Version classiqueVersion mobile

Société, sociabilité, justice

 | 
Michel Heichette

Chapitre IV. Honneur et réputation pour vivre

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1L’objet est, dans le champ des fondements idéaux, de retrouver le ressort de l’action sociale. L’enjeu est d’analyser les codes sociaux, les systèmes de valeurs qui déterminent les conduites au sein de la communauté. Sans quitter le domaine du vécu, il nous faut engager la recherche dans le domaine du mental, des aspirations, des représentations et des ordres de référence moraux et sociaux. La finalité est bien d’aller plus avant dans la compréhension des relations sociales. Le réactif le plus sensible que nous livre le filtre judiciaire est le sentiment de l’honneur et de réputation. Il convient plus particulièrement d’interroger les archives sur l’importance que tient ce sentiment dans la relation interpersonnelle mais aussi dans les stratégies d’intégration à la communauté.

  • 1 Voir dans l’œuvre d’E. Goffman la notion d’interaction sociale perçue comme un système de mise en (...)

2Les pièces de procédure sont imprégnées d’un discours sur l’honneur. La thèse développée dans ce chapitre est de montrer qu’au xviiie siècle la société villageoise est une société où l’honneur paraît comme un moteur essentiel du jeu social et une valeur fondamentale des façons d’être ou de paraître. L’analyse des modalités de la relation interpersonnelle, comprise au sens de la microsociologie telle que la définit Erving Goffman1, doit nous servir de révélateur.

3Il convient d’abord de montrer comment dans la pratique comme dans le discours, le sens de l’honneur s’insère en permanence dans le jeu social et comment la violence qui imprègne une partie de la relation à autrui ne peut se comprendre sans une référence au point d’honneur. Sous des formes diverses, la violence ne répond-elle pas à un honneur blessé ? Les stratégies de l’agression ne visent-elles pas prioritairement à porter un affront ? Il nous faut ensuite, au travers d’une étude sociologique et anthropologique des formes de la violence verbale et physique, tenter de mieux cerner ce qui est constitutif du sens de l’honneur. La nature des blessures faites aux âmes et aux corps doit permettre de mieux mesurer l’espace de fierté que chacun a à préserver. Enfin dans un troisième temps, nous montrerons comment l’honneur de soi est d’abord dans le regard des autres. Ce qui compte alors prioritairement, pour tout individu, c’est la revendication de sa réputation et de sa dignité, la reconnaissance par autrui de son statut d’honnête homme. L’honneur paraît bien être au cœur de l’intrigue sociale ; n’est-il pas, plus encore, un élément essentiel de l’intégration à la communauté ?

Aux risques de l’honneur : la rupture du lien

  • 2 Par exemple, A. Jouanna, « L’honneur perdu de la noblesse », L’histoire, n° 73, 1984, p. 54-62.
  • 3 C. Gauvard, « De grace especial » : Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, (...)
  • 4 J.-M. Constant, Nobles et paysans en Beauce aux xvie et xviie siècles, thèse pour le doctorat d’Ét (...)
  • 5 Y. Castan, Honnêteté et relations sociales en Languedoc, 1715-1780, Paris, Plon, 1974, p. 22-28. N (...)
  • 6 E. Claverie, « L’honneur en Gévaudan, une société de défis au xixe siècle », Annales Économies, So (...)

4Le sentiment de l’honneur est, depuis plusieurs années, une préoccupation d’historiens. Sa prégnance dans le monde de la noblesse a été soulignée et d’aucuns en font un sentiment fondamentalement aristocratique2. Les travaux de Claude Gauvard montrent que, dès le Moyen Âge, une certaine forme d’honneur peut, sans considération d’origine sociale ou socioéconomique, être revendiquée, et que le sens de l’honneur s’apparente à une valeur profondément ancrée dans les mentalités populaires3. Pour les xvie et xviie siècles, Jean-Marie Constant souligne combien les qualités d’honneur sont un miroir de la notabilité4. Nicole et Yves Castan ont analysé les mutations du concept au xviiie siècle et ont mis en évidence son importance dans tous les champs de la relation sociale dans le Languedoc du siècle des Lumières5. Enfin, d’autres éclairages nous sont donnés, pour des lieux et des temps différents, par les travaux d’Elisabeth Claverie ou de Julian Pitt-Rivers6.

5Dans nos sources, l’honneur paraît fondamentalement la valeur la plus revendiquée. L’exigence du sentiment imprègne les comportements et le discours social. L’usage du mot est alors une manière de demander un droit à la dignité. L’honneur de soi est probité mais aussi réputation ou renommée : ainsi n’existe-t-il qu’au travers du regard des autres. Comment ce sentiment s’insère-t-il dans les relations interpersonnelles ? Quels liens entretient-il avec la théâtralité des rapports sociaux et particulièrement avec les pratiques de la violence ?

L’honneur au cœur des relations interpersonnelles

6Toute relation à autrui suppose la recherche d’une validation ou d’une confirmation de l’image de soi. Une façon d’aborder ce que peuvent être les exigences de l’honneur consiste à entrer dans le jeu de ces relations. Les études de cas doivent souligner combien ce sentiment apparaît comme un moteur essentiel de l’échange. La confirmation de l’hypothèse est à rechercher dans les stratégies et les procédés qui conduisent à la rupture du lien.

Relations sociales et point d’honneur

  • 7 B5289, 9-03-1751 et 14-04-1751, affaire Brillet-Pérard, Sablé.

7La procédure judiciaire dans laquelle s’opposent Pierre Brillet, marchand tanneur et sa femme, Renée Goron, d’une part et Louis Pérard, lui aussi marchand tanneur, d’autre part, révèle, parmi d’autres affaires, de quoi naît l’impossible dialogue et comment la rupture du lien s’intègre dans un processus de l’honneur blessé7. Le 14 avril 1751, Louis Pérard est demandeur en réparation d’injures proférées par Brillet contre son honneur et sa réputation ainsi que contre l’honneur et la réputation de la « demoiselle Mauduit », son épouse. L’incident qui a motivé la déposition d’une requête en justice a eu lieu trois semaines plus tôt, au cabaret, vers les 5 heures du soir, alors que Pérard était à parler de ses affaires. La déposition des témoins confirme le récit de Pérard. Ainsi Jean Charvet, maître charpentier de 51 ans, qui était de la compagnie de Pérard, dépose qu’étant à boire avec le dit Pérard pour débattre du prix d’un bâtiment à construire, le nommé Brillet qui était un peu en vin se joignit à la compagnie en disant qu’il voulait boire avec eux. L’échange qui s’ensuit peut être résumé ainsi :

  • Demande faite par Pérard à Brillet de se retirer ;
  • Réponse de Brillet : qu’il a de quoi payer, qu’au demeurant Pérard est un « Jean F… » (sic) et qu’ »il a f… sa femme [sic] avant lui » ;
  • Réplique outragée de Pérard qui s’empresse de récuser l’accusation implicite de cocu portée ostensiblement contre lui : « Je passe par les portes, quelque petites qu’elles soient, je ne porte pas de cornes de serph [sic] sur la tête. »

8L’incident est banal, ne devant pas prêter à conséquence. Mais l’ivresse supposée qui devrait atténuer la responsabilité du calomniateur et l’absence de coups n’y font rien : l’affaire se termine devant le juge ; le fait est révélateur. Surtout, nous intéresse ici le processus qui aboutit à la rupture du lien. Il s’ordonne autour des étapes qui structurent l’échange verbal :

9Acte1 : Le refus de Pérard.

10Le refus d’accueillir Brillet marque la rupture d’un rite de contact, celui d’accepter quelqu’un à sa table et de partager la boisson avec lui. L’acte peut être considéré comme blessant pour Brillet puisque lui est ainsi signifiée son éviction de la compagnie. Mais les prétentions du dit Brillet peuvent être aussi considérées par Pérard comme une provocation. Nous apprenons en effet par d’autres témoignages, qu’il existe déjà une affaire pendante entre nos protagonistes et qu’il y a entre eux nombre de différends :

  • Concurrence et jalousie professionnelles (la femme Brillet aurait pris à Pérard, un marché de peaux) ;
  • Mais aussi affaire de voisinage : les réprimandes faites par Pérard au fils Brillet, alors qu’il jouait dans l’issue commune de leurs maisons respectives, ont déjà valu à Pérard une assignation en la justice ;
  • Affaire privée enfin : « La Brillet débitant de maisons en maisons, de cabarets en cabarets que la Mauduit (femme Pérard) était une publique et qu’avant son mariage elle ne refusait que les chiens et les mouches », voulant ainsi, prétend Pérard, l’empêcher de faire son commerce.

11Ainsi le banal refus adressé à Brillet par Pérard, est-il une scène de mauvais théâtre où chacun engage son honneur dans un jeu qui vise à provoquer l’autre. Mais ce théâtre peut être dangereux ; à mal tenir son rôle, l’acteur court aussi le risque de devoir aller au bout du défi.

12Acte 2 : La réponse de Brillet.

13Elle est réponse à ce qui est considéré comme un affront : l’exclusion du groupe. L’affaire a lieu dans un lieu ouvert au public, en présence d’une compagnie de compères. La rumeur a besoin d’une scène publique, l’affront aussi. Brillet se doit de sauver la face même si la voie est étroite : d’abord affirmation péremptoire, sur le mode de l’orgueil et de la susceptibilité blessés, « qu’il n’a nul besoin des autres pour payer » ; puis, attaque perfide, dans le champ de ce qui paraît le plus sensible, l’honneur des femmes et partant celui des époux : l’allusion à caractère sexuel n’est pas fortuite.

14Acte 3 : Le nécessaire démenti et le recours à la justice.

15L’insinuation de Brillet sur le manque d’honorabilité de l’épouse Pérard appelle le démenti. Ne pas réfuter de telles paroles assassines, c’est donné à croire au public, que l’infidélité de la Mauduit n’est pas que chimère, propos d’ivrogne. L’affaire, pour nos protagonistes, n’est pas sans importance, puisqu’elle conduit Brillet, à son tour, devant le juge et qu’elle offre à Pérard la possibilité d’une revanche peut-être espérée. L’honneur de chacun relève désormais du duel judiciaire.

  • 8 B5290, 14-07-1752 et 17-07-1752 (plainte réciproque), affaire Godinier-Cesboué, Bouère.

16L’affaire qui oppose le sieur Godinier, maréchal en œuvres blanches et les frères Cesboué a un caractère tout aussi théâtral8. Nos protagonistes sont gens de connaissance puisqu’ils demeurent tous au village de Bouère, à plus d’une lieue de Sablé. L’intrigue se noue en deux scènes et aboutit à une plainte réciproque en justice. La première scène se déroule dans une auberge sabolienne où Godinier et les frères Cesboué discutent d’un marché de bois qu’ils ont fait en société. Godinier aurait parlé en termes injurieux aux dits Cesboué, disant qu’ils avaient touché plus que lui sur le marché et, qu’au demeurant, leur mère était une voleuse et eux des fripons. Mais un témoin, le sieur Delet, huissier, affirme qu’ils parurent se réconcilier et que Godinier paya même chopine. La seconde scène a lieu sur le chemin du retour, chacun étant sur son cheval vers le bas des Grandes Landes, à environ une lieue de Sablé. L’incident ne nous est connu que par la déposition de Godinier :

  • Agression verbale d’un des frères Cesboué, « sur un ton de fureur et d’emportement » : « Ah bougre, tu dis donc que je suis d’une famille de voleurs ? » ;
  • Retrait prudent de Godinier, « Avec un ton d’humilité et de respect » : « Monsieur, je n’ai jamais parlé de cela » ;
  • Agression physique contre Godinier : Cesboué « excite sa rage et sa fureur » et aurait donné quantité de coups avec le manche d’un fouet, l’agression étant faite « avec cruauté et inhumanité » ;
  • Retour de Godinier vers Sablé pour y déposer sa plainte et nouvelle agression de Cesboué : « Bougre, où vas-tu ? Si tu ne t’en reviens, je vais t’en donner autant. »

17Il n’est pas inutile de remarquer comment la distribution des rôles telle que la présente Godinier au travers de sa déposition vise à valoriser une attitude socialement recevable et positive, faite d’humilité, de respect, de modération, en l’opposant à la fureur, à l’emportement et à la morgue de son adversaire. Chacun, sans hésitation possible, peut désigner celui qui a eu l’attitude héroïque. Le vouvoiement distant et poli de « l’agressé » s’opposant au tutoiement irrespectueux de « l’agresseur » est, à ce titre, révélateur. Nous y reviendrons. Il reste que le point d’honneur, à nouveau, est au cœur de l’échange jusqu’à l’étape ultime de la déposition de plainte en justice et qu’il apparaît comme un ferment permanent de l’échange social. L’équilibre du lien, en apparence précaire, est rompu par la mise en cause de la probité de Cesboué par allusion sournoise à la moralité de sa mère ; chacun connaissant et reconnaissant les codes du langage, l’assertion n’est pas naïve. L’orgueil est atteint puisque le rite de réconciliation – la chopine offerte en réparation – n’a pas suffi à fermer la blessure et que l’affront ne peut être lavé que par l’acte violent. Ainsi l’échange se structure-t-il autour d’une série de défis successifs dans lesquels il faut, pour le moins, sauver la face et, si possible, anéantir l’adversaire. Tel est le sens des paroles prêtées à Charles Cesboué, paroles rapportées par Godinier et dites « hautement » et en public, dans une tirade que l’on peut imaginer spectaculaire : « Le bougre de Godinier est bien heureux que je n’aie pas mes pistolets, car quand j’aurais dû être pendu, je luy aurais cassé la tête » ; telle est aussi la signification de la déposition de Godinier, car plus que le corps (le rapport des médecins l’atteste) c’est l’âme qui a été blessée.

  • 9 J. Pitt-Rivers, Anthropologie…, op. cit., p. 18.

18Les rapports entre individus paraissent intimement imprégnés de cette revendication de dignité et d’honneur compris, selon le sens que leur donne J. Pitt-Rivers, comme la valeur qu’une personne possède à ses propres yeux mais aussi comme ce qu’elle vaut au regard de la société9. Ainsi, dans la mouvance villageoise, l’honneur se joue prioritairement dans le jugement que portent les autres. Tel pourrait être alors le fondement de la dimension profondément théâtrale qui caractérise, dans cette société, l’ensemble des relations interpersonnelles quand elles ont lieu sur le devant de la scène publique.

Le dialogue perturbé

19Les modalités de l’échange qui conduisent à la rupture du lien sont des procédés qui sont profondément ressentis comme portant atteinte à l’honneur et contraires à une conversation qui respecte les règles de la civilité. Il convient, par conséquent, d’en identifier les divers registres, du discours badin aux provocations toujours mises en scène, et qui viennent perturber le dialogue.

  • 10 B5293, 19-03-1756, affaire Couet-Crosnier de la Marsollière, Sablé.

20À observer son usage, le discours badin apparaît comme un mode d’échange banal de la relation amicale. Encore faut-il de la prudence à celui qui en use pour percevoir le moment où l’insinuation devient moquerie ou raillerie propre à engendrer la violence. L’affaire qui voit s’opposer deux amis de jeunesse souligne la marge étroite que ne saurait franchir l’allusion badine pour que ne soient pas heurtées des susceptibilités toujours en éveil. Michel Couet, marchand tanneur, est au cabaret pour faire son commerce ; il a le malheur d’y rencontrer le sieur Crosnier de la Marsollière, « grenetier » au grenier à sel de Sablé, qui, « sans raison », lui cherche querelle. Un témoin raconte que l’on commence par « badiner », le sieur de la Marsollière disant à son compère qu’ils avaient étudié ensemble, et qu’il (de la Marsollière) l’avait bien battu, qu’il le ferait encore ». Couet n’a que le temps d’affirmer que « ce n’est pas lui », pour que se déclenchent injures et coups de bâton10. Ainsi le propos badin est-il, souvent, la première étape d’un conflit en gestation, dans un contexte d’orgueil et d’amour-propre toujours en alerte. Dans une autre affaire, nous retrouvons, selon l’expression du juge, une compagnie de gens sensés : se tient alors une conversation apparemment insignifiante mais qui n’en dégénère pas moins en un conflit ouvert. À l’occasion d’une rencontre d’auberge et d’un jeu de piquet proposé par le sieur Delet, prêtre, le sieur Nicolas Blanche, chirurgien, demande à son père qui est aussi de la compagnie, de n’engager que six liards par partie, alors que lui-même va jouer à 12 sols avec un autre particulier. Le sieur Beaumier, receveur des Aides, 27 ans, qui participe au jeu, s’en étonne, ouvrant, selon ses dires sur le ton de la plaisanterie, une joute verbale qui finit devant le juge :

  • « Il ne convient pas, aurait dit Beaumier, de donner des corrections à votre père, c’est un manque d’éducation. »
  • « Je n’en ai point à recevoir de votre part ».
  • Beaumier, affirmant en outre que tout le monde était en état de lui en donner, peut ajouter, en forme de provocation : « Je suis homme d’honneur qui a des sentiments et on ne peut dire la même chose de vous. »
  • La passe d’armes étant ouverte et le ton montant, Blanche aurait conclu trop vite : « Messieurs, ne vous inquiétez pas, je vais commander à mes passions. »
  • 11 B5294, 24-07-1759, affaire Blanche-Beaumier, Sablé. Le dialogue rapporté est extrait de la dépositi (...)

21L’attitude qui se veut civile et stoïque et qui est supposée être en contraste avec l’arrogance de l’adversaire déclenche la violence puisque « sur-le-champ, Beaumier se lève et administre un soufflet » à l’importun. Interrogé par le juge qui lui reproche d’avoir usé de mots « piquants » et « pourquoi dans une compagnie sensée il menaça Pierre Blanche de lui apprendre à parler », il explique que c’est par plaisanterie qu’il s’exprima et que d’ailleurs, ayant étudié avec le dit Blanche, il croyait pouvoir faire cette remarque à la compagnie sans l’offenser. Enfin il affirme que s’il l’a souffleté c’est qu’il a été « touché de la remarque » du dit Blanche. L’affaire souligne combien chacun est âpre à défendre intégrité et image de soi ; il est des leçons qu’aucun des protagonistes n’est prêt à recevoir, des prétentions que l’on ne saurait accepter. Ainsi mesure-t-on combien il est nécessaire dans une conversation que l’on veut garder honnête, d’avoir la prudence des mots, combien dans le réflexe d’un honneur à défendre les esprits sont en alerte pour relever un verbe haut ou un geste imprudent. Le jeu social a ce caractère effervescent dans lequel chacun tente d’aller jusqu’à ce qui est pour l’autre la limite du tolérable11.

  • 12 B5278, 13-01-1739, affaire Poitevin-Mignonne, Sablé.
  • 13 Ainsi B 5280, 16-10-1741, affaire Bellesme-Houdouin, Sablé.
  • 14 B5295, 30-07-1760, affaire Lelibon-Manceau, Bouère.
  • 15 B5291, 29-04-1754, affaire Jouy-Tonnelier.
  • 16 B5275, 31-12-1737, affaire Chesnay-Renauzeau, Sablé.
  • 17 B5279, 23-09-1740, affaire Rocher-Belleard, Précigné.
  • 18 B5294, 22-12-1760, affaire Plessis-Macé, Sablé.
  • 19 B5289, 28-05-1751, affaire Houdouin-Cerneau, Sablé.

22La raillerie et la dérision sont un degré supérieur de l’escalade verbale puisqu’elles visent ouvertement et délibérément à mettre à mal. Quels sont les domaines qui prêtent à la raillerie ? L’aspect physique est rarement en cause. Tel maître d’école est moqué par un importun « de 12 à 15 ans », traité de « nez tord » et de « haut talon12 ». Tel marchand est taxé par un compère d’avoir l’aspect d’un domestique13. Ces affaires sont suffisamment graves pour aboutir devant le juge ; mais elles sont exceptionnelles. La calomnie se nourrit rarement de disgrâces physiques. Les prétentions sont des cibles plus évidentes. Il est toujours âme charitable pour rappeler à l’ambitieux qu’il est bien hardi de « vouloir jouer les gros seigneurs, à s’en faire construire des châteaux14 ». Plus modestement, Charles Jouy, métayer, est raillé par le nommé Tonnelier, journalier, parce qu’il est procureur de fabrique, alors que lui, Tonnelier, est évidemment bien plus riche. Faut-il préciser que l’affaire se passe au cabaret vers les 8 heures du soir et que, probablement à force de boire, chacun en arrive à vouloir prouver qu’il est bien plus riche que l’autre… en sortant l’argent qu’il a au fond de la poche pour mieux l’étaler sur la table, au regard de tous. L’affaire se termine par un coup de feu et une plainte devant le juge15. Les jalousies sont souvent les motivations de ces attaques perfides ; « c’est bien à toi de travailler chez de gros seigneurs » dit encore ce maître serrurier à son compère qu’il soupçonne d’avoir décroché de gros marchés16. Les oppositions entre le statut et la richesse sont encore un angle d’attaque facile ; Jean Belleard, maréchal, se veut insolent et « se moque » de la veuve de Messire René du Goulet, écuyer, seigneur des Pâtys, en disant qu’il est bien plus riche qu’elle17. La raillerie est faite de mots mais aussi de mises en scène savamment orchestrées. Elle est alors dérision propre à rendre ridicule l’adversaire. Soit la rencontre entre Joseph Macé18, sieur de la Tillière, écuyer, 20 ans, fils du receveur du Grenier à sel de Sablé et Charles Plessis, tambour de ville. Sur les 4 heures du soir Charles est à battre tambour « pour faire des soldats », sous les halles de la ville. La scène est un jeu de rôles qui, sous le regard des passants devenus spectateurs, vise à tourner en dérision le jeune écuyer : « Vous voulûtes l’an passé me donner un coup d’épée, reproche le Tambour, voulez-vous qu’aujourd’hui, je vous en donne un ? Allons habit bas. » L’appel à un combat fictif, avec baguette de tambour maniée à la manière d’une épée dans une gesticulation calculée, a pour but, sous le regard public, de terrasser l’adversaire. L’agressé ne peut s’en sortir que par la morgue et le dédain, évoquant l’impertinent comme « un homme de la lie du peuple ». La requête demande une punition proportionnée à l’offense, au lieu où elle a été faite (en public) et à la qualité du plaignant. Nous sommes là dans un rapport que l’accusateur souligne comme étant socialement inégal. Mais il reste qu’il y a plus qu’une liberté de ton dans la bouche du Tambour. Outre la drôlerie qui tourne en ridicule, l’arrogance et l’insolence sont propres à faire perdre la face. Car tel est bien le but du jeu. L’affaire ouverte entre Louis Houdouin, avocat, bourgeois en la ville de Sablé, et un nommé Cerneau, homme de journées, relève du même registre de la représentation théâtrale19. La scène se joue dans la rue, un 21 mai 1751, sur les 10 heures du soir. Le sieur Houdouin qui vient de reconduire sa parente après une soirée passée en famille paraît vouloir s’enquérir des raisons d’un tumulte qui anime le carrefour de l’église Saint-Nicolas (il s’agit d’une saisie qu’est en train de faire le commis des Aides). La question posée au dit Cerneau ouvre l’altercation. La déposition de plainte et les témoignages permettent de reconstituer les étapes et les modalités qui conduisent à la rupture.

