Version classiqueVersion mobile

Les ministres de la Guerre, 1792-1870

 | 
Édouard Ebel

Cinquième partie. Les ministres de la Guerre de la Deuxième République et du Second Empire 1848-1870

Jacques-Louis-César-Alexandre, comte Randon

Ministre de la Guerre, 24 janvier 1851-26 octobre 1851, puis 5 mai 1859-20 janvier 1867

Éric Anceau

Texte intégral

Origines, formation et carrière avant 1851

  • 1 Ce qui incite à penser qu’il avait fait de mauvaises affaires.

1Né à Grenoble (Isère), le 25 mars 1795, il était le fils de Jacques Randon (1756- 1814), marchand toilier à Voiron, négociant à Grenoble, puis simple garde magasin du dépôt de mendicité d’Ixelles (Belgique)1 et de Louise Dejean (1770-1855). Il était le neveu, par sa mère, du général de division et comte d’Empire Jean-Gabriel Marchand (1765-1851), chez lequel, lycéen à Grenoble, il s’évadait dans ses moments de liberté pour venir pratiquer l’équitation dans son grand domaine du Grésivaudan, à Saint-Ismier. Originaire de Ganges dans l’Hérault, la famille Randon, qui appartenait à la bourgeoisie depuis plusieurs générations, comptait dans ses rangs plusieurs notaires royaux dont l’arrière-grand-père et le grand-père du maréchal, et était de confession protestante depuis la Réforme. Elle était apparentée à l’avocat et député révolutionnaire Antoine Barnave. Veuve, sa mère épousa en secondes noces Auguste-César Pascal (1780-1838), receveur principal des impôts indirects et entreposeur des tabacs.

2Le jeune César s’engagea dans les tout premiers jours de 1812, à seulement seize ans, et rejoignit son oncle Marchand à Varsovie où il fut nommé sergent, dans le 93e régiment d’infanterie de ligne, le 11 avril 1812. Il fit la campagne de Russie et se distingua à la Moskowa, gagnant ses épaulettes de sous-lieutenant le 18 octobre. Lors de la campagne de Saxe, il fut blessé deux fois à Lützen, le 2 mai 1813, une fois au bras gauche et une à la cuisse droite, et fit preuve d’une grande bravoure à Bautzen, ce qui lui valut de devenir lieutenant le 10 août 1813. Son oncle, le général Marchand, le prit ensuite pour aide de camp. Il participa à ses côtés à la bataille des nations, à Leipzig, fut fait capitaine le 28 novembre 1813, le suivit encore sur la frontière des Alpes pour défendre Savoie et Dauphiné, puis dans la campagne de France en 1814. Après l’abdication de Napoléon, il continua à servir son oncle qui s’était rallié aux Bourbons et commandait la 7e division militaire. Il fut fait chevalier de la Légion d’honneur le 19 octobre 1814. Au retour de Napoléon de l’île d’Elbe, il fut envoyé au défilé de Laffrey où il chercha vainement à inciter l’officier supérieur chargé de s’opposer au passage de l’empereur, le commandant du 5e de ligne, à appliquer les ordres et à ouvrir le feu sur « l’usurpateur ». Non seulement, il ne fut pas entendu, mais dut s’enfuir pour échapper aux cavaliers de l’empereur. Cependant, comme son oncle, il se rallia vite au vainqueur, participa à la campagne de Belgique et fut blessé à Ligny. Il fut écarté à la Seconde Restauration, mais sa disgrâce dura peu.

