Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Ouest et le politique

 | 
Michel Lagrée
, 
Jacqueline Sainclivier

4e partie. De l’université à la cité

Sur la séduction politique dans les démocraties pluralistes

Philippe Braud

Texte intégral

1Dans un système de sélection des gouvernants fondé sur des élections librement disputées, il faut plaire pour l’emporter. Sans doute la précieuse investiture d’un parti fortement implanté ne s’obtient pas seulement par séduction. Elle s’arrache, le plus souvent de haute lutte, en utilisant des moyens de pression variés pour triompher des rivaux potentiels et mobiliser des soutiens efficaces. En revanche, le candidat ne peut transformer l’essai de l’investiture que si lui, ou sa liste, est préféré par les électeurs. Une campagne électorale, temps fort dans le travail visant à susciter l’adhésion, ne se situe jamais sur le seul registre des argumentaires purement rationnels ; le profil symbolique du candidat joue aussi sur le terrain émotionnel.

2La séduction politique en démocratie pluraliste présente deux caractères notables dont le second peut être considéré comme lui étant spécifique. L’adhésion de l’électeur à un candidat ou à un leader ne se fonde pas réellement sur un froid calcul coûts/avantages, c’est-à-dire sur une évaluation rationnelle de ses intérêts : en tant qu’individu ou en tant que membre d’un groupe. De nombreux facteurs enlèvent toute plausibilité à cette démarche. Dans un espace d’informations à la fois trop rares et trop abondantes, il n’est pas simple d’avoir une vision claire de tous les intérêts à défendre ; il est impossible à chaque individu de faire abstraction des pressions de son environnement, macro et micro-social, lesquelles suscitent des attitudes mimétiques, des automatismes de réaction ou des formes de « remise de soi » au jugement d’autrui ; enfin il n’est pas simple de décrypter correctement le langage des candidats qui, soucieux de ne heurter aucune catégorie particulière de population, noient dans un flou propice les promesses trop précises. Cependant, il est de fait que certains électeurs croient procéder à un calcul rationnel, et que cette illusion produit des effets de réalité.

3Sur quoi alors se fonde l’adhésion qui permettra aux représentants d’acquérir légitimité et autorité ? Les hommes politiques le savent d’instinct : ils présentent des bilans et des programmes pour renforcer leur image de compétence, donner une impression de maîtrise, inspirer confiance. Ils mobilisent avec insistance les ressources symboliques d’un discours sur les valeurs : liberté, solidarité, justice, responsabilité, sachant en effet que la convoitise du pouvoir s’ennoblit d’être transcendée en un combat pour des idées. Ainsi s’opère un travail intense d’auto valorisation du candidat (il s’identifie à une grande cause) et de valorisation des électeurs. Pendant une campagne électorale fleurissent très logiquement les éloges des citoyens qui, sages et avertis, sauront effectuer le bon choix. Chaque candidat affirme aux électeurs qu’en votant pour lui, ils diront leur adhésion à une éthique de responsabilité ou de solidarité ; ils manifesteront leur attachement aux libertés, à la justice sociale, à la défense de l’environnement, etc. Bref, dans cet acte de vote, finalement peu impliquant, se joue l’octroi aux électeurs d’une gratification au niveau de l’estime de soi. Le simple fait d’aller voter révèle le « bon citoyen » ; et faire le « bon choix » signale l’attachement à des valeurs socialement reconnues.

4Dès lors, la séduction que doivent opérer candidats et gouvernants pour accéder à un minimum de popularité repose fondamentalement sur l’aptitude à susciter chez leurs électeurs des mécanismes de projection : d’une part se réaliser, par procuration, à travers le représentant qui sait où il va, qui maîtrise les problèmes parce qu’il est « énergique », « compétent », « habile » ; d’autre part, idéaliser son insertion sociale à travers le statut du citoyen qui exerce des droits, ou bien qui accomplit son devoir, ou encore qui formule un choix « d’intérêt général ».

  • 1 A.-R. Wilner, The Spellbinders, New Haven, Yale University Press, 1984, p. 19.