  • L’échange :

23Il est bref, mais révèle les enjeux et le jeu des acteurs ;

  • Cerneau : « Vous parlez comme un zéro. »
  • Houdouin : « Qu’est-ce donc que cet orateur ? »
  • Cerneau : « Viens donc me parler, biquet. »
  • Houdouin : « Vous êtes un malheureux, vous allez me le payer. »
  • Cerneau : « Viens donc, biqueton, viens donc faux avocat » (Cerneau parlant en « contrefaisant le chevreuil »).

242. L’action :

25Houdouin veut repousser Cerneau de la main, « Cerneau se jette sur luy violemment, luy donne plusieurs coups de poing sur la tête, le prend par les cheveux, le renverse par terre et le traîne inhumainement dans la rue, luy donne une infinité de coups de pied dans les reins et même dans la tête » (déposition du sieur Houdouin).

26Les témoins évoquent un grand soufflet donné à Houdouin qui tombe à terre comme un homme qui aurait perdu connaissance. Ainsi apparaît comment se brise le lien :

  • L’agression verbale se substitue à la réponse attendue : la mise en cause des capacités professionnelles de l’avocat révèle peut-être le fond de l’affaire.
  • L’orgueil blessé et la volonté de l’avocat de ne pas perdre la face : la réponse de Houdouin veut être à la fois hautaine et insultante (« malheureux ») et en forme de défi (« Vous allez me le payer »). Le geste accompagne la voix. Mais le fait de toucher physiquement l’adversaire semble renforcer son animosité puisqu’il déclenche la violence. L’humiliation d’être à terre se double de celle d’être traité de faux avocat, avec banderille finale, la contrefaçon du cri chevrotant d’un chevreuil.
  • L’ultime vengeance ne peut qu’aboutir à la déposition de plainte. Elle est nécessaire au rétablissement de l’ordre et des hiérarchies bousculées mais aussi, pour l’avocat, à la restauration de l’image et de l’estime de soi.

27La propension à se mesurer à l’autre apparaît comme un mode important de l’échange social, pour affirmer un pouvoir, un droit, pour restaurer un orgueil blessé ou effacer une humiliation. Ainsi, glisse-t-on, imperceptiblement dans le champ des provocations ouvertes.

  • 20 Sur la place du défi dans les relations sociales : E. Claverie, « L’honneur, une société de défi a (...)
  • 21 Respectivement : B5270, 19-08-1730, affaire Ragot-Duchesne, Miré ; B5271, 15-01-1731, affaire Oger (...)
  • 22 B5309, 22-03-1781, affaire de Montargis-Desgranges, Malicorne.
  • 23 B5290, 16-08-1752, affaire Lemeunier-Brocherie, Saint-Brice.
  • 24 Les menaces sont présentes dans 20 % des dossiers de violences établies (61 cas sur 300 dossiers) (...)
  • 25 B5278, 10-01-1739, affaire Gandon-Taboy, Sablé. Les propos rapportés par les témoins seraient de Lo (...)
  • 26 B5304, 8-08-1774, affaire Freulon-L’Angevin, Gastines. L’expression est du nommé L’Angevin, garçon (...)
  • 27 Successivement : B5291, mars1753, affaire Coignard-Rénier, Saint-Brice ; B5295, 16-02-1763, affair (...)
  • 28 B5282, 3-05-1744, affaire Lesage-Gaudin, Malicorne. L’expression est de Pierre Testu, journalier, à (...)
  • 29 B5280, 29-09-1741, affaire Amelon-Beauplet, Saint-Brice.
  • 30 B5300, 15-11-1769, affaire Montelle-Sauvé, Notre-Dame-du-Pé. « Lève-toi, recommande ton âme à Dieu. (...)
  • 31 B5292, 4-08-1755, affaire Duval-Jaladin, Sablé.
  • 32 Respectivement, B5288, 24-02-1749, affaire Chaudemanche, Brûlon ; B5294, 11-05-1760, affaire Cosna (...)
  • 33 B5290, 16-08-1752, affaire Lemercier-Brocherie, Saint-Brice.
  • 34 B5290, 16-08-1752, affaire Lemercier-Brocherie, Saint-Brice. Jeanne Lemercier peut dire à sa voisin (...)
  • 35 B5293, 9-04-1756, affaire Macé de Gastines-Duval, Sablé.
  • 36 B5291, 8-07-1754, affaire Piot-Couet, Bouessay ; landon : pièce de bois que l’on attache au cou des (...)

28La provocation peut avoir la forme du défi, entendu comme un duel que l’on veut imposer à l’autre. L’appel à relever le gant est impérieux et vise à l’affrontement. Les formes verbales impératives invitent au combat derrière des formules diverses mais toutes vindicatives : « Viens au bout de ton allée, il faut que j’aie raison de toi », « Viens à moi, je suis là pour te répondre », « Si tu es hardi et osé, sors de là », « Veux-tu un bâton pour te battre20 ? » Les injonctions sont fondamentalement des incitations à la violence physique21. Plus rarement, elles revendiquent le duel judiciaire : « Viens donc chez le juge que je te fasse chasser d’ici » peut lancer cet employé des gabelles à l’adresse du sieur Thoulet de Montargis, ancien officier d’infanterie, dans une instance qui met en jeu la réputation des protagonistes et la vertu de leurs épouses22. Le mode du défi apparaît très prioritairement affaire d’honneur viril et pratique d’hommes. Sans en être exclu, il est, entre femmes, plus exceptionnel. Les mots n’en sont pas moins violents : « Sors donc, bougresse, que je te mette la cervelle au ventre. Tu ne sortiras d’aujourd’hui que je te tue, viens donc que je t’accommode à cette heure » peut lancer Jeanne Lemeunier à sa voisine, femme de sabotier. La mêlée qui s’ensuit est, au demeurant, d’importance23. Ainsi, il semble bien y avoir dans ces attitudes de quoi affermir une réputation qui paraît être proportionnelle à l’aptitude de celui qui a été interpellé à répondre autrement que par la fuite. Mais l’invitation ouverte au duel a ses risques. On ne saurait se laisser prendre au jeu impunément. En revanche, la provocation peut avoir la forme plus prudente de la menace qui est un mode d’intervention plus répandu24. Les menaces excipent très prioritairement de la violence physique : elles sont la promesse de « corrections », de « raclées », dont la satisfaction ne peut avoir d’égale que la couleur des expressions qui les narrent. Le soulagement est dans l’image de l’adversaire réduit à merci ; nous trouvons dans ces mots des accents de victoires rêvées et de contentement de soi : « Je te battrai avant de me coucher, dit l’un, je veux en être content25 » ; « Il faut que j’acquitte ma conscience, dit l’autre, j’ai promis que je te donnerai une raclée de coups de bâton26. » Il est des plaisirs modestes de promesses de « coups de pieds au cul » qui s’expriment là. Mais l’essentiel est ailleurs. Le registre de la menace offre cette liberté qui permet, en pensées extravagantes, de rêver de l’anéantissement de celui qu’on exècre. L’important est dans la destruction formelle, sous le regard d’autrui, au bout de quoi est la victoire totale sur l’autre. Ainsi on peut prévoir de « mettre l’adversaire en miettes », ou de le « mettre en morceaux et d’en faire caresme prenant ». Alors, s’esquissent les espoirs d’entreprises vindicatives qui visent à « briser les têtes », « casser les cols », « fendre les cervelles », « couper les bras » ou encore « crever les panses »… avec tripes dehors27. Rêve-t-on d’user d’une arme ? Voici la fourche de fer pour embrocher l’adversaire comme un crapaud28. Les menaces ultimes sont celles de mort dont on comprend qu’elles ne sont qu’une quête de destruction symbolique. Au demeurant, quant à faire mourir l’adversaire, il n’est de plaisir que de le voir périr de ses propres mains, avec l’idée récurrente que cela peut bien être au risque d’y laisser sa propre vie. En fait, si certaines menaces s’adressent directement au contradicteur, d’autres sont proférées pour un public pris à témoin. La victoire du verbe est précieuse quand elle est acquise sous le regard des autres. Ainsi nous trouvons, au travers de ces témoignages, des essais de mise en scène qui relèvent du spectacle, tel le nommé Laforest qui, ayant compte à régler avec le petit valet du curé de Saint-Brice, âgé de 11 à 12 ans, promet, en public, que, là où il trouvera l’enfant, il y aura à venir le chercher en civière (brouette), qu’il le mettra dans un état à ne pouvoir se relever29. Jean Montelle, scieur de bois au long, en opposition, pour un différend professionnel avec d’autres scieurs et charpentiers, aurait été interpellé par l’un d’eux, invité à se lever et à recommander son âme à Dieu30. Joseph Jaladin, métayer, « pour l’occasion de certaines bruyères qu’il aurait coupées » au détriment d’André Duval, closier, aurait entendu dire ce dernier qu’il le battrait et lui danserait sur la panse31. Ainsi, d’autres quidams promettent-ils encore, sur le mode de la tragi-comédie, de baigner telle commère dans la fontaine, de mettre nue telle autre, de couper les jupes d’une troisième32. Jeanne Lemercier, fille majeure, en conflit avec sa voisine, n’aurait d’autre satisfaction que de « lui manger le cœur et de lui foutre sur le ventre33 ». Ce qui importe, c’est que l’expression de ces vengeances imaginées passe par un discours qui vise, pour celui qui en use, à édifier l’adversaire mais aussi le public sur ses intentions de victoire. Ainsi nous pouvons proposer d’y voir un mode de l’échange verbal qui traduit, pour la forme, le recours à un langage imagé qui autorise la mise en scène, et, sur le fond, la défense sans concession de l’image de soi, mais aussi la satisfaction qu’il y a, dans un rapport de force, à faire perdre la face à l’autre en proposant son anéantissement. Nous revenons au point d’honneur. La provocation peut s’inscrire dans un processus de vengeance de l’honneur blessé ou d’intérêts lésés qui s’enracine dans un passé qui peut être lointain34. Elle montre qu’après les premiers ébranlements provoqués par l’offense, parce que s’avive chez la victime l’impression d’avoir été injustement blessé, l’émotion se transforme en un sentiment qui appelle la revanche. Antoine Macé de Gastines, receveur au Grenier à sel de Sablé se plaint qu’en sortant de la messe, sur les 8 heures du matin, le sieur Duval, cavalier de maréchaussée, l’ait apostrophé en ces termes : « Monsieur de Gastines, vous vous souvenez bien de m’avoir donné un soufflet, aux violons qui étaient, ce carnaval, chez Monsieur de la Marsollière. » De Gastines ayant répondu qu’il ne s’en souvenait pas, le sieur Duval aurait ajouté : « Vous vous en souviendrez et me le paierez tôt ou tard35. » On ne saurait mieux dire qu’on ne laisse pas un orgueil blessé impuni. Ainsi, beaucoup de rencontres en des lieux ouverts ou publics sont l’occasion de régler d’anciens comptes. L’épaisseur du temps n’affecte pas les mémoires, n’affadit pas les rancœurs. Il y a probablement dans ces entreprises de provocation, la recherche d’une satisfaction à défier, à affirmer sa dignité, la revendication hautaine de son droit face à un orgueil blessé, l’affirmation de son propre espace de liberté. La provocation peut tout aussi bien naître dans la spontanéité des rapports du quotidien. Elle n’est plus vengeance mais goût de la taquinerie, plaisir d’agacer et se réfère à un type de relations où l’on ne dédaigne pas de mettre l’autre à l’épreuve, même au risque de voir la joute dégénérer et aller jusqu’à la violence. Le cabaret en est souvent le lieu privilégié. Retenons cette petite scène qui a lieu à l’auberge de Bouessay sur la route de Sablé à Saint-Loup. Nous sommes en juillet, le sieur René Piot, apothicaire, s’y arrête pour se rafraîchir. Alors qu’on lui sert une salade, s’approche le sieur Couet qui déclare « d’un air d’autorité » vouloir manger de cette salade-là et qui, prenant une fourchette, « par malice », en « perce » la main de l’apothicaire. L’affaire se termine à coups de poêle et de landon36. Ainsi les multiples scènes témoignent de ce jeu social toujours en effervescence, de ces joutes verbales faites d’agaceries multiples, de sensibilités en éveil, de droits ou de revendications infimes sur lesquelles on ne saurait céder à l’autre.

  • 37 B5282, 14-04-1755, affaire Lesage-Ory, Malicorne. Le porte sur le bail d’un pré.
  • 38 B5289, juillet 1751, affaire Thieulin-Lebreton, Sablé.
  • 39 E. Goffman, La mise en scène…, op. cit., p. 62 sqq. Sur le thème des offenses territoriales, empru (...)
  • 40 Voir par exemple le procès qui oppose les familles Macé de Gastines (président du grenier à sel) e (...)
  • 41 B5314, 28-04-1785, affaire Fillion-Persignan, Pincé.

29Au-delà du défi et de la menace, l’expression du mépris est un stade ultime où se rompt le lien. Elle peut être une attitude de morgue jugée suffisamment humiliante pour que la victime soit amenée à déposer sa plainte. Le sieur Ory, huissier, 55 ans, à propos d’une ordonnance de justice qu’il doit mettre à exécution en faveur du sieur Lesage, receveur au Grenier à sel, peut prétendre, en public et en présence du dit Lesage, « qu’il ne travaillera pas pour cet homme là ». Le juge est aussitôt saisi de l’affaire37. Le mépris est souvent dans le ton dont on use. L’un déplore l’impertinence qu’on lui a faite mais aussi « le ton indigne sur lequel on lui parle » ; l’autre dénonce devant le juge la perfidie de l’inflexion des mots dont on a usé à son égard. Il est enfin des gestes qui viennent à l’appui de la parole. « Verrai-je toujours ce diable devant mes yeux38 ? » proclame la femme Thieulin à l’encontre de sa voisine, en faisant le signe de la croix « pour marquer davantage son insulte ». D’autres actes se substituent aux mots pour signifier le dédain et mieux humilier. Si l’on ne crache que très exceptionnellement, on use volontiers de boues ou d’eaux malpropres (parfois d’excréments ou d’urine) qu’il convient de projeter au visage de l’adversaire. Ces « offenses territoriales39 » que l’on peut ainsi faire à son contradicteur, comprises comme autant de moyens permettant de conduire des violations et des humiliations à l’encontre d’autrui ne sont pas pratiquées que par des gens de peu40. Enfin, parmi la panoplie des gestes obscènes, l’exhibition de certaines parties du corps, qu’ »on n’ose nommer », veut encore signifier l’intention offensante. Parce que la femme de Jean Fillion, garde-chasse des fiefs, bois et forêts du marquisat de Sablé, aurait pris des témoins pour attester des menaces que venait de lui faire Jeanne Persignan, fille de métayer, 24 ans, celle-ci aurait répondu « qu’elle se foutait » des témoins comme de son accusatrice, « en montrant son derrière41 ». L’ensemble traduit l’importance du jeu de la symbolique corporelle : l’étude des formes de la violence physique confirmera le fait.

  • 42 E. Goffman, La mise en scène…, op. cit., p. 43-72. « Au centre de l’organisation sociale se trouve (...)
  • 43 B5282, 14-01-1744, affaire Delaunay-Morin, Sablé et B5306, 29-08-1776, affaire Beaumier, Sablé.
  • 44 E. Goffman, La mise en scène…, op. cit., p. 43.

30Les modalités de l’échange qui conduisent à la rupture du lien sont des procédés qui sont profondément ressentis comme attentant à l’honneur et contraires à une conversation qui respecte les règles de la civilité. Ainsi raillerie, dérision, défi ou mépris ouvrent-ils la voie à des rapports conflictuels dans un contexte de susceptibilités exacerbées. Ils sont, en opposition avec des codes de conduites plus civils, un pas souvent irréversible vers l’honneur bafoué. Il émerge de l’étude de ces relations interpersonnelles que l’essentiel est bien dans la défense farouche et hautaine d’une dignité à préserver. Chaque individu, pour vivre en société, dispose d’un certain nombre de territoires42 symboliques ou matériels, qu’il surveille et dont il défend les frontières. Or, ce que met en évidence notre corpus documentaire, c’est bien, dans cette société villageoise d’Ancien Régime, la fragilité et la perméabilité de cette bulle protectrice dont la défense se confond avec celle de la réputation et de l’honneur. « Est-ce possible que je reçoive tant de bêtises dans ma maison, allez chez vous », dit l’une. « Sacré bougre, que cela te fait-il » affirme un autre43. Chacun a le sentiment qu’il a le droit à un respect et à une liberté, celle de défendre ce que Erving Goffman appelle « les territoires du moi44 ». Suivent des joutes dans lesquelles les protagonistes ne savent pas toujours rester en deçà du tolérable, mais dont l’esprit de divertissement et le goût de la mise en scène sont rarement absents. Il reste que l’honneur blessé appelle la violence.

Violence et point d’honneur

  • 45 Sur le sens de la violence dans le jeu social, nous nous référons aux définitions proposées par Y. (...)
  • 46 Le corpus rassemblé sur le thème des injures et des violences physiques est composé de 300 affaire (...)
  • 47 L’expression est empruntée à l’article de A. Farge et de A. Zysberg, « Les théâtres de la violence (...)

31Dans quel processus social la violence s’inscrit-elle ? Quels rapports entretient-elle avec le point d’honneur ? L’agression verbale ou physique est le stade ultime du rituel qui conduit à la rupture de la relation. Qu’il s’élève de nos archives judiciaires un bruit de violence ne saurait étonner. Mais la lecture attentive des sources laisse le sentiment premier d’un recours à la force étrangement « ordinaire ». La relation sociale appelle tempérance et modération. L’agressivité n’est jamais valorisée dans le discours et le recours à la brutalité est bien transgression, négation des normes et de l’ordre45. Pourtant elle apparaît d’un usage banalisé dans la relation à autrui. Le corpus documentaire constitué autour des manifestations, des mots et des gestes violents permet d’approfondir l’analyse46. « Violence criminelle ou violence tout court47 ? »Violence de marginaux ou violence vernaculaire ? Les éléments de réponse sont à rechercher dans l’analyse des ressorts et des acteurs du comportement agressif. Qu’y a-t-il aux sources des actes qui blessent ? Qui sont les violents ?

Aux sources de la violence

  • 48 Coups et injures : occurrences concernant les facteurs déclenchants :
  • 49 B5312, enquête de témoins datée du 16-12-1783, affaire Macrain-Legué, Solesmes.

32La plainte, dans le corpus recueilli, est motivée par l’agression verbale et physique. Mais de quoi l’injure et les coups portés naissent-ils ? Les requêtes n’indiquent pas toujours les raisons du recours à la violence qui s’est exercée contre le plaignant, soit que celui-ci n’ait pas vu l’utilité de le préciser, soit qu’il n’ait pas voulu le faire ; la justice ne juge que l’immédiat et la cause n’est pas obligatoirement à l’avantage du déposant (d’où les actes subis « sans raison », évoqués dans certaines requêtes). L’autre difficulté provient d’indications trop allusives à des antécédents parfois nés dans l’instant, parfois anciens, mais souvent donnés de façon fugitive. Ainsi les « inimitiés » de voisinage, par exemple, sont un premier indice qu’il convient de préciser ; les témoignages sont alors d’un appui précieux. Les facteurs déclenchant les actes violents ont pu être reconstitués dans 194 cas48. De l’analyse de ces données plusieurs enseignements méritent d’être soulignés. D’emblée, il apparaît que la violence rencontrée ici ne renvoie pas à la grande criminalité. Même quand il y a mort d’homme, rien n’indique le crime crapuleux ni l’homicide volontaire. Ainsi, le nommé Legué, garçon perruquier, serait décédé à l’Hôtel-Dieu de Sablé, le jour de la fête des Morts de l’année 1783, mortellement blessé « dans la chaleur d’une rixe », d’un coup de sabre reçu de la main de Joseph Macrain, jeune soldat du régiment du Limousin. L’affaire non préméditée est liée à une querelle de cabaret, à l’occasion d’un dîner pris en compagnie dans une auberge de Solesmes49. Le sang peut sans doute couler dans des combats moins fatals, les brutalités ne sont pas absentes. Mais la violence rencontrée, malgré les cris d’agonie dont les victimes colorent leurs requêtes, est aussi faite d’ecchymoses, de griffures, de bosses, d’excoriations comme le soulignent les rapports des médecins. Probablement la saignée (parfois double) faite assez systématiquement pour « nettoyer » la victime d’éventuelles « mauvaises humeurs », l’affaiblit-elle davantage que ne le font certaines blessures.

  • 50 B5279, 27-09-1740, affaire Piron-Leroyer. L’accusé est François Leroyer, journalier, paroisse de Bo (...)
  • 51 B5311, 3-09-1782, l’accusé est François Audouin, compagnon sarger à Précigné.
  • 52 B5303, 25-05-1773, affaire Moquereau, Sablé.
  • 53 B5294, 26-09-1759, affaire Teullier, Souvigné.
  • 54 B5295, 17-04-1760, affaire Gasneray-Manceau, Saint-Brice. Les victimes sont Jacques Gasneray, march (...)

