qui serait efficace pour décrire la réalité, parce qu’ils privilégient l’écriture. Douris influence Diodore (XX, 43, 7) et rejoint la démarche ethnographique et anthropologique d’Hérodote et des logographes ioniens, le courant inverse étant représenté par Isocr., Panath., 10-11 et Nie., 48-49 (p. 12). Voir aussi Denys d’Halicarnasse, Epist. as Pomp. 6, II, p. 244 sq. Us.-Rad. = F. Gr. Hist., 115 T 20, et la polémique de Polybe contre Phylarque, II, 56.

49 Cic, Orat. 39 et 30-31.

50 Cic, Orat. 32 et 62.

51 Ibid, 172, 191, 218 (Éphore) ; 151 et 207 (Théopompe).

52 Quint., Inst. or. X, 1,31.

53 Ibid. : « pour le souvenir de la postérité et la réputation de son génie. »

54 Ibid. : toris et lacertis.

55 X, 1, 73 ; VIII, 2, 15 ; II, 4, 18-19, à propos des rapports entre narration, réfutation, confirmation.

56 Pline le Jeune, Epist. I, 1, 1 ; II, 5, 5 ; 5, 8 ; 8, 4 (cf. Cic, De orat. II, 12, 54 : exornatores rerum).

57 V, 8, 1-2, 4. Cf. aussi la lettre VII, 33, 10 adressée à Tacite qui fait songer à la demande de Cicéron à Lucceius (Fam. V, 12).

58 V, 8, 9-10 : « les faits ordinaires, communs et courants, l’autre ne s’arrange que de l’extraordinaire, du grand, du sublime. »

59 Écriture et histoire : voir les titres de M. de Certeau, 1965 et F. Gerbod, 1981. Les préoccupations de Péguy lecteur et critique sont bien celles de P. Ricœur. Péguy et Ricœur sont confrontés au positivisme, sous sa forme historiciste ou sous sa forme anhistorique et structuraliste. Péguy ne définit-il pas la création littéraire comme un « problème d’organisation de la mémoire » (Clio, p. 122) ? Nous avons suivi l’itinéraire intellectuel de P. Ricœur : lecteur des Écritures et des histoires de malades de Freud, homme de culture perpétuellement en éveil quand surgissent de nouvelles interprétations. Il reprend la tradition allemande de la philosophie critique de l’histoire (de Dilthey à Weber), mais ne répugne jamais à invoquer la tradition rhétorique et aristotélicienne. La rencontre est paradoxale, puisque la philosophie critique allemande supposait précisément la rupture avec la conception aristotélicienne de la nature comme ordre hiérarchisé et signifiant. La pensée de Ricœur est présentée dans Esprit 140-1, juillet-août 1988 et J. Greisch, 2001.

60 Histoire et vérité, Paris, Seuil, 1955. Cf. aussi 1968 et 1975 ; ainsi qu’Esprit 360 (mai 1967). L’articulation de la structure et de l’événement apparaît comme un critère essentiel pour caractériser les modes d’écriture de l’histoire : Françoise Gerbod, 1981, p. 5-6, souligne que l’événement n’est pas pour Péguy « une charge de sens que l’exigence structurale ou structuraliste a justement pour fonction de réduire ou de suspecter » (cf. J. Derrida, 1967, p. 409), mais la soudaine manifestation d’une structure.

61 M. Bloch, 1949. P. Ricœur, p. 23 : « Est objectif ce que la pensée méthodique a élaboré, mis en forme, compris et ce qu’elle peut ainsi faire comprendre ».

62 P. Ricœur, 1955, p. 25.

63 Id, p. 26.

64 Voir l’abondance des adjectifs composés avec le préfixe axio- et les expressions verbales analogues chez les historiens grecs.

65 P. Ricœur, p. 29.

66 P. Ricœur oppose à cette construction naïvement séquentielle l’organisation exemplaire du livre de F. Braudel, qui dégage des « constellations de forces à évolution lente » ou une structure permanente.

67 P. Ricœur, p. 32.

68 Cf. notre étude sur les préfaces grecques et latines.

69 P. Ricœur, p. 49.

70 P. Thévenaz cité p. 42, « Événement et historicité » dans L’homme et l’histoire, p. 223-224.

71 P. Ricœur, p. 85.

72 H. White, 1973, 1974, 1975, 1976 et les travaux de 1982, 1986, 1984, 1987.

73 Les apports de la philosophie analytique anglo-saxonne sont ici sensibles. Cf. Ch. Danto, 1965.

74 P. Ricœur, 1983 : Temps et récit I, p. 31-37.

75 Ibid., p. 55-84. Poét. 1450 a 5, cf. 1452 a 18-22 et a 4 :para tên doxan di’allèla. Discussion de la traduction adoptée par J. Lallot et R. Dupont-Roc, 1980. Cf. G. F. Else, 1957, p. 321 : « The maker of what happened ! Not the maker of the actuality of events but of their logical structure, their meaning : their having happened is accidental to their being composed ».