5La séduction politique présente une autre caractéristique, spécifique à la démocratie pluraliste. Sous l’effet de mécanismes culturels et institutionnels déterminés elle tend à se situer à un niveau médian qui décourage l’émergence de popularité du type charismatique. Selon Wilner1, qui critique à juste titre les usages banalisés de cette expression, il y a leadership charismatique seulement lorsque :

  • le héros est perçu par ses disciples comme une sorte de surhomme,
  • ses propos sont aveuglément acceptés et suivis. L’obéissance ne saurait être discutée ni soumise à conditions,
  • les disciples du leader charismatique lui accordent un soutien émotionnel intense.
  • 2 « Comme tant des idées-clefs dans la sociologie de Weber…, le concept de charisme souffre d’un sys (...)

6Cette forme de leadership, banale en Asie, Afrique ou Amérique latine, est exceptionnelle dans les régimes démocratiques occidentaux. Elle serait difficile à expliquer si, à la suite de Max Weber, on s’attachait exclusivement aux qualités personnelles du leader2. En réalité, toute séduction se situe dans une relation socialement et culturellement conditionnée. Et c’est là qu’interviennent les logiques de fonctionnement des sociétés pluralistes pour réduire les possibilités d’investissement émotionnel intense.

  • 3 P. Ansart, La gestion des passions politiques, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1983, p. 182.

7Le climat de liberté d’expression dans les luttes politiques comme dans la presse écrite ou audiovisuelle, freine considérablement la propension des citoyens à idéaliser leur héros. Faire de la politique, c’est en effet prendre le risque permanent de s’exposer à la critique suspicieuse, à l’investigation inquisitoriale et, pire encore, aux sarcasmes ou à la dérision. (L’essor de la caricature est un bon baromètre des tendances libérales d’un système politique). À ce sujet, Pierre Ansart a parlé avec bonheur « des machines à décroire ». Les techniques de la décroyance sont mises en œuvre par les partis en compétition qui doivent s’efforcer de rendre suspectes ou inconsistantes les thèses adverses. Ils le font non par des argumentations rationnelles massives (qui peut réellement discuter le bien-fondé des politiques de lutte contre le chômage, l’inflation, ou l’excès de la dépense publique ?) mais par l’imposition de connotations dévaluatrices portées par des formules aussi assassines que définitives. Le pouvoir journalistique joue aussi ce rôle dès lors qu’il n’est plus servilement inféodé aux dirigeants politiques. « L’obligation de plaire aux plus larges publics, la nécessité de retenir l’attention en évitant la monotonie, les conditions techniques de production des informations morcelées, convergent pour mettre le public en position de spectateur distant par rapport à la vie politique quotidienne3. » Non seulement les investissements émotionnels massifs sur des leaders se trouvent découragés par les inévitables et constantes critiques tendant à dévoiler leurs côtés médiocres, à souligner leurs erreurs, leurs échecs ou leurs incompétences, mais c’est l’ensemble des passions politiques aisément réputées aveugles ou utopistes qui fait l’objet d’une entreprise de dévaluation permanente.

  • 4 Mensonge romantique, vérité romanesque, Paris, Grasset, 1961, rééd. Pluriel, 1983, p. 101. À rappr (...)

8La réceptivité au discours de séduction d’un leader est elle-même conditionnée par une dynamique analogue à celle que décrit René Girard dans ses analyses du désir mimétique4. Une relation triangulaire s’établit entre le locuteur, chaque destinataire pris individuellement et les tiers qui lui servent de référence. L’homme politique séduit davantage les citoyens auxquels il s’adresse, si chacun d’eux se voit conforté dans son inclination à admirer par l’inclination semblable de « médiateurs » (au sens girardien du terme). Ces médiateurs peuvent être soit des gens « comme lui » à qui il s’identifie en raison de l’homologie des situations vécues, des convictions et des valeurs partagées ; soit, au contraire, des leaders d’opinion qui lui inspirent respect, déférence, obédience. Or, dans la vie politique démocratique l’évidence est constamment présente, ne serait-ce qu’à travers les indications fournies par les sondages d’opinion, que les investissements affectifs sur l’homme politique ne sont pas partagés par tout le monde, puisque les mêmes suscitent visiblement soit l’indifférence, soit le rejet. La pression mimétique est donc infiniment moins forte que dans les systèmes politiques où cette information (sur les popularités respectives réelles des différents leaders) ne circule pas ou se trouve truquée. Il s’ensuit une réceptivité moins générale et moins intense aux entreprises de séduction politique émanant des dirigeants et des représentants.

