Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Cent ans d'aller au cinéma

 | 
Francis Bordat
, 
Michel Etcheverry

Le système de classification des films

Joël Augros

Texte intégral

1Très connu des cinéphiles, le code Hays a disparu depuis 25 ans. On connaît moins le système qui le remplace, et qui, aujourd’hui encore, « encadre » la sortie-cinéma des Américains.

  • 1 Will Hays était, à l’époque, patron de la MPPDA, qui devint plus tard la MPAA.
  • 2 Notamment La lune était bleue et L’Homme au bras d’or, tous deux d’Otto Preminger et tous deux dis (...)

2Préfiguré dès 1927, rédigé en 1930 et appliqué en 1934, le « Production Code » ou « code Hays »1 reste en vigueur jusqu’en 1966. Il est alors quelque peu modifié, puis il disparaît définitivement en 1968 quand advient le système de classification des films (rating system). On connaît les commandements, les interdits qu’énumérait ce code de bonne conduite destiné aux producteurs hollywoodiens. On sait moins que ce code avait une fonction essentielle, cruciale aux yeux de Hollywood : éviter que ne s’instaurent dans chaque ville, dans chaque comté, dans chaque Etat, des censures locales rendant impossible la distribution d’un même film dans le même montage sur l’ensemble des Etats, la censure fédérale n’existant pas. A partir des années cinquante, le « Code » apparaît dépassé et un certain nombre de films sont distribués sans son approbation2. Devant le risque d’atomisation du marché, la MPAA, après avoir tenté une réforme, décide de passer à un autre système : un système de classification qui abandonne la conception du code fondée sur la désignation de ce qui peut ou ne peut pas être montré à l’écran pour une autre conception où les films sont simplement classés en fonction de leur contenu.

3Le « rating system » entre donc en vigueur le 1er novembre 1968. Son but affiché est d’informer les consommateurs, particulièrement les parents, sur le contenu des films présentés dans les salles. En fait, tout comme le code Hays, l’idée est de créer un système national évitant des censures locales d’une part et l’introduction toujours redoutée d’une censure fédérale d’autre part.

4C’est un service, ouvert à tous les distributeurs de films américains ou étrangers, non obligatoire et soutenu par la MPAA et la NATO, l’association des exploitants. Après quelques menues modifications, le système de classement adopté comporta jusqu’en 1984 quatre codifications : G, PG, R, et X.

5G : General Audience. Tout public.

6PG : Parental Guidance. Tout public, mais les parents sont avisés que certaines scènes sont susceptibles de choquer les enfants.

7R : Restricted Entry. Les enfants de moins de 17 ans doivent être accompagnés d’un parent.

8X : Interdit à tout enfant de moins de 17 ans.

  • 3 Mais cela n’est pas obligatoire.

9En 1984 est introduite la classification PG-13. Elle indique aux parents qu’accompagner leurs enfants de moins de 13 ans dans la salle est souhaitable3.

10En 1990, enfin, le X est supprimé et remplacé par le NC-17, interdit aux moins de 17 ans. Nous verrons plus loin la signification du libellé de la catégorie.

  • 4 John W. CONES, Film Finance & Distribution (a Dictionary of Terms), Silman-James Press, Los Angele (...)

11La classification des films est assurée par la CARA (Classification and Ratings Administration), émanation de la MPAA. Dans un premier temps, le film est présenté à un bureau (Rating Board) composé de 7 membres, tous ayant des enfants. Ce bureau a pour tâche de classifier les films soumis (614 en 1991 contre 570 en 1990)4. Les critères permettant la classification ne sont pas publics mais concernent principalement le sujet, le langage, la nudité, le sexe et la violence.

  • 5 Jusqu’en 1990, les films pouvaient néanmoins porter le label X, non soumis au copyright comme les (...)

12En cas de désaccord sur la classification du film, le distributeur peut passer outre et sortir le film sans rating, mais il se coupe alors de la plus grande partie des salles américaines et perd donc tout espoir de toucher le grand public5. La seconde solution, la plus usitée, est de se retourner vers le producteur pour qu’il modifie le montage du film. Après coupures, ce dernier peut être représenté au Rating Board et se voit attribuer une nouvelle classification. Si le désaccord persiste, la troisième solution est de faire appel devant le Rating Appeals Board composé de 22 personnes représentant les trois secteurs de l’industrie cinématographique : production, distribution et exploitation. Ce bureau est l’arbitre ultime au sein de l’industrie. Au-delà, la seule possibilité restant à un distributeur mécontent de la classification est de faire appel aux tribunaux civils.

  • 6 En 1990, cette commission s’étageait de 800 à 8 000 dollars (Variety, 5 novembre 1990).

13La CARA examine, outre le film, le matériel publicitaire qui l’accompagne (affiches, bandes annonces, encarts dans les journaux...). Une commission, calculée notamment à partir du budget de production du film, est versée à la MPAA en rétribution de ce service6.

  • 7 Première (édition américaine), janvier 1991.