33L’acte violent, d’autre part, est rarement gratuit. Il peut le paraître lors des échauffourées d’une jeunesse en mal de sorties nocturnes. L’agression peut aussi naître d’hommes réputés « brutaux », « mauvais garçons » ou encore « perturbateurs du repos public », connus pour être redoutables tant dans le village que dans le reste de la paroisse et des environs50 ou qui n’hésitent pas à s’attaquer indistinctement à toutes les personnes des deux sexes et à exercer des cruautés contre elles51. La galerie de portraits est alors celle d’hommes qui sans être sans feu ni lieu – on sait décliner leur identité et leur activité – ont des comportements qui les mettent en marge du tissu social et que l’on pourrait qualifier, au risque d’anachronisme, d’asociaux. Tel est René Moquereau, boisselier de 30 ans, « coureur de nuit » qui « lâche des mots qui blessent l’humanité », qui « menace sans raison ceux qui s’opposent à ses desseins », garçon tout à fait dangereux et rempli de mauvaises intentions explique un témoin, garçon dont on craint la force et la colère dépose un autre, « homme si à craindre que luy déposant, aimerait mieux se détourner d’une demi-lieue que de le rencontrer dans son chemin52 ». De la perversion au dérèglement de l’esprit, les intentions violentes peuvent exceptionnellement relever de la folie et de la pathologie. Voici Jacques Teullier, tonnelier à Souvigné, qui exercerait sur sa propre fille les violences les plus inouïes au point qu’il lui aurait mis la tête contre un billot pour la lui couper, menaçant aussi d’empoisonner le puits et de mettre le feu à la paroisse53. L’acte brutal peut encore être le fait d’hommes échauffés dans les vapeurs d’alcool des estaminets, tels ces deux colporteurs54 qui, dans « une querelle de gens enyvrés », selon un témoin, rossent deux particuliers du village de Saint-Brice, « au point qu’il fallut sonner le tocsin pour venir à bout de leur fureur ». Pour être spectaculaires, ces cas n’en sont pas moins statistiquement isolés, et même là, à regarder de plus près certaines situations, les querelles ne s’engagent pas sans raison. À considérer ce qui déclenche l’essentiel de la violence rencontrée, nous lisons d’abord que, très prioritairement, l’injure ou le coup porté ont leurs racines dans les faits de la sociabilité ordinaire et que, très majoritairement, les actes violents recensés sont des réponses, des recours contre ce qui est perçu comme une frustration, une atteinte à l’intégrité ; ils apparaissent quand il y a, dans le quotidien, une blessure ressentie, qu’elle soit atteinte aux personnes ou aux possessions. La volonté de nuire ou de détruire a généralement ses raisons. La violence naît prioritairement des faits minuscules qui jalonnent la vie au jour le jour. Elle est une réponse banalisée à des frustrations à caractère relationnel ou socioéconomique.

Tableau 6. – Origines de la violence.

34Dans l’ordre du relationnel, l’acte violent est essentiellement affaire de vie privée : il naît d’une perturbation ressentie du lien social faite d’atteintes à la dignité et à la réputation des personnes. Il peut d’abord répondre à ces codes de conduite perturbés précédemment décrits (moqueries, insultes, calomnies) ou encore à des actes d’incivilité, quand les rites de contact ne sont pas respectés. Il prend sa source dans la multitude des préjudices moraux subis qui peuvent au jour le jour, émerger de la vie de relation et que la proximité exaspère. Il est alors compensation (ou réparation) à un bon droit que l’on croit frustré, à une aspiration au respect de soi. Les conflits quotidiens du voisinage alimentent souvent les rancœurs. Les causes en sont multiples, des plus sérieuses aux plus infimes. Il est là question d’insolence, de mots déplacés, de regards indiscrets, de préséances non consenties, de services non rendus. Tout préjudice qui porte atteinte à la personne, à la respectabilité familiale, tout tort causé sous le regard social paraissent attendre réparation ou vengeance. Dans l’ordre du relationnel encore, on use de violence pour réprimer un jugement réprobateur sur un acte accompli ou une attitude jugée répréhensible. Tout se joue comme si on ne pouvait ou ne voulait rien laisser de cette hauteur de ton qui aide à garder la face : tel ne supporte pas qu’on lui remontre qu’il n’est pas honnête de maltraiter un enfant ou une femme, tel autre qu’on l’accuse de ne pas vouloir payer ses dettes, tel autre encore d’avoir mal fait une montrée ou mal respecté un marché. À ces reproches que l’on ne saurait supporter, la réponse est souvent faite de coups. Il est encore question, ici, de susceptibilité et d’honneur.

  • 55 B5291, 3-08-1753, affaire Haurée-Cormier, Sablé.
  • 56 B5292, 4-08-1755, affaire Godier-Roger, Sablé.
  • 57 B5282, 19-06-1744, affaire Epinard-Morin, Sablé. L’enfant est âgé de 11 ans.

35Les mots et le geste agressifs sont tout autant déclenchés par les frustrations nées d’atteintes diverses aux biens ou aux droits. Plus globalement, la violence peut aussi être une réaction à des intérêts floués. Elle peut naître d’une impatience face à une dette non remboursée, pour peu que l’on rencontre le mauvais payeur : « Vous êtes un menteur, un gueux et un fripon, ce n’est pas là la façon dont on paye ses dettes » peut lancer la femme Haurée, cabaretière au sieur Cormier, marchand gantier avec, selon les témoins, coups de poings sur la tête et boue jetée au visage55. « Bougre de Jean foutre, quand me rendras-tu les cinquante écus que tu me retiens injustement » lance un nommé Roger, tisserand, à l’encontre de René Godier, avocat ; l’apostrophe, reçue comme une insulte, est faite en pleine rue56. On peut être violent aussi bien pour une part d’héritage détournée, un fermage non accordé, que pour une quittance falsifiée ou une réparation mal faite. On peut l’être encore dans un conflit à caractère professionnel : concurrence, accaparement de marché, contestations sur les comptes d’un bail, exclusion d’un emploi. Le verbe haut peut naître aussi d’un marché dans lequel on a l’impression d’avoir été floué. Les mots et les coups ne sont pas moins vigoureux quand il s’agit d’un bien à défendre ou d’un espace à protéger. Ainsi peut-on, pour une aire de ferme traversée, une bordure de prairie foulée, vouloir en venir aux mains. Se promenant avec trois de ses sœurs dans les prés qui conduisent de Sablé au port de Solesmes, et passant par une pièce de terre tenue à ferme par un nommé Morin, marchand, le fils de François Epinard, marchand corroyeur, se voit poursuivi par le dit Morin dont il aurait reçu plusieurs coups de fouet, de pieds et de poings57. Que les tensions existent, qu’il y ait des biens et des intérêts que l’on ne puisse négliger, nul ne s’en étonne. Ce qui surprend davantage c’est que, pour des torts parfois infimes, s’enclenche une violence qui ne laisse de surprendre par sa vivacité. C’est que ces frustrations à caractère matériel, engendrent des réactions motivées aussi par une blessure portée à l’amour-propre.

  • 58 Y. Michaud, La violence, op. cit., p. 7.

36Ainsi l’acte violent tel que nous l’observons ici naît de façon banale, des échanges de voisinage, du travail, des loisirs, de toutes les relations que suscite le quotidien. Nous apparaît là l’esquisse d’un type d’agressivité qui relève davantage des formes de la sociabilité ordinaire et d’un modèle courant de relations que d’une violence criminelle ou délinquante. Même rejetée, cette violence peut faire partie du décor ; elle est comme une manière de vivre ou de dire les choses avec laquelle il faut s’accommoder. Elle apparaît comme un élément régulateur du jeu social. Ainsi le modèle de la société villageoise nous semble illustrer l’assertion selon laquelle, « positivement, la violence n’est qu’une forme de comportement d’un acteur par rapport à un autre, une manière d’être des systèmes d’interaction58 ». L’analyse sociologique doit confirmer que le monde des « violents » est bien un monde ordinaire.

Tous violents ?

  • 59 J. Quéniart, Le grand Chapelletout, violences, normes et comportements dans la Bretagne rurale au (...)

37L’analyse peut s’organiser autour de quelques questions : qui sont les violents ? La violence dénoncée par les pièces de procédure est-elle le fait d’un groupe particulier et minoritaire ou encore d’individus isolés ? Plaignants et accusés sont-ils comme en Bretagne, selon l’expression de Jean Quéniart, les acteurs d’un étroit théâtre59 ?

  • 60 Nombre de requêtes mentionnant des actes de violence : 300 ; agresseurs et agressés domiciliés dan (...)

38L’approche du phénomène perçu dans sa globalité permet une première réponse. L’enquête conduite à partir de trois cents requêtes pour coups et injures permet de formuler quelques conclusions qui importent pour notre propos. Une première remarque s’impose : la violence qui émerge de nos sources et que déplorent nos plaideurs n’est que très secondairement le fait de marginaux, vagabonds, hommes déracinés ou autres délinquants. Agressés et témoins sont dans la quasi-totalité des cas capables d’identifier les agresseurs et de décliner les identités de chacun. Nous connaissons des protagonistes un nom, un statut, une fonction, un lieu de résidence, qui sont autant d’indices d’intégration dans le tissu villageois. Même dans les cas d’actions collectives, même dans la confusion d’une rixe entre compagnies rivales, les acteurs finissent par être identifiés. La plupart du temps, nous sommes là entre gens de connaissance ou, pour le moins, de proximité. Au demeurant, quand il est question de gens de passage, ils ont un état, un statut et une raison d’être là, tels ces bateliers, ces scieurs de bois au long, ces compagnons ou encore ces soldats. Le relevé des domiciles montre que l’espace géographique d’où sont issus les acteurs est restreint60. Dans plus de 82 % des cas, agresseurs et agressés sont de la même paroisse et dans plus de 15 % encore d’une paroisse contiguë ou proche. Nous sommes là dans l’espace privilégié des réseaux de relations qui s’établissent pour les besoins de la vie quotidienne dans le voisinage ou alentour : la proximité géographique des protagonistes de l’acte violent est un fait. Il est évident que nos agresseurs ont bien le profil des gens du lieu. Nombre de procès sont au demeurant des conflits de voisinage : les motifs qui peuvent être à l’origine de ces difficultés à vivre ensemble sont aussi nombreux que banals ; nous l’avons déjà souligné. Il apparaît ensuite que les agresseurs dénoncés pour des violences physiques ou verbales appartiennent bien à une grande diversité de catégories sociales. Tous les milieux paraissent représentés : à considérer les professions ou les états s’esquisse un tableau qui, fondamentalement, reste assez significatif des structures socioprofessionnelles de la ville ou des villages. D’autre part, il est à remarquer que les catégories sociales les plus fragilisées et les plus instables, journaliers ou domestiques par exemple, ne sont pas les mieux représentées. Même si la misère a pu exaspérer les esprits, elle n’apparaît pas de façon explicite au cœur de l’acte violent. Sans doute peut-on considérer que, dans nombre de cas, vouloir défendre son bon droit relève d’une volonté d’échapper à une précarité qui menace un équilibre déjà fragile mais le lien n’est pas facile à établir.

39C’est prioritairement du monde des métiers que vient la turbulence, reflet probable de l’importance numérique de ce groupe dans la population villageoise mais aussi d’une place particulière dans le tissu social et dans les échanges à caractère socioéconomique. Ainsi est-il possible d’y voir un trait de mentalité particulier, peut-être lié à la précarité de certains statuts mais aussi aux façons de vivre et de percevoir le monde. L’activité professionnelle peut être génératrice de violence. Les jalousies de métier s’y expriment ainsi que les conflits autour de marchés jugés déloyaux. Il n’est pas possible de distinguer à partir de nos archives la part d’actes de violence qui revient aux maîtres et celle qui est le fait des compagnons. Les violences nées de conflits à caractère socioéconomique sont bien présentes dans nos sources. Mais fondamentalement un grand nombre de combats semble appartenir au domaine de la vie privée. Au demeurant, l’espace social des conflits engagés par des gens de métiers paraît ouvert.

40Notables et marchands, proportionnellement à leur place dans la société, ne sont pas médiocrement représentés. Sans doute sont-ils au cœur des enjeux sociaux et économiques ; sans doute ont-ils un rang, une dignité ou une autorité à affirmer. Le statut de notabilité n’empêche pas le geste d’humeur. Les exemples de réactions violentes sont nombreux, y compris au plus haut niveau de la hiérarchie villageoise. Quand le niveau social n’est pas égal se manifestent de la part des gens nantis des attentes de respect de leur personne et de leur fonction. Mais, lorsque le conflit naît entre pairs il est aussi question de préséance et de dignité qu’on ne saurait lâcher. Avocats, notaires ou autres officiers n’ont pas toujours, face à une situation conflictuelle, le stoïcisme qui sied à des gens de « compagnie sensée », ne dédaignant pas de recourir aux mots qui blessent ou aux soufflets qui humilient. Les stratégies de l’agression peuvent faire montre des vivacités les plus démonstratives et les paroles n’ont alors rien à envier à l’outrance provocatrice des injures des gens de peu.

Tableau 7. – Violences et positions sociales : catégories socioprofessionnelles, situations, statuts ou états.

41Le monde des « gens de campagne » est aussi représenté dans l’ensemble de ses composantes. Les conflits qui naissent là sont souvent de voisinage. Les violences qui s’ensuivent concernent, en priorité, le contrôle de l’espace. Il est alors question de pâtures que l’on revendique, de bestiaux mal gardés qui endommagent les récoltes ou encore de larcins dans les jardins ou les vignes. L’agressivité naît aussi de l’honneur blessé des familles ou plus simplement des difficultés à vivre avec ses voisins. C’est fondamentalement de ces relations de proximité qu’émerge la brutalité repérée dans les pièces de procédure et plus accessoirement de conflits contre l’autorité ou ses représentants ou encore contre ceux qui possèdent la terre. Le recours à la violence reste souvent l’expression d’une injustice ressentie.

42À considérer le monde de la domesticité, et particulièrement celui des valets de ferme, la violence qui les concerne naît à la fois des fonctions qu’ils assument mais aussi des formes de sociabilité qui leur sont propres. Ainsi sont-ils souvent impliqués dans des affaires relatives à la garde des bestiaux et plus généralement à la défense des intérêts du maître ; tel domestique veut interdire un passage sur les terres du lieu, tel autre s’oppose à un vol. Il est à noter que l’acte violent n’intervient qu’exceptionnellement dans un rapport de dépendance maître-valet ; il est davantage là question de solidarité. Une autre origine de la violence est à rechercher dans les débordements d’une sociabilité d’hommes jeunes, notamment, dans les temps de repos, quand se forment ces « compagnies de jeunes paysans » que nous rencontrons au hasard d’un tumulte.

  • 61 Sur 332 hommes « violents », « garçons », « fils de » : 47 (auxquels on peut ajouter des domestiqu (...)
  • 62 Sur les 300 cas d’agressions verbales ou physiques, les femmes sont l’agresseur direct dans 28 aff (...)
  • 63 B5288, 24-02-1749, affaire Chaudemanche-Rallier, Brûlon.

43S’il existe des discriminants quant au recours à la violence, ils sont à rechercher dans l’âge et surtout dans le sexe des protagonistes. L’implication de l’âge apparaît à l’observation des mentions « garçon » ou « fils de » ; la source ne nous fournit pas d’autres précisions si ce n’est qu’il s’agit alors de jeunes, parfois impliqués dans un métier ou une activité qui peuvent être celui ou celle du père. Il est possible d’entrevoir là l’indication d’un temps d’attente avant l’engagement plus personnel dans la vie professionnelle ou dans le mariage. L’instabilité qui en découle paraît être une explication possible des actes violents. L’image d’une jeunesse violente est, cependant à nuancer : les chiffres sont gonflés par une des modalités essentielle d’où naît la violence, à savoir ces effervescences de jeunesse déjà évoquées qui se font en compagnies parfois nombreuses61. En revanche, la discrimination qu’introduit le sexe paraît beaucoup plus évidente ; à lire les chiffres, l’acte agressif n’est pas fondamentalement affaire de femmes62. Sans doute la source minimise-t-elle la part des femmes, celles-ci pouvant agir en auxiliaire du mari qui est assigné en justice. La lecture attentive des témoignages double presque (+ 21 cas) le nombre d’affaires dans lesquelles elles sont impliquées. Certes, la violence féminine n’est pas absente. Les femmes peuvent avoir l’initiative du combat ou agir au côté de leurs maris. Elles ont le verbe facile et dans une très grande majorité de cas savent joindre le geste violent aux mots. Selon les récits, la puissance des mots et l’ardeur des combats n’ont rien à envier, sinon la force, à celles des hommes. L’origine socioprofessionnelle des femmes agressives et l’espace social des conflits ne paraissent pas fondamentalement différents de ce qui a déjà été souligné. Les luttes qu’elles engagent sont prioritairement des combats entre femmes. Elles sont aussi capables de mener contre les hommes des joutes héroïques et parfois victorieuses. Quand la nommée Rallier, du bourg de Brûlon, entreprend Louis Chaudemanche, maître menuisier à propos de « certaines chansons qui lui déplaisent fort », il est question, selon les témoins qui décrivent la scène, de coups de pieds au cul qu’elle distribue avec de gros sabots neufs, « prenant le dit Chaudemanche par les épaules et le foulant contre la muraille63 ». Quelles causes sont à défendre ? Il y a des offenses qui naissent des relations de proximité, en négatif des gestes de solidarité que l’on se prête ; il est là question d’enfants réprimandés, de servantes dont on se dispute les services, mais aussi de poules empoisonnées, d’objets prêtés que l’on réclame… Les motifs relèvent fondamentalement de la vie privée et familiale. Ces joutes naissent de biens, d’espaces ou de droits à défendre et tout autant que pour les hommes, d’honneur ou de préséance à préserver. La femme est bien gardienne des intérêts mais aussi de l’honneur de la famille et de la maison. Malgré tout, la violence des cas observés ne doit pas faire illusion. L’approche statistique souligne que très majoritairement, la stratégie agressive ne relève pas prioritairement des femmes. L’explication n’est pas obligatoirement aisée. Faut-il évoquer une complexion plus fragile (mais l’argument ne fonctionne pas pour l’injure) ou un quelconque moindre degré d’insertion dans la vie de relations ? Il paraît bien que le phénomène a un caractère culturel et renvoie au rôle des femmes dans la société : c’est bien là le thème de la femme pacificatrice sur lequel il nous faudra revenir.

  • 64 J. Pitt-Rivers, Anthropologie…, op. cit., p. 17-42.

44Au terme de cette première approche, il semble que le recours à la violence des mots et des gestes ne soit pas affaire d’appartenance sociale. La société villageoise dans son ensemble paraît y participer. À considérer les liens qui unissent agresseurs et agressés, il est à remarquer que beaucoup de joutes se déroulent dans des espaces sociologiquement variés et que dans une proportion non négligeable, il existe entre les protagonistes des rapports qui, quand ils ne sont pas d’égalité, ne relèvent pas prioritairement de situations de dépendances directes. Les conflits qui impliquent un comportement agressif naissent d’inimitiés, d’intérêts lésés, de susceptibilités exacerbées et plus exceptionnellement de rapports de hiérarchie sociale. La violence apparaît bien comme un mode d’expression relativement banalisé. Elle est le fait d’un monde ordinaire. Elle est une réponse aux frustrations nées des formes élémentaires de la relation sociale. Elle prend racine dans un mode de sociabilité effervescent et théâtral. L’agressivité y apparaît profondément réactionnelle. Elle vise à ce que chaque individu puisse préserver son intégrité, que celle-ci soit faite du respect des personnes ou du respect des biens. Au cœur des réactions souvent impulsives, paraît en filigrane l’affirmation du point d’honneur. Violences et honneur entretiennent des liens étroits. Les travaux de Julian Pitt-Rivers en ont montré les connexions64. La violence se met alors en scène. Il nous reste à en préciser les scénarios. L’enjeu est maintenant de dégager valeurs et normes qui régissent les rapports sociaux et plus particulièrement de cerner les espaces où se situe le point d’honneur.

Les blessures de l’âme et du corps

« Un combat de paroles »

  • 65 Y. Castan, Honnêteté et relations sociales…, op. cit., p. 41-42.
  • 66 Sur les aspects psychologiques de l’injure : E. Larguèche, L’injure à fleur de peau, Paris, L’Harm (...)
  • 67 Voir H. Lecharny, « L’injure à Paris au xviiie siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine(...)
  • 68 D. Jousse, Traité de la justice criminelle en France, Paris, 1771 : voir particulièrement le tome (...)
  • 69 B5293, août 1757, affaire Lebarbier-Latouche, Précigné.

45Il convient lors de s’intéresser au choix et au sens des paroles injurieuses. La parole est une arme d’autant plus redoutée que nous sommes en société de connaissance et que la rumeur, « plus encline à croire le mal que le bien » s’enfle rapidement des bruits de la rue. Qu’il soit injure, calomnie ou dérision, le verbe « assassin » révèle les points sensibles de l’honneur de chacun mais aussi les travers et déviances d’une société donnée. Il montre, par la négative, les espaces de dignité à préserver65, il renvoie aux fantasmes ou, pour le moins, aux peurs qu’une société entretient avec elle-même66. À suivre le nombre des ouvrages de droit publiés au xviiie siècle concernant l’injure, on peut penser que celle-ci est alors d’importance67. Devant la justice, il existe au demeurant, une action spécifique pour faits d’injures68. L’insulte est faite pour détruire ; elle vise à acculer l’autre dans un espace que la société réprouve. Chacun connaît les codes et les flèches ne sont pas décochées au hasard. Pierre Latouche, chirurgien à Précigné, ne cesse d’invectiver Jacques Lebarbier, prêtre de la paroisse, lequel peut se plaindre, commentant les paroles prononcées, que « ce ne sont point de ces mots que la vivacité fait échapper dans la fureur d’une querelle. Ce sont des grossièretés de f. [sic] et de b. [sic], de Jean Foutre69. » Nous sommes au cœur d’une stratégie de l’agression. L’injure n’est pas affaire de niveau social, de vulgarité des petites gens. Elle est d’un usage qui transcende l’appartenance sociale. De plus, les formes de la sociabilité font que les échanges entre pairs sont les plus nombreux ; mais les hasards ou les nécessités de la vie quotidienne avec le brassage social qui en découle font qu’il n’existe pas, de ce point de vue, de cloisons entre les groupes sociaux et que l’insulte se moque de supposées barrières. Elle n’est pas non plus affaire de sexe. La verdeur des propos de certaines de nos villageoises n’a rien à envier à celle de leurs compères.

46Plus que l’aspect philologique, nous intéresse ici la place de l’injure dans le face-à-face qui oppose deux protagonistes en quête d’honneur. Le discours injurieux, au demeurant, ne saurait se limiter aux échanges de termes grossiers ; il est fait d’allusions, de propos humiliants ou calomniateurs susceptibles de mettre à mal l’adversaire ; il est une tactique pour l’acculer à la honte ou au déshonneur. Ce qui nous importe, c’est bien cette stratégie de l’agression : choix et sens de l’injure, facteurs qui rendent sensible le délit, vecteurs par lesquels s’enfle la rumeur, jusqu’à la mise en cause de l’honneur.

