Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Ouest et le politique

 | 
Michel Lagrée
, 
Jacqueline Sainclivier

4e partie. De l’université à la cité

La vie universitaire en Saxe vue par les Français au xixe siècle1

Gilbert Nicolas

Texte intégral

  • 1 Cet article a été rédigé à partir de la communication faite lors du colloque franco-allemand, « La (...)
  • 2 Cousin Victor, De l’Instruction publique en Allemagne, en Prusse et en Hollande, Bruxelles, Hauman (...)
  • 3 Rendu Eugène, De l’éducation populaire dans l’Allemagne du nord et de ses rapports avec les doctri (...)
  • 4 Baudoin Jean, Magloire, Rapport sur l’état actuel de l’enseignement spécial et de l’enseignement p (...)

1Dès lors qu’il s’agit d’enseignement français, l’Allemagne demeure une référence pendant tout le xixe siècle. Le voyage de Victor Cousin outre-Rhin en 18312 avant le vote de la loi Guizot sur l’enseignement primaire, les ouvrages d’Eugène Rendu et de Saint-Marc Girardin, également sous la Monarchie de Juillet3, la mission de l’inspecteur général Jean Magloire Baudoin pour l’étude de l’enseignement primaire et de l’enseignement spécial en Allemagne avant la création officielle, en 1865, de l’enseignement secondaire spécial par Victor Duruy4 sont autant de témoignages de la prégnance du modèle allemand.

  • 5 Charle Christophe, La république des universitaires, 1870-1940, Paris, Seuil, 1994, page 21.

2À la fin du Second Empire et au début de la Troisième République, l’enseignement supérieur devient un objet essentiel de débat en France. Le choc psychologique de la défaite de 1870 oblige, comme le rappelle Christophe Charle, à passer « du débat à la pratique5 ». La fragilité de l’Université en France se traduit par le manque d’autonomie et d’organisation collective des facultés. Il s’y ajoute la concurrence de grands établissements qui remplissent une partie des missions des facultés, le déséquilibre entre Paris et les grandes villes de province, l’absence d’un véritable enseignement supérieur et, parfois, la misère matérielle des établissements. Il faut attendre le décret du 25 juillet 1885 pour que les facultés soient autorisées à recevoir des subventions. C’est la loi de finances de 1889 qui crée le budget des facultés, celle de 1893 qui les organise en corps. Enfin, la loi du 10 juillet 1896 nommera « universités » ces corps de facultés. Dans sa chronique de l’enseignement, parue en 1884 dans la Revue Internationale de l’Enseignement, Louis Petit de Julleville décrit ainsi la situation des facultés des Lettres et des Sciences françaises au début de la Troisième République :

  • 6 Petit de Julleville Louis, « L’enseignement supérieur en province, durant l’année scolaire 1882-18 (...)

Il existait alors en France environ deux cents professeurs sans élèves ; et peut-être deux mille élèves sans professeurs. Ces deux cents professeurs étaient les professeurs des facultés des Lettres et des Sciences. Ces deux mille élèves étaient les jeunes gens disséminés par tout le pays, qui poursuivaient leurs études au-delà du lycée, se préparant, comme ils pouvaient, sans guides, sans direction, à conquérir les grades universitaires, à devenir licenciés, docteurs, agrégés6.

3Pour réformer en profondeur l’Université française, les républicains veulent mettre sur pied un contre-modèle inspiré de l’Allemagne, les autres grands pays d’Europe n’ayant en France qu’un prestige réduit. Ainsi, entre 1880 et 1900, époque des réformes majeures de l’enseignement supérieur en France, le ministère de l’Instruction publique envoie des boursiers dans les universités allemandes. Âgés de 24 à 35 ans, enseignant dans une faculté ou candidats à l’enseignement supérieur, ces brillants sujets, Abel Lefranc, Camille Jullian (histoire et philologie), Georges Blondel (droit), Émile Durkheim et Célestin Bouglé (philosophie), Emmanuel de Martonne (géographie) etc., rédigent des rapports dont certains sont publiés dans la Revue Internationale de l’Enseignement ou chez des éditeurs parisiens. Célestin Bouglé, breton de Saint-Brieuc, qui séjourne dans les cinq universités de Heidelberg, Berlin Leipzig, Munich et Strasbourg, entre octobre 1893 et septembre 1894, publie ses trois cent-dix pages de notes, en 1895, chez Calmann-Lévy. Il signe sous le pseudonyme de Jean Breton.

