Version classiqueVersion mobile

Société, sociabilité, justice

 | 
Michel Heichette

Conclusion

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 J. Revel, dans la présentation de l’ouvrage traduit de G. Levi, Le pouvoir au village. Histoire d’ (...)

1L’archive judiciaire prise comme source de l’histoire sociale peut en permanence tendre des pièges. Imaginons une lecture de la nature du lien social caractérisant notre société faite à partir des « mains courantes » tenues de nos jours par les services de police. Il nous faut, dans le champ des interprétations, en appeler à toutes les prudences. La source est pourtant l’un des rares documents nous permettant de nous immiscer dans un monde que nous avons par ailleurs perdu. Elle invite à retrouver la foule de ceux pour lesquels nous n’avons d’autres traces que des mots consignés à l’occasion d’une action intentée en justice. Par touches infimes, elle permet de percevoir les individus dans la dynamique des relations sociales, de saisir leurs faits et gestes, parfois de capter leurs paroles et au-delà, leurs pensées. Elle autorise à interroger la nature des liens qui unissent ces individus à la communauté. Dans le cadre d’une démarche qui vise à appréhender le jeu social au travers de comportements individuels ou singuliers, l’archive judiciaire « donne à voir l’histoire au ras du sol1 ». Le territoire choisi comme terrain d’observation des réalités sociales nous offre le théâtre d’un monde ordinaire.

  • 2 Au demeurant, la littérature de l’époque rend compte de ces évolutions. Dès 1731, le Manon Lescaut (...)

2L’analyse des formes et des structures de la sociabilité révèle l’importance accordée à la cellule familiale perçue comme un espace de vie privilégié mais aussi comme le lieu des solidarités fondamentales. Ce primat de la famille s’exprime dans l’enchevêtrement des modalités d’entraide qui se mettent en place au sein du couple mais aussi entre parents et enfants. Dans le cadre de cette cellule familiale restreinte, se construit une véritable pédagogie qui vise à l’intériorisation du sens de la famille et de la conscience que chacun doit avoir de son appartenance au groupe. Le tissu familial ne peut qu’en être valorisé. La place de l’enfant, l’espace de protection que l’entité domestique représente pour lui, le rejet des crimes et des délits qui attentent à son intégrité physique ou morale, sont des révélateurs. La famille est d’abord protectrice et solidaire ; elle n’est, dans nos contrées, que très secondairement conflictuelle. Ainsi les contestations entre parents et enfants, essentielles en d’autres lieux, n’ont-elles ici qu’une place très secondaire. L’absence d’enjeux successoraux mais aussi la nature des rapports marquée davantage par une exigence de déférence et d’affection que par un devoir d’obéissance en sont la raison2. Au demeurant, la vision d’une famille très hiérarchisée est, si l’on observe le quotidien, à nuancer fortement. Ainsi dans le couple, s’élaborent des relations qui sont d’une nature plus complexe que celle qu’induit le discours officiel ou celui des représentations construites à partir de l’idéologie consacrée. Les relations entre époux sont faites davantage de coopération, de complicité et de complémentarité que de subordination. Par exemple, les nécessités du quotidien donnent aux femmes plus que ce que leur accorde un État devenu le bras séculier de la morale religieuse. Le débat dans le couple paraît bien se construire sur les bases d’une égalité entre les sexes, du droit au respect et au libre arbitre. Dans la sphère domestique, à considérer la répartition des tâches et les coopérations nécessaires mais aussi les espaces d’autonomie de chacun, le rôle des femmes apparaît déterminant. Concernant le champ de l’affectif, il existe au sein du couple des attentes réciproques et le lien conjugal est loin d’être vide de sentiments : les épouses ont des exigences qui ne sont pas que matérielles. Que maris et femmes soient pris dans un carcan de normes n’empêche pas qu’il puisse y avoir dans leurs relations, référence à un idéal sentimental qui inclut l’aspiration au bonheur. Plus généralement, c’est toute la place de la femme dans la cellule familiale et plus globalement dans la société qui est à reconsidérer. Enfin, la primauté de la famille ne peut que renforcer l’importance accordée au privé et à l’individu.