Injures et diffamations à caractère sexuel

  • 70 Près des 2/3 des injures faites aux femmes (30 cas sur 46 cas), et un peu plus de la moitié chez l (...)
  • 71 Par exemple : B5288, 9-08-1749, affaire Brillet-Gautry, Sablé.

47Les injures et diffamations à caractère sexuel sont les plus nombreuses. Elles sont aussi les plus infamantes. Sur les 166 cas où sont tenus, de façon explicite, des propos insultants, 95 relèvent, au moins partiellement, d’injures sexuelles70. Le scénario est peu original : l’homme est accusé d’être le plus grand des « cosnards » (sic), la femme de mener une vie déréglée et scandaleuse et d’être la plus grande des putains. Dans leurs requêtes, les victimes consignent avec des accents d’indignation, les mots qui les ont blessés. Elles s’attachent surtout à dire combien leur honneur et leur réputation ont été outragés, « par l’endroit le plus sensible71 » et dénoncent des accusations diffamatoires qui ne seraient prononcées que « par esprit de malice » avec l’objectif évident de nuire. Dans les propos, parfois dans les bordées d’injures qui s’échangent, l’allusion sexuelle est souvent la flèche que l’on décoche pour parachever l’attaque. C’est ce qu’illustre ce dialogue qui ponctue la querelle opposant un certain Tonnelier et sa femme à un voisin aubergiste ; un soir de juillet 1740, sur les 10 heures et demie à l’horloge des Bénédictins de Solesmes, une bande de compagnons frappe à la porte du cabaretier pour y boire du cidre. La scène est peu originale :

  • Refus du tenancier car « il est l’heure indue et il n’a même plus de feu » ;
  • Discours ironique du nommé Tonnelier qui est à prendre le frais à la porte voisine ;
  • Flot réciproque d’injures ;
  • Réplique finale du cabaretier qui veut porter l’estocade : « Bougre de gueux et de fripon, tu ferais mieux de ramasser ta femme, sans la laisser courir au bordel72. » Le discours, pour être infamant, glisse vers le registre sexuel. Perfide, l’insinuation est à l’origine de la plainte.
  • 73 B5301, 28-10-1771, affaire Fourmond-Derouet (tous deux closiers), Auvers-le-Hamon.

48L’injure à connotation sexuelle vise prioritairement les femmes. Elle fait allusion à l’infidélité des épouses. Mais les filles à marier sont aussi des proies faciles : on les dit « coureuses de gars » ou « filles de mères macquerelles » (sic) ; on leur prête volontiers aventures douteuses et mauvais commerces. Ce type d’accusation est une arme efficace pour déstabiliser un adversaire, se venger d’une jalousie de voisinage ou régler un mauvais compte car il est blessant de voir mises en cause la vertu et la virginité des filles. « Quand serai-je parrain ? » lance, perfide, tel closier à son voisin ; le message est compris et l’autre se voit obligé de répondre : « Quand même le malheur arriverait à ma fille, ce ne serait pas de vous73. »

  • 74 B5301, 28-10-1771, affaire Fourmont-Derouet, Auvers-le-Hamon. « Vas-t’en dans les bois à 10 heures (...)
  • 75 B5290, 16-08-1752, affaire Brocherie-Lemeunier, Saint-Brice.

49L’injure sexuelle n’est pas caractéristique d’un groupe social. Dans cette société de proximité et d’échanges, nulle femme n’est à l’abri d’un soupçon bien lancé. Marie Fourmont, fille de closier, est accusée par sa voisine d’aller dans les bois rejoindre « les gats [sic] à dix heures de nuit ». La noblesse revendiquée de la demoiselle Renée Marguerite Dugoulet des Pastys n’empêche pas le sieur Rigault, bourgeois, de l’accuser d’être une « foutue garce qui ne fait que courir après les gars74 ». Il n’y a pas qu’aux moins bien nées que sont prêtées des aventures sulfureuses. Les attaques faites ainsi contre l’honneur des femmes ne sont pas le fait des seuls hommes. Les opprobres que l’on s’adresse entre femmes ont la même verdeur et la même force. Un discours féminin dessine l’image de femmes séductrices et lascives, renchérissant sur la vision pessimiste de la nature des femmes. Aux mots injurieux et grossiers dont se contentent souvent les hommes, s’ajoutent, entre femmes, des récits sans concession d’aventures douteuses que l’on se reproche souvent mutuellement. Ainsi en est-il de la querelle qui oppose Jeanne Lemeunier, fille majeure, à Jeanne Brocherie, femme de sabotier, la première ayant réprimandé l’enfant de la seconde. L’échange reconstitué à partir des témoignages est assez caractéristique des conflits qui montent en puissance pour s’achever en allusions à de coupables aventures. Elles se disent beaucoup de « sottises » racontent les témoins : la Brocherie peut lancer à la Lemeunier, sur un ton de reproche, que « si elle est riche, c’est qu’elle a fait folie de son corps », et la Lemercier répliquer que « si elle a fait mal de son corps c’est icelle Brocherie qui lui a montré l’exemple75 ». Si la connaissance que chacune a de l’autre joue prioritairement en faveur de complicités féminines, elle a aussi ses dangers. C’est ainsi qu’à l’occasion de querelles reviennent en surface de supposées aventures dont l’objet est de ternir la probité de l’adversaire. De femme à femme, les armes du discrédit ne sont pas différentes. Les rôles semblent bien intégrés.

  • 76 B5275, 17-04-1736, affaire Goupil-Bouvier, Solesmes.
  • 77 B5281, 12-03-1742, affaire Oger-Bardet, Sablé.
  • 78 B5305, 11-01-1775, affaire Thoulet de Montargis-Cadiou, Malicorne.

50À ne considérer que le registre des litanies, le lexique est d’une banale pauvreté : inévitables sont les putains, maquerelles, bougresses ou publiques. On relève plus rarement les mots de prostituées ou de garces. Souvent, il s’agit là des termes injurieux que l’on adresse aux femmes pour signifier une impatience ou une colère : par exemple, l’hôtesse qui ne sert pas assez vite est rapidement accusée d’être une « bougre de putain ». D’un registre plus grossier encore, quelques allusions à une sexualité animale (garce à chien, truie en rut…), soulignent, pour mieux blesser et exclure, dérèglements et perversions supposés. Le discours injurieux, quand il devient calomnie, est d’une autre portée, l’usage s’intégrant alors à une stratégie dont le but est de diffamer et de détruire une réputation. Les allusions se font alors plus perfides et doivent être suffisamment habiles pour faire naître le soupçon. Telle fille de journalier76, servante, peut être accusée d’être la « putain du Sieur Davy, son maître », et ainsi de ne pas « manquer d’argent » : chacun sait qu’il y a là renommée à ternir. Le récit, nous l’avons vu, peut être plus imaginatif, spéculer sur les honneurs perdus, la fortune et les folies faites avec son corps ou bien s’attarder sur les virées nocturnes de « coureuses de bordels ». En marge de ces insultes, l’allusion à de supposés enfants illégitimes est aussi un thème favori. Ainsi est-il colporté par la veuve Bardet que la femme Oger, épouse d’un marchand perruquier, avait un enfant d’avant son mariage, « qu’elle en donnerait le nom et l’endroit où il se trouvait77 ». Pierre Thoulet de Montargis, nourrirait trois « bâtards » nés des frasques de son épouse, « comme s’il les avait faits lui-même78 ». Il est bien question d’honneur bafoué dans ces affaires de naissances prétendument illégitimes.

  • 79 B5305, 11-01-1775, affaire Thoulet de Montargis-Cadiou, Malicorne.
  • 80 Dictionnaire universel français et latin ou Dictionnaire de Trévoux, éd. 1752, article « Bougre »  (...)
  • 81 B5270, 19-08-1730, affaire Duchesne-Ragot, Miré.
  • 82 Du latin futuere : jouir d’une femme ; foutu : dont on a joui.
  • 83 Bougre (foutu) de lâche, scélérat, gueux, voleur : les antécédents ne font que renforcer le sens de (...)

51Pas plus que pour les femmes, l’injure sexuelle qui s’adresse aux hommes n’est le fait d’une catégorie sociale particulière. Le monde des professions à talents, notaires, médecins ou hommes de justice, n’est pas plus protégé que celui de la marchandise, de l’artisanat ou des gens de campagne. Tel ancien officier d’infanterie, bien que se réclamant d’une des meilleures familles de France n’en est pas moins l’objet d’une de ces attaques les plus perfides, visant à le faire passer pour « le plus grand des cocus79 ». Certaines catégories sont, par leurs fonctions, leurs modes de vie ou leurs pouvoirs, particulièrement exposées : c’est le cas des cabaretiers, toujours au cœur d’une sociabilité effervescente, mais aussi des représentants de l’autorité dont on apprécie peu la besogne ou encore des hommes d’église. Les prêtres sont bien souvent l’objet des pamphlets les plus virulents. Concernant la structure sociologique des agresseurs, le tableau ne diffère guère de celui esquissé précédemment ; ainsi il est à remarquer que les femmes ne dédaignent pas recourir à ce type d’injures et peuvent être parfois à l’origine de diatribes colorées. À considérer le champ lexical de l’injure à caractère sexuel qui s’adresse aux hommes, l’imagination n’est guère plus fertile. Tout s’ordonne autour des trois mots de bougre, de Jean-foutre (ou foutu, mots suffisamment grossiers pour n’être mentionnés que par leurs initiales) et de « cosnard » (sic) (ou cocu, moins souvent employé). En fait, ces trois termes renvoient aux deux catégories fondamentales qui caractérisent ce type d’insultes à destination masculine : celles qui visent directement les hommes, celles qui touchent à la fidélité de leurs épouses ou à la vertu de leurs filles. Les interpellations directes, d’abord, appellent quelques remarques. Ainsi est-il difficile de préciser le sens que les protagonistes donnent aux mots dont ils usent. Du terme de « bougre », il peut émaner l’idée d’une dénonciation explicite ou implicite d’attitudes délinquantes ; selon la définition du dictionnaire de Trévoux, le terme ferait bien allusion à une perversion des mœurs dont la norme rendrait criminelle la pratique80. Mais le mot peut tout aussi bien être utilisé dans une extension de sens, comme l’atteste au siècle suivant la définition proposée par le Grand Dictionnaire universel (Larousse) ; affadi, il désigne alors « une sorte de mauvais drôle » (espèce de…) et n’est qu’un juron grossier parmi d’autres. Le nommé Duchesne, couvreur en ardoise peut traiter de bougre de lâche, le sieur Ragot, bourgeois, qui n’a pas voulu relever le défi qui venait de lui être lancé81 ; la disgrâce vient bien sûr davantage de la lâcheté supposée que d’une hypothétique attitude sexuelle déviante. Dans le même registre, le terme de « Jean foutre82 » peut s’entendre davantage au sens de maraud et de lâche. Ainsi l’usage de « bougre » ou de « foutu », particulièrement quand les mots sont employés en tant qu’antécédents, paraît banalisé et sans doute déjà fort éloigné du sens que, par exemple, pouvait leur donner un Rabelais83. Il reste que la connotation sexuelle peut être diffamante. En fait, si nous trouvons dénoncés le libertinage des hommes et le commerce que certains pouvaient entretenir avec d’autres femmes que la leur, si les attitudes sont jugées condamnables, l’infidélité et les frasques sexuelles ne paraissent que très secondairement attenter à leur honneur, à l’exception des prêtres qui, eux, ont tout à craindre d’allusions dont l’objet est bien, alors, de briser les réputations.

  • 84 B5305, 11-01-1775, affaire Thoulet de Montargis-Cadiou, Malicorne.
  • 85 B5272, 2-01-1732, affaire Angoulvent-Cormier, Solesmes.
  • 86 B5274, 31-05-1735, affaire Letessier-Baffour, Auvers-le-Hamon.
  • 87 B5302, 28-10-1771, affaire Derouet-Fourmont, Sablé. Il y a en fait entre les deux parties, une quer (...)
  • 88 B5306, 26-02-1776, affaire Paris-Fresnay, Saint-Loup.

52En revanche, là où nous retrouvons le point d’honneur, c’est lorsque les hommes sont accusés d’être trahis par les fautes de leurs épouses. Ainsi fleurissent, dans les propos, « cosnards » et « cocus ». Là sont les vrais enjeux de l’opprobre qui s’abat sur les maris que l’on suppose avoir été trompés. Le discours judiciaire exprime de façon explicite que l’insulte attaque directement les victimes en leur honneur et qu’il « n’y a pas d’innocence à taxer les épouses de manquer à la fidélité qu’elles doivent à leurs maris puisque le déshonneur rejaillit nécessairement sur eux84 ». La discussion sur la sagesse des épouses est d’ailleurs conversation d’hommes et de cabaret et l’allusion à d’éventuelles ou supposées incartades, une arme qu’il faut savoir utiliser à bon escient. C’est affaire de stratégie. Les nommés Angoulvent, marchand, et Cormier85, gantier, se querellent à propos d’un billet de change : le premier traite l’autre de Jean foutre, le second, pour laisser planer le soupçon, lui répond « qu’il a une femme trop sage ». Tel autre marchand traite son compère de cosnard, expliquant que sa femme à lui a bien plus de vertu que la sienne86. Ainsi ce type d’accusation qui s’adresse aux hommes mais qui met en cause la vertu des femmes ou même des filles paraît-il bien le plus efficient pour ternir la réputation d’un compère que l’on souhaite mettre à mal. Louis Derouet et René Fourmont, tous deux closiers, sont surpris à débattre de la droiture de leurs filles respectives. On comprend, à lire les témoignages qu’il y a entre les deux familles « une suite de haines » ; les raisons de la discorde sont multiples et loin de préoccupations à caractère libertin. Mais la stratégie qui consiste à porter le discrédit sur la virginité des filles vise à briser l’honorabilité de chacun sur un air de calomnie87. Maître Charles-François Paris, prêtre à Saint-Loup, se voit reprocher l’attitude douteuse de sa nièce que l’on aurait « trouvée dans un fossé en train de commettre le crime88 ». Ces exemples illustrent comment les paroles injurieuses à caractère sexuel s’insinuent dans les échanges. Ils nous invitent à nous interroger sur le sens de la stratégie.

  • 89 B5289, juillet 1751, affaire Lebreton-Thieulin, Sablé.
  • 90 B5317, 8-09-1787, affaire Rezé-Simon, Solesmes.
  • 91 B5305, 11-01-1775, affaire Thoulet de Montargis-Cadou, Malicorne.

53Quelle fonction accorder à ces propos qui, nous l’avons vu, représentent une part essentielle du discours insultant et diffamatoire ? L’analyse des antécédents de l’acte injurieux est peu aisée à mener. Les motifs qui déclenchent l’insulte sont rarement donnés de façon explicite et la plainte, parce que c’est peut-être de l’intérêt des déposants, se cristallise autour des mots jugés irrecevables. Malgré tout, la lecture attentive des témoignages permet un certain nombre de reconstitutions aux résultats imparfaits mais cependant révélateurs. Il peut parfois y avoir au cœur de la situation considérée un ressentiment en relation directe avec une affaire de mœurs qui légitime alors le discours injurieux. C’est le cas des plaintes réciproques déposées l’une contre l’autre par Marie Lebreton, 30 ans, femme de Pierre Leroyer, marchand, et Marthe Thieulin, 55 ans, épouse de Christophe Chaloigne, sabotier. Au demeurant, ce procès nous offre un des exemples les plus virulents de ces propos diffamatoires à caractère sexuel89. Au cœur de l’affaire est la rancœur de la dite Thieulin à l’égard de sa voisine : « Il se dit dans le monde que la Leroyer attirait chez elle le nommé Chaloigne fils », « qu’elle aurait eu avec lui des familiarités criminelles » ; « il se dit dans le quartier que le fils de la Thieulin se serait amouraché de la Leroyer » : « désarroi d’une mère qui se voit enlever son fils à l’occasion de son libertinage dans le temps où son mari et elles en ont le plus besoin ». Attaques et contre-attaques se succèdent en un flot de mots obscènes et d’aventures plus ou moins scabreuses que les femmes se reprochent réciproquement. Mais d’une façon plus générale et à quelques exceptions près, à considérer les antécédents qui déclenchent l’injure, on constate que ces discours apparaissent comme un substitut à des querelles qui sont d’une autre nature, qui naissent dans l’instant ou qui peuvent avoir des causes plus profondes (intérêts lésés par exemple) ou plus lointaines. Perrine Rezé, épouse de René Simon, journalier, est insultée par sa voisine, femme de marchand : elle est traitée de garce et de putain pour être venue récupérer une bouteille prêtée un an auparavant. « Vous avez tort de me reprocher des fautes qui sont commises à bien des personnes de notre sexe » (sic) : le débat a changé de registre90. En fait, le discours à caractère sexuel émerge dans une opacité qui permet de faire naître ou vivre le soupçon. Il est une arme à caractère particulièrement discriminant dans une stratégie donnée contre celui qui ne peut apporter le démenti attendu. Sans doute est-ce effet de prétoire ou de rhétorique emphatique que d’affirmer dans une déposition de plainte que « les vols et les assassinats sont moins à craindre que le vol de l’honneur et de la réputation » ; qu’au demeurant, avec des précautions, on peut se prémunir des premiers alors « qu’on ne peut se parer de la calomnie qui attaque et déchire impitoyablement les innocents91 ». L’idée a cependant de l’écho et souligne l’importance que l’on reconnaît à l’affaire. Ceci nous ramène au sens qu’il faut donner à ce type d’injures. L’essentiel est que les propos de cette nature soient particulièrement efficaces pour ruiner une renommée parce qu’ils renvoient à des valeurs fondamentales, peut-être à des peurs ou à des obsessions. Ainsi est prioritairement soulignée l’importance accordée aux comportements normatifs en matière de sexualité, au rôle toujours fondamental du légitime mariage, tant dans la vie sociale que dans la vie sexuelle. La fidélité est le maître mot des époux et la virginité celui des filles à marier. Encore est-il nécessaire de souligner ce qui sépare les sphères masculines et féminines. Comme nous l’avons indiqué, le libertinage des hommes célibataires et surtout de ceux qui sont mariés est-il déploré et dénoncé. Les « débauchés » ne sont pas qu’ivrognes et la quête d’aventures extra-conjugales n’est pas absente. Mais on remarque que c’est toujours pour les femmes qu’il y a alors affaire d’honneur et de réputation brisés. Ainsi les femmes apparaissent-elles comme étant les dépositaires d’un point d’honneur fondamental qui est celui de la pureté des mœurs. L’honorabilité est là affaire féminine. La convention sociale fait de la vie sans reproche des épouses et des filles le critère fondamental de l’honneur familial. Les disputes entre commères, souvent marquées de ces connotations qui font allusion à des déviances, soulignent aussi l’intériorisation de cette valeur sociale. Il est bien sûr une autre affaire de mesurer, dans le réel, l’importance des écarts à la norme.

Les autres types d’injures et de discours infamants

54L’injure, avons nous dit, accule dans des espaces que l’on ne saurait trop fréquenter, au risque d’y perdre son honorabilité. Au-delà des propos à caractère sexuel dont nous avons mesuré la force, quels sont les discours qui sont jugés infamants ? Quels sont les mots qui peuvent briser l’image que l’on veut donner de soi ?

  • 92 Hommes : 50 % des 86 cas d’insultes non sexuelles, femmes : 20 % (5 cas sur 23).

55Arrivent en tête les attitudes jugées déshonnêtes voire criminelles au regard de la loi, les comportements qui marginalisent et vont à l’encontre de la morale sociale. Ainsi n’est-il pas supportable d’être accusé de « voleur » ni de « fripon ». L’insulte est courante chez les hommes, un peu moins chez les femmes où le point d’honneur est surtout, nous l’avons souligné, mis en cause par les accusations à caractère sexuel92. Les accusations s’enracinent dans des actions que l’on prête aux protagonistes, faites davantage de larcins supposés que de vols graves. L’usage du mot « voleur » paraît facile mais plus encore celui de fripon. Le terme se veut sans concession à l’égard de ceux qui auraient attenté au bien d’autrui ou plus généralement à ses intérêts : problèmes de dettes, d’héritages, de biens endommagés, d’objets non rendus, de travaux mal effectués ; les situations de la vie quotidienne offrent leurs lots de conflits potentiels et les scénarios propres à faire naître le propos injurieux.

  • 93 B5280, 10-10-1741, affaire Bellesme-Houdouin, Sablé.
  • 94 B5287, 13-11-1748, affaire Moyré-Godinier, Sablé.

56L’insulte qui veut dénoncer la malhonnêteté n’est pas faite qu’à l’adresse des gens de peu. Tel curé, ayant affaire pendante avec une fille majeure, se voit accusé par l’avocat de cette dernière, jusque dans sa plaidoirie, « d’usurpateur des biens d’autrui et de frauduleux93 ». Tel notaire est déclaré « bien fripon » par un serger pour avoir fait payer des frais trop importants pour la pose de scellés94. Nous avons déjà souligné qu’il importe de ne pas attenter aux intérêts d’autrui et d’avoir, en matière d’échanges une attitude réglée et sans reproche. C’est un déshonneur que de transgresser la règle ; ceux qui en sont accusés le savent bien et s’empressent de s’en défendre. Dans le domaine des affaires, être insulté de banqueroutier (ou banqueroutière) est aussi durement ressenti. L’action est efficace pour défaire une réputation et peut-être conduire à la ruine. On conçoit mieux la plainte pour calomnie déposée par Jean Tertre contre Pierre Brunet, tous deux marchands ; les antécédents du conflit ne sont pas connus, nous pouvons seulement supposer l’existence d’inimitiés professionnelles. Les deux hommes se rencontrent dans un cabaret, il est 4 heures après-midi, le 27 avril 1761. Tertre note dans sa plainte que le salut qu’il donne ne lui est pas rendu et que fusent alors les attaques contre sa personne :

  • Mise en cause de ses capacités professionnelles : « Vous êtes un glorieux depuis que vous prenez des leçons de votre beau-frère qui en connaît plus que vous. »
  • Réplique nécessaire du plaignant : « qu’il n’a pas besoin de leçon pour mener son commerce ».
  • Suit l’ultime assaut qui déclenche la plainte : « […] et votre mère, je sais qu’elle a fait banqueroute ».
  • 95 B5295, 27-04-1761, affaire Tertre-Brunet, Sablé.
  • 96 B5295, 27-04-1761, affaire Tertre-Brunet, Sablé.
  • 97 B5275, 15-11-1736, affaire des Graisiers-Laisné, Sablé.
  • 98 B5288, 24-02-1749, affaire Chaudemanche-Patois, Brûlon. « L’infamie peut se mesurer à ce que le seu (...)