9Les études sur les mécanismes de sélection du personnel politique légitiment leur utilité en se fondant sur un postulat selon lequel l’identité sociologique concrète des gouvernants exercerait une influence révélatrice sur leurs comportements et attitudes politiques. Dans ces travaux, l’accent, on le sait, est généralement placé sur les variables démographiques, socio-professionnelles et socio-culturelles. S’il y a surreprésentation de certaines strates de population dans le personnel politique, on en déduit que l’appartenance à celles-ci facilite le franchissement des diverses étapes du cursus.

10L’hypothèse formulée ici est qu’en amont de ces filtres de nature sociologique, il existe un autre processus de sélection, de nature psychosociologique, fondé sur l’inégal désir d’entrer en politique, l’inégale convoitise des profits symboliques attachés à cette carrière. En d’autres termes, à égalité sociale de chances, il existe un discriminant essentiel : l’intensité de la volonté déployée pour réussir. Or, selon les styles de personnalités, les chances d’apprécier les plaisirs de la politique (notamment, notoriété et popularité…) ou de s’adapter de manière optimale aux lois de la compétition politique sont inégalement réparties.

11Généralement, le désir de faire carrière (dans quelque domaine que ce soit) se trouve fondé sur une combinaison de motivations, certaines étant dominantes. Celles qui poussent un individu à rechercher avec une particulière intensité la réussite dans une carrière politique ne peuvent certainement pas être perçues à partir de ce que l’intéressé en déclare. Non seulement il n’est pas simple d’être transparent à soi-même (le comble de l’opacité étant d’ignorer l’existence même de cette opacité) mais en outre les logiques de la vie politique démocratique réfrènent considérablement la possibilité d’un discours de lucidité. Le candidat à la représentation doit articuler ses mobiles explicites autour du thème du dévouement : dévouement à l’intérêt général ou au bien public ; dévouement à ses électeurs ou à ses administrés. Les bénéfices personnels, attachés au fait d’être un représentant élu, ne peuvent être reconnus que s’ils sont subordonnés à cette exigence. Alors, mais alors seulement, il est permis d’évoquer « un métier formidable », une « tâche exaltante ». Cette contrainte, qui pèse sur les acteurs politiques, trouve sa raison d’être dans l’ambivalence profonde des représentés à l’égard de leurs représentants qu’ils suspectent volontiers d’oublier qui les a fait rois, et pourquoi.

  • 5 Cette classification recoupe largement celle de James Payne. The Motivation of Politicians, Chicag (...)

12La démarche d’investigation la plus simple consiste à postuler que les gratifications accessibles, immédiatement ou à terme raisonnable, constituent les mobiles constitutifs réels du désir d’entrer en politique. Quelles sont-elles ? L’observation empirique permet d’en déceler quatre grandes catégories. Il y a d’abord des avantages matériels, moins négligeables qu’il n’est parfois prétendu, surtout si l’on rappelle que le personnel politique ne se recrute pas principalement dans les couches sociales les plus privilégiées du point de vue socio-économique. Ce sont ensuite des bénéfices en termes de statut : essentiellement la notoriété, la popularité et l’autorité légitime, mais aussi l’identification à une « grande cause ». Ce sont encore des possibilités d’agir, liées à la détention de compétences juridiques (pouvoirs du maire, du ministre, des dirigeants de la majorité gouvernementale…). Ce sont enfin les plaisirs du jeu, du calcul et de la combinaison puisque la vie politique quotidienne est recrue de conflits et rivalités, tissée de manœuvres à opérer, d’intrigues et de pièges à déjouer5.

  • 6 Un homme d’affaire, un sportif, etc. peuvent être populaires. Mais fondamentalement, leur carrière (...)

13Chacune de ces gratifications est donc susceptible de motiver des individus à s’engager dans une carrière politique. Mais le possible accès à la notoriété et à la popularité joue certainement un rôle particulièrement important. Le métier de représentant élu est en effet un cas particulier de cet ensemble plus vaste d’activités socio-professionnelles où l’aptitude à la séduction de masse constitue un élément essentiel du savoir-faire : métiers du spectacle ou de l’audiovisuel par exemple. La popularité n’est pas seulement une gratification narcissique ; c’est aussi une ressource exploitable dans le bon déroulement d’une carrière. Une vedette du cinéma compte sur sa notoriété pour améliorer ses chances d’obtenir des contrats ; grâce à sa popularité, un homme politique optimise ses chances d’accumuler des succès électoraux6. Rechercher cette ressource constitue donc logiquement un critère majeur de motivation, étant entendu que certains styles de personnalités garderont avec la popularité un rapport surtout instrumental (au moins au stade initial…) tandis que d’autres la ressentent d’emblée comme une satisfaction indispensable à leur bien-être narcissique.