76 Plat., Rép. 392 a.

77 P. Ricœur, Temps et récit I, p. 85. Le narrateur et son auditoire partagent une familiarité avec des termes tels qu’agent, but, moyen, circonstance, secours, hostilité, coopération, succès, échec, etc. Cf. le concept de « basic action » élaboré par A. Danto, 1965.

78 P. Ricœur, p. 86.

79 Id., p. 86, 101.

80 P. Veyne, 1971, cité par P. Ricœur, p. 103.

81 Cf. F. Kermode, 1967 ; M. E. White, 1969 ; I. F. De Jong, 1999, p. 233, 239, à propos de la « structure anachronistique » des Histoires.

82 P. Ricœur, p. 133.

83 Id., p. 134 sq.

84 P. Ricœur, p. 159-181. Cf. le chap. IV de W. Dray, 1966. À propos des rapports entre argumentation historique et argumentation juridique, cf. H. L. A. Hart, 1958.

85 Ch. Danto, 1965. Le post-structuralisme, c’est bien souvent la réhabilitation du récit : citons la protestation stimulante de D. Sallenave, 1988.

86 N. Frye, 1963, p. 55.

87 P. Veyne, 1971, p. 13.

88 Cf. N. Frye, 1969 (1957) et P. Recœur, 1983, à propos de cette tentative de réinterprétation littéraire de la théorie aristotélicienne des modes spoudaios et phaulos (« lourdeur » et « légèreté »), classement des genres littéraires en fonction du statut des héros.

89 Cf. l’étude des préfaces.

90 Id., p. 97.

91 Id., p. 171. Il est significatif que Ph. Lacoue-Labarthe, déjà cité, oppose deux lignées, celle de Schleiermachet, Dilthey, Poulet (herméneutique existentielle) et celle de Mallarmé, Barthes, Genette, Derrida.

92 Deux critiques nous serviront de guides, P. Ricœur et G. Genot, 1990.

93 R. Barthes, 1966, p. 12.

94 C. Lévi-Strauss, 1958 (chap. X et XI) ; R. Barthes, p. 12.

95 V. Propp, 1928, p. 35-80 ; G. Genot, 1990, p. 160 ; Propp et les formalistes russes dans T.L. (Seuil, 1966).

96 P. Ricœur, t. II, p. 62-63.

97 A. J. Greimas, 1966 ; C. Bremond, 1973, notamment p. 18-19, 25, 131 ; t. Todorov, 1972, p. 322 sqq. et un article de 1960.

98 Voir le schéma actanciel à six cases, proposé par A. J. Greimas, p. 211, destinateur, destinataire, adjuvant, opposant, sujet, objet de la quête, par exemple, la gloire, l’indépendance ou la vengeance.

99 C. Brémond, 1966, p. 64.

100 Voir M. Bal, 1984, pour la distinction entre récit encadré et récit enchâssé qui pousse à l’extrême les thèmes importants d’un récit qui précède (« mise en abyme »). C’est le cas de l’histoire d’Hermotimos (VIII, 104-6) ou encore de Polycrate, puisque la vengeance, thème latent à travers toute l’œuvre, y est portée au comble de l’absurdité et de la cruauté. Cf. aussi L. Dällenbach, 1978.

101 P. Ricœur traite successivement des « jeux avec le temps » et de 1» expérience temporelle fictive ».

102 É. Benveniste, 1965 (1974, p. 237, 239), cité par P. Ricœur, t. II, p. 96. P. 97, il cite également G. Guillaume, Temps et Verbe. Paris, Champion, 1929 et 1965 qui distingue inposse (infinitif et participe), in fieri (subjonctif), in esse (indicatif).

103 P. Ricœur, p. 97 sq. et 101 sq. K. Hamburger, 1955, p. 413-426, 1986 (1968, ler éd. 1957). H. Weinrich, 1964 (1971).

104 I, 8. M. Patillon, 1994, p. 55-56, précise les diverses définitions de l’épiphonème. Faudrait-il inventer la notion de prophonème ? Cf. P. Hohti, 1975.