  • 7 « Notes sur l’enseignement de l’histoire dans les universités de Leipzig et de Berlin », Revue Int (...)

4Ces documents imprimés concernent surtout le domaine de disciplines littéraires qui veulent s’émanciper des disciplines traditionnelles : français, latin, grec. Leur intérêt, déjà relevé par Christophe Charle, est multiple. Ces textes soulignent les sentiments ambivalents des boursiers pris entre l’admiration pour le rayonnement scientifique des universités allemandes et la méfiance vis-à-vis d’un pays qui a annexé l’Alsace-Lorraine en 1871. On perçoit également le souci de ne pas se contenter d’observer la structure universitaire ou l’organisation des cours mais d’intégrer la dimension sociale de l’université allemande. Abel Lefranc explique que l’Université allemande est « aussi curieuse à étudier en tant qu’école du patriotisme que comme foyer de haute culture7 ». En octobre 1893, lors de son arrivée en Allemagne, Célestin Bouglé affiche ses intentions :

  • 8 Breton Jean, Notes d’un étudiant français en Allemagne, Heidelberg, Berlin, Leipzig, Munich, Paris (...)

Me voici en Allemagne pour un an – deux semestres d’Université – j’y viens étudier une science qui finit : la philosophie et une science qui commence : la sociologie […] il faut que je m’enrôle parmi les étudiants allemands […] Comme eux, j’ai le devoir d’entendre beaucoup de musique, de boire beaucoup de bière, de vivre enfin, autant que cela est possible à un Français, la vie allemande. Cela entre dans mon programme d’études. Je ne viens pas seulement chercher des abstractions : il faut que je prenne contact avec la réalité8.

5Enfin, pour la très grande majorité de ces boursiers universitaires français, la Saxe, qui possède l’une des grandes universités allemandes, apparaît comme un passage obligé. Leipzig, capitale du livre, située au carrefour de plusieurs grandes routes dont celles de Munich à Berlin et de Prague à Hambourg occupe une place particulière dans le réseau universitaire allemand. Le nombre et la qualité des professeurs, son rayonnement scientifique, l’originalité de sa vie étudiante attirent les étrangers et constituent, pour les universitaires réformateurs français, matière à réflexion.

La place de Leipzig dans le réseau universitaire allemand

  • 9 Breton Jean, op. cit., p. 219.
  • 10 Ibid., p. 180. Celestin Bouglé rappelle que, au moment de la guerre austro-prussienne de 1866, les (...)
  • 11 Fragen an die deutsche Geschichte, Bonn, Deutscher Bundestag, 1984, tableau hors-texte : l’hégémon (...)

6L’étudiant français qui arrive, à la fin du xixe siècle, dans le royaume de Saxe, l’un des vingt-cinq États et l’un des quatre royaumes du Reich, est frappé par l’existence de « deux villes sœurs » entre lesquelles l’émulation est permanente, Dresde et Leipzig9. Chacune veut être plus grande ville que l’autre. C’est à qui des deux aurait le plus de congrès, d’expositions et de fêtes. Dresde a la cour de Saxe et les princes. Si, depuis 1828, il existe une école technique supérieure dans la capitale saxonne, c’est à Leipzig que se concentrent l’Université et les étudiants. L’impression de surpopulation est forte car Leipzig et l’ouest de la Saxe constituent, entre 1880 et 1914, l’une des deux régions les plus peuplées d’Allemagne avec le bassin rhénan, la densité y étant supérieure à 200 habitants au km2. Les étudiants français retiennent également la fierté des gens de Leipzig de se trouver au cœur du Reich. Ils font un symbole de leur situation géographique entre le nord et le sud de l’Allemagne. Il n’y a pas, comme dans certaines villes allemandes, l’hostilité à l’égard de la Prusse10. Les habitants s’enorgueillissent d’ailleurs d’avoir accueilli le tribunal d’Empire11, installé dans un bâtiment de style Renaissance, construit entre 1888 et 1895.