3Le fait se retrouve dans les comportements qui président aux formes essentielles de la sociabilité extra-familiale. Nous y lisons d’abord la part laissée aux moments de détente faits prioritairement du plaisir simple de se retrouver entre amis ou entre gens de connaissance pour boire, dîner, jouer ou veiller. Le jeu qui se donne au cabaret nous semble exemplaire de cette aspiration à un bien-être qui se cristallise dans des formes de sociabilité qui privilégient la recherche de l’amitié, des connivences et des relations cordiales. Les réjouissances organisées ou institutionnalisées, tant collectives qu’associatives existent ; elles n’en paraissent pas moins plus exceptionnelles. Ainsi nous ne retrouvons que peu de structures instituées, associations de jeunesse ou sociétés de jeux par exemple, qui, en d’autres lieux, animent la vie de relations. Avec les prudences nécessaires, nous pouvons y reconnaître des expressions d’individualisme que nous retrouvons au demeurant dans les relations nées des nécessités économiques. Les formes de sociabilité liées aux activités d’échanges et au travail révèlent, dans le cadre d’un jeu complexe de relations, des attitudes qui tendent à montrer comment chacun veut faire reconnaître ses droits et affirmer sa revendication d’autonomie. Là, se manifestent des velléités de contourner les contraintes du marché, ailleurs de faire respecter un contrat soi-disant bafoué. Dans ce champ de relations, l’objectif est bien, pour chaque individu, de sauvegarder ses intérêts, même au prix de comportements que les contemporains dénoncent comme étant contraires aux règles élémentaires du civisme ou aux intérêts communautaires. Il est, en même temps, d’être reconnu pour ses capacités, son intégrité morale et sa dignité. L’exemple de la banqueroute qui entraîne la ruine mais aussi l’infamie est révélateur. En fait, l’essentiel est que la nature des rapports qui s’établissent à l’occasion des conflits du travail transcende le schéma traditionnel des oppositions entre dominants et dominés et que chaque individu, quelle que soit sa position dans la société, veut en appeler au respect de ses intérêts mais aussi de sa personne, à la reconnaissance de son libre arbitre et de sa bonne foi. Globalement les formes élémentaires de la sociabilité révèlent les modalités d’intégration des individus dans le tissu social. Au-delà de l’analyse de ces formes, nous avons tenté de comprendre autour de quelles aspirations et de quelles valeurs se construisent les manières de vivre ensemble.

4À considérer le jeu des acteurs, le sentiment de l’honneur apparaît comme le point nodal de l’intrigue sociale. À tous les niveaux de l’échelle sociale, il est revendiqué de façon récurrente comme le bien le plus précieux, sans lequel on ne saurait vivre. La mise en scène des rapports qui caractérise le champ des relations interpersonnelles dans la communauté villageoise s’inscrit dans ce processus d’exaltation du point d’honneur. Ainsi existe-t-il des liens étroits et dialectiques entre honneur et violence. La violence observée n’est pas prioritairement celle de délinquants patentés. Elle est celle d’un monde ordinaire. Elle n’est pas une violence larvée mais peut accompagner au quotidien la relation à autrui. Elle a des origines diverses mais elle trouve son ressort principal dans la défense de l’honneur. Elle apparaît enfin intégrée à un processus de relations dans lequel il faut en permanence sauver la face et ne pas permettre au doute de s’installer. Elle est un régulateur du jeu social. Les stratégies qui se construisent autour de ces actes d’agression sont révélatrices. L’objet est bien pour l’agresseur de frapper là où il sait que la réputation de l’adversaire sera mise à mal, de l’atteindre dans son intégrité et sa dignité ; il est pour l’agressé de crier à l’outrage pour sauvegarder sa renommée. Au demeurant, l’honneur de chacun est bien dans le regard d’autrui. Dans une société où chacun est ce que les autres veulent bien qu’il soit, il est d’abord essentiel de préserver sa réputation. C’est ce que souligne l’importance accordée aux représentations, à la réparation et au démenti. Ainsi honneur et réputation sont-ils perçus comme le fondement de l’insertion communautaire et de la cohésion sociale.