57La déposition de la plainte porte la revendication du démenti nécessaire : il s’agit là d’une calomnie proférée contre la mémoire d’une défunte. Il revient au fils de préciser que sa mère a toujours fait honneur à ses affaires95. Ainsi la banqueroute, qui est, au demeurant, affaire de justice, est-elle considérée comme particulièrement diffamante. Certaines requêtes rappellent qu’il s’agit bien de déroutes frauduleuses de négociants ou de marchands qui se sont enfuis en emportant leurs meilleurs effets, en toute illégalité, au préjudice de leurs créanciers et qu’au demeurant, « on condamne les banqueroutiers au pillory et aux galères96 ». On comprend le discrédit que peut causer la rumeur, même s’il s’agit de la faillite d’un parent puisque le déshonneur qui s’ensuit rejaillit sur les enfants. Il est à remarquer que tout antécédent judiciaire est une arme contre celui que l’on veut abattre ; c’est le cas de ce mégissier à qui l’on prend soin de rappeler que son père aurait été fouetté et marqué et qu’il le serait de même97 ou encore de cette femme de maître menuisier gratifiée d’être « un reste de gibet et de pendu98 ».

  • 99 10 occurrences : B5273, 3-08-1733, affaire Morin-Simieux, Sablé ; B5277, 4-04-1738, affaire Robich (...)
  • 100 B5276, 23-09-1740, affaire Rocher-Belleard, Précigné.
  • 101 B5298, juillet 1767, affaire Dubois-Poirier, Joué.
  • 102 B5292, 21-08-1756, affaire de Salleyne-Pérard, Noyen.
  • 103 B5296, 30-07-1760, affaire Lelibon-Manceau, Bouère.

58D’autres accusations susceptibles d’entraîner une plainte en justice participent du discours infamants ; celles de sorcellerie, et de familiarité avec le diable semblent peu utilisées99. Les références à la sorcellerie concernent indistinctement hommes et femmes qui sont « sorciers » ou « sorcières », mais aussi « tison d’enfer », « possédés (ées) du diable », « meneurs de loups », « race de diable », « luchifer » (sic) ou « cahaïn » (sic). En fait ces assertions apparaissent davantage comme des insultes génériques et banalisées que comme des allusions à de quelconques pratiques occultes. Les antécédents qui provoquent l’injure, lorsqu’ils peuvent être perçus, ont la banalité des différends de la vie quotidienne : nous n’avons là nul procès pour magie noire ni autre pratique coupable, mais des allusions qui s’intègrent dans une stratégie vindicative. L’accusation peut être pour autant considérée comme étant diffamante et discriminatoire puisqu’elle fait allusion à des pratiques qui remettent en cause l’ordre de Dieu et qui mettent en marge de la société. Cette veuve, accusée d’être une « gueuze de sorcière » est aussitôt traitée d’ »excommuniée100 ». De même, le discours judiciaire tel que nous le percevons au travers des dépositions de témoins rappelle l’importance d’un « crime » qui mérite la sévérité de la justice et qui peut justifier une condamnation au bûcher. Mais il insiste surtout sur la mise au ban de la société que peut entraîner un tel crime : « Un sorcier est hors le giron de l’Église. […] Une personne qui a été condamnée à être brûlée a commis un crime qui la rend incapable des effets civils et est comme un monstre dans la société civile101 » : on se saurait mieux dire l’exclusion. Les insultes à caractère social ou professionnel sont aussi faites de mots qui blessent l’honneur. Les inversions du statut social sont un affront. Telle assemblée de jeunes nobles devient « compagnie de manants » dans la bouche d’un marchand cirier, aussitôt traité d’impertinent et traîné en justice102. D’autres mésaventures montrent que la susceptibilité, en ce domaine, n’est pas le propre d’un groupe social. Gabriel Lelibon, marchand, porte sa plainte parce que Louis Manceau, marchand colporteur, avec qui il avait compagnie au cabaret, lui a dit qu’il avait l’air d’un domestique103. La déposition de plainte, sans doute n’est-ce pas le fait du hasard, nous donne un descriptif assez précis du jeu de rôle qui se tient en public et qui met à mal l’amour propre blessé.

59Signes du lien Rupture, et atteintes à l’amour propre

601. Bonjour poli de Lelibon et offre « polie » qui lui est faite par la compagnie d’un verre de vin.2. Refus de l’offre « sous prétexte qu’il était à jeun ».

613. Conversation à propos d’un groupe de voyageurs qui se trouve non loin. L’un d’eux, selon Manceau, aurait l’air d’un domestique.4. Désaccord de Lelibon : « qu’il avait plutôt l’air d’un marchand ».

626. « Ton poli » de Lelibon, mais indignation : « Ai- je l’air d’un domestique ? » 5. « Ton déplacé » de Manceau : « Si, il a l'air d'un domestique, tenez, il vous ressemble. »

637. « Ton déplacé » de Manceau : « Oui, il vous ressemble. Il est comme vous, il a l’air d’un laquais. »

  • 104 B5288, 17-02-1749, affaire Lemaître-Codier, Bouère.
  • 105 B5394, 9-09-1760, affaire Leroux-Duclos.

64L’échange rappelle comment les rites de contact non respectés attentent progressivement à la dignité de chacun. Or ce que n’admet pas le suppliant, puisqu’il finit par déposer sa plainte, c’est de voir nier la reconnaissance de son état ; ainsi naît l’indignation qu’engendre l’abaissement social qu’on veut lui faire endosser. C’est qu’il n’est pas supportable de n’être reconnu ni dans sa fonction ni dans son état. Le discours injurieux, fondé sur une critique du statut social est bien efficient. La stratégie est, au demeurant, d’usage courant. Tel agent de seigneurie dénonce avec la même force le discours jugé indigne d’un marchand qui l’aurait fait « va-nu-pieds et laquais104 ». C’est qu’il n’y a pas loin de l’état de service à celui de soumission ou de servitude, et l’on peut supposer que l’interlocuteur, puisqu’il atteint sa cible, y place une insulte et un mépris justement calculés. Le déshonneur ressenti est à la hauteur de l’attaque portée. Le mépris social n’est pas supportable. Il ne l’est pas plus pour ce journalier traité, par un commis des Aides, de bougre de gueux de paysan105. S’apparentant aux injures à caractère social, le terme de « gueux » est parfois employé pour induire l’idée de déchéance et pour construire l’image d’un homme de peu et sans honneur (gueux d’honneur). L’injure s’adresse indistinctement aux hommes ou aux femmes, et plus généralement à ceux qui ont un statut à défendre.

  • 106 B5281, 30-10-1743, affaire Lestang-Lemaître, Noyen ; B5282, 31-01-1744, affaire Pellier-Daugré, Sab (...)
  • 107 B5281, 26-02-1743, affaire Mauboussin-Liguet, Sablé. À l’inverse, il peut être dit que « d’une bonn (...)
  • 108 B5280, 14-08-1741, affaire Lamotte-Clément, Bouère.

65Les attaques qui mettent en cause les compétences professionnelles attentent au même orgueil blessé. Il est vrai, qu’au regard public, les insuffisances prêtées peuvent s’ancrer dans la réalité. Il est alors aisé de pointer du doigt un « juge indigne », un « faux avocat » ou un « boucher de carême ». L’apothicaire devient « empoisonneur », le notaire « faussaire » et le maître cordonnier un « savetier ne sachant livrer que quelques savates même pas livrables106 ». Les compétences professionnelles sont des qualités essentielles qu’il convient de préserver. Dans cette recherche des stratégies qui visent à abaisser l’autre, les allusions à de supposées tares mentales ou intellectuelles ne sont pas absentes. Les « sots » sont, banalement, les plus nombreux, telle cette fille « sotte comme sa mère107 ». L’abaissement moral est encore recherché, par référence symbolique à un animal, quand les insultes entraînent le rejet de l’adversaire dans un espace qui n’est plus celui des hommes : telle est la destinée commune des « bougres d’ânes », « foutus chiens », « sacrés mâtins » ou autres « foutues bêtes » qui peuvent animer certains débats. Enfin, des traits de caractère qui nourrissent le discours injurieux, il est surtout fait référence à la lâcheté et à la traîtrise. Pierre Clément, closier et garde-chasse de la seigneurie de Bellebranche, peut être traité de « bougre de Judas, traître, faux témoin et vendeur de chair humaine » par les frères Lamotte, fils de closier, qui lui reprochent d’avoir été de connivence avec le sieur de Salorge, clerc tonsuré, pour avoir voulu les livrer au sieur de la Ducerie, capitaine aux régiments du roi108. Sans doute la force de l’injure est-elle à la hauteur de la trahison ressentie et du risque encouru. Au demeurant, les coups se joignent aux mots pour faire comprendre au dit garde-chasse « qu’ils aimaient mieux labourer la terre que d’aller à la guerre » : la petite patrie prévaut bien sur la grande. Le discours injurieux participe de la mise en scène des rapports sociaux. Il permet de localiser les lieux où se situe le point d’honneur ; il est aussi stratégie pour briser les réputations. Il révèle enfin les attitudes ulcérées et les revendications de libre arbitre, face à un bon droit trahi ou non reconnu. Il est partie prenante dans cette exigence de liberté de propos à laquelle prétend accéder l’ensemble des individus. Dans cette démarche, les mots s’accompagnent souvent de la violence physique.

Les corps meurtris

  • 109 B5290, 16-08-1752, affaire Brocherie-Lemeunier, Saint-Brice.
  • 110 Rappel : 225 situations de violences physiques sur un corpus de 300 cas (actes injurieux et agress (...)

66Une scène parmi d’autres de la violence ordinaire : le 16 août 1752, Jeanne Lemeunier, fille majeure, assigne en justice sa voisine, Jeanne Brocherie, femme de sabotier, pour injures et voies de fait, déposant que la dite Brocherie « s’est jetée à la personne de la suppliante, luy a donné vingt coups de poings sur le visage qui luy ont fait des blessures dont elle souffre de grandes douleurs […], qu’elle l’a encore renversée à terre, les reins sur les pierres, luy a déchiré la coëffe qu’elle avait sur la tête, desquels coups et chute elle ressent de puissantes douleurs109 ». Dans l’apparente banalité de la description, l’agression physique répond à des codes et à des finalités qu’il nous faut souligner. Il convient d’interroger l’archive sur les façons dont s’affrontent les corps et sur le sens à donner à ces manières de combattre ou plus précisément au récit qui en est fait. Les descriptions nous viennent des requêtes des plaignants et des dépositions de témoins. Ainsi 225 fois, l’acte violent nous est-il rapporté, nous introduisant au cœur de cette gestuelle agressive et de ses significations110.

La gestuelle agressive : les prémices du combat et les armes

  • 111 B5288, 24-02-1749, affaire Chaudemanche-Rallier, Brûlon.
  • 112 B5281, 5-02-1743, affaire Naveau, Saint-Denis.

67Il est rare que la joute s’engage sans qu’il y ait eu l’antécédent de la parole. Quand celle-ci franchit l’insupportable, le mécanisme de l’acte agressif se met en mouvement. Telle commère, lassée des chansons railleuses qui courent sur son compte, entreprend l’importun, « mains sur les côtés » puis « mains menaçantes alternativement » pour appuyer la parole qui appelle au combat111. Le geste qui lance le défi peut se faire plus précis. Un tel brandit le poing, tel autre le place sous le menton ou encore sur l’estomac de l’adversaire. L’importance sociale du protagoniste n’y fait rien, le geste reste le même. Quand la main se ferme, elle peut « saisir à la cravate », à la « boutonnière » mais aussi à la gorge ou au collet, positionnant les acteurs qui se « prennent alors au corps ». Les mains sont bien les premières armes. Dans l’escalade qui conduit au duel, après la parole, le soufflet résonne comme une provocation au visage de l’adversaire : il est arme de gens de peu comme de gens de bien. Les coups de poings qu’on assène au contradicteur se doivent de le « terrasser ». Bien que la pratique soit prioritairement virile et qu’elle requière la force, il peut en être usé, comme du soufflet, dans les combats de femmes. En revanche, les coups de griffes sont rarement dénoncés, hormis pour quelques gorges ou visages déchirés, comme s’ils engageaient moins le déshonneur de ceux qui en usent. Les coups de pieds sont fréquents et ont souvent pour fonction d’achever la besogne ou de parachever la victoire ; ainsi y recourir est-il utile quand l’adversaire est à terre, pour mieux marquer son triomphe ; le montre ce charron qui aurait pris son contradicteur aux cheveux, l’aurait renversé à terre pour mieux le « terrasser à coups de pieds sur le visage et l’estomac112 ». Les façons de combattre paraissent bien attester de l’aspect impulsif, réactionnel de l’acte agressif. Le choix des armes qui aident au combat le confirme.

  • 113 B5277, 22-10-1738, affaire Picard-Deschamps, Sablé.

68Les objets saisis pour combattre relève souvent de l’improvisation et souligne l’aspect spontané de l’acte. Bâtons, tricots (gros bâtons d’épine noire) et autres triques sont d’usage courant et apparaissent comme des objets familiers que l’on a souvent à portée de main. Certains sont parfois perçus comme un prolongement de la personne : s’emparer du bâton d’autrui, c’est lui porter préjudice. Pour le reste, les armes que l’on saisit s’accordent avec le lieu où l’on se trouve et l’activité que l’on est en train d’accomplir : tel se sert d’une règle de métier, tel autre d’une gaule, d’un pieu d’échalier ou d’une clé de barrière. À la campagne et dans les jardins, les armes sont les outils dont on use dans l’instant ; vouges le plus souvent, mais aussi crocs, brocs, tranches, bêches, râteaux à pointes de fer, fourches, pelles à bêcher, faux, serpes, curettes et autres « volants » à couper les épines, sont autant d’objets contondants que les plaignants évoquent dans leurs requêtes, pour mieux montrer l’audace et le caractère dangereux de l’adversaire ; mais s’il peut être fait usage des parties acérées, tranchantes ou pointues, c’est aussi souvent du manche que l’on se repousse ou que l’on se défie. Celui qui dispose d’un « harnois » peut aussi recourir au fouet, à l’aiguillon, à la bride d’un cheval. Les artisans brandissent leurs outils ; tel boucher excédé sort son housseret (grand couteau pour trancher les os), tel maréchal ses pinces en fer. Dans les maisons ou au cabaret la main peut s’emparer d’un tison ou d’une pelle à feu, de chenets, d’une chaise, d’un pot à eau, d’une fourchette ou plus souvent encore d’une bouteille. Les objets dont on s’arme dans ces joutes rappellent aussi la répartition primordiale des tâches. La part des femmes est, là, significative. Perrine Picard reproche à sa voisine, la nommée Rallier, de vouloir lui « ôter sa servante domestique » ; le conflit s’enclenche suivant le processus rodé d’échange d’insultes, suivi d’un soufflet dont veut se venger la Deschamps, « en tirant la quenouille dont elle se sert pour filer » afin d’en frapper la dite Picard113.

  • 114 Deux fois sur les 225cas observés. B5288, 17-02-1749, affaire Lemaître-Cadier, Bouère et B5314, 25 (...)
  • 115 Affaire Cholet-La Gaité.
  • 116 B5294, 9-09-1780, affaire Leroux-Duclos-Doisneau, Souvigné.
  • 117 B5298, 28-05-1767, affaire Portier-Hocdé, Brûlon. L’état de marchand tanneur permet de porter un pi (...)
  • 118 B5288, 17-02-1749, affaire Cadier-Lemaître, Bouère.
  • 119 B5285, 12-09-1747, affaire Gandon-Laforest, Souvigné.
  • 120 B5330, 18-10-1775, affaire Emoy-Brunet, Épineux.

69On ne saurait mieux dire que l’arme est bien l’objet de l’instant. Au demeurant, lorsqu’elles s’engagent dans des combats, les femmes, plus que les hommes, y vont la plupart du temps les mains nues. Même le bâton est pour elles une arme rare. Peut-être faut-il y voir la prise de conscience des dangers qu’il y a à combattre et l’expression d’une sagesse face à la précarité de la vie. Nous avons, par ailleurs, souligné combien les femmes s’engageaient peu dans ces joutes propres à pouvoir blesser les corps. Dans ces combats, les couteaux ne sortent qu’exceptionnellement des poches114. On sait que le geste peut être mortel ; le nommé Charlet, compagnon vitrier, perd la vie d’un coup de lame porté au bas ventre par un compagnon tisserand, lors d’une rixe entre jeunes gens115. L’affaire est cependant isolée : le couteau a d’autres usages que celui d’être mobilisé pour blesser. De même, les armes véritables apparaissent peu. L’épée et le sabre ne se retrouvent qu’exceptionnellement dans les querelles. Là, des soldats provoquent les particuliers de la ville, jouant, pour mieux effrayer, du plat de leurs épées. Ailleurs des commis des Aides se retrouvent devant la justice pour avoir maltraité de leurs épées, un vieil homme dont ils n’avaient pas apprécié le salut116. Fusils et pistolets ne sont guère plus nombreux dans notre corpus ; ils paraissent prioritairement utilisés pour menacer et effrayer : parce que deux individus l’enjoignent d’attacher son chien (« sous peine qu’ils l’assommeraient »), Jacques Hocdé, marchand tanneur, va à son cheval y prendre deux pistolets ; la bagarre éclate, mais après qu’il a remis les armes à l’arçon de la selle117. Le sieur Lemaître, régisseur des terres seigneuriales de Bouère et de Vaizouzière, revient au village au galop de son cheval, pistolet à la main, pour en menacer le garçon maréchal qui l’a humilié dans une bagarre à la sortie de la grand-messe ; mais les armes ne parleront pas118. D’un fusil, on n’utilise parfois que la crosse, tel le surnommé Laforest, garde-chasse, qui, pour éloigner un importun trop pressé de récupérer ses chevaux confisqués, lui a ainsi donné « une grande bourrade de fusil à l’estomac119 ». Le coup de feu n’est pas absent : nous retrouvons par exemple des aventures de garçons domestiques qui, trop engagés sur des terres où on ne les attend pas, ont à déplorer que l’on ait tiré sur eux avec des grains plomb120. Mais il reste l’exception dans nos combats.

Tableau 8. – Les façons de combattre : relevé des occurrences établi à partir des requêtes.

70L’analyse des armes improvisées qui servent à l’agression physique montre comment l’acte violent naît de façon instinctive, en réaction à ce qui paraît insupportable. L’affrontement se fait d’abord à mains nues. La main peut s’armer, mais c’est alors d’objets qui sont à sa portée. Le fait souligne le caractère profondément spontané de cette violence.

71De même, malgré les cris vindicatifs et assassins des menaces proférées, la blessure la plus grave que l’on puisse faire à l’adversaire n’est peut-être pas toujours prioritairement corporelle. Il semble bien qu’il y ait d’autres victoires attendues que celles de faire couler le sang. Les façons dont on s’affronte et dont on se mesure sont de nouveaux indices à relever.

La gestuelle agressive : coups portés et langages du corps

  • 121 B5275, 17-09-1736, affaire Rétif-Chalopin, Souvigné.

72Que disent les plaignants quand ils ont à consigner leurs blessures ? Quelles parties du corps les agresseurs paraissent-ils viser prioritairement ? Les mêlées supposent une part d’improvisation, mais les stratégies et les coups ne naissent pas que du hasard. Très majoritairement, l’attaque est d’abord frontale. L’adversaire est toisé et contraint de regarder le défi en face. S’il est fait une attaque peu honnête, la requête s’efforce de le souligner et l’acte marqué du sceau de la traîtrise aggrave le caractère inadmissible de l’agression. Jean Rétif, vigneron, alors qu’il est à « boire bouteille » avec des particuliers, dénonce comment le sieur Chalopin, sous le prétexte qu’il lui aurait dit que son vin était « gras » (sic), « se serait violemment jeté sur lui par derrière121 ». De la même manière, toute forme de traquenard est dénoncée comme peu glorieuse pour celui qui en use ; de l’affrontement et du défi honnêtes naît la vraie victoire. Les coups portés dans le dos et les reins sont par conséquent l’exception, hormis le coup de pied au derrière qui, prioritairement, sert à chasser l’adversaire ou à l’atteindre dans sa fuite, à lui signifier le mépris qu’on lui porte.

  • 122 Relevé des occurrences fait à partir des déclarations des plaignants. Parties du corps visées : tê (...)
  • 123 J. Pitt-Rivers, Anthropologie…, op. cit., p. 23. Sur les valeurs symboliques des parties du corps  (...)
  • 124 B5291, 3-08-1753, affaire Cormier-Haurée, Sablé.
  • 125 B5283, 28-11-1744, affaire Rezé-Edon, Miré.

73Des attaques, il semble bien que l’on doive retenir prioritairement les coups dirigés vers la tête, de la gorge que l’on serre aux cheveux que l’on saisit pour renverser l’adversaire122. Les bâtons « cassent » les crânes et les coups de poings n’épargnent aucune partie du visage. Julian Pitt-Rivers a bien souligné comment les rites par lesquels un honneur est officiellement octroyé comportent une cérémonie centrée sur la tête123. À l’opposé, souffleter l’adversaire ou le frapper au visage paraît bien attenter à sa dignité : le geste peut s’inscrire dans des rites qui visent à porter le déshonneur. Plus que de « faire expirer l’importun », n’est-ce pas là l’objectif fondamental de nos combats ? Examinons la plainte déjà rencontrée qui oppose la femme d’Alexandre Haurée, cabaretier, à un marchand gantier pour une dette qui n’aurait pas été honorée. La dite Haurée aurait pris des « excréments » pour les jeter au visage du plaignant : « S’approchant de luy, ayant la main pleine de boue, elle l’a fermée et luy a donné un coup de poing par les dents. » Les mots et les détails retenus pour la déposition ont leur importance. Que dit la requête ? « Qu’à tant d’outrages, le suppliant ne peut garder le silence puisqu’il est injurié dans une rue et en public de la façon la plus sensible », mais aussi qu’il se voit attaqué dans son honneur et sa réputation car maltraité au visage qui est « l’endroit du corps le plus respectable ». Le coup porté au visage n’est probablement pas fait prioritairement pour « assassiner » l’adversaire mais pour lui porter l’humiliation124. Le rite du déshonneur paraît encore centré sur la tête quand Charles Rezé, marchand, en conflit pour un héritage avec Michel Edon, notaire, déclare « qu’il ne voulait pas de mal au dit Edon, qu’il voulait simplement luy couper la moitié de ses cheveux pour que tout le monde le connût capable de faire des malhonnêtetés aux honnêtes gens125 ». Ainsi, dans cette gestuelle de l’acte agressif, « prendre l’adversaire aux cheveux » répond-il à des raisons à la fois techniques et symboliques. La projection de boue, de terre ou d’eaux sales sur le visage comme tout autre acte agressif qui vise la tête a, parmi d’autres préoccupations, celle de faire offense en touchant un centre symboliquement vital pour qui veut préserver son honneur.