  • 7 Pour une synthèse de ses travaux, The Search for the Self. Selected writings of Heinz Kohut 1950-1 (...)
  • 8 O. Kernberg est un théoricien essentiel de la personnalité dite « borderline ». Son ouvrage : La p (...)
  • 9 La personnalité narcissique, trad. Toulouse, Privat 1988, p. 66.
  • 10 Kernberg, loc. cit. p. 66. Kohut, Le Soi, Paris, PUF, 1974, p. 16 et 17. (Traduction de The Analys (...)

14Ainsi distinguera-t-on, d’un point de vue idéal-typique, les hommes politiques qui visent la notoriété et la popularité à titre principal, de ceux qui la recherchent à titre simplement accessoire, comme levier ou comme instrument de pression ; ceux, enfin, qui négligent de s’en préoccuper. Un lien semble devoir être établi entre les hommes politiques de cette première catégorie, particulièrement dépendants psychologiquement de leur popularité, et la « personnalité narcissique » telle que l’entendent dans leurs travaux, Heinz Kohut7 ou Otto Kernberg8. Comme l’écrit par exemple ce dernier, les personnalités narcissiques « présentent en des combinaisons variables, une grande ambition, des fantasmes grandioses, des sentiments d’infériorité et une extrême dépendance à l’égard de l’admiration et des louanges extérieures9 ». L’un et l’autre auteur relèvent également ces traits caractéristiques : « une préoccupation excessive de soi » et « une adaptation sociale uniforme et efficace10 ». Pourtant, les personnalités de ce style psychique souffrent fondamentalement d’un sentiment de vide et d’une incapacité particulièrement forte à se sentir en réelle empathie avec l’expérience humaine. C’est encore Kernberg qui écrit :

  • 11 Kernberg, op. cit., p. 169.

Leur vie sociale, qui leur donne des occasions d’obtenir une confirmation, soit dans la réalité soit dans leurs fantasmes, de leur besoin d’admiration, et qui leur offre des satisfactions pulsionnelles directes, peut sembler avoir une signification, mais ceci est temporaire. Lorsque ces satisfactions ne sont pas immédiates, leur sensation de vide, d’inquiétude et d’ennui prend le dessus. Alors, leur monde devient une prison dont ils ne peuvent s’échapper que grâce à une nouvelle excitation, admiration ou dans des expériences de contrôle, de triomphe ou d’incorporation de nouveaux apports. Ils ne disposent pas habituellement de réactions affectives profondes dans les domaines artistiques ou d’investissement dans des systèmes de valeurs éthiques ou dans une créativité qui aille au-delà de la simple satisfaction de leur but narcissique ; ils y restent étrangers11.

15C’est au sein de cette configuration psychologique que l’on peut dégager les grands traits caractéristiques d’un type d’homme politique que l’on qualifiera de labile. Alors qu’une forte estime de soi prédispose à une large autonomie à l’égard de l’approbation publique (impliquant par exemple, le refus de devenir populaire « à tout prix »), une faible estime de soi engendre au contraire deux types de réponses : soit la mise en œuvre de défenses rigides (voire paranoïdes) contre l’environnement extérieur, conduisant politiquement au dogmatisme ; soit l’inclination à rechercher la conformité maximale au système d’attitudes et d’opinions prévalent, de manière à alléger les conflits intérieurs et, surtout ici, en vue d’obtenir les soutiens quantitativement les plus nombreux et les plus divers. Ce dernier mode de réponse, qualifié de labile, engendre un certain nombre de conséquences sur le terrain des attitudes et comportements politiques.