  • 12 Hippeau C., L’Instruction publique en Allemagne, Paris, Didier, 1873, p. 286 à 294. Revue internat (...)
  • 13 Wer ist’s, Leipzig, Degener, 1905, page XXII. En 1871, Leipzig a 107 000 habitants. (huitième rang (...)

7Parmi la vingtaine d’universités du Reich qui constituent un réseau assez bien réparti et harmonieusement hiérarchisé (Berlin, la première université ne regroupe qu’un cinquième environ des étudiants allemands), la Saxe détient l’une des plus dynamiques. De 1870 à 1890, en vingt ans, l’université de Leipzig voit l’effectif de ses étudiants passer de 1665 à 3 453, soit une augmentation de 107 % alors que la progression du nombre des étudiants de l’université de Berlin est de 97 %12. En 1871, alors que Leipzig est la septième ville d’Allemagne par sa population, son université est la seconde en Allemagne par le nombre des étudiants inscrits13. C’est au cours de l’année universitaire 1889-1890 que Munich la dépasse de quelques dizaines d’étudiants. La répartition des étudiants entre les quatre facultés de l’Université est assez équilibrée (19 % en théologie, 28,8 % en droit, 27,3 % en médecine, 24,8 % en philosophie, en 1890).

  • 14 Ryussen Th., « L’enseignement de la philosophie en Allemagne », Revue internationale de l’enseigne (...)
  • 15 Breton, op. cit., p. 67.
  • 16 Ibid., p. 150.

8Leipzig apparaît aussi comme une université ouverte sur l’extérieur ; sur les 3 177 étudiants inscrits pour le semestre d’été 1890, 50,3 % sont originaires de la Saxe, 27,6 % sont Prussiens, 14,8 % viennent d’autres États allemands. Les Français remarquent que l’étudiant allemand émigre facilement d’une université à l’autre14. L’ouverture de l’université saxonne se mesure aussi à la présence des étrangers : 5,3 % des immatriculés sont des Européens extérieurs au Reich (169 étudiants), 1,8 sont américains (58 étudiants). Célestin Bouglé note que les universités allemandes envoient en Amérique des rapports sur leurs activités pour se faire valoir aux yeux de la clientèle américaine. En outre, pour un Américain qui ne peut séjourner que trois ans en Europe, le doctorat allemand est plus rapidement accessible qu’un doctorat français et lui donne plus de prestige15. Les étudiants français découvrent également la tolérance qui règne à l’université de Leipzig, envers les femmes par exemple. Alors qu’à l’université de Berlin les femmes ne sont pas admises aux cours, l’université de Leipzig leur ouvre ses portes. Cependant, elles ne sont pas immatriculées, n’ont donc pas le titre d’étudiante et ne peuvent donc passer les examens. Si elles aspirent au doctorat, elles doivent aller à Zurich16.

L’université de Leipzig, entre tradition et novation

9Dans les décennies 1880 et 1890, la comparaison entre l’université française et l’université allemande est, pour les jeunes universitaires français, à l’avantage de l’Allemagne sur les plans structurel, quantitatif et, dans une certaine mesure, qualitatif.

Tous ceux qui ont visité l’Allemagne et qui ont étudié de près cette organisation s’accordent à reconnaître les bienfaits de cette centralisation de tous les établissements d’enseignement supérieur en une même université. Les bâtiments sont mieux aménagés, les laboratoires mieux installés, les bibliothèques plus riches. Les professeurs groupés sont stimulés par l’émulation et l’esprit de corps

  • 17 Lavisse Ernest, « La question des universités françaises », Revue Internationale de l’enseignement (...)
  • 18 De Martonne Emmanuel, « Notes sur l’enseignement de la géographie dans les universités allemandes  (...)

10écrit Ernest Lavisse en 188717. De même, la plupart des boursiers du ministère de l’Instruction publique insistent sur l’avantage de la décentralisation intellectuelle de l’Allemagne qui s’appuie sur la réunion, dans une même ville, de toutes les facultés (théologie, droit, médecine, philosophie). Ainsi, les universités apparaissent-elles comme des corps puissants, constitués en centres provinciaux réputés où se côtoient toutes les sciences. Berlin n’a pas, comme Paris, une supériorité écrasante sur les autres villes universitaires du pays. Cette structure allemande permet à chaque grande université, dans une discipline donnée, d’avoir son grand nom, son « étoile » qui attire les étudiants. En géographie, Emmanuel de Martonne approche Richthofen à Berlin et Ratzel à Leipzig18. Leipzig appartient au groupe des universités qui rassemblent dans leur faculté de philosophie les sciences et les lettres. En effet, la distinction entre Philosophische Fakultät (faculté des Lettres) et Naturwissenschaftlich-Mathematische Fakultät (faculté des Sciences) n’existe que dans les universités du sud de l’Allemagne où, rapporte de Martonne, le niveau scientifique est souvent inférieur. Rien de tel à Leipzig où les étudiants de géographie sont en contact fréquent avec les naturalistes et les mathématiciens.