3D’octobre 1816 à octobre 1822, il servit dans les chasseurs de la Meuse, puis dans ceux de la Sarthe. Cependant, il payait sans doute son ralliement rapide à Napoléon et n’avançait pas. En revanche, avec la révolution de juillet 1830, tout changea puisqu’il était devenu le neveu par alliance de l’un des fondateurs du régime, Casimir Perier. Il fut promu chef d’escadron dès le 14 septembre 1830 et officier de la Légion d’honneur le 13 novembre 1832. Le 1er mars 1835, il devint lieutenant-colonel au 9e régiment de chasseurs. Le 27 avril 1838, il passa colonel au 2e régiment de chasseurs d’Afrique avec lequel il prit part à toutes les grandes expéditions en Algérie, où il sut se faire apprécier de Bugeaud. Maréchal de camp le 1er septembre 1841, il reçut la cravate de commandeur de la Légion d’honneur le 30 juin 1844, fut mis à la disposition du gouverneur général de l’Algérie et obtint le commandement de la subdivision de Bône qu’il conserva jusqu’à sa promotion comme lieutenant général le 22 avril 1847. Le 25 octobre de la même année, le général Marchand fut autorisé par lettres patentes à lui transmettre son titre comtal en cas de décès sans postérité.

4À la suite de la révolution de février 1848 et de l’instauration de la Deuxième République, il rentra en France pour recevoir la direction des affaires de l’Algérie au ministère de la Guerre, le 13 mars, mais, dès le 3 juin, il fut nommé commandant de la 3e division militaire à Metz. Il contrôla aussi différents arrondissements de cavalerie au cours des mois qui suivirent en tant qu’inspecteur général de cavalerie. Il fut promu grand-officier de la Légion d’honneur le 26 août 1850.

Action au ministère de la Guerre (1851 puis 1859-1867)

5Le président de la République, qui le tenait en haute estime, voulut lui confier la direction du corps expéditionnaire chargé de reprendre Rome, en 1849, puis, l’ambassade de Vienne qu’il refusa l’une et l’autre. Fin 1850, il fut appelé à Paris pour siéger au Comité de cavalerie. Un bras de fer s’était engagé entre le président et le gouverneur de Paris, le général Changarnier. Lorsque le président démit celui-ci, il s’ensuivit une grave crise avec l’Assemblée. Louis-Napoléon décida donc de constituer un ministère de spécialistes en dehors d’elle et insista auprès de Randon pour qu’il acceptât le portefeuille de la Guerre. Celui-ci finit par céder et entra donc dans le gouvernement du 24 janvier 1851. Il réorganisa l’armée de Paris, fractionnée en brigades, en trois divisions ce qui permettait au ministre de lui communiquer plus directement les décisions de l’exécutif. Il fit conduire une expédition en Kabylie, autorisa le commandant Fleury, plus proche conseiller militaire du président à la suivre et permit au général de Saint-Arnaud, proche de l’Élysée, d’y prendre du galon. Cependant, lorsqu’il blâma le colonel Garderens de Boisse, qui s’était permis de commenter dans la presse sa décision de le faire venir à Paris avec son régiment, il reçut les reproches du président. Il refusa surtout de participer au coup d’État qui se préparait contre l’Assemblée. Il dut donc résigner ses fonctions le 26 octobre et fut remplacé par Saint-Arnaud.

  • 2 Son blasonnement était écartelé I des comtes militaires, d’azur à l’épée haute en pal d’argent, mon (...)

6Il n’en adhéra pas moins au coup d’État du 2 décembre et fut nommé, dès le 11, gouverneur général de l’Algérie, au grand dam du général Pélissier qui briguait le poste dont il exerçait l’intérim et qui le surnomma dès lors « le petit triomphateur » ou encore « le petit raidillon ». Par décret présidentiel du 23 juin 1852, Randon reçut l’investiture du titre du général Marchand qui venait de mourir sans enfant, le 12 novembre précédent2.