105 H. Weinrich, 1964, p. 79.

106 J. Perrot, 1961, p. 112, 159-163.

107 J. Perrot, p. 109, résume O. Jespersen, 1924, p. 286-289 : outre la différence de tempo, Jespersen distingue les verbes conclusifs/non conclusifs, duratif ou permanent/ponctuel ou transitoire, achevé/non achevé, action unique ou isolée/action répétée ou habituelle, stabilité/changement, implication/non-implication d’un résultat. L’aspect « a joué le rôle de fourre-tout parce que la catégorie du temps ne permettait pas de rendre compte des valeurs observées dans le fonctionnement des langues » (p. 113). J. Perrot préfère partir du fonctionnement des formes avant de s’engager dans des considérations sémantiques. À travers cette discussion, nous percevons à la fois les difficultés et la nécessité du dialogue entre linguistique, philosophie et critique littéraire.

108 Cf. P. Ricœur, t. III, p. 147 sq. et É. Benveniste, 1965, à propos du temps chronique et des rapports entre rite et mythe.

109 P. Ricœur, p. 184 ; M. de Certeau, 1974, « L’opération historique » ; H. White, 1974, 1975, 1976 dans A. Fletcher (éd.), 1976.

110 J. Le Goff, « Documento/monumento », Enciclopedia Einaudi, Turin, vol. V, p. 38-48 et E. Levinas, 1972, p. 57-63.

111 F. Kermode, 1966, p. 70, 82. Cf. Ricœur, 1.1, p. 105, t. II, p. 39-41. Voir les préfaces de Polybe, Appien, Hérodien et Dion Cassius. Pour le thème du déclin de la république romaine (après Pydna en 168 selon Polybe, après la destruction de Carthage selon Salluste) et celui du renouveau augustéen, voir notamment B. Minéo, 2000.

112 P. Payen, 1994, p. 61, relève à juste titre que le logos d’Hérodote est « un logos de gloire mais au bénéfice des victimes de la conquête » et cite, p. 337. N. Wachtel, La vision des vaincus. Les Indiens du Pérou devant la Conquête espagnole (1530-1570), Paris, Gallimard, 1971. Nous songeons aussi à E. Levinas et à sa critique de la conception hegélienne de l’histoire. Voir Emmanuel Levinas et l’histoire, sous la direction de N. Frogneux et F. Mies, Actes du Coll. international des Facultés universitaires Notre Dame de la Paix (20-22 mai 1997), Ed. du Cerf, Paris-Namur, 1998, notamment p. 20-34.

113 É. Benveniste, 1966, p. 242. Voir LINX, 26, 1992 : dialogue entre Benveniste et les phénoménologues comme Ricœur (j.-C. Coquet), rapports de Benveniste avec la linguistique saussurienne (C. Normand). Cf. aussi C. normand, 1985 : pour entendre parler du discours et du sujet parlant, il fallait quitter les cercles de la linguistique structuraliste.

114 G. Genette, 1969, p. 49-69, et « Le discours du récit », 1972, p. 65-273.

115 G. Genette, p. 130.

116 Id., p. 182. M. Bal, 1984, p. 4, R. Barthes, 1966, L. Dolezel, 1971, et G. Genette (introd. au Discours du récit). Barthes distingue trois niveaux, celui des fonctions (cf. Propp), celui des actions (cf. Greimas), celui de la narration. Dolezel distingue quatre « blocks » : l’histoire, les personnages, l’espace et les interprétations : les personnages et l’espace sont situés au niveau du récit et, dans le « block » de l’histoire, il distingue trois niveaux, histoire, récit et texte narratif. Selon Genette, la narration concerne le procès dénonciation, tandis que les deux autres, l’histoire qui est le produit de l’invention, et le récit qui est pour Genette le produit de la disposition et de la narration, concernent le produit d’une activité.

117 Cf. F. Van Rossum-Guyon, 1970, p. 481, et Jean Pouillon, 1946, 1957, p. 91-98.

118 Cf. M. Bakhtine, 1970 (le roman polyphonique ou dialogique). Mais le dialogisme risque de remplacer le pouvoir structurant de la mise en intrigue et de condamner la composition à l’inachèvement (P. Ricœur, p. 145).

119 N. Friedmann, 1955.

120 F. K. Stanzel, 1955 et 1979 (rééd. 1982).

121 G. Genette, Figures III. Cf. M. Bal, p. 38 et 88 : les indices de l’implication ou de l’intrusion de l’auteur peuvent s’interpréter comme traces du narrateur et du focalisateur.