11Sur le plan quantitatif, la plupart des rapports insistent sur l’effervescence scientifique, sur la profusion des cours dans les universités allemandes. Émile Durkheim, qui brosse un tableau de l’enseignement de la philosophie est frappé de voir une dizaine de professeurs de Leipzig proposer en moyenne 20 à 25 cours par semestre, dont un certain nombre s’attachent au même sujet. Pendant l’hiver 1886-87, il est proposé trois cours de logique et cinq cours sur l’histoire de la philosophie. Durkheim est impressionné par « cette armée compacte » de professeurs qui est sans comparaison avec l’unique philosophe de la plupart des universités françaises de l’époque.

  • 19 Durkheim Émile, « La philosophie dans les universités allemandes », Revue Internationale de l’Ense (...)

12Cependant, la Lehrfreiheit (liberté d’enseigner), si caractéristique de l’Université allemande, a son revers. À Leipzig, sur les dix philosophes qui enseignent, trois au plus disposent d’un auditoire abondant et régulier. Durkheim voit, à Leipzig, un Privatdozent faire son cours, trois fois par semaine, devant trois personnes. En effet, les étudiants allemands fréquentent surtout les cours des professeurs renommés et des membres de jurys. Les Français peuvent ainsi facilement critiquer cet énorme appareil de cours qui apparaît, pour reprendre la formule de Durkheim, « comme un luxe sans profit19 ».

  • 20 Jullian Camille, « Notes sur les séminaires historiques et philologiques des universités allemande (...)
  • 21 Blondel Georges, « Notes sur l’enseignement des sciences sociales dans les universités allemandes  (...)

13Si Leipzig incarne la tradition allemande de la Lehrfreiheit, elle est également remarquée pour ses novations, en particulier pour ses séminaires, véritable « âme de l’université allemande », pour reprendre le mot de l’historien Sybel. On appelle « séminaire », un groupe d’étudiants dont un ou plusieurs professeurs dirigent les travaux et qu’ils initient à la recherche. En général, le nombre d’étudiants par séminaire est faible (six dans le séminaire d’archéologie de Leipzig, vingt dans celui d’histoire). Les Français sont amenés à comparer les conférences de licence et d’agrégation dans les facultés françaises avec les séminaires allemands. « Il restera toujours cette différence essentielle entre nos conférences et les séminaires allemands que ces derniers font de la science et que celles-là préparent à des examens d’État20. » Leipzig est l’un des hauts lieux des séminaires en Allemagne. L’université saxonne est connue, entre autres, pour son séminaire d’économie politique dirigé, successivement, par Brentano puis par Miaskowski, spécialiste de la recherche agraire21. Celui d’histoire, décrit par Abel Lefranc, dispose de plusieurs salles et est l’un des mieux organisés d’Allemagne. Sa bibliothèque est ouverte de neuf heures le matin à dix heures le soir, le dimanche de dix heures à sept heures du soir. Ces séminaires donnent aux étudiants le goût de l’histoire et les familiarisent avec les sources.

  • 22 Breton, op. cit., p. 203.
  • 23 Lefranc Abel, « Notes sur l’enseignement de l’histoire dans les universités de Leipzig et de Berli (...)