  1. La recherche trop visible de popularité indispose. Comme l’écrit Edmond-Marc Lipiansky, concluant des observations micro-sociales, le souci de donner une image positive et valorisée de soi, d’apparaître sous un jour flatteur, d’être accepté et admiré, est à la base un désir de séduction, et ce désir est généralement mal accepté et reconnu par les participants12. Dans la compétition politique, elle suscite chez les amis politiques une rivalité fortement personnalisée qui, masquée et rationalisée en affrontements idéologiques ou stratégiques, contribue à l’âpreté des luttes de tendances, de courants ou de lignes. Parce qu’elle est politiquement inavouable, la quête éperdue de popularité doit être soigneusement dissimulée, au moins initialement, tant qu’elle n’a pas abouti à imposer une image de vainqueur. Dans l’arène des luttes et débats démocratiques, seuls sont recevables des mobiles idéalisés, conformes à un code déterminé par les logiques de situations électorales. Celles-ci imposent d’insister sur le dévouement, l’oubli de soi, l’entière disponibilité à l’écoute des représentés.
  2. La forte dépendance à l’égard de l’approbation publique suscite une attention anxieuse aux mouvements d’humeurs de « l’opinion », notamment dans l’image qu’en construisent les sondages13. Le détachement, noté par Kernberg, à l’égard des systèmes de valeurs éthiques (ou politiques), facilite sans doute à ces leaders labiles l’adoption de comportements, d’attitudes et d’opinions en accord avec les orientations (versatiles ou non) du plus grand nombre. Mais il leur faut être en garde contre les aspects subtilement mécaniques de cette adaptation de soi. La faiblesse en profondeur de leurs réactions affectives les place d’emblée sur le terrain du jeu plus que de la conviction. Suradaptés, à certains égards, aux règles et logiques de la vie politique14, ils risquent aussi de dévoiler la superficialité des enjeux et débats qui la traversent. Apparaissant alors comme semeurs de désillusions, ils provoquent s’ils n’y prennent garde une désaffection, voire « une défection », à l’égard du système politique tout entier. Ce sont au contraire les styles politiques rigides et dogmatiques qui peuvent le mieux irriguer le débat démocratique avec ces rêves et ces répulsions dont il a intrinsèquement besoin pour paraître vivant. Pour le meilleur, mais aussi pour le pire…
  3. Le popularité de ce style labile d’homme politique affronte deux écueils : paraître banal ou inconsistant. Leurs prédispositions psychosociales les inclinent à « surfer » sur les vagues de l’opinion publique au risque d’apparaître versatiles ou fragiles (ce qu’ils sont d’ailleurs fondamentalement). Enthousiastes avec les jeunes, doctes avec les experts, familiers avec les travailleurs ou encore « revendicatifs » dans les mouvements sociaux mais « responsables » dans les allées du pouvoir, avec ce « presque rien » (Jankelévitch) d’application ou d’excès qui signale la surcompensation, ils peuvent être perçus comme sautillants, évanescents ou même « vides » (au sens de Kernberg, supra). Pour colmater cette brèche qui risque d’ébranler les mécanismes de projection dont ils sont les bénéficiaires, il leur faut adopter un style politique flamboyant dans la forme. Plus que d’autres, ils sont dépendants de leur aptitude à mobiliser les ressources d’une rhétorique qui séduise, d’un lyrisme qui « fasse vrai » ; plus que d’autres ils ont besoin d’être confortés par les artifices technologiques d’une mise en scène susceptible d’étayer une image « impressive » (grâce à des shows médiatiques soigneusement réglés). De même, le souci de paraître énergiques, sûrs et fiables, les conduit-il à parler haut et fort avec une subtile contention, voire à pratiquer, de temps à autre, cette forme précise de brutalité qui exprime en fait une révolte intérieure contre la faiblesse et passe, politiquement, pour insolite et paradoxale. Au contraire, les personnalités à plus forte « estime de soi » ayant une meilleure autonomie par rapport aux jugements d’autrui15, donc par rapport aux aléas de la popularité, sont moins portés à la fragilité aussi bien qu’aux défenses anxieuses contre ses manifestations. Populaires par accident plutôt que par calcul, ils peuvent entrer dans une phase de décrue d’approbation publique sans fondamentalement changer de ligne politique, ni connaître ces périodes de torpeur ou d’apathie caractéristiques des personnalités labiles en situation d’échec. Le contraste est donc grand entre ces personnalités qui seront jugées plus rugueuses, plus dogmatiques ou simplement plus ombrageuses, et des personnalités souples qui, pour plaire, savent masquer des préférences politiques, intellectuelles ou éthiques qui se situeraient à contre-temps et contresens. En d’autres termes, la popularité des uns se fonde tendanciellement sur une identification (illusoire bien entendu) au « moi personnage » du héros, et celle des autres sur une identification à un idéal du moi vigoureux : une grande cause.