  • 126 Mention générique : on se déclare « maltraité en plusieurs parties [ou] en différentes parties de (...)
  • 127 B5312, 3-10-1783, affaire Launay-Peigné, Sablé.

74Les autres parties du corps paraissent beaucoup moins souvent évoquées en termes précis par les plaignants126. Les bras, sans doute parce qu’ils sont la première protection, la première défense, peut-être aussi parce qu’ils représentent la force, sont, loin après le visage, la mention la plus courante. À l’inverse, il est peu fait mention des coups portés aux jambes. L’estomac, mais dans des proportions moins significatives, est davantage évoqué que le bas ventre : les violences à cet endroit du corps paraissent rares. Sans doute, y a-t-il peu d’honneur à porter des blessures « aux parties nobles », qui font redouter, selon les dires du chirurgien venu soigner (et saigner) un maître boulanger atteint du mal lors d’une joute, « une inflammation qui pourrait causer des accidents graves dans les viscères du bas ventre127 ». De même, le ventre des femmes est-il mentionné lorsque les coups peuvent être un danger pour l’enfant dont elles sont grosses ; le fait est propre à alourdir l’accusation. Ainsi les plaintes mentionnent-elles parmi les parties du corps qui ont été touchées, celles qui peuvent être l’objet de lésions qui seront prises en compte par le juge mais aussi celles qui sont le plus sensibles aux offenses qui visent à mettre à mal un amour-propre.

La gestuelle agressive : des actions vindicatives et humiliantes

  • 128 B5303, 10-10-1773, affaire Fillion, Sablé.
  • 129 B5306, 8-01-1776, affaire Plessis-Brossier, Sablé.
  • 130 64 occurrences.
  • 131 B5294, 13-05-1760, affaire Cosnard-Desprez, Sablé.
  • 132 B5272, 2-01-1732, affaire Angoulvent-Cormier, Sablé.
  • 133 B5287, 21-12-1748, affaire Lemaître-Cadier, Bouère.
  • 134 B5290, 27-07-1787, affaire Courtais-Jouan, Le Bailleul.
  • 135 B5278, 14-09-1739, affaire Chaligné, Souvigné.

75Au-delà de l’analyse des armes dont on use et des parties du corps dont on craint qu’elles soient touchées, les attitudes et les stratégies évoquées par les requêtes sont aussi significatives. Les allusions aux façons dont les corps se positionnent dans ces joutes ne sont pas neutres et les récits qui visent à renseigner la justice permettent de comprendre ce qui est considéré comme une injure corporelle. Quelles sont, dans ces plaintes, les actions récurrentes qui ont pour objectif de porter l’offense au vaincu ? Les corps sont évoqués « renversés ou jetés à terre » ; tel a le visage dans la boue du chemin, tel autre se dit « jeté plusieurs fois sur le pavé ». Faire choir l’adversaire est une première humiliation donnée. Jean Fillion, domestique, aux prises avec deux valets de la métairie voisine, aurait été « pris aux cheveux par l’un et aux jambes par l’autre et jeté au fossé128 ». Mais les corps sont aussi « foulés aux pieds », « foulés aux genoux » ou encore, « traînés inhumainement ». Charles Plessis, le tambour de la ville, dit avoir été mis à terre par les nommés Brossier, boulanger, et Mocquereau, boisselier, puis « traîné dans les rues par les cheveux129 ». La dénonciation de ces actes qui « renversent », « foulent », « traînent inhumainement » loin d’être isolée revient de façon régulière dans les dépositions de plaintes130. L’injure corporelle est aussi d’attenter au corps vêtu. « Mon plaisir serait de la mettre toute nue », lance Marie Desprez, fille majeure et couturière en gants, à l’égard de sa voisine, épouse d’avocat, qu’elle accuse de lui devoir de l’argent131. Tel marchand gantier dénonce avoir été pris à la chemise et avoir eu son habit de droguet déchiré132. Tel régisseur déplore une redingote mise en pièces133. Parce qu’il l’accuse d’avoir voulu séduire sa jeune épouse, Pierre Courtois, aubergiste, s’empare des habits de son hôte et les brûle dans la cheminée avant de poursuivre l’importun à demi nu dans le bourg134. Pour une bouteille, dette de jeu qu’il refuse de payer, Urbain Chaligné, vigneron, se voit ôter sa culotte et enlever sa cravate par trois compagnons de cabaret135.

  • 136 Sur le code sémiologique du port du chapeau : R. Muchembled, La violence au village, op. cit., p. (...)
  • 137 B5282, 22-07-1751, affaire Hulbroc-Soldé, Sablé.
  • 138 B5309, 4-12-1781, affaire Hayer-Roisné, Précigné.
  • 139 Pour le Moyen Âge, C. Gauvard voit dans la dénudation des cheveux des femmes et la prise du chaper (...)

76Parmi les attitudes injurieuses qui touchent aux parures du corps, nous pouvons relever celles qui visent à faire choir ou mieux encore à confisquer la coiffe de l’adversaire ; l’évocation est courante dans les requêtes et montre que le couvre-chef est probablement bien plus qu’une simple protection136. De son combat avec Louis Soldé, tailleur de pierres, qui l’avait traité de « fils de moine », le nommé Hulbroc, menuisier, ramène symboliquement le chapeau de l’adversaire137. Le bonnet ou le chapeau des hommes, la coiffe des filles et des femmes sont des objets à saisir ; s’en emparer est une victoire, en être dépossédé est humiliant. Ainsi le fait que les couvre-chefs soient « renversés » ou « jetés » par l’adversaire est-il dénoncé. Requêtes et témoignages soulignent le préjudice causé à celui qui doit aller chercher dans l’ornière son chapeau ou même sa perruque… ou qui voit partir son bourreau, ce trophée à la main. Gervais Hayer, marchand étaminier, en conflit avec le nommé Roisné, aussi étaminier, pour prix de marchandises, se plaint dans sa déposition de ce que le dit Roisné s’est jeté sur lui et l’a frappé au visage mais aussi de ce « qu’il luy a pris son chapeau et refuse de luy rendre138 ». Ainsi, s’en prendre aux coiffures paraît bien être une atteinte à l’intégrité des personnes et s’apparente aux offenses faites à la tête de l’adversaire ; le tort causé est d’importance parce qu’il est une injure faite à la victime. De la même manière, jouer avec la coiffe des femmes est acte déplacé et annonce des intentions qui ne sauraient être honnêtes139.

77Enfin, parmi la gestuelle qui porte offense, quand les corps s’affrontent et que s’achève le combat, il convient, pour mieux marquer son triomphe, de « passer sur l’adversaire », de le tenir au sol, « main sur la gorge et genoux sur l’estomac », ou encore, tel ce fils de closier qui vient de rosser son voisin, de « le tenir sous ses pieds, couché à terre ». Les mises en scène paraissent toujours les mêmes, tant pour les hommes que pour les femmes. La position des corps telle que nous la retrouvons dans les combats veut bien souligner l’humiliation que les agresseurs supposés veulent faire subir à leurs victimes.

78Ainsi, toute la stratégie de l’agression vise prioritairement à faire un affront et à attenter à l’honneur. Au demeurant, exhiber l’adversaire vaincu, le dénuder, lui faire demander pardon, sont autant de satisfactions que le vainqueur peut s’octroyer. Les victimes ne s’y trompent pas puisque les requêtes s’efforcent de relever ces humiliations. Plutôt que de faire « mourir » l’adversaire, il est opportun de l’offenser, de l’atteindre dans son intégrité et dans sa dignité. Les dépositions de plainte visent à édifier le juge sur la gravité des blessures subies : dommages et intérêts sont en jeu : ainsi se dit-on volontiers « à demi mort », « en danger évident de perdre la vie », « assassiné », « terrassé » par l’adversaire ou encore « dévoré par son chien » ; à nouveau le langage se veut théâtral et les corps meurtris se mettent en scène. Sans doute encore bien des lésions ont-elles pu arracher des cris de douleur. Mais derrière les blessures des corps transparaissent aussi celles des âmes. La stratégie de l’agression vise bien à porter un affront. L’offense corporelle subie est bien ressentie comme un déshonneur.

« La réputation, plus précieuse que les richesses »

  • 140 67 occurrences.

79Les requêtes ou dépositions de plainte sont imprégnées de cette revendication de la réputation. Le sentiment commun est exprimé de façon explicite particulièrement quand les propos injurieux ne se limitent pas à des termes grossiers mais qu’ils incluent un récit à caractère calomniateur140. Le discours diffamatoire n’est plus fait de ces mots que l’on se jette au visage dans un temps de colère et dont le sens n’a pas de rapport immédiat avec l’affaire en cours ; il est, pour mieux édifier le public, composé de la litanie des actes déshonorants, crédibles à défaut d’être vrais, que l’on veut bien prêter à sa victime. La requête déposée par Pierre Brillet et son épouse à l’encontre des Mauduit, leurs voisins, rappelle combien il est infamant d’être attaqué par les injures les plus atroces : « par un esprit de malice » les Mauduit n’auraient cessé d’outrager les suppliants « par l’endroit le plus sensible, traitant rien moins le dit Brillet que de cosnard et la dite Goron [son épouse] de putain, voleuse et sorcière ». La plainte souligne aussi, de façon explicite, que l’accusation est d’autant plus grave qu’elle s’appuie sur des allégations propres à justifier l’usage des termes injurieux. Ainsi aurait-il été dit (par les Mauduit) :

  • Que la Brillet « serait allée chez son voisin luy proposer de faire plusieurs choses qui n’étaient pas bonnes à faire » ;
  • Qu’elle « avait couché avec un homme qui n’était pas son mari » ;
  • Qu’elle serait « une poule noire », qu’elle aurait fait venir chez elle une sorcière « pour savoir d’elle ce qui pouvait arriver et entre autres, si le nommé Brillet, frère de son mari, épouserait la fille de l’accusée » ;
  • Que Brillet et sa femme auraient mangé des poules appartenant aux accusés ;
  • Que « quand la dite Brillet entre en quelques maisons, il faut plutôt luy regarder aux mains qu’aux pieds141 ».

80De ces propos naît la rumeur, et de la rumeur, la mauvaise renommée. L’objet est bien ici de montrer que l’honneur de chacun est dans le regard des autres et que ce qui importe, c’est en priorité la revendication de la réputation. Le discours perçu souligne d’abord l’importance accordée au regard public. Il permet ensuite d’apprécier quels sont les risques de l’honneur bafoué. Il précise enfin, comment, de l’attente de considération, émerge la nécessité de la réparation et du démenti. Il convient alors de prendre la mesure de l’importance du sentiment de l’honneur dans la relation sociale.

L’importance accordée au regard public

Les aspects publics de la calomnie

  • 142 B5294, 2-06-1760, affaire de la Primaudière-Lemercier, Sablé.

81La réputation pour se faire ou se défaire a besoin du regard public. C’est ce qu’illustre la scène qui oppose le sieur de la Primaudière, procureur fiscal à Sablé, à Jean Lemercier, mesureur, le 2 juin 1760142. Il est 2 heures passées de midi quand les deux hommes se rencontrent à la porte de la boutique d’un perruquier, dans la Grande Rue, « vis-à-vis les halles ». Le fonds de l’affaire ne nous est pas connu ; on croit savoir que Lemercier aurait eu « plusieurs démonstrations injurieuses qui n’annonçaient que des violences » et que les dialogues rapportés laissent entrevoir le défi et la morgue qui ponctuent la scène :

Le mesureur. – Vous avez beau me regarder, je vous regarderai aussi bien. Si vous me donnez un coup, je vous le rendrai.
Le procureur. – Je vous dis rien, passez votre chemin.
Le mesureur. – Bougre, tu me le paieras.

  • 143 B5294, 13-06-1759, affaire Desprez-Cosnard, Sablé.
  • 144 B5292, 1-01-1755, affaire Delhommeau-Cesbroué, Bouère.
  • 145 B5290, 16-08-1752, affaire Lemeunnier-Leroy (femme d’un sabotier), Sablé.
  • 146 B5289, 15-07-1751, affaire Thieulin-Leroyer, Sablé.
  • 147 B5296, 16-06-1765, affaire Doisneau-Bruand, Tacé.
  • 148 B5295, janvier ou février 1767, affaire Hublain, Sablé.
  • 149 B5289, 15-07-1751, affaire Chaloigne-Lebreton, Sablé. B5294, 2-06-1760, affaire Lemercier, Sablé.

82L’argumentation portée sur l’acte d’accusation précise qu’il s’agit « d’un outrage commis gratuitement et de dessein prémédité contre le procureur fiscal », dans la Grande rue, vis-à-vis les halles et en présence d’une multitude de personnes que la foire a conduites à Sablé. L’objet est bien de souligner les circonstances aggravantes : gratuité et préméditation de l’acte, qualité de celui qui a subi l’affront, mais surtout, caractère public du lieu où a été prononcé le discours, et présence d’un grand nombre de spectateurs. La démonstration est exemplaire. Les occurrences relevées dans d’autres dépositions montrent que chacun sait avec certitude qu’un discours calomniateur ou injurieux a d’autant plus de portée et de sens qu’il est fait en public. L’offense est bien proportionnée au lieu où elle a été faite. La rue prise à témoin est un espace privilégié de ces scènes accusatrices qui font perdre à la victime la maîtrise de sa renommée. Marie Desprez, fille majeure, couturière en gants, aurait traité « publiquement » le sieur Jean Antoine Cosnard, avocat, de fripon, de voleur et de gueux d’honneur « dans le milieu des rues et de la place publique143 ». En ces mêmes lieux, elle aurait aussi insulté la femme du suppliant, disant au public, un jour que cette dernière allait faire ces dévotions : « Voilà la friponne qui m’a volé mon argent et qui va communier. » La foule est prise à témoin et la victime, forcée de déposer sa plainte. La rue est un lieu idéal pour qui veut ridiculiser l’adversaire. Elle est un théâtre : les insultes s’y font « à haute voix », « publiquement » et surtout « de façon réitérée », avec un sens assuré des effets scéniques, pour mieux atteindre l’adversaire et porter les humiliations. Thomas Delhommeau, tonnelier à Bouère, dépose que pour avoir osé demander aux propriétaires de sa maison, les frères Cesboué, marchands, de réparer un four à cuire le pain, il aurait été maltraité par ces derniers, lié honteusement les mains dans le dos, et à la vue de tout le public, traîné par les rues de Bouère144. La rue peut être encore un espace dangereux pour la réputation ou l’honneur, car elle est un lieu où l’on n’est pas toujours entre gens de connaissance. Il est alors craint que ne se construisent de fausses renommées. La plainte de Jeanne Lemeunier précise que les injures qui lui ont été faites et souvent « réitérées par la nommée Leroy, en public et dans une rue, pourraient faire quelque impression dans l’esprit de ceux qui ne connaissent pas la suppliante et qui pourraient se persuader que la dite Leroy aurait eu raison de l’avoir injuriée145 ». De même, il est précisé dans la déposition de la nommée Thieulin, femme de marchand, accusée de mœurs légères, que les injures ont été prononcées dans la rue en présence de plusieurs témoins étrangers qui pourraient penser que la suppliante est une débauchée qui mènerait mauvaise vie146. Il peut être encore redouté que la rumeur ne s’enfle au point de dépasser les limites de la paroisse. René Doisneau, marchand fermier, accusé d’avoir détourné de l’argent dans ses fonctions de collecteur de la taille, dépose qu’il n’y a rien de plus calomnieux qu’une imputation « débitée à la sortie de la grand-messe en présence d’un public parmi lequel il y avait des étrangers de différentes paroisses147 ». Le discours est récurrent. En fait tout espace qui engendre des rassemblements est perçu comme un lieu potentiel où peut se défaire une réputation. Un tel déplore avoir été accusé de fripon « un jour de marché, dans un cabaret148 ». D’autres s’indignent que les injures aient été proférées « en présence d’une multitude de personnages », « devant une nombreuse compagnie » ou « un grand nombre de personnes », ou encore « en présence de plusieurs témoins149 ». Ainsi, il est toujours à craindre que la nouvelle ne se répande dans le public.

Le poids de la rumeur

  • 150 B5288, 4-03-1749, affaire Buon, Sablé.
  • 151 B5314, 9-04-1785, affaire Planchenault-Godefroy, Sablé.
  • 152 B5292, 28-08-1756, affaire Bodereau-Romé, Noyen.
  • 153 B5306, 26-02-1776, affaire Paris-Fresnay, Saint-Loup. « Ici l’autel des putains, de l’orgueil, de l (...)
  • 154 B5277, 29-03-1738, affaire Brehier-Launay, Bierné.
  • 155 B5286, année 1747, affaire Houdouin, Sablé.
  • 156 B5305, 11-01-1755, affaire Thoulet de Montargis-Cadiou, Malicorne. Sur l’aspect symbolique de l’obj (...)

83Le « bruit public » est redouté parce que sur lui se fonde la rumeur qui se nourrit des paroles colportées « de maison en maison », de « cabaret en cabaret », de « boutique en boutique ». Il importe à l’injurié de dénoncer le complot et d’arrêter l’action calomniatrice ou diffamatoire. La plainte déposée par Marie Buon, veuve, enceinte des œuvres du sieur Pochard, avocat, qu’elle doit épouser dénonce l’entreprise de « malfaiteurs » et « malfaitrices » qui auraient inventé « tout ce que la calomnie a de plus noir contre son honneur et sa réputation, jusqu’à répandre dans la ville et les faubourgs d’alentour, que la plaignante était une publique150 ». Le bruit peut aller bien au-delà des premiers cercles du voisinage. René Planchenault, marchand tanneur, est accusé par le sieur Godefroy, entreposeur de tabac à Sablé, d’être sur le point de faire banqueroute pour une somme de 20 000 livres. La plainte se doit de préciser que les discours ainsi débités sont passés de langue en langue, que ce fut un sujet de conversation au marché de Sablé puis à la foire de La Flèche151. Ainsi naît la rumeur, quand l’opinion publique peut s’emparer sans ménagement de la vie de chacun. Les supports de la calomnie peuvent être variés. D’autres vecteurs que la parole peuvent être utilisés. En user donne aux calomniateurs des circonstances aggravantes. Il convient donc de les dénoncer. Renée Moreau reproche à sa voisine Marie-Jeanne Bodereau, fille majeure, d’être bien effrontée de faire des chansons sur sa mère, affirmant qu’elle a à son tour écrit deux couplets sur la dite Bodereau, qu’elle dira à la sortie de la grand-messe, à la porte de l’église152 ; les chansons ont un retentissement redouté mais on a tout autant à craindre des billets ou autres « libellés » vengeurs. Maître Fresnay, prêtre vicaire à Saint-Loup, est traîné devant la justice par Charles-François Paris, curé du dit Saint-Loup, pour avoir accroché à la porte de son confrère, « exposé au regard de tous », un billet dénonçant le manque de vertu, l’orgueil, la médisance et la suffisance du plaignant153. François Brehier, aussi prêtre, se plaint de voir « courir sur son compte certains libellés diffamatoires154 ». L’affaire qui oppose maître Houdouin, avocat, à ses collègues du siège de Sablé est aussi d’importance puisqu’elle résulte de la parution, en janvier 1746, d’un écrit en forme de vers dans lequel l’honneur et la réputation de plusieurs notables de la ville auraient été « scandaleusement déchirés ». La plainte peut encore dénoncer qu’il a dû se trouver dans le corps des avocats de Sablé des personnes capables d’avoir favorisé la distribution de l’ouvrage155. S’il y a tout à craindre des « coups de langue », les traits de plumes peuvent être aussi à l’origine de blessures profondes : leur efficacité est perçue comme redoutable dans les stratégies qui visent à ruiner une réputation. Au demeurant, il est attendu que les auteurs n’échappent pas à la sévérité de la justice. Enfin, les circonstances du discours injurieux sont encore déclarées aggravantes, quand il est fait des démonstrations propres à toucher le public et à ne laisser que peu de doute sur l’accusation que l’on veut porter. Tel marchand mercier, déjà rencontré, pour mieux attaquer l’honneur de ses voisins accroche sous le regard de différents particuliers une corne de bœuf à leur porte. Qu’elle soit restée exposée environ 2 heures « à la risée et à la raillerie du public », ne peut que renforcer l’affront car « l’enseigne d’une corne attachée à une porte annonce assez bien ce que veut dire l’auteur156 ». Le discours n’est pas sans souligner une certaine forme de jubilation du public. La calomnie relève du jeu social et particulièrement du spectacle que la société se joue à elle-même. La réputation est un bien précieux pour l’honnête homme. Mais elle est aussi un bien fragile. Elle se construit en permanence tout autant qu’elle peut se détruire. Elle est en gestation quotidienne sous le regard d’autrui ; encore faut-il tenter de mesurer quels sont les risques de l’honneur bafoué.

Les risques de l’honneur bafoué

  • 157 Par exemple : B5282, 7-09-1744, affaire Laurent-Thierry, Solesmes.

84Qu’y a-t-il à craindre de la calomnie et de l’injure ? Quels mots utilise-t-on pour justifier la plainte et l’ampleur du tort causé ? Quel sens donner à l’assertion selon laquelle les insultes seraient outrageantes mais aussi préjudiciables157 ? À entendre les plaignants, il est d’abord question d’amour-propre blessé. Chacun exprime, avec une sensibilité exacerbée, qu’il est atteint dans sa personne. Le fait que, pour d’infimes affaires, on puisse se retrouver en justice est révélateur de la propension à ne pas pouvoir supporter le moindre outrage. Toute raillerie, et plus encore, tout mépris, toute atteinte à l’intégrité physique ou morale sont ressentis comme autant de blessures personnelles. Dans nombre de procès, la raison fondamentale de la plainte est bien l’honneur outragé et le seul enjeu, celui de la réputation du plaignant.