122 Cf. V. Hunter, 1973.

123 Hér. VIII, 39. Cf. C. M. J. Sicking, P. Stork et J. Perrot, 1963, p. 157 à propos du présent dit historique comme temps de substitution non marqué temporellement et chargé d’une expressivité particulière. Voir aussi I. J. F. De Jong, 1991, p. 38-45 et 1999, p. 247.

124 Cf. Ranke constamment cité et Collingwood, 1956, publié par T. M. Knox, d’après des conférences écrites à Oxford en 1936 : (« reenactement »)

125 Arist., Rhét. 1395 a 28 ; 1404 b 1.

126 P. Ricœur, t. III, p. 233. Voir W. Booth, 1961 et M. Charles, 1977, p. 9.

127 G. Prince, 1987. H. James utilise le terme de ficelle pour désigner un caractère qui éclaire la signification des actions (cf. W. Booth, 1972).

128 C. Calame, 1986, p. 11. Cf. p. II, les remarques sur le sens de hêgeisthai.

129 Id.,p. III.

130 Voir en particulier P. Payen, 1994, p. 44-45.

131 Ibid. p. 46-50 (cf. Hér. I, 95) et 58. P. Payen parle de « renoncement » au muthosoa à l’ainos. La notion de « détournement » utilisée ensuite nous paraît plus féconde.

132 Ibid., p. 58. Cf. p. 56, à propos des récits qui obéissent aux conventions de l’ainos.

133 Plat., Rép. 392 c-394 c. Arist., Poét. 1447 a-b, 1449 b 9. Pour l’histoire, cf. 1459 a 17-29 : hosa sunebê. Dans le récit historique ainsi décrit, comme dans les mauvaises pièces, il n’y a pas de telos unique.

134 P. Payen, 1994, p. 46. Récits ou explications développés ou complexes signalés comme tels par Hérodote : I, 24,86, 118 ; II, 115, 121 a, e, 160 ; III, 51, 70 ; V, 92 Ç ; VII, 18 ; IX, 26. Il en est de même de certains emplois d’exêgeesthai : II, 113, 115, 121 a ; III, 4, 135 ; IV, 36 ; IX, 122. Hérodote sujet de l’énonciation : I, 185, 207 ; II, 3 ; 65 (theia ton apêgêmatôn), 70, 75, 161 ; III, 125 ; IV, 38, 145 ; V, 62, 65, 67. Apodeiknusthai, apodexis : exploits (ou traits remarquables) : I, Pr., 59, 174 ; II, 10, 101, 111 ; III, 134, 135, 155 ; VI, 15, 55 ; VII, 23, 24, 139, 160, 211 ; VIII, 68, 89, 90 ; IX, 27, 68, 71, 72. Expression publique d’une opinion : I, 170 ; II, 24 ; VII, 139 ; VIII, 8 ; III, 74, 160 ; IV, 98, 137 ; VII, 6, 10 ; IX, 58. Apodexis = démonstration ou preuve : VIII, 101. Exposition : I, Pr.

135 Thuc. VI, 54 : « je tiens à étendre davantage mon récit pour montrer que... ». Diêgêsis n’est pas utilisé, pas plus qu’aphêgeisthai-aphêgêsis. Xénophon est dans le même cas. Apaggellô est utilisé dans la préface (I, 22) à propos de récits oraux recueillis auprès d’informateurs. Cf. VI, 33 ; VII, 8 ; III, 67 : apaggelia pour désigner un rapport concis opposé aux justifications laborieuses et trompeuses.

136 Hell. IV, 3, 16 (annonce du récit de la bataille de Coronée) ; 8, 1 ; V, 1, 4 ; 4, 1 ; Mem. I, 2, 14 ; III, 1, 1 (plutôt « exposer ».) ; IV, 2, 1 ; Cyr. I, 2, 5 (exposer) ; VIII, 1, 17 et 48 ; 2,7 ;3, 1.

137 Cf. Pol. XV, 24 a 1 (division de l’ensemble de l’ouvrage, cours du récit) ; XXXI, 30, 4 (retour au fil du récit après une digression) ; XXXVIII, 4, 1. Le verbe n’est employé que deux fois. Noter en XXXVIII, 6, 1, l’adjectif diêgématikai accompagné de muthikai... parekbaseis et distingué de pragmatikai (cf. Denys, De Thuc. 37, 55). Cf. Diod. XI, 20, 1 ; 34, 2 ; 89, 8 (tetout à la continuité du récit) ; XVI, 1,2, cf. XX, 1, 1) ;XX, 43, 7 (mesolabein).