14L’apparition ou le renouvellement de certaines disciplines constituent un autre aspect des novations relevées par les Français. La psycho-physique, enseignée par le professeur Wundt à Leipzig et décrite par Durkheim en 1887 et par Célestin Bouglé en 1894, attire des auditeurs de toute l’Europe. Aspect de la philosophie scientifique, cette discipline de mesures étudie les relations de dépendance entre le corps et l’esprit et ouvre les voies à la psychologie expérimentale. À la fin du xixe siècle, dans les douze salles et la bibliothèque du laboratoire de psychologie de Leipzig, se croisent des Suédois, des Belges, des Britanniques et des Français, parmi lesquels Henry, collaborateur d’Alfred Binet22. L’enseignement de l’histoire de l’art est particulièrement remarqué grâce au professeur Anton Springer. Bohémien d’origine, archéologue et critique, il réunit, dit Abel Lefranc, « un auditoire attentif et empressé23 ». L’histoire se renouvelle sous l’influence de Karl Lamprecht, fondateur de la Kulturgeschichte.

  • 24 Seignobos Charles, « L’enseignement de l’histoire dans les universités allemandes », Revue Interna (...)
  • 25 Lefranc, loc. cit., p. 241.

15Cependant, les boursiers français sont parfois inquiets du contenu de certains cours d’histoire, la tendance étant de multiplier les cours d’histoire contemporaine pour « nourrir l’évangile patriotique ». En 1881, Charles Seignobos explique le rôle des historiens allemands dans la formation de l’unité autour de la Prusse. Il définit le caractère national et protestant de la science historique allemande au xixe siècle, estimant cependant que, depuis la victoire de 1871, « les professeurs sont rentrés dans la science pure24 ». Pourtant, en 1888 encore, malgré le mouvement de réforme de la science historique dont le centre est Leipzig, Abel Lefranc explique que deux professeurs qu’il a entendus, Arndt et Maurenbrecher, connus, le premier pour l’étude de Grégoire de Tours, le second pour l’histoire de la Réforme, considèrent leur mission comme autant patriotique que scientifique. Ils manifestent dans leurs cours un « gallophobisme » applaudi et apprécié des étudiants. Ils n’hésitent pas à développer l’opinion que la France est en décadence depuis Louis XIV25. Là encore, la vision française de l’université saxonne demeure ambivalente.

Une vision sociale contrastée

  • 26 Breton, op. cit., p. 183.

16Les Français mettent en relief deux aspects du statut des enseignants de l’université : la liberté d’enseigner et le haut niveau de revenu des professeurs ordinaires. Ces derniers disposent du traitement de l’État, le plus souvent proportionnel à leur réputation scientifique, et de la contribution des étudiants qui paient les cours privés des universités, le nombre de cours publics et gratuits étant peu élevé. Dans ses notes, Célestin Bouglé décrit l’aisance financière de ces professeurs de Leipzig, symbolisée par les repas d’une vingtaine de couverts auxquels il assiste26.

  • 27 Ruyssen Th., « L’enseignement de la philosophie en Allemagne », Revue Internationale de l’Enseigne (...)
  • 28 Charle Christophe, La république des universitaires, op. cit., p. 40.

17En revanche, les boursiers du ministère de l’Instruction publique sont le plus souvent choqués du très grand fossé social existant entre ces professeurs ordinaires, sorte d’aristocratie qui s’oppose aux professeurs extraordinaires, moins payés, et aux Privatdozenten qui ne vivent que de la rétribution de leurs étudiants. Les Privatdozenten attendent, souvent de longues années, avant d’espérer obtenir une chaire27. Certes, ces enseignants, grâce à la liberté d’enseigner, peuvent ouvrir de nouvelles pistes à la science, mais les Français rejettent ce système dans lequel seuls les riches parviennent à survivre. Durkheim conclut à la supériorité du système français, considéré comme plus juste et plus égalitaire28.

  • 29 Blondel Georges, « L’enseignement du droit dans les universités allemandes », Revue Internationale (...)

18Les Français découvrent aussi, en Allemagne, ce que les Allemands appellent la Lernfreiheit, cette liberté d’apprendre qui permet à l’étudiant allemand de ne pas fonctionner comme en France, à coups d’examens. L’université allemande permet une véritable rupture avec l’enseignement secondaire ; elle ne fixe pas de programme déterminé à l’étudiant. L’inconvénient réside dans une assiduité fort variable. En droit, Georges Blondel note que les étudiants de Leipzig sont en général plus assidus que ceux de Berlin (2/3 à 3/4 de présents contre 50 % à Berlin)29.

  • 30 Breton, op. cit., p. 168.