14De 1968 à la fin 1990, la MPAA avait ainsi classifié 10 000 films, dont environ 50 % avaient reçu le label R et 3,9 % le label X7.

15Le « rating system » est cependant l’objet d’un certain nombre de critiques depuis le début des années 1990.

16Tout d’abord, même si, par ce biais, des censures locales ont été déboutées, il subsiste de fortes disparités dans la façon dont les médias locaux, essentiellement les journaux, rendent compte d’un film ou en acceptent la publicité.

17Ensuite, la violence est mieux tolérée que le sexe par la CARA qui classifie plus facilement en R ou en NC-17 des films présentant des scènes « osées » que des scènes violentes.

18La CARA, émanant de la MPAA, donc des « majors », peut apparaître comme n’étant pas un organisme parfaitement neutre quand il s’agit de classifier la production d’une compagnie indépendante concurrente des « majors ».

19D’autre part, la palette des classements possibles est moins importante qu’il n’y paraît. Les labels G et NC-17 sont en effet délaissés par les studios et par les principaux producteurs qui exigent par contrat de leurs metteurs en scène la livraison de films PG, ou PG-13, ou R.

20Le label NC-17, enfin, n’a toujours pas trouvé sa place.

  • 8 Que cela soit pour des raisons de scènes jugées trop suggestives, ou trop violentes ou de sujets « (...)

21Dans la classification originelle établie par la MPAA, le X représentait l’ensemble des films interdits aux moins de 17 ans8 ainsi que les films qui n’étaient pas passés devant la CARA. Pour cette raison, aucun copyright n’avait été déposé par la MPAA pour cette classification. Petit à petit, le X fut revendiqué comme label par les producteurs et les distributeurs de films pornographiques, devenant même une accroche publicitaire pour ceux-ci (voir, dans cet ouvrage, l’article de Francis Bordat). En conséquence, de nombreuses salles, des journaux, des télévisions refusèrent de diffuser ou de promouvoir des films X par crainte d’un boycott de la part des groupes de pression locaux, sinon par conviction personnelle.

  • 9 Depuis dans le giron de Walt Disney.

22Dès lors, les films non pornographiques entachés du label X ne pouvaient normalement accéder au marché. Le fait fut éclatant quand au début de 1990, le distributeur indépendant Miramax9 dut distribuer Henry et June avec ce classement. Une campagne de presse s’ensuivit, reprise par de nombreux réalisateurs, acteurs ou critiques qui demandèrent alors qu’une catégorie A (A comme « Adult ») soit établie. Jack Valenti, président de la MPAA, s’y opposa, mais concéda le remplacement du X par le NC-17. Cette nouvelle catégorie fut dotée d’un copyright interdisant donc aux producteurs de films pornographiques d’en profiter.

  • 10 Variety, 1er octobre 1990.

23Mais dès l’introduction du NC-17, de grands réseaux de salles, UATC et General Cinema, déclaraient ne pas vouloir présenter des films NC-17 sur leurs écrans10. Aujourd’hui, la chaîne Blockbuster Inc., le plus important distributeur vidéo, refuse de disposer des cassettes de films NC-17 sur ses présentoirs. Les chaînes câblées à péage n’achètent pas ces films ou très peu. De nombreux journaux rejettent leurs publicités.

  • 11 Variety, 2 novembre 1992

24La situation est donc redevenue quasiment la même qu’avant l’introduction du NC-17. Ainsi, en novembre 1992, Louis Malle dut revoir le montage de Fatale pour éviter la classification infamante à la demande de son distributeur New Line. De même, la MGM réédita Body of Evidence afin de bénéficier du label R en lieu du NC-1711. Kika, de Pedro Aldomovar, a lui aussi été estampillé NC-17.

  • 12 Variety, 10 janvier 1994.

25A nouveau, des voix se font entendre pour que soit créée une véritable catégorie « adulte ». A ce jour, la MPAA continue de s’y opposer. Elle est confortée dans ce choix par les sondages qui montrent qu’environ 75 % des spectateurs apprécient le « rating system » tel qu’il est et lui font confiance12.

Notes

1 Will Hays était, à l’époque, patron de la MPPDA, qui devint plus tard la MPAA.

2 Notamment La lune était bleue et L’Homme au bras d’or, tous deux d’Otto Preminger et tous deux distribués par United Artists.

3 Mais cela n’est pas obligatoire.

4 John W. CONES, Film Finance & Distribution (a Dictionary of Terms), Silman-James Press, Los Angeles, 1992.

5 Jusqu’en 1990, les films pouvaient néanmoins porter le label X, non soumis au copyright comme les autres catégories.

6 En 1990, cette commission s’étageait de 800 à 8 000 dollars (Variety, 5 novembre 1990).

7 Première (édition américaine), janvier 1991.

8 Que cela soit pour des raisons de scènes jugées trop suggestives, ou trop violentes ou de sujets « délicats ».

9 Depuis dans le giron de Walt Disney.

10 Variety, 1er octobre 1990.

11 Variety, 2 novembre 1992

12 Variety, 10 janvier 1994.

© Presses universitaires de Rennes, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540