138 Denys, Ant. rom. (20 occurrences mettent en jeu l’auteur) : cf. I, 62, 1 (apaitei ho logos, cf. II, 48, 1 et les formules analogues chez Hérodote) ; 90, 2 (« j’en viendrai à ce qui suit dans le récit ») ; IV, 7, 5 (revenir au récit que l’on avait abandonné), cf. VII, 73, 5) ; 24, 1 (meros) ; VII, 2, 5. Nombreuses occurrences dans le De Thuc. Noter d’autre par le retour d’aphégeisthai au début des Ant. rom. I, 5 ; 8, 2 (présent).

139 Luc, De conscrib. hist. 55-57.

140 H. White, 1973, estime que les tropes peuvent aussi s’appliquer aux structures profondes.

141 A. Cook, 1988, p. 1, formule nettement la problématique. Voir C. Calame, 1996, p. 6.

142 Le livre d’A. Beltrametti, 1986, p. 25, représente assez bien cette dérive : « Sopratutto, le Stotie inducono a tipensare Erodoto non corne padre di un sapere storico, sempre et dovunque uguale, ma corne inventore délia memoria divolgata, edificante e dogmatica ».

143 Plat., Crit. 109 d.

144 Hér.VII, 224,11, 128.

145 D. Steiner, 1994, notamment p. 132, 142. Elle remarque aussi l’abondance des messages écrits (V, 52-54 ; VII, 239) et la pratique des stigmates corporels pour marquer la possession (p. 154). Ce n’est pas le lieu de discuter ici le rapport qu’elle établit entre l’écriture comme différenciation (cf. Derrida) et le pouvoir despotique.

146 Cf. A. COOK, 1988, p. 18. Cf. Od. XI, 78 (la tequète d’Elpénor) ; Esch., Ag. 281-315 ; Hér. VIII, 1,42-48, IX, 85 ; Thuc. I, 128-132. D. Steiner, p. 135, insiste sur la préférence des Grecs pour la glorification collective, mais n’est-ce pas un peu forcer le trait ? Il faut noter que Plutarque, De Her. malign. 870 F, cite une épitaphe à la gloire du Corinthien Adimante. Cf. 872 E-873 D : il ne peut croire que les inscriptions puissent être mensongères.

147 Ph. Hamon, 1981, p. 6.

148 Geli., V, 18, 6-9. Voir l’édition de H. Peter, 1870 (1914,1967, 1993, avec add. de J. Kroymann) ; M. Chassignet, 1996, introd. ; G. d’Anna, 1988 : « Annalisti » dans Dizionario degli scrittori greci e latini, ed. F. della Corte, I, Milan, p. 55. Un rapport peut être établi entre demonstratio et historia apodeiktikê (Polybe).

149 Interesse correspond à pareinai que l’on trouve chez Thucydide ou Polybe entre autres. Cf. Servius, auct., ad Verg. Aen. I, 373 : quibus rebus gerendis interfuerit is, qui narret.

150 R. Barthes, 1984. Pour le petit fait significatif, cf. Plut., Alex. 1, 2-3.

151 M. Moggi, 1993, p. 396.sq (Ch. Habicht, 1985, p. 95-97) ; cf. aussi F. Chamoux, 1988, p. 37-45 ; Y. Lafond, 1991, p. 24-45.

152 Beltrameiti, 1986, p. 49-57. Sur la question de la vocation première d’Hérodote et le problème de la genèse de son œuvre, voir G. Lachenaud, 2003, p. 141-147. Sur historia voir R. Keuck, 1934, p. 1-34.

153 P. Pédech, 1964, p. 521-522, souligne que Polybe a retenu sur ce point la leçon de son maitre Philopoemen : « C’est une géographie empirique, réduite à des descriptions topographiques sans lien entre elles ».

154 ALonso-Nunez, 1992 et 1994, évoque la précision du fonctionnaire romain. Trogue-Pompée suit la même présentation spatiale qu’Éphore et applique la technique hérodotéenne en ce qui concerne les origines.

155 Hérod. IV, 3, 6-8. Voir G. Anderson, 1993, p. 101-132.

156 Cette expression se trouve chez Ch. W. Fornara, 1983, p. 30.

157 P. Pédech, 1964, p. 516, 530-533 (Polybe « touriste »). Sur la géographie chez les historiens, voir F. W. Walbank, 1948 et surtout P. Pédech, 1964, p. 515-599, qui distingue deux manières polybiennes de traiter la géographie.

158 Voir Ph. Hamon, 1993, notamment p. 104-105. Sur le genre biographique, voir F. Leo, 1901 ; H. Homeyer, 1962, p. 75-85 ; A Momigliano, 1971 (1993).