7Dès son arrivée en Algérie, il força les populations riveraines de l’Oued el-Kébir et de l’Oued Guebli à payer le tribut, fit la conquête du massif des Babors pour assurer la sécurité des colons, lança des expéditions dans la région du haut Sebdou contre les Beni-Djennad, les Flisset el-Bahar et les Beni-Hidjer, fit occuper Laghouat et Touggourt dans le Sahara constantinois et peu après le Mzab tout entier. Il fit ouvrir des routes, construire des viaducs, creuser des puits artésiens, exploiter des mines et défricher des forêts. Il fit également développer la culture du blé dur, le cheptel ovin, l’élevage des chevaux et, avec moins de succès, la culture du coton et du tabac. Il s’intéressa aussi à l’exploitation des gisements de minerais. Il créa toute une administration civile avec des sous-préfectures, des commissariats, un collège arabe, une école préparatoire de médecine et de pharmacie à Alger et un corps des médecins de colonisation. Il réglementa le recrutement et l’utilisation des zouaves, des spahis et des tirailleurs et facilita l’implantation en Algérie de la légion étrangère. Ses deux plus grands succès furent sans doute le décret du 8 avril 1857 qui ouvrit le premier grand réseau de voies ferrées du continent africain relié à des ports en eau profonde qu’il avait commencé à faire aménager et, la même année, la pacification de la Grande Kabylie grâce à la victoire de Souk-el-Arbaa, sur les Beni-Raten, le 24 mai, qui mit un terme à la conquête. Il obtint la reconnaissance des frontières occidentales et orientales du sultan du Maroc et du bey de Tunis.

8Honoré de la médaille militaire le 13 juin 1852, sénateur le 31 décembre suivant, grand-croix de la Légion d’honneur le 24 décembre 1853 et maréchal de France le 18 mars 1856, dans la même promotion que Bosquet et Canrobert, il démissionna de sa fonction de gouverneur général de l’Algérie, le 31 août 1858 en raison de la création du ministère de l’Algérie et des Colonies, le 28 juin précédent, ministère confié au prince Napoléon, au caractère ombrageux, au tempérament autoritaire, mais aussi à l’esprit libéral et qui souhaitait donner plus de prérogatives aux civils. Populaire sur place, il en tira le surnom de « Père de la sagesse ». En six ans et demi, il avait achevé la conquête, dessiné l’organisation administrative et engagé le développement économique. Les bases de l’Algérie moderne étaient jetées.

9Le 23 avril 1859, alors que les tensions entre le Piémont et l’Autriche laissaient prévoir une guerre, il devint major général de l’armée d’observation d’Italie. Lorsque les troupes françaises franchirent les Alpes, le 5 mai suivant, il prit la succession du maréchal Vaillant au ministère de la Guerre, pendant que ce dernier devenait major général de l’armée alliée. Cette permutation s’expliquait sans doute par le fait que Napoléon III souhaitait avoir Vaillant à ses côtés et jugeait supérieures les qualités d’administrateur de Randon.

10Le nouveau ministre eut pour double tâche, durant la campagne, d’approvisionner l’armée en hommes et en matériel et de pourvoir à la défense du territoire, ainsi qu’à l’éventualité d’une guerre sur le Rhin. Il organisa en dix jours une armée de réserve d’Italie, sous les ordres du maréchal de Castellane, qui fut concentrée à Lyon, Besançon et Belfort, et une armée de l’intérieur confiée au maréchal Pélissier. Ni l’une, ni l’autre n’eurent à servir car Napoléon III engagea bientôt des pourparlers avec l’Autriche, après sa victoire de Solférino.

11Randon s’appuya sur l’Algérie qu’il chérissait tant et pour laquelle Napoléon III lui avait donné quasiment carte blanche du point de vue militaire. Sous sa direction, elle resta, comme sous les ministères précédents, le vaste camp de préparation de l’armée impériale, malgré la création du camp de Châlons. Cependant le système montra ses limites, lors de l’expédition du Mexique, au cours de laquelle la légion étrangère paya un lourd tribut.