19En 1890, Louis Liard, directeur de l’enseignement supérieur au Ministère écrit : « En Allemagne, une université n’est pas un monument ; c’est un quartier, parfois même une cité entière ». Cette définition correspond assez bien à l’image de l’université de Leipzig, dessinée par les jeunes universitaires français et qui témoignent d’une véritable symbiose entre la ville et l’université. Les liens entre la ville et l’étudiant se manifestent d’abord par l’action des donateurs. De riches bourgeois paient à l’université un certain nombre de bourses qui permettent de nourrir gratuitement, midi et soir, des étudiants pendant un semestre. En 1894, 250 étudiants de Leipzig profitent de ces donateurs. De même, certains libraires de Leipzig vendent aux étudiants le droit d’emprunter, pendant un semestre, un ou deux livres par semaine30.

20La ville est également attachée à ses professeurs, comme en témoigne la lettre de Célestin Bouglé relatant les funérailles du professeur d’économie politique Roscher :

  • 31 Ibid., pp. 200 et 202.

Toute la matinée, on a vu passer dans les rues les drapeaux des Corps et des Vereine. Ils se rendaient à la vieille église de Saint-Jean. Les étudiants ont leur petite casquette minuscule ou leur toque à plumes, une écharpe, de grands gants à crispin et, au côté, la rapière qui sonne sur les dalles de l’église. Ils se groupent autour du cercueil et lui font une couronne de couleurs éclatantes. On prononce des discours ; puis un cœur d’étudiants chante un bel hymne triste. L’église est pleine, et la ville se presse aux portes. Leipzig aime ses professeurs et Roscher était une de ses gloires31.

  • 32 De Martonne Emmanuel, « Notes sur l’enseignement de la géographie dans les universités allemandes  (...)
  • 33 Ibid., p. 259.

21La ville se confond avec l’espace de sociabilité de l’université. Les cours se prolongent parfois hors des locaux universitaires, dans différents lieux de convivialité. Ainsi, de Martonne rapporte que les étudiants du séminaire de géographie se rassemblent une fois par mois, lors du Geographischer Abend, au premier étage de la brasserie Thüringerhof32. On y écoute une conférence d’un étudiant en doctorat ou bien le récit d’un voyage, ou bien encore le résumé d’un livre récent. Dès que le professeur déclare la séance close, pipes et cigares s’allument et la soirée se prolonge. Ces pratiques engendrent une certaine proximité, une familiarité entre les professeurs et les étudiants. Un Français transporté au séminaire de géographie du professeur Ratzel à Leipzig serait frappé, écrit Emmanuel de Martonne, « d’y voir le professeur se tenir toute la journée dans son cabinet de travail dont la porte est constamment ouverte ou entrebâillée. Un léger coup à la porte, une voix bienveillante vous répond : Entrez ! L’élève qui cherche un renseignement, qu’une question difficile préoccupe, soumet son doute ou son désir au professeur33. »

  • 34 Blondel, De l’enseignement du droit…, op. cit., p. 533.
  • 35 Neue deutsche Biographie, Berlin, 1969, t. 8, pp. 39 et 40.

22Néanmoins, les Français sont beaucoup plus critiques sur d’autres aspects de la vie collective de l’université. Ils rejettent les traditions aristocratiques de beuveries et de duels pratiquées au sein des Korps ou des Burschenschaften. Georges Blondel condamne « l’habitude des Frühschoppen et les séances interminables du soir à la Kneipe qui paralysent, au moins pendant les deux premiers semestres, toute la vigueur de l’étudiant34 ». Les jeunes étudiants français sont, en revanche, fascinés par la floraison des Vereine qui leur sont d’ailleurs ouverts. Contrairement aux Korps qui sont les anciennes associations estudiantines, le plus souvent peuplées d’étudiants nobles ou riches qui paient des cotisations très élevées, les Vereine s’ouvrent à des catégories sociales moins élevées. À Leipzig ces Vereine sont nombreux et très diversifiés. Célestin Bouglé relève l’existence de celui de Richard Wagner, enfant de cette ville. Leipzig, avec ses deux cents sociétés chorales et sa Thomasschule, est la grande ville musicale de l’Allemagne. Il existe également un Verein de politique coloniale. Sous le règne de Guillaume II, l’université de Leipzig devient d’ailleurs un haut lieu de cet enseignement de la politique coloniale, en particulier après la nomination, en 1888, de Ernst Hasse (1846-1908) futur président de la Ligue pangermaniste, groupe de pression qu’il dirigera de 1893 à 190835. Leipzig se distingue également par son Verein de femmes, dirigé par Augusta Schmidt, présidente du mouvement féministe allemand. Enfin, les Vereine sportifs sont nombreux, tels ceux de vélocipédisme et de canotage, ce dernier sport étant très répandu à Leipzig.