159 Montgomery, 1955, note p. XIV.

160 P. Huart, 1968. À propos d’Hérodote, voir H. Barth, 1968 ; G. Lachenaud, 2003, passim.

161 L. Pearson, 1954.

162 Le portrait d’Alexandre chez Plutarque est un bon exemple : l’inclinaison de l’épaule, mais aussi la complexion.

163 A.Cook, 1988, p. 1 et 28, remarque que R. G. Colungwood, 1956, p. 115 et 215 (« Ali history is the history of thought ») s’inspire de Hegel. Voir aussi V. Gray, 1989, p. 37 sq., 76, 138 sur le laconisme et le style des propos prêtés aux Spartiates par Xénophon.

164 P. Payen, 1990, p. 530, n. 23, cite F. Lasserre, 1976, p. 119, 127-133 ; A. Momigliano, 1991 (1971), p. 104-119 ; F. Hartog, 1980, p. 14 ; C. Darbo-Peschanski, 1987, p. 78-79.

165 Ch. W. Fornara, 1983, p. 185. Sur la méthode du double éclairage, voir Th. Spath, 1968.

166 Thuc. I, 14,3 (politique navale de Thémistocle au moment de la guerre contre Égine) ; I, 74, 1 (discours des Athéniens) ; I, 90, 3 ; 91, 1-4 ; 93, 3 (les Longs-Murs et le Pirée) ; I, 135, 2-136 (la fuite deThémistocle) ; I, 137, 3 (lettre à Artaxerxès, apprentissage de la langue et des mœurs des Perses). I, 138, 3-6 (éducation et qualités innées de Thémistocle).

167 Thuc. I, 94-95 (violence et style tyrannique, accusation de médisme) ; I, 128-132 (Pausanias en Asie, lettre au Grand Roi, modification de son genre de vie, l’inscription du trépied de Delphes).

168 Voir Ch. W. Fornara, p. 179. Voir aussi V. Gray, 1989, p. 11-73.

169 Voltaire, t. 16 de l’édition d’aptes le texte de Beuchot, Garnier Frères, Paris, 1878, p. 388 : « On faisait dite à ces héros ce qu’ils auraient pu dire » (cf. Thucydide).

170 Citons cependant R. Heni, 1977 (Hérodote) et V. Gray, 1989, p. 11-78, notamment 73. Denys d’Halicarnasse, De Thuc. 41-42, distingue bien dêmêgorikoi logoi et dialogoi, mais il ne s’agit pas de conversations.

171 Fornara donne comme exemple Thémistocle (VI, 105, 117 ; VIII, 31, 65 et IX, 16).

172 Id., 1983, p. 163 (critique justifiée du scepticisme extrême de D. Fehling) et p. 165. Voir V. gray, 1989, p. 200, n. 17, à propos de la mort de Théramène chez Xénophon et des indices biographiques supposés par Éd. Delebecque, 1957. I. j. F. De Jong, 1999, p. 224-229, distingue le narrateur épique omniscient, mais modeste et invisible, le narrateur hérodotéen dominant et visible et les reconstructions des historiens.

173 Denys d’Hal., De Thuc. 43 (ton auton [...] tes dialektou kharaktêra) prend comme exemple le plaidoyer de Périclès et le discours d’Hermocrate aux habitants de Camarina. De même, un commentateur récent d’Hérodote, Beltrametti, 1986, p. 170, formule un jugement tout à fait expéditif où le terme « sfoggio » correspond exactement à ce que les Anciens appelleraient epideiktikoi logoi.

174 Callisthène, F. Gr. H. 124 F 44. Cf. Luc, Quom. hist. conscrit ?. 58 : « que le discours soit le plus possible ressemblant à la personne et approprié à l’action. »

175 F. W. Walbank, 1965, p. 5 et P. Pédech, 1964, p. 255, n. 12.

176 Cf. Éphore, F. Gr. H. 70 F 9 ; Pol. XII, 25 a 3 et 25 i ; Diod. XX, 1-2, dont la source ne serait pas Éphore, mais Douris de Samos selon Fornara, p. 147-8.

177 Les principes sont énoncés par Isocr., Pan. 9, Hél. 11, Arist., Rhét. 1408 a 10 et Diod., XX, 1, 1-5 : « continu... en effet le genre de l’histoire est simple, homogène à lui-même et, dans son ensemble, analogue à un corps animé. » En revanche, Dion Cassius est condamné sévèrement pour ses descriptions et ses discours (voir Reardon, 1971, p. 206-209, Anderson, p. 101-132, Millar, p. 171 sq.).