12Protestant, il n’en soutint pas moins le maintien du corps expéditionnaire français à Rome pour y protéger le pape. Toutefois, face à la montée de l’opposition cléricale et à la nouvelle orientation de la politique impériale, il dut, à son corps défendant, prendre des mesures peu goûtées de l’Église : nomination de Taine au jury de Saint-Cyr, suppression de l’instruction religieuse dans les casernes, abolition de l’exemption de service militaire pour les membres des congrégations enseignantes.

13Il joua un rôle plus positif dans un certain nombre d’autres domaines. Dans un rapport à l’empereur du 18 janvier 1860, il le pressa d’adopter le principe des missions militaires à l’étranger comme le faisaient déjà les autres grandes puissances militaires d’Europe et il obtint l’envoi d’officiers à Saint-Pétersbourg, Vienne, Berlin et Londres. Il fut l’un de ceux qui poussèrent, au conseil des ministres, à l’annexion par la France de la Savoie, frontalière de son cher Dauphiné. Il œuvra pour le maintien de Grenoble comme une place militaire importante avec l’École d’artillerie et le siège de l’état-major de la 22e division militaire, en faisant construire de nouveaux bâtiments pour les deux. Sa notoriété et la sollicitude qu’il ne cessait de manifester pour sa ville natale lui valurent de voir son nom donné à la nouvelle porte construite en haut de l’avenue qui conduisait à la gare, par délibération du conseil municipal du 16 février 1866.

14Il obtint l’amélioration des pensions de l’armée par la loi du 15 juin 1861. Ce fut lui qui inspira le décret du 29 juin 1863 fixant les limites d’âge des officiers. Il fit faire aussi plusieurs études préparatoires en vue de remplacer la loi militaire de 1855 qui avait montré ses limites lors de la guerre d’Italie, avec l’idée de constituer une puissante réserve et la possibilité de mobiliser rapidement face à un potentiel ennemi continental. Il fit grand cas de l’amélioration des circuits de transmission de l’information et de la réorganisation de la réserve qu’il entreprit dès 1860, mais qu’il ne put mener totalement à bien en raison des impératifs financiers et des difficultés du casernement. Il eut enfin l’idée de faire sommairement instruire pendant cinq mois la partie du contingent non effectivement appelée. En revanche, il se montra hostile à une réforme plus radicale du service militaire, certain, comme la plupart des officiers généraux de son temps, que l’armée française suppléerait toujours la carence du nombre, par la qualité, l’allant et la bravoure.

15Blâmé par l’empereur pour avoir rappelé aux officiers de la garde impériale l’exécution des règlements sur la tenue et sur les permissions comme il l’avait fait à l’ensemble des officiers des autres corps, il donna sa démission en février 1866 en écrivant :

« Votre Majesté pense que la discipline n’a rien à gagner à des exigences trop sévères ou trop minutieuses. Je crois à la vérité de ce principe. Mais ce dont je suis également très convaincu, c’est que nous sommes loin de cet écueil et que nous nous trouvons bien plutôt engagés dans une voie contraire ; jamais peut-être la hiérarchie n’a été aussi effacée et, par suite, jamais le principe d’autorité n’a été plus méconnu. »

16Napoléon III refusa la démission de Randon et reconnut sa propre erreur.