  • 36 Fredericq Paul, « L’enseignement supérieur de l’histoire à Paris, notes et impressions de voyage » (...)

23Certes, la vision française de l’université allemande est ambivalente. Dans tous les cas, le modèle allemand dessiné par les Français ne pouvait pas être, selon l’expression de Christophe Charle, « la copie conforme de l’original ». Cependant le contre-modèle républicain, mis en place avant 1914, s’inspire en partie du modèle d’outre-Rhin. Dès 1882, quand un institut historique est inauguré par Ernest Lavisse, à Paris, dans un baraquement de bois, Paul Frédéricq, professeur à Liège a cette réflexion : « On se serait presque cru dans le local du séminaire historique de Leipzig36. » L’Institut de géographie, crée en 1910, est également assez proche des exemples allemands cités par de Martonne.

24Pour stimuler la recherche en France et attirer les étrangers, sont mis en place deux diplômes, le diplôme d’études supérieures et le doctorat d’université qui s’intercalent entre la licence et le doctorat traditionnel. Entre 1885 et 1896, l’essai de réformer le statut des facultés françaises et la mise en place des universités ne sont pas étrangers au modèle allemand. Malgré cet effort législatif, on ne parviendra pas à rééquilibrer le réseau universitaire français ; Paris retient encore plus de 50 % des étudiants français en 1939. Enfin, les associations d’étudiants, si vivantes en Allemagne, apparaissent en France, à partir de 1883, avec l’association des étudiants de Paris, sous le patronage de personnalités, tels Lavisse et Monod.

25Si on en juge par la dizaine de rapports et d’ouvrages de notes de ces jeunes universitaires, la Saxe de la fin du xixe siècle, avec son université unique mais incontournable, a participé à la définition du modèle allemand et a été, pour l’enseignement supérieur français en cours de rénovation, une source importante d’inspiration.

Notes

1 Cet article a été rédigé à partir de la communication faite lors du colloque franco-allemand, « La Saxe, terre d’échanges », organisé le 3 février 1995 à l’université Rennes 2, sous la présidence d’Alfred Grosser, dans le cadre de la coopération entre le Land de Saxe et la région Bretagne et de la convention entre les universités de Leipzig et de Rennes 2.

2 Cousin Victor, De l’Instruction publique en Allemagne, en Prusse et en Hollande, Bruxelles, Hauman, 1840.

3 Rendu Eugène, De l’éducation populaire dans l’Allemagne du nord et de ses rapports avec les doctrines philosophiques et religieuses, Paris, 1835. Saint-Marc Girardin, De l’instruction intermédiaire et de son état dans le midi de l’Allemagne, Paris, 2 vol. 1835, 1839.

4 Baudoin Jean, Magloire, Rapport sur l’état actuel de l’enseignement spécial et de l’enseignement primaire en Belgique, en Allemagne et en Suisse, Paris, Imprimerie impériale, 1865.

5 Charle Christophe, La république des universitaires, 1870-1940, Paris, Seuil, 1994, page 21.

6 Petit de Julleville Louis, « L’enseignement supérieur en province, durant l’année scolaire 1882-1883 » Revue Internationale de l’Enseignement, 1884/1, p. 295.

7 « Notes sur l’enseignement de l’histoire dans les universités de Leipzig et de Berlin », Revue Internationale de l’Enseignement, 1888/1, p. 239.

8 Breton Jean, Notes d’un étudiant français en Allemagne, Heidelberg, Berlin, Leipzig, Munich, Paris, Calmann Lévy, 1895, p. 3.

9 Breton Jean, op. cit., p. 219.

10 Ibid., p. 180. Celestin Bouglé rappelle que, au moment de la guerre austro-prussienne de 1866, les bourgeois de Leipzig avaient envoyé une députation au roi Jean de Saxe pour lui demander de s’allier, non pas à l’Autriche mais à la Prusse. La Prusse était le débouché essentiel du commerce saxon.