  • 158 B5288, 4-03-1749, affaire Buon, Sablé.
  • 159 Par exemple : B5298, juillet 1767, affaire Dubois-Poirier, Joué.

85Dans cette société de connaissance, tout préjudice a des implications sociales. Chacun semble craindre d’être mis au ban de la communauté, d’être acculé par les accusations à la limite de l’acceptable : il se doit donc au plus vite de répondre à la provocation. La plainte déposée par Marie Buon, ci-devant rencontrée, est justifiée par le fait que l’accusation qui lui a été faite d’être une femme facile pourrait lui interdire de convoler en justes noces avec le sieur Pochard, avocat, ou, pour le moins empêcher le père du dit Pochard de donner une réponse favorable aux sommations respectueuses qui lui ont été faites158. Plus ouvertement, d’autres affaires évoquent le risque de l’exclusion, la rupture possible du lien social et la peur de la marginalisation qu’entraînerait un discours injurieux bien relayé par la rumeur. Il est craint des plaignants que les propos calomniateurs, que les atteintes à leur honneur, ne les mettent à l’écart de la « société civile159 », eux-mêmes, mais aussi leur famille. Ces positions traduisent un sentiment fort d’adhésion au groupe et un besoin de reconnaissance par la communauté. Les dépositions de plaintes soulignent combien sont redoutés les préjudices qui remettent en cause les positions sociales. Probablement faut-il y voir l’origine de nombre de requêtes portées devant la justice.

  • 160 B5275, 15-11-1796, affaire Couprent-Roussin, Sablé.
  • 161 Par exemple : B5288, 9-08-1749, affaire Mauduit-Brillet, Sablé.
  • 162 B5296, 30-07-1760, affaire Lelibon-Manceau, Bouère.
  • 163 B5314, 9-04-1785, affaire Planchenault-Godefroy.
  • 164 B5281, 30-10-1742, affaire de Lestang-Lemaître, Noyen.
  • 165 B5302, 13-09-1772, affaire Rigault-Poullet, Précigné.
  • 166 B5287, 13-11-1748, affaire Magré, Sablé.
  • 167 B5301, 5-02-1770, affaire de Gastines-Oger, Sablé.
  • 168 Par exemple : B5277, 29-03-1738, affaire Brehier-Launay, Précigné. Mais ces propos sont récurrents

86Certains états ou statuts paraissent avoir plus à craindre que d’autres des effets de la calomnie. Ainsi le monde des marchands apparaît-il particulièrement sensible aux expressions calomniatrices. François, Guillaume et Louis Couprent, marchands gantiers à Sablé, déposent leur plainte contre un nommé Roussin, marchand mégissier, parce que, comme ils étaient au cabaret à discuter d’un marché, le dit Roussin les auraient traités de voleurs et de fripons. Leur déposition de plainte précise qu’ils ont été insultés dans leur personne, que l’insulte a été faite pour détruire leur honneur et leur réputation, mais aussi leur commerce : « Ces injures sont d’une conséquence non seulement pour ce qui regarde leur honneur, mais aussi d’un tort considérable pour leur commerce160. » L’idée que les marchands doivent faire tous leurs efforts pour « se ménager dans les bonnes opinions du public » est exprimée de façon tout à fait explicite dans plusieurs requêtes161. Gabriel Lelibon peut se présenter comme « un jeune marchand qui cherche à s’accommoder » ; raillé sur le fait qu’il n’aurait pas une allure de marchand, il dépose sa plainte, selon ses dires, de peur que l’insulte ne tende à lui faire perdre son crédit162. Les propos sont encore plus précis dans l’affaire, déjà rencontrée, qui oppose René Planchenault, marchand tanneur, au sieur Godefroy, entreposeur de tabac, lequel aurait traité le dit Planchenault de banqueroutier. La requête mentionne que le marchand tanneur, en cette période où se font les marchés d’écorces, peut craindre qu’aucune personne ne veuille traiter avec lui, ne pouvant obtenir, pour s’approvisionner, ni les crédits ni l’avance nécessaires163. Les mêmes sensibilités se retrouvent chez ceux qui ont à exercer des fonctions publiques. Le sieur de Lestang, juge, bailly de Noyen, accusé d’avoir manqué d’intégrité, « quoiqu’il soit persuadé que les injures qui sont proférées contre son honneur et sa réputation ne puissent faire impression », préfère déposer sa plainte en soulignant qu’il y a à défendre, « pour l’exemple », « le bon ordre et l’honneur du caractère du juge164 ». Il est vrai que dans ces affaires, il est aussi question de sécurité publique : si le juge lui-même ne se trouve pas en sûreté dans le lieu même de sa résidence, chacun pense qu’il y a tout à craindre pour les habitants du dit lieu165. Sans doute sommes-nous là dans un champ particulier de l’honneur : celui de l’intégrité reconnue dans les fonctions que l’on exerce. Tel notaire accusé en public d’avoir majoré le prix à payer pour la pose de scellés déclare « avoir intérêt à se blanchir, son état devant être rempli d’honneur et de probité166 ». Tel receveur du Grenier à sel peut déclarer qu’il ne saurait laisser sous silence une accusation qui regarde son état, « qu’il n’est pas possible de laisser aller le soupçon167 ». Les revendications et la défense de l’honneur ne sont pas moins marquées de la part des hommes d’Église ; aux devoirs moraux qu’exige la fonction de prêtre correspond le respect que l’on doit à leur qualité. La réputation est toujours revendiquée comme étant « la chose la plus intéressante à leur état168 ». L’honneur de ces personnages qui ont affaire au public ne saurait être bafoué sans qu’il en soit demandé réparation. Chacun, à en croire les plaignants, peut répondre de la candeur de sa conduite et veut se persuader que les injures proférées à son égard ne pourront pas faire impression sur le public. Chacun en même temps déclare ne pouvoir mépriser les calomnies aussi graves que méprisantes et qu’il n’est pire refuge que le silence. Pour autant, la revendication nécessaire de la réputation n’est pas qu’affaire de notabilité.

  • 169 B5300, 25-07-1769, affaire Chauvet-Quartier, Souvigné.
  • 170 B5309, 19-10-1780, affaire Lelièvre-Teillé, Sablé.

87Deux requêtes peuvent nous permettre de souligner qu’il n’est nul besoin d’être une « personne de considération » pour avoir le sentiment qu’il est nécessaire de défendre son honneur. Nous voici d’abord en juillet 1762, en la paroisse de Souvigné ; Louise Chauvet, épouse de Pierre Poirier, journalier, dépose sa plainte, « voyant sa réputation journellement ternie » par un nommé Cartier, hôte de la Fleur de Lys, à Saint-Denis-d’Anjou, lequel l’accuse d’avoir volé un godet de cuivre chez le curé de la paroisse. Le bruit public peut faire le reste ; tel aurait vu et reconnu le godet, tel autre aurait vu l’accusée l’échanger contre un réchaud à des chaudronniers de passage. Nous importe ici la justification de la plainte avancée par la dite Chauvet : qu’il est à craindre qu’une telle calomnie ne la réduise à la mendicité, ayant déjà été avertie par le sieur curé que si elle ne se blanchissait pas de ces accusations, il la chasserait de sa paroisse, elle et son mari169. La réputation n’est plus ici simple question d’amour-propre, mais affaire de reconnaissance de chacun par la communauté, et de cohésion sociale. Un autre exemple montre combien l’honneur des petites gens est dans l’affirmation de leur intégrité et combien cela est nécessaire à leur insertion dans le groupe. Le 19 octobre 1780, Jean Lelièvre, journalier à Sablé, et son épouse déposent une plainte contre leur voisine, la femme Teillé, pour calomnie et atteinte à leur honneur. L’enjeu peut paraître des plus infimes puisqu’il y est question du vol d’une serviette de brin (filasse de chanvre) que la dite Teillé attribue à sa voisine, laquelle Teillé aurait affirmé publiquement « qu’il n’y avait personne capable qu’icelle Lelièvre d’avoir fait ce vol » : l’accusation paraît trop grave pour éviter le dépôt d’une plainte. La requête, assez traditionnellement, souligne la « calomnie atroce » qui ne peut se passer sous silence sous peine que le public puisse croire que la dite Lelièvre soit réellement coupable. Elle précise encore que les nommés Lelièvre ont d’autant plus de raison de demander réparation qu’ils ont besoin pour leur subsistance et celle de leur famille de jouir de la réputation d’honnêtes gens170. L’honneur est là non un simple héritage à défendre mais la reconnaissance quotidienne d’une honnêteté sur laquelle il faut en permanence veiller. Le recours à la justice souligne la crainte que l’on peut avoir du regard des autres lorsque pèse le soupçon. Là chacun joue sa propre existence au sein de la société villageoise. Ainsi la réputation devient-elle un élément essentiel du jeu social. Nous mesurons toute l’importance de la revendication de l’honneur.

L’impérieuse nécessité de la réparation et du démenti

  • 171 B5276, 23-05-1777, affaire Dubuisson-Château, Sablé.
  • 172 B5288, 4-03-1749, affaire Buon, Sablé. B5300, 25-07-1769, affaire Chauvet-Quartier, Souvigné.
  • 173 B5304, 13-04-1775, affaire Lefebvre-Letessier, Vion.
  • 174 B5303, 2-01-1773, affaire Taboy-Dubuisson, Sablé.
  • 175 B5286, 8-09-1747, affaire Rezé-Quantin, Solesmes. B 5290, 16-08-1752, affaire Brocherie-Lemeunier, (...)

88Le discours judiciaire atteste du sentiment partagé que nul ne peut souffrir « une tache qui deviendrait indélébile pour son honneur171 ». L’honneur et la réputation sont ici « le bien le plus précieux, préférable à toutes les richesses du monde », ou ailleurs, « le plus précieux des trésors172 ». Telle requête peut préciser que « rien n’est plus désirable qu’une bonne réputation173 », telle autre que « l’honneur et la réputation sont plus chers au plaignant que la vie174 ». Nous ne saurions lire à la lettre de telles assertions. Mais, dans leur aspect normatif, elles n’en sont pas moins des références concernant les codes de conduite face à l’honneur blessé. Ainsi nul ne peut mépriser une insulte qui l’attaque dans sa renommée. L’opinion commune paraît partager l’idée qu’une calomnie est chose trop grave pour être passée sous silence. En toute situation, il est nécessaire d’arrêter le cours de la diffamation. Il convient d’abord de se préserver soi-même pour le présent mais aussi pour l’avenir : il est toujours à craindre que soient utilisées des allégations non démenties pour altérer son image. La mémoire (ou l’imagination ?) reste suffisamment avivée pour que soient faits « des reproches sur les conduites passées175 ». Il est tout aussi nécessaire de protéger sa famille, d’éviter la honte qui ne manquerait pas de rejaillir sur les enfants.

  • 176 B5292, 25-08-1756, affaire Romé-Bodereau, Noyen. « […] qu’il en a été mené trente de ta famille dan (...)
  • 177 B5298, juillet 1767, affaire Dubois-Poirier, Joué.
  • 178 B5289, 15-07-1751, affaire Thieulin-Lebreton, Sablé.

89Laisser un affront impuni, c’est installer les siens dans un état de déshonneur. Le reproche est toujours fait aux enfants des attitudes supposées de leurs géniteurs et, dans les échanges injurieux, la référence aux ascendants est toujours ressentie comme diffamatoire. Untel doit se défendre d’une mère « voleuse », tel autre d’un « père fripon », tel autre encore de n’être que l’héritier d’une série de gibiers de potence176. L’absence de réaction est prise pour un aveu : le démenti est donc nécessaire et attendu. Entre autres cas, c’est ce qu’illustrent les propos de la requête d’Anne Dubois, veuve, accusée d’être « sorcière », qui précise que si elle ne demandait pas réparation, « le public pourrait supposer qu’elle ait quelque part avec le mauvais esprit177 ». Cette femme de sabotier, accusée par sa voisine d’être une femme de mauvaise vie, dépose que si elle est amenée à porter sa plainte c’est pour éviter que son silence ne fasse croire au public qu’elle est coupable et pour faire déclarer son innocence aux yeux de tous les habitants de la ville178. Ainsi revient-il à chacun, quel que soit son milieu social, de se laver du déshonneur dont il a été couvert.

  • 179 B5276, 23-05-1737, affaire Dubuisson-Château, Bouessay.
  • 180 B5301, 23-08-1770, affaire Paignerie-Prillé, Sablé.

90Le discours des requêtes insiste sur la nécessité de l’aspect public des réparations attendues ; ainsi chacun devrait pouvoir aspirer à avoir « une réparation aussi publique que la calomnie a été notoire179 ». Pierre Paigerie, closier au village des Séguinières, paroisse Notre-Dame de Sablé, accusé par son voisin d’être « un coquin et un fripon » et d’avoir blessé un de ses cochons, fait assigner le dit voisin devant la justice « pour qu’il déclare aux habitants des Séguinières que le suppliant est un homme de bien180 ». Chacun veut mette un point d’honneur à conserver l’estime de ses voisins. Cette volonté de reconnaissance est un sentiment récurrent. Quant à la requête du procès déjà rencontré de Jean Lelièvre, journalier et de son épouse à l’encontre de voisins qui ont accusé cette dernière du vol d’une serviette, elle formule la demande :

  • que les voisins calomniateurs soient assignés devant le juge ;
  • qu’ils se repentent d’avoir proféré pareille calomnie ;
  • qu’ils reconnaissent la femme Lelièvre pour une femme d’honneur, et ce en la présence de quatre voisins ;
  • que la sentence soit lue et publiée à l’issue de la messe paroissiale ;
  • que les accusés soient condamnés aux dépens de la présente poursuite181.
  • 182 B5278, 29-10-1739, affaire Verron-Helbert, Beaumont-Pied-de-Bœuf.
  • 183 B5281, 12-03-1742, affaire Daugré-Goron, Sablé.

91La réparation envisagée relève du jeu social. Elle exige de l’agresseur le repentir et l’amende honorable sous le regard public : celui du voisinage d’abord, celui de toute la communauté ensuite. Elle est prioritairement un acte de reconnaissance de l’intégrité morale de la victime, acte auquel il convient de donner suffisamment de publicité pour faire taire la rumeur. Elle doit, pour la victime, effacer l’affront et l’humiliation, rétablir le lien social, un moment rompu. Deux sentences retrouvées au hasard des pièces de procédures nous permettent d’esquisser l’attitude des autorités et d’entrevoir ce que le jugement révèle des conduites sociales mises en œuvre. La première résulte du conflit qui oppose d’une part Charles Verron, cordonnier, d’autre part Pierre Helbert et son épouse, au mois d’octobre 1739. L’affaire est banale : Helbert, sur une rumeur, aurait accusé publiquement Verron d’avoir volé des pommes. Des mots ont été échangés et des défis réciproques lancés jusqu’à ce que Verron dépose sa plainte182. La seconde sentence retrouvée concerne une affaire guère plus tardive puisque jugée en mars 1742. Elle répond à une plainte déposée par Félix Daugré, hôtelier et marchand perruquier à Sablé, et son épouse contre la veuve Goron, marchande de draps à Sablé. L’intrigue n’est guère moins banale que celle de la précédente affaire : la veuve Goron, suite à un charivari fait à la porte de Daugré qui vient d’épouser une nommée Oger, aurait accusé cette dernière d’avoir déjà un enfant183. Le tableau ci-après, établi à partir des deux jugements, permet une reconstitution des conduites sociales consécutives à la sentence, des circonstances et modalités de l’amende honorable, des vecteurs du repentir et de la publicité faite à l’affaire. Il fait apparaître que la réparation attendue est prioritairement dans la mise en scène de la repentance demandée. D’autre part, tout comme l’injure qui a été publique, la réparation et le démenti doivent avoir l’écho le plus large possible dans la communauté villageoise. Les canaux officiels de l’information sont alors utilisés. La peine prononcée se doit d’édifier le public sur les qualités d’honnêteté du plaignant. Elle peut offrir à celui-ci la satisfaction morale de voir l’adversaire acculé à faire amende honorable en public, satisfaction qui peut primer sur le besoin d’un dédommagement matériel qu’on ne saurait malgré tout négliger. L’essentiel pour le plaignant est bien dans la victoire ainsi obtenue et dans le rétablissement, aux yeux de la communauté, de son caractère d’honnête homme.

Conduites sociales : sentences et repentir.

Conclusion

92Le jeu des interactions entre les individus révèle la place de l’honneur qui apparaît ainsi au cœur de la relation sociale. Violence et honneur entretiennent des liens étroits. Le recours à la violence répond prioritairement à un honneur blessé ; la plainte naît de la violence subie. L’appel à la justice, quand la force manque aux outragés, s’apparente à un combat que l’on ne saurait perdre. Nombre de requêtes sont des plaintes réciproques qui sont autant de duels dans lesquels aucune des parties ne peut admettre la défaite. Fondamentalement, la violence est rejetée. La compassion est du côté des victimes. Pour autant, si cette violence envahit la procédure judiciaire, c’est qu’elle paraît intégrer un processus de relations dans lequel il faut en permanence sauver la face. Il existe une violence à l’état pur ou, pour le moins, des hommes reconnus brutaux et séditieux. Mais même quand le combat naît de façon inattendue, par exemple dans le tumulte d’un cabaret, c’est souvent que les rites de contact ont été brisés. Ainsi l’acte violent s’intègre-t-il à une stratégie qui vise à effacer l’insupportable, à réaffirmer son bon droit par la destruction de l’autre, fût-elle symbolique.

  • 184 B5288, juillet 1767, affaire Dubois-Poirier, Joué.

93Violence et honneur sont à comprendre dans un processus de sociabilité ou chacun vit sous le regard des autres mais aussi du regard des autres. L’écho public fait la réputation. Il est ainsi redouté que des invectives et des propos calomniateurs attaquant la victime puissent faire impression sur le public, ternir son image et « le rendre odieux dans la société civile184 ». Car tel est bien l’enjeu : la société villageoise est une société qui se met en scène et où prime le regard d’autrui. Il est à craindre que la pièce ne se termine en drame : il peut alors être dangereux d’avoir le mauvais rôle et de voir sa vie privée mise sur la place, livrée à l’opinion publique. Ainsi s’expliquent que, pour des causes qui peuvent nous paraître futiles, bien des batailles aient été menées. L’honorabilité est bien un élément intégrateur au sein de la communauté villageoise. L’honneur et la réputation apparaissent comme des moteurs de la relation sociale. Ils sont ressentis comme un des fondements de l’insertion communautaire. Il convient, lors, d’interroger les documents sur les conduites sociales et morales en repérant les voies de l’ »honnêteté ».

Notes

1 Voir dans l’œuvre d’E. Goffman la notion d’interaction sociale perçue comme un système de mise en scène par lequel s’organise la relation à autrui. Voir La mise en scène de la vie quotidienne, t. 1 et 2, Paris, Minuit, 1987. Du même auteur : Les rites d’interaction, Paris, Minuit, 1988.

2 Par exemple, A. Jouanna, « L’honneur perdu de la noblesse », L’histoire, n° 73, 1984, p. 54-62.

3 C. Gauvard, « De grace especial » : Crime, État et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 1991, 2 vol., p. 703-749.

4 J.-M. Constant, Nobles et paysans en Beauce aux xvie et xviie siècles, thèse pour le doctorat d’État, Paris, 1978, ANRT de Lille III, 1981, p. 511-519.

5 Y. Castan, Honnêteté et relations sociales en Languedoc, 1715-1780, Paris, Plon, 1974, p. 22-28. N. Castan, Crime et justice en Languedoc, 1750-1790, thèse pour le doctorat d’État, université de Toulouse, 1978, p. 108-101 et p. 687-703.

6 E. Claverie, « L’honneur en Gévaudan, une société de défis au xixe siècle », Annales Économies, Sociétés, Civilisations, juillet-août 1979. J. Pitt-Rivers, Anthropologie de l’honneur, Paris, Hachette, 1997 p. 17-42.

7 B5289, 9-03-1751 et 14-04-1751, affaire Brillet-Pérard, Sablé.

8 B5290, 14-07-1752 et 17-07-1752 (plainte réciproque), affaire Godinier-Cesboué, Bouère.

9 J. Pitt-Rivers, Anthropologie…, op. cit., p. 18.

10 B5293, 19-03-1756, affaire Couet-Crosnier de la Marsollière, Sablé.

11 B5294, 24-07-1759, affaire Blanche-Beaumier, Sablé. Le dialogue rapporté est extrait de la déposition du sieur Blanche. Il n’est pas infirmé lors de l’interrogation du sieur Beaumier.

12 B5278, 13-01-1739, affaire Poitevin-Mignonne, Sablé.

13 Ainsi B 5280, 16-10-1741, affaire Bellesme-Houdouin, Sablé.

14 B5295, 30-07-1760, affaire Lelibon-Manceau, Bouère.

15 B5291, 29-04-1754, affaire Jouy-Tonnelier.

16 B5275, 31-12-1737, affaire Chesnay-Renauzeau, Sablé.

17 B5279, 23-09-1740, affaire Rocher-Belleard, Précigné.

18 B5294, 22-12-1760, affaire Plessis-Macé, Sablé.

19 B5289, 28-05-1751, affaire Houdouin-Cerneau, Sablé.

20 Sur la place du défi dans les relations sociales : E. Claverie, « L’honneur, une société de défi au xixe siècle », Annales Économies, Sociétés, Civilisations, juillet-août 1979, p. 744-759.

21 Respectivement : B5270, 19-08-1730, affaire Ragot-Duchesne, Miré ; B5271, 15-01-1731, affaire Oger-Hommé, Juigné ; B5293, août 1757, affaire Lebarbier-Latouche, Précigné ; B5278, 10-01-1739, affaire Gandon.

22 B5309, 22-03-1781, affaire de Montargis-Desgranges, Malicorne.

23 B5290, 16-08-1752, affaire Lemeunier-Brocherie, Saint-Brice.

24 Les menaces sont présentes dans 20 % des dossiers de violences établies (61 cas sur 300 dossiers) et dans une agression verbale sur trois (61 cas sur 198 cas d’agressions verbales).

25 B5278, 10-01-1739, affaire Gandon-Taboy, Sablé. Les propos rapportés par les témoins seraient de Louis Taboy, marchand gantier à l’adresse de Paul Gandon, marchand, lors d’une querelle de famille et d’héritage.