17Lorsque la Prusse écrasa l’Autriche à Sadowa, il fut l’un des rares dans l’entourage de Napoléon III, avec le ministre des Affaires étrangères Drouyn de Lhuys, à lui conseiller une démonstration sur la frontière allemande, en vue d’une médiation armée. Napoléon III se rangea d’abord à ses vues mais, sur l’intervention de Rouher et de La Valette, il finit par renoncer. Après cette reculade, qui eut un effet déplorable dans l’opinion et fit passer au premier rang des préoccupations le danger prussien, l’empereur voulut entreprendre une grande réforme pour mettre l’armée française numériquement au niveau de son homologue. Randon qui prévoyait l’hostilité du pays et des députés, et qui était lui-même hostile au projet, remit au souverain un long mémoire critique le 28 septembre 1866 et lui soumit le 24 octobre suivant un projet de réorganisation de l’armée qui revenait à son idée de toucher le moins possible à l’armée d’active telle qu’elle existait et de créer plutôt sa fameuse réserve. Napoléon III lui répondit qu’il était pour le service militaire obligatoire. Une grande commission militaire fut finalement nommée où Randon revint sur les risques qu’il y aurait à révolutionner le système existant. Dans une lettre à l’empereur du 10 décembre, il soulignait encore : « Je ne saurais trop le répéter, si l’état militaire de la France doit recevoir un plus grand développement, il serait dangereux d’affaiblir la base sur laquelle il doit reposer. » Il ne parvint décidément pas à convaincre le chef de l’État. Le 20 janvier 1867, le souverain le remplaça par le maréchal Niel pour lui « éviter la pénible tâche de soutenir la discussion devant le Corps législatif » d’un projet qui n’était pas le sien.

Carrière postérieure, fortune et vie privée

18Randon se retira dans son château de Saint-Ismier dans l’Isère. Il représenta le canton d’Allevard de 1858 à 1861, puis ensuite celui de Grenoble nord au conseil général de ce département qu’il présida jusqu’à la chute de l’Empire. Il fut l’objet d’une campagne de calomnies dès les premiers jours de sa retraite. On l’accusa d’avoir dispersé et épuisé l’armée française entre l’Algérie, la Chine, le Liban, la Cochinchine, le Mexique et Rome, et d’avoir ainsi mis le pays dans l’incapacité de concentrer 10 0000 hommes sur le Rhin pour faire reculer la Prusse, alors que le maréchal Vaillant, qui était un ministre de la Guerre bis portait une lourde part de responsabilité et que, précisément parce que Randon était sans doute trop timoré, il s’était opposé à l’aventurisme et en particulier à l’expédition du Mexique. Ulcéré, il écrivit à l’empereur, mais celui-ci lui déconseilla d’entamer des poursuites en diffamation. Le ministre y renonça. En revanche, il écrivit un long mémoire justificatif, De la situation de l’armée en 1866 qu’il publia à Grenoble, en 1870.

19Lors de l’entrée en guerre contre la Prusse en juillet de cette année-là, l’empereur pensa immédiatement à « Randon l’Africain », pour reprendre le poste de gouverneur général à la place de Mac-Mahon, appelé à un grand commandement. Cependant, le maréchal hésitait car il savait que la plupart des troupes seraient retirées d’Algérie pour être placées sur le front de l’Est. En outre, il avait 75 ans et était malade. Des troubles urinaires l’empêchaient pratiquement de monter à cheval. Il n’en vint pas moins à Paris. Le comportement de l’entourage de Napoléon III, de l’état-major du général Dejean, ministre de la Guerre par intérim, et du cabinet d’Ollivier, principal ministre, retardèrent la signature de sa nomination. Découragé, il fit savoir à l’empereur qu’il renonçait et retourna dans sa retraite dauphinoise. Très affecté par la débâcle de Sedan et par la chute de l’Empire, mais aussi par l’ingratitude des Grenoblois qui débaptisèrent la porte Randon, et par les tracasseries du gouvernement qui le faisait surveiller de près, il vit sa santé se détériorer très rapidement. Il fit une cure à Évian, puis obtint l’autorisation de poursuivre ses soins, en Suisse, à Genève. C’est là qu’il décéda, le 13 janvier 1871. Après une cérémonie funèbre qui eut lieu sur place le 17, son corps fut ramené à Saint-Ismier pour être inhumé le 12 octobre, en présence du maréchal de Mac-Mahon qui représentait le gouvernement.

20Tout au long de sa vie, il avait reçu un grand nombre de décorations étrangères : la croix de 2e classe du Médjidié de Turquie et celle de l’ordre tunisien du Nichan Iftikhar le 21 avril 1846, puis la grand-croix du même ordre le 18 avril 1853, la grand-croix de l’ordre de Pie IX le 10 avril 1852, bien que protestant, la grand-croix de l’ordre du Sauveur de Grèce le 27 septembre 1860 et celle de l’ordre de Charles III d’Espagne, ainsi que la 1re classe de l’ordre du Lion et du Soleil de Perse, le 24 novembre suivant.

21Outre son mémoire justificatif de 1870, il a laissé quelques écrits dont un projet d’instruction sur le tir du fusil et du pistolet à l’usage des troupes à cheval (1851). Ont été publiés ses Mémoires posthumes (2 vol., 1875-1877) qui n’étaient encore qu’à l’état fragmentaire au moment de sa mort et qui furent rassemblés avec sa correspondance, d’autres notes et un récit pour relier le tout sans que l’on puisse malheureusement toujours distinguer ce qui est réellement de la plume du maréchal, un Journal militaire officiel (1876) et quinze lettres, par Pierre Guiral et Raoul Brunon dans Aspects de la vie politique et militaire en France au milieu du xixe siècle, à travers la correspondance reçue par le maréchal Pélissier (1828-1864).

22En premières noces, il avait épousé à Paris, le 17 mars 1830, Augustine-Bonne-Clotilde Perier (1806-1832), qui appartenait à la célèbre famille du Dauphiné, associée par ailleurs aux Randon en affaires depuis plusieurs décennies. Elle était la fille d’Alexandre Perier (1774-1846), manufacturier à Montargis, maire de la ville, président du conseil général et député du Loiret, et d’Alexandrine Pascal, mais aussi la nièce de Casimir Perier (1777-1832), président de la Chambre des députés, puis président du Conseil de Louis-Philippe. De cette première union, il eut une postérité qui subsiste en ligne féminine par sa fille, Claire (1831-1892), devenue vicomtesse de Salignac-Fénelon, par son mariage avec le général de division Jules de Salignac-Fénelon (1816-1878), lui-même frère d’un sénateur du Second Empire, Alfred de Salignac-Fénelon (1810-1883). Il se remaria à Hermaville (Pas-de-Calais), le 4 octobre 1849, avec Constance-Edwige-Zénaïde Suin (1811-1892), fille de Joachim-Benoît Suin, directeur de l’enregistrement et des domaines du Pas-de-Calais, conseiller municipal d’Arras et de Thérèse-Constance Lesoing. Zénaïde Suin était un amour de jeunesse qu’il n’avait pu épouser en raison du refus formel du père de celle-ci. Cette union en faisait le cousin par alliance de Victor Suin (1797- 1877), conseiller d’État et sénateur du Second Empire. Zénaïde Suin était une fervente catholique qui se consacra à diverses œuvres de bienfaisance, en particulier pendant son passage au gouvernorat de l’Algérie et son second passage au ministère de la Guerre. Dès son mariage, elle fit le siège de son époux pour obtenir sa conversion. Elle se relevait toutes les nuits afin de prier, pendant dix minutes les bras en croix, pour son âme et fit dire une messe tous les jours pour sa conversion. Elle obtint finalement gain de cause, le 22 décembre 1867. Le couple avait eu deux filles, l’une décédée à la naissance et l’autre, Marthe, encore enfant. Le titre comtal de Randon s’éteignit avec lui.

Bibliographie

Sources et bibliographie

Sources manuscrites

Service historique de la Défense

Archives collectives et individuelles (série Y)

SHD/GR, 6 Yd 54 : dossier du maréchal Randon.

Archives nationales

Versements des ministères et des administrations qui en dépendent (série F)

F1bI 23010 : conseil général de l’Isère.

Sources imprimées

Écrits de César Randon :

De la situation de l’armée en l’année 1866, Grenoble, Maisonville, 1870, 23 p.

Établissements hippiques de l’Algérie, Alger, Imprimerie du gouvernement, 1856, 40 p.

Mémoires du maréchal Randon, Paris, Lahure, 1875-1877, 2 vol.

Randon Zénaïde (maréchale), La conversion d’un maréchal de France (pages intimes), Paris, Poussielgue, 1892, 164 p.

Bibliographie

Anceau Éric, Napoléon III, un Saint-Simon à cheval, Paris, Tallandier, 2008, 750 p.

Audoin-Rouzeau Stéphane, 1870 : la France dans la guerre, Paris, A. Colin, 1989, 420 p.

Barral Pierre, Les Perier dans l’Isère au xixe siècle, Paris, PUF, 1964, 247 p.

Bitard Adolphe, Dictionnaire général de biographie contemporaine, Paris, A. Lévy, 1878, 1198 p.

Bruel François-Louis, Maréchaux de France, 1768-1870, Paris, Éditions L. Fournier, 1916, 354 p.

Cabanel Guy, « La gloire et la disgrâce du maréchal Randon », Bulletin de l’Académie delphinale, n° 1, 1992, p. 1-9.

Faucon Narcisse, Le livre d’or de l’Algérie. Histoire politique, militaire, administrative, Paris, Challamel, 1889, 617 p.

Girard Louis, Napoléon III, Paris, Hachette Littératures, 2002 (Fayard, 1986), 550 p.

Maze-Sencier Geneviève (dir.), Dictionnaire des maréchaux de France du Moyen Âge à nos jours, Paris, Perrin, 2000, 452 p.

Rastoul Alfred, Le maréchal Randon (1795-1871), d’après ses mémoires et des documents inédits, étude militaire et politique, Paris, Firmin-Didot, 1890, 403 p.

Rey-Goldzeiguer Annie, Le royaume arabe. La politique algérienne de Napoléon III, 1861-1870, Alger, Société nationale d’édition et de diffusion, 1977, 814 p.

Rochas Adolphe, Biographie du Dauphiné, Paris, Charavay, 1856-1860, 2 vol.

Robert Adolphe et Cougny Gaston, Dictionnaire des parlementaires français, Paris, Bourloton, t. V, 1891, 647 p.

Tracou Jean, Livre d’or des maréchaux de France (1190-1952), Casablanca, Lacour, 1960, 254 p.

Tulard Jean, Dictionnaire du Second Empire, Paris, Fayard, 1995, 1347 p.

Valynseele Joseph, Les maréchaux de Napoléon III, leur famille et leur descendance, Paris, Imprimerie Laballery, 1980, 600 p.

Yvert Benoît (dir.), Dictionnaire des ministres de 1789 à 1989, Paris, Perrin, 1990, 1028 p.

Zins Ronald, Les maréchaux de Napoléon III, Lyon, Horvath, 1996, 251 p.

Notes

1 Ce qui incite à penser qu’il avait fait de mauvaises affaires.

2 Son blasonnement était écartelé I des comtes militaires, d’azur à l’épée haute en pal d’argent, montée d’or, II et III d’hermine plein, IV d’azur à trois épis de seigle d’or posés en pal et rangés en fasce.

Auteur

Directeur de l’axe politique du LabEx EHNE (Écrire une histoire nouvelle de l’Europe), membre du Centre d’histoire du xixe siècle, vice-président du Comité d’histoire parlementaire et politique et directeur-adjoint d’Histoire, économie & société. Il enseigne l’histoire des pouvoirs, de l’action publique et des sociétés en France et en Europe au xixe siècle à Sorbonne Université. Il a publié une vingtaine d’ouvrages, dont récemment L’Empire libéral (SPM, Kronos, 2 vol., 2017) et en codirection avec Jacques-Olivier Boudon et Olivier Dard, Histoire des internationales en Europe, xixe-xxe siècles (Nouveau Monde Éditions, 2017) ainsi qu’une soixantaine d’articles dans des revues de sciences humaines et sociales et de contributions à des actes de colloques.

© Presses universitaires de Rennes, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search