11 Fragen an die deutsche Geschichte, Bonn, Deutscher Bundestag, 1984, tableau hors-texte : l’hégémonie de la Prusse et l’évolution constitutionnelle, après 1871, dans le Reich allemand. Le tribunal du Reich, cour suprême pour les affaires civiles et pénales, existe depuis 1879. Son siège est fixé à Leipzig.

12 Hippeau C., L’Instruction publique en Allemagne, Paris, Didier, 1873, p. 286 à 294. Revue internationale de l’enseignement, 1890, vol. 1, p. 91. Pendant le semestre d’hiver 1889-1890, l’université de Berlin compte 5731 étudiants, contre 3453 à Leipzig. Les quatre facultés de Lyon, deuxième ville universitaire française ne rassemblent que 1389 étudiants en 1886.

13 Wer ist’s, Leipzig, Degener, 1905, page XXII. En 1871, Leipzig a 107 000 habitants. (huitième rang en Allemagne) alors que Dresde en a 177 000 et Berlin, 2 040 000. En 1905, Leipzig, avec une population de 504 000 habitants, est la cinquième ville allemande, derrière Berlin, Hambourg, Munich, Dresde.

14 Ryussen Th., « L’enseignement de la philosophie en Allemagne », Revue internationale de l’enseignement, 1894, vol. 1, p. 308.

15 Breton, op. cit., p. 67.

16 Ibid., p. 150.

17 Lavisse Ernest, « La question des universités françaises », Revue Internationale de l’enseignement, 1887/1, p. 2.

18 De Martonne Emmanuel, « Notes sur l’enseignement de la géographie dans les universités allemandes », Revue internationale de l’enseignement, 1898, t. I, pp. 251 et 252. De Martonne cite également les géographes Kirchhoff à Halle, Fischer à Marburg, Partsch à Breslau, Philippson à Bonn etc.

19 Durkheim Émile, « La philosophie dans les universités allemandes », Revue Internationale de l’Enseignement, 1887/1, p. 318.

20 Jullian Camille, « Notes sur les séminaires historiques et philologiques des universités allemandes », Revue Internationale de l’Enseignement, 1884/2, pp. 291, 292 et 422, 423.

21 Blondel Georges, « Notes sur l’enseignement des sciences sociales dans les universités allemandes », Revue Internationale de l’Enseignement, 1895/1, p. 137.

22 Breton, op. cit., p. 203.

23 Lefranc Abel, « Notes sur l’enseignement de l’histoire dans les universités de Leipzig et de Berlin », Revue Internationale de l’Enseignement, 1881/1, p. 249.

24 Seignobos Charles, « L’enseignement de l’histoire dans les universités allemandes », Revue Internationale de l’Enseignement, 1881/1, p. 600.

25 Lefranc, loc. cit., p. 241.

26 Breton, op. cit., p. 183.

27 Ruyssen Th., « L’enseignement de la philosophie en Allemagne », Revue Internationale de l’Enseignement, 1894/1, p. 307. En 1892, le personnel enseignant des universités allemandes compte 2275 personnes, 1029 professeurs ordinaires, 591 professeurs extraordinaires et 655 Privatdozenten. 1 197 enseignants exercent dans les facultés de philosophie (sciences et lettres), 638 en médecine, 222 en droit et 218 en théologie.

28 Charle Christophe, La république des universitaires, op. cit., p. 40.

29 Blondel Georges, « L’enseignement du droit dans les universités allemandes », Revue Internationale de l’enseignement, 1885/1, p. 529.

30 Breton, op. cit., p. 168.

31 Ibid., pp. 200 et 202.

32 De Martonne Emmanuel, « Notes sur l’enseignement de la géographie dans les universités allemandes », Revue Internationale de l’Enseignement, 1898/1, p. 257.

33 Ibid., p. 259.

34 Blondel, De l’enseignement du droit…, op. cit., p. 533.

35 Neue deutsche Biographie, Berlin, 1969, t. 8, pp. 39 et 40.

36 Fredericq Paul, « L’enseignement supérieur de l’histoire à Paris, notes et impressions de voyage », Revue Internationale de l’Enseignement, 1883/1, p. 794.

© Presses universitaires de Rennes, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540