26 B5304, 8-08-1774, affaire Freulon-L’Angevin, Gastines. L’expression est du nommé L’Angevin, garçon meunier, à l’encontre de Mathurin Freulon, 16 ans, fils de meunier.

27 Successivement : B5291, mars1753, affaire Coignard-Rénier, Saint-Brice ; B5295, 16-02-1763, affaire Gauneray-Brocherie, Saint-Brice. Propos de Julien Brocherie, meunier, à l’adresse de François Gauneray, marchand, dans une affaire de jeu. Parmi d’autres occurrences : B5288, 31-01-1744, affaire Pellier-Daugré, Sablé. B5288, 17-02-1749, affaire Lemaire-Cordier, Bouère ; B5293, août 1757, affaire Lebarbier-Latouche, Précigné ; B5314, 28-04-1785, affaire Fillion-Persignan, Sablé.

28 B5282, 3-05-1744, affaire Lesage-Gaudin, Malicorne. L’expression est de Pierre Testu, journalier, à l’égard du sieur Lesage, receveur du Grenier à sel, accusé de libertinage à l’égard d’Anne Bruneau, servante domestique.

29 B5280, 29-09-1741, affaire Amelon-Beauplet, Saint-Brice.

30 B5300, 15-11-1769, affaire Montelle-Sauvé, Notre-Dame-du-Pé. « Lève-toi, recommande ton âme à Dieu. Lève-toi sacré bougre, que je te vois marcher… Rangez-vous vous autres, je veux lui brûler la cervelle. »

31 B5292, 4-08-1755, affaire Duval-Jaladin, Sablé.

32 Respectivement, B5288, 24-02-1749, affaire Chaudemanche, Brûlon ; B5294, 11-05-1760, affaire Cosnard-Després, Sablé ; B5291, novembre 1753, affaire Legros-Couprent, Sablé.

33 B5290, 16-08-1752, affaire Lemercier-Brocherie, Saint-Brice.

34 B5290, 16-08-1752, affaire Lemercier-Brocherie, Saint-Brice. Jeanne Lemercier peut dire à sa voisine : « Depuis 14 ans, souviens-toi que si j’ai perdu mon honneur tu en es la cause. »

35 B5293, 9-04-1756, affaire Macé de Gastines-Duval, Sablé.

36 B5291, 8-07-1754, affaire Piot-Couet, Bouessay ; landon : pièce de bois que l’on attache au cou des chiens pour les empêcher de chasser.

37 B5282, 14-04-1755, affaire Lesage-Ory, Malicorne. Le porte sur le bail d’un pré.

38 B5289, juillet 1751, affaire Thieulin-Lebreton, Sablé.

39 E. Goffman, La mise en scène…, op. cit., p. 62 sqq. Sur le thème des offenses territoriales, emprunté à l’éthologie : R. Muchembled, La violence au village (xvie-xviie siècles), Belgique, Brépols, 1989, p. 144-155.

40 Voir par exemple le procès qui oppose les familles Macé de Gastines (président du grenier à sel) et Picard (receveur du même grenier à sel) : B5288, 15-11-1749, Sablé.

41 B5314, 28-04-1785, affaire Fillion-Persignan, Pincé.

42 E. Goffman, La mise en scène…, op. cit., p. 43-72. « Au centre de l’organisation sociale se trouve le concept de droit et autour de ce centre, les vicissitudes de la défense de ces droits. Ces droits sont d’abord la revendication d’un territoire à défendre pour agir, pour vivre. »

43 B5282, 14-01-1744, affaire Delaunay-Morin, Sablé et B5306, 29-08-1776, affaire Beaumier, Sablé.

44 E. Goffman, La mise en scène…, op. cit., p. 43.

45 Sur le sens de la violence dans le jeu social, nous nous référons aux définitions proposées par Y. Michaud, La violence, Paris, PUF, 1973, p. 6-8.

46 Le corpus rassemblé sur le thème des injures et des violences physiques est composé de 300 affaires. Violences physiques seules : 134 cas. Total des agressions physiques : 225 cas. Violences et agressions verbales : 91 cas. Agressions verbales seules : 75 cas. Total des agressions verbales : 166 cas.

47 L’expression est empruntée à l’article de A. Farge et de A. Zysberg, « Les théâtres de la violence à Paris au xviiie siècle », Annales Économies, Sociétés, Civilisations, septembre-octobre 1979, p. 984-1014. Y sont analysés les caractères de la violence à travers le fonds du Petit Criminel du Châtelet de Paris.

48 Coups et injures : occurrences concernant les facteurs déclenchants :

Total des procès pour injures et coups 300

Détermination précise du facteur déclenchant 194

Références explicites à des effervescences de jeunesse 15

Références explicites à des hommes violents et séditieux 12

Non déterminé 79

49 B5312, enquête de témoins datée du 16-12-1783, affaire Macrain-Legué, Solesmes.

50 B5279, 27-09-1740, affaire Piron-Leroyer. L’accusé est François Leroyer, journalier, paroisse de Bouère.

51 B5311, 3-09-1782, l’accusé est François Audouin, compagnon sarger à Précigné.

52 B5303, 25-05-1773, affaire Moquereau, Sablé.

53 B5294, 26-09-1759, affaire Teullier, Souvigné.

54 B5295, 17-04-1760, affaire Gasneray-Manceau, Saint-Brice. Les victimes sont Jacques Gasneray, marchand étaminier et Brice Vierron, closier.

55 B5291, 3-08-1753, affaire Haurée-Cormier, Sablé.

56 B5292, 4-08-1755, affaire Godier-Roger, Sablé.

57 B5282, 19-06-1744, affaire Epinard-Morin, Sablé. L’enfant est âgé de 11 ans.

58 Y. Michaud, La violence, op. cit., p. 7.

59 J. Quéniart, Le grand Chapelletout, violences, normes et comportements dans la Bretagne rurale au xviiie siècle, Rennes, Apogée, 1993, p. 27.

60 Nombre de requêtes mentionnant des actes de violence : 300 ; agresseurs et agressés domiciliés dans la même paroisse : 243 (dont Sablé : 109) ; agresseurs et agressés domiciliés dans des paroisses contiguës ou proches : 47 ; agresseurs domiciliés dans des paroisses hors de la mouvance sabolienne : 3 ; inconnus : 7.

61 Sur 332 hommes « violents », « garçons », « fils de » : 47 (auxquels on peut ajouter des domestiques [18] et probablement une partie de ceux qui déclarent exercer un métier). À titre d’exemple, pour la Bretagne rurale, sur un échantillon de 300 cas, moins de 20 ans : 10 à 15 % ; de 20 à 25 ans et de 26 à 30 ans : 40 à 50 % ; de 30 à 40 ans : 20 à 25 % de l’ensemble. J. Quéniart, Le grand Chapelletout…, op. cit., p. 90.

62 Sur les 300 cas d’agressions verbales ou physiques, les femmes sont l’agresseur direct dans 28 affaires. Rappel des occurrences du corpus : hommes ayant exercé des violences : 340 ; femmes ayant exercé des violences : 28.

63 B5288, 24-02-1749, affaire Chaudemanche-Rallier, Brûlon.

64 J. Pitt-Rivers, Anthropologie…, op. cit., p. 17-42.

65 Y. Castan, Honnêteté et relations sociales…, op. cit., p. 41-42.

66 Sur les aspects psychologiques de l’injure : E. Larguèche, L’injure à fleur de peau, Paris, L’Harmattan, 1993.

67 Voir H. Lecharny, « L’injure à Paris au xviiie siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. XXXVI, octobre-décembre 1989, p. 559-585.

68 D. Jousse, Traité de la justice criminelle en France, Paris, 1771 : voir particulièrement le tome 3. F. Dareau, Traité des injures dans l’ordre judiciaire, ouvrage qui renferme particulièrement la jurisprudence du Petit Criminel, Paris, 1775.

69 B5293, août 1757, affaire Lebarbier-Latouche, Précigné.

70 Près des 2/3 des injures faites aux femmes (30 cas sur 46 cas), et un peu plus de la moitié chez les hommes (65 cas sur 120 cas, en incluant les termes de bougre de… ou de foutu…).

71 Par exemple : B5288, 9-08-1749, affaire Brillet-Gautry, Sablé.

72 B5279, 4-07-1740, affaire Tonnelier-Langevin, Solesmes. L’affaire s’envenime avec le renchérissement de l’épouse du cabaretier qui peut adresser à sa commère : « Tu viens des bois de Solesmes, courir le bordel. »

73 B5301, 28-10-1771, affaire Fourmond-Derouet (tous deux closiers), Auvers-le-Hamon.

74 B5301, 28-10-1771, affaire Fourmont-Derouet, Auvers-le-Hamon. « Vas-t’en dans les bois à 10 heures de nuit te faire bouger par les gats. » Et B5293, 12-01-1758, affaire Dugoulet-Rigault, Précigné. « Coureuse de gars paysans… il te faut des gars paysans au cul ; tu ne fais que courir après les gars. »

75 B5290, 16-08-1752, affaire Brocherie-Lemeunier, Saint-Brice.

76 B5275, 17-04-1736, affaire Goupil-Bouvier, Solesmes.

77 B5281, 12-03-1742, affaire Oger-Bardet, Sablé.

78 B5305, 11-01-1775, affaire Thoulet de Montargis-Cadiou, Malicorne.

79 B5305, 11-01-1775, affaire Thoulet de Montargis-Cadiou, Malicorne.

80 Dictionnaire universel français et latin ou Dictionnaire de Trévoux, éd. 1752, article « Bougre » : « Sodomite, non conforme en amour, le mot, selon certains viendrait de bulgares […] gens qui étaient fort attachés à l’amour entre garçons ; et pour d’autres parce qu’on brûlait les coupables du crime de non-conformité, de même que les hérétiques que l’on appelait “bougres”. »

81 B5270, 19-08-1730, affaire Duchesne-Ragot, Miré.

82 Du latin futuere : jouir d’une femme ; foutu : dont on a joui.

83 Bougre (foutu) de lâche, scélérat, gueux, voleur : les antécédents ne font que renforcer le sens des termes injurieux utilisés. Rabelais, Gargantua, livre XX, Paris, Livre de poche, 1972, p. 177 : « Je advertiroy le Roy des énormes abus que vous forgez céans… et que je sois ladre, s’il ne vous fait vifs brûlés comme bougres, traites, hérétiques et séducteurs, ennemi de Dieu et des vertus. »

84 B5305, 11-01-1775, affaire Thoulet de Montargis-Cadiou, Malicorne.

85 B5272, 2-01-1732, affaire Angoulvent-Cormier, Solesmes.

86 B5274, 31-05-1735, affaire Letessier-Baffour, Auvers-le-Hamon.

87 B5302, 28-10-1771, affaire Derouet-Fourmont, Sablé. Il y a en fait entre les deux parties, une querelle à propos de la prise à bail d’une closerie.

88 B5306, 26-02-1776, affaire Paris-Fresnay, Saint-Loup.

89 B5289, juillet 1751, affaire Lebreton-Thieulin, Sablé.

90 B5317, 8-09-1787, affaire Rezé-Simon, Solesmes.

91 B5305, 11-01-1775, affaire Thoulet de Montargis-Cadou, Malicorne.

92 Hommes : 50 % des 86 cas d’insultes non sexuelles, femmes : 20 % (5 cas sur 23).

93 B5280, 10-10-1741, affaire Bellesme-Houdouin, Sablé.

94 B5287, 13-11-1748, affaire Moyré-Godinier, Sablé.

95 B5295, 27-04-1761, affaire Tertre-Brunet, Sablé.

96 B5295, 27-04-1761, affaire Tertre-Brunet, Sablé.

97 B5275, 15-11-1736, affaire des Graisiers-Laisné, Sablé.

98 B5288, 24-02-1749, affaire Chaudemanche-Patois, Brûlon. « L’infamie peut se mesurer à ce que le seul fait de montrer un gibet en présence d’une personne suffise à laisser entendre qu’elle mériterait y être attachée » (J.-B. Guyot, Répertoire universel et raisonné de jurisprudence civile, criminelle, canonique et bénéficiale, t. IX, article « Injure », Paris, 1784-1786).

99 10 occurrences : B5273, 3-08-1733, affaire Morin-Simieux, Sablé ; B5277, 4-04-1738, affaire Robichon-Nory, Solesmes ; B5279, 23-10-1740, affaire Rocher-Belleard, Précigné ; B5281, 1-07-1743, affaire Margerie-Fourmont, Précigné ; B5282, 3-05-1743, affaire Lesage-Gaudin, Malicorne ; B5285, 11-09-1746, affaire Lemotheux-Gandon, Souvigné ; B5292, 25-08-1752, affaire Bodereau-Romé, Noyen ; B5294, 8-04-1760, affaire Pichereau-Breteau, Vion ; B5298, juillet 1767, affaire Dubois-Poirier, Joué ; B5309, 22-03-1781, affaire Thoulet-Desgranges, Malicorne.

100 B5276, 23-09-1740, affaire Rocher-Belleard, Précigné.

101 B5298, juillet 1767, affaire Dubois-Poirier, Joué.

102 B5292, 21-08-1756, affaire de Salleyne-Pérard, Noyen.

103 B5296, 30-07-1760, affaire Lelibon-Manceau, Bouère.

104 B5288, 17-02-1749, affaire Lemaître-Codier, Bouère.

105 B5394, 9-09-1760, affaire Leroux-Duclos.

106 B5281, 30-10-1743, affaire Lestang-Lemaître, Noyen ; B5282, 31-01-1744, affaire Pellier-Daugré, Sablé ; B5291, 8-07-1754, affaire Piot-Couet, Saint-Loup ; B5289, 27-05-1751, affaire Houdouin-Cerneau, Sablé ; B5295, 509-1763, affaire Guimoneau-Tricart, Courcelle ; B5311, 30-10-1782, affaire Cureau-Samson, Sablé.

107 B5281, 26-02-1743, affaire Mauboussin-Liguet, Sablé. À l’inverse, il peut être dit que « d’une bonne souche, il est possible d’avoir de mauvais rejetons ».

108 B5280, 14-08-1741, affaire Lamotte-Clément, Bouère.

109 B5290, 16-08-1752, affaire Brocherie-Lemeunier, Saint-Brice.

110 Rappel : 225 situations de violences physiques sur un corpus de 300 cas (actes injurieux et agressions physiques). Sur ce thème : F. Pitou, Métiers et boutiques à Laval au xviiie siècle, thèse pour le doctorat d’histoire, université du Maine, Le Mans, 1994, p. 784-786.

111 B5288, 24-02-1749, affaire Chaudemanche-Rallier, Brûlon.

112 B5281, 5-02-1743, affaire Naveau, Saint-Denis.

113 B5277, 22-10-1738, affaire Picard-Deschamps, Sablé.

114 Deux fois sur les 225cas observés. B5288, 17-02-1749, affaire Lemaître-Cadier, Bouère et B5314, 25-04-1785, affaire Charlet-La Gaité, Sablé.

115 Affaire Cholet-La Gaité.

116 B5294, 9-09-1780, affaire Leroux-Duclos-Doisneau, Souvigné.

117 B5298, 28-05-1767, affaire Portier-Hocdé, Brûlon. L’état de marchand tanneur permet de porter un pistolet à l’arçon de sa selle.

118 B5288, 17-02-1749, affaire Cadier-Lemaître, Bouère.

119 B5285, 12-09-1747, affaire Gandon-Laforest, Souvigné.

120 B5330, 18-10-1775, affaire Emoy-Brunet, Épineux.

121 B5275, 17-09-1736, affaire Rétif-Chalopin, Souvigné.

122 Relevé des occurrences fait à partir des déclarations des plaignants. Parties du corps visées : tête et visage : 90 ; bras : 14 ; estomac : 11 ; ventre et bas ventre : 7 ; dos-reins : 3 ; derrière : 5 ; jambes : 3 ; divers (torse, épaules, côtes…) : 4 ; non précisé ou mention « sur tout le corps » : 88.

123 J. Pitt-Rivers, Anthropologie…, op. cit., p. 23. Sur les valeurs symboliques des parties du corps : J. Poirier (dir.), Histoire des mœurs, t. II, La Pléiade, Gallimard, 1991, p. 75-162. L’approche est utilisée par R. Muchembled dans La violence au village, op. cit., p. 37 et 167.

124 B5291, 3-08-1753, affaire Cormier-Haurée, Sablé.

125 B5283, 28-11-1744, affaire Rezé-Edon, Miré.

126 Mention générique : on se déclare « maltraité en plusieurs parties [ou] en différentes parties de son corps ».

127 B5312, 3-10-1783, affaire Launay-Peigné, Sablé.

128 B5303, 10-10-1773, affaire Fillion, Sablé.

129 B5306, 8-01-1776, affaire Plessis-Brossier, Sablé.

130 64 occurrences.

131 B5294, 13-05-1760, affaire Cosnard-Desprez, Sablé.

132 B5272, 2-01-1732, affaire Angoulvent-Cormier, Sablé.

133 B5287, 21-12-1748, affaire Lemaître-Cadier, Bouère.

134 B5290, 27-07-1787, affaire Courtais-Jouan, Le Bailleul.

135 B5278, 14-09-1739, affaire Chaligné, Souvigné.

136 Sur le code sémiologique du port du chapeau : R. Muchembled, La violence au village, op. cit., p. 173.

137 B5282, 22-07-1751, affaire Hulbroc-Soldé, Sablé.

138 B5309, 4-12-1781, affaire Hayer-Roisné, Précigné.

139 Pour le Moyen Âge, C. Gauvard voit dans la dénudation des cheveux des femmes et la prise du chaperon la manifestation d’un viol symbolique (C. Gauvard, « De grace especial »…, op. cit., p. 724-725).

140 67 occurrences.

141 B5288, 9-08-1749, affaire Mauduit-Brillet (tous deux marchands tanneurs), Sablé.

142 B5294, 2-06-1760, affaire de la Primaudière-Lemercier, Sablé.

143 B5294, 13-06-1759, affaire Desprez-Cosnard, Sablé.

144 B5292, 1-01-1755, affaire Delhommeau-Cesbroué, Bouère.

145 B5290, 16-08-1752, affaire Lemeunnier-Leroy (femme d’un sabotier), Sablé.

146 B5289, 15-07-1751, affaire Thieulin-Leroyer, Sablé.

147 B5296, 16-06-1765, affaire Doisneau-Bruand, Tacé.

148 B5295, janvier ou février 1767, affaire Hublain, Sablé.

149 B5289, 15-07-1751, affaire Chaloigne-Lebreton, Sablé. B5294, 2-06-1760, affaire Lemercier, Sablé.

150 B5288, 4-03-1749, affaire Buon, Sablé.

151 B5314, 9-04-1785, affaire Planchenault-Godefroy, Sablé.

152 B5292, 28-08-1756, affaire Bodereau-Romé, Noyen.

153 B5306, 26-02-1776, affaire Paris-Fresnay, Saint-Loup. « Ici l’autel des putains, de l’orgueil, de la médisance, de l’avarice, de la suffisance, de l’abomination, de la calomnie et du scélérat. »

154 B5277, 29-03-1738, affaire Brehier-Launay, Bierné.

155 B5286, année 1747, affaire Houdouin, Sablé.

156 B5305, 11-01-1755, affaire Thoulet de Montargis-Cadiou, Malicorne. Sur l’aspect symbolique de l’objet : J. Pitt-Rivers, Anthropologie…, op. cit., p. 50-51.

157 Par exemple : B5282, 7-09-1744, affaire Laurent-Thierry, Solesmes.

158 B5288, 4-03-1749, affaire Buon, Sablé.

159 Par exemple : B5298, juillet 1767, affaire Dubois-Poirier, Joué.

160 B5275, 15-11-1796, affaire Couprent-Roussin, Sablé.

161 Par exemple : B5288, 9-08-1749, affaire Mauduit-Brillet, Sablé.

162 B5296, 30-07-1760, affaire Lelibon-Manceau, Bouère.

163 B5314, 9-04-1785, affaire Planchenault-Godefroy.

164 B5281, 30-10-1742, affaire de Lestang-Lemaître, Noyen.

165 B5302, 13-09-1772, affaire Rigault-Poullet, Précigné.

166 B5287, 13-11-1748, affaire Magré, Sablé.

167 B5301, 5-02-1770, affaire de Gastines-Oger, Sablé.

168 Par exemple : B5277, 29-03-1738, affaire Brehier-Launay, Précigné. Mais ces propos sont récurrents.

169 B5300, 25-07-1769, affaire Chauvet-Quartier, Souvigné.

170 B5309, 19-10-1780, affaire Lelièvre-Teillé, Sablé.

171 B5276, 23-05-1777, affaire Dubuisson-Château, Sablé.

172 B5288, 4-03-1749, affaire Buon, Sablé. B5300, 25-07-1769, affaire Chauvet-Quartier, Souvigné.

173 B5304, 13-04-1775, affaire Lefebvre-Letessier, Vion.

174 B5303, 2-01-1773, affaire Taboy-Dubuisson, Sablé.

175 B5286, 8-09-1747, affaire Rezé-Quantin, Solesmes. B 5290, 16-08-1752, affaire Brocherie-Lemeunier, Sablé.

176 B5292, 25-08-1756, affaire Romé-Bodereau, Noyen. « […] qu’il en a été mené trente de ta famille dans un chariot et si on leur avait fait justice ».

177 B5298, juillet 1767, affaire Dubois-Poirier, Joué.

178 B5289, 15-07-1751, affaire Thieulin-Lebreton, Sablé.

179 B5276, 23-05-1737, affaire Dubuisson-Château, Bouessay.

180 B5301, 23-08-1770, affaire Paignerie-Prillé, Sablé.

181 B5309, 19-10-1780, affaire Lelièvre-Teillé, Sablé.

182 B5278, 29-10-1739, affaire Verron-Helbert, Beaumont-Pied-de-Bœuf.

183 B5281, 12-03-1742, affaire Daugré-Goron, Sablé.

184 B5288, juillet 1767, affaire Dubois-Poirier, Joué.

Table des illustrations

Légende Tableau 6. – Origines de la violence.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16927/img-1.png
Fichier image/png, 76k
Légende Tableau 7. – Violences et positions sociales : catégories socioprofessionnelles, situations, statuts ou états.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16927/img-2.png
Fichier image/png, 49k
Légende Tableau 8. – Les façons de combattre : relevé des occurrences établi à partir des requêtes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16927/img-3.png
Fichier image/png, 65k
Légende Conduites sociales : sentences et repentir.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/16927/img-4.png
Fichier image/png, 81k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search