178 Thuc. V, 86 sq. Voir Fornara, p. 156-157. Sur l’antilogia en général et en particulier le débat constitutionnel (Hér., III, 80-82), voir la bonne mise au point de P. Demont, 1994.

179 Fornara, p. 162. Pour le classement fonctionnel des discours chez Thucydide, voir H. F. Harding, 1973. Sur le caractère conventionnel des discours d’exhortation des chefs militaires chez Dion Cassius, voir M. Reinhold, 1988, p. 105-12 (Antoine : L, 16, 1-22, 4 ; Octave : L, 24-30, 4).

180 V. Hunter, 1973, notamment p. 19, 80. Voir aussi O. Regenbogen, 1949 ; A Parry, 1957 ; H. Immerwahr, 1966 ; J. De Romilly, 1956, 1990, p. 53 et note 39 (où elle prend le contrepied de V. Hunter et C. Schneider, 1974), p. 89-90 (à propos de la prévision).

181 J. De Romilly, 1990, p. 45, 52.

182 V. Gray, p. 93-99 et p. 182-184, 107, à propos d’Hell VI,3 ;Anab. Il, 6 et d’Hér. III, 80-82.

183 Pol. XII, 28, 8 et 25 a 4. Voit aussi XII, 25 k 2, 8 ; 26, 1-9 : Hermocrate ne méritait pas qu’on lui attribue un bavardage scolaire sur la différence entre la paix et la guerre.

184 Sur Dion Cassius, voir G. Zecchini, 1983 ; T. Dorandi, 1985 ; U. Ruiz Espinosa, 1982 ; M. Reinhold, 1986 et 1988, p. 165-168 ; f. Millar, p. 83, 171 sq., p. 106 pour l’imitation des maniérismes de Thucydide. Luc, Quom. hist. conscrib. 26. M. Reinhold, p. 10 (note 29), rapproche la méthode de Dion Cassius et celle de Plutarque (cf. C. B. R. Pelling, 1980).

185 L’expression « modélisation théâtrale » est employée par A. Beltrametti, 1986, p. 171, à propos d’Hérodote, sans qu’il y ait véritablement démonstration.

186 Voir la conclusion de V. Gray, p. 136 : ce sont des individus qui s’expriment et non des collectifs anonymes (les Athéniens...).

187 Voir F. Frazier, 1996, p. 59-60, à propos de l’image des hommes vertueux qui permet au lecteur de se mirer et de mieux régler sa conduite (cf. Paul-Émile 1, 1 et De prof, in virt. 85 A-B).

188 A. Beltrametti, ibid. Voir aussi Ch. w. Fornara, p. 171 : « they visualized episodes as if they formed the scenes of a play ».

189 Ch. w. Fornara, p. 171-172. A propos de Thucydide considéré de ce point de vue comme un héritier, il emploie l’expression « “paratragic” fashion ».

190 K. A. Pagel, 1927 ; H. Bischoff, 1932 ; M. Pohlenz, 1937 ; R. Rieks, 1975 ; Ch. Chiasson, 1979 ; J. Th. Kakridis, 1983, p. 215-219 ; J.-P. Vernant, 1986 ;T. Long, 1987, p. 177-189 ; G. Lachenaud, 2003 passim.

191 Long, 1987, p. 181-182. Sur la lexis eiromenê voit Arist., Rhét. 1409 a 25-35 et E. Norden, 1923, p. 367-369.

192 Long, p. 177-178 : « The triangular cycle of the Histories is obeying, seeing, paying » ; 189.

193 Voir l’excellente note de D. Lateiner, 1980, p. 32 (voir aussi 1982).

194 Ekhrên (souvent dans une parenthèse) : App., Bell. civ. I, 8, 74 ; II, 16, 116 ; cf. Xén., Cyr. V, 9 ; Dion Cassius, LXXV1I, 5, 2. Un seul exemple d’ekhrên chez Thucydide, mais dans un sens non marqué (VI, 57). Cf. Hér. I, 8 et Lucien, Asin. 28, qui s’applique ironiquement la même formule. Edei : App., Lib. 578 ; Dion Cassius, XXXLX, 45, 4 ; XLIV, 18,3 ; XLVI, 19,6 ; LUI, 30, 4. Kai moi thauma : Appien, Ill. 44 ; Bell. civ. I, 2, 16 ; I, 12, 103 (démission de Sylla) ; thaumazô : Dion Cassius, LXXI, 32, 3. Hêde hê hêmera : App. Bell. civ. II, 2, 10, 69 (discours de Pompée résumé en style indirect, écho d’une formule traditionnelle à propos du début des malheurs : arxei kakàn).