16Les régimes pluralistes sécrètent en forte proportion, dans la classe politique dirigeante, des leaders populaires dont le profil se caractérise par la plasticité des comportements, la souplesse des convictions, la faiblesse de l’estime de soi associée à la recherche d’un « soi grandiose » (Kohut). Les élections disputées imposent en effet un style de campagne où pourront exceller des individus qui, désirant intensément s’exhiber aux yeux du plus grand nombre, savent néanmoins garder un bon contrôle pulsionnel (Kern-berg) sans lequel ils commettraient de fatals faux-pas. Chez eux, l’effusion est plus apparente que réelle ; elle n’en est que mieux calculée pour produire l’effet optimum devant les publics les plus divers. Portés à la séduction de masse sans implications relationnelles véritables, ils demeurent à chaque instant disponibles pour répondre émotionnellement aux attentes de populations extrêmement variées. On le sait, une majorité électorale se construit toujours sur des bases multi-classistes et multicatégorielles. Plus que d’autres, ces styles de personnalités se plient, de bonne grâce, aux exigences les plus apolitiques du marketing politique ; et c’est avec le plus grand naturel qu’ils joueront les rôles de séduction attendus d’eux, quelles que soient les circonstances : meeting populaire ou réunion confidentielle, shows télévisés ou tournées dans les rues commerçantes. Une part de leur efficacité médiatique vient de ce que, face à des journalistes audacieux ou irrévérencieux, ils savent jouer le jeu (presque) jusqu’au bout, sans se dérober ni perdre leur sourire. Enfin l’absence de convictions excessivement ancrées sur le plan idéologique leur permet de relever avec plus d’aisance que d’autres le défi des logiques électorales en scrutin de type majoritaire. Construire une majorité c’est, en effet, agréger progressivement autour du noyau initial des électeurs ayant une préférence partisane affirmée et ancrée, des cercles successifs de gens peu attentifs à la politique, peu intéressés par ses enjeux, hésitants et versatiles. Une très grande sensibilité aux humeurs de cette opinion flottante, pour en percevoir les flux et reflux, suppose le minimum de jugements arrêtés, masqué derrière les apparences d’une conviction forte.

  • 16 Entre l’élu obscur, qui figure en position subordonnée sur une liste, et le leader de la liste cré (...)

17Ce type de leaders répond parfaitement à des exigences de fonctionnement du système démocratique pluraliste. Dans ces régimes en effet, il est fondamentalement nécessaire que les dirigeants (et représentants) soient à la fois populaires et dépendants. Populaires, car cette qualité renforce la légitimité purement mathématique qui résulte du verdict des urnes16. Dépendants aussi par rapport à l’opinion, à la presse, aux notables, voire par rapport aux mouvements revendicatifs, puisque aujourd’hui le principe représentatif ne justifie plus un système de total chèque en blanc accordé aux gouvernants. Pour éviter une crise de la représentativité, il faut que soit maintenue l’apparence d’un lien suffisant entre les préoccupations des gouvernés et celles des gouvernants, entre les attentes ou les exigences des uns et les réponses des autres. De ce point de vue, ceux des leaders influents qui ont un style de comportement ondoyant, sans autres aspérités qu’une intelligence aiguë des rapports de force politiques, remplissent un rôle important de fluidification du système politique tout entier.