5Les conduites à l’égard des organisations sont un autre révélateur ; elles se réfèrent aussi au sens de l’honneur dont chacun se réclame. Par exemple, en matière de propriété, toute violation est bien ressentie comme un défi aux intérêts mais en même temps comme une atteinte à la dignité ; il revient alors à chacun de mener le combat pour sauver ce que l’on possède mais aussi pour défendre son honneur. En la matière, il est essentiel de ne renoncer à rien. Le faire serait un aveu. À partir de ce principe, s’établissent les stratégies de défense ou d’annexion des biens. Nous avons déjà souligné que l’opiniâtreté que l’on met dans ces combats est motivée par la satisfaction matérielle mais encore par le plaisir qu’il y a à vaincre. Les comportements à l’égard des droits d’usage sont un autre indicateur de ces attitudes souveraines et de ces velléités à toujours vouloir montrer que l’on est dans son bon droit. Les contrevenants sont dénoncés pour leur « malignité », leurs « malices ». Ils n’en revendiquent pas moins leurs prétentions à vouloir agir selon leur bon vouloir. Ainsi s’affirment, face aux contraintes, des impatiences, des propensions à user des moindres espaces de tolérance dans le cadre d’une autonomie toujours revendiquée. Nous retrouvons ces conduites dans les attitudes qui se manifestent à l’égard de la justice et dans une moindre proportion, à l’égard du religieux. Les stratégies individuelles portent la marque de cette volonté de jouir au quotidien de ces espaces de liberté que l’on prétend s’accorder.

6Dans le domaine des ordres de référence, l’analyse montre l’importance du respect des rôles sociaux et des aspirations qui en découlent. En la matière, les codes sont connus de tous. Cette conscience des rôles n’est pas le propre d’un groupe ; elle se retrouve à tous les degrés de l’échelle sociale. Toute prétention à un statut supérieur au sien est vivement critiquée et il convient d’accorder son attitude à sa condition. Mais l’essentiel est dans l’exigence revendiquée de reconnaissance, de considération et de respect. L’ensemble est constitutif de l’honneur. Le niveau social n’y fait rien ; l’attente reste forte. Sans doute, cette respectabilité suppose-t-elle des devoirs qui ont à voir avec l’honnêteté.

7Celle-ci apparaît comme un autre champ de référence majeur de l’action sociale. Elle est d’abord un art de se comporter en société. Elle valorise celui qui sait être paisible, qui refuse la violence et s’efforce de maîtriser ses pulsions. Dans cette éthique de la paix, nous avons souligné la part qui revient aux femmes, garantes du bon ordre et de la tranquillité publique. Un comportement honnête fait référence au respect des codes de civilité. Nous le retrouvons dans la politesse du langage, dans le refus des écarts de langue et des paroles injurieuses, dans la modestie attendue du discours, mais aussi dans l’observance des rituels qui président aux relations interpersonnelles, dans le respect du repos public, dans l’aptitude à accepter le droit des gens. Il se reconnaît enfin dans l’approbation que l’on a de son entourage. L’honnêteté se réfère aussi à la notion de bien et de mal dans les conduites individuelles, au respect du sacré et de la vie, à l’éthique et à la rigueur morale. En fait, ce qui importe dans cette distinction est que le concept a bien deux champs différents de référence. Le premier renvoie aux façons de se comporter dans le monde, à l’observation des conventions, des rites sociaux et des règles de la bienséance, aux façons d’agir et d’être dans les rapports à autrui : modestie, tempérance, sagesse, civilité. Le second a trait aux conduites individuelles et concerne l’adhésion aux bonnes mœurs et particulièrement à la morale sexuelle. Il apparaît dans nos sources que ces deux exigences se répartissent inégalement entre les hommes et les femmes.

8Honneur et honnêteté sont au cœur de la relation sociale. Dans nos sociétés villageoises d’Ancien Régime, ils apparaissent comme les fondements du consensus qui s’établit au sein de la société. Les deux concepts sont au centre des logiques qui fondent les relations au sein de la communauté. À partir des ordres de référence qui en émanent se construit un jeu subtil et complexe de comportements et d’attitudes qui résultent d’adhésions mais aussi de prises de distance mesurées par rapport au système de valeurs sous-jacent. Nous l’observons par exemple dans l’usage qui est fait de la violence. La théâtralité des relations interpersonnelles souligne les velléités d’intégration sociale mais aussi les aspirations à la reconnaissance et au respect de soi. Le jeu social se met en place à partir de véritables stratégies individuelles ou collectives qui s’élaborent, avec la part de liberté que revendiquent les acteurs, dans le cadre d’un projet social et moral qui reste très codifié.

Notes

1 J. Revel, dans la présentation de l’ouvrage traduit de G. Levi, Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du xviie siècle, Paris, Gallimard, 1989, p. XXI.

2 Au demeurant, la littérature de l’époque rend compte de ces évolutions. Dès 1731, le Manon Lescaut de l’abbé Prévost ouvre la voie. Voir aussi Le père de famille de Diderot joué en 1761.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search