195 Pour l’apport de l’Antiquité à la tradition des formes brèves et sentencieuses, voir Ph. Moret, 1997, notamment les pages 1 à 53 qui dressent un panorama de l’histoire des formes sentencieuses de la Rhétorique d’Aristote au Moyen Âge. L’aphorisme ou gnômê doit être considéré comme l’une des variétés d’un genre particulièrement touffu, à côté des apophtegmes, emblème, épigrammes, inscriptions, réflexions incidentes. Voir aussi F. Delarue, 1979, pour les rapports entre syllogisme, enthymème et sententia, ainsi que, dans le même recueil, les articles de P. Laurens et F. Trouillet.

196 Pol. XXIII, 10, 2-3, commenté par P. Pédech, 1964, p. 132-134, qui met une majuscule à Erynies et refuse, comme Walbank, 1938, p. 55-68, de croire qu’il se soit inspiré de tragédies ou de nouvelles historiques.

197 Pol. XXXI, 9, 3 (cf. XXIII, 10, 14 et XXXVI, 17, 15) ; III, 47, 6-8 (à propos d’un héros qui serait apparu au moment du passage des Alpes par Hannibal) et 48, 8 ; II, 56, 6-12. Voir P. Pédech, p. 394-5. Sur l’« histoire tragique », voir B. L. Ullman, 1942 ; G. Giovannini, 1943 ; F. W. Walbank, 1955 ; N. Zegers, 1959 ; I. Borzsak, 1973 ; A. Mastrocinque, 1983 ; F. Fabbrini, 1989.

198 Plut., Thém. 10, 1 et 32, 4. Les formulations sont rigoureusement symétriques : « charmer la foule [...] en faisant apparaître une machine comme dans la tragédie. »

199 Tac, Hist. I, 1, 3 : « une loyauté incorruptible », incorrupta fides et Ann. I, 1,3 :» sans colère ni zèle que je n’ai raison d’éprouver », sine ira et studio, quorum causasprocul habeo. F. Fabbrini, 1989, p. 73. Cf. A. Michel, 1966.

200 F. Fabbrini, p. 93-94 (et note 119 sur la mort de Poppée). Cf. Hér. III, 50 et V, 92 (non cité pat F. Fabbrini) et Diog. Laërce, I, 94.

201 A. Michel, p. 102. Cf. XVI, 35, 1.

202 Voir B. Poussin-Boudou, 2000, p. 271-294, pour l’abondante bibliographie, l’analyse des modes de narration et la signification juridique, idéologique et religieuse de ces histoires.

203 Hér. IV, 202-205 ; VIII, 104-106 ; I, 119 ;LX, 108-113.

204 Arist., Rhét. 1394 a 4-5.

205 Collingwood, 1946, p. 25. Voir aussi Rhétorique et histoire. L’exemplum et le modèle de comportement dans le discours antique et médiéval = Mél. Ec. Fr. de Rome 92, 1980. H. F. North, 1956 ; S. Bann, 1990, donne le titre suivant à l’un de ses chapitres : « History and lier siblings : law, medicine and theology ».

206 Châteaubriand, dans le Mercure de 1807, se représente l’historien comme un ange vengeur et fait allusion à cet article dans ses Mémoires.

207 A. Cook, 1988, p. 3.

208 A. Cook, Ibid., p. 9. E. Pellizer, 1986, prend l’exemple de la Vie de Thésée pour illustrer le passage des unités narratives à une biographie individualisée.

209 A. Cook, p. 56.

210 E. Fraenkel et F. Focke sont cités par I. Meyerson, 1956 (= Écrits, p. 268-270). Voir le développement théorique de Polybe en VI, 2-3.

211 Voir le titre de l’ouvrage de T. Long et la comparaison avec les répétitions dans les textes bibliques (p. 3).

212 D. Briquel, lors d’une séance de la Société des Études Latines (le 10 janvier 1998), faisait remarquer que la notion d’historicisation, dans certains cas, est inadéquate.

213 L.-R. Des Forets, 1985, p. 35, 40, 43.

214 Voir H. R Jauss, 1978 et W. Iser, 1972 (trad. angl. 1975), ainsi que les remarques de P. Ricœur, p. 251, qui signale l’origine phénoménologique et husserlienne du concept d’horizon d’attente (Husserl, Idées 1, § 27 et 82).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search