18Il y a davantage. Dans les sociétés industrielles avancées, les processus décisionnels issus de la sphère étatique sont généralement complexes et sophistiqués. Les décisions ne viennent à maturité qu’au terme de situations d’interactions nombreuses où se traitent des informations multiformes, s’ajustent avec des ressources inégales des intérêts antagonistes et des logiques diversifiées. La participation des dirigeants politiques à ce processus se situe normalement, avec une latitude d’action d’ailleurs variable, au stade de l’initiative, de la relance et de la coordination. Mais du fait que l’ensemble du processus décisionnel leur sera en entier attribué, et ceci afin de fonder rationnellement l’institution démocratique majeure qu’est la responsabilité des gouvernants, la tâche primordiale de l’instance politique devient la vérification de l’acceptabilité sociale de la décision ou, plus largement, de la politique publique souhaitée. Dans cette fonction, les élus du type labile vont exceller, dès lors qu’ils disposent d’une popularité minimale. S’attribuer l’ensemble d’un processus décisionnel, dont ils auront en réalité peu contrarié la logique interne en raison de leur vulnérabilité à la suggestion, ne peut que flatter leur recherche d’affirmation d’un « soi grandiose ». Comme ils savent, en outre, percevoir les attentes (et résistances) des divers publics concernés par la décision, ils adopteront « avec conviction » les divers argumentaires nécessaires à la défense et illustration de la politique arrêtée. En conjoncture routinière tout au moins, ils seront d’excellents dirigeants démocratiques, alors que des personnalités plus rigides compliquent le déroulement du processus décisionnel et, sauf popularité charismatique qui submerge toutes les résistances, elles créent les germes d’affrontements entre le pouvoir politique et les groupes d’intérêts qui l’influencent.

  • 17 « Each value is checked by and balanced with its reciprocal… A sure way of identifying the extreme (...)

19Enfin, c’est le type même de popularité qu’ils suscitent, modérée et faiblement mobilisatrice de soutiens aveugles, qui se révèle la plus compatible avec les normes culturelles de la démocratie pluraliste. La popularité charismatique d’un leader impose en effet une sorte de légitimité volcanique. Non seulement, on le sait, elle affaiblit les capacités régulatrices des institutions censées constituer des contre-pouvoirs (assemblées délibératives, autorités administratives et juridictionnelles indépendantes…) mais en outre elle bouscule des équilibres qui se situent également au niveau des valeurs et des schèmes socio-culturels de comportements politiques. En démocratie pluraliste, comme l’observe pertinemment Charles Hampden-Turner, chaque valeur est régulée et contrebalancée par une valeur symétrique17. La discussion, dans les enceintes parlementaires aussi bien que dans le débat public, intègre les contraires au lieu de les nier ou de les dissocier. L’aspiration à la liberté individuelle est reconnue en même temps que la nécessité de l’autorité ; l’éloge de l’égalité n’est pas séparé de la reconnaissance des mérites personnels ; bref, aucune de ces valeurs n’est poussée jusqu’à ses extrêmes conséquences. Le discours démocratique ignore ces « schizes » spectaculaires qui affectent le langage des dirigeants en régimes autoritaires ou totalitaires : la surenchère sur les libertés publiques au cœur des Goulags (la constitution soviétique de 1936), l’idéalisme effréné couvrant des pratiques politiques sordides. Il ne cultive pas l’intensité émotionnelle qui suppose la radicalisation totale d’une logique psychosociale : révolution ou tradition, solidarité transnationale ou égoïsme sacré. Le discours démocratique pratique le balancement rhétorique banal : le changement dans la continuité, la justice sociale dans le respect de l’effort individuel. Bref, il honnit les certitudes visionnaires et les techniques de séduction exaltée.

20Paradoxe peut-être dérangeant : ces personnalités narcissiques labiles dont la séduction se fonde à la limite sur des tics et des trucs, des complaisances et des habiletés, plutôt que sur de rigides conceptions globales du monde sont à leur place au cœur du dispositif démocratique. Leur forte présence numérique constitue même une condition nécessaire à l’adaptation optimale du système politique. Si, par exception, elles soulèvent un vif enthousiasme, il ne peut être qu’éphémère, donc assimilable par la démocratie pluraliste. Il est impossible en effet, comme l’ont montré jadis les aventures du boulangisme ou du poujadisme, que dans un climat de libertés d’expression ne soit pas mise en évidence l’inconsistance de leur personnalité, la faiblesse de leurs convictions, toutes failles qui découragent l’investissement de projections trop intenses, dangereuses pour la démocratie. Sans elles, le système politique serait moins respectueux des libertés des citoyens, et de leurs aspirations réelles. La gestion des difficultés sociales serait moins souple, moins fluide, moins respectueuse aussi des dynamismes de la société. La démocratie contemporaine leur doit une part de son éclatante supériorité.

Notes

1 A.-R. Wilner, The Spellbinders, New Haven, Yale University Press, 1984, p. 19.

2 « Comme tant des idées-clefs dans la sociologie de Weber…, le concept de charisme souffre d’un système de référence incertain : désigne-t-il un phénomène culturel ou psychologique ? Combinant une « certaine qualité » qui marque un individu comme se tenant dans une relation privilégiée avec les sources de l’être et un pouvoir hypnotique que « certaines personnalités » ont pour éveiller les passions et dominer les esprits, on ne sait pas clairement si le charisme est le statut, l’exaltation, ou quelque fusion ambiguë des deux ». Clifford Geertz, « Centres, rois et charisme. Réflexions sur les symboliques du pouvoir » (1977), trad. in C. Geertz, Savoir local, pouvoir global, Paris, PUF, 1986, p. 153.

3 P. Ansart, La gestion des passions politiques, Lausanne, L’Âge d’Homme, 1983, p. 182.

4 Mensonge romantique, vérité romanesque, Paris, Grasset, 1961, rééd. Pluriel, 1983, p. 101. À rapprocher de la théorie moins sophistiquée de Tarde concernant l’influence de l’imitation sur la construction des opinions et aspiration. D. Reynié, Introduction à Gabriel de Tarde. L’opinion et la foule, rééd, Paris, PUF, 1989, p. 10.

5 Cette classification recoupe largement celle de James Payne. The Motivation of Politicians, Chicago, Nelson Hall, 1984. Cet auteur distingue : the need for status and prestige ; the need to work on concrete programs and issues ; the need to have conviviality and friendship ; the need to pursue moral obligation ; the need to compete in political games. Chaque chapitre de cet ouvrage (collectif) vise à illustrer, à partir d’un exemple concret d’homme politique, la force de chacun de ces mobiles.

6 Un homme d’affaire, un sportif, etc. peuvent être populaires. Mais fondamentalement, leur carrière dépend de performances appréciées rigoureusement selon des critères techniques.

7 Pour une synthèse de ses travaux, The Search for the Self. Selected writings of Heinz Kohut 1950-1978, New York, International Universities Press, 1978, (2 volumes). En français, Le soi, Paris, PUF, 1974, et Les deux analyses de M.-Z., (1979) trad. Paris, Navarin, 1985.

8 O. Kernberg est un théoricien essentiel de la personnalité dite « borderline ». Son ouvrage : La personnalité narcissique (infra), est la traduction de la seconde partie d’une vaste étude intitulée : Borderline Conditions and Pathological Narcissism, New York, Aronson, 1985.

9 La personnalité narcissique, trad. Toulouse, Privat 1988, p. 66.

10 Kernberg, loc. cit. p. 66. Kohut, Le Soi, Paris, PUF, 1974, p. 16 et 17. (Traduction de The Analysis of the Self, New York, International Universities Press, 1971).

11 Kernberg, op. cit., p. 169.

12 Identité subjective et interaction, in C. Camilleri (dir.), Stratégies identitaires, Paris, PUF, 1990, p. 183.

13 J.-P. Chevènement qui, assurément, ne relève pas de cet ideal type, stigmatisait (26 avril 1989) les hommes politiques qui « exercent leurs fonctions sous la pression de sondages et de campagnes d’opinion qui ne reposent sur rien ». Le Monde, 27 avril 1989.

14 Sur l’intérêt, fonctionnel en politique, d’une certaine inaptitude à être touché émotionnellement en profondeur, voir Paul Roazen « “As If” and Politics », Political Psychology, vol. 4. n° 4. 1983, p. 685 et suiv.

15 À rapprocher de la distinction anciennement faite par David Riesman entre les personnalités à détermination traditionnelle, les personnalités intro-déterminées, et les personnalités extro-déterminées (other directed) in La foule solitaire (Yale University Press 1950). Trad. rééd., Paris, Arthaud, 1978, p. 48 sq.

16 Entre l’élu obscur, qui figure en position subordonnée sur une liste, et le leader de la liste crédité d’un minimum de notoriété et de popularité, il existe de facto un différentiel de légitimité démocratique tout à fait sensible.

17 « Each value is checked by and balanced with its reciprocal… A sure way of identifying the extreme left and right in representative democracies is that the right appears to recognize no limit to loyalty, merit and competition, while the left appears to recognize no limit to dissent, egalitarianism and cooperation ». The Psycho-Logic of Representative Democracy, Political Psychology, 1980, vol. II, n° 1, pp. 95 et